Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Condillac, philosophe du langage ?

 | 
Aliènor Bertrand

Système de la langue et analyse de la langue française

Le Dictionnaire des synonymes ou du bon usage de l’analogie

Jean-Christophe Abramovici

Texte intégral

1Le Dictionnaire des synonymes occupe une place mineure dans la critique condillacienne : rarement étudié pour lui-même, les quelques références qui y sont faites portent toujours sur le contenu des plus « philosophiques » de ses entrées, appréhendées comme des sortes de digest de la pensée de Condillac. Si cette défaveur a sans doute empêché jusqu’à présent au Dictionnaire d’être correctement appréhendé, elle n’est pas non plus entièrement injustifiée ; la place qu’occupe cet ouvrage dans la philosophie du langage de Condillac n’a rien d’évidente ; certains de ses traits justifieraient même qu’on s’y arrête peu. Sa raison d’être paraît très circonstancielle : sans faire partie intégrante du Cours pour l’instruction du Prince de Parme, le Dictionnaire des synonymes fut composé pour le même destinataire, sa visée est moins analytique que pédagogique. Au travers du tableau synthétique et simplifié de la langue française qu’il propose, le prince était supposé se familiariser avec ses mécanismes sémantiques. Le Dictionnaire est même par certains côtés un véritable ouvrage ad usum principi, égrenant dans ses exemples, non sans une certaine lourdeur, les charges qui attendaient le prince, ou quelques mises en garde contre l’absolutisme : à l’article constant, « Il est constant qu’un prince n’est que le premier parmi ses égaux » ; à l’article contre-poil, ce rappel au débotté, quelque peu tiré par les cheveux, de la nécessité d’écouter davantage les critiques que les courtisans : « Il serait à souhaiter qu’on prît souvent les princes à contre-poil. »

  • 1 Voir Dictionnaire des synonymes, Paris, Vrin, 2013. Précisons qu’un tel travail d’annotation, même (...)

2En second lieu, le Dictionnaire des synonymes est en partie un simple ouvrage de compilation. Faute d’avoir mené au préalable aucune enquête lexicologique de terrain, ni dépouillé de larges corpus, Condillac emprunte à ses prédécesseurs définitions et exemples, ne se démarque des dictionnaires du temps que par quelques définitions techniques ou certains souvenirs de lecture. Son texte de base, presque systématiquement recopié, est le Dictionnaire de Trévoux de 1743 et son « Supplément » de 1752, lui-même, on le sait, version amendée et enrichie du Dictionnaire universel d’Antoine Furetière (1690). En seconde lecture, mais non systématiquement, Condillac recourt à l’édition de 1740 du Dictionnaire de l’Académie, pour remédier au caractère trop diffus des articles du Trévoux ou à l’absence d’indication sur le niveau de langue. Enfin, d’évidence pressé par le temps ou gagné par la lassitude, Condillac renvoie au fil des pages de plus en plus au Dictionnaire des synonymes de Gabriel Girard (sans doute dans son édition de 1741), dont il est pourtant loin de partager la conception de la langue en général, et de la synonymie en particulier. Ce travail de compilation – que l’édition critique du Dictionnaire a mis en lumière1 – n’empêche pas que cet ouvrage soit une œuvre originale de Condillac. A contrario des représentations romantiques de la création promues par la génétique des textes, les livres canoniques constituaient souvent, pour l’écrivain de l’âge classique, un premier jet de sa propre pensée. Le Dictionnaire des synonymes en témoigne, où aucun article du Trévoux ou du Dictionnaire de l’Académie n’est repris sans avoir été découpé, synthétisé et recomposé par Condillac ; si les définitions elles-mêmes sont dans la majorité des cas empruntées, la structure de l’article est neuve et toujours signifiante, puisqu’à un principe d’exhaustivité, Condillac substitue une démarche synthétique privilégiant certaines significations au détriment d’autres jugées redondantes, négligeables ou trop peu conformes aux schémas linguistiques que son Dictionnaire entend illustrer.

3Dernier fait gênant qui peut expliquer qu’on ait jusqu’à présent négligé cet ouvrage, le Dictionnaire des synonymes de Condillac n’en est tout simplement pas un. La très grande majorité de ses articles – probablement ses quatre cinquièmes – ne comparent pas en effet entre elles plusieurs lexies mais analysent les différents sens d’un mot unique. Pareille incongruité semble à première vue devoir être rapportée au projet pédagogique de Condillac de dresser pour le prince de Parme une forme de « thesaurus » de la langue française. On posera ici l’hypothèse qu’une seule et même logique commande l’ensemble des articles du Dictionnaire, que c’est à chaque fois un même fonctionnement analogique de la langue que Condillac entend mettre à jour. Concept central de la linguistique condillacienne, l’analogie est un outil récurrent du Dictionnaire des synonymes ; son analyse sémantique ouvre la voie à une meilleure compréhension de cet ouvrage atypique.

4L’analogie regarde en premier lieu l’étymologie. Les linguistes de l’âge classique utilisent le mot pour désigner des similitudes de dérivation : « Il se dit […] en terme de grammaire, pour marquer le rapport que divers mots d’une langue ont ensemble pour leur formation. Le mot passionné est formé de passion, par la même analogie qu’affectionné d’affection » (Dictionnaire de l’Académie). De différentes analogies entre histoires de mots, on peut déduire certains principes de généalogie lexicale. Chez Condillac, l’analogie marque davantage la proximité sémantique entre un mot et son étymon. Au risque de contredire des étymologies attestées, toute évolution historique est ramenée dans le Dictionnaire des synonymes à une liaison d’ordre logique :

abattre : vient vraisemblablement de battuere, mais parce que je préfère les étymologies qui indiquent une première signification à laquelle toutes les autres sont plus sensiblement analogues, je le dériverai avec Nicod de à bas. Ce mot signifie donc jeter à bas, par terre.

5Préférer mettre à bas à battre complètement (ad-battuere) constitue une forme de naïveté cratylienne qui autorise Condillac à appliquer l’idée de chute à tous les sens de son verbe : « On dit figurément abattre l’orgueil, l’esprit, le courage, parce qu’on se les représente comme des choses qui n’ont plus assez de force pour s’élever et se soutenir », là où Trévoux glosait plus simplement ces mêmes sens par les termes vaincre, dompter. Si la nuance est infime, Condillac privilégie l’image (« on se les représente ») la plus parlante, celle où se repère en particulier le mieux la correspondance entre sens propre et sens figuré, analogie centrale dans la conception condillacienne du langage.

6Au sens général de correspondance, l’analogie apparaît en effet autant dans les entrées poly-lexicales que mono-lexicales du Dictionnaire des synonymes. Dans ces dernières, elle désigne un invariant reliant sens étymologique, sens propre et sens figuré qui, on vient de le voir, est toujours de nature imagée, comme la trace langagière de l’action concrète et sensible qui fut à l’origine du mot. Dans le cas du verbe abattre, c’est l’image de la mise à terre, directe et soudaine, qui est commune à la (fausse) étymologie à bas, à ses emplois propres (« abattre un arbre […] le canon abat un mur ») comme à ses emplois figurés : « On dit se laisser abattre à la douleur, parce qu’on tombe, pour ainsi dire, sous elle. » La glose est ici moins explicative que généalogique, elle restaure l’image effacée par le temps et l’usage, comme il conviendrait de le faire pour tous ces « mots qui sont de vrais tropes, et qui ne paraissent plus l’être » (L’art d’écrire, II, 6).

  • 2 « Le débordement ou l’inondation des barbares, et c’est la même idée présentée sous deux images di (...)

7Dans les articles du Dictionnaire comparant entre eux plusieurs synonymes, l’analogie désigne davantage un dénominateur sémantique commun qui, lui, est plus idéel qu’imagé. Ainsi abattre est-il comparé à ses « analogues » démolir, renverser et saper : tous ont en commun l’idée de destruction et de chute, mais selon des modes particuliers. « Renverser a lieu lorsqu’on couche ce qui était élevé. […] On abat un arbre en le coupant par le pied, on le renverse en le couchant avec effort » : la chute est dans le premier cas directe et rapide, elle est plus longue, rencontre plus de résistance dans le second. Deux actions distinctes conduisent à un résultat identique (l’arbre à terre) ; ou, comme Condillac l’explicite dans d’autres articles, une même idée se présente sous deux images différentes2. Ainsi les mots se regroupent-ils dans le Dictionnaire des synonymes selon deux types de relation sémantique : l’un, génétique et vertical ; l’autre, paradigmatique et horizontal.

  • 3 À l’entrée de ces mots « sans histoire », Condillac renvoie généralement aux articles dans lesquel (...)

8Aussi séduisant soit-il, ce « système de la langue » résiste peu à un examen attentif du Dictionnaire. Reprenons même notre article témoin : la glose de renverser par « couch[er] ce qui était élevé » se rapporte moins à l’étymologie du verbe (mettre à l’envers) qu’à ses emplois lexicalisés (« Le vent a renversé les blés, a renversé les arbres »). De même pour démolir, dont le signifié imagé (« défaire successivement, jeter à bas une partie après l’autre ») a moins d’analogie avec l’étymon (désentasser) qu’avec le sens premier du verbe demoliri en latin. Ainsi s’explique le partage dans le Dictionnaire entre entrées mono-lexicales, où est mise en avant l’analogie entre étymon, sens propre et sens figuré, et entrées poly-lexicales, où faute de pouvoir être appréhendés dans leur généalogie, verbes ou substantifs sont convoqués comme point de comparaison dans une analogie de type synonymique3.

9Mémorielle, comparative, l’analogie peut enfin être programmatique, acception que les dictionnaires de l’âge classique rapportent tous à Claude Favre de Vaugelas. Le développement que les Remarques sur la langue française (1647) consacrent à la question mérite d’autant plus qu’on s’y arrête que l’ouvrage est une des références de Condillac comme des autres philosophes du langage. Dans la Préface des Remarques, Vaugelas réfléchit aux moyens par lesquels peut se dissiper le doute sur l’usage de telle ou telle expression :

  • 4 C. F. de Vaugelas, Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien parler et bien (...)

[On] ne s’en saur[ait] éclaircir, que par le moyen de l’analogie, que toutes les langues ont toujours appelée à leur secours au défaut de l’usage. Cette analogie n’est autre chose en matière de langues, qu’un usage général et établi que l’on veut appliquer en cas pareil à certains mots, ou à certaines phrases, ou à certaines constructions, qui n’ont point encore leur usage déclaré, et par ce moyen on juge quel doit être ou quel est l’usage particulier, par la raison et par l’exemple de l’usage général ; ou bien l’analogie n’est autre chose qu’un usage particulier, qu’en cas pareil on infère d’un usage général qui est déjà établi ; ou bien encore c’est une ressemblance ou une conformité qui se trouve aux choses déjà établies, sur laquelle on se fonde comme sur un patron, et sur un modèle pour en faire d’autres toutes semblables. […] Il s’ensuit que notre langue n’est fondée que sur l’usage ou sur l’analogie, laquelle n’est distinguée de l’usage, que comme la copie ou l’image l’est de l’original, ou du patron sur lequel elle est formée, tellement qu’on peut trancher le mot, et dire que notre langue n’est fondée que sur le seul usage ou déjà reconnu, ou que l’on peut reconnaître par les choses qui sont connues, ce qu’on appelle analogie. D’où il s’ensuit encore que ceux-là se trompent lourdement, et pêchent contre le premier principe des langues qui veulent raisonner sur la nôtre, et qui condamnent beaucoup de façons de parler généralement reçues, parce qu’elles sont contre la raison ; car la raison n’y est point du tout considérée, il n’y a que l’usage et l’analogie.4

10Par-delà la laborieuse « liaison des idées » propre à la prose de Vaugelas, retenons qu’analogie et usage sont sous sa plume superposables et complémentaires, qu’on considère un énoncé d’un point de vue rétrospectif (vérifier sa conformité avec une habitude langagière reconnue) ou prospectif (promouvoir de nouvelles phrases et constructions à partir d’anciens modèles ou patrons). Près d’un siècle après la publication des Remarques, suite à plusieurs querelles sur la préciosité et la néologie, les dictionnaires ne retiennent cependant que cette seconde perspective, jusqu’à opposer usage à analogie. Trévoux cite ainsi Vaugelas et affirme : « L’usage est souvent contraire à l’analogie des mots. » Jean-François Féraud retourne même, quarante ans plus tard, l’argumentation des Remarques contre elle-même :

  • 5 J.-F. Féraud, Dictionnaire critique de la langue française, art. analogie, Marseille, Jean Moissy, (...)

C’est une source d’erreurs dans le langage, quand on ne consulte que l’analogie. Se servir d’une expression, uniquement parce qu’elle a quelque rapport avec une autre, consacrée par l’usage, c’est s’exposer à faire des barbarismes, et à parler italien, espagnol, anglais ou allemand en français. Pourquoi, par exemple, ne pas dire donner succès à quelqu’un, comme on dit lui donner compte, lui donner droit ? Demandez-le à l’usage : c’est lui qui décide souverainement et sans appel. Vous pouvez vous plaindre de ses bizarreries ; mais il faut vous y conformer.5

11À une conformation dynamique promue par Vaugelas pour favoriser et enregistrer l’évolution naturelle de la langue, s’oppose ici une conformité contraignante, garde-fou contre l’arbitraire que pourrait introduire l’utilisation de l’analogie comme instance de légitimation de toute nouveauté langagière.

12Dans le Dictionnaire des synonymes comme dans les Remarques de Vaugelas, l’analogie relie états passés et à venir de la langue. Mais l’analogie n’est presque jamais chez Condillac de l’ordre de la ressemblance morphologique. Quand Vaugelas développe une vision sereine et pragmatique de l’évolution des langues, par mues insensibles et successives, Condillac en revient toujours à l’origine sensible des mots, au risque de se retrouver en porte-à-faux avec l’usage. Parce que l’image issue de l’étymon est pour lui le cœur sémantique d’un mot, il condamne toute acception qui, bien que recensée par les Dictionnaires qu’il compile, risque de brouiller et effacer cette origine :

  • 6 Exemples repris du Trévoux.

On dit figurément selon Trévoux : je suis abreuvé de cette opinion, tout le monde est abreuvé de cette nouvelle ; mais l’analogie ne me paraît pas autoriser ces expressions et je doute qu’on les trouve dans de bons écrivains.
Il se déborda en injures ; Néron se déborda en toutes sortes de vices6. Cependant ces expressions me paraissent peu usitées ; en effet, il n’y a pas assez d’analogie entre une personne et une rivière pour dire de l’une et de l’autre qu’elle se déborde. L’analogie est plus grande au contraire dans un débordement d’injures, le débordement des vices.

13Parler figurément n’autorise pas pour Condillac toutes les licences : parce qu’on ne saurait se représenter une opinion sous un état liquide, on ne peut s’en dire abreuvé ; l’expression « se déborder en injures » n’est pas aussi recevable que « débordement d’injures » en ce qu’elle greffe sur une image simple (injures/flots), une métaphore moins naturelle (personne/rivière). Si Condillac récuse ce faisant l’idée même de lexicalisation, privilégie la logique généalogique au réflexe irréfléchi, il n’en use pas moins pour le faire d’une rhétorique impressionniste : « Ces expressions me paraissent peu usitées. » Le Dictionnaire des synonymes se réclame fréquemment d’un usage ignoré par les Dictionnaires du temps, trop soucieux de nouveauté ou d’exhaustivité. Usage paradoxal de la langue, dont pourrait s’écarter le commun des locuteurs et dont auraient conscience les seuls écrivains attentifs aux analogies sémantiques :

Lorsque deux mots réveillent exactement les mêmes idées, il y en a toujours un que l’usage rejette. Il faut donc éviter de s’en servir. Pourquoi ne trouve-t-on pas dans Pascal de ces vieux mots qu’on rencontre dans les écrivains de son temps ? Pouvait-il prévoir qu’ils cesseraient d’être usités ? Sans doute il le pouvait, s’il a senti que lorsqu’il écrivait ils l’étaient déjà moins. Quiconque en pareil cas saura consulter l’usage, se trompera rarement. [art. abord]

14L’usage dont se réclame dans ces cas Condillac est proche du bon usage défendu par Vaugelas, une pratique verbale moins spontanée que raisonnée, sourde aux modes comme aux décrets puristes, conforme à une logique interne de la langue.

15Aussi Condillac peut-il, comme Vaugelas, esquisser des évolutions possibles de cet usage, indiquer en particulier certaines acceptions figurées qui enrichiraient la langue sans rompre le lien analogique fondamental avec le sens propre et étymologique : « On pourrait employer [aboiement] figurément pour exprimer le bruit d’un homme qui, au lieu de raisons, dit des injures. » On dit « dénaturer son bien », « mais je ne vois pas pourquoi on ne s’en servirait pas en parlant de toute autre chose ». La suggestion vaut, dans les deux cas, pour une critique des dictionnaires de référence : Trévoux comme l’Académie ne signalent que le sens propre d’aboiement et indiquent, à propos du verbe dénaturer, qu’il « ne se dit guère que dans cette phrase : dénaturer son bien ». L’analogie qui légitimerait qu’on comble ces manques est dans les cas présents autant sémantique que morphologique, les mêmes dictionnaires ayant déjà enregistré les sens figurés d’aboyer (pour injurier) comme le spectre très large d’emplois possibles du participe dénaturé. Distincte des pratiques comme des prescriptions normatives, l’analogie condillacienne remodèle la langue, en corrige les écarts comme les creux.

16On reviendra pour finir sur les questions de l’usage chez Condillac et des rapports entre synonymie et langue des origines. La référence à l’usage dans le Dictionnaire des synonymes est, on l’a vu, souvent paradoxale. En se référant à l’analogie, tout locuteur peut en principe juger de la recevabilité d’un mot ou de sa conformité à un usage que garantit l’intuition plus que les habitudes communes ou les décrets des doctes. À propos des constructions elliptiques, Condillac raille ailleurs ces grammairiens condamnant des expressions sur le seul prétexte qu’elles ne se diraient pas :

  • 7 L’art d’écrire, première partie, chap. 10, Orléans, Éditions Le Pli, 2002, p. 63 ; nous soulignons

Ils paraissent ignorer que ce qui n’a pas été dit peut se dire. Assujettis à des règles qu’ils ne sauraient fixer, et souvent en contradiction avec eux-mêmes, ils voient d’un jour à l’autre le succès des tours contre lesquels ils se sont récriés ; et ils reçoivent enfin la loi de l’usage qu’ils appellent bizarre. Cependant l’usage n’est pas aussi peu fondé en raison qu’ils le prétendent ; il s’établit d’après ce qu’on sent, et le sentiment est bien plus sûr que les règles de grammaire.7

17Et Condillac d’achever sa démonstration par ce conseil : « Ne demandez pas si une expression est usitée ; mais considérez si l’analogie autorise à s’en servir. » Le premier temps du raisonnement oppose aux protestations frileuses des grammairiens un usage qui ne saurait être régulé qu’a posteriori ; le second empêche qu’on assimile cet usage aux habitudes langagières avérées, qui, fruit du caprice ou de la mode, dérogent souvent au bon usage, inscrit dans la langue, appréhensible intuitivement.

18Tout comme L’art d’écrire visait à rendre le prince de Parme autonome, à même de juger par lui-même de la correction de son style, le Dictionnaire des synonymes invite à se passer des dictionnaires, ouvrages pernicieux en ce qu’ils proposent un état des lieux toujours dépassé des bons et mauvais usages des mots. À une exhaustivité sujette à caution, Condillac oppose de simples et rassurantes généalogies, au risque d’élaguer à l’excès l’arbre de la connaissance lexicale. Fort représentatif est à cet égard l’article connaître du Dictionnaire, déclinant une définition sciemment minimaliste (« Avoir la connaissance d’une chose, d’une personne ou de plusieurs ») à partir d’une série d’acceptions plus restreintes, avant de stopper l’inventaire et en retourner à l’origine :

En un mot, connaître signifie proprement avoir des idées, et c’est sur ce fondement que l’analogie a multiplié ses acception. Prov. Je ne le connais ni d’Ève ni d’Adam.

19La présence de ce proverbe est d’autant plus surprenante qu’il n’est pas recensé dans les dictionnaires du temps ; il a pu en revanche être suggéré à Condillac par la lecture du Dictionnaire de l’Académie : « On dit en style de l’Écriture Sainte, Connaître une femme ou la connaître charnellement, pour dire Avoir habitation avec elle. Adam connut Ève. » Il est peu probable que Condillac ait écarté la métaphore biblique pour ménager la pudeur de son élève princier : sa censure est d’ordre logique, vise un emploi codé et jargonnant, sans rapport avec l’origine du mot. À l’inverse, la place importante réservée dans le Dictionnaire des synonymes aux dictons et expressions proverbiales reflète un usage plus spontané de la langue, supposé plus respectueux de l’analogie.

20L’analogie est au Dictionnaire des synonymes ce que la liaison des idées est à L’art d’écrire : deux principes tendant au même idéal de clarté de la langue, de transparence sémantique. Comme nombre d’auteurs de l’âge classique, Condillac caressa le rêve d’une langue philosophique universelle, qui chez lui recoupe plusieurs traits du langage d’action des origines. Plutôt que d’œuvrer à l’invention d’une langue nouvelle, il définit pour le prince de Parme un bon usage du français. L’art d’écrire enseigne à conserver dans son style la netteté et le caractère des idées ; le Dictionnaire des synonymes, à moins choisir que trouver le mot juste. La leçon ultime et paradoxale de cet ouvrage est en effet qu’il n’existe jamais de vrais synonymes. Toutes les fois que Condillac échoue à identifier l’image qui distinguerait et justifierait la concomitance de deux mots pour une même idée, il conclut à l’inutilité d’un des deux, tout en s’en remettant une nouvelle fois à l’usage pour opérer cette sélection naturelle :

acoutumance : […] ne diffère point d’habitude, aussi est-il hors d’usage. Quelques écrivains s’en servent, mais ils ont tort : car il est inutile d’avoir deux mots pour une même idée.

  • 8 « laconisme : s. m. De laconie. Langage bref et sentencieux, à la manière des Lacédémoniens » (Dic (...)

21L’imaginaire condillacien de la langue est tendu vers un idéal de maigreur, de laconisme8. À propos des règles devant guider la composition d’un ouvrage, L’art d’écrire énonce qu’« en se conformant au principe de la plus grande liaison, un ouvrage sera [réduit] au plus petit nombre de chapitres, les chapitres au plus petit nombre d’articles, les articles au plus petit nombre de phrases, et les phrases au plus petit nombre de mots » (IV, 1). De même, le Dictionnaire des synonymes illustrerait l’idée qu’en se conformant au principe de l’analogie, une langue devrait comporter le plus petit nombre de mots, ces mots être associés au plus petit nombre d’idées, ces idées au plus petit nombre d’images.

Notes

1 Voir Dictionnaire des synonymes, Paris, Vrin, 2013. Précisons qu’un tel travail d’annotation, même limité aux exemples les plus significatifs, a été facilité par l’existence des CD-Rom des principaux dictionnaires de l’âge classique, mis au point par I. Turcan pour les Éditions Redon.

2 « Le débordement ou l’inondation des barbares, et c’est la même idée présentée sous deux images différentes. »

3 À l’entrée de ces mots « sans histoire », Condillac renvoie généralement aux articles dans lesquels ils sont comparés. À ceci près, que comme dans l’Encyclopédie, les renvois du Dictionnaire des synonymes ne sont ni systématiques ni fiables (renvois à des articles absents). On aurait dû trouver à démolir un renvoi à abattre ; on en trouve un à renverser, où, oubliant la comparaison avec coucher proposée dans abattre, Condillac en revient cette fois à un type d’analyse généalogique : « Proprement tourner une chose, la mettre dans une autre position. Par analogie, mettre en désordre. »

4 C. F. de Vaugelas, Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire [1647], Préface, J. Streicher éd., Genève, réimpression Slatkine, 1970 (orthographe modernisée).

5 J.-F. Féraud, Dictionnaire critique de la langue française, art. analogie, Marseille, Jean Moissy, 1787 (orthographe modernisée).

6 Exemples repris du Trévoux.

7 L’art d’écrire, première partie, chap. 10, Orléans, Éditions Le Pli, 2002, p. 63 ; nous soulignons.

8 « laconisme : s. m. De laconie. Langage bref et sentencieux, à la manière des Lacédémoniens » (Dictionnaire des synonymes). L’art. idée explicite ce principe de composition : « Les articles de ce dictionnaire demandent d’être courts et la vérité aime également le laconisme. » Inversement, Diderot posait en 1755 que « Le laconisme n’est pas le ton d’un dictionnaire » (Encyclopédie, art. encyclopédie), mais le mot désigne sous sa plume l’unité de ton plus que la brièveté des articles.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540