Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes dévoilées

 | 
Marc André

Partie II. Rencontres

Chapitre 3

Sympathies

Texte intégral

  • 1 Gandhi

Ce que vous faites pour nous, sans nous, est contre nous.1

  • 2 Sur ce sujet : A. H. Lyons, « Invisible immigrants », thèse citée, et A. Escafré-Dublet, Culture e (...)

1Dispersées ou davantage concentrées, les Algériennes sont confrontées à la société métropolitaine. Car, avant tout, ces femmes sont des émigrées-immigrées dont le déplacement est à la fois coupure avec la société quittée, plus ou moins vive et plus ou moins durable, et couture avec la société d’accueil, plus ou moins fine. Leur nécessaire insertion dans la société d’« accueil » entraîne une politique active de la rencontre impulsée par le haut, politique guidée par l’outil d’analyse le plus partagé dans les années 1950 pour l’appréhension des femmes algériennes (comme des Algériens d’ailleurs) : le « degré d’adaptation ». À charge pour les différents ministères de se répartir les compétences dans la gestion de la migration algérienne et de coordonner la myriade de services sociaux qui ciblent les femmes algériennes implantées en métropole. Agences gouvernementales, associations charitables publiques et privées en charge de la migration algérienne : un véritable État-providence déployé vers les Algériennes se met en place2.

  • 3 J. Revel dir., Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Le Seuil, p. 13.

2Comment se positionnent alors ces femmes dont on a vu qu’elles suivent la mode du temps, qu’elles semblent s’exprimer en français dans leurs interactions quotidiennes, qu’elles prennent parfois quelques jours de vacances, et qu’elles vivent le plus souvent isolées dans tous les arrondissements de la ville ? À côté de cette sympathie nationale impulsée par l’État se développent des sympathies locales : les Algériennes, en s’implantant à Lyon, provoquent des liens, nouent des contacts. Et face aux sympathies officielles, militantes ou religieuses, elles développent un espace social propre à l’abri duquel elles définissent des stratégies personnelles. L’examen de cette « structure feuilletée du social »3 permet de rompre avec l’enchaînement logique des faits qui considère que les politiques françaises visent et parviennent à adapter des femmes algériennes ancrées dans leurs coutumes ancestrales.

Premiers pas, premiers contacts

  • 4 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. P. de Meaux, L’immigration fam (...)
  • 5 Notamment : A. Zehraoui, Les travailleurs algériens en France : étude sociologique de quelques asp (...)
  • 6 A. Girard et J. Leriche, « Les Algériens en France. Étude démographique et sociale », Population, (...)

3Des Algériennes viennent en métropole de manière échelonnée depuis 1947, la vague migratoire allant s’épaississant à partir des années 1950. D’après l’inspecteur de la population Philippe de Meaux, dont le constat s’arrête en 1956, 90 % des familles sont entrées en métropole depuis 1950 dont 25 % durant la seule année 19554. Elles ont leurs raisons. Généralement, la migration est familiale et s’explique par des situations socio-économiques difficiles en Algérie. Le père a souvent quelques années d’avance. C’est le cas de la famille des sœurs Saïda et Zoulikha B. Leur père, grand commerçant (primeur), fait fortune à Alger durant la Seconde Guerre mondiale et permet aux deux sœurs – d’après leurs souvenirs – de vivre « comme des reines […] dans une maison de bourgeois ». Mais un cousin, maire de Bordj Bou Arreridj, entraîne un revers de fortune pour toute la famille (« Que Dieu lui pardonne ! Enfin, je ne sais pas s’il lui pardonne, car il nous a fait du mal… »). Ce revers oblige le père à fuir en métropole en 1947, rejoint par toute sa famille en 1949. Le célibat géographique et forcé des hommes complique la situation, comme le rappelle Zoubeida Benyamina : « Quand mon père a vu qu’il ne pouvait plus faire ses voyages, descendre, remonter, ça coûtait très cher – il n’y avait pas toutes ces commodités, et puis il n’y avait pas d’avion à l’époque, peut-être un avion pour les gens privilégiés – il a dit “bon, je vais vous chercher”. Et il nous a ramenés en 1950. » Il en est de même pour Ourda D. Son père, ouvrier chez Berliet à Vénissieux dès 1947, fait pression sur son épouse car « il ne voulait plus rester là-bas. Alors il a donné le choix à ma mère. Il lui a dit : “Vous venez, ou moi je viens plus” ». Et toute la famille de rejoindre le père en 1949. Ce schéma, bien connu par ailleurs5, est celui suivi par les familles de Louisette Mekaouche, ou de Fatma Malagouen, entre autres. Ainsi, comme le résument à leur façon, en 1955, les démographes de l’INED, « d’un point de vue économique, le travailleur marié n’a plus à économiser sur son salaire pour l’envoyer à sa famille, et évite les frais d’un double ménage. Il bénéficie, en outre, d’allocations familiales plus fortes si ses enfants vivent en France au lieu d’être restés en Algérie. Au point de vue psychologique, il évite les souffrances de l’éloignement et de la solitude »6.

4Parfois, c’est l’absence de père qui explique la migration, comme le rappelle Mansouria Blaha : « On est arrivé en juillet 1948, j’avais même pas six ans, avec ma mère. On était cinq à venir avec maman. On était chez des amis qui nous ont hébergés à Toulon. […] On avait perdu notre père en Algérie, et c’est la raison pour laquelle ma mère s’est expatriée. »

  • 7 Sur ce débat : M. Cohen, « Des familles invisibles », thèse citée, p. 43-44.

5Enfin, un facteur davantage politique a pu motiver les départs d’Algérie, sans qu’aucune Algérienne interrogée n’en fasse état. L’intensification de la guerre en Algérie à partir de 1955 provoquerait la volonté de se rendre en métropole. Les démographes de l’INED ou l’expert Jean-Jacques Rager notent que les « circonstances politiques » sont à l’origine de la fuite7. Tout au plus, dans les archives, apprend-on qu’une Algérienne, soupçonnée d’être une poseuse de bombe, a trouvé refuge chez sa belle-famille dans la région lyonnaise.

  • 8 A. Girard et J. Leriche, « Les Algériens en France. Étude démographique et sociale », art. cité, p (...)

6Quand la migration n’est pas familiale, elle est conjugale : parfois, c’est la crainte pour les femmes de « perdre leur mari s’il reste trop longtemps seul »8. Plus souvent, les Algériennes partent alors qu’elles sont tout juste mariées. Philippe de Meaux le constate : « Environ 23 % des travailleurs sont entrés en métropole avec leur épouse ou y ont été rejoints par elle moins d’un an après leur arrivée. » Dans les entretiens, le phénomène est fréquemment rappelé. Zohra Benkhelifa se marie à 14 ans à Oran et, quinze jours après, elle touche la terre lyonnaise. Pour Kheira Bounouri, c’est tout aussi rapide : « Je me suis mariée et je suis venue », comme pour Lamria Hamidat : « Je me suis mariée, j’avais 15 ans et demi. Et je suis venue. » Son mari était en France depuis l’âge de 17 ans soit depuis 1945. Ce départ vers la France est souvent présenté comme un désengorgement de la maison familiale en Algérie lié aux difficultés amoncelées mais il apparaît aussi comme l’aspiration à une promotion sociale. Tout d’abord, de nombreuses Algériennes venues après leur mariage sont des aînées et offrent la perspective d’une ascension sociale pour les sœurs cadettes qui parfois les rejoignent en métropole. Ensuite, toutes ces femmes entrées jeunes adultes en métropole assurent avoir voulu scolariser leurs enfants et les faire bénéficier d’une instruction complète, ce que la loi sur les allocations familiales leur imposait d’ailleurs. Ainsi Zohra Benkhelifa met les siens « à l’école payante, c’est là qu’ils ont réussi » et Kheira Bounouri les conduit chaque matin à l’école de la Croix-Rousse. Ces mamans s’impliquent, Mansouria Blaha se rappelle : « J’allais aux réunions de parents d’élèves, j’adorais ça. Je parlais pas, je levais pas le doigt pour dire… mais j’écoutais beaucoup. » Pour Lamria Hamidat : « On fait discret là. » Les photos d’écoles sont soigneusement conservées, comme celles d’Aïcha Derdiri dans sa classe de l’école des Pierres Plantées, d’Akila Mezidi, rue Jacquart, ou la photographie d’une sortie scolaire de Fatma Malagouen où, étrangement, garçons et filles se mélangent.

Figure 22a. Filles algériennes à l’école

Figure 22a. Filles algériennes à l’école

Aïcha Derdiri dans sa classe, école des Pierres Plantées, 2e rang à gauche
Source : Archives privées

Crédit : AP © Zohra Dilmi

Figure 22b. Filles algériennes à l’école

Figure 22b. Filles algériennes à l’école

Akila Mezidi à l’école Jacquart, 2e rang, avec les tresses 
Source : Archives privées

Crédit : AP © Akila Mezidi

Figure 22c. Filles algériennes à l’école

Figure 22c. Filles algériennes à l’école

Fatma Malagouen, école des Pierres Plantées, 3e rang, 2e en partant de la droite, 1954.
Source : Archives privées

Crédit : AP © Fatma Malagouen

  • 9 Notons ce mémoire : A. Secchi, « Profil de la population scolaire d’origine immigrée scolarisée à (...)
  • 10 La seule exception est celle d’Habiba Megnaoua : sa migration, temporaire, est dans un premier tem (...)

7Cette inscription des enfants à l’école et le suivi attentif qui en découle sont à la fois un signe d’intégration immédiate dans la société lyonnaise et celui d’un désir d’ascension sociale pour les familles ou jeunes couples émigrés9. Rares sont donc les jeunes Algériennes à partir seules en métropole. Messaouda Benchaa fait figure d’aventurière : « J’ai décidé toute seule de rentrer en France. » Ce départ se justifie par un premier divorce et un enfant confié aux soins de sa mère. Autrement dit, ces décisions ont l’apparence d’une fuite tout autant qu’une volonté de nouveau départ10.

8Qu’elles migrent pour suivre des parents ou un mari, les Algériennes composent autour d’elles un réseau familial. La famille Belbey l’illustre de manière symptomatique. La pionnière est Madjouba Belbey, née en 1929, et entrée à Lyon en 1950 pour rejoindre son mari Abdelkader Rezkallah. Suit de près sa sœur cadette, Kheira Belbey qui se marie avec Amar Ben Taleb. La première réside 27 montée de la Grande-Côte et la deuxième 37 montée de la Grande-Côte. Madjouba assure la migration et les mariages. C’est elle, par exemple, qui loge un temps sa cousine, Zohra Benkhelifa, à la Croix-Rousse, avant de lui trouver pour mari le frère d’Abdelkader Rezkallah, également présent à Lyon. Ce n’est pas fini : en 1956, deux autres cousines de Madjouba et Kheira viennent s’installer à Lyon : Fatma Medjhed d’une part, née en 1917, et Zohra Derdiri, de l’autre. La première réside Boulevard des États à Vénissieux quand la seconde réside également montée de la Grande-Côte, au 46. Comme pour la famille Belbey, Kheira Bounouri accueille sa petite sœur et son mari fait venir sa belle-famille ; de même, Aïcha Bahri fait venir sa mère juste après l’indépendance.

9L’abandon d’une situation subie n’empêche pas une adaptation difficile à un nouveau contexte. Là encore, les entretiens révèlent des structures autant mentales que sociales. En amont, presque toutes les Algériennes font part de leur vécu malheureux de Fatma. Kheira Bounouri raconte ainsi son expérience de femme de ménage en Algérie :

  • 11 « Le terme de Fatma faisait plus partie du folklore des Pieds-noirs entre eux qu’il n’était utilis (...)

On était sept chez mes parents. On n’y arrivait pas. J’ai dit à ma mère : « Laisse-moi travailler, pour faire le ménage. » J’ai été travailler chez une juive. Elle avait une ferme et dehors, des hectares, des hectares, des vaches… Alors moi, je m’en vais le matin, c’est 40 francs. J’étais jeune, j’avais 15 ans, 16 ans. Alors je fais la vaisselle, la cuillère avec la cuillère, la fourchette avec la fourchette, et puis après je m’en vais faire les lits. Il faut que tous les jours je tourne le matelas. Le matelas, il était dur. Moi, des fois, j’arrivais pas à le tourner, je vais tomber avec. Il y avait des draps, je te jure, quatre fois et demie comme ça. Il faut que, tous les jours, je les sorte par la fenêtre. Je secoue les draps tous les jours. Et puis je vais faire tous les parterres… et c’était un grand appartement, plus grand que le mien. Il y avait une salle, comme le marché. Je fais toutes les poussières. Quand je m’en vais, vers 4 heures, elle vient, je sais pas où elle va, dans les coins, elle cherche avec son doigt, elle porte un petit peu de poussière, elle me regarde et dit : « Regarde, Fatma, regarde la poussière ! » Alors je dis : « Écoute, ça, où tu l’as trouvé ? Moi, j’ai tout nettoyé. » Elle me dit : « Là-bas ! Au coin ! » Alors je dis : « J’ai tout nettoyé, Madame, j’ai tout… Et moi je m’appelle pas Fatma. »11

10Ce récit de violence symbolique ordinaire se retrouve tant dans le témoignage de Messaouda Benchaa, qui allait tous les vendredis « chez des Juifs », ou encore dans celui de Zohra Benkhelifa, qui rappelle que certains quartiers d’Oran lui étaient quasiment interdits : « Dans la rue d’Arzew, on n’allait pas. Si on y va, mal habillés, tout de suite on ramasse. » Or, malgré ces expériences négatives en Algérie, l’arrivée reste difficile. Un autre phénomène revient souvent dans les témoignages, en aval de la migration cette fois : l’angoisse des premiers moments. Zohra Benkhelifa le rappelle : « Lyon, c’était pas comme ça. C’était des jardins ici. J’ai pleuré, mais j’ai pleuré, toutes les larmes. J’ai dit : “Jamais je reste à Lyon. C’est ça la ville de France ?” Il [son mari] m’a dit oui. J’ai pleuré, j’ai pleuré. Nuit et jour j’ai pleuré. » Réaction similaire pour Zoulikha B. : « Quand on est venu, on a pleuré le martyre », ou encore pour Lamria Hamidat : « À l’arrivée à Lyon, je vous dis pas ! Quand je vois la belle-sœur, le beau-frère, je me dis : “Où je suis tombée là ?” Et puis le soir, je vous dis pas… je pleurais ! » Quand la langue est mal maîtrisée, les difficultés s’amoncellent. Messaouda Benchaa en fait l’expérience : « Les débuts, tu connais rien. Ni tu parles le français, ni rien. On comprend pas. À la place du Pont, je suis restée longtemps. Je connais bien. Mais avant, on me dit : “Tu vas chercher du sucre”, moi, je ne sais pas qu’est-ce que c’est le “sucre”. En français, je ne sais pas. Doucement, doucement, on a compris. » Cette difficile adaptation vient en partie du fait que les Algériennes n’ont pas d’expérience de la France et guère plus de représentations de ce qu’elles vont y trouver avant d’arriver. Hormis Habiba Megnaoua, qui avait effectué une colonie de vacances dans la Loire en 1949, les autres Algériennes, à l’instar de Lamria Hamidat, s’exclament : « Je ne connaissais rien à la France. »

Accueillir

  • 12 AN – F/1a/5035 – Recueil de circulaires concernant les « affaires musulmanes ». Circulaire du 26 ju (...)
  • 13 V. Viet dans La France immigrée, ouvr. cité, p. 158-160 ; A. H. Lyons, « Invisible immigrants », th (...)
  • 14 L’expression est empruntée à E. Goffman, L’arrangement des sexes, Paris, La Dispute, 2002 [1977], p (...)

11Dès 1950, le gouvernement entend faciliter ces nouvelles arrivées : « Il est souhaitable de susciter, dans chaque point du territoire où existe un groupe de Musulmans algériens, le dévouement de personnes, au demeurant plus nombreuses qu’on ne l’imagine, qui connaissent l’Afrique du Nord ou s’y intéressent et de les réunir en une ou plusieurs équipes sociales »12. Parce que les sources sont le plus immédiatement disponibles et parce que le point de vue du métropolitain a les faveurs de l’historiographie de l’immigration, ce dispositif d’accueil mis en place à l’orée des années 1950 pour les migrants algériens est aujourd’hui connu dans toutes ses ramifications. On comprend alors le paradoxe de ces migrants (français en droit, défavorisés en fait) à l’origine d’une action sociale spécifique, on maîtrise une chronologie du dispositif et de ses avatars, et on peut quantifier les associations en charge des Algériens13. Il n’en reste pas moins possible d’interroger encore le « comportement institutionnel de genre » qui préside à ces politiques d’action sociale14.

  • 15 ADR – 248 W 226 – MAN – Rapports d’activité, 1952-1956. Rapport de mars 1954. La MAN regroupe dans (...)
  • 16 Les travaux d’historiens sur ces institutions exerçant tout à la fois aide et surveillance sont dés (...)
  • 17 Le directeur de la Maison de l’Afrique du Nord entretient une correspondance hebdomadaire avec les (...)

12À Lyon, la Maison de l’Afrique du Nord (MAN), créée le 10 février 1951 rue du Dauphiné, apparaît comme une pièce maîtresse d’accueil : institution parapublique, elle condense toutes les formes d’actions possibles dirigées vers la population nord-africaine grâce à la mise en place d’équipes mixtes de travailleurs sociaux presque toujours composées de « musulmans et de métropolitains, animée[s] par un idéal commun et le goût de l’action […], qui ne connaissent pas souvent la journée de huit heures mais seulement l’appel de la misère, [et pour qui] il n’y a pas deux civilisations qui s’affrontent, mais deux civilisations qui s’enrichissent mutuellement dans un climat de liberté et de respect des croyances et des traditions de chacun »15. Sous couvert d’entraide, un réel désir de connaître voire même de s’infiltrer dans le « milieu algérien » et une croyance en la possible soumission de séparatistes (potentiels ou avérés) grâce aux services rendus, se font néanmoins sentir : la MAN déploie toutes les techniques employées ailleurs, notamment dans les services d’assistances techniques (SAT), pour surveiller la population algérienne16. Le système est ici habile dans la mesure où l’association constitue une sorte de sas entre les « milieux nord-africains » et la préfecture grâce à une architecture sociale nouvelle17.

Figure 23. Structure de la Maison de l’Afrique du Nord

Figure 23. Structure de la Maison de l’Afrique du Nord

Source : Messages d’Algérie, no 30, 15 novembre 1958, p. 5

Crédit : © Messages d’Algérie

  • 18 ADR – 248 W 226 – MAN – Rapport de mars 1954.
  • 19 Dès 1953, la MAN étend son action dans le département. À Tarare, Givors et Villefranche sont créés (...)

13Parmi les quatre grands services offerts – accueil et hébergement, service social, service médical, service du travail – seuls les deux premiers concernent véritablement les Algériennes. Le service social comprend une œuvre d’assistance matérielle (repas, distribution de couvertures, etc.) limitée « pour éviter d’installer les bénéficiaires dans une assistance sans grande portée morale et souvent anti-éducative »18. Il offre également une permanence sociale hebdomadaire, assurée directement par Marthe Massenet, qui se déploie avec le temps, la MAN devenant un relais pour les assistantes sociales qui se rendent ensuite dans l’intimité des familles19. Visite aux malades, aide aux anciens combattants, offre de loisirs complètent enfin le panier de l’assistance.

  • 20 Le Soir de Lyon, 6 juin 1954. Lors de ces fêtes (l’Aïd-Seghir, qui fête la fin du ramadan, ou l’Aïd (...)
  • 21 Les années 1950 sont aussi le temps des chanteuses algériennes en métropole : N. Yahi, « Les femmes (...)

14Dans ce cadre, une sociabilité partagée est promue, fortement médiatisée comme lorsque les fêtes musulmanes ou chrétiennes (Noël) regroupent les familles algériennes et françaises. En 1954, « C’est une véritable petite fête familiale qui réunissait […] à la MAN, à l’occasion de l’Aïd-Seghir, 280 convives, Français de la métropole et Français de l’Afrique du Nord »20. Fête religieuse, discours en arabe, couscous, chanteuse algérienne (fig. 24)21 permettent au lecteur de la presse de lire d’autres articles que les faits divers : la communauté se retrouve à la table des familles algériennes.

Figure 24. Fin du ramadan à la Maison de l’Afrique du Nord (mai 1955)

Figure 24. Fin du ramadan à la Maison de l’Afrique du Nord (mai 1955)

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

  • 22 DHL, 12 janvier 1959, p. 6. Aussi Le Progrès, 11 janvier 1959 ; L’Écho-Liberté, 12 janvier 1959.

15En 1959, un arbre de Noël est organisé « conjointement par la MAN et les “Amitiés Africaines pour les familles musulmanes de Lyon” ». Plus de 200 enfants algériens reçoivent des cadeaux, offerts par les plus hautes personnalités civiles et militaires de Lyon. L’une d’elles déclare en particulier : « Au moment où le destin de l’Algérie se voit de plus en plus lié à celui de la France, cet arbre de Noël à l’intention des enfants d’Algérie revêt un caractère symbolique ; il concrétise aux yeux des familles présentes cette part entière de fraternité qu’on leur a promise »22.

  • 23 Ibid., 10 janvier 1960. C’est encore le cas les années suivantes : DHL, 31 décembre 1960, p. 6, Le (...)

16L’amitié, la fraternité sont mises en scène dans ce genre de rites sociaux en pleine guerre d’Algérie. La démarche politique de la fête n’échappe à personne et les Lyonnais découvrent à travers ce genre d’articles une communauté apaisée. Le préfet Ricard et le maire Pradel assurent « leur sympathie aux travailleurs algériens et à leurs familles »23. Tous les Noëls, on vibre avec les « Nord-Africains » et les Algériennes apparaissent sur les photographies comme des mères de famille ordinaires.

Figure 25. Fête à la Maison de l’Afrique du Nord

Figure 25. Fête à la Maison de l’Afrique du Nord

a) « Arbres de Noël », 10 janvier 1959 ; b) « Arbres de Noël », 9 janvier 1960 ; c) « Arbres de Noël », 30 décembre 1960.
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

  • 24 À Nice par exemple, on retrouve le même genre de cérémonies : AN – F/1a/5014 – Synthèses des rappor (...)
  • 25 Au centre de la photo : Lahouaria Malagouen avec son petit frère et son père Mansour Malagouen. En (...)

17Ces fêtes attirent l’attention des conseillers techniques aux affaires musulmanes qui les inscrivent dans le catalogue des bienfaits de la politique française à l’égard des Algériennes : les fêtes de Noël à Lyon ou ailleurs permettent de contrer l’offensive du FLN24. Pourtant, la famille au centre d’une des photographies (fig. 25a), anonyme pour les journalistes mais identifiable grâce à l’enquête de terrain, est la famille Malagouen (Lahouaria a déjà été observée sur les photographies de rue, figure 7c, page 46)25 : or, celle-ci, résidant montée de la Grande-Côte, n’échappe pas à l’emprise du FLN. Il est possible de cotiser au FLN et de partager un repas à la MAN.

  • 26 ADR – 248 W – 233 – Maison de l’Afrique du Nord, 1954-1965. Juillet-août 1954 : rapport de la colon (...)
  • 27 Il y eut 8 familles avec 22 enfants lors de la première session ; 6 familles avec 18 enfants lors d (...)

18D’autres rendez-vous mêlent plus étroitement encore les femmes : ce sont les colonies de vacances, qui permettent à quelques Algériennes de s’extraire un temps de Lyon. La première à dérouler ses activités durant l’été 1954 est celle de Gresse-en-Vercors, petit village situé à une quarantaine de kilomètres de Grenoble26. Les motivations de ce genre d’initiatives sont clairement expliquées par le président de la MAN en mars 1955, quand il tente de renouveler les subventions. Premièrement, les « musulmans », en général, acceptent difficilement de laisser séjourner leur épouse dans des colonies de vacances ordinaires (présence d’hommes, sentiment de jalousie, etc.). Et deuxièmement, les « familles musulmanes » ne disposent souvent pas des moyens nécessaires pour mettre leurs enfants en colonies de vacances. Deux sessions de deux mois chacune permettent alors à 14 familles et 40 enfants de profiter de l’air pur de Gresse-en-Vercors27. Pour l’encadrement, outre une directrice-infirmière (qui parle arabe et kabyle), une cuisinière et une aide-cuisinière, on note la présence de deux monitrices : une jeune Algérienne en juillet, une jeune Française de 15 ans en août. À cette parité dans le choix des monitrices répond celui d’avoir, pendant ces deux sessions, un nombre égal de femmes métropolitaines (mariées à des Algériens) et de femmes algériennes. Le rapport moral met en évidence la mise en place progressive d’une sympathie entre les deux groupes :

Ces femmes bien que très différentes d’esprit ou de mœurs se reconnurent les mêmes aspirations et les mêmes besoins, les mêmes luttes et les mêmes difficultés et très justement comprirent d’instinct qu’un égoïsme fermé au lieu de calmer ces soucis et ces difficultés ne ferait que les exacerber. C’est pourquoi chacune d’entre elles essaya de comprendre l’autre et de faire un certain nombre de concessions indispensables à la vie en famille.

Cela vient aussi de ce que les femmes métropolitaines furent pour la plupart soucieuses de ne pas s’attirer la réputation d’être difficiles à vivre en communauté avec les femmes algériennes par peur des reproches ou représailles que leurs maris n’auraient pas manqué de leur faire ou par peur de reproches plus subtils ou moins précis mais non moins douloureux que ferait peser sur elles toute la communauté nouvelle dans laquelle elles sont rentrées un jour.

  • 28 ADR – 248 W – 233 – MAN, 1954-1965. Rapport moral. Synthèse.

Enfin, il faut reconnaître que dès qu’on parle contacts humains on ne peut rien généraliser car ils relèvent avant tout de questions de personnes, et s’il est vrai que certaines femmes métropolitaines ou Algériennes se révélèrent difficiles à vivre ensemble, la plupart y arrivèrent et certaines se révélèrent presque parfaites de tact et de générosité, de bonne volonté indéniables.28

  • 29 Le 15 juillet 1954. Dans cet article, il est précisé que cette expérience est financée par la caiss (...)
  • 30 Une famille doit quitter la colonie en juillet à cause d’un garçon de 16 ans qui ne donnait pas sat (...)

19Le déroulement de la colonie est suivi : des articles paraissent dans le Dauphiné libéré, dans France-Soir également29. Cette publicité explique sans doute quelques coupes dans les rapports : plusieurs notes sont rayées avec la mention « pas nécessaire d’entrer dans les détails, toutes les colonies ont leurs petits ennuis »30.

  • 31 ADR – 248 W – 233 – MAN, 1954-1965 – Courrier de G. Martin, 17 février 1960 à M. Guigue, Administra (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid. Courrier du ministre de l’Intérieur au préfet du Rhône, 28 avril 1955.

20Quoique l’expérience semble avoir globalement réussi, les demandes de subventions restent sans suite les années suivantes. Une nouvelle formule est d’abord adoptée, à savoir la location d’une ferme afin d’y envoyer au cours de chaque été plusieurs familles musulmanes pour un séjour de 15 jours à un mois. Il s’agit alors d’un « logement garni gratuit pour une durée limitée »31. Cette formule présente un autre avantage, « celui d’y camoufler des familles musulmanes menacées par les terroristes »32. Mais toutes les colonies de vacances pour les Algériennes sont abandonnées en 1960 notamment parce que « les familles musulmanes implantées en métropole doivent, pour leurs besoins sociaux, s’adresser aux organismes de droit commun auxquels peuvent faire appel tous les citoyens français » 33. Ces familles ont accès aux colonies de vacances organisées par les entreprises privées et par la Sécurité sociale, dans les mêmes conditions que celles des travailleurs métropolitains. Par conséquent, le placement des familles musulmanes en résidence dans la région de Lyon devrait être assuré dans les colonies de vacances organisées par cette ville ou par le département du Rhône. Une certaine normalisation des politiques publiques se dessine ainsi, qui suppose la suppression de politiques spécifiques en faveur de la population algérienne.

  • 34 AN – F/1a/4813 – Situation des Français musulmans. Action sociale en faveur des Français musulmans (...)
  • 35 AN – F/1a/5014 – Synthèses des rapports trimestriels établis par les CTAM. 3e trimestre 1958. Comme (...)
  • 36 Le plan de Constantine (1959-1963) est un programme de développement de l’Algérie mis en place par (...)
  • 37 AN – 19920230/1 – Bureau du cabinet (ministre de l’Intérieur) – Le ministre de l’Intérieur à MM. le (...)

21La politique de la MAN s’inscrit dans un mouvement plus général d’accueil des femmes ou familles algériennes avec, en toile de fond, la guerre d’indépendance. Dans le Calvados l’association d’entr’aide aux Nord-Africains est créée en 195134. Dans le Territoire de Belfort, on relève que « chaque famille musulmane s’installant dans la région est parrainée par une famille européenne qui a pour mission de l’initier à son nouveau genre de vie, de la guider, de l’aider à se faire des relations »35. À partir de 1958, dans le sillage du plan de Constantine et de l’intensification de la présence du FLN en métropole, ce souci de l’accueil est de plus en plus signalé36 : « Tous ces contacts revêtent une importance capitale dans la conjoncture présente et constituent l’un des éléments déterminants de l’action psychologique à mener pour le rapprochement des métropolitains et des musulmans », affirme le conseiller technique à propos de l’initiative de Belfort. Ce à quoi fait écho le ministre de l’Intérieur : « Il ne peut vous échapper que, dans les circonstances présentes, les conditions dans lesquelles la population musulmane en métropole est accueillie, aidée, adoptée et protégée, ont une incidence directe sur son état d’esprit et partant, sur l’état d’esprit de leurs familles demeurées en Algérie »37. L’accueil des Algériennes repose à la fois sur de micro-actions concrètes et sur une propagande bien orchestrée.

Instruire

  • 38 ADR – 248 W 220 – Études sociales et service d’accueil aux Nord-Africains.
  • 39 E. Goffman, L’arrangement des sexes, ouvr. cité, p. 81. Il entend par là la création de structures (...)
  • 40 En effet, privée de subventions en 1953, elle disparaît jusqu’à sa refondation, en 1957, sous la ho (...)
  • 41 AML – 236ii – ESSANA – Texte manuscrit de Jean Carlhian adressé à Témoignage chrétien ; texte tapus (...)

22Très concrètement, dans cette politique d’accueil, primat est donné à l’éducation puisque l’objectif reste l’« adaptation ». Deux stratégies sont mises en place, l’une associative, l’autre ministérielle. En 1952, le ministère de l’Éducation nationale lance une entreprise de formation professionnelle et familiale et ouvre un centre en juin 1953 rue Grolée, pour le fermer en 1954, faute de candidates à la formation : « Les cours ont été fréquentés irrégulièrement le jeudi de 14h à 16h. Deux [élèves] ont suivi régulièrement les cours, une seule a fini l’année »38. Alors, les âmes charitables sont sollicitées et ce sont essentiellement les associations d’inspiration chrétienne, créées ex nihilo ou préexistantes à l’arrivée des Algériennes, qui établissent les contacts. À Lyon, Henri Le Masne propose, également en 1952, dans le cadre d’une association, l’ESSANA (Études sociales et service d’accueil pour les Nord-Africains), une solution : le cours de français à destination des Algériens et les rencontres informelles, généralement à domicile, pour les Algériennes. L’objectif des cours diffère selon le sexe, ce qu’Erving Goffman nomme la « réflexivité institutionnelle »39 : pour les Algériens, il s’agit de faciliter la qualification professionnelle et l’ascension sociale, pour les Algériennes, il s’agit de favoriser les rencontres puis l’adaptation puisque la formation est ici davantage tournée vers les tâches domestiques. Après une période d’éclipse (1953-1957), Jean Carlhian et Marc Mégard reconstituent un organigramme de l’ESSANA40 : un bouquet « service social » est offert aux Algériennes, qui comprend une aide pour les enfants, un lieu de rencontres et une formation domestique. Ces services diversifiés ainsi que le lieu protégé dans lequel ils sont délivrés sont la clef du succès initial rencontré par cette association. Afin de faciliter les sympathies, le comité d’organisation a été pensé sur un mode paritaire franco-algérien, d’abord en direction des hommes puis en direction des femmes41. Marguerite Carlhian narre la naissance des cours destinés aux Algériennes :

  • 42 Ibid. – Comment sont nés les cours de femmes algériennes à Lyon.

C’était en 1958. Beaucoup de femmes avaient leur mari prisonnier politique. Du jour au lendemain, elles se trouvaient seules avec les enfants (6-8-10) et les allocations familiales. Jusque-là sans aucune responsabilité […], il fallut faire face à tout. Ce fut dans ces conditions que je connus une femme de prisonnier. Elle avait 20 à 23 ans. Elle venait me demander un service. Notre conversation devint vite amicale et se prolongea de longues heures. J’entendis le récit de ce que sont les vies des femmes algériennes dans l’ensemble. Enfermées à partir de 12/13 ans, voilées, elles seront mariées à 14/15 ans à un homme choisi par leur famille […]. Comment sortir de là ? « Montrez que nous sommes capables d’apprendre, de travailler […]. Apprenez-nous à lire, à écrire, si vous voulez nous aider. » Ainsi naquit dans l’amitié un premier cours à domicile… puis, d’amies en amies, d’autres nous le demandèrent.42

23La décision est prise de ne pas créer de cours à l’extérieur, spécifiquement pour les femmes. Seules six élèves suivent des cours d’alphabétisation durant l’année scolaire 1958-1959, une dizaine en 1959-1960 et dix-huit en 1960-1961. Les visites à domicile sont privilégiées puisqu’elles sont l’occasion de nouer des amitiés grâce à des apprentissages bien concrets, comme le souhaite Henri Le Masne. Ce dernier donne à Mme Mégard, épouse du docteur Mégard, quelques conseils destinés à faciliter le contact :

  • 43 Mme Mégard. Entretien réalisé par Béatrice Dubell, exposition « Récits d’engagements », printemps 2 (...)

L’essentiel, c’était d’abord de ne rien dire, de ne rien donner. […] Et d’essayer d’établir une communication, avec une présence physique, une simple présence. Et c’est vrai que ces gens, qui étaient tenus à l’écart, au fond, nous leur donnions quelque chose de précieux que d’autres leur refusaient. Nous leur donnions du temps. Le temps c’est quelque chose de précieux. On a établi des contacts. Moi je trouvais toujours que c’était insatisfaisant. On a essayé d’apprendre à faire des biberons à des femmes qui ne savaient pas doser le lait… On était plusieurs femmes, avec Monique Seignobos. On leur apprenait à remplir les feuilles de sécurité sociale. On rencontrait ces gens.43

  • 44 Lyon Étudiant Catholique, 12 décembre 1952, p. 4-5

24Même si les visites à domicile priment, un foyer est malgré tout organisé. Les étudiantes sont chaudement invitées à s’y rendre et on en fait la publicité dans divers journaux étudiants : « Chaque samedi après-midi l’ESSANA organise des réunions de femmes musulmanes et de dames et jeunes filles lyonnaises, réunions amicales autour d’une tasse de thé »44.

  • 45 A. H. Lyons, The Civilizing Mission in the Metropole, ouvr. cité ; Ibid., « Genre et décolonisation (...)
  • 46 AN – F/1a/5014 – Synthèses des rapports trimestriels établis par les CTAM. 1er trimestre 1958.
  • 47 Ibid., 4e trimestre 1958.
  • 48 ADR – 248 W 175 – Cours d’enseignement général et cours de rattrapage.

25Ce travail s’inscrit dans un contexte national qui voit se multiplier, au début des années 1950, les associations en charge de la formation des Algériennes45. La Mosquée de Paris donne des cours de français aux femmes. Le centre familial de Grenoble organise un enseignement ménager à mi-temps et les stagiaires, qui perçoivent un salaire dont le montant augmente avec leur ancienneté, doivent participer aux frais de scolarité étant placées dans des familles d’accueil46. À Marseille, les Algériennes « ont la possibilité de perfectionner leur français par des conversations avec les monitrices soit à domicile soit par des cours groupés lorsque leur nombre leur permet »47. Au fil des années, les efforts s’intensifient si bien qu’en 1958, une trentaine de femmes suivent les cours en Seine-et-Oise, 170 dans le Nord réparties dans sept cours, une centaine dans le Rhône dans trois cours, 242 dans les Bouches-du-Rhône dans 10 cours, etc. Partout, le même objectif est suivi : « adapter » les Algériennes à leur environnement grâce à des cours de français et des services déterminés par le genre comme le ménage, la cuisine française et les courses. Pour tous les commentateurs, si « en Afrique du Nord, la femme est sans responsabilité, ignorante et insouciante »48, la métamorphose se voit rapidement : ces femmes suivent les cours habillées à l’occidentale, savent vite lire et écrire et leurs maris en sont même un peu effrayés.

  • 49 AN – F/1a/5014 – Synthèses des rapports trimestriels établis par les CTAM. 4e trimestre 1959.
  • 50 Ibid., 4e trimestre 1960.
  • 51 Ibid., 1er trimestre 1962.

26Toutefois, la guerre peut entraver ces associations. D’abord, les partis nationalistes menacent parfois la bonne marche des cours. Par exemple, à Nice ou à Grasse, les cours fonctionnant sous l’égide de l’Association d’aide aux travailleurs nord-africains (ATNA) sont boycottés un temps : « Quelques élèves dont les maris militants FLN avaient été arrêtés, ont quitté les cours et entraîné d’autres femmes avec elles. Après une visite à domicile des dirigeants de l’ATNA, ces dernières sont revenues sans difficultés »49. Plus étonnant, les conseillers techniques aux affaires musulmanes relèvent en 1959 que « dans le Nord, la fréquentation des sept cours existants est assez irrégulière car le MNA influent dans cette région est peu favorable à l’émancipation des femmes »50. Outre les oppositions de partis, les conseillers techniques font porter la responsabilité des absences sur les maris. À Saint-Étienne, cependant, « la fréquentation n’a pas diminué malgré la constitution d’un “Comité de femmes” par le FLN et les attaques menées par ce dernier contre le Service social familial nord-africain, organisateur de cours »51 et à Lyon, malgré les effectifs réduits, les obstacles ne proviennent pas du FLN : Jean Carlhian loge des responsables FLN dans deux petites mansardes. C’est là l’origine d’une deuxième entrave à la bonne marche de ces associations : fonctionnant grâce aux subventions du gouvernement, celui-ci veille à l’idéologie qui les anime.

  • 52 ADR – 248 W 175 – Ministre de l’Intérieur aux préfets. 22 décembre 1958. Circulaire no 716.
  • 53 ADR – 248 W 175 – L’inspecteur général […] à M. l’inspecteur d’académie du Rhône, le 6 mai 1960.
  • 54 ADR – 248 W 175 – L’inspecteur divisionnaire - directeur de la population à M. le préfet du Rhône, (...)
  • 55 DHL, 6 juin 1959, p. 8. Citations suivantes également.

27C’est alors que l’Éducation nationale tente, après l’échec des débuts, de reprendre la main. À partir de 1958-1959, une politique publique est lancée et un plan d’intégration rédigé en faveur des « femmes musulmanes » : une partie des crédits destinés aux travailleurs « nord-africains » est redistribuée pour subventionner les indemnités accordées aux professeurs ou moniteurs chargés des cours d’éducation générale (langue française, calcul, etc.) ou d’instruction ménagère. Là encore, une normalisation – autrement dit une intégration des Algériennes dans la politique de droit commun – se fait jour. Le recrutement doit se faire dans le corps enseignant ou « parmi les personnalités spécialement intéressées par cette forme délicate d’action sociale et présentant un minimum de compétence (étudiantes ou étudiants de préférence, assistantes sociales, agents sociaux…) »52. L’Inspection académique est mobilisée par un inspecteur général qui précise : « Je ne me propose pas dans l’immédiat de créer un réseau complet d’action éducative pour les femmes algériennes, je souhaiterais plutôt procéder à quelques expériences indispensables pour l’action future, menées rapidement, c’est-à-dire dès maintenant et pendant les grandes vacances, de telle sorte qu’à la lumière de ces expériences, une organisation rationnelle puisse être envisagée dès le 1er octobre prochain »53. Parmi les expériences tentées, une session de cours « coupe et couture » dans laquelle Algériennes et métropolitaines se trouvaient mêlées échoue et est remplacée au cours de l’année par « un cours pour femmes musulmanes »54. La presse quotidienne est également réquisitionnée pour faire campagne. Son lectorat apprend la « création de cours d’enseignement général pour femmes musulmanes » par les services de l’Inspection académique du Rhône à l’école de garçons des Charpennes à Villeurbanne ainsi qu’à l’école de filles du boulevard des États-Unis55. On note également que « la direction de ces cours a été confiée à deux institutrices en activité déjà familiarisées avec les problèmes d’éducation en milieu musulman ». Dès lors, « les familles musulmanes originaires d’Algérie intéressées par ces cours pourront se renseigner de manière plus précise auprès des institutrices des établissements sus-mentionnés ». On sent poindre une critique feutrée des expériences militantes : avec les politiques ministérielles, ce sont moins les sympathies qui comptent que le professionnalisme. Les Algériennes sont progressivement intégrées dans des politiques publiques où l’alphabétisation est prise au sérieux avec, d’une part, leur intégration dans les circuits normaux existant pour toutes les Françaises et, d’autre part, la création de cours spécifiques adressés seulement aux femmes en difficultés, tout juste arrivées en métropole.

  • 56 Cahiers nord-africains, no 335, Paris, ESNA, 10 janvier 1959.

28Pour les jeunes adolescents (garçons ou filles), des cours de remise à niveau existent depuis 1945. Ils ont pour objectif la promotion d’une « égalité des chances » mais dispensent en fait « un minimum d’instruction » et « quelques notions d’hygiène »56 : en 1959, dans le Rhône, vingt-huit cours existent qui rassemblent 470 élèves en début d’année et 308 à la fin. La presse sert également de relais et des reporters pénètrent au cœur des classes à destination des jeunes Algériens. Il faut par contre plonger dans les archives privées pour trouver des témoignages visuels de ces classes de rattrapage pour les plus jeunes algériennes.

Figure 26a. École pour les Nord-Africains (en février 1956)

Figure 26a. École pour les Nord-Africains (en février 1956)

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 26b. École pour les Nord-Africains (en février 1956)

Figure 26b. École pour les Nord-Africains (en février 1956)

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 26c. École pour les Nord-Africains (en février 1956)

Figure 26c. École pour les Nord-Africains (en février 1956)

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 27. Cours de rattrapage scolaire pour jeunes filles algériennes. École des Pierres Plantées, 1956

Figure 27. Cours de rattrapage scolaire pour jeunes filles algériennes. École des Pierres Plantées, 1956

Source : Archives privées

Crédit : AP © Fatma Malagouen

29Robert Doisneau n’aurait guère mieux montré cette réalité des cours de rattrapage pour les garçons (fig. 26) : toutes les attitudes sont représentées, depuis l’élève dynamique, à moitié levé, à celui qui s’ennuie profondément au fond de la classe, en passant par ceux qui réfléchissent plus ou moins rapidement. Le livret pédagogique, ouvert à la page de « l’Aïd-Seghir » est celui recommandé par Les Cahiers nord-africains et employé par l’ESSANA ou diffusé par le rectorat. Chez les filles, rue des Pierres Plantées, l’ordre est de rigueur, et les jeunes Algériennes bénéficient d’un petit local pour leur soutien scolaire (fig. 27).

Soigner

  • 57 Il s’agit, d’une part, de la thèse de M. Colin, « La morbidité des Nord-Africains dans la métropol (...)

30La santé des Algériens est également scrutée dans les années 1950 par le corps médical : des rapports d’expertise médicale sont dressés après chaque arrestation de suspects lors d’attentats ou d’affaires de mœurs, deux thèses de médecine sont soutenues à Lyon sur la santé des « Nord-Africains »57, des dispensaires sont créés par des médecins volontaires. Deux types de médecine se mettent alors en place : une médecine pour les hommes et une autre pour les femmes.

  • 58 Ce centre, en projet depuis 1953, est géré par l’ALHNA (Association lyonnaise pour l’hébergement d (...)
  • 59 Le discours local répond aux directives nationales impulsées par une circulaire ministérielle de 1 (...)

31En effet, alors que les conditions de vie des Algériens et des Algériennes sont souvent les mêmes avec des difficultés de logements, des conditions d’hygiène difficiles, seuls les hommes bénéficient du développement de structures sanitaires spécialisées. Marcel Colin, ancien interne des Hôpitaux de Lyon, dénonce, dans sa thèse sur les aspects médico-sociaux de la morbidité des « Nord-Africains » en métropole, la politique d’accueil déficiente de la France et fait des propositions concrètes. Premièrement, il préconise, sur le plan sanitaire, le dépistage précoce des infections et, sur le plan social, l’amélioration des conditions de séjour en France pour le logement, la nourriture, l’emploi des « Nord-Africains ». Deuxièmement, il souhaite instituer des contrôles aux embarquements/débarquements. Troisièmement, il envisage la création de cabinets de consultations ou de dispensaires spécialisés, là où la concentration des « Nord-Africains » justifie de telles initiatives : soit un cabinet médical comportant un service intermittent de consultations par un médecin, assisté d’un infirmier travaillant à temps plein et assurant les soins courants, soit un cabinet spécialisé d’origine publique, comme celui de la Part-Dieu développé par la caisse primaire centrale de Lyon58. L’encadrement est total et, s’il vise à protéger les Algériens des maladies, il vise aussi à épargner la population lyonnaise de nouvelles pathologies59.

  • 60 L’administrateur des SAT et le préfet reçoivent des tirés à part de sa thèse ; des conférences son (...)
  • 61 AN – 19920230/1 – Bureau du cabinet (ministre de l’Intérieur), source citée.

32Les autorités sont informées des démarches entreprises par Marcel Colin qui multiplie les actions60 : avec Jean Carlhian et Marc Mégard, il ouvre un dispensaire à la fin des années 1950, rue de l’Épée, au cœur du quartier de la place du Pont. Les médecins de ce dispensaire sont bénévoles, une infirmière permanente est payée. Il complète le dispositif de santé à l’échelle de Lyon et se répète dans quelles villes métropolitaines : en 1958, six centres de santé existent à Lille, Rouen, Metz, Nancy, Lyon et Marseille61.

  • 62 AN – F/1a/5014 – Synthèses des rapports trimestriels établis par les CTAM. 1er trimestre 1959.
  • 63 Ibid., 3e trimestre 1959.

33Les femmes, quant à elles, sont invitées à suivre les filières classiques, ce qu’elles font généralement. En effet, les conseillers techniques rappellent régulièrement que les familles musulmanes « font toujours très largement appel à l’organisation sanitaire et sociale qui est à la disposition de toute la population »62 ou que « les assistantes sociales décèlent depuis toujours une certaine réticence chez certaines femmes musulmanes à venir aux consultations »63. Quand les Algériennes sont fatiguées ou victimes de la tuberculose, elles se rendent dans les maisons de repos ou sanatorium.

Figure 28a. Algériennes en cure

Figure 28a. Algériennes en cure

Kheira Bella dans une maison du repos du Rhône, 1961 
Source : Archives privées

Crédit : AP © Farida Sebti 

Figure 28b. Algériennes en cure

Figure 28b. Algériennes en cure

Djamila Djeffal au sanatorium de Seyssuel, avant 1961
Source : Archives privées

Crédit : AP © Djamila Djeffal

  • 64 Ibid., 4e trimestre 1958.

34Dans les ombrages de la maison de repos, les Algériennes se ressourcent. Et au sanatorium de Seyssuel (Isère), elles vont jusqu’à s’organiser : en 1958, les 35 pensionnaires obtiennent la création d’un cours hebdomadaire de français64. Les témoignages abondent également de petites anecdotes sur les accouchements à la clinique comme celui de Ouarda D. : « Le 1er novembre, j’ai accouché de mon fils Hocine. Déjà, ils sont venus les pompiers qui m’ont amenée, ils m’ont dit : “Il y a les événements, tu peux pas partir avec les ambulances, on t’amène à Grange Blanche”. Ils m’ont amenée à Grange Blanche. Et puis, moi je suis sauvée, il n’y a pas d’hémorragie, dans la voiture du pompier. Voilà, c’est tranquille. »

  • 65 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mohamed S., jugement 4/3238, PV Ahmed D., août 1961.
  • 66 A. Girard et J. Leriche, « Les Algériens en France. Étude démographique et sociale », art cité, p. (...)

35Dans les dossiers de procédures judiciaires, des Algériens rendent compte de la même façon de leurs pratiques ordinaires. Interrogé pour une reconnaissance de témoin, Ahmed D. confie que « hier samedi entre 12 h 30 et 15 h les visites [étant] autorisées à l’hôpital É. Herriot, je suis allé voir ma femme légitime Mme D. née Rabia M. qui est hospitalisée au pavillon H bis, [puis] je suis sorti aux environs de 15 h et je suis allé voir la femme de B. Mohamed qui vient d’accoucher et se trouve au même hospice au pavillon L »65. De même, dans une étude sur Marseille publiée dans Les Cahiers nord-africains, il est précisé que si les femmes sahariennes préfèrent passer les examens prénataux et accoucher chez elles, « les jeunes mères accouchent à la maternité, mais elles expriment vite le désir de retourner au foyer le plus tôt possible »66. En Algérie, les Algériennes ont rencontré de nombreuses difficultés dans le domaine de la santé comme Fatima Hassani l’indique dans le récit qu’elle fait de ses deux premières maternités à Sétif :

J’ai perdu deux enfants. Le garçon, il avait 14 mois, je sais pas lui donner la tétée parce que j’ai pas de lait. On lui donne du lait caillé… concentré… Et je sais pas faire, je sais pas lui mettre dans le biberon… pas de l’eau… Il est sec… et je lui donne dans le biberon. Alors il vomissait, vomissait. Il y a personne qui m’a dit ! 14 ans vous savez… Il avait 14 mois quand il est mort. Il est devenu, vous savez, maigre, maigre, maigre… Et je sais pas qu’est-ce que c’est la mort, je sais pas… On avait des médecins à cette époque. Je me souviens c’est un médecin juif, quand je lui ai amené, il m’a dit : « Comment tu lui donnes le lait ? » Et il m’a donné, le médecin, je me souviens, il m’a donné des cachets, je sais même pas les faire, et je lui donnais le sirop, pareil je sais même pas le faire. Et le moment qu’il était en train de mourir, je me rappelle je lavais mon linge là, et je chantais. Je chantais et lui il était en train de mourir. On habitait dans une maison et il y avait beaucoup des voisins. Il y a une voisine qui est venue et qui m’a dit : « Prends ton fils, tu le mets dans tes bras, il est fatigué et arrête de chanter ! » Et la bonne femme, elle a été dire à ma mère, elle habitait pas loin, elle a été lui dire : « Ton petit-fils il va mourir, ta fille elle sait pas. » Ma mère elle est arrivée, elle l’a pris comme ça je me rappelle, elle l’a mis comme ça dans sa main, 10 minutes après il est mort. On dirait qu’il attendait hein. C’est là que j’ai compris la mort qu’est-ce que c’est. Là j’ai commencé à pleurer, à crier. Et après je suis tombée enceinte. Elle est morte quand j’ai accouché. Quatre jours après. C’est vrai j’avais peur, j’avais peur. De la voir comme ça. Et… 4 jours après elle est morte.

  • 67 Ibid.

36Les souvenirs d’accouchements précaires en Algérie ou des décès d’enfants peuvent faciliter la volonté de recourir aux services classiques une fois entrées en métropole. À Marseille toujours, les enquêteurs de l’INED estiment que « nettement soucieuses de la santé de leurs tout-petits, les femmes vont en groupe régulièrement aux consultations de nourrissons du quartier »67. De manière générale, les Algériennes suivent les voix classiques dans le domaine de la santé ce que confirme encore Kheira Bounouri à propos de ses enfants :

C’était un appartement [rue René Leynaud], grand, mais je vois pas le soleil de toute la journée… je vois pas le jour. Quand je sors, dehors, je vois le jour. Quand j’amène mes enfants à l’école, l’été c’était bien. Mais l’hiver… c’est vraiment… glacé. Mais j’allume le chauffage, j’allume le fourneau, je l’allume et jusqu’à demain matin il reste allumé. Et j’avais une cuisine… Dans la cuisine c’était bien aussi, et après, mes enfants ils étaient tout le temps malades, chaque fois ils ont des bronchites, et quand il vient le docteur, il me donne le certificat, j’envoie mes enfants dans une maison de repos, ils sont partis plusieurs fois à Giers, à la Croix-Valberg. Le docteur, là, c’était mon docteur Généti, maintenant il l’est plus, il était vraiment gentil, au numéro 14, alors quand il vient chez moi, il me dit : « Vos enfants, ils sont malades à cause de votre appartement, il est sale. » Il m’a dit : « Vous voyez jamais le soleil, c’est pas éclairé. » Il me dit que c’est à cause de ça que les enfants sont malades. Et, une fois, il y a la cheminée qui a donné l’odeur aussi, une fois, il nous fait une prise de sang, il nous a trouvé tous intoxiqués.

  • 68 De nombreux faits divers témoignent également des intoxications au monoxyde de carbone. Par exempl (...)

37Loin d’être un cas isolé, Kheira Bounouri rappelle le manque de lumière de son logement, l’intoxication au monoxyde de carbone, la visite du docteur familial, les séjours au grand air de ses enfants68. Ainsi, parce que les Algériennes vivent éparpillées, elles ont recours aux médecins de quartier. En 1950, Marcel Colin démontrait de la même manière que sur 228 patients nord-africains envoyés à l’hôpital Édouard Herriot, 193 l’étaient par ordonnance du médecin généraliste. Les familles algériennes ne bénéficient donc pas d’un service médical séparé et la création de dispensaires spécialisés est à comprendre comme la réactivation de principes hygiénistes du fait d’une masse croissante d’hommes seuls à Lyon.

Dialoguer

  • 69 Nous en recensons 26 pour 9 arrondissements de Lyon entre 1950 et 1965, aux archives départemental (...)
  • 70 Message chrétien, Organe de la communauté chrétienne de Saint-Vincent, no 2, février 1958. Le bull (...)

38C’est finalement du côté des « politiques du cœur » conduites par la société civile que viennent des initiatives, ponctuelles et précaires, destinées à nouer les contacts. C’est le cas, on l’a entrevu, avec l’ESSANA. C’est le cas également avec les responsables religieux qui sermonnent les indifférents, encouragent les rencontres, soutiennent quelques militantes. Chaque église – ou presque – possède un bulletin dans lequel les paroissiens et les familles algériennes sont mis virtuellement en relation69. Celui de la paroisse Notre-Dame-Saint-Vincent (1er arrondissement, à deux pas de la Croix-Rousse), intitulé « Notre quartier », est de la sorte déposé dans toutes les boîtes aux lettres afin d’atteindre des catégories très diverses de lecteurs70, et engage fortement et fréquemment les paroissiens et les « Nord-Africains » à se rencontrer. C’est avec la réactivation d’une tradition chrétienne quasi millénaire, celle de l’exemplum, que les Algériennes surgissent çà et là :

  • 71 Ibid.

Toujours dans un car de l’OTL, archibondé, comme d’habitude. Un ménage algérien avec trois gosses. Le car est à l’arrêt et va repartir sans laisser à la famille embarquée dans cette galère le temps de descendre. Alors, sans discussion, tout le monde y met du sien : les uns prennent un enfant, les autres un cabas, tout le monde se serre et dégage le passage. Le chauffeur grogne, mais il a le bec cloué par une répartie vertement exprimée. L’opération est menée à bien. Même réaction que précédemment : les gens habituellement mornes et sans ressort après une dure journée de travail, ont trouvé la joie dans leur geste d’entraide.71

  • 72 « Exemple », tel est le mot employé dans un article sur les mal-logés : Paroisse Notre-Dame-Saint- (...)

39Afin de fonctionner comme exemplum, l’article est anonyme, peut-être même inventé de toutes pièces. Le dialogue est simple : un geste suffit à rendre l’Algérien et son épouse « heureux » et, en logique toute chrétienne, la bonne action récompense le bienfaiteur. Les « exemples » abondent dans le bulletin, d’autant que les interactions avec des « Nord-Africains » sont nombreuses, dans les cafés, dans la rue, dans les cours d’immeubles72. Parfois, ce sont les enfants qui servent à connecter les familles lyonnaises et algériennes. Bref, les petits gestes du quotidien sont davantage mis en scène que les grands discours. Le travail mené dans certaines paroisses cherche aussi à dissiper les malentendus favorisés par la presse quotidienne : quelques faits divers mettant en scène des « Nord-Africains » sont relus pour défaire les préjugés. Mais, dans ces bulletins paroissiaux, les Algériennes, comme les Algériens d’ailleurs, sont dématérialisés. Il semblerait de plus exagéré, à la vue de quelques exempla, de dire que les Algériennes ont été une préoccupation majeure de l’Église.

  • 73 S. Chapeu, Des chrétiens dans la guerre d’Algérie. L’action de la Mission de France, Paris, Les Éd (...)

40Pourtant, à l’instar de ce qu’il se passe en Algérie, des chrétiens, soutenus par la hiérarchie, se mobilisent en faveur de la population algérienne, généralement du côté du FLN73. Quelques sources éparses nous permettent même d’avoir quelques aperçus des parvis d’églises lyonnaises où les Algériennes et les Algériens sont évoqués. Des tracts distribués à l’issue des messes dominicales peuvent déclencher des tempêtes médiatiques, comme lors de la distribution de celui mettant en scène, en 1958, une militante du FLN. L’attaque émane du colonel Reymond, responsable d’une association d’anciens combattants :

Monsieur l’Abbé,

Le dimanche 16 mars, alors qu’une centaine d’Anciens Combattants, jeunes et vieux, de VERDUN et d’INDOCHINE, de la MARNE et d’ALGÉRIE, de CASSINO et du MAROC, représentant toutes les opinions, mais unis par la même ferveur patriotique, se pressaient devant le porche de votre église pour mener leur croisade contre « TÉMOIGNAGE CHRÉTIEN » organe de la trahison progressiste, vous avez osé déclarer en chaire que les tracts distribués à l’extérieur étaient des tracts anti-nationaux.

Monsieur l’Abbé, VOUS AVEZ MENTI, car vous saviez ce dont il s’agissait.

Non content de mentir, VOUS AVEZ TRAHI, Monsieur l’Abbé.

VOUS AVEZ TRAHI LA CONFIANCE QUE VOS PAROISSIENS PORTENT À VOTRE HABIT. VOUS AVEZ TRAHI LES DEVOIRS DE VOTRE ÉTAT, VOUS AVEZ TRAHI L’OBLIGATION QUI VOUS EST FAITE DE VOUS MAINTENIR DANS UNE STRICTE NEUTRALITÉ POLITIQUE. VOUS AVEZ TRAHI LA MISSION SACRÉE QUI VOUS A ÉTÉ CONFIÉE PAR L’ÉGLISE, EN VOUS FAISANT L’AGENT DU PROGRESSISME, CAMOUFLAGE DU COMMUNISME CONDAMNÉ PAR S.S. LE PAPE.

VOUS AVEZ TRAHI LA FRANCE.

Il est vrai qu’agissant ainsi, vous restiez logique avec vous-même.

N’êtes-vous pas, en effet, l’auteur de la curieuse carte d’encouragement aux fellaghas envoyée le 30 avril 1957 à CHAFIKA MESLEM qui, quand bien même elle devait par la suite bénéficier d’un doute, n’en était pas moins à cette époque inculpée de complicité dans des crimes atroces ?

  • 74 Lettre ouverte du colonel Reymond à l’abbé de Galard, 3 avril 1958, Archives privées du père Josep (...)

Pour l’édification de vos paroissiens, je reproduis plus bas cette fameuse carte de visite.74

  • 75 C. Meslem (1934-2000), née à Alger, a milité dans des centres sociaux pendant la guerre d’Algérie. (...)

41Dans cette missive enrubannée en tricolore, le colonel se présente avec sa légion d’honneur, ses six blessures de guerre, ses treize citations, son statut de prisonnier évadé : c’est un patriote mais également un descendant (troisième génération) d’une famille française d’Algérie, dont le grand-oncle a été évêque d’Alger. C’est aussi un fervent catholique, héritier de Charles de Foucauld. Détail significatif, à cette lettre est joint le document incriminé, « la provocation », c’est-à-dire la lettre de l’abbé de Galard (curé de Saint-Pothin) à Chafika Meslem, en date du 30 avril 1957 : « L’abbé de Galard assure Chefka [sic] de son religieux souvenir. Il prie Dieu pour elle et pour tous ses frères musulmans dans les jours de peine et d’espérance avec confiance en sa prochaine libération. » Cette lettre ouverte nous informe que l’abbé a adressé son soutien à une jeune Algérienne arrêtée et torturée à la villa Sesini, à Alger75. En réponse, il reproduit son discours du 18 mars 1958 et justifie le lien qui l’unit à la jeune algérienne :

  • 76 Reproduite également en annexe du mémoire de C. Gomez, « Les catholiques lyonnais et la guerre d’A (...)

Pour ce qui est de ma carte à Chefka MESLEM [sic], je vous précise que j’ai rencontré plusieurs fois cette jeune fille sur un plan purement évangélique et que je la savais non communiste et opposée au terrorisme. Quand j’ai appris son arrestation j’ai fait ce que tout homme de cœur aurait fait en lui envoyant quelques mots de religieuse sympathie qu’il était bien injuste de dénaturer au plan politique et incorrect de livrer à la publicité quand il s’agissait d’une correspondance privée.76

42Sans qu’il soit possible de préciser davantage la nature de la relation entre l’abbé de Galard et Chafika Meslem, ni les modalités de la rencontre (en France ou en Algérie), force est de constater que l’abbé soutient une Algérienne, qui plus est militante du FLN : il pose la question du lien entre l’Église, d’une part, et la communauté algérienne, voir le FLN, de l’autre.

  • 77 Archives privées Louis Magnin, Maison du Prado, Limonest.
  • 78 Lire H. Le Masne, J’ai marché entouré d’une nuée de témoins, Lyon, Messages, 2007.
  • 79 Le voyage d’Albert Carteron en Afrique du Nord (Algérie, Tunisie) dure de septembre 1951 à octobre (...)

43Des hommes ont spécialement été missionnés par le cardinal Gerlier (1880-1965) pour donner des consignes, permettre aux curés d’adopter une position commune face à la guerre d’Algérie, mais également de faire face à l’immigration. Parmi ces héritiers des « prêtres ouvriers », on trouve d’abord Louis Magnin, vicaire à Saint-André de la Guillotière, dont « la découverte de la situation des Algériens en France [lui] a rendu leur cause sympathique »77. On trouve ensuite Henri Le Masne, vicaire à la paroisse du Sacré-Cœur, qui franchit le seuil de la cohabitation : son appartement rue Villeroy, derrière la place du Pont, se transforme en asile78. Il accueille des familles algériennes ou les redirige chez d’autres hôtes, dont Albert Carteron. Ce dernier, après un voyage en Afrique du Nord79, effectue de nombreuses tournées paroissiales dont l’esprit est condensé dans un document rédigé à Nancy, le 1er janvier 1959, et intitulé significativement : « Nous, prêtres, et les Algériens en France » :

Dans une paroisse, en face du cinéma paroissial, habite un petit commerçant algérien. Conscient de son rôle de pasteur, ayant le souci de tous les habitants de son quartier cherchant à prendre contact avec tous, sans distinction, M. le Curé essayait donc d’être très aimable envers le commerçant algérien, cherchant à lier connaissance avec lui. L’Algérien de son côté, paraissait lier connaissance avec lui [et] paraissait très sensible aux gestes d’ouvertures de M. le Curé. Pensant donc faire plaisir à l’Algérien en le prenant par l’intérêt et la bonté, M. le Curé lui proposa de s’occuper du collage des affiches de cinéma : « Ça vous aiderait à vivre !... » Et M. le Curé pensait également : « Il sera honoré d’être chargé d’un tel travail ; on m’a toujours dit que, parmi eux, il y a de “bons français” ». (Celui-ci doit en être puisqu’il me sourit avec beaucoup de sympathie lorsque je passe) ; […].

Le petit commerçant en question était en réalité un « militant » des plus engagés politiquement, sa femme également servait d’agent de liaison, son fils aîné, 17 ans, qui ne quittait jamais la boutique, tenait une véritable permanence clandestine. Leur premier souci était : ne pas nous faire repérer comme militants, donc être en très bons termes avec les voisins à commencer par M. le Curé et les arrière-pensées qu’ils sentaient fermenter dans sa tête les ont humiliés.

Ils se sont crus obligés d’accepter pour ne pas avoir d’histoire et ne pas laisser surgir dans la tête de M. le Curé – ce « Français influent » – des soupçons dangereux. […]

  • 80 A. Carteron, « Nous, prêtres, et les Algériens en France », Nancy, 1er janvier 1959, p. 13-14 (arc (...)

M. le Curé ne s’est jamais douté un seul instant des gens à qui il avait à faire et de ce qui se passait dans leurs têtes.80

  • 81 Notons qu’il n’est pas fait mention du MNA.
  • 82 Archives privées – Carnet de bord d’Élisabeth Faurax. Elle est à Montluc du 6 au 13 décembre 1961.

44Prévenant les prêtres de tout paternalisme, Albert Carteron rappelle qu’entrer en contact avec un Algérien ou une Algérienne (dans la seconde moitié des années 1950) signifie entrer en contact avec un militant ou une militante du FLN. Car, selon lui, « la presque totalité des Algériens en France, sont encadrés par le FLN […]. Les différends entre particuliers sont réglés par les responsables, la propreté matérielle et morale des cafés et garnis est surveillée étroitement par eux (lutte contre l’alcoolisme, chasse aux filles publiques algériennes, contrôle du taux des loyers payés aux patrons de garnis algériens, promotion professionnelle, orientation des étudiants, etc.) »81. Prostituées algériennes, épouses engagées comme agents de liaison, les femmes sont considérées comme tout aussi impliquées dans l’indépendantisme. Albert Carteron les voit comme des actrices sociales à part entière. D’ailleurs, il établit un réseau de militants chrétiens en contact avec les militantes et les militants du FLN ce qui déclenchera en 1958 une des plus grosses affaires médiatiques, connue sous le nom de l’« affaire du Prado » (voir chapitre 5). D’autres chrétiens sont impliqués : le carnet de bord d’Élisabeth Faurax, militante ACO (Action catholique ouvrière) de Villeurbanne, atteste d’un parcours au plus près des problèmes des Algériens et des familles algériennes qui la conduisent quelques jours en prison (Montluc)82. Les Sœurs de la charité sont interrogées plus d’une fois par les inspecteurs pour justifier leurs allées et venues dans les appartements des familles algériennes. Enfin, Zohra Dilmi se souvient qu’à la Croix-Rousse, « c’étaient les curés, le père Calleron qui s’occupait de ça, et la sœur Thérèse qui faisait des sorties avec des femmes, elle donnait des cours de couture, des cours de cuisine, à l’époque, et des cours d’alphabétisation ».

  • 83 C. Gomez, « Les catholiques lyonnais et la guerre d’Algérie », mémoire cité, p. 16. C’est le cas l (...)

45De toute évidence, les autorités ecclésiastiques ont été favorables à un « dialogue des peuples » puisqu’elles mandatent certains prêtres auprès de la population algérienne du Rhône. Et, si « à chaque moment de la vie catholique lyonnaise, le cardinal Gerlier évoque dans ses discours le problème algérien »83, il se montre aussi systématiquement favorable à un dialogue entre populations lyonnaise et algérienne.

Face à l’assistance sociale

  • 84 J. Verdès-Leroux, Le travail social, Paris, Minuit, 1978, p. 15.
  • 85 AML – 236ii – ESSANA – Rapport moral, 1963.
  • 86 Ibid. – Service de protection maternelle et infantile, Fondation franco-américaine pour l’enfance, (...)
  • 87 F. Fanon, L’an v de la révolution algérienne, Paris, François Maspéro, 1959, p. 17.
  • 88 Les logements dits normaux sont les HLM, les habitats de type dépannage Abbé Pierre, les logements (...)
  • 89 J. Verdès-Leroux, Le travail social, ouvr. cité, p. 41.

46Accueillir, instruire, soigner, loger aussi : à croire que les Algériennes sont passives. Associations privées, parapubliques ou étatiques, toutes établissent des structures destinées à « adapter » les Algériennes. L’assistante sociale, dont l’action se développe tout au long du xxe siècle et s’applique aux familles algériennes dans les années 1950, est justement la figure au contact de toutes les branches de ce réseau84 : dans un système proche du case-work américain, une batterie de visiteuses se déploie auprès de ces familles. Un exemple est alors particulièrement significatif de l’esprit dans lequel sont opérées les visites. En 1963, estimant que le logement est « la question actuelle », et souhaitant que 1964 soit « l’année du logement »85, l’ESSANA-ACFAL (Association de coopération franco-algérienne du Lyonnais) commande une vaste enquête concernant les conditions de logement des familles algériennes dans l’agglomération lyonnaise86. Cinquante assistantes sociales – une « meute » dirait Frantz Fanon87 – recensent ainsi 1 364 familles algériennes et concluent que 528 d’entre elles sont « normalement logées » et 836 « mal logées »88. Elles portent alors à la connaissance des politiques douze familles mal logées, choisies car « représentati[ve]s d’un ensemble de situations rencontrées journellement », afin de démontrer les risques sanitaires (problèmes cardiaques d’une mère de famille, décès d’un enfant, asthme, etc.), sociaux (risques de délinquance), économiques (coût des soins, de l’aide sociale) de l’insalubrité ou l’exiguïté des appartements. Or, toutes ces familles ont pour particularité d’être entrées en France avant 1962 et tous les portraits, à l’exception d’un seul, concluent à la parfaite « adaptation » des Algériennes : « Arrivée en 1957, sans parler un mot de français, Mme A. s’exprime facilement à l’heure actuelle » ; Mme X., « qui a beaucoup de goût pour l’aménagement de son intérieur, ne peut guère exercer ses talents. Faute de place, le mari ne peut acheter la machine à laver qu’elle désire depuis longtemps » ; l’épouse de M. X. « s’est très bien adaptée à la vie française, elle parle le français suffisamment pour se faire comprendre, sort seule, fait les démarches nécessaires pour sa vie familiale, ne craint pas de se présenter et de parler auprès des services administratifs. Elle a acheté une machine à laver afin de faciliter les soins du ménage. La famille a d’excellentes relations avec le voisinage musulman et européen ; elle est très appréciée des commerçants ». Dans le rapport, toutes ces Algériennes semblent contrariées dans leurs efforts pour parvenir à une vie décente. L’une d’elles, qui a reçu une éducation ménagère, ne peut exprimer ses talents, une autre « frise la dépression » du fait des nombreux travaux domestiques, une autre encore « a soutenu de grands efforts pour s’adapter à sa nouvelle vie [mais] dans une telle situation, la fatigue, l’énervement engendrent souvent le désespoir et le découragement ». Les Algériennes font donc l’objet d’une évaluation en tant que francophone (degré d’expression), consommatrice au goût des années 1960 (achat d’une machine à laver), citoyenne (aptitude à effectuer des démarches administratives). Ces critères évaluent le degré d’autonomie attendu d’une femme française dans les années 1960. Plus surprenants sont ceux qui prétendent mesurer la réception sociale (estimée par les commerçants) et plus encore le « goût » (estimée par l’enquêtrice) dont Pierre Bourdieu va montrer peu après combien il s’agit d’un discriminant contestable. L’utilisation du « langage de la réintégration, de la réadaptation »89 recouvre dès lors toute une entreprise de domestication.

  • 90 La question est posée par J. Verdès-Leroux à propos de « la classe ouvrière » dans Le travail soci (...)

47Mais, justement, quelle trace laisse sur les Algériennes l’action produite par les assistantes sociales90? Pour elles, l’affaire semble entendue : la visite de l’assistante sociale est vécue comme une violence symbolique. La réaction la plus vive est celle de Zoubeida Benyamina :

Il y avait une assistante sociale qui passait et voyait les familles. On avait l’impression qu’on était… comment vous expliquer ? Pas moi, je vous le dis tout de suite ! Pas moi ! Mais du côté de ma maman, l’assistante sociale venait contrôler ce qu’elle faisait. Un jour, je me trouvais chez maman, 19 avenue de Pressensé, ma sœur elle était au travail. L’assistante est venue, elle a soulevé le couvre-lit pour regarder par terre si elle mettait des chaussures sous le lit ou quelque chose. Elle a dit : « Vous, dans les baignoires, vous tuez les moutons ou vous mettez le charbon ! » Chose qui était fausse ! C’était faux ! […] Ma mère, elle vivait ces visites très très très mal.

48La cible de l’assistante sociale, Zoubeida Benyamina ne s’y trompe pas, est bien sa maman, née en 1915, au mode de vie plus traditionnel. Quant à elle, à la question de savoir si elle a bénéficié d’une quelconque assistance, la réponse fuse : « Ah non ! Ah non, pas du tout ! Ah ben il ne manquerait plus que ça, tiens ! » Les assistantes sociales qui se rendent au domicile de la famille Benyamina changent avec le temps, mais la violence ressentie reste la même et traverse le temps puisque l’amertume est aujourd’hui encore vive. Cette violence symbolique, d’autres l’ont ressentie, à l’instar de Mansouria Blaha, qui en a vu non seulement le poids mais aussi la menace :

Moi, j’ai eu affaire à l’assistance sociale, c’est pour ça que j’ai pris ma mère à la rescousse. Quand elle m’a dit, si vous voulez travailler, Mme Blaha, il faut qu’on vous place vos enfants, alors j’ai dit : « Où ça ? » Elle m’a dit : « À la DDASS. » C’est quoi cette DDASS ? Moi, j’en ai jamais entendu parler.

49Arrivée seule avec ses enfants à Lyon, laissant ses sœurs et sa maman à Toulon (voir page 26), Mansouria Blaha vit d’abord dans le garni sis 11 rue de la Monnaie. N’ayant pas d’appartement à elle et désirant travailler, elle doit passer aux aveux devant l’assistante sociale : « Il fallait que je lui explique mon parcours, que j’arrivais. Je suis pas tombée du ciel comme ça ! » Refusant la DDASS, elle trouve un appartement montée de la Grande-Côte puis fait venir sa mère, sans lésiner sur les arguments : « C’est pendant que j’allais déménager que j’ai appelé ma mère, pour garder mes gosses. Ça l’a beaucoup affectée, ma mère, parce qu’on avait une maison, beaucoup de choses, des souvenirs et tout ça. Elle a tout donné, tout jeté. Je lui ai dit : “Si tu viens pas je me suicide.” Parce qu’elle avait fait une connerie en me mariant à 16 ans et demi, les conséquences ont été lourdes. » Parfois, la norme est parfaitement intégrée, ce qui permet aux Algériennes de présenter aux assistantes sociales une image conforme aux attentes, comme on le remarque dans le témoignage de Kheira Bounouri :

Avant, l’assistante sociale vient voir à la maison comme ils sont les enfants. Quand elle vient chez moi, je me rappelle bien – parce que moi j’étais toujours propre, toujours maniaque, même dans les escaliers où il y a beaucoup de gens qui montent, je regarde pas et je lave d’en bas jusqu’à chez moi – elle me dit : « Mme Bounouri, vous êtes propre, je vous jure, je sens la propre odeur depuis le bas des escaliers. »

50Les Algériennes savent ce que recherchent les assistantes sociales et présentent leur meilleur visage. La violence symbolique est domestiquée. Quant aux assistantes bénévoles ou « âmes charitables », elles sont aussi craintes que leurs collègues officielles. Mansouria Blaha, « n’aimait pas trop ça. Parce que si quelqu’un vient taper à la porte pour dire “tiens, à manger”, ça j’aime pas. Si j’ai pas mangé, je te dis : “Attends, je viens de manger” et on verra demain. Il fera jour demain. »

  • 91 Entretien réalisé par Béatrice Dubell, exposition « Récits d’engagements », printemps 2012, Le Riz (...)

51Quelques réussites existent malgré tout : les époux Courbière, Jo et Laurent, « militants sacrificiels » comme ils se nomment, habitent montée de la Grande-Côte, entament des démarches pour entrer en contact avec les Algériennes et nouent quelques amitiés91 :

  • 92 À l’époque, précise Jo Courbière, la CSF était un cadre très familial, destiné à aider les femmes (...)

Ce qu’on a fait, les liens qu’on a eus avec des familles dans la montée Grande-Côte par exemple, se sont faits par le service de travailleuses familiales. La plupart des familles étaient familles nombreuses. À un moment donné, en 57-58, il n’y avait plus d’hommes dans la montée de la Grande-Côte. Il y avait les femmes, les enfants. Le service nous a beaucoup aidé à pouvoir rencontrer, voir la réalité de ce qui se passait dans ces familles. Notamment avec une dame qui habitait rue Neyret qui était responsable avec moi de ce service, que la CSF avait créé92. Les travailleuses familiales, c’est quelque chose de financé, officiel, dans les cas de maternité, de maladie, etc. Ça nous faisait une porte d’entrée avec ces femmes qui pour la plupart n’écrivaient pas, parlaient mal la langue, sauf quelques-unes, dont une dame avec qui on avait gardé des liens, Mme Ben Taleb par exemple, qui n’habite plus là puisque la Grande Côte n’est plus comme avant. On a pu faire naître une solidarité indirecte, c’est-à-dire qu’on avertissait ceux qu’on connaissait, comme Albert Carteron ou d’autres, qu’il n’y avait plus d’argent là, et le FLN qui avait ses réserves faisait arriver un peu ce qu’il fallait.

52Dans cet exemple précis, l’action sociale conduite par un double engagement (politique et social) débouche sur une grande proximité avec le FLN : non seulement Jo Courbière avertit le FLN de difficultés dans le quartier, mais elle assiste également à des « réunions secrètes de responsables FLN », assure avec son mari des transports d’hommes ou de documents, soutient les femmes de détenus. Quelques Algériennes se souviennent très bien de ce couple, comme Zohra Dilmi, qui garde en mémoire ces visites à la Croix-Rousse : « La famille Courbière et la famille Chapaz nous ont aidés. C’était rue Neyret. Ils ont même pris mon fils Mohamed pendant trois ans en vacances avec eux et pour Noël ils le prenaient chez eux. Il était petit, ils le prenaient. » Au-delà de l’action purement sociale ou politique, la rencontre favorise l’amitié et les témoignages se recoupent parfaitement.

53Les Algériennes parviennent aussi à utiliser les structures qui leur sont offertes dans un esprit autre que celui qui préside à leur formation. La Cimade, service œcuménique d’entraide, organise des cours pour les femmes à la Croix-Rousse et des sorties en plein air, à Tarare, ce qu’atteste la photographie présentée dans notre premier chapitre (voir page 51). La sortie est encadrée par « Mme Thérèse » mais, détail intéressant, elle semble en retrait à gauche. D’ailleurs, le cadrage renforce cette impression : toutes les Algériennes se touchent, et la seule personne sans contact avec une autre est bien « Mme Thérèse ». C’est que les sorties sont mises à profit pour se retrouver entre amies, comme en témoigne Zohra Dilmi, au centre sur la photo : « À la Cimade, il y en a qui font la couture, d’autres qui apprennent à lire. Moi, j’ai pas lu. Je ne sais pas lire ni écrire. J’apprenais rien, j’y allais pour la compagnie. J’habite dans une pièce et cuisine. On va dans le jardin, on discutait avec les femmes, des femmes algériennes. »

54Accueillant avec précaution les démarches des assistantes sociales, les Algériennes tentent de s’intégrer aux filières communes. De fait, Kheira Bounouri doit mener deux actions parallèles. D’une part, elle laisse filer le dossier monté par l’assistante sociale : nous la retrouvons en compagnie de 179 autres femmes sur une liste de familles algériennes à reloger ; d’autre part, elle traverse la ville de part en part pour dénicher une maison :

J’avais fait une demande pour le logement. Pourtant, j’étais française. Ils ont pris ma demande et ils m’ont rien donné à l’HLM. Ils m’ont dit : « Tu attends. » J’attends, j’attends, j’attends. Une fois, ils m’ont dit : « Si vous trouvez un logement, vous revenez ici. » Une fois, j’avais trouvé une maison, c’était vers Montchat. Alors j’étais allée la demander. Ils m’ont dit : « Ça fait cinq ans qu’elle est fermée. » J’ai pris l’adresse, je suis allée à la mairie du 3e, et ils l’ont donnée à une autre personne. Moi, ils m’ont donné ce logement-là, rue René Leynaud.

  • 93 L’OPAC étant créé en 1971, il s’agit de l’office précédent.

55Là encore, les témoignages concordent. Les Algériennes multiplient les démarches pour trouver un logement décent. Zohra Benkhelifa va jusqu’à rencontrer « le directeur de l’OPAC »93 qui a fait la Seconde Guerre mondiale avec son mari. Ainsi, délaissant les assistantes sociales, les Algériennes s’intègrent aux filières classiques pour tout ce qui relève de l’aide sociale. Quant aux allocations familiales, toutes les familles y ont recours mais prennent des précautions. Mansouria Blaha précise : « Je ne me suis jamais sucrée avec », et Ouarda D. nuance : « Qu’est-ce qu’ils donnent ? 20 francs par enfants. Qu’est-ce que c’est, 20 francs ? Ah oui, je l’ai eue la misère. » Et puis, les Algériennes élaborent leurs propres réseaux d’entraide.

Entre Algériennes

56Des mini-réseaux enchevêtrés permettent en effet aux Algériennes de s’entraider et seules les sources orales peuvent nous renseigner là-dessus. Bien sûr, la première forme de réseau mobilisée est le réseau familial qui opère essentiellement à l’arrivée d’un nouveau membre de la famille. Zohra Benkhelifa est ainsi d’abord logée chez sa cousine Madjouba montée de la Grande-Côte même si les rapports sont tendus : « Elle me supportait pas, elle me dit : “Tu as ton mari, tu as ce qu’il faut, tu as qu’à aller avec ton mari.” » Cette mobilisation initiale du réseau familial, pas toujours simple, reste difficile à quantifier. D’autres réseaux, plus ramifiés, existent alors. L’un d’entre eux est particulièrement bien renseigné par trois témoins dont deux ne se connaissent pas directement. D’un côté se trouve Habiba Megnaoua :

  • 94 Prénom modifié dans la citation.

J’étais dans les réunions de femmes de temps en temps, mais mon mari ne me laissait pas descendre sur Lyon tout le temps. Bon, il ne me disait pas « tu sors pas », mais plutôt « qui c’est qui va garder les enfants ? » Alors, on se réunissait quand il y avait une personne qui avait besoin d’aide parce que son mari était mort ou blessé. C’était une action sociale, c’était pas du tout… Bien sûr on parlait du FLN. Dans ces réunions il y avait par exemple Mme Attia, et puis on s’est rencontrées plusieurs fois avec Anne B. Une réunion m’a plus marquée que les autres. Une femme avait perdu son mari à Besnet. Je l’ai appris par Anne. On est allées la soutenir, pas l’aider, la soutenir, lui apporter de l’argent. Alors j’ai dit à Anne : « Attention Anne, quand vous êtes chez les Algériens, ne demandez pas combien il y a d’enfants et c’est pas la peine de faire des réflexions. » On est arrivé, elle lui a dit, après les condoléances : « Mais vous avez combien d’enfants ? » L’autre elle lui a dit « six ». Et Anne : « Oh, mais comment vous allez faire ? » Voilà, alors que je lui avais fait la leçon. Et elle ajoute : « Dites donc, ils sont sales tes gosses, tu pourrais les laver. » Et l’autre lui dit, en arabe : « C’est pas une Française qui vient me faire la loi ici. »94

57Si à un endroit du réseau d’entraide féminin se trouve Habiba Megnaoua, à un autre on trouve Yolande Bouaouni, résidente à Croix-Luizet, non loin du bidonville des Buers. Elle s’y rend à plusieurs reprises :

Comme mon père travaillait dans la laiterie, il y avait les yaourts, les petits-suisses. Ceux qui avaient été cabossés dans les camions, il me les ramenait et moi, je prenais une grande jarre comme ça, je les salais et le dimanche, je ramassais les gosses du coin [pour leur donner] […]. Dans le bidonville, c’étaient les tranchées, moi je mettais des bottes pour y aller. Il y avait une femme qui parlait français. J’allais souvent la voir le soir chez elle. Elle s’appelait Tordilla, elle était d’Oran. J’aimais beaucoup cette femme. […] Et puis le soir, quand il y avait des soupes à apporter aux familles, et bien je les apportais.

  • 95 Hôpital psychiatrique.
  • 96 Colette Bouvet est d’ailleurs interrogée sur son lien avec les époux Gharib et Mahmoud Mansouri. A (...)

58Yolande Bouaouni et Habiba Megnaoua sont « connectées » indirectement par Jeannine Belhadj-Merzoug, puéricultrice qui travaille à l’hôpital du Vinatier. Cette dernière a connu la première au domicile (Croix-Luizet) des époux Gharib, Hadria et Hamid, et a connu la seconde par l’intermédiaire de Zoubeida Megnaoua, tante d’Habiba travaillant également au Vinatier95. Dès lors, Jeannine Belhadj-Merzoug est au carrefour de plusieurs réseaux qui viennent en aide aux femmes algériennes et travaillent essentiellement en partenariat avec des femmes algériennes. L’arrestation de son mari et la rencontre avec Albert Carteron la conduisent chez Colette Bouvet, une catéchiste arabophone, afin de venir en aide à des familles algériennes96.

59Ces réseaux d’entraide pour les femmes algériennes visent également les enfants. Les trois femmes organisent ainsi des colonies de vacances, comme celle qui a lieu un an avant l’indépendance et dont le déroulement est ici raconté par Jeannine Belhadj-Merzoug :

  • 97 Ce témoignage est confirmé dans tous ses détails par Yolande Bouaouni.

C’était en 1961. Il y avait un couvent à côté de chez nous et une religieuse qui s’appelait sœur Marie de Nazareth. Cette femme, elle était vraiment super. Et comme il y avait beaucoup de gosses, de fils de prisonniers, on avait décidé de faire une colonie de vacances. […] je faisais des colis pour la colonie, et chaque famille avait son trousseau. Il y avait 105 enfants. On est parti dans le village, et il y avait un gars qui s’appelait Si Younes, ancien responsable scout de la région de Batna. Il avait des foulards de scout, et les gosses les ont mis au bout des bâtons. Les gens du village sont partis à la gendarmerie en disant « les fellaghas sont dans le village ». Stopha est allé les voir en leur disant : « Je vais vous suivre au commissariat, nos enfants ont peur de l’uniforme. » Et puis ça s’est arrangé.97

60Au témoignage oral s’ajoute la preuve photographique : sur celle-ci, les femmes apparaissent avec, à leur cou, le foulard scout et, à leurs pieds, deux très jeunes enfants. À l’arrière-plan, on distingue la résidence des Sœurs mise à disposition de ce réseau d’entraide féminine informel.

Figure 29. Colonie de vacances dans les environs de Lyon, été 1961

Figure 29. Colonie de vacances dans les environs de Lyon, été 1961

De gauche à droite : Yolande Bouaouni, Jeannine Belhadj-Merzoug, Simone Lamy, femme inconnue
Source : Archives privées

Crédit : AP © Yolande Bouaouni

61Cette colonie de vacances est le temps fort des nombreuses sorties organisées le dimanche avec les jeunes : pour son bon déroulement, le chef de la wilaya 3 a remis à Yolande Bouaouni une enveloppe de 5 000 francs, qu’elle complète avec l’indemnité de vacances distribuée par les allocations familiales après l’envoi de nombreux dossiers remplis par ses soins. Malgré des sources lacunaires, il semble évident que les Algériennes n’ont pas attendu que les institutions viennent à leur secours, durant les années 1950. Des réseaux d’entraide sont forgés pour apporter une assistance morale ou matérielle aux femmes, ou un soulagement en s’occupant des enfants.

Notes

1 Gandhi

GANDHI

, cité par C. Catarino

CATARINO, Christine

et M. Morokvasic

MOROKVASIC, Mirjana

, « Femmes, genre, migration et mobilités », Revue européenne des migrations internationales, vol. 21, no 1/2005, p. 1-17.

2 Sur ce sujet : A. H. Lyons, « Invisible immigrants », thèse citée, et A. Escafré-Dublet, Culture et immigration. De la question sociale à l’enjeu politique (1958-2007), Rennes, PUR, 2014 (en particulier son chapitre 1 « À l’origine d’une politique d’adaptation culturelle des immigrés : la présence des Algériens en France. 1958-1968 »).

3 J. Revel dir., Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Le Seuil, p. 13.

4 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. P. de Meaux, L’immigration familiale nord-africaine dans l’agglomération lyonnaise, source citée.

5 Notamment : A. Zehraoui, Les travailleurs algériens en France : étude sociologique de quelques aspects de la vie familiale, Paris, Maspero, 1976, p. 81.

6 A. Girard et J. Leriche, « Les Algériens en France. Étude démographique et sociale », Population, Revue trimestrielle de l’Institut national d’études démographiques, 1955, no 1 (janvier-mars), p. 58.

7 Sur ce débat : M. Cohen, « Des familles invisibles », thèse citée, p. 43-44.

8 A. Girard et J. Leriche, « Les Algériens en France. Étude démographique et sociale », art. cité, p. 58.

9 Notons ce mémoire : A. Secchi, « Profil de la population scolaire d’origine immigrée scolarisée à l’école Léo Lagrange dans le quartier Saint-Jean de Villeurbanne. 1959-1969 », Master 1 sous la direction de M. Thivend, Université Lyon 2, 2011. L’inventaire mené par nos soins dans les registres de l’école des Pierres Plantées à la Croix-Rousse révèle que les jeunes Algériennes et Algériens étaient mêlés dans leurs classes. Pour la période 1948-1954, 319 élèves sont inscrites sur les registres dont 20 Algériennes. AML – 2 278 W 1 – École de la Croix-Rousse.

10 La seule exception est celle d’Habiba Megnaoua : sa migration, temporaire, est dans un premier temps une migration étudiante.

11 « Le terme de Fatma faisait plus partie du folklore des Pieds-noirs entre eux qu’il n’était utilisé pour s’adresser aux Musulmanes », affirme C. Brac de la Perrière dans Derrière les héros, ouvr. cité, p. 105. 

12 AN – F/1a/5035 – Recueil de circulaires concernant les « affaires musulmanes ». Circulaire du 26 juin 1950.

13 V. Viet dans La France immigrée, ouvr. cité, p. 158-160 ; A. H. Lyons, « Invisible immigrants », thèse citée, p. 15. Les historiens répertorient 135 associations en charge des « Nord-Africains » en 1956 et 140 en 1958. À cette date, un Fonds d’action sociale (FAS) est créé, grâce à un système de reversement des cotisations familiales non redistribuées aux épouses et familles résidant en Algérie, pour financer ces associations en charge de la « promotion sociale » des Algériens. Sur le FAS  : A. Escafré-Dublet, Culture et immigration, ouvr. cité, p. 33.

14 L’expression est empruntée à E. Goffman, L’arrangement des sexes, Paris, La Dispute, 2002 [1977], p. 53. Les travaux d’A. H. Lyons ont déjà bien mis en évidence cette dynamique de genre. A. H. Lyons, « Invisible immigrants », thèse citée, p. 78.

15 ADR – 248 W 226 – MAN – Rapports d’activité, 1952-1956. Rapport de mars 1954. La MAN regroupe dans son bureau, des représentants du préfet, du maire, du ministère du Travail. Les subventions proviennent majoritairement du ministère de l’Intérieur, mais aussi de la sécurité sociale, de la municipalité de Lyon et de la préfecture.

16 Les travaux d’historiens sur ces institutions exerçant tout à la fois aide et surveillance sont désormais abondants. Nous pouvons remonter aux travaux de J. Frémeaux sur les bureaux arabes en Algérie : Les bureaux arabes dans l’Algérie de la conquête, Paris, Denoël, 1993. On se reportera également aux travaux de G. Massard-Guilbaud sur Lyon et à ceux de N. MacMaster et J. House sur Paris.

17 Le directeur de la Maison de l’Afrique du Nord entretient une correspondance hebdomadaire avec les services préfectoraux.

18 ADR – 248 W 226 – MAN – Rapport de mars 1954.

19 Dès 1953, la MAN étend son action dans le département. À Tarare, Givors et Villefranche sont créés des bureaux d’interventions sociales avec des permanences périodiques. ADR – 668 W 86 – Ressortissants nord-africains (1951-1959). Lettre de Louis Lombard au ministre de l’Intérieur, le 5 octobre 1953.

20 Le Soir de Lyon, 6 juin 1954. Lors de ces fêtes (l’Aïd-Seghir, qui fête la fin du ramadan, ou l’Aïd-el-Kébir, qui a lieu un mois et dix jours après), le préfet et son épouse, des membres du Conseil général, le gouverneur militaire sont au rendez-vous. Les journaux en font de longues chroniques. M.-R. Gonnard, « À la Maison de l’Afrique du Nord, on a célébré dans la joie la fin du ramadan », DHL, 23 mai 1955, p. 6.

21 Les années 1950 sont aussi le temps des chanteuses algériennes en métropole : N. Yahi, « Les femmes connaissent la chanson », Générations. Un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France, D. El Yazami, Y. Gastaut et N. Yahi dir., Paris, Gallimard, 2009, p. 140-147.

22 DHL, 12 janvier 1959, p. 6. Aussi Le Progrès, 11 janvier 1959 ; L’Écho-Liberté, 12 janvier 1959.

23 Ibid., 10 janvier 1960. C’est encore le cas les années suivantes : DHL, 31 décembre 1960, p. 6, Le Progrès, 31 décembre 1960, L’Écho-Liberté, 31 décembre 1960.

24 À Nice par exemple, on retrouve le même genre de cérémonies : AN – F/1a/5014 – Synthèses des rapports trimestriels établis par les CTAM. 4e trimestre 1958.

25 Au centre de la photo : Lahouaria Malagouen avec son petit frère et son père Mansour Malagouen. En face d’eux, « Mama », une militante active du FLN.

26 ADR – 248 W – 233 – Maison de l’Afrique du Nord, 1954-1965. Juillet-août 1954 : rapport de la colonie de vacances par l’assistante sociale S. Gelin.

27 Il y eut 8 familles avec 22 enfants lors de la première session ; 6 familles avec 18 enfants lors de la deuxième session. Les enfants ont entre 1 mois et 16 ans, la plupart étant compris entre 2 et 7 ans.

28 ADR – 248 W – 233 – MAN, 1954-1965. Rapport moral. Synthèse.

29 Le 15 juillet 1954. Dans cet article, il est précisé que cette expérience est financée par la caisse d’allocations familiales.

30 Une famille doit quitter la colonie en juillet à cause d’un garçon de 16 ans qui ne donnait pas satisfaction, la mère ne voulant pas se séparer de lui. Une autre famille doit également quitter la colonie en août, une femme, s’adonnant à la boisson, ayant commis des « actes regrettables ».

31 ADR – 248 W – 233 – MAN, 1954-1965 – Courrier de G. Martin, 17 février 1960 à M. Guigue, Administrateur des SCA (Metz).

32 Ibid.

33 Ibid. Courrier du ministre de l’Intérieur au préfet du Rhône, 28 avril 1955.

34 AN – F/1a/4813 – Situation des Français musulmans. Action sociale en faveur des Français musulmans résidant en Métropole. Réponses des IGAME au questionnaire.

35 AN – F/1a/5014 – Synthèses des rapports trimestriels établis par les CTAM. 3e trimestre 1958. Comme citation suivante.

36 Le plan de Constantine (1959-1963) est un programme de développement de l’Algérie mis en place par de Gaulle.

37 AN – 19920230/1 – Bureau du cabinet (ministre de l’Intérieur) – Le ministre de l’Intérieur à MM. les inspecteurs généraux de l’administration en mission extraordinaire, à MM. les préfets. 1958.

38 ADR – 248 W 220 – Études sociales et service d’accueil aux Nord-Africains.

39 E. Goffman, L’arrangement des sexes, ouvr. cité, p. 81. Il entend par là la création de structures sociales adaptées à une nature qui différencierait les hommes et les femmes.

40 En effet, privée de subventions en 1953, elle disparaît jusqu’à sa refondation, en 1957, sous la houlette de Marc Mégard et de Jean Carlhian. Voir aussi Marianne Thivend, « Un lieu de solidarités franco-algériennes en temps de guerre », Récits d’engagement. Des Lyonnais auprès des Algériens en guerre, B. Dubell, M. Thivend et A. Grosjean dir., Paris, Bouchène, 2012, p. 27-39.

41 AML – 236ii – ESSANA – Texte manuscrit de Jean Carlhian adressé à Témoignage chrétien ; texte tapuscrit de Marguerite Carlhian : « Comment sont nés les cours de femmes algériennes à Lyon ». C’est en 1957, lors de la refondation de l’ESSANA que le comité devient paritaire.

42 Ibid. – Comment sont nés les cours de femmes algériennes à Lyon.

43 Mme Mégard. Entretien réalisé par Béatrice Dubell, exposition « Récits d’engagements », printemps 2012, Le Rize (Villeurbanne).

44 Lyon Étudiant Catholique, 12 décembre 1952, p. 4-5

45 A. H. Lyons, The Civilizing Mission in the Metropole, ouvr. cité ; Ibid., « Genre et décolonisation : le cas du Service social familial Nord-Africain », dans P. Rygiel, Politique et administration du genre en migration. Mondes atlantiques, xixe-xxsiècles, Paris, Publibook, 2011, p. 133-150.

46 AN – F/1a/5014 – Synthèses des rapports trimestriels établis par les CTAM. 1er trimestre 1958.

47 Ibid., 4e trimestre 1958.

48 ADR – 248 W 175 – Cours d’enseignement général et cours de rattrapage.

49 AN – F/1a/5014 – Synthèses des rapports trimestriels établis par les CTAM. 4e trimestre 1959.

50 Ibid., 4e trimestre 1960.

51 Ibid., 1er trimestre 1962.

52 ADR – 248 W 175 – Ministre de l’Intérieur aux préfets. 22 décembre 1958. Circulaire no 716.

53 ADR – 248 W 175 – L’inspecteur général […] à M. l’inspecteur d’académie du Rhône, le 6 mai 1960.

54 ADR – 248 W 175 – L’inspecteur divisionnaire - directeur de la population à M. le préfet du Rhône, le 21 janvier 1959.

55 DHL, 6 juin 1959, p. 8. Citations suivantes également.

56 Cahiers nord-africains, no 335, Paris, ESNA, 10 janvier 1959.

57 Il s’agit, d’une part, de la thèse de M. Colin, « La morbidité des Nord-Africains dans la métropole, aspects médico-sociaux », thèse citée ; de l’autre, de celle de H. Laurent, « Le service médico-social du centre d’hébergement nord-africain de la Part-Dieu (Lyon) », Thèse présentée à la Faculté de médecine et de pharmacie de Lyon et soutenue publiquement le 27 juillet 1959, Lyon, Imprimerie BOSC Frères, 1959.

58 Ce centre, en projet depuis 1953, est géré par l’ALHNA (Association lyonnaise pour l’hébergement des Nord-Africains) en partenariat avec la sécurité sociale.

59 Le discours local répond aux directives nationales impulsées par une circulaire ministérielle de 1950 : ADR – 248 W 253 – Logement des travailleurs nord-africains. Note de la préfecture du Rhône du 29 juillet 1960 relative au problème du logement des musulmans (célibataires et familles) originaires d’Algérie.

60 L’administrateur des SAT et le préfet reçoivent des tirés à part de sa thèse ; des conférences sont également organisées comme le 13 mai 1952 : les docteurs Bresson et Colin parlent dans les locaux de la Chronique sociale de France des « Problèmes médicaux des Nord-Africains immigrés en France ». ADR – 248 W 220 – Études sociales et service d’accueil aux Nord-Africains.

61 AN – 19920230/1 – Bureau du cabinet (ministre de l’Intérieur), source citée.

62 AN – F/1a/5014 – Synthèses des rapports trimestriels établis par les CTAM. 1er trimestre 1959.

63 Ibid., 3e trimestre 1959.

64 Ibid., 4e trimestre 1958.

65 AJM – TPFA Lyon – Dossier Mohamed S., jugement 4/3238, PV Ahmed D., août 1961.

66 A. Girard et J. Leriche, « Les Algériens en France. Étude démographique et sociale », art cité, p. 155.

67 Ibid.

68 De nombreux faits divers témoignent également des intoxications au monoxyde de carbone. Par exemple, DHL, 20 février 1958, p. 4.

69 Nous en recensons 26 pour 9 arrondissements de Lyon entre 1950 et 1965, aux archives départementales du Rhône.

70 Message chrétien, Organe de la communauté chrétienne de Saint-Vincent, no 2, février 1958. Le bulletin a changé de nom en 1957.

71 Ibid.

72 « Exemple », tel est le mot employé dans un article sur les mal-logés : Paroisse Notre-Dame-Saint-Vincent – « Notre Quartier », Bimestriel, Rue de Constantine, no 23, mars 1955. Dans cet article, on signale qu’un « groupe est intervenu en faveur d’une cinquantaine de Nord-Africains misérablement logés dans une baraque ».

73 S. Chapeu, Des chrétiens dans la guerre d’Algérie. L’action de la Mission de France, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions Ouvrières, 2004 et de la même historienne, Délier les liens du joug. Trois prêtres et un pasteur dans la guerre d’Algérie, Toulouse, GRHI, 1996.

74 Lettre ouverte du colonel Reymond à l’abbé de Galard, 3 avril 1958, Archives privées du père Joseph Gelin. Cité en annexe du Mémoire de maîtrise de C. Gomez, « Les catholiques lyonnais et la guerre d’Algérie », Mémoire de maîtrise sous la direction d’É. Fouilloux, Université Lyon 2, 1993, p. 231-233. La question reste ouverte de savoir comment le colonel a trouvé cette carte d’encouragement envoyée à Chafika Meslem.

75 C. Meslem (1934-2000), née à Alger, a milité dans des centres sociaux pendant la guerre d’Algérie. Après l’indépendance, elle fait une carrière dans la diplomatie.

76 Reproduite également en annexe du mémoire de C. Gomez, « Les catholiques lyonnais et la guerre d’Algérie », mémoire cité, p. 235.

77 Archives privées Louis Magnin, Maison du Prado, Limonest.

78 Lire H. Le Masne, J’ai marché entouré d’une nuée de témoins, Lyon, Messages, 2007.

79 Le voyage d’Albert Carteron en Afrique du Nord (Algérie, Tunisie) dure de septembre 1951 à octobre 1953. Durant ce séjour, il apprend l’algérien, cohabite avec des familles algériennes, tant rurales qu’urbaines, prend connaissance de l’Islam et des problèmes liés à la colonisation.

80 A. Carteron, « Nous, prêtres, et les Algériens en France », Nancy, 1er janvier 1959, p. 13-14 (archives privées Louis Magnin).

81 Notons qu’il n’est pas fait mention du MNA.

82 Archives privées – Carnet de bord d’Élisabeth Faurax. Elle est à Montluc du 6 au 13 décembre 1961.

83 C. Gomez, « Les catholiques lyonnais et la guerre d’Algérie », mémoire cité, p. 16. C’est le cas lors du pèlerinage à la basilique Notre-Dame de Fourvière en 1954, c’est le cas chaque année à l’occasion de la rentrée des facultés catholiques.

84 J. Verdès-Leroux, Le travail social, Paris, Minuit, 1978, p. 15.

85 AML – 236ii – ESSANA – Rapport moral, 1963.

86 Ibid. – Service de protection maternelle et infantile, Fondation franco-américaine pour l’enfance, Étude sur les conditions de logement des familles algériennes dans l’agglomération lyonnaise, Lyon, 1964.

87 F. Fanon, L’an v de la révolution algérienne, Paris, François Maspéro, 1959, p. 17.

88 Les logements dits normaux sont les HLM, les habitats de type dépannage Abbé Pierre, les logements anciens ayant un minimum de commodité. Les logements dits non satisfaisants sont les caves, greniers, roulottes, cabanes, hangars, garnis ou immeubles anciens surpeuplés.

89 J. Verdès-Leroux, Le travail social, ouvr. cité, p. 41.

90 La question est posée par J. Verdès-Leroux à propos de « la classe ouvrière » dans Le travail social, ouvr. cité, p. 9.

91 Entretien réalisé par Béatrice Dubell, exposition « Récits d’engagements », printemps 2012, Le Rize (Villeurbanne). L’expression renvoie au bénévolat intense de l’époque.

92 À l’époque, précise Jo Courbière, la CSF était un cadre très familial, destiné à aider les femmes quand il y avait une naissance, une maladie, un mariage, un événement qui perturbe la vie familiale. Les travailleuses étaient à la fois des salariées et des militantes. Les responsables étaient bénévoles. Il a fallu attendre les années 1970 pour un encadrement salarié.

93 L’OPAC étant créé en 1971, il s’agit de l’office précédent.

94 Prénom modifié dans la citation.

95 Hôpital psychiatrique.

96 Colette Bouvet est d’ailleurs interrogée sur son lien avec les époux Gharib et Mahmoud Mansouri. AJM – TPFA Lyon – Dossier Mahmoud M., jugement 111/2707, PV du 19 mai 1959.

97 Ce témoignage est confirmé dans tous ses détails par Yolande Bouaouni.

Table des illustrations

Titre Figure 22a. Filles algériennes à l’école
Légende Aïcha Derdiri dans sa classe, école des Pierres Plantées, 2e rang à gaucheSource : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Zohra Dilmi
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7287/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Titre Figure 22b. Filles algériennes à l’école
Légende Akila Mezidi à l’école Jacquart, 2e rang, avec les tresses Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Akila Mezidi
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7287/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Titre Figure 22c. Filles algériennes à l’école
Légende Fatma Malagouen, école des Pierres Plantées, 3e rang, 2e en partant de la droite, 1954.Source : Archives privées
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7287/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre Figure 23. Structure de la Maison de l’Afrique du Nord
Légende Source : Messages d’Algérie, no 30, 15 novembre 1958, p. 5
Crédits Crédit : © Messages d’Algérie
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7287/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Titre Figure 24. Fin du ramadan à la Maison de l’Afrique du Nord (mai 1955)
Légende Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7287/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 657k
Titre Figure 25. Fête à la Maison de l’Afrique du Nord
Légende a) « Arbres de Noël », 10 janvier 1959 ; b) « Arbres de Noël », 9 janvier 1960 ; c) « Arbres de Noël », 30 décembre 1960.Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7287/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
Titre Figure 26a. École pour les Nord-Africains (en février 1956)
Légende Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7287/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Titre Figure 26b. École pour les Nord-Africains (en février 1956)
Légende Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7287/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Figure 26c. École pour les Nord-Africains (en février 1956)
Légende Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7287/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Figure 27. Cours de rattrapage scolaire pour jeunes filles algériennes. École des Pierres Plantées, 1956
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Fatma Malagouen
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7287/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Titre Figure 28a. Algériennes en cure
Légende Kheira Bella dans une maison du repos du Rhône, 1961 Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Farida Sebti 
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7287/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Titre Figure 28b. Algériennes en cure
Légende Djamila Djeffal au sanatorium de Seyssuel, avant 1961Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Djamila Djeffal
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7287/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Titre Figure 29. Colonie de vacances dans les environs de Lyon, été 1961
Légende De gauche à droite : Yolande Bouaouni, Jeannine Belhadj-Merzoug, Simone Lamy, femme inconnueSource : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Yolande Bouaouni
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7287/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 410k

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540