Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes dévoilées

 | 
Marc André

Partie II. Rencontres

Chapitre 4

Liens

Texte intégral

  • 1 G. Tillon, Le harem et les cousins, Paris, Seuil, 1966, p. 81.

[…] le « mariage idéal » a lieu, encore aujourd’hui,
avec la parente qui sans être une sœur,
ressemble le plus à une sœur.1

  • 2 J.-C. Passeron et Jacques Revel, « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », Penser pa (...)
  • 3 Nous reprenons ici une réflexion de M. Gribaudi, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux (...)

1La prise en charge institutionnelle des Algériennes, tardive et parcimonieuse, va de pair avec un désir de normalisation qui les suppose systématiquement en position de bénéficiaires. Les photographies de colonies de vacances, des écoles de couture ou de puériculture, qui montrent autant de sourires que de poses pudiques et sages, deviennent des documents d’archive d’une histoire bien difficile à établir. Car les Algériennes résistent à leur prise en charge et soulignent que la frontière tracée une fois pour toutes entre Françaises et Françaises musulmanes par le degré d’adaptation est labile autant que les catégories sont poreuses. Chaque témoignage, chaque photographie démontre que les Algériennes constituent une singularité dans le processus migratoire en provenance d’Afrique du Nord et, puisque « le cas, c’est l’obstacle » 2, elles sont un cas. Actrices actives de leur propre vie, elles orientent leur comportement et contribuent à modifier la réalité qui les entoure : elles ont le choix3.

  • 4 A. Sayad, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, (...)

2Alors, qui sont les Algériennes ? Quels liens établissent-elles avec la société qui les entoure ? Seules des trajectoires d’Algériennes intégralement reconstituées conduisent à rompre avec « l’idée d’une immigration homogène, indifférenciée, soumise pareillement aux mêmes actions et aux mêmes mécanismes » 4. Ce qui apparaît, c’est que les Algériennes, dans leur pluralité, constituent une énigme dans la mesure où elles sont contraintes à un retrait paradoxal au vu de leurs parcours. Et c’est justement ce retrait paradoxal qui favorise leur entrée dans la lutte pour l’indépendance menée en métropole que l’on découvre dans ce chapitre : les trajectoires des Algériennes entrées en France avant 1962 croisent inévitablement une guerre qui recompose aussi bien les familles que leur répartition dans l’espace de la ville métropolitaine.

Portrait de groupe

  • 5 La base de donnée pour les hommes est la même que celle utilisée pour la carte de répartition des (...)

3Une batterie de statistiques permet de saisir les Algériennes dans leur inscription sociale : nous avons pu, on l’a dit, reconstituer les trajectoires de 202 Algériennes, dont 135 plus précisément, soit un corpus de 10 % des Algériennes présentes dans le département du Rhône. Ces trajectoires peuvent être comparées avec un autre corpus constitué cette fois pour les hommes5.

  • 6 DHL, 26 août 1959, p. 3.
  • 7 La trajectoire de Tassadit Amalou est reconstituée grâce au témoignage de sa fille, Louisette Meka (...)

4Les Algériennes et les Algériens se ressemblent sur un point : leur jeunesse. Nous relevons peu d’« anciennes » (sur 202 Algériennes connues, seules 10 ont plus de 50 ans et 24 ont entre 40 et 49 ans). D’ailleurs, ces quelques femmes plus âgées que la moyenne ont des dates de naissance peu fiables. Ainsi, Lahouria Benarmas a 72 ans dans la presse et, quand nous la retrouvons aux portes de Montluc, elle est âgée de 28 ans6. Les incertitudes peuvent difficilement être comblées par les entretiens dans la mesure où les mères des dames rencontrées sont souvent « nées présumées ». Quelques trajectoires de ces pionnières peuvent être reconstituées, comme celle de Tassadit Amalou, née à Aït Ouanèche (commune de Tizi Ouzou) en 1916, installée à Lyon en 19387. Elle rejoint son mari présent à Lyon depuis 1916. Ils habitent alors montée de la Grande-Côte et, ensemble, tiennent un restaurant rue Duguesclin dont le couscous est apprécié par une clientèle choisie (médecins de l’Hôtel-Dieu, fonctionnaires du palais de justice). La séparation des deux époux au sortir de la Seconde Guerre mondiale entraîne ensuite un déclassement pour Tassadit Amalou qui doit cumuler les activités professionnelles et trouver des appartements moins chers. Hormis ces quelques figures émergentes, les Algériennes arrivant à Lyon dans les années 1950 sont jeunes, 28 ans en moyenne si l’on prend l’année 1960 comme référence. Parfois même, elles sont plus jeunes que leurs identités de papiers. Là, ce n’est pas l’incertitude, mais la falsification qui explique les modifications d’âge de ces jeunes femmes. Ainsi, Zohra Benkhelifa explique la procédure :

Je n’ai pas ma vraie carte d’identité étant donné que j’étais jeune quand je me suis mariée. J’avais 14 ans. Alors pour faire les papiers et venir ici, il fallait prendre le nom de ma sœur. Mon oncle (mon père était mort) a dit à mon cousin : « Prends la carte de sa sœur, elle est née en 1934. » Moi, je suis née en 1937. Au bout du deuxième enfant, j’ai voulu prendre mon vrai nom mais on m’a dit : « Il faut payer 500 000 et les enfants ne seront pas à votre nom. » Alors j’ai refusé et je me suis dit, comme ça, je serai en avance à la retraite.

5Pratique assez généralisée apparemment, Lamria Hamidat la confirme presque mot pour mot :

J’avais pas le droit d’être mariée, j’avais 15 ans et demi. Mon beau-frère a falsifié ma date de naissance. Il m’a vieilli de deux ans pour faire l’acte de mariage. Au lieu de 1938 sur ma résidence, c’est 1936. J’ai eu beaucoup de problèmes pour ça. J’ai écrit à la Préfecture, j’ai expliqué tout ça, mais ils ne m’ont pas changé la date. Par contre, pour que je touche la retraite, c’est bien.

6Les données sont donc fragiles, du fait d’un état civil tenu peu rigoureusement en Algérie. À l’exception de ce critère de l’âge, tous les autres critères distinguent fondamentalement Algériennes et Algériens.

  • 8 L’écart est à l’évidence excessif. La présence d’un interprète au tribunal ne signifie peut-être p (...)

7Une première ligne de césure entre les Algériennes et les Algériens semble être la langue, les premières maîtrisant apparemment le français mieux que les hommes. En effet, si 70 % des femmes de notre corpus maîtrisent le français oral, ce sont seulement 22 % des hommes qui possèdent cette langue8. D’ailleurs, les femmes rencontrées insistent sur cette capacité à s’exprimer, non seulement en français, mais en plusieurs langues. Mansouria Blaha fait ainsi l’éloge de sa mère polyglotte :

Ma mère, elle avait trois langues. Elle ne sait ni lire ni écrire, elle ne sait même pas signer. Elle a mis des années à apprendre à signer, alors du coup c’était vite fait, toc toc et après elle mettait trois points. Mais elle parlait l’arabe, le français et l’espagnol. Maman, elle habitait avec Sibylle, c’était sa meilleure amie, une Espagnole. Alors ma mère elle le parlait couramment, avec accent, pas avec l’accent arabe. Elle serait là, elle vous parlerait, vous tomberiez par terre. Elle parle mieux que moi le français. L’espagnol, quand elle nous insultait en espagnol, on n’y comprenait rien, et quand elle nous insultait aussi en arabe, on n’y comprenait rien. Alors elle disait « tu peux y aller ».

8Le cas n’est en rien singulier et nous pourrions tout aussi bien citer Fatma Malagouen ou Myriama Boudjeda qui, originaires d’Oran, parlaient aussi bien l’arabe et le français que l’espagnol. Dans certains cas, l’apprentissage du français dépasse celui de l’arabe. C’est ainsi que Mansouria Blaha présente son handicap : « Quand je suis arrivée en France, je parlais peu l’arabe. J’étais scolarisée à l’école Carnot à Sidi-bel-Abbes en Algérie, moi qui suis Algérienne, et j’ai dû apprendre ma langue vers 14-15 ans. » De la même façon, dans la famille de Louisette Mekaouche, « au départ on parlait kabyle, et puis, on a totalement oublié ». Dès lors elle avoue ses lacunes : « Je comprends assez bien le kabyle encore, mais on a totalement oublié l’arabe. Moi, je ne parle pas du tout l’arabe. » Habiba Megnaoua affirme de la même manière : « Je ne peux pas vous parler algérien comme je suis en train de vous parler. C’est vraiment primaire. » Deux facteurs expliquent la bonne maîtrise du français avec pour corollaire, parfois, une déperdition dans la qualité de l’arabe parlé. D’une part, comme le résume Ouarda D., « chez nous [à la maison] on parle français ». D’autre part, l’école joue son rôle. C’est le cas pour Mansouria Blaha, mais également pour Louisette Mekaouche qui a pour particularité d’être allée à l’école à Lyon : « Nous, avec l’école, on parlait que le français » ou encore pour Habiba Megnaoua qui, à l’école en Algérie, explique sa stratégie linguistique : « Pourquoi on n’a pas fait l’arabe ? Tout simplement parce que les élèves qui prenaient arabe étaient recalés au bac. Alors on voulait pas. » En donnant ces explications sans véritablement y prendre garde, ces Algériennes indiquent une deuxième différence entre femmes et hommes.

9En effet, la deuxième ligne de césure semble être le parcours scolaire. Bien sûr, sont exclues des statistiques les Algériennes qui ont connu un passage furtif par l’école. Notons par exemple cette expérience malheureuse vécue par Fatima Hassani à Sétif :

J’ai des copines qui ont les moyens, elles vont faire des études. Moi je les accompagne le matin, ça me fait plaisir d’y aller. J’arrivais jusqu’à l’école, j’avais envie de faire des études. Tellement tous les jours j’accompagnais mes copines, l’institutrice, quand les élèves ils rentrent, elle me voit rester dehors. Alors elle me dit : « Et bien demain tu viens. » Alors moi j’étais contente, j’y allais. Je croyais hein, je croyais… Elle m’a fait monter dans l’atelier et elle m’a dit : « Tu fais de la broderie. » Tu sais on fait des points de croix. Alors je suis restée deux jours, je vois les filles dans la cour qui courent et s’amusent mais moi je sors pas, je fais la broderie. Et bien je suis restée deux jours et je suis partie.

10Notons également le parcours d’autres femmes qui transitent furtivement par l’école française avant d’intégrer une école coranique, comme Zohra Benkhelifa :

J’ai été à l’école un an. Et comme j’étais éveillée, la maîtresse, dès qu’elle parlait, je levais le doigt pour répondre. J’étais intelligente et je répondais à tout. Là-bas, les Arabes qui sont intelligents, allez hop ! Alors elle m’a demandé : « Vous avez le tablier ? » J’ai répondu « Non madame. » Elle a demandé : « Vous avez l’ardoise ? » J’ai dit « J’ai l’ardoise. » Elle a demandé : « Vous avez le crayon ? » J’ai pas le crayon, je suis orpheline et c’est ma tante qui m’héberge. Alors, le lendemain, rayée, je suis sortie de l’école. J’ai pleuré, je voyais les autres aller à l’école. Alors j’ai été à l’école arabe, deux années, puis je me suis mariée.

  • 9 A. Kadri, « Histoire du système d’enseignement colonial en Algérie », cité dans F. Abécassis, G. M (...)

11En mettant de côté ces parcours à peine ébauchés, et en ne retenant que les expériences scolaires de plusieurs années, on aboutit à un pourcentage d’Algériennes scolarisées (15 %) qui, s’il ne les distingue pas en proportion des Algériens (17 %) présents également à Lyon, les distingue par rapport aux politiques d’alphabétisation menées en Algérie. En effet, d’après Aïssa Kadri « l’écrasante majorité de la population musulmane à la veille de l’indépendance était analphabète »9, et les femmes avaient moins facilement que les hommes accès à l’école. Dès lors, il apparaît étonnant de voir un tel taux d’Algériennes passées par l’école avec deux profils distincts, d’une part les Algériennes ayant suivi un cursus plus ou moins long en Algérie et, d’autre part, celles qui ont poursuivi ou commencé leur cursus en France.

12En Algérie, les Algériennes ont conscience de leur statut d’écolières singulières. Pour Lamria Hamidat, un peu de hasard et de chance expliquent sa formation :

Moi, si j’étais à l’école, c’est par rapport à une voisine, parce qu’en Algérie, pas tout le monde peut aller à l’école française. Il faut connaître les gens. Ma voisine, c’était une famille riche. C’est quand je m’occupais des petits enfants qu’elle m’a fait entrer à l’école. J’étais en cours préparatoire. Trois années pas plus. C’est là que j’ai appris à lire.

13Pour Mansouria Blaha, l’origine sociale apporte quelques éclaircissements à sa scolarité : « On n’était pas beaucoup d’Algériennes à l’école. C’étaient des enfants de deux ou trois familles, comme moi, on va dire favorisées. Mon père, il était décédé, alors c’est mon oncle, commissaire à l’époque, [qui m’a inscrite à l’école]. » Kheira Bounouri, dont les parents étaient vendeurs de primeurs, suit les cours de l’école française de Mostaganem durant trois années et se souvient encore des noms de ses professeurs, de quelques coups de règles mais aussi, alors que son inscription à l’école semble aller de soi, de la séparation entre les élèves : « Il n’y avait pas de mélange entre nous. » Hormis la distinction sociale, le rang dans la famille donne, parfois, une clef d’explication à une possible scolarité : Zoulikha B., parce que l’aînée de sa famille, ne peut suivre une formation quand sa petite sœur, Saïda B., a droit à une scolarité. Mais, en examinant aussi les cas d’Algériennes n’ayant pas été à l’école, il semble – mais est-ce reconstruction a posteriori ? – que bon nombre avaient le choix. Pour Ouarda D., c’est clair : « Je t’ai dit, moi je fais pas l’école, je fais la couture. Je préférais la broderie, les crochets. » Dès lors, elle suit des cours de couture à Alger avec une professeure parisienne en compagnie de 12 ou 13 camarades. Cela semble tout aussi clair pour Zohra Dilmi : « Mes parents voulaient m’emmener à l’école, mais moi je ne voulais pas. » Le fait même qu’il puisse exister un choix renforce l’impression que les Algériennes de Lyon, du moins celles renseignées dans notre corpus, sont singulières par leur formation.

14Certaines Algériennes poursuivent d’ailleurs leur cursus en métropole à commencer par Mansouria Blaha, inscrite au collège à Toulon lors de son arrivée dans cette ville en 1941. Elle doit arrêter ses études à 13 ans du fait d’une méningite tuberculeuse. Saïda B., quant à elle, fait une année d’école en Algérie avant de poursuivre sa scolarité à Châteauneuf-du-Rhône dès son arrivée en 1949.

15Enfin, d’autres Algériennes suivent tout leur cursus en métropole, du fait d’une immigration précoce. Ainsi, Louisette Mekaouche, née en 1938 à Lyon, est inscrite à l’école puis au collège de la Croix-Rousse jusqu’à 16 ans ; Fatma Malagouen arrive à Lyon avec toute sa famille en 1949 – elle a alors 7 ans – et est inscrite à l’école des Pierres Plantées à la Croix-Rousse de 8 à 16 ans. Dans la plupart des cas, et notamment en métropole, l’interruption des études s’explique par une intervention familiale masculine. Saïda B. le regrette : « C’est mon père qui m’a fait arrêter l’école. À partir du moment où il m’a vu jouer au basket en short… après je ne pouvais plus aller aux études. Il n’a jamais voulu que je puisse continuer mes études. » De même, Fatma Malagouen est progressivement retirée de l’école :

Mes frères, ils étaient sévères avec moi parce qu’ils me disaient : « Toi tu restes à la maison, tu ne sors pas, tu ne vas pas à l’école. » […] Une fois il m’est arrivé d’aller à Collonges avec des copines européennes, françaises. On s’est sauvées de l’école et on a été à la traboule, il y a une traboule à la Croix-Rousse, je ne sais pas si vous connaissez, on a laissé nos cartables là-bas… Alors la barque a chaviré et on s’est retrouvées dans l’eau. Non seulement mes frères ont vu que je ne rentrais pas de bonne heure, mais en plus, quand je suis rentrée, j’avais la jupe mouillée. Ils m’ont, avec la ceinture, massacrée. Massacrée. Pendant 15 jours je n’allais pas à l’école, j’avais les yeux au beurre noir, le corps tout… avec la ceinture, tout ça. Ils étaient très très sévères mes frères.

16Contraintes matérielles (Kheira Bounouri), intervention de la famille craignant, en métropole, une fréquentation trop proche des « Européens » (Saïda B., Fatma Malagouen) : de nombreuses Algériennes connaissent une scolarité avortée.

17Le panorama serait incomplet sans évoquer Habiba Megnaoua, Algérienne dont l’originalité réside dans l’accomplissement d’un parcours scolaire complet. En effet, Habiba Megnaoua, dont le père est fonctionnaire à la préfecture de Constantine, est acceptée au lycée Laveran depuis le cours préparatoire, là même où sa maman avait suivi un cursus dans la classe indigène. Dans la classe d’Habiba Megnaoua, trois autres Algériennes seulement partagent les cours. Lauréate du baccalauréat en 1954, elle part, en compagnie de son mari, poursuivre ses études à Montpellier, où elle arrive pleine d’ambition : « Je voulais faire soit une licence d’anglais, soit de la haute couture. » Résultat : sur le conseil de son père, elle s’inscrit en PCB (Physique, chimie, biologie), marchepied pour les études de médecine. Elle devient institutrice trois ans après et s’installe dans la région lyonnaise. Voilà un parcours des plus singuliers : « Je suis un pur produit de la colonisation », dit même Habiba Megnaoua. Il témoigne de la très grande hétérogénéité des Algériennes présentes à Lyon, et plus généralement en France, dans les années 1950. Surtout, le passage par l’école indique une autre originalité dans les trajectoires de ces femmes, leur urbanité.

  • 10 N. Vince, « Transgressing boundaries : gender, race, religion, and “Françaises musulmanes” during (...)
  • 11 A. Sayad, La double absence, ouvr. cité, p. 72.
  • 12 C’est l’observation de G. Toulemonde, « Les bidonvilles et leur résorption dans l’agglomération ly (...)

18Une troisième ligne de césure sépare très nettement les femmes des hommes en provenance d’Algérie puisque, si 61,8 % des Algériens sont d’origine rurale, près de 75 % des Algériennes sont d’origine urbaine. Ce simple constat justifie les tenues vestimentaires de ces femmes qui, toutes, disent qu’elles s’habillaient à l’européenne (voir chapitre 1, page 46). Ces tenues signalent une socialité plus qu’elles ne signalent une « transgression des frontières raciales » comme cela peut être le cas en Algérie durant la lutte pour l’indépendance10. En affinant l’analyse, on remarque que, sur 34 femmes de plus de 40 ans, 20 sont d’origine rurale. Par conséquent, même si nos chiffres sont ténus, ces femmes plus âgées que la moyenne semblent provenir d’un autre âge migratoire et confirment en cela un constat établi par Abdelmalek Sayad pour les hommes : dans ce deuxième âge de l’émigration, « l’urbanisation du futur émigré […] tend à devenir une étape avant l’émigration en France, alors qu’auparavant, quand l’émigration s’établissait presque exclusivement entre les campagnes algériennes et la France, ce n’était qu’exceptionnellement qu’elle se convertissait en une émigration urbaine en Algérie »11. Les Algériennes présentes à Lyon dans ces années 1940-1950 ont manifestement connu une première urbanisation en Algérie. D’ailleurs, si l’on prend le cas des habitants des bidonvilles de la région lyonnaise, on remarque que la plupart des célibataires sont des ruraux provenant des mêmes douars quand les familles proviennent de toute l’Algérie : la migration familiale s’inscrit « en rupture avec les réseaux migratoires »12.

19Reste à savoir si la religion a une emprise sur ces femmes. Habiba Megnaoua se dit ouvertement laïque :

Quand je dis laïque, c’est-à-dire que je ne suis pas pour les religions, mais maintenant, je suis née dans une religion, donc quand je suis dans le milieu, je pratique. Quand je suis avec Mme Attia, je ne bois pas une bière, par respect. Autrement, si je suis seule, je prends une bière. Bon, par exemple, je mange pas de cochon, non pas parce que c’est interdit, mais parce que ce n’est pas dans notre culture. Mais je suis foncièrement laïque.

20Position claire qu’Habiba Megnaoua reconnaît devoir à l’école émancipée, position singulière aussi, puisque mise en rapport avec l’attitude foncièrement religieuse de Hadda Attia, épouse de Tahar Attia, représentant de commerce et conseiller auprès du chef de la wilaya 3 Mahmoud Mansouri, mais position que l’on retrouve dans de très nombreux témoignages. Ainsi, Fatma Malagouen affirme : « Mes parents ne faisaient pas la prière. On mangeait normalement. Pas de porc bien sûr, mais on mangeait comme les Français », pensant opportun d’affirmer qu’on « mangeait avec des chaises, pas par terre ». Or, ces propos sur la religion recoupent ceux déjà évoqués dans le premier chapitre concernant le port du voile. Les Algériennes, dans leur immense majorité, respectent les traits culturels de leur religion (jeûne, tabous alimentaires) mais celle-ci ne guide pas leurs premiers pas en terre métropolitaine. Cette attitude face à la religion rejoint tout à fait celle des hommes puisque sur dix-sept Algériens rencontrés, aucun ne mentionne la religion comme élément central dans son expérience migratoire.

21Les Algériennes dont nous avons pu renseigner les variables d’origine de leurs trajectoires offrent un portrait sociologique de groupe étonnant : elles ne correspondent en rien au profil forgé dans les médias, dans les instances de gouvernement et leurs délégations lyonnaises. Elles font a minima figures d’avant-garde.

Maris et épouses, concubins et concubines

  • 13 Sur la peur des « hommes sans femmes ». E. Blanchard, « Encadrer des “citoyens diminués” », thèse (...)

22Les experts sont assez catégoriques, on l’a dit : pour eux, la venue des Algériennes en métropole serait un moyen efficace de stabiliser les Algériens et de rassurer les autorités, inquiètes lorsqu’elles les voient en compagnie de métropolitaines, très inquiètes face aux « hommes sans femmes »13. De fait, rares sont les Algériennes célibataires (71,5 % des Algériennes sont mariées à des Algériens).

  • 14 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants. 1956-1964. P. de Meaux, L’immigration fam (...)

23Ces mariages entre Algériens ont le plus souvent lieu en Algérie : Philippe de Meaux ne relève que 6 mariages contractés en métropole pour 95 contractés en Algérie14. L’écart relevé précédemment entre l’urbanité des Algériennes et la ruralité des hommes pose en outre la question de la nature de ces mariages. Ceux-ci sont plutôt, à l’intérieur de la communauté algérienne, exogamiques, unissant des urbaines avec des ruraux. C’est le cas de Kheira Bounouri, originaire de Mostaganem, qui épouse Mohamed S., originaire de Ouled Maalah (département d’Oran). C’est le cas de Ouarda D., originaire d’Alger, qui épouse en premières noces Badri-Badri, originaire de Sidi Khaled. Bien des Algériennes évoquent ces mariages arrangés en des termes similaires, proches de ceux utilisés pour la loterie. Pour Fatima Hassani « avant, on fréquente pas l’homme. […] On ne sait pas s’il est aveugle, s’il est vieux. C’est les parents qui nous marient. Heureusement, je suis tombée sur un bel homme. C’est vrai, heureusement ! C’est comme on achète un billet de tiercé. » De même, pour Lamria Hamidat : « Mon mari, je le connais même pas. Je ne savais pas s’il était aveugle… Malgré tout il était beau. » Les différences d’âges sont fréquentes : 15 ans entre Lamria Hamidat et son mari, 22 ans entre Zohra Benkhelifa et le sien, 35 ans pour Mansouria Blaha et son second mari… Les mariages unissent donc de manière assez générale des femmes très différentes à bien des égards de leurs maris ce que confirme l’enquête de Philippe de Meaux. Selon lui, l’âge moyen des 120 chefs de famille est de 37 ans et celui des Algériennes est de 23 ans. Et, si 40 Algériennes ont contracté leur mariage alors qu’elles étaient âgées de moins de 18 ans, seuls deux hommes ont épousé une Algérienne alors qu’ils étaient âgés de moins de 18 ans. Habiba Megnaoua et son mari Youcef font encore une fois figure d’exception puisque leur rapprochement se fait dans les cercles de l’Union générale des étudiants musulmans algériens (UGEMA) du lycée de Constantine, suivi d’un mariage hors norme : « On est partis tous les deux. Mon beau-père m’a offert une bague et on est passés devant le cadi. C’est tout. On partait pour la France, donc on a pas fait le tralala. »

  • 15 ADR – 248 W 88 – État civil, nationalité et circulation transfrontalière des Français musulmans. 1 (...)
  • 16 Pour Georges Martin, « le cadi n’avait pas qualité pour prononcer le divorce de citoyens mariés de (...)

24À la différence de l’Algérie, les mariages en métropole opèrent une certaine normalisation : le Service d’assistance technique veille. D’une part, constatant qu’« un certain nombre de Français musulmans d’Algérie résidant en métropole demeurent encore sans état civil régulier »15, le ministre de l’Intérieur donne pour mission aux préfets de dépister les omis et de mettre à jour les registres : une correspondance fournie relie les services préfectoraux métropolitains et algériens. D’autre part, quand les mariages arrangés en métropole ne correspondent pas aux règles administratives en usage, la préfecture intervient. Les mariages arrangés selon la coutume suscitent un simple rappel des règles. Par exemple, quand Oumelkheir D. se remarie à Oullins « devant le taleb Benrouioua Lala assisté de quatre témoins », elle demande à la mairie d’établir un certificat attestant sa nouvelle situation matrimoniale en vue d’en apporter la preuve à son logeur : Georges Martin, conseiller technique aux affaires musulmanes, lui rétorque que « son nouveau “mariage” contracté à Oullins devant le taleb n’avait aucune valeur » tout comme son divorce enregistré par le cadi de la Mahakma des Ouled Djellal alors que le premier mariage avait été contracté à Oullins16. En revanche, les mariages arrangés sans le consentement des épouses soulèvent un rappel à l’ordre plus menaçant. Voici par exemple une lettre reçue par le maire de Lyon, en 1955 :

Monsieur le Maire de Lyon.

  • 17 Ibid., lettre de Safya B. au maire de Lyon, le 3 février 1955. L’affaire est néanmoins assez opaqu (...)

Monsieur le représentant de notre patrie, la vôtre, comme la mienne, moi qui est algérienne et ayant juste mes 15 ans fillette comme vous dites en France, comment voulez-vous qu’une fillette puisse se marier, on veut m’obliger à me marier et c’est pour dimanche prochain, j’appelle au secours par ce mot venez à mon secours et j’adresse la même lettre si je peux la passer en cachette de mes parents à tous les représentants de la France. Safya B., 33 rue du Mail, Lyon.17

25Cet appel au secours déclenche immédiatement une enquête de police auprès du futur mari auquel on fait savoir « que dans la Métropole il ne pouvait se marier légalement que devant l’officier de l’état civil, c’est-à-dire en mairie » et que, « s’il passait outre, il risquerait de faire l’objet de poursuites pénales pour détournement de mineure ». Les photographies de mariage sont le signe de cette normalisation :

Figure 30a. Photographie de mariage

Figure 30a. Photographie de mariage

Saïda B. (Montélimar, 1960) 
Source : Archives privées

Crédit : AP © Saïda B.

Figure 30b. Photographie de mariage

Figure 30b. Photographie de mariage

Rabiha Chikhi (mairie de Villeurbanne, 1957)
Source : Archives privées

Crédit : AP © Fatima Chikhi

Figure 31. Mariage de Sabria Sadaoui à la mairie du 3e arrondissement de Lyon

Figure 31. Mariage de Sabria Sadaoui à la mairie du 3e arrondissement de Lyon

Témoins : une métropolitaine, une Algérienne
Source : Archives privées

Crédit : AP © Malika Sadaoui

  • 18 Le rite de l’islam malékite prévoit que le consentement des époux soit négocié avant le mariage. L (...)

26Les robes blanches, les costumes des hommes, la photographie souvenir : rien ne distingue un mariage algérien d’un mariage métropolitain. Les mariages se scellent à la mairie avec, parfois, des témoins métropolitains, comme lors du mariage de Rabiha Chikhi (fig. 30b), de Ouarda D., ou encore de Sabria Sadaoui (fig. 31). Normalement, ces mariages sont doublés à Lyon par un second devant un taleb. Montée de la Grande-Côte, c’est cheikh Haffa qui préside les unions. Cette cérémonie – la Fatiha – apparaît dans les récits des témoins comme une démarche classique18. Ainsi pour Fatma Malagouen : « On était mariés avec la religion musulmane. Un imam est venu, il a fait la prière et il a dit “vous êtes mariés”. » Ou encore pour Ouarda D. : « Je me suis mariée à la mairie de Saint-Priest, et après on voit l’imam, c’est obligé. »

  • 19 M. Colin, « La morbidité des Nord-Africains dans la métropole, aspects médico-sociaux », thèse cit (...)
  • 20 Son mari est en prison pour faits politiques.
  • 21 S. Lamri, « “Algériennes” et mères françaises exemplaires (1945-1962) », Le mouvement social, no 1 (...)

27Généralement, le mariage entraîne un repli des femmes dans la sphère privée. Car les maternités commencent tôt, comme le signale le médecin Marcel Colin : « Chez la femme nord-africaine, on observe sur 89 cas, déjà 10 accouchements entre 15 et 19 ans »19 ou, plus personnellement, Zohra Benkhelifa : « J’avais 14 ans [le jour de mon mariage]. À 15 ans et demi, j’ai eu mon fils, tout de suite. » Les maternités se succèdent ensuite. Pour Lamria Hamidat, l’espacement des naissances est même inexistant : « Tous les ans. La machine [rires]. Ça me fait rire mais… [soupirs] 1955, 1956, jusqu’en 1959. Après, il est en prison [rires]. Ça m’a fait une pause »20. C’est que la sexualité est souvent vécue en mode mineur. Mansouria Blaha évoque son mariage précoce et la sexualité qui en découle, non désirée : « Ma mère m’a marié à 16 ans et demi. Ma vie s’est arrêtée. La veille de mon mariage, je jouais encore à la marelle… Alors, le soir du mariage, je ne savais pas ce que c’était, je me suis retrouvée déshabillée, comme ça. […] J’ai eu quatre enfants [entre 1958 et 1962], je sais pas comment je les ai faits. » Dans la mesure où les naissances sont fortement encouragées dans les années 1950, il n’est pas étonnant de constater que bien des femmes algériennes reçoivent la médaille de la « Famille nombreuse française » qui récompense, chaque année, les mères « méritantes » et « exemplaires ». Entre 1945 et 1962, Sophia Lamri constate, par exemple, que 32 mères de familles algériennes, sur 389 familles récompensées, ont reçu cette médaille dans la commune de Boulogne-Billancourt. Le modèle familial qui anime ces récompenses reste celui « du couple marié dans lequel la mère reste au foyer pour élever ses enfants »21.

  • 22 ADR – 248 W 88 – État civil, nationalité et circulation transfrontalière des Français musulmans. G (...)
  • 23 AJM – TPFA Lyon – Dossier Annie C., jugement 251/2847, PV Annie C., 28 avril 1960.
  • 24 Le constat restant ainsi le même que celui fait pour l’entre-deux-guerres : G. Massard-Guilbaud s’ (...)

28Voilà de quoi rassurer les autorités, qui le sont moins lorsque les Algériens fréquentent les métropolitaines et envisagent un mariage mixte. Elles diligentent alors, par l’intermédiaire des services préfectoraux, des enquêtes chiffrées : entre 1945 et 1952 à Lyon, Georges Martin relève 132 mariages musulmans/Françaises, 3 mariages musulmanes/Français, 17 mariages musulmans/étrangères et 30 mariages entre musulmans22. En 1953, 21 mariages entre Algériens et Françaises ou Européennes sont célébrés à Lyon, ce qui donne une moyenne de vingt mariages mixtes annuels. Et quand les métropolitaines doivent mettre leur vie à nu, devant les policiers par exemple, elles sont présentées sous des jours dépréciatifs. Le récit biographique d’Annie C. est de la sorte capturé : « En 1952, vous avez épousé Guy P. […] et vous en avez eu deux enfants. En dernier lieu, bien que vous ayez cessé de travailler, vous délaissiez vos enfants pour sortir et finalement ceux-ci ont dû être placés en nourrice. Votre conduite et votre moralité sont devenus critiquables et, depuis deux ans, vous étiez la maîtresse toute dévouée du Nord-Africain M. Rabah »23. Annie C. a beau rappeler la présence de son fils jusqu’à son arrestation, son envoi dans une colonie de vacances quelque temps auparavant, ou le placement de sa fille à la campagne pour des raisons de santé, la police en reste à la conclusion d’une « moralité douteuse ». C’est que les épouses ou concubines d’Algériens semblent être tout autant déracinées que les conjoints, le déracinement pouvant être géographique ou social24. Pourtant, sur 1 276 Algériens demandant la nationalité française entre 1963 et 1966, 412 (soit 32 % des demandes) ont épousé une métropolitaine (Française, naturalisée française ou européenne). Ces demandes de naturalisation courronnent bien souvent une inscription en France de longue date : les Algériens qui procèdent à cette demande se sont installés à Lyon, pour la plupart, avant 1939. Les mariages mixtes font donc l’objet de plus grandes réserves que les mariages endogamiques (entre Algériens), garants d’une plus grande stabilité aux yeux des autorités.

Camaraderies

  • 25 Parmi les cinq premières villes de France après Paris où se trouvent la majorité d’étudiants « ori (...)

29L’éducation en Algérie, les parcours scolaires avortés, les mariages précoces avec des maris plus âgés, presque toujours algériens, sont autant de signes démontrant que, même si bien des usages de la métropole sont adoptés, les Algériennes restent modelées par une culture qui leur assigne une place très définie dans la maison et très indéfinie dans la société. Elles sont tenues à l’écart des cercles de sociabilités, comme les camaraderies étudiantes, qui concernent plus facilement les hommes. Quelques exceptions émaillent cette exclusion sociale : avant de venir à Lyon, Habiba Megnaoua étudie à Montpellier, ville qui, avec Paris, regroupe l’essentiel de ces étudiantes25. À Lyon, aucune Algérienne n’est recencée au sein de l’université. Plus couramment, certaines suivent des formations professionnelles. C’est le cas d’Akila Mezidi, née en 1944 à Bougie, dont le parcours scolaire, commencé en Algérie et poursuivi à Lyon, débute comme une évidence. Il obéit à une stratégie familiale d’ascension sociale puisque Sahid Y., le père, conseiller municipal à Bougie, a fait de l’école une obligation pour toute la famille : après le primaire, il envoie ses enfants les uns après les autres chez un oncle à Lyon, marié à une métropolitaine, afin qu’ils poursuivent des études au collège. Quand approche le tour d’Akila, il décide : « On y va tous » : « Mon père aimait la culture française, il y tenait. Donc il voulait absolument qu’on fasse des études en français. » Filles et garçons fréquentent le collège mais, une fois à Lyon, les choses se compliquent pour la jeune élève : « J’ai dû quitter l’école quand on est venu en France et je suis entrée en CM2. J’avais un carnet, je vous assure… on m’a même fait sauter une classe pour aller directement en CM2 en Algérie. Et puis ici, on m’a fait redoubler mon CM1. Pour me dire qu’en Algérie, le niveau n’était pas le même. Et en définitive, on m’a fait sauter le CM2. Pour me dire finalement : “Vous êtes une bonne élève”. » Après des études au collège, seule Algérienne dans ses classes, et une fois le certificat en poche, Akila Mezidi entame deux années d’études au lycée des métiers Marie Curie à Villeurbanne, école préparatoire pour entrer à la chambre de commerce de Londres (fig. 32a). Là, elle étudie l’anglais et la comptabilité dont elle trouvera l’utilité plus tard, quand elle ouvrira un petit commerce à la Croix-Rousse. Mais, une fois de plus, le parcours scolaire est avorté : « De toute façon tu n’iras plus à l’école, c’est terminé. » Telle est la sentence prononcée par sa maman alors qu’elle a été vue en train de discuter avec un garçon devant l’auto-école de son frère. Un mariage arrangé met fin à des études prometteuses. Le cas de Zoubeida Megnaoua est différent : Algérienne née en 1938, elle poursuit ses études primaires à Constantine avant de fuir la guerre avec sa famille pour la Tunisie où elle passe son certificat. C’est alors en 1960, à 22 ans, qu’elle rejoint sa nièce, Habiba Megnaoua, dans la région lyonnaise, pour entreprendre une formation dans une école de puéricultrice au Vinatier. Pendant une année, elle apprend à s’occuper d’enfants assistés et handicapés. Ce choix individuel a été facilité par Jeannine Belhadj-Merzoug, formatrice au Vinatier et amie d’Habiba Megnaoua, mais il n’est pas unique puisque deux autres Algériennes suivent la même formation durant cette année scolaire 1960-1961. Dans les deux cas, celui d’Akila Mezidi et de Zoubeida Megnaoua, les photographies prises dans les lieux de formations démontrent, une fois de plus, l’insertion discrète des femmes algériennes.

Figure 32a. Algériennes en formation

Figure 32a. Algériennes en formation

Akila Mezidi en prépa commerce, Villeurbanne, 1960-1961, 2e rang, 2e à droite 
Source : Archives privées

Crédit : AP © Akila Mezidi 

Figure 32b. Algériennes en formation

Figure 32b. Algériennes en formation

Zoubeida Megnaoua au Vinatier, 1960, 3e de gauche à droite.
Source : Archives privées

Crédit : AP © Zoubeida Megnaoua

30Être algérienne a-t-il un sens spécifique dans ces cas de formations choisies individuellement ? Apparemment pas : les tenues, les sourires, les difficultés aussi sans doute, sont les mêmes que celles de leurs consœurs métropolitaines sans que naissent de revendications spécifiques.

  • 26 Messages d’Algérie, 15 septembre 1959, no 50, p. 4-5.

31À la fin des années 1950, le gouvernement tente de prendre en charge officiellement la formation de jeunes femmes algériennes. Le journal de propagande Messages d’Algérie narre ainsi, en 1959, les vertus du centre de Nantes où 150 jeunes femmes âgées de 18 à 25 ans, toutes possédant au moins le certificat d’études primaire, suivent une formation rémunérée (5 000 francs par mois) de cinq mois26. Là, elles bénéficient d’un enseignement accéléré avec des cours d’enseignement général (français, histoire, géographie, calcul, sociologie, instruction civique) et technique (travaux ménagers, cuisine, lavage, repassage, couture, hygiène, soins à donner aux enfants). En dehors des cours, le centre dispose d’une salle de lecture, d’une bibliothèque fournie, d’un gymnase et d’un réfectoire pour meubler les soirées et jours fériés des jeunes étudiantes. Seulement l’hiver, et après autorisation expresse des parents, ces jeunes algériennes peuvent passer le week-end dans une famille d’accueil. La communauté coule donc des jours heureux au profit de l’Algérie française et, sur les photographies publiées, les sourires sont de mises.

Figure 33a. Jeunes algériennes à l’étude

Figure 33a. Jeunes algériennes à l’étude

Source : Messages d’Algérie, 15 septembre 1959, no 50, p. 4-5

Crédit : © Messages d’Algérie

Figure 33b. Jeunes algériennes à l’étude

Figure 33b. Jeunes algériennes à l’étude

Source : Messages d’Algérie, 15 septembre 1959, no 50, p. 4-5

Crédit : © Messages d’Algérie

Figure 33c. Jeunes algériennes à l’étude

Figure 33c. Jeunes algériennes à l’étude

Source : Messages d’Algérie, 15 septembre 1959, no 50, p. 4-5

Crédit : © Messages d’Algérie

Figure 33d. Jeunes algériennes à l’étude

Figure 33d. Jeunes algériennes à l’étude

Source : Messages d’Algérie, 15 septembre 1959, no 50, p. 4-5

Crédit : © Messages d’Algérie

32Le centre d’enseignement de Nantes forme de jeunes Algériennes destinées à devenir des guides et relais sûrs de la politique émancipatrice française dans les douars, de bonnes épouses et mères de famille.

  • 27 L’université de Lyon est la quatrième université de France pour l’année scolaire 1957-1958, avec 9 (...)

33A contrario, de jeunes Algériens viennent garnir les rangs des différentes facultés métropolitaines dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, favorisant tout un monde du contact. Bals, bibliothèques, assemblées générales d’associations, journées revendicatives, cercles privés, cafés : autant de lieux pour favoriser les rencontres entre jeunes des deux rives de la Méditerranée. Certes, la distorsion est grande entre le nombre d’étudiants lyonnais et le nombre d’étudiants « nord-africains », mais les relations affectives n’en sont pas moins fortes et engagées27.

  • 28 Ce que confirme Jean Guichard, président de l’Amicale des lettres puis de l’UGS, dans Mémoire d’An (...)

34Un témoignage, celui de Marie-Josèphe Gin (née Bonnet) signale, en quelques lignes, ces lieux de rencontre : « Comme mes parents étaient extrêmement accueillants on se retrouvait chez eux avec 10-15-20 personnes à la campagne. On avait des discussions qui duraient toute la nuit. » La maison familiale sert de QG pour des réunions politiques et devient un lieu de sociabilité étudiante28. C’est aussi dans cette maison qu’une amitié durable s’est instaurée entre Marie-Josèphe et sa sœur (avec leurs maris respectifs), d’une part, et Laïd Mecheri, étudiant en médecine, de l’autre :

Parmi les étudiants qui venaient chez mes parents, j’ai rencontré Laïd Mecheri, étudiant en médecine avec mon beau-frère, il est venu, il y avait aussi un étudiant chinois. Ma maison était très ouverte.

La première fois, c’était un des étudiants qui venait à la maison, mais c’est quelqu’un avec qui j’ai sympathisé très tôt. Il était très drôle. Il venait en moto, j’aimais beaucoup la moto, j’ai fait de la moto avec lui. Il était là pour le mariage de ma sœur et de mon beau-frère. Lui était marié avec Raymonde, je me souviens plus de son nom de famille. Elle faisait philo.

Je les voyais souvent, Laïd continuait ses études avec beaucoup de sérieux. Ils ont eu très tôt leurs deux premiers enfants, dont Malike. Lui avait une idée : finir sa médecine rapidement, c’est ce qu’il a fait. Le dernier souvenir que j’ai d’eux en France, c’était en décembre 1960. Laïd a passé sa thèse le 15 décembre 1960, parce que ce jour-là mon mari [un Lyonnais engagé aux côtés des Algériens] sortait de prison. Il était à la prison du Puy, mis à l’écart. Je suis allée le chercher sur le quai de la gare, et avec ma 2 CV, on a rejoint les Mecheri pour sa soutenance de thèse, et faire la fête. Il y avait Yolande Mansouri aussi.

Notre fils est né en le 27 janvier 1961. J’ai le souvenir d’être allé dire au revoir aux Mecheri qui partaient. Je m’en souviens bien, c’était dans le tempérament de Laïd, ils partaient pour la Tunisie par la Suisse, il avait glissé un petit souvenir sous l’oreiller de mon fils dans son couffin. Parti pour l’Algérie dans l’ALN.

Figure 34a. Amitiés entre étudiants : l’exemple de Marie-Josèphe Gin et de Laïd Mecheri

Figure 34a. Amitiés entre étudiants : l’exemple de Marie-Josèphe Gin et de Laïd Mecheri

Mariage de Cécile et Jean Royer en 1960. Laïd Mecheri, 4e de droite à gauche, Marie-Josèphe Gin, 1er rang, 3e de gauche à droite 
Source : Archives privées

Crédits : AP © Marie-Josèphe Gin 

Figure 34b. Amitiés entre étudiants : l’exemple de Marie-Josèphe Gin et de Laïd Mecheri

Figure 34b. Amitiés entre étudiants : l’exemple de Marie-Josèphe Gin et de Laïd Mecheri

Soutenance de thèse de Laïd Mecheri, le 6 décembre 1960 : Raymonde Tronel, 1er plan à droite avec Mostefa Belhadj-Merzoug ; Jeannine Belhadj-Merzoug, 1er plan à gauche.
Source : Archives privées

Crédits : AP © Raymonde Tronel

  • 29 La majorité des ouvrages sur les étudiants portent sur leur rôle dans la guerre d’Algérie et en re (...)

35La rencontre date de 1954, parfaitement connue puisqu’à peine postérieure au mariage de Marie-Josèphe Gin (mars 1954). Loin des approches pensées en termes de groupes et de structures, les photographies illustrent le rôle de la sphère privée dans les rapprochements29.

  • 30 Par exemple le 6 mars 1955 : Lyon Étudiant Catholique, avril 1955, p. 7.
  • 31 C’est-à-dire ceux qui soutiennent l’indépendance des peuples d’Outre-mer. Sur le syndicalisme étud (...)

36Autour des facultés, la vie étudiante favorise les rencontres entre les étudiants. La Maison des étudiants catholiques (MEC) organise des rencontres avec des étudiants d’Outre-mer dans une « ambiance fraternelle », bénéficiant d’une certaine publicité30. D’ailleurs, grâce au père Lhomet, la MEC sert aussi de logements temporaires pour quelques étudiants algériens et le nom du lieu est alors vite tourné en dérision, devenant « la Mecque ». L’AGEL, véritable « bastion des minos »31, développe également une intense sociabilité étudiante propice aux rencontres. Raymonde Tronel raconte la sienne avec Laïd Mecheri qui devient son mari :

  • 32 La séance de radio est à l’évidence celle organisée pour la journée du 21 février 1952. Le 21 févr (...)

Comment on s’est rencontrés ? Et bien on était étudiants, c’est tout. Lui, il était étudiant en médecine. Il venait manger à l’AG où il gagnait sa vie en étant serveur. Et moi, j’étais bénévole à la bibliothèque. À l’AG de Lyon, il y avait donc les repas en bas, et au deuxième étage, il y avait une espèce de grande salle qui servait de bibliothèque. En février 1952, il est venu me demander un bouquin de la collection Esprit qui était entièrement consacré au combat anticolonialiste des étudiants. Il devait faire un topo à la radio rapidement en tant que président des étudiants d’Outre-mer32. J’ai dit : « Monsieur non, je ne l’ai pas, ce numéro d’Esprit a déjà été donné. Mais comme je suis abonnée, je vais vous donner mon exemplaire. » Nous avons été réunis par un numéro d’Esprit. C’est la légende dans la famille.

37Au-delà de cette légende, l’AG fonctionne bien comme un lieu de rapprochements et d’informations. Jeannine Belhadj-Merzoug rencontre également celui qui va devenir son mari à l’AG de Grenoble, Mostefa Belhadj-Merzoug qui est alors secrétaire de l’UGEMA. Étudiante en école de puéricultrice, elle se rend à l’AG pour la convivialité, plus que pour les discussions politiques. Ces affinités se retrouvent capturées : les photographies illustrent des Algériens en compagnie de femmes métropolitaines.

Figure 35. 6 février 1953, bal des étudiants d’Outre-mer

Figure 35. 6 février 1953, bal des étudiants d’Outre-mer

Jeannine et Mostefa Belhadj-Merzoug à droite
Source : Archives privées

Crédit : AP © Jeannine Belhadj-Merzoug

Figure 36a. Jeannine et Mostefa Belhadj-Merzoug en compagnie d’étudiants algériens

Figure 36a. Jeannine et Mostefa Belhadj-Merzoug en compagnie d’étudiants algériens

Grenoble, 1952
Source : Archives privées

Crédit : AP © Jeannine Belhadj-Merzoug

Figure 36b. Jeannine et Mostefa Belhadj-Merzoug en compagnie d’étudiants algériens

Figure 36b. Jeannine et Mostefa Belhadj-Merzoug en compagnie d’étudiants algériens

Lyon-Cordeliers, 1954
Source : Archives privées

Crédit : AP © Jeannine Belhadj-Merzoug

38Cette intense sociabilité étudiante entre quelques Lyonnaises et étudiants algériens naît parfois sur les bancs de l’université comme pour Claudie Touili, étudiante à la faculté de lettres, qui rencontre « Malike », alors étudiant en histoire :

  • 33 C. Touili, Esquisse pour une autobiographie, Inédit, p. 8 (archives privées Claudie Touili).

En octobre 59 […]. En pull-over turquoise, hâlé par l’été, Malike attire immanquablement le regard au milieu d’un cercle de filles béates. Il est trop beau, trop sûr de lui, trop désinvolte pour que je soupçonne un instant qu’il soit algérien, qu’il ait quoi que ce soit à voir avec les ombres méfiantes que nous voyons raser les murs, comme avec ces intellectuels nerveux et moustachus que j’ai déjà rencontrés. Mais la couleur cuivrée de la peau, le satin noir des cheveux et du regard me l’ont fait spontanément qualifier de « maure ».33

39Les rencontres se poursuivent dans d’autres lieux comme les cafés, dont Claudie Touili narre l’atmosphère :

  • 34 Ibid., p. 5.

J’entre plus avant dans l’intimité de Malike quand il m’introduit dans l’arrière de la Mère Mas. La mère Mas tient derrière la MEC un café qui n’est guère fréquenté par la population estudiantine classique. Au bar et aux premières tables, les prolos indigènes du quartier, puis des étudiants majoritairement étrangers de tous âges, toutes couleurs et toutes langues, enfin les privilégiés de la mère Mas, ceux dont elle abrite derrière une cloison les interminables parties de pocker et l’effervescence politique. Le monde des cartes dont Malike tire l’essentiel de ses revenus, m’est aussi hermétique que celui de cette population hybride, en rupture de ban universitaire….34

40Ce café, ouvrant ses portes ici en 1959-1960, servait de lieu d’accueil pour des populations disparates où les discussions politiques n’étaient pas interdites. Quant à Jeannine Belhadj-Merzoug, elle se rendait avec son mari dans un petit café de la place des Jacobins : « Il y avait un petit café où se rencontraient tous les étudiants algériens. Il y avait un ami de mon mari avec qui on était très liés, c’était le neveu de Ferhat Abbas (1899-1985), qui venait dans ce café. » C’est de ces intenses contacts entre Lyonnaises et Algériens que sont exclues les jeunes Algériennes, des contacts qui servent pourtant de matrices aux solidarités politiques sur lequelles nous reviendrons dans les chapitres 5 et 6. Reste à savoir si d’autres lieux de sociabilité leur sont accessibles.

Femmes algériennes au travail

41L’activité professionnelle des Algériennes n’intéresse guère les autorités : elles sont considérées comme mères au foyer. Lors des recensements effectués auprès des familles, l’activité de l’épouse n’est ainsi jamais renseignée. C’est le cas lors de l’établissement d’une liste de « familles de travailleurs » à reloger en mars 1961, et c’est aussi le cas lors de l’établissement des fiches individuelles de renseignements mené dans le bidonville des Buers, entre 1960 et 1961 où seule l’activité professionnelle du mari est signalée. Pourtant, les chiffres sur lesquels nous pouvons nous appuyer sont éloquents : 19 Algériennes sur 135 (soit 14 %) exercent une activité professionnelle. Et encore, ce chiffre pourrait être revu à la hausse dans la mesure où, d’une part, pour de nombreuses Algériennes, aucune précision ne peut être recueillie et, d’autre part, bon nombre d’Algériennes exercent un emploi informel. C’est le cas par exemple des femmes qui ont une activité domestique comme la garde d’enfants dont font état Zoubeida Benyamina et Kheira Bounouri.

42Sans grande surprise, les Algériennes employées (6 sur 19) le sont dans deux branches, les hôpitaux d’une part, les écoles de l’autre. Cette mise au travail s’explique soit par la nécessité, souvent liée à la guerre, soit par le désir d’autonomie. Dans le premier cas, Lamria Hamidat trouve un emploi sur le conseil d’une amie une fois son mari envoyé au camp du Larzac : « Elle m’a dit : “Puisque ton mari est en prison, tu ne peux pas vivre comme ça. Tu viens, je vais parler pour toi, pour faire le ménage, à l’école Martinière.” C’était une grande école. Alors on commence à 5 heures du matin, pour faire le ménage. Ensuite, vers 8 heures, je vais chercher mes enfants et je les amène à l’école. Ça a duré presque deux ans. » Dans le second cas, Mansouria Blaha brave la coutume :

Mon mari, il a jamais voulu que je travaille parce chez nous, les anciens, ils veulent pas que la femme travaille. […] je veux dire par là que pour les anciens, c’est pas bon de laisser sa femme travailler. Ça veut dire que vous êtes un incapable, incapable d’assumer votre femme, les enfants. Alors c’était pas facile, parce qu’à chaque fois qu’il fallait que je m’habille et me prépare pour aller au travail [à l’hôpital Édouard Herriot], je recevais une gifle. Il fallait que je parte avec ma larme.

43Dans les hôpitaux, les Algériennes sont bien souvent employées aux travaux ménagers. Même lors de son stage au Vinatier, Zoubeida Megnaoua devait, comme ses condisciples, s’occuper du ménage. Pour les stagiaires, « le matin, c’est pratique, on s’occupe de tout, et du ménage, et des biberons, et des repas. L’après-midi, ce sont les cours ». La pose est légèrement forcée : « Je fais la vitre ici [rires]. Je me rappelle toujours le matin, à 6 heures, quand on était en stage chez les nouveau-nés, on commençait par frotter le parquet avec la paille de fer. Ah, c’était vraiment… obligatoire. » Pour de plus nombreuses algériennes, c’était le quotidien, dans les hôpitaux ou écoles de Lyon.

Figure 37. Zoubeida Megnaoua au travail, centre hospitalier Le Vinatier, 1961

Figure 37. Zoubeida Megnaoua au travail, centre hospitalier Le Vinatier, 1961

Source : Archives privées

Crédit : AP © Zoubeida Megnaoua

  • 35 Sur cette syndicalisation des Algériennes, lire aussi N. Sidi Moussa, « Devenirs messalistes (1925- (...)
  • 36 L’USTA a été fondée le 14 février 1956.
  • 37 La Voix des travailleurs algériens, juin 1957, p. 7.

44Cinq Algériennes sont ouvrières : dans leurs usines, elles sont généralement isolées, fréquentant des Algériens et des métropolitaines. C’est le cas d’Aïcha Bahri, manutentionnaire à l’entreprise Vibis, ainsi que de Bariza Mehdaoui, paqueteuse dans une usine textile à Vaise. La première est victime d’un attentat mené par un ancien employé de l’entreprise et c’est une Lyonnaise qui vient témoigner en sa faveur (voir chapitre 6, page 239), Marie B. D’ailleurs, cette dernière, contremaîtresse aux Établissements Vibis, fait régulièrement le trajet avec Aïcha Bahri entre le travail et le domicile, signe d’une certaine amitié. La seconde, menacée de licenciement après l’arrestation de son mari, Mohamed Gherbi, suscite un élan de solidarité de la part des Algériens de l’usine : « Tous les Algériens ont arrêté les machines […] et ils sont venus devant le bureau de la direction en disant : “Elle reprend son travail où nous voulons tous notre licenciement.” » Cette forme de lutte pose la question d’une éventuelle syndicalisation des Algériennes35. La Voix du travailleur algérien, organe de la Fédération de France de l’Union des syndicats des travailleurs algériens (USTA), de tendance messaliste36, laisse une place mesurée mais réelle aux travailleuses algériennes. Parmi tout l’éventail des actions menées par l’USTA – panneaux dans les usines où il y a de la main-d’œuvre algérienne, meetings volants organisés à la sortie des usines, réunions régulières des responsables USTA des usines – c’est lors des congrès ou meetings annuels que les femmes trouvent une place. Certes, lors du meeting organisé à Lyon le 1er mai 1957, la présence d’une Algérienne étonne encore : « Avant l’ouverture de séance, nous eûmes la surprise de voir parmi tous ces travailleurs une jeune fille algérienne, elle ne s’est pas contentée de nous honorer de sa présence mais aussi, elle fit don d’une somme de 1 000 fr. à nos collecteurs »37. Mais ensuite, les discours des déléguées féminines sont continuellement rapportés dans le journal, leurs photographies soigneusement mises en scène.

Figure 38a. Femmes algériennes lors des congrès de l’USTA

Figure 38a. Femmes algériennes lors des congrès de l’USTA

Source : La Voix du travailleur algérien, 5 juillet 1957, p. 4-5

Crédit : © La Voix du travailleur algérien

Figure 38b. Femmes algériennes lors des congrès de l’USTA

Figure 38b. Femmes algériennes lors des congrès de l’USTA

Source : 15 décembre 1959, p. 14.

Crédit : © La Voix du travailleur algérien

  • 38 Ibid., mai 1957, p. 12.
  • 39 Ibid., p. 4.

45À la tribune, dans les salles de travail ou dans l’assistance, les « déléguées prolétariennes » sont mises à l’honneur et portent leurs revendications. En premier lieu, l’USTA soutient les revendications de « la femme algérienne travailleuse » : à travail égal, salaire égal, un maximum de travail par jour fixé à huit heures, deux jours de repos par semaine, un mois de congés payés, 12 semaines de congé maternité, interdiction absolue d’utiliser la main-d’œuvre féminine à des travaux pénibles et malsains38. Elle dénonce le sort des travailleuses en Algérie, traitées pendant des siècles comme des « bêtes de somme », exploitées pendant de longues journées de dur labeur au cours des moissons39. Porte-voix d’un syndicalisme au féminin, elle fait alors appel à la « fraternité prolétarienne des classes féminines de France » et donne quelques exemples de travailleuses algériennes en métropole, dont celui de Yamina B., une ouvrière du Nord :

Je suis bobineuse chez K… Je suis obligée de travailler pour aider mon mari dont le maigre salaire ne suffit pas pour élever convenablement nos enfants ; ils vont tous en classe, et ainsi je peux travailler.

  • 40 Ibid., avril 1958, p. 3.

Le travail que je fais est très difficile, mais il ne faut aucune formation spéciale, car c’est l’usine qui forme les ouvrières. Je gagne 8 000 fr. par semaine ; je ne m’en plains pas, mais toujours, et c’est l’avis des camarades algériens, nous devons soutenir la classe ouvrière dans la lutte pour toutes ses revendications.40

  • 41 Ibid., juillet 1957, p. 2.

46En second lieu, les Algériennes de l’USTA dénoncent la colonisation dans son ensemble et « assurent à la classe ouvrière masculine algérienne que, dorénavant et quelles que soient les circonstances, elle [les] trouvera à ses côtés, prêtes à lutter, à mourir afin de faire échec à l’exploitation économique, sociale et culturelle du colonialisme français »41. Logiquement donc, les revendications portent, en troisième lieu, sur la place des femmes algériennes dans la Révolution, une place qui leur assure un engagement de tous les instants et une émancipation.

  • 42 Ibid.

47En fait, si des Algériennes ont pu militer au sein de l’USTA ou bien de l’Amicale générale des travailleurs algériens (AGTA), son équivalent pour le FLN, ou encore dans un syndicat métropolitain, elles restent isolées les unes des autres et ne peuvent se regrouper. Malgré l’expression récurrente dans les colonnes du journal La Voix du travailleur algérien « Nous, femmes algériennes… »42, il semble que les Algériennes restent davantage mêlées à la population ouvrière de leurs usines, masculine et féminine, algérienne et métropolitaine. La presse partisane reste un miroir déformant et un outil de propagande.

  • 43 ADR – 437 W 79 – Contrôle des Nord-Africains et répression des activités séparatistes algériennes.
  • 44 ADR – 248 W 136 – Contrôle et recensement : réglementation, liste des fonds de commerce, statistiqu (...)
  • 45 « Simoucha » est le prénom que l’on retrouve dans les archives. Il s’agit en fait de « Soumicha ».

48Après les ouvrières, viennent les commerçantes (quatre dans notre base de données). Entre 1945 et 1954, le registre de commerce dénombre 656 petits commerçants « nord-africains » dans le Rhône dont 13 « Nord-Africaines ». Celles-ci sont pour l’essentiel des marchandes ambulantes. Parmi elles, quatre vendent des fruits et légumes, quatre autres s’occupent de la confection, de la bonneterie et des tissus, une autre encore s’occupe de produits de boucherie et la dernière vend des « articles divers ». Les trois autres sont propriétaires de petits commerces dont une épicerie et deux cafés-restaurants. Leurs parcours ne peuvent être retracés mais leur apparition dans les registres du commerce signale leurs difficultés et leurs fragilités : sept d’entre elles sont répertoriées à la suite d’une radiation, cinq sont veuves ou célibataires, et toutes sont âgées : hormis deux femmes nées en 1927 et 1930, toutes les autres sont nées avant 1915. Après cette date et alors que les registres ne sont plus tenus individuellement, les archives préfectorales informent que, sur 371 commerces tenus par des « Nord-Africains », 29 ont pour propriétaire une femme dont 25 « Européennes » et quatre « Nord-Africaines ». Toutefois, avant la loi de 1982 créant le statut des conjoints d’artisans et de commerçants travaillant dans l’entreprise familiale, seules les « femmes commerçantes » sont répertoriées, laissant dans l’ombre les « femmes de commerçants ». Dès 1945, 58 % des commerçants « nord-africains » de l’agglomération lyonnaise sont mariés ce qui pose la question du travail des épouses. Celles-ci (ce sont parfois des métropolitaines) sont généralement actives dans le commerce comme on a déjà pu le voir avec la femme de Mohamed Bekouche, « patronne » non officielle du 14 rue de l’Épée (voir page 80). De même, Ouarda D. fait le ménage et assure l’entretien du café de la Rose, à Vénissieux, lequel appartient à son premier mari, Badri-Badri. D’ailleurs, la guerre d’Algérie renforce cette mise au travail des épouses de commerçants. Certaines participent à l’activité de leurs maris pour se livrer à des activités politiques. C’est le cas de Zohra B. qui accompagne son mari, marchand forain, dans ses tournées en assurant au passage les liaisons pour le compte du FLN43. Les veuves prennent aussi parfois les rênes de leur commerce. Après l’attentat qui vise et tue en 1960 le responsable du garni situé 32 rue Dugas-Montbel (près de Perrache), l’épouse endeuillée souhaite conserver la gérance de l’établissement tout en éprouvant maintes difficultés : son mariage n’ayant pas été transcrit à l’état civil ni devant le cadi et le propriétaire ayant l’intention de faire expulser les locataires musulmans pour ne loger que des Européens, elle fait part aux autorités préfectorales de ses difficultés à élever ses cinq enfants avec uniquement le montant des allocations familiales44. Quand le mariage a été enregistré, la gérance se poursuit et c’est ainsi que Simoucha K. maintient le fonctionnement de son garni messaliste, 7 rue de Gerland, malgré le décès de son mari en 1957, et ce jusqu’à la fin de la guerre45.

  • 46 D. Amrane, Les femmes algériennes, ouvr. cité, p. 19.

49À Lyon, l’Algérienne des années 1950 est donc sans travail, employée, ouvrière ou commerçante. La ventilation par catégories socio-professionnelles diffère ainsi de celle que l’on note en Algérie puisque, d’après Djamila Amrane, « à l’exception d’une infime minorité, l’Algérienne des années cinquante est paysanne, ouvrière ou domestique »46.

50Quelques figures se détachent : Habiba Megnaoua est institutrice dans la région lyonnaise, à Montrottier d’abord, à Courzieu ensuite. Elle arrive dans le département en compagnie de son mari, également instituteur, ce qui la signale aux Renseignements généraux :

Les nommés K. Youcef et Megnaoua Habiba, épouse K., instituteurs, sont arrivés le 29 septembre 1958 à Montrottier (Rhône) pour exercer à l’école publique de cette localité.

Depuis leur arrivée, ils ne se sont pas fait remarquer défavorablement, néanmoins, une surveillance discrète est exercée sur ce couple par la gendarmerie de Saint-Laurent-de-Chamousset avec le concours complémentaire de M. Grandjeand, maire et des informateurs de l’Arme.

1o K. Youcef […] manifeste à Montbel des idées subversives, anti-française et pro-FLN.

  • 47 ADR – 437 W 79 – Contrôle des Nord-Africains et répression des activités séparatistes algériennes. (...)

2o Megnaoua Habiba […], institutrice à l’école publique. Pro FLN, idées subversives.47

51La rencontre avec Habiba Megnaoua se révèle ici essentielle dans la mesure où le portrait réalisé par les Renseignements généraux déforme la réalité. Comme on l’a déjà vu, si Habiba Megnaoua participe à des réunions de femmes, son engagement est bien plus social que politique. Ensuite, cette jeune maman exerce aussi une activité qui la mobilise vraiment : « Je n’étais pas faite pour être institutrice. Je ne savais pas ce que c’était. […] Je ne savais pas ce qu’était un cahier-journal, ni rien du tout. Mais après, je suis devenue une bonne institutrice. » Les relations dans le village sont chaleureuses et la photo de classe montre une institutrice « ordinaire » au milieu de ses élèves. Une autre figure originale, plus énigmatique, est celle de Mme Allouche, sans doute secrétaire de l’avocat très médiatique, Me La Phuong, prise en photo par Le Progrès sans que l’article ne soit publié.

Figure 39a. Algériennes au travail

Figure 39a. Algériennes au travail

Habiba Megnaoua à l’école, Courzieu, 1960-1961
Sources : Archives privées

Crédits : AP © Habiba Megnaoua

Figure 39b. Algériennes au travail

Figure 39b. Algériennes au travail

Mme Allouche dans l’office de l’avocat La Phuong, février 1957
Sources : Archives photographiques Le Progrès

Crédits : APLP © Le Progrès

52Une fois encore, en scrutant de près ce groupe social constitué par les Algériennes migrantes, on décèle une « pluralité marginale ».

Désordres dans les familles

53Si l’on a dit que les Algériennes étaient discrètes comme des particules dans la matière urbaine, on peut ajouter ici que ces particules vont se trouver « agitées » (dirait un physicien) par la guerre d’Algérie telle qu’elle prend forme sur le territoire métropolitain. C’est d’ailleurs leur discrétion, dont nous avons pu mesurer la diversité des formes (vêtements, langue, sociabilité, retrait dans la sphère privée), qui va rendre les femmes particulièrement opérationnelles. Mais avant d’entrer dans l’œil du cyclone, observons comment la guerre s’installe à la table des familles. À l’évidence, la guerre multiplie les micro-frontières au sein des familles et des villes avec une figure lancinante : le traître, celui qui, justement, franchit les frontières, sépare les groupes rivaux, oppose Algériens en lutte et police française. Pas une Algérienne rencontrée n’a omis de parler des traîtres. Et pourtant, la question n’a jamais été abordée frontalement. En témoigne l’étonnant entretien mené avec Myriama Boudjeda :

M.A. : C’était qui votre mari ?

M.B. : Il habitait Givors, c’était un vendeur.

M.A. : Ah ! C’était un vendeur… Il avait donc un métier ?

M.B. : Non… [en arabe : il vendait des Arabes]. Comme ci comme ça.

M.A. : Donc c’était un marchand ambulant ?

M.B. : Ah, comment on appelle ça…

M.A. : Un marchand ambulant ?

Intervention de Zoulikha D., une amie : Pas un vendeur ambulant, c’est… comment vous dire, comme un mouchard, c’est-à-dire qu’il était comme un mouchard, il est avec vous mais finalement il n’est pas avec vous, il est avec les flics…

M.A. : Ah ! Un indicateur !

M.B. : Voilà ! Un vendeur !

54Ce mari ira jusqu’à la dénoncer à la gendarmerie de Givors. L’expérience est loin d’être isolée. Certes, le traître avance masqué : « Il y a eu une rafle à la Grande-Côte. Ils le font tous avec des cagoules… et ils parlent pas. Parce que si on entend les paroles, on reconnaît qui c’est », précise Lamria Hamidat. Mais elle apprend tôt qui se cache derrière le délateur à l’origine de la rafle de son mari :

Aucune femme ne disait ce qu’elle faisait ! Personne ! Même moi, je ne parle pas. C’est pas qu’on n’a pas le droit de parler. Mais on a peur avec qui on parle. C’est ça. Je vous dis, moi, mon beau-frère, c’est lui qui nous a balancés ! Pourtant, c’est mon beau-frère, le mari de sa tante [à son mari] qui nous a balancés. Ce n’est pas quelqu’un d’autre, c’est lui.

55On comprend mieux le silence des Algériennes : la traîtrise fait toujours partie du champ des possibles. Elles ont alors, toutes, une idée du traître, comme le résume Mansouria Blaha : « Il y en a qui donnaient beaucoup d’Algériens. Quand il y avait des réunions, ils savaient où se trouvait telle personne, ce qu’ils allaient faire à tel endroit. Et ils se faisaient attraper comme ça. Moi, j’ai eu peur plusieurs fois. »

56Non seulement les Algériennes décrivent une réalité similaire à laquelle elles ont toutes été confrontées mais, plus encore, elles utilisent un même vocabulaire. Le traître, c’est le vendeur, celui qui vend « frères » et « sœurs ». Vu sous un autre angle, c’est également celui qui tente d’épargner le conflit à sa famille. Zoulikha D. raconte ainsi l’histoire de son beau-frère, traître malgré lui :

Ma sœur habitait à Albigny-sur-Saône. Son mari est venu d’Algérie, il est un peu plus jeune qu’elle. Ils se sont mariés, avec ma sœur, ont eu des enfants, et sont arrivés ici. Lui, c’était sa bouteille, son bistrot… À Neuville-sur-Saône, il y avait comme un poste où tous les gens du FLN se réunissent. Un jour, ces militants sont allés le voir, mon beau-frère, et ils lui ont dit : « Monsieur, vous avez une famille, des enfants, si vous voulez les protéger, il faut payer la cotisation tous les mois. » Mon beau-frère, il avait pris un canon… je me rappelle toujours de cette histoire… Il a bu et il est arrivé avec sa petite voiture, vous savez avant c’était des voitures bâchées… Il arrive, il trouve ces bonhommes chez lui, alors il dit à sa femme : « C’est quoi ça ? » Ils lui disent : « Il faut que tu payes tous les mois comme tout le monde, pour acheter des armes, pour pouvoir travailler tout ça. » Il leur a dit : « Il n’y a pas de problème, il n’y a pas de problème. » Il les a montés, ils étaient quatre je crois, et tu sais où il les a emmenés ? À la gendarmerie de Neuville… Je vous assure. Mais le lendemain il a déménagé, il est parti habiter à Saint-Étienne. Il aurait pu être tué après, il aurait pu y avoir une vengeance.

  • 48 M. André « Les groupes de choc du FLN : particularités de la guerre d’indépendance algérienne en m (...)

57L’engagement nationaliste n’est pas du goût de tous et, instant de folie ou rébellion à la cotisation forcée, il peut susciter des pulsions de traîtrise. La figure du traître traverse l’ensemble de la communauté algérienne : c’est elle qui inspire la naissance des groupes de choc chargés d’exécuter les « traîtres » dans les deux partis rivaux, lesquels provoquent en retour un sentiment de prudence extrême48.

  • 49 G. Massard-Guilbaud, Des Algériens à Lyon, ouvr. cité, p. 218.

58Des frontières s’établissent donc partout, y compris à l’intérieur des familles, et la logique clanique ou régionaliste, valable dans l’entre-deux-guerres49, devient dans les années 1950 insuffisante pour expliquer la répartition spatiale des Algériens de Lyon. La famille Badri, dont l’arbre généalogique a pu être reconstitué, en est le parfait exemple.

Figure 40. Arbre généalogique des familles Rahmouni et Badri

Figure 40. Arbre généalogique des familles Rahmouni et Badri

Crédit : © Marc André

59Notre point d’entrée dans cette famille est Ouarda D. Venue à Lyon en 1949, elle épouse Ahmed Badri-Badri en premières noces, lequel est propriétaire d’un café situé 49 rue Roger Salengro à Vénissieux. Militant du MNA, il décède en 1957 suite à un attentat et Ouarda D. se remarie avec un cousin à lui, Mustapha Badri, originaire d’Ouled Sekri. Pendant de longs mois d’enquête, quelques passages du récit de Ouarda D. restèrent opaques, comme lorsqu’elle évoque ses parents – « Mes parents, ils sont partis, ils ont laissé leur appartement et ils sont partis à La Verpillère. Ils ont peur, ils se sont cachés parce qu’ils ont peur » – ou ses visites au domicile parental :

Une fois, moi, j’étais chez mes parents, à La Verpillère. Et puis je vois des gens qui arrivent. Ils arrivent, ils arrivent… Je dis à mon père : « Mais qu’est-ce que c’est que tout ça ? » Il dit : « Je sais pas. » Après il y a des femmes, des voitures qui arrivent. Je me dis : « Qu’est-ce qu’il y a ? » Et puis mon frère vient et me dit : « Dis donc, il faut que tu amènes tes gosses à la DASS, car tu vas te marier avec le régional du FLN, à Saint-Étienne. » Je lui ai craché à la figure. Après je lui ai dit : « Il est où ce monsieur ? » Tous, ils mangent, ma belle-sœur, mon beau-père, ma mère, les enfants. Je lui ai dit : « C’est toi qui vas m’enlever mes gosses ? Qui va me marier avec toi ? Espèce de poubelle ! » Mon frère m’a donné une gifle. Et alors, c’est fini, je suis partie. C’est fini, plus de parents, plus de frères, rien.

60Désormais, un « mur de béton », comme elle le désigne, la sépare de sa famille. « Quand ils me voient, on dirait qu’ils ont vu le diable », rajoute-t-elle. La famille est manifestement divisée avec d’un côté Ouarda D., militante messaliste, sa sœur, qu’elle marie avec un régional du MNA, et sa famille, devenue FLN et domiciliée à La Verpillère. Lors du premier entretien, quelques éléments ont été glanés sur les origines familiales de Ouarda D., comme le nom de sa maman, Yamina Abbes et l’origine géographique de sa grand-mère : « Toutes les trois semaines, on va chez ma grand-mère. Elle habite à Draâ El Mizan, en Kabylie. » Lors d’un deuxième entretien, Ouarda D. développe à nouveau « le mur impossible à casser » entre elle et sa famille, et apporte cette fois quelques compléments d’informations : « Un jour j’étais chez mes parents. Il y avait ma cousine. Elle était devenue un peu folle. Je lui ai dit : “Tu vas voir, le bon dieu il va te punir.” Et bien, son mari, à 24 ans, il est décédé. Ils l’ont tué à Givors. » Ce détail, confronté à un examen des archives de la justice militaire, permet l’identification de la cousine, Tassadit Rahmouni et de son cousin, Belkacem Rahmouni. En effet, le 20 octobre 1958, sont jugés au TPFA de Lyon deux membres d’un groupe de choc messaliste, Ali L. et Essaïd C., pour le meurtre d’un militant FLN :

  • 50 AJM – TPFA Lyon – Dossier Ali L., jugement 335/2535, exposé des faits à l’audience, 20 octobre 195 (...)

Le 14 décembre 1957, à Lorette, le nommé Rahmouni Belkacem était attablé dans une chambre louée par le cafetier Dahmani aux nommés Mekhaoui, Meloukh et Tahir. En face de lui se trouvait Mekhaou et dans une alcôve Meloukh était allongé sur son lit. Vers 18 h 30 on frappait à la porte. Rahmouni se levait pour ouvrir et se trouvait aussitôt en face d’un Nord-Africain armé d’un pistolet qui tirait sur lui et l’atteignait à la poitrine.50

61L’enquête menée en marge de cet attentat révèle l’identité de sa mère, « Rahmouni née Abbes ». Belkacem Rahmouni n’étant pas particulièrement actif au sein du FLN, la police « explique mal » ce crime, d’autant plus que le tueur est un ami de la victime. Deux explications sont avancées : soit Belkacem Rahmouni a été tué comme représentant de la famille parce que son frère Rabah a refusé de payer une cotisation au MNA quelques mois plus tôt, et parce que deux autres frères, Mezian et Saïd Rahmouni, sont des militants actifs du FLN, membres d’un groupe de choc, soit il a été tué parce qu’il fréquentait Abdelkader M., également membre influent du FLN. Quelques jours avant l’assassinat, Essaïd C. aurait dit à Belkacem Rahmouni : « Si tu continues de marcher avec M., tu seras descendu. » Cette enquête montre le fort engagement de la famille Rahmouni dans le FLN à Lorette. Elle montre aussi que les raisons de cet engagement sont forcément complexes et que l’idéologie n’est pas toujours un mobile essentiel. L’engagement de Tassadit s’explique en partie par le meurtre de son frère (et non de son mari comme Ouarda D. l’avance).

62Ainsi, deux militantes très actives, l’une appartenant au MNA, Ouarda D., l’autre appartenant au FLN, Tassadit Rahmouni, sont cousines germaines. Les lignes de failles traversent désormais les familles.

63Mais, si l’on regarde maintenant le côté Badri de la généalogie, on remarque bien qu’il regroupe de fermes militants messalistes. Outre Mostefa, Mustapha et Ahmed Badri-Badri, les archives nous font connaître Abdelmalek Badri, né en 1932 au douar Ouled Touati (commune d’Ouled Djellal), demeurant à Vénissieux, venu de Lille à Lyon en 1951, et employé aux établissements Berliet. Il milite au MNA et à l’USTA et, le 23 novembre 1959, à Vénissieux, il est victime d’un attentat qui le blesse légèrement. En apparence, le MNA pourrait être une marque de fabrique Badri à Lyon. Mais, à regarder de plus près, on découvre un garni, 19 quai Perrache dont le propriétaire, Khierredine Badri, cousin de Mostefa Badri, ne s’est jamais impliqué dans le MNA. Son établissement demeure à l’abri des tumultes politiques.

64La famille Abbes-Badri n’est sans doute pas un cas isolé, mais n’en demeure pas moins exemplaire. Elle montre comment les frontières FLN-MNA traversent les familles et démontre la permanence d’un MNA très actif à Lyon. Une carte politique de la ville peut, à présent, être proposée.

L’archipel messaliste

  • 51 DHL, 15 juin 1959, p. 3.
  • 52 DHL, 23 mars 1959, p. 3.
  • 53 DHL, 16 octobre 1957, p. 6. Il y a une confusion dans le choix du nom ici. Badri-Badri n’est pas le (...)
  • 54 DHL, 10 octobre 1959, p. 4.
  • 55 Le terme « cabane » renvoie sans doute aux garnis en mauvais état de la place Guichard.

6569 rue Mazenod. Cette adresse, peu d’Algériens et de Lyonnais la méconnaissent dans les années 1950. Un café-garni, place forte du MNA, est à la fois cible récurrente des groupes de choc du FLN (17 opérations durant les années d’affrontement), lieu terrifiant dans la mémoire des simples militants FLN, et adresse fréquemment déconseillée dans les médias. Près d’une trentaine d’articles de presse stigmatisent le lieu, si bien qu’il apparaît rapidement comme un repère familier. Dès le mois de juin 1959, soit deux ans après les premiers affrontements sanglants, un journaliste commence son article en rappelant que, « pour la énième fois, le café des “Sept Chemins”, situé rue Mazenod, à l’extrémité sud de la place Guichard, a servi [de cible] aux commandos de choc du FLN »51. De fait, pour chaque attentat est signalé le « trop fameux café des Sept Chemins »52, ou encore son propriétaire « le trop célèbre Badri Badri [sic] »53. Bénéficiant d’une résonnance médiatique certaine, le nom du lieu résonne également dans les enceintes des tribunaux : « Le numéro 69, rue Mazenod a de nouveau été évoqué aujourd’hui devant le tribunal militaire de Lyon. Il est la citadelle du MNA et, comme tel, le décor classique des règlements de compte entre Algériens »54. Bref, le café-garni est plus qu’un simple café-garni. Il est tout à la fois l’image symbole du MNA à Lyon et l’image cristallisée de l’affrontement FLN-MNA comme le confirment les Algériennes du FLN. En effet, les femmes interrogées ont une conscience assez claire de la géographie politique de la ville de Lyon. Fatima Hassani indique que dans « les baraques, avant la Part-Dieu, il y avait le parti MNA, c’était plein là-bas » et Fatma Malagouen décrit même une frontière autour de ce même quartier lyonnais : « On pouvait pas traverser de Bellecour jusqu’à la place du Pont parce qu’il y avait le MNA. Ils habitaient dans des cabanes [sic]. […] Et on était menacés, on pouvait pas traverser, ou eux ils nous tuent ou nous on les tue »55. D’ailleurs, la police a joué sur cette peur du MNA auprès de militantes FLN comme le confirme Louisette Mekaouche :

La première fois que j’ai été arrêtée, ils m’ont interrogée etc. Et je me souviens très bien qu’ils m’ont dit : « Bon, maintenant, puisque tu fais pas partie du FLN, tu n’as rien à craindre, on va te raccompagner, on va te lâcher place Guichard. » Place Guichard, c’était le haut lieu… tous les bars du coin étaient MNA et effectivement ils m’ont lâchée là-bas. Et je peux vous dire que… bon il s’est rien passé… parce que je n’étais pas une connue…

  • 56 A. Haroun, La 7e Wilaya. La guerre du FLN en France. 1954-1962, Paris, Seuil, 1986, p. 251.
  • 57 Ibid., p. 276. Nous ne relevons pas ici la suspicion de protection policière ni l’erreur factuelle (...)
  • 58 Ainsi dans le livre écrit sur son père par R. Haraigue, Omar Haraigue, Le combat d’un lieutenant FL (...)

66La réputation du lieu traverse ensuite le temps. Ali Haroun, dans son ouvrage sur la Fédération de France du FLN, débute son chapitre sur le MNA par le massacre du chemin des Buers du 23 juin 1959, en rappelant que « les auteurs de l’attentat viennent de l’hôtel Badri, forteresse du MNA, place Guichard, à Lyon, bien connue de la police locale »56, avant de le conclure en affirmant qu’« à Lyon, les messalistes ne conservent plus à partir de fin 1958 que deux cafés-garnis, l’un rue Hector-Malot à Gerland, et l’autre, place de la Bourse, dit “café des Sept Chemins” appartenant au nommé Badri, responsable local du MNA »57. Référence incontournable chez un ancien responsable de la Fédération de France du FLN, dont le QG nomade était en Allemagne, elle l’est également dans les récits d’autres témoins de la région58, ou encore dans les travaux d’historiens qui, cherchant à dépasser la réputation du café, avancent quelques explications sur les raisons de la permanence du lieu :

  • 59 P.-M. Atger, « Le mouvement national algérien à Lyon. Vie, mort et renaissance pendant la guerre d’ (...)

Son propriétaire, Mostefa Badri, est le véritable dirigeant du MNA à Lyon. Il « jouit d’une réelle autorité sur les éléments de choc, s’impose toujours au MNA et multiplie les attentats ». Après la fermeture administrative du café, il ouvre un garni à l’étage, où loge le noyau dirigeant du MNA lyonnais : les chefs des groupes de choc successifs, Mohamed K., Mohand Traka, Boualem B. et l’ancien président de la kasma du MTLD, premier dirigeant du MNA à Lyon, Ali Aksas, devenu trésorier du parti. Ce noyau dirigeant est en majorité formé de gens issus du sud algérien : Badri est né dans les Oulled Djellal, Traka vient du département du Biskra, Foudili est né « au douar Sidi Brahim, dans la région de Médéa ». […] Ces hommes ont aussi des liens familiaux : Traka, par exemple, est le gendre de Mostefa Badri.59

67Un chef charismatique, un lieu clos, un clan : cette clef de lecture n’est pas sans susciter quelques réserves, d’autant plus que des éléments problématiques ne sont pas relevés : Biskra n’est pas tout à fait à côté de Médéa (400 kilomètres), et Boualem B., dont le lieu de naissance n’est pas mentionné, vient de la région de Tlemcen. Autrement dit, les chefs suscités viennent de toute l’Algérie. Par ailleurs, l’ouverture du garni ne date pas de la fermeture administrative du café et Boualem B. ne réside pas au 69 rue Mazenod, mais au 67. Erreurs factuelles sans grande importance, dira-t-on. Mais, entre le poids de l’image et la pesanteur du recours à l’ethnologie, le lieu reste quelque peu mystérieux. Alors qu’est-ce donc que ce 69 rue Mazenod ?

  • 60 DHL, 15 juin 1959, p. 3.

68Avant d’être une image symbolique, le café est un lieu. Une façade, des murs, des fenêtres. Souvent, des attentats viennent défigurer la devanture. Le 14 juin 1959, un Algérien tire « plusieurs rafales de mitraillette contre la devanture de l’établissement dont le propriétaire, M. Badri, avait fermé la plupart des volets (il commence à en avoir l’habitude). La façade fut perforée en plusieurs endroits mais aucune balle ne pénétra à l’intérieur »60. Le 28 décembre 1959, une grenade explose contre l’établissement et le 4 septembre 1960, une nouvelle rafale de mitraillette fait trois victimes parmi les Algériens attablés à la terrasse. Car le café et le garni, ce sont aussi des gens. On s’en doute, un tel lieu a dû être photographié. En pistant les auteurs des attentats jusqu’à leurs procès, on découvre un certain nombre de clichés dans les états des lieux dressés pour les dossiers de procédure.

Figure 41a. Le café des Sept Chemins

Figure 41a. Le café des Sept Chemins

Attentat du 22 mai 1957
Source : Archives de la justice militaire, TPFA Lyon, jugements 226/1967 et 201.

Crédits : © AJM

Figure 41b. Le café des Sept Chemins

Figure 41b. Le café des Sept Chemins

Attentat du 4 septembre 1960
Source : Archives de la justice militaire, TPFA Lyon, jugements 226/1967 et 201.

Crédits : © AJM

  • 61 J. Revel, « Un exercice de désorientement : Blow Up », De l’histoire au cinéma, A. de Bæcque et C.  (...)
  • 62 Cette démarche est reprise dans J. Revel dir., Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Pa (...)

69Le café des Sept Chemins est bien là, avec les inspecteurs en faction ou scrutant les abords autour de la voiture. Les photographes de la police judicaire prennent un plan large pour avoir une vue panoramique du café et du garni. Ils ressemblent étrangement au photographe de Blow Up d’Antonioni, qui saisit dans son objectif une scène qui ne lui est pas immédiatement visible. Dans le cas des policiers-photographes, les détails les laissent indifférents. Pourtant, Jacques Revel voit dans la démarche d’Antonioni « une sorte de modèle méthodologique »61 : la variation d’échelle lui permet de placer une histoire dans une autre62. Et là, à trois années d’écart, un même détail intrigue : quelqu’un se penche à la fenêtre ou, plus exactement, deux personnes se penchent à la fenêtre en 1957, une seule en 1960. Grossissons le détail (fig. 42) : ce sont bien des femmes, là, à la fenêtre, en 1957. Celle de gauche est Julienne Badri, celle de droite est Leïla Badri (née Riane). Or, si l’on fouille à présent les archives photographiques du journal Le Progrès, on constate qu’à chaque attentat, elles sont présentes.

Figure 42. Détail du 69 rue Mazenod

Figure 42. Détail du 69 rue Mazenod

Source : Archives de la justice militaire, TPFA Lyon, jugement 226/1967

Crédits : © AJM

Figure 43a. Leïla et Julienne Badri devant le café des Sept Chemins

Figure 43a. Leïla et Julienne Badri devant le café des Sept Chemins

Leïla, Julienne et Mostefa Badri, juin 1957
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédits : APLP © Le Progrès

Figure 43b. Leïla et Julienne Badri devant le café des Sept Chemins

Figure 43b. Leïla et Julienne Badri devant le café des Sept Chemins

Leïla et Julienne Badri, mai 1957
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédits : APLP © Le Progrès

70Détail dans le détail : Leïla Badri tient un trousseau de grosses clefs. L’ensemble de ces photographies oblige à proposer une nouvelle lecture du lieu, de son histoire et, au-delà, de l’histoire du MNA à Lyon. Cette histoire, on peut la reconstituer à partir d’un faisceau très large d’archives que sont les archives judiciaires, celles des RG, la presse et les archives photographiques, les entretiens oraux menés auprès de Julienne Badri, mais aussi auprès de ses enfants.

  • 63 ADR – 703 W 8 – Internements administratifs pendant la guerre d’Algérie. Dossier Mustapha Badri. Co (...)

71En examinant les photographies, on observe que le 69 rue Mazenod est un lieu de vie dans lequel les femmes ont toute leur place. Et d’abord, le café ainsi que le garni appartiennent à Julienne Badri. Née Julienne Daumain en 1924, elle se marie une première fois en 1940 avec un Kabyle, Mohamed Riane, lequel achète le café déjà baptisé « Les Sept Chemins ». Suite au décès de son mari en 1947, elle hérite du café et devient alors l’unique propriétaire du fond. C’est là qu’elle rencontre Mostefa Badri. Dès 1948, ils poursuivent ensemble la gestion et se marient plus tard, le 17 novembre 1954, alors que quatre enfants sont déjà nés de cette union. La séparation des tâches est nette dans l’établissement. Le café, au rez-de-chaussée, est le repère des hommes. Mostefa Badri y passe ses journées, remontant la caisse chaque soir. Au premier étage se trouve le logement familial où vivent les enfants comme l’épouse : « Je m’occupais des enfants, je descendais rarement au café », rappelle Julienne Badri. Le garni se trouve au deuxième étage et est composé d’une dizaine de chambres, toutes habitées par des célibataires. Voilà le tableau général de départ qui se modifie avec le temps. Sur la photographie de 1957, deux femmes se penchent à la fenêtre. Il n’y en a plus qu’une en 1960 (fig. 41b, 1er étage). Il s’agit de Leïla Riane, née le 8 septembre 1940, de la première union de Julienne Badri. Elle gère seule le garni de 1959 à 1962 puisque sa mère, Julienne Badri, a disparu en 1958, comme l’indiquent les Renseignements généraux qui perdent sa trace : « [Mostefa Badri] vit séparé de sa femme depuis deux ans. Cette dernière a d’ailleurs disparu et aucun renseignement concernant son nouveau domicile n’a pu être recueilli. Les enfants sont élevés par la fille aînée de Mme Badri, issue d’un premier ménage. Cette dernière est mariée à Traka Mohand, militant MNA, et demeure également, 69 rue Mazenod »63. En fait, suite à la multiplication des attentats, Julienne Badri s’est enfuie à Nantes avec Mohamed Badri, cuisinier du café et cousin de son mari : « Il y a de quoi en avoir assez, quand vous vivez avec la peur, que vous avez vos enfants, que vous avez peur qu’il leur arrive quelque chose. Vous savez, c’est pas drôle. On avait peur parce qu’ils venaient foutre le feu ou machiner comme ça, entre le FLN et le MNA. Alors je suis partie. » Julienne Badri n’est pas directement mobilisée par le MNA mais elle en subit toutes les activités : attentats, réputation dans le quartier quand elle sort avec les enfants – « quand on allait place du Pont, ils disaient “chouf benti” [sic] à Badri » – interrogatoires réguliers à la police : « J’ai été emmenée à Vauban, j’y suis allée plus d’une fois. En principe, ils me relâchaient assez vite, parce qu’ils savaient qu’il y avait les enfants à la maison. Mais moi j’avais rien à leur dire. Ils m’ont questionné, ils m’ont même offert du café, un sandwich pour me faire parler. Mais moi, je ne savais rien. » Ainsi, après 1958, Leïla tient les rênes du garni. Dans tous les cas, les femmes fondent le lieu et font tourner le garni.

  • 64 AJM – TPFA Lyon – Dossier Laïd G., jugement 110, extraits des minutes du greffe de la cour d’appel (...)
  • 65 AJM – TPFA Lyon – Dossier Brahim B., jugement 110, expertise médicale, 12 juin 1958.

72Pourtant, Julienne et Leïla ne sont pas les seules femmes présentes au 69 rue Mazenod. Au premier étage, à côté de l’appartement familial loge une Algérienne « entre deux âges », Baya, avec son mari. Elle aide Julienne dans la tenue du logement et dans la garde des enfants. Parfois, Ouarda D. vient loger au garni durant quelques semaines. Mais, à y regarder de près, on remarque que le lieu attire les familles messalistes et devient une sorte de grappe familiale messaliste. C’est très net lors du démantèlement du 11 rue de la Monnaie. En effet, alors que le 31 mars 1958 la police investit le 11 rue de la Monnaie et démantèle ce qu’elle appelle « le siège de l’état-major MNA », elle établit un repérage des lieux en fixant à chaque chambre un nom. Le compte rendu laisse croire à une concentration de célibataires : « Cet immeuble comporte de nombreuses chambres meublées louées à des indigènes de l’Afrique du Nord »64. Pourtant, à lire de plus près les dossiers de procédure, les choses sont plus complexes. Ainsi lit-on dans le rapport d’expertise médicale de Brahim B. : « Dans la nuit du 3 au 4 avril, alors qu’il était couché avec son épouse, la police survint et lui intima l’ordre de s’habiller »65. Au 11 rue de la Monnaie, d’autres femmes étaient présentes, si bien qu’après son démantèlement, les Algériens doivent se reloger. Et Brahim B. ainsi que son épouse Fadla B. se dirigent vers le 67 rue Mazenod où ils résident jusqu’en 1962. À cette adresse, deux autres familles logent, dont la famille d’Hamzaouia B. Le logement de cette dernière est d’ailleurs la cible d’un attentat le 28 décembre 1959 :

Il était 20 h 40 lorsqu’une violente explosion secoua le quartier de la place Guichard, suivie d’une abondante chute de verre brisé. […]

Une grenade quadrillée avait explosé sur le trottoir, devant la vitrine de l’« Unicoop », 67 rue Mazenod, faisant sauter la vitrine en éclats et causant de nombreux dégâts matériels. […] Mais le magasin d’alimentation n’était pas l’objectif visé par l’assaillant.

  • 66 DHL, 29 décembre 1959, p. 4.

La grenade avait en effet été lancée au premier étage, au-dessus de l’Unicoop, où sont situés les garnis loués par Badri. La grenade avait manqué la fenêtre visée et était retombée sur le trottoir. Heureusement : dans la chambre où elle devait exploser, se trouvaient un Algérien, sa femme, et un enfant.66

  • 67 ADR – 248 W 71 – SAT – Enquêtes individuelles.

73La géographie du lieu n’est donc que partiellement connue par les journalistes. Le 67 rue Mazenod n’est pas la propriété de Julienne et Mostefa Badri, mais d’un autre Algérien, Lakhdar Allouache67. Au premier étage, c’est bien la famille B. qui réside comme le rappelle Bachir B. : « Il y a eu un attentat une fois, qui a visé notre famille puisque papa était en prison suite à l’attentat de la rue Moncey, il était en prison, en attente de jugement, et quelqu’un est venu, a lancé une bombe, je pense que c’était une bombe parce que ça a fait un gros trou dans notre allée, 67 rue Mazenod ; on jouait aux billes dedans. Et donc on n’a rien eu. On habitait au premier étage, il y a juste le plancher qui a tremblé et on n’a rien eu. » Encore une fois, la photographie est d’un grand secours pour non seulement valider le propos mais pour attester de la présence des femmes. Plusieurs clichés ont été pris suite à l’explosion de la grenade.

Figure 44a. Attentat 67 rue Mazenod, le 28 décembre 1959

Figure 44a. Attentat 67 rue Mazenod, le 28 décembre 1959

Policiers sur la scène de l’attentat
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 44b. Attentat 67 rue Mazenod, le 28 décembre 1959

Figure 44b. Attentat 67 rue Mazenod, le 28 décembre 1959

Hamzaouia B. dans l’Unicoop
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

74Le trottoir défait devant l’Unicoop, l’accès au 67 rue Mazenod à gauche de la photo (fig. 44a) et, à l’intérieur du magasin (fig. 44b) une Algérienne dont un rapprochement avec une autre photo (voir page 46) permet d’identifier Hamzaouia B.

75Si le 69 rue Mazenod peut être considéré comme une « forteresse » alors il faut lui redonner une de ses significations premières : le garni est un abri pour des familles qu’une affinité politique unit. Six familles (si l’on compte à part celle de Leïla avec Mohand Traka) messalistes se sont regroupées en deux immeubles jointifs, le 67 et le 69 rue Mazenod.

  • 68 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mohamed S., jugement 226/1967, PV Mostefa Badri, 22 mai 1957.
  • 69 ADR – 703 W 8 – Internements administratifs pendant la guerre d’Algérie. Dossier Mustapha Badri. Co (...)

76Reste à examiner l’autre aspect de la « forteresse », sa dimension défensive et pleinement politique. Peu d’éléments émergent quant à la figure de Mostefa Badri. Il reste même énigmatique à sa propre famille. Lors des auditions qui suivent les attentats, il est très elliptique : « Je suis en France depuis 1937, propriétaire du café depuis 1948. Je suis aidé dans l’exploitation de ces commerces par mon frère Mohamed, en dehors de ses heures de travail »68. Comme bien des leaders du MNA dans la région, il est anciennement implanté à Lyon. Son itinéraire politique est résumé tout aussi succinctement par les services des RG : « Badri [Mostefa] est un ancien militant du PPA, puis du MTLD et enfin du MNA. Son établissement sert d’ailleurs de siège à la wilaya centre-sud du MNA depuis 1957 »69. Il s’agit donc d’un homme fidèle à sa ligne politique, dont l’attachement à la figure de Messali reste de règle. Il s’entoure de proches : son frère, qui réside à Saint-Priest, lui prête main-forte et il a ramené un cousin d’Algérie, également nommé Mohamed Badri, le cuisinier qui part avec Julienne Badri.

  • 70 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mohamed L., jugement 104/2304, rapport d’enquête, 23 octobre 1958.
  • 71 ADR – 703 W 8 – Internements administratifs pendant la guerre d’Algérie. Dossier Mustapha Badri. Co (...)

77Mais si des liens familiaux existent, qu’est-ce qui unit tous ces Algériens résidant dans le garni ? Comme le rappelle la police, évoquant le 69 rue Mazenod, « il n’échappe à personne qu’un militant FLN n’entre jamais, ne loge jamais dans un débit ou un garni MNA et réciproquement, et le proverbe “Dis moi qui tu hantes…” se vérifie amplement ici »70. Interrogés sur les parcours résidentiels, les témoins avancent toujours l’idée qu’on leur avait conseillé l’adresse de Badri à leur arrivée à Lyon. Ce « conseil » ne doit rien au hasard. Une analyse des lieux d’origine de 14 militants arrêtés puis jugés par le TPFA de Lyon alors qu’ils logeaient 69 rue Mazenod empêche de penser à une affinité « clanique ». Ils proviennent de toute l’Algérie avec deux concentrations majeures, l’arrondissement d’Aumale et celui de Sétif. Ainsi, la ventilation géographique est aussi nette pour les militants de la rue Mazenod que pour ceux logeant ailleurs dans l’agglomération lyonnaise. Quoi qu’il en soit, il est à peu près certain que l’affinité politique davantage que des liens claniques rapprochent les militants messalistes de Lyon. Dès lors, ils s’impliquent dans la vie politique et sont très engagés. Le 69 rue Mazenod est un point de départ pour de nombreux groupes de choc après 1958 (auparavant, les groupes partent davantage du 11 rue de la Monnaie), comme l’attestent les 20 dossiers de procédure de commandos messalistes examinés aux archives de la justice militaire. En retour, la forteresse est fréquemment assiégée comme le résume une note des RG : « Il a été l’objet de plusieurs attaques du FLN, soit à mains armées, soit à l’aide de bidons d’essence soit encore à l’aide de grenades et de mitraillettes ; malgré les moyens mis en œuvre, ces agressions n’ont jamais eu de conséquences graves, les messalistes ayant toujours réussi à repousser leurs agresseurs »71.

78Forteresse assiégée, l’espace intérieur du garni a connu quelques modifications comme le rappelle Julienne Badri : « Il [Mostefa Badri] avait même fait creuser une montée spéciale d’en bas de l’immeuble, pour qu’on puisse rentrer par la cave au café. Ainsi, pour rentrer le soir, si des fois il restait dedans ou qu’il y avait quelque chose, au lieu de sortir par le café, il passait par la cave. » De même, dans une pièce faisant l’angle au deuxième étage (fig. 41b, page 161), un guetteur armé a été posté afin de surveiller les allées et venues dans les deux rues bordant le café. Des armes étaient conservées à tous les étages, sous les escaliers. Afin de mobiliser les troupes et de surveiller les habitants du lieu, tous les moyens sont bons : « Tout le monde ne faisait pas de la politique. Un jour, il [Mostefa Badri] s’était fâché. Il y en a un qui s’est fait attraper. Qu’est-ce qu’il leur mettait ! Je me rappelle, ça tabassait là-dedans. »

  • 72 ADR – 703 W 8 – Internements administratifs pendant la guerre d’Algérie. Dossier Mustapha Badri. No (...)
  • 73 DHL, 11 octobre 1961, p. 4.

79Forteresse familiale et garnison, cible de nombreux et fréquents attentats : FLN et police souhaitent sa disparition. Pour les RG, Mostefa Badri « demeure un personnage dangereux. […] Son éviction de Lyon est donc souhaitable et, en raison même du danger qu’il représente pour la Sécurité publique, une mesure d’assignation à résidence en Algérie paraît souhaitable »72. De fait, Mostefa Badri a été une première fois appréhendé le 23 décembre 1957 en vertu d’un mandat d’arrêt du 20 décembre 1957, de M. Missoffe, juge d’instruction militaire du TPFA à Alger, sous l’inculpation d’atteinte à la sécurité extérieure de l’État (ASEE). Il retourne en France une année après. Entre-temps, le café a été fermé même si le garni continue de fonctionner. Finalement, si le FLN ne réussit pas à s’emparer de la forteresse par la force, il réussit par la ruse. Le 10 octobre 1961, « à Lyon, au milieu d’une foule d’écoliers apeurés, deux commandos FLN attaquent la citadelle du MNA »73. En choisissant une attaque au moment de la sortie de l’école qui donne sur la place Guichard, le FLN était à peu près certain qu’il obtiendrait la fermeture du café et du garni. La fermeture est ordonnée par arrêté préfectoral le lendemain de l’attaque, soit le 11 octobre 1961, et le garni est évacué le 14 à 5 heures du matin. 24 militants nationalistes sont délogés manu militari dans une atmosphère tendue :

Nous les avons invités à rassembler leurs affaires personnelles et à nous faire connaître les adresses auxquelles nous allions les faire transporter avec leurs bagages.

  • 74 ADR – 703 W – Internements administratifs pendant la guerre d’Algérie. Dossier Bachir Badri. Évacua (...)

Ils ont refusé en disant qu’il n’y avait plus de place dans les garnis MNA de Lyon et que, depuis la notification de l’arrêté de fermeture, ils avaient vainement cherché à se reloger. Ils ont ajouté que s’ils étaient mis à la rue dans ces conditions, ils attaqueraient un garni FLN pour se faire de la place.74

80Le 69 rue Mazenod se vide donc de ses occupants. Les enfants de Julienne et Mostefa Badri sont placés chez Hamzaouia B. avant d’être hébergés par Ouarda D. Leïla Riane rejoint avec son mari, rue Valensaut, un logement précédemment habité par un couple messaliste, Rose et Mohamed Moktar, tous deux décédés. Mostepha Badri est expulsé en Algérie. En juillet 1962, libéré, il écrit une lettre à ses enfants pour leur dire qu’il rejoint son village Sidi Khaled. Porté disparu, il a en réalité été exécuté sur place par les habitants du village d’après Ouarda D.

  • 75 AML – 236ii – Dossier ESSANA/ACFAL – Procès-verbal de l’assemblée générale extraordinaire du vendre (...)
  • 76 ADR – 248 W 144 – Amicale des Algériens en Europe (daïra de Lyon) – 1963-1969.

81L’histoire du 69 rue Mazenod s’arrêterait ainsi sans un document retrouvé dans les archives de l’ACFAL, nouvelle dénomination de l’ESSANA. Ce document est le procès-verbal de l’assemblée générale extraordinaire du 16 juillet 196575 : trois ans après l’indépendance, le 69 rue Mazenod est racheté par l’ACFAL, association qui a milité durant la guerre aux côtés du FLN et qui travaille désormais étroitement avec l’Amicale des Algériens en Europe dont elle est le prête-nom dans les achats de logements. L’acquisition du garni a été possible du fait de la disparition de Mostefa Badri (décès) et de Julienne Badri (déménagement). En 1969, l’Amicale des Algériens est propriétaire du lieu et le café devient l’antenne de Fret-Avia, filiale d’Air Algérie76. Autrement dit, on assiste à une réappropriation symbolique du lieu par d’anciens militants du FLN. D’une image symbole pour les Lyonnais, le bâtiment devient une image symbole pour l’Algérie.

  • 77 DHL, 29 décembre 1960, p. 4.
  • 78 Ibid.
  • 79 Ibid.
  • 80 DHL, 2 décembre 1957, p. 3.

82La configuration du 69 rue Mazenod est en apparence originale : garni tenu par des femmes, abritant des célibataires et des familles algériennes en son sein ou juste à côté, il permet au MNA de tenir par une solidarité sans failles. Mais, en fait, cette configuration n’est en rien isolée. Toujours à Lyon, le 4 rue Hector Malot retient aussi l’attention des médias – « Pour la dixième fois, le FLN a attaqué la véritable “forteresse” du 4 rue Hector Malot »77 – et son propriétaire va jusqu’à poser l’arme à la main pour les photographes de presse78. Car Saddok Zennad, né en 1900 à Douan, commune d’Oulled Djellal (comme Mostefa Badri), a tout pour attirer les journalistes : ancien combattant de 14-18, il a fait les campagnes de Syrie et du Maroc. Mobilisé en 1939 comme sergent-chef au 27e régiment de tirailleurs algériens, il est fait prisonnier avant de s’évader de Randstadt en 1941 puis de prendre le maquis en Saône-et-Loire. Pour lui, « le FLN, c’est la Russie »79. Là encore, la forteresse est un véritable complexe : le 4 rue Hector Malot comprend un garni, un garage, un logement familial, un restaurant et une épicerie. Et, là aussi, on ne saurait négliger le rôle des femmes, à commencer par la propriétaire Rose Widmer, épouse Zennad. C’est elle, en effet, qui a la charge de l’épicerie et du restaurant, qui prépare le couscous pour les célibataires algériens du garni. Elle traverse la période en faisant face, comme Julienne Badri, aux nombreux attentats : « 4 rue Hector Malot, Mme Rose Zennad née Widmer, âgée de 37 ans, exploite un débit de boissons, qui jusque-là avait été à l’abri des querelles politiques nord-africaines. Toujours est-il que cet après-midi, une trentaine de Nord-Africains firent irruption dans le café brisant vitres et glaces, verres et bouteilles »80. Son récit a été recueilli lors de l’enquête de police :

En l’absence de mon mari, actuellement détenu pour port d’arme prohibée, j’exerce avec mes enfants Marcel et Raymond, ainsi que Zennad Rabah et Hasnat Messaoud l’exploitation de mon commerce d’épicerie-café sis à Lyon, 4 rue Hector Malot.

Hier, vers 9 h 15, alors que je me trouvais dans la cuisine, pièce attenante à l’épicerie, j’ai été avertie par mon fils Raymond qu’un groupe de Nord-Africains suspects stationnaient à proximité du café. En même temps un Nord-Africain non client habituel du café discutait avec mon neveu Zennad Rabah. Cet individu qui discutait en arabe a demandé où était la patronne. Lorsque je me suis présentée, cet individu m’a demandé où était le patron. J’ai répondu à celui-ci qu’il était absent. Ensuite, j’ai entendu du bruit provenant de la salle de café et j’ai constaté qu’Hasnat Messaoud avait des difficultés avec divers coreligionnaires. J’ai remarqué également que le nommé Djellali Boussid, qui est mon locataire se bagarrait avec des Nord-Africains étrangers à mon café. Devant ces faits j’ai dit à Hasnat Messaoud de téléphoner à la police. […]

  • 81 ADR – 3554 W 3 – Renseignements généraux, dossier 69476.

Je ne connais pas les motifs exacts de cette bagarre, mais j’ai su par la suite que les Nord-Africains qui s’étaient présentés dans mon café demandaient à mes clients de l’argent pour un mouvement nationaliste que j’ignore.81

83Rose Widmer est bien la personne clef du bâtiment, elle connaît ses locataires, ses habitués au café. Elle en a la gestion et est considérée par les ennemis politiques comme la « patronne ». Or, Rose Widmer n’est sans doute pas la seule femme du lieu. Qu’on évoque aussi Simoucha K. s’y rendant pour prévenir Saddok Zennad qu’un militant messaliste avait été arrêté (voir page 197-198). Qu’on rappelle aussi un fait divers ayant pour cadre le garni de la rue Hector Malot :

  • 82 DHL, 8 mai 1959, p. 5.

Une nouvelle fois un raid terroriste vient d’ensanglanter les garnis nord-africains, 4 rue Hector Malot, à Gerland. Il était environ 6 h 15, ce matin, lorsque des individus vinrent frapper à la porte de la chambre que Mohamed T., 36 ans, manœuvre, partage avec sa famille. Dès qu’il apparut dans l’encadrement, l’un des individus fit feu à six reprises dans sa direction, l’atteignant à bout portant.82

84Avec le temps, les garnis messalistes deviennent des forteresses, et on peut proposer une cartographie de l’archipel ainsi constitué.

Carte 4. Emplacements des militants MNA et FLN jugés au TPFA entre 1958 et 1962

Carte 4. Emplacements des militants MNA et FLN jugés au TPFA entre 1958 et 1962

Source : AJM – Registres du TPFA de Lyon et dossiers individuels

Crédit : © Marc André

85Quelques emplacements sont disputés : le 11 rue de la Monnaie devient un garni FLN après son démantèlement par la police, tout comme celui de la rue Duquesne. Et dans tous les cas, les garnis sont distants les uns des autres formant un archipel messaliste qui n’exclut pas de fréquentes navettes. Ahmed Badri se rappelle très bien qu’un chauffeur résidait 69 rue Mazenod permettant à Mostefa Badri de circuler entre les garnis de la rue Claude Boyer et ceux de L’Arbresle. En revanche, hormis pour les garnis de Saddok Zennad, la carte présente des garnis MNA relativement proches des garnis FLN. C’est le cas du 69 rue Mazenod ou du 10 rue de l’Épée où là aussi réside une Algérienne, Aïcha Bahri.

86Ainsi, la peur interne à la communauté algérienne peut se cristalliser sur les garnis messalistes. Ils font figure d’épouvantails et de nids de « vendus » pour les militants FLN et, en retour, les garnis FLN apparaissent comme des repères de traîtres et d’arrivistes pour les messalistes. La peur est partagée. La guerre aussi.

Notes

1 G. Tillon, Le harem et les cousins, Paris, Seuil, 1966, p. 81.

2 J.-C. Passeron et Jacques Revel, « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », Penser par cas, J.-C. Passeron et J. Revel dir., Paris, Éditions de l’EHESS, 2005, p. 18.

3 Nous reprenons ici une réflexion de M. Gribaudi, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du xxe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1987, p. 21.

4 A. Sayad, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999, p. 56-58.

5 La base de donnée pour les hommes est la même que celle utilisée pour la carte de répartition des célibataires (carte 2, page 83). 3 000 Algériens sont identifiés et leurs profils connus (adresse, âge, origine, métier, etc.). Cette base est moins précise que celle réalisée pour les femmes : pour cette dernière, nous avons pu croiser les sources, utiliser l’enquête orale pour affiner les données.

6 DHL, 26 août 1959, p. 3.

7 La trajectoire de Tassadit Amalou est reconstituée grâce au témoignage de sa fille, Louisette Mekaouche. Dix autres Algériennes, entrées dans la région lyonnaise avant 1939, demeurent toujours à Lyon dans les années 1960 et demandent la nationalité française. Sur ces parcours, se reporter au chapitre 8, page 310.

8 L’écart est à l’évidence excessif. La présence d’un interprète au tribunal ne signifie peut-être pas le défaut linguistique de l’inculpé mais une obligation formelle pour des traductions ponctuelles. Pour les femmes, les entretiens oraux ont permis d’affiner l’analyse sur le recours au français. Néanmoins, l’écart entre hommes et femmes n’est pas surprenant. Une enquête démographique, publiée en 2010, affirme que si les femmes du Maghreb maîtrisent moins bien le français à leur arrivée en France, elles le maîtrisent plus vite que les hommes : C. Beauchemin, C. Hamel et P. Simon, Trajectoires et origines. Enquête sur la diversité des populations en France, TEO, INED, INSEE, 2010, p. 33-37.

9 A. Kadri, « Histoire du système d’enseignement colonial en Algérie », cité dans F. Abécassis, G. Meynier dir., Pour une histoire franco-algérienne, Paris, La Découverte, 2008, p. 76. D’après l’historien, en 1943, seuls 10 % des enfants en âge d’être scolarisés sont effectivement scolarisés et, à la veille de l’indépendance, 85 % de la population algérienne reste analphabète. Les Algériennes présentes à Lyon dans les années 1950 sont nées dans les années 1930, leur passage par l’école en fait des êtres singuliers.

10 N. Vince, « Transgressing boundaries : gender, race, religion, and “Françaises musulmanes” during the Algerian war of independence », art. cité, p. 451.

11 A. Sayad, La double absence, ouvr. cité, p. 72.

12 C’est l’observation de G. Toulemonde, « Les bidonvilles et leur résorption dans l’agglomération lyonnaise, 1955-1972 », mémoire cité, p. 24-25. Notons toutefois que si l’origine de l’homme est systématiquement renseignée, celle de la femme est quasi systématiquement ignorée (on relève trois indications sur 88 fiches de renseignements).

13 Sur la peur des « hommes sans femmes ». E. Blanchard, « Encadrer des “citoyens diminués” », thèse citée, p. 400.

14 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants. 1956-1964. P. de Meaux, L’immigration familiale nord-africaine dans l’agglomération lyonnaise, source citée. Toutes les citations qui suivent sont extraites de cette brochure.

15 ADR – 248 W 88 – État civil, nationalité et circulation transfrontalière des Français musulmans. 1950-1965. Lettre du ministère de l’Intérieur à messieurs les préfets, le 24 août 1960.

16 Pour Georges Martin, « le cadi n’avait pas qualité pour prononcer le divorce de citoyens mariés devant l’officier de l’état civil ; le tribunal civil de Lyon était seul compétent ». ADR – 248 W 88 – État civil, nationalité et circulation transfrontalière des Français musulmans. 1950-1965. Lettre de G. Martin à M. Derida, office administratif du gouvernement général de l’Algérie, le 16 décembre 1953.

17 Ibid., lettre de Safya B. au maire de Lyon, le 3 février 1955. L’affaire est néanmoins assez opaque : la lettre n’a pas été écrite directement par Safya B., laquelle ne sait pas écrire. Et, quand les fonctionnaires de police l’interrogent devant ses parents, elle confirme le mariage et nie être mariée par contrainte. Orthographe respectée.

18 Le rite de l’islam malékite prévoit que le consentement des époux soit négocié avant le mariage. La récitation du verset ne fait que formaliser la négociation qui est antérieure.

19 M. Colin, « La morbidité des Nord-Africains dans la métropole, aspects médico-sociaux », thèse citée, p. 69.

20 Son mari est en prison pour faits politiques.

21 S. Lamri, « “Algériennes” et mères françaises exemplaires (1945-1962) », Le mouvement social, no 199, 2002/2, p. 61-81.

22 ADR – 248 W 88 – État civil, nationalité et circulation transfrontalière des Français musulmans. Georges Martin à M. le docteur Marchand, à Alger, le 20 juin 1953.

23 AJM – TPFA Lyon – Dossier Annie C., jugement 251/2847, PV Annie C., 28 avril 1960.

24 Le constat restant ainsi le même que celui fait pour l’entre-deux-guerres : G. Massard-Guilbaud s’est intéressée aux mariages mixtes dans l’entre-deux-guerres dans Des Algériens à Lyon, ouvr. cité, p. 319.

25 Parmi les cinq premières villes de France après Paris où se trouvent la majorité d’étudiants « originaires d’Outre-mer », quatre sont des villes du sud de la France, Montpellier étant à la 1re place : K. Spreuzkouski, « Les étudiants lyonnais et la guerre d’Algérie », Mémoire de maîtrise sous la direction de C. Prudhomme, Université Jean Moulin Lyon III, 1993, p. 15-23.

26 Messages d’Algérie, 15 septembre 1959, no 50, p. 4-5.

27 L’université de Lyon est la quatrième université de France pour l’année scolaire 1957-1958, avec 9 917 étudiants (après Paris, Aix-Marseille, Bordeaux). En 1960-1961, elle devient la troisième université avant Bordeaux avec 15 315 étudiants. 96 étudiants sont originaires d’Outre-mer (y compris algériens) le 30 juin 1958 soit 1,5 % du total. Lire K. Spreuzkouski,  « Les étudiants lyonnais », mémoire cité, p. 15-23.

28 Ce que confirme Jean Guichard, président de l’Amicale des lettres puis de l’UGS, dans Mémoire d’Ange, inédit (archives privées Jean Guichard).

29 La majorité des ouvrages sur les étudiants portent sur leur rôle dans la guerre d’Algérie et en restent à la dimension collective de l’engagement, jusqu’à l’ouvrage récent : E. Orkibi, Les étudiants de France et la guerre d’Algérie. Identité et expression collective de l’UNEF (1956-1962), Paris, Éditions Syllepse, 2012.

30 Par exemple le 6 mars 1955 : Lyon Étudiant Catholique, avril 1955, p. 7.

31 C’est-à-dire ceux qui soutiennent l’indépendance des peuples d’Outre-mer. Sur le syndicalisme étudiant en général et sur l’AGEL en particulier, lire A. Monchablon, Histoire de l’UNEF, Paris, PUF, 1983 et A. Faivre, « La participation et le rôle de l’AGEL-UNEF dans la guerre d’Algérie (1954-1962) », Mémoire de master 2 sous la direction de C. Prudhomme, Université Lyon 2, 2006.

32 La séance de radio est à l’évidence celle organisée pour la journée du 21 février 1952. Le 21 février commémore, depuis 1948, les luttes d’étudiants pour l’indépendance de leur pays dont celle de Bombay en 1946 et celle d’Égypte de 1947. Cet anniversaire n’a jamais été abandonné à Lyon : « Solidarité avec les étudiants d’Outre-mer », Lyon-Étudiant, no 2, février 1955, p. 1.

33 C. Touili, Esquisse pour une autobiographie, Inédit, p. 8 (archives privées Claudie Touili).

34 Ibid., p. 5.

35 Sur cette syndicalisation des Algériennes, lire aussi N. Sidi Moussa, « Devenirs messalistes (1925-2013). Sociologie historique d’une aristocratie révolutionnaire », Thèse de doctorat en science politique sous la direction de Johanna Siméant dir., Université Paris Panthéon-Sorbonne, 2013, p. 522-533.

36 L’USTA a été fondée le 14 février 1956.

37 La Voix des travailleurs algériens, juin 1957, p. 7.

38 Ibid., mai 1957, p. 12.

39 Ibid., p. 4.

40 Ibid., avril 1958, p. 3.

41 Ibid., juillet 1957, p. 2.

42 Ibid.

43 ADR – 437 W 79 – Contrôle des Nord-Africains et répression des activités séparatistes algériennes.

44 ADR – 248 W 136 – Contrôle et recensement : réglementation, liste des fonds de commerce, statistiques, 1951-1961.

45 « Simoucha » est le prénom que l’on retrouve dans les archives. Il s’agit en fait de « Soumicha ».

46 D. Amrane, Les femmes algériennes, ouvr. cité, p. 19.

47 ADR – 437 W 79 – Contrôle des Nord-Africains et répression des activités séparatistes algériennes. Rapport gendarmerie de Givors, 6/12/1958.

48 M. André « Les groupes de choc du FLN : particularités de la guerre d’indépendance algérienne en métropole », Revue historique, no 669, janvier 2014, p. 87-122.

49 G. Massard-Guilbaud, Des Algériens à Lyon, ouvr. cité, p. 218.

50 AJM – TPFA Lyon – Dossier Ali L., jugement 335/2535, exposé des faits à l’audience, 20 octobre 1958.

51 DHL, 15 juin 1959, p. 3.

52 DHL, 23 mars 1959, p. 3.

53 DHL, 16 octobre 1957, p. 6. Il y a une confusion dans le choix du nom ici. Badri-Badri n’est pas le propriétaire du café des Sept Chemins mais d’un autre café situé à Vénissieux. Il est le cousin du propriétaire Mostefa Badri.

54 DHL, 10 octobre 1959, p. 4.

55 Le terme « cabane » renvoie sans doute aux garnis en mauvais état de la place Guichard.

56 A. Haroun, La 7e Wilaya. La guerre du FLN en France. 1954-1962, Paris, Seuil, 1986, p. 251.

57 Ibid., p. 276. Nous ne relevons pas ici la suspicion de protection policière ni l’erreur factuelle du nombre de cafés-garnis messalistes encore en activité après 1958.

58 Ainsi dans le livre écrit sur son père par R. Haraigue, Omar Haraigue, Le combat d’un lieutenant FLN en France pendant la guerre d’Algérie, Paris, Éditions des Écrivains, 2001. Ou encore dans les conférences prononcées par M. Boudina, président de l’association des anciens condamnés à mort en Algérie, et auteur de Rescapé de la guillotine, Rouiba, 2010.

59 P.-M. Atger, « Le mouvement national algérien à Lyon. Vie, mort et renaissance pendant la guerre d’Algérie », art. cité, p. 116.

60 DHL, 15 juin 1959, p. 3.

61 J. Revel, « Un exercice de désorientement : Blow Up », De l’histoire au cinéma, A. de Bæcque et C. Delage dir., Bruxelles, Complexe (Histoire du temps présent), 1998, p. 103.

62 Cette démarche est reprise dans J. Revel dir., Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Seuil, 1996.

63 ADR – 703 W 8 – Internements administratifs pendant la guerre d’Algérie. Dossier Mustapha Badri. Courrier du commissaire de police Jean B. au Préfet du Rhône, Lyon, 9 décembre 1960. Les archives conservent le nom Mustapha.

64 AJM – TPFA Lyon – Dossier Laïd G., jugement 110, extraits des minutes du greffe de la cour d’appel de Lyon, 8 mars 1960.

65 AJM – TPFA Lyon – Dossier Brahim B., jugement 110, expertise médicale, 12 juin 1958.

66 DHL, 29 décembre 1959, p. 4.

67 ADR – 248 W 71 – SAT – Enquêtes individuelles.

68 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mohamed S., jugement 226/1967, PV Mostefa Badri, 22 mai 1957.

69 ADR – 703 W 8 – Internements administratifs pendant la guerre d’Algérie. Dossier Mustapha Badri. Courrier du commissaire de police Jean B. au Préfet du Rhône, Lyon, 9 décembre 1960.

70 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mohamed L., jugement 104/2304, rapport d’enquête, 23 octobre 1958.

71 ADR – 703 W 8 – Internements administratifs pendant la guerre d’Algérie. Dossier Mustapha Badri. Courrier du commissaire de police Jean B. au préfet du Rhône, Lyon, 9 décembre 1960.

72 ADR – 703 W 8 – Internements administratifs pendant la guerre d’Algérie. Dossier Mustapha Badri. Note du ministre de l’Intérieur, Paris, le 10 décembre 1960.

73 DHL, 11 octobre 1961, p. 4.

74 ADR – 703 W – Internements administratifs pendant la guerre d’Algérie. Dossier Bachir Badri. Évacuation des meublés Badri, 14 octobre 1961.

75 AML – 236ii – Dossier ESSANA/ACFAL – Procès-verbal de l’assemblée générale extraordinaire du vendredi 16 juillet 1965.

76 ADR – 248 W 144 – Amicale des Algériens en Europe (daïra de Lyon) – 1963-1969.

77 DHL, 29 décembre 1960, p. 4.

78 Ibid.

79 Ibid.

80 DHL, 2 décembre 1957, p. 3.

81 ADR – 3554 W 3 – Renseignements généraux, dossier 69476.

82 DHL, 8 mai 1959, p. 5.

Table des illustrations

Titre Figure 30a. Photographie de mariage
Légende Saïda B. (Montélimar, 1960) Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Saïda B.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Figure 30b. Photographie de mariage
Légende Rabiha Chikhi (mairie de Villeurbanne, 1957)Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Fatima Chikhi
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Titre Figure 31. Mariage de Sabria Sadaoui à la mairie du 3e arrondissement de Lyon
Légende Témoins : une métropolitaine, une AlgérienneSource : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Malika Sadaoui
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 639k
Titre Figure 32a. Algériennes en formation
Légende Akila Mezidi en prépa commerce, Villeurbanne, 1960-1961, 2e rang, 2e à droite Source : Archives privées
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 703k
Titre Figure 32b. Algériennes en formation
Légende Zoubeida Megnaoua au Vinatier, 1960, 3e de gauche à droite.Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Zoubeida Megnaoua
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 701k
Titre Figure 33a. Jeunes algériennes à l’étude
Légende Source : Messages d’Algérie, 15 septembre 1959, no 50, p. 4-5
Crédits Crédit : © Messages d’Algérie
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Figure 33b. Jeunes algériennes à l’étude
Légende Source : Messages d’Algérie, 15 septembre 1959, no 50, p. 4-5
Crédits Crédit : © Messages d’Algérie
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre Figure 33c. Jeunes algériennes à l’étude
Légende Source : Messages d’Algérie, 15 septembre 1959, no 50, p. 4-5
Crédits Crédit : © Messages d’Algérie
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Figure 33d. Jeunes algériennes à l’étude
Légende Source : Messages d’Algérie, 15 septembre 1959, no 50, p. 4-5
Crédits Crédit : © Messages d’Algérie
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 779k
Titre Figure 34a. Amitiés entre étudiants : l’exemple de Marie-Josèphe Gin et de Laïd Mecheri
Légende Mariage de Cécile et Jean Royer en 1960. Laïd Mecheri, 4e de droite à gauche, Marie-Josèphe Gin, 1er rang, 3e de gauche à droite Source : Archives privées
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Figure 34b. Amitiés entre étudiants : l’exemple de Marie-Josèphe Gin et de Laïd Mecheri
Légende Soutenance de thèse de Laïd Mecheri, le 6 décembre 1960 : Raymonde Tronel, 1er plan à droite avec Mostefa Belhadj-Merzoug ; Jeannine Belhadj-Merzoug, 1er plan à gauche.Source : Archives privées
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Titre Figure 35. 6 février 1953, bal des étudiants d’Outre-mer
Légende Jeannine et Mostefa Belhadj-Merzoug à droiteSource : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Jeannine Belhadj-Merzoug
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 36a. Jeannine et Mostefa Belhadj-Merzoug en compagnie d’étudiants algériens
Légende Grenoble, 1952Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Jeannine Belhadj-Merzoug
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Titre Figure 36b. Jeannine et Mostefa Belhadj-Merzoug en compagnie d’étudiants algériens
Légende Lyon-Cordeliers, 1954Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Jeannine Belhadj-Merzoug
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 37. Zoubeida Megnaoua au travail, centre hospitalier Le Vinatier, 1961
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Zoubeida Megnaoua
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 38a. Femmes algériennes lors des congrès de l’USTA
Légende Source : La Voix du travailleur algérien, 5 juillet 1957, p. 4-5
Crédits Crédit : © La Voix du travailleur algérien
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Titre Figure 38b. Femmes algériennes lors des congrès de l’USTA
Légende Source : 15 décembre 1959, p. 14.
Crédits Crédit : © La Voix du travailleur algérien
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 39a. Algériennes au travail
Légende Habiba Megnaoua à l’école, Courzieu, 1960-1961Sources : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Habiba Megnaoua
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Titre Figure 39b. Algériennes au travail
Légende Mme Allouche dans l’office de l’avocat La Phuong, février 1957Sources : Archives photographiques Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Figure 40. Arbre généalogique des familles Rahmouni et Badri
Crédits Crédit : © Marc André
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 41a. Le café des Sept Chemins
Légende Attentat du 22 mai 1957Source : Archives de la justice militaire, TPFA Lyon, jugements 226/1967 et 201.
Crédits Crédits : © AJM
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Figure 41b. Le café des Sept Chemins
Légende Attentat du 4 septembre 1960Source : Archives de la justice militaire, TPFA Lyon, jugements 226/1967 et 201.
Crédits Crédits : © AJM
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure 42. Détail du 69 rue Mazenod
Légende Source : Archives de la justice militaire, TPFA Lyon, jugement 226/1967
Crédits Crédits : © AJM
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Figure 43a. Leïla et Julienne Badri devant le café des Sept Chemins
Légende Leïla, Julienne et Mostefa Badri, juin 1957Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédits : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Titre Figure 43b. Leïla et Julienne Badri devant le café des Sept Chemins
Légende Leïla et Julienne Badri, mai 1957Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédits : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Figure 44a. Attentat 67 rue Mazenod, le 28 décembre 1959
Légende Policiers sur la scène de l’attentatSource : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Figure 44b. Attentat 67 rue Mazenod, le 28 décembre 1959
Légende Hamzaouia B. dans l’UnicoopSource : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Carte 4. Emplacements des militants MNA et FLN jugés au TPFA entre 1958 et 1962
Légende Source : AJM – Registres du TPFA de Lyon et dossiers individuels
Crédits Crédit : © Marc André
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7288/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 603k

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540