Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Condillac, philosophe du langage ?

 | 
Aliènor Bertrand

Langage et action

Deux définitions du langage d’action, ou deux théories de l’esprit ?

Aliènor Bertrand

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La parole a-t-elle pour origine un langage d’action qui l’a précédée ? Condillac est réputé pour avoir invariablement répondu par l’affirmative à cette question. Sa philosophie du langage a même été bien souvent identifiée, sinon réduite à cette unique thèse. Pourtant la notion condillacienne de langage d’action est loin d’être univoque. Il convient même d’opposer deux définitions de ce langage, celle de l’Essai sur l’origine des connaissances humaines, qui le décrit comme instinctif et non réfléchi1, et celle de la Grammaire du Cours d’études, reprise dans La logique, qui le considère comme réfléchi et convenu2.

On ne s’étonnera donc pas que la thèse continuiste générale qui vise à montrer que l’origine de la parole se trouve dans le langage d’action ait été soutenue en empruntant des voies bien différentes, voire même en construisant des théories de l’esprit assez contradictoires. Condillac a d’abord étayé sa première définition du langage d’action par une description de type « phé...

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540