Version classiqueVersion mobile

La géographie, émergence d’un champ scientifique

 | 
Laura Péaud

I. 1780-1815 : situation des savoirs géographiques

Chapitre I

Pluralité et variété des savoirs géographiques

Texte intégral

1Les savoirs géographiques du xviiie siècle s’inscrivent résolument dans le giron de l’esprit encyclopédiste qui règne alors en Europe. Ils résonnent avec l’ambition universaliste que philosophes et savants assignent alors aux sciences : celle d’amener l’humanité plus avant moralement (Kant, 2006). La production de ces savoirs se fait à la fois à l’échelle individuelle, celle du géographe, et de réseaux transnationaux, européens, organisés non par des institutions ou des tribunes disciplinaires, mais plutôt par quelques figures polarisantes. Ces dernières symbolisent l’esprit de collaboration qui préside à l’élaboration des savoirs géographiques communs, en dépit de l’absence de structures collectives.

2S’ils ont comme trait commun leur adhésion à l’esprit universaliste, les savoirs géographiques de la fin du xviiie et du début du xixe siècle reflètent une très grande pluralité, qu’on les envisage en termes d’objets, de pratiques, de méthodes ou même de finalités (Besse, Blais, Surun, 2010). Les modalités de leur production ne relèvent pas d’un processus fixe et récurrent, mais s’expriment selon des choix essentiellement individuels. C’est à ce titre que nous utiliserons plus volontiers l’expression plurielle « savoirs géographiques » que « géographie » pour qualifier les productions et les pratiques analysées. Avant de questionner la manière dont le et la politique interviennent sur la production géographique dans le contexte révolutionnaire, le premier temps consiste à saisir les modalités mêmes de cette production en interrogeant ce paradigme de la pluralité.

L’emprise de l’esprit universaliste et humaniste dans la science européenne

L’esprit encyclopédiste en Europe

3Par-delà une multiplicité certaine, les savoirs produits à la fin du xviiie siècle se caractérisent avant tout par l’héritage de l’esprit des Lumières, qui les informe largement. Comme la plupart des sciences européennes, la géographie puise ses motivations et ses aspirations dans l’esprit à la fois universaliste et humaniste développé tout au long du siècle des Lumières. L’ouvrage emblématique de la science du xviiie siècle est bien évidemment l’Encyclopédie, projet monumental coordonné par Diderot et d’Alembert. Publiée de 1751 à 1772, cette entreprise éditoriale et intellectuelle d’ampleur européenne synthétise les aspirations scientifiques du siècle des Lumières. L’explication du frontispice du premier tome en éclaire les buts :

  • 1 Sauf mention contraire, les citations des textes sources sont données dans leur version originale (...)

Sous un Temple d’Architecture Ionique, Sanctuaire de la Vérité, on voit la Vérité enveloppée d’un voile rayonnante d’une lumière qui écarte les nuages et les disperse. À droite de la Vérité, la Philosophie & la Raison s’occupent l’une à lever, l’autre à arracher le voile de la Vérité. À ses piés, la Théologie agenouillée reçoit la lumière d’en-haut. En suivant la chaîne des figures, on trouve du même côté la Mémoire, l’Histoire Ancienne & Moderne ; l’Histoire écrit les fastes et le Tems lui sert d’appui. Au-dessous, sont grouppées la Géométrie, l’Astronomie & la Physique. Les figures au-dessous de ce grouppe, montrent l’Optique, la Botanique, la Chymie et l’Agriculture. En bas sont plusieurs arts et professions qui émanent des Sciences. À gauche de la Vérité, on voit l’Imagination, qui se dispose à embellir et couronner la Vérité. Au-dessous de l’Imagination, le Dessinateur a placé les différens genres de Poésie, Épique, Dramatique, Satyrique, Pastorale. Ensuite viennent les autres arts d’imitation, la Musique, la Peinture, la Sculpture & l’Architecture. (D’Alembert, Diderot, 1751 : n.p.)1

4Cette description donne à voir l’ambition de l’œuvre, à savoir embrasser toute l’étendue des champs scientifiques et artistiques de l’époque, dans le but de faire régner la « Vérité », facteur nécessaire du progrès humain. En ce sens, l’entreprise encyclopédique est à la fois universaliste, puisqu’elle propose une ambition holiste, et humaniste, puisque son ambition est au service du genre humain. Elle engage ainsi la plupart des sciences du siècle des Lumières à participer au progrès de l’humanité.

  • 2 Zeev Sternhell postule dans cet ouvrage que la généralisation de l’esprit des Lumières aux savants (...)

5Cette théorie dominante connaît quelques oppositions, dont Zeev Sternhell analyse les mécanismes dans son ouvrage Les anti-Lumières. Une tradition du xviiie siècle à la guerre froide (2006)2. Bien que des détracteurs des Lumières se manifestent, surtout dans la dernière partie du siècle, l’esprit universaliste et humaniste colore pourtant la plupart des productions scientifiques de l’époque. Cet esprit domine d’autant plus qu’il trouve un de ses plus importants théoriciens en Emmanuel Kant, qui s’efforce de le promulguer. Dans sa réponse à l’interrogation Qu’est-ce que les Lumières ?, datant de 1784, Kant déclame leur objectif essentiel :

  • 3 Pour tous les textes en allemand et en anglais qui suivront, la traduction en français ainsi que l (...)

Les Lumières, c’est la sortie de l’homme hors de l’état de tutelle dont il est lui-même responsable. L’état de tutelle est l’incapacité de se servir de son entendement sans la conduite d’un autre. On est soi-même responsable de cet état de tutelle quand la cause tient non pas à une insuffisance de l’entendement mais à une insuffisance de la résolution et du courage de s’en servir sans la conduite d’un autre. Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des Lumières3. (Kant, 1784 : 481)

[Aufklärung ist der Ausgang des Menschen aus seiner selbstverschuldeten Unmündigkeit. Unmündigkeit ist das Unvermögen, sich seines Verstandes ohne Leitung eines anderen zu bedienen. Selbstverschuldet ist diese Unmündigkeit, wenn die Ursache derselben nicht am Mangel des Verstandes, sondern der Entschließung und des Mutes liegt, sich seiner ohne Leitung eines andern zu bedienen. Sapere aude ! Habe Mut, dich deines eigenen Verstandes zu bedienen! ist also der Wahlspruch der Aufklärung.]

6Pour Kant comme pour l’ensemble des partisans des Lumières, l’utilisation et la libération de l’entendement de chaque individu ne peut passer que par la multiplication et la libération des savoirs de tous les champs. Cet idéal anime donc l’ensemble du champ de la production de connaissances.

7Cette ambition rejoint un questionnement plus global quant aux modalités de production des savoirs scientifiques, qui occupe également une place centrale dans les débats du xviiie siècle. Le courant universaliste dominant rejoint une fois de plus les arguments qu’Emmanuel Kant développe dans la Critique de la raison pure (1997). De nombreux points communs se retrouvent entre les deux, qui influencent pour plusieurs décennies la pratique et la vision des sciences propres au xviiie siècle. On trouve ainsi dans le discours préliminaire de l’Encyclopédie :

Le premier pas que nous ayons à faire dans cette recherche, est d’examiner, qu’on nous permette ce terme, la généalogie & la filiation de nos connoissances, les causes qui ont dû les faire naître, & les caractères qui les distinguent ; en un mot, de remonter jusqu’à l’origine & à la génération de nos idées. Indépendamment des secours que nous tirerons de cet examen, pour l’énumération encyclopédique des Sciences & des Arts, il ne sauroit être déplacé à la tête d’un ouvrage tel que celui-ci. / On peut diviser toutes nos connoissances en directes & en réfléchies. Les directes sont celles que nous recevons immédiatement sans aucune opération de notre volonté, qui trouvant ouvertes, si on peut parler ainsi, toutes les portes de notre ame, y entrent sans résistance & sans effort. Les connoissances réfléchies sont celles que l’esprit acquiert en opérant sur les directes, en les unissant & en les combinant. (D’Alembert, Diderot, 1751 : i-ii)

8Ces quelques paragraphes ne sont pas sans rappeler la théorie kantienne de la production de connaissances, développée dans la Critique de la raison pure :

Il y a deux souches de la connaissance humaine, qui viennent peut-être d’une racine commune, mais inconnue de nous, à savoir la sensibilité et l’entendement ; par la première, les objets nous sont donnés, par la seconde, ils sont pensés. (cité dans Ricœur, 2004 : 68)

9Le rôle de la raison et de l’entendement est donc central dans les modalités de création des connaissances. Comprendre les modalités d’élaboration des connaissances scientifiques est d’importance, puisque cet ouvrage vise à saisir celles qui président à la production des savoirs géographiques et aux évolutions possibles tout au long de la période envisagée, en déterminant dans quelle mesure le politique influence la production raisonnée de connaissances sur l’espace et comment il s’articule aux différentes manières de construire un savoir géographique.

L’importance de la géographie universelle

10Les savoirs géographiques n’échappent pas à l’ambition universaliste et humaniste à la fin du xviiie siècle. Concernant les géographes mobilisés pour cette recherche, la plupart satisfont à cette vision des savoirs géographiques comme devant concourir, d’une part, à saisir le monde dans son ensemble, et, d’autre part, comme étant facteurs du progrès humain. La figure 1, issue de la Géographie ancienne d’Edme Mentelle (1787), plaide pour l’insertion des savoirs géographiques dans un système scientifique holiste. L’arborescence de ce système des savoirs géographiques renvoie directement à l’ambition universaliste de la science des Lumières et fait écho au fonctionnement complémentaire de tous les champs scientifiques les uns par rapport aux autres, en vue de couvrir le monde. Mais Mentelle cherche, contrairement au système encyclopédique qui relègue la géographie en bout de la branche philosophique avec l’uranographie et l’hydrographie, à affirmer la place de savoirs jusque-là quelque peu négligés.

  • 4 Malte-Brun ne pourra finir avant sa mort, mais son associé Jean-Nicolas Huot prendra alors le rela (...)

11Edme Mentelle fait référence tout au long de son œuvre à l’universalité des savoirs géographiques, il cherche à leur conférer une réelle consistance et à améliorer leur situation au sein du système général des sciences. Il collabore avec Conrad Malte-Brun pour une Géographie universelle ancienne et moderne, mathématique, physique, statistique, politique et historique des cinq parties du monde (1816). Conrad Malte-Brun lui-même, et seul cette fois, entame également en 1810 la publication d’un Précis de la géographie universelle, dont six volumes seront rédigés4. Le sous-titre du tome d’ouverture de cette dernière est éclairant sur la persistance et l’importance de l’esprit des Lumières chez les géographes :

Description de toutes les parties du monde sur un plan nouveau, d’après les grandes divisions naturelles du globe ; Précédée de l’Histoire de la Géographie chez les Peuples anciens et modernes, et d’une théorie générale de la Géographie Mathématique, Physique et Politique ; Et accompagnée de Cartes, Tableaux analytiques, synoptiques et élémentaires, et d’une Table alphabétique des noms de Lieux. (Malte-Brun, 1810)

12La longueur du titre seule laisse sous-entendre l’étendue du champ couvert par cet ouvrage, ou du moins l’ambition que Malte-Brun lui assigne. La présence des adjectifs « tout », « général » et bien sûr « universel », qui apparaissent dans ce titre et régulièrement sous la plume des géographes de l’époque, les place pleinement dans la continuité de l’héritage des Lumières. En cette période, on compte en effet plusieurs entreprises de géographies universelles, qui ne portent pas nécessairement ce titre, mais dont les ambitions trouvent de nombreuses similitudes. Iris Schröder note en particulier les cas de Malte-Brun, évoqué ci-dessus, et de John Pinkerton qui publie en Angleterre une Modern Geography en 1802 (Schröder, 2011). Le titre entier laisse entendre l’étendue du dessein de son auteur : A Description of the Empires, Kingdoms, States and Colonies ; with the Oceans, Seas and Isles ; in All Parts of the World : Including the Most Recent Discoveries, and Political Alterations. Mais il n’y consacre cependant que deux volumes alors que Malte-Brun, Mentelle ou encore Ritter sont beaucoup plus prolifiques. Carl Ritter lance aussi l’entreprise monumentale de son Allgemeine Erdkunde, sa géographie générale, dans les années 1810, dont le premier tome paraît en 1817 et qui en comprendra une vingtaine au total (Ritter, 1817-1859). Tous ces projets, bien que différents du point de vue de l’organisation générale, partagent le même objectif, la continuation de l’esprit des Lumières. Malte-Brun et Mentelle suggèrent la pérennité de cet esprit dans leur préface commune :

Une géographie universelle, telle que nous la concevons, doit présenter un tableau complet, précis et raisonné de l’état du globe terrestre et du genre humain, pris à une époque quelconque. Cette définition générale admet des modifications, selon le but particulier qu’un auteur peut se proposer. Ainsi la géographie des tems les plus modernes forme l’objet principal de notre ouvrage ; cependant nous embrasserons aussi dans notre plan les changemens qui ont le plus influé sur l’état du monde, et nous traiterons spécialement de la géographie ancienne classique. (Malte-Brun, 1810 : X)

13En sus de l’esprit universaliste, la dimension progressiste des ouvrages (au sens kantien) n’est pas non plus en reste. Ainsi Edme Mentelle commence-t-il souvent ses ouvrages en rappelant les desseins humanistes qui l’animent. À l’ouverture de sa Géographie comparée (1785), il écrit par exemple : « Je n’ai pas besoin sans doute de faire remarquer qu’autre mérite de l’exactitude, j’ai joint dans l’occasion celui du désintéressement » (Mentelle, 1785 : iv-v).

14Exactitude et exigence de vérité, désintéressement personnel au profit du bien public apparaissent presque ici comme les devises de la cause géographique, et scientifique plus généralement. Cet état d’esprit se manifeste également du côté allemand et britannique. Prenons l’exemple de Georg Forster : l’état d’esprit universaliste explique en grande partie le déroulement de sa carrière et son engagement révolutionnaire. À partir de sa nomination comme bibliothécaire de l’université de Mayence en 1788, Forster prend très à cœur son rôle de passeur d’information et met tout son zèle à remplir les rayons de la bibliothèque de la façon la plus vaste et exhaustive possible. Sa correspondance renferme de nombreuses demandes destinées à Johannes Müller, son interlocuteur auprès de son altesse électorale de Mayence. Il plaide la cause de la bibliothèque, dans un esprit d’universalité d’accès au savoir. Le 18 mars 1792, il lui écrit par exemple en ces termes :

Monsieur, J’ai à Vous demander une grace, et je Vous conjure par le service qui nous réunit, par la cause des lettres et de ceux qui les cultivent, enfin s’il est permis de le dire, par l’amitié que Vous avés eu pour moi à Cassel et dont j’ai depuis reçu tant de témoignages précieux, – daignés me l’accorder, daignés parcourir tous les papiers que je prends la liberté de Vous envoyer, et en les mettant devant les yeux de Son Altesse Électorale, daignés lui dire quelques mots à mon sujet. […] Faut-il donc compter pour rien cette utilité générale, moyennant laquelle on fait parler de l’Université de Mayence comme d’un foyer de lumières ? Est-il à croire que des hommes, qui ne lisent pas, et qui ne publient presque pas, – et qui ne sont pas lus, lorsqu’ils publient, est-il à croire, dis-je, que ces hommes puissent donner des renseignements au Bibliothécaire sur ce qu’il doit acheter ? (Forster, 1989 : 76, 79)

15L’ambition universaliste, porteuse de l’enjeu du progrès et in fine de l’accomplissement de l’humanité, imprègne donc largement les travaux des géographes dans la période pré-révolutionnaire. Elle détermine l’étendue du périmètre d’objets des géographes, qui englobe le monde entier, sinon l’univers, tout en fixant leurs objectifs dans la participation à l’élévation morale de l’homme.

Qui produit des savoirs géographiques, où et comment ?

16Cerner les modalités d’élaboration des savoirs géographiques de la fin du siècle des Lumières ne passe pas seulement par la mise en évidence de l’esprit et de l’ambition qui les animent, mais aussi par l’identification de leurs producteurs et de leurs pratiques. Au tournant du xviiie et du xixe siècles, il n’existe pas une manière de faire de la géographie, mais plutôt des postures diverses de géographes donnant lieu à des façons plurielles de produire des savoirs géographiques.

Différentes figures de géographes

17Il faut d’abord distinguer entre deux catégories principales de géographes qui coexistent dans la période 1785-1815 : les géographes dits professionnels et les géographes dits savants. Paul Claval rappelle, dans son Histoire de la géographie (2004), le divorce de plus en plus important entre cartographes et géographes au cours du xviiie siècle. Cela tient à la professionnalisation du métier d’ingénieur géographe, créé par la révolution cartographique (Desbois, 2012). Le siècle des Lumières est en effet celui de la cartographie, en particulier en France à travers l’opération menée par la dynastie des Cassini à l’échelle du pays tout entier. Cette entreprise entraîne la formation d’un véritable corps professionnel, parfaitement identifié, qui pratique le terrain, consulte les archives et produit des cartes. Les ingénieurs géographes et cartographes se distinguent ainsi de plus en plus des géographes, qui s’appuient sur le travail des premiers, qu’ils commentent et analysent. L’arpentage de terrain tend ainsi à être réservé à cette première catégorie, qui développe une vraie appétence pour l’observation et la pratique du monde, à l’instar des naturalistes (Jacob, 1976). En effet, bien que les résultats du maillage Cassini aient d’abord été destinés à l’État (Pelletier, 2002), la finesse et la précision de ce travail qui couvre une grande partie de la France (180 feuilles au 1:86 400e) a permis l’appréhension du territoire par les géographes depuis leur cabinet, grâce à la médiation cartographique. Ce projet contribue au divorce entre terrain et cabinet, en distinguant les rôles et surtout en mettant en avant une corporation professionnelle définie par des méthodes et des objets délimités. Si ces géographes professionnels sont clairement identifiables, par leur corporation et leurs pratiques, et contribuent de fait à une progressive stabilisation disciplinaire, les géographes « savants », eux, sont confrontés à un enjeu identitaire grandissant au cours du siècle.

  • 5 L’emploi du terme terrain est encore anachronique à la fin du xviiie siècle, mais c’est, au regard (...)

18Une des raisons de ce questionnement identitaire, facteur de pluralité, se situe sur le plan du rapport entretenu avec l’espace. Une partition s’effectue entre les géographes de cabinet et ceux pratiquant le terrain5. La majorité des géographes regardent et étudient l’espace depuis leur cabinet, c’est-à-dire sans jamais se rendre physiquement sur le terrain. L’archétype de cette pratique se trouve chez Kant qui donne des cours et s’occupe de géographie physique à Königsberg sans jamais, ou presque, avoir quitté sa ville. Bien que les objets des géographes de cabinet soient parfois très vastes et lointains, puisqu’ils commentent souvent des relations et matériaux de voyage, ou des cartes, leurs productions se construisent dans la distance et la distorsion avec eux. Cette modalité de rapport à l’objet géographique perdure au-delà du xviiie siècle ; il faut attendre véritablement la deuxième partie du xixe siècle pour que le terrain s’institutionnalise en tant que pratique proprement géographique et revendiquée comme telle (Claval, 2004).

19Cependant, la pluralité des pratiques marque déjà le xviiie siècle, qui voit se renforcer les pratiques de terrain. Sous l’influence des ingénieurs cartographes, mais également de grandes figures se faisant les avocats de l’arpentage, le terrain tend progressivement à trouver sa place chez les géographes. Alexander von Humboldt compte notamment parmi les premiers naturalistes à, d’une part, affirmer le rôle de la géographie, et d’autre part, systématiser la pratique du terrain. Dès ses plus jeunes années, il fonde son désir de comprendre le monde sur la nécessité de le voir et de le vivre. Dans une lettre à son ami V. J. Sojmonov, datée du 11 juillet 1793, Humboldt exprime cet élan :

Je n’ai que fort peu de besoins, je n’ai qu’un but, que l’ambition de travailler aux progrès de l’Histoire naturelle. C’est pour cela que je fuis les villes pour vivre dans le fond des montagnes ; c’est pour cela que j’embrasse toute occasion de voir le monde. (Humboldt, 1973 : 255)

20Humboldt n’est pas l’unique géographe à mettre en avant un contact immédiat avec le monde. Le parcours de Georg Forster manifeste également une pratique affirmée et répétée du terrain, qu’il envisage lui aussi comme une nécessité. Forster commence par faire ses humanités et des études classiques, mais puise dans l’expérience paternelle le goût de voir le monde (Gilli, 2005). Par hasard, il s’embarque avec James Cook dans son deuxième tour du monde, de 1772 à 1775, ce qui lui donne l’envie de parcourir le monde. Sa correspondance exprime très souvent son envie, qui relève à la fois d’un désir d’accomplissement personnel et d’une exigence scientifique. L’occasion manquée de voyager en Russie donne par exemple lieu à de grandes effusions de sa part en 1787 et 1788. On trouve notamment dans une lettre à son père, Johann Reinhold Forster, le 6 août 1787 :

Le voyage doit durer quatre années, et nous voulons parcourir les côtes russes situées au sud de Ochotsk ; de même que la partie des côtes américaines que Cook a laissée inexplorée. […] Je me réjouis de cette occasion qui me permet de quitter ce pays malheureux et cette triste condition, dans laquelle chaque savant doit se trouver ici, s’il veut être utile dans son domaine. (Forster, 1981 : 24-25)

[Die Reise soll vier Jahre währen, und sie wollen vorzüglich die russische Küste südlich von Ochotsk ; sowie auch den Teil der amerikanischen Küste untersuchen, den Cook unerforscht gelassen hat. […] Ich bin froh über diese Gelegenheit, die sich anbietet, um mich aus diesem unglückliche Lande zu ziehen, und aus der unangehmen Lage, in der jeder Gelehrte sich hier befinden muss, wenn er in seinem Fache tätig sein will.]

21La perspective d’explorer un nouveau terrain et donc un nouveau champ des possibles scientifiques le transporte d’enthousiasme. Celui-ci se communique d’ailleurs à ses collègues, puisque c’est Forster lui-même qui convainc Humboldt des vertus de l’arpentage de l’espace, à l’occasion d’un voyage qu’ils réalisent en 1790 de Mayence à Londres et Paris, en descendant la vallée du Rhin. Tous deux, en parcourant le monde, développent et valorisent fortement cette appétence particulière pour le terrain ; ils la cultivent et la promeuvent comme une pratique constitutive de la production géographique.

  • 6 Le courant pestalozzien, que Ritter a fréquenté quelques années, repose sur l’idée d’une éducation (...)

22La pratique régulière du terrain chez Humboldt ou Forster offre un contraste saisissant avec les cas d’Edme Mentelle et Conrad Malte-Brun, qui se distinguent par l’inexistence de leurs pratiques de terrain et s’inscrivent ainsi pleinement dans la géographie de cabinet. On remarque ici une différence de pratique entre les sphères française et germanophone. Du moins au sein du corpus retenu, les géographes allemands se distinguent par une pratique précoce et assidue du terrain, tandis que les géographes français se montrent plus frileux et correspondent bien plus au modèle du savant de cabinet. Habitude culturelle ou simple coïncidence statistique, cette distinction géographique peut s’expliquer en partie par l’influence des écoles pestalozziennes au-delà de la rive droite du Rhin6. Ce contraste des rapports entretenus avec l’espace étudié plaide en tout cas pour une pluralité des cultures géographiques.

Des géographes en réseau

23Si elles ne sont pas physiques et directement métriques, la mobilité et la circulation constituent des pratiques essentielles des géographes du xviiie siècle. Elles passent en grande partie par des relations épistolaires et donc topologiques, dont l’existence se joue de la métrique et qui dessinent un réseau de connaissances interpersonnelles, aux nœuds géographiquement localisés et marqué par des polarités. Le recours aux relations épistolaires vient ainsi compenser le caractère somme toute très individuel et solitaire de la production des savoirs géographiques. En effet, l’absence de champ scientifique géographique identifié et reconnu comme tel entraîne également l’absence d’institutions ou de tribunes collectives dédiées à ces savoirs. Néanmoins, les réseaux tissés par la correspondance autorisent une production de savoirs géographiques, sinon collective, du moins collaborative. Le réseau de correspondants entretenu par Georg Forster permet de saisir ce mode de fonctionnement marqué par une mobilité épistolaire (figure 1). Celle-ci redouble une mobilité physique très importante, mais, la plupart du temps, la circulation épistolaire des savoirs lui supplée.

Figure 1. Géographie des correspondants de Forster, établie à partir des publications publiées.

Figure 1. Géographie des correspondants de Forster, établie à partir des publications publiées.

24Le réseau épistolaire forsterien fait apparaître un maillage européen assez complet, avec une polarisation allemande forte (51 individus, soit 68 % des correspondants). À cette pluralité géographique s’ajoute une pluralité des champs couverts par les correspondants : Forster est en contact non seulement avec des scientifiques (naturalistes, physiciens et botanistes pour l’essentiel), mais également avec des philosophes, historiens, écrivains, hommes politiques. L’exemple de Forster résonne notamment avec le cas humboldtien, dont la vastitude du réseau épistolaire couvre à la fois le monde entier et l’ensemble du champ des savoirs (Päßler, 2008 ; Péaud, 2009). La mise en place de réseaux de savoirs, transnationaux et transdisciplinaires, constitue plus généralement une caractéristique commune à l’ensemble des géographes du corpus. Cette capacité réticulaire traduit, à travers une grande propension relationnelle, le caractère encore indéfini et non exclusif des savoirs géographiques.

25Bien que d’origine individuelle, les savoirs géographiques sont aussi produits à l’échelle européenne au sein d’un vaste réseau scientifique et littéraire. La nature plurielle du réseau de Georg Forster reflète à ce titre la portée universelle de la science du xviiie siècle. Le mode épistolaire permet une circulation rapide et efficace des matériaux nouveaux (ouvrages, récits de voyage, échantillons, cartes, etc.) et assure un lien continu entre les membres du réseau. En ce qui concerne les savoirs géographiques, le réseau est de plus fermement structuré par quelques figures polarisantes. On entend ici par figure tout individu capable d’atteindre le réseau dans toute l’ampleur de ses membres et de son étendue géographique, capable de le connecter avec d’autres réseaux (représentant d’autres champs thématiques ou géographiques), capable enfin de l’animer en y faisant circuler des personnes, des idées, des matériaux. Suivant cette définition, Georg Forster, Edme Mentelle, Conrad Malte-Brun, ainsi qu’Alexander von Humboldt, ou encore Joseph Banks ou Alexander Darlymple en Grande-Bretagne apparaissent comme des figures polarisantes majeures dans la structuration de la production et de la diffusion des savoirs géographiques européens à la fin du xviiie et au début du xixe siècle.

26Ces figures permettent de mettre en évidence également une tripolarisation géographique, entre France, Grande-Bretagne et Allemagne, ou plutôt Paris, Londres et Berlin. Ce sont en effet les capitales qui forment déjà le support majeur des activités géographiques (Schalenberg, Vom Bruch, 2004). Cette structuration liminaire est d’importance, puisque nous verrons qu’elle soutient par la suite la formation des premières écoles nationales de géographie.

Les lieux de la géographie européenne

27À pratiques et acteurs pluriels répondent des lieux pluriels de production des savoirs géographiques. Malgré l’existence de réseaux structurés, l’absence de lieu de réunion des hommes et de rassemblement des savoirs géographiques est la règle. Cela tient encore une fois à la dilution disciplinaire de la géographie. Sans reconnaissance officielle, pas d’autonomie scientifique ni de visibilité à travers des institutions ou des tribunes. L’absence au sein des institutions scientifiques est d’ailleurs bien ce qui qualifie la géographie de la fin du xviiie siècle. Une visibilité plus grande existe pour les cartographes, dans la mesure où leur travail est centralisé par l’État dès le début du siècle. Le Dépôt des cartes et plans de la Marine créé en 1720 en France ou bien, plus généralement, les ministères de la Guerre et de la Marine centralisent et commandent leur travail.

28Au contraire, les savoirs géographiques ne relevant pas directement d’une entreprise cartographique ne connaissent pas ou peu d’encadrement institutionnel. Bien que l’on fasse de la géographie dans les sociétés savantes et dans les académies royales, elle se fait discrète car, en général, elle dépend des autres champs disciplinaires. Une exception tout de même, lorsque Louis XV crée pour Philippe Buache une chaire de géographie à l’Académie des sciences, que son neveu Buache de La Neuville occupe par la suite. Elle compte cependant peu par rapport aux autres chaires. En France, il faut véritablement attendre 1795 et la création éphémère de l’Institut, qui remplace justement l’Académie royale de Paris, pour que la géographie soit reconnue comme classe à part entière (Dhombres, Dhombres, 1989). Avant cela, les savoirs géographiques s’éparpillent entre l’histoire, l’astronomie, les mathématiques et plus généralement l’histoire naturelle. La difficulté de la classer traduit d’ailleurs la pluralité de ses objets et donc sa variété scientifique. Numa Broc souligne qu’outre une absence remarquable du terme, au début de la Révolution française, on fait assez peu de géographie, contrairement à des sciences comme la chimie qui se développe alors fortement (Broc, 1972). La situation est assez semblable à Berlin et à Londres : les savoirs géographiques existent, mais de manière éparpillée et dépendante des autres sciences. Ces savoirs sont récupérés tour à tour par les autres disciplines représentées dans les Académies royales des sciences. L’African Association créée à Londres en 1788 par Joseph Banks constitue cependant une exception notable, puisqu’elle vise à fédérer toutes personnes intéressées dans les progrès des connaissances sur le continent africain. Elle ne se construit pas sur la promotion exclusive des savoirs géographiques, car elle rassemble des savants de toutes disciplines, mais contribue néanmoins à leur développement et à leur valorisation en centrant les recherches sur un objet spatialisé et spécifique.

29En dépit de ce contre-exemple, la production des savoirs géographiques se distingue encore à la fin du xixe siècle par une absence de lieu qui lui soit dédié, ce qui encourage sa dispersion et son caractère pluriel. Il faut attendre les années 1820 pour une centralisation institutionnelle et spatiale de la production géographique.

Quelles formes prennent les savoirs géographiques ?

Rassembler le monde : de la collection aux livres

30Malgré un manque de visibilité institutionnelle, sociale et épistémique, les savoirs géographiques s’identifient toutefois par des formes de production spécifiques. Tout d’abord, les géographes pratiquent la collection : au même titre que les naturalistes ou les botanistes, ils collectent des matériaux, des ouvrages, des récits de voyage, qui donnent parfois lieu à de véritables cabinets de curiosité. Cette pratique n’appartient pas en propre aux géographes ; on la retrouve dans de nombreux champs des sciences de la nature, comme autant de manifestations de l’esprit universaliste. Elle vise la reconstitution du monde dans le microcosme d’un intérieur. La question est celle du classement et de la manière de penser ce qui est classé, comme l’écrit Georges Perec : « Que me demande-t-on, au juste ? Si je pense avant de classer ? Si je classe avant de penser ? Comment je classe ce que je pense ? Comment je pense quand je veux classer ? » (Perec, 2003 : 151).

31La pratique de la collection symbolise la volonté de mettre en ordre le monde, de le penser en le classant et réciproquement. La collection géographique concerne des objets de diverses natures : échantillons minéraux, végétaux ou animaux, cartes de toutes échelles, ouvrages scientifiques, récits de voyage constituent l’essentiel des pièces recensées. Soit ils proviennent des terrains des géographes eux-mêmes, soit ils résultent le plus souvent de l’intense circulation qui anime les réseaux scientifiques. Ils sont ainsi à la fois les preuves matérielles des productions des géographes et les bases préalables à un nouveau travail : dans la nature et l’origine de la collection amassée se retrouve donc aussi la partition entre géographes de terrain et géographes de cabinet. Quelles que soient les habitudes des géographes, la collection reste une forme majeure d’accumulation et de mise à disposition des savoirs au xviiie siècle et même encore jusqu’au début du xixe siècle.

32Et de fait, la pratique individuelle de la collection tend à structurer des collectifs, naturalistes et géographiques, autour d’objets communs. Entre 1799 et 1804, alors qu’il parcourt l’Amérique, Alexander von Humboldt accumule ainsi plusieurs dizaines de caisses de matériaux à ramener en Europe et leur accorde une attention toute particulière. En 1802, de Quito, il écrit par exemple à José Clavijo y Fajardo, un ministre mexicain :

Le nombre de nos Manuscrits, plans, dessins, collections a tellement augmenté que la crainte de les exposer par le Voyage aux Philippines et au Cap comme la Considération que nos intrumens commencent à se déranger, nous a fait prendre la résolution de ne pas retourner par l’Asie, mais de revenir par Lima, Acapulco, le Méxique et la Havane. (Humboldt, 1993a : 181)

33La préservation de sa collection grandissante au fil de son itinéraire constitue donc un enjeu de taille de son voyage américain, puisqu’elle doit à terme rejoindre l’Europe et alimenter à la fois son propre cabinet, mais encore les musées d’Histoire naturelle de Paris ou de Berlin, des jardins botaniques royaux européens, etc. Ces matériaux revêtent parfois des enjeux politiques, puisqu’ils symbolisent la puissance et le rayonnement scientifique. Frédéric-Guillaume III le rappelle d’ailleurs à Humboldt au retour de son périple américain :

Le cadeau que vous voulez faire de vos collections à mon cabinet minéralogique mérite mes cordiaux remerciements, non seulement à cause de sa valeur exceptionnelle, mais encore parce qu’il prouve votre indiscutable amour pour votre patrie. Je les attends avec impatience, ainsi que le rare morceau de platine dont vous voulez enrichir mon cabinet ; et je ne suis pas moins reconnaissant que vous ayez pensé à enrichir mon jardin botanique de semences rares. (Humboldt, 1905 : 236)

  • 7 Cela s’explique en partie par le nombre moindre d’expéditions au long cours engagées durant ces an (...)

34En aval des collections se trouvent ensuite d’autres productions géographiques relevant la plupart du temps de leur exploitation. Bien que Numa Broc souligne la faiblesse de la géographie sous la Révolution française7 et ce jusqu’à l’expédition d’Égypte (Broc, 1972), de nombreux ouvrages de nature géographique paraissent pourtant à la fin du xviiie siècle. Edme Mentelle, Georg Forster ou encore le comte de Volney constituent des auteurs assez prolixes de cette période. Les parutions recouvrent une pluralité de thématiques, mais plusieurs genres dominent. Les relations ou compilations de voyages forment souvent un stade intermédiaire entre le terrain et la collection d’un côté, et l’élaboration d’autres ouvrages de l’autre. Par exemple, Volney publie en 1787 son Voyage en Syrie et en Égypte, pendant les années 1783, 1784 & 1785 ; Forster transforme son voyage de 1790 avec Humboldt en Ansichten von Niederrhein, von Brabant, Flandern, Holland, England und Frankreich im April, Mai und Junius 1790 (Forster, 1958) ; Humboldt lui-même publie avec Bonpland la Relation historique de leur voyage américain à partir de 1814. Ces recensions, qui demandent parfois plusieurs années de travail (Humboldt, 1814-1825), résonnent avec l’horizon d’attente du public européen friand de ces récits du bout du monde. Ces relations de voyage font d’ailleurs souvent l’objet de traductions et d’une diffusion au-delà de leur pays de parution d’origine.

35Les autres ouvrages géographiques s’organisent selon une partition thématique récurrente : géographie mathématique, géographie physique, géographie historique (ou politique) et cosmographie. Cela reflète l’indétermination ou plutôt la pluralité épistémologique qui prévaut alors dans les savoirs géographiques. Leurs filiations sont multiples. La géographie mathématique est affiliée à l’astronomie et aux mathématiques, et vise à la détermination de la position des lieux. La géographie physique se penche sur l’organisation topographique de la terre et s’appuie sur les sciences de la nature (physique, géologie, etc.). L’histoire forme la discipline tutélaire de la géographie historique ou politique, qui s’attache à décrire les sociétés présentes et passées. Enfin, les formes cosmographiques regroupent les trois précédents genres et satisfont ainsi aux exigences universalistes. On voit clairement ces partitions dans un ouvrage d’Edme Mentelle, Cosmographie élémentaire (1781) :

La Géographie est la description de la surface du globe terrestre. On peut appeler Géographie mathématique, celle qui donne les dimensions de la Terre et de ses principales divisions ; Géographie physique, celle qui traite seulement des Terres, des Eaux et des productions de la Terre en général, ou de quelque pays en particulier ; et Géographie civile ou politique, celle qui décrit les Empires, les Royaumes et les Républiques. (Mentelle, 1781 : 247)

36Ainsi s’organisent la plupart des ouvrages, qui apparaissent comme des recensions très descriptives des savoirs géographiques.

  • 8 L’œuvre de Jomard se situe dans l’ordre d’une géographie historique, dans les premiers temps de se (...)

37Deux traditions s’opposent cependant : une tradition moderne s’installe du côté allemand, notamment avec les œuvres de Büsching (1797-1805) ou Gaspari (1797-1805), qui inspire ensuite les tenants de la reine Geographie, la géographie pure proposée par Ritter au début du xixe siècle, tandis que la France développe une géographie ancienne ou historique, telle que la pratiquent encore Barbié du Bocage ou Jomard8 par exemple (Broc, 1975 ; Schröder, 2011). Un des enjeux identitaires de la formation de la géographie moderne réside en partie dans le choix de la dimension contemporaine ou historique (synchronie / diachronie). La géographie historique constitue, à la fin du xviiie siècle, un courant majoritaire des études géographiques et structure fortement leur épistémè. Les travaux de Gosselin ou Barbié du Bocage font autorité et inspirent par exemple fortement Jomard dans ses ouvrages égyptiens. Une des tensions épistémologiques de cette période réside justement dans le passage d’une géographie dite historique à une géographie qualifiée de moderne par ses partisans, se détachant de la tutelle disciplinaire séculaire de l’histoire et s’affirmant de façon autonome. Cette tension ne tourne pas à une querelle entre Anciens et Modernes, mais constitue néanmoins un des leviers de la construction disciplinaire du début du xixe siècle.

Cartographier le monde

  • 9 Voir notamment les correspondances de Forster, Humboldt, ou encore les premiers bulletins de la So (...)

38La cartographie constitue également une forme essentielle de production de savoirs géographiques. Elle peut être utilisée en tant que mode de restitution des savoirs ou en tant qu’outil, en vue d’une exploration ou d’un commentaire. Grâce au constant perfectionnement des instruments (baromètres, chronomètres pour déterminer la longitude), qui constitue un objet récurrent de discussion entre géographes9, les cartes gagnent en exactitude. La reprise des expéditions au long cours à la fin du xviiie siècle (celles de James Cook, Nicolas Baudin, Jean-François de La Pérouse par exemple) permet peu à peu de « combler les blancs de la carte » (Laboulais-Lesage, 2004) et de tendre toujours plus vers l’ambition holiste que se sont assignés les hommes des Lumières. Les cartes à l’échelle du globe, qui dominent la production cartographique, symbolisent alors le degré d’avancée des géographes vers la connaissance totale de l’espace terrestre. On retrouve en particulier de telles cartes dans les entreprises de géographie universelle.

  • 10 Ces cartes sont conservées au fonds cartographique de la Staatsbibliothek à Berlin, qui ne m’a pas (...)
  • 11 Humboldt ajoute notamment des éléments de toponymie locale indigène, pratique alors inusitée.

39En proportion, on trouve assez peu de cartes régionales, ou à une autre échelle que celle du globe dans son entier : là encore, on retrouve dans le choix de cette échelle privilégiée la trace de l’ambition universaliste qui anime les géographes. Quelques cartes réalisées à une plus grande échelle apparaissent tout de même au fil du corpus. Alors qu’il donne des cours aux enfants de la famille Bethmann-Hollweg à Francfort, Carl Ritter produit plusieurs cartes du continent européen10. Ces cartes servent avant tout une visée pédagogique, mais constituent aussi les prémisses de sa conception régionaliste de la géographie. Une de ses cartes, qui porte sur le relief du continent européen, est tout à fait remarquable, car Ritter choisit de représenter en clair les reliefs et en foncé les plaines, contrairement à l’usage déjà courant à cette époque. Son intérêt cartographique se porte donc aussi dans la sémiologie graphique qu’il teste et fait évoluer. Dans les mêmes années, Humboldt va plus loin sur la curiosité régionale, notamment lorsqu’il réalise les atlas qui accompagnent ses œuvres américaines. Dans l’Atlas du Mexique, support graphique de son Essai sur le royaume de la Nouvelle-Espagne (Humboldt, 1969), il propose quelques planches à une échelle régionale, voire locale, qui donnent à voir la richesse des possibilités cartographiques11.

40Les réalisations à grande échelle restent rares, mais celles proposées par Humboldt et Ritter annoncent d’ores et déjà une préoccupation multiscalaire et régionaliste de la géographie, que l’on retrouve particulièrement du côté prussien. La question de l’échelle est centrale dans ce moment de construction disciplinaire et rejoint celle des objets pris en charge par la discipline. Quelle que soit son échelle, le medium cartographique revêt de toute façon un enjeu stratégique considérable, dans la mesure où il renferme des informations de nature à intéresser les politiques. Nombre de cartes sont d’ailleurs issues de commandes ou font l’objet d’une récupération politique, ce qui engage à interroger les liens existants entre savoirs géographiques et politiques au seuil de notre période (Desbois, 2012). C’est le cas de cartes humboldtiennes avec le gouvernement mexicain (Humboldt, 1969).

41L’exemple de la cartographie révèle que la production des savoirs géographiques de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle se caractérise donc par la coexistence de plusieurs « cultures », pour reprendre le mot de Jean-Marc Besse (Besse, Blais, Surun, 2010 : 9), qui atteste de la validité d’une conception plurielle pour cette période.

L’apparition de revues : l’aventure des Annales des voyages

42En dépit d’un constat de pluralité de pratiques, et ce n’est d’ailleurs pas contradictoire, quelques velléités de structuration disciplinaire commencent à apparaître du côté de ceux qui se revendiquent comme géographes. Nous verrons au chapitre suivant que la sphère politique influence nettement la construction d’un futur champ géographique ; pour autant, cette tendance est également portée par les géographes eux-mêmes, notamment à travers l’apparition de plusieurs tribunes qui prennent la forme de revues.

43La principale d’entre elles naît en 1807 sous le titre des Annales des voyages, de la géographie et de l’histoire, coordonnée et largement alimentée par Conrad Malte-Brun. Dans le « Discours préliminaire » qui ouvre le premier numéro, Malte-Brun souligne l’ambition que se donne cette revue, qui est bien de fonder une nouvelle discipline dont la nécessité est pressentie depuis longtemps. À la manière d’autres sciences, il est temps que les « sciences géographiques » fassent corps et discipline :

Enfin, il est temps qu’à l’exemple de l’Histoire naturelle, de la Chimie et de la Médecine, les Sciences Géographiques possèdent un dépôt où les hommes voués à ce genre d’études, puissent consigner en commun des travaux qui tendent au même but, discuter les difficultés qui les arrêtent, faire un échange continuel de lumières et de Découvertes, et surtout répandre de plus en plus le goût de ces Connaissances, en offrant aux gens du monde une variété agréable de ces petits morceaux où l’instruction se cache sous l’attrait d’un tableau neuf et piquant. (Malte-Brun, 1807 : 7)

44Les savoirs géographiques doivent être édifiés contre ou en dehors des autres sciences, histoire naturelle, chimie, etc., en déterminant des « travaux qui tendent au même but », c’est-à-dire en délimitant un périmètre épistémologique propre. Le pluriel employé dans cette terminologie, de même que le titre de la revue, laissent entendre que le périmètre épistémologique de ce collectif s’entend encore de manière vaste et plurielle, n’étant peut-être pas encore tout à fait délimité de manière précise. De plus, le manifeste de Malte-Brun accole encore la géographie à l’histoire, comme si l’indépendance absolue ne pouvait pas encore être complètement envisageable, ou plutôt que la complémentarité avec cette discipline n’était pas complètement contradictoire avec l’autonomie de la géographie. Mais il ne faudrait pas oublier le caractère transitoire du moment : Malte-Brun s’empare là d’une question délicate, et la nature même de sa proposition rappelle la difficulté de faire science et la progressive stabilisation du champ géographique. À travers cet extrait, Malte-Brun se fait en tout cas le porte-parole d’un collectif d’hommes réunis par l’envie de faire progresser les sciences géographiques. Il fait d’ailleurs une liste quasi exhaustive des individus intéressés par ce projet :

Nous avons l’espérance certaine que les Arrowsmith, les Barbié du Bocage, les Bougainville, les Bourgoing, les Brédow, les Brunss, les Buache, les Choiseul, les Corréa, les Darlymple, les Deguigne, les Dusheil, les Ebert, les Fabri, les Fleurieu, les Forestier, les Gaspari, les Gosselin, les Heeren, les Humboldt, les Jacotin, les Langlès, les Lapie, les Larcher, les Lévêque, les Lichstenstern, les Lowenorn, les Mannert, les Mentelle, les Meusel, les Millin, les Münster, les Olivier, les Péron, les Rosily, les Sainte-Croix, les Sacy, les Sanson, les Sonnini, les Volney, les Walckenaer, les Weyland, les Zach, les Zimmermann, et en un mot, tous ceux qui cultivent l’histoire et la géographie, contribueront, les uns par leurs conseils et leurs suffrages, les autres par leurs talens et leurs travaux, au succès du seul Recueil consacré à cette branche des études, dans la langue de l’Europe la plus répandue. (idid : 8-9)

45La construction du champ géographique répond à des curiosités ; elle entend aussi satisfaire un public. De fait, les Annales des voyages ne possèdent pas d’équivalent en Prusse ou en Grande-Bretagne dans la période 1790-1815. Elle trouve un modèle dans une éphémère revue, les Annalen der Geographie und der Statistik, créés en 1790 par August Zimmermann dans le Braunschweig. Cette revue ne paraît que jusqu’en 1792, à raison d’un volume par an. Sa pérennité est donc limitée, mais elle inspire malgré tout Conrad Malte-Brun pour son projet (Broc, 1975). Chaque volume recense toutes les actualités géographiques les plus récentes. Des contributions allemandes, mais aussi françaises, de Jean-Nicolas Buache de La Neuville par exemple, anglaises ou italiennes, donnent un caractère européen à la revue. Le premier volume dresse par exemple la liste des nouveaux départements français, récemment découpés et nommés (Zimmermann, 1790). Bien qu’elle n’existe que trois années, cette initiative traduit l’ébullition géographique alors en jeu en Europe, prenant naissance en grande partie dans les bouleversements politiques à l’œuvre. L’intitulé de la revue allemande indique l’importance de la tradition statistique de l’autre côté du Rhin, alors que Malte-Brun construit la sienne d’abord en relation avec l’histoire.

  • 12 Ce titre est par la suite abrégé en Annales des voyages.

46Ce discours préliminaire ne prend pas uniquement date, il contribue également à construire un cadre épistémologique aux savoirs géographiques. Le titre complet de la revue décline un véritable programme épistémologique, au sens d’Imre Lakatos (1994) : Annales des voyages, de la géographie et de l’histoire ou Collection des voyages nouveaux les plus estimés, traduits de toutes les langues européennes ; des relations originales, inédites, communiquées par des voyageurs français et étrangers ; et des mémoires historiques sur l’origine, la langue, les mœurs et les arts des peuples, ainsi que sur le climat, les productions et le commerce des pays jusqu’ici peu ou mal connus12. Ce programme entend fonder une science et une discipline académique à part entière, sur des bases universalistes. L’objectif essentiel de Malte-Brun, énoncé dans le premier numéro des Annales des voyages, est de suivre les « mouvemens » de la géographie :

En général, les nouvelles mesures de l’élévation des Montagnes, les révolutions physiques qu’une contrée quelconque pourrait subir, l’analyse des Cartes nouvelles avec indications des principales positions que les Observateurs auront déterminées, les Découvertes des Régions nouvelles, les entreprises des Voyageurs, les changemens que les États subissent dans leurs limites, population et forces ; un mot, les mouvemens de la Géographie seront soigneusement recueillis dans le Bulletin qui termine chaque cahier. (Malte-Brun, 1807 : 13)

47Cela signifie, d’après les précisions données par Malte-Brun, collecter les nouveautés géographiques disponibles et les faire circuler, donner à voir que, d’un point de vue physique, mathématique ou politique, la géographie du monde évolue. L’objet de la revue réside par conséquent dans l’actualisation régulière des informations géographiques, injonction autour de laquelle les géographes se sont historiquement structurés (Lefort, 2014), et à laquelle la forme de la revue doit répondre au mieux. Un coup d’œil aux tables des matières permet de constater cette dimension actualisante : les savoirs géographiques s’inscrivent pleinement dans le présent. Conrad Malte-Brun inscrit son projet dans une continuité épistémologique avec son époque, celle que l’on retrouve également dans les multiples géographies universelles qui fleurissent alors :

Aucune langue, aucune nation, aucune partie du monde ne resteront étrangères à nos recherches ; nous décrirons l’Isle de la Trinité d’après le Voyageur anglais Maccallum, et l’Isle du Prince de Galles d’après sir Home Popham. Nous retracerons l’état actuel des Açores d’après Hebbe, Suédois ; et celui des Isles Feroë et des Isles de Nicobar, d’après plusieurs Relations Danoises. Ces exemples suffisent pour démontrer combien de renseignements précieux restent perdus faute d’un Recueil où l’on puisse les réunir. (ibid. : 12)

48Conrad Malte-Brun désire embrasser la terre entière, à petite échelle comme la tradition géographique le faisait alors, mais il s’intéresse également à des échelles plus grandes, ce qui constitue une innovation certaine pour la géographie française. Car si les géographes allemands, encouragés en cela par l’importance des statistiques, pratiquent déjà des descriptions régionales, ce n’est pas encore le cas en France où la tradition cosmographique l’emporte (Godlewska, 1991). Nous le voyons en regardant simplement les tables des matières des numéros des Annales des voyages.

49L’option méthodologique est également claire : l’approche doit être résolument descriptive et recouvrir tous les espaces. Cette aspiration universaliste essentielle explique l’importance absolue qu’il accorde aux récits de voyageurs, qui constituent la matière première de ses textes. L’objectif premier de la géographie se présente donc clairement sous la plume de Malte-Brun et applique à la lettre l’étymologie du mot : décrire le monde, ce qui implique de localiser les lieux encore inconnus ou mal connus, identifier les nouveautés physiques ou politiques de la planète et en rendre compte. À ce titre, l’objectif de Malte-Brun rejoint celui de bien d’autres géographes, tel Humboldt désirant dès son voyage américain (1799-1804) embrasser le monde, au sens cosmologique, dans son entier. Il s’inscrit de fait dans la tradition des géographies universelles, qui séduit à l’époque bon nombre de géographes (Péaud, 2015). Tous ces projets, auxquels on peut associer les nombreux ouvrages de nomenclature, diffèrent du point de vue de l’organisation générale mais partagent le même objectif, la continuation de l’esprit des Lumières : embrasser l’entièreté du monde.

50Quelques nuances doivent être apportées à ce dessein universaliste. En analysant les articles des volumes des Annales des voyages, la prédominance des territoires européens s’affirme nettement. L’Europe représente en effet presque 50 % des articles consacrés à des aires régionales. Dans le cas du Précis de la géographie universelle, la partie « Europe » est également plus volumineuse que pour les autres continents (Malte-Brun, 1810). Cela tient sans doute pour une grande part à la plus grande facilité d’obtenir des données consacrées à cet espace, car en dépit de l’amélioration des moyens de transport, rares sont les voyageurs qui s’aventurent encore à l’intérieur des continents africain, asiatique et américain. Cette domination de l’espace européen dénote aussi pour une autre part le prisme avec lequel les géographes voient le monde, en particulier alors que les guerres napoléoniennes font rage et que cette partie du monde se transforme : l’actualité géographique se situe majoritairement à l’intérieur de ce continent. Avant la reprise des conquêtes coloniales et la passion africaine de l’Europe, le Vieux Continent reste donc la principale affaire des géographes.

51La géographie défendue par Malte-Brun repose donc sur une ambition exploratrice, visant, dans la tentation conjuguée du singulier et du général, à l’appréhension complète et totale du monde. Elle pose également la question de savoir si le socle géographique repose uniquement sur un effort de localisation des phénomènes, essentiel à l’époque dans la mesure où les cartes demandaient précisions et compléments.

52L’entreprise des Annales des voyages peut également être lue comme un premier effort historique, sans doute incomplet et imparfait, de réalisation d’un champ géographique, alors même que la pluralité des méthodes, des objets et des pratiques domine nettement la période 1780-1815. D’un point de vue sociologique d’abord, cette pluralité s’exprime par une production essentiellement individuelle. Bien que des réseaux collectifs existent à l’échelle européenne, la production des savoirs géographiques se fait en grande majorité au niveau des individus. En effet, cette échelle s’affirme en miroir de l’absence d’institutions encadrantes. Les seules structures supra-individuelles existent par le fait de figures polarisantes animant des réseaux, notamment épistolaires, à l’échelle européenne. D’un point de vue épistémologique, l’absence de structures collectives institutionnalisées entraîne une liberté en termes d’objets, de méthodes et d’ambitions. Liberté qui fait largement écho à l’esprit universaliste de la science des Lumières. Chaque géographe développe ainsi sa propre façon d’envisager et de produire des savoirs géographiques, appuyant l’idée d’une coexistence de cultures géographiques (Besse, Blais, Surun, 2010) par-delà des frontières disciplinaires ou nationales, même si certaines méthodologies (notamment l’opposition entre terrain et cabinet) semblent coïncider avec des découpages étatiques.

Notes

1 Sauf mention contraire, les citations des textes sources sont données dans leur version originale et n’ont pas été modernisées.

2 Zeev Sternhell postule dans cet ouvrage que la généralisation de l’esprit des Lumières aux savants, écrivains et philosophes du xviiie siècle, et jusqu’à nos jours, est abusive. Derrière le courant européen des Lumières se cache aussi de violents détracteurs, tels que Herder pour la fin du xviiie siècle, qui mettent à mal les arguments progressistes de leurs opposants et construisent à leur tour un système philosophique, historique et culturel complet.

3 Pour tous les textes en allemand et en anglais qui suivront, la traduction en français ainsi que la référence exacte seront d’abord données, puis la citation dans sa version originale. Nous faisons ce choix pour rester au plus près de la langue d’origine. Sauf mention contraire, les traductions sont les nôtres.

4 Malte-Brun ne pourra finir avant sa mort, mais son associé Jean-Nicolas Huot prendra alors le relais. Il contribuera également au succès de l’entreprise, en soutenant plusieurs rééditions augmentées.

5 L’emploi du terme terrain est encore anachronique à la fin du xviiie siècle, mais c’est, au regard des pratiques actuelles, celui qui qualifie le mieux la situation de l’époque et permet de mettre en perspective la géographie de cabinet. Pour de plus amples détails sur la pratique de terrain, voir la thèse de Y. Calbérac (2010).

6 Le courant pestalozzien, que Ritter a fréquenté quelques années, repose sur l’idée d’une éducation des enfants dans la proximité immédiate avec le monde. Le déploiement des sens y joue un rôle particulier, puisque ce sont eux qui amènent à une première formulation des connaissances sur leur environnement par les enfants eux-mêmes. L’intervention du professeur doit y être minimale. Les écoles pestalozziennes, très répandues en Allemagne, contribuent ainsi à la valorisation de la pratique du terrain, dans la mesure où elles tendent à rompre avec une appréhension médiate et distanciée du monde.

7 Cela s’explique en partie par le nombre moindre d’expéditions au long cours engagées durant ces années, du fait de la guerre, et donc de matériaux rapportés sur le continent européen pour grossir les collections géographiques.

8 L’œuvre de Jomard se situe dans l’ordre d’une géographie historique, dans les premiers temps de ses travaux, mais il bifurque ensuite plus clairement vers une géographie moderne (Laissus, 2004).

9 Voir notamment les correspondances de Forster, Humboldt, ou encore les premiers bulletins de la Société de géographie de Paris, dans les années 1820. Ces différentes sources montrent en quoi les progrès techniques supportent largement les progrès disciplinaires.

10 Ces cartes sont conservées au fonds cartographique de la Staatsbibliothek à Berlin, qui ne m’a pas autorisée à les reproduire dans le cadre de cet ouvrage.

11 Humboldt ajoute notamment des éléments de toponymie locale indigène, pratique alors inusitée.

12 Ce titre est par la suite abrégé en Annales des voyages.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Géographie des correspondants de Forster, établie à partir des publications publiées.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search