Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes dévoilées

 | 
Marc André

Partie I. Anonymats

Chapitre 1

Méconnaissances

Texte intégral

  • 1 G. Duby, Les dames du xiie siècle, Paris, Folio Gallimard, 1995, p. 11.

Ce que je m’emploie à montrer n’est pas le réellement vécu.
Inaccessible. Ce sont des reflets des témoignages écrits.
Qu’ils parlent vrai, qu’ils parlent faux,
là n’est pas ce qui m’importe.
L’important pour moi est l’image qu’ils procurent
d’une femme et, par elle, des femmes en général,
l’image que l’auteur du texte se faisait d’elles
et qu’il a voulu livrer à ceux qui l’ont écouté.1

  • 2 Ce concept est emprunté à A. Honneth, La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, Pa (...)
  • 3 Le concept de méconnaissance est également emprunté à A. Honneth mais pas dans le sens entendu par (...)

1Le fait d’être vu ou de passer inaperçu est un mécanisme social que l’on peut scruter à partir du moment où l’on estime qu’une société se construit en partie sur des rapports de communication. Dans le cadre d’une migration, cela oblige à prendre en compte le point de vue de la société d’accueil et des « pathologies sociales » qui s’y développent2. La méconnaissance – cette déformation de la capacité de perception des êtres humains – affecte au premier chef les Algériennes3 : elles arrivent dans une métropole qui s’avère, les concernant, une métropole de clichés. Parce que les Algériennes appartiennent, avant l’indépendance de leur pays, à la catégorie juridique distincte des Françaises musulmanes d’Algérie, les mécanismes d’assignation, de réification vont bon train. Ne voir les Algériennes qu’à travers la catégorie coloniale de femmes musulmanes construit une réalité filtrée, falsifiée.

  • 4 Sur la naturalisation des catégories sociales et ces différentes cécités : D. Cohen, La nature du (...)

2De fait, les Algériennes s’inscrivent en creux dans la politique de surveillance qui vise la « population nord-africaine » en métropole dans les années 1940-1950 et sont l’objet d’une triple cécité4. Statisticiens, démographes, préfets, inspecteurs de la population observent scrupuleusement la population algérienne mais ne voient pas les femmes. Ceci s’explique d’abord par une cécité forcée : les Algériennes restent peu nombreuses, mobiles et dispersées. Il est ensuite une autre cécité – Hannah Arendt parlerait de cécité morale. Le poids des représentations est tel qu’il recouvre les Algériennes de multiples stéréotypes dans les discours de tous ceux qui ont à les scruter, à un moment ou à un autre : policiers, agents des Renseignements généraux, journalistes, assistantes sociales, chercheurs en sciences sociales ou humaines. Enfin, les témoignages recueillis sur ces femmes (photographies) ou de ces femmes (entretiens) montrent à quel point celles-ci avaient conscience de leur invisibilité. L’étude de l’apparence justifie une cécité physique : on ne les voit pas car elles ne sont pas immédiatement identifiables.

Les petits nombres

  • 5 AN – F/1a/5035 – Circulaire à messieurs les inspecteurs généraux en mission extraordinaire et à me (...)
  • 6 L’Institut national d’études démographiques (INED) naît en 1945. Sur ce sujet : P.-A. Rosental, L’ (...)

3La venue en métropole des Algériennes, progressive, a lieu si discrètement qu’il est d’abord difficile de les compter ou simplement de les enregistrer. Lorsqu’en 1949, le ministre de l’Intérieur confie comme mission extraordinaire aux préfets de dresser un premier inventaire démographique de la population algérienne, il est rappelé que « bien entendu […] cette enquête, entreprise dans l’intérêt propre de nos concitoyens, ne devra donner en aucun cas aux intéressés l’impression d’une suspicion, d’une mesure de police ou d’un recensement discriminatoire dont la pensée est inconcevable à l’égard de ceux qui possèdent l’égalité des droits dans la citoyenneté »5. Néanmoins, à une époque où les soucis natalistes sont vifs (conséquences de la Seconde Guerre mondiale, besoin de main-d’œuvre, etc.) et où l’« intelligence démographique » atteint son âge d’or, connaître une population, c’est avant tout en prendre la mesure statistique6.

  • 7 AN – F/1a/5046 – Mouvement de main d’œuvre entre l’Algérie et la France, 1949-1961.
  • 8 ADR – 437 W 82 – Direction générale de la sûreté nationale, service des Renseignements généraux, L (...)
  • 9 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisi (...)
  • 10 Ibid. – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Le préfet du Rhône à M. le ministre de l (...)

4Les recensements de 1946, 1954 et 1962 d’une part, les rapports établis par l’inspecteur divisionnaire / directeur de la population et remis au ministre de la Santé publique et de la Population – cinq ont été rédigés de 1946 à 1962 –, de l’autre, cherchent à cerner non seulement le nombre de travailleurs nord-africains, mais aussi celui des familles et des femmes algériennes : ces dernières sont pour la première fois officiellement dénombrées en 1952 et il faut attendre 1958 pour que le décompte hommes, femmes et enfants devienne systématique grâce à des relevés trimestriels7. Or, les chiffres sont toujours regardés avec circonspection, voire avec un certain malaise : les Renseignements généraux en 19498, l’inspecteur de la population Philippe de Meaux en 1952 puis en 19569, n’arrivent pas à recenser le nombre d’Algériennes – et de leurs familles – en France. Le préfet du Rhône, Pierre Massenet (1900-1969), exprime de la même manière en 1956 son dépit au ministre de l’Intérieur : « Il est très difficile de connaître, de manière précise, le nombre exact des familles musulmanes »10. Ces regrets laissent percevoir le réel désir de connaître le nombre de familles originaires d’Algérie dans le département du Rhône, et sa frustration. Plusieurs raisons expliquent cette faible connaissance démographique.

  • 11 ADR – 437 W 82 – Direction générale de la sûreté nationale, service des Renseignements généraux, L (...)
  • 12 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisi (...)
  • 13 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Le préfet du Rhône à M. le min (...)

5Premièrement, le contrôle et la surveillance de la population algérienne sont plus lâches après 1945 que durant l’entre-deux-guerres. Les Renseignements généraux constatent en effet qu’« aucun organisme officiel ne contrôle entièrement l’immigration musulmane »11. Cette absence de contrôle spécifique est due à la loi du 20 septembre 1947 reconnaissant la citoyenneté aux Algériens, et donc leur autorisant la libre circulation de part et d’autre de la Méditerranée12. Le préfet confirme ce diagnostic et évoque le « caractère fluctuant de ces mouvements de population »13. L’arrivée en France en ordre dispersé et l’absence de contrôle ou d’aiguillage dans les entrées de villes françaises – port, gare, aéroport – renforcent d’autant plus le flou des statistiques que les populations sont mobiles à l’intérieur même des frontières métropolitaines. C’est ce qu’indique un « petit fait vrai », le témoignage d’une jeune femme, Mansouria Blaha, arrivant à Lyon après avoir laissé le reste de sa famille à Valbonne en 1960 :

Alors j’ai pris le train de nuit, il n’y avait pas de TGV à l’époque, c’était un train qui s’arrêtait à toutes les gares. J’avais pas beaucoup de sous pour acheter le lait pour mes enfants, le chocolat chaud, rien du tout. J’ai atterri à Perrache. Alors vous y croirez si vous voulez, ça je vous le jure sur la tombe de ma mère et mon bébé que j’ai perdu dans l’accident de voiture. Alors je suis arrivée à Perrache – moi j’étais habillée comme quand on est au bord de la mer, j’arrive à Lyon, du brouillard j’en avais jamais vu, le froid – c’était l’ancienne gare Perrache, une très grande gare. Et puis la tête me tournait, je me suis mise à regarder en haut, il y avait une très belle sculpture, très jolie. Et puis j’ai pleuré, pleuré, pleuré, toujours au centre comme ça, comme dans un film. J’étais là et puis il y en a un « Maman j’ai faim », l’autre « attends j’ai rien du tout, attends je vais voir » […]. Je pleurais, j’avais Farida dans les mains, Mahmoud comme ça.

  • 14 Les citations extraites des entretiens ne sont pas référencées en notes de bas de page. La liste d (...)

Il y a un monsieur qui devait prendre son train pour aller travailler. Je ne le connaissais ni d’Adam ni d’Ève. Ce monsieur s’avance vers moi – vous voyez comme on était avant, maintenant il s’approcherait pas de toi – alors avant, j’étais jeune aussi, encore une fois. Alors il vient, il me dit « Bonjour madame, vous attendez qui ? » J’ai dit : « Personne. » « Vous allez chez qui ? » Je dis : « Personne. » « Vous avez de la famille ? » « Non j’ai personne. » Alors il s’est demandé pendant quelques secondes si j’étais bien. Il m’a dit : « C’est les enfants de qui. » J’ai dit : « C’est les miens. » « Mais vous venez d’où ? » Alors là j’ai répondu : « Eh bien j’arrive de Toulon. » « Mais qu’est-ce que vous êtes venue faire ici ? » « Pour le travail, j’aimerais bien travailler, pour qu’on me donne du travail. » Mais il me dit : « Et votre mari ? » Je lui dit : « J’en ai pas. » Alors avec un musulman comme ça, c’est un peu choquant, j’ai toujours gardé ce franc-parler, et puis j’ai rien dit de mal. Alors bon, il avait son truc, son sac, il devait aller bosser pour je sais pas où, et puis il me dit, en arabe, il me dit : « Vous parlez l’arabe ? » Je dis : « Oui je parle l’arabe. » Alors il me dit : « Vous voulez accepter de me suivre. » « Vous suivre où ? » Alors il me dit : « Je connais un endroit où ils vont vous prendre en charge. » En charge ? Et ce mot, je n’arrivais pas à le décrypter. Alors j’ai dit oui, il faisait jour, il venait de faire jour. D’accord.14

6L’arrivée matinale en gare de Perrache est anonyme : pas d’office de contrôle, pas de policier à la rescousse, pas de service d’accueil, simplement une femme avec ses enfants qui vient d’arriver. La rencontre fortuite avec un Algérien lui permet de s’extirper de cette gare pour se rendre dans un garni, rue de la Monnaie, passer la journée et la nuit. Seul ce passage a dû être consigné, car les responsables des garnis comme des hôtels avaient l’obligation, au début des années 1960, d’apporter les registres au commissariat de police le plus proche. Mansouria Blaha échappe à l’évidence aux relevés statistiques du temps.

  • 15 G. Massard-Guilbaud, Des Algériens à Lyon, ouvr. cité, p. 450.
  • 16 AN – F/1a/5035 – Ministère de l’Intérieur. Révision des données statistiques fournies en exécution (...)

7Une deuxième raison est généralement avancée pour expliquer l’inexactitude de la plupart des chiffres : les Algériens mettraient de la « mauvaise volonté » lors des recensements, le fait ayant déjà été relevé dans l’entre-deux-guerres15. Le ministre de l’Intérieur se rend d’ailleurs à l’évidence : « Le dénombrement des femmes et des enfants de statut musulman est une opération extrêmement délicate ; les musulmans considèrent en effet qu’il n’est pas décent d’être questionné sur leur situation matrimoniale et les chiffres avancés constituent une approximation aussi exacte que possible »16.

  • 17 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisi (...)

8La troisième explication justifiant un difficile maniement des chiffres est le flou des catégories statistiques. D’une part, les Algériennes et les Algériens étant désormais citoyens français, l’origine n’est pas toujours évoquée dans les documents administratifs. Ainsi, quand Philippe de Meaux s’adresse à la caisse d’allocations familiales, il constate l’impossibilité pour ce service de lui préciser le nombre d’allocataires « nord-africains » bénéficiant pour leurs enfants en France de prestations familiales, « vu qu’aucun classement par département d’origine n’existe pour les allocataires bénéficiant de prestations familiales dans le Rhône »17. D’autre part, le flou est également spatial : les échelles géographiques d’analyse sont inconstantes, tantôt circonscrivant l’agglomération lyonnaise, tantôt le département du Rhône. La volonté de connaître le nombre des femmes algériennes se heurte à une impossibilité matérielle de les dénombrer.

  • 18 G. Massard-Guilbaud, Des Algériens à Lyon, ouvr. cité, p. 331.
  • 19 Ibid., p. 449-450. L’historienne précise que parmi les épouses nées en Algérie, deux sont peut-êtr (...)
  • 20 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. P. de Meaux, L’immigration fam (...)
  • 21 A. H. Lyons, « Invisible immigrants », thèse citée, p. 56.
  • 22 Cela représente 5 à 6 % de la population algérienne émigrée en métropole. AN – F/1a/5014 – Synthès (...)

9L’étude des recensements permet malgré tout de dégager une tendance de la présence algérienne dans le Rhône. Dans l’entre-deux-guerres, l’immigration est masculine : les recensements de 1926 et de 1931 laissent transparaître la présence à Lyon de trois épouses algériennes18. Celui de 1936 relève 22 Algériennes dans cette ville : encore peu nombreuses à cette date, elles s’ancrent petit à petit à Lyon puisque deux enfants sur dix seulement sont nés en Algérie19. Après la guerre, les arrivées se font plus régulières. En 1946, 201 femmes algériennes sont recensées dans le département du Rhône pour 1 724 hommes, soit un peu plus de 11 % de la population nord-africaine. Le résultat pour le département du Rhône du recensement général de la population du 10 mai 1954 évalue quant à lui le nombre des femmes algériennes à 1 090 pour 16 417 individus originaires d’Afrique du Nord, soit environ 8 %. Leur nombre correspond à environ 1,7 % de la population totale du département et à 2,1 % de celle de l’agglomération lyonnaise20. À la fin de la période, en 1962, les femmes algériennes ont dépassé les 1 000 : on en dénombre 1 252 pour 16 000 hommes. La tendance à la hausse de la migration féminine dans le Rhône est confirmée à l’échelle nationale. Soixante-dix femmes algériennes vivraient en métropole durant l’entre-deux-guerres21. Elles sont 4 841 (sur une population algérienne de 180 000 personnes, soit 2 %) en 1952 – c’est le chiffre fourni par le ministère de l’Intérieur –, environ 12 000 en 1956. À partir de 1958, les chiffres sont mieux connus : le ministère comptabilise 15 000 Algériennes cette année-là, 17 200 en 1960 et 24 891 en 196222.

  • 23 AN – F/1a/5035 – Enquête sociale sur la situation des musulmans originaires d’Algérie résidant en (...)
  • 24 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Lettre de G. Martin à M. Pigot (...)
  • 25 AN – F/1a/5046 – Mouvement de main d’œuvre entre l’Algérie et la France, 1949-1961.

10Ces chiffres masquent toutefois la dynamique migratoire des Algériennes. En effet, comme l’indique le ministre de l’Intérieur, et « contrairement à une opinion assez répandue, les femmes qui viennent dans la Métropole ne s’y fixent généralement pas. On peut constater au passage à Marseille que nombreuses sont celles qui repartent »23. Quelques chiffres sont avancés par le conseiller technique des affaires musulmanes (CTAM) de la préfecture du Rhône : entre le 1er janvier et le 15 juin 1957, « selon les renseignements fournis par le Gouvernement général de l’Algérie, il apparaît que 1 262 femmes et 1 302 enfants sont arrivés en métropole tandis que 730 femmes et 536 enfants en sont repartis. Il reste donc un solde migratoire positif de 532 femmes et 766 enfants »24. La stabilité des femmes est loin d’être une évidence même si le mouvement migratoire des Algériennes présente deux particularités par rapport à celui des hommes. D’une part, il est de plus faible ampleur avec des arrivées mensuelles comprises entre 100 et 500 femmes contre 2 000 et 11 000 hommes. D’autre part, sa courbe est plus régulière si bien que « la constance d’un solde migratoire femme-enfant positif conduit à penser que, bien qu’encore peu important, ce mouvement semble destiné à s’accentuer »25.

  • 26 AN – F/1a/5035 – Enquête sociale sur la situation des musulmans originaires d’Algérie résidant en (...)
  • 27 AN – F/1a/5046 – Mouvement de main d’œuvre entre l’Algérie et la France, 1949-1961.

11Le faible nombre d’Algériennes en métropole ou dans le Rhône en particulier, leur venue de plus en plus nombreuse et l’impossibilité de les connaître précisément alimentent un discours inquiet des autorités sur ces femmes musulmanes. Ainsi, en 1953, on note déjà que leur arrivée est « une donnée qui risque de modifier profondément dans les années à venir l’aspect du phénomène migratoire, [et] un danger qu’il ne faut pas sous-estimer, [rendant] nécessaire une action vigilante pour faciliter l’intégration de la femme musulmane au milieu métropolitain »26. En 1957, on précise que « de nouveaux problèmes sociaux d’adaptation et d’éducation voire d’intégration des femmes musulmanes à la communauté française vont se poser à l’attention du service des affaires sociales »27.

Femmes inadaptées

  • 28 G. Massard-Guilbaud, « L’immigration algérienne en France, une immigration qui fait problème ? Réfl (...)

12L’arrivée progressive des femmes algériennes ne bouleverse pas le regard porté sur elles par l’administration, la police, la presse, tant leurs représentations préexistent à leur arrivée. Jusqu’en 1936 d’ailleurs, la régl ementation de l’émigration a empêché leur départ d’Algérie, en partie pour des raisons culturelles : trop exotiques, mystérieuses et prolifiques28, elles restent considérées, et en particulier par les contrôleurs sociaux, comme inadaptées à la société française et ce jusqu’à la fin des années 1950. En témoigne l’étonnante représentation statistique de la présence des Algériennes en métropole parue dans Messages d’Algérie.

Figure 1. Le nombre de familles algériennes recensées en métropole en images

Figure 1. Le nombre de familles algériennes recensées en métropole en images

Source : Messages d’Algérie, 15 février 1958, no 12, p. 9

Crédit : © Messages d’Algérie

  • 29 G. Gaulmin, « L’immigration nord-africaine dans l’agglomération lyonnaise », Mémoire de maîtrise, U (...)
  • 30 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisio (...)
  • 31 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. P. de Meaux, L’immigration fami (...)
  • 32 Le « degré d’adaptation » regroupe la tenue du foyer, l’apparence et la maîtrise du français.

13Alors que ce journal pro-Algérie française ne cesse d’insister sur l’émancipation des femmes algériennes, elles ne sont plus ici que des figurines identiques – duplicables – de femmes intégralement voilées dont les rangs s’épaississent d’autant plus qu’elles mettent au monde beaucoup d’enfants. C’est que, mal comptées dans les recensements, mécomptées dans les enquêtes et rapports, elles restent méconnues. En effet, dans toutes les enquêtes menées sur les familles algériennes – une recherche universitaire en géographie ciblant les travailleurs et leurs familles dans le département du Rhône29, une enquête démographique rédigée en 1952 par l’inspecteur de la population Philippe de Meaux sur les couples algériens30, une autre réalisée en 1956 par le même inspecteur à partir d’un échantillon de 120 familles de travailleurs nord-africains31 – les femmes sont toujours considérées en tant qu’épouses, jamais en tant qu’individus. Dans l’enquête de 1956, qui concentre davantage son attention sur les femmes originaires d’Algérie, le questionnaire rapporte bien la région d’origine des épouses ou concubines, leur année de naissance, leur âge (ainsi que celui des hommes) à l’époque où elles ont contracté le mariage (ou à celle de la transcription du mariage, ou encore du début du concubinage), celui qu’elles avaient quand elles sont entrées en France, le nombre d’années de mariage, le nombre d’enfants et le lieu de naissance de ceux-ci, la composition des familles, le type de logement. Mais il cherche essentiellement à mesurer, in fine, le degré d’adaptation à la métropole32. Ce degré d’adaptation – véritable fil rouge qui sous-tend la problématique de l’étude – est d’ailleurs recherché avec une dissymétrie de genre dans le questionnaire : alors que les travailleurs hommes sont passés au crible de 15 items (sur l’instruction, la connaissance du français, l’adaptation, la stabilité), les femmes des travailleurs ne bénéficient que de 3 items : 33 % des épouses sont dites inadaptées, 40 % médiocrement ou mal adaptées, 27 % bien adaptées.

  • 33 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisio (...)
  • 34 AN – F/1a/5035 – Action sociale en faveur des femmes musulmanes d’origine algérienne résidant en mé (...)
  • 35 AN – F/1a/4813 – Comité d’action interministériel pour les affaires sociales musulmanes en métropol (...)
  • 36 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisio (...)
  • 37 Les Cahiers nord-africains sont une publication du Service social familial des Nord-Africains (SSFN (...)

14De fait, l’inspecteur de la population évoque « le caractère spécial de cette fraction de la population »33. Cette spécificité à première vue objective – l’arrivée de femmes modifie la conception que l’on se fait de la migration en provenance d’Algérie – prend ailleurs un tour culturel. Sous la plume du ministre de l’Intérieur, il apparaît que « leur évolution et leur adaptation à une civilisation à laquelle elles n’ont, dans la majorité des cas, pas été préparées, constituent […] la condition préalable à toute intégration de la famille dans la vie métropolitaine »34. Sous celle du Comité d’action interministériel pour les affaires sociales musulmanes en métropole, « ces femmes musulmanes, transplantées brusquement dans le monde moderne et occidental, ne peuvent s’adapter à ces nouvelles conditions de vie, sans une aide et une éducation appropriées qui impliquent des services sociaux spécialisés […] et un enseignement adapté »35. Dès le début des années 1950, la préfecture du Rhône estime même qu’« il serait indispensable, en cas de création d’un service social familial pour Nord-Africains, [que] les personnes chargées de ce service aient reçu un complément de formation spéciale afin d’être susceptibles de mieux comprendre la mentalité, les mœurs et les coutumes des familles auxquelles elles auront à faire » 36. À charge pour les Cahiers nord-africains, par exemple, de dispenser justement quelques éléments de compréhension des musulmanes37. Les Algériennes sont alors renvoyées à des « mentalités », « mœurs », « coutumes » d’un autre âge qui supposent une sorte de conscience ethnographique pour comprendre des personnes autres.

  • 38 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. P. de Meaux, L’immigration fami (...)

15L’inadaptation supposée en métropole porterait notamment un stigmate : la claustration. Par exemple, Philippe de Meaux note qu’« en ce qui concerne leur comportement familial certains travailleurs par ailleurs bien adaptés continuent néanmoins à vivre selon leurs traditions ancestrales, à cloîtrer leurs épouses, etc. » et conclut que « pour les femmes, appelées à être moins en contact avec des métropolitains et dont certaines vivent cloîtrées, cette adaptation est rendue plus difficile, parfois même impossible »38. Ce discours émanant de l’inspecteur de la population se généralise ensuite. Et Gilbert Gaulmin, dans son analyse géographique des populations nord-africaines résidant à Lyon, de reprendre des propos déjà entendus :

La façon de vivre des Nord-Africains en Métropole ne diffère guère, pour beaucoup, de leur façon de vivre en Algérie. La plupart continuent à se nourrir à la mode indigène sans tenir compte du gros effort physique qu’il leur faut fournir pour travailler et supporter un climat très rude.

  • 39 G. Gaulmin, « L’immigration nord-africaine », mémoire cité, p. 131-132. Nous soulignons.

Des femmes musulmanes vivent encore cloîtrées dans leur maison. Le Service social et familial nord-africain nous a même signalé plusieurs cas de logements algériens où les hommes verrouillaient les portes et apposaient des planches aux fenêtres pour isoler leur femme.39

16Les images vont crescendo – des femmes vivraient barricadées – même si les mesures sont tout de suite plus floues : « beaucoup », « la plupart », « plusieurs cas » ; les généralités valent chiffres. Ainsi, la migration de ces femmes d’Algérie vers la France n’impliquerait aucune modification dans leur mode de vie.

  • 40 C’est ce que démontre notamment A. H. Lyons, « Invisible immigrants », thèse citée.
  • 41 Ibid., p. 71-72.
  • 42 Ibid., p. 77. Pour l’historienne, le message n’était pas reçu avec la plus grande bienveillance. En (...)
  • 43 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964, le préfet du Rhône à M. le mini (...)
  • 44 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. P. de Meaux, L’immigration fami (...)

17Dès lors, toutes les politiques envisagées partent d’un même postulat, celui de l’inadaptation des Algériennes, et définissent des programmes d’« entraînements à la vie métropolitaine »40. C’est le cas lorsque Radio France diffuse, à partir du début de l’année 1950 et à l’heure où les femmes sont supposées être devant leur poste à la maison, des émissions portant « sur le soin des enfants, le blanchissage, le repassage, les bénéfices des visites régulières chez le médecin, et sur la manière d’accéder aux allocations »41. Le message a pour objectif de faire accepter la « modernité » et les « valeurs occidentales » aux « femmes musulmanes »42. C’est le cas également lorsque le préfet doit considérer quatre types de projets pour loger les familles algériennes. Le premier consiste en groupes de logements séparés pour familles musulmanes avec comme exemple de référence le « Foyer-Jardin Stéphanois » (20 logements), mais il suscite des réserves car « cette formule risque de conduire à une ségrégation et de favoriser le maintien du mode de vie musulmane, peu propice à faciliter une adaptation souhaitable »43. Le deuxième projet repose sur l’affectation aux familles nord-africaines d’un pourcentage plus élevé de logements dans les cités d’urgence et les HLM. Le préfet, encore réticent, devance l’a priori négatif d’une opinion métropolitaine trouvant toute discrimination positive inappropriée en ces temps de pénurie de logement et redoutant « à tort ou à raison le voisinage des familles musulmanes ». Le troisième projet, un aménagement de locaux vétustes ou insalubres, « donnerait sans doute des résultats plus substantiels » et offrirait « le double avantage de rendre service aux familles qui s’y trouvent et de ne pas provoquer un nouvel afflux de population ». Mais c’est le quatrième projet qui reçoit les faveurs du préfet car répondant aux exigences de cet entraînement à la vie métropolitaine. Il s’agit de l’implantation de logements métalliques démontables, sous forme de « pavillons familiaux » qui assureraient le « logement [des Algériens] dans des conditions satisfaisantes, faciliterai[en]t leur adaptation et contribuerai[en]t à faciliter l’évolution d’êtres dont l’incorporation à la population métropolitaine serait rendue plus aisée »44. Ces logements permettraient donc une double transition : d’un logement précaire vers un logement décent, et d’un mode de vie « inadapté » à un autre plus « évolué ». La solution idéale serait la cohabitation, seule à même d’inculquer les valeurs françaises aux « femmes musulmanes ».

  • 45 Ibid., p. 47.
  • 46 A. H. Lyons, « Invisible immigrants », thèse citée, p. 2. Traduction personnelle. J.-J. Rager a étu (...)
  • 47 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisio (...)

18Les Algériennes sont finalement un gage d’avenir car elles font figure de stabilisatrices de la population masculine originaire d’Afrique du Nord. Cette image apparaît soit sous la forme d’un projet, soit sous celle d’un constat – « La stabilité des travailleurs algériens dont l’épouse est en métropole, est dans l’ensemble satisfaisante »45 – et revient dans chaque rapport ou enquête. Ainsi, pour l’expert Jean-Jacques Rager, « un Algérien qui a sa famille en France trouve qu’elle lui donne de la dignité et l’empêche de tomber dans de mauvais chemins »46. L’immigration des femmes originaires d’Algérie est donc malgré tout vue d’un bon œil par de nombreux experts et, dès 1952, l’inspecteur de la population affirme : « L’expérience prouve que les familles de travailleurs nord-africains placées dans des conditions d’existence semblables à celles des familles de travailleurs de la France métropolitaine s’assimilent assez rapidement à la vie et aux coutumes de la métropole »47. Mais ces familles ne bénéficient ensuite d’aucune étude approfondie. L’État et ses experts imposent leur norme et nomment les anomalies. Quant à Gilbert Gaulmin, son portrait devient, sur la fin, plus optimiste – bien que le postulat reste inchangé :

  • 48 G. Gaulmin, « L’immigration nord-africaine », mémoire cité, p. 131-132.

On assiste, en effet, à une émancipation progressive de la femme musulmane. Les obligations professionnelles de son mari l’obligent à se charger de tous les soucis ménagers. Dès lors la femme sort de chez elle, voit des Métropolitaines. Elle prend conscience de sa condition inférieure. Elle cherche à imiter le comportement des femmes françaises. Elle leur emprunte des idées pour habiller ses enfants. Elle s’essaye à faire de la cuisine française. Ainsi, peu à peu transforme-t-elle la vie intérieure de son foyer. La présence d’enfants fréquentant l’école constitue d’ailleurs un puissant moteur d’évolution pour la femme ; il faut aller chercher les enfants en classe, leur assurer des repas à heure régulière, les habiller convenablement.48

Femmes amorphes ou fanatiques

  • 49 E. Blanchard, « Encadrer des “citoyens diminués” », thèse citée, p. 423-425.
  • 50 ADR – 248 W 139 – Activités séparatistes algériennes, 1960-1961. Aide-Mémoire IGAME 7e région, Dij (...)
  • 51 H. Hamon et P. Rotman, Les porteurs de valises. La résistance française à la guerre d’Algérie, Par (...)
  • 52 DHL, 24 août 1957, p. 3.

19À première vue, il semble aussi que les Algériennes restent invisibles au regard policier dans les années 1950, les Algériens étant considérés comme une communauté d’hommes49. Lors de la conférence régionale de tous les services de police qui se tient le 1er juin 1957 à Besançon, il est rappelé que « le nomadisme traditionnel des Nord-Africains et l’organisation secrète des mouvements nationalistes compliquent leur identification et imposent de déceler les déplacements des éventuels agents de liaison, même dans les zones de très faible implantation algérienne »50. L’attention se focalise ici sur les agents de liaison masculins quand, habituellement, ce sont des tâches essentiellement réservées aux femmes, notamment métropolitaines51. Au même moment pourtant (été 1957), on lit dans la presse quotidienne régionale : « Les policiers ont […] découvert que les mouvements extrémistes n’hésitaient pas, le cas échéant, à utiliser les services de femmes ou de fillettes pour la distribution de tracts ou de journaux séditieux »52. Ce constat n’enclenche pas une politique de surveillance active et les lieux de contrôles plus spécifiquement ciblés – entreprises, usines utiles à la défense nationale, entreprises chimiques, cantonnements, trains-parcs, débits de boissons et « autres lieux de rassemblements habituels » – restent des lieux où l’on trouve plutôt des hommes.

  • 53 ADR – 437 W 79 – Contrôle des Nord-Africains et répression des activités séparatistes algériennes. (...)

20Progressivement, les femmes font l’objet d’une attention plus fine. Le retard dans la prise de conscience et la nouveauté apparente du phénomène occasionnent d’ailleurs des problèmes de logistique, comme en témoigne le directeur des Renseignements généraux, en avril 1958. Quand il apprend de la part du préfet des Bouches-du-Rhône que le FLN utiliserait des femmes, musulmanes ou métropolitaines, pour assurer ses liaisons dans la wilaya centre-sud, il signale la difficulté d’opérer leur fouille, faute de « dames visiteuses ». Il propose alors d’utiliser les dactylographes des services de police, les femmes des concierges des commissariats ou toute autre personne qui accepte de prêter son concours53.

21Ce n’est qu’en 1960 que les Algériennes apparaissent véritablement comme de potentielles militantes actives. Alors, les stéréotypes éclatent au grand jour, dans un rapport estampillé « Très secret » :

  • 54 ADR – 248 W 139 – Activités séparatistes algériennes, 1960-1961. Ministère de l’Intérieur. Directi (...)

Les femmes constituent également une branche à part (dont la constitution est d’ailleurs seulement ébauchée). Il ne s’agit pas là d’une mesure de méfiance puisque les femmes algériennes admises dans l’organisation, se révèlent souvent comme les plus haineux et les plus fanatiques adversaires de la France. La Fédération les utilise souvent pour les liaisons délicates et dangereuses (transports de fonds, d’armes, surveillances des « traîtres », etc.). Elle a simplement voulu entraîner, derrière les plus évoluées, la masse assez inculte et amorphe des femmes berbères afin de leur donner conscience de leur personnalité et de leur force. Grâce à l’organisation et par le moyen de la lutte de libération, la femme doit s’instruire et s’émanciper.54

22Un organigramme accompagne ce descriptif et décompose l’intégralité de l’organisation politico-administrative du FLN.

Figure 2. Organigramme de l’organisation politico-administrative vue par le directeur des Renseignements généraux en mai 1960

Figure 2. Organigramme de l’organisation politico-administrative vue par le directeur des Renseignements généraux en mai 1960

Source : ADR – 248 W 139 – Activités séparatistes algériennes – 1960-1961

  • 55 L. Amiri affirme qu’une « organisation exclusivement féminine » a été initiée à la veille de l’ind (...)

23Tout surprend dans ce texte comme dans l’organigramme : ce dernier pose comme réalité une branche féminine parfaitement hiérarchisée en secteurs, kasmas, sections, groupes, cellules. Les femmes sont donc considérées comme « une branche à part » du FLN dès le printemps 1960, alors que la section des femmes du FLN n’est mise sur pied que durant l’été 1961 et pour une « courte année »55. En mai 1960, les femmes n’en seraient néanmoins qu’à leur réveil et les stéréotypes perdurent : d’un côté, les femmes « évoluées » sont soit haineuses, soit « fanatiques » ; de l’autre, la masse est « inculte et amorphe ».

24Les Algériennes apparaissent donc tardivement comme dignes de surveillance bien que plusieurs d’entre elles soient fichées et considérées comme « très dangereuses », puis, quand elles le deviennent, les stéréotypes sont réactivés : le regard policier est tout aussi déformé que celui des enquêteurs sociaux. On peut aussi noter que la préfecture et les commissariats de police ont d’autres canaux que les discours officiels ou les notes internes pour laisser poindre leurs vues : ils sont à la source, directement ou indirectement, de bien des articles de presse.

Fatmas farouches ou femmes ordinaires

  • 56 Ce journal, édition lyonnaise du Dauphiné Libéré, apparaît en février 1955 à Lyon avec pour objecti (...)
  • 57 M. Mc Luhan, Pour comprendre les médias, Paris, Seuil, 1968, p. 236.

25Or, il n’est pas une journée sans que le lecteur lyonnais ne soit informé d’un fait de guerre en Algérie, en Tunisie, ou au Maroc, d’une rencontre sportive mettant en vedette un « Français musulman », ou encore d’un fait divers mettant en scène un « Nord-Africain » : plus de 9 000 articles ont été publiés dans Dernière Heure Lyonnaise entre février 1955, date de création du journal, et mars 1962, date du cessez-le-feu, autour de ces sujets56. Dès lors, les femmes algériennes apparaissent-elles dans ce « confessionnal collectif »57 qu’est la presse quotidienne régionale ?

26Absentes, les femmes le sont dans bien des rubriques : sportives, culturelles (cinéma, conférences, livres), politiques, économiques (entreprises). En revanche, elles apparaissent dans deux ensembles décomposables. Le premier concerne les rubriques qui donnent à voir des femmes « abstraites » : ce sont les reportages et les dessins de presse. Le deuxième ensemble englobe les rubriques qui laissent transparaître des femmes bien « concrètes » : ce sont les faits divers et les comptes rendus judiciaires.

  • 58 Trois reportages soit 17 articles. Premier reportage : J. Perquelin, Les Nord-Africains chez nous, (...)
  • 59 Dernière Heure Lyonnaise, 24 mars 1955, p. 1.
  • 60 DHL, 24 mars 1955, p. 1.

27Les reportages successifs consacrés aux « Nord-Africains », dont le nombre culmine en 1955, agissent comme une respiration dans l’ordre des rubriques sans pour autant modifier la perception des femmes algériennes58. Ainsi, moins de deux mois après la création de Dernière Heure Lyonnaise, et parce que « les musulmans français d’Algérie sont entrés sans bruit dans la vie métropolitaine, [le] plus souvent par la porte de service »59, Jean Perquelin signe une enquête en cinq volets intitulée Les Nord-Africains chez nous destinée à dessiller les yeux des Lyonnais face à une « pareille minorité »60. Le titre du paragraphe consacré aux Algériennes – Le sacrifice des « tatouées » – donne pourtant le ton d’un article bien loin de la prudence souhaitée :

Le deuxième problème qu’a fait lever l’immigration algérienne (le premier restant celui du travail) se réfère au logement. Il se complique de l’arrivée de plus en plus nombreuse des femmes et des enfants.

Ce récent afflux (il y a à Lyon 600 familles musulmanes) peut traduire une amélioration du sort ou, du moins, des perspectives des immigrés, une meilleure adaptation au cadre industriel de la métropole, aux conditions de la vie en France, peut-être aussi l’évolution des musulmanes.

Ce n’est pas sans surprise que ceux qui, prétendant connaître la psychologie des « femmes voilées », voyaient en elles de farouches conservatrices des traditions et des préjugés du vieil Islam, attisant les foyers de haine ou, du moins, de suspicion que celui-ci a toujours entretenus, constatent l’attraction que, maintenant, certaines formes de notre civilisation, certains aspects de notre vie exercent sur elles.

Dans des lettres dont nous avons pu avoir connaissance, les femmes laissées en Kabylie et dans l’Aurès (qui est un des réservoirs de l’émigration) exprimaient nettement le désir de rejoindre leurs maris.

En novembre dernier, le médecin-chef de l’hôpital de Batna ne nous disait-il pas qu’un des plus fréquents sujets de conversation de ses patientes (presque toutes originaires de l’Aurès) était la France, ou plus exactement la vie facile qu’on y mène et les égards dont les femmes, les musulmanes comme les autres, y sont l’objet. Mais toutes déploraient les tatouages dont leurs visages sont ornés (ou défigurés) et qui les faisaient prendre, en France, pour des « sauvagesses ».

  • 61 Ibid., 31 mars 1955, p. 2.

Et pour se débarrasser de ce handicap et paraître à leur avantage, elles vont, ajoutait le docteur Brunet, jusqu’à employer des corrosifs, comme la potasse, qui font bien disparaître les points de cette dentelle bleue que sont les tatouages, mais laissent à leur place de très laides cicatrices.61

  • 62 J. House nous apprend, par exemple, que les femmes algériennes qui arrivaient de l’intérieur vers 1 (...)
  • 63 DHL, 17 novembre 1955, p. 2. Marthe Massenet est l’épouse du préfet Pierre Massenet (1900-1969) et (...)

28Alors que le journaliste estime que son reportage est un « plaidoyer » en faveur d’un accueil plus humain des « Nord-Africains », il reproduit surtout les stéréotypes précédemment entrevus : les Algériennes restent autres, tant psychologiquement que physiquement, par la marque des tatouages sur le visage qu’elles tendraient à faire disparaître62. De la même manière, l’enquête réalisée fin novembre 1955 par le grand reporter Paul Dreyfus – qui se déroule en suivant un Algérien bien réel, Mohamed, dans sa recherche d’un logement – ne voit dans les femmes que ce qu’elles ont de différent. Décrivant la colonie de vacances fondée à Gresse-en-Vercors par l’épouse du préfet, Marthe Massenet, et qui réunit tous les étés une soixantaine de jeunes femmes algériennes accompagnées de leurs enfants, il signale que « toutes portent le costume et [que] leurs pittoresques traditions sont respectées »63.

  • 64 Ibid., 16 novembre 1955, p. 2.
  • 65 Ibid., 31 mars 1955, p. 2. Dans le reportage, G. Martin, directeur des affaires musulmanes à la pré (...)

29On explique aisément cette fabrique des stéréotypes par un transfert des connaissances de la préfecture au journal. Quand l’ancien policier de la brigade nord-africaine Julien Azario rêve de créer, pour faire face à « l’arrivée de plus en plus importante des familles qui viennent essentiellement bénéficier des allocations intégrales », « un véritable “douar” avec un maire et des adjoints arabes » en métropole (ibid.), Paul Dreyfus en signale l’existence à L’Arbresle : « Là, il existe un quartier nord-africain qui constitue une sorte de vrai village. Les hommes, dont la plupart travaillent à la SNCF, les femmes et les enfants y vivent chez eux. Ils ont leurs épiceries, où les denrées sont parfois moins chères, leurs cafés maures, leur caïd et une sorte de police personnelle et privée »64. Quant à l’enquête de mars 1955, elle « n’a pu être menée à bien que grâce aux informations et aux conseils de M. l’administrateur Georges Martin et du colonel Paulin qui dirige, avec une autorité tempérée de bienveillance, le bureau d’interventions sociales à Grenoble »65. De la sorte, les femmes algériennes se trouvent enserrées dans les mailles d’un discours prêt à l’emploi.

30Femmes sans nom dans les reportages, elles n’ont pas de visage dans les dessins de presse. Sur 51 dessins portant sur l’Afrique du Nord entre 1955 et 1962, 9 croquent des femmes. Le thème de la femme voilée se répète (fig. 3).

Figure 3a. Dessin de presse illustrant des femmes musulmanes

Figure 3a. Dessin de presse illustrant des femmes musulmanes

Source : DHL, 1er juin 1958

Crédit : DHL © Fred

Figure 3b. Dessin de presse illustrant des femmes musulmanes

Figure 3b. Dessin de presse illustrant des femmes musulmanes

Source : DHL, 24 janvier 1960

Crédit : DHL © Rayon

  • 66 E. W. Saïd, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 2005 [1980], p. 204.

31« Avec ou sans voiles ? » : telle est la commande reçue par les dessinateurs du quotidien et tel est le titre de la planche de 5 dessins publiée en ce mois de juin 1958. Sans mot d’ordre apparent en 1960, le style reste inchangé. Le décor est planté avec ses minarets, ses palmiers et rien ne permet de localiser la scène : pour paraphraser Edward Saïd, l’Afrique du Nord, dans ces dessins, « est moins un lieu au sens géographique qu’un topos »66. Les femmes apparaissent intégralement voilées dans un orient fantasmé qui les transforme, à leur corps défendant, en objet érotique. Les lecteurs lyonnais sont invités à rire des « femmes musulmanes », figurées selon un code des plus simplifiés : sans voix, sans visage, sans corps et sans pays.

  • 67 R. Barthes, « Structure du fait divers », Essais critiques, Paris, Seuil, 1964, p. 188-196.

32D’autres rubriques ne peuvent, en théorie, proposer des modèles préfabriqués car elles mettent en scène de « vraies » femmes. Présence discrète mais présence non négligeable, 105 femmes algériennes apparaissent dans les faits divers (délits de droit commun ou délits politiques), ou les rubriques judiciaires. Et, on le sait, le fait divers ne vise pas à nous apprendre quelque chose sur le monde ou sur ses acteurs, il est un récit clos sur lui-même67. Mettre les femmes algériennes en faits divers, c’est avant tout forger un discours qui n’a besoin ni de connaître ni d’observer ces femmes. Il n’est donc pas étonnant de lire des portraits conformes au canon d’une prétendue algérianité.

  • 68 DHL, 22 novembre 1956, p. 5.
  • 69 DHL, 12 février 1955, p. 6.
  • 70 DHL, 13 octobre 1955, p. 5.
  • 71 DHL, 5 juillet 1959, p. 7.

33Ainsi, les visages sont décrits pour leurs singularités comme lorsque comparaît « Soledad, une brune (détail presque inutile) passante »68 ayant eu maille à partir avec un jeune Algérien trop entreprenant, ou quand a lieu le procès d’une « Algérienne répondant au prénom aimablement évocateur de Fatma, qui a des cheveux teints au henné et un manteau bleu »69. Le physique est alors source de digressions comme pour une autre jeune femme : « Pauvre Louisa, elle n’a pas été gâtée le jour de la distribution, comme l’on dit en voyant son visage ingrat, l’on regrette qu’elle n’ait pas conservé le “haïck”, ce voile qui masquait les visages des bonnes musulmanes »70. Détail intéressant : le journaliste se prend à rêver d’un voile qui couvrirait la tête de cette Algérienne. Il révèle de la sorte – et c’est le cas pour les femmes précédemment mentionnées – que cette Algérienne n’est aucunement voilée, contredisant par là même les reportages et les dessins de presse. Par ailleurs, les attitudes ne sont jamais mises en relation avec un contexte précis, mais avec des mœurs plus anciennes. Quand une maman défend son fils victime d’une vengeance lors d’un mariage arrangé, le journaliste interprète le fait à la lumière d’une ethnographie toute personnelle : « La plaignante, une “chouaia” [sic] au sang chaud et aux tatouages bleutés explique avec volubilité les circonstances de la rixe : elle avait un fils à qui l’on destinait de force et suivant des principes ancestraux une jeune fille musulmane »71. Nouveau détail intéressant : cette femme s’exprime avec « volubilité », ce qui pose la question de la langue utilisée lors des procès. Lors des comptes rendus d’audiences, les journalistes s’empressent toujours de dire quelques mots du traducteur, fréquemment Julien Azario. Or, dans le cas des femmes, la présence d’un interprète concerne une infime minorité d’articles (2 procès sur 35). Et quand le traducteur est présent, l’insistance est pesante :

  • 72 DHL, 5 janvier 1956, p. 5.

Seule, la prévenue parle un français approximatif ; sa victime non seulement ne peut s’exprimer dans notre langue, mais elle ne parle même pas l’arabe, ne sachant que le « chaouia », dialecte de l’Aurès, si bien qu’au cours de l’instruction, deux interprètes ont été nécessaires, l’un traduisant du chaouia en arabe (parce qu’il ne parlait pas français lui non plus) et un second transmettant enfin au juge les explications confuses de la jeune femme.72

34Avec les traits du visage, la langue pourrait devenir un nouveau marqueur identitaire. Mais il est rare : on en déduit que la plupart des femmes passant en procès s’expriment suffisamment bien pour se passer de l’interprète. Outre le fait qu’elles ne comparaissent jamais voilées, elles s’expriment en français – et les journalistes ne semblent pas s’en apercevoir.

  • 73 DHL, 25 décembre 1959, p. 4.
  • 74 DHL, 17 août 1961, p. 4.
  • 75 DHL, 21 avril 1959, p. 4.
  • 76 DHL, 24 février 1960, p. 4.

35Durant la « guerre d’Algérie », quelques femmes apparaissent mobilisées par les partis nationalistes. C’est le cas lors du démantèlement du réseau FLN de l’agglomération de Villeurbanne : « […] une documentation importante a été saisie au domicile d’une jeune musulmane, née à Lyon, Louisette Mekaouche, 22 ans, secrétaire […]. La jeune femme servait depuis un certain temps d’agent de liaison au FLN »73. Le poids des représentations est dans ce cas évident puisque Louisette Mekaouche, née à Lyon de parents « Français musulmans », a été baptisée et est donc catholique. Hormis Aïcha Bahri, qui « passe pour être la “Passionnaria” du clan Messaliste »74, rares sont les femmes engagées à connaître une certaine forme de « reconnaissance » médiatique. Lors des procès au tribunal militaire, elles sont signalées en simples spectatrices : « Dans la salle d’audience […] où plusieurs musulmanes parentes des accusés assistaient aux débats, les témoins mirent en vedette la personnalité et le rôle de Kouani et de Laraba »75. Puis une deuxième fois, à l’origine de troubles : « Le tribunal vient de se retirer, les 7 prévenus vont être reconduits à la prison de Montluc. L’un d’eux veut s’approcher de sa femme distante d’un mètre ou deux… Un membre du service d’ordre s’interpose »76.

  • 77 DHL, 6 janvier 1959, p. 4.
  • 78 DHL, 13 juin 1957, p. 4.
  • 79 DHL, 7 décembre 1957, p. 4.
  • 80 DHL, 26 août 1959, p. 3.

36De même, lors d’attentats, les femmes sont là, accompagnant des hommes plus engagés. Un article révélateur fait le récit d’une bagarre entre messalistes et frontistes. Une femme entre en scène : « La femme de M. Kara, qu’il vient d’ailleurs d’épouser récemment, cria “Au secours !”, menaça d’appeler la Police, et les agresseurs se dispersèrent »77. Cette femme, Messaouda Benchaa, que nous avons rencontrée en 2012, décrit la scène et rappelle son rôle dans le soin des blessés, notamment auprès de son mari, qui décède pourtant quelques jours plus tard (voir page 212). Son cas n’est pas isolé. Les exemples d’articles mentionnant des femmes dont les maris ou les enfants sont victimes d’attentats sont en effet nombreux. On pourrait citer celui du meurtre de Mohamed K., militant du MNA, qui laisse une veuve de 27 ans et 7 enfants orphelins78, celui du meurtre d’un bébé d’un an et demi alors que l’attentat visait son père, « Mme Boudjelida, hurlant son désespoir, emport[ant] déjà son bébé dans ses bras »79, et bien d’autres. Les femmes sont présentes dans cette guerre à Lyon, mais les journalistes ne voient que des figurantes. Parfois, quelques figures émergent comme cette « servante et fille galante, Lahouria Benarmas, 72 ans [sic], [arrêtée] pour non-dénonciation de crime. Elle avait vu partir le condamné solidement encadré et s’était contentée de l’accompagner d’un “au revoir” ironique »80.

37Une analyse des photographies de presse accompagnant les articles confirme cette relégation au second plan. Tout d’abord, peu d’Algériennes figurent dans les colonnes des quotidiens régionaux. Sur 2 447 faits divers ou politiques parus dans Dernière Heure Lyonnaise, moins de dix sont accompagnés d’une photographie présentant une femme. Ensuite, lorsqu’elles apparaissent sur l’image, elles ne suscitent guère de commentaires. Ainsi de ces quelques clichés retrouvés dans les archives du journal Le Progrès.

Figure 4a. Photographie d’Algériennes parues dans la presse

Figure 4a. Photographie d’Algériennes parues dans la presse

Arrestation d’un groupe de choc FLN, 20 janvier 1962
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédits : APLP © Le Progrès

Figure 4b. Photographie d’Algériennes parues dans la presse

Figure 4b. Photographie d’Algériennes parues dans la presse

Miriam Boudjelida après l’attentat dans lequel son bébé a été tué, 6 décembre 1957
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédits : APLP © Le Progrès

Figure 4c. Photographie d’Algériennes parues dans la presse

Figure 4c. Photographie d’Algériennes parues dans la presse

Noyade de deux jeunes nord-africains, 20 avril 1962
Source : Archives photographiques Le Progrès

Crédits : APLP © Le Progrès

  • 81 Le Progrès, 21 avril 1962, p. 5.
  • 82 Paul Gignoux, photographe au journal Le Progrès durant les années 1950 et 1960, explique qu’il n’av (...)

38Alors que ces photographies ont bien été publiées, parfois recadrées, l’article ne s’arrête guère sur ces femmes. La figure 4a est à cet égard éclairante : une Algérienne est arrêtée en même temps que sept membres d’un groupe de choc du FLN responsable de l’assassinat d’un policier, puis conduite au commissariat central rue Vauban où elle est photographiée. Le fait a de quoi surprendre. Pourtant, cette femme est juste là, sur la photographie. Son nom est simplement inscrit dans la légende mais on n’en saura pas plus. Dernière Heure Lyonnaise reprend la même photographie, donne également l’identité de la femme dans la légende avant de l’oublier complètement dans le corps de l’article. D’ailleurs, les autres photographies de presse nous mettent de la même façon en présence d’algériennes, mères de famille (fig. 4b, c) ou tenancières de cafés (fig. 22b), victimes d’attentats ou d’accidents, sans autre information dans l’article. Tout au plus, le journaliste note à propos de la mère de deux jeunes noyés (fig. 4c) que « la malheureuse, qui attend un quatrième enfant, hurlait de chagrin, tandis que sa sœur emportait, loin de cette scène dramatique, le seul fils qui lui reste et qui est âgé de deux ans »81. Enfin, lorsque l’on compare les photographies prises et celles réellement publiées, on remarque que, sur les 3 324 clichés relatifs à l’Algérie, l’immigration maghrébine ou la guerre en métropole, pris entre le début des années 1950 et 1962 par les photographes du journal Le Progrès, près de 70 gardent la trace d’une Algérienne : ils sont donc fréquemment écartés de la publication82. Plutôt que de parler d’invisibilité des Algériennes, mieux vaut parler d’invisibles procédures de sélection de l’information. Les journalistes regardent à travers les femmes algériennes : même quand ils les ont devant les yeux, ils ne les voient que selon leurs catégories analytiques.

  • 83 Ces expressions « relation de causalité » et « relation de coïncidence » sont empruntées à Roland B (...)
  • 84 DHL, 24 avril 1955, p. 3.
  • 85 DHL, 24 avril 1956, p. 2.
  • 86 DHL, 28 mai 1958, p. 4.
  • 87 DHL, 24 décembre 1959, p. 4.
  • 88 DHL, 25 juin 1959, p. 4.
  • 89 DHL, 7 mars 1959, p. 1-4.

39À côté de ces articles intégrant les femmes algériennes dans une structure de coïncidence – parce qu’Algériennes, elles ne peuvent qu’alimenter la rubrique fait divers – d’autres les intègrent dans une structure de causalité – parce que femmes, elles connaissent des relations conflictuelles avec les hommes ou entre femmes83. Ainsi, alors qu’un « employé de la voirie municipale de la ville de Mâcon […] rentrait ivre à son domicile, après avoir dilapidé la plus grosse partie de sa paye [et que] sa femme lui faisait d’amers reproches, il prit une carabine de 9 mm, la chargea d’une cartouche, et lui en tira un coup à bout portant »84. Ce type de récit se répète au fil du journal. Un jour, un Algérien fracture un doigt à sa femme, Aïcha, et tue sa belle-mère au cours de la dispute qui suit l’incident85 ; une autre fois, un « père excédé par les cris des enfants devint fou furieux et […] se précipita sur sa femme Idir assise dans un fauteuil. La malheureuse mère de famille fut littéralement assommée, sous les yeux des gamins épouvantés »86. Victimes, les Algériennes ne sont alors que « femme », « malheureuse mère », « mère de famille », « belle-mère ». C’est le signe d’une triste normalité qui jamais n’engage de réflexion sur leur quotidien. Pourtant, après avoir signalé l’absence de voile et les capacités linguistiques, cette vie quotidienne discrète, émaillée de violence, suggère une vie lyonnaise bien différente du pittoresque oriental. Parfois, les femmes ripostent. L’épisode le plus sanglant de la période est sans doute le cas d’un meurtre destiné à éviter une répudiation, « Mme K. égorgea son mari et, aidée de sa fille, traîna le cadavre jusqu’à la cave »87. Violence paroxystique ici, elle est mineure dans la majorité des cas comme lorsque des femmes se battent entre elles : « Rabiha Mecheri, âgée de 36 ans, mère de 7 enfants […] eut pour une cause bénigne une altercation avec une de ses voisines, également nord-africaine. À peine était-elle rentrée chez elle que devant son mari et ses enfants elle se porta à la gorge un violent coup de rasoir »88. Prises dans ce type de structure, les Algériennes deviennent ordinaires du fait d’un rapport à une violence qu’on considère comme « ordinaire ». Une fois seulement, un meurtre est rattaché à une tradition : « En fait, cette femme, musulmane comme son compagnon, avait quitté le domicile conjugal où elle avait laissé ses enfants et son mari. Il est venu lui infliger le châtiment de l’adultère, tel que l’entendent les gens de sa race »89.

  • 90 DHL, 30 mars 1957, p. 4.
  • 91 La lône est un bras mort du Rhône. La « lône Félizat » abrite un bidonville à proximité du pont Pas (...)
  • 92 DHL, 28 juillet 1956, p. 5.
  • 93 Pour un exemple d’intoxication : DHL, 20 février 1958, p. 4 ; pour un exemple d’incendie de garni, (...)

40Les Algériennes subissent donc une double contrainte, en tant qu’algériennes d’une part, et en tant que femmes, de l’autre, à quoi s’ajoute une domination masculine « de plume ». Ainsi, lors d’une simple dispute qui voit « Zaubida » couper l’antenne de la voiture de Boudouh parce que mal garée, le journaliste conclut : « Vengeance bien féminine »90. « Zaubida » pour « Zoubeida » : la retranscription du prénom est phonétique, signe d’un désintérêt manifeste pour l’identité réelle de la jeune algérienne. Lorsqu’une femme vient habiter dans une baraque de la « lône Félizat »91 avec son compagnon, emportant avec elle des effets personnels d’un précédent ami, et qu’une rixe éclate, il s’agit d’une « autre histoire de femme » pour le journaliste92. Alors que de très nombreux faits divers s’expliquent par de mauvaises conditions de logements (incendies, intoxications de familles)93, le fait qu’une femme porte plainte jette le discrédit sur sa parole. De même, quand une femme semble un peu trop émancipée, les discours machistes s’enchaînent :

  • 94 DHL, 13 octobre 1955, p. 5.

Donc Louisa consommait avec Rachel à la terrasse d’un café nord-africain, lorsque survint Mohamed, qui empoigna sa sœur par les cheveux et lui porta des coups. M. le Président Bruel interroge : – Que s’est-il passé le 4 août ? Cette date historique ne semble éveiller aucun souvenir scolaire chez Rachel. Là-dessus, Me Brun, insidieusement questionne le témoin pour lui faire avouer si elle n’est pas « l’amie » du cafetier. Puis il entame une plaidoirie fleurie d’audacieuses comparaisons. – Louisa en fréquentant ce café provoquait son frère qui habite précisément là, elle ne doit donc pas se plaindre. Enfin, messieurs, je ne crois pas que, si l’on s’installe sur une voie ferrée pour casser la croûte, on puisse s’étonner quand l’express arrive. Avec humour, le défenseur de Mohamed évoque ensuite le serpent du paradis terrestre…94

  • 95 DHL, 7 juin 1957, p. 3.
  • 96 DHL, 22 août 1957, p. 4.
  • 97 Entretien avec Robert Jasseron, le 24 juillet 2012.

41Femme tentatrice, libre ou ignorante : journaliste, président du tribunal et avocat se jouent d’elle. Pourtant, ce fait divers devrait étonner. Alors que l’image véhiculée dans les médias est celle de femmes musulmanes voilées et enfermées dans des coutumes d’un autre âge, ici une femme algérienne s’assoit à la terrasse d’un café nord-africain, scène décrite comme naturelle. Des femmes algériennes émancipées, le journal en évoque plus d’une : Abderramane Bousbaa est ainsi « troublé sans doute par les infidélités de sa jeune épouse de 16 ans »95 ; un autre voit un de ses compatriotes « en compagnie de sa femme »96 ; certaines femmes portent plainte, se défendent, mais les journalistes ne voient les Algériennes que sur l’écran de leurs idées reçues. D’ailleurs, à la question : « Après un fait divers mettant en cause une famille, sollicitiez-vous l’avis des femmes ? », un ancien journaliste de Dernière Heure Lyonnaise, Robert Jasseron, rétorque : « Les femmes algériennes ? Bien sûr que non ! Et pourquoi ? Et d’ailleurs, même si j’avais eu envie, elles parlaient pas »97.

Femmes qui marchent

  • 98 R. Bertrand, L’histoire à parts égales : récit d’une rencontre Orient-Occident (xvie-xviie siècle)(...)
  • 99 Sur cette histoire symétrique et les postulats méthodologiques : Ibid., p. 14.

42L’oubli sélectif dans lequel sont tenues les Algériennes, comme les regards biaisés qui les traversent n’ont rien d’une innocente inculture : pour reprendre les propos de Romain Bertrand, ils sont « la condition même de ce que nous avons appris à considérer, implicitement tout du moins, comme la supériorité, innée ou acquise, de l’Europe sur le reste du monde »98. Pourtant, Lyonnaises et Lyonnais, Algériennes et Algériens ont cohabité dans les mêmes quartiers, se sont croisés dans la rue, se sont rencontrés. Parler de cette rencontre exige comme postulats méthodologiques, d’une part, d’établir une égale dignité documentaire à l’ensemble des énoncés, d’autre part, de garantir un respect de l’indécision des commencements de cette rencontre : bref, il s’agit d’établir, autant que faire se peut, une « histoire symétrique »99. Les obstacles sont de taille : les femmes algériennes à Lyon n’ont guère publié leur autobiographie, pas plus qu’elles n’ont été interrogées à l’époque, et il faut donc inventer les sources, celles qui disent la rencontre comme celles qui la montrent.

  • 100 M. Colin, ancien interne des hôpitaux de Lyon, « La morbidité des Nord-Africains dans la métropole (...)
  • 101 P. Bourdieu dir., Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Minuit, 19 (...)

43La rue est sans doute le lieu par excellence pour examiner comment les Algériennes, au quotidien (faisant les courses, allant au cinéma, récupérant les enfants à l’école, se promenant le dimanche), se présentent elles-mêmes. Un témoin de l’époque, le médecin Marcel Colin, note en 1952 que, dans les rues de Lyon, « quelques musulmanes nord-africaines font également leur apparition, bandeau sur le front, voile sur la tête, le visage curieusement tatoué et traînant jusqu’à terre en guise de jupe des soieries bon marché à grands ramages »100. Reste à confronter cette observation aux images d’époque. Et dans ces années 1940-1950, justement, les « photographes filmeurs » – ces photographes de rue qui prennent leurs clichés à la volée – offrent un matériau essentiel à l’historien : « une coupe instantanée dans le monde visible »101.

Figure 5a. Photographie de rue (1)

Figure 5a. Photographie de rue (1)

Fatima Hassani, Lyon, 1959
Source : Archives privées

Crédit : AP © Fatima Hassani

Figure 5b. Photographie de rue (1)

Figure 5b. Photographie de rue (1)

Hamzaouia B., Lyon, 1961
Source : Archives privées

Crédit : AP © Safia B.

Figure 5c. Photographie de rue (1)

Figure 5c. Photographie de rue (1)

Lamria Hamidat, place des Terreaux, Lyon, mai 1962
Source : Archives privées

Crédit : AP © Lamria Hamidat

Figure 6a. Photographie de rue (2)

Figure 6a. Photographie de rue (2)

Leïla Badri, Lyon, 1957
Source : Archives privées

Crédit : AP © Ahmed Badri

Figure 6b. Photographie de rue (2)

Figure 6b. Photographie de rue (2)

Zoubeida Megnaoua à droite avec Michelle B., Lyon, 1963
Source : Archives privées

Crédits: AP © Zoubeida Megnaoua

Figure 6c. Photographie de rue (2)

Figure 6c. Photographie de rue (2)

Kheira Bounouri, Lyon, 1958
Source : Archives privées

Crédit : AP © Kheira Bounouri

Figure 7a. Photographie de rue (3)

Figure 7a. Photographie de rue (3)

Rahma Chikhi, place des Terreaux, 1952 
Source : Archives privées

Crédit : AP © Fatima Chikhi 

Figure 7b. Photographie de rue (3)

Figure 7b. Photographie de rue (3)

Mansouria Blaha, place des Terreaux, 1963  
Source : Archives privées

Crédit :AP © Mansouria Blaha

Figure 7c. Photographie de rue (3)

Figure 7c. Photographie de rue (3)

Lahouaria Malagouen et Saliha Sadaoui, place des Terreaux, 1960
Source : Archives privées

Crédit : AP © Malika Sadaoui

  • 102 Ibid., p. 109.
  • 103 E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, Tome 1 : La présentation de soi, Paris, Minuit (...)

44Ce florilège est représentatif de la diversité des Algériennes à Lyon : sur les onze Algériennes photographiées, quatre appartiennent au FLN (fig. 5a, c et 6c), deux au MNA (fig. 5b, 6a) et cinq ont des attachements plus lâches. Certaines sortent de l’adolescence (fig. 6a, 7c), d’autres sont de jeunes mamans (fig. 5c, 6c, 7b) ou sont dans la force de l’âge (fig. 5b, et 7a). Deux sont en couple, cinq autres posent avec leur enfant. Le décor est urbain, dans une rue désormais inconnue ou sur la place des Terreaux (fig. 5c, 7a). Mais « le pouvoir de déconcertement que recèle la photographie »102 apparaît à la vue des personnages : on est bien loin du commentaire de Marcel Colin. L’examen de leur « façade personnelle »103 ne laisse en rien transparaître une algérianité pittoresque. Ces femmes sont plutôt coquettes et classiques : toutes portent une jupe ou une robe qui arrivent sous les genoux, des chaussures à talons, et l’indispensable sac à main tenu le plus souvent le coude replié. Une veste légère ou plus chaude, selon la saison, recouvre les épaules de ces dames. Les cheveux sont courts ou longs, mais au vent, excepté pour l’une, dont le port d’un modeste foulard s’explique peut-être par le décès récent de son mari. Sur une autre photographie, c’est la métropolitaine qui porte le fichu et non l’Algérienne (fig. 6b). Les femmes sourient, et rien ne semble indiquer une gêne devant l’objectif. Parfois, elles dessinent une légère pose, comme Leïla Badri (fig. 6a) qui, le regard chafouin, toise le photographe. Parents et enfants apparaissent soudés devant l’objectif, une main sur l’épaule, ou bras dessus, bras dessous. En couple, la distance est légèrement plus grande. Observons Fatima Hassani et son mari : le pas est au diapason, l’allure de même, mais les bras se frôlent seulement. Prenons maintenant Kheira Bounouri et le sien : la distance est de règle.

45En fait, si les femmes algériennes restèrent si longtemps invisibles, peut-être est-ce aussi, tout simplement, parce que peu de choses, dans l’apparence, les distinguaient des Françaises métropolitaines. Écoutons-les se décrire, souvent sans même l’impulsion d’une question. Observant une photographie d’elle, plus jeune, Zohra Benkhelifa note :

Ah oui, j’étais bien habillée, classe ! D’ailleurs je m’habillais très bien, il [mon mari] était jaloux. Dès que je sortais… je sortais pas seule, ouh là ! J’allais avec lui, je dansais et tout. On ne croyait pas que j’étais algérienne hein ! Tout le monde disait : « C’est pas une arabe, sa mère est Française, ou son père est Français. » Non non non, mon père et ma mère : Algériens !

46La tenue est identique à celle des métropolitaines, tout comme l’apparence générale. D’autres femmes ont eu le même sentiment, comme Mansouria Blaha, qui affirme : « Avant, étant donné que je faisais pas la tête d’une Arabe, personnellement, j’ai percé dans le travail. » Concernant le voile, elle précise : « Je ne porte pas le foulard non plus […]. J’ai pas besoin que vous me mettiez 50 foulards sur la tête pour vous montrer que je suis croyante, et vous pas. » À la question : « Comment étiez-vous habillée à l’époque ? », les réponses fusent, catégoriques, et même un petit peu vexées. Ainsi pour Ouarda D. : « On s’habille comme maintenant ! Pareil là-bas, pareil ici ! Pareil ! […] Tenue française ! Encore, c’est maintenant que je suis pauvre. Avant moi, quand elles viennent les couturières, elles viennent à la maison faire mes coutures, ah oui oui, avant oui. […] Sur mesures, oui, c’est maintenant que j’ai… [montrant ses formes. Rires] ». De la même manière, Louisette Mekaouche évacue la question : « Moi, je n’ai jamais porté autre chose que des vêtements européens, je ne sais pas ce que c’était [les vêtements à l’algérienne]. » Quant à Zohra Dilmi, l’évidence évite une longue digression : « À l’européenne. Comme en Algérie. » Les femmes interrogées se décrivent alors simplement, avec leurs mots, sans spécifier une quelconque origine. Kheira Bounouri présente ainsi sa tenue à son arrivée en France : « J’avais mis une jupe, un corsage, un tricot, de jolies chaussures. J’avais mes cheveux tout longs. Moi, avant, j’ai pas coupé mes cheveux. […] J’avais mes cheveux frisés, j’ai mis un peigne, là. » Et Akila Mezidi assume son modèle, dès 1961 : « J’étais blonde, avec un gros chignon, la “tour de Pise”, à l’époque, comme Brigitte Bardot. Tailleur, talons aiguilles, vous voyez ? » Tout au plus pourrions-nous noter, dans l’apparence, un écart de générations.

Figure 8. Famille Sebti devant l’école primaire La Saulaie à Oullins, 1961

Figure 8. Famille Sebti devant l’école primaire La Saulaie à Oullins, 1961

Source : Archives privées

Crédits : AP © Farida Sebti

  • 104 R. Barthes, La chambre claire, notes sur la photographie, Paris, Cahiers du cinéma, Gallimard, 198 (...)

47Sur la photographie prise devant l’école primaire de La Saulaie à Oullins, trois générations de femmes algériennes se côtoient : une grand-mère venue pour les vacances, à gauche, avec le foulard et la robe algérienne, deux femmes ayant la quarantaine (à droite) dépourvues du voile et vêtues de simples chemisiers, et cinq jeunes filles ou femmes (de 5 à 19 ans), enfin, habillées « à l’européenne ». Les femmes interrogées avaient autour de 20 ans dans les années 1950. Certaines étaient en France en compagnie de leurs parents. Ainsi, Louisette Mekaouche évoque sa maman, habillée à l’européenne certes, mais avec des tatouages au visage et aux mains. D’autres femmes relèvent le contraire, comme Zoulikha B. : « Mais on était Français, on s’habillait pareil ! Ah si maman elle allait quand même avec le… Papa il lui a dit – parce qu’il était trop jaloux – il ne faut pas qu’on voie sa femme, parce qu’elle était belle ma mère, belle, c’était une poupée. Alors il lui a dit “Tu mets le truc !” […] Alors elle lui a dit : “Écoute, si tu continues à m’obliger de mettre le voile, et bien je vais plus te faire des visites [sur ton lieu de travail].” Après, bon, il s’est radouci. Il a dit “ça va”. Voilà ! » Enfin, certaines femmes évoquent des cas d’inversion. Mansouria Blaha a de la sorte connu l’épouse métropolitaine de Miloud Bougandoura, membre de groupe de choc condamné à mort par le tribunal militaire de Lyon puis exécuté : « Elle avait l’âge de ma mère, 40-45 ans. Une belle femme, une très belle femme, elle s’habillait à l’arabe et tout. [Chez nous et] pas parce qu’on était des merdeuses, il y en avait pas une qui avait le foulard. Elle, elle avait déjà le foulard. » Militante convaincue, soutien à son mari en prison, une Française a donc décidé de porter le voile. Mais les photographies comme les propos des vingt-huit femmes interrogées attestent de manière on ne peut plus nette l’apparence « européenne » de ces femmes : « Ça a été » dirait Roland Barthes104.

  • 105 P. Bourdieu dir., Un art moyen, ouvr. cité, p. 24.

48À côté des photographies prises dans la rue, les femmes algériennes n’ont pas hésité à immortaliser les moments clefs de leur existence dont on sait, depuis Pierre Bourdieu, qu’ils relèvent d’un répertoire relativement fermé105. Un premier groupe de photographies rassemble les portraits. Ils mettent en évidence visages maquillés, cheveux, bijoux (fig. 9).

Figure 9a. Portrait

Figure 9a. Portrait

Tassadit Rahmouni 
Source : Archives privées

Crédit : AP © Djamila Djeffal

Figure 9b. Portrait

Figure 9b. Portrait

Fatima Hassani 
Source : Archives privées

Crédit : AP © Fatima Hassani

Figure 9c. Portrait

Figure 9c. Portrait

Mansouria Blaha 
Source : Archives privées

Crédit : AP © Abassia Blaha 

Figure 9d. Portrait

Figure 9d. Portrait

Fatma Malagouen 
Source : Archives privées

Crédit : AP © Fatma Malagouen 

Figure 9e. Portrait

Figure 9e. Portrait

Zohra Dilmi
Source : Archives privées

Crédit : AP © Zohra Dilmi 

49Ces femmes ont pris le temps de prendre la pose. Les cheveux sont soigneusement peignés, boucles d’oreilles ou collier ornementent le visage. Les photographies n’ont pas été prises pour une publicité : elles relèvent de l’intime. Une fois encore, on ne repère à aucun moment de signes d’algérianité.

  • 106 Les cérémonies, notamment celles de mariages, sont également un type photographique très répandu. (...)

50Un deuxième panel de photographies concerne les festivités, notamment lors des vacances ou des sorties plein air (fig. 10)106.

Figure 10. Algériennes lors d’un week-end organisé par la Cimade

Figure 10. Algériennes lors d’un week-end organisé par la Cimade

Source : Archives privées

Crédits : AP © Zohra Dilmi

51Cette scène rassemble des femmes algériennes parties en colonie lors d’un week-end organisé par la Cimade, non loin de Tarare. Le journaliste qui avait assisté à une colonie à Gresse-en-Vercors insistait sur le pittoresque des tenues : ici, de simples robes à fleurs, des tee-shirts à manches courtes. De même, les vacances d’Algériennes vivant en France ou celles d’Algériennes résidant en Algérie mais de passage à Lyon sont capturées et montrent tout autant des femmes de leur temps (fig. 11).

Figure 11a. Photographie d’Algériennes en vacances

Figure 11a. Photographie d’Algériennes en vacances

Zohra Blaha
Source : Archives privées

Crédit : AP © Abassia Blaha

Figure 11b. Photographie d’Algériennes en vacances

Figure 11b. Photographie d’Algériennes en vacances

Aïcha Blaha
Source : Archives privées 

Crédit : AP © Abassia Blaha

Figure 11c. Photographie d’Algériennes en vacances

Figure 11c. Photographie d’Algériennes en vacances

Famille de Zoubeida et d’Habiba Megnaoua à Chamonix, 1962
Source : Archives privées

Crédit : AP © Zoubeida Megnaoua

Figure 12. Mme Belhadj, parc de la Tête d’Or

Figure 12. Mme Belhadj, parc de la Tête d’Or

Source : Archives privées

Crédit : AP © Jeannine Belhadj-Merzoug

  • 107 Commentaire de Jeannine Belhadj-Merzoug qui nous a narré cette sortie au parc de la Tête d’Or.

52Des Algériennes prennent quelques jours de vacances à la mer ou à la montagne et s’épanouissent comme d’autres femmes françaises, de même condition sociale, au même moment. À la plage, la tenue peut-être pudique (fig. 11a) ou plus décontractée (fig. 11b). La famille Megnaoua a de la sorte pu visiter la Haute-Savoie et sa mer de glace. Considérons maintenant les époux Belhadj (fig. 12) : le jeune mari regarde amusé le photographe tout en enroulant discrètement son bras autour du cou de son épouse. Venus d’Algérie pour les vacances, ils goûtent dans le parc de la Tête d’Or un moment de liberté. Pas trop tout de même : main sur l’épaule, la jeune femme tord légèrement le cou pour défaire ce bras. La familiarité, dans l’espace public, a quelques limites107. Retenons malgré tout l’éclat de rire, la posture et le fait que des Algériennes pouvaient aussi venir le temps de vacances en métropole, participant à la noria – ces allers et retours migratoires – féminine décrite plus haut.

53Une troisième série de photographies conservées dans les albums des femmes algériennes a pour objet la mémoire du groupe familial : naissances, réunions familiales, ou encore mariages, obligent le déplacement chez un professionnel.

Figure 13a. Portrait de familles

Figure 13a. Portrait de familles

Sabah, Mouzarah S. et leurs 4 enfants, Oullins, 1963 
Source : Archives privées

Crédit : AP © Farida Sebti 

Figure 13b. Portrait de familles

Figure 13b. Portrait de familles

Kheira Bella et sa fille, Oullins, 1951
Source : Archives privées

Crédit : AP © Farida Sebti 

Figure 13c. Portrait de familles

Figure 13c. Portrait de familles

Parents de Saïda et Zoulikha B.
Source : Archives privées

Crédit : AP © Saïda B.

  • 108 P. Bourdieu dir., Un art moyen, ouvr. cité, p. 25.

54La solennité de l’événement impose une tenue de circonstance : le costume et le manteau pour l’homme, la robe pour l’épouse. Rien ne différencie pourtant les tenues portées chez le photographe de celles portées dans la rue. Pour reprendre les mots de Pierre Bourdieu, comprendre une photographie d’une femme algérienne, « ce n’est pas seulement reprendre les significations qu’elle proclame, c’est-à-dire, dans une certaine mesure, les intentions explicites de son auteur, c’est aussi déchiffrer le surplus de signification qu’elle trahit en tant qu’elle participe de la symbolique d’une époque, d’une classe ou d’un groupe artistique »108. Que trahissent les photographies conservées par ces femmes ? Des femmes jeunes qui ne se distinguent en rien de leurs voisines métropolitaines, faisant attention à une toilette des plus classiques.

  • 109 N. Vince, « Transgressing boundaries : gender, race, religion, and “Françaises musulmanes” during (...)
  • 110 Sur cette courte scène lire : M. Lazreg, The Eloquence of Silence Algerian Women in Question, New (...)
  • 111 L’expression est de M. Garanger. Ses photographies ont été publiées dans Femmes algériennes 1960, (...)

55En Algérie, le vêtement des Algériennes a retenu fortement l’attention des militaires français, comme le colonel Yves Godard qui « semble obsédé par l’apparence européenne des femmes poseuses de bombes »109. Car, dans les villes essentiellement, les Algériennes mettent ou enlèvent le voile en fonction du contexte, faisant de l’accessoire un outil politique. C’est ce que Gillo Pontecorvo montre dans son film La Bataille d’Alger (1966) grâce à une scène sans dialogues : trois femmes se dévoilent avant de se travestir en Européennes et de partir en mission110. Dans les régions plus rurales, l’armée tente de ficher les populations et d’établir des cartes nationales d’identité. Or, les hommes étant au maquis, ce sont principalement les femmes qui subissent un dévoilement forcé. Marc Garanger, photographe lyonnais effectuant son service militaire en Kabylie, est de la sorte chargé de tirer le portrait des villageoises : le cadrage large très choisi lui permet de montrer des regards noirs et des signes de défiance face à cette intrusion masculine, bref, une « protestation muette »111. Au même moment, en France, les Algériennes ne se travestissent pas, ne se dévoilent pas sous la contrainte et ne sont pas l’objet d’un regard inquisiteur. Elles adoptent certains des comportements, ici vestimentaires, propres aux années 1950 qui ne font qu’ajouter une banalité de la métropole à la retenue du modèle algérien et donc une discrétion à une autre.

Notes

1 G. Duby, Les dames du xiie siècle, Paris, Folio Gallimard, 1995, p. 11.

2 Ce concept est emprunté à A. Honneth, La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, Paris, La Découverte, 2006.

3 Le concept de méconnaissance est également emprunté à A. Honneth mais pas dans le sens entendu par le philosophe. Ce dernier, après avoir développé les concepts de connaissance et de reconnaissance, et plus précisément celui de lutte pour la reconnaissance, ouvre une nouvelle perspective de recherche sur la reconnaissance comme idéologie autrement appelée méconnaissance ou « faux adressage » : il s’agit d’une reconnaissance s’opérant de manière déplacée, trompeuse et génératrice de loyauté. A. Honneth, La société du mépris, ouvr. cité, p. 177.

4 Sur la naturalisation des catégories sociales et ces différentes cécités : D. Cohen, La nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social (xviiie-xxie siècles), Seyssel, Champ Vallon, 2010, p. 25-26.

5 AN – F/1a/5035 – Circulaire à messieurs les inspecteurs généraux en mission extraordinaire et à messieurs les préfets, Paris, 25 mars 1949.

6 L’Institut national d’études démographiques (INED) naît en 1945. Sur ce sujet : P.-A. Rosental, L’intelligence démographique. Sciences et politiques des populations en France (1930-1960), Paris, Odile Jacob, 2003.

7 AN – F/1a/5046 – Mouvement de main d’œuvre entre l’Algérie et la France, 1949-1961.

8 ADR – 437 W 82 – Direction générale de la sûreté nationale, service des Renseignements généraux, Lyon, 11 avril, 1949. Note de renseignements : Situation de la colonie nord-africaine du département du Rhône. Chiffres de la population musulmane et répartition.

9 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisionnaire, directeur de la population à M. le ministre de la Santé publique et de la Population sur la présence des familles de travailleurs nord-africains dans le département du Rhône, 1er avril 1952. Et Ibid., P. de Meaux (Inspecteur de la population et de l’aide sociale du Rhône), L’immigration familiale nord-africaine dans l’agglomération lyonnaise. Monographie d’un groupe de 120 familles, 1956.

10 Ibid. – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Le préfet du Rhône à M. le ministre de l’Intérieur, secrétariat général, direction des affaires d’Algérie, 26 septembre 1956.

11 ADR – 437 W 82 – Direction générale de la sûreté nationale, service des Renseignements généraux, Lyon, 11 avril, 1949. Note de renseignements, source citée.

12 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisionnaire, source citée.

13 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Le préfet du Rhône à M. le ministre de l’Intérieur, source citée.

14 Les citations extraites des entretiens ne sont pas référencées en notes de bas de page. La liste des personnes interrogées figure dans la bibliographie. L’annexe cartographique 1 permet de localiser les différents lieux de Lyon cités dans ce livre.

15 G. Massard-Guilbaud, Des Algériens à Lyon, ouvr. cité, p. 450.

16 AN – F/1a/5035 – Ministère de l’Intérieur. Révision des données statistiques fournies en exécution de la circulaire du 19 mars 1949, no 120.

17 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisionnaire, source citée.

18 G. Massard-Guilbaud, Des Algériens à Lyon, ouvr. cité, p. 331.

19 Ibid., p. 449-450. L’historienne précise que parmi les épouses nées en Algérie, deux sont peut-être de « fausses » Algériennes, car elles portent des prénoms chrétiens.

20 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. P. de Meaux, L’immigration familiale nord-africaine dans l’agglomération lyonnaise, source citée.

21 A. H. Lyons, « Invisible immigrants », thèse citée, p. 56.

22 Cela représente 5 à 6 % de la population algérienne émigrée en métropole. AN – F/1a/5014 – Synthèse des rapports trimestriels établis par les CTAM.

23 AN – F/1a/5035 – Enquête sociale sur la situation des musulmans originaires d’Algérie résidant en métropole, Paris, le 24 août 1953.

24 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Lettre de G. Martin à M. Pigot, Lyon, le 6 août 1957.

25 AN – F/1a/5046 – Mouvement de main d’œuvre entre l’Algérie et la France, 1949-1961.

26 AN – F/1a/5035 – Enquête sociale sur la situation des musulmans originaires d’Algérie résidant en métropole. Paris, le 24 août 1953.

27 AN – F/1a/5046 – Mouvement de main d’œuvre entre l’Algérie et la France, 1949-1961.

28 G. Massard-Guilbaud, « L’immigration algérienne en France, une immigration qui fait problème ? Réflexions sur la responsabilité de l’État », dans P. Rygiel, Le bon grain et l’ivraie. La sélection des migrants en Occident, 1880-1939, Paris, Aux lieux d’être, 2008 [2006], p. 145.

29 G. Gaulmin, « L’immigration nord-africaine dans l’agglomération lyonnaise », Mémoire de maîtrise, Université catholique, Lyon, janvier 1956, p. 39.

30 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisionnaire, source citée. Ce rapport cible 112 entreprises auxquelles un questionnaire est envoyé : il concentre son attention sur la situation familiale des travailleurs employés.

31 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. P. de Meaux, L’immigration familiale nord-africaine dans l’agglomération lyonnaise, source citée, p. 6.

32 Le « degré d’adaptation » regroupe la tenue du foyer, l’apparence et la maîtrise du français.

33 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisionnaire, source citée, nous soulignons.

34 AN – F/1a/5035 – Action sociale en faveur des femmes musulmanes d’origine algérienne résidant en métropole, ministre de l’Intérieur, 22 décembre 1958.

35 AN – F/1a/4813 – Comité d’action interministériel pour les affaires sociales musulmanes en métropole, 2 mai 1957. Rapport à M. le président du Conseil des ministres.

36 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisionnaire, source citée.

37 Les Cahiers nord-africains sont une publication du Service social familial des Nord-Africains (SSFNA).

38 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. P. de Meaux, L’immigration familiale nord-africaine dans l’agglomération lyonnaise, source citée, p. 38-39 et 50.

39 G. Gaulmin, « L’immigration nord-africaine », mémoire cité, p. 131-132. Nous soulignons.

40 C’est ce que démontre notamment A. H. Lyons, « Invisible immigrants », thèse citée.

41 Ibid., p. 71-72.

42 Ibid., p. 77. Pour l’historienne, le message n’était pas reçu avec la plus grande bienveillance. En janvier 1956, Radio France a reçu 6 500 lettres d’Algériens (hommes/femmes) de part et d’autre de la Méditerranée, nombreuses étant celles qui évoquent l’injustice de la colonisation française ou qui critiquent la propagande destinée à pacifier les Algériens.

43 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964, le préfet du Rhône à M. le ministre de l’Intérieur, 26 septembre 1956. Les citations qui suivent sont extraites du même courrier.

44 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. P. de Meaux, L’immigration familiale nord-africaine dans l’agglomération lyonnaise, source citée, p. 51.

45 Ibid., p. 47.

46 A. H. Lyons, « Invisible immigrants », thèse citée, p. 2. Traduction personnelle. J.-J. Rager a étudié à l’université d’Alger puis a intégré le gouvernement colonial officiel en tant qu’expert de l’émigration. Il a rédigé une thèse de doctorat sur le sujet en 1950 intitulée « L’émigration en France des Musulmans d’Algérie (principaux aspects démographiques, économiques et sociaux) ».

47 ADR – 248 W 172 – Action sociale en faveur des migrants, 1956-1964. Rapport de l’inspecteur divisionnaire, source citée.

48 G. Gaulmin, « L’immigration nord-africaine », mémoire cité, p. 131-132.

49 E. Blanchard, « Encadrer des “citoyens diminués” », thèse citée, p. 423-425.

50 ADR – 248 W 139 – Activités séparatistes algériennes, 1960-1961. Aide-Mémoire IGAME 7e région, Dijon, 7 juin 1957.

51 H. Hamon et P. Rotman, Les porteurs de valises. La résistance française à la guerre d’Algérie, Paris, Albin Michel, 1979.

52 DHL, 24 août 1957, p. 3.

53 ADR – 437 W 79 – Contrôle des Nord-Africains et répression des activités séparatistes algériennes. Ministère de l’Intérieur, Paris, le 23 avril 1958. Le préfet directeur des Renseignements généraux à monsieur le commissaire divisionnaire, chef des services des Renseignements généraux de Lyon.

54 ADR – 248 W 139 – Activités séparatistes algériennes, 1960-1961. Ministère de l’Intérieur. Direction générale de la sûreté nationale, direction des RG. Très secret. Organisation de la défense des inculpés Français musulmans membres du FLN. Le collectif des avocats. Mai 1960.

55 L. Amiri affirme qu’une « organisation exclusivement féminine » a été initiée à la veille de l’indépendance, dans B. Stora et L. Amiri dir., Algériens en France. 1954-1962 : la guerre, l’exil, la vie, Paris, Autrement, 2012, p. 116. Sur l’histoire de cette section des femmes du FLN métropolitain, on se reportera à l’article de N. MacMaster, « Des révolutionnaires invisibles : les femmes algériennes et l’organisation de la Section des femmes du FLN en France métropolitaine », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2012/14, no 59-4, p. 164-190.

56 Ce journal, édition lyonnaise du Dauphiné Libéré, apparaît en février 1955 à Lyon avec pour objectif sans cesse avoué et jamais atteint de concurrencer Le Progrès. Il a été dépouillé de manière exhaustive pour la période 1955-1962. Citons aussi : P.-H. Tavoillot, « Le Progrès de Lyon et la guerre d’Algérie : évolution d’une controverse politique dans un grand quotidien de province (1954-1962) », Mémoire de maîtrise sous la direction d’Y. Lequin, Université Lyon 2, 1987.

57 M. Mc Luhan, Pour comprendre les médias, Paris, Seuil, 1968, p. 236.

58 Trois reportages soit 17 articles. Premier reportage : J. Perquelin, Les Nord-Africains chez nous, du 24 au 31 mars 1955. Deuxième reportage : anonyme, Les Nord-Africains à Lyon, le 5 novembre 1955. Troisième reportage : P. Dreyfus : Les Nord-Africains parmi nous, du 10 au 26 novembre 1955. Deux reportages (14 articles) sont relevés pour 1956, 1 reportage (5 articles) en 1957, puis seulement 3 articles entre 1958 et 1962.

59 Dernière Heure Lyonnaise, 24 mars 1955, p. 1.

60 DHL, 24 mars 1955, p. 1.

61 Ibid., 31 mars 1955, p. 2.

62 J. House nous apprend, par exemple, que les femmes algériennes qui arrivaient de l’intérieur vers 1955-1956 ne faisaient pas tatouer leurs filles pour se conformer aux normes algéroises en la matière. Il s’appuie pour cela sur l’étude sociologique de M. Chéné, « Treize ans d’histoire d’un bidonville algérien. “Bubs’ila, 1950-1963” », Alger, Mémoire EPHE, 1963.

63 DHL, 17 novembre 1955, p. 2. Marthe Massenet est l’épouse du préfet Pierre Massenet (1900-1969) et la fondatrice de la Maison de l’Afrique du Nord en 1951.

64 Ibid., 16 novembre 1955, p. 2.

65 Ibid., 31 mars 1955, p. 2. Dans le reportage, G. Martin, directeur des affaires musulmanes à la préfecture du Rhône, est même qualifié d’« Algérien de bonne souche » (29 mars 1955, p. 2).

66 E. W. Saïd, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 2005 [1980], p. 204.

67 R. Barthes, « Structure du fait divers », Essais critiques, Paris, Seuil, 1964, p. 188-196.

68 DHL, 22 novembre 1956, p. 5.

69 DHL, 12 février 1955, p. 6.

70 DHL, 13 octobre 1955, p. 5.

71 DHL, 5 juillet 1959, p. 7.

72 DHL, 5 janvier 1956, p. 5.

73 DHL, 25 décembre 1959, p. 4.

74 DHL, 17 août 1961, p. 4.

75 DHL, 21 avril 1959, p. 4.

76 DHL, 24 février 1960, p. 4.

77 DHL, 6 janvier 1959, p. 4.

78 DHL, 13 juin 1957, p. 4.

79 DHL, 7 décembre 1957, p. 4.

80 DHL, 26 août 1959, p. 3.

81 Le Progrès, 21 avril 1962, p. 5.

82 Paul Gignoux, photographe au journal Le Progrès durant les années 1950 et 1960, explique qu’il n’avait que rarement son mot à dire quant au choix de la photographie à publier. Le comité de rédaction s’en chargeait et le rédacteur en chef avait le dernier mot.

83 Ces expressions « relation de causalité » et « relation de coïncidence » sont empruntées à Roland Barthes.

84 DHL, 24 avril 1955, p. 3.

85 DHL, 24 avril 1956, p. 2.

86 DHL, 28 mai 1958, p. 4.

87 DHL, 24 décembre 1959, p. 4.

88 DHL, 25 juin 1959, p. 4.

89 DHL, 7 mars 1959, p. 1-4.

90 DHL, 30 mars 1957, p. 4.

91 La lône est un bras mort du Rhône. La « lône Félizat » abrite un bidonville à proximité du pont Pasteur dans le quartier de Gerland. Se reporter à l’annexe cartographique 1 pour localiser cet espace.

92 DHL, 28 juillet 1956, p. 5.

93 Pour un exemple d’intoxication : DHL, 20 février 1958, p. 4 ; pour un exemple d’incendie de garni, dans lequel logent deux familles algériennes : DHL, 6 mai 1958, p. 4.

94 DHL, 13 octobre 1955, p. 5.

95 DHL, 7 juin 1957, p. 3.

96 DHL, 22 août 1957, p. 4.

97 Entretien avec Robert Jasseron, le 24 juillet 2012.

98 R. Bertrand, L’histoire à parts égales : récit d’une rencontre Orient-Occident (xvie-xviie siècle), Paris, Seuil, 2011, p. 12.

99 Sur cette histoire symétrique et les postulats méthodologiques : Ibid., p. 14.

100 M. Colin, ancien interne des hôpitaux de Lyon, « La morbidité des Nord-Africains dans la métropole, aspects médico-sociaux », Thèse de médecine soutenue le 27 mars 1952 à la Faculté de Lyon, p. 1.

101 P. Bourdieu dir., Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Minuit, 1965, p. 111.

102 Ibid., p. 109.

103 E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, Tome 1 : La présentation de soi, Paris, Minuit, 1973, p. 30.

104 R. Barthes, La chambre claire, notes sur la photographie, Paris, Cahiers du cinéma, Gallimard, 1980.

105 P. Bourdieu dir., Un art moyen, ouvr. cité, p. 24.

106 Les cérémonies, notamment celles de mariages, sont également un type photographique très répandu. Elles sont analysées dans le chapitre 4, page 137.

107 Commentaire de Jeannine Belhadj-Merzoug qui nous a narré cette sortie au parc de la Tête d’Or.

108 P. Bourdieu dir., Un art moyen, ouvr. cité, p. 25.

109 N. Vince, « Transgressing boundaries : gender, race, religion, and “Françaises musulmanes” during the algerian war of independence », French Historical Studies, vol. 33, no 3, 2010, p. 452.

110 Sur cette courte scène lire : M. Lazreg, The Eloquence of Silence Algerian Women in Question, New York, Routlege, 1994 ; R. Khanna, Algeria Cuts : Women and Representation, 1830 to the Present, Stanford, Stanford University Press, 2008, p. 132 ; et P. Levine qui reprend l’ensemble de ces travaux dans « Gendering decolonisation », Histoire@Politique, 2010/2, no 11, p. 1-15.

111 L’expression est de M. Garanger. Ses photographies ont été publiées dans Femmes algériennes 1960, Biarritz, Atlantica, 2002.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le nombre de familles algériennes recensées en métropole en images
Légende Source : Messages d’Algérie, 15 février 1958, no 12, p. 9
Crédits Crédit : © Messages d’Algérie
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-1.jpg
Fichier image/, 152k
Titre Figure 2. Organigramme de l’organisation politico-administrative vue par le directeur des Renseignements généraux en mai 1960
Légende Source : ADR – 248 W 139 – Activités séparatistes algériennes – 1960-1961
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-2.jpg
Fichier image/, 214k
Titre Figure 3a. Dessin de presse illustrant des femmes musulmanes
Légende Source : DHL, 1er juin 1958
Crédits Crédit : DHL © Fred
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-3.jpg
Fichier image/, 218k
Titre Figure 3b. Dessin de presse illustrant des femmes musulmanes
Légende Source : DHL, 24 janvier 1960
Crédits Crédit : DHL © Rayon
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-4.jpg
Fichier image/, 318k
Titre Figure 4a. Photographie d’Algériennes parues dans la presse
Légende Arrestation d’un groupe de choc FLN, 20 janvier 1962Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédits : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-5.jpg
Fichier image/, 528k
Titre Figure 4b. Photographie d’Algériennes parues dans la presse
Légende Miriam Boudjelida après l’attentat dans lequel son bébé a été tué, 6 décembre 1957Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédits : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-6.jpg
Fichier image/, 602k
Titre Figure 4c. Photographie d’Algériennes parues dans la presse
Légende Noyade de deux jeunes nord-africains, 20 avril 1962 Source : Archives photographiques Le Progrès
Crédits Crédits : APLP © Le Progrès
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-7.jpg
Fichier image/, 593k
Titre Figure 5a. Photographie de rue (1)
Légende Fatima Hassani, Lyon, 1959Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Fatima Hassani
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-8.jpg
Fichier image/, 668k
Titre Figure 5b. Photographie de rue (1)
Légende Hamzaouia B., Lyon, 1961Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Safia B.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-9.jpg
Fichier image/, 828k
Titre Figure 5c. Photographie de rue (1)
Légende Lamria Hamidat, place des Terreaux, Lyon, mai 1962Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Lamria Hamidat
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-10.jpg
Fichier image/, 902k
Titre Figure 6a. Photographie de rue (2)
Légende Leïla Badri, Lyon, 1957Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Ahmed Badri
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-11.jpg
Fichier image/, 850k
Titre Figure 6b. Photographie de rue (2)
Légende Zoubeida Megnaoua à droite avec Michelle B., Lyon, 1963Source : Archives privées
Crédits Crédits: AP © Zoubeida Megnaoua
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-12.jpg
Fichier image/, 856k
Titre Figure 6c. Photographie de rue (2)
Légende Kheira Bounouri, Lyon, 1958 Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Kheira Bounouri
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-13.jpg
Fichier image/, 833k
Titre Figure 7a. Photographie de rue (3)
Légende Rahma Chikhi, place des Terreaux, 1952 Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Fatima Chikhi 
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-14.jpg
Fichier image/, 823k
Titre Figure 7b. Photographie de rue (3)
Légende Mansouria Blaha, place des Terreaux, 1963  Source : Archives privées
Crédits Crédit :AP © Mansouria Blaha
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-15.jpg
Fichier image/, 953k
Titre Figure 7c. Photographie de rue (3)
Légende Lahouaria Malagouen et Saliha Sadaoui, place des Terreaux, 1960Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Malika Sadaoui
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-16.jpg
Fichier image/, 727k
Titre Figure 8. Famille Sebti devant l’école primaire La Saulaie à Oullins, 1961
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Farida Sebti
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-17.jpg
Fichier image/, 923k
Titre Figure 9a. Portrait
Légende Tassadit Rahmouni Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Djamila Djeffal
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-18.jpg
Fichier image/, 317k
Titre Figure 9b. Portrait
Légende Fatima Hassani Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Fatima Hassani
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-19.jpg
Fichier image/, 669k
Titre Figure 9c. Portrait
Légende Mansouria Blaha Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Abassia Blaha 
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-20.jpg
Fichier image/, 857k
Titre Figure 9d. Portrait
Légende Fatma Malagouen Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Fatma Malagouen 
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-21.jpg
Fichier image/, 565k
Titre Figure 9e. Portrait
Légende Zohra DilmiSource : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Zohra Dilmi 
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-22.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Figure 10. Algériennes lors d’un week-end organisé par la Cimade
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédits : AP © Zohra Dilmi
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-23.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Figure 11a. Photographie d’Algériennes en vacances
Légende Zohra BlahaSource : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Abassia Blaha
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-24.jpg
Fichier image/, 688k
Titre Figure 11b. Photographie d’Algériennes en vacances
Légende Aïcha BlahaSource : Archives privées 
Crédits Crédit : AP © Abassia Blaha
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-25.jpg
Fichier image/, 997k
Titre Figure 11c. Photographie d’Algériennes en vacances
Légende Famille de Zoubeida et d’Habiba Megnaoua à Chamonix, 1962Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Zoubeida Megnaoua
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-26.jpg
Fichier image/, 512k
Titre Figure 12. Mme Belhadj, parc de la Tête d’Or
Légende Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Jeannine Belhadj-Merzoug
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-27.jpg
Fichier image/, 584k
Titre Figure 13a. Portrait de familles
Légende Sabah, Mouzarah S. et leurs 4 enfants, Oullins, 1963 Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Farida Sebti 
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-28.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Figure 13b. Portrait de familles
Légende Kheira Bella et sa fille, Oullins, 1951Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Farida Sebti 
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-29.jpg
Fichier image/, 623k
Titre Figure 13c. Portrait de familles
Légende Parents de Saïda et Zoulikha B.Source : Archives privées
Crédits Crédit : AP © Saïda B.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7284/img-30.jpg
Fichier image/, 1,2M

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540