Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes dévoilées

 | 
Marc André

Partie III. Engagements

Chapitre 5

Effacements

Texte intégral

  • 1 G. Eliot, Adam Bède, Paris, Julliard, 1992 [1859], cité par J. C. Scott, La domination et les arts (...)

Sans un petit peu de théâtre, il n’y a point d’action possible.1

  • 2 M. Foucault, « La vie des hommes infâmes », Dits et écrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard, 2001, (...)
  • 3 A. Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, Hache (...)
  • 4 F. Chauvaud et J.-G. Petit dir., L’histoire contemporaine et les usages des archives judiciaires ( (...)

1Les Algériennes entrent en métropole si discrètement qu’aucune institution ne met en œuvre de moyen pour les connaître individuellement, a fortiori pour les surveiller. Plus encore, les préjugés du moment protègent un anonymat susceptible de métamorphoses si le hasard s’en mêle. La guerre d’Algérie est le nom de ce hasard qui conduit les femmes à rechercher un tout autre effacement, très choisi cette fois, où leur conscience des stéréotypes peut les doter d’une redoutable efficacité. Et, comme souvent pour l’histoire des vies fragiles, l’archive judiciaire livre de nombreuses traces fugitives, des « vies de quelques lignes ou de quelques pages, des malheurs et des aventures sans nombre, ramassées en une poignée de mots », des « vies infimes devenues couchées dans les quelques phrases qui les ont abattues »2. Riches, ces archives le sont, d’une part, parce qu’elles apportent un « surgissement d’existences »3 et, d’autre part, « parce qu’elles sont liées au secret, à la non-publication »4, livrant ainsi hésitations, élaborations inachevées, pistes non suivies. Le temps de l’enquête et les dossiers d’instruction judiciaire font émerger les Algériennes dans un étonnant fourmillement.

  • 5 Ont été compulsés de manière exhaustive les actes de jugement des assises et du TPFA, une année su (...)
  • 6 La loi du 8 octobre 1958 permet au TPFA de se saisir des affaires d’atteintes à l’intégrité du ter (...)
  • 7 54 dossiers de procédures ont de la sorte été analysés, représentant 323 personnes jugées (sur 854 (...)

2Trois tribunaux ont à juger les Algériens et les Algériennes dans les années 1950 : le tribunal correctionnel, la cour d’assises, le tribunal permanent des forces armées5, ce dernier s’occupant des affaires politiques majeures (réseaux, attentats) quand les chambres correctionnelles jugent le menu fretin de l’engagement (collectes d’argent, distribution de tracts)6. Les dossiers de procédures présentent, invariablement, la même configuration7 : les pièces de fond (procès-verbaux des inculpés et des témoins, curriculum vitæ) témoignent des avancées de l’enquête avec tous les suspects potentiels. L’information judiciaire (notes d’audience, actes d’accusation, résumés des faits) laisse ensuite apparaître un filtre : des individus sont retenus, d’autres sont écartés. Et il semble bien que les femmes algériennes disparaissent au fil des enquêtes même quand leur mobilisation est avérée et que des preuves sont collectées.

Tribunaux sans tribunes

3Commençons par la fin : le jugement. 854 individus sont jugés par le TPFA de Lyon entre avril 1958 et mars 1962, certains apparaissant plusieurs fois, soit à cause de renvois pour supplément d’informations, soit pour être jugés dans plusieurs affaires. Ainsi, le tribunal a eu à se prononcer sur 1 064 cas, lors de 263 procès. La visibilité que provoquent ces arrestations, ces comparutions devant les tribunaux et, partant, leur médiatisation, diffère selon le sexe et/ou l’origine.

  • 8 DHL, 23 mars 1960, p. 4.

4Les statistiques disent un évident décalage entre hommes et femmes : 18 femmes seulement sont jugées pour 836 hommes et, à chaque fois, leur présence sur le banc des accusés apparaît comme inconvenante. Quand « l’organisation terroriste FLN de Clermont-Ferrand (vingt-cinq hommes et une femme) » comparaît devant le TPFA, le journaliste témoigne par exemple de sa surprise : « Les premiers [accusés] étaient vingt-six, dont une femme, fait inhabituel dans les procès intentés aux extrémistes algériens […] »8. Le seul critère distinguant les hommes des femmes est le motif d’accusation. En effet, un seul chef d’inculpation, l’atteinte à l’intégrité du territoire national (AITN), conduit généralement les femmes au tribunal, quand les hommes comparaissent sous divers chefs d’inculpation (AITN, assassinat, association de malfaiteurs, port d’armes prohibées, destruction d’édifices, etc.).

  • 9 La peine maximum d’un individu inculpé au seul motif d’AITN est justement de dix années d’emprison (...)

5En revanche, plusieurs décalages étonnent. Tout d’abord, entre femmes, le ratio penche en faveur des métropolitaines : douze pour six Algériennes, jugées en trois procès distincts. Ensuite, la chronologie distingue de la même manière les deux groupes de femmes. Les métropolitaines sont jugées plus tôt que les Algériennes, qui n’apparaissent véritablement qu’à la toute fin du conflit : quatre Algériennes sur six sont jugées en février 1962. Enfin, les condamnations sont plus lourdes pour les métropolitaines. Aucune ne se voit infliger une peine inférieure à un an de prison et quatre sur douze reçoivent dix ans9. Or, sur les six Algériennes passant en jugement, deux sont acquittées, deux écopent de moins d’un an de prison, et aucun jugement ne dépasse les cinq années de détention. Aussi, toutes les peines de prison prononcées à l’encontre des Algériennes le sont avec sursis, pour seulement deux dans le cas des métropolitaines. Pourtant, presque toutes les femmes sont rattachées au même type d’activité en faveur du FLN ou du MNA puisque treize sont agents de liaison, trois ont assuré le logement, une autre (métropolitaine), plus atypique, a essayé de convaincre un gendarme de travailler pour le FLN, une dernière enfin a vendu l’arme de son mari à son amant algérien. Le transport d’une arme n’explique pas la peine puisque Paulette C. écope de cinq ans quand Assomption Mangas écope « seulement » de neuf mois pour un transport de mitraillette. La durée de l’engagement n’explique pas non plus la durée des peines : Zohra B. G. doit faire deux ans de prison pour trois liaisons identifiées et reconnues, et Paulette C. cinq années pour un seul transport, certes d’une arme. La situation familiale n’est pas non plus une variable significative qui temporiserait les peines : trois femmes métropolitaines et quatre Algériennes ont des enfants, et l’éventail des peines pour ces mères de famille s’échelonne de moins d’un an à dix ans. Plus significatif pourrait être l’échelon du responsable politique pour lequel on fait des missions : les peines allant de cinq à dix ans de prison concernent les femmes ayant travaillé directement pour les chefs de la wilaya 3, Tahar Temzi d’une part, Mahmoud Mansouri, de l’autre. Néanmoins, les quatre Algériennes jugées en même temps en février 1962 avaient aidé un chef régional de la wilaya 3 et la peine fixée ne dépasse pas une année de prison avec sursis pour deux d’entre elles. Deux autres sont acquittées. Les métropolitaines reçoivent donc un traitement plus lourd que les Algériennes : le sentiment de trahison est clairement évoqué lors de leurs procès.

  • 10 DHL, 3 février 1962, p. 5.
  • 11 Ibid. Pour les deux autres Algériennes passées par le TPFA, rien ne filtre sur les propos du commi (...)
  • 12 DHL, 5 mai 1959, p. 5.
  • 13 DHL, 12 avril 1960, p. 4.

6Les réquisitoires informent en effet sur le traitement différentiel selon l’origine de l’inculpée. La séance devant le TPFA étant une procédure orale, il est toutefois très difficile de savoir ce qui se dit le jour du procès, de connaître les propos échangés entre les avocats, le commissaire du gouvernement, le président du tribunal ou encore avec les inculpés. Seuls les comptes rendus de presse et les notes manuscrites lacunaires du greffier permettent de pénétrer au cœur de l’enceinte judiciaire. Le constat est alors clair : les commissaires du gouvernement passent très peu de temps sur le cas des Algériennes, tout comme, ensuite, les journalistes. Par exemple, le 2 février 1962, le procès met en vedette quatre Algériennes qui « ont servi d’agent de liaison ou joué les utilités dans les réseaux de l’organisation FLN », ainsi que « deux jeunes gens dont le rôle a été plus déterminant »10. Le journaliste, après avoir évacué les peines légères demandées par le commissaire du gouvernement, entend passer aux choses sérieuses : « En conséquence, nous ne retiendrons que les plaidoiries se rapportant aux deux hommes »11. Dans le cas de procès de métropolitaines, les propos du commissaire du gouvernement sont plus vifs. Quand il s’agit de juger Paulette C., renvoyée à son statut de « maîtresse » d’un Algérien, le journaliste note : « Dans un long réquisitoire de près d’une heure et demie, M. le commissaire du gouvernement se montra d’une extrême sévérité pour les 12 accusés »12. De fait, deux membres d’un groupe de choc FLN sont condamnés à mort et Paulette C. arrive en sixième position dans la dureté des peines. Mais c’est lors du procès de la wilaya 3 qu’un autre commissaire du gouvernement, le commissaire Sigaud, entonne un réquisitoire plus personnel contre les quatre métropolitaines et deux métropolitains, soutiens au FLN, qui « ont tenté de faire avec la Résistance française des comparaisons indignes. […] Cette affaire a pour origine un défaut de conscience, elle est l’exaspération d’un intellectualisme irraisonné et le besoin de mouvement d’une certaine jeunesse, le désir de sortir des sentiers battus. Mais où se trouve la charité, dont ici on se réclame ? Je suis resté en Algérie. J’ai vu se forger cette amitié entre les masses. À aucun moment je n’ai eu le sentiment d’avoir à rougir de la France »13. À l’évidence, l’infidélité à la cause nationale, plus que la rébellion, explique des peines majoritairement plus dures dans le cas des métropolitaines.

  • 14 La richesse en détails des PV dressés pour les hommes a servi de base à un article : M. André, « L (...)
  • 15 Toutes les informations qui suivent sont extraites des dossiers de procédures consultables sous dé (...)

7Les Algériennes apparaissent effacées lors des procès : peu de comparutions, des peines réduites et aucune retranscription d’interrogatoire dans la presse. Il est en outre bien difficile de connaître leurs parcours : alors que chaque inculpé homme a droit à un ou plusieurs procès-verbaux détaillés explicitant tout son itinéraire, de sa naissance à son arrestation14, les femmes sont interrogées plus rapidement sur leur passé. Trois des six inculpées n’ont pas vu dresser pour elles un procès-verbal en bonne et due forme, et les trois autres rappellent leur parcours de manière succincte. Des quelques informations que l’on peut glaner sur elles dans les archives, il ressort un constat simple : tout ou presque semble les distinguer entre elles (origine géographique, maîtrise de la langue, situation matrimoniale)15. Elles proviennent aussi de toute la région : Zobeida O. arrive de Chambéry, Zohra B. G. de Clermont-Ferrand, Aïssouche Benyamina de Lyon, Aïcha S. de Vénissieux, Khédidja D. et Fatima A. de Vienne. Cette ventilation géographique rend encore plus originale leur présence au tribunal : une seule vit à Lyon pourtant cœur de l’immigration algérienne et, de manière plus générale, seule une femme par ville émerge. Cela participe à la minoration médiatique et juridique de leur rôle dans la lutte pour l’indépendance.

  • 16 AJM – TPFA Lyon – Dossier Zohra B. G., jugement 195/2791, notes d’audience, 22 mars 1960.

8Or, dans leurs dépositions, toutes mentionnent incidemment leurs liens avec d’autres Algériennes. Zohra B. G. cite « une famille musulmane qui [lui] a remis une liasse d’argent plus importante que celle de la veille »16. Khédidja D. indique la présence d’une « agent de liaison musulmane » se rendant à son domicile. Enfin, Aïssouche Benyamina parle d’« une jeune musulmane » :

  • 17 AJM – TPFA Lyon – Dossier Aissouche Benyamina, jugement 27/3261, procès-verbal.

Le 24 ou 25 janvier 1961, vers 18 heures, l’Algérien qui avait déposé l’argent à mon domicile est revenu me voir pour remettre à ma garde une enveloppe fermée contenant, m’a-t-il dit, des papiers. Le lendemain matin, à 11 heures, une jeune musulmane que je ne connaissais pas s’est présentée à la maison pour retirer l’enveloppe. Elle a même déjeuné avec nous. Au cours du repas nous avons bavardé de choses banales. Cette jeune fille a seulement affirmé qu’elle suivait des cours d’apprentissage pour être couturière. Elle a quitté la maison vers 13 h 30. Il s’agit d’une musulmane âgée de 20 ans environ, un peu plus grande que moi, ses cheveux sont noirs et peignés en une seule natte qu’elle porte sur la poitrine.17

9Nos six inculpées initiales ne sont apparemment que six figures émergentes d’une masse plus importante de femmes impliquées dans le conflit.

Géographie de la détention

  • 18 Deux autres prisons se répartissent les détenus durant la guerre d’Algérie : la prison Saint-Paul (...)
  • 19 Tassadit Rahmouni est ainsi jugée par le tribunal pour enfants et adolescents de Vienne.

10D’ailleurs les femmes, algériennes ou métropolitaines, sont plus nombreuses en prison que celles effectivement passées en jugement dans l’enceinte du TPFA : vingt-six Algériennes sont détenues entre 1958 et 1962 à Montluc, la prison pour femmes de Lyon18. Dix le sont pour motifs politiques. A priori, quatre nouveaux visages devraient apparaître puisque six d’entre elles ont été jugées par le TPFA de Lyon. Or, seules Zohra B. G. et Khédidja D. se retrouvent à Montluc. Ont disparu Aïcha S., Fatima A., Zobeida O. et Aïssouche Benyamina : les deux premières ont été acquittées et les deux autres bénéficient d’un sursis. Dans les deux cas de figure, cela implique que toutes ces femmes ont comparu libres quand Zohra B. G. et Khédidja D. étaient déjà emprisonnées en attendant leur jugement. Zohra B. G., par exemple, reste en détention à Clermont-Ferrand avant de purger sa peine à Lyon. En parcourant les registres d’écrous, ce sont donc huit nouvelles Algériennes dont nous apprenons à la fois l’existence et la lutte pour l’indépendance. Plusieurs raisons peuvent être avancées à cela. Certaines, comme Tassadit Rahmouni ou Fadila H., respectivement âgées de 18 et 17 ans, sont trop jeunes pour dépendre du TPFA : elles sont jugées par un tribunal pour enfants, puis rejoignent Montluc19. Une autre, comme Hadja S.-M., habitant Marseille, ne séjourne que trois jours à la prison avant son transfert pour la maison d’arrêt de la Roquette à Paris. Pour les cinq autres femmes, toutes domiciliées à Lyon, soit elles ont été jugées en correctionnelle, soit elles ont été placées en détention avant d’être relâchées, une fois l’enquête terminée. Des métropolitaines ont de la même manière connu la prison Montluc sans pourtant passer en justice, comme Marie-Josèphe Gin, Élisabeth Faurax, Clothilde F.

  • 20 Les références aux autres prisons sont extraites de J. Guerroudj, Des douars et des prisons, Paris (...)
  • 21 Le 4 août 1959, une circulaire dite « Michelet » accorde un régime de détention particulier aux dé (...)
  • 22 Trois autres métropolitaines ont été incarcérées avant elles dans d’autres prison, la première à S (...)

11Comment s’organise la vie en prison ? Bien qu’il existe autant de situations que de prisons, les unes hébergeant les détenues dans des cellules individuelles comme à Fontenay-le-Comte ou plus collectives comme à Rouen, les autres dans des dortoirs, à Pau par exemple, toutes séparent progressivement les détenues politiques des détenues de droit commun20. Avant même la circulaire Michelet21, les femmes envoyées à Montluc pour AITN (ou soupçons d’AITN) occupent un espace distinct au sein de l’aile des femmes : « J’étais au deuxième parce qu’on m’avait mis à l’isolement, à un étage où il n’y avait que des prostituées qui venaient faire quelques jours parce qu’elles n’avaient pas payé leurs amendes », affirme Marie-Josèphe Gin, la deuxième femme emprisonnée pour délit politique à Montluc (du 11 avril au 6 mai 1959)22. Internée car suspecte, l’administration cherche à obtenir des informations en favorisant quelques contacts avec d’autres détenues :

  • 23 J. Guerroudj, dans son autobiographie (Des douars et des prisons, p. 77), comme D. Amrane, dans so (...)

[…] il y avait une Algérienne qui était parmi les détenues de droit commun avec laquelle on m’envoyait en promenade. Et [une] gardienne m’a dit de ne rien lui dire, de ne pas lui parler, on l’avait mise avec moi pour me faire parler. […] C’est vrai qu’elle se présentait un peu comme quelqu’un qui était du FLN. Donc moi je suis restée très méfiante. Et à partir du moment où cette gardienne m’a dit de me méfier, je me suis vraiment méfiée. Et puis très vite, on ne m’a plus fait sortir avec elle.23

  • 24 S. Gerbe, Un automne à la prison de Montluc, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 45.

12Technique employée dans bien des prisons, elle s’explique dans le cas de Marie-Josèphe Gin par l’absence de preuves sur son aide au FLN. Isolées des autres prisonnières, les détenues politiques métropolitaines et algériennes partagent-elles pour autant la même expérience de la prison ? Suzanne Gerbe signale, lors de son arrivée à Montluc le 23 septembre 1960, parmi les autres détenues politiques rencontrées durant la « récréation », Madeleine Borne, Assomption Mangas et Josette Augay24 : elle ignore la présence d’une détenue politique algérienne Teldja R., internée à Montluc durant la même période (du 21 juillet 1960 au 8 octobre 1960). Faut-il comprendre que le contact ne s’établissait durant ce moment partagé dans la cour qu’entre métropolitaines ? Teldja R. est-elle isolée d’office par l’administration – à la Petite Roquette, l’administration avait empêché les Algériennes transférées d’Algérie de rencontrer les détenues politiques déjà enfermées – ou bien choisit-elle cet isolement ? Rien ne peut être acquis mais des témoignages plus tardifs renseignent sur quelques interactions. Ainsi, celui de Nicole Cadieu, emprisonnée durant un peu plus de trois ans à Montluc (du 25 novembre 1960 au 16 décembre 1963) :

  • 25 Entretien réalisé par Béatrice Dubell, exposition « Récits d’engagements », printemps 2012, Le Riz (...)

En prison, il y avait une petite fille, enfin, qui avait, elle avait 18 ans, je ne sais pas, à peine, une autre Algérienne, et Mersaoui…, je [n’arrive pas] à me souvenir que son nom, qui était aussi une Algérienne. En prison. Et les fréquentant toutes les trois, à ce moment-là, j’ai eu un contact. Là, tout à fait. Mais avec un certain temps, et de leur côté, et du mien… C’est, c’est vrai qu’elles étaient extraordinaires. Et Mersaoui, notamment, est arrivée couverte de bleus, très amochée, et pendant six mois, à peu près, elle ne parlait pas français. C’était faux, mais parce qu’elle se méfiait aussi en prison, de ce qu’on était nous. Elle avait 40 ans passés. […] et puis un jour, elle s’est mise à causer français, quoi ! [rires] J’ai aimé ce rapport.25

  • 26 C’est ce qui ressort de l’examen du registre d’écrou.
  • 27 S. Gerbe, Un automne à Montluc, ouvr. cité, p. 49. Le 4 août 1959, une circulaire dite « Michelet  (...)
  • 28 J. Guerroudj, Des douars et des prisons, ouvr. cité, p. 133.

13Nicole Cadieu, durant son incarcération, a vraisemblablement fréquenté six Algériennes détenues pour raison politique26, trois seulement étant restées dans sa mémoire (dont Tassadit Rahmouni, la « petite fille », et sans doute Fatima B., l’« autre Algérienne », quant à « Mersaoui », elle est internée en tant que prostituée le 22 août 1961). Dès 1960, il apparaît que toutes ces détenues ont la possibilité de se donner des cours ou d’en suivre par correspondance, qu’elles ont « le droit de recevoir Le Monde, mais pas le journal local »27. Et, manifestement, les détenues politiques avaient une cellule séparée du reste des détenues, se retrouvant seulement la journée pour une vie commune. Néanmoins, si les métropolitaines comme Nicole Cadieu ou Claudie Duhamel se sont lancées dans la grève de la faim en novembre 1961, si elles ont reçu après la guerre des soutiens de la part du Secours catholique par exemple, la présence des Algériennes est plus discrète. Loin des regroupements que l’on trouve à Toulouse, Pau ou Caen qui abritent entre dix et vingt détenues politiques en 1959-1960, et plus loin encore des dortoirs collectifs surpeuplés de la prison Barbrousse à Alger, les Algériennes de Montluc sont rarement assez nombreuses pour entamer une mobilisation d’envergure. Comme à Rouen où Paulette C. (arrêtée à Lyon) n’a pas pu modifier les conditions de sa détention, étant la seule internée politique de la prison, à Lyon, l’isolement peut favoriser une position d’attente28. La faiblesse apparente de cette mobilisation à Montluc s’explique sans doute aussi par les courtes périodes d’incarcérations qui affectent les Algériennes : hormis deux Algériennes incarcérées de longs mois (Tassadit Rahmouni, neuf mois et Fatima B., six mois), les autres n’ont connu Montluc qu’entre trois et quatre-vingt-dix jours.

  • 29 ADR – Fiches individuelles des Renseignements généraux – Note du 18 avril 1961. Orthographe respec (...)
  • 30 Ibid.

14En effet, pour peu qu’elles restent plus longtemps, une tout autre image apparaît. Tassadit Rahmouni et Fatima B. sont restées ensemble durant six mois et deux lettres interceptées par les surveillants attestent d’un esprit militant qui perdure en prison. La première, en date du 14 avril 1961, est toute personnelle. Tassadit Rahmouni écrit à son ami Abdelkader M., militant FLN de Lorette, et entrecroise réflexions personnelles et politiques pour souligner que, « du jour où j’ai pris connaissance du travail qui m’attendait je me considérais comme prisonnière, un jour ou l’autre il fallait que je me fasse pincer mon chéri, il n’y a pas de problème pour ça » et pour affirmer : « Je ne regrette pas ce que j’ai fait jusqu’à présent, je continuerais jusqu’au jour de l’indépendance totale de ma patrie. Je jouerais mon rôle jusqu’au dernier souffle et je crois que tous et toutes mes compatriotes sont d’accord avec moi. Ce n’est pas la prison mon chéri qui m’empêchera de reprendre mon activité envers mon peuple qui a besoin d’être dégagé de cette étreinte stupide »29. Le ton est offensif : les missions opérées pour le FLN sont acceptées, l’incarcération ne signifie pas la fin de la lutte, l’esprit de sacrifice se lit à chaque ligne. La prison réoriente le combat. Le discours n’étonne guère, du fait d’un ton militant assumé, malgré l’âge de celle qui prend la plume. Mais c’est dans sa description des compagnes ou compagnons de luttes, incarcérés ou devant l’être, que Tassadit Rahmouni montre un regard plus original, n’oubliant personne, ni « une musulmane (politique) mère de trois enfants », ni « les transférés (frères) du camp de Thol [qui] ne sont pas détenus pour des prunes », ni, enfin, « des collègues européennes et européens avec le chef de la Wilaya 3 de Lyon » qui comparaissent au TPFA de Lyon en avril 196130.

15Parfois, les lettres censurées témoignent de formes plus originales de combat. En effet, Tassadit Rahmouni et Fatima B. ont de la sorte écrit une seconde lettre, directement adressée au président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) :

Monsieur Ferhat ABBAS,

Les détenues de la prison de Montluc, se permettent de vous envoyer leurs fidèles pensées, et toute leur admiration pour votre si noble tâche.
Nous sommes très heureuses que notre indépendance est reconnue par le monde entier. Pour cette tâche, nous donnerons notre vie s’il le fallait ; car cette dernière nous importe peu pour la libération de notre patrie.
Nous prions Dieux tout puissant, de nous réunir un jour et nous cueillerons ensemble le fruit de notre sacrifice.
Dans l’attente de ce grand jour nous vous présentons notre respectueuse confiance.
Nous vous prions Monsieur Ferhat ABBAS, de bien vouloir nous rendre une réponse avec une photographie de tout le membre de notre gouvernement si cela était possible.
Salein alikoum ou Nour min Allah !
Montluc le 17 avril 1961

  • 31 AJM – TPFA Lyon – Dossier Ammar K., jugement 27/3261, lettre du 17 avril 1961. Orthographe respect (...)

Mademoiselle Rahmouni et Madame B.31

  • 32 Pour l’heure les archives disponibles sur les prisons de Lyon ne mentionnent les grèves de la faim (...)
  • 33 ADR – Fiches individuelles des Renseignements généraux – Note du 18 avril 1961. Lettre du 14 avril (...)

16Voilà à l’évidence un courrier de deux personnes tout à fait lettrées. Tassadit Rahmouni est ainsi venue en métropole à l’âge de 8 ans, soit en 1951, et a fréquenté les écoles primaires de La Grand’Croix et de Lorette. Son arrestation s’explique par des documents trouvés dans sa gaine lors d’une perquisition au domicile de Khédidja D. où elle se trouvait également. Peu d’informations ont pu, pour l’heure, être glanées sur Fatima B., si ce n’est qu’elle est née au Maroc en 1926, qu’elle a donc 35 ans au moment où elle rédige la lettre, et qu’elle a reçu une instruction primaire. Leur adresse au chef du GPRA témoigne à la fois d’une actualité suivie pour les affaires algériennes et d’une provocation, sachant que la lettre ne passerait pas la censure. Peut-être ont-elles aussi participé aux grèves de la faim pour améliorer leurs conditions de détention32. En tout cas, elles n’étaient pas coupées de l’extérieur. Elles suivent l’actualité et communiquent avec les membres de leur famille. Tassadit Rahmouni évoque en effet les lettres écrites régulièrement par sa mère, ses frères, sa grand-mère. Même les liens avec le réseau ne sont pas totalement coupés : « Mes camarades ne m’ont pas laissé non plus, même celles de Paris que j’ai connu lors de mon dernier voyage »33. Malgré ces quelques contacts, les Algériennes de Montluc ne semblent pas se poser la question d’une éventuelle déléguée des détenues bien que Tassadit Rahmouni affirme, lors de l’arrivée d’une autre Algérienne, dans une curieuse phrase : « J’ai pris mes responsabilités, j’ai quand même 18 ans et je distingue le noir du blanc, baby. » Elles n’ont pas multiplié les grèves ou manifestations pour modifier leurs conditions de détention ou alerter l’opinion.

  • 34 Écho-Liberté, 10 novembre 1961, p. 1.
  • 35 Nous tenons ce chiffre de 14 Algériennes des fiches dressées par la police suite à cette manifesta (...)

17Montluc apparaît bien comme la prison des femmes algériennes durant la guerre d’indépendance d’autant plus qu’elle a pu servir de lieu de détention temporaire. Des Algériennes y ont en effet transité puisque le fort, abritant la caserne de CRS, est aussi le centre de triage lors des rafles. Suite à la manifestation de femmes du 9 novembre 1961 (voir page 259), un journaliste précise qu’« […] au fur et à mesure que les femmes descendaient des transports en commun, elles étaient immédiatement dirigées, cortège bigarré, vers les voitures de police, qui prenaient aussitôt le chemin de la caserne de CRS du Fort Montluc »34. Quatorze Algériennes passent la nuit là-bas, dont Lamria Hamidat qui rappelle35 :

L. H. : On est montées dans les paniers à salade, et directement à la prison de Montluc, j’ai passé 24 heures aussi à Montluc, par terre, comme des chiens, ni boire, ni rien. […] On est sorties le lendemain, et ben oui ! J’ai passé la nuit là-bas ! C’est comme un dortoir, un grand dortoir, par terre, il n’y a ni chaise, ni… Il n’y avait rien du tout hein ! Comme des chiens. Des femmes, je vous dis pas… Il y en avait ! Ils viennent avec les chiens, ils viennent avec vous savez, comme on voit, les mitraillettes, les machins là ! On n’a pas l’habitude avec ça. On pleurait. On pleurait, qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse ? On dit : « mais nos enfants, nos enfants, nos enfants ! » « Et bien vous avez pas besoin de faire… L’Algérie elle est française, c’est pas la peine de… Mettez vous ça dans la tête. » Il y en a qui disent : « Non ! Algérie algérienne ! »

M. A. : Et ils venaient vous interroger ?

L. H. : Ah non non non ! Ils venaient pas discuter avec nous ! Pas du tout ! Je vous dis à Vauban oui ! Mais là non ! Ils nous laissaient comme des chiens. Et le lendemain : « Vous rentrez chez vous. »

M. A. : Et le soir, ils vous ont apporté à manger ?

L. H. : Rien ! Même pas à boire.

M. A. : Est-ce que vous communiquiez avec des femmes algériennes en cellule ?

L. H. : Ils disent : « C’est pas la peine de parler, vous avez pas le droit à la parole. » Et puis ils nous menaçaient, on a peur ! Qu’est-ce que vous voulez ? On a peur ! […]

M.A. : Et entre femmes, qu’est-ce qu’on se dit ?

L. H. : Rien ! On pense qu’à nos enfants, nos enfants, nos enfants. Comment ils vont faire ? Comment on va faire ? Et c’est tout ! On pense qu’à nos enfants, ils sont petits, mon fils il avait je sais pas 7 ans, 6 ans, la dernière elle avait 9 mois.

M. A. : Et le lendemain ils vous réveillent…

L. H. : On n’a pas dormi de toute façon. Ils viennent et disent : « La porte est ouverte, vous partez chez vous. » Et puis on est parties, on était dégueulasses, il y a que de la terre, de la terre !

18Le nombre de femmes détenues à Lyon s’étoffe progressivement et témoigne, en même temps, de leur effacement : derrière les quelques femmes passées en jugement, d’autres ont simplement été retenues, pour des durées variables, en prison ou ailleurs.

19En effet, le commissariat central de la rue Vauban est cité comme autre lieu de terreur et de tortures par toutes les Algériennes interrogées : « Vauban où on a eu le martyr par des flics, qui martyrisaient les gens », résume Fatma Malagouen. De fait, Vauban se transforme bien, parfois, en lieu de détention provisoire pour les femmes. Louisette Mekaouche en fit l’expérience, à deux reprises. La première fois, elle trouve la police devant chez elle, alors qu’elle rentrait de l’université après y avoir retrouvé son frère, et la seconde, elle est arrêtée suite à une rafle :

L. M. : […] quand je suis rentrée à la maison la police m’attendait déjà, donc là, ils m’ont embarquée. Ils n’ont rien pu retenir contre moi, rien parce qu’il y avait rien, il y avait aucune preuve rien, sauf une chose, ils ont trouvé une balle devant la porte, une balle qui avait dû échapper dans les trucs parce que moi j’ai transféré tout ce qu’il y avait dans la maison, je l’ai transféré chez cette vieille dame. […] Donc là j’ai été arrêtée, ils m’ont gardée 48 heures et je suis ressortie.

M. A. : À Vauban ?

L. M. : À Vauban, toujours, deux fois de suite à Vauban. La deuxième fois, comment ça s’est passé, la deuxième fois ? […] C’est bien plus tard, ça faisait déjà 58 oui. […] Ils m’ont emmenée à Vauban encore une fois et personne n’a remarqué ce sac, c’était une pochette bleu marine comme ça je me souviens, pleine de papiers et personne n’a fait attention à ce sac. Je suis partie… Voilà, là tout de suite je suis passée devant un juge d’instruction.

20Un lien peut sans doute être tissé entre la première arrestation, qui conduit au fichage, et la seconde, qui lance une procédure. C’est la récidive qui implique les poursuites et la détention de 48 heures à Vauban. Messaouda Benchaa affirme aussi être passée « deux fois en prison ». La prison, dans son vocabulaire, c’est bien Vauban : « Ici à Lyon. À… comment s’appelle… Tu sais le consulat ? Avant c’est pas une…. C’est une prison. Prison pour les femmes. Vauban. En face. Oh moi je suis pas restée. Je suis restée un mois. » Son premier passage par Vauban fait suite, alors qu’elle demeurait à Bron, au meurtre de l’homme avec qui elle venait de se mettre en ménage. Témoin clef du drame, les policiers tentent d’obtenir des informations : « Les flics ils viennent me chercher le matin, jusqu’à 7 heures du soir ils me remmènent chez moi. Je vais chez les flics. Elle, la police, elle dit rien, moi la police toujours elle me ramène. À Vauban là, toujours elle me ramène. Qui c’est qui l’a tué ? Qui est venu chez toi ? Qui parlait avec toi ? Tu sais qui a tué ? Je dis non monsieur, moi j’étais à la maison… J’entends le bruit. » Ainsi, Messaouda Benchaa subit un curieux système : elle est récupérée le matin, reposée le soir. Comme pour Louisette Mekaouche, cela a sans doute conduit à un fichage. Quelque temps après, alors qu’elle est davantage mobilisée par le FLN – l’assassin caché chez elle devient son nouveau compagnon, précise-t-elle – la police la recherche : « Tu sais où on a été arrêtés ? Dans le marché à Vienne. Dans le marché ils m’arrêtent. Comme ça, avec une photo. » Arrêtée une seconde fois, elle est de nouveau conduite à Vauban. Plusieurs Algériennes sont de la sorte conduites de manière récurrente et plus ou moins forcée dans les locaux de Vauban pour identifier visuellement des membres du camp adverse. C’est devenu une routine pour Ouarda D., militante du MNA :

Ah oui, je te dis parce qu’il y a Mustapha, moi je vais le matin, je pose les enfants, ma mère me les garde, elle voulait pas me les garder, mais je les amène où ? Je les pose après je vais aller là-bas, au machin là-bas à Vauban et ils vont me poser des questions toute la journée, pendant des mois et des jours, moi j’ai commencé à en avoir marre, je commence à en avoir marre. Parce que je vais le matin, il faut que je montre des gens, dans le mur, est-ce que je connais… Mais je peux pas dire que je les connais, moi et mes enfants, moi toutes les fois que je vais là-bas, toute la nuit, ils sont quatre, ils ont cassé la porte parce que c’est sûr que tu as parlé, je peux pas dire voilà c’est lui qui a tiré sur… je peux pas, je peux pas. Après il me dit vous cachez tout ça entre nous. Moi je dis : « Je cache pas monsieur, je les connais pas, c’est tout. C’est la vérité. » C’était dur quand même.

[…] Même un jour [Messali] Hadj il a vu ma belle-sœur, il m’a dit t’as été plusieurs fois là-bas en garde à vue mais t’as pas donné personne ? Et bien vraiment t’es forte hein ! Je lui ai dit : « Laisse-moi tranquille. »

21La garde à vue s’explique dans ce cas précis, par une volonté d’obliger Ouarda D. à dénoncer des membres du FLN : « Chaque fois qu’il y avait un cadavre à Parilly, ils venaient me trouver », dit-elle.

22Toutes ces visites forcées conduisent à la prise de photographies anthropométriques, à l’établissement d’une fiche de renseignements ainsi qu’à l’ébauche d’un organigramme du parti clandestin quand cela est possible.

Figure 45a. Photographies anthropométriques

Figure 45a. Photographies anthropométriques

Tassadit Rahmouni, 2 février 1961
Sources : ADR 3554 W 4

Crédits : © ADR

Figure 45b. Photographies anthropométriques

Figure 45b. Photographies anthropométriques

Zohra B. G., 27 février 1960
Sources : Archives de la justice militaire, TPFA Lyon, jugement 195/2791

Crédits : © AJM

  • 36 Sur le système de fichage durant la guerre d’Algérie, lire E. Blanchard, « Le fichage des émigrés (...)
  • 37 ADR – 3554 W 4 – Note individuelle des Renseignements généraux, 28 avril 1960.

23Les visages sont jeunes, les regards crispés, et les traits tirés signes d’interrogatoires longs et musclés. Une simple demande à la préfecture pour une visite pouvait de même conduire à une fiche36. L’exemple le plus frappant est le cas des demandes de visites pour des détenus en camps. Ainsi, quand Djamila B. demande, en avril 1960, un droit de visite pour Mohamed N., une fiche est établie qui retrace tout son parcours, depuis sa naissance en 1927, son arrivée à Lyon en 1944, son divorce de 1952, ses activités dans la prostitution : « Compte tenu d’une part de sa mauvaise moralité d’autre part du fait qu’il lui est impossible de justifier des liens légaux qui l’unissent au sieur N., un avis défavorable semble devoir être donné à cette demande »37. Des Algériennes sont donc mises en fiches lors de leur passage à Vauban, lieu de détention puisque certaines y étaient conduites forcées du matin au soir.

24Vauban, avec Montluc, reste le pôle de détention qui terrifie les Algériennes dans les années 1950 : l’installation du consulat algérien à l’indépendance rue Vauban, à côté du commissariat, aura valeur de symbole. D’autres lieux de détention existaient encore comme les commissariats d’arrondissements, sans doute, mais aussi quelques lieux pour l’instant non vérifiés dans les sources écrites. D’après Fatma Malagouen : « […] on s’est fait arrêter plusieurs fois par la police, et on nous a gardés pendant quinze jours à Oullins, parce que il n’y avait pas de commissariat. C’était des genres de cabanes, pour les femmes. » Dans la mesure où il y avait un commissariat à Oullins, le lieu semble peu probable. En revanche, il est possible que le lieu indiqué soit le fort de Sainte-Foy-lès-Lyon où, effectivement, des contrôles ont été opérés. De la même manière, Messaouda Benchaa se rappelle qu’une fois, à Givors, alors qu’elle surveillait un appartement dans lequel se tenait une réunion, elle fut arrêtée, après dénonciation d’une voisine jalouse de ne pas être conviée à ladite réunion, par les gendarmes :

  • 38 Un autre entretien, celui de Myriama Boudjeda, confirme les visites à la gendarmerie de Givors.

Elle a cherché les gendarmes, les gendarmes qui étaient ici. Aux Plaines. Les femmes se sont sauvées, sont parties, moi non, je suis restée. Elle m’a attrapée, elle m’a cherchée, m’a amenée ici, là. Avant ils disent pas « garde à vue » ou comme ça. Il m’a arraché la petite, il l’a donnée à l’assistante sociale, et moi il m’a attrapée. Il m’a dit : « Tu dis les femmes elles sont où ? Elles venaient d’où ? » J’ai dit « Quelles femmes ? » Il m’a dit « ici, il y a des femmes ! Qui venaient de Paris ! » Et bien je sais pas, toi… moi je sais pas. « Comment je sais pas ! Tu es à la maison et tu dis je sais pas ! » « Je sais pas moi ! »38

25Sans autre précision, l’interrogatoire semble mené à la gendarmerie de Givors, et cela complète le dispositif des lieux dans lesquels ont été conduites des femmes Algériennes. Un réseau de lieux de détention se dessine alors : au premier chef, la prison de femmes, en deuxième lieu, les commissariats avec en tête le commissariat central de la rue Vauban, siège de la police judiciaire ; en troisième lieu, les casernes militaires. Cela suggère que, quoiqu’il en soit, bien des femmes, contrôlées et même suspectes, ont été libérées, ce qui se vérifie dans les dossiers de procédures.

Des Algériennes au creux des affaires

  • 39 ADR – 3571 W 33 – Service régional de la police judiciaire, dossiers individuels sur la guerre d’A (...)

26Les commissions rogatoires engagent une mission claire : « Continuer l’enquête : entendre tous les témoins, procéder à toutes les confrontations, constatations, perquisitions et saisies utiles […]. D’une façon générale, effectuer tous actes d’information de nature à aboutir à la manifestation complète de la vérité »39. De fait, les dossiers d’instruction conservent la trace de tous ces cheminements, de tous les interrogatoires, de toutes les hypothèses envisagées. Entre l’information judiciaire, lancée sitôt un drame constaté, et l’information médiatique, diffusée tout au long de l’enquête, bien des filtres opèrent, ce que l’on voit parfaitement en revisitant les « grandes affaires ».

  • 40 Par exemple : H. Hamon, P. Rotman, Les porteurs de valises, ouv. cité, p. 121-122 ; B. Dubell, M.  (...)
  • 41 Outre le mémoire de C. Gomez, « Les catholiques lyonnais et la guerre d’Algérie », mémoire cité ; (...)

27Deux affaires ont secoué les médias tant lyonnais que nationaux : l’affaire du Prado d’abord, en octobre 1958, puis le procès de la wilaya 3, au printemps 1960. La première a fait couler beaucoup d’encre, dans un récit qui se déploie toujours selon la même trame narrative, dont voici le tracé : le 18 octobre 1958, plusieurs Algériens arrêtés mettent en cause deux prêtres du Prado, les pères Joseph Chaize et Louis Magnin, ainsi que le père Carteron, dans l’entrepôt des fonds collectés par le FLN pour les familles de détenus. Le récit se poursuit avec l’interrogatoire des deux prêtres, la fuite d’Albert Carteron, la justification orchestrée par Mgr Ancel et le cardinal Gerlier alors à Rome pour les obsèques du pape, la constitution d’un dossier sur les tortures subies par les inculpés algériens, l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction Marzloff, la lutte des avocats, enfin la fin vaporeuse de l’affaire (classement sans suite, mutation du procureur Gaultier à Grenoble). Qui s’intéresse aux engagements des Français aux côtés des Algériens en lutte pour l’indépendance40, à l’implication des chrétiens dans la guerre d’Algérie41, retrouve partout la même trame et se contente le plus souvent d’en reproduire le motif.

  • 42 DHL, 18 octobre 1958, p. 1-3.
  • 43 Ibid.
  • 44 R. Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, p. 33-34.

28À y regarder de plus près, chacun de ces épisodes correspond à un article de journal, la presse suivant pas à pas l’enquête du 18 octobre, date du coup de tonnerre, au 8 décembre 1958, date de la dernière allocution du cardinal Gerlier sur le sujet. L’affaire existe donc essentiellement par sa construction médiatique qui transforme colonne après colonne cette affaire en mythe. Il faut en percer les mystères, comme il est indiqué lors de l’article révélateur du scandale : « “Allo… Monsieur Albert…” [tel] pourrait être le titre d’un captivant roman d’espionnage »42. Tout d’abord, les médias recherchent le « scoop » et informent de manière totalement transparente que le démantèlement du « service social du FLN » est « d’envergure, mais n’aurait pas été fort intéressant au point de vue retentissement, si après les noms de 12 Algériens inculpés dans cette affaire n’avai[en]t figuré celui de Louis Magnin, 37 ans, né à Écully, prêtre de son état, et logeant au noviciat de Vienne, à Saint-Fons » et celui de l’abbé Carteron qui « fit preuve d’un excès de zèle intempestif puisqu’il avait de fait organisé au séminaire du Prado, montée des Clochettes à Saint-Fons, un bureau d’entraide aux familles des terroristes FLN emprisonnés à Lyon »43. Ensuite, l’enquête fait surgir des fragments de réseaux démantelés. Voilà le mythe de la conspiration réactivé avec en son centre l’organisation secrète, son cloisonnement interne et sa structure hiérarchique44. Mais seule l’implication de Français, qui plus est curés, suscite un suivi médiatique resserré sur ces figures, laissant dans l’ombre les Algériens.

  • 45 ADR – 3571 W 33 – Service régional de la police judiciaire, dossiers individuels sur la guerre d’A (...)

29Sans mésestimer le rôle des trois prêtres, il importe de reprendre le dossier constitué par le Service régional de la police judiciaire45. Il apparaît alors que le fonctionnement de la caisse de secours pour les familles de détenus FLN est essentiellement algérien (douze inculpés sur treize sont Algériens), qu’une Algérienne a joué un rôle clé dans le fonctionnement de l’organisation, et que d’autres femmes algériennes ont apporté leur aide plus ponctuellement.

  • 46 Entretiens avec Fatma Malagouen, Lamria Hamidat, Zoubeida Benyamina.

30Sitôt les Algériens arrêtés, la police se penche sur leurs compagnes au premier rang desquelles se trouve Liliane M., concubine de Semmoud Djillali, principal suspect : une dizaine de lettres écrites de la prison Saint-Paul ont été retrouvées à son domicile lors de la perquisition. Née d’un père algérien et d’une mère italienne, elle reconnaît lors de l’interrogatoire être la « maîtresse » de Semmoud Djillali, rappelle leur rencontre au café quelques semaines avant l’arrestation, l’ébauche d’une vie commune, mais affirme tout ignorer de l’activité politique de son ami. La correspondance échangée avec son compagnon laisse entrevoir une complicité mais aucune poursuite n’est engagée contre elle, ni contre sa sœur Oria, « camarade » de Semmoud Djillali, ni contre Louise T., commerçante dont la fille est mariée à un Nord-Africain, et qui s’est occupée des affaires du chef de zone. Ainsi, l’enquête porte avant tout sur les femmes européennes gravitant dans l’entourage des Algériens : patronne de débit de boisson, compagne, amie. Étonnamment, alors que sept Algériens inculpés sont mariés ou vivent en concubinage, aucune épouse algérienne n’est interrogée. Si l’on prend l’exemple du chef de secteur de Bron, Chabane Mekhnache, tous les témoins interrogés à Bron affirment que son épouse a « travaillé »46. Seule une Algérienne a retenu l’attention des services de police suite à l’interrogatoire d’un des inculpés :

Je reconnais ici tous ceux que j’ai nommés par leurs noms et prénoms. J’ai choisi de mon propre chef une femme, Mme Hammou Zohra, qui demeure 31 rue Gandolière, à Lyon. Je l’ai chargée de porter les secours aux familles des détenus demeurant dans Lyon et dans les environs. Elle a accepté cette mission en connaissance de cause, volontairement. Je lui remettais de trois à cinq mille francs par mois pour la dédommager de ses déplacements. Elle ne recevait rien d’autre. Elle était employée bénévolement.

31Les informations glanées sur « son comportement habituel, sa moralité et ses fréquentations » sont minces – on apprend seulement que son ménage vivait du produit du travail de son époux – et celles sur son engagement politique sont atténuées :

Sur le plan politique, bien que la dame Hammou soit inconnue au fichier régional, au fichier du commissariat central ainsi que des services des Renseignements généraux et de la Surveillance du territoire, il ne semble faire aucun doute qu’elle avait une certaine activité au sein du FLN. En effet, son mari […] a été arrêté le 24 août 1957 comme chef de section FLN.

  • 47 La formule est de l’avocat de Semmoud Djillali, Bernard Gouy, dans un entretien écrit et transmis (...)

32Alors que l’engagement de cette femme est volontaire d’après son recruteur, il ne s’explique que par l’appartenance du mari au FLN dans l’esprit des enquêteurs. Quoi qu’il en soit, l’enquête sur Zohra Hammou se heurte à une difficulté de taille : elle a pris la fuite et s’est réfugiée au Maroc. Les poursuites s’éteignent, comme toutes les autres, « dans le sommeil éternel de la prescription »47. Si seule cette femme apparaît dans les archives, l’enquête de terrain démontre que les femmes algériennes avaient un rôle non négligeable dans le fonctionnement de la caisse de secours pour les détenus. Ce sont elles, en effet, qui portaient les mandats aux familles. Simple exemple, Zohra Benkhelifa se souvient très bien de ce qui la conduisait au chemin des Buers, bidonville de Villeurbanne :

  • 48 Entretien avec Zohra Benkhelifa. D’autres témoignages décrivent cette participation à la caisse de (...)

J’allais voir les femmes des prisonniers ! Et bien oui, ramasser l’argent… pour donner l’argent aux femmes, celles qui ont leurs maris en prison. On distribuait l’argent. Il fallait leur donner. Elles avaient des enfants et leurs maris étaient en prison. Celles qui avaient des enfants étaient bien. Puis le secteur, le responsable, ils allaient voir si on donnait l’argent. C’était contrôlé et tout, hein !48

33Comme Zohra, de nombreuses petites mains féminines ont porté les secours aux familles de détenus. L’affaire du Prado reste néanmoins une affaire d’hommes, soit parce que les policiers n’ont pas poussé l’enquête jusqu’aux épouses algériennes, soit parce que la principale suspecte est en fuite. Ainsi, les médias – et les historiens dans leur sillage – n’ont fait ressortir que la part masculine et spectaculaire du réseau monté pour venir en aide aux familles de prisonniers.

  • 49 DHL, 4 avril 1961, p. 3.
  • 50 Citons, parmi les travaux positionnant leur focale sur les réseaux métropolitains lyonnais : G. Ma (...)

34La deuxième affaire, connue sous le nom du « procès de la wilaya 3 », ne diffère guère dans son traitement policier et médiatique et, là encore, le récit historique colle à celui de la presse régionale qui file la métaphore complotiste et maléfique : « La Wilaya III, l’une des organisations FLN, s’étend sur les douze départements de la 8e Région, plus les Hautes-Alpes et six départements environnant Dijon. [Elle est une] Hydre aux cent têtes, [qui] met la même application à renaître que les forces de police en mettent à la détruire »49. Son démantèlement a de fait été mené en deux temps et a conduit à deux procès. Le premier, en date du 17 mai 1960, rassemble quinze personnes (onze Algériens, quatre métropolitains) autour du chef de la wilaya 3 Mahmoud Mansouri, et le second, en date du 6 avril 1961, concerne onze personnes (deux Algériens, neuf métropolitains) autour du nouveau chef Tahar Temzi. Or, la presse n’évoque le premier procès que dans deux articles quand le second s’étale du 4 au 14 avril (neuf articles auxquels nous pouvons ajouter les dix-sept articles qui ont suivi au jour le jour le démantèlement du réseau). De fait, c’est essentiellement sur le « réseau métropolitain » que les travaux se sont penché50.

  • 51 D’après les douze témoins interrogés en Algérie, Mohamed Gherbi dit « Chabane » aurait en fait été (...)
  • 52 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mahmoud M., jugement 111/2707, réquisition aux fins de renvoi devant la (...)

35Pourtant, là encore, les femmes algériennes ont été de la partie. Dans le premier cas de figure, trois Algériennes sont mentionnées autour de l’agent de liaison Mohamed Gherbi51. Certes, il « conteste toute activité anti-nationale et prétend ne connaître ni Mansouri ni Belkhatir »52, mais le travail policier atteste des fonctions qu’il tient dans l’organisation du FLN :

Lors de son arrestation Gherbi Mohamed avait déclaré résider 75 rue Rabelais à Lyon alors que les filatures dont il avait été l’objet avaient établi qu’il se rendait journellement 5 rue René Leynaud à Lyon.

En exécution de votre commission rogatoire, en date du 16 avril 1959, la dame D. Alice avait été entendue. Cette dernière avait déclaré loger le nommé Belkhatir Benamar, mais avait passé sous silence avoir loué un deuxième appartement à Mlle G. Suzanne, étudiante, en relation avec des Nord-Africains.

Soumise à un examen de situation, Mlle G. a reconnu avoir prêté son appartement à la femme MEHDAOUI (MEMDAOUI) Bariza, concubine de Gherbi Mohamed, et cela avec l’accord de la demoiselle D.

  • 53 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mahmoud M., jugement 111/2707, rapport de l’officier de police Robert B. (...)

Le fait que Gherbi Mohamed a toujours nié demeurer 5 rue René Leynaud semble démontrer que dans cet appartement devaient se trouver des documents ayant trait à son activité de responsable au sein de la Wilaya Centre sud.53

  • 54 Entretien avec Bariza Mehdaoui, 27 mai 2013.

36Le logement sert de relais ou de cache pour le FLN, ce que confirme aujourd’hui Bariza Mehdaoui : son frère l’a enrôlée deux ans auparavant dans le FLN et c’est lui qui lui fait rencontrer Mohamed Gherbi puis le père Carteron avec qui elle est en contact étroit54. Mais aucun procès-verbal n’est dressé pour Bariza Mehdaoui qui, de fait, n’est pas poursuivie. Ce scénario se répète avec Tahar Attia, un autre inculpé, conseiller auprès du chef de la wilaya chargé de l’éducation politique des jeunes, dont l’épouse ne reçoit la visite des policiers que pour obtenir une photographie de son mari utile aux recherches. Quant à Fatima Soltani, épouse de Mohamed SNP, ancien adjoint du chef de la région 1, elle est invitée à faire le récit des repas pris en commun avec Mahmoud Mansouri :

Je connais de vue le nommé Mansouri Mahmoud dont vous me présentez la photo. J’ignorais son nom et son surnom de Dada. À une date que je ne puis préciser, au cours de l’hiver dernier, cet homme est venu à la maison, un soir alors que nous dînions mon mari et moi ainsi que notre petite famille. C’est la première fois que je le voyais. Mais mon mari le connaissait déjà et je suppose qu’il l’avait connu dans un café. Ce soir-là Mansouri Mahmoud a partagé notre repas puis il est parti vers 20 heures. Il est resté chez nous à peu près une heure.

37Aucune de ces femmes ne fait l’objet d’un interrogatoire plus poussé. Or, il apparaît évident que les appartements familiaux, isolés, sont des points essentiels dans la géographie urbaine du FLN.

  • 55 ADR – 3571 W 39 – Service régional de la police judiciaire. Dossier individuel Anne-Marie F. PV du (...)
  • 56 Sur l’engagement d’Hadria Gharib, nous nous permettons de renvoyer à son entretien filmé dans le d (...)
  • 57 Entretiens avec Yolande et Zineb Bouaouni, 23 mars 2012. Seul l’entretien de Yolande Bouaouni perm (...)

38Dans le deuxième cas de figure, lors de l’arrestation des personnes gravitant autour de Tahar Temzi, un réseau de femmes se dessine au fil du procès-verbal d’Anne-Marie F., jeune libraire arrêtée alors qu’elle s’occupait du Comité de secours aux détenus FLN à l’échelon régional tout en assurant le rôle d’agent de liaison pour les « missions importantes »55. Concubine d’un chef de zone algérien, Hassen Kharfallah, elle affirme avoir débuté ses missions après l’arrestation de celui-ci, en 1958, d’abord par de simples visites aux familles qu’elle aide « moralement et matériellement », dont le « ménage nord-africain Gharib, route de Vaulx à Villeurbanne ». Le ménage Gharib, cité dans cet entretien, suscite une ébauche d’enquête, rapidement arrêtée du fait de sa fuite en Allemagne : le foyer servait de repère et de refuge aux responsables FLN56. Outre des épouses métropolitaines d’Algériens arrêtés, Anne-Marie F. évoque « Yolande […] la fiancée de Mansouri Mahmoud qui habite 2 place Ferber à Lyon. Son nom c’est Bouaouni ». De fait, Yolande a été arrêtée et interrogée par la police, mais relâchée faute de preuves. Pourtant, son engagement était de taille (aide aux familles et enfants de détenus, transports de tracts, cache d’armes), tout comme celui de sa sœur, Zineb Bouaouni57. Le témoignage d’Anne-Marie F. met donc la police sur la piste de femmes algériennes soutenant les responsables FLN.

39Il évoque aussi son action dans le Comité de secours aux détenus et sa relation avec Zohra Hammou : elle se rend à Grenoble en sa compagnie, « pour rendre visite à sa fille se trouvant à la pouponnière ». Elle emprunte également son nom, devenant Anissa Hammou, pour correspondre avec le mari de Zohra, Abdelhamid Hammou. Anne-Marie F. affirme que « c’est en octobre 1958, à la suite de l’affaire dite du “Prado” [qu’elle a] appris l’existence du Comité de secours aux détenus et à leurs familles ». Le témoignage de cette jeune libraire illustre parfaitement la permanence et l’intrication des réseaux : une lecture par « affaires » est donc peu opérante pour comprendre le fonctionnement réticulaire du FLN. Il met en avant les très nombreuses femmes, algériennes ou métropolitaines, qui apportent leur soutien au FLN sans pour autant faire l’objet d’une enquête très poussée faute de preuves. Cela suffirait à expliquer la très faible quantité de procès intentés contre des Algériennes. Le procédé se répète comme on peut le voir dans l’audition retranscrite de Claudie Duhamel :

  • 58 DHL, 7 avril 1961, p. 1.

C’est tout de suite l’interrogatoire de Aillane Belkacem. […] Il loge dans une maisonnette que lui loue la direction de l’hôpital de la Salette, au fond de son parc. Claudie Duhamel, agent de liaison du responsable de la Wilaya III a avoué s’être rendue, à deux reprises, près de cette maison, dans le parc et là, avoir remis des plis à une femme algérienne. Une perquisition effectuée en novembre 1960, au domicile de Aillane, s’est avérée négative. Plus tard, au cours d’une confrontation entre la femme Aillane et Claudie Duhamel, celle-ci déclara qu’elle ne la reconnaissait pas formellement pour être la personne à qui elle remettait les plis. Aujourd’hui, catégorique, elle affirme : « Non, ce n’est pas elle. » Aillane, quant à lui, nie toute activité politique, toute appartenance à un réseau. Son avocat, Me Gueugnaud, en réclamant sa liberté provisoire s’acquitte d’un véritable réquisitoire. « Un rendez-vous dans un parc public, auprès d’une maison, ne constitue pas une preuve suffisante ; de plus, la femme de l’accusé est malade. » […] Après délibérations, Aillane est mis en liberté provisoire.58

40L’époux Aillane a été arrêté et non sa femme, alors que c’est elle qui est, dans un premier temps, signalée par Claudie Duhamel. Apparemment, la plupart des Algériennes, même un temps suspectes, sont laissées libres, quand les hommes sont incarcérés le temps de l’enquête : pour elles, présomption ne vaut pas culpabilité. D’autres affaires montrent clairement que, même quand la culpabilité est établie, un non-lieu est malgré tout prononcé.

Non-lieux

  • 59 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mohamed A., Djemila S., jugement 40/2931.

41Le TPFA de Lyon couvre la 8e région militaire soit, grosso modo, la wilaya 3. Sont ainsi jugés des cas provenant de différentes localités de la région, permettant de constater une pratique policière généralisée écartant de fait les femmes algériennes des inculpations. L’affaire la plus explicite est sans doute le procès du réseau FLN de Clermont-Ferrand en date du 10 mars 196159. Trente-quatre personnes sont arrêtées, dont quatre femmes, auxquelles il convient d’ajouter quatre autres suspectes laissées en liberté. L’affaire est résumée de la sorte dans le réquisitoire définitif : à la suite d’assassinats commis en août 1960 à Clermont-Ferrand sur des « Français de souche algérienne », la police lance des perquisitions fructueuses dans les milieux nord-africains puisque des tracts de propagande FLN, des documents, des armes, sont découverts. Les chefs sont identifiés : Mohamed D., Saïd S., Ahmed B. et Hocine D. collectent des fonds, organisent des attentats et des secours pécuniaires adressés aux membres de l’organisation. Ils avouent également envoyer mensuellement le produit des collectes à Lyon par l’intermédiaire d’une femme ayant la confiance du mouvement. En juin et en juillet 1960, c’est Fatima K. qui s’en charge, en août 1960, c’est au tour de Djemila S. Mohamed D. s’assure de la collaboration de Djemila S. en venant pécuniairement en aide à sa famille. D’autres femmes sont mobilisées pour les caches d’armes : Zohra H. se serait débarrassée de la sorte d’un pistolet automatique dans un champ d’orties.

42Quatre femmes sont donc arrêtées et incarcérées : Kheira B., âgée de 17 ans au moment des faits, reconnaît avoir transporté une enveloppe contenant des documents FLN du domicile de Mohamed D. au domicile de Kherfa S. Ensuite, Maghnia Z., mise en cause pour avoir détenu un pistolet, nie les faits, tout comme Kherfa S., qui nie avoir reçu des documents FLN de la part de Kheira B. Elle figure pourtant sur des documents saisis chez Mohamed D., comme ayant touché des subsides du FLN et reçu une enveloppe envoyée par la femme D. le 12 octobre 1960. Enfin Djemila S., âgée également de 17 ans, nie aussi avoir servi d’agent de liaison, mais est mise en cause par les responsables arrêtés. Ces quatre femmes pour lesquelles des preuves existent (témoignages concordants, noms sur documents, reconnaissance des faits) ne sont pourtant pas poursuivies. Leurs noms figurent aux côtés de treize autres personnes dans le réquisitoire définitif : « Attendu qu’il n’est pas résulté de cette information […] de charges suffisantes de leur culpabilité, requiert un non-lieu du chef d’AITN ou de détention ou port d’armes retenu contre eux et ordonne la mise en liberté au cas où l’une quelconque de ces personnes serait actuellement détenue. »

  • 60 AJM – TPFA Lyon – Dossier Zobeida O., jugement 326/3217.

43Le scénario se répète à Chambéry, toujours parmi les militants du FLN60. Le 2 mai 1961, le service des RG de la police de Chambéry apprend que des responsables du FLN, à l’échelon de la wilaya, se trouvent dans cette ville où ils doivent tenir des réunions avec des responsables de la région. Une première descente a lieu au domicile de Amar C. où sont arrêtés trois Algériens venant de Paris (Tahar B., Mohamed B., Madani B.), dont un armé. Son épouse, Daïma D., âgée de 21 ans, explique alors qu’elle a logé pour la nuit Mohamed B. puis a invité Madani B. et Tahar B. à venir prendre le café chez elle le lendemain puisqu’elle connaissait le premier comme hôte de sa sœur et le second comme voisin d’immeuble. Sa sœur, Bachra D., habitant juste à côté, logeait de manière permanente Madani Bendali. Elle précise : « J’habite le même quartier que ma sœur et il est très facile de se rendre d’un appartement à l’autre en très peu de temps. » Dans le même temps, une autre descente de police est opérée au domicile de Zobeida O., chez qui les policiers trouvent trois Algériens : Yahia A-M., Bouktil M., son beau-frère, et Nadir S. Le mari de Zobeida O. est interné au camp du Larzac par décision du tribunal militaire de Lyon le 24 mars 1961. Une valise est découverte avec de nombreux documents FLN (rapports politiques, rapports de contrôleurs, comptabilité, etc.), et en particulier les archives de l’amala 3 faisant partie de la wilaya 3. Interrogée, Zobeida O. déclare que la valise et l’argent saisis lui avaient été remis dans la matinée par un individu dont elle ignore le nom. Trois femmes ont donc participé au logement et à la bonne marche des réunions de chefs FLN, des preuves d’implications sont trouvées pour deux d’entre elles. Pourtant, seule Zobeida O. est transférée à Lyon pour comparaître devant le TPFA. Cela peut s’expliquer en partie par les divers récits contradictoires qu’elle a fournis à la police :

[…] elle a donné plusieurs versions successives des mêmes faits : après avoir déclaré qu’elle avait reçu chez elle, le 2 mai, vers 11 heures, deux Algériens porteurs d’une valise, elle a ensuite affirmé qu’un premier individu était venu seul apporter la valise, que deux autres étaient arrivés chez elle quelques instants après […]. Confrontée avec Saïd L., la femme M. [Zobeida O.] est revenue sur ses déclarations selon lesquelles il lui versait chaque mois 350 NF de la part du FLN prétendant qu’elle avait commis une confusion avec les allocations familiales pour ses six enfants.

44Le délit flagrant et les récits discordants ont raison de la liberté de Zobeida O. puisqu’elle est condamnée à deux ans de prison le 19 décembre 1961. La découverte d’une valise pleine de documents a lancé la procédure judiciaire contre cette Algérienne qui fait figure d’exception : elle est une des rares Algériennes emprisonnées pour motif politique.

45Des femmes impliquées dans le conflit, sous l’étiquette politique du MNA, sont également dans le collimateur des policiers à la suite d’attentats. Ainsi, le 20 septembre 1958, un groupe de choc composé de trois personnes assassine, à 3 h 30 du matin, un Algérien membre du FLN à La Grand’Croix. L’enquête conduit les policiers dans deux cafés logeant des membres du groupe de choc. Le premier est le café Bouzid, situé à Saint-Chamond, et le second appartient à Fatima Imadouchène, à La Grand’Croix. Son interrogatoire est de peu de secours quant à son éventuelle implication dans l’attentat. Elle affirme seulement avoir logé Hocine B. et Abdallah M., deux des trois auteurs de l’attentat, durant les mois précédant l’attentat :

Il [Hocine B.] mangeait régulièrement tous les soirs chez moi. Il est probable qu’il ait mangé le soir du 20 septembre 1958, ou plutôt le 19 septembre, veille de l’attentat contre B. Ammar. Je ne peux affirmer s’il était dans sa chambre la nuit du crime. Tout ce que je peux dire c’est que lorsqu’il avait terminé son repas du soir il montait généralement dans sa chambre. Ce qu’il pouvait faire ensuite, je l’ignore, du fait qu’il possédait les clés de la maison et de sa chambre.

  • 61 AJM – TPFA Lyon – Mohamed B.-L., jugement 323/2523, PV Fatima I., 2 décembre 1958.

SI [= sur interrogatoire] : B. recevait fréquemment de nombreux coreligionnaires dans sa chambre notamment dans la soirée du dimanche.61

46Cette restauratrice de 33 ans fait l’objet d’une surveillance étroite. Mariée à « un membre influent de cette organisation nationaliste algérienne (MNA), responsable de la région de La Grand’Croix et Lorette », son restaurant sert de base arrière pour les groupes de choc. Or, son mari a été transféré en Algérie le 25 février 1958, et c’est donc bien elle qui tient la boutique. La surveillance ne débouche pas sur une arrestation.

  • 62 DHL, 25 juin 1959, p. 1-3.

47Un cas de figure relativement similaire se retrouve dans le quartier de Gerland. C’est l’un des attentats les plus sanglants de toute la guerre d’Algérie à Lyon qui mène la police dans un garni tenu par une Algérienne, Simoucha K. Le 24 juin 1959, cinq Algériens affiliés au MNA tuent six individus et en laissent un pour mort, dans une cabane du bidonville des Buers à Villeurbanne. La presse qualifie ce massacre de « Saint-Barthélémy nord-africaine »62 : les militants du FLN ont été ligotés avant d’être égorgés ou exécutés de plusieurs balles tirées à bout portant. Durant son interrogatoire, Ferhat T., un des exécuteurs, prend comme alibi Simoucha K., laquelle l’aurait logé durant les nuits entourant l’épisode. Elle fait donc l’objet de filatures :

  • 63 AJM – TPFA Lyon – Salah L., jugement 200/3091, rapport du commissaire Chaboud, exécution d’une com (...)

Après l’arrestation de T., il [l’OPA Sommer] laissa sur place à une certaine distance de chez Mme K., la 203 occupée par les Inspecteurs […] avec mission de surveiller et de prendre en filature toutes personnes qui, après le départ du fourgon, sortiraient du 7 rue de Gerland. C’est ainsi qu’ils virent revenir Mme K. Elle pénétra chez elle et là, apprenant vraisemblablement par ses enfants l’arrestation de T., ressortit presque aussitôt. Les deux fonctionnaires la prirent en filature et constatèrent qu’elle se rendait 4 rue Hector Malot chez Zennad Saddok, garni messaliste, situé à environ 900 mètres de son domicile. Elle n’y resta qu’un court instant et réintégra son domicile 7 rue de Gerland. Manifestement elle était allée avertir les messalistes les plus proches de l’arrestation de T.63

  • 64 DHL, 13 juin 1957, p. 4.
  • 65 AJM – TPFA Lyon – Salah L., jugement 200/3091, PV Simoucha K., 25 avril 1961.

48Simoucha K., veuve ayant perdu son mari lors d’un attentat le 12 juin 195764, assure la liaison entre les garnis messalistes. Son interrogatoire, tout comme celui du portier du garni appartenant à Saddok Zennad, ne permettent pas d’en savoir plus sur son implication réelle dans la mobilisation du groupe de choc responsable de l’attentat. Quant à la perquisition, à l’évidence complète (« les policiers avaient tout fouillé chez moi et j’ai passé une partie de la nuit à remettre de l’ordre »65), elle ne débouche sur aucune preuve. Voilà un deuxième exemple de femme algérienne manifestement connectée au réseau MNA, surveillée par la police, mais laissée libre, faute de preuves suffisantes. On peut aussi émettre l’hypothèse que la femme est laissée libre afin que la surveillance porte ses fruits ultérieurement.

49Dans le sillage de ce massacre du chemin des Buers, une affaire de délation entraîne les enquêteurs dans les familles MNA disséminées au sein du département du Rhône. Une lettre apparemment écrite par Mme B. à son fils Tayeb B., évoque le massacre et dénonce des responsables :

  • 66 Ibid. Orthographe respectée.

Cher Fils Tayeb,
tu as été arrêté pour une affaire quand tu as [illisible]. Il y a pas de raison d’aller tout seul. Tu nas qua parler de ton chef le grand tueur le grand responsable Foudili Brahim Si K. celui qui a donner les ordres de massacrer les Sept chemin des Buers et celui qui a la mitraillette à Moulay C. pour tuer les hommes des FLN. En plus tout les attentats de Lyon qui lui a partissiper avec toi et d’autres, également ceux de l’arbresle qui ont ligoter les deux derniers (illisible) la journée à l’arbresle et ce son venant te chercher à Lyon avec la frégate Senoussi, Latrache, Bekouche, Zidane. C’est eux qui ont arrêté les deux au café ils ont amené dans la chambre de Senoussi il y a pas de raison que c’est gens là ne sont avec toi. Ton père est tros fatiguer et moi aussi. Ecrie moi de tout de suite de ma part. Ta mère qui panse toujours à toi. Salutation.66

  • 67 Il s’agit du meurtre, le 2 août 1950, d’un Algérien à Charnay (Rhône).

50Tayeb B., résidant à L’Arbresle, est inculpé, avec quatre comparses, pour homicide67. Cette lettre parvient en prison et le juge d’instruction cherche à en connaître l’origine. L’enquête commence rue Sapéon, à L’Arbresle, où se concentrent les familles algériennes. Mais les recherches sont peu fructueuses : « En raison de la crainte de représailles qui règne au quartier FSNA, les recherches se heurtaient dès le début à un mutisme le plus complet des coreligionnaires de B. d’une part, des Français de souche européenne d’autre part. Par la suite, quelques FSNA s’opposant formellement à la divulgation de leur identité signalaient des personnes susceptibles d’avoir rédigé la lettre » (ibid.). Nombreuses sont les Algériennes ou compagnes d’Algériens de L’Arbresle soumises à la dictée. Sont interrogées de la sorte la jeune voisine de la famille de Tayeb B., Souidia O., âgée de 17 ans, Huguette G., l’épouse de Tayeb B., sa sœur Amaria, plusieurs voisines du fait de leur aide régulière dans l’écriture de lettres pour la famille, puis d’autres femmes métropolitaines dont les maris appartiennent au MNA, et résidant à Villeurbanne, comme la famille Arab. Les femmes algériennes, comme les compagnes métropolitaines d’Algériens, appartenant au MNA, sont soumises à la pression des enquêtes policières. Mais aucune de ces femmes n’est ensuite inculpée. Se pose alors la question des modalités de défense utilisées par ces femmes et par leurs avocats. Ont-elles un rôle dans le déroulement à décharge des enquêtes les concernant ?

Défenses féminines

51Les Algériennes que la police interroge, que la justice juge, ont droit le plus souvent à quelque bénéfice d’un doute qui ressemble aussi à un préjugé. Elles ont le courage et l’audace dont les croient incapables les hommes chargés d’enquêter ou de sanctionner. Les procès-verbaux d’interrogatoires conservés dans les archives et les entretiens réalisés cinquante ans après les faits renseignent sur les stratégies défensives utilisées par les Algériennes.

  • 68 AJM – TPFA Lyon – dossier Mohamed A., jugement 40/2931, fiche de renseignements Maghnia Z., 14 oct (...)
  • 69 AJM – TPFA Lyon – Dossier Salah L., jugement 200/3091, PV Simoucha K., 25 avril 1961.

52Tout d’abord, celles-ci nient leur implication au sein des réseaux militants. Ceci est particulièrement vrai quand elles sont interrogées alors que seuls des soupçons pèsent sur elles. Toutes les femmes suspectées lors du démantèlement du réseau de Clermont-Ferrand nient « formellement » avoir joué un quelconque rôle dans le réseau, à l’exception de Kheira B. qui reconnaît un transport de documents pour le FLN. Mise en cause par Ahmed D. pour avoir détenu un pistolet automatique, on l’a vu, Maghnia Z. « a nié formellement avoir eu une arme en sa possession »68. Mais la négation des faits incriminés s’avère une stratégie également employée quand une jeune femme est prise en flagrant délit. Simoucha K., appartenant au MNA, rétorque au compte rendu que lui font les policiers de la filature, alors qu’elle s’est rendue au garni de Saddok Zennad : « C’est faux, je ne suis pas sortie, si les policiers m’ont vue sortir de chez moi, pourquoi ils ne m’ont pas arrêtée ? »69 Quant à Tassadit Rahmouni, sur qui la police a trouvé des documents compromettants, elle utilise la même stratégie que celles des hommes inculpés : elle affirme avoir parlé sous la contrainte et tente de circonscrire le délit :

Je n’ai pas fait de transport de fonds, de Vienne à Lyon. Je n’ai jamais eu affaire à la personne ici présente que vous me dites se nommer A. Fatima épouse K. L’ensemble de mes déclarations à la BST est inexacte. Les policiers m’ont menacée d’arrêter toute ma famille si je ne disais pas comme eux. C’est par peur que j’ai donné les noms de RACHID, de Chérif et des époux K. C’est par peur que j’ai reconnu sur photographie Madame K. ici présente et que j’ai reconnu également sur photographie Chérif comme étant le nommé Y.-M. Chérif.

  • 70 AJM – TPFA Lyon – Dossier Ammar K., jugement 27/3261, PV Tassadit Rahmouni, 21 avril 1961.

SI : […]. Je reconnais que le pli qui a été trouvé dans ma gaine était celui qui m’avait été remis par BENYAMINA Aïssouche ici présente, pli que je n’avais pas encore eu le temps de remettre à K. Je reconnais que c’est K. Amar qui m’avait envoyée chez Benyamina la veille de mon arrestation.70

53La première stratégie est donc elle de l’évitement, tant que les preuves matérielles ne sont pas découvertes. Quand les preuves sont trop accablantes, une nouvelle stratégie est employée : les femmes affirment avoir opéré sous la contrainte, voire les menaces. C’est le cas de Khédidja D. – « J’affirme que j’ai accepté de loger K. uniquement parce que celui-ci m’a menacée d’un pistolet » (ibid.) – ou encore de Aïssouche Benyamina qui raconte comment elle a accepté de conserver un paquet pour le FLN, avant de reprendre : « Si j’ai agi ainsi, c’est par crainte de représailles contre mon père et à son insu » (ibid.). Enfin, Zohra B. G. avoue sa terreur :

  • 71 AJM – TPFA Lyon – Dossier Zohra B. G., jugement 195/2791, notes d’audience, 22 mars 1960.

Je tiens à préciser que si j’ai cédé aux exigences de C. au sujet des faits qui me sont reprochés, ce n’est pas par amour comme ils l’ont sous-entendu, mais simplement par crainte, par peur des représailles tant sur moi-même que pour ma famille. […] j’ai accepté les missions qu’il me pressait de remplir me faisant connaître que j’étais l’objet de menaces et que je serais exécutée si je refusais. Il m’était reproché d’être davantage pour les Français que pour les Algériens. Ce n’est pas C. qui me menaçait, mais c’est lui qui me rapportait les menaces dont j’étais l’objet dans les milieux FLN.71

54Cet argument de la menace – qui n’est pas purement imaginaire – est l’un des plus répandus dans les procès-verbaux d’interrogatoires.

  • 72 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mohamed A., jugement 40/2931, convocation gendarmerie, 24 février 1961.
  • 73 AJM – TPFA Lyon – Dossier Tahar B., jugement 326/3217, réquisitoire définitif.
  • 74 AJM – TPFA Lyon – Ammar K., jugement 27/3261, PV Aïcha S., février 1961.

55Enfin, les Algériennes jouent sur leur féminité et leur algérianité pour évacuer toute forme d’entretiens plus poussés. Une femme devant témoigner répond de la sorte à une citation à comparaître : « Je ne pourrai me présenter aux dates et aux heures qui me sont fixées car j’ai un enfant âgé de 15 jours, que je ne peux laisser seul »72. Mais le plus étonnant reste la capacité de ces femmes à jouer sur les représentations qu’on se fait d’elles lors des interrogatoires policiers, d’autant plus si les questions sont orientées. Ainsi, « la femme M. a précisé qu’elle s’était bornée à faire rentrer chez elle S. et A.-M. et ensuite l’homme à la valise ; elle a soutenu qu’elle ignorait pourquoi elle avait reçu ces visites et qu’elle n’avait nullement participé aux entretiens qui avaient eu lieu chez elle entre ces hommes »73. Plus explicite, elle affirme : « Je ne suis pas restée avec eux, je suis allée dans la cuisine. » De même, alors qu’elle est mise en cause par d’autres inculpés, Aïcha S. explique qu’elle n’a jamais reçu d’Algériens à son domicile : « En dehors de Nord-Africains habitant le même immeuble que moi, je ne reçois absolument personne à mon domicile »74. Fatima Soltani, soupçonnée d’avoir logé le chef de la wilaya 3 Mahmoud Mansouri, et d’avoir prêté son appartement pour des réunions, s’offusque des questions de l’enquêteur :

  • 75 AJM – TPFA Lyon – Mahmoud M., jugement 111/2707, PV Fatima S., 19 mai 1959.

Trois ou quatre mois plus tard, à une date que je ne puis préciser, alors que mon mari se trouvait hospitalisé, cet individu [Mahmoud Mansouri] s’est à nouveau présenté à mon domicile. Je l’ai reçu sur le palier. Il m’a demandé si mon mari était là. Je lui ai répondu négativement et je l’ai renvoyé assez brutalement car en l’absence de mon mari je ne tenais pas à être vue avec un autre homme qui sous le prétexte de prendre des nouvelles de mes enfants, semblait s’intéresser à moi. Ce soir-là, ce nommé Mansouri voulait entrer et attendre les enfants qui allaient revenir de l’école. Je lui ai interdit d’entrer et je l’ai renvoyé.75

  • 76 N. Vince, « Transgressing boundaries : gender, race, religion, and “Françaises musulmanes” during (...)

56Jouant de leur image « d’étrangères » ou plus précisément de femmes musulmanes, de femmes cantonnées dans la cuisine, de mères dévolues au soin des enfants, les Algériennes continuent donc d’échapper aux formes multiples de contrôles occasionnés par la guerre. Elles ont parfaitement intégré les stéréotypes qui les recouvrent pour rassurer les enquêteurs en métropole, comme en Algérie d’ailleurs76. Zoulikha B. se rappelle très bien son attitude face à la police :

Quand ils m’ont convoquée à la police de Vivier, ils m’ont dit : « Mme B., il paraît que vous avez du monde qui vient, pour la politique, tout ça. » J’ai dit : « Non non non… Est-ce que j’ai la tête de politique moi hein ? Je sais rien. » J’ai dit : « La politique, c’est pour les gens qui sont intelligents, qui savent écrire et lire. » Il m’a dit : « Attention, nous on est là, si les Mohamed viennent parler, c’est pas bon. »

  • 77 AJM – TPFA Lyon – Dossier Zohra B. G., jugement 195/2791, lettre de Zohra B. G., 27 février 1960.

57Une fois inculpées, les Algériennes se posent aussi la question du choix de l’avocat. À la différence de leurs camarades masculins, qui choisissent leur avocat dans 83 % des cas (868 cas sur 1 044), les femmes ont davantage recours à un avocat d’office (quatre femmes sur six), lequel est parfois demandé explicitement. Zohra B. G. écrit par exemple au commissaire du gouvernement, de sa prison Montluc : « J’ai l’honneur de solliciter de votre bienveillance un avocat d’office, je suis orpheline et n’ai pas la possibilité de prendre un payant »77. Parfois, les avocats choisis initialement se désistent, comme pour Zobeida O., dont l’avocat chambérien, Pierre Conte, refuse un déplacement à Lyon :

  • 78 AJM – TPFA Lyon – Dossier Zobeida O., jugement 326/3217, lettre de Pierre Conte à M. le commissair (...)

En ce qui concerne Mme O. Zobrina [sic], j’avais été commis d’office pour elle. Dans ces conditions, il n’était naturellement pas question que je puisse plaider gratuitement dans son intérêt à Lyon. Je lui ai donc préparé une lettre, adressée à M. le Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Lyon, par laquelle elle a demandé qu’un de mes confrères lyonnais soit commis d’office pour sa défense.78

  • 79 AJM – TPFA Lyon – Ammar K., jugement 27/3261, lettre de Khadidja D. et Tassadit Rahmouni, 4 févrie (...)

58Seules Khédidja D. et Tassadit Rahmouni écrivent ensemble une lettre à un avocat, lui rappelant les motifs de l’inculpation, leur situation familiale et concluant : « Nous vous chargeons de bien vouloir nous défendre et de prendre en main nos intérêts devant la justice »79.

  • 80 Parmi les principaux défenseurs se trouvent les avocats du cabinet Jules Courmont, notamment Jean (...)

59Alors qu’on note une concentration des dossiers aux mains de quelques avocats dans le cas de la défense des hommes, l’éventail est aussi plus large quand il s’agit de femmes80. Plus étonnant, des avocats en charge de la défense des femmes n’apparaissent pas comme des défenseurs chevronnés des indépendantistes à Lyon. La question se pose dès lors d’une possible volonté de ne pas connoter trop politiquement la défense, premier signe d’une stratégie plus spécifiquement féminine. Le témoignage d’une jeune femme inculpée d’AITN, Louisette Mekaouche, est éclairant sur ce point. Après avoir évoqué sa deuxième arrestation, elle se penche sur la stratégie employée par un des avocats du collectif FLN :

Alors à l’époque c’est Me Bendi-Merad qui me défendait et il m’a dit : « Écoute je ne te mets pas entre les mains du collectif parce que ce serait trop marqué » et il m’a donné comme avocate, une jeune avocate dont le père était magistrat. Son nom m’échappe… Donc ça, ça se passait le soir de Noël, et quand je suis arrivée dans le bureau du juge d’instruction avec mon avocate, elle lui a dit : « Quand même vous n’allez pas… » C’est vrai que je faisais très jeune. […] Alors elle lui a dit : « Vous n’allez pas quand même garder… c’est une enfant… la garder le soir de Noël en prison, etc. » Et le juge lui a dit : « Écoutez, moi ce n’est pas mon dossier. » Effectivement ce n’était pas son dossier, c’était un autre juge d’instruction que j’avais déjà vu et qui lui a dit… qui lui a montré, [le dossier] sur son bureau. C’était marqué « mandat de dépôt ». Donc il a dit : « Moi j’ai juste à conclure et à délivrer le mandat de dépôt parce que je ne connais pas l’affaire. » Elle lui a dit : « Mais quand même vous pouvez pas faire ça, c’est le soir de Noël, vous allez l’envoyer en prison le soir de Noël ? C’est une gamine. » Il lui a dit : « Écoutez… » Bon, je crois que ça, c’est un coup de maître de Bendi, parce que son père déjà était magistrat à cette fille, je pense qu’à Lyon ça compte beaucoup, et puis deuxièmement elle était très charmante. Il lui a dit : « Mais est-ce que vous pouvez me garantir qu’elle va pas s’enfuir. » Elle lui a dit : « Je vous le garantis »… La pauvre…

60Apparemment, le choix d’une avocate à la bonne réputation peut faciliter la clémence du juge. Ensuite, insistance est faite sur le jeune âge de l’inculpée – elle a alors 22 ans. Louisette Mekaouche est alors libérée sous caution, et ne se représentera pas devant la justice, prenant la fuite en direction de la Suisse, puis du Maroc. Le sexe entre sans doute en jeu dans cette stratégie de défense, comme l’illustrent d’autres affaires.

61Lors du démantèlement d’un réseau FLN de Clermont-Ferrand, on l’a vu, quatre Algériennes ont été incarcérées et ont bénéficié ensuite d’un non-lieu. Les modalités de la défense orchestrée par leur avocat, Jacques Herman, illustre des tactiques relevant du genre. En effet, Me Herman insiste sur le sexe de ses clientes et sur les effets néfastes d’une éventuelle incarcération. D’une part, pour Kherfa S., il développe un argumentaire autour de la maternité :

Mme S. Karfia [sic] est mère d’un enfant en bas âge qu’elle allaite toujours, ainsi qu’en fait foi le certificat médical.

  • 81 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mohamed A., jugement 40/2931, lettre de Jacques Herman, non datée. Les c (...)

Depuis l’incarcération de ma cliente, il m’est indiqué par sa famille que l’allaitement de l’enfant est partiellement assuré par une de ses tantes mais il me paraît évident que ce remède tout provisoire ne saurait se prolonger sans qu’il en résulte des désordres, tant pour la santé de l’enfant que pour celle de sa mère81.

62D’autre part, pour Djemila S., il développe toutes les conséquences négatives de son placement en détention :

Elle est âgée de 17 ans seulement. Elle suit avec fruit les cours du collège des jeunes filles de Clermont-Ferrand. Son incarcération risque donc d’avoir des répercussions néfastes sur la poursuite de ses études, d’une part, et présente d’autre part des dangers certains d’ordre moral étant donné la promiscuité qui lui est imposée à l’âge de 17 ans.

63L’âge, la poursuite des études, et la gestion d’une famille permettent à l’avocat de développer une défense appelant la compassion. Jeunes filles ou mères de famille, les Algériennes ne sauraient rester en prison trop longtemps. Par ailleurs, si Me Herman insiste sur la place de ces femmes au foyer, il rassure quant à leur mise à disposition éventuelle devant la justice : « Mes clientes offrent enfin toutes garanties de représentation en justice. »

64D’autres avocats fondent leurs plaidoiries sur les idées reçues de la métropole et jouent davantage sur l’ethos de la « femme musulmane ». Ainsi de Me La Phuong :

  • 82 DHL, 24 novembre 1959, p. 4.

J’ai l’honneur d’assurer la défense de cette commerçante en illusions. […] La police a arrêté cette femme, au mois d’août, alors qu’elle portait, caché sous une veste, un paquet d’imprimés à l’usage du FLN. Qui le lui a remis ? Elle l’ignore. À qui le portait-elle ? Yamile ne le savait pas davantage. Elle savait seulement que quelqu’un l’attendait devant Lanoma et cet homme la reconnaissait parce qu’on la lui avait désignée. On lui a dit : « Porte ce paquet. » Elle a obéi, car c’est le sort de ces femmes d’obéir, toujours, sous la menace, que ce soit pour se plier au caprice d’un moment, pour payer le tribut au FLN ou pour assurer un service de liaison secret. La clandestinité a ses méthodes, et les instruments dont elle se sert ne sauraient mettre un nom sur le visage de ceux qui les emploient un moment.82

65Stratégie défensive, sûrement, la parole de l’avocat rapportée dans les médias donne de la crédibilité à une représentation dépréciative de femmes instrumentalisées par les hommes, ignorantes des affaires politiques.

66Se pose alors la question de savoir si les Algériennes partagent en partie leur ligne de défense avec leurs consœurs métropolitaines. Pour se dédouaner, ces dernières peuvent également rappeler leur âge ou leur situation de mère de famille comme Clothilde F., qui a aidé le groupe de choc d’Abderrahmane Lakhlifi dans l’attentat contre le poste de police de la place Antonin Poncet en septembre 1958, en entreposant chez elle de l’argent puis en prêtant sa voiture pour la mission armée. Emprisonnée, elle écrit au juge d’instruction :

  • 83 AJM – TPFA Lyon – Dossier Abderrahmane L., jugement 3/2600, lettre de Clothilde F. au juge d’instr (...)

N’ayant que 17 ans […] et un enfant en bas âge à charge, mon mari étant lui aussi arrêté, je vous demande respectueusement de prêter quelque bienveillance à ma situation. Je ne me permets pas de juger si je dois où non encourir une punition quelconque aussi je vous demande seulement s’il ne me serait pas possible d’obtenir une liberté provisoire qui me permette de travailler pour mon enfant quitte à rester à la disposition de la justice et à payer par la suite ce à quoi je serai condamnée.83

  • 84 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mahmoud M., jugement 111/2707, PV de Marie-Josèphe Gin, le 11 avril 1959

67Ses déclarations à la police permettent de solder l’affaire, tout comme son jeune âge et son statut de jeune maman. D’autres femmes affirment simplement tout ignorer de l’activité de leur mari. Marie-Josèphe Gin, lors de son interrogatoire par la police, campe sur sa position alors que son mari, Michel, est arrêté pour avoir hébergé Mahmoud Mansouri : « Je n’ai jamais su l’activité de cet homme ; ce sont les policiers qui m’ont appris qu’il était un grand chef du FLN. Je n’ai pas l’habitude d’être indiscrète, je ne pose jamais des questions et je ne me suis jamais mêlée aux conversations politiques que cet Algérien avait avec mon mari »84. Peut-être est-ce vrai, oserions-nous dire. L’entretien réalisé avec Marie-Josèphe Gin, sans que celle-ci ait eu accès à son procès-verbal, confirme la stratégie : « Dans les locaux de la BST, j’ai croisé Michel et il a dit tout fort, pour me prévenir qu’il n’avait rien dit : “Mais pourquoi vous arrêtez ma femme, elle n’est au courant de rien !” » Les métropolitaines partagent avec les Algériennes un statut de femmes qui se masquent de leur réserve statutaire dans leurs interrogatoires.

  • 85 AJM – TPFA Lyon – Dossier Josette V., jugement 143/2739, notes d’audience, 28 juin 1960.
  • 86 AJM – Dossier Hamana H., jugement 251/2847. À l’audience, elle dit : « J’ai donné cette arme à Med (...)
  • 87 AJM – TPFA Lyon – Dossier Abderrahmane El A., jugement 167/3058, PV Jeanine M., 20 mars 1961.

68Il existe pourtant une différence de taille entre Algériennes et métropolitaines. Les secondes rappellent de manière récurrente, dans leurs mobiles, leurs sentiments pour un Algérien impliqué dans la lutte. Josette Augay se présente à l’audience du TPFA comme une femme bernée par son amant, Tahar Attia, un des responsables de l’Organisation spéciale du FLN de Lyon : « Pour pouvoir nous voir, Attia m’avait demandé de louer une villa. […] Pour moi il s’agissait de rendre service à Attia que j’aimais et en qui je ne soupçonnais pas de sentiments hostiles à la France. Maintenant je me rends compte de mon erreur au sujet d’Attia »85. L’amour guide également la démarche d’Annie C., qui donne une arme à son ami Rabah M.86, ou encore Jeannine Mocellin qui va jusqu’à tenter de corrompre un gendarme de Cluses, arabophone, pour que celui-ci livre des renseignements au FLN. Elle présente son engagement comme un dévouement : « J’affirme que je n’appartiens pas à l’organisation FLN. Mes relations avec El Aichi n’avaient aucun rapport avec la politique ; elles étaient seulement d’ordre sentimental »87. Au sein du MNA, la stratégie est identique. Annette G. témoigne toujours en rappelant son rôle dans le réseau en tant que concubine d’un militant influent des messalistes, Laïd Guenifi.

  • 88 DHL, 8 février 1961, p. 4.
  • 89 Ibid., 7 juin 1961, p. 5. Nous soulignons.

69Or, cette mise en avant de leur rôle de compagnes est ensuite reprise dans une chaîne informative. Les policiers rappellent les règles morales qu’une femme honnête doit respecter comme lors de l’interrogatoire d’Annie C. (voir page 138), les réquisitoires définitifs soulignent le statut de « maîtresses » de ces femmes et, à l’audience, les avocats enfoncent le clou : « Sensible aux raisons extra-politiques avancées par son défenseur, Me Delay, le tribunal accorde finalement le sursis (un an de prison) » à Assomption Mangas88. Enfin, les journalistes, pas forcément dupes, reprennent sans plus de commentaires : « Arrêtée peu après, elle (Jeannine Mocellin) reconnut les faits, prétendant avoir agi sur l’instigation de son amant El Aichi »89.

70Les femmes, Françaises épouses d’Algériens ou Algériennes, jouent avec les images que l’on se fait d’elles. Comprendre cela permet de saisir l’ampleur et les formes de leur vie clandestine.

Notes

1 G. Eliot, Adam Bède, Paris, Julliard, 1992 [1859], cité par J. C. Scott, La domination et les arts de la résistance, ouvr. cité, p. 16.

2 M. Foucault, « La vie des hommes infâmes », Dits et écrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard, 2001, p. 237-238.

3 A. Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1986, p. 12.

4 F. Chauvaud et J.-G. Petit dir., L’histoire contemporaine et les usages des archives judiciaires (1800-1939), Paris, Honoré Champion, 1998, p. 38.

5 Ont été compulsés de manière exhaustive les actes de jugement des assises et du TPFA, une année sur deux pour ceux des chambres correctionnelles. Ces listes ont ensuite été mises en formes dans une base de données Excel afin de faciliter un travail par croisement dynamique des données.

6 La loi du 8 octobre 1958 permet au TPFA de se saisir des affaires d’atteintes à l’intégrité du territoire national, mais ce tribunal entre en action dès avril-mai 1958.

7 54 dossiers de procédures ont de la sorte été analysés, représentant 323 personnes jugées (sur 854), appartenant au FLN ou au MNA.

8 DHL, 23 mars 1960, p. 4.

9 La peine maximum d’un individu inculpé au seul motif d’AITN est justement de dix années d’emprisonnement. Les métropolitaines reçoivent donc la peine la plus dure qui puisse être appliquée.

10 DHL, 3 février 1962, p. 5.

11 Ibid. Pour les deux autres Algériennes passées par le TPFA, rien ne filtre sur les propos du commissaire du gouvernement.

12 DHL, 5 mai 1959, p. 5.

13 DHL, 12 avril 1960, p. 4.

14 La richesse en détails des PV dressés pour les hommes a servi de base à un article : M. André, « Les groupes de choc du FLN : particularité de la guerre d’indépendance algérienne en métropole », art. cité.

15 Toutes les informations qui suivent sont extraites des dossiers de procédures consultables sous dérogation aux archives de la justice militaire.

16 AJM – TPFA Lyon – Dossier Zohra B. G., jugement 195/2791, notes d’audience, 22 mars 1960.

17 AJM – TPFA Lyon – Dossier Aissouche Benyamina, jugement 27/3261, procès-verbal.

18 Deux autres prisons se répartissent les détenus durant la guerre d’Algérie : la prison Saint-Paul incarcère, outre ceux de droit commun, les militants algériens appartenant au FLN ; la prison Saint-Joseph emprisonne ceux du MNA ainsi que les mineurs.

19 Tassadit Rahmouni est ainsi jugée par le tribunal pour enfants et adolescents de Vienne.

20 Les références aux autres prisons sont extraites de J. Guerroudj, Des douars et des prisons, Paris, Bouchène, 1991 et D. Amrane, Les femmes algériennes, ouvr. cité.

21 Le 4 août 1959, une circulaire dite « Michelet » accorde un régime de détention particulier aux détenus de catégorie A, c’est-à-dire ceux qui sont incarcérés pour des faits en relation avec la guerre d’Algérie.

22 Trois autres métropolitaines ont été incarcérées avant elles dans d’autres prison, la première à Saint-Joseph car appartenant au MNA, la seconde également à Saint-Joseph militante du FLN mais mineure, la troisième à Saint-Étienne.

23 J. Guerroudj, dans son autobiographie (Des douars et des prisons, p. 77), comme D. Amrane, dans son étude sur les militantes emprisonnées (Les femmes algériennes, p. 189), témoignent également de ce risque de mouchardage.

24 S. Gerbe, Un automne à la prison de Montluc, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 45.

25 Entretien réalisé par Béatrice Dubell, exposition « Récits d’engagements », printemps 2012, Le Rize (Villeurbanne). L’Algérienne (Mersaoui) dont il est question avait 26 ans, était catholique, mariée à un Algérien, et a été internée à Montluc le 28 août 1961, pour prostitution. Il semble y avoir une petite confusion sur ce nom dans l’entretien.

26 C’est ce qui ressort de l’examen du registre d’écrou.

27 S. Gerbe, Un automne à Montluc, ouvr. cité, p. 49. Le 4 août 1959, une circulaire dite « Michelet » accorde un régime de détention particulier aux détenus de catégorie A, c’est-à-dire ceux qui sont incarcérés pour des faits en relation avec la guerre d’Algérie.

28 J. Guerroudj, Des douars et des prisons, ouvr. cité, p. 133.

29 ADR – Fiches individuelles des Renseignements généraux – Note du 18 avril 1961. Orthographe respectée.

30 Ibid.

31 AJM – TPFA Lyon – Dossier Ammar K., jugement 27/3261, lettre du 17 avril 1961. Orthographe respectée.

32 Pour l’heure les archives disponibles sur les prisons de Lyon ne mentionnent les grèves de la faim que pour les détenues métropolitaines. D’autres sources témoignent d’une organisation plus solide dans d’autres prisons. Par exemple, Jacqueline Guerroudj témoigne des grèves orchestrées à Barberousse en 1957 à Pau, en novembre 1961, mais souligne la ventilation des détenues algériennes une fois arrivées en France, l’isolement (régime cellulaire), les difficiles rapports avec les détenues politiques métropolitaines, parfois. À Pau, les détenues politiques ont pu organiser une école : J. Guerroudj, Des douars et des prisons, ouvr. cité.

33 ADR – Fiches individuelles des Renseignements généraux – Note du 18 avril 1961. Lettre du 14 avril 1961. Orthographe respectée.

34 Écho-Liberté, 10 novembre 1961, p. 1.

35 Nous tenons ce chiffre de 14 Algériennes des fiches dressées par la police suite à cette manifestation : ADR – 437 W 79 – Contrôle des NA et répression des activités séparatistes algériennes.

36 Sur le système de fichage durant la guerre d’Algérie, lire E. Blanchard, « Le fichage des émigrés d’Algérie (1925-1962) », Fichés ? Photographie et identifications, 1850-1960, J.-M. Berlière et P. Fournié dir., Paris, Perrin, 2011, p. 235-241. L’historien rappelle que deux circulaires (20 septembre 1957 et 27 mai 1958) établissent les catégories d’individus à ficher (« individus à surveiller », « dangereux », « très dangereux ») et précisent l’objectif fondamental de cette entreprise, celui d’éliminer les nationalistes. Un Algérien sur deux à Paris aurait été ainsi fiché et dans les exemples donnés figurent quelques Algériennes (p. 241).

37 ADR – 3554 W 4 – Note individuelle des Renseignements généraux, 28 avril 1960.

38 Un autre entretien, celui de Myriama Boudjeda, confirme les visites à la gendarmerie de Givors.

39 ADR – 3571 W 33 – Service régional de la police judiciaire, dossiers individuels sur la guerre d’Algérie, 1954-1962. Dossier : Affaire du Prado - Commission rogatoire, Lyon, le 20 novembre 1958.

40 Par exemple : H. Hamon, P. Rotman, Les porteurs de valises, ouv. cité, p. 121-122 ; B. Dubell, M. Thivend et A. Grosjean dir., Récits d’engagement, ouvr. cité.

41 Outre le mémoire de C. Gomez, « Les catholiques lyonnais et la guerre d’Algérie », mémoire cité ; on relève le même résumé dans S. Chapeu, Des chrétiens dans la guerre d’Algérie, ouvr. cité, p. 149-150. Sur Mgr Ancel, se reporter à O. De Berranger, Alfred Ancel un homme pour l’Évangile 1898-1984, Paris, Le Centurion, 1988.

42 DHL, 18 octobre 1958, p. 1-3.

43 Ibid.

44 R. Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, p. 33-34.

45 ADR – 3571 W 33 – Service régional de la police judiciaire, dossiers individuels sur la guerre d’Algérie, 1954-1962. Dossier : Affaire du Prado. Toutes les informations qui suivent sont extraites de ce dossier.

46 Entretiens avec Fatma Malagouen, Lamria Hamidat, Zoubeida Benyamina.

47 La formule est de l’avocat de Semmoud Djillali, Bernard Gouy, dans un entretien écrit et transmis à Robert Vial, le 11 octobre 2012.

48 Entretien avec Zohra Benkhelifa. D’autres témoignages décrivent cette participation à la caisse de secours aux détenus (CSD).

49 DHL, 4 avril 1961, p. 3.

50 Citons, parmi les travaux positionnant leur focale sur les réseaux métropolitains lyonnais : G. Massard-Guilbaud, « Enquête sur les réseaux de soutien au FLN dans la région lyonnaise », Mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction de Y. Lequin, Université Lyon 2, 1982. Dans ce mémoire, G. Massard-Guilbaud esquisse à la fois une chronologie des réseaux métropolitains (trois se succéderaient dans le temps), et une typologie des personnes impliquées, selon leurs convictions politiques et religieuses. Les témoins interrogés sont tous métropolitains.

51 D’après les douze témoins interrogés en Algérie, Mohamed Gherbi dit « Chabane » aurait en fait été le vrai chef de la wilaya 3.

52 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mahmoud M., jugement 111/2707, réquisition aux fins de renvoi devant la justice militaire.

53 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mahmoud M., jugement 111/2707, rapport de l’officier de police Robert B. à la DST de Lyon, 20 octobre 1959. L’entretien réalisé avec Bariza Mehdaoui confirme son engagement dans le réseau de la wilaya 3.

54 Entretien avec Bariza Mehdaoui, 27 mai 2013.

55 ADR – 3571 W 39 – Service régional de la police judiciaire. Dossier individuel Anne-Marie F. PV du 15 décembre 1960.

56 Sur l’engagement d’Hadria Gharib, nous nous permettons de renvoyer à son entretien filmé dans le documentaire El Bi’r, de Béatrice Dubell, 2008.

57 Entretiens avec Yolande et Zineb Bouaouni, 23 mars 2012. Seul l’entretien de Yolande Bouaouni permet de connaître son arrestation. Aucun procès-verbal n’a été pour l’heure retrouvé dans les archives.

58 DHL, 7 avril 1961, p. 1.

59 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mohamed A., Djemila S., jugement 40/2931.

60 AJM – TPFA Lyon – Dossier Zobeida O., jugement 326/3217.

61 AJM – TPFA Lyon – Mohamed B.-L., jugement 323/2523, PV Fatima I., 2 décembre 1958.

62 DHL, 25 juin 1959, p. 1-3.

63 AJM – TPFA Lyon – Salah L., jugement 200/3091, rapport du commissaire Chaboud, exécution d’une commission rogatoire, 18 avril 1961.

64 DHL, 13 juin 1957, p. 4.

65 AJM – TPFA Lyon – Salah L., jugement 200/3091, PV Simoucha K., 25 avril 1961.

66 Ibid. Orthographe respectée.

67 Il s’agit du meurtre, le 2 août 1950, d’un Algérien à Charnay (Rhône).

68 AJM – TPFA Lyon – dossier Mohamed A., jugement 40/2931, fiche de renseignements Maghnia Z., 14 octobre 1960.

69 AJM – TPFA Lyon – Dossier Salah L., jugement 200/3091, PV Simoucha K., 25 avril 1961.

70 AJM – TPFA Lyon – Dossier Ammar K., jugement 27/3261, PV Tassadit Rahmouni, 21 avril 1961.

71 AJM – TPFA Lyon – Dossier Zohra B. G., jugement 195/2791, notes d’audience, 22 mars 1960.

72 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mohamed A., jugement 40/2931, convocation gendarmerie, 24 février 1961.

73 AJM – TPFA Lyon – Dossier Tahar B., jugement 326/3217, réquisitoire définitif.

74 AJM – TPFA Lyon – Ammar K., jugement 27/3261, PV Aïcha S., février 1961.

75 AJM – TPFA Lyon – Mahmoud M., jugement 111/2707, PV Fatima S., 19 mai 1959.

76 N. Vince, « Transgressing boundaries : gender, race, religion, and “Françaises musulmanes” during the Algerian war of independence », art. cité, p. 458.

77 AJM – TPFA Lyon – Dossier Zohra B. G., jugement 195/2791, lettre de Zohra B. G., 27 février 1960.

78 AJM – TPFA Lyon – Dossier Zobeida O., jugement 326/3217, lettre de Pierre Conte à M. le commissaire du gouvernement, novembre 1961.

79 AJM – TPFA Lyon – Ammar K., jugement 27/3261, lettre de Khadidja D. et Tassadit Rahmouni, 4 février 1961.

80 Parmi les principaux défenseurs se trouvent les avocats du cabinet Jules Courmont, notamment Jean Delay (72 inculpés défendus) et Yves Berger (32). Un partage des tâches est également clair : des avocats, tels Jean Delay, Emma Gounot (36), Khier Bendi-Merad (35), et d’autres encore, défendent exclusivement des militants FLN, quand d’autres défendent plus spécifiquement des militants du MNA, comme Me Siboni (9). D’autres enfin défendent plus globalement les militants de l’indépendance, quelle que soit leur étiquette politique : c’est le cas de Me La Phuong (38 procès FLN pour 17 MNA) et Me Museli (12 procès FLN contre 13 MNA).

81 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mohamed A., jugement 40/2931, lettre de Jacques Herman, non datée. Les citations qui suivent sont extraites des mêmes archives.

82 DHL, 24 novembre 1959, p. 4.

83 AJM – TPFA Lyon – Dossier Abderrahmane L., jugement 3/2600, lettre de Clothilde F. au juge d’instruction, 24 octobre 1958.

84 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mahmoud M., jugement 111/2707, PV de Marie-Josèphe Gin, le 11 avril 1959.

85 AJM – TPFA Lyon – Dossier Josette V., jugement 143/2739, notes d’audience, 28 juin 1960.

86 AJM – Dossier Hamana H., jugement 251/2847. À l’audience, elle dit : « J’ai donné cette arme à Medaoui Rabah qui était mon amant, que j’allais voir tous les jours. Je lui ai donné cette arme pour m’en débarrasser. […] Je savais qu’il était un chef, mais j’ignorais qu’il était un chef FLN. »

87 AJM – TPFA Lyon – Dossier Abderrahmane El A., jugement 167/3058, PV Jeanine M., 20 mars 1961.

88 DHL, 8 février 1961, p. 4.

89 Ibid., 7 juin 1961, p. 5. Nous soulignons.

Table des illustrations

Titre Figure 45a. Photographies anthropométriques
Légende Tassadit Rahmouni, 2 février 1961Sources : ADR 3554 W 4
Crédits Crédits : © ADR
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Figure 45b. Photographies anthropométriques
Légende Zohra B. G., 27 février 1960Sources : Archives de la justice militaire, TPFA Lyon, jugement 195/2791
Crédits Crédits : © AJM
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7290/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 423k

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540