Version classiqueVersion mobile

La géographie, émergence d’un champ scientifique

 | 
Laura Péaud

II. 1815-1840 : la prise de pouvoir des géographes

Introduction

Texte intégral

1Contrairement à la dynamique engagée entre 1780 et 1815, la période suivante (1815-1840) voit l’affirmation d’un collectif géographique par les géographes eux-mêmes, qui expriment des velléités certaines de fondation disciplinaire. Cette volonté d’indépendance est, pour une part, perturbée ou contrainte par le facteur politique, mais cette prise de pouvoir disciplinaire est inédite dans l’histoire des savoirs géographiques. Afin de saisir les ressorts du processus en cours, les chapitres suivants questionnent trois pans de l’édification de la jeune discipline. Le chapitre 3 travaille dans un premier temps sur la construction des lieux du savoir géographique, en particulier les sociétés de géographie. Le chapitre 4 propose une réflexion sur les figures de géographes qui se développent et questionne la tension qui partage le collectif, entre le maintien d’une pluralité de pratiques, d’une part, et une professionnalisation de la production géographique, d’autre part, qui marque la fin progressive de l’amateurisme géographique. Le chapitre 5 interroge enfin le projet proprement épistémologique des géographes et les modalités de construction d’un discours géographique, en n’éludant pas ses incertitudes, et en faisant la part belle aux croisements avec les projets politiques nationaux.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search