Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes dévoilées

 | 
Marc André

Partie IV. Les conditions d'une double présence

Chapitre 7

Désengagements

Texte intégral

  • 1 G. Bachelard, Poétique de l’espace, Paris, PUF, 2012 [1957], p. 67. Cité dans un ouvrage portant s (...)

Une valeur qui ne tremble pas est une valeur morte.1

  • 2 Pour T. Shepard, c’est avec le retour des rapatriés d’Algérie qu’une ligne de partage nette est tr (...)
  • 3 La thématique a été explorée par F. M’Rabet dans La femme algérienne, Paris, François Maspero, 196 (...)

1La vie des Algériennes ne s’arrête ni avec le cessez-le-feu du 19 mars 1962, ni avec la déclaration d’indépendance du 5 juillet 1962. Que deviennent alors ces femmes (et leurs familles) entrées en France avant l’indépendance ? 1962 a transformé la France2, certes, mais 1962 a aussi transformé les Algériennes. À la problématique de l’émancipation, qui vaut essentiellement pour le devenir des femmes en Algérie3, prévaut ici une étude des choix politiques auxquels ces femmes ont à faire face et de l’héritage, également politique, qu’elles transmettent à leurs enfants. Leur implication pour l’indépendance de l’Algérie se poursuit-elle après 1962 ? Fait-elle naître une conscience politique qui perdure et se cristallise sur d’autres causes ?

Fêter l’indépendance

  • 4 Le Progrès, 6 juillet 1962, p. 7. Citation suivante également.

21962, c’est l’indépendance et donc, en théorie, la fête. Certaines Algériennes évoquent quelques attroupements dans la rue. Yamina Rezkallah fait allusion aux familles algériennes sorties montée de la Grande-Côte pour chanter l’hymne algérien appris auparavant dans les maisons et pour présenter le drapeau cousu main. Boulevard des États-Unis, Fatima Medjhed se rappelle des femmes aux balcons faisant les youyous, ainsi que sa sortie dans la rue, alors enfant (elle a 8 ans à l’époque) habillée aux couleurs de l’Algérie, avec jupe blanche, corset rouge et écharpe verte. Ailleurs, pour Zohra Benkhelifa, « on marchait avec des gants blancs, des voitures, des drapeaux, de la musique, par-ci, par-là, partout, c’était tout le monde, femmes et hommes hein ! Femmes et hommes, ici à Lyon, et en Algérie, c’était pire ! » Les récits mêlent festivités françaises et algériennes comme celui de Fatma Malagouen, dont le cadre de vie est également la Grande-Côte : « On sortait, on faisait des youyous, malgré le fait qu’on était en France. On allait chez des familles. C’était la fête, c’était grandiose. On a eu notre indépendance. On ne s’est pas battus pour rien… Et après on voyait ça à la télévision, enfin c’était en noir et blanc dans le temps. » Images télévisées et souvenirs personnels s’entrechoquent pour signaler une atmosphère de joie dans les rues de Lyon. Mais à bien relire les entretiens, il semble que les passages dans la rue sont furtifs, que les réunions de famille priment sur les réunions collectives. C’est que la joie est bien orchestrée et, globalement, les attroupements ne durent pas. Tout au plus, « dans les rues de la ville, on notait, parmi les promeneurs, une proportion accrue de Nord-Africains qui circulaient par petits groupes, endimanchés et nonchalants »4. Tel est l’avis des journalistes qui affirment que le service d’ordre du FLN « intervint aussi avec efficacité dans le quartier de la Croix-Rousse où se forma un petit groupe, arborant des drapeaux ».

  • 5 Sur ce point, M. André, « Les rapatriés d’Algérie et la presse. Le cas lyonnais », Outre-Mers, t. 9 (...)
  • 6 Le Progrès, 6 juillet 1962, p. 7.
  • 7 Il s’agit de l’hôtel Lutetia à Paris.

3Les fêtes de l’indépendance sont doublement contrariées pour les femmes. Première contrariété : elles n’oublient pas, malgré la joie, qu’elles sont en France. Comme le rappelle Malika Bouchair, encore jeune fille à l’époque (fig. 57a), « les fêtes de l’indépendance, c’était reclus. On avait encore peur. » D’ailleurs, le contexte n’est pas à l’apaisement. Entre mai et juillet 1962, 25 000 Français d’Algérie sont rapatriés à Lyon. Un intense mouvement de sympathie se développe en direction des familles pieds-noirs, notamment à Lyon où une sensibilité commune est partagée entre les représentants des rapatriés d’Algérie et les autorités municipales. Il suscite une plus grande méfiance, voire une hostilité envers la population algérienne dont les médias se font le relais5. D’où sans doute « un efficace service d’ordre, assuré par des responsables de l’organisation FLN, [qui a] réussi à faire respecter des consignes très sévères, afin d’éviter tout incident »6 le jour de l’indépendance. Les apparitions publiques des Algériennes et des Algériens sont donc plutôt brèves et ponctuelles, bien souvent remplacées par des cérémonies dans des espaces clos. À Givors, les Algériens sont invités à la mairie où ils trouvent, côte à côte, un drapeau algérien et trois drapeaux français. Le maire communiste, Camille Vallin (1918-2009), prononce une allocution entouré, d’une part, de personnalités ayant œuvré pour les Algériens comme l’assistante sociale Andrée Évins et, d’autre part, d’Algériens ayant combattu dans le département du Rhône, comme Mohamed Chada (à gauche du maire, fig. 59b). Chef de région, ce dernier a été condamné par le tribunal correctionnel de Lyon à cinq ans de prison le 8 février 1960. À Paris, Saïda B. se rend au « Grand Hôtel » où « même des femmes algériennes ont parlé »7. À Lyon, le FLN a pu louer une grande salle.

Figure 56a. Fêtes de l’indépendance, Bourse du travail à Lyon, le 5 juillet 1962

Figure 56a. Fêtes de l’indépendance, Bourse du travail à Lyon, le 5 juillet 1962

Source : Archives privées

Crédit : AP © Yolande Bouaouni

Figure 56b. Fêtes de l’indépendance, Bourse du travail à Lyon, le 5 juillet 1962

Figure 56b. Fêtes de l’indépendance, Bourse du travail à Lyon, le 5 juillet 1962

Source : Archives privées

Crédit : AP © Yolande Bouaouni

Figure 56c. Fêtes de l’indépendance, Bourse du travail à Lyon, le 5 juillet 1962

Figure 56c. Fêtes de l’indépendance, Bourse du travail à Lyon, le 5 juillet 1962

Source : Archives privées

Crédit : AP © Yolande Bouaouni

Figure 56d. Fêtes de l’indépendance, Bourse du travail à Lyon, le 5 juillet 1962

Figure 56d. Fêtes de l’indépendance, Bourse du travail à Lyon, le 5 juillet 1962

Source : Archives privées

Crédit : AP © Yolande Bouaouni

4En effet, à la Bourse du travail, le 5 juillet 1962, les jeunes algériennes du FLN, sympathisantes, militantes ou épouses de militants, inaugurent la cérémonie en chantant l’hymne national. Puis viennent les discours des hommes et la collation. Sur les photographies commémoratives, si les jeunes filles sourient et portent un chemisier blanc, la liesse n’induit pas d’excès : femmes et hommes posent séparés. Les Algériennes paraissent même poser pour l’occasion ; leurs mains sur les genoux comme au premier plan, elles effectuent le service.

5C’est le signe d’une deuxième contrariété : les hommes reprennent la main. En effet, Algériennes ou compagnes d’Algériens évoquent une recomposition des forces entre hommes et femmes sitôt l’indépendance proclamée. Jeannine Belhadj-Merzoug se rappelle bien des cérémonies du 5 juillet 1962 à Lyon, pour la simple et bonne raison qu’elle n’y était pas : « Mon mari, on l’appelait jamais M. Belhadj, mais le mari de Mme Belhadj. Alors je vous le dis, quand il y a eu l’indépendance, la fête, moi je suis partie avec mon fils en vacances en Bretagne, rejoindre ma mère et ma sœur, mes neveux. Du coup, je n’ai pas été présente à la fête, Stopha a fait en sorte que je n’y sois pas. » Raisons personnelles formulées a posteriori, sans doute, mais d’autres cas entrent en résonance avec cet épisode, comme celui rapporté par Habiba Megnaoua :

Quand l’indépendance a été signée, ils [les cadres du FLN] nous ont demandé [aux femmes] de nous réunir une dernière fois. On s’est réunies et, à ce moment-là, il y a un homme qui est venu, je ne me souviens plus qui c’était.
– Qu’est-ce que tu es venu faire ? lui ai-je dit.
– Assister à la réunion.
– Mais tu n’as jamais assisté à la réunion ! On se réunissait, on se voyait chez l’une ou chez l’autre, mais tu n’as jamais assisté à une réunion.
– Oui, mais maintenant, c’est différent.
– Il n’y a pas de différence !
– Si, si, si, ce sont les ordres.
Alors moi j’ai regardé les femmes et j’ai dit : « Bon, on l’accepte ou quoi ? Parce que moi, s’il rentre, je ne rentre pas. On a fait la guerre sans eux, hein ? On n’a pas besoin de l’avoir maintenant avec nous. » Elles se sont tues, moi je suis partie.

  • 8 Entretien avec Khadra Ben B., 6 novembre 2015.

6Algérie virile : dès l’indépendance proclamée, le retour de prison des hommes contribue apparemment à réinstaller une dynamique de genre dans la migration algérienne. Les réunions de femmes sont des réunions encadrées par les hommes. C’est ainsi que juste avant les fêtes de l’indépendance, un séminaire de politisation des Algériennes s’est tenu, durant une semaine, à Gennevilliers. Les jeunes militantes de la région lyonnaise ont été invitées, aux côtés de militantes provenant de toute la France, à y assister. D’après les témoignages recueillis, ce sont les « frères » qui encadrent le séminaire : « Des hommes parlent de ce qu’est la Révolution, de ce qu’il faudrait faire pour reconstruire le pays »8. Les photographies, privées ou publiques, cadrent d’ailleurs essentiellement les hommes. On relève la présence d’enfants (fig. 57a, b), plus rarement de femmes et, quand elles sont présentes, elles sont reléguées à l’arrière-plan. D’ailleurs, les festivités (méchoui, réunions informelles dans des cafés, conférences) sont pilotées par des cadres du FLN (l’ancien chef de wilaya Mahmoud Mansouri est assis à gauche sur la figure 59a).

Figure 57a. Fête du 5 juillet 1962 (1)

Figure 57a. Fête du 5 juillet 1962 (1)

Café 179 rue Duguesclin, Lyon
Source : Archives privées

Crédit : AP © Malika Bouchair

Figure 57b. Fête du 5 juillet 1962 (1)

Figure 57b. Fête du 5 juillet 1962 (1)

Camp de Thol
Source : Archives privées

Crédit : AP © Fatima Chikhi

Figure 58. Fête du 5 juillet 1962 (2)

Figure 58. Fête du 5 juillet 1962 (2)

Café à Givors
Source : Archives privées

Crédit : AP © Mohamed Chada

Figure 59a. Cérémonie officielle du 5 juillet 1962

Figure 59a. Cérémonie officielle du 5 juillet 1962

Conférence à Lyon, Bourse du travail
Source : Archives privées

Crédit : AP © Yolande Bouaouni

Figure 59b. Cérémonie officielle du 5 juillet 1962

Figure 59b. Cérémonie officielle du 5 juillet 1962

Mairie de Givors
Source : Archives privées

Crédit : AP © Yolande Bouaouni

Figure 60a. Méchoui le 4 juillet 1962, à Vénissieux

Figure 60a. Méchoui le 4 juillet 1962, à Vénissieux

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 60b. Méchoui le 4 juillet 1962, à Vénissieux

Figure 60b. Méchoui le 4 juillet 1962, à Vénissieux

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

7Même à Nérondes (département du Cher) où une grande colonie de vacances est organisée par Habiba Megnaoua pour les enfants algériens des membres FLN de toute la France, le partage de genre est réinstauré dans la communauté algérienne. La colonie est globalement cloisonnée, avec les garçons d’un côté, les filles de l’autre – comme dans les écoles primaires du temps.

Figure 61a. Épisode 1/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Figure 61a. Épisode 1/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Source : Archives privées

Crédits : AP © Habiba Megnaoua

Figure 61b. Épisode 2/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Figure 61b. Épisode 2/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Source : Archives privées

Crédits : AP © Habiba Megnaoua

Figure 61c. Épisode 3/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Figure 61c. Épisode 3/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Source : Archives privées

Crédits : AP © Habiba Megnaoua

Figure 61d. Épisode 4/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Figure 61d. Épisode 4/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Source : Archives privées

Crédits : AP © Habiba Megnaoua

Figure 61e. Épisode 5/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Figure 61e. Épisode 5/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Source : Archives privées

Crédits : AP © Habiba Megnaoua

Figure 61f. Épisode 6/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Figure 61f. Épisode 6/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Source : Archives privées

Crédits : AP © Habiba Megnaoua

Figure 61g. Épisode 7/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Figure 61g. Épisode 7/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962

Source : Archives privées

Crédits : AP © Habiba Megnaoua

8À Nérondes, on danse, on joue aux Indiens, on crée des petites pièces de théâtre pour valoriser l’indépendance algérienne, on apprend à connaître le drapeau algérien et son histoire. Hommes et femmes réunissent garçons et filles et entendent leur inculquer les valeurs algériennes et la langue. Habiba Megnaoua se heurte d’ailleurs ici aux membres du FLN dans sa manière de prononcer l’arabe : « Quand j’ai commencé à appeler les enfants, je les ai appelés en français “Mohamed”. “Non non non, tu dois l’appeler par son vrai nom.” Alors quand j’ai commencé à les appeler par leur prénom en arabe, ils ne répondaient pas. À l’école on les appelle pas Mohamed [accentuation du Ha], on les appelle Mohamed [sans accent]. » La cohésion est néanmoins de courte durée, d’autant plus que les femmes messalistes sont bien évidemment restées en retrait de toutes les festivités.

L’Amicale des femmes algériennes

9Dès 1962, MNA et FLN se recomposent. Tout en restant opposés, ils partent d’un même constat à propos des femmes algériennes : elles ont été maintenues dans un statut rétrograde du fait de 131 ans de colonisation et se sont libérées à la faveur de la Révolution. Ils nourrissent pour elles un même projet, celui de leur donner toute leur place dans l’Algérie indépendante. En témoigne cette phrase relevée dans La Voix des Algériens, journal clandestin du MNA, quelques mois avant l’indépendance :

  • 9 La Voix des Algériens, novembre-décembre 1961.

Dans cette Révolution dont nous commémorons le 7e anniversaire, la femme algérienne a joué un rôle d’une haute importance. Ainsi, elle a, par sa participation à la lutte, gagné son droit et sa place dans l’Algérie de demain. Elle a gagné aussi sa liberté. Demain, dans la construction de la Nation Algérienne, elle fera encore plus.9

10Ce rapprochement idéologique entre les deux partis rivaux ne suffit pas à les réunir puisque les femmes restent instrumentalisées dans la course au pouvoir : les deux partis revendiquent la paternité du réveil de « la » femme algérienne. Toujours est-il que le MNA, rebaptisé en MNA-PPA (Parti du peuple algérien) après 1962, ne peut mener à bien son projet et devient progressivement un parti fantôme comme le rappelle Ouarda D. :

Après 1962, Ils demandaient encore des sous. Un jour, je devais toucher la prime des enfants des allocations familiales. Tout le monde a touché, moi il n’y a rien. Après je dis comment ça se fait. J’ai été voir les allocations. Ils me disent qu’elle a été envoyée déjà. Après j’ai dit : « Non non, j’ai rien reçu. » Et puis lui, Slami, il a été le prendre pour le donner au MNA, pour les aider.

11Le militantisme des vaincus devient une affaire d’hommes exclusivement au sein d’un parti déliquescent, qui disparaît peu de temps après en enterrant avec lui son projet pour les femmes.

  • 10 Elle est ainsi dirigée, sur le plan national, par un comité fédéral (avec pour président d’honneur (...)

12Quant au FLN, il crée en 1963, juste après l’indépendance, une structure dans laquelle les femmes algériennes émigrées doivent trouver leur place : l’Amicale des Algériens en Europe (AAE). L’association se déploie dans une double direction. Tout d’abord, elle tente de s’inscrire, verticalement, entre le gouvernement algérien et la population émigrée, reprenant de fait le découpage territorial du FLN10. Ensuite, l’Amicale tente d’embrasser, horizontalement, toute la communauté algérienne émigrée. Aussi déploie-t-elle ses activités en direction des jeunes (AGJA), des commerçants (ACA), des travailleurs (AGTA) et, aussi, des femmes (AFA).

  • 11 L’Algérien en Europe, no 49, 15 décembre 1967, p. 10.

13L’Amicale des femmes algériennes se structure et tente de motiver ses troupes grâce à un discours général – la promotion des femmes algériennes – et à un discours spécifique – assurer la dignité des femmes émigrées. Son organigramme reprend celui de l’AAE. Un comité régional dont le siège est à Lyon, 19 rue Duquesne (6e arrondissement), est constitué : il dépend d’un comité fédéral et dirige différents secteurs, qui, eux-mêmes, pilotent différentes cellules dans les différents quartiers, chacune d’elle étant encadrée par une « sœur membre »11.

14L’AFA tisse sa toile dans la région lyonnaise : le contrôle des Algériennes se veut plus étroit qu’il ne l’était avant l’indépendance et sa structure pyramidale facilite leur encadrement jusque dans les quartiers. Les responsables fédérales ou régionales, de secteurs ou de cellules (qui sont parfois les mêmes), sont toutes des « militantes », à charge pour elles de susciter ensuite les adhésions de « sympathisantes ». Le lien passe par la mise en carte, signe d’une fidélité au FLN et à l’Algérie, régulièrement actualisée par un système de timbres mensuels.

Figure 62a. Carte de membre de l’Amicale des femmes algériennes en France

Figure 62a. Carte de membre de l’Amicale des femmes algériennes en France

Source : Archives privées

Crédits : AP © Fatma Malagouen

Figure 62b. Carte de membre de l’Amicale des femmes algériennes en France

Figure 62b. Carte de membre de l’Amicale des femmes algériennes en France

Source : Archives privées

Crédits : AP © Fatma Malagouen

  • 12 L’UNFA est la plus jeune branche de l’organisation du FLN après l’indépendance. Ont été créées aup (...)

15Texte bilingue, drapeau algérien, calendrier annuel débuté au 1er novembre : autant de signes destinés à favoriser une conscience nationale chez les femmes émigrées. En appartenant à la fois à l’AFA et donc à l’UNFA (Union nationale des femmes algériennes), ces militantes démontrent leur allégeance au FLN, que l’appellation « sœurs » exprimait déjà12.

  • 13 L’Algérien en Europe, no 59, 15 mai 1968, p. 11.
  • 14 L’expression est d’Akila Mezidi. « Bahadourian » est l’épicerie de la place du Pont spécialisée da (...)

16De fait, les responsables de l’AFA à l’échelle régionale se rendent à intervalles réguliers en Algérie ou à Paris pour recevoir ordres et cahiers des charges. Le périodique L’Algérien en Europe, organe de l’émigration algérienne, signale, en mai 1968, que « les deux sœurs responsables de l’organisation des femmes algériennes, toutes deux membres du conseil de l’UNFA, se sont rendues au cours du mois d’avril à Alger, pour assister au séminaire qui a eu pour but la préparation et la formation de la femme algérienne »13. Cette exigence de formation s’impose dans la mesure où les militantes sont souvent arrivées jeunes en France et sont peu au fait de la nouvelle organisation. Akila Mezidi, devenue coordinatrice régionale de l’AFA en 1969, justifie cet effort de formation par les divers hasards qui la conduisent à la tête de l’association. Premier hasard, elle achète avec son mari un logement attenant à un magasin fermé depuis plusieurs années, 5 rue Imbert Colomès à la Croix-Rousse, et doit, six mois après, installer un commerce sous peine d’expulsion. La petite épicerie se développe et devient le « Bahadourian de la Croix-Rousse »14. Dès lors, Akila Mezidi devient un personnage incontournable du quartier. Bien qu’il s’agisse d’une épicerie générale, vendant aussi bien du jambon sous vide ou du whisky que des produits maghrébins, elle attire les célibataires algériens qui viennent se faire aider pour remplir les papiers de la CAF mais aussi pour recevoir et lire leur courrier : « Un jour, un Algérien est venu et m’a dit : “Madame, vous avez du Bouguerba ?” J’ai cherché dans les épices, parce qu’on faisait des épices au détail. Je trouve pas. J’appelle mon mari qui était dans l’arrière-boutique et je lui dis : “Tu viens, s’il te plaît. On a du Bouguerba ? C’est quoi ?” Et le monsieur m’entend et me dit : “Une lettre !” J’avais la honte de ma vie. » Cette anecdote témoigne de l’activité sociale déployée par Akila Mezidi en parallèle à son activité de commerçante. Fort du succès rencontré par la boutique, son mari doit cesser son activité d’ouvrier pour s’employer pleinement dans son commerce et adhère alors à l’Amicale des commerçants algériens. Deuxième hasard, Asnia Rezkhallah, responsable de l’Amicale des femmes, sollicite Akila Mezidi, par l’intermédiaire de son mari, pour prendre les rênes de l’association : « Je suis rentrée comme ça, en 1969, je n’ai eu aucune formation. » Si bien que son activité sociale ne compense pas sa méconnaissance de l’organigramme de l’AFA : « Une fois, le délégué m’a dit : “Mme Mezidi, expliquez ce qu’est l’Amicale.” Je lui dis : “Mais écoutez, il faudrait d’abord que je sache ce que c’est, moi-même, pour l’expliquer !” Il m’a répondu : “Mais c’est grave, ça !” Et c’est vrai ! Au début je savais pas du tout, je nageais complètement. Je faisais du social, et je cherchais pas du tout à comprendre. » Entrée dans le monde du travail « par hasard », Akila Mezidi est nommée coordinatrice régionale de l’AFA du fait de son activité professionnelle et sociale avant tout. Son engagement militant se développe ensuite. Dès lors, une fois tous les trois mois, elle se rend à Paris (et plus épisodiquement à Alger), où elle rencontre la responsable pour l’Europe et reçoit conseils, mots d’ordre, missions.

  • 15 L’Algérien en Europe, no 62, 15 juillet 1968, p. 10.
  • 16 Ibid., no 54, 1er mars 1968, p. 9.
  • 17 Ibid., no 144, 16 au 30 mars 1972, p. 13.

17À leur retour d’Alger ou de Paris, les responsables tiennent, au siège régional, une assemblée de l’AFA, « groupant une quinzaine de sœurs » : des responsables de cellules AFA sont désignées, une répartition des tâches effectuée au niveau régional et sectoriel, un programme de travail tracé « afin de redoubler les contacts avec les familles algériennes et essayer de les aider dans leurs difficultés quotidiennes »15. Ainsi, de nombreuses réunions sont tenues dans la région, en amont et en aval du séminaire d’Alger, généralement dans des salles louées au sein des différentes paroisses ou dans les cinémas. Si l’immeuble de la rue Duquesne autorise les réunions de militantes, les réunions de femmes se déroulent le plus souvent directement dans les quartiers, et ce, pour deux raisons. Tout d’abord, l’immeuble de l’association rassemble différents groupements de l’amicale, dont celui des jeunes, et Akila Mezidi craignait les contacts hommes/femmes : « Moi, j’avais peur que mon organisation coule, parce que des fois, les maris des jeunes femmes viennent voir, et vous imaginez, s’ils voient que des jeunes tournent ? Ils interdiraient à leurs femmes de venir. C’est pour ça que je n’aimais pas trop faire des réunions là-bas. » Ensuite, les réunions dans les quartiers facilitent la venue des Algériennes du fait de la proximité. Les responsables régionales se transforment alors en militantes itinérantes et organisent des assemblées dans de nombreuses localités afin de « poursuivre la campagne d’explication et d’information ». Par exemple, « la sœur Boudil Houria, responsable de l’AFA et membre du conseil national de l’UNFA a effectué une tournée à travers le secteur de Clermont-Ferrand. Au cours de sa tournée, la sœur Boudil a fourni d’amples explications sur le Conseil de l’UNFA tenu récemment à Alger »16. En 1972 encore, la responsable de l’AFA effectue des visites à Chambéry, Givors, Vienne17.

18Séminaires, assemblées, réunions, galas rythment la vie militante des Algériennes de la région lyonnaise dans les années 1960.

Figure 63a. Réunion d’Algériennes à l’AFA

Figure 63a. Réunion d’Algériennes à l’AFA

Akila Mezidi et Dahlia Bouden, 1968, bureau de l’AFA
Source : Archives privées

Crédit : AP © Akila Mezidi

Figure 63b. Réunion d’Algériennes à l’AFA

Figure 63b. Réunion d’Algériennes à l’AFA

Réunion de militantes avec Aïcha T. à gauche, Yamina Rezkallah à l’angle
Source : Archives privées

Crédit : AP © Yamina Rezkallah

Figure 64a. Réunion de secteur à l’AFA

Figure 64a. Réunion de secteur à l’AFA

Akila Mezidi, Rabha Boumerzigua
Source : Archives privées

Crédits : AP © Akila Mezidi

Figure 64b. Réunion de secteur à l’AFA

Figure 64b. Réunion de secteur à l’AFA

Akila Mezidi, Rabha Boumerzigua
Source : Archives privées

Crédits : AP © Yamina Rezkallah

Figure 65a. Conférence à l’AFA

Figure 65a. Conférence à l’AFA

Akila Mezidi à la tribune en 1971
Source : Archives privées

Crédit : AP © Akila Mezidi

Figure 65b. Conférence à l’AFA

Figure 65b. Conférence à l’AFA

Projection d’un film pour les Algériennes en 1970
Source : Archives privées

Crédit : AP © Akila Mezidi

19L’ambiance des réunions est concentrée (fig. 63b, 64b). Les jeunes filles, dont la tenue révèle une fois de plus la mode de l’époque (bottes, jupe, gilet, sac à main), se retrouvent mensuellement, 19 rue Duquesne, afin de s’organiser et d’établir un programme. Les réunions en comité restreint sont un préalable obligé à la tenue d’assemblées plus larges destinées à inviter les Algériennes de la région à venir écouter des militantes ou des intervenants extérieurs, algériens ou français, parler de thèmes spécifiques, ou bien regarder des films d’information sur l’Algérie (fig. 64a-b, 65a-b). Des femmes de tous âges, de tous styles, et de toutes origines sociales se rendent à ces réunions (fig. 64b, 65b). À l’échelle du secteur, elles sont supervisées par les hommes et Akila Mezidi est littéralement « coincée » entre deux cadres de l’AAE (fig. 64a). Pour Yamina Rezkallah, l’objectif est clair :

On parlait de ce qu’on allait faire, de la guerre d’Algérie, parfois on avait des réunions à thème, mais, en fin de compte, les sujets n’avaient pas d’importance. On était une trentaine, une quarantaine de jeunes filles et on était très structurées. Il fallait qu’on s’impose avec nos traditions, notre religion. Il fallait marcher avec honneur et principes. Avec l’indépendance, on pouvait vite partir à la débauche. En France, l’alcool n’est pas cher… Alors, il y avait des règles : les filles, c’est comme ça ! Et on ne laissait personne en arrière.

  • 18 Les Algériennes ne participent pas aux « rencontres improbables » qui réunissent au même moment d’ (...)

20L’AFA souhaite inculquer la culture algérienne à de jeunes filles dont la plupart ont grandi en France : « À cette époque-là, vous aviez deux choix. Ou bien vous vouliez être Algérien, et vous êtes fiers de vos origines. Ou bien vous ne vouliez pas l’être. Il n’y avait pas cinquante solutions. On ne pouvait pas jouer les deux nationalités. C’était très complexe pour nous. On était nationaliste. Est-ce que c’est bien ? Est-ce que c’est un tort ? Je ne sais pas » (Yamina Rezkallah). Fatima Chikhi, qui adhère à l’Amicale en même temps qu’elle commence un emploi de secrétaire au consulat (en 1970), avoue que, pour elle aussi, ces réunions devaient permettre d’apprendre les traditions algériennes. L’objectif politique se double d’un objectif moral : éviter de tomber dans la « débauche ». Ce terme dénote une ligne de fracture entre Algériennes et Françaises dans la société turbulente de la fin des années 196018. À la fois, l’époque est aux meetings, aux tribunes et, de ce point de vue, les Algériennes miment les usages de nombreuses associations ou groupements politiques. Mais elles vont à contre-courant de l’air ambiant soufflé par les slogans émancipateurs.

  • 19 ADR – 248 W 144 – Amicale des Algériens en Europe (daïra de Lyon) – 1963-1969. Note des RG, le 17  (...)

21D’autres initiatives relaient les discours destinés à « émanciper » les Algériennes émigrées comme les congrès ou certaines journées commémoratives. Par exemple, lors de la troisième assemblée générale de l’AAE qui s’est tenue à Lyon au Palais des congrès, du 8 au 11 janvier 196919, les femmes contestent les « préjugés périmés » au sujet des femmes algériennes, préjugés maintenus par « un niveau culturel et une formation » déficientes. Elles engagent alors une prise de conscience et un effort de la part des « frères » afin d’acquérir des moyens propres à promouvoir les femmes dans les domaines de la culture et de l’éducation : « Il faut inciter les jeunes filles algériennes à suivre les cours professionnels et pour cela nous demandons aux frères responsables des machines à écrire et des machines à coudre. » Notons que cette revendication suppose un projet professionnel de dactylo ou de couturière. Synthétisant tout cela, elles réaffirment la mission de l’AFA : « Promouvoir la femme en la formant, en l’informant, voilà notre but. »

  • 20 Sur ce point, N. Vince, « To be a moudjahida », thèse citée, p. 182-198.
  • 21 Le 19 juin commémore « la fin de l’aventurisme politique inauguré au lendemain de l’indépendance » (...)
  • 22 ADR – 248 W 141 – Contrôle de l’activité des associations. Note du 5 novembre 1963.

22Au calendrier déjà bien chargé des militantes de l’AFA, s’ajoutent des dates qui, soit les rassemblent autour d’objectifs communs à tous les Algériens, soit les mettent en avant en tant que femmes, soit encore les distinguent parce qu’émigrées. En premier lieu, les Algériennes participent aux principales dates commémorant la guerre d’Algérie ou ses suites. Comme leurs « sœurs » en Algérie20, elles sont présentes aux fêtes commémoratives du 1er novembre et du 5 juillet, mais également du 19 juin21. Ainsi, lors de la première commémoration du 1er novembre 1954, une réception intime donnée par le consul d’Algérie (80 personnes) se double d’une réunion plus massive (400 personnes) organisée par l’AAE et ses différentes sections. La fête se déroule « dans le calme » et Hadda Boudil tient un discours dans lequel elle indique le rôle de la femme algérienne dans la « Révolution » – « Sans la femme, la Révolution n’aurait pu aboutir » – et engage les femmes à poursuivre la lutte au sein de l’Algérie indépendante22. Ce mot, « Révolution », en même temps qu’il désigne la lutte de libération nationale est sans doute l’un des plus prononcés dans la période, souvent pour désigner des utopies très différentes (utopies parfois très idéologiques). Généralement, ces fêtes sont l’occasion de se « déguiser » en Algériennes.

Figure 66a. Fête du 5 juillet 1970 (parc de la Tête d’Or)

Figure 66a. Fête du 5 juillet 1970 (parc de la Tête d’Or)

Source : Archives privées

Crédits : AP © Akila Mezidi

Figure 66b. Fête du 5 juillet 1970 (parc de la Tête d’Or)

Figure 66b. Fête du 5 juillet 1970 (parc de la Tête d’Or)

Source : Archives privées

Crédits : AP © Akila Mezidi

  • 23 Commémoration du 8 mars 1857, quand des employées d’une usine textile des États-Unis ont obtenu un (...)
  • 24 L’Algérien en Europe, no 144, 16 au 30 mars 1972, p. 17.
  • 25 Ibid., no 33, 31 mars 1967, p. 7.
  • 26 La journée nationale de l’émigration en France, établie en souvenir de la répression à Paris des m (...)
  • 27 Ibid., no 159, 1er au 15 décembre 1972, p. 18-19.

23En second lieu, le 8 mars met chaque année les Algériennes en avant, à l’occasion de la journée internationale de la femme23. C’est généralement l’occasion pour elles d’affirmer leur solidarité aux autres « sœurs combattantes », palestiniennes, africaines ou vietnamiennes24. C’est également l’occasion de rappeler l’identité de « la » femme algérienne, une identité paradoxale : d’une part, il lui est conseillé « de se libérer de certaines croyances périmées, de certaines habitudes erronées qui n’ont rien à voir avec notre passé arabe et islamique, puisqu’elles ont vu le jour pendant la période décadente de notre société et de la société arabo-islamique de manière générale », de l’autre, il lui est demandé « de préserver sa dignité et sa personnalité, en évitant de succomber à l’attrait de certaines traditions occidentales et de certaines modes nouvelles »25. Discours de portée générale, il n’a que plus de force quand il est adressé aux Algériennes émigrées qui, en troisième lieu, sont célébrées lors d’une autre date spécifique, le 17 octobre26. L’Algérienne en France, souffrant d’un double déficit de reconnaissance – l’activité politique des émigrés a longtemps été dévalorisée en Algérie (on parle alors de ces « militants des Champs-Élysées ») et celle des femmes est restée longtemps méconnue – est progressivement intégrée dans le panthéon national des héros collectifs de la Révolution. C’est aussi le moyen de défendre l’AFA qui, d’une part, « a joué un rôle important dans la reconversion des militantes d’une période de guerre à une période de paix » et qui, d’autre part, par les multiples activités déployées, facilite « la sauvegarde de notre entité nationale, afin que la femme émigrée ne soit pas coupée des réalités du pays, et reste attachée aux principes fondamentaux de notre civilisation »27.

Fin de partie politique

24Comment se positionnent alors les Algériennes de la première génération face à l’AFA ? Leurs filles prennent-elles la relève ? Ou bien est-ce une structure exogène importée d’Algérie ?

25Une fois l’indépendance proclamée, les Algériennes de la première génération restent aux avant-postes du militantisme, pour une courte durée seulement. Prenons le cas d’Aïssouche Benyamina, dite « Fellah », militante chevronnée (voir page 179). Agent de liaison du FLN durant la guerre d’indépendance, trahie par une « sœur », arrêtée, jugée et finalement acquittée par le TPFA de Lyon le 2 février 1962, elle endosse une carrière militante moins clandestine. Premièrement, Aïssouche Benyamina collabore à l’Association de coopération franco-algérienne du Lyonnais (ACFAL). Marguerite Carlhian fait le récit de cette collaboration :

  • 28 AML – 236ii – ESSANA – Marguerite Carlhian, « Comment sont nés les cours de femmes algériennes à L (...)

L’hiver 1961-1962, les Algériens de l’ACFAL avaient nommé une jeune Algérienne responsable des cours à nos côtés, pour visiter les familles, leur expliquer la nécessité d’apprendre, etc. Elle a cherché à trouver une responsable par quartier, ce fut presque impossible : les maris les laissent difficilement sortir, les enfants les « bloquent », la peur des histoires, le fait qu’elles n’aient jamais eu jusque-là de responsabilité même au foyer (à part le ménage). Quand par hasard, une pouvait le faire, elle n’a pas été admise par les autres. C’est pourquoi, en fait, il n’y a eu qu’une responsable générale. Elle avait 22 ans et avait été militante FLN et son père a consenti à ce qu’elle ne travaille pas à l’usine pour aider à ce travail. Elle s’est mariée en 1964 à un ancien militant de l’Aurès, et depuis elle ne sort plus.28

  • 29 ADR – 248 W 141 – Contrôle de l’activité des associations. Note du 15 mai 1964.

26Aïssouche Benyamina devient donc, à la fin de la guerre d’indépendance, l’interlocutrice de référence pour les Algériennes de Lyon. Elle fait le lien entre les familles algériennes, d’une part, et l’ACFAL, de l’autre. Ses missions sont diverses, comme l’atteste le journal de bord de Marguerite Carlhian (fig. 67). En trois pages, du 16 au 20 octobre 1961, Aïssouche Benyamina est partout : elle se charge d’acquérir du matériel pour l’association, elle rencontre les infirmières en contact avec les Algériennes, elle dispense des cours, signale les familles en détresse, ou tout simplement celles intéressées par des cours, etc. Sitôt l’indépendance actée, Aïssouche Benyamina a ajouté une deuxième casquette à son militantisme. En effet, les RG, suivant Maamar Ouras dans ses achats de logements pour l’ADAF, notent à son endroit en mai 1964 : « Appointé en qualité de “permanent” de l’ADAF, Ouras vit maritalement avec une Française […]. Il doit enfin se marier sous peu avec la nommée Benyamina Aïssouche, présidente de l’Amicale des femmes algériennes pour la daïra de Lyon »29. Ainsi, « Fellah » est la première présidente de l’AFA, de 1963 à 1964. Mais la note des RG confirme l’avis de Marguerite Carlhian : son mariage sonne le glas de son engagement politique et social. À partir de 1964, elle disparaît du journal de bord de l’ACFA, signe d’un repli dans la sphère familiale.

Figure 67a. Page du journal de bord de Marguerite Carlhian, 1961-1965 (feuillet 1/3)

Figure 67a. Page du journal de bord de Marguerite Carlhian, 1961-1965 (feuillet 1/3)

Source : AML – 236ii – ESSANA

Crédit : © AML

Figure 67b. Page du journal de bord de Marguerite Carlhian, 1961-1965 (feuillet 2/3)

Figure 67b. Page du journal de bord de Marguerite Carlhian, 1961-1965 (feuillet 2/3)

Source : AML – 236ii – ESSANA

Crédit : © AML

Figure 67c. Page du journal de bord de Marguerite Carlhian, 1961-1965 (feuillet 3/3)

Figure 67c. Page du journal de bord de Marguerite Carlhian, 1961-1965 (feuillet 3/3)

Source : AML – 236ii – ESSANA

Crédit : © AML

27D’autres Algériennes de la « première génération » se sont investies dans l’AFA, lors de sa création, ou dans l’ACFAL, lors de sa recréation. Le journal de bord atteste les responsabilités de Madjouba Rezkallah à l’échelle de la Grande-Côte (fig. 67, 3e feuillet) mais, d’après le témoignage de sa fille Yamina, le déménagement de la Croix-Rousse scelle également la fin de son engagement. De 1962 à 1964, Lamria Hamidat travaille à l’Amicale mais ne s’y attarde pas non plus : « Je faisais les cartes, les réunions, et puis en 1964, j’ai commencé le travail, j’ai tout abandonné. » Pour Kheira Bounouri, le désistement est encore plus rapide : « Après l’indépendance, j’ai tout laissé tomber. Il y avait une Amicale, des machins comme ça, on a donné une fois ou deux, trois ou quatre fois pour l’Amicale, je sais pas. Après, j’ai dit “laisse tomber, allez, j’arrête !” Ils ont pris l’indépendance : “Allez, laisse-moi tranquille maintenant. On se gère, nous, nos enfants…” » Enfin, Zohra Benkhelifa semble particulièrement contrariée : « Je suis restée quelque temps à l’Amicale, j’ai mes cartes. Mais je suis pas restée longtemps, on a été déçus. Les responsables, ils se sont remplis les poches. Il y en a même qui n’ont pas travaillé, ils s’agitaient là, alors ça fait qu’on s’est retirés. » Le travail dans le cas de Lamria Hamidat, la fatigue de la politique dans le cas de Kheira Bounouri, la désillusion sur l’encadrement de l’Amicale dans celui de Zohra Benkhelifa, mettent un terme à l’activité militante de ces trois Algériennes. Certaines femmes n’ont d’ailleurs même pas eu ce temps de transition. Messaouda Benchaa affirme, net : « En 1962, j’ai tout abandonné. »

28Les filles de ces Algériennes prennent un temps la relève. Les filles aînées de Kheira Bounouri adhèrent à l’AFA et participent aux réunions ; Yamina Rezkallah, Fatima Chikhi, présentes, on l’a vu, aux réunions, aux galas, aux cours de langue, sont également nées au début des années 1950 à Lyon, de mères actives dans la lutte pour le FLN. Akila Mezidi, Rabha Boumerzigua, Dahlia Bouden, Houria Boudil, Khiera Benaïcha sont nées dans les années 1940 avant d’arriver en France dans les années 1950 et deviennent responsables de l’AFA au début des années 1970. Toutefois, elles aussi abandonnent progressivement leurs engagements militants au sein de l’Amicale. Chaque Algérienne avance ses propres raisons à son désistement. Akila Mezidi affirme qu’« à un moment, le social ça prend la tête » mais signale un motif plus sérieux dans l’abandon de ses charges :

Quand on est parties pour l’assemblée générale des cadres en Algérie, en 1972, où on a rencontré Boumédiène, j’en suis revenue malade. Il y avait des pénuries sans arrêt. Quand il n’y a pas de beurre, il n’y a pas de beurre, personne n’a de beurre. Quand il y a un arrivage, les gens font la chaîne, font des stocks et après il n’y a plus rien. Quand j’arrive là-bas, il fallait voir ce qu’il y avait pour nous : les buffets, les restaurants… comme on a mangé ! On était à l’hôtel Le sable d’or, et moi j’étais outrée. Ma responsable européenne, Fatou, me disait : « Tais-toi, Akila, arrête, tu vas te faire emprisonner ! » Mais j’ai rien mangé, j’étais tellement dégoûtée. Et je suis tombée, vraiment tombée. On m’a installée sur le fauteuil de Boumédiène. Il fallait voir, j’ai attiré la jalousie de toutes les femmes. Elles ont cru que je voulais prendre la baraka de Boumédiène. Et bien punaise, c’était vraiment mal tombé. Je suis allée pour la clôture mais après j’ai dit : « C’est fini, je m’arrête. »

29Tout en perpétuant un engagement social dans sa boutique, Akila Mezidi rend les armes après avoir constaté le hiatus entre les discours et les pratiques politiques. Yamina Rezkallah note sur ces désistements apparemment généralisés que, « comme toute chose, à un moment tout se dispatche. Personnellement, j’ai laissé tombé ». D’une manière plus précise, elle avance trois causes au désengagement des Algériennes de sa génération. Tout d’abord, l’ADAF a vendu l’immeuble de la rue Duquesne où les jeunes filles se réunissaient pour les séances de travail ou pour les galas. L’AFA s’installe dans les locaux du consulat algérien, 7 rue Vauban. Du coup, trouver un local pour les réunions s’avère plus compliqué. Ensuite, « il y a eu une forme d’égoïsme ». Le désengagement s’explique tant par une réorientation des activités professionnelles et familiales des jeunes filles, que par des intérêts de moins en moins évidents à défendre. Enfin, confirmant les propos de Zohra Benkhelifa, Yamina Rezkhallah souligne une gestion parfois chaotique de l’Amicale. Le résultat n’en est pas moins net : les jeunes algériennes de la « deuxième génération » s’en désintéressent progressivement.

  • 30 L’Algérien en Europe, no 31, 15 février 1967, p. 8.

30L’Amicale des Algériens en France en général, et l’Amicale des femmes algériennes en particulier n’ont donc pas eu le succès escompté. Certes, les journalistes du périodique L’Algérien en Europe font régulièrement preuve d’autosatisfaction comme lors d’une réunion d’information en 1967 où « tous les participants ont été très satisfaits des informations qui ont été données par les frères responsables de l’Amicale »30. Certes, le même périodique présente toujours une organisation à la mécanique bien huilée. Mais, dans les faits, les improvisations sont nombreuses.

  • 31 N. Vince, « To be a moudjahida », thèse citée, p. 113. L’historienne souligne que seules quatre de (...)
  • 32 ADR – 248 W 141 – Contrôle de l’activité des associations. Note du 20 juin 1963.
  • 33 ADR – 248 W 144 – Amicale des Algériens en Europe (daïra de Lyon) – 1963-1969. Note du 17 février (...)

31D’un côté, un véritable turn-over agite la présidence de l’AFA, comme celle de l’UNFA à Alger31. Aïssouche Benyamina ne reste présidente qu’une seule année. De 1967 à 1969, ce sont Asnia Rezkallah, Houria Boudil et Saliha Hadef qui en ont la responsabilité avant de passer le relais à Akila Mezidi qui recrute les « sœurs » Bouden et Boumerzigua, lesquelles prennent la direction régionale en 1972. D’ailleurs, l’élection de cette dernière au poste de présidente n’est pas allée sans heurts et s’est déroulée en plusieurs étapes : « À peine nommée présidente de l’Amicale des femmes algériennes à Lyon, depuis le 1er juin 1963, Rabha Boumerzigua menace de donner sa démission. La nomination de Boumerzigua, selon une source certaine, a été mal accueillie par plusieurs présidentes de section »32. Les jalousies ou luttes de pouvoir s’ajoutent aux désintérêts croissants pour fragiliser l’AFA. Quand un bilan est dressé de l’organisation des femmes lors de la troisième assemblée générale des cadres de l’ADAF, la porte-parole insiste sur les difficultés qu’elle connaît dans la mesure où « l’organisation était sollicitée davantage pendant ces trois dernières années par des tâches essentielles : mise en place de ses propres structures, consolidation, démocratisation »33.

  • 34 ADR – 248 W 141 – Contrôle de l’activité des associations. Note du 28 août 1963.
  • 35 Ibid.

32D’un autre côté, le contrôle sur la masse algérienne est loin d’être total. D’après les RG, après 1962, les Algériens de France se désolidarisent de la politique : « La majorité apprécie le calme et la sécurité enfin retrouvée. Les musulmans ne vivent plus sous la crainte ou la pression des chefs politiques et traduisent leur liberté en s’affranchissant de plus en plus du joug des cotisations demandées par l’ADAF ou le PPA, mettant ainsi les finances de ces organisations en difficulté »34. Dès lors, toujours d’après les RG, l’Amicale ne contrôlerait qu’un maximum de 30 % des Algériens dans les centres où elle est la mieux organisée, alors que dans les autres, elle n’en regrouperait que 15 % environ. Bien qu’elle reste un service utile dans les premiers temps de l’indépendance, pour délivrer les cartes d’identités algériennes notamment, la désaffection est notable : « Elle se traduit chaque mois par une baisse du chiffre des cotisations. C’est ainsi qu’à Lyon, les différences sont de l’ordre de 100 000 anciens francs dans chaque section et d’un mois à l’autre »35. D’ailleurs, le baromètre des adhérents est corroboré par celui des spectateurs lors des manifestations organisées par l’ADAF. Le 5 janvier 1970, quand l’ensemble folklorique du Théâtre national algérien se produit au Palais des sports de Lyon, ce sont 800 personnes qui viennent assister à la représentation. Or, la salle peut contenir plus de 8 000 spectateurs, signe d’un désintérêt y compris pour les événements récréatifs. Ainsi, l’ADAF cherche à mobiliser les Algériens de France comme l’avait fait le FLN durant la période de guerre, mais n’y parvient que partiellement.

33Le MNA voit lui aussi fondre ses effectifs, comme le note l’inspecteur des RG cité plus haut. En fait, la césure véritable a lieu à une date bien définie, comme le rappelle Ouarda D. : « J’ai senti que ça marchait plus quand il est mort Messali. » Bien que toujours fidèle à Messali Hadj, Ouarda D. indique que son décès, le 3 juin 1974, marque la fin des engagements messalistes.

Moudjahidates non reconnues

  • 36 L’Algérien en Europe, no 32, 1er mars 1967, p. 8-9.

34Désengagements et non-reconnaissance de l’engagement facilitent une même dynamique de mise en retrait. Créé dans l’immédiat après-guerre, le ministère des Moudjahidines a en charge la constitution des dossiers d’anciens combattants. Vétérans de guerre, veuves, orphelins, tous tentent de rassembler les papiers requis pour l’octroi d’une pension. Théoriquement, les dossiers peuvent être remplis de part et d’autre de la Méditerranée et l’Amicale des Algériens se charge des postulants en France. En 1967, une délégation de la commission nationale en France se rend même à Lyon et y installe une sous-commission chargée de l’étude des dossiers des anciens militants. Une campagne d’explication est lancée dans ce sens36. Or, les Algériennes de Lyon n’ont pas bénéficié de ces pensions. Et c’est l’occasion d’être pris à partie, sur le mode humoristique :

Zohra Benkhelifa : Et qu’est-ce que vous allez faire de tout ça ? Un journal ?
M. A. : Non, une sorte de gros livre.
Z. B. : Ah oui ? Et vous nous aidez pas pour la pension ? [rires]
M. A. : Pour la pension FLN ?
Z. B. : Ouais !
M. A. : Là, c’est la reconnaissance scientifique, après, la reconnaissance officielle…

35La non-reconnaissance officielle a plusieurs causes. Tout d’abord, certaines ont, jusqu’à aujourd’hui, refusé d’entamer les démarches leur donnant droit à une pension. Fatma Malagouen estime avoir « travaillé » pour l’Algérie et ne rien attendre en retour. Pour Myriama Boudjeda, « quand on a eu l’indépendance, ça y est, on est contents, la pension, ça ne m’intéressait pas du tout ». Pour Messaouda Benchaa, les difficultés sont techniques : « Moi, j’avais pas les témoins, tous morts ! Il faut que tu donnes la preuve comme quoi tu as travaillé. Nous, avant on garde pas, on a peur, on déchire les papiers tout de suite. » Les trois témoins requis pour la validation du dossier en Algérie manquent à Messaouda Benchaa. Pour toutes ces raisons, les Algériennes n’ont généralement pas cherché à demander la pension au ministère des Moudjahidines. Certaines entament les démarches une fois leur mari décédé comme Zohra Benkhelifa, alias Zohra la Vespa, qui a compilé tous ses faits d’armes :

Écoute, moi, au début, j’ai dit : « J’ai travaillé pour mon pays. » Mais quand mon mari est mort, j’étais obligée de demander, alors Mohamed il m’a cassé l’herbe en dessous les pieds. Mohammed machin… Ounes [président de l’Amicale], je lui ai donné tout le dossier, avec les manifestations qu’on a fait devant la prison, comment on a marché, tout ça, ce qu’on a fait : j’avais un dossier comme ça [geste montrant l’épaisseur]. Mais Rezkhallah, mon beau-frère, quand il est mort mon mari, il m’a demandé le mariage. J’ai dit : « Quoi ? T’es fou ? Tu es marié avec ma cousine… et en plus ton frère… tu veux… Allez fous le camp autrement je te mets une balle dans la tête. » Alors il était mauvais contre moi, il a monté Mohamed contre moi. J’ai donné le dossier, j’ai donné tout, les attestations, tout ça, il a gardé, il a dit : « Je sais pas où je les ai mis, patati patata. »

36Qu’elles aient été demandées ou non, les pensions n’ont pas été distribuées aux Algériennes de la métropole. Akila Mezidi atteste pourtant des dossiers remplis par ses soins avant d’avancer une explication sur l’inaboutissement des démarches : « Je vais vous dire, le dossier, quand il arrive en Algérie, ils le mettent à la corbeille. Pour eux, c’est comme si on est venu en France pour se cacher de la guerre ou pour échapper à la guerre. Les militantes, les membres actives n’ont pas été payées, ça n’a jamais abouti. » Les militantes de la Fédération de France restent des moudjahidates non reconnues.

37Un cas très spécifique mérite d’être signalé. Comme on l’a vu précédemment (voir page 250-251), Algériennes du MNA et Algériennes du FLN ayant perdu un mari, un frère, un enfant, sont renvoyées dos à dos dans leurs demandes d’indemnisation à l’État français. Pourtant, une femme est reconnue comme pensionnée de guerre : Hamzaouia B. Lors de sa demande de reconnaissance de nationalité française, c’est bien ce statut qui est renseigné dans sa fiche d’état civil. De fait, conformément à la loi du 31 juillet 1959, relative à l’indemnisation des victimes du terrorisme nord-africain en métropole, Hamzaouia B. réclame et obtient une pension de veuve de guerre. L’avis favorable à sa demande est motivé par les services rendus par son mari, Boualem B., aux RG :

  • 37 ADR – 248 W 196 – Indemnisation des victimes du terrorisme (1957-1962). Dossier Boualem B., Note d (...)

Au cours de l’année 1960, ces contacts ont permis de localiser de nombreux locaux utilisés par les chefs FLN dans Lyon et sur toute la région.
Il avait également fourni des renseignements permettant l’identification de quatre femmes agents de liaison, travaillant pour le FLN.
Enfin, les tracts d’ordres et consignes politiques diffusés dans les milieux frontistes étaient immédiatement communiqués par ses soins au service.
B., depuis qu’il avait proposé ses services, a toujours été un agent de renseignements précieux. Il était régulièrement immatriculé par la direction des Renseignements généraux comme informateur appointé.37

  • 38 Ibid., Lyon, le 2 juin 1961.

38Le « cas un peu particulier [de cette] victime du terrorisme »38, particulier du fait des nombreux attentats commis pour le compte du MNA et, en parallèle, de l’aide précieuse apportée aux RG pour arrêter des militants du FLN, motive un avis favorable pour une indemnisation de la famille qui reste « digne d’intérêt » et la reconnaissance pour l’épouse d’un statut de veuve de guerre. Hormis ce cas spécifique, les Algériennes ayant vécu la guerre d’indépendance en métropole n’en retirent aucun statut.

Notes

1 G. Bachelard, Poétique de l’espace, Paris, PUF, 2012 [1957], p. 67. Cité dans un ouvrage portant sur les héritages en politique : L. Bantigny et A. Baubérot dir., Hériter en politique, Filiations, générations et transmissions politiques (Allemagne, France et Italie, xixe-xxie siècle), Paris, PUF, 2011, p. 364.

2 Pour T. Shepard, c’est avec le retour des rapatriés d’Algérie qu’une ligne de partage nette est tracée entre les Français, qui ont droit aux pensions de rapatriement, et les Algériens, qui en sont exclus. La fracture apparaît alors sans ambiguïté (hormis pour les harkis) entre d’un côté les Européens, de l’autre les Musulmans. T. Shepard, 1962. Comment l’indépendance algérienne a transformé la France, Paris, Payot, 2008 [2006]. Lire également son article synthétique : « Making French and European coïncide : decolonization and the politics of comparative and transnational histories », Ab Imperio, 2/2007, p. 339-360.

3 La thématique a été explorée par F. M’Rabet dans La femme algérienne, Paris, François Maspero, 1964 et Les Algériennes, Paris, François Maspero, 1967. Sur les parcours des femmes en Algérie après l’indépendance : N. Vince, Our fighting sisters. Nation, Memory and gender in Algeria, 1954-2012, Manchester University Press, 2015 ; et sur les luttes des femmes après 1962 et notamment dans les années 1980 : F. Lalami, Les Algériennes contre le code de la famille, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2012.

4 Le Progrès, 6 juillet 1962, p. 7. Citation suivante également.

5 Sur ce point, M. André, « Les rapatriés d’Algérie et la presse. Le cas lyonnais », Outre-Mers, t. 98, no 368-369, 2010/2, p. 421-438.

6 Le Progrès, 6 juillet 1962, p. 7.

7 Il s’agit de l’hôtel Lutetia à Paris.

8 Entretien avec Khadra Ben B., 6 novembre 2015.

9 La Voix des Algériens, novembre-décembre 1961.

10 Elle est ainsi dirigée, sur le plan national, par un comité fédéral (avec pour président d’honneur, en 1964, Boualem Moussaoui, ambassadeur d’Algérie en France et pour président Mohand Aït El Hocine) qui coiffe sur un plan interdépartemental des régions ou daïras, elles-mêmes subdivisées en secteurs, sections, groupes. Lyon est le siège de la daïra 4 (63 rue Robert) comprenant 17 départements. Elle se compose de 4 secteurs dont l’un englobe le Rhône (moins Givors), ainsi que des communes de l’Isère proches de l’agglomération lyonnaise (Décines, Crémieu, Bourgoin, Pont de Chéruy).

11 L’Algérien en Europe, no 49, 15 décembre 1967, p. 10.

12 L’UNFA est la plus jeune branche de l’organisation du FLN après l’indépendance. Ont été créées auparavant l’UGEMA (pour les étudiants), l’UGTA (pour les travailleurs), la JFLN (pour les jeunes). D’après Natalya Vince, la première mention d’une organisation de femmes après l’indépendance date d’octobre 1962, durant la préparation des festivités du 1er novembre : une section de l’Union des femmes algériennes est pressentie pour la parade. L’UFA devient l’UNFA en janvier 1963, après deux jours d’un long congrès constitutif. Néanmoins, les débuts sont difficiles avec un turn-over au niveau de la présidence. Ainsi, entre 1962 et 1966, l’UNFA a tenu cinq « premiers » congrès. Lire N. Vince, « To be a moudjahida », thèse citée, p. 112-125.

13 L’Algérien en Europe, no 59, 15 mai 1968, p. 11.

14 L’expression est d’Akila Mezidi. « Bahadourian » est l’épicerie de la place du Pont spécialisée dans les produits « orientaux ».

15 L’Algérien en Europe, no 62, 15 juillet 1968, p. 10.

16 Ibid., no 54, 1er mars 1968, p. 9.

17 Ibid., no 144, 16 au 30 mars 1972, p. 13.

18 Les Algériennes ne participent pas aux « rencontres improbables » qui réunissent au même moment d’autres acteurs de la société : X. Vigna et M. Zancarini-Fournel, « Les rencontres improbables dans “les années 68”, Vingtième-siècle, Revue d’histoire, no 101, janvier-mars 2009, p. 163-177. Sur le genre dans le sillage de mai 1968 : M. Zancarini-Fournel, « Genre et politique : les années 1968 », Vingtième-siècle, Revue d’histoire, no 75, juillet-septembre 2002, p. 133-143.

19 ADR – 248 W 144 – Amicale des Algériens en Europe (daïra de Lyon) – 1963-1969. Note des RG, le 17 février 1969.

20 Sur ce point, N. Vince, « To be a moudjahida », thèse citée, p. 182-198.

21 Le 19 juin commémore « la fin de l’aventurisme politique inauguré au lendemain de l’indépendance », autrement dit le coup d’État de Boumédiène : L’Amicale des Algériens, no 61, 1er juillet 1968, p. 11.

22 ADR – 248 W 141 – Contrôle de l’activité des associations. Note du 5 novembre 1963.

23 Commémoration du 8 mars 1857, quand des employées d’une usine textile des États-Unis ont obtenu une amélioration de leurs conditions de travail à la suite de luttes sociales.

24 L’Algérien en Europe, no 144, 16 au 30 mars 1972, p. 17.

25 Ibid., no 33, 31 mars 1967, p. 7.

26 La journée nationale de l’émigration en France, établie en souvenir de la répression à Paris des manifestations d’octobre 1961, peut être l’occasion d’un discours sur les femmes émigrées.

27 Ibid., no 159, 1er au 15 décembre 1972, p. 18-19.

28 AML – 236ii – ESSANA – Marguerite Carlhian, « Comment sont nés les cours de femmes algériennes à Lyon ». Une note manuscrite identifie cette jeune algérienne comme étant Aïssouche Benyamina et ajoute qu’elle succède à Bariza Mehdaoui.

29 ADR – 248 W 141 – Contrôle de l’activité des associations. Note du 15 mai 1964.

30 L’Algérien en Europe, no 31, 15 février 1967, p. 8.

31 N. Vince, « To be a moudjahida », thèse citée, p. 113. L’historienne souligne que seules quatre des onze femmes interrogées qui ont adhéré à l’UNFA dans les premières années de l’indépendance restent plus de trois ans dans cette organisation.

32 ADR – 248 W 141 – Contrôle de l’activité des associations. Note du 20 juin 1963.

33 ADR – 248 W 144 – Amicale des Algériens en Europe (daïra de Lyon) – 1963-1969. Note du 17 février 1969.

34 ADR – 248 W 141 – Contrôle de l’activité des associations. Note du 28 août 1963.

35 Ibid.

36 L’Algérien en Europe, no 32, 1er mars 1967, p. 8-9.

37 ADR – 248 W 196 – Indemnisation des victimes du terrorisme (1957-1962). Dossier Boualem B., Note de renseignement du ministère de l’Intérieur, le 14 juin 1961.

38 Ibid., Lyon, le 2 juin 1961.

Table des illustrations

Titre Figure 56a. Fêtes de l’indépendance, Bourse du travail à Lyon, le 5 juillet 1962
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Yolande Bouaouni
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Figure 56b. Fêtes de l’indépendance, Bourse du travail à Lyon, le 5 juillet 1962
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Yolande Bouaouni
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Figure 56c. Fêtes de l’indépendance, Bourse du travail à Lyon, le 5 juillet 1962
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Yolande Bouaouni
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 56d. Fêtes de l’indépendance, Bourse du travail à Lyon, le 5 juillet 1962
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Yolande Bouaouni
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Figure 57a. Fête du 5 juillet 1962 (1)
Légende Café 179 rue Duguesclin, LyonSource : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Malika Bouchair
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Figure 57b. Fête du 5 juillet 1962 (1)
Légende Camp de TholSource : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Fatima Chikhi
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre Figure 58. Fête du 5 juillet 1962 (2)
Légende Café à GivorsSource : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Mohamed Chada
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 645k
Titre Figure 59a. Cérémonie officielle du 5 juillet 1962
Légende Conférence à Lyon, Bourse du travailSource : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Yolande Bouaouni
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Titre Figure 59b. Cérémonie officielle du 5 juillet 1962
Légende Mairie de GivorsSource : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Yolande Bouaouni
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 637k
Titre Figure 60a. Méchoui le 4 juillet 1962, à Vénissieux
Légende Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Figure 60b. Méchoui le 4 juillet 1962, à Vénissieux
Légende Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure 61a. Épisode 1/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Habiba Megnaoua
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Figure 61b. Épisode 2/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Habiba Megnaoua
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 761k
Titre Figure 61c. Épisode 3/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Habiba Megnaoua
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre Figure 61d. Épisode 4/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Habiba Megnaoua
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 61e. Épisode 5/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Habiba Megnaoua
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Titre Figure 61f. Épisode 6/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Habiba Megnaoua
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Figure 61g. Épisode 7/7 de la colonie de vacances organisée pour les enfants du FLN, Nérondes, été 1962
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Habiba Megnaoua
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Titre Figure 62a. Carte de membre de l’Amicale des femmes algériennes en France
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Fatma Malagouen
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 62b. Carte de membre de l’Amicale des femmes algériennes en France
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Fatma Malagouen
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 757k
Titre Figure 63a. Réunion d’Algériennes à l’AFA
Légende Akila Mezidi et Dahlia Bouden, 1968, bureau de l’AFASource : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Akila Mezidi
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Titre Figure 63b. Réunion d’Algériennes à l’AFA
Légende Réunion de militantes avec Aïcha T. à gauche, Yamina Rezkallah à l’angleSource : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Yamina Rezkallah
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Figure 64a. Réunion de secteur à l’AFA
Légende Akila Mezidi, Rabha BoumerziguaSource : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Akila Mezidi
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure 64b. Réunion de secteur à l’AFA
Légende Akila Mezidi, Rabha BoumerziguaSource : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Yamina Rezkallah
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Titre Figure 65a. Conférence à l’AFA
Légende Akila Mezidi à la tribune en 1971Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Akila Mezidi
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Titre Figure 65b. Conférence à l’AFA
Légende Projection d’un film pour les Algériennes en 1970Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Akila Mezidi
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1006k
Titre Figure 66a. Fête du 5 juillet 1970 (parc de la Tête d’Or)
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Akila Mezidi
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 66b. Fête du 5 juillet 1970 (parc de la Tête d’Or)
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Akila Mezidi
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 835k
Titre Figure 67a. Page du journal de bord de Marguerite Carlhian, 1961-1965 (feuillet 1/3)
Légende Source : AML – 236ii – ESSANA
Crédits Crédit : © AML
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre Figure 67b. Page du journal de bord de Marguerite Carlhian, 1961-1965 (feuillet 2/3)
Légende Source : AML – 236ii – ESSANA
Crédits Crédit : © AML
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Figure 67c. Page du journal de bord de Marguerite Carlhian, 1961-1965 (feuillet 3/3)
Légende Source : AML – 236ii – ESSANA
Crédits Crédit : © AML
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7293/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 516k

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540