Version classiqueVersion mobile

La géographie, émergence d’un champ scientifique

 | 
Laura Péaud

Annexes

Texte intégral

Les sociétés de géographie

Liste des fondations de sociétés de géographie au xixe siècle

Date de fondation Villes Date de fondation Villes
1821 Paris 1873 Rome, Berne, Amsterdam, Hambourg, Halle
1828 Berlin 1875 Copenhague, Bucarest, Madrid, Lisbonne, Le Caire
1830 Londres 1876 Bruxelles, Anvers, Lima, Alger
1833 Mexico 1877 Stockholm, Varsovie, Québec
1836 Francfort sur le Main 1878 Hanovre
1845 Saint-Pétersbourg 1879 Tokyo
1852 New-York 1883 Rio de Janeiro
1856 Vienne 1885 Madrid, Neuchâtel
1858 Genève 1886 Adelaïde
1861 Leipzig 1888 Washington, Helsinki, Sydney
1863 Dresde 1889 Oslo
1867 Turin, Kiel 1891 Philadelphie
1869 Munich 1894 Prague
1870 Brême 1898 Chicago
1872 Budapest 1899 Dacca

Statuts des sociétés de géographie

Société de Paris – 1821 : Lettre de Barbié du Bocage aux membres de la Société de géographie de Paris

1Messieurs,

2Toutes les personnes qui sont ici présentes, connaissent le but de la Société qu’il est question d’organiser aujourd’hui. La science de la géographie est entrée dans l’objet de leurs études ; toutes en reconnaissent l’utilité et l’avantage, mais toutes n’en connaissent peut-être pas également l’étendue. Liée à toutes les sciences, la géographie sert, pour ainsi dire, d’introduction à chacune d’elles, et prépare les voies pour les étudier avec fruit. C’est un vestibule dont plus de cent portes communiquent à toutes les branches des connaissances humaines.

3Cette science a déjà fait des progrès immenses, mais il lui reste encore beaucoup à acquérir. Elle ne peut augmenter son domaine que par une direction éclairée, par une production constante, et par les encouragemens dont elle sera redevable à votre zèle généreux. C’est là, Messieurs, ce que vous êtes appelés à établir. La Société que vous formez doit être le point central d’où partiront les instructions qui seront données aux voyageurs, aux marins et aux négocians ; elle correspondra avec eux et leur donnera, autant qu’il sera en elle, les moyens de profiter de leurs voyages ; elle les guidera en quelque façon comme la colonne de feu conduisait les Israëlites dans le désert ; elle leur indiquera le chemin qu’ils auront à tenir, et leur signalera les dangers qu’ils auront à éviter. La Société, à son tour, profitera de leurs découvertes ; elle sera instruite de leurs courses, les annoncera au monde savant, en fera connaître les résultats utiles, et pourra se féliciter d’avoir agrandi, par ses soins, le cercle de nos connaissances.

4Voilà, Messieurs, quel est le but que se propose d’atteindre la Société dont vous êtes les fondateurs.

5Pour y parvenir, elle n’a pas craint de se former sur un plan d’une grande étendue. Elle a appelé les savans de toutes les nations à en faire partie. Elle a pensé qu’elle ne pouvait réunir trop de lumières, et son objet lui a paru trop vaste pour être le partage d’une seule nation.

6Cette Société renferme donc des savans dans tous les genres, des hommes éclairés de tous les pays, dont les goûts et les travaux tendent tous à l’accroissement des connaissances géographiques. C’est parmi ces hommes instruits que vous devez faire le choix de votre bureau et de la commission centrale chargée de tout le travail de la Sté. Ce choix, Messieurs, est très important, car c’est de lui que dépend la manière dont les travaux seront dirigés, et celle de les conduire à leur fin. Vous devez y mettre beaucoup de scrupule ; heureusement les élémens ne vous manquent pas ; souvent les talens sont joints aux plus hautes dignités. Vous ne risquerez point de les employer lorsqu’ils peuvent être utiles au but que se propose la Société. Vous avez à choisir parmi des astronomes, des voyageurs éclairés qui ont parcouru des contrées lointaines, des marins expérimentés qui ont affronté tous les dangers de la mer, des généraux qui ont fait la guerre, des ingénieurs instruits, des géographes habiles, des naturalistes, des savans dans les langues ; l’administrateur lui-même, le politique a fait entrer la géographie dans ses études, et souvent le magistrat s’en sert pour comparer les loix [sic] des différens peuples. C’est également avec son secours que l’économiste a étudié les produits des différentes contrées et que le négociant a su transporter dans son pays des productions étrangères et y former des établissemens de commerce enviés des autres nations. (BSGP, 1822, S1, T1 : 10)

Société de Berlin – 1828 : les statuts de la Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin

71 – Der Zweck der Gesellschaft ist Beförderung der Erdkunde, im weitesten Sinne des Worts, durch freie Mittheilung.

82 – Zur Beförderung dieses Zweckes sind zunächst bestimmt monatliche Versammlungen der Mitglieder der Gesellschaft ; jedoch sollen hierdurch andere Befördeungsmittel, welche im Laufe der Zeit als nützlich anerkannt werden könnten, keineswegs ausgeschlossen sein.

93 – Die Gesellschaft besteht aus ordentlichen, auswärtigen und Ehren-Mitgliedern.

104 – Ihre ordentlichen Mitglieder wählt die Gesellschaft aus denjenigen Einwohnern Berlins und der nächsten Umgegend, welche sich die Beförderung der Erdkunde interessiren, und ihr in einer von den zehn gewöhnlichen Versammlungen durch drei darin gegenwärtige ordentliche Mitglieder zur Ausnahme in Vorschlag gebracht werden, nachdem der Vorschlag durch eine nähere Angabe : inwiefern der Vorgeschlagene sich für den Zweck der Gesellschaft eigene, und dass derselbe als wirklich befähigt, sei es durch Privatstudien oder durch dienstliche Stellung, für die Bevölkerung der geographischen Wissenschaft den öffentlichen Ruf habe, begründet worden ist.

115 – Die Ausnahme erfolgt durch geheimes Ballotiren in denjenigen Versammlungen der Gesellschaft, welche in den Monaten April und November statt finden. Nur in diesen beiden Monaten darf über die Wahl neuer Mitglieder ballotirt werden, und die Ballotirung kann sich nur auf solche erstrecken, die wenigstens in der nächstvorhergegangenen, oder auch in einer früheren monatlichen Versammlung, statutenmässig zur Ausnahme in Vorschlag gebracht worden sind.

126 – Alle in einer Versammlung, worin ballotirt wird, anwesende ordentliche und Ehren-Mitglieder sind zu stimmen berechtigt und verpflichtet, und ihre Anzahl wird vor dem Geschäfte ermittelt. Fällt ein Drittel der abgegebenen und richtig befundenen Stimmen, oder mehr, vereinend aus, so wird die angetragene Ausnahme hierdurch abgelehnt.

137 – Den Mitgliedern, welche den Auszunehmenden zur Wahl vorgeschlagen haben, liegt es ob, demselben die Genehmigung ihres Vorschlages bekannt zu machen, ihn in die Gesellschaft einzuführen, und dem Vorstande derselben vorzustellen. Der Direktor wird seine Anwesenheit der Gesellschaft sodann anzeigen. Amtliche schriftliche Benachrichtigungen von der erfolgten Ausnahme sind nicht üblich. Der Aufgenommene trägt seinen Namen, Stand und Wohnung in der Listen der Gesellschaft ein, welcher die Statuten vorgeheftet sind, und unterschreibt damit zugleich letztere, nachdem er in einer der monatlichen Versammlungen dem Vorstande als neu gewähltes Mitglied vorgestellt worden ist.

148 – Ordentliche Mitglieder, welche ihren Wohnsitz in einer solchen Entfernung von Berlin nehmen, dass sie dadurch verhindert werden, den monatlichen Versammlungen der Gesellschaft beizuwohnen, treten in das Verhältniss eines auswätigen Mitgliedes des Gesellschaft, sobald sie von dieser Veränderung ihres Wohnsitzes dem Vorstande der Gesellschaft Kenntniss gegeben haben. (BGFE, 1833, S1, T1 : 1-2)

Société de Londres – 1830 : les buts fixés par les statuts de la Royal Geographical Society

151. To collect, register, and digest, and to print for the use of the Members, and the public at large, in a cheap form and at a certain intervals, such new, interesting, and useful facts and discoveries as the Society may have in its possession, and may, from time to time, acquire.

162. To accumulate gradually a library of the best books on Geography – a selection of the best Voyages and Travels – a complete collection of Maps and Charts, from the earliest period of rude geographical delineations to the most improved of the present time ; as well as all such documents and materials as may convey the best information to persons intending to visit foreign countries ; it being of the greatest utility to a traveller to be aware, previously to his setting out, of what has been already done, and what is still wanting in the countries he may intend to visit.

173. To procure specimens of such instruments as experience has shown to be most useful, and best adapted to the compendious stock of traveller, by consulting which, he may make himself familiar with their use.

184. To prepare brief instructions for such as are setting out on their travels : pointing out the parts most desirable to be visited ; the best and most practicable means of proceedings thither ; the researches most essential to make ; phenomena to observe ; the subjects of natural history most desirable to be procured ; and to obtain all such information as may tend to the extension of our geographical knowledge. And it is hoped that the Society may ultimately be enabled, from its fund, to render pecuniary assistance to such travellers as may require it, in order to facilitate the attainment of some particuler object of research.

195. To correspond with similar societies that may be established in different parts of the world ; with foreign individuals engaged in geographical pursuits, and with the most intelligent British residents in the various remote settlements of the Empire.

206. To open a communication with all those philosophical and literary societies with which Geography is connected ; for as all are fellow-labourers in the different departments of the same vineyard, their united efforts cannot fail mutually to assist each other. (BRGS, 1831, T1 : vii-viii)

Résumés biographiques des principaux géographes du corpus1

Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846), d’après H. Ferrière (2009) :

21Bory est un autodidacte de Gascogne. Ses premières publications savantes remontent à 1796-1798. Il entre alors en contact avec de nombreux naturalistes. Ainsi, on sait qu’il fut l’élève du géologue et minéralogiste Déodat Gratet de Dolomieu à l’École des mines de Paris. Après le décès de son père, il s’engage dans l’armée en 1799. Il est alors affecté en Bretagne. En septembre 1800, il épouse à Rennes Anne-Charlotte Delacroix de la Thébaudais, avec qui il a deux filles.

22Il apprend le départ d’une expédition scientifique organisée par le gouvernement et obtient, grâce à celui qui lui tient lieu de père, la place de zoologiste en chef à bord de l’une des corvettes participantes. C’est ainsi qu’après avoir quitté l’armée de l’ouest fin août puis obtenu du ministère de la Guerre un congé indéfini, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent quitte Paris le 30 septembre, arrive au Havre le 2 octobre et quitte la ville le 19 à bord de l’un des deux navires que le capitaine Nicolas Baudin emmènera autour du monde de 1800 à 1804, Le Naturaliste. Il s’arrête lors d’une escale à l’île Maurice en mars 1801. De là, il rejoint, le 23 mai 1801, la Réunion voisine, où il effectue en octobre et novembre de la même année l’ascension et la première description scientifique générale du Piton de la Fournaise.

23Il est de retour en France métropolitaine le 11 juillet 1802. Il publie un Voyage dans les îles d’Afrique. Il reprend par ailleurs du service dans l’armée dès son retour comme officier d’état-major : il est alors affecté, en 1803-1805, au camp de Boulogne. Il poursuit en parallèle sa carrière savante : il est élu correspondant du Muséum en août 1803 et correspondant de la première classe de l’Institut de France au printemps 1808. En 1804, il publie Essais sur les îles fortunées et Voyage dans les quatre principales îles des mers d’Afrique. L’impression de cette relation est surveillée par le jeune Léon Dufour, qui devient son ami fidèle.

24En 1805, il prend part à la campagne d’Autriche, devient capitaine de Dragons en novembre et est présent le mois suivant à la bataille d’Austerlitz. Bory passe ensuite deux ans en Prusse et en Pologne. Il sert, à partir d’octobre 1808, dans l’état-major de Ney, puis de Soult à partir d’octobre 1809. Il participe ainsi à la campagne d’Espagne. En mai 1811, il devient chef d’escadron, puis est fait chevalier de la légion d’honneur et lieutenant colonel à la fin de l’année. Aux côtés de Soult, il prend part à la campagne de Prusse de 1813 et à la campagne de France de 1814. Après la chute de Napoléon, il intègre le service du Dépôt de la guerre à Paris le 10 octobre 1814.

25Pendant les Cent-Jours, il est élu député d’Agen. Il se signale par son patriotisme. Au début de la seconde Restauration, il est condamné à cinq ans d’exil, le 24 juillet 1815. Il fuit vers Rouen et fait aussi paraître ses Justifications. Il passe les années de 1816 à 1819 en exil entre la Belgique et la Prusse. Avec Drapiez et Van Mons, il est un des directeurs scientifiques des Annales générales des sciences physiques, éditées à Bruxelles de 1819 à 1821. En 1820, au traitement de réforme à partir de juillet en tant que lieutenant-colonel, Bory de Saint-Vincent revient s’installer à Paris où il réside jusqu’en 1825. Il collabore à divers journaux libéraux. En 1825, il est jeté en prison pour dettes à Sainte-Pélagie. Il y reste jusqu’en 1827. Le 9 décembre 1828, il est nommé pour diriger la commission scientifique d’exploration de Morée, qui a lieu en 1829-1830. En 1830, il se présente à une élection pour devenir membre de l’Institut après le décès de Lamarck. Après les Trois Glorieuses, J.-B. Bory est réintégré dans l’armée et au Dépôt des cartes avec le grade de colonel, il y resta jusqu’en 1842. Le 1er mai 1831, Bory est fait officier de la légion d’honneur et en juillet, il devient député de Marmande mais démissionne bientôt. Il fait paraître le compte rendu de son exploration qui lui permet d’être élu membre de l’Académie des sciences en novembre 1834 : Relation du voyage de la commission scientifique de Morée dans le Péloponnèse, les Cyclades et l’Attique. Il participe à la fondation de la Société entomologique de France le 29 février 1832 aux côtés de son vieil ami P. A. Latreille. Le 17 novembre 1834, il est élu membre libre de l’Institut. De 1835 à 1838, Bory siège à la commission d’état-major.

26La commission scientifique d’Algérie est nommée le 24 août 1839. Bory en est le chef en tant que colonel d’état-major. De 1840 à 1842, il séjourne en Algérie. Placé à la retraite en janvier 1840, il préside tout de même la commission d’exploration scientifique d’Algérie entre 1839 et 1842 et se rend sur place, à Alger et dans d’autres villes de la côte, entre 1840 et le premier trimestre 1842.

Georg Forster (1754-1794), d’après M. Gilli (2005) :

27Avec son père Johann, ils partent ensemble pour le second tour du monde de Cook (1775-1778). Au retour, il publie Voyage autour du monde, en anglais puis en allemand, ouvrage qui va le rendre célèbre en Allemagne, où il s’installe. D’abord à Kassel, il souffre d’une vie étriquée et d’une société noble qui l’ennuie. Il part souvent à Göttingen, où il retrouve Lichtenberg (ami, rationaliste) et côtoie aussi Jacobi et Sömmerring. Forster rejoint les rose-croix à cette époque, société mue par le désir de fabriquer de l’or et de gagner de l’argent. Il en ressort quelques années après, conscient de s’être égaré. Pour rompre définitivement avec les loges rose-croix, Forster part de Kassel et accepte un poste à Wilna, en Lituanie. Mais il s’y ennuie rapidement, découvre la misère sociale et politique de la Pologne. C’est à cette époque qu’il épouse Therese Heyne, en 1795. En plus de ses cours d’histoire naturelle, il vit des traductions d’ouvrage qu’il fait. Il abandonne finalement son poste quand, en avril 1787, un projet de voyage financé et soutenu par la Russie lui est proposé. Mais à cause de la guerre cela n’aboutit pas. Il retourne alors en Allemagne, et obtient un poste de bibliothécaire de l’université de Mayence, à la suite de Johannes von Müller. Forster est confiant car, même si Mayence est catholique et lui protestant, le prince-électeur est relativement accueillant et tolérant.

28Avec l’argent promis pour le voyage russe, il fait un voyage sur le Rhin avec Alexander von Humboldt, en 1791. Ensemble, ils voyagent le long du Rhin, en Belgique, à Londres et Paris. Ce voyage s’avère fondateur pour les deux. Pour Forster, car il se rend compte que l’Angleterre n’est pas si progressiste que ça, et surtout parce qu’il est profondément secoué par le Paris révolutionnaire. Son ouvrage Ansichten (1791), deuxième ouvrage majeur de sa vie, fait le récit de ce voyage. Forster y montre sa vision de la nature, dans sa diversité, son idée de civilisation, qui n’est chez lui pas opposée à l’idée de culture. De plus, ce livre contient aussi des indications politiques, mais pas sur la France car le troisième tome n’a jamais été rédigé.

29Forster entretient de plus des rapports confus avec le politique. D’abord héritier de l’universalisme des Lumières, il adopte ensuite une vision libérale du monde. Dans la guerre anglo-américaine, il passe du soutien aux Anglais à celui des Américains, à la lecture de Thomas Paine qui l’influence. Il développe une vision libérale du monde et pluraliste ; ce qui explique pourquoi il écrit un essai contre les théories raciales de Kant : celui-ci exprime le parti de la raison, de l’universalisme, tandis que Forster défend la pluralité des races, dans la mouvance de Herder qu’il lit alors beaucoup. Sa vision politique du monde change encore avec la Révolution française : la fête de la Fédération du 14 juillet 1790, à laquelle il assiste, reste pour lui un moment fondateur. Il y comprend et soutient les aspirations du peuple à la liberté et prend le parti de la République française. Non sans s’attirer les critiques, il fait sien le combat révolutionnaire, en gardant toujours une vision relativement libérale. Son idée clé est celle du bonheur de l’humanité. Alors que la ville est occupée par les troupes françaises en 1792, il participe à fondation de la Société des amis de la liberté et de l’égalité de Mayence, et aide à l’approvisionnement de la ville. Il est ensuite envoyé comme délégué à Paris pour demander le soutien de la France à la République de Mayence. Forster fait alors le choix de devenir français, beaucoup de ses amis se détournent de lui. Il termine sa vie à Paris, en faisant finalement le choix des Montagnards, par qui seuls la solution politique peut venir, d’après lui.

Alexander von Humboldt (1769-1859), d’après M. Gayet (2006) :

30Issu d’une famille de l’aristocratie prussienne, Alexander von Humboldt reçoit, comme son frère aîné Wilhelm, une éducation d’avant-garde, dispensée par des précepteurs éminents, au château familial de Tegel. Il complète ensuite ses études à Berlin, puis, entre 1787 et 1792, aux universités de Francfort-sur-l’Oder et de Göttingen, ainsi qu’à l’Académie du commerce de Hambourg et à l’école des mines de Freiberg. Après un voyage en Europe occidentale (1790) avec Georg Forster, il achève ses études et devient directeur des mines de Franconie en 1792, tout en poursuivant des recherches dans le domaine des sciences naturelles. S’intéressant notamment à la botanique, il publie en 1793 un ouvrage très original sur la flore souterraine de l’Erzgebirge. Il reprend aussi les expériences électriques de Galvani, mais sur son propre corps. Il élabore ensuite de grands projets de voyages et vend plusieurs propriétés pour disposer des fonds nécessaires.

31Venu à Paris acheter du matériel scientifique, il fait la connaissance du naturaliste Aimé Bonpland, avec qui il se lie d’amitié et part en Espagne à l’automne 1798. À Madrid, les deux hommes obtiennent un passeport pour les possessions espagnoles d’Amérique. Ils sont au Venezuela en juillet 1799. En 1800, ils traversent la région des Llanos (région des grandes plaines), puis étudient la curieuse transfluence du Cassiquiare, rivière qui unit les eaux du bassin de l’Amazone à celles tributaires de l’Orénoque : une liaison continue entre les deux grands fleuves est ainsi découverte. Humboldt et Bonpland visitent ensuite la Colombie (1801), l’Équateur et le Pérou (1802). En juin 1802, ils parviennent à 5 610 mètres d’altitude sur les pentes du Chimborazo (qui culmine à 6 272 mètres), réalisant ainsi un grand exploit. Après une incursion dans le bassin amazonien, au Pérou, la fin de leur périple est marquée par des recherches sur le grand courant marin auquel Humboldt a donné son nom. Leur retour vers l’Europe passe par le Mexique (1803) et les États-Unis (1804).

32De cette expédition, ils rapportent de nombreuses descriptions de minéraux, de végétaux et d’animaux, ainsi qu’une moisson de données géographiques et climatiques. Installé à Paris en 1807, après un passage rapide en Prusse et en Italie, Humboldt se consacre à dépouiller et approfondir toutes ces informations. Il les rassemble dans un ouvrage en trente volumes, Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent, dont il dirige la rédaction et dont la parution s’échelonne sur vingt ans.

33En 1822, il rejoint le roi de Prusse en Italie, pour un congrès à Vérone. Il en profite pour faire quelques excursions dans les Alpes et les Apennins. Forcé financièrement à revenir à Berlin en 1827, Humboldt est nommé chambellan du roi. Il donne alors en 1827-1828 des leçons publiques qui préfigurent son œuvre Kosmos. Il prend également part en 1828 à la fondation de la Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, qu’il contribue à animer avec Carl Ritter. Il participe également activement aux activités de l’Académie des sciences de Berlin et entreprend plusieurs projets visant à donner à la ville un statut scientifique européen : il engage par exemple un projet de réseaux d’observatoires dans le monde, dont les données seraient centralisées à Berlin, et organise en 1828 un congrès des naturalistes allemands. Invité par le tsar de Russie pour un voyage dont il rêve depuis des années, il repart en 1829 pour un grand voyage en Asie russe. Il parcourt avec les professeurs Rose et Ehrenberg, en 1829, la Dzoungarie et l’Altaï, et multiplie les observations scientifiques. Ce voyage fonctionne comme le pendant asiatique de son expédition américaine.

34Par la suite, devenu l’un des principaux conseillers du roi de Prusse, il accomplit de nombreuses missions diplomatiques, en particulier auprès de Louis-Philippe. Entre 1835 et 1845, il effectue plusieurs courts séjours en France et rédige des notices diplomatiques à destination de son monarque. Il se lance enfin dans la rédaction d’une synthèse de ses travaux et des connaissances scientifiques de son temps, Kosmos, essai d’une description physique du monde. Le premier volume paraît en 1845, mais Humboldt meurt avant d’avoir pu achever le cinquième et ultime volume.

Edme-François Jomard (1777-1862), d’après Y. Laissus (2004) :

35Edme-François Jomard, voit le jour à Versailles le 22 novembre 1777. Il fait ses études au collège Mazarin, puis à l’École nationale des ponts et chaussées et à l’École polytechnique. Membre de l’expédition française en Égypte de 1798, il consacre une grande partie de sa vie et de ses travaux à ce pays. De retour en France en 1803, il établit un catalogue des hiéroglyphes et revendique une part de la paternité des travaux de Champollion lors de leur publication. Il participe à la rédaction de la Description de l’Égypte, ouvrage collectif en dix volumes de texte et treize volumes de planches, qui paraît à l’Imprimerie impériale puis royale entre 1809 et 1828. Il est aussi l’un des premiers à trouver l’origine géodésique des longueurs grecques anciennes et à faire leur conversion dans le nouveau système métrique.

36En 1814, il fait un séjour en Angleterre, grâce auquel il se passionne pour la méthode d’enseignement mutuel qu’il contribue à développer en France jusqu’à la fin de sa vie. Dans les années 1820 et 1830, il encourage les relations franco-égyptiennes en faisant venir de jeunes Égyptiens en France pour qu’ils soient instruits. En 1830, il est un des premiers à créer un système de classification concernant les objets ethnographiques. Cette première classification reconnue (en ethnographie et muséologie) est basée sur l’utilité de chaque objet : sociale, pratique, économique et technologique. Par la suite, ce procédé sera repris et amélioré par Ernest Théodore Hamy, en 1878.

37Jomard est très engagé dans différentes institutions savantes : il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1818 ; il est membre fondateur de la Société de géographie en 1821 et la préside en 1848-1849 ; enfin il est le créateur du département Cartes et Plans de la Bibliothèque royale, dont il devient conservateur administrateur en 1838.

Conrad Malte-Brun (1775-1826), d’après N. Broc (1975) et A. Godlewska (1991) :

38Né dans une famille bourgeoise (son père était administrateur des domaines de la Couronne danoise après avoir fait carrière dans l’armée), Conrad était destiné à devenir pasteur, mais son goût des lettres l’entraîne vers l’université de Copenhague à l’âge de 15 ans. Il y découvre les idées de la Révolution française et prône publiquement la liberté de la presse. Il s’exile d’abord en Suède, puis à Hambourg. Finalement, il arrive en France en novembre 1799. Son idée est de doter son pays d’adoption d’un traité de géographie qui n’existe pas encore, contrairement à l’Allemagne et de la Grande-Bretagne. Sa rencontre avec Edme Mentelle, professeur à l’École normale chargé de réformer les manuels de géographie, est déterminante. Leur travail commun produit une Géographie mathématique, physique et politique de toutes les parties du monde en seize volumes parus de 1803 à 1807.

39Conrad, bon journaliste et convaincu que seules de bonnes publications feront progresser la science, fonde, en 1807, les Annales des voyages, de la géographie et de l’histoire et, en 1819, les Nouvelles annales des voyages, de la géographie et de l’histoire. Il collabore aussi au Journal des débats. En 1807, les armées de Napoléon atteignent la Pologne ; or aucun ouvrage digne de ce nom n’existait en français sur ce pays. Un Tableau de la Pologne est demandé à Conrad Malte-Brun et celui-ci s’acquitte de sa tâche en six mois, ce qui établit définitivement sa renommée. Et même s’il n’apprécie guère l’empereur Napoléon, il garde une grande estime pour Bonaparte.

40Son œuvre majeure sera le célèbre Précis de géographie universelle ou Description de toutes les parties du monde publié à partir de 1810, première Géographie Universelle française. Cette œuvre, dont le dernier volume paraît en 1829 après la mort de Malte-Brun, connaîtra un succès considérable si on en juge par le nombre de rééditions et d’augmentations dont elle fera l’objet jusqu’au moment où la Géographie universelle de Reclus la détrône. Après la fondation de la Société de géographie de Paris en 1821, il en est le premier secrétaire général de 1822 à 1824. Son deuxième fils, Victor-Adolphe, est lui aussi géographe et à son tour secrétaire général de la Société de géographie, de 1859 à 1866.

Edme Mentelle (1730-1816), d’après M. Heffernan (2005) :

41Géographe et historien, Mentelle est professeur de géographie pour les enfants de Louis XVI pendant quelques années avec Buache de La Neuville. On lui doit d’ailleurs un globe en relief conçu dans le cadre de ces enseignements royaux. Ensuite, fervent partisan de la Révolution, il est professeur de géographie et d’histoire dans différentes institutions nouvellement créées : à l’École militaire puis, après la suppression de cet établissement en 1792, il enseigne successivement à l’École centrale et, en 1794, à l’École normale. Il devient membre de l’Institut dès la création de ce corps en 1795.

42Sa carrière savante est très teintée de son parcours d’enseignant. Ses nombreux ouvrages ont contribué à répandre en France le goût des études géographiques. On a de lui : Géographie comparée, 1778); Cours complet de Cosmographie, de Chronologie, de Géographie et d’Histoire, 1801 ; Atlas universel, avec Chamaire. Il a en outre coopéré à la rédaction de la Géographie universelle de Malte-Brun.

Carl Ritter (1779-1859), d’après H. Beck (1979) et C. Lüdecke (2002) :

43Issu d’une famille modeste, il reçoit une éducation rousseauiste à l’école de Christian Gotthilf Salzmann à Schnepfenthal, où il suit également les enseignements de GutsMuths qui lui donnent le goût de la géographie. Il fréquente aussi Justus Perthes, qui lance en 1785 ses Geographische Anstalt. Ritter devient ensuite précepteur dans de riches familles, en particulier la famille Bethmann-Hollweg à Francfort-sur-le-Main. À l’occasion de cette fonction, il fait de nombreux voyages en Europe, et notamment en Suisse où il découvre les préceptes pédagogiques de Pestalozzi. Cette rencontre s’avère décisive pour la formation de son goût au terrain. En Suisse, il se forme à cette pratique et éprouve l’Anschauung. Ritter est aussi influencé par sa lecture assidue des philosophes, en particulier Kant et Schleiermacher, chez qui il puise sa vision religieuse.

44Dès les années 1810, il commence à écrire l’œuvre de toute sa vie, son Allgemeine Erdkunde, dont la parution s’étale de 1817 à 1859, pour un total de vingt et un tomes. En 1816, il voyage à Berlin pour trouver un éditeur à son Erdkunde. Dans le même temps, les frères Bethmann-Hollweg, ses anciens élèves, lui proposent une place à la Kriegsschule, l’Académie militaire de la capitale prussienne. Ritter accepte finalement en 1819 et commence en 1820. En 1821, il donne aussi des cours à l’université de Berlin, dans le cadre de la première chaire de géographie. À travers ses cours, il apporte un certain nombre de changements dans l’enseignement de la géographie : il installe par exemple de grandes cartes murales dans les salles. Ritter place ainsi l’espace au centre et favorise aussi la pratique de terrain, notamment à la Kriegsschule.

45Il s’implique aussi pleinement dans la vie institutionnelle de la capitale prussienne. Il participe à l’Académie des sciences et, dès 1828, à la Gesellschaft für Erdkunde, la société de géographie, dont il est avec Humboldt un des membres fondateurs et un des principaux animateurs. La société doit beaucoup à Ritter, qui la préside quelque temps, qui l’anime et y présente un grand nombre de communications. Comme Jomard, il se bat aussi pour la création d’une collection cartographique indépendante dans la capitale prussienne. Ritter se situe également au centre d’un vaste réseau scientifique européen : il communique beaucoup avec la société de géographie de Londres et possède une réelle fonction nodale en matière de circulation des savoirs géographiques en Europe.

46Même si Ritter ne parcourt pas des contrées aussi lointaines que Humboldt, il connaît très bien l’Europe. Entre 1824 et 1852, il multiplie les excursions et explorations de terrain : Paris, Böhmen et Mähren, l’Autriche, la Slovaquie et l’Italie, la Suisse, l’Allemagne centrale pour les excursions proches ; entre 1837 et 1838, il parcourt inlassablement la Grèce, la Turquie, la Bulgarie et la Roumanie, la Hongrie, régions dont il devient un des meilleurs connaisseurs en Europe ; puis il arpente l’Angleterre et le Sud de la France dans les années 1840 ; les pays scandinaves, et de nouveau l’Angleterre, puis les Pays-Bas, la Pologne, l’Allemagne méridionale, l’Espagne et l’Italie dans ses derniers voyages. Il termine sa vie à Berlin.

Notes

1 Les trajectoires biographiques présentées ici sont celles des principaux géographes de notre corpus, ce qui explique l’absence de géographes britanniques. Les résumés biographiques sont organisés par ordre alphabétique.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search