Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Femmes dévoilées

 | 
Marc André

Partie I. Anonymats

Chapitre 2

Discrétion

Volltext

  • 1 P. Boucheron

Les lieux parlent, mais leurs occupants se taisent.1

1Ces photographies de femmes qui marchent dans la rue, il faut les revoir. Elles montrent des visages, des habits, une tenue : une mode. Elles montrent aussi autre chose, plus volatile : une mobilité. D’où viennent ces Algériennes à l’instant précis du cliché ? Où vont-elles ? Discrètes comme des particules dans la matière urbaine, elles ne semblent guère laisser d’empreinte. La ville actuelle a effacé la trace de leur passage et la ville qu’elles traversent hérite de siècles d’histoire et de migrations. Dans l’intervalle, par leur présence, les Algériennes animent des quartiers, peuplent des bidonvilles, certaines donnent sa réputation à une rue. Tout ce « bruit » social a son sens historique.

2Difficile pourtant de dessiner un paysage urbain propre à ces femmes tant la majorité des familles algériennes vit isolée, dispersée à l’échelle nationale comme à l’échelle locale. Cette discrétion trouve toutefois ses limites : les lieux parlent… et les médias – guidés par les agents de la répression – font sauter des verrous pour diriger les regards vers quelques quartiers, quelques rues, quelques immeubles où ils vérifient leurs préjugés avant de projeter une cartographie dans laquelle la réalité a partie liée avec l’imaginaire. Entre cartes fantasmées et cartes reconstruites par l’enquête historique, plusieurs configurations urbaines émergent qui définissent une géographie du visible et de l’invisible.

Une diaspora discrète

  • 2 Voir dans les annexes cartographiques, les cartes 2 et 3.

3Vue de haut, la présence des Algériennes en France paraît concentrée dans quelques départements, quelques agglomérations. La représentation cartographique de cette présence, rendue possible pour l’année 1953 grâce à l’enquête nationale pilotée par le ministère de l’Intérieur, en donne les principaux contours2.

  • 3 M. Cohen, « Des familles invisibles », thèse citée, p. 66-67.
  • 4 L’igamie correspond à la région militaire. Créés en 1948, les igames ont été remplacés en 1964 par (...)

4Quelques départements, dont la Seine (1 539 femmes), le Rhône (802), les Bouches du Rhône (800) accueillent la majorité de ces femmes ; 34 n’en accueillent aucune et ailleurs, la présence est déjà plus diluée avec 300 femmes dans le Nord, 196 dans le Gard ou 97 en Moselle par exemple. Le Rhône se singularise dans cette géographie des femmes algériennes en France. En effet, si « 40 % des femmes algériennes de métropole vivent dans la région parisienne […], soit une proportion égale à celle des travailleurs hommes […], en revanche, 16 % de la population féminine de métropole vit dans le Rhône contre 5 % seulement des travailleurs hommes » 3. Ainsi, on repère une surreprésentation des Algériennes dans le département du Rhône qui regroupe par ailleurs 6,2 % des femmes parmi la population algérienne contre 3,6 % pour l’igamie de Lyon4.

  • 5 G. Gaulmin, « L’immigration nord-africaine », mémoire cité, p. 106.
  • 6 M. Andrée, Les travailleurs algériens en France, Paris, CNRS, 1956, p. 103.

5Vue de plus près, leur présence paraît plus dispersée. Ainsi, une étude portant sur 126 « familles musulmanes homogènes » vivant à Lyon en 1956 démontre leur présence dans tous les arrondissements. Les 3e, 6e et 7e arrondissements regroupent une trentaine de familles chacun quand les autres en accueillent entre 5 et 155. D’ailleurs, toutes les Algériennes interrogées insistent a posteriori sur cet isolement. Fatima Chikhi affirme : « Nous étions la seule famille algérienne à Caluire en ce temps-là. » Zohra Benkhelifa, résidant rue Colin à Villeurbanne, précise : « On était au milieu des Français, dans ce bâtiment, il n’y avait pas un arabe. » Enfin, Ouarda D. insiste : « J’habitais à Parilly. Il n’y avait rien que nous, avec un grand jardin de 1 000 mètres, plus de 1 000 mètres. [Les voisins], c’étaient des Italiennes et des Espagnoles, et des Français. Il n’y a pas un Algérien. Il n’y avait personne là-bas. » Les Algériennes évoquent une vie mêlée à la population locale et dépourvue de contacts avec les Algériens « d’ici ». Tout au plus, l’arrivée en métropole peut favoriser un regroupement familial temporaire comme pour Zohra Benkhelifa : « La première fois, on n’avait pas de logement, moi j’étais chez la maman à Yamina [Rezkallah, montée de la Grande-Côte] et mon mari, il dormait chez un copain » ou pour Kheira Bounouri : « Quand je suis venue, c’était très dur pour moi, j’avais personne, j’habitais ici chez sa cousine [celle de son mari], je suis restée sept mois. » La course au logement, cette « obsession de l’immigré »6, est la règle pour les Algériennes arrivant dans l’agglomération lyonnaise, aidées ici par une présence familiale, là par quelques propriétaires de garnis. Mansouria Blaha a de la sorte fréquenté le garni situé 11 rue de la Monnaie avant de trouver un appartement montée de la Grande-Côte et Zoubeida Benyamina, après s’être mariée à Lyon, quitte le domicile familial pour un garni avant de pouvoir s’installer à Bron.

6Vue de plus près encore, leur présence trouve refuge dans les poches précaires de la ville : cabanes, greniers, chambres garnies soit autant de non-lieux transitoires qui renforcent leur discrétion. Dans les rapports de la Maison de l’Afrique du Nord (MAN) par exemple, qui s’intéressent davantage aux conditions de logement qu’à leur localisation, il apparaît que la majorité des familles vit dans des appartements isolés souvent insalubres. En 1961, alors que les bidonvilles sont en voie d’être résorbés, la MAN signale que, sur 1 288 familles, les trois quarts vivent dans des logements « défectueux » voire complètement sordides (caves, greniers, etc.). Là encore, les témoins insistent. Après son départ de chez sa belle-famille, Kheira Bounouri trouve « une petite chambre » rue Jules Verne à Lyon :

Il y avait un lit, une petite table, un buffet, et il y avait le WC à côté de nous, alors j’avais ni l’eau, ni le lavabo, ni rien, je prends l’eau de dehors. Je suis restée je crois trois mois dans cette chambre. Après la concierge, Mme Thérèse, je lui ai fait de la peine quand j’étais enceinte avec ma fille, la première. Elle avait un Polonais, il avait deux grandes pièces comme ça alors elle a parlé avec lui et là elle lui a enlevé une pièce [pour me la donner].

  • 7 ADR – 248 W 176 – Liste des travailleurs à reloger d’urgence. Sur cette liste, seuls les chefs de (...)

7Sept personnes menacées d’expulsion vivent dans une pièce « insalubre » au 4 rue Jules Verne, soit Kheira Bounouri, son mari, sa belle-sœur et leurs quatre enfants en 1961 : c’est ce que l’on peut lire dans une liste de familles mal logées de l’agglomération lyonnaise établie en 1961, liste qui présente un grand nombre de cas similaires7. Parmi les cas signalés, la famille Khoutir S. (un couple sans enfants), 14 montée Saint-Sébastien, vit « dans un grenier où ils ne paient pas parce qu’il pleut », celle de Mohamed A., composée de 9 personnes (soit un couple, 5 enfants, 2 nièces), demeure dans 15 m2 194 rue Vendôme, et la famille Z., 157 rue Paul Bert, dont le père est en prison, se rassemble autour de la mère, ses parents, son frère, sa sœur et ses deux enfants dans une chambre garnie. Ces statistiques comme les témoignages mettent en évidence des vies dans des appartements ou chambres isolés. La carte 3 (voir page 84), établie par un recoupement de différentes données, illustre enfin cette dispersion.

  • 8 AN – F/1a/4813 – Situation des Français musulmans. Familles musulmanes (épouse musulmane). Situati (...)
  • 9 M. Cohen, « Des familles invisibles », thèse citée, p. 95.

8La région lyonnaise ne semble pas pour autant un cas unique et les rapports de synthèse des conseillers techniques aux affaires musulmanes comme les notes de comités d’action le signalent régulièrement. Ainsi, en 1956, 150 familles algériennes domiciliées dans le département des Ardennes sont « dispersées à raison de 1 à 15 familles dans chaque ville de la Vallée de la Meuse (25 à Sedan) »8, et dans le département de la Somme, « quelques familles sont dispersées au milieu d’une population nord-africaine réduite ». De même, « 68,5 % des femmes de la région parisienne vivraient à Paris, contre 55,8 % des hommes » en 19549. Et si quelques familles se regroupent à La Goutte d’Or, à Maubert et à Belleville, elles sont présentes dans toute la ville, d’autant plus isolées que leur installation est précoce.

  • 10 AN – F/1a/4813 – Situation des Français musulmans. Extrait d’une étude de l’Institut des hautes ét (...)
  • 11 Ibid. – Brochure : Préfecture de la Seine. Accueil et hébergement des Nord-Africains dans le dépar (...)
  • 12 Ibid. – Situation des Français musulmans. Familles musulmanes (épouse musulmane), source citée.

9C’est que la dispersion des familles algériennes rencontre aussi un mot d’ordre politique porté tant par les hommes politiques que par les autorités administratives : « Afin d’éviter un “Harlem” nord-africain, il est recommandé de disperser les familles nord-africaines », indique une analyse de l’Institut des hautes études de la défense nationale10. Dans une brochure du département de la Seine, il est précisé de même que « l’évolution de ces familles, qui sont régulièrement suivies par les Services sociaux, se trouvera ainsi favorisée, d’autant plus qu’elles sont dispersées au milieu des familles métropolitaines »11. Dans le Nord, « les autorités administratives et les personnes préoccupées par les questions sociales sont acquises à l’idée du brassage des familles dans la population locale »12.

10De fait, les relations de voisinages sont d’autant plus variées que les logements des Algériennes sont mêlés au reste de la population. Le cas d’Habiba Megnaoua, bien que très singulier – elle est institutrice à Courzieu puis Montrottier – démontre une possible « vie de village » comme il est sans doute autant de « vies de quartiers ». Lors d’une des premières messes à laquelle elle assiste, Habiba Megnaoua est surprise par le prêche du curé qui demande : « Mais que viennent faire ces Arabes chez nous ? » Un prêche resté apparemment sans conséquence : « Heureusement que Youcef allait taper la carte avec eux [les villageois] ou boire un coup de rouge. » Significativement, lors de l’enterrement d’un appelé décédé en Algérie, l’instituteur algérien se rend avec sa classe à la cérémonie sans que cela n’occasionne aucune réflexion. Figure atypique de l’isolement, la trajectoire d’Habiba Megnaoua rencontre malgré tout l’écho de centaines de compatriotes qui, pour la majeure partie d’entre elles, ont cherché et trouvé un logement dans les interstices du parc immobilier, dessinant une géographie en miettes de l’immigration familiale.

« Lost in translation »

  • 13 Le temps des bidonvilles à Lyon dure essentiellement de 1954 à 1964. Ce « temps » a fait l’objet d’ (...)
  • 14 Sur les bidonvilles, se reporter à M.-C. Blanc-Chaléard, « Des bidonvilles à la ville. Migrants des (...)
  • 15 Voir annexes cartographiques, cartes 4 et 5.
  • 16 G. Toulemonde, « Les bidonvilles et leur résorption », mémoire cité, p. 62.
  • 17 A. Sayad et É. Dupuy, Un Nanterre algérien, ouvr. cité, p. 33.

11De cette géographie, les journalistes ne retiennent que quelques poches de visibilité parmi lesquelles les bidonvilles13. Ainsi, dans l’agglomération lyonnaise, ils apparaissent au début des années 1950 mais ne deviennent une préoccupation publique qu’à partir de 1958, à l’instar des bidonvilles marseillais ou parisiens14. À cette date, quinze sont recensés dans l’agglomération, recensements qui permettent de constater une double ségrégation15. La première distingue les bidonvilles de célibataires des bidonvilles familiaux. D’ailleurs, quand on demande, en avril 1957, à la dizaine de familles fuyant la lône Félizat pourquoi elle s’installe rue du Rhône, créant de fait un nouveau bidonville, les réponses fusent de la part des hommes : il s’agit d’épargner aux femmes et aux enfants la promiscuité d’ouvriers célibataires dont le comportement n’est pas toujours « conforme à la décence, à l’hygiène et aux bonnes mœurs »16. À Nanterre les familles se regroupent également, le long de la rue des Pâquerettes17. La deuxième ségrégation est de type « national » : il y a des bidonvilles à majorité tunisienne et d’autres à majorité algérienne, avec d’autres minorités comme des Français, des Italiens ou Espagnols. Dans cette géographie de la pauvreté urbaine, un bidonville a condensé la majorité des familles algériennes mettant parfois des Algériennes sous le feu de l’actualité : le chemin des Buers situé à Villeurbanne.

  • 18 ADR – 248 W 363 – Résorption du bidonville chemin des Buers à Villeurbanne, expulsion et relogement (...)
  • 19 V. Viet, La France immigrée. Construction d’une politique. 1914-1997, Paris, Fayard, 1998, p. 204.
  • 20 J. House, « Shantytowns in the city. Algiers and Casablanca as a (post)colonial archive », Francosp (...)

12La geste du bidonville des Buers démarre en 1954, quand un homme de bonne famille plus tard surnommé « le spécialiste des bidonvilles » et considéré comme « particulièrement dangereux et néfaste » dans l’urbanisme, le père Picot, autorise l’installation de cabanes sur son terrain contre monnaie sonnante et trébuchante18. En 1959, on relève une centaine de familles environ et en mai 1960, 57 familles y sont recensées, soit la plus grosse concentration de familles algériennes en bidonville de l’agglomération lyonnaise. Au même moment, 1 800 familles algériennes vivant en bidonvilles sont recensées à l’échelle nationale sur les 17 000 familles résidant en métropole19. Ainsi, à Lyon comme dans les autres agglomérations métropolitaines, ce sont près de 10 % des familles algériennes qui vivent en bidonville dans ces années 1959-1960, un chiffre non négligeable même si l’on est loin des très grosses concentrations d’Afrique du Nord où le seul bidonville de Mahieddine à Alger, par exemple, regroupe 12 000 personnes20.

  • 21 DHL, 10 novembre 1959, p. 5.
  • 22 Cela est vrai pour tous les bidonvilles comme le rappelle N. MacMaster : « Shantytown republics. Al (...)
  • 23 Le Progrès, 23 décembre 1960. Cité par G. Toulemonde, « Les bidonvilles et leur résorption », mémoi (...)

13La majorité des familles s’installe dans le bidonville à partir de 1958, dans l’indifférence. Ponctuellement, certes, la présence d’Algériennes est signalée dans la presse, comme lors d’un fait divers où l’on apprend qu’un homme a été mitraillé chemin des Buers, à son retour du commissariat des Charpennes : « Il devait rester [là] plus de deux heures sans soins. Sa femme, terrorisée, n’ayant osé prévenir personne »21. Mais c’est bien lors des opérations de résorption que la réalité des bidonvilles devient objet d’enquête et sujet médiatique, les journalistes étant invités par les autorités à rendre compte de leur bon déroulement. Le reste du temps, ils sont invisibles22. Ainsi, lors de l’opération de relogement d’une partie des habitants du bidonville des Buers, le 22 décembre 1960, les femmes retiennent particulièrement l’attention des journalistes : « Neige de Noël… comme elle était triste, hier, la neige qui se mêlait à la boue froide, tandis que les familles du “bidonville” déménageaient leur pauvre mobilier [avec] des femmes en costumes de couleurs vives portant des bébés et pataugeant dans la terre détrempée des sentiers »23. Les photographes mitraillent alors une scène peuplée de silhouètes féminines.

Figure 14a. Déménagement du bidonville des Buers

Figure 14a. Déménagement du bidonville des Buers

« Feu au bidonville », 24 mars 1960
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 14b. Déménagement du bidonville des Buers

Figure 14b. Déménagement du bidonville des Buers

« Déménagement », 9 avril 1960
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 14c. Déménagement du bidonville des Buers

Figure 14c. Déménagement du bidonville des Buers

« Déménagement du bidonville des Buers », 22 décembre 1960
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

14Les clichés s’apparentent à des photos volées (fig. 14a et 14b) : les femmes semblent surprises par leur venue ou bien l’ignorent totalement dans le déménagement, dans la solitude du désastre, et semblent connaître d’avance le contenu des articles. Les Algériennes ont pu ressentir une grande violence face à ces incursions médiatiques dans leurs lieux de vie. Relisons ce que dit l’une d’elles, photographiée à Nanterre, dont les propos auraient tout aussi bien pu être tenus par une habitante du chemin des Buers :

  • 24 Une Algérienne à Monique Hervo, assistante sociale dans les bidonvilles de Nanterre, reprise dans M (...)

Ils viennent, je crois, pour se moquer, c’est tout. Ils photographient les petits quand ils sont sales ou mal arrangés. Ils les choisissent justement quand ils sont mal « fichus » pour les prendre en photos ; mais, quand ils sont arrangés, ils ne les prennent pas, c’est ce que je pense en moi-même. […] Une fois ils ont photographié ma cousine qui avait juste entrebâillé sa porte : c’est sûrement pour voir qu’ici les femmes ne sortent pas, c’est ce qu’ils ont dû ajouter avec l’écriture, dessous la photo ; mais ils ne le savent même pas ; ils n’ont pas demandé notre avis !24

15D’autres témoins, plus soucieux des habitants, ont fait quelques incursions chemin des Buers, comme l’institutrice-photographe Marcelle Vallet qui resserre la focale sur les femmes et les enfants.

Figure 15a. Algériennes du bidonville des Buers sous l’objectif de Marcelle Vallet

Figure 15a. Algériennes du bidonville des Buers sous l’objectif de Marcelle Vallet

« L’adolescent du bidonville et sa moto », 1960
Source : Archives photographiques Marcelle Vallet, Bibliothèque municipale de Lyon

Crédit : BML © Marcelle Vallet

Figure 15b. Algériennes du bidonville des Buers sous l’objectif de Marcelle Vallet

Figure 15b. Algériennes du bidonville des Buers sous l’objectif de Marcelle Vallet

« Deux jeunes femmes à l’intérieur du bidonville », 1960 
Source : Archives photographiques Marcelle Vallet, Bibliothèque municipale de Lyon

Crédit : BML © Marcelle Vallet

Figure 15c. Algériennes du bidonville des Buers sous l’objectif de Marcelle Vallet

Figure 15c. Algériennes du bidonville des Buers sous l’objectif de Marcelle Vallet

« Portrait d’une famille », 1960
Source : Archives photographiques Marcelle Vallet, Bibliothèque municipale de Lyon

Crédit : BML © Marcelle Vallet

16À l’évidence, les Algériennes ont été cette fois invitées à prendre la pose. En arrière-plan, les enfants scrutent l’inconnue et son appareil, les femmes se préparent. Puis elles se présentent sous l’objectif, dans des tenues soignées et des lieux choisis, à l’intérieur du bidonville ou à sa marge, non loin du terrain vague : le dialogue préalablement noué avec la photographe se lit dans les sourires affichés25.

  • 26 A. Begag, Le gone du Chaâba, Paris, Seuil, 1986, p. 7-11. Le Chaâba se situe 12 avenue Monin à Vill (...)

17Après un incendie, lors d’une opération de résorption, lors d’un reportage d’une photographe bienveillante, ce sont toujours les femmes qui apparaissent sous les projecteurs. Car la journée au bidonville reste le temps des femmes, les hommes étant au travail : sur les 57 Algériens recensés en mai 1960, tous exercent une activité professionnelle (cinq sont employés par la municipalité). Autour d’elles, la vie s’organise. Il n’y a qu’à relire la fameuse scène introductive du récit autobiographique d’Azouz Begag, Le Gône du Chaâba – un bidonville voisin de celui des Buers –26, pour découvrir des femmes s’activant autour de la pompe à eau, l’bomba, se disputant pour la lessive, maintenant le calme au retour des hommes. Le bidonville familial dispose par ailleurs de ses propres commerces, dont une boucherie et une épicerie, toutes deux illégales et découvertes lors d’un procès retentissant :

En tuant des chèvres, des moutons et des veaux, Benaïghoul Bouziane […] avait l’intention d’améliorer l’ordinaire de sa famille nombreuse.

Il ne pensait pas qu’il était susceptible de tomber sept fois sous le coup de la loi : abattage clandestin de bétail de boucherie, défaut de livre d’abattoir, achat d’animaux sans facture, défaut de patente, exposition, circulation et vente de viandes fraîches pour l’alimentation humaine, ne portant pas l’estampille du service sanitaire des viandes, défaut de paiement de la taxe unique et défaut de tenue d’inventaire permanent des cuirs verts.

[…] Bouziane n’est pas un voleur. Il achetait du bétail à des éleveurs de la région et, depuis trois ans, avait repris clandestinement son ancien métier de boucher, ses occupations à la voirie lui laissant toutes ses après-midi libres.

  • 27 DHL, 23 février 1962, p. 5.

Associé à Salah Aliouche, 37 ans, épicier, chemin des Buers, il revendait aux Nord-Africains de ce quartier la viande moyennant 7 NF le kilo.27

  • 28 A. Sayad et É. Dupuy, Un Nanterre algérien, ouvr. cité, p. 79.
  • 29 Ibid., p. 80.
  • 30 ADR – 248 W 363 – Résorption du bidonville chemin des Buers à Villeurbanne, expulsion et relogement (...)

18La mise en route de ce commerce clandestin correspond en partie au modèle forgé par Abdelmalek Sayad : un homme de confiance, habile de ses mains, s’occupe à la demande du groupe d’acheter un ou deux moutons pour un sacrifice puis, la demande commençant à se généraliser, une « baraque boucherie » s’ouvre avec à sa tête un boucher auto-proclamé qui devient un véritable professionnel28. Le bidonville étant de taille modeste, la boutique fait office également d’épicerie : à titre de comparaison, dans le bidonville de la rue de La Garenne à Nanterre, on compte une épicerie pour 160 consommateurs, un café pour 200 hommes adultes et une boucherie pour 450 personnes29. Quelques femmes peuvent également se faire auto-entrepreneur dans le bidonville comme l’épouse de Redouane D. qui, d’après les fiches de renseignements, possède « une machine à coudre et essaie de faire du travail à la maison », favorisant sans doute un léger enrichissement : il est relevé que « le ménage possède de jolis meubles »30.

  • 31 N. MacMaster insiste sur la dimension d’auto-construction dans les bidonvilles, avec un savoir-fair (...)
  • 32 Les exemples qui suivent sont extraits de G. Toulemonde, « Les bidonvilles et leur résorption », mé (...)

19Sans pouvoir entrer dans le détail des maisons et des maisonnées31, sans aucun doute traversées de micro-hiérarchies sociales, il apparaît que le bidonville du chemin des Buers est aussi façonné par les femmes dans la mesure où celles-ci favorisent les regroupements familiaux. Ainsi de la famille S.32 : le pionnier est Khélifa, arrivé en France en 1955, et qui loge chemin des Buers en mai 1960 en compagnie, d’une part, de sa femme et de ses enfants (sept en 1960) et, d’autre part, de son demi-frère Ramdane, lequel loge avec son épouse et ses deux enfants. Le réseau familial se ramifie ensuite : Amar S., dont la mère est parente avec l’épouse de Ramdane, s’implante en septembre 1960 au chemin des Buers. Un autre exemple est celui de Bouabdallah S. arrivé en France en 1955 (avec son épouse et ses trois enfants). Après un bref passage au bidonville de la rue des Poilus, il rejoint en avril 1960, chemin des Buers, un demi-frère – né d’un précédent mariage de sa mère devenue veuve entre-temps –, arrivé en France en 1958 avec sa femme également.

  • 33 ADR – 248 W 363 – Résorption du bidonville chemin des Buers à Villeurbanne, expulsion et relogement (...)

20Journalistes, assistantes sociales, autorités préfectorales : tous se penchent sur le bidonville et tentent de déterminer le « degré d’adaptation » des habitants à la vie métropolitaine, les capacités de l’homme et les qualités de la femme. Or, sur 73 familles recensées précisément dans le bidonville des Buers entre 1960 et 1961, 7 Algériennes seulement sont dites mal adaptées : 18 sont considérées comme très bien adaptées et bénéficient d’un jugement élogieux comme « cette famille [qui] paraît fort évoluée, la jeune femme parl[ant] très bien notre langue et s’habill[ant] à l’européenne », 48 autres, soit la majorité des cas, sont considérées comme « moyennement adaptées » ce qui comporte pour le moins un certain flou. Que dire en effet de cette famille dont l’« adaptation [est] très moyenne, mais certainement assez facile avec l’épouse qui semble assez débrouillarde » ; de celle-ci dont « l’adaptation est moyenne mais possible, l’épouse et les enfants [étant] propres » ; ou de cette femme pour qui le jugement est très incertain : « Elle n’est pas très bien adaptée à la vie en métropole, mais cela semble dû aux mauvaises conditions de logement, l’intérieur est pourtant assez bien aménagé »33. Qu’est-ce alors que la « moyenne » ? Autant parler d’une catégorie subjective destinée à classer selon une logique métropolitaine loin d’être intelligible par les Algériennes (ou pour l’historien). Quoi qu’il en soit, ces statistiques démontrent que très peu d’Algériennes sont « mal adaptées » et, pour celles qui sont dites « mal adaptées », leurs « qualités » sont relevées par les agents recenseurs. Pourtant, rien ne filtre ensuite dans les médias, si ce n’est la mise en avant des Algériennes dans leurs nouveaux logements suite à une politique active (fig. 14c).

  • 34 Archives municipales de Villeurbanne : A.-M. Bellon, « Panorama d’un quartier : Les Buers et Croix- (...)

21 Lost in translation, les Algériennes des bidonvilles peuvent en effet l’être deux fois. Certes, les opérations de destruction du bidonville du chemin des Buers, commencées en 1959-1960, prennent fin en 1962 avec sa totale disparition, empêchant par là les familles algériennes de connaître une moyenne de huit années de vie en bidonville comme certaines de leurs compatriotes de Nanterre. Toutefois, bien que la plupart des familles du chemin des Buers soient relogées dans des logements HLM, d’autres, moins nombreuses, aboutissent dans une cité de transit construite par le Foyer des Sans-Abri à La Feyssine. Anne-Marie Bellon, assistante sociale rattachée au bidonville des Buers, décrit cette nouvelle réalité : « Là, ce n’est plus un sentiment de rejet mais un sentiment d’isolement. La Feyssine est loin de tout, située au nord des Buers, entre le boulevard de ceinture et le canal. […] Les femmes vont faire leur marché à Croix-Luizet, […] à 1 km 500 »34.

  • 35 R. Descloîtres, J.-C. Reverdy et C. Descloîtres, L’Algérie des bidonvilles : le Tiers-Monde dans la (...)
  • 36 AN – F/1a/4813 – Situation des Français musulmans. Familles musulmanes (épouse musulmane). Situatio (...)

22Pourtant, ces cités de transit, initialement créées pour accueillir des familles sélectionnées et qui deviennent, à partir des années 1958-1959, le « purgatoire de tous les bidonvilles »35, bénéficient de campagnes médiatiques destinées à montrer la trajectoire des Algériennes et les résultats de l’action socio-éducative. Car le principe est simple : « Comme leur nom l’indique, ces cités de transit [où seraient hébergées pour moitié des familles musulmanes et des familles d’origine européenne] ne doivent pas être un but, mais un moyen de loger des familles d’une façon convenable, de les éduquer éventuellement, de les placer ensuite, en liaison avec les municipalités et les organismes HLM dans des logements normaux »36.

Figure 16a. Du bidonville de la rue des Poilus au chalet chemin de la Feyssine

Figure 16a. Du bidonville de la rue des Poilus au chalet chemin de la Feyssine

« Algériennes dans le bidonville de la rue des Poilus »
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 16b. Du bidonville de la rue des Poilus au chalet chemin de la Feyssine

Figure 16b. Du bidonville de la rue des Poilus au chalet chemin de la Feyssine

Chemin de la Feyssine, 13 novembre 1962.
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 16c. Du bidonville de la rue des Poilus au chalet chemin de la Feyssine

Figure 16c. Du bidonville de la rue des Poilus au chalet chemin de la Feyssine

Chemin de la Feyssine, 13 novembre 1962.
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 17a. Deux familles algériennes dans la cité de dépannage des Brosses à Mions (9 février 1961)

Figure 17a. Deux familles algériennes dans la cité de dépannage des Brosses à Mions (9 février 1961)

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 17b. Deux familles algériennes dans la cité de dépannage des Brosses à Mions (9 février 1961)

Figure 17b. Deux familles algériennes dans la cité de dépannage des Brosses à Mions (9 février 1961)

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 17c. Deux familles algériennes dans la cité de dépannage des Brosses à Mions (9 février 1961)

Figure 17c. Deux familles algériennes dans la cité de dépannage des Brosses à Mions (9 février 1961)

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

  • 37 Sur l’exemple marseillais, lire A. H. Lyons, « Invisible migrants », thèse citée, p. 216.
  • 38 C’est le cas pour la cité de transit située 32 rue Anatole France à Vaulx-en-Velin : AN – F/1a/5014 (...)

23Le suivi photographique donne la clef de lecture (fig. 16) : ces femmes sont en voie d’adaptation dans la mesure où elles sortent des bidonvilles pour entrer dans des logements neufs (traces de peinture sur les murs). Notons le sourire amusé de l’Algérienne qui, parfaitement consciente de la mise en scène, mime sur la demande du photographe l’utilisation du poêle à charbon alors que la gazinière est parfaitement branchée derrière elle (fig. 16c). Le caractère temporaire de l’installation est rendu manifeste par la structure des logements, en général des chalets. En dépit de ces images, les cités de transit connaissent un triple échec. D’abord, elles regroupent des familles algériennes sans distinction, à Lyon comme à Marseille, où toutes les familles du bidonville de la Timone sont relogées dans des cités de transit en 1960, alors que seule une infime minorité était considérée comme « peu évoluée »37. Dans la cité des Brosses (fig. 17), deux familles algériennes se sont logées d’elles-mêmes dans les chalets, suscitant par-là une chronique dans la presse : malgré leur présence illégale et leur expulsion, il est précisé qu’elles ont entretenu dans un parfait état les deux pavillons. Ensuite, alors que le pourcentage des « familles musulmanes » ne doit pas dépasser les 50 % dans les cités de transit, ce quota est rarement maîtrisé38. Enfin, le transit entretient généralement l’illusion du provisoire, les familles algériennes ne parvenant pas toujours à s’en extraire. Les cités de transit comme les bidonvilles favorisent des regroupements de familles algériennes, d’où leurs intérêts médiatiques. Un autre lieu concentre ces regards de « Peeping Tom » intéressés : les rues « réservées ».

« Celles de la rue Mercière »

  • 39 ADR – 2294 W 15 – Dossier de procédure contre Kheira B. Interrogatoire d’Albert D. le 8 février 195 (...)
  • 40 L’expression est empruntée à M. Foucault, Mal faire, dire vrai. Fonction de l’aveu en justice, Louv (...)
  • 41 L’expression est cette fois de C. Taraud, La prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc (1830- (...)
  • 42 DHL, 20 janvier 1956, p. 4.
  • 43 DHL, 3 octobre 1956, p. 5.
  • 44 DHL, 22 août 1956, p. 4.

24« Avant de rentrer chez moi, je suis passé rue Mercière, dans l’intention d’y rencontrer une femme et d’avoir avec celle-ci des relations intimes. Je connais la rue Mercière de nom, comme tout Lyonnais qui se respecte »39. C’est en ces termes qu’un client d’une prostituée algérienne avoue devant les policiers une aventure qui s’est soldée par un vol de 4 500 francs. Mal faire, dire vrai40… Et il est vrai que la rue Mercière fait figure d’« égout séminal »41 de la ville de Lyon. Les journalistes ne s’y trompent pas, qui suivent de près les mesures d’épurations impulsées par la ville et mises en œuvre par la brigade des garnis de la Sûreté urbaine. On évoque une fois « les hôtels louches de la rue chaude »42, une autre l’existence d’un des « quartiers interlopes »43 de Lyon, on dessine ou photographie la rue44.

Figure 18a. Prostituées dans la rue Mercière en mars 1957

Figure 18a. Prostituées dans la rue Mercière en mars 1957

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 18b. Prostituée dans la rue Mercière en mars 1957

Figure 18b. Prostituée dans la rue Mercière en mars 1957

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

  • 45 ADR – 437 W 79 – Contrôle des NA et répression des activités séparatistes algériennes.

25Sur chacune de ces photographies, des prostituées patientent dans la rue. Si des agrandissements suggèrent la présence de prostituées algériennes, il semble qu’elles soient mêlées à d’autres femmes, d’origines diverses. Les archives judiciaires permettent de trancher : sur 18 prostituées ayant un nom à consonance algérienne et qui sont passées devant le tribunal correctionnel de Lyon sur trois années (1956, 1958, 1960), 12 sont Algériennes, nées en Algérie, 6 autres sont des métropolitaines mariées à des Algériens. Il existe donc un cosmopolitisme certain de la prostitution lyonnaise qui voit apparaître un petit nombre de prostituées algériennes. La carte 3 (voir page 84) met d’ailleurs clairement en évidence cette concentration féminine rue Mercière. 5 sur 12 ont élu domicile à l’hôtel des Jacobins au 66. Les autres vivent non loin de là et, quand elles habitent ailleurs, on apprend qu’elles louent en outre une chambre dans le même hôtel. C’est le cas de Zohra B. qui loge 3 rue Cuvier à Lyon, mais qui loue, avec son mari, une chambre, toujours au 6645. Ponctuellement, elles peuvent se prostituer ailleurs, comme « Aïcha la Tigresse » à la Guillotière (voir page 74-75).

  • 46 D. Amrane, Des femmes dans la guerre d’Algérie, ouvr. cité, p. 171-177.
  • 47 DHL, 10 août 1956, p. 4. Ce compte rendu est néanmoins discutable puisque le dossier de procédure r (...)
  • 48 DHL, 24 novembre 1959, p. 7. Citation suivante également.
  • 49 ADR – 437 W 79 – Contrôle des Nord-Africains et répression des activités séparatistes algériennes.

26Que des Algériennes se soient prostituées en métropole, d’autres l’ont dit avant nous, avec toujours la même approche : les prostituées algériennes sont vues à l’aune du militantisme FLN. Ainsi, Djamila Amrane a recueilli le témoignage d’une Algérienne tenant un bar à Barbès et qui organise en 1959 des cellules militantes composées de prostituées : « Circulant librement, connaissant bien ce milieu de truands dans lequel elles vivent, elles drainent pour le FLN des sommes difficiles à évaluer, mais colossales »46. À Lyon aussi, une certaine collusion entre les prostituées algériennes et le FLN existe. C’est ainsi que l’on apprend, lors d’un procès rendu public, que « Fatima accusait son “ami” Miloud de la frapper et de la convaincre de lui verser la majeure partie des gains résultant de son activité rue Mercière » et que « Miloud faisait deux parts de son argent ; l’une servait à ses besoins personnels, l’autre était envoyée en Algérie comme soutien pour les fellaghas »47. De même, en 1959, « Yamile, en larmes sous ses boucles fauves, comparaît pour atteinte à la sûreté de l’État », ayant été arrêtée avec, sous sa veste, « un paquet d’imprimés à l’usage du FLN » 48. Me La Phuong, son avocat, tente de jouer sur la corde sensible : « Dur métier pour une jolie femme, musulmane de surcroît, en cette rue Mercière où règne l’atmosphère trouble que l’on sait, en raison des événements. » La rue Mercière allie manifestement sexe tarifé et militantisme politique, ce qui est confirmé par le parcours de Zohra B., à la fois prostituée, inscrite sur les registres sanitaires de Lyon et de Tlemcen, et « militante active » : « Elle vendait des effets vestimentaires, commerce pour lequel elle détient les pièces nécessaires. Leur négoce (à elle et son mari) n’était qu’une excellente couverture clandestine, leur voiture servant entre autres au transport des agents FLN »49. La chambre du 66 rue Mercière lui permet également de loger des nationalistes algériens.

  • 50 C. Taraud, La prostitution coloniale, ouvr. cité, p. 11.

27Bien sûr, les prostituées algériennes ont participé à la lutte pour l’indépendance. Mais, là n’est sans doute pas l’essentiel. Si, dans la reconstruction de l’histoire nationale algérienne, il est de bon ton de voir, derrière les prostituées, des militantes, elles n’en restent pas moins des prostituées qui contribuent à la définition d’espaces géographiques : à la différence des villes nord-africaines, où des quartiers réservés sont créés en périphérie, en métropole, la marge est au centre50. Et les journalistes et les agents de la répression voient en elles des spécimens particulièrement redoutables.

  • 51 Le système de contrôle sanitaire a été mis en place par les lois du 13 puis du 24 avril 1946 : « Il (...)
  • 52 ADR – 2294 W 24 – Procès de Rabah M. Tentative de proxénétisme. 6 décembre 1956.
  • 53 Pour C. Taraud, « la photographie coloniale fait des femmes “indigènes” un véritable sujet de l’ima (...)
  • 54 DHL, 3 octobre 1956, p. 5.
  • 55 C. Taraud, La prostitution coloniale, ouvr. cité, p. 302.

28Car les prostituées sont encartées, et connues comme telles51. Les inspecteurs de police signalent par exemple que Fatima C. et Kheira B. sont des « prostituées notoires »52. Elles portent des sobriquets qui, pour la plupart, respectent une consonance maghrébine. Si Kheira B. se fait appeler « Reine », les autres s’appellent « Malika » (Fatima C.) ou « Yasmina » (Djamila B.). Mais, paradoxalement, alors que ces prostituées jouent sur leur algérianité, pensant peut-être correspondre encore à l’« archétype de la femme fantasmée » indigène53, elles inspirent les commentaires les plus dégradants dans la presse. Ce sont elles qui sont stigmatisées par leurs tatouages, leurs « airs féroces et inquiétants », leurs « charmes plutôt minces », comme « Aïcha, la tigresse du désert […] prostituée à l’humeur belliqueuse »54. Si, dans le Maghreb colonial ce sont « les femmes de mauvaises mœurs qui sont les plus représentatives des progrès de la civilisation »55, parce qu’européanisées, en France et à l’heure de la guerre d’indépendance, les « femmes de mauvaises mœurs » restent des « femmes de mauvaises mœurs » : elles sont mises au ban social.

  • 56 Les autres Algériennes mariées à des métropolitains résident en France depuis de longues années : e (...)
  • 57 C. Taraud, La prostitution coloniale, ouvr. cité, p. 14.

29Stigmatisées, les prostituées algériennes semblent indépendantes, pour la plupart célibataires : sur 12 prostituées, deux seulement sont mariées (dont une en instance de divorce au moment où nous la découvrons), une autre est divorcée. Et c’est parmi les prostituées que l’on trouve les rares Algériennes mariées à des métropolitains, quoique le profil soit souvent plus complexe56. Kheira B., par exemple, est née à Bordeaux d’un père algérien et d’une mère métropolitaine, puis elle s’est mariée à Antoine L. dont nous ne connaissons pas en détail les origines. Elle s’est rendue seule à Lyon : « Je ne vis plus avec mon mari. Ce dernier purge actuellement une peine de prison à Pau, et j’ai l’intention de divorcer, à sa sortie de prison. » Ces femmes apparaissent donc comme des « individus-frontières »57. De ce point de vue, si toutes sont nées en Algérie, à une exception près, leur carrière dans la prostitution peut avoir débuté en Algérie aussi bien qu’à Lyon. Les études de parcours témoignent en effet de flux migratoires prostitutionnels parfois en provenance d’Algérie. Ainsi, Fatima C. raconte son passé :

  • 58 ADR – 2 294 W 24 – Procès de Rabah M. Tentative de proxénétisme. 6 décembre 1956.

Je me livre à la prostitution, d’où je tire mes ressources, depuis 6 ans environ. J’ai exercé mon métier de prostituée notamment à Bône-Philippeville-Alger et Lyon où je suis arrivée en septembre 1954. Je me tiens plus spécialement rue Mercière à proximité de la rue de la Monnaie.58

  • 59 Ibid.

30Alors que des « colis », ces femmes françaises envoyées de métropole vers l’Afrique du Nord, peuplent les maisons closes algériennes, un courant inverse existe également. Rien n’indique en revanche que la migration soit forcée. D’autres Algériennes commencent leur activité prostitutionnelle à Lyon comme Kheira B. qui avoue, en 1956, se nommer « Reine », être inscrite au fichier sanitaire et social de la prostitution, subir régulièrement ses visites, se livrer à la prostitution à Lyon depuis 18 mois et exercer son métier dans la rue Mercière et avec pour camarade Fatima C., dite Malika59.

31Les prostituées algériennes sont globalement des femmes seules dont l’éventail des activités s’inscrit dans la sociabilité de la rue Mercière. Elles peuvent avoir recours au racolage passif, attendant dans la rue, ou fréquenter les cafés comme l’atteste le témoignage recueilli par la police de Kheira B. :

  • 60 ADR – 2294 W 15 – Procès de Kheira B. Vol à l’étalage. 10 février 1956.

Il est exact que hier, 8 février, vers deux heures de l’après-midi, j’ai rencontré un client au café des primeurs, rue de la Monnaie. Après que nous ayons discuté et qu’il m’ait proposé de venir passer quelques instants avec moi (je lui avais fait mon prix : 1 000 francs, plus la chambre) nous avons gagné l’hôtel des Jacobins. Comme ce client avait certaines exigences supplémentaires, il me donna 1 000 francs de plus, soit 2 000 francs au total. Sitôt que j’en eus terminé avec ce monsieur, je regagnai la rue Mercière dans l’attente d’un nouveau client.60

  • 61 ADR – 2294 W 24 – Procès de Rabah M. Tentative de proxénétisme. 6 décembre 1956.

32Kheira B. patiente aussi bien au café, où les tarifs se négocient, que dans la rue. L’hôtel des Jacobins sert de lieu de rendez-vous mais également de logement. La police cherche d’ailleurs à établir ce point en demandant au client s’il a pu observer dans la chambre des « effets personnels » de sa partenaire. Une description laisse apparaître un logement sommaire, constitué d’une simple pièce, meublée d’un lit, d’un divan, et d’un lavabo dans un angle. Une seule fenêtre donne sur la rue. La fréquentation des cafés suppose également une consommation d’alcool : « Je reconnais que le 5 juillet 1956, alors que j’étais en état d’ivresse, M. m’a emmenée chez moi en taxi avec une camarade » 61, confesse Fatima C. Avec les mœurs, la langue est également libérée dans la description, euphémisée, des pratiques sexuelles.

  • 62 Ibid.
  • 63 Dix-neuf proxénètes « nord-africains » peuvent être connus assez précisément grâce aux dossiers de (...)

33La solitude des prostituées semble compensée par des amitiés nouées entre femmes de même état. Fatima C. évoque sa « copine », ou encore sa « camarade ». Or, étonnamment, les prostituées algériennes évoquent rarement les proxénètes algériens. Quand un Algérien veut faire la loi, les Algériennes ripostent et Fatima C. porte plainte contre Rabah M. Elle déclare ainsi à la police « que M. lui avait demandé de se prostituer à son profit (ou sinon de verser une amende de deux millions) »62, ce qui enclenche une information contre lui pour tentative de proxénétisme. La plainte est ensuite retirée et un non-lieu prononcé. Aussi, il est difficile de conclure sur cette affaire : ou bien Rabah M. est le proxénète de Fatima C. et c’est la peur qui conduit cette dernière à retirer sa plainte, ou bien elle est libre de ses mouvements. Réciproquement, il apparaît que les proxénètes algériens gèrent plutôt des filles de la métropole (n’en ayant généralement qu’une à leur charge), ce qui valide par ricochet les faibles traces de proxénètes pour les prostituées algériennes : cela ne veut pas dire qu’elles n’en ont pas mais qu’un halo de silence entoure la pratique63. Cela montre aussi combien, dans ce domaine, elles restent un second choix.

  • 64 DHL, 3 octobre 1956, p. 5.
  • 65 ADR – 2294 W 124 – Dossier Messaouda Rahal. Tentative de proxénétisme, coups et blessures. Novembre (...)
  • 66 DHL, 12 septembre 1956, p. 4.

34Les Algériennes qui apparaissent dans les archives ressemblent davantage à des femmes fortes qui prennent en main leur propre commerce, voire se livrent au proxénétisme. C’est ainsi que Messaouda Rahal, dans le quartier de la Guillotière cette fois, gère de nombreuses prostituées : « L’exploitation des femmes par la femme commença […]. “La Tigresse” entreprit de transformer son artisanat en industrie. Une dizaine de ses compagnes de labeur devinrent ses victimes : elle prélevait sa dîme, toutes griffes, pieds et poings dehors… jusqu’à ce que l’une d’elles se rebiffa et porta plainte. Les policiers ont eu bien du mal à recueillir les dépositions des demoiselles et à convaincre Aïcha de proxénétisme car, bien entendu, “la tigresse” niait farouchement »64. Durant l’enquête de police, les prostituées françaises sont du même avis. Pour l’une, « c’est une Algérienne qui fait la loi parmi nous. Je ne la fréquente pas et, au contraire, je la fuis », pour une autre « cette femme essaie de faire la loi dans le quartier. Elle demande 100 à 500 frs par passe faite par les femmes »65. D’autres exemples confortent cette image de femmes tout à la fois prostituées et proxénètes. La presse évoque « l’Algérienne Yasmina qui “travaillait” sur le bitume stéphanois pour le compte d’un Nord-Africain et [qui] aurait quelque peu aidé celui-ci à convaincre une jeune domestique bretonne à glisser sur la mauvaise pente »66, mais des entretiens confirment aussi l’existence de cafés-garnis qui fonctionnaient comme des maisons closes. Zineb Bouarlha signale une maison close fonctionnant grâce à une Algérienne à Givors, laquelle Algérienne est mariée à un Français.

  • 67 DHL, 7 février 1957, p. 3.

35Dans leur monde interlope, les prostituées algériennes – comme leurs consœurs métropolitaines d’ailleurs – vivent dans un contexte non dénué de violences. Les agressions sont fréquentes et la presse en rend compte, comme en février 1957, quand « un Nord-Africain se promenait rue Mercière armé d’un poignard et s’approchant des péripatéticiennes les menaçait : “Fais ta prière, tu vas mourir” »67, menace mise à exécution pour la première prostituée rencontrée, une Algérienne dénommée Zohra, qui doit son salut à l’arrivée de la police. Les archives judiciaires conservent également le souvenir de telles agressions, comme celle de Fatima C. :

  • 68 ADR – 2294 W 24 – Procès de Rabah M.

Le 24 juillet 1956, je me trouvais avec ma camarade B. Kheira, lorsque nous avons été interpellées par M. Rabah. Il a menacé ma « copine », il l’a même menacée d’un couteau. Il lui a même fait une égratignure à la figure. J’ai voulu me porter au secours de la fille B. ; j’ai appelé au secours, c’est alors qu’il a essayé de me frapper à coups de couteau. Je n’ai pas été blessée. J’ai eu un vêtement déchiré.68

36Cette violence quotidienne se double d’une peur de la police. De fait, les prostituées sont l’objet de vérifications d’identité et d’inscriptions sur le fichier sanitaire. Quand cette inscription fait défaut, elles sont arrêtées, jugées, et parfois conduites en prison. Douze Algériennes comparaissent devant le tribunal correctionnel de Lyon pour « racolage », « infraction à la réglementation de la prostitution » ou encore « infraction à la législation sanitaire des prostituées » sur trois années (1956, 1958, 1960). Certaines comparaissent plusieurs fois comme Fatima C. ou Halima K., à quatre reprises chacune. Enfin, certaines passent quelques jours à Montluc : six Algériennes sont emprisonnées entre 1958 et 1962 pour des durées allant de 4 à 17 jours (pour 330 prostituées). Elles sont, théoriquement, mises à l’écart des autres détenues algériennes internées pour motifs politiques.

37De la rue Mercière à Montluc, quelques Algériennes colorent les bas-fonds lyonnais. Et les médias ne retiennent bien, en ce qui concerne les femmes de la diaspora, que les cas problématiques (habitantes des bidonvilles et prostituées). D’autres quartiers interlopes sont médiatisés, où les Algériennes ne font plus que de timides apparitions.

La médina : masculin, féminin ?

  • 69 DHL, 29 mars 1955, p. 1-2. Enquête de J. Perquelin.
  • 70 Ibid.
  • 71 G. Massard-Guilbaud, Des Algériens à Lyon, ouvr. cité, p. 194. Sa section intitulée « Topographies (...)
  • 72 DHL, 7 mars 1957, p. 4.
  • 73 DHL, 20 octobre 1957, p. 5.
  • 74 DHL, 31 juillet 1956, p. 3.
  • 75 DHL, 27 août 1956, p. 3.

38Quand un journaliste doit effectuer un reportage sur les « Nord-Africains » de Lyon, il n’hésite pas une seconde sur le type de quartier à choisir, il se rend « au cœur des médinas lyonnaises »69. Si les lieux où se concentrent les « Nord-Africains » sont identifiés, la définition d’une médina reste, elle, plus floue : « C’est un univers secret, mystérieux, tragique, où l’on se perd et où l’on disparaît »70. Le quartier invariablement identifié comme « la médina lyonnaise » s’étend, dans le 3e arrondissement, de la Guillotière à la Part-Dieu. Il se caractérise toujours, après 1945, par un « médiocre tissu urbain » et par une « médiocrité du bâti »71. Les médias évoquent, sans en tracer véritablement les contours, les « alentours de la place du Pont, rond-point de la médina lyonnaise »72 ou bien « le quartier de la place du Pont, place forte des gourbis algériens »73. De l’identification à la stigmatisation, il n’y a qu’un pas, que les journalistes franchissent fréquemment soulignant, ici, que certaines rues lyonnaises deviennent dangereuses pour les paisibles promeneurs dès la tombée de la nuit74, là, que le secteur de la place du Pont devrait être réservé à « la colonie nord-africaine »75.

  • 76 J.-C. Toubon et K. Messamah, Centralité immigrée. Le quartier de la Goutte d’Or, vol. 1, Paris, L’H (...)
  • 77 R. Montagne, « L’émigration nord-africaine en France. Son caractère familial et villageois », dans (...)
  • 78 Article cité par G. Massard-Guilbaud, Des Algériens à Lyon, ouvr. cité, p. 194-195. A. Begag a repr (...)

39Rien d’original ni de neuf dans ces propos stigmatisants. Rien d’original d’abord, car la Guillotière est, comme la Goutte d’Or à Paris notamment, « l’un de ces quartiers “bouc émissaire” dont chaque ville a besoin pour son fonctionnement social afin de donner un nom à ses peurs et de les cantonner dans un lieu précis »76. La réputation de la médina lyonnaise, de portée nationale, reçoit même une caution scientifique : autorité sur les questions nord-africaines au début des années 1950, l’ethnologue Robert Montagne évoque cette « sorte de dépôt boueux qui proviendrait du courant plus limpide de l’émigration vivante et active [et que l’on] trouve dans quelques bas quartiers de Marseille, à La Guillotière à Lyon ou à Clichy »77. Plus généralement, en développant l’idée d’une reconduction des structures tribales par la communauté algérienne en métropole, en évoquant les Algériens qui « douar par douar, se partage[nt] le territoire de la ville et de sa banlieue » (ibid., p. 370), il influence les lectures de la ville faites par des observateurs moins exigeants. Rien de neuf ensuite, car les stéréotypes du quartier de la place du Pont sont réactivés après « une longue tradition de marquage » (p. 470). Il n’y a qu’à lire la presse, les romans lyonnais ou même les documents administratifs des années 1920 ou 1930 pour retrouver sur le même quartier, les mêmes avis : « Entre le cours Gambetta et le cours de la Liberté, les trottoirs étaient garnis d’Arabes en burnous sales qui vendaient au verre ou à la poignée des dattes grasses dans leurs paniers en lambeaux », lit-on par exemple dans un article en date de 1932 du périodique illustré La Vie lyonnaise78. Les Algériens n’ont pas pour autant créé l’image du quartier, sa mauvaise réputation : comme pour la Goutte d’Or, la centralité immigrée du quartier remonte au milieu du xixe siècle.

  • 79 DHL, 24 juillet 1957, p. 1-3. Les citations qui suivent proviennent du même article.
  • 80 Sur cet arsenal législatif, lire E. Blanchard, La police parisienne, ouvr. cité, p. 301-302. Égalem (...)
  • 81 L’expression est empruntée à Emmanuel Blanchard, « Ce que rafler veut dire », art. cité.
  • 82 Dans la région parisienne le procédé n’est guère différent. La médina d’Argenteuil est ainsi l’obje (...)

40Toutefois, la guerre d’Algérie renforce et renouvelle l’image négative associée au quartier et la police en offre une vision géométrique au fil des rafles successives. Lors de la première rafle d’envergure, le 24 juillet 1957, les 1 200 agents des forces de l’ordre effectuent « un vaste bouclage d’un quadrilatère d’immeubles, ayant pour limites la place du Pont, le cours de la Liberté, la rue Chaponnay, l’avenue de Saxe et la rue Paul Bert »79. Aux traditionnels stigmates, la guerre en ajoute d’autres : « Les rues Moncey, Paul Bert, Chaponnay et autres s’étaient littéralement transformées en ruelles de la casbah d’Alger. » La bataille d’Alger – cette reprise en main durant l’année 1957 de la casbah par les parachutistes de Massu ainsi que son maillage policier caractéristique – impose sa grille de lecture et son mode répressif : les rafles massives se multiplient, à Lyon et ailleurs en métropole, soutenues par tout un arsenal législatif80. Le « répertoire d’action de la rafle »81 se déploie alors. Un quartier est bouclé pour être ensuite massivement investi par un échantillonnage assez complet de forces de l’ordre (gendarmes, gardiens de la paix, inspecteurs, brigade des recherches, détachement du 4e génie de Grenoble, CRS) ; tous les cafés, garnis, logements, caves appartenant à des Algériens sont perquisitionnés ; les dépôts d’armes sont recherchés grâce aux détecteurs de mines ou « poêles à frire » ; enfin, les Algériens sont tous, sans exceptions, emmenés au centre de triage qu’est le fort Montluc pour ensuite être contrôlés82. La rafle du 24 juillet 1957 en précède d’autres même si, à partir de 1958, devant l’échec de cette procédure – aucune arme n’a jamais été trouvée au cours des différentes rafles – les techniques policières se modifient (patrouilles mobiles dans le quartier, barrages, et mise sur pieds d’une brigade spécialisée dans les affaires algériennes, dirigée par le commissaire Chaboud).

41Police et médias façonnent la représentation d’un quartier hostile et dangereux, hostile parce que masculin et « nord-africain », dangereux car politisé. D’ailleurs, les photographies prises lors des rafles témoignent d’une masse d’hommes algériens qui va s’épaississant de la médina à Montluc.

Figure 19a. Rafle dans le quartier de la place du Pont, 24 juillet 1957

Figure 19a. Rafle dans le quartier de la place du Pont, 24 juillet 1957

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 19b. Rafle dans le quartier de la place du Pont, 24 juillet 1957

Figure 19b. Rafle dans le quartier de la place du Pont, 24 juillet 1957

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 20. Algériens raflés dans la cour du fort Montluc, 24 juillet 1957

Figure 20. Algériens raflés dans la cour du fort Montluc, 24 juillet 1957

Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

42Deux Algériens sont sortis du lit par les inspecteurs de police puis une vingtaine sont fouillés dans la rue, enfin une centaine est amassée devant la caserne de CRS qui jouxte le fort (fig. 20). N’ont été raflés apparemment que des hommes. Tous portent un habit « à l’européenne » mais les différences sociales n’en sont pas moins nettement visibles : deux mondes semblent séparer l’homme en sandale de son voisin disposant d’une montre et d’une bague, ou d’autres compatriotes comme celui qui porte un costume-cravate avec des stylos dans la poche ou celui avec le pull à motifs. Parce que la rafle enserre dans ses mailles tous les individus d’un même quartier, il n’est pas étonnant de trouver côte à côte des ouvriers, des propriétaires de cafés, des commerçants. Toutes les attitudes sont également décelables sur la photo de groupe. Au premier plan un homme pose fièrement devant l’objectif, mains sur les hanches et regard fixé sur l’objectif ; à ses côtés, un autre Algérien est manifestement plus impressionné, les bras croisés à l’avant. Légèrement en arrière-plan, deux très jeunes Algériens jouent avec le photographe, l’un essayant de hisser sa tête, l’autre se cachant en riant derrière l’épaule d’un aîné. Plus en arrière encore, un homme tire la langue au photographe et un autre, tout à droite, se cache le visage. Dans l’ensemble, les Algériens discutent entre eux, rient, sans prêter attention au photographe, sans véritablement être impressionnés par la scène. Cette photographie illustre bien une communauté d’hommes.

43Pourtant, à y regarder de plus près, la place du Pont et ses environs sont loin de constituer un quartier composé uniquement de célibataires algériens (carte 3, page 84). Parmi toutes les photographies prises lors des rafles ou des attentats, des Algériennes apparaissent, discrètement, au hasard des clichés.

Figure 21a. Des Algériennes au cœur de la « médina » lyonnaise

Figure 21a. Des Algériennes au cœur de la « médina » lyonnaise

Contrôle d’identité au quartier général du fort Montluc, 10 août 1957
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

Figure 21b. Des Algériennes au cœur de la « médina » lyonnaise

Figure 21b. Des Algériennes au cœur de la « médina » lyonnaise

Après un attentat contre le 14 rue de l’Épée, 17 août 1961
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédit : APLP © Le Progrès

  • 83 Le Progrès, 17 août 1961, p. 8. Nous soulignons.
  • 84 La carte des célibataires algériens de Lyon a été réalisée à partir d’un corpus de 3 000 adresses r (...)
  • 85 G. Massard-Guilbaud, Des Algériens à Lyon, ouvr. cité, p. 278.

44Rien ne filtre pourtant sur la jeune fille raflée sans doute avec son père le 10 août 1957, ni sur la jeune femme présente dans le café situé 14 rue de l’Épée, photographiée après un attentat. Simple cliente ? Elle porte une alliance et se tient près du comptoir. Bien que le café soit inscrit, sur les registres du commerce, au nom de Mohamed Bekouche, l’enquête avance grâce au « signalement très précis [des suspects] […] fourni par la patronne de l’établissement »83. Des familles algériennes ont bien élu domicile dans la « médina » lyonnaise (carte 3, page 84), mais elles sont effacées par la forte concentration masculine. Les cartes de répartition de la population algérienne et de la répartition des commerces algériens de Lyon témoignent justement d’une double concentration au cœur du 3e arrondissement de Lyon : le quartier qui s’étend de la place du Pont à la Part-Dieu est le seul qui concentre non seulement les Algériens célibataires (carte 1, page 82) mais également les commerces ethniques (carte 2, page 83) 84. En 1934 déjà, sur les 52 « cafés arabes » de l’agglomération, 24 se trouvaient dans le quartier Guillotière-Part-Dieu85. Dans les années 1950, sur les 125 petits commerces recensés, 9 sont situés dans le 7e arrondissement, 41 dans le 3e. Les autres concentrations d’Algériens, comme sur la presqu’île ou à la Croix-Rousse, ne coïncident pas avec les commerces. D’ailleurs, là où la population algérienne est davantage dispersée, les commerces sont bien plutôt des garnis que des épiceries et des restaurants, ou, pour être plus précis, des complexes abritant plusieurs fonctions. Des contours sociologiques spécifiques – la présence nombreuse de célibataires et la présence non moins nombreuses de petits commerces – servent d’alibis à l’ethnicisation du quartier quand les quartiers populaires sont infiniment plus complexes, abritant une population forcément mêlée.

Carte 1. Répartition des célibataires algériens à Lyon

Carte 1. Répartition des célibataires algériens à Lyon

Source : Base de données © Marc André

Carte 2. Répartition des commerces algériens à Lyon

Carte 2. Répartition des commerces algériens à Lyon

Source : Base de données © Marc André

Une colonie familiale

45Au sein des villes françaises, quelques quartiers, quelques rues accueillent davantage de familles algériennes. À L’Arbresle, par exemple, c’est la rue Sapéon et à Givors, la rue Joseph Faure. À Lyon, si la carte 1 démontre l’installation de célibataires algériens sur les pentes de la Croix-Rousse, la carte 3 signale aussi une évidente concentration familiale dans ce quartier.

Carte 3. Répartition des femmes algériennes de Lyon, hors bidonvilles (années 1950)

Carte 3. Répartition des femmes algériennes de Lyon, hors bidonvilles (années 1950)

Source : Base de données © Marc André

46Deux rues de la Croix-Rousse, plus exactement, regroupent les Algériennes et leurs familles : montée de la Grande-Côte, d’une part, rue René Leynaud, de l’autre. Et, avec seulement deux commerces algériens (carte 2, page 83), le café-restaurant de Mohamed Azziz, 39 montée de la Grande-Côte, et le café-garni-épicerie de Mohamed Smati, 43 montée de la Grande-Côte, on est bien loin de la constitution d’un quartier ethnique, loin de la médina lyonnaise, de ses cafés bruyants, de ses rues encombrées. La colline de la Croix-Rousse fait figure de quartier calme et cosmopolite, abritant une « colonie familiale » algérienne fournie, si calme, que les journalistes insistent sur la sérénité du quartier ou témoignent de leur étonnement quand il jaillit dans l’actualité :

Le quartier de la Croix-Rousse est bien connu pour sa tranquillité. Rien ne s’y passe. Une nombreuse colonie algérienne s’est implantée depuis quelques années sur le coteau ne venant aucunement en troubler le repos. Or, à 19 h 40, un drame affreux éclatait au milieu de la montée de la Grande Côte, et trois Nord-Africains s’écroulaient touchés par une véritable fusillade […].

  • 86 DHL, 30 octobre 1957, p. 3. Dans la presse, il est d’usage de parler de « colonie nord-africaine » (...)

[…] il est navrant de voir que cette colonie algérienne qui vivait en bon voisinage et sans histoire avec les Croix-Roussiens est tout d’un coup déchirée par le passage de tueurs terroristes. Le quartier en est bouleversé : c’est la première fois… souhaitons que ce soit la dernière.86

  • 87 Sa carrière de journaliste s’interrompt en 1957. Il est jugé et condamné une première fois par le (...)

47La « colonie algérienne » est bien implantée à la Croix-Rousse et les relations de voisinage sont scrupuleusement scrutées. En 1956, des Lyonnais sont interrogés pour évoquer cette nouvelle cohabitation : mis à part le témoignage d’une vendeuse dans un magasin situé place de la Comédie qui affirme « Moi, j’habite la Croix-Rousse, […] mais des Terreaux au Plateau, j’évite désormais d’emprunter la Grande-Côte… Ce n’est plus possible », les autres sont plus ambivalents et laissent échapper une normalité certaine – le serrurier voit dans les Algériens des vieux habitués, le brocanteur éprouve des sympathies pour eux, l’hôtelière leur organise des soirées dansantes. Les commentaires du journaliste font toutefois pencher la balance du côté des frictions. Le titre de l’article – « De la Grande-Côte au boulevard de ceinture [d]es Lyonnais nous ont affirmé leurs craintes ou leurs répugnances » – tout comme celui de la section consacrée à la Croix-Rousse – « Les Croix-Roussiens sont partisans du rapatriement » – sont explicites. Pierre Olivesi signe un reportage marqué à droite, bien différent dans le ton des reportages publiés tout au long de l’année 195587. Par ailleurs, il insiste sur la part masculine de la migration algérienne implantée sur les pentes de la Croix-Rousse.

48Les témoignages recueillis par Pierre Olivesi, lus avec d’autres lunettes que les siennes, ainsi que les descriptions du quartier dans les faits divers, soulignent bien une intrication des familles algériennes et des familles lyonnaises. C’est ce qui se dégage aussi de nos entretiens avec cinq Algériennes résidant dans les années 1950 à la Croix-Rousse, dans les deux rues suscitées (la Grande-Côte et la rue René Leynaud), qui évoquent rétrospectivement leur vie de quartier. Certes, toutes minorent la présence des familles algériennes à Lyon à l’époque. Pour Fatima Hassani, « il n’y avait pas beaucoup d’arabes ; à l’époque c’est dur de trouver un arabe, et je suis heureuse quand j’en vois un. Ça fait plaisir. Alors maintenant, il y en a des quantités, on en a marre ». Pour Fatma Malagouen, « quand on est arrivés, dans le temps, il n’y avait pas beaucoup d’Algériens en France ». Mais, lorsqu’on se concentre sur la Croix-Rousse, les femmes sont vues plus nombreuses sans avoir pour autant de relations entre elles. Habitant à l’époque non loin les unes des autres, elles se sont côtoyées sans toujours créer des liens. Ainsi, Mansouria Blaha, résidant 42 montée de la Grande-Côte, explique qu’« on était voisins [avec Fatma Malagouen] mais on ne se connaissait pas. Mektoub », ce à quoi répond Fatma Malagouen, habitant 43 montée de la Grande-Côte : « On était Algériennes, mais chacun de son côté, moi de mon côté, elle de son côté. » Il est fort probable que ces deux jeunes Algériennes, nées avec un an de différence, ne se soient pas rencontrées – « Peut-être on a dû se croiser, sûrement. Mais il y avait tellement de femmes », dit Mansouria Blaha –, comme il est possible qu’elles se soient succédé : Mansouria Blaha arrive à la Croix-Rousse en 1960 alors que Fatma Malagouen la quitte la même année. Néanmoins, le constat est identique avec Lamria Hamidat, dont le domicile est situé 8 rue René Leynaud, et qui ne connaît ni Kheira Bounouri, résidant dans la même rue, ni les femmes de la Grande-Côte. Mansouria Blaha synthétise les contacts à sa manière : « On habitait la Grande-Côte, il y en avait en haut [des Algériennes], il y en avait en bas, il y en avait au milieu, donc on se côtoyait. Mais je ne pouvais pas m’asseoir s’il y a une flopée de femmes algériennes. Je ne pouvais pas me mettre au milieu, parce que je pige que dalle, parce que je sais pas si c’est du lard ou du cochon. » Fatma Malagouen les résume à la sienne : « Il y avait des Algériennes entre elles, mais moi, j’ai préféré avoir la mentalité européenne que musulmane. »

  • 88 Le « travail », c’est l’expression utilisée pour évoquer l’engagement pour l’indépendance de l’Alg (...)
  • 89 AN – F/1a/5014 – Synthèses des rapports trimestriels établis par les CTAM. Troisième trimestre 195 (...)
  • 90 Ibid. – Quatrième trimestre 1958.

49Si les contacts sont assez neutres entre Algériennes de la Croix-Rousse, c’est peut-être en partie parce que les liens privilégiés sont ceux qui se nouent avec les métropolitaines. Zohra Benkhelifa, qui habite à son arrivée à Lyon chez de la famille montée de la Grande-Côte, affirme, catégorique, « j’avais plus d’amies françaises, les Algériennes, c’est juste pour le travail »88, et développe une amitié particulière avec Renée Comte, une psychanalyste qu’elle rencontre à l’occasion de gardes d’enfants alternées et de missions partagées pour le FLN. Le rappel des amies françaises illustre sans doute la volonté de manifester une bonne intégration, mais elle illustre surtout une vie familiale à la Croix-Rousse mêlée à la vie du quartier. Les conseillers techniques aux affaires musulmanes notent d’ailleurs fréquemment, pour d’autres villes, les relations de voisinage cordiales entre les familles algériennes et les autres familles du quartier. En 1958, l’un d’eux note par exemple que « dans la plupart des cas, les ménages [algériens] sont assez bien tolérés par leurs voisins, la méfiance se cristallisant surtout contre les célibataires qui vivent en vase clos »89 quand un autre donne l’exemple concret de plusieurs « familles d’ouvriers musulmans » invitées pour Noël dans des « ménages d’ouvriers européens »90.

  • 91 Pour lire des témoignages d’autres résidents de la Croix-Rousse, notamment des artisans, on se rep (...)

50Bien des propos recueillis auprès des Algériennes trouvent un écho dans ceux recueillis auprès d’habitants métropolitains. Quand elles évoquent leurs loisirs et les promenades dans le jardin des Plantes au sommet des pentes, ou les danses populaires sur la place des Terreaux, quand elles rappellent les séances au lavoir ou encore la tournée du vendeur de lait le matin, les Algériennes ne disent pas autre chose que les métropolitaines résidentes de la Croix-Rousse, ne parlent pas d’une autre Croix-Rousse91.

Anmerkungen

1 P. Boucheron

BOUCHERON, Patrick

, Léonard et Machiavel, ouvr. cité, p. 17.

2 Voir dans les annexes cartographiques, les cartes 2 et 3.

3 M. Cohen, « Des familles invisibles », thèse citée, p. 66-67.

4 L’igamie correspond à la région militaire. Créés en 1948, les igames ont été remplacés en 1964 par les préfets de régions.

5 G. Gaulmin, « L’immigration nord-africaine », mémoire cité, p. 106.

6 M. Andrée, Les travailleurs algériens en France, Paris, CNRS, 1956, p. 103.

7 ADR – 248 W 176 – Liste des travailleurs à reloger d’urgence. Sur cette liste, seuls les chefs de famille sont nommés. On retrouve donc Mohamed S., le mari de Kheira.

8 AN – F/1a/4813 – Situation des Français musulmans. Familles musulmanes (épouse musulmane). Situation dans la 2e région au 1er octobre 1956. Centres de transit.

9 M. Cohen, « Des familles invisibles », thèse citée, p. 95.

10 AN – F/1a/4813 – Situation des Français musulmans. Extrait d’une étude de l’Institut des hautes études de la défense nationale. Le problème des Algériens en France.

11 Ibid. – Brochure : Préfecture de la Seine. Accueil et hébergement des Nord-Africains dans le département de la Seine, 1956.

12 Ibid. – Situation des Français musulmans. Familles musulmanes (épouse musulmane), source citée.

13 Le temps des bidonvilles à Lyon dure essentiellement de 1954 à 1964. Ce « temps » a fait l’objet d’un travail universitaire sur lequel nous nous appuyons ici : G. Toulemonde, « Les bidonvilles et leur résorption dans l’agglomération lyonnaise, 1955-1972 », Mémoire de master 1 sous la direction d’A. Brodiez, École normale supérieure de Lyon, 2013.

14 Sur les bidonvilles, se reporter à M.-C. Blanc-Chaléard, « Des bidonvilles à la ville. Migrants des Trente Glorieuses et résorptions en région parisienne », HDR sous la direction d’A. Fourcaut, Paris 1, 2008 ; A. Sayad et É. Dupuy, Un Nanterre algérien, terre de bidonvilles, Paris, Autrement, 1995.

15 Voir annexes cartographiques, cartes 4 et 5.

16 G. Toulemonde, « Les bidonvilles et leur résorption », mémoire cité, p. 62.

17 A. Sayad et É. Dupuy, Un Nanterre algérien, ouvr. cité, p. 33.

18 ADR – 248 W 363 – Résorption du bidonville chemin des Buers à Villeurbanne, expulsion et relogement des occupants, 1956-1962.

19 V. Viet, La France immigrée. Construction d’une politique. 1914-1997, Paris, Fayard, 1998, p. 204.

20 J. House, « Shantytowns in the city. Algiers and Casablanca as a (post)colonial archive », Francosphères, vol. 3, no 1, 2014, p. 43-62.

21 DHL, 10 novembre 1959, p. 5.

22 Cela est vrai pour tous les bidonvilles comme le rappelle N. MacMaster : « Shantytown republics. Algerian migrants and the culture of space in the bidonvilles », art. cité, p. 44.

23 Le Progrès, 23 décembre 1960. Cité par G. Toulemonde, « Les bidonvilles et leur résorption », mémoire cité, p. 51.

24 Une Algérienne à Monique Hervo, assistante sociale dans les bidonvilles de Nanterre, reprise dans M. Cohen, « Des familles invisibles », thèse citée, p. 165. 

25 Sur M. Vallet, en ligne : [http://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO01001THM0001val], (consulté le 2 janvier 2016).

26 A. Begag, Le gone du Chaâba, Paris, Seuil, 1986, p. 7-11. Le Chaâba se situe 12 avenue Monin à Villeurbanne. Les deux bidonvilles ont longtemps été confondus. Sur le Chaâba, on lira aussi : S. Bellaha, « Hommes et femmes dans l’immigration familiale algérienne. Le cas du Chaâba, Villeurbanne, 1954-1968 », mémoire de Master 2 sous la direction de S. Schweitzer, Université Lyon 2, 2014.

27 DHL, 23 février 1962, p. 5.

28 A. Sayad et É. Dupuy, Un Nanterre algérien, ouvr. cité, p. 79.

29 Ibid., p. 80.

30 ADR – 248 W 363 – Résorption du bidonville chemin des Buers à Villeurbanne, expulsion et relogement des occupants, 1956-1962.

31 N. MacMaster insiste sur la dimension d’auto-construction dans les bidonvilles, avec un savoir-faire importé d’Algérie : selon lui, les baraques sont conformes à la tradition algériennes et, malgré des espaces polyvalents, elles restent des « coquilles » tournées vers l’intérieur. N. MacMaster, « Shantytown republics. Algerian migrants and the culture of space in the bidonvilles », dans H. Gafaïti, P. M. E. Lorcin et D. G. Troyansky, Transnational Spaces and Identities in the Francophone World, Lincoln, University of Nebraska Press, 2009, p. 73-93.

32 Les exemples qui suivent sont extraits de G. Toulemonde, « Les bidonvilles et leur résorption », mémoire cité, p. 56-57.

33 ADR – 248 W 363 – Résorption du bidonville chemin des Buers à Villeurbanne, expulsion et relogement des occupants.

34 Archives municipales de Villeurbanne : A.-M. Bellon, « Panorama d’un quartier : Les Buers et Croix-Luizet », La Chronique sociale de France. Document non daté.

35 R. Descloîtres, J.-C. Reverdy et C. Descloîtres, L’Algérie des bidonvilles : le Tiers-Monde dans la cité, Paris, Mouton and Co., 1961, p. 17 cité par M. Cohen, « Des familles invisibles », thèse citée, p. 140. Sur les cités de transit, lire aussi M. Cohen, C. David, « Les cités de transit : le traitement urbain de la pauvreté à l’heure de la décolonisation », Métropolitiques, 29 février 2012. En ligne : [http://www.metropolitiques.eu/Les-cites-de-transit-le-traitement.html], (consulté le 3 mars 2014).

36 AN – F/1a/4813 – Situation des Français musulmans. Familles musulmanes (épouse musulmane). Situation dans la 2e région au 1er octobre 1956. Centres de transit.

37 Sur l’exemple marseillais, lire A. H. Lyons, « Invisible migrants », thèse citée, p. 216.

38 C’est le cas pour la cité de transit située 32 rue Anatole France à Vaulx-en-Velin : AN – F/1a/5014 – Synthèses des rapports trimestriels établis par les CTAM. Troisième trimestre 1960.

39 ADR – 2294 W 15 – Dossier de procédure contre Kheira B. Interrogatoire d’Albert D. le 8 février 1956.

40 L’expression est empruntée à M. Foucault, Mal faire, dire vrai. Fonction de l’aveu en justice, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2012.

41 L’expression est cette fois de C. Taraud, La prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot, 2003, p. 12.

42 DHL, 20 janvier 1956, p. 4.

43 DHL, 3 octobre 1956, p. 5.

44 DHL, 22 août 1956, p. 4.

45 ADR – 437 W 79 – Contrôle des NA et répression des activités séparatistes algériennes.

46 D. Amrane, Des femmes dans la guerre d’Algérie, ouvr. cité, p. 171-177.

47 DHL, 10 août 1956, p. 4. Ce compte rendu est néanmoins discutable puisque le dossier de procédure révèle une affaire plus complexe : Fatima avoue avoir menti sur cette distribution de l’argent, et « Miloud » n’est condamné que pour coups et blessures sans faire référence à un quelconque proxénétisme.

48 DHL, 24 novembre 1959, p. 7. Citation suivante également.

49 ADR – 437 W 79 – Contrôle des Nord-Africains et répression des activités séparatistes algériennes.

50 C. Taraud, La prostitution coloniale, ouvr. cité, p. 11.

51 Le système de contrôle sanitaire a été mis en place par les lois du 13 puis du 24 avril 1946 : « Il permet notamment que la distinction entre “filles en carte” et “filles insoumises” perdure » : E. Blanchard, « Encadrer des “citoyens diminués” », thèse citée, p. 435.

52 ADR – 2294 W 24 – Procès de Rabah M. Tentative de proxénétisme. 6 décembre 1956.

53 Pour C. Taraud, « la photographie coloniale fait des femmes “indigènes” un véritable sujet de l’imaginaire érotique colonial. De […] charmantes “Fatmah” aux yeux aguichants et aux seins dénudés investissent massivement, de 1850 à 1950, l’imaginaire érotique colonial » : C. Taraud, La prostitution coloniale, ouvr. cité, p. 297 ; et C. Taraud, Mauresques. Femmes orientales dans la photographie coloniale, 1860-1910, Paris, Albin Michel, 2003.

54 DHL, 3 octobre 1956, p. 5.

55 C. Taraud, La prostitution coloniale, ouvr. cité, p. 302.

56 Les autres Algériennes mariées à des métropolitains résident en France depuis de longues années : elles sont arrivées avant 1939.

57 C. Taraud, La prostitution coloniale, ouvr. cité, p. 14.

58 ADR – 2 294 W 24 – Procès de Rabah M. Tentative de proxénétisme. 6 décembre 1956.

59 Ibid.

60 ADR – 2294 W 15 – Procès de Kheira B. Vol à l’étalage. 10 février 1956.

61 ADR – 2294 W 24 – Procès de Rabah M. Tentative de proxénétisme. 6 décembre 1956.

62 Ibid.

63 Dix-neuf proxénètes « nord-africains » peuvent être connus assez précisément grâce aux dossiers de procédures conservés pour l’année 1956 aux Archives départementales du Rhône (2294 W).

64 DHL, 3 octobre 1956, p. 5.

65 ADR – 2294 W 124 – Dossier Messaouda Rahal. Tentative de proxénétisme, coups et blessures. Novembre 1956.

66 DHL, 12 septembre 1956, p. 4.

67 DHL, 7 février 1957, p. 3.

68 ADR – 2294 W 24 – Procès de Rabah M.

69 DHL, 29 mars 1955, p. 1-2. Enquête de J. Perquelin.

70 Ibid.

71 G. Massard-Guilbaud, Des Algériens à Lyon, ouvr. cité, p. 194. Sa section intitulée « Topographies de quartiers “algériens” » donne à comprendre la physionomie de cet ensemble urbain (p. 193-201).

72 DHL, 7 mars 1957, p. 4.

73 DHL, 20 octobre 1957, p. 5.

74 DHL, 31 juillet 1956, p. 3.

75 DHL, 27 août 1956, p. 3.

76 J.-C. Toubon et K. Messamah, Centralité immigrée. Le quartier de la Goutte d’Or, vol. 1, Paris, L’Harmattan, 1990, p. 465.

77 R. Montagne, « L’émigration nord-africaine en France. Son caractère familial et villageois », dans Éventail de l’histoire vivante : hommage à Lucien Febvre, vol. 1, Paris, Armand Colin, 1953, p. 370-371. R. Montagne fut directeur du Centre des hautes études sur l’Afrique et l’Asie moderne (CHEAM).

78 Article cité par G. Massard-Guilbaud, Des Algériens à Lyon, ouvr. cité, p. 194-195. A. Begag a repris certains de ces articles dans son ouvrage : La place du Pont ou la médina lyonnaise, Paris, Autrement, 1997, p. 40-44.

79 DHL, 24 juillet 1957, p. 1-3. Les citations qui suivent proviennent du même article.

80 Sur cet arsenal législatif, lire E. Blanchard, La police parisienne, ouvr. cité, p. 301-302. Également : E. Blanchard, « Ce que rafler veut dire », Plein droit, no 81, juillet 2009. En ligne : [http://www.gisti.org/spip.php?article1650], (consulté le 15 mars 2013).

81 L’expression est empruntée à Emmanuel Blanchard, « Ce que rafler veut dire », art. cité.

82 Dans la région parisienne le procédé n’est guère différent. La médina d’Argenteuil est ainsi l’objet de plusieurs rafles à partir du moment où un agent de police y est tué en 1957. E. Blanchard, « La police et les “médinas algériennes” en France. Argenteuil, 1957-1962 », Métropolitiques, 2012. En ligne : [http://www.metropolitiques.eu/La-police-et-les-medinas.html], (consulté le 15 mars 2013).

83 Le Progrès, 17 août 1961, p. 8. Nous soulignons.

84 La carte des célibataires algériens de Lyon a été réalisée à partir d’un corpus de 3 000 adresses recensées dans les répertoires du Tribunal correctionnel de Lyon en 1956, 1958 et 1960. Sur les 3 000 Algériens retrouvés ainsi, seuls 1 050 résident à Lyon stricto sensu. Notons que la carte ne mentionne que les points et non les densités. La carte des commerces algériens de Lyon a quant à elle été réalisée grâce au recensement des registres de commerces.

85 G. Massard-Guilbaud, Des Algériens à Lyon, ouvr. cité, p. 278.

86 DHL, 30 octobre 1957, p. 3. Dans la presse, il est d’usage de parler de « colonie nord-africaine » quand il s’agit de familles.

87 Sa carrière de journaliste s’interrompt en 1957. Il est jugé et condamné une première fois par le tribunal correctionnel de Lyon pour détention d’armes et de munitions le 3 mars 1960, alors qu’il est inscrit comme « sans profession ». Il est condamné une deuxième fois le 27 mai 1960 avec trois comparses pour « offense au président de la République, distribution de tracts ne portant pas la mention du nom et du domicile de l’imprimeur (Tract “1957 - Budapest (Khrouchtchev) - 1960 Alger (De Gaulle)” ». Il est enfin interné au fort de Sainte-Foy entre avril et mai 1961, pour collusion avec l’OAS. ADR – TR 405 10 – Activités de l’OAS dans la 8e région, surveillance et répression.

88 Le « travail », c’est l’expression utilisée pour évoquer l’engagement pour l’indépendance de l’Algérie.

89 AN – F/1a/5014 – Synthèses des rapports trimestriels établis par les CTAM. Troisième trimestre 1958.

90 Ibid. – Quatrième trimestre 1958.

91 Pour lire des témoignages d’autres résidents de la Croix-Rousse, notamment des artisans, on se reportera à C. Rittaud-Hutinet, Mémoire vivante de la Croix-Rousse, Lyon, Éditions du CNRS, 1982 ; Lire également P. Puéchavy, Récits en mosaïque, Mémoires vivantes de la Grand’Côte, Lyon, ASSFAM, 2001.

Abbildungsverzeichnis

Titel Figure 14a. Déménagement du bidonville des Buers
Bildunterschrift « Feu au bidonville », 24 mars 1960Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 496k
Titel Figure 14b. Déménagement du bidonville des Buers
Bildunterschrift « Déménagement », 9 avril 1960Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 808k
Titel Figure 14c. Déménagement du bidonville des Buers
Bildunterschrift « Déménagement du bidonville des Buers », 22 décembre 1960Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 483k
Titel Figure 15a. Algériennes du bidonville des Buers sous l’objectif de Marcelle Vallet
Bildunterschrift « L’adolescent du bidonville et sa moto », 1960Source : Archives photographiques Marcelle Vallet, Bibliothèque municipale de Lyon
Impressum Crédit : BML © Marcelle Vallet
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 858k
Titel Figure 15b. Algériennes du bidonville des Buers sous l’objectif de Marcelle Vallet
Bildunterschrift « Deux jeunes femmes à l’intérieur du bidonville », 1960 Source : Archives photographiques Marcelle Vallet, Bibliothèque municipale de Lyon
Impressum Crédit : BML © Marcelle Vallet
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 921k
Titel Figure 15c. Algériennes du bidonville des Buers sous l’objectif de Marcelle Vallet
Bildunterschrift « Portrait d’une famille », 1960 Source : Archives photographiques Marcelle Vallet, Bibliothèque municipale de Lyon
Impressum Crédit : BML © Marcelle Vallet
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 943k
Titel Figure 16a. Du bidonville de la rue des Poilus au chalet chemin de la Feyssine
Bildunterschrift « Algériennes dans le bidonville de la rue des Poilus »Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 592k
Titel Figure 16b. Du bidonville de la rue des Poilus au chalet chemin de la Feyssine
Bildunterschrift Chemin de la Feyssine, 13 novembre 1962. Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 713k
Titel Figure 16c. Du bidonville de la rue des Poilus au chalet chemin de la Feyssine
Bildunterschrift Chemin de la Feyssine, 13 novembre 1962. Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 659k
Titel Figure 17a. Deux familles algériennes dans la cité de dépannage des Brosses à Mions (9 février 1961)
Bildunterschrift Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 603k
Titel Figure 17b. Deux familles algériennes dans la cité de dépannage des Brosses à Mions (9 février 1961)
Bildunterschrift Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 691k
Titel Figure 17c. Deux familles algériennes dans la cité de dépannage des Brosses à Mions (9 février 1961)
Bildunterschrift Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 737k
Titel Figure 18a. Prostituées dans la rue Mercière en mars 1957
Bildunterschrift Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 812k
Titel Figure 18b. Prostituée dans la rue Mercière en mars 1957
Bildunterschrift Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 651k
Titel Figure 19a. Rafle dans le quartier de la place du Pont, 24 juillet 1957
Bildunterschrift Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 506k
Titel Figure 19b. Rafle dans le quartier de la place du Pont, 24 juillet 1957
Bildunterschrift Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 1011k
Titel Figure 20. Algériens raflés dans la cour du fort Montluc, 24 juillet 1957
Bildunterschrift Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 1,1M
Titel Figure 21a. Des Algériennes au cœur de la « médina » lyonnaise
Bildunterschrift Contrôle d’identité au quartier général du fort Montluc, 10 août 1957Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-18.jpg
Datei image/jpeg, 493k
Titel Figure 21b. Des Algériennes au cœur de la « médina » lyonnaise
Bildunterschrift Après un attentat contre le 14 rue de l’Épée, 17 août 1961Source : Archives photographiques Le Progrès
Impressum Crédit : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-19.jpg
Datei image/jpeg, 892k
Titel Carte 1. Répartition des célibataires algériens à Lyon
Bildunterschrift Source : Base de données © Marc André
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-20.jpg
Datei image/jpeg, 677k
Titel Carte 2. Répartition des commerces algériens à Lyon
Bildunterschrift Source : Base de données © Marc André
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-21.jpg
Datei image/jpeg, 672k
Titel Carte 3. Répartition des femmes algériennes de Lyon, hors bidonvilles (années 1950)
Bildunterschrift Source : Base de données © Marc André
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7285/img-22.jpg
Datei image/jpeg, 633k

© ENS Éditions, 2016

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540