Version classiqueVersion mobile

De Drake à Chatwin. Rhétoriques de la découverte

 | 
Frédéric Regard

Interprétation, apories et méditation : enjeux de la métaphore dans An Account of the Pelew Islands de George Keate (1788)1

Lacy Rumsey

Texte intégral

  • 1 Édition utilisée : George Keate, An Account of the Pelew Islands [1788 ; cinquième édition, 1803], (...)
  • 2 Haydn Mason, « Keate, George (1729-1797) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford Univer (...)

1An Account of the Pelew Islands est l’œuvre de George Keate (1729-1797), homme de lettres anglais qui a touché à de multiples activités : gentleman, il entreprend le Grand Tour entre 1754 et 1757 ; ami et correspondant de Voltaire, il écrit une histoire très remarquée de la ville de Genève ainsi que l’épître en vers Ferney, dans laquelle il défend la gloire de Shakespeare (la ville de Stratford reconnaissante lui offrira un encrier taillé dans un mûrier censé avoir été planté par le Barde lui-même) ; poète, il est le premier Anglais à avoir célébré les Alpes en vers ; peintre, il expose à la Royal Academy ; observateur de son pays, il publie en 1779 un roman sentimental, Sketches from Nature, qui demeure une source utile d’information pour les historiens de la société anglaise2. An Account of the Pelew Islands n’est pas le fruit d’un voyage entrepris par Keate, mais a été élaboré à partir de ses entretiens avec Henry Wilson, capitaine de l’Antelope ; ce navire de la East India Company avait fait naufrage en 1783 sur un récif près de Koror, dans les Palaos, un groupe de quelque trois cent quarante îles et îlots situé dans l’archipel des Carolines. Koror est à la fois le nom d’une ville (actuellement la capitale du pays) et d’une île ; à l’époque de la visite de l’Antelope, Koror était aussi le nom d’une petite fédération d’îles sous le commandement d’un même chef, Ibedul (appelé « Abba Thulle » dans le texte de Keate).

  • 3 Elizabeth Baigent, « Lee Boo (c. 1764–1784) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford Uni (...)

2Le contact entre Anglais et Palaosiens semble avoir procuré des avantages de part et d’autre. Pour les hommes de Wilson, les trois mois passés dans les Palaos, avec l’aide (surtout alimentaire) de leurs hôtes, leur permettent de construire un nouveau bateau et de repartir vers la Chine, pour retrouver d’autres navires de la East India Company. Les habitants de Koror peuvent de leur côté profiter de la technologie fournie par les marins anglais, notamment des outils en fer, et surtout des armes à feu, qui leur apportent une aide décisive dans la guerre les opposant à une confédération rivale. Il n’y a pas d’actes de violence entre les Anglais et les hommes d’Ibedul, et une certaine chaleur humaine semble caractériser les rapports entre les deux camps. L’un des marins anglais décide de rester à Koror après le départ de ses compatriotes, et le fils d’Ibedul, Lebuu (« Lee Boo »), accompagne Keate dans le voyage à Londres, où il passe quelques mois avant de mourir de la variole3. D’autres voyages à Koror seront organisés par la suite, chacun se soldant par la volonté d’un marin anglais de rester sur place.

  • 4 Relation des îles Pelew situées dans la partie occidentale de l’océan Pacifique […], traduction H. (...)

3Ces circonstances ont permis à Keate de rassurer un public britannique qui avait été quelque peu effrayé par la publication quinze ans plus tôt de la relation, rédigée par John Hawkesworth, du premier voyage de James Cook – récit dans lequel figure la description de nombreux épisodes sulfureux ou dangereux, incluant des danses érotiques, des rites sexuels, ou encore des scènes de cannibalisme –, et qui fut ravi de découvrir que les contacts entre Anglais et Océaniens pouvaient être d’une autre nature. Le public accueillit donc avec enthousiasme le livre de Keate, qui devait connaître cinq éditions, et qui fut traduit en français en 17934. La vie et la mort pittoresques de Lebuu ont particulièrement frappé l’imagination anglaise. Coleridge y fait allusion dans « To A Young Lady, With A Poem on the French Revolution » (1794), et une biographie du prince de Koror devint un grand succès de librairie, et servit même de support à un manuel scolaire.

  • 5 Cette étude se fonde sur une approche pragmatique de la métaphore, qui souligne que la métaphore n (...)

4Utilisée de façon restreinte, avec un fonctionnement précis à l’intérieur du récit, la métaphore reflète le statut plutôt paradoxal du texte de Keate, à la fois foisonnant de détails empiriques et très moralisateur. Contrairement à Hawkesworth, qui adopte la voix de Cook, ce qui donne lieu à de troublantes ambiguïtés, Keate narre tous les événements vécus par Wilson et son équipage à la troisième personne, et cherche visiblement à donner à son texte une vraisemblance et une richesse empirique : crédible dans sa présentation de la vie maritime, le livre inclut des chapitres à visée ethnologique, traitant des structures politiques des îles, des techniques artisanales qui y sont employées, de leur architecture, de leur musique. Ces chapitres continuent d’être consultés par les historiens qui s’intéressent aux Palaos, même s’ils sont maintenant lus à la lumière de l’histoire orale des Palaosiens eux-mêmes. Cela dit, et bien que riche en détails et observations de la vie palaosienne, il est clair que le texte de Keate ne vise pas l’intégration de ces observations dans un projet scientifique, mais cherche à permettre au lecteur de passer facilement de l’empirisme à la réflexion morale, via certains schémas interprétatifs qui étaient très facilement accessibles au public contemporain. Les enjeux de la métaphore se situent donc dans la façon dont le contexte pragmatique du texte, constitué en partie par de tels schémas, est mis en rapport avec ses stratégies et structures textuelles. Comme nous le montrerons, la métaphore a une fonction double dans An Account of the Pelew Islands : tantôt marqueur d’une dérive morale ou sociale, tantôt invitation à la rêverie moralisatrice, elle joue un rôle crucial dans la reconstruction par le lecteur des contextes interprétatifs du récit5.

5Le plus important des schémas interprétatifs dont disposait le lecteur de l’époque est celui de la « divine Providence ». C’est vers ce schéma que Keate dirige ses lecteurs dès les premières pages, dans un passage très riche, qui frappe par son refus de toute visée scientifique :

Rien ne peut intéresser l’Homme davantage que l’histoire de l’Homme. Les navigateurs des différentes époques nous ont présenté notre espèce sous des lumières variées. – Les manières des nations civilisées se ressemblent fort. Ce sont les vices et les vertus des individus qui créent des distinctions. – En revanche, dans les pays qui n’ont jamais été touchés par la science ou par les arts, nous observons une disparité merveilleuse : certains vivent dans cette obscurité et ce barbarisme absolu devant lesquels l’humanité détourne volontiers le regard ; – d’autres, sans aucune aide ni aucun appui à part leur simple bon sens inné, sont non seulement sortis de cette ombre ténébreuse, mais atteignent presque cet ordre, cette propriété et cette bonne conduite qui constituent l’essence de la vraie civilisation. – C’est après avoir accompli des progrès très lents, sur de très longues périodes, que les nations sont parvenues à leur degré actuel d’accomplissement. – L’esprit de l’homme curieux, trop avide d’un savoir que ses facultés limitées ne lui permettront jamais d’atteindre, se demande souvent : – Pourquoi une aussi grande variété de gradations dans l’existence humaine ? Mais sa question restera à jamais sans réponse, et il devra se contenter de reconnaître que la Providence agit avec une sagesse infaillible, et qu’elle sert des fins qui dépassent l’entendement des hommes. – Il passera bien plus sagement son temps à se rendre compte, avec la reconnaissance qui sied, que son destin ni n’a fait de lui un habitant de Terre de Feu, ni ne l’a ajouté au nombre des malheureux sauvages du pôle Nord. (p. 48)

  • 6 Nicholas Thomas, « “The Pelew Islands” in British culture », dans Keate, An Account of the Pelew I (...)
  • 7 Peut-être Keate cherchait-il un accès aux Moluques et au commerce des épices ; la suggestion est f (...)

6Pour reprendre la terminologie pragmatique, l’opération de la « divine Providence » sera perçue comme une prémisse nécessaire, impliquée dans l’intelligibilité de chaque événement, ou presque, de la relation de Keate, et déterminant l’interprétation des faits en contexte. Nicholas Thomas estime même que cette réflexion systématique sur les opérations de la Providence est à comprendre à la lumière de la relation étroite qu’entretient le récit de Keate avec celui de Hawkesworth, chez qui cette prémisse semble absente, et chez qui, par exemple, aucun enseignement moral ne peut être tiré des épisodes de conflit, car ceux-ci ne peuvent être compris dans une perspective généralisatrice6. On peut aussi noter, toujours avec Thomas, le fait que les marins anglais se trouvent dans un état de dépendance absolue par rapport aux habitants de Koror : sans bateau, les Anglais manquent totalement d’autonomie et sont en un certain sens les prisonniers des Palaosiens. Cet emprisonnement, qui aboutira à une délivrance, conduit naturellement à une lecture providentielle du texte. Enfin, on peut suggérer que le fait que le texte n’explique à aucun moment la raison pour laquelle l’Antelope s’est trouvé aux Palaos a pu également encourager le lecteur à comprendre les actes des individus mis en scène dans le récit à la lumière des grands schémas explicatifs du jour, notamment celui de la Providence7.

  • 8 Jonathan Lamb, Preserving the Self in the South Seas, 1680-1840, Chicago, The University of Chicag (...)
  • 9 Lamb, ibid., p. 274.

7Si la Providence constitue donc le niveau explicatif le plus général de An Account of the Pelew Islands, au niveau plus précis des rapports entre humains, le texte de Keate met en jeu le débat sur la sympathie naturelle qui pourrait exister entre individus ou ethnies. Selon Jonathan Lamb, il est instructif de mettre en rapport deux des modes littéraires qui ont le plus marqué les dernières décennies du xviiie siècle : le récit de voyage et le roman sentimental, les deux étant propices à l’analyse de la sympathie et de ses limites. Il s’agit ici de la sympathie pouvant circuler entre lecteurs et marins, ce qui pour Lamb peut constituer, à la suite du dégoût provoqué par les déboires des expéditions de Cook, un acte de patriotisme ; il s’agit aussi, bien entendu, de la sympathie existant entre les marins et les « fils de la nature », et par extension entre le lecteur et ceux-ci8. Pour Lamb, la relation de Keate, fortement marquée par cette influence « sentimentale », se caractérise ainsi par une idéalisation persistante des enjeux réels de l’interaction entre Anglais et Palaosiens, présentée sous le signe d’une bienveillance généralisée. Prenons l’exemple de l’enjeu majeur que constituait la nourriture : puisque l’île de Koror ne fournissait certainement pas assez de vivres pour que ses habitants puissent nourrir l’équipage anglais sans que cela ne provoque des contraintes importantes dans le mode de vie des indigènes, la question était susceptible de provoquer des tensions, voire des actes de violence ; alors que c’est l’habileté politique d’Ibedul qui empêche cette violence, habileté qu’il conviendrait, selon Lamb, de considérer à la lumière d’une organisation coercitive, Keate présente les interventions du chef sous la forme d’une bienveillance naturelle et ingénue9.

8En fait, Keate perçoit de la bienveillance dans tout ce qui entoure le voyage de l’Antelope : bienveillance divine, comme nous l’avons vu, bienveillance de la Couronne anglaise – les premiers mots du récit font référence à la liberality de George III –, bienveillance, voire altruisme, dans les rapports entre marins et Kororiens. Au regard de cette bienveillance omniprésente, le récit incite le lecteur, de façon insistante, à la reconnaissance, envers Dieu (la « reconnaissance qui sied » citée ci-dessus), envers le roi anglais, envers Ibedul :

  • 10 Comme le font remarquer Thomas et Nero, dans Keate, An Account of the Pelew Islands, ouvr. cité, p (...)

À Rome, la préservation de la vie d’un seul citoyen donnait droit à la couronne civique. – À Pelew, le fait que tant de nos compatriotes aient été sortis de leur détresse, et que, grâce à la protection et à la bienveillance d’Abba Thule, non seulement ils aient été sauvés d’une destruction inévitable, mais qu’ils aient pu rentrer en sécurité auprès de leur famille et de leurs amis, justifierait encore plus pleinement l’envoi d’une couronne par la Grande-Bretagne reconnaissante. (p. 269)10

9La couronne mortuaire dont il est question à la fin de ce passage symbolise le devoir de faire parvenir à Ibedul la nouvelle de la mort de son fils. Incitant son lecteur à la reconnaissance envers un roi, envers un peuple, et envers Dieu, le texte de Keate esquisse donc une communauté universelle de bienveillance, placée sous protection divine, à laquelle le lecteur est pressé d’adhérer, et dont les autorités anglaises se doivent de se montrer dignes.

10Sur le plan de l’échange communicationnel, ce festin de bonnes intentions se manifeste par le fait que les relations entre Anglais et Palaosiens se caractérisent par une surprenante facilité et par une étonnante transparence. Grâce à une chance providentielle, Wilson a à sa disposition exactement les interprètes qu’il lui faut :

La Providence se plaît souvent, dans les moments de difficulté et de détresse les plus éprouvants, à révéler une source inespérée de consolation pour le moral des malheureux. – Ce fut une coïncidence singulière que le capitaine Rees, du Northumberland, eût recommandé au capitaine Wilson de prendre comme serviteur Tom Rose, qui parlait parfaitement la langue malaise.
Ce fut une circonstance encore plus singulière qu’une tempête eût amené en cet endroit un Malais, et que celui-ci ayant été remarqué par le roi comme un étranger, et traité favorablement par lui, eût passé près d’une année sur l’île avant le naufrage de l’Antelope, acquérant ainsi une familiarité avec la langue du pays. Grâce à cet événement extraordinaire, il y avait chez les Anglais comme chez les habitants de Pelew un interprète capable de discourir librement en malais, et, Tom Rose parlant anglais, une relation facile fut ouverte de part et d’autre, enlevant toutes les difficultés qui auraient été inévitables entre des personnes qui, dans l’incapacité de faire connaître leur pensée les unes aux autres par le biais du langage, devaient s’en remettre à des signes et gestes ; ceux-ci auraient pu donner lieu à mille malentendus entre des gens nés sous des climats si éloignés l’un de l’autre. (p. 77-78)

11Certes, cette transparence ne permet pas une compréhension parfaite, comme Keate l’avoue à propos des pouvoirs dont disposent les chefs palaosiens : « Il me semble qu’il vaut beaucoup mieux laisser ces questions de côté pour qu’elles soient traitées à la lumière de découvertes futures (s’il devait en effet s’en produire) que proférer des opinions qui pourraient se révéler erronées. » (p. 230). La possibilité d’un malentendu global n’est cependant jamais envisagée, et le contexte pragmatique de l’interprétation se caractérise donc systématiquement par le primat de la bienveillance et de la transparence. Les faits qui pourraient être susceptibles de remettre en question cette ambiance sont occultés ou désavoués, quand une justification n’en est pas fournie. C’est ainsi que les liens de cause à effet qui devaient exister entre l’implication anglaise dans la guerre entre Koror et ses rivales, et les dons de nourriture reçus par les Anglais, ne sont jamais mis en avant ; que la pratique qui consiste pour les Kororiens à mettre à mort leurs prisonniers est justifiée par le fait qu’ils manquent de prisons sûres (p. 253-254) ; et que les individus qui jettent le doute sur la nature idéale des relations entre Anglais et Kororiens sont ridiculisés, soit par des actants du récit, soit par le narrateur lui-même :

Le Chinois ajouta : « que ceci a lieu très pauvre, et peuple très pauvre ; pas avoir vêtements, pas avoir riz, pas avoir cochon, rien avoir, seulement igname, pas beaucoup poisson, et noix de coco ; rien avoir pour faire commerce, pas beaucoup faire à manger ». La description ainsi proposée par ce petit homme, dont je rapporte ici les paroles exactes, montrait bien qu’il considérait l’humanité avec l’œil d’un Hollandais, ne faisant que calculer le gain qu’il pouvait en obtenir. – L’esprit d’un lecteur enclin à la réflexion s’occupe très différemment. Il perçoit la main de la Providence à l’œuvre dans les familles dispersées du monde, guidant tout d’une sagesse infaillible. Il constate que c’est en mesure strictement égale qu’elle distribue ses bénédictions aux fils de l’homme ; il considère que la nature humaine, même sans ornement, constitue, quand elle est dignifiée par une simplicité vertueuse, l’un des plus nobles objets de contemplation. (p. 117)

Le Malais, Soogle, leur fit remarquer que les Anglais n’avaient pas envoyé de fusils ; cette observation impertinente lui attira une réprimande sévère de la part du général, qui, d’un air et d’un ton qui témoignaient d’une grande indignation, répondit que les Anglais avaient loyalement tenu parole, en envoyant ce qu’ils avaient envoyé, et en leur communiquant l’heure de leur départ ; qu’ils n’avaient pas tenu un double langage [spoken with two tongues, « parlé avec deux langues »] comme lui, vaurien de Malais, avait osé le suggérer ; et qu’il leur avait amené la honte à eux tous, en conseillant au Roi de n’envoyer que des ignames bouillis aux Anglais, de peur qu’en envoyant des ignames crus les Anglais ne fissent des provisions et ne quittassent l’île sans en avertir leur hôtes et sans leur faire présent des choses qu’ils avaient promises. – Cette ferme réprimande de la part de Raa Kook eut beaucoup d’effet sur le roi et sur les chefs, dont les expressions montrèrent leur mécontentement envers le Malais, de telle manière qu’il trouva prudent de se retirer ; sur quoi la compagnie retrouva sa bonne humeur, et Aba Thulle distribua quelques-uns des outils ainsi que du fer parmi les chefs, chacun recevant quelque chose. (p. 187-188)

  • 11 Cette caractérisation très hostile de l’appât du gain néerlandais rappelle que la quatrième guerre (...)

12On peut remarquer, dans la première de ces deux citations, le contraste très flatteur entre le personnage à l’esprit hollandais et le lecteur méditatif à la recherche de preuves de la Providence11. Ce contraste rejoint les préoccupations principales du texte ; que Keate y ajoute un brin de nationalisme montre à quel point le lecteur britannique était enclin à placer sa propre nation au centre de toute communauté bienveillante.

13On a pu remarquer dans les citations qui précèdent le recours à la métaphore (« perçoit la main de la Providence », traces the hand of Providence), tout comme la structuration du discours autour de simples oppositions, signalées ici par le tiret, ailleurs par un point-virgule. Il apparaît en effet que Keate emploie de façon récurrente des structures textuelles essentiellement bipartites, parfois tripartites, dont l’articulation est clairement signalée, et qui permettent des résolutions simples des problèmes rencontrés. L’architecture globale du texte en fournit un exemple, en structurant le récit autour du passage du naufrage à la délivrance, ou du premier contact au sentiment de reconnaissance. Au fil des phrases, on observe le même phénomène, qui se traduit très fréquemment par le passage de l’incompréhension à la compréhension à l’intérieur d’une seule phrase :

Pendant qu’ils enroulaient les rubans, nos hommes remarquèrent, en observant les gestes et les regards des indigènes, que chaque chef fixait son attention sur une personne en particulier. Ceci les effraya sur le moment, car ils en déduisirent qu’en portant ainsi son regard sur un individu chaque chef choisissait son prisonnier de prédilection ; mais ils comprirent bientôt que la signification en était tout autre, et que l’individu ainsi sélectionné devait devenir l’ami ou l’hôte privilégié de ce chef. (p. 95)

14La métaphore suit de près ce jeu simple entre norme (ordre, compréhension réciproque parfaite, présomption de la bienveillance comme seul mobile) et dérive (désordre, incompréhension, irruption d’enjeux économiques ou politiques). On peut même dire qu’elle sert de marqueur d’aporie. C’est sans doute pourquoi la métaphore est utilisée de façon très restreinte, le texte de Keate cherchant à la fois à atteindre des effets de vraisemblance et à inscrire la transparence interprétative au sein du contact interculturel. Les premiers contacts entre Anglais et Palaosiens, et donc la scène de première rencontre avec un peuple inconnu, sont décrits de façon ostensiblement empirique, sans que le texte ait recours une seule fois à la métaphore :

Les indigènes avaient un teint cuivré très foncé, et étaient parfaitement nus, ne portant pas le moindre vêtement ; leur peau était très douce et reluisante, ceci étant dû, comme cela se sut plus tard, à l’application d’huile de noix de coco. Tous les chefs portaient un panier de bétel, ainsi qu’un bambou, finement poli et serti à chaque bout, dans lequel ils gardaient leur chinam, une chaux de corail calciné qu’ils faisaient sortir du bambou en le secouant, afin qu’elle tombe sur la feuille de bétel, pour la rendre plus utile ou goûteuse au moment de la mastiquer. Il fut remarqué que toutes leurs dents étaient noires, et que cette noirceur, avec le bétel et le chinam dont ils avaient toujours une chique à la bouche, donnaient à leur bouche un aspect très dégoûtant. (p. 78)

15La plupart des rapports entre Palaosiens et marins, et même entre les marins et le capitaine Wilson, suivent le même modèle. En revanche, les passages métaphoriques signalent des moments de peur :

… le doute sur ce qu’ils pouvaient récupérer du bateau pour aider à la construction d’un autre, et l’incertitude quant à la possibilité de revoir un jour leur pays et leur famille, accablaient leur esprit d’un tel poids d’anxiété que leur cœur s’en trouvait souvent oppressé par la sensibilité [wringing their hearts, « leur tordant le cœur »] à des moments où le courage que la prudence leur dictait d’afficher, et la politesse qui était due à leurs accueillants protecteurs, les obligeaient à maîtriser leurs sentiments naturels et à masquer l’expression de leur visage par des sourires d’assentiment. (p. 91)

16Il peut s’agir aussi de traduire la simple méfiance :

Une froideur se manifeste chez les indigènes, éveillant bien des craintes parmi les Anglais. – Dissipation de cette froideur et rétablissement de l’amitié. (p. 102 ; début de résumé de chapitre)

17Enfin, il peut s’agir de signifier des velléités de violence :

Le roi, grisé (flushed, « le visage rougi ») par les avantages qu’il avait déjà obtenus grâce à l’amitié de ses nouveaux alliés, semblait désireux de profiter de leur soutien pour se venger de tous ses ennemis. (p. 148)

… l’esprit agité ne voyait pas d’alternative, et dans son trouble renversait tous les obstacles (barrier, « barrière ») qu’érigeaient des sentiments plus dignes. (p. 185)

18Ce dernier extrait renvoie à un épisode où les Anglais craignent une attaque de la part des Palaosiens, et projettent de riposter en tuant leurs chefs, parmi lesquels le sympathique Ibedul.

19Il est important de noter, toutefois, qu’il s’agit toujours d’états passagers, ce qui est bien sûr rendu explicite dans le récit, mais qui est exprimé aussi par certaines structures textuelles, comme la structure bipartite du début du résumé de chapitre. Et si la métaphore sert à signaler de telles dérives, sa disparition sert à incarner le retour à la norme. Ainsi, il est frappant de constater que non seulement le point de résolution de cette phrase marque le passage de la méfiance à la réconciliation, mais il accompagne cette progression structurelle par le passage simultané du langage métaphorique (« froideur », coolness) au langage non-métaphorique (« amitié », friendship). Au tout début du récit, nous avons déjà observé ce double phénomène, qui se remarque dans la progression de l’obscurité, « darkness », à la civilisation :

[D]ans les pays qui n’ont jamais été touchés par la science ou par les arts, nous observons une disparité merveilleuse : certains vivent dans cette obscurité et ce barbarisme absolu devant lesquels l’humanité détourne volontiers le regard ; – d’autres, sans aucune aide ni aucun appui à part leur simple bon sens inné, sont non seulement sortis de cette ombre ténébreuse, mais atteignent presque cet ordre, cette propriété et cette bonne conduite qui constituent l’essence de la vraie civilisation. (p. 48)

20Le progrès de la civilisation, comme celui de la sympathie intersubjective et de la transparence communicative, tend, semblerait-il, à rendre superflue l’utilisation de la métaphore, qui serait à ranger, comme le suggère un savoureux commentaire méta-critique, parmi les différents opiums que fournit la rhétorique en général : « le laudanum de la rhétorique, qui a la propriété parfois d’engourdir et d’endormir les capacités des esprits ordinaires ! » (p. 228).

21L’association entre métaphore et écart n’est pas pour autant totale, car la métaphore a une fonction double dans An Account of the Pelew Islands. En cela, elle reprend le fonctionnement double du récit, qui cherche à raconter, mais aussi à donner à réfléchir. Nous avons établi que la métaphore sert de marqueur d’aporie, signalant les moments dans le texte où les schémas interprétatifs du public risquent de se trouver en difficulté face à des comportements aberrants ou pervertis. Or, si le schéma de la bienveillance peut s’appliquer sans difficulté à des événements racontés avec sobriété, ou à des contacts humains réussis, le schéma providentiel a quant à lui besoin de « passerelles » qui aident et encouragent le lecteur à passer du détail empirique à la réflexion moralisatrice. La métaphore, bannie de la description, revient alors avec force dans la création de telles « passerelles ».

22Cet emploi de la métaphore est signalé, de façon récurrente, par une position tardive à l’intérieur d’une unité textuelle. Il peut s’agir d’un paragraphe entier, comme nous l’avons vu dans le passage qui incite à la reconnaissance envers Dieu. Il est très fréquent aussi qu’un paragraphe se termine par des phrases particulièrement riches en métaphores ; nous avons vu cela dans le passage qui décrit la nature humaine « sans ornement » comme un noble objet de contemplation. De multiples autres exemples d’une association entre rhétorique et position textuelle tardive peuvent être cités :

Je suis sûr que chaque lecteur, quand il aura parcouru attentivement la relation qui est faite ici à leur sujet, sera convaincu que les indigènes inconnus de Pelew ne constituent en aucune manière une honte pour la nature humaine, mais, au contraire, l’honorent par leur existence [live an ornament, « ornent par leur existence »]. (p. 51, fin de paragraphe)

Telles étaient les premières lueurs naissant dans un esprit qui était conscient de l’obscurité dans laquelle il se trouvait, et qui avait suffisamment de bon sens pour essayer de saisir chaque rayon de lumière susceptible de l’amener vers la connaissance et le perfectionnement ! (p. 258, fin d’un épisode relatant le séjour de Lebuu à Sainte-Hélène)

Si les fils de l’Europe éclairés, jouissant de tous ces avantages éblouissants [blaze of advantages] qui sont inconnus dans des régions moins favorisées, ont jusqu’ici été si lents dans leur avancée vers la perfection morale, ils se jugent assurément avec la plus grande sévérité s’ils s’attendent à voir les enfants du Sud, obscurs et sans amis, s’y prendre de manière plus heureuse. (p. 255, fin de chapitre)

23Le texte de Keate est jalonné de tels paragraphes moralisateurs, dans lesquels on trouve un passage de la description à la réflexion, et, parallèlement, d’un style sobre à un style où la puissance rhétorique de la métaphore joue un rôle prépondérant. Une telle conjugaison entre la fonction de la métaphore, élevée au rang de « passerelle » conceptuelle, et sa position, différée dans l’unité spatiale du segment textuel, s’applique aussi au mouvement global du récit. Au fur et à mesure que celui-ci progresse, les descriptions perdent de leur sobriété, notamment à propos des Palaosiens. On trouve alors des expressions de ce type : « à chaque occasion, il émanait d’eux un souffle [they breathed] de si parfaite bonne volonté envers nos hommes » (p. 182) ; « ces bienveillants fils de la nature » (p. 190) ; « les gens de Pelew, élevés à l’école de la Nature » (p. 190). Le contraste avec la première description de ce peuple est saisissant : n’ayant plus besoin de démontrer sa vraisemblance, le texte se permet ces fioritures rhétoriques dont il se prive de manière systématique par ailleurs.

24An Account of the Pelew Islands, comme nous l’avons vu, vise un idéal de transparence communicative. Cette transparence a besoin d’un style sobre, au sein duquel peuvent néanmoins se déployer des métaphores comme marqueurs d’aporie ou de dérive. Ce primat de la transparence est mis au service d’un schéma interprétatif à portée métonymique : tous les acteurs du récit sont compris comme des émanations de la divine Providence, et l’intérêt principal du texte repose sur la démonstration qu’il effectue du bon fonctionnement du schéma providentiel. Lorsqu’elle est convoquée en fin de paragraphe ou en fin de récit, la métaphore sert alors à construire une passerelle entre le détail anecdotique et un schéma interprétatif beaucoup plus large. La position textuelle tardive de la métaphore moralisatrice s’applique également à tout le processus de lecture de ce texte, qui répond idéalement aux attentes du public britannique de la fin du xviiie siècle. Il faut imaginer le lecteur anglais dans le contexte culturel d’alors : on lit le récit, et on y trouve ce que l’on y cherche, de la transparence communicative, transparence dont l’absence de métaphore est un garant parmi d’autres ; on pose alors le livre et l’on se plonge dans la méditation, faisant cette fois appel à la métaphore dans la construction d’interprétations plus ambitieuses et dans le souci d’un rapport médiatisé avec la volonté divine ; peut-être y trouvera-t-on enfin l’inspiration pour composer ses propres textes, hautement métaphoriques, comme l’auteur anonyme de « Sent from an Unknown Person to Captain Wilson, December 3d 1790, By The Post ». Le style de ce poème sur la mort de Lebuu, haut en rhétorique et métaphores dès l’attaque, est en apparence très différent de celui du récit de Keate. Mais les modes d’interprétation qu’il implique n’en sont pas moins la conclusion implicite de An Account of the Pelew Islands, dialogue complexe entre empirisme et méditation, entre soumission à la Providence et culte de la sensibilité individuelle :

Quand la bassesse titrée redevient poussière,
Avec quelle rapidité s’élève le buste funéraire ;
Quelles foules de poètes vénaux font jaillir le chant,
Et font couler à flots les notes lugubres de la mort
[…]
Quel que soit le but de la Providence,
Notre rôle est de pleurer, et de nous y soumettre. (p. 323, 325)

Notes

1 Édition utilisée : George Keate, An Account of the Pelew Islands [1788 ; cinquième édition, 1803], Karen L. Nero et Nicholas Thomas éd., Londres, Leicester University Press, 2002. Toutes les références de pages données entre parenthèses dans le corps du texte renvoient à cette édition (les italiques, très fréquents, sont dans le texte de Keate). Les traductions sont les miennes.

2 Haydn Mason, « Keate, George (1729-1797) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004, édition en ligne, 2006 [http://www.oxforddnb.com/view/article/15217]. Voir aussi Haydn Mason, « Voltaire et George Keate », dans Vérité et littérature au xviiie siècle : mélanges rassemblés en l’honneur de Raymond Trousson, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 181-191 ; et les références à Keate dans Paul Langford, A Polite and Commercial People : England 1727-1783, Oxford, Oxford University Press, 1989.

3 Elizabeth Baigent, « Lee Boo (c. 1764–1784) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, édition en ligne, 2006 [http://www.oxforddnb.com/view/article/94599].

4 Relation des îles Pelew situées dans la partie occidentale de l’océan Pacifique […], traduction H.G. Riqueti, comte de Mirabeau, d’après Quérard, Paris, Maradan, 1793.

5 Cette étude se fonde sur une approche pragmatique de la métaphore, qui souligne que la métaphore n’est pas un objet – sémantique ou syntaxique –, mais un processus d’interprétation dont les occurrences ne peuvent pas être considérées hors de leur contexte interprétatif : voir, par exemple, Michiel Leezenberg, Contexts of Metaphor, Amsterdam, Elsevier, 2001.

6 Nicholas Thomas, « “The Pelew Islands” in British culture », dans Keate, An Account of the Pelew Islands, ouvr. cité, p. 28.

7 Peut-être Keate cherchait-il un accès aux Moluques et au commerce des épices ; la suggestion est faite par Thomas et Nero dans l’introduction de leur édition, » Bridging Worlds », dans Keate, ibid., p. 4.

8 Jonathan Lamb, Preserving the Self in the South Seas, 1680-1840, Chicago, The University of Chicago Press, 2001, p. 250, 251.

9 Lamb, ibid., p. 274.

10 Comme le font remarquer Thomas et Nero, dans Keate, An Account of the Pelew Islands, ouvr. cité, p. 8-9, l’emploi par Keate du mot « Pelew » est le résultat, et la source, d’une certaine confusion, car il semble signifier à la fois la ville de Koror et l’ensemble des îles palaosiennes. Cette confusion a son origine dans la ressemblance entre deux mots de palauan : beluu, « ville », et Belau, qui est le nom des Palaos en palauan. Les Anglais ont d’abord cru qu’Ibedul, régnant sur sa beluu et sur l’île de Koror, était le souverain du pays entier. Cette confusion quant au sens du mot Pelew a renforcé la perception chez les Anglais d’une équivalence entre Ibedul et George III, et j’ai donc choisi de le garder dans ma traduction.

11 Cette caractérisation très hostile de l’appât du gain néerlandais rappelle que la quatrième guerre anglo-hollandaise (1780-84) avait été en partie provoquée par la découverte d’un traité commercial secret proposé par la ville d’Amsterdam aux États-Unis pendant la guerre d’indépendance américaine, alors que les Provinces-Unies étaient liées à l’Angleterre depuis un siècle.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search