Version classiqueVersion mobile

La géographie, émergence d’un champ scientifique

 | 
Laura Péaud

III. 1840-1860, les savoirs géographiques dans l’ombre du politique

Chapitre VI

L’ambition coloniale comme horizon des savoirs géographiques ?

Texte intégral

1À partir des années 1830, l’intérêt colonial se renforce en Europe et contribue à informer les modalités pratiques et intellectuelles de la production de savoirs géographiques. Avec le choix opéré par le politique de développer le mouvement colonial, la manière de faire de la géographie change. Le passage d’une politique de comptoir à une logique de pénétration et de contrôle des territoires modifie les manières de produire des savoirs géographiques. Les géographes prennent désormais en charge la cartographie systématique des territoires, ainsi que le dénombrement des hommes et des ressources de ces mêmes territoires : « Les conditions d’élaboration des savoirs géographiques dans les espaces coloniaux se transforment donc rapidement » (Claval, 2008 : 17). Les géographes acquièrent alors la difficile tâche de mettre en ordre les données rassemblées sur un territoire, car les instances politico-militaires ont de nouveau un besoin accru non seulement d’informations, mais surtout d’informations ordonnées, en vue de mener à bien leur entreprise de conquête (Desbois, 2012). Leur action s’inscrit également en aval de la production des savoirs géographiques coloniaux, dans un processus de diffusion. L’expression « géographie coloniale » doit donc s’entendre de plusieurs manières : premièrement, comme une géographie qui s’effectue en terrain colonial, c’est-à-dire en situation coloniale, et relève de pratiques déterminées ; deuxièmement, comme une activité de mise en ordre des données collectées à propos des territoires coloniaux ; troisièmement, comme une science faisant œuvre de propagation – ou doit-on parler de propagande ? – des savoirs sur les territoires coloniaux. L’articulation de ces différents niveaux appelle une analyse précise des conditions de production des savoirs géographiques, alors que de nouveaux rôles leur sont assignés.

L’ambition coloniale ou la nouvelle idéologie nationale ?

L’enthousiasme français et britannique

2Avant d’en venir précisément aux conséquences sur les savoirs géographiques, il paraît important de prendre la mesure du fait colonial dans les différentes sphères de notre étude. Des côtés français et britannique, l’élan colonial est manifeste. La France et la Grande-Bretagne font clairement le choix d’un développement colonial, chargé de soutenir la construction nationale. Il s’agit d’affirmer vis-à-vis des autres États une suprématie qui doit s’exprimer territorialement.

Tableau 6. Les possessions françaises et britanniques entre 1840 et 1860.

Période France Grande-Bretagne
Possessions avant 1840 Guadeloupe, Martinique, Saint-Martin, Saint-Barthélémy, Saint-Pierre et Miquelon, Guyane, La Réunion, Pondichéry, Mahé, Chandernagor, Albreda (Gambie), Algérie (conquête en cours). Antigua et Barbuda, îles Caïmans, Dominique, Grenade, Jamaïque, Montserrat, Sainte-Lucie, Saint-Vincent et Grenadines, îles Vierges, Cap de Bonne Espérance, Sainte-Hélène, Tristan da Cunha, Bermudes, Canada, Falkland, Guyane britannique, Surinam, îles Sandwich, Pitcairn, Malaisie, Népal, Ceylan, Inde, Indonésie, Singapour, Malacca, Fidji, Nouvelles Galles du Sud, Seychelles, île Maurice, Malte, îles Ioniennes, Gibraltar, Le Cap, Aden.
Territoires obtenus entre 1840 et 1860 Terre Adélie (1840), Comores (1841), Mayotte (1841), île Saint-Paul (1842), Comptoir des Rivières du Sud (Afrique, 1843), Gabon (1843), île Amsterdam (1843) Algérie (départements français, 1848), Concession de Shanghaï (1849), Clipperton (1850), Nouvelle-Calédonie (1853), Concession de Canton (1859), Concession de Tientsin (1860). Nouvelle-Zélande (1840), Hong-Kong (1841), Basutoland (1843), Natal (1843), Gambie (1843), Côte des Mosquitos (1848), Mascate (1856), îles Cocos (1857), Indian Raj (1858).
Territoires perdus entre 1840 et 1860 Albreda (Gambie, 1857).  
  • 1 Voir par exemple le célèbre tableau d’Horace Vernet, La Prise de la smalah d’Abd-el-Kader (1844).

3Le tableau 6 résume l’état et l’évolution des possessions de ces deux nations entre 1840 et 1860. En termes de calendrier et d’étendue des possessions, l’empire britannique possède une avance certaine sur la France. Pour les deux nations, la logique de comptoir ou de possession ponctuelle domine encore largement, en dépit de quelques entreprises phares (Inde ou Algérie). C’est bien le dernier tiers du xixe siècle et le début du xxe qui marquent l’apogée de la conquête (Wesseling, 2009). Même si les empires coloniaux ne sont pas encore à leur point d’orgue, l’entreprise d’expansion territoriale n’en fascine pas moins les sociétés métropolitaines. Les premières expositions universelles en témoignent, comme celle de Londres en 1851, de même que l’incursion de la thématique coloniale dans l’actualité médiatique et culturelle (Colley, 1992). Les artistes investissent particulièrement ce domaine, conjuguant l’influence orientaliste aux entreprises coloniales. Des peintres tels que David Roberts ou Thomas Jones Barker contribuent à installer l’empire dans l’esprit des Britanniques. Du côté français, l’habitude coloniale n’est pas d’emblée aussi forte dans la société civile que pour les Britanniques. Pour autant, l’élan engagé par Louis-Philippe et poursuivi très fortement par Napoléon III fascine également la société civile française, en particulier en ce qui concerne l’épopée algérienne. Celle-ci s’invite en effet dans l’actualité des débats politiques de même que dans la sphère médiatique et culturelle. Suite à la prise de la smala d’Abd-el-Kader par le duc d’Aumale en 1843, épisode hautement symbolique, l’Algérie devient un des motifs les plus importants de l’art pictural français dans les années 1840-18601. Cela tient à la fois au processus de conquête alors en cours et au courant plus général de l’orientalisme qui se développe dans toute l’Europe. Ce courant, richement analysé par Edward Said (2003), contribue à mythifier les régions de l’Orient qui, dans un sens très vaste, englobent un espace allant de l’Afrique du Nord jusqu’au Moyen-Orient. En fonction des intérêts de chaque nation, l’Orient s’incarne davantage dans une région : alors que les Britanniques investissent largement le Proche-Orient et l’Égypte, les Français se passionnent, à l’occasion de la conquête algérienne, pour l’Afrique du Nord (Bret, 2003). Le Sahara devient un espace particulièrement rêvé et fantasmé (Blais, 2008a, 2008b).

4Au-delà de l’enthousiasme constaté, l’entreprise coloniale soulève également bien des débats. Si l’essentiel de cette discussion a lieu dans la deuxième moitié du xixe siècle, notamment sur le recours à la force et à la violence, les années 1840 et 1850 portent déjà en germe certaines grandes problématiques. S’engager dans un processus de domination d’espaces ultra-marins pose en effet une question essentielle : que faire de ces territoires ? Pour la France, s’emparer de l’Algérie signifie prendre pied en Afrique dans la logique de concurrence des nations européennes qui se renforce, et notamment face aux Britanniques et aux Prussiens (Nordman, 2012). Mais comment gérer ces nouveaux territoires ? Hélène Blais s’est penchée sur cette question à propos de la conquête de l’Algérie, en examinant les débats parlementaires des années 1840 (Blais, 2008b). Le problème ne consiste pas tant à discuter le principe même de la colonisation, mais à s’entendre sur ses modalités. Les parlementaires se partagent principalement en deux groupes, ceux favorables à une occupation restreinte concentrée autour de quelques points d’appui, c’est l’idée défendue par Guizot, et ceux prônant au contraire une occupation totale :

La question majeure est celle du territoire algérien utile et colonisable. Le débat est bien connu : aux partisans de l’occupation restreinte, qui souhaitent limiter la colonisation aux grandes villes et à quelques plaines fertiles, s’opposent les partisans d’une occupation plus large, obtenue au prix d’une guerre totale, et seule garantie à leurs yeux d’une colonisation durable […]. (Blais, 2008a : 2)

5Dans les deux cas, les enjeux soulevés sont ceux de la mise en valeur du territoire et ils sont de fait essentiellement géographiques : qu’est-ce qu’Alger ? Qu’est-ce que l’Algérie ? Où commence-t-elle et où s’arrête-t-elle ? Les interrogations principales portent sur le découpage de cet espace, sur des problèmes de frontières à la fois internes et externes : faut-il intégrer l’Algérie dans un ensemble méditerranéen plus vaste ? La résolution de ces questions passe par une conception relativement malléable du territoire algérien : selon les besoins, la colonie doit pouvoir s’étendre. « [P]our les partisans de la colonisation, il faut donc inventer un territoire spécifique » (ibid. : 32), adaptable aux désirs politiques. Les débats présentent une vision fractionnée du territoire algérien, organisée en gradients selon des zones de plus ou moins grandes importance et potentialité. Alger, Oran et les ports côtiers arrivent en premier, puis suit la Mitidja, la plaine qui offre des possibilités agricoles rêvées comme infinies, enfin le désert ferme la marche dans cette hiérarchie des espaces. Ce qui ressort, c’est surtout le pragmatisme politique. Celui-ci influence la construction du territoire : l’enjeu de la frontière, c’est surtout celui de savoir quelle portion du territoire est contrôlée et administrée. Selon les propositions, et selon la vision coloniale, cette zone est plus ou moins grande. Florence Deprest note qu’à ce titre, les délimitations entre la zone du Tell et celle du Sahara font l’objet d’un découpage en forme de « palimpseste » : en fonction des logiques favorisées (plus ou moins grande occupation), les limites territoriales fluctuent (Deprest, 2011) et, avec elles, l’identité même de ce qu’on appelle alors l’Algérie. Les notions de frontière, de région et d’arrière-pays sont pour le moins évolutives : la délimitation de cet espace dépend toujours de son « fonctionnement in situ » (Nordman, 1997 : 970) et varie en fonction des besoins identifiés.

Le décalage colonial prussien et allemand

6Contrairement aux entreprises britanniques et françaises, le processus colonial prussien se distingue par son indigence, pour ne pas dire son inexistence complète avant l’unification allemande de 1871. Lorsque les nations européennes développent aux xvie et xviie siècles ce qu’on appelle aujourd’hui un premier empire colonial, les États allemands participent également à ce mouvement. Le prince-électeur du Brandebourg Frédéric-Guillaume, futur roi de Prusse, parvient à implanter quelques établissements sur les côtes de l’Amérique du Sud et de l’Afrique. Grâce à une compagnie fondée en 1682, la Kurfurstliche Afrikanisch-Brandenburgische Compagnie, il établit une petite colonie sur la côte occidentale de l’Afrique composée de deux établissements sur la « Côte de l’Or », connus sous les noms de Groß Friedrichsburg et Fort-Dorothée. Mais ces quelques tentatives ne font pas long feu puisque dès les années 1720, ces enclaves brandebourgeoises sont reprises par les Hollandais. Il faut véritablement attendre la deuxième moitié du xixe siècle avant que l’Allemagne ne manifeste de nouveau de réelles velléités coloniales.

7Pourquoi un tel décalage chronologique ? Michael Jeismann fournit quelques explications dans son ouvrage Das Vaterland der Feinde (1992). La spécificité allemande de cette période tient à l’éparpillement politique et culturel. L’enjeu ne réside pas dans l’extension spatiale du territoire national, mais d’abord dans son édification. Un premier sursaut national apparaît à l’occasion des guerres napoléoniennes, dans lesquelles l’ennemi commun, la France, fournit la possibilité d’une fédération. Comme l’écrit Michael Jeismann :

Autant il semblait difficile de définir les Allemands et la patrie allemande, autant la question de l’ennemi paraissait simple : Napoléon, évidemment, et les Français. (ibid. : 76)

[So schwierig das Deutsche und des Deutschen Vaterlandes zu definieren waren, so leicht schien die Frage nach dem Feind : Natürlich, Napoleon – und die Franzosen.]

8Après 1815, l’Allemagne perd la raison de cette unité temporaire : un ennemi commun. Pour autant, la question de l’unification demeure un enjeu essentiel. Si les rois de Prusse manifestent quelques velléités unificatrices (Schultze, 2007), les véritables concrétisations ne commencent qu’avec l’arrivée au pouvoir de Bismarck, en 1864. C’est d’ailleurs après une autre guerre contre les Français, l’ennemi fondateur, que la nation allemande apparaît finalement (Jeismann, 1992). La nation prussienne, et a fortiori allemande, étant encore à consolider, le regard ne porte pas outre-mer, vers des possessions coloniales qui ne seraient soutenues par aucune structure métropolitaine solidement établie. L’imaginaire colonial n’est pas d’actualité du côté de la société prussienne dans les années 1830, même si le gouvernement surveille cependant les avancées de ses voisins européens. La conquête de l’Algérie par les Français, par exemple, fait l’objet d’un suivi attentif de la part des autorités prussiennes (Nébia, 2008), preuve que la colonisation, même si elle n’est pas encore dans les années 1830 le sujet d’attention principal, est présente dans les esprits.

Les sociétés de géographie française et britannique, relais inégaux de l’engouement colonial

Les colonies s’invitent dans les sociétés de géographie

9Malgré les différences marquées entre les trois sphères, l’élan colonial qui se développe à partir des années 1840 a des retentissements importants en termes de production et de diffusion des savoirs géographiques, et ce même du côté prussien. Entre 1840 et 1860, les colonies ne forment pas l’unique centre d’intérêt développé dans les séances et les bulletins des sociétés de géographie, mais leur place s’affirme. Un examen du nombre d’articles du bulletin de la Royal Geographical Society et de la Société de géographie de Paris qui sont consacrés à cette question permet d’en donner un premier aperçu. Dans un comptage effectué sur vingt années (1840-1860) pour Paris et Londres, les articles des bulletins consacrés aux colonies constituent environ 30 % du nombre total d’articles. À travers l’examen de sa présence dans les bulletins des sociétés, l’enjeu colonial ne constitue pas une préoccupation majoritaire des géographes : les enthousiasmes sont encore largement portés par la reconnaissance des terres intracontinentales inconnues et par les énigmes naturelles, telles que les grands systèmes hydrographiques. Les épopées de John Franklin en Arctique, de David Livingstone à la recherche des sources du Nil (BRGS, 1850-1855), de Heinrich Barth en Afrique ou encore des frères Schlagintweit en Asie centrale (BGFE, 1845-1860) passionnent bien davantage. Cependant, sans briller par son omniprésence, cette question se distingue par sa présence régulière.

10Si l’on poursuit l’analyse, mais cette fois-ci du point de vue du fonctionnement des sociétés, les espaces coloniaux comptent de plus en plus. Parmi les membres collaborateurs, beaucoup vivent dans ces territoires, et les sociétés y trouvent également des relais institutionnels. C’est particulièrement vrai pour la Royal Geographical Society qui profite de l’étendue territoriale et du nombre important des possessions de la Couronne. Dans le bulletin de 1859, la société fait d’ailleurs paraître la liste exhaustive de ses membres, en précisant leur origine (BRGS, 1859, T29). Il est ainsi possible de mesurer la part des colonies. Sur un total de 1 302 membres, 68 proviennent de territoires coloniaux. Ce chiffre représente un peu plus de 5 % du total des membres, ce qui est donc nettement moins que la proportion d’articles consacrés aux espaces coloniaux. Cependant, la plupart de ces membres ont rejoint la société londonienne dans les années 1850, ce qui traduit une montée en puissance récente et forte de ces espaces en termes d’influence. Il faut en outre ajouter les responsables de la politique coloniale qui vivent en métropole, tels que les secrétaire et sous-secrétaire du Colonial Office, le ministre des Affaires coloniales, qui prennent aussi part aux activités de la société. Les colonies s’affirment donc discrètement mais sûrement. Du reste, le tableau 7 fait ressortir une couverture géographique conséquente des territoires possédés par la Couronne britannique. On retrouve certes une large prédominance de l’Inde, qui comptabilise un tiers de tous les membres résidant en territoire colonial, et une forte représentation de l’Australie, mais il faut noter aussi la présence de l’île Maurice ou de Hong Kong. Certains territoires, en revanche, ne sont pas du tout représentés. Une hiérarchie certaine s’établit donc parmi les possessions, qui reflète à la fois la surface, l’ancienneté des possessions ainsi que l’importance qui leur est conférée. Un processus semblable s’observe d’ailleurs du côté de la société parisienne : les territoires africains, et en particulier l’Algérie, y sont surreprésentés en termes de membres participant à ses activités, alors que les autres espaces sont relativement délaissés (BSGP, 1830-1860). Globalement, la proportion de membres résidant en territoire colonial y demeure aussi très faible (moins de 5 %).

Tableau 7. Origine des membres de la Royal Geographical Society venant des colonies britanniques, 1859.

Territoire colonial Nombre de membres
Inde 23
Canada 7
Île Maurice 3
Cap de Bonne Espérance 6
Australie 18
Nouvelle-Zélande 3
Afrique 2
Canton 1
Ceylan 2
Jamaïque 1
Hong Kong 1
Bornéo 1
Total 68

11Si l’inclusion de membres vivant dans des espaces coloniaux reste pour la période 1840-1860 plus de l’ordre du symbole, les sociétés peuvent aussi compter sur la participation d’institutions scientifiques présentes dans ces territoires. Celles-ci forment des relais non négligeables dans la collecte et la diffusion des informations géographiques, en élargissant le cercle des correspondants et en assurant la consolidation de la chaîne d’informations géographiques. Du côté britannique, la Royal Geographical Society peut par exemple compter sur le soutien de plusieurs associations scientifiques. En Inde, la Geographical Society et l’Asiatic Society de Bombay collaborent aux actions londoniennes : à Calcutta ce sont l’Asiatic Society of Bengal, le Geological Survey of India ainsi que la Public Library qui apportent leur soutien ; Madras contribue avec sa société philosophique et Singapour avec le Journal of Indian Archipelago. Du côté de l’Australie, on trouve un Philosophical Institute et la Royal Society of Tasmania. Du côté canadien, enfin, la Royal Geographical Society peut se prévaloir de la collaboration de la Library of the Parliament of Canada et du Canadian Institute, tous deux situés à Toronto (BRGS, 1859, T29). Tous les territoires coloniaux ne sont certes pas représentés, mais ces coopérations permettent d’en relayer les actualités scientifiques et géographiques. Pour ce qui est de la Société de géographie de Paris, les collaborations sont un peu plus limitées : l’Algérie apparaît encore une fois en première ligne, avec la Commission scientifique développée sur place (BSGP, 1830-1860).

12Les sociétés de géographie ne se contentent pas d’être les réceptacles de données collectées dans et sur les espaces coloniaux. Elles se font aussi actrices de cette collecte, en lançant des campagnes sur telle ou telle région, ces entreprises se faisant généralement sous le contrôle plus ou moins soutenu du politique. En 1849, la société parisienne propose ainsi une série d’instructions en vue d’une exploration politique et économique depuis Alger jusqu’au Sénégal, rédigée à la demande explicite du ministère de la Marine (BSGP, 1849, S3, T12). Les objectifs de cette mission sont doubles : d’une part, établir des communications entre Alger et le Sénégal, les deux fleurons coloniaux français, et, d’autre part, mettre en place des relations commerciales pérennes entre ces deux régions. L’introduction le rappelle sans détour :

Le voyage que M. Panet se propose d’effectuer comporte deux systèmes différents. Le premier système aurait pour objet de tenter d’établir des communications directes entre le Sénégal et l’Algérie. Et dans le cas où ce projet ne pourrait pas s’exécuter, le second système consisterait à opérer, surtout dans un intérêt commercial, une reconnaissance dans le haut du Sénégal : à redescendre le Djoliba, en le prenant au-dessus de Ségo jusqu’à Djenné, d’où l’on se dirigerait sur les contrées tout à fait inconnues de l’est. (ibid. : 162)

13L’objectif à remplir est donc clairement libéral et commercial : l’activité géographique y apparaît essentiellement liée à des impératifs politiques. Le fait même que ces instructions soient commandées par le ministre de la Marine indique un degré d’influence et d’impulsion de plus en plus marqué du politique sur le fonctionnement de la société parisienne. Cette incursion ne se fait pas uniquement en termes d’orientation des objets, car le politique engage aussi le domaine financier pour que soient encouragées les recherches africaines. En 1855, la Société de géographie de Paris lance un prix sur l’Afrique, dont l’objet consiste encore une fois à déterminer un itinéraire entre Alger et le Sénégal. En 1860, la société relance ce projet et sollicite des souscriptions financières dont le tableau 8 traduit la répartition.

Tableau 8. Liste des souscripteurs au prix pour un voyage de l’Algérie au Sénégal (d’après BSGP, 1860, S4, T19 : 434).

Souscripteurs Souscription (en francs)
La Société de géographie 500
Le ministère de l’Instruction publique 2000
Le ministère de l’Agriculture et du Commerce 2000
Le ministère de la Guerre 1000
Le ministère de l’Algérie et des Colonies 2000
Un anonyme 300
M. J. Laroche 150
M. Tourasse 10
Feu G. Mollien, ancien voyageur 200
M. Assolant 10
Souscriptions recueillies en Algérie 50
M. Élie de Beaumont 100
Total 8320

14Le soutien politique représente pour l’encouragement de ce voyage près de 80 % du total de la somme engagée. Si les colonies s’invitent dans les sociétés de géographie, cela se fait donc en grande partie grâce aux demandes et aux appuis, moraux mais surtout financiers, des gouvernements.

Des soutiens variés au processus colonial

15La comparaison des corpus français et britannique révèle que si les acteurs politiques, en matière coloniale, sont globalement semblables de part et d’autre de la Manche, les sociétés ne sont en revanche pas engagées également dans le processus colonial du point de vue idéologique. L’intérêt porté au processus colonial par les géographes britanniques ne doit pas seulement être estimé au regard du nombre de membres et d’articles touchant à cette entreprise. Car si ces deux indicateurs plaident pour un intérêt réel mais mesuré, les déclarations d’intention des responsables de la Royal Geographical Society donnent à entendre un tout autre son : celui de l’enthousiasme plein et entier pour l’expansion coloniale. Il est fréquemment rappelé dans les bulletins que la société de géographie de Londres possède une public utility, une utilité publique au service de la gloire nationale (voir par exemple : BRGS, 1847, T17 : xlviii). Celle-ci passe de plus en plus par un soutien affirmé aux entreprises coloniales lancées par le gouvernement. Parmi les membres de l’institution londonienne, Roderick Impey Murchison est un des plus fervents défenseurs du processus. Plusieurs fois président de la société, il argumente en ce sens dans les adresses annuelles qu’il déclame devant les membres (BRGS, 1844, T14, ou 1845, T15). En 1859, il s’exprime en des termes qui lient très clairement les entreprises géographiques et coloniales :

Tous ceux-là, de même que de nombreux propriétaires et gentlemen professionnels, prennent un intérêt profond dans notre progrès, parce qu’ils voient et sentent que dans la diffusion de connaissances neuves, et dans la lutte pour les questions de géographie physique, d’histoire naturelle, et sur les productions des pays distants, nous sommes continûment en train de faire progresser les intérêts matériels de la nation. C’est pour de telles raisons que les secrétaires des départements à l’étranger et aux colonies, ainsi que le bureau de l’Amirauté, ne faillissent jamais à nous fournir les matériaux qui encouragent l’intérêt et la tenue de nos soirées de rencontres. (BRGS, 1859, T29 : 344)

[All these, as well as many proprietors and professional gentlemen, take a deep interest in our progress, because they see and feel that in the diffusion of fresh knowledge, and in grappling with questions of physical geography, natural history, and the productions of distant countries, we are continually advancing the material interests of the nation. It is for such reasons that the Secretaries of the Foreign and Colonial Departements, as well as the Board of Admiralty, never fail to supply us with materials which sustain the interest and character of our evening meetings.]

16Il dit sans détour le rôle que les savoirs géographiques jouent dans la construction nationale. Et la mention du secrétaire chargé des colonies inclut l’entreprise coloniale dans cet effort national. À l’occasion d’autres interventions, Murchison précise quelles doivent être les actions à mener. Dans ce processus, les géographes doivent servir le gouvernement en indiquant les meilleurs emplacements portuaires ou industriels, ainsi qu’en établissant des itinéraires commerciaux. Les savoirs géographiques jouent donc clairement un rôle, dans l’esprit de Murchison et de la Royal Geographical Society, dans la mise en valeur des territoires coloniaux et, partant, dans le soutien de la gloire nationale. S’ils se placent au service de l’action coloniale, les géographes britanniques attendent aussi un retour de la part de l’expansion coloniale : qu’elle leur fournisse des occasions de compléter leur connaissance du monde. C’est en ce sens qu’Hamilton conclut, en 1848, son adresse à la Royal Geographical Society :

Mais pour faire cela, son influence doit être étendue, ses membres doivent être augmentés, la sphère de son utilité doit être élargie. Les colonies et possessions de la Grande-Bretagne s’étendent à chaque portion du globe. Ses bateaux naviguent sur chaque rivage, et ses fils sont surtout en train d’explorer chaque coin du globe. Ainsi, dans aucun autre pays ne se trouvent autant de facilités pour amasser et collecter de l’information géographique. Espérons que la Royal Geographical Society, encouragée comme elle se doit de l’être par les évidences pratiques et positives du soutien public, trouvera rapidement les moyens d’organiser et de systématiser cette masse d’informations de telle sorte qu’elle rencontre les besoins du public et qu’elle remplisse, au moins en partie, les intentions originelles de ses fondateurs. (BRGS, 1848, T18 : lxxii)

[But to do this, its influence must be extended, its members must be increased, the sphere of its utility must be enlarged. The colonies and possessions of Great Britain extend to every quarter of the globe. Her ships navigate every shore, and her sons are foremost to explore every corner of the globe. In no country, then, are there such facilities for amassing and collecting geographical information. Let us hope that the Royal Geographical Society, encouraged as it must be by the practical and positive evidences of public support, will speedily find the means of arranging and systematising this mass of information in such a manner as to meet the requirements of the public, and to fulfil, in part at least, the original intentions of its founders.]

17Le but original de la société ne doit donc pas être oublié : la collecte et l’organisation de l’information géographique demeurent l’objectif à atteindre. Et le processus colonial, qui donne accès à tous les endroits du globe, constitue une opportunité essentielle pour mener cet objectif à bien, quand bien même il résulte d’une instrumentalisation conscientisée par les géographes britanniques. Tout se passe comme si, ayant pris conscience du rôle qu’ils jouaient, de plein gré ou non, dans le processus colonial, les géographes britanniques décidaient d’en tirer parti. Cela révèle une posture réaliste et pragmatique de leur part : comme ils ne peuvent faire sans, ils en tirent profit.

18L’adhésion à la colonisation n’atteint pas les mêmes proportions du côté français, ou du moins ne s’exprime-t-elle pas dans les mêmes termes. Les géographes français semblent en effet davantage mettre l’accent sur les possibilités qu’offrent les territoires coloniaux en matière de données scientifiques que sur la dimension glorieuse qu’ils peuvent conférer à la France. Tout comme leurs confrères britanniques, ils reconnaissent à l’expansion territoriale le mérite important d’ouvrir la curiosité géographique à de nouveaux objets, mais en semblant éluder l’épineuse question de la participation des géographes eux-mêmes à cette entreprise. Tout se passe comme s’ils restaient étrangers aux buts militaires et politiques et ne se concentraient que sur l’aspect purement scientifique. Il existe pourtant clairement un lobby africaniste parmi les géographes français, qui s’appuie sur la conquête de l’Algérie et sur le renforcement de la présence française au Sénégal. Cela se traduit par exemple par la création d’un prix Afrique en 1855 et par l’augmentation des articles consacrés aux possessions françaises sur ce continent. Pour autant, ce lobby porte avant tout sur l’augmentation des connaissances sur l’Afrique, sans faire de lien direct avec la gloire que la France pourrait en tirer. Dans l’article de 1849 précédemment cité, portant sur les liens à établir entre l’Algérie et le Sénégal, il est tout à fait remarquable de voir comment les instructions données au voyageur Panet, alors même qu’elles sont exigées par le ministère de la Marine, ne comportent que très peu de références au projet politique sous-jacent. Alors que l’introduction rappelle « l’intérêt commercial » de l’entreprise (BSGP, 1849, S3, T12 : 162), les instructions elles-mêmes demeurent à un niveau essentiellement scientifique. Comme pour n’importe quelle autre expédition, la société met en exergue les points à éclaircir ou à vérifier et signale les difficultés potentiellement rencontrées. Au milieu de l’article, les instructions se détournent même de l’objectif initial pour mieux rejoindre le chemin du progrès des savoirs géographiques pour eux-mêmes :

Dans ce second système, on s’éloigne un peu de l’idée d’établir des communications directes entre l’Algérie et le Sénégal. Mais si le voyageur a principalement pour but de faire des recherches et d’établir des relations dans l’intérêt du commerce de notre colonie, il a l’espoir, cependant, de finir par pousser au loin des explorations précieuses à la science. (ibid. : 168)

19La participation de la Société de géographie de Paris à l’action coloniale – ces instructions sont tout de même rédigées à la demande directe du ministère de la Marine – semble donc justifiée, et du même coup presque oubliée, par le fait même que cette occasion pourrait fournir des renseignements géographiques. L’objectif initial de l’article tend même à être détourné :

Il est de l’honneur du gouvernement français, qui possède depuis si longtemps le Sénégal, de faire connaître enfin au monde savant une contrée dans laquelle il lui est si facile de faire pénétrer un voyageur et de recueillir des documents du plus haut intérêt. La science, le commerce, l’humanité même, le réclament. Un pareil projet, une fois signalé, ne saurait plus être abandonné. Attendra-t-on que les Anglais, partant de Mogador, nous enlèvent jusque chez nous le mérite et la gloire d’un succès qui est si bien à notre portée ? (ibid. : 166)

20Dans l’esprit des géographes parisiens, il ne s’agirait donc pas de s’inscrire dans un projet colonialiste, mais bel et bien d’œuvrer pour l’augmentation des connaissances disponibles sur le Sénégal. De fait, de nombreux articles traitant d’espaces soumis par la colonisation française négligent ou sous-estiment la dimension politique que les informations recueillies peuvent revêtir. Comme le signale Dominique Lejeune, les instructions données aux voyageurs, en dehors de celles commandées par les autorités françaises, ne comportant dans ces années aucune véritable mention du processus de domination engagé (Lejeune, 1993). Certains géographes vont même plus loin dans l’esprit universaliste, en rappelant que les regards ne doivent pas uniquement se tourner vers ces territoires, mais également sur tous les autres. C’est le sens de l’article de Delaroche en 1859, lorsqu’il commente les progrès faits sur la recherche d’itinéraires entre l’Algérie et le Sénégal :

Mais la Société de géographie ne peut pas borner son action à cette simple mesure. Elle a un grand rôle à remplir, je dirai même un devoir à accomplir. Il lui appartient de prendre l’initiative et la direction d’un mouvement, de ce que j’appellerai, à l’exemple de nos voisins d’outre-Manche, d’une agitation à organiser en France, non pour un but politique ou industriel, mais pour le progrès des connaissances humaines, pour le réveil et l’encouragement des sciences géographiques. (1859, S4, T17 : 376)

21À l’instar de Jomard, il rappelle que le but que s’est donné la Société de géographie de Paris ne réside pas dans « un but politique ou industriel », mais qu’elle travaille pour le progrès général des sciences. Et que si la géographie et la colonisation ont partie liée, la seconde doit aider la première et non l’inverse. Les géographes français semblent donc ne pas considérer l’entreprise coloniale comme une voie d’instrumentalisation de leur pratique, mais plutôt comme une occasion, analogue à d’autres, de mieux accéder à des régions encore inconnues. Ils mettent en avant les progrès ainsi réalisés par les sciences géographiques et le soutien accordé à leurs entreprises. Leurs réflexions, laissant apparaître un manque évident de réflexivité, ne paraissent pas prendre la mesure de leur implication dans le processus colonial lui-même. Face au miroir du progrès des savoirs géographiques, les implications politiques disparaissent et ne se réfléchissent pas. La posture des géographes parisiens n’est ainsi pas du tout réaliste, comme leurs confères britanniques, mais plutôt chimérique. Cela est d’autant plus étonnant que la pratique géographique est déjà largement informée par le contexte colonial. Les géographes français semblent opérer un déni d’interaction avec le processus colonial, n’en ont pas une pleine conscience ou refusent d’en prendre conscience.

22Cette situation change radicalement au début des années 1860 avec l’entrée de Jules Duval dans l’institution (Lejeune, 1993) qui, lui, prend fermement le parti de la participation active et consciente de la société à l’entreprise coloniale française. Dès 1863, Duval prend clairement le parti de la colonisation française, notamment en Algérie, que les savoirs produits doivent servir à justifier et à appuyer. Dans un commentaire à l’ouvrage de Piesse sur ce territoire, il précise sans détour son état d’esprit :

L’œuvre colonisatrice accomplie par la France en Algérie, qui n’est guère indiquée que comme un incident et un accessoire dans l’Itinéraire de M. Piesse, devrait en occuper le fonds, et en composer la substance. On peut juger de son importance par un chiffre. En 1860, le mouvement commercial de l’Algérie française, constaté par les douanes, s’élevait à 263 millions de francs et plaçait cette colonie au septième rang d’importance dans l’ordre de nos échanges. Prétendrait-on que le bénéfice en revient à la société indigène et musulmane ? (BSGP, 1863, S5, T5 : 380)

23Ces quelques analyses distinguent ainsi grandement la production géographique française de son pendant britannique : alors que cette dernière fait véritablement des espaces colonisés un objet à part entière, la première n’en fait que l’occasion de recherches géographiques.

Écrire géographiquement l’espace colonial

Mesurer, recenser et cartographier l’espace colonial

24Les analyses précédentes révèlent que les territoires coloniaux, même s’ils ne forment pas le cœur des activités des sociétés de géographie, s’immiscent dans la production des savoirs géographiques. Quelles conséquences cette incursion a-t-elle sur la manière d’appréhender le monde ? D’un point de vue méthodologique tout d’abord, la pratique géographique en contexte colonial contribue ainsi au renforcement de la militarisation du champ disciplinaire. Celle-ci tend, en retour, à favoriser deux pratiques géographiques : le recensement des ressources et la mesure de l’espace.

25L’un des premiers enjeux d’une mission d’exploration consiste à déceler et à recenser les ressources disponibles sur un territoire en voie de conquête ou déjà dominé. Ce motif des ressources revient très fréquemment dans les bulletins des sociétés parisienne et londonienne, car la mission des géographes présents sur les terrains coloniaux comprend notamment la détermination des ressources disponibles. À l’occasion de l’exploration scientifique de l’Algérie, le recensement des ressources est d’une extrême importance, alors que le gouvernement entend faire de cette région la figure de proue des possessions coloniales françaises. L’enjeu ne réside pas seulement dans la conquête, mais bien dans l’installation pérenne et fructueuse de colons. Une des interrogations fortes concernant l’Algérie consiste à déterminer si, au-delà des plaines côtières, le territoire est fertile et donc cultivable. Bory de Saint-Vincent s’empare largement de cette question alors qu’il se trouve sur place, en remettant en cause les rapports précédents fournis au gouvernement. Dès août 1840, il s’étonne des idées fausses véhiculées sur le canton de Sétif :

Que d’idées fausses on m’en avait donné et que je reconnais de plus en plus combien le gouvernement lui-même est ignorant. Ainsi au retour de nos courses dans l’est et le centre, je lus dans le compte rendu du Ministère de la Guerre, sur la province de Constantine, que le canton de Sétif abonde en beaux arbres à fruits et particulièrement en magnifiques noyers. Et bien, le croiriez-vous, le riche canton de Sétif, fertile en grains, dont Léon l’Africain disait cela littéralement il y a près de trois siècles, ne possède pas un buisson […]. (Bory, 1908 : 64-65)

26Parce qu’ils n’envisagent pas uniquement le territoire pour lui-même mais en regard des ambitions territoriales de leur gouvernement, les géographes en situation coloniale abordent l’espace au prisme des ressources disponibles ou non. De fait, cette habitude place les géographes dans le champ de l’action politique et dans une logique prospective, leur expertise étant requise en vue de futurs aménagements territoriaux. Cette dimension opérationnelle, qui témoigne de la situation des géographes dans le champ de l’action, se traduit dans les mots des géographes par l’emploi régulier du futur, par le passage au mode conditionnel ou par l’expression de la conscience de travailler pour le service de l’État. On peut ainsi lire chez Bory de Saint-Vincent quelques marques du futur, trahissant la logique prospective dans laquelle se situe le géographe :

Que diriez-vous si la commission scientifique vous démontrait que l’Algérie entière, depuis Tunis au Maroc et de Tagurt ici ne contient que quatre cent mille âmes en tout […] ? (ibid. : 81)

27Dans un exemple britannique à propos de la colonisation australienne, chez le major Roe, le sens du service rendu à la nation s’exprime là aussi très nettement. Il ne confond pas les intérêts géographiques (au sens de scientifiques) rencontrés et les ressources naturelles utiles pour une population ; au contraire, il les distingue nettement, le second enjeu, celui sur lequel se joue l’avenir du territoire, prenant le pas sur le premier :

Ayant maintenant détaillé aussi brièvement que possible les principales occurrences connectées avec mes mouvements passés et mes intentions futures, je ne peux que regretter que les premiers aient montré une valeur de toute première importance d’un point de vue géographique, quoique les bonnes régions disponibles, à la fois bonnes pour les cultures et pour les pâtures, n’aient été vues que de façon morcelée, adaptée à des opérations limitées ; mais j’assure votre Excellence que dans le reste de mes investigations, peu importe la direction qu’elles prendront, toutes mes forces seront utilisées pour rendre cette expédition aussi productive que possible en termes de bénéfices publics. (BRGS, 1852, T22 : 3)

[Having now as briefly as possible detailed the principal occurrences connected with my past movements and future intentions, I can but regret that the former have proved of value chiefly in a geographical point of view, although much good and available country, both arable and pastoral, has been seen in patches adapted to limited operations ; but I beg to assure his Excellency that in the remainder of my proceedings, let them be in what direction they may, for carrying out the ultimate views of the Government, my best exertions shall be used for rendering the expedition as productive as possible of public benefit.]

28Il s’agit, en plus d’effectuer la collecte des ressources, de saisir l’étendue et la situation démographique des régions colonisées. La géographie pratiquée en contexte colonial et à propos de ce contexte particulier tend de ce fait à être essentiellement quantitative et à s’appuyer sur une mesure chiffrée de l’espace, ce qui répond en retour aux exigences de scientificité développées par les géographes eux-mêmes. Sur le terrain, arpentage rime avant tout avec mesure, collecte et quantification du territoire observé. Dans un article de 1854 visant à donner des « hints to travellers », des « indications pour les voyageurs », les membres de la Royal Geographical Society fournissent une fiche descriptive précise à compléter lors de l’exploration d’une région (BRGS, 1854, T24). Outre les mesures physiques classiques, une importance toute particulière est accordée aux aspects zoologiques, botaniques et ethnographiques. Il apparaît aussi crucial de posséder des connaissances précises en termes d’étendue du territoire, de direction du relief, de climat, que des données démographiques. La collecte de toutes ces mesures donne ensuite lieu à leur agrégation sous forme de tableaux statistiques, forme très répandue dans les bulletins des sociétés de géographie et qui semble être le moyen privilégié pour rassembler et comparer les informations obtenues sur les territoires coloniaux.

29Dans ce panorama quantitatif, la question démographique revêt une importance toute particulière en matière de gestion du territoire. Cette importance accordée à la mesure de tous les phénomènes observés sur le terrain confirme la tendance observée lors des décennies précédentes : les savoirs géographiques sont une affaire de mesure et de quantification. Leur objectivation passe par l’usage du chiffre et par la possibilité de les comparer entre eux. La pratique en contexte colonial, dans l’objectif de répondre à des besoins politiques, favorise donc le renforcement de l’approche quantitative pour produire des savoirs géographiques, et fait donc écho aux exigences formulées hors contexte colonial par les géographes. La réciprocité entre sphère géographique et sphère politique s’affirme aussi dans la symétrie des pratiques mises en œuvre. De plus, cette approche est largement calquée sur les collectes réalisées en métropole, mises au point par les bureaux statistiques continentaux. Car l’objectif n’est pas uniquement de procéder à des relevés statistiques, mais de les unir avec ceux déjà réalisés par ailleurs, en vue d’une continuité scientifique sur tous les territoires d’une même nation et d’une comparabilité accrue.

30Les recherches en contexte colonial orientent également les approches géographiques vers plus de description, mettant l’accent sur la dimension qualitative. L’article « Hints to travellers » insiste sur la nécessité conjointe d’associer la qualité à la quantité des informations collectées : « Telles sont les finalités appropriées des voyageurs scientifiques : mais il doit toujours leur rester à l’esprit que la qualité, et non la quantité, est la vraie finalité » (« Such are the appropriate ends of scientific travellers : but it should ever be borne in mind that quality, not quantity, is the true end », ibid. : 335). Dans une rubrique « Ethnography and statistics » du même article, les instructions précisent les points clés auxquels s’attacher. Approches statistique et descriptive sont appelées à se combiner :

Population – Nombre de nations, de tribus, etc. ; distribution géographique ; nombre total ; nombre de familles, etc., mâles, femelles, enfants ; formes caractéristiques – mensurations, poids, couleur, odeur (or saleté), cheveux, traits ; modifications non naturelles de forme – par pression, mutilation, incision, etc. ; caractère moral et intellectuel ; maladies – corporelles et mentales ; génération, développement et vitalité de la population, conditions des différentes classes. (ibid. : 358)

[Population – Number of Nation, Tribe, etc. ; Geographical Distribution ; Total Number ; Number of families, &c., Males, Females, Children ; Characteric Form, – dimensions, weight, colour, odour free from uncleanliness, hair, features ; Unnatural modifications of form, – by pressure, mutilation, incision, etc. ; Moral and Intellectual Character ; Diseases, – corporeal and mental ; the Generation, Development, and Vitality of the Population ; Classifications of Population ; Condition of various classes.]

31Il s’agit donc pour les géographes de prendre la mesure, chiffrée et qualitative, de la situation des territoires sur lesquels ils enquêtent. Car c’est bien une enquête qu’ils mènent, pour le compte de leur gouvernement. En effet, le contexte colonial informe les modalités et les objets des descriptions géographiques engagées. Cet article de la société londonienne n’est à l’origine pas destiné spécifiquement aux régions colonisées, mais à toute région du monde dans laquelle se trouvent des voyageurs et scientifiques britanniques. Or, quelques remarques accompagnant les fiches descriptives laissent penser que le fait colonial infuse la pratique géographique en général :

Le voyageur peut-il souligner la façon la plus probable de civiliser et bénéficier aux indigènes ? […] Collectez toute information qui peut éclairer les migrations des nations. NB. La patience et la discrétion les plus grandes sont recommandées dans les relations avec les indigènes – ne jamais permettre qu’une insulte imaginaire provoque une vengeance qui puisse mener à une effusion de sang. Il doit être absolument gardé à l’esprit que le droit du sol existe – nous sommes les agresseurs. (ibid. : 357)

[Can the traveller point out the most probable mode of civilizing and benefiting the natives ? […] Collect all information that can throw light on the migration of nations. N.B. The greatest forbearance and discretion are strongly recommended in all intercourse with the natives – never to allow an imaginary insult to provoke retaliation which may lead to bloodshed. It must be borne in mind their’s is the right of soil – we are the aggressors.]

32Par défaut, les géographes britanniques sont donc placés dans un rôle de représentation de l’autorité de la Couronne, comme si toute campagne d’exploration pouvait potentiellement mener à une conquête coloniale. Les relevés géographiques trouvent donc toute leur place dans le processus de réciprocité dynamique : leur expertise est sollicitée aussi bien en amont qu’en aval de la colonisation et contribue à déterminer les actions du politique. Cela signale en retour une délimitation du regard géographique et des périmètres d’objets analysés. Même quand les géographes n’arpentent pas un territoire colonisé, leurs pratiques passent par le tamis du prisme colonial (Raj, 1997).

33Une autre conséquence doit être soulevée : en contexte colonial, les savoirs géographiques affermissent leurs liens avec la cartographie, qui devient un des outils privilégiés de représentation et d’écriture des territoires concernés. La reconnaissance des territoires donne en effet généralement lieu à leur mise en carte, une façon de mettre en ordre visuellement les informations collectées tout en asseyant une domination militaire et politique. Le medium cartographique apparaît ainsi à la fois comme la traduction des explorations scientifiques menées en terrain colonial et comme l’instrument, de même que le symbole, de la conquête militaire achevée ou en train de se faire. Du côté britannique, cela passe notamment par le « Great Trigonometrical Survey », qui vise la couverture de l’Inde dès la fin du xviiie siècle. Commencée réellement au début du xixe siècle, elle s’étend sur plusieurs dizaines d’années, tant la tâche à accomplir est immense. Symboliquement, la campagne vise à assurer la prédominance britannique sur le sous-continent indien : Matthew Edney souligne que ce projet constitue à la fois une entreprise idéologique et une solution technique innovante pour cartographier une grande étendue d’espaces (Edney, 1997). Cette entreprise tient une place non négligeable dans l’esprit des géographes britanniques de la première moitié du xixe siècle. Étant donnée l’immensité de la tâche, ce défi les tient en haleine pendant plusieurs dizaines d’années, comme en témoignent les bulletins de la Royal Geographical Society qui relaient régulièrement les progrès ou difficultés de cette campagne cartographique (voir par exemple : BRGS, 1837, T7, ou 1851, T21). Du côté français aussi, la cartographie s’impose comme un outil et comme la marque du processus colonial, tout spécialement en Algérie. Henri Desbois l’affirme, l’« Algérie a constitué le laboratoire de la cartographie coloniale française » (Desbois, 2012 : 69). Sous le contrôle du général Pelet qui encadre les opérations, les ingénieurs du Dépôt de la guerre participent aux premières expéditions sur le territoire algérien, ils sont présents sur place dès les années 1830 et pendant tout le temps de la conquête vers le sud. Dès 1830, Delaroche, qui dépend du Dépôt de la guerre, dresse par exemple le plan d’Alger, indispensable à la poursuite des opérations. Comme le rappelle Henri Desbois, le rôle des cartographes est double : dresser les cartes des champs d’intervention militaire et préparer la carte générale qui servira à administrer la future colonie. Les ingénieurs géographes se situent ainsi sur le double horizon du présent et du futur, intégrant de fait la carte dans le processus de colonisation. Comme dans le cas indien, l’Algérie est rattachée au système géodésique français. La carte de France, projet mené parallèlement sous la conduite du général Pelet, constitue le modèle à suivre pour les ingénieurs arpentant l’Algérie. Si cela possède un vrai intérêt technique et cartographique, cela permet surtout d’assurer le rattachement de l’Algérie à la France (ibid.), et d’affirmer la continuité territoriale de la nation française. Alors que les progrès militaires français ouvrent le territoire en direction du désert, on voit les limites physiques onduler en fonction de la conquête, à la manière d’un palimpseste (Deprest, 2011). En 1840, une carte de Beaupré marque ainsi une coupure très nette entre la plaine et le pays des dattes et indique en outre une coupure très marquée, à l’aide de pointillés, entre la zone contrôlée par les Français et le reste du territoire algérien. D’autres cartes, postérieures, repoussent la frontière du désert en même temps que progresse la domination militaire française. Au fur et à mesure que celle-ci avance, la frontière de l’inconnu et de l’insoumis recule, proposant une image cartographique sans cesse renouvelée de ce territoire. Du point de vue des méthodes et des outils, le contexte colonial influence donc nettement les pratiques et habitudes des géographes.

Des périmètres nationaux de l’écriture des territoires coloniaux

34En termes de mise en récit, des conséquences sont aussi notables. Tout d’abord, en analysant statistiquement les bulletins des sociétés londonienne et parisienne, il apparaît que la carte des curiosités géographiques est calquée, du moins en partie, sur la carte des possessions coloniales du pays concerné. Quand on écrit sur des territoires coloniaux, c’est avant tout sur son propre espace colonial, du moins sur celui dont s’occupe la nation de laquelle on dépend. Cela s’avère particulièrement vrai pour la société londonienne, dont l’écrasante majorité des articles consacrés à des espaces coloniaux portent sur des possessions britanniques (figure 14).

Figure 14. Proportion d’articles consacrés à des espaces coloniaux britanniques dans les bulletins de la Royal Geographical Society, 1840-1860.

Figure 14. Proportion d’articles consacrés à des espaces coloniaux britanniques dans les bulletins de la Royal Geographical Society, 1840-1860.

35Seules quelques colonies françaises ont voix au chapitre : la côte africaine en 1842, la Gambie en 1846 et Mayotte et les Comores en 1849. Pour le reste, les espaces coloniaux abordés par la Royal Geographical Society appartiennent tous à l’empire britannique. Cette première analyse plaide donc pour un traitement nationalisé des territoires coloniaux. Cela s’avère également vrai pour la société parisienne, qui consacre dans la période 1840-1860 environ un tiers de ses articles et communications au continent africain, alors même que les efforts coloniaux se portent essentiellement sur l’Algérie et l’Afrique de l’Ouest. Si l’on affine les analyses, il s’avère en outre que les espaces coloniaux ne sont pas également considérés les uns par rapport aux autres. L’écriture des espaces coloniaux reflète les particularités de l’espace que l’on écrit. À travers les bulletins des deux sociétés transparaît une hiérarchie des territoires coloniaux : ce sont aussi des centres et des périphéries qui sont mis en avant.

Figure 15. Cartographie de l’intérêt colonial de la Société de géographie de Paris, 1840-1860.

Figure 15. Cartographie de l’intérêt colonial de la Société de géographie de Paris, 1840-1860.

Figure 16. Cartographie de l’intérêt colonial de la Royal Geographical Society, 1840-1860.

Figure 16. Cartographie de l’intérêt colonial de la Royal Geographical Society, 1840-1860.

36Du côté français, la prédominance africaine frappe d’emblée (figure 15). L’Afrique et, plus encore, l’Algérie, se situent ainsi au cœur des curiosités géographiques françaises en matière coloniale. Parmi les autres espaces africains convoqués par la société française, le Sénégal et l’Afrique de l’Ouest sont majoritaires. Plus de 50 % des articles qui portent sur des espaces coloniaux sont ainsi consacrés à ce qui constitue bien la grande affaire coloniale des années 1840-1860 en France. Il y a ainsi une confusion ou, du moins, une surface de recouvrement très nette entre l’entreprise politique à l’œuvre et le champ couvert par les géographes français. L’Algérie ouvre également au reste de l’Afrique, qui constituait déjà dans les périodes précédentes une région riche pour l’imaginaire géographique. Le Sénégal et l’Afrique de l’Ouest constituent en particulier des champs d’investigation nouveaux pour la société parisienne. Les recherches portant sur les espaces coloniaux sont loin d’être majoritaires à la Société de géographie de Paris et, en ce sens, on ne peut pas conclure à une domination du contexte colonial. Pour autant, lorsque les géographes parisiens se penchent sur cet objet, ils embrassent pleinement le champ d’intérêt mobilisé par le politique.

37La cartographie des territoires coloniaux britanniques convoqués dans les articles de la Royal Geographical Society offre une autre configuration. Deux espaces s’affichent en tête : l’Afrique, l’espace colonial en devenir, et l’Australie, une des plus récentes colonies britanniques qui soulève alors bien des espoirs. Au sein de la catégorie Afrique, ce sont plutôt les régions de l’est et du sud du continent qui sont surreprésentées, dans une configuration contraire à celle présentée par la société parisienne. De plus, alors que l’Afrique et l’Australie apparaissent au centre des curiosités géographiques, il n’y a pas de domination écrasante telle que l’on peut la constater côté français avec l’Afrique et l’Algérie. La géographie coloniale proposée par la société londonienne s’avère moins centripète et davantage polycentrique. L’Inde, une des plus anciennes possessions de la Couronne, suscite toujours un intérêt important, en particulier alors que son levé topographique y est réalisé. En revanche, le Canada n’apparaît pas porteur de vifs appétits géographiques, alors qu’il forme pourtant une des plus vastes possessions de l’empire et également une des plus anciennes. Mise à part cette anomalie canadienne, tous les espaces coloniaux britanniques jouissent d’un intérêt relativement égal, proportionné certes aux espoirs qu’on leur porte et aux entreprises qui y sont menées, mais sans que de gros déséquilibres se révèlent en termes d’intérêt géographique. Cette différence de considération, par rapport à la société parisienne, tient bien sûr à la configuration politique, juridique et économique différente de l’Empire britannique en regard du système colonial français. Dans les deux cas, il s’avère cependant que le contexte colonial informe nettement les périmètres d’objet pris en charge.

Quelle rhétorique géographique du fait colonial ?

38Le politique infuse-t-il autant les discours ? La rhétorique géographique est-elle, pour le dire autrement, complètement au service du projet colonialiste ? Certains exemples le laissent penser, en particulier la mise en récit de l’exploration de l’Algérie, puisqu’il s’avère que les autorités politiques contrôlent les productions scientifiques. Daniel Nordman s’est penché sur l’écriture de l’Exploration scientifique de l’Algérie, l’ouvrage issu de la mission française (Nordman, 1998). Il met à jour le contrôle du texte par le politique et les tensions qui en résultent. Alors que trois instances sont en jeu, les auteurs, la commission académique et le ministère de la Guerre, ce dernier a le pouvoir de décision final. Daniel Nordman écrit :

[…] un fait me paraît, plus que jamais, indiscutable : le rôle du ministre de la Guerre est considérable, et rompt souvent la chaîne des relations personnelles. C’est lui qui fixe les étapes de la publication et le sens de la navette, et qui s’attribue la décision finale. (ibid. : 85)

39C’est d’ailleurs le maréchal Soult qui décide de l’intitulé du texte : Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842 publiée par ordre du gouvernement et avec le concours d’une commission scientifique (1848-1849). La hiérarchie est ainsi clairement rappelée : le politique vient avant les savants, lesquels ne lui sont que subordonnés. Daniel Nordman rapporte que certains travaux sont ainsi hâtés par le ministère, tandis que d’autres sont ralentis. Les interventions suscitent des heurts, notamment de la part de la Commission académique qui se sent usurpée. Elle se déclare dissoute en 1844, apprenant qu’une part des travaux va paraître sans que les auteurs aient été prévenus. Cette déclaration n’est pas suivie des faits, mais elle témoigne tout de même de la tension qui règne autour de l’écriture du texte. Les règles établies en 1844 par le ministère étaient pourtant claires :

Ce contrôle sera en général une simple formalité, surtout pour les portions de la publication relatives aux sciences naturelles, physiques, à l’architecture, à l’archéologie, etc. ; mais il ne saurait en être ainsi, vous le comprendrez aisément, pour tout ce qui touche aux sciences historiques ou autres, dont les résultats généraux, bien qu’entièrement liés à l’œuvre de la Commission scientifique, sont de nature à exercer […] une certaine influence sur les intérêts politiques et administratifs de l’Algérie. (ibid. : 85)

40Dans la section de la commission dévolue aux sciences historiques et géographiques, cette « influence » se fait sentir en matière de représentation spatiale du territoire algérien. Cet espace est considéré comme très étendu dans le texte de l’Exploration scientifique de l’Algérie, alors que la partie dominée par les Français est encore relativement réduite en 1848-1849, moment où l’ouvrage paraît. L’essentiel des possessions françaises se situe sur la côte, or le texte, lui, présente un territoire qui s’étend jusqu’au désert. Dans l’introduction à ses Recherches sur l’Algérie méridionale, qui constituent une partie du deuxième tome de la section des sciences historiques et géographiques (1854), Carette ne laisse aucun doute sur la délimitation de l’Algérie. Pour lui, et donc pour le gouvernement, il est évident que l’Algérie doit être comprise comme l’espace s’étendant de la côte jusqu’au désert, celui-ci faisant partie intégrante du territoire :

L’Algérie nominale, c’est-à-dire l’ancienne régence d’Alger, est partagée, par une ligne dirigée à peu près de l’Est à l’Ouest, en deux zones distinctes, que les indigènes désignent sous les noms de Tell et de Sahara. Le Tell, dont le nom dérive du mot latin Tellus (terre cultivable), est la zone qui borde la Méditerranée, et, ainsi que son nom l’indique, la région du labourage et des moissons. Le Sahara s’étend au midi du Tell ; c’est la région des pâturages et des fruits. Ainsi les habitants du Tell sont surtout agriculteurs, les habitants du Sahara sont surtout pasteurs et jardiniers. (Carette, 1854 : 5-6)

41Cette vision d’un territoire vaste fait largement écho au mythe d’une immense Algérie défendu par Bory de Saint-Vincent dans ses propres schèmes mentaux. L’Algérie n’apparaît pas seulement comme un vaste territoire, elle est de plus unie et cohérente. Cette unité, que Carette décrit comme longtemps décriée par les géographes eux-mêmes, tient non seulement à la cohérence du relief et du climat, mais aussi à l’action des administrateurs français qui en ont repéré les grands traits et les potentialités. L’exploration scientifique de l’Algérie est aussi là pour rappeler que la domination française a mis fin au « désordre » et restaurer l’unité perdue de cette région, qui vise même à englober les régences voisines :

Le désordre que la déplorable administration des Turcs avait introduit dans toute l’Algérie n’est nulle part aussi complet que dans le voisinage des frontières. Il y a quelques années, il n’existait encore, pour passer d’une régence dans l’autre, que deux routes praticables, celle du littoral et celle du Sahara […]. (ibid. : 17)

42L’expression « il y a quelques années » fait bien sûr référence, encore qu’à demi-mot, à l’action bienfaisante des Français dont l’arrivée marque une rupture. L’influence du politique se traduit donc dans la conception spatiale et mentale des géographes qui écrivent ces lignes. Alors que le projet colonial exige et ambitionne la domination d’une immense portion de territoire et sa cohésion, le discours géographique entretient ces souhaits en fournissant au public une image de l’Algérie calquée sur les desiderata politiques.

43L’influence du politique n’est pas toujours aussi directement visible, mais elle apparaît dans les trois sphères, car le discours géographique s’empresse de dire les éléments utiles et utilisables, à court comme à long terme. Cela se retrouve d’ailleurs aussi bien chez les géographes français peignant le tableau d’une Afrique du Nord idyllique que chez les géographes britanniques. La géographie des espaces coloniaux consiste ainsi essentiellement en une géographie des ressources, une géographie dont le but est de rendre les choses plus faciles pour les futurs occupants. Cette thématique est également largement développée par Bory de Saint-Vincent, dans sa volonté de montrer l’image d’une Algérie riche en multiples ressources, si bien administrée. Cela se retrouve dans l’Exploration scientifique de l’Algérie, dont le but apparaît clairement de mettre à l’unisson le discours géographique avec les attentes des colonisateurs. Le principal topos vise en particulier à faire passer le Sahara pour un véritable jardin d’Éden. Par la destruction des anciens mythes géographiques considérés comme erronés, l’ouvrage vise en retour à construire un nouveau mythe.

Depuis les montagnes qui bornent l’horizon du Tell jusqu’aux premières côtes du pays des Noirs, il semblait que la nature, dérogeant à ses lois ordinaires, renonçant à la variété qui forme le caractère essentiel de ses œuvres, eût étendu une nappe immense et uniforme composée de steppes ardentes ; région maudite, parcourue çà et là par quelques troupes de sauvages, étrangers aux premiers besoins de la vie individuelle qui attachent les hommes au sol, et aux premiers besoins de la vie sociale qui attachent les hommes à leurs semblables.

Telle n’est point la nature, tel n’est point l’aspect du Sahara, vaste archipel d’oasis, dont chacune offre un groupe animé de villes et de villages. Autour de chaque village règne une large ceinture d’arbres fruitiers. Le palmier est le roi de ces plantations autant par l’élévation de sa taille que par la valeur de ses produits ; mais il n’exclut pas les autres espèces : le grenadier, le figuier, l’abricotier, le pêcher, la vigne, croissent à côté de lui et mêlent leur feuillage au sien. (ibid. : 7)

44Cette habitude, qui consiste à dépeindre les colonies comme regorgeant de richesses et formant le substrat idéal à une mise en valeur optimale pour qui sait s’y prendre, se retrouve dans de nombreux travaux de géographes français dans ces années. Carette produit dès 1849 une recherche sur la Kabylie, dans laquelle il adopte la même stratégie :

J’ai choisi la contrée qui comporte la définition la plus exacte et celle qui renferme, dans le moindre espace, les produits les plus variés et les populations les plus nombreuses. Le cadre de cet inventaire embrasse les questions qui se rattachent le plus directement aux intérêts français : 1º la délimitation, la configuration et l’aspect du sol ; 2º les habitudes de travail et d’échange ou les ressources que chaque groupe de population trouve dans le territoire qu’elle habite ; 3º l’état politique ou les relations des tribus entre elles. (Carette, 1849 : 6)

45Il s’agit toujours de vanter les richesses que l’on pourrait tirer de ce territoire. La stratégie rhétorique des géographes semble donc se calquer sur une nécessité utilitaire. Les articles de la Société de géographie de Paris se conforment à cette règle, dans la mesure où ils ne présentent les colonies qu’à travers l’aspect de leurs ressources et de leurs potentialités commerciales. La seule différence, majeure, tient en ce que les articles publiés par la société parisienne ne visent pas à instiller l’image d’une Algérie mythique, idéalisée, aussi bien par sa taille que par ses ressources. Ils se contentent de dresser le tableau des ressources des colonies, participant d’une rhétorique de l’utilité, mais sans entrer dans le jeu de la mythification comme cela se constate clairement dans l’Exploration scientifique de l’Algérie. Du côté britannique, les espaces coloniaux sont également abordés, pour l’immense majorité des articles, à travers le prisme des ressources disponibles, celles qui concourent à une installation à court autant qu’à long terme. Mais on ne décèle pas, comme dans l’écriture de l’Algérie, de stratégie de mise en conformité de l’image scientifique des espaces coloniaux avec les ambitions politiques qui les atteignent. Dans les bulletins de la Royal Geographical Society, le propos se concentre sur la délivrance d’informations dont la nature est certes à même de faciliter les entreprises colonialistes, mais dont la présentation se veut la plus neutre, objective et surtout synthétique possible.

46De plus, que ce soit du côté français ou britannique, on trouve assez peu de recours à la rhétorique de la défense et de la glorification nationales. Tout se passe comme si les géographes se cantonnaient à l’aspect matériel, pratique et quantifiable de la colonisation. Les seules vraies mentions du lien entre colonisation et grandeur nationale apparaissent dans les discours généraux, présentés à l’occasion des assemblées générales des sociétés. Du côté britannique, ils sont portés par les grandes figures de la société londonienne, telles que Murchison ou Hamilton. En 1859, Murchison, alors président de la Royal Geographical Society, espère que le gouvernement britannique suivra l’avis de la société pour un brillant avenir colonial :

En vain votre vieux président a insisté sur ce point depuis de nombreuses années, en vertu des conseils prodigués par les officiers de marine qui ont l’expérience de ces mers, et sur l’opinion desquels il pouvait se reposer : mais il a confiance qu’une protection navale suffisante de l’Australie – pas moins que celles des îles britanniques – occupera maintenant sérieusement l’attention du gouvernement, du parlement et du pays. (BRGS, 1859, T29 : 343)

[In vain has your old President insisted on this point for many years, in virtue of the advice of naval officers of experience in thoses seas, on whose opinions he could rely ; but he trusts that a sufficient naval protection of Australia – no less than of the British isles – will now seriously occupy the attention of the Governement, the Parliament, and the country.]

47Les géographes britanniques, même si cela reste discret, n’hésitent pas à prendre clairement le parti de la colonisation. Cela s’inscrit dans une logique réaliste, dont les ressorts ont été présentés plus haut. Du côté français, cela reste plus discret, en dépit pourtant de l’implication de facto des géographes dans les campagnes militaires. Une des rares marques de soutien, mais encore assez peu emphatique, revient à Victor-Adolphe Malte-Brun, alors qu’il présente le tableau général des colonies françaises :

Nous formons des vœux pour la complète réussite des travaux de colonisation que le gouvernement encourage dans les mers lointaines qui baignent nos colonies de la côte de Madagascar et des îles de l’Océanie, et nous espérons voir dans un avenir prochain ces colonies mentionnées comme leurs aînées dans les tableaux statistiques de nos colonies, véritables archives de la richesse commerciale française. (BSGP, 1854, S4, T8 : 286)

48L’enthousiasme de Malte-Brun est discrètement exprimé et ne porte que sur deux régions particulières, et non pas sur tout le programme colonial français. De plus, l’entreprise est avant tout pensée en termes commerciaux, les enjeux de gloire ou de rayonnement de la nation n’étant pas amenés au premier plan. Rien n’indique en tout cas un enthousiasme collectif.

49Qu’est-ce qui explique cette sorte de détachement observé des deux côtés de la Manche, alors même que les deux nations s’attachent progressivement à construire un empire colonial ? Pour ce qui est des géographes britanniques, on peut sans doute avancer deux facteurs explicatifs : l’ancienneté du fait colonial d’une part, qui n’appelle pas autant la nécessité de stratégies justificatives que s’il en était à son commencement, et la vision libérale qui prévaut économiquement d’autre part, qui vise à un certain pragmatisme et incite donc à se concentrer sur les aspects pratiques et utilitaires de la question. Pour les géographes français, des causes contraires produisent peut-être le même effet. L’horizon colonial est en effet neuf et limité à quelques régions, au premier titre desquelles l’Algérie et l’Afrique du Nord. Il ne s’agit que d’une hypothèse, mais, en dehors de l’écriture de l’Exploration scientifique de l’Algérie fortement contrainte par le politique, il est possible d’interpréter ce relatif détachement comme le signe d’un défaut d’habitude coloniale chez les géographes de la société parisienne. Le facteur temporel plaide en faveur de cette idée, puisque les choses changent à partir des années 1860, alors que le gouvernement impérial français décide d’accélérer le processus colonial. Les décennies 1840 et 1850 ne compteraient alors que comme un essai, une esquisse dont les géographes n’auraient pas encore pris la mesure. En outre, il faut aussi compter avec un changement de génération parmi les géographes, qui intervient aussi au début des années 1860 : des Duval ou Vivien de Saint-Martin, dont la formation scientifique s’est faite alors que le fait colonial s’installe progressivement, en deviennent d’ardents soutiens. Vivien de Saint-Martin fait par exemple de la colonisation une affaire de grandeur nationale :

Voilà ce que depuis 1830 nous avons fait en Algérie. La France a droit d’en être fière autant que du progrès de ses armes, car il est digne d’une grande nation de faire marcher de pair l’œuvre de l’intelligence avec l’œuvre de la force. (Vivien de Saint-Martin, 1873 : 484)

50L’enthousiasme mesuré des années 1840-1860, ou du moins cantonné aux opportunités économiques et commerciales, se transforme dans la seconde moitié du xixe siècle alors que la « course au clocher » pour la possession du monde va s’accentuant. Les géographes y jouent alors un rôle considérable, l’engagement de Marcel Dubois le prouve (Dubois, 1894). Pour ce qui est des géographes du milieu du siècle, la rhétorique coloniale de défense et d’expansion nationale n’apparaît pas encore complètement comme une habitude disciplinaire.

51Pour les géographes de la période 1840-1860, les espaces coloniaux à la fois représentent et ne représentent pas un horizon scientifique. Ce moment apparaît en effet comme une phase de transition entre le premier et le deuxième xixe siècle, dans lequel l’habitude coloniale s’impose progressivement dans le champ des savoirs géographiques sans y être encore dominante. L’analyse concomitante des différents niveaux de considération des territoires coloniaux par les géographes (la colonie peut être un terrain, un objet d’étude ou une idée à défendre) laisse apparaître des distorsions diachroniques et géographiques dans le traitement de ces espaces. Entre le vécu du terrain colonial et son écriture, différentes réalités s’expriment. De même, si l’on constate un engagement pour la défense du processus colonial côté britannique, celui-ci demeure malgré tout ténu quand on le mesure en nombre d’articles, par exemple. Et du côté français, si l’espace colonial impose des habitudes méthodologiques et pratiques, il n’apparaît pas non plus comme une préoccupation collective première. Une différence s’observe tout de même à ce sujet entre France et Grande-Bretagne : alors que des deux côtés de la Manche les géographes mettent l’accent sur les bienfaits de la colonisation quant au progrès des savoirs géographiques, seuls les géographes britanniques ont conscience du rôle qu’ils jouent en retour dans la progression coloniale. Que ce soit côté français ou britannique, la rhétorique géographique est celle de l’utilité et de l’efficacité : dire et décrire les espaces coloniaux confine largement à une géographie des ressources. Cette dernière remarque concernant la tendance à écrire uniquement ce qui peut servir au gouvernement et à la sphère politique indique que le développement du processus colonial possède des implications épistémologiques fortes, puisque ce processus tend à réduire le champ de vision géographique. Et il l’oriente, car la cartographie des espaces coloniaux convoqués par les géographes fait nettement apparaître une nationalisation du regard géographique : le contexte politique dirige les curiosités.

Notes

1 Voir par exemple le célèbre tableau d’Horace Vernet, La Prise de la smalah d’Abd-el-Kader (1844).

Table des illustrations

Titre Figure 14. Proportion d’articles consacrés à des espaces coloniaux britanniques dans les bulletins de la Royal Geographical Society, 1840-1860.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 15. Cartographie de l’intérêt colonial de la Société de géographie de Paris, 1840-1860.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7182/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Figure 16. Cartographie de l’intérêt colonial de la Royal Geographical Society, 1840-1860.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7182/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 301k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search