Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Condillac, philosophe du langage ?

 | 
Aliènor Bertrand

Art de penser et art de parler

Le statut du nom dans la grammaire générale de Condillac

Martine Pécharman

Texte intégral

  • 1 Voir Cours d’études pour l'instruction du Prince de Parme, I, Introduction au Cours d’études (déso (...)
  • 2 La Grammaire générale et raisonnée d’A. Arnauld et C. Lancelot sera désormais évoquée sous le sigl (...)
  • 3 GGR, Préambule, p. 7 et LAP, Préambule, p. 38.
  • 4 Voir GGR, II, 1, p. 22 et LAP, II, 1, p. 103.
  • 5 GGR, II, 1, p. 22. Pour le statut accordé par Port-Royal à la convention dans l’invention du langa (...)
  • 6 GGR, II, 1, p. 22-23 (« l’on peut définir les mots, des sons distincts et articulés, dont les homm (...)

1L’affaire serait simple si, comme il pourrait le sembler de prime abord, la question du statut du nom dans la grammaire générale de Condillac s’inscrivait dans la droite ligne de l’héritage de Port-Royal. Seule se trouverait concernée alors, à l’intérieur de la grammaire que le Cours d’études pour l’instruction du Prince de Parme désigne comme « l’art de parler »1, la place spécifiquement dévolue au nom lorsque la classification des mots est réglée par la considération des principaux modes de la représentation linguistique de la pensée. S’il est, en effet, un principe méthodologique auquel on est accoutumé depuis la refondation en 1660 de l’analyse grammaticale du langage dans la Grammaire générale et raisonnée d’Antoine Arnauld et Claude Lancelot2, c’est bien celui-ci : les mots ayant été inventés par les hommes afin de servir de signes de leurs pensées, il importe de discerner, dans l’usage général du langage pour « expliquer » ses pensées (au sens de les « faire entendre » à autrui)3, « divers usages » dont la différenciation corresponde à celle des principales opérations mentales4. L’invention des mots ne saurait être uniforme, une hétérogénéité entre eux s’introduit nécessairement pour servir leur finalité sémantique commune. Ce n’est pas tant sur l’« infinie variété de mots » par laquelle se fait l’expression de nos pensées que porte l’invention humaine du langage, même si la Grammaire générale et raisonnée parle de « l’invention merveilleuse de composer de vingt-cinq ou trente sons cette infinie variété »5. L’invention porte plutôt sur les espèces essentielles de mots auxquelles tous les « sons distincts et articulés » composant la multiplicité indéfinie des mots se réduisent6, de la même façon que toutes les pensées que le langage verbal est destiné à traduire se ramènent à quelques opérations seulement. L’invention des mots est ordonnée par la nécessité de rapporter à une diversité finie de nos pensées la diversification des désignations linguistiques, ou classes de mots.

  • 7 Voir GGR, titre de la seconde partie, p. 22.
  • 8 Le titre complet de l’ouvrage est : Grammaire générale et raisonnée, contenant les fondements de l (...)
  • 9 GGR, II, 1, p. 24. Voir aussi le titre du chapitre 2, 1 (« Que la connaissance de ce qui se passe (...)
  • 10 L’étude par J.-C. Pariente du rapport entre grammaire et logique, art de parler et art de penser, (...)
  • 11 GGR, II, 13, p. 66 (voir aussi LAP, II, 2, p. 109).

2L’invention humaine du langage se détaille ainsi, tout compte fait, en un petit nombre d’inventions, car il est impossible de vouloir signifier ses pensées sans que cette volonté ne revienne à l’institution de catégories principales de mots. Pour Port-Royal, la signification des pensées est nécessairement modalisée, tout mot ne signifie jamais que selon une certaine manière de signifier, et c’est à l’explicitation des « principes » ou « raisons » dans l’esprit des « diverses formes de la signification des mots »7, autrement dit à une analyse du fondement mental de l’usage des signes linguistiques, que doit travailler la grammaire générale. C’est ainsi que, selon Antoine Arnauld et Claude Lancelot, celle-ci n’atteint son objet (« les fondements de l’art de parler »8) qu’en réduisant la diversité innombrable des mots, dans quelque langue que ce soit, à une première réduction purement interne à l’esprit, la réduction de toutes les opérations mentales à deux seulement, concevoir et juger. Dans la mesure où « la plus grande distinction de ce qui se passe dans notre esprit »9 se fait entre, d’une part, la représentation des choses par les idées, et d’autre part l’action par laquelle l’esprit lie ensemble plusieurs de ses idées, nécessairement toutes les classes de mots s’inscrivent elles-mêmes dans les limites d’une division qui est le strict décalque de cette dualité intrinsèque à l’esprit. Conformément aux deux genres généralissimes des pensées, Port-Royal distingue deux genres irréductibles entre lesquels se distribuent tous les mots et toutes leurs espèces. Il y a des mots qui sont les signes des objets de nos idées, et il y a des mots qui sont les signes de la manière dont des idées différentes se trouvent jointes par l’esprit. Tertium non datur, la dichotomie grammaticale à laquelle conduit le principe selon lequel il faut discerner autant de catégories de mots qu’il y a de manières de signifier « ce qui se passe dans notre esprit » constitue le cadre nécessaire de l’analyse du langage10. On épuise par cette dualité radicale toutes les formes possibles de la désignation des pensées par les mots. Souligner, à la façon de la Grammaire générale et raisonnée, le « besoin » qu’ont eu les hommes « d’inventer des mots […] qui marquassent les objets de notre pensée »11, suffit alors à décider du statut du nom dans la grammaire ou art de parler : le nom, comme catégorie grammaticale, relève de la classe des mots que nous utilisons pour signifier ce qui est représenté par nos idées.

  • 12 OP I, CE I, Discours préliminaire, p. 402 b. Une étude très utile d’U. Ricken (« Les deux Grammair (...)
  • 13 Voir la description de cette première partie dans OP I, CE II, G, « Objet de cet ouvrage », p. 427 (...)
  • 14 Cette première série comprend pour Port-Royal les noms, les articles, les pronoms, les participes, (...)
  • 15 OP I, CE II, G, I, 6, p. 442 a.
  • 16 OP I, CE I, Discours préliminaire, p. 403 b.

3En élaborant une Grammaire pour guider le jeune prince de Parme dans la recherche des « règles de l’art de parler »12, Condillac reconduit-il le mode de détermination du statut grammatical du nom qui a été celui de Port-Royal ? S’agit-il, pour la grammaire générale qui forme la première partie de sa Grammaire, « De l’analyse du discours »13, de fixer la catégorisation des mots, et partant, parmi les mots, la catégorisation du nom, en fonction de la distinction dans l’esprit entre les objets représentés par les idées et la manière dont la pensée rapporte diverses idées les unes aux autres ? Si tel est le cas, le nom va devoir apparaître dans la Grammaire du Cours d’études, sur le modèle de la Grammaire générale et raisonnée, simplement comme une espèce isolée antérieurement à quelques autres à l’intérieur d’un premier genre irréductible de signes linguistiques, ceux répondant aux contenus mentaux que l’on pourrait dire objectifs14. Et l’on va devoir aussi, à la façon de Port-Royal, intégrer à l’espèce noms des mots qui sont signes d’objets conçus, les distinctions – dans l’ordre – entre noms substantifs et noms adjectifs, noms propres et noms communs, noms de nombre singulier et noms de nombre pluriel, noms de genre masculin et noms de genre féminin. N’est-ce pas la conformité à ce modèle que semble promettre la remarque de Condillac selon laquelle, dans « le peu » qu’un enfant tel que le prince de Parme connaît de sa langue maternelle, il trouve déjà de quoi discerner les « mots pour exprimer [ses] idées » et « d’autres mots pour exprimer les rapports [qu’il aperçoit] entr’elles »15 ? Qu’est-ce, en effet, que parler, pour Condillac ? C’est, selon un passage du Discours préliminaire du Cours d’études, « exprimer par des signes les idées que nous avons, et les rapports que nous apercevons entre elles »16. Il faut donc se demander si la thèse de la double expression assurée par les signes linguistiques (et pour les idées et pour leurs rapports) revient chez Condillac à épouser le schème organisateur de la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal : la réduction de tous les modes de la signification des pensées par les mots à une dichotomie fondamentale entre les mots signifiant les objets de nos idées et les mots signifiant l’activité mentale de liaison entre des idées.

De l’analyse à l’art de parler

  • 17 Voir OP I, CE II, G, I, 2, p. 433 b.
  • 18 OP I, CE I, Précis des Leçons préliminaires, p. 409 a.
  • 19 OP I, CE I, Précis des Leçons préliminaires, p. 410 a. Voir aussi la description dans la Grammaire (...)

4La filiation directe ainsi recherchée ne peut pas en fait se trouver, et l’affaire s’avère bien vite plus compliquée qu’il ne le semblait au départ. Lorsque Condillac, dans sa Grammaire, établit une subordination du « système des langues » – à la fois les différentes espèces en lesquelles sont répartis tous les mots et l’ensemble des moyens servant à leur liaison – au « système [des] idées » ou « connaissances » – à la fois les différentes classes d’appartenance des idées et leurs multiples combinaisons possibles17 –, on est loin du procédé de division à Port-Royal de toutes les opérations de l’esprit entre d’une part l’action de concevoir, d’autre part l’action de juger. La position défendue par Condillac est que « [l]es langues sont en proportion avec les idées » (ibid.). Son propos est d’assigner le fondement ultime de cette proportion : la génération des idées à partir d’un principe unique, la sensation. La distribution même des idées dans des classes distinctes trouve selon lui son origine dans le premier usage que nous faisons de nos sens. Dès le Précis des Leçons préliminaires du Cours d’études, il est établi que « ce sont nos sensations qui nous représentent les corps »18. Non que nos sensations soient représentatives de substances corporelles : quand Condillac les appelle des idées, c’est en limitant leur représentativité aux qualités des corps. Il n’y a pas d’idée du sujet ou soutien de ces qualités, car il n’y a aucune sensation de ce « quelque chose ». Mais c’est précisément en tant qu’elles ne représentent que leurs modifications, que les sensations fondent la connaissance des corps. Les diverses sensations causées séparément sur nos différents sens par les qualités d’un même corps constituent, par leur succession, un commencement de décomposition de l’objet sensible19. L’esprit poursuit cette décomposition en considérant, indépendamment des corps qui sont leurs sujets individuels, les qualités qu’il perçoit comme leur étant communes. Autorisée dans l’esprit par le mode successif de la donation sensible des qualités des corps, la capacité de considérer les qualités d’un corps les unes sans les autres, en les désunissant, se redouble de la capacité de les considérer « comme si elles existoient séparées de la substance qu’elles modifient » (ibid.). La séparation qu’opère l’esprit de chaque qualité par rapport à sa composition avec d’autres, et donc par rapport à quelque corps-sujet que ce soit, permet ainsi de former des idées abstraites de toutes les qualités :

Si, par conséquent, de toutes les idées qui me viennent par les sens, je fais autant d’idées abstraites, j’aurai la décomposition de toutes les qualités que je connois dans les corps, puisque je les aurai toutes séparées. (Ibid.)

  • 20 OP I, CE II, G, I, 5, p. 439 a.
  • 21 OP I, Traité des sensations, I, 2, § 15, p. 226 b.
  • 22 OP I, CE III, AE, I, 1, p. 518 a (Condillac écrit un peu plus haut : « Lorsque nous concevons, nou (...)
  • 23 Voir OP I, CE I, Précis des Leçons préliminaires, p. 412 b : « Dire que nous donnons notre attenti (...)

5L’analyse peut de cette façon s’achever, dans un second mouvement, avec la recomposition des qualités en une idée distincte de leur ensemble, autrement dit en une idée distincte d’un corps déterminé. Les qualités perçues dans un corps, qu’il était impossible à une seule sensation de représenter toutes, retrouvent une unité par leur réunion dans l’esprit « dans l’ordre dans lequel elles co-existent, c’est-à-dire, dans lequel elles existent ensemble » (ibid.). La reconstitution mentale de leur ordre de co-existence restitue aux qualités leur première combinaison, qui les rendait inséparables d’un certain sujet corporel, mais en la transformant par la médiation de leurs idées abstraites. C’est par l’enchaînement de ces deux processus de désassemblage et réassemblage des qualités des objets sensibles que Condillac définit l’analyse à l’origine de nos idées. « Cette décomposition et cette recomposition est ce que je nomme analyse », écrit-il dans le Précis des Leçons préliminaires (ibid.). Même si elle ne donne avant l’invention des signes linguistiques que des « connaissances momentanées »20, l’analyse suffit pour ce peu de temps à rendre des idées distinctes, car elle est structurellement sans défaut dès son commencement dans la sensation. C’est ainsi en stricte continuité avec l’origine sensible des idées, que l’opération de jugement est rendue possible. Les idées, bien que distinguées pour un moment seulement par l’analyse commencée dans les sensations, deviennent comparables sous différents rapports, or, comme l’a souligné en 1754 le Traité des sensations, « dès qu’il y a comparaison, il y a jugement », un jugement n’étant rien d’autre que « la perception d’un rapport entre deux idées, que l’on compare »21. Condillac le redit dans l’Art d’écrire : « un jugement n’est […] que le rapport aperçu entre des idées qui s’offrent en même temps à l’esprit »22. Par la « double attention » qu’il accorde en même temps à deux idées dans l’opération de comparaison23, l’esprit perçoit, soit que l’une n’est pas l’autre, soit au contraire qu’elle lui est identique sous le rapport considéré. Dans les deux cas, l’esprit juge.

  • 24 OP I, CE II, G, I, 5, p. 438 b.
  • 25 OP I, CE II, G, I, 5, p. 439 a.
  • 26 OP I, CE II, G, I, 6, p. 442 a. Pour le langage d’action, qui passe du statut de langage naturel à (...)

6Quant à sa structure même, donc, et à son pouvoir d’engendrement de contenus mentaux, l’analyse n’est pas dépendante de l’usage des signes linguistiques. La Grammaire y insiste, l’analyse, dont l’objet est de « distinguer les idées, de les rendre faciles à retrouver, et de nous mettre en état de les comparer sous toutes sortes de rapports », n’est pas « un ordre arbitraire », mais « la nature l’indique d’elle-même », en en donnant le commencement24. La voie à suivre pour accéder à la connaissance des objets extérieurs est toute désignée, elle est enseignée par le mode de génération de nos idées des objets sensibles à partir de la succession naturelle des sensations : « En un mot, chaque sens décompose : et c’est nous, dans le vrai, qui formons des idées composées, en réunissant, dans chaque objet, des qualités que nos sens tendent à séparer »25. L’ordre de la génération des idées « les unes des autres, conséquemment à notre manière de sentir et de concevoir », doit être reconnu comme un modèle d’ordre auquel toutes les langues se conforment, à des degrés divers de perfection, pour l’analyse de la pensée. La décomposition de la pensée (attestée, avant même la naissance des langues, par l’artificialisation progressive du langage d’action) constitue « le premier objet du langage »26. La fin du langage n’est pas simplement de « nous communiquer mutuellement nos pensées » – comme l’ont cru à tort Antoine Arnauld et Claude Lancelot –, mais d’abord de « nous les montrer successivement à nous-mêmes », sans quoi il serait impossible de manifester à autrui « les idées qui co-existent dans notre esprit » (ibid.). Dès le Discours préliminaire du Cours d’études, Condillac n’a laissé aucun doute sur son dessein de corriger la conception trop restrictive par Port-Royal de la fonction du langage. Il soutient lui-même l’antériorité, relativement à l’usage des mots, des idées dans l’esprit et de la perception par l’esprit de leurs rapports de ressemblance et dissemblance.

  • 27 OP I, CE I, Discours préliminaire, p. 403 b.

En effet nous apprenons à parler, parce que nous apprenons à exprimer par des signes les idées que nous avons, et les rapports que nous apercevons entre elles. Un enfant n’apprendrait donc pas à parler, s’il n’avoit pas déjà des idées, et s’il ne saisissoit pas déjà des rapports. Il juge donc et il raisonne avant de savoir un mot d’aucune langue.27

7Mais ce que nie Condillac, c’est que ce penser naturel à l’esprit, sans lequel l’apprentissage même du langage verbal serait rendu impossible, soit déjà pour l’esprit un art de penser. Penser n’est pas un art, mais devient un art, il faut reconnaître à l’art de penser son artificialité. C’est dans « le discours », que chacune de nos pensées, sur le modèle de l’ordre successif enseigné par la nature dans la sensation, se décompose « en autant de parties qu’elle renferme d’idées » (ibid.). L’art de penser est redevable de son statut même d’art à l’analyse de nos pensées par « une suite de signes qui en représentent successivement les parties » (ibid.). Cette analyse n’est autre que l’art de parler.

  • 28 OP I, CE II, G, « Objet de cet ouvrage », p. 427 a : « l’analyse de la pensée est toute faite dans (...)
  • 29 OP I, CE II, G, « Objet de cet ouvrage », p. 427 b. Voir OP I, CE II, G, I, 6, p. 443 a : « On app (...)
  • 30 OP I, CE II, G, I, 6, p. 443 a.

8Malgré l’éloge contenu dans la première phrase de la Grammaire du Cours d’études (« Messieurs de Port-Royal ont les premiers porté la lumière dans les livres élémentaires »), il y a donc loin, des « principes du langage » que Condillac, tenant l’art de parler ou grammaire pour « la première partie de l’art de penser », enjoint de rechercher « dans l’analyse même de la pensée » par le discours28, aux raisons mentales dont dépendent pour la Grammaire générale et raisonnée les différences entre les mots composant le discours. Les parties du discours ne peuvent plus être dénombrées selon le principe d’une distinction immédiate entre d’une part nos idées comme contenus représentatifs et d’autre part la manière dont nous joignons ou séparons ces contenus. Si, pour Condillac comme pour Port-Royal, l’invention des mots constituant les catégories grammaticales fondamentales échappe à l’arbitraire, ce n’est pas parce qu’elle serait fondée sur la naturalité, au sens d’une innéité, des idées et des opérations de l’esprit, mais parce qu’elle relève d’un ordre ou méthode qui est dans le discours la continuation artificielle d’une analyse commencée par la nature elle-même, dès que nous avons les sensations des qualités différentes d’un même objet. Ainsi, c’est désormais par l’étude de la formation des langues, par la genèse ordonnée des classes de signes, que l’on reconnaît les éléments du discours : ceux-ci constituent les différents moyens dans les langues de la décomposition et recomposition de la pensée. Il faut suivre d’abord la voie génétique, accompagner les progrès de l’analyse de la pensée dans les langues considérées « comme autant de méthodes analytiques », pour être assuré de donner à la grammaire ses fondements dans une « grammaire générale » qui nous découvre, avec les éléments du langage, les « règles communes à toutes les langues », c’est-à-dire les règles universelles de la méthode analytique29. Le principe ultime de la grammaire générale n’est pas, comme à Port-Royal, que la différence entre les opérations de concevoir et de juger fonde la diversité des parties du discours, mais que « la pensée, considérée en général, est la même dans tous les hommes », et que « [d]ans tous elle vient également de la sensation ; dans tous, elle se compose et se décompose de la même manière »30. Voilà ce qui doit être mis au fondement de l’art de parler : l’universalité de la structure naturelle de l’analyse, donnée dès la décomposition de la sensation et poursuivie sur le même modèle pour la décomposition d’une pensée en une série ordonnée d’idées. Dans toutes les langues, la méthode d’analyse de la pensée par la représentation successive de ses parties est nécessairement la même ; quelle que soit l’histoire d’une langue, les règles de la méthode qui ordonne son progrès sont identiques à celles auxquelles est assujettie la formation des autres langues, si bien que l’on peut aller jusqu’à soutenir que « le systême du langage est dans chaque homme qui sait parler » (ibid.).

De la proposition au nom

  • 31 OP I, CE II, G, I, 2, p. 435 a ; cf. GGR, II, 1, p. 24.
  • 32 OP I, CE II, G, I, 12, p. 453 b.
  • 33 OP I, CE II, G, respectivement I, 10, p. 450 b et I, 12, p. 453 b.

9Si l’on peut affirmer, dans la Grammaire du Cours d’études, que « toutes les langues ont des règles communes ; toutes ont des mots de différentes espèces ; toutes ont des signes pour marquer les rapports des mots », cette série d’assertions ne préfigure donc nullement une caractérisation de la catégorie du nom en procédant selon ce que la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal a appelé « la plus générale distinction des mots », fondée dans la différence entre les idées et le jugement31. Pour Condillac, la définition du nom, comme des autres catégories grammaticales, doit trouver son fondement, non dans des opérations distinctes de l’esprit, mais dans l’attribution au discours de la fonction d’analyse de la pensée. Or, de ce point de vue, le divorce avec les Messieurs va se trouver encore accentué du fait que la définition grammaticale stricte du nom ne peut être atteinte qu’à partir de l’analyse de la proposition en ses différents termes. La reconstitution de la genèse des langues permet de reconnaître les éléments du discours au fur et à mesure de leur apparition, mais rien dans tout cela ne permet encore d’arrêter des définitions pour ces éléments disjoints. Ce n’est pas lorsque l’analyse du discours suit l’ordre dans lequel les différentes espèces de mots ont été inventées, que la catégorie de nom (et pas davantage la catégorie de verbe) se trouve dotée par Condillac de sa propriété grammaticale. La grammaire générale enseigne bien que l’invention des diverses espèces de mots se soumet dans toutes les langues à la méthode analytique, et que les règles générales de l’usage de ces différents types de mots ne peuvent être assignées que conformément à cette méthode. Mais pour parvenir à établir le statut définitionnel des éléments du discours, la grammaire générale doit s’appuyer sur autre chose que la démonstration de la manière dont les langues découvrent peu à peu les signes capables de décomposer de mieux en mieux la pensée. Il va falloir dissocier, de cette démonstration relative à la genèse, une démonstration se rapportant à la connaissance des « trois termes d’une proposition » (le sujet, l’attribut, le verbe) quand la langue a déjà atteint un degré de perfection32. Parce que le discours par lequel s’effectue l’analyse de la pensée dans une langue achevée consiste en « une proposition ou une suite de propositions », la grammaire générale de Condillac va réduire les éléments du discours aux « sortes de mots » qui constituent les composantes nécessaires de la proposition33.

  • 34 OP I, CE I, Discours préliminaire, p. 403 b.

10D’après le Discours préliminaire du Cours d’études, la raison pour laquelle l’art de parler peut constituer en quelque sorte à la fois la première partie et le tout de l’art de penser, c’est que les idées dont est formé un jugement encore inexprimé, encore non traduit en une suite de mots, se présentent toutes à la fois à l’esprit. Dans la pensée elle-même, la succession des idées est inutile, il suffit de « l’opération d’un instant »34 pour que l’esprit saisisse des rapports de ressemblance ou dissemblance entre ses idées. Cependant, le jugement sans paroles qui rapporte ainsi l’une à l’autre plusieurs idées perçues à la fois ne constitue pas une vue distincte, mais seulement confuse, de ces idées et de leurs rapports, qui restent enveloppés dans une pensée composée. Il y a par conséquent une véritable nécessité anthropologique de la décomposition par le discours de ce jugement purement mental. Or, pour Condillac, cette nécessité n’est pas suffisamment marquée avec le commencement de la décomposition de la pensée dans les langues en formation, sa pleine mesure n’est prise que lorsque l’analyse de la pensée est portée à un degré plus achevé, dans la forme canonique de la proposition. Comme va le montrer a contrario l’Art de penser, l’appréhension à la fois absolument simple et absolument distincte par un esprit de l’ensemble des idées qui coexistent en lui fait que cet esprit n’a aucun besoin d’une mise en forme propositionnelle de ses idées pour se les représenter. Mais un tel esprit ne saurait être l’esprit humain.

  • 35 OP I, CE V, AP, I, 10, p. 748 b.

Un être pensant ne formeroit point de propositions, s’il avoit toutes les connoissances, sans les avoir acquises, et si sa vue saisissoit à-la-fois et distinctement toutes les idées et tous les rapports de ce qui est. Tel est Dieu.35

11La vue intuitive qui n’appartient qu’à Dieu, seul être dont la connaissance soit innée, est en radicale disproportion, en totale incommensurabilité, non pas simplement avec le jugement antédiscursif de l’esprit humain, qui ne démêle pas les idées perçues toutes à la fois, mais avec l’état le plus avancé de la décomposition de la pensée par le discours, quand des propositions sont formées. Le mode non intuitif d’appréhension des idées et de leurs rapports fait ainsi de l’énonciation propositionnelle un besoin nécessaire de l’esprit humain : la nécessité anthropologique de l’analyse de la pensée est aussi la nécessité anthropologique de la production de propositions.

12Le simple passage du jugement antédiscursif confus à un premier degré de l’analyse de la pensée dans les langues naissantes ne saurait constituer un fondement suffisant pour la détermination des parties du discours dans la grammaire générale. Toutes les langues, dès leur commencement, analysent, mais c’est le point le plus abouti auquel peut être portée la décomposition de la pensée qui doit être pris en considération. On ne dispose pas de tout ce qui est requis pour la définition des catégories de mots avec la seule attribution aux langues de la même fonction générale d’analyse, il faut aussi prendre en compte les divers degrés de perfection des langues dans la décomposition de la pensée :

  • 36 OP I, CE II, G, I, 2, p. 435 a. Notons qu’en 1746, l’Essai sur l’origine des connaissances humaine (...)

[A]u lieu d’offrir à la fois des masses confuses, [les langues] présentent les idées successivement, elles les distribuent avec ordre, elles en font différentes classes ; elles manient, pour ainsi dire, les élémens de la pensée, et elles les combinent d’une infinité de manières ; c’est à quoi elles réussissent plus ou moins, suivant qu’elles ont des moyens plus ou moins commodes pour séparer les idées, pour les rapprocher, et pour les comparer sous tous les rapports possibles.36

  • 37 OP I, CE II, G, I, 8, p. 447 a-b.
  • 38 OP I, CE II, G, I, 9, titre, p. 447 b.
  • 39 OP I, CE II, G, I, 11, p. 452 b. Il y a deux modes de désenveloppement de la pensée, la « période  (...)

13Non seulement la forme propositionnelle de l’analyse de la pensée n’est pas immédiate dans la genèse des langues, mais ce n’est pas non plus dès le premier usage de propositions que toute la capacité d’analyse portée par l’énoncé propositionnel se trouve atteinte. À l’intérieur du processus général d’analyse progressive de la pensée, la première énonciation de propositions relève encore d’un état de confusion, et il faut que s’accomplisse, au niveau même de l’usage de propositions, comme un recommencement du passage, dès que les langues commencent à se former, de l’entière confusion du jugement antédiscursif à sa première décomposition, ou première séparation entre les idées qu’il renferme. En effet, la genèse des signes linguistiques décrite dans la Grammaire du Cours d’études montre que, le verbe être étant inventé, les hommes peuvent commencer à « prononcer des propositions », mais que la formation de ces premières propositions ne constitue encore, « dans l’origine des langues », qu’une analyse incomplète de la pensée : chacune des premières propositions proférées ne consiste vraisemblablement elle aussi, comme le jugement qu’elle s’efforce de représenter, qu’en « une masse confuse dans laquelle on distingu[e] peu d’idées »37. Aussi est-ce aux propositions des « langues formées et perfectionnées »38, et non pas à celles des langues en formation, que l’on doit avoir égard, si l’on veut parvenir à ramener tous les éléments du discours à un petit nombre d’espèces. L’analyse discursive du jugement n’est véritablement accomplie que lorsque le discours décompose une pensée, non pas simplement « en plusieurs parties », mais « en différentes propositions » qui vont la développer39. La réduction de tous les mots inventés par les hommes à des catégories principales doit donc passer dans la grammaire générale par la considération des mots qui sont nécessaires à la formation d’une proposition :

  • 40 OP I, CE II, G, I, 11, p. 452 b. F. Thurot, dans le Discours préliminaire à sa traduction de J. Ha (...)

Puisqu’une proposition est l’expression d’un jugement, elle doit être composée de trois mots ; en sorte que deux soient les signes des deux idées que l’on compare, et que le troisième soit le signe de l’opération de l’esprit, lorsque nous jugeons du rapport de ces deux idées.40

14Condillac ne marque pas de différence entre les « trois termes » d’une proposition et « trois sortes de mots » :

  • 41 OP I, CE II, G, I, 12, p. 453 b.

Considérons actuellement les trois termes d’une proposition. Le sujet est la chose dont on parle, l’attribut est ce qu’on juge lui convenir, et le verbe prononce l’attribut du sujet : telles sont les idées qu’on se fait de ces trois sortes de mots.41

  • 42 Voir OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a : « Pour parler d’une chose, il faut lui avoir donné un nom, (...)

15Voici enfin venu dans la Grammaire le moment de définir la catégorie du nom. Il faut entendre par un nom, fondamentalement, le support même de la formation de toute proposition, le terme qui est le signe de la première idée comparée dans le jugement, et qui par là dénote la chose dont cette idée donne la conception. Un nom, cela doit se dire principiellement pour le sujet d’une proposition, pour le terme qui, dans un énoncé propositionnel, désigne la chose dont on parle42. Cette équivalence est illustrée au moyen d’un exemple de proposition simple :

  • 43 OP I, CE II, G, I, 11, p. 452 b.

Corneille est poëte, voilà une proposition. Le premier mot qu’on nomme sujet ou nom, et le second qu’on nomme attribut, sont les signes des deux idées que vous comparez. Le troisième est le signe de l’opération de votre esprit qui juge du rapport entre Corneille et poëte. Ce mot est ce qu’on nomme verbe.43

16Il est indifférent de dire « sujet ou nom » pour le terme-sujet dans une proposition. Ce n’est pas simplement en tant que terme propositionnel, mais plus radicalement en tant que premier terme propositionnel, sujet de la prédication d’un attribut, que le nom reçoit chez Condillac son identité grammaticale.

  • 44 Les deux expressions citées sont prises du titre de GGR, II, 1, p. 22.
  • 45 GGR, II, 1, p. 23.
  • 46 Voir, de même, LAP, II, 3, p. 113 : « Ce jugement s’appelle aussi proposition, & il est aisé de vo (...)

17Ce mode de définition du nom à partir de la considération des termes essentiels à la forme prédicative du discours, au lieu de creuser l’écart avec Port-Royal, ne pourrait-il cependant être tenu pour ce qui résorbe l’éloignement de la Grammaire de Condillac avec la Grammaire générale et raisonnée ? Celle-ci ne soumet-elle pas elle-même la division des espèces de mots à une définition préalable de la proposition ? Le principe de la subordination de « la diversité des mots qui composent le discours » à « la connaissance de ce qui se passe dans notre esprit » ne produit pas directement, dans la Grammaire générale et raisonnée, la distinction générale établie entre les mots selon qu’ils signifient les objets ou la manière des pensées44. La médiation est fournie par la restriction de l’objet de la grammaire générale à une seule des trois opérations de l’esprit, juger. Le raisonnement n’est qu’un prolongement du jugement, et si la conception intéresse la grammaire générale, ce n’est qu’en tant qu’elle est comprise dans le jugement : « les hommes ne parlent guère pour exprimer simplement ce qu’ils conçoivent, mais c’est presque toujours pour exprimer les jugements qu’ils font des choses qu’ils conçoivent »45. La déduction des deux genres ultimes de mots, ceux pour les objets des pensées, et ceux pour la manière des pensées, se trouve ainsi assurée par l’intermédiaire de la considération seulement du jugement, qu’Antoine Arnauld et Claude Lancelot ne distinguent pas de la proposition : « Le jugement que nous faisons des choses, comme quand je dis, la terre est ronde, s’appelle proposition » (ibid.)46. La Grammaire générale et raisonnée ne sépare pas la division des mots en deux classes généralissimes (signes des objets des pensées / signes de la forme et manière des pensées) de la description du contenu de la proposition :

  • 47 GGR, II, 1, p. 23-24.

toute proposition enferme nécessairement deux termes ; l’un appelé sujet, qui est ce dont on affirme, comme terre ; et l’autre appelé attribut, qui est ce qu’on affirme, comme ronde : et de plus la liaison entre ces deux termes, est.47

  • 48 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.

18Reste-t-il alors la moindre différence entre la voie suivie par Condillac pour arriver à la définition du nom, et la démarche de Port-Royal ? Le critère qui justifie dans la Grammaire (I, 12) du Cours d’études l’identification entre le sujet d’une proposition et le nom que l’on donne à une chose pour pouvoir la désigner n’est-il pas semblable à celui utilisé dans la Grammaire générale et raisonnée pour inscrire les noms dans le genre irréductible des mots signifiant les objets des pensées ? Pour Condillac, l’assimilation du sujet de la proposition à un nom imposé à une chose se fonde dans l’impossibilité de « parler d’une chose » (et donc de former une proposition à son propos) si cette chose n’est pas « l’objet de notre esprit »48. N’est-ce pas là l’équivalent de « l’objet de notre pensée », auquel Port-Royal fait correspondre la sorte de mots dans laquelle les noms occupent la première place ?

Du nom-sujet à la division substantif/adjectif

  • 49 Voir GGR, II, 2, p. 25 (cf. LAP, I, 2, « Des idées considérées selon leurs objets », p. 46 : « Tou (...)
  • 50 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a (cf. I, 13, p. 456 b : « nous ne parlons des choses qu’autant qu’e (...)

19La Grammaire générale et raisonnée classe dans la catégorie des noms les mots signifiant ces deux espèces d’objets de nos pensées que sont, d’une part les choses ou substances, d’autre part « la manière des choses », c’est-à-dire les modifications ou accidents des substances49. Est-ce là ce que recouvre aussi le lien primordial établi par la Grammaire de Condillac entre la catégorie du nom et « l’objet de notre esprit » ? Nullement, car la hiérarchie ontologique entre la substance et ses accidents ne fonctionne pas pour Condillac comme le critère décisif. Le critère est plutôt celui de l’existence, qu’elle soit réelle ou seulement conçue, de la chose : « ce qui n’existerait, ni dans la nature, ni dans notre manière de concevoir, ne sauroit être l’objet de notre esprit »50. Corrélativement, dès qu’une chose devient l’objet d’un discours, une quasi-existence lui est nécessairement prêtée : « Le néant même prend une sorte d’existence lorsque nous en parlons » (ibid.). La supposition de l’existence est requise pour que la chose soit nommable, de la même façon que l’imposition d’un nom pour désigner « la chose dont on parle » doit être supposée pour qu’il y ait proposition. Mais qu’est-ce qui existe réellement ou « dans la nature » ? Seulement des individus. Et qu’est-ce qui existe du fait simplement d’être considéré comme existant, c’est-à-dire uniquement « dans notre manière de concevoir » ? Les idées générales. Ces idées « prennent dans notre esprit une sorte de réalité et d’existence » en tant qu’elles sont l’instrument d’une classification mentale, aussi bien lorsque l’esprit distribue en différentes classes « les individus qui existent véritablement », que lorsqu’il sépare en des classes distinctes des qualités qu’il regarde « comme existantes avec d’autres qualités qui les modifient » (ibid.).

  • 51 Voir Œuvres de Descartes publiées par C. Adam & P. Tannery, vol. VII, p. 40 : « illae quae substan (...)
  • 52 GGR, II, 2, p. 25.
  • 53 LAP, II, 1, p. 104 (ce chapitre « Des mots par rapport aux propositions » est ajouté dans la cinqu (...)

20On le voit, ce qui fait la spécificité du nom pour Condillac, ce n’est pas la signification d’idées considérées quant à leurs degrés respectifs de réalité objective. Son approche rend caduque la notion utilisée par Descartes dans la Meditatio Tertia afin de marquer que, les choses représentées par les idées ayant des quantités différentes de perfection, et les idées de substances et de modes manifestant cette hiérarchie des degrés de réalité, les idées de substances ont « pour ainsi dire plus de réalité objective » que les idées d’accidents51. La Grammaire du Cours d’études n’a pas égard à cette gradation entre le plus réel et le moins réel dans les choses représentées par les idées, qui conduit à accorder plus ou moins de réalité objective aux idées. Ce qui importe pour Condillac, c’est de reconnaître à toutes les idées une forme d’homogénéité, en tant que toutes donnent la représentation d’existants, que ceux-ci aient une existence extra-mentale (existants réels), ou seulement sous et pour une considération dans l’esprit (quasi-existants). L’écart que l’on croyait pouvoir réduire avec Port-Royal se creuse donc de nouveau. Pour la Grammaire générale et raisonnée, la distinction ontologique fondamentale, parmi les « objets de nos pensées », est celle qui passe entre les choses ou substances, qui « subsistent par elles-mêmes », et les accidents, qui « ne sont que par les substances »52. La Logique d’Antoine Arnauld et Pierre Nicole reconduit elle aussi explicitement cette alternative ontologique comme le critère de la définition du nom : « Les objets de nos pensées étant, comme nous avons déjà dit, ou des choses, ou des manieres de choses : Les mots destinés à signifier tant les choses que les manieres, s’appellent Noms »53. De ce fait, la division entre les noms substantifs et les noms adjectifs est rendue indissociable à Port-Royal de la définition même du nom, car c’est avec cette division que l’on transpose dans l’art de parler la dichotomie ontologique des substances et de leurs accidents. Mais avec la Grammaire du Cours d’études, qui remplace le critère de la subsistance (ou par soi ou dans un autre) par celui de l’existence (ou en-dehors de l’esprit ou dans l’esprit), et qui substitue ainsi à la dualité de la substance et de l’accident la dualité de l’existence réelle restreinte aux seuls individus et de l’existence d’emprunt étendue aux idées générales abstraites, ce n’est plus la division entre les substantifs et les adjectifs qui se trouve immédiatement liée à la détermination du statut du nom comme sujet, mais celle entre les noms propres et les noms généraux.

  • 54 Voir OP I, CE II, G, I, 8, p. 444 a (titre) et p. 445 a.
  • 55 Voir OP I, CE II, G, I, 8, p. 444 a-b.
  • 56 OP I, CE II, G, I, 8, p. 445 b : « On fit donc des adjectifs, c’est-à-dire, des noms qui signifioi (...)
  • 57 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.
  • 58 Ibid., titre du premier alinéa (en italique dans le texte).

21C’est là ce que la Grammaire ne parviendrait pas à établir si elle en restait à la description du processus d’augmentation des langues « dans les commencements » ou « dans l’origine »54. Dans l’histoire de la formation des langues, les noms distinguant les objets extérieurs ou choses sensibles ne sont pas eux-mêmes premiers. Ce sont les noms des sentiments de l’âme – les « accens » de la voix qui de signes naturels sont peu à peu devenus des signes artificiels – qui viennent d’abord, suivis des noms des organes corporels de la sensation55. La relation à soi (son âme, son corps) plutôt qu’au monde extérieur donne lieu aux « premiers noms ». Or, lorsque, dans les débuts des langues, des noms commencent enfin à être imposés aux choses du dehors, la distinction entre les noms substantifs indiquant « les choses mêmes » et les noms adjectifs signifiant « les qualités des choses » se trouve immédiatement rapportée à cette nouvelle imposition nominale56. Au contraire, quand l’analyse de la pensée se fait dans une langue déjà formée plutôt que dans les langues en formation, alors la distinction entre les choses et leurs qualités n’occupe plus le devant de la scène, elle cède la place à la répartition de « toutes les choses dont nous pouvons parler » entre les choses réellement existantes (les individus, qui « sont les seules choses qui existent dans la nature ») et les choses que l’esprit regarde comme si elles étaient existantes (les idées générales, qui « prennent dans notre esprit une sorte de réalité et d’existence » parce qu’elles « s’offrent à nous comme quelque chose qui convient à plusieurs individus »)57. La nécessité de partir de la proposition comme de ce qui donne la représentation du rapport entre deux idées distinctes dans le jugement décide donc du principe qui est le seul à pouvoir fonder la définition du nom. Le principe de la définition du nom ne se tire pas de la progression supposée dans la Grammaire pour la formation des langues. Il est plutôt à découvrir dans la formule : « Nous ne donnons des noms qu’aux choses qui existent dans la nature ou dans notre esprit »58.

  • 59 OP I, CE II, G, I, 8, p. 447 a.
  • 60 Ibid.

22Dans le déplacement qu’opère la Grammaire de Condillac de ce qui constitue le point de départ de l’analyse de la pensée dans les langues commençantes à son point de départ dans les langues déjà formées, l’essentiel, pour la définition du nom, est donc d’avoir égard à ce qui peut être sujet d’une proposition, c’est-à-dire à ce qui peut être « la chose dont on parle ». De ce point de vue, deux possibilités seulement s’offrent, soit nous parlons des individus eux-mêmes, soit nous parlons de classes, cette seconde possibilité se subdivisant à son tour selon qu’il s’agit de classes d’individus ou de classes de qualités abstraites. Or, aussi longtemps que l’on se situe dans le seul ordre de la genèse des langues, la distinction des noms substantifs et des noms adjectifs est antécédente à la découverte du verbe être, du terme qui est la condition de possibilité des premières propositions. Ces premières propositions des langues commençantes ne consistent pas elles-mêmes en des expressions de jugements sur les choses extérieures, mais en des prédications d’existence, d’abord en parlant de soi-même, puis de « tout autre », et enfin à propos de « tout ce qu[e l’on] observe », de tous les objets perçus59. Le verbe être dans les propositions des commencements des langues est synonyme d’exister. Dans l’histoire conjecturale de l’origine des langues telle qu’elle est reconstituée par Condillac, parvenir à « prononcer des propositions » consiste à affirmer l’existence, de soi, des autres, des choses qui s’offrent à la connaissance : « d’autres qualités » que l’existence ne sont attribuées qu’ensuite60. Les propositions du type il est grand ne sont jamais que dernières dans l’origine des langues, bien qu’elles soient rendues par avance possibles du fait de l’imposition de noms adjectifs pour signifier les qualités des choses, après les noms substantifs désignant les choses elles-mêmes. Mais dans la langue déjà formée, la proposition soumise à l’analyse est précisément prédication d’autres qualités que l’existence. L’existence n’est pas, dans ce cas, ce que l’on asserte, mais une propriété qu’une chose possède indépendamment de la formation de tout énoncé propositionnel, soit réellement, soit du fait d’une considération mentale. La distinction des noms substantifs et des noms adjectifs, loin d’être requise antécédemment, se trouve dès lors repoussée au-delà de ce qui est commandé par la détermination du sujet de la proposition comme étant ce dont on parle.

  • 61 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.
  • 62 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 b.
  • 63 LAP, II, 1, ouvr. cité., p. 104. Dans ce chapitre, les réflexions sur les noms sont entièrement co (...)
  • 64 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.
  • 65 GGR, II, 2, p. 25.

23Ce n’est pas d’emblée que s’opère la subsomption, sous la notion générale de substantifs, des noms qui « comprennent toutes les choses dont nous pouvons parler », qu’elles soient véritablement existantes (« tout ce qui existe dans la nature »), ou que l’esprit les regarde comme telles (« tout ce qui existe dans notre esprit »)61. Aux choses existant réellement ne conviennent que des noms propres, ou noms individuels, alors que les choses qui n’existent que par l’effet d’une considération mentale, qu’elles soient des classes de choses réellement existantes (ou individus), ou des classes de qualités abstraites, sont nommées par des noms généraux. Le genre des adjectifs ne saurait être lui-même constitué que relativement à cette considération mentale d’une quasi-existence, quand celle-ci porte sur des classes de qualités. Ce qui rend compte du statut des adjectifs par rapport à l’ensemble des choses dont nous pouvons parler et qui sont les sujets possibles de propositions, c’est la capacité qu’a l’esprit de faire varier sa manière de concevoir les qualités comme existantes. Au lieu de regarder les qualités seulement « comme ayant une existence par elles-mêmes », l’esprit peut aussi les regarder « comme n’ayant d’existence que dans le sujet qu’elles modifient »62. C’est là que l’on détient la différence entre substantifs et adjectifs, qui ne revient pas pour Condillac comme pour Port-Royal à une différence immédiate entre les noms des choses et les noms qui sont donnés aux manières des choses « en marquant en même temps le sujet auquel elles conviennent »63. Introduire la division grammaticale entre les noms substantifs et adjectifs requiert dans la Grammaire du Cours d’études le détour par un dédoublement de l’existence, ou dédoublement des choses, entre celles qui existent hors de l’esprit et celles qui n’existent que par et dans l’esprit. On peut procéder, dans ce second groupe, à l’isolement des qualités abstraites (comme la blancheur), par distinction avec les diverses classes d’existants (comme homme). De la dualité entre les idées des choses existantes (ou idées d’individus) et les idées générales « de deux espèces », les classes d’individus et les classes de qualités, qui sont revêtues par l’esprit d’« une sorte de réalité et d’existence », la Grammaire du Cours d’études dérive le principe d’une communauté générique entre les noms qui les signifient : « [l]es noms généraux de l’une et de l’autre espèce, ainsi que tous les noms d’individus, sont compris sous la dénomination générale de substantifs »64. Le statut grammatical du nom, que l’analyse de la proposition fait dépendre de la fonction de désignation comme de la première condition requise pour « parler d’une chose » (ibid.), implique nécessairement que l’on entende toujours par nom un substantif. Conformément à la finalité désignative du nom quand celui-ci est défini du point de vue de la différence dans l’énoncé propositionnel entre le sujet et les autres termes, il faut conclure : « Tout nom, qui est le sujet d’une proposition, est donc un nom substantif » (ibid.). Ce que Condillac cherche à établir comme primordial, ce n’est pas ce que la Grammaire générale et raisonnée tient pour « la principale différence entre les mots qui signifient les objets des pensées »65, à savoir, la différence entre les noms signifiant les substances et les noms signifiant les accidents, mais c’est l’extension aux noms généraux, du fait que ce qu’ils nomment est doté d’une quasi-existence, du statut qui revient immédiatement aux seuls noms de choses réellement existantes, les noms propres :

  • 66 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 b.

Si les noms propres sont des substantifs, parce qu’ils expriment des choses qui ont une existence dans la nature, les noms de classes en sont également, puisqu’ils expriment des choses qui ont une existence dans notre esprit.66

24Ce n’est alors que subsidiairement que l’on introduit une division interne aux noms, ce n’est qu’une fois démontré que le sujet propositionnel est toujours un nom substantif, que l’on définit les noms adjectifs. Au lieu de déduire cette définition de la considération, dans l’être, de l’accident, qui n’a d’existence que dans une substance et ne peut subsister sans elle, il faut l’inférer de la considération, dans le discours, à côté des mots qui signifient une idée « principale », de mots signifiant d’autres idées « qui n’existent que par elle » (ibid.). Ce sont ces autres idées, dites accessoires parce qu’« elles viennent se joindre à la principale, pour exister en elle et la modifier » (ibid.), qui forment la signification des adjectifs. Exister dans, ce n’est pas ici la relation extra-mentale, ou indépendante de l’esprit, d’un accident à la substance qui est son sujet d’inhérence, mais la relation interne à l’esprit d’idées accessoires à une idée principale. Il n’y a d’inhérence d’une qualité à un sujet que pour l’esprit qui considère cette qualité non pas comme existant par soi, mais comme ne pouvant exister que dans le sujet qu’elle modifie. La relation d’inhérence d’une modification à son sujet est comme déréifiée, désontologisée. Cette inhérence prise pour primordiale par Port-Royal n’est plus pour Condillac que l’effet d’une considération de l’esprit. L’inhérence primordiale est désormais celle, interne à l’esprit, de l’idée accessoire de la qualité à l’idée principale du sujet.

  • 67 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.
  • 68 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 b.

25L’adjectif se trouve ainsi défini par Condillac, non pas en strict vis-à-vis avec le substantif, mais en conséquence de la définition de celui-ci comme moyen de désigner « un être existant, ou qu’on regarde comme existant » : « En conséquence, nous dirons que tout substantif exprime une idée principale, par rapport aux adjectifs qui le modifient, et que les adjectifs n’expriment jamais que des idées accessoires » (ibid.). Cependant, dans la mesure où les adjectifs ont pour fondement mental un certain mode de considération des qualités comme existantes, il importe, lorsque l’esprit suscite une telle existence d’emprunt, de discerner la modification produite par l’adjectif d’une autre modification, assurée dans le discours par les noms de classes d’individus. Un nom général, quand il sert à désigner une classe distincte d’« individus qui existent véritablement »67, peut s’utiliser pour n’importe lequel de ces individus. Il faut dire alors que ce nom « indique », mais « ne nomme pas », le sujet individuel68. En nommant seulement la classe d’appartenance de l’individu, ce nom général lui-même modifie la chose dont on parle mais qui reste en fait inexprimée, il la « modifie en faisant exister le sujet dans une certaine classe » (ibid.), au lieu de le laisser à son existence strictement individuelle. C’est pourquoi l’adjectif est défini, à la fois par contraste et de manière complémentaire, comme cet autre mode de modification du sujet d’une proposition qui « modifie en faisant exister la qualité dans le sujet » (ibid.).

26La procédure ainsi suivie pour la définition respective des substantifs et des adjectifs conduit à accorder à des noms tels que philosophe, poète, prince, un tout autre statut que celui qui leur est reconnu à Port-Royal. Pour la Grammaire générale et raisonnée d’Antoine Arnauld et Claude Lancelot, des noms tels que roi, philosophe, peintre, soldat, « passent pour substantifs, quoiqu’en effet ils soient adjectifs, puisqu’ils signifient une forme accidentelle, et qu’ils marquent aussi un sujet auquel convient cette forme » :

  • 69 GGR, II, 2, p. 26-27.

Et ce qui fait que ces noms passent pour substantifs, est que ne pouvant avoir pour sujet que l’homme seul, au moins pour l’ordinaire, et selon la première imposition des noms, il n’a pas été nécessaire d’y joindre leur substantif, parce qu’on l’y peut sous-entendre sans aucune confusion, le rapport ne s’en pouvant faire à aucun autre ; et par-là ces mots ont eu dans l’usage ce qui est particulier aux substantifs, qui est de subsister seuls dans le discours.69

27Lorsque le chapitre sur les noms d’Arnauld et Lancelot est repris dans l’édition de 1683 de la Logique, Arnauld et Nicole renchérissent :

  • 70 LAP, II, 1, p. 104.

Il y a des Noms qui passent pour substantifs en Grammaire, qui sont de véritables adjectifs, comme roi, philosophe, médecin, puisqu’ils marquent une manière d’être ou mode dans un sujet. Mais la raison pourquoi ils passent pour substantifs, c’est que comme ils ne conviennent qu’à un seul sujet, on sous-entend toujours cet unique sujet sans qu’il soit besoin de l’exprimer.70

  • 71 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.
  • 72 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 b, note 1.

28Pour Condillac au contraire, les noms philosophe, poète, prince, qu’il fait figurer à côté du nom homme comme exemples de noms généraux de classes d’individus, sont nécessairement, comme tous les noms des « choses dont nous pouvons parler », des substantifs71. À ses yeux, les grammairiens qui incluent ces noms-là dans les adjectifs parce qu’on peut les considérer « comme modifiant des substantifs sous-entendus », exposent la théorie du discours à une impasse : « Cela est libre ; je remarquerai seulement que si tout nom qui modifie est un adjectif, on ne trouvera plus de substantifs que parmi les noms propres »72. Pour sauvegarder la distinction des noms propres et des noms généraux, essentielle dès que l’on a égard au sujet de la proposition comme à « la chose dont on parle », qui n’a pas à être réellement existante pour devenir objet de discours, il est important de définir la modification accomplie par l’adjectif en la différenciant d’une autre modification du sujet, accomplie par le nom général quand celui-ci est le nom d’une classe de choses existantes.

29Il n’est plus question, dans cette démarche observée par Condillac pour définir le statut des noms adjectifs par rapport aux noms substantifs, de retravailler la notion médiévale de connotation. Cette réélaboration était au contraire centrale dans la Grammaire générale et raisonnée. Antoine Arnauld et Claude Lancelot, en effet, n’ont pas borné la différence entre les noms substantifs et les noms adjectifs à la dualité entre signification des substances et signification des accidents. Ils ont présenté cette dualité comme un premier degré définitionnel, non comme la détermination achevée du statut spécifique des adjectifs parmi les mots signifiant les objets des pensées.

Voilà la première origine des noms substantifs et adjectifs. Mais on n’en est pas demeuré là ; et il se trouve qu’on ne s’est pas tant arrêté à la signification qu’à la manière de signifier. Car, parce que la substance est ce qui subsiste par soi-même, on a appelé noms substantifs tous ceux qui subsistent par eux-mêmes dans le discours, sans avoir besoin d’un autre nom, encore même qu’ils signifient des accidents. Et au contraire, on a appelé adjectifs ceux mêmes qui signifient des substances, lorsque par leur manière de signifier ils doivent être joints à d’autres noms dans le discours.

30C’est alors que Port-Royal fait passer au premier plan la notion autour de laquelle doit s’ordonner la définition complète de l’adjectif :

  • 73 GGR, II, 2, p. 25.

Or ce qui fait qu’un nom ne peut subsister par soi-même, est quand, outre sa signification distincte, il en a encore une confuse, qu’on peut appeler connotation d’une chose à laquelle convient ce qui est marqué par la signification distincte.73

  • 74 GGR, II, 2, p. 26.

31L’adjectif, pour Antoine Arnauld et Claude Lancelot, est un mot qui, parce qu’il ne marque que confusément le sujet auquel appartient la propriété qu’il signifie distinctement, ne peut figurer dans le discours qu’à la condition d’y « exprimer ou sous-entendre le mot qui signifie ce sujet »74. Cette manière confuse de signifier le sujet constitue une connotation, et « cette connotation fait l’adjectif » (ibid.). La refonte de la notion médiévale de connotation implique une reconsidération dans la Grammaire générale et raisonnée de la dualité in recto/in obliquo, elle aussi médiévale :

  • 75 GGR, II, 1, p. 27.

J’ai dit que les adjectifs ont deux significations ; l’une distincte, qui est celle de la forme ; et l’autre confuse, qui est celle du sujet : mais il ne faut pas conclure de là qu’ils signifient plus directement la forme que le sujet, comme si la signification plus distincte était aussi la plus directe. Car au contraire, il est certain qu’ils signifient le sujet directement, et, comme parlent les grammairiens, in recto, quoique plus confusément ; et qu’ils ne signifient la forme qu’indirectement, et, comme ils parlent encore, in obliquo, quoique plus distinctement.75

  • 76 LAP, I, 2, p. 47. Pour la théorie médiévale des termes connotatifs, voir par exemple C. Panaccio, (...)
  • 77 Voir LAP, I, 7, p. 61 : « les idées qui nous représentent leurs objets comme des choses modifiées, (...)
  • 78 Voir LAP, II, 1, p. 105 : « Les adjectifs ont […] essentiellement deux significations ; l’une dist (...)

32Dans la Logique d’Antoine Arnauld et Pierre Nicole de même, la typologie des noms correspondant aux différentes « idées considérées selon leurs objets » est l’occasion, dans le chapitre 1, 2, de déclarer que l’on appelle « adjectifs, ou connotatifs » les noms qui « signifient les choses comme modifiées, marquant premièrement & directement la chose quoique plus confusément ; & indirectement le mode quoique plus distinctement »76. Les chapitres 1, 7 sur les universaux des scolastiques et 1, 8 sur les termes complexes attestent semblablement que, pour Arnauld et Nicole, la nature de l’adjectif permet de rendre manifeste la structure à double antithèse asymétrique du direct-confus et de l’indirect-distinct propre à tout terme connotatif77. Le chapitre 2, 1, sur les « mots par rapport aux propositions », composé à partir de la Grammaire générale et raisonnée pour les additions de 1683 à la Logique, n’a ainsi même plus besoin de reprendre la synonymie explicitement affirmée en 1660 entre l’adjectif et le connotatif : pour que la caractérisation du statut de l’adjectif soit entendue comme la caractérisation de sa nature connotative, il suffit à Arnauld et Nicole de reproduire le schème mis en place par Arnauld et Lancelot d’un dédoublement sémantique où la signification directe-confuse d’un sujet (autrement dit, sa connotation) accompagne la signification au contraire indirecte-distincte de sa qualité78.

33Condillac ne s’inscrit plus dans cette perspective pour laquelle le mode de signification confus du sujet est tenu pour ce qui fait ultimement la nature de l’adjectif. Les adjectifs ne sont pas pour lui ces mots connotatifs que décrit Port-Royal. Pour leur définition, comme on l’a vu plus haut, la Grammaire du Cours d’études fait fond sur la distinction de l’idée principale et des idées accessoires. En cela, plutôt que l’opposition du confus et du distinct, c’est une autre distinction sémantique de Port-Royal, prise de L’Art de penser, qui se trouve réinvestie. Mais c’est en la transformant profondément, ce qui accentue encore la distance prise avec les Messieurs. Lorsque la Logique, I, 2, de Port-Royal rapporte aux « idées considérées selon leurs objets » la classification grammaticale des noms, la distinction entre noms substantifs et noms adjectifs ne fait nullement intervenir la notion d’idées venant se joindre dans l’esprit à une idée principale et dites, pour cette raison, accessoires par rapport à elle. Réciproquement, c’est sans établir aucun lien avec la manière de signifier qui fait la spécificité des noms adjectifs que la Logique consacre des réflexions (dont certaines forment en 1683 le nouveau chapitre 1, 15) aux idées accessoires s’ajoutant dans l’esprit à la signification principale d’un mot. Antoine Arnauld et Pierre Nicole entendent souligner alors tout autre chose que la manière de signifier prise en compte pour la définition des adjectifs, il s’agit pour eux cette fois de reconsidérer la signification des mots du point de vue de tout l’effet produit dans l’esprit de leur récepteur :

  • 79 LAP, I, 14, p. 94.

[…] signifier dans un son prononcé ou écrit, n’est autre chose qu’exciter une idée liée à ce son dans notre esprit en frappant nos oreilles ou nos yeux. Or il arrive souvent qu’un mot outre l’idée principale que l’on regarde comme la signification propre de ce mot, excite plusieurs autres idées qu’on peut appeller accessoires, auxquelles on ne prend pas garde, quoique l’esprit en reçoive l’impression.79

  • 80 LAP, I, 14, p. 95.
  • 81 Voir OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.
  • 82 Voir GGR, II, 2, p. 25 ; LAP, II, 1, p. 104-105.
  • 83 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 b. Condillac s’aide à cette fin d’un autre emprunt à la Logique de P (...)
  • 84 OP I, CE II, G, I, 12, p. 455 a.

34La signification des mots ne doit pas être limitée pour Port-Royal aux idées attachées par convention à ces mots, elle s’étend à « toute l’impression qu’ils font dans l’esprit » (ibid.). Il peut y avoir plus dans les idées qu’un mot fait effectivement naître dans l’esprit, que dans la signification strictement attachée à ce mot. C’est ce surplus de signification que Port-Royal appelle idées accessoires. La variation sémantique qui est alors concernée ne correspond pas à une différenciation entre des catégories de mots dans le discours. Ce qui est pris en considération, c’est un phénomène mental : les idées accessoires sont des idées qui, en s’ajoutant dans l’esprit à l’idée principale signifiée soit par un seul mot, soit par une circonlocution, « en diversifient, changent, diminuent, augmentent la signification »80. Or, lorsque Condillac se sert de la distinction dans l’esprit entre idée principale et idées accessoires, il fait se recouper très exactement ce qui est de l’ordre d’une addition mentale d’une idée à une autre, et ce qui définit grammaticalement l’adjectif. L’adjectif est l’opérateur linguistique de l’ajout de « quelque accessoire » à une idée principale81. Comme je l’ai déjà souligné, dans la Grammaire du Cours d’études, les idées « sont nommées accessoires » quand elles n’ont d’existence dans l’esprit que par et dans une idée principale qu’elles modifient, et la signification de ces idées requiert d’autres mots que les noms substantifs. L’analyse de la proposition à partir de laquelle se trouve assigné le statut du nom dans la grammaire générale de Condillac commande que l’on fasse la différence, quant au sujet ou « chose dont on parle », entre la signification (qui est la fonction du substantif) de ce sujet comme chose existante ou quasi existante et la signification (qui est la fonction de l’adjectif) d’une qualité considérée par l’esprit comme n’ayant d’existence que dans ce sujet et le modifiant. En quelque sorte, l’idée accessoire transpose à l’intérieur de l’esprit, dans la relation qui la rapporte à l’idée principale, le rapport d’in-existence qui pour Port-Royal ne peut consister que dans l’inhérence d’un accident ou mode à la substance qui est son sujet. Le rapport ontologique de la « manière des choses » aux « choses » ne peut plus constituer pour Condillac, comme le voudrait Port-Royal82, le premier fondement de la division des noms en substantifs et adjectifs en faisant varier les modes de signification, confuse ou distincte, directe ou indirecte, des choses et de leurs qualités. Cette distinction interne aux noms doit être chez Condillac différée au-delà de la détermination primordiale du nom comme substantif en tant qu’il a, comme sujet de la proposition, la fonction de désignation de ce dont on parle. C’est alors que, infligeant à Port-Royal un nouveau démenti, la Grammaire reprend la distinction de l’idée principale et des idées accessoires en lui donnant une autre portée que dans la Logique d’Antoine Arnauld et Pierre Nicole. C’est alors que l’on retrouve, comme mimé d’une certaine façon dans l’esprit par le rapport des idées accessoires à l’idée principale, le rapport de dépendance d’une modification à son sujet qui donne lieu à Port-Royal à la distinction entre les substantifs et les adjectifs. Mais on ne le retrouve qu’en transformant le statut des idées accessoires pour les Messieurs. D’idées qui sont si bien ajoutées par l’esprit à la signification propre d’un mot ou d’une périphrase que l’effet de signification de ceux-ci excède de beaucoup leur stricte définition, les idées accessoires deviennent des idées qui engagent une catégorisation grammaticale. Le point de vue sur les idées accessoires ne doit pas être para-linguistique, il ne doit pas porter comme à Port-Royal sur un surplus mental qui est l’effet du discours. Condillac déplace la perspective, il en fait un point de vue parfaitement linguistique : les idées accessoires requièrent d’être signifiées par d’autres mots que celui ou ceux signifiant l’idée principale qu’elles viennent modifier, elles requièrent, autrement dit, une différenciation des catégories grammaticales elles-mêmes. La reconsidération des idées accessoires conduit à soutenir qu’elles sont les seules que les adjectifs « expriment jamais »83. Condillac achève par là de faire dépendre sa caractérisation des sortes de noms de la considération de la proposition : les adjectifs sont, avec notamment les propositions incidentes, l’une des « manières d’exprimer les modifications du sujet d’une proposition »84.

Conclusion

  • 85 Condillac, Dictionnaire des synonymes, édition, présentation et notes par J.-C. Abramovici, Paris, (...)
  • 86 OP I, CE II, G, I, 12, p. 453 b.
  • 87 OP I, CE II, G, I, 4, p. 437 b.
  • 88 OP I, CE II, G, I, 4, p. 437 a.
  • 89 OP I, CE II, G, I, 13, p. 456 b. Voir le bel article de J.-C. Pariente, « Sur la théorie du verbe (...)

35La distance avec Port-Royal est donc bien réelle. Il y a pour Condillac inséparabilité entre la fixation grammaticale de la catégorie de nom et l’analyse de la proposition, comme s’il voulait lui-même illustrer ici un point qu’il souligne par ailleurs dans le Dictionnaire des synonymes, entrée nom : « En terme de grammaire, la signification du nom est restreinte aux substantifs et aux adjectifs et même quelquefois au sujet de la proposition »85. Par ce mode de définition du nom comme sujet propositionnel, la Grammaire du Cours d’études fait dépendre la possibilité même de la catégorisation grammaticale du nom de la catégorisation plus fondamentale du verbe, c’est-à-dire du terme qui « prononce l’attribut du sujet »86. C’est le verbe qui, d’un jugement, fait une proposition. Dans l’esprit, le jugement n’est jamais que la perception d’un rapport entre des idées que leur simultanéité suffirait à comparer, et qui restent « comme enveloppées confusément » dans cette perception87. Mais par l’usage des signes linguistiques, l’esprit possède la capacité de se représenter ses idées successivement, et d’exercer l’opération de comparaison sur des idées distinctes. En permettant la considération d’idées séparées, les mots font connaître les rapports que les idées ont les unes aux autres « indépendamment de notre perception »88. D’un simple « rapport dans la perception », état non discursif ou prédiscursif du jugement, on accède ainsi à un rapport « dans les idées que l’on compare », état authentiquement analytique du jugement (ibid.). Il n’y a pas, pour Condillac, d’acte d’affirmation interne à l’esprit, le jugement purement mental ne va pas au-delà de l’acte de perception d’un rapport entre deux idées. L’affirmation n’existe que dans les mots, lorsqu’un rapport perçu dans l’esprit se trouve prononcé. Grâce à l’usage des signes linguistiques, le jugement peut devenir l’assertion de l’inclusion d’un rapport déterminé entre deux idées dans ces idées elles-mêmes. Or, un seul signe, dans le langage, est à même d’opérer cette conversion du jugement, de son état seulement perceptif à son état prédicatif. Le verbe être est l’unique mot qui permette de prononcer qu’un certain rapport entre deux idées est contenu dans ces idées considérées séparément, lui seul a le pouvoir de faire une proposition sur un rapport interidéel, là où il n’y a, dans l’esprit, que la perception de ce rapport. C’est ainsi en dernier recours de cet opérateur de la transformation du jugement, de perception seulement d’un rapport, en affirmation de l’existence de ce rapport, que dépend le statut du nom, quand celui-ci se trouve défini comme le sujet d’une proposition. La catégorie de nom ne pourrait avoir aucun statut dans la grammaire générale, si l’usage du verbe être ne permettait pas de considérer que deux idées que l’esprit compare sont liées par un rapport de co-existence, « la co-existence de l’attribut avec le sujet » dans une proposition89. « Voilà donc le jugement, qui, après avoir été une simple perception, devient affirmation ; et cette affirmation emporte que l’attribut existe dans le sujet » (ibid.). Le critère de l’existence qui gouverne le mode de définition du nom gouverne solidairement l’assignation au verbe de la fonction d’affirmer le rapport de l’attribut au sujet :

En effet, puisque nous ne parlons des choses qu’autant qu’elles ont une existence, au moins dans notre esprit, il ne se peut pas que le mot que nous choisissons pour prononcer nos jugemens, n’exprime pas cette existence. Or ce mot est le verbe. (Ibid.)

  • 90 GGR, II, 13, p. 67.
  • 91 GGR, II, 13, p. 66 ; cf. LAP, II, 2, p. 109.
  • 92 OP I, CE II, G, I, 13, p. 457 a.
  • 93 OP I, CE II, G, II, 6, p. 467 b.

36Dans la formulation par Condillac de cette thèse, « le verbe » ne se dit que par abréviation pour « le verbe être », car « il ne faut que le seul verbe être pour prononcer tous nos jugemens » (ibid.). Le verbe revient à un seul verbe, le verbe substantif. Pour autant, Condillac ne comble pas l’écart avec les Messieurs de Port-Royal, bien que ceux-ci aient soutenu qu’« il n’y a que le verbe être, qu’on appelle substantif, qui soit demeuré dans [la] simplicité » de la fonction du verbe90. Dans la Grammaire générale et raisonnée, la réduction du verbe au seul verbe être engage la thèse que l’essence du verbe est de « marquer la liaison que nous faisons dans notre esprit des deux termes d’une proposition » (ibid.). La division des parties du discours à partir de leur fondement dans la diversité des opérations de l’esprit conduit Antoine Arnauld et Claude Lancelot à caractériser le verbe comme la marque de « l’affirmation, qui est la principale maniere de notre pensée » : « le discours où ce mot est employé, est le discours d’un homme qui ne conçoit pas seulement les choses, mais qui en juge et qui les affirme »91. Mais pour Condillac, cette définition du verbe comme signe de l’affirmation n’est pas la bonne. Le verbe doit être défini comme le signe de la co-existence d’un sujet et d’un attribut. Il ne s’agit pas d’assigner au verbe la signification d’une existence réelle : la co-existence en question est « une vue de l’esprit », l’esprit voit les deux idées « comme deux idées co-existantes »92. Par cette définition, c’est à l’affirmation par le verbe être du rapport d’existence d’un attribut dans un sujet, que s’articule dans la grammaire générale de Condillac la possibilité pour un autre mot, ou partie du discours, d’accéder au statut de nom. Le troisième terme découvert par l’analyse de la proposition est celui dont il faut dériver la possibilité même de classer les catégories de mots auxquelles on peut réduire tout discours. Un nom, un attribut, le verbe être, telle est l’énumération des éléments de la proposition, mais le dernier terme introduit est, comme le dira plus loin Condillac pour expliquer que le verbe se soit « approprié » étymologiquement l’exclusivité du verbum latin dont la signification est mot, « le mot par excellence » et « l’ame du discours, puisqu’il prononce tous nos jugemens »93. C’est la fonction, assumée par le verbe être, de passage du jugement de son statut perceptif à son statut analytique, qui décide de la caractérisation que la grammaire générale doit donner du nom comme classe de mots : il y a nom quand la fonction de sujet est remplie dans la proposition, c’est-à-dire quand il y a désignation de la chose dont on parle, de « l’objet de notre esprit », comme d’un existant. Si bien que le nom, au moment où il conquiert chez Condillac une identité grammaticale en étant identifié au sujet de la proposition, voit sa nature de mot distinct rendue comme indifférente au regard de sa nature intra-propositionnelle.

Notes

1 Voir Cours d’études pour l'instruction du Prince de Parme, I, Introduction au Cours d’études (désormais CE I), Discours préliminaire, dans Œuvres philosophiques de Condillac, texte établi et présenté par G. Le Roy, vol. I, Paris, PUF (Corpus général des philosophes français), 1947, p. 402 a et suiv., pour la caractérisation de la grammaire comme « art de parler ». Cf. A. Arnauld et C. Lancelot, Grammaire générale et raisonnée, Paris, Republications Paulet, avec une Introduction de Michel Foucault, 1969, p. 5 : « La Grammaire est l’art de parler. »

Ce volume I des Œuvres philosophiques sera désormais noté OP ; de même, OP II désignera le volume II, publié par G. Le Roy en 1948. Les références dans OP I à sa partie I, l’Introduction au Cours d’études (comprenant le Discours préliminaire, le Motif des Leçons préliminaires, le Précis des Leçons préliminaires et le Motif des Études qui ont été faites après les Leçons préliminaires), se feront sous la forme abrégée OP I, CE I. Celles à la Grammaire (qui forme la partie II du Cours détudes), à l’Art d’écrire (partie III) et à l’Art de penser (partie V) seront indiquées respectivement OP I, CE II,; OP I, CE III, AE ; OP I, CE V, AP.

2 La Grammaire générale et raisonnée d’A. Arnauld et C. Lancelot sera désormais évoquée sous le sigle GGR. L’ébranlement théorique provoqué par la seconde partie de la GGR, portant sur la parole dans « ce qu’elle a de spirituel », est répercuté dans deux chapitres ajoutés en 1683 à La logique ou l’art de penser [1662] d’A. Arnauld et P. Nicole, les chapitres 1 « Des mots par rapport aux propositions » et 2 « « Du verbe » de la seconde partie sur les jugements. La Logique d’Arnauld et Nicole sera citée dans l’édition critique par P. Clair et F. Girbal, seconde édition revue, Paris, Vrin, 1981, et dorénavant notée LAP. Sur le statut de la GGR comme « première grammaire théorique moderne », voir S. Auroux, « Port-Royal et la tradition française de la grammaire générale », dans History of the Language Sciences, S. Auroux, E.F.K. Koerner, H.-J. Niederehe, K. Versteegh éd., Berlin-New York, De Gruyter, vol. I, 2000, c. XXI, no 139, p. 1022 et suiv. ; voir également J.-C. Pariente, « Position de la grammaire rationnelle », dans id., Le langage à l’œuvre, Paris, PUF, 2002, chap. 6, p. 165-196.

3 GGR, Préambule, p. 7 et LAP, Préambule, p. 38.

4 Voir GGR, II, 1, p. 22 et LAP, II, 1, p. 103.

5 GGR, II, 1, p. 22. Pour le statut accordé par Port-Royal à la convention dans l’invention du langage, voir M. Pécharman, « La signification dans la philosophie du langage d’Antoine Arnauld », dans Antoine Arnauld, philosophie du langage et de la connaissance, sous la direction de J.-C. Pariente, Paris, Vrin, 1995, p. 65-98.

6 GGR, II, 1, p. 22-23 (« l’on peut définir les mots, des sons distincts et articulés, dont les hommes ont fait des signes pour signifier leurs pensées ») ; LAP, II, 1, p. 103-104 (« les mots sont des sons distincts & articulés, dont les hommes ont fait des signes pour marquer ce qui se passe dans leur esprit »).

7 Voir GGR, titre de la seconde partie, p. 22.

8 Le titre complet de l’ouvrage est : Grammaire générale et raisonnée, contenant les fondements de l’art de parler, expliqués d’une manière claire et naturelle, les raisons de ce qui est commun à toutes les langues, et des principales différences qui s’y rencontrent, etc.

9 GGR, II, 1, p. 24. Voir aussi le titre du chapitre 2, 1 (« Que la connaissance de ce qui se passe dans notre esprit est nécessaire pour comprendre les fondements de la Grammaire ; et que c’est de là que dépend la diversité des mots qui composent le discours »), p. 22.

10 L’étude par J.-C. Pariente du rapport entre grammaire et logique, art de parler et art de penser, dans L’analyse du langage à Port-Royal. Six études logico-grammaticales, Paris, Minuit, 1985, reste indépassable. Voir aussi M. Dominicy, La naissance de la grammaire moderne. Langage, logique et philosophie à Port-Royal, Bruxelles, Pierre Mardaga, 1984.

11 GGR, II, 13, p. 66 (voir aussi LAP, II, 2, p. 109).

12 OP I, CE I, Discours préliminaire, p. 402 b. Une étude très utile d’U. Ricken (« Les deux Grammaires de Condillac », Histoire Épistémologie Langage VIII-1, 1986, p. 71-90) montre les différences entre deux versions de la Grammaire du Cours détudes, la première imprimée en 1769, mais dont la publication fut suspendue pour n’être reprise qu’en 1782, et la seconde publiée en 1775. La première version comportait en particulier un Avertissement relatif aux chapitres de la première partie consacrés aux fondements de la grammaire : « [J]e commence cet ouvrage par des recherches métaphysiques, qui paraîtront peut-être déplacées : Mais si on ne veut pas qu’elles fassent essentiellement partie de la grammaire, on peut au moins les regarder comme un préliminaire qui n’est pas inutile » (cité par U. Ricken, p. 76). La publication de ces deux versions (L. Nobile pour la Grammaire 1775 et M. Pécharman pour la Grammaire 1782) est en préparation dans le cadre du Grand Corpus des Grammaires françaises chez Garnier, sous la responsabilité de B. Colombat.

13 Voir la description de cette première partie dans OP I, CE II, G, « Objet de cet ouvrage », p. 427 b : « Ce sera une grammaire générale qui nous découvrira les élémens du langage et les règles communes à toutes les langues. »

14 Cette première série comprend pour Port-Royal les noms, les articles, les pronoms, les participes, les prépositions et les adverbes, alors que la seconde comprend les verbes, les conjonctions et les interjections (GGR, II, 1, p. 24). Bien qu’entendus par A. Arnauld et C. Lancelot comme « de vrais noms adjectifs », les participes sont cependant analysés ensuite avec les signes linguistiques de la seconde série, « à cause de la liaison qu’ils ont avec les verbes » (GGR, II, 20, p. 89).

15 OP I, CE II, G, I, 6, p. 442 a.

16 OP I, CE I, Discours préliminaire, p. 403 b.

17 Voir OP I, CE II, G, I, 2, p. 433 b.

18 OP I, CE I, Précis des Leçons préliminaires, p. 409 a.

19 OP I, CE I, Précis des Leçons préliminaires, p. 410 a. Voir aussi la description dans la Grammaire du commencement de l’analyse dans la sensation : « Les objets commencent d’eux-mêmes à se décomposer, puisqu’ils se montrent à nous avec des qualités différentes, suivant la différence des organes exposés à leur action. Un corps, tout-à-la-fois solide, coloré, sonore, odoriférant et savoureux, n’est pas tout cela à chacun de nos sens ; et ce sont là autant de qualités qui viennent successivement à notre connaissance par autant d’organes différents », ce qui autorise à conclure qu’« [i]l suffit donc d’avoir des sens pour avoir des idées abstraites » (OP I, CE II, G, I, 5, p. 439 a).

20 OP I, CE II, G, I, 5, p. 439 a.

21 OP I, Traité des sensations, I, 2, § 15, p. 226 b.

22 OP I, CE III, AE, I, 1, p. 518 a (Condillac écrit un peu plus haut : « Lorsque nous concevons, nous ne faisons et ne pouvons faire que des jugements »).

23 Voir OP I, CE I, Précis des Leçons préliminaires, p. 412 b : « Dire que nous donnons notre attention à deux choses, c’est dire qu’il y a en nous deux attentions. La comparaison n’est donc qu’une double attention », cf. OP II, Logique, I, 7, p. 385 a.

24 OP I, CE II, G, I, 5, p. 438 b.

25 OP I, CE II, G, I, 5, p. 439 a.

26 OP I, CE II, G, I, 6, p. 442 a. Pour le langage d’action, qui passe du statut de langage naturel à celui de langage qui « n’est plus un langage purement naturel », jusqu’à devenir un langage artificiel, voir OP I, CE II, G, I, 1, p. 430 a et 431 a  (p. 429 b-430 a, Condillac renvoie en note à l’instruction des sourds et muets par l’abbé de l’Épée pour soutenir la thèse que le langage d’action artificiel « peut être assez étendu pour rendre toutes les conceptions de l’esprit humain ») ; cf. I, 7, p. 443 a-444 b.

27 OP I, CE I, Discours préliminaire, p. 403 b.

28 OP I, CE II, G, « Objet de cet ouvrage », p. 427 a : « l’analyse de la pensée est toute faite dans le discours. »

29 OP I, CE II, G, « Objet de cet ouvrage », p. 427 b. Voir OP I, CE II, G, I, 6, p. 443 a : « On appelle grammaire la science qui enseigne les principes et les règles de cette méthode analytique. Si elle enseigne les règles que cette méthode prescrit à toutes les langues, on la nomme grammaire générale ; et on la nomme grammaire particulière, lorsqu’elle enseigne les règles que cette méthode suit dans telle ou telle langue. »

30 OP I, CE II, G, I, 6, p. 443 a.

31 OP I, CE II, G, I, 2, p. 435 a ; cf. GGR, II, 1, p. 24.

32 OP I, CE II, G, I, 12, p. 453 b.

33 OP I, CE II, G, respectivement I, 10, p. 450 b et I, 12, p. 453 b.

34 OP I, CE I, Discours préliminaire, p. 403 b.

35 OP I, CE V, AP, I, 10, p. 748 b.

36 OP I, CE II, G, I, 2, p. 435 a. Notons qu’en 1746, l’Essai sur l’origine des connaissances humaines (voir l’édition de ce texte par J.-C. Pariente et M. Pécharman, Paris, Vrin, 2014, p. 107, note 1), par défaut de la caractérisation des langues comme méthodes analytiques, ne procure pas encore la doctrine développée de Condillac sur la nécessité des signes.

37 OP I, CE II, G, I, 8, p. 447 a-b.

38 OP I, CE II, G, I, 9, titre, p. 447 b.

39 OP I, CE II, G, I, 11, p. 452 b. Il y a deux modes de désenveloppement de la pensée, la « période » (quand plusieurs membres séparés par des pauses nettement marquées, « sans avoir un sens fini » pris un à un, « concourent au développement d’une seule pensée ») et la « phrase » (quand « la pensée est développée dans un seul membre, dont le sens est fini », même s’il renferme plusieurs propositions) ; voir OP I, CE II, G, I, 10, p. 452 a.

40 OP I, CE II, G, I, 11, p. 452 b. F. Thurot, dans le Discours préliminaire à sa traduction de J. Harris, Hermès ou recherches philosophiques sur la grammaire universelle (1796), souligne qu’à la fin de sa grammaire générale, Condillac « développe les parties de la proposition considérées comme éléments grammaticaux du discours » (voir F. Thurot, Tableau des progrès de la science grammaticale (Discours préliminaire à « Hermès »), Introduction et notes par A. Joly, Bordeaux, Ducros, 1970, p. 118).

41 OP I, CE II, G, I, 12, p. 453 b.

42 Voir OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a : « Pour parler d’une chose, il faut lui avoir donné un nom, ou pouvoir la désigner par plusieurs mots équivalents […]. »

43 OP I, CE II, G, I, 11, p. 452 b.

44 Les deux expressions citées sont prises du titre de GGR, II, 1, p. 22.

45 GGR, II, 1, p. 23.

46 Voir, de même, LAP, II, 3, p. 113 : « Ce jugement s’appelle aussi proposition, & il est aisé de voir qu’elle doit avoir deux termes : l’un, de qui l’on affirme, ou de qui l’on nie, lequel on appelle sujet ; & l’autre que l’on affirme, ou que l’on nie, lequel s’appelle attribut ou Prædicatum. »

47 GGR, II, 1, p. 23-24.

48 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.

49 Voir GGR, II, 2, p. 25 (cf. LAP, I, 2, « Des idées considérées selon leurs objets », p. 46 : « Tout ce que nous concevons est représenté à notre esprit ou comme chose, ou comme manière de chose, ou comme chose modifiée » – avec pour exemples respectifs : corps, rondeur, corps rond).

50 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a (cf. I, 13, p. 456 b : « nous ne parlons des choses qu’autant qu’elles ont une existence, au moins dans notre esprit »).

51 Voir Œuvres de Descartes publiées par C. Adam & P. Tannery, vol. VII, p. 40 : « illae quae substantias mihi exhibent, majus aliquid sunt, atque, ut ita loquar, plus realitatis objectivae in se continent, quam illae quae tantum modos, sive accidentia, repraesentant. »

52 GGR, II, 2, p. 25.

53 LAP, II, 1, p. 104 (ce chapitre « Des mots par rapport aux propositions » est ajouté dans la cinquième édition de 1683, mais la définition du nom y est tout à fait consonante avec ce qui a été établi dès les premières éditions dans le chapitre 1, 2, à propos des « idées considérées selon leurs objets » et des divers types de noms correspondant à la différence chose/manière de chose).

54 Voir OP I, CE II, G, I, 8, p. 444 a (titre) et p. 445 a.

55 Voir OP I, CE II, G, I, 8, p. 444 a-b.

56 OP I, CE II, G, I, 8, p. 445 b : « On fit donc des adjectifs, c’est-à-dire, des noms qui signifioient les qualités des choses, comme on avoit fait des substantifs, c’est-à-dire, des noms qui indiquoient les choses mêmes. »

57 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.

58 Ibid., titre du premier alinéa (en italique dans le texte).

59 OP I, CE II, G, I, 8, p. 447 a.

60 Ibid.

61 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.

62 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 b.

63 LAP, II, 1, ouvr. cité., p. 104. Dans ce chapitre, les réflexions sur les noms sont entièrement consacrées à la distinction des noms substantifs et des noms adjectifs, la distinction des noms propres et des noms « communs & appellatifs » a déjà été établie dans I, 6, au moment de la distinction entre les idées « singulières ou individuelles » et les idées « universelles, communes, générales ». Dans la GGR, le chapitre « Des noms propres, et appellatifs ou généraux » venait à la suite du chapitre « Des noms, et premièrement des substantifs et adjectifs ».

64 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.

65 GGR, II, 2, p. 25.

66 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 b.

67 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.

68 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 b.

69 GGR, II, 2, p. 26-27.

70 LAP, II, 1, p. 104.

71 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.

72 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 b, note 1.

73 GGR, II, 2, p. 25.

74 GGR, II, 2, p. 26.

75 GGR, II, 1, p. 27.

76 LAP, I, 2, p. 47. Pour la théorie médiévale des termes connotatifs, voir par exemple C. Panaccio, Ockham on Concepts, Ashgate, Aldershot, 2004, p. 63 : les termes connotatifs possèdent selon G. d’Ockham une structure sémantique interne faite de la hiérarchisation entre une signification primaire et une signification secondaire ; ils ne sont pas seulement vrais de choses dans le monde qui sont leurs signifiés premiers, ils font aussi référence de manière oblique à certaines autres choses qui n’entrent pas ordinairement dans leur extension. La hiérarchie signification primaire- signification secondaire (ou connotation proprement dite pour Ockham) tend à s’effacer à Port-Royal, elle n’est pas présente dans la GGR, et dans les passages de la Logique convoquant les « connotatifs », seul le passage objet de la présente citation maintient la notion de signification première, sans même exprimer le maintien symétrique de celle de signification secondaire. La combinatoire de Port-Royal, en superposant à la dualité sémantique du direct et de l’indirect celle du confus et du distinct, et en rendant la connotation synonyme de la signification directe-confuse, bouleverse la hiérarchie attestée chez Ockham, qui associe signification secondaire/référence oblique/terme connotatif. Pour cette réorganisation à Port-Royal de la tradition médiévale (elle-même scindée entre la position d’Avicenne, reprise par Ockham, et la position d’Averroès), voir plus précisément J.-M. Fournier, « La sémantique du nom dans la Grammaire générale et raisonnée et dans la Logique de Port-Royal », dans Parcours de la phrase. Mélanges offerts à Pierre Le Goffic, textes réunis par M. Charolles, N. Fournier, C. Fuchs et F. Lefeuvre, Paris, Ophrys, 2007, p. 227-236.

77 Voir LAP, I, 7, p. 61 : « les idées qui nous représentent leurs objets comme des choses modifiées, & qui sont marqués par des termes adjectifs ou connotatifs, si on les compare avec les substances que ces termes connotatifs signifient confusément, quoique directement, soit que dans la vérité ces termes connotatifs signifient des attributs essenciels qui ne sont en effet que la chose même, soit qu’ils signifient de vrais modes, on ne les appelle point alors genres ni espèces, mais ou differences, ou propres, ou accidens. » La dualité sémantique du direct-confus et de l’indirect-distinct joue aussi un rôle dans LAP, I, 8, dans les réflexions sur les « termes complexes », formés de l’addition à un terme de plusieurs autres pour signifier à eux tous « une idée totale » (p. 65) : « Tous les termes connotatifs ou adjectifs, ou sont parties d’un terme complexe, quand leur substantif est exprimé ; ou sont complexes dans le sens, quand il est sous-entendu » (p. 66-67 ; voir p. 68).

78 Voir LAP, II, 1, p. 105 : « Les adjectifs ont […] essentiellement deux significations ; l’une distincte, qui est celle du mode ou manière ; l’autre confuse, qui est celle du sujet. Mais quoique la signification du mode soit plus distincte, elle est pourtant indirecte ; & au contraire, celle du sujet, quoique confuse, est directe. »

79 LAP, I, 14, p. 94.

80 LAP, I, 14, p. 95.

81 Voir OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 a.

82 Voir GGR, II, 2, p. 25 ; LAP, II, 1, p. 104-105.

83 OP I, CE II, G, I, 12, p. 454 b. Condillac s’aide à cette fin d’un autre emprunt à la Logique de Port-Royal. Le chapitre 1, 12 de sa Grammaire combine la distinction entre idée principale et idées accessoires (LAP, I, 14) avec la distinction (LAP, I, 8) entre les deux sortes d’addition formant un terme complexe, l’addition-explication et l’addition-détermination. Condillac écrit : « une idée principale ne peut être modifiée qu’autant qu’on la développe ou qu’on la détermine. Les accessoires ne sont donc en général que de deux espèces, et tous les adjectifs peuvent se renfermer dans deux classes : les adjectifs qui déterminent, les adjectifs qui développent » (ibid.).

84 OP I, CE II, G, I, 12, p. 455 a.

85 Condillac, Dictionnaire des synonymes, édition, présentation et notes par J.-C. Abramovici, Paris, Vrin, 2012, p. 475.

86 OP I, CE II, G, I, 12, p. 453 b.

87 OP I, CE II, G, I, 4, p. 437 b.

88 OP I, CE II, G, I, 4, p. 437 a.

89 OP I, CE II, G, I, 13, p. 456 b. Voir le bel article de J.-C. Pariente, « Sur la théorie du verbe chez Condillac », dans Condillac et les problèmes du langage, textes recueillis par J. Sgard, Genève-Paris, Slatkine, 1982, p. 257-274.

90 GGR, II, 13, p. 67.

91 GGR, II, 13, p. 66 ; cf. LAP, II, 2, p. 109.

92 OP I, CE II, G, I, 13, p. 457 a.

93 OP I, CE II, G, II, 6, p. 467 b.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540