Version classiqueVersion mobile

La géographie, émergence d’un champ scientifique

 | 
Laura Péaud

Conclusion

Texte intégral

1Notre recherche a pris en charge une analyse relationnelle, celle des savoirs géographiques avec le couple politics / policy au cours de la période 1780-1860. En examinant la progressive disciplinarisation de ce champ de savoirs dans les sphères française, prussienne et britannique, le principal enjeu consistait à identifier en quoi, dans quelle mesure et selon quelles modalités ce processus est lié au champ du pouvoir. Le fil conducteur de cette enquête a mis en évidence une tension dialectique corrélativement à la montée en discipline : à la volonté de construire un champ scientifique autonome et au service du progrès de l’humanité, dans un esprit hérité des Lumières, répond une présence toujours plus forte du politique qui induit une nationalisation progressive des savoirs géographiques alors mis en discipline. C’est cette tension qui a été au cœur de notre parcours. Plus spécifiquement, cette recherche a visé l’identification des modalités d’articulation des deux polarités, dimension universaliste et dimension nationale, et de leurs effets sur la construction du champ géographique.

2La première hypothèse de ce travail posait le politique, mais aussi la politique, comme des opérateurs de la fabrique des savoirs géographiques. Du point de vue des pratiques et des finalités de la discipline scientifique, la sphère du pouvoir intervient effectivement dans le processus de fabrication scientifique et informe les savoirs produits. Ce travail a montré que le contexte politique, qui recouvre des réalités d’ordre social, culturel, linguistique et économique, constitue un facteur structurant, et pas seulement encadrant, du mouvement de disciplinarisation géographique.

3Le facteur politique intervient tout d’abord sur les finalités des savoirs géographiques, en leur accordant une reconnaissance sociétale et institutionnelle. Pendant la période 1785-1860, les acteurs politiques font en effet l’expérience de la valeur stratégique des savoirs géographiques. Sur le plan de la politique, les savoirs géographiques sont objets d’intérêt dans la mesure où ils soutiennent les projets du politique. Cela se vérifie d’ailleurs tout au long de la période et pour les trois sphères engagées dans cette étude. Cette valeur stratégique des savoirs géographiques n’est pas neuve (Desbois, 2012), mais elle prend une importance renouvelée à partir de la fin du xviiie siècle et va en augmentant. Le premier tournant s’effectue à l’occasion de la Révolution française, en France d’abord, puis par effet miroir en Prusse et en Grande-Bretagne. À partir de ce moment, les acteurs politiques s’appuient largement sur ce type de savoirs pour assurer la construction nationale qui s’affirme alors. La nation devenant l’échelon de référence, les projets politiques se teintent d’une dimension spatiale et territoriale nouvelle. Cela nécessite des connaissances actualisées, que le politique cherche et commande du côté de la sphère géographique. Le deuxième temps d’affirmation de la valeur stratégique des connaissances sur l’espace se situe au moment de l’amplification des processus coloniaux, vers 1840. La nation s’exporte alors au-delà de ses frontières, ce qui appelle en retour de nouvelles connaissances sur les territoires nouvellement intégrés à l’édifice national. La cartographie joue, de nouveau, un rôle central. Pour ces deux moments, le politique investit les savoirs géographiques d’une valeur stratégique, dans la mesure où ils doivent servir une politique précise, et idéologique, car le champ de la géographie est désormais considéré comme au service du politique et de politiques nationales. Les contingences historiques de la politique contribuent ainsi à conférer aux savoirs géographiques une valeur stratégique et idéologique renforcée et font advenir la reconnaissance de cette valeur par le politique.

4L’influence du champ politique ne se limite pas à l’effectivité de cette reconnaissance. En actant la valeur stratégique des savoirs géographiques, le domaine du politique s’inscrit pleinement dans le processus de disciplinarisation de ces savoirs et ce, à plusieurs niveaux. Sur un plan sociologique et institutionnel, sur un plan épistémologique et enfin sur un plan historiographique, l’analyse relationnelle a prouvé une incursion décisive du politique dans ce processus.

5Tout d’abord, du point de vue sociologique et institutionnel, le politique apparaît comme un opérateur structurant de la disciplinarisation géographique. Il encadre financièrement et matériellement l’édification des premières institutions géographiques (sociétés de géographie, universités, écoles). Sociologiquement, les acteurs du politique se situent dans une relation de proximité avec les acteurs du champ géographique : certains hommes politiques participent des nouveaux lieux géographiques, ou les encouragent. Cette participation des acteurs politiques varie au fil du temps et selon la sphère considérée, mais elle constitue un invariant pour la période 1780-1860.

6Du point de vue ensuite de l’épistémologie, le politique influence la construction des savoirs géographiques en termes de finalités, d’objets, de méthodes et de pratiques. L’enjeu des finalités a été rappelé plus haut : il s’agit d’asseoir le processus de construction nationale. Un évident parallélisme apparaît entre le renforcement de l’échelle nationale et le processus de construction disciplinaire du champ des savoirs géographiques. Celui-ci semble devoir servir celui-là. Cela se traduit aussi en termes d’objets mobilisés, mais de manière progressive : en effet, les premières années ne voient pas une convocation massive de l’objet « nation », les géographes ayant à cœur de ne pas restreindre leurs horizons spatiaux. C’est avec le renforcement de la colonisation que les objets des géographes se trouvent davantage orientés vers l’échelon national, qui comprend le territoire national proprement dit et ses annexes colonisées. En termes de méthodes et de pratiques, le politique semble encourager le recours au terrain ainsi que l’usage du chiffre et de la quantification d’une manière générale. Ces aspects résonnent avec les exigences de scientificité affichées par les géographes eux-mêmes à partir des années 1840. Il y a à ce titre une concomitance qui n’est pas seulement fortuite : les géographes puisent en partie du côté du politique pour construire leur édifice disciplinaire.

7Du point de vue historiographique, enfin, les choses sont peut-être moins évidentes, et surtout moins univoques. Dans l’écriture même des savoirs géographiques, des indices d’une stratégie rhétorique qui dit le service du politique apparaissent, mais d’une manière différenciée selon les sphères. Si du côté britannique, les géographes semblent avoir pleinement conscience que leur activité sert les intérêts du politique et dialogue, de fait, avec le domaine de la politique (cela est dit sans détours par Murchison par exemple), du côté français, les discours sont marqués par davantage d’ambiguïté, voire d’hypocrisie, et maintiennent l’illusion d’une distance. L’idée d’un fonctionnement systémique des sphères politique et géographique paraît évacuée par les géographes français. Dans la sphère prussienne enfin, les géographes rejettent complètement les aspects politiques dans les écritures des savoirs géographiques, alors même que leur posture les place au cœur du dispositif du pouvoir. Cette recherche a donc fait apparaître une influence mutuelle entre les processus de renforcement national et celui de disciplinarisation du champ géographique. Une réciprocité dynamique se met en place entre le champ des savoirs géographiques et le champ du politique. La discipline géographique se nourrit de l’influence conjointe de ces deux champs.

8Cet aspect des particularismes nationaux est d’importance, car il touche à tout le processus de disciplinarisation des savoirs géographiques. La période 1780-1860 est aussi celle d’une nationalisation de la fabrique géographique, alors même que la disciplinarisation des savoirs géographiques invoque, dans les trois sphères de cette étude, une double exigence universaliste et humaniste. Notre travail a en effet montré en quoi la montée en discipline progressive de ce champ de savoirs s’accompagne d’une nationalisation de leur production. En 1860, on ne fait clairement pas de la géographie de la même manière en France, en Prusse et en Grande-Bretagne. Et les différences observées font directement écho à la politisation des savoirs géographiques. Il existe cependant des points communs dans la manière de faire de la géographie. Ils se situent au niveau de la conceptualisation, dont le caractère imparfait dans les trois sphères indique que le processus de montée en discipline est en cours et n’est pas encore parvenu à une stabilisation parfaite, et au niveau de l’usage du chiffre et des instruments, dont le recours systématique touche à la scientifisation et à l’objectivation des savoirs géographiques. Mais un regard global tend aussi à révéler des manières de faire nationales, qui distinguent en particulier la Prusse. Les modalités épistémologiques et historiographiques prussiennes révèlent une conception spécifique de la géographie. La nationalisation de la géographie prussienne s’exprime sans doute le plus fortement dans l’effet de germanisation opéré dans la mise en récit du monde. Mais cet aspect n’est pas le seul à différencier la géographie prussienne. Celle-ci se construit plus largement que la géographie française et britannique sur l’ambition de la compréhension des lois qui régissent l’organisation de la nature. Dans les autres sphères, la géographie est avant tout conçue comme la science de l’actualisation des connaissances sur le monde, en dépit de certains appels (ceux de Jomard et de Jackson en particulier). Cette conception engage l’approche qui est mobilisée dans chaque contexte national : clairement nomothétique pour les géographes prussiens et faisant l’effort d’une articulation multiscalaire, alors qu’en France ou en Grande-Bretagne, on privilégie l’approche idiographique et l’examen d’un échelon géographique à la fois. La géographie prussienne se différencie ensuite, et cela va avec sa propension à rechercher des lois d’organisation, pour son goût de la théorie : elle est une science de l’abstraction, Ritter et Humboldt en posent clairement les bases. Alors qu’en France et en Grande-Bretagne, elle est avant tout une science des faits, empirique. Cela se manifeste cependant de manière paradoxale côté français, car cette sphère délaisse la pratique du terrain fortement implantée par ailleurs. Les effets de nationalisation s’observent aussi du côté des objets de prédilection : chaque sphère développe des préférences en matière d’horizon géographique, orientées très fortement par le contexte politique, sauf dans le cas prussien. Enfin, c’est aussi dans la rhétorique adoptée vis-à-vis du politique que s’expriment les manières de faire nationales, selon un gradient. La géographie française opte pour une rhétorique du déni, la géographie prussienne pour une mise à distance du politique en dépit de la conscience des liens qui la relie à cette sphère, enfin la géographie britannique affirme consciemment son rôle d’opérateur au service du politique.

9Tous ces éléments donnent l’image d’une disciplinarisation différenciée, qui est négociée selon des critères distincts en fonction des relations entretenues avec la sphère du politique, avec les objectifs assignés par les acteurs du politique et les politiques mises en œuvre. Ainsi, il n’y a pas une façon de faire de la géographie au milieu du xixe siècle, ce qui atteste de la validité d’une lecture plurielle (Besse, Blais, Surun, 2010), mais bien des façons qui sont réglées à l’échelle nationale. Et il n’y a pas, encore moins peut-être, une seule manière d’envisager les relations entre champ des savoirs géographiques et champ du pouvoir, mais des manières, qui sont modulées nationalement. Cela confirme la seconde hypothèse de cette recherche, à savoir la très grande labilité des savoirs géographiques jusqu’au milieu du siècle. En vertu de l’approche située, l’examen au niveau des nations fait bien apparaître différentes géographies.

10L’un des premiers enseignements de cette recherche réside dans la complémentarité heuristique entre l’échelle du collectif et l’échelle de l’individu. La mobilisation croisée de ces deux échelles permet de faire advenir des éléments complémentaires, qui ne sont aucunement redondants mais au contraire éclairent différemment une même question. La convocation de cette double échelle permet également de pointer l’intérêt de coupler l’approche internaliste et l’approche externaliste. Ce travail s’est en effet penché largement sur l’aspect contextuel de la production des savoirs géographiques, de même que sur la dimension interne qui prévaut pour cette production. Là encore, la valeur du croisement de ces deux angles d’approche apparaît. La dimension internaliste est bien évidemment nécessaire à la compréhension d’un moment de fondation épistémologique des savoirs géographiques. Mais elle est très fortement éclairée et expliquée par l’approche externaliste. Le débat entre internalisme et externalisme est depuis plusieurs années dépassé en histoire et sociologie des sciences et ne suscite plus autant d’interrogations (Grimoult, 2003), mais il me paraît important d’insister sur la complémentarité de ces approches. Tout comme la confrontation des échelles collective et individuelle fait advenir de nouveaux éclairages, le croisement de ces deux approches permet de mettre réellement et précisément en évidence le rôle des facteurs externes, en l’occurrence le rôle de la politique et du politique, sur les modalités épistémologiques et historiographiques de la production de savoirs géographiques. Cela met en évidence que le champ du pouvoir, c’est-à-dire le couple politics / policy, agit comme un opérateur, comme un facteur structurant, et non pas uniquement comme un facteur encadrant, de la disciplinarisation des savoirs géographiques. Le maître mot de la méthodologie de cette recherche est sans doute croisement : croisement des échelles, des approches, des matériaux. Et croisement des sphères, puisqu’un des enjeux résidait dans la convocation simultanée de trois sphères politiques, culturelles et linguistiques. C’était le rôle confié à la méthodologie de l’histoire croisée, que de permettre des analyses transnationales, c’est-à-dire capables de décloisonner les dimensions nationales et de les faire dialoguer entre elles. L’histoire croisée postule en effet l’importance des transferts transnationaux (Werner, Zimmermann, 2004), aspect qui est clairement apparu au cours de cette recherche, alors même que la catégorie de l’État-nation se renforce à cette époque. En effet, en dépit du processus national, les échanges entre nations s’avèrent encore forts et concourent à une structuration partielle du champ des savoirs géographiques. L’examen des réseaux épistolaires fait apparaître cette dimension. La catégorie du transnational vaut donc alors même que l’accent a été clairement mis dans cette recherche sur le nationalisme méthodologique.

11Le croisement de l’approche transnationale et de la perspective nationale a permis également de mettre en avant les bénéfices du spatial turn. Ce courant défend la validité de l’approche par l’espace, qu’en tant que géographe, on ne peut qu’affirmer et adopter. Il considère surtout, dans le cadre des recherches en histoire et sociologie des sciences, que le lieu d’où l’on parle, qu’on le considère d’un point de vue ponctuel, territorial ou même réticulaire, importe. Il importe en ce qu’il fonctionne non pas seulement comme un facteur encadrant de la pratique scientifique, mais comme un facteur structurant. Le lieu est considéré en ce sens comme un opérateur à part entière des modalités de production du savoir. Par lieu, on entend aussi toutes les réalités, sociales, économiques, culturelles, politiques, linguistiques, etc., que le terme recouvre. Le spatial turn rejoint en cela l’approche externaliste, dans la mesure où il prend acte de la performativité du lieu, c’est-à-dire de sa capacité à influencer la production et la circulation des savoirs. Et c’est l’ensemble de cette recherche qui a fait la preuve qu’un lieu (un État, une capitale, une société, un réseau de correspondances, etc.) joue un rôle sur la manière dont s’organisent et se structurent la production et la diffusion des savoirs géographiques. La façon d’envisager ces lieux, leurs configurations internes ainsi que les liens qu’ils tissent entre eux, a également sollicité et utilisé de véritables compétences géographiques. En suivant les recommandations de Jean-Marc Besse, nous nous sommes attachée à identifier :

– l’organisation des espaces du savoir géographique ; – les parcours effectués concrètement par l’information géographique au sein de ces espaces ; – les représentations spatiales ou exactement les schèmes spatiaux constitutifs du savoir géographique. (Besse, 2004 : 406)

12Ce faisant, c’est la géographicité des recherches en histoire et en épistémologie de la géographie que j’ai essayé de développer et de revendiquer. En mobilisant les notions clés de réseau ou de centralité, en m’attachant à révéler les dispositifs spatiaux, effectifs et idéaux, j’ai ainsi démontré qu’il est possible d’aller plus loin que la simple « convocation » des lieux dans le tournant spatial. Car si les lieux valent comme catégorie à utiliser pour prouver le caractère situé de la production scientifique, il s’agit de les faire travailler géographiquement, c’est-à-dire en revendiquant et en assumant pleinement les méthodes et les outils du géographe.

13Cette recherche a surtout montré la valeur, si le besoin s’en faisait encore sentir, de la problématique des savoirs situés. L’adjectif situés renvoie bien sûr à la dimension géographique, c’est-à-dire à la situation dans l’espace, mais il renvoie plus largement à la question du positionnement sociétal des savoirs, à leur place dans l’ensemble du dispositif social, politique, culturel ou encore économique d’une ou de plusieurs sociétés. Il apparaît clairement à travers cette étude qu’il est impossible de déconnecter la pratique scientifique de l’endroit où elle s’effectue, car, et ce lien de causalité est des plus importants à notre sens, on ne peut pas la considérer comme essentiellement neutre. Au contraire, la pratique scientifique, à travers cet exemple de l’analyse des relations entre politique et géographie, apparaît tout sauf neutre : elle est fondamentalement enchevêtrée dans des rapports de force et des rivalités. Ce qu’il s’agit de comprendre, une fois ce point de départ posé, est dans quelle mesure elle se situe dans une posture de dissymétrie dans ce jeu de rapports de force.

14Alors même que nos façons contemporaines de faire de la géographie sont largement influencées par le processus de mondialisation et par un mouvement de globalisation des savoirs (Caillé, Dufoix, 2013), le spatial turn et l’affirmation du caractère essentiellement situés des savoirs offre à mon avis de nouvelles perspectives de recherche. En mobilisant les catégories et les outils de la géographie, il semble pertinent de poursuivre les interrogations qui ont été les nôtres en les transposant à la période contemporaine. Une des prolongations de cette recherche pourrait en effet viser à comprendre comment, aujourd’hui, la géographie française se positionne vis-à-vis des autres sphères nationales et du niveau global. L’interrogation de la dialectique national / global paraît en effet une perspective très riche dans le contexte actuel du fonctionnement de la recherche. La confrontation de la sphère française avec la sphère anglophone et germanophone ont aussi un sens aujourd’hui, dans la mesure où une compétition assez comparable se joue sur la scène internationale en matière de production et de diffusion des savoirs. Comprendre comment cela s’ordonne permettrait sans doute de mieux saisir les enjeux auxquels le monde de la recherche doit faire face. Des parallèles avec la situation du xixe siècle pourraient surgir en ce qui concerne les modalités de production des savoirs géographiques, dans la mesure où notre époque convoque dans un jeu de tiraillement complexe les échelons national et global (Housssay-Holzschuh, Milhaud, 2013). Sans invoquer une similarité parfaite, on pourrait envisager de poursuivre les interrogations qui ont celles de ce travail en les transposant dans le présent de la géographie, et en invitant peut-être à une collaboration transnationale sur ce sujet.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search