Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Condillac, philosophe du langage ?

 | 
Aliènor Bertrand

Langage et action

Deux définitions du langage d’action, ou deux théories de l’esprit ?

Aliènor Bertrand

Texte intégral

  • 1 Essai sur l’origine des connaissances humaines, dans Œuvres philosophiques de Condillac, G. Le Roy (...)
  • 2 Grammaire I, 1, OP, t. 1, p. 428 : « Ce langage est naturel à tous les individus d’une même espèce, (...)

1La parole a-t-elle pour origine un langage d’action qui l’a précédée ? Condillac est réputé pour avoir invariablement répondu par l’affirmative à cette question. Sa philosophie du langage a même été bien souvent identifiée, sinon réduite à cette unique thèse. Pourtant la notion condillacienne de langage d’action est loin d’être univoque. Il convient même d’opposer deux définitions de ce langage, celle de l’Essai sur l’origine des connaissances humaines, qui le décrit comme instinctif et non réfléchi1, et celle de la Grammaire du Cours d’études, reprise dans La logique, qui le considère comme réfléchi et convenu2.

2On ne s’étonnera donc pas que la thèse continuiste générale qui vise à montrer que l’origine de la parole se trouve dans le langage d’action ait été soutenue en empruntant des voies bien différentes, voire même en construisant des théories de l’esprit assez contradictoires. Condillac a d’abord étayé sa première définition du langage d’action par une description de type « phénoménologique » des opérations mentales préréflexives et pré-discursives ; il a affirmé ensuite le caractère essentiellement logique de toutes les facultés mentales animales et humaines, indépendamment de la disposition ou non de la parole. La conscience semble ne plus alors jouer qu’un rôle mineur dans l’économie de l’esprit. L’importance qui lui est encore accordée pourrait passer pour n’être qu’une simple concession à l’épistémè du temps.

3Notre hypothèse est au contraire que cette position logiciste finale a permis à Condillac de redéfinir le statut de la conscience et de lui attribuer une fonction décisive. Nous allons tenter d’éclaircir ce paradoxe en précisant la différence des deux définitions successives du langage d’action, celle de l’Essai et celle du Cours d’études ; nous montrerons ensuite les liens de ces deux définitions avec les descriptions de l’esprit auxquelles elles sont liées, puis nous indiquerons enfin les raisons qui ont conduit Condillac à préférer l’une à l’autre.

  • 3 Voir M. Pécharman, « Signification et langage dans l’Essai de Condillac », Revue de métaphysique e (...)

4La question de savoir si le langage d’action peut légitimement être qualifié de langage3 n’entrera pas dans notre propos. Nous écarterons par principe les arguments visant à montrer que la nécessité d’une seconde détermination du langage d’action est due au manque de légitimité de la première en tant que définition d’un « langage ». Notre objectif est de montrer que le passage d’une détermination à une autre est lié à des choix théoriques opposés en ce qui concerne les rapports de la pensée et de l’action, et à des choix également opposés en ce qui concerne les liens de la disposition à la parole avec les opérations perceptives : Condillac a élaboré une nouvelle théorie de l’esprit, qui articule la logique aux sentiments.

5Rappelons pour commencer les cadres invariants de l’analyse de Condillac, résumés par commodité en trois séries de thèses, sur le langage, sur les rapports du langage et de la pensée, et sur l’esprit.

Thèses sur le langage

  • 4 Essai, I, 1, 1, OP, t. 1, p. 60-62 ; II, 2, 1, OP, t. 1, p. 104-105 ; Traité des Animaux, II, 4, O (...)
  • 5 Essai, II, 1, 9, OP, t. 1, p. 83-86 ; Grammaire, I, 4, OP, t. 1, p. 437 ; I, 9, OP, t. 1, p. 447 ; (...)
  • 6 Essai, II, I, 9, § 81, OP, t. 1, p. 83 ; Grammaire, I, 2, OP, t. 1, p. 432 ; I, 5, OP, t. 1, p. 43 (...)
  • 7 Essai, II, 1, § 7, OP, t. 1, p. 61 ; Histoire ancienne, I, v, OP, t. 2, p. 15.
  • 8 Essai, II, 1, 1, § 2, t. 1, p. 60 ; Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 428 ; La logique, II, 2, OP, t.  (...)
  • 9 Essai, II, 1, 1, § 2, OP, t. 1, p. 60 ; Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 428.
  • 10 Essai, II, 1, 2, § 13, OP, t. 1, p. 63 ; Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 431.
L’institution de la parole est conditionnée par l’usage préalable d’un langage d’action, pour l’espèce comme pour l’individu4.
(1.a) La parole n’est pas une simple traduction du langage d’action ; elle s’en distingue par sa syntaxe (logique verbale ou propositionnelle)5 et par son champ de signification (élargi entre autres à la communication des représentations des objets physiques)6.
(1.b) La nature des significations nouvelles spécifiquement véhiculées par la parole est relative à l’état de dépendance et de besoin du petit humain par rapport à ses parents, et à la structure des signes vocaux émis par ses organes phonatoires7.
(2) Le langage d’action se forme à partir d’interactions coopératives8.
(3) Le contenu primitif de la communication animale est l’émotion9.
(4) Plusieurs formes de langage d’action se sont succédé continûment par perfectionnement et élargissement de la communication primitive jusqu’à l’établissement d’une grammaire propre au langage parlé10.

Thèses sur les rapports de la pensée et du langage

  • 11 Essai, I, 2, 4, § 46, OP, t. 1, p. 21 ; II, 1, § 4, OP, t. 1, p. 61 ; II, 2, 4, § 49-54, OP, t. 1, (...)
  • 12 Essai, Introduction, OP, t. 1, p. 4 ; I, 2, 4, p. 19-21 ; Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 429 ; La l (...)
  • 13 Essai, I, 2, 5, § 49-51, OP, t. 1, p. 22 ; Grammaire, I, 2, OP, t. 1, p. 433 ; I, 4, OP, t. 1, p.  (...)
(1) Les capacités mentales des êtres humains et la structure du langage parlé doivent être expliquées par le principe de progrès réciproques11.
(2) La parole et le langage d’action supposent des capacités mentales régies par le principe de la liaison des signes12.
(3) La disposition de la parole est productrice de capacités cognitives nouvelles13.

Thèses concernant l’esprit

  • 14 Essai, Introduction, OP, t. 1, p. 4 ; Grammaire, I, 1, p. 429 ; La logique, II, 2, OP, t. 2, p. 39 (...)
  • 15 Essai, I, 2, 1, OP, t. 1, p. 10-14 ; Grammaire, I, 3, OP, t. 1, p. 435.
  • 16 Essai, I, 2, 4, § 40, OP, t. 1, p. 20 ; Traité des animaux, II, 1, OP, t. 1, p. 356-357 ; Grammair (...)
  • 17 Essai, I, 2, 4, § 40-45, OP, t. 1, p. 20-21 ; Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 430 ; La logique, I, 9 (...)
  • 18 Essai, I, 2, OP, t. 1, p. 10 ; Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 430-432 ; La logique, II, 1, OP, t. 2 (...)
  • 19 Essai, I, I, 1, 1, § 1-2, OP, t. 1, p. 6 ; I, 2, 1, § 4, OP, t. 1, p. 11 ; Grammaire, I, 3, OP, t. (...)
  • 20 Essai, II, 1, 1, § 3, OP , t. 1, p. 6 ; Grammaire, I, 2, OP, t. 1, p. 431 ; La logique, I, 6, OP, (...)
  • 21 Essai, I, 1, 1, § 8, OP, t. 1, p. 7 ; Cours d’études, Précis des Leçons préliminaires, art. 4, OP, (...)
Sur le plan métaphysique
(1) L’esprit peut être décrit comme un ensemble d’opérations sémiotiques14.
(2) Toutes les opérations mentales sont générées à partir de la perception15.
(3) Il existe une pensée non discursive, animale et humaine16.
(4) La détermination mentale des actions peut être décrite par les opérations de la pensée non discursive17.
(5) Chez l’homme, la pensée non discursive conditionne la pensée discursive18.
Sur le plan méthodique
(1) La conscience est une voie d’accès privilégiée à la description des opérations mentales, bien que l’« évidence de sentiment » ne soit pas l’unique critère de la certitude19.
(2) L’analyse externe de l’action est une autre voie d’accès possible à la description des opérations mentales d’autrui et de son esprit20.
(3) L’occasionnalisme fournit un cadre épistémologique permettant de se dispenser relativement de la connaissance physique des mécanismes cérébraux21.
  • 22 Essai, I, 2, 4, § 46, OP, t. 1, p. 21.
  • 23 Essai, I, 2, 4, § 40, OP, t. 1, p. 20.
  • 24 Essai, I, 2, 4, § 40, OP, t. 1, p. 20.
  • 25 Essai, II, 1, 1, § 2, OP, t. 1, p. 61.

6Le cadre général et les thèses principales de la démonstration étant rappelés, analysons de plus près le début de la seconde partie de l’Essai, qui contient la définition du langage d’action que Condillac corrigera par la suite. Ces paragraphes proposent une description continue des modifications de la communication, depuis la « contagion » émotionnelle jusqu’à l’établissement des conventions grammaticales qui fixent la logique propositionnelle ou verbale (voir Thèses (2), (3), (4) sur le langage). La continuité du langage d’action et de la parole fait fond sur une discontinuité de principe entre l’esprit humain et celui des bêtes22 : seule l’espèce humaine est dite disposer naturellement d’un esprit et d’une conformation lui permettant de convenir d’un langage et d’instituer la parole. La communication émotionnelle des bêtes n’est pas même qualifiée de « langage » et les capacités mentales des animaux sont limitées à l’imagination23. Les différences de la communication animale et de la communication humaine sont donc nombreuses : par exemple, la liaison entre la perception de cris d’alarmes et la fuite qui sert de modèle à la communication animale ne nécessite aucune connaissance de soi24. Au contraire, le secours apporté à un tiers qui modélise le langage d’action de l’animal humain suppose une discrimination de la place des acteurs, et le savoir d’une dissymétrie entre les actions d’un autre et l’effet de ses propres actions25.

  • 26 Essai, I, 2, 5, § 46, OP, t. 1, p. 21 ; Traité des animaux, II, 4, OP, t. 1, p. 361.

7Condillac ne soutient pas pour autant que l’esprit est une entité plastique indépendante d’une organisation naturelle déterminée26 : sa description lie au contraire de façon très étroite l’esprit des êtres humains à une disposition organique particulière, qui se repère entre autres à la possession d’organes phonatoires spécifiques. Mais le principe d’une différence de nature entre les esprits structure la description. De ce point de vue, l’obscurité de l’analyse des rapports de la réflexion et de l’institution du langage, qui a été souvent relevée, n’est pas une objection probante contre la thèse continuiste. Puisqu’il est supposé que l’être humain dispose à la fois de la réflexion et de la faculté de parole, il n’est pas nécessaire de s’interroger très avant sur l’antécédence de l’une par rapport à l’autre ; ce qui importe est la façon dont adviennent leurs progrès mutuels. De manière analogue, la difficulté de déterminer précisément le passage d’un mode instinctif de communication émotionnelle à une interaction volontaire apparaît aussi comme secondaire : l’être humain possède les capacités d’un progrès dont l’animal est dénué. Pareillement enfin, l’obscurité des conditions de la génération de la conscience de soi chez l’animal humain ne remet pas en cause l’explication de l’origine naturelle du langage.

8Mais, si la disposition à l’échange intentionnel de signes est innée, quel sens donner au caractère graduel de l’apparition du langage ? La seconde partie de l’Essai a-t-elle seulement pour but de montrer qu’une histoire de longue durée est requise pour expliquer l’aspect culturel et conventionnel des règles du langage humain ?

  • 27 Essai, I, 2, 4, § 35, et § 36, OP, t. 1, p. 19.
  • 28 Essai, Introduction, OP, t. 1, p. 3.
  • 29 Essai, I, 2, 5, § 49, OP, t. 1, p. 22.

9On conviendra pourtant que les thèses de l’Essai excèdent largement une telle position « culturaliste ». Condillac a pris soin en effet de clarifier son propos dès le titre de l’ouvrage, qui indique qu’il s’agit d’un essai sur l’origine, non de la parole ou du langage, mais des connaissances humaines. La description du caractère graduel de l’institution de la parole est l’un des éléments d’une démonstration générale montrant que toute connaissance a pour principe une liaison de signes et que les connaissances humaines s’expliquent par la disposition d’une classe particulière de signes, les signes institués27. Cette démonstration suit les règles de la métaphysique scientifique qui impose que toutes les opérations de l’esprit sans exception soient décrites par des principes sémiotiques, qu’il s’agisse d’opérations discursives ou non28. Ainsi le principe de la liaison des signes explique-t-il à la fois le pouvoir réflexif dont disposent les êtres humains et les opérations mentales élémentaires des animaux. Le cœur de la démonstration réside dans l’identification de la réflexion humaine à une certaine espèce de liaison de signes dépendante de l’institution du langage articulé29.

  • 30 Traité des animaux, II, 4, OP, t. 1, p. 361.
  • 31 Traité des animaux, II, 2, OP, t. 1, p.341 ; II, 5, OP, t. 1, p. 347.

10En conséquence, si les continuités et les ruptures entre les hommes et les animaux ne sont pas développées, c’est qu’elles n’entrent pas dans la visée de l’Essai. Celui-ci montre « seulement » que les opérations mentales des hommes et celle des bêtes – autrement dit les facultés de tous les esprits – se réduisent à des liaisons de signes, et que les connaissances humaines dépendent de l’invention de la grammaire, c’est-à-dire d’une nouvelle forme de liaison sémiotique. Pourquoi, dès lors, Condillac est-il revenu sur sa description de l’origine du langage, jusqu’à supposer que l’homme et les animaux partageaient la même forme de langage d’action30 et qu’il existait une identité primitive entre l’esprit des bêtes et celui des premiers hommes31 ?

11Rapportons pour le comprendre les deux définitions du langage d’action données respectivement dans l’Essai et dans la Grammaire aux thèses sur l’esprit auxquelles elles sont liées.

Thèses sur le langage d’action

  • 32 Essai, II, 1, 1, § 2, OP, t. 1, p. 60-61.
  • 33 Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 430-431 ; I, 8, OP, t. 1, p.443 ; La logique, II, 2, OP, t. 2, p. 39 (...)
  • 34 Ibid.
  • 35 Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 428 ; La logique, I, 6, OP, t. 2, p. 383.
  • 36 Essai, II, 1, § 3, OP, t. 1, p. 61.
  • 37 La logique, objet de cet ouvrage, OP, t. 2, p. 371.
Essai sur l’origine des connaissances humaines Grammaire / Logique
• Le premier langage d’action est un mode de communication préréflexif ou « instinctif », qui requiert l’exercice de l’imagination, de l’attention, de la réminiscence et de la conscience, mais non celui de la mémoire32. • Le premier langage d’action est conditionné par l’analyse exacte des intentions d’autrui ; il suppose l’usage de la mémoire, de la réflexion, et la fixation et le rappel de conventions sémiotiques33.
• Le premier langage d’action est un mode de communication qui ne suppose aucune forme de conscience de soi ni de représentation de soi, pas plus que de connaissance des intentions, des désirs, ou des croyances d’autrui34. • Le premier langage d’action suppose la disposition d’une représentation de soi et la capacité d’analyser les intentions d’autrui35.
• L’activité de l’esprit précédant la réflexion repose sur des liaisons de signes relativement vagues, c’est-à-dire non déterminées par des règles syntaxiques précises36. • L’activité préréflexive de l’esprit est régulée de façon déterminée par des lois37.

Thèses concernant l’esprit et ses rapports avec l’action

  • 38 Essai, I, 2, 4, § 41-43, OP, t. 1, p. 21-22.
  • 39 Grammaire, I, 3, OP, t. 1, p. 435-436 ; La logique, I, 1, OP, t. 2, p. 372-373 ; I, 6, OP, t. 2, p (...)
  • 40 Essai, I, 2, 4, § 36-40, OP, t. 1, p. 19-20.
  • 41 Grammaire, I, 7, OP, t. 1, p. 443 ; La logique, I, 1, OP, t. 2, p. 373.
  • 42 Essai, I, 2, 5, § 49, OP, t. 1, p. 22.
  • 43 Grammaire, I, 5, OP, t. 1, p. 439 ; La logique, I, 9, OP, t. 2, p. 388.
Essai sur l’origine des connaissances humaines Grammaire / Logique
• Aucune opération analytique n’est nécessaire à l’action, ni au langage d’action38. • L’analyse des sensations est la condition de toute action, et de tout langage d’action39.
• Les opérations mentales qui commandent l’action animale et le langage d’action sont de simples liaisons de signes naturels ou accidentels40. • Les opérations mentales qui commandent l’action et le langage d’action sont réglées par des lois41.
• La disposition du langage parlé est la condition de la pensée réflexive42. • La réflexion se forme par l’analyse des sensations tactiles indépendamment de la parole mais aussi de toute institution de signe43.
  • 44 De la Grammaire à la Logique, l’affirmation de l’existence d’une logique naturelle prend une impor (...)

12Comme on pouvait s’y attendre, ces tableaux montrent que la redéfinition du langage d’action est étroitement liée à des bouleversements considérables de la théorie de l’esprit. En résumé, tandis que l’Essai expose une notion relativement anomique de l’esprit, particulièrement pour les opérations non verbales, la Grammaire et la Logique défendent une conception strictement réglée de l’activité mentale44. Notre hypothèse est que ces bouleversements résultent de la découverte d’une nouvelle explication des principes généraux de l’action, plutôt que d’une meilleure définition du langage d’action en tant que langage.

  • 45 Essai, I, 2, 2, § 17, OP, t. 1, p. 14.
  • 46 Essai, I, 2, 4, § 35, OP, p. 19.

13Comment en effet, les actions des bêtes et celles des êtres humains dépourvus de langage sont-elles possibles ? Reprenons l’explication contenue dans la définition du langage d’action de l’Essai. L’analyse de l’action élémentaire exposée dans la première partie du texte ne prend pas en compte la différence entre l’esprit humain et celui des animaux ; elle se réduit à décrire une combinaison des sensations et des opérations de l’imagination. De fait, les bêtes ne disposent d’aucune opération mentale plus complexe. L’imagination s’exerce lorsqu’une perception se retrace à la vue d’un objet « par la seule force » que l’attention y a mise45. En termes sémiotiques, elle est une liaison de signes accidentels, ces signes étant « les objets que quelques circonstances particulières ont liés avec quelques-unes de nos idées, en sorte qu’ils sont propres à les réveiller »46. La difficulté est d’expliquer comment une liaison de signes accidentels peut permettre de décrire les régularités de l’action animale.

  • 47 Essai, I, 1, 2, § 11, OP, t. 1, p. 9.
  • 48 Essai, I, 1, 2, § 9, OP, t. 1, p. 8.

14Des linéaments de solution sont apportés par le statut des représentations défendu dans l’Essai : Condillac affirme à la fois que les sensations ne ressemblent pas aux choses47 et qu’elles sont par elles-mêmes représentatives48. Au paragraphe 16 de la troisième section intitulée « Des idées simples et des idées complexes », le rapport des sensations, de la réflexion et des représentations est ainsi précisé :

  • 49 Essai, I, 3 § 16, OP, t. 1, p. 40.

Les idées et les notions ne peuvent appartenir qu’aux êtres qui sont capables de réflexion. Quant aux autres, tels que les bêtes, ils n’ont que des sensations et des perceptions : ce qui n’est pour eux qu’une perception devient idée à notre égard, par la réflexion que nous faisons que cette perception représente quelque chose.49

  • 50 Essai, I, 2, 2, § 21, OP, t. 1, p. 15.
  • 51 Essai, I, 2, 4, § 41-46, OP, t. 1, p. 21.

15L’Essai montre que l’imagination rappelle les perceptions du corps propre grâce à une dynamique mentale qui détermine l’orientation des mouvements dans l’espace. Cette dynamique est commandée par les sensations du toucher : occasionné de façon uniforme par les mouvements et le poids de notre corps, le tact sollicite l’imagination de façon continue. Mais, si le toucher explique ainsi la fonction régulatrice de l’imagination pour l’action, il ne lui est accordé aucun privilège, ni épistémologique, ni ontologique. Les sensations du tact ne permettent pas plus que les autres de combiner intentionnellement des représentations ni de fournir la moindre connaissance de l’extériorité ou de la réalité : il est seulement impossible physiquement de s’y soustraire50. La représentativité immanente des sensations du toucher doit être considérée comme le principe d’explication suffisant de l’action, puisque les bêtes ne possèdent ni les moyens d’analyser leurs sensations, ni celui d’abstraire aucune idée, et encore moins celui de comprendre que les sensations sont des images des choses51 ; l’animal qui agit lie des signes ou forme des significations sans être capable d’aucune réflexion.

  • 52 Les sensations peuvent aussi être considérées comme la source de la connaissance objective du mond (...)

16Ainsi peut-on dire que les sensations sont représentatives d’un point de vue « fonctionnel », en tant qu’elles suffisent à réguler l’action animale52. Cette représentativité limitée est décisive pour comprendre la possibilité du langage d’action : elle élucide à la fois le principe des actions et celui des interactions. Dans le cas des actions, le rappel des sensations passées qui oriente le corps dans l’espace trouve sa condition de possibilité dans la représentativité du tact. Dans le cas des interactions, le rappel est conditionné par la perception de signes naturels :

  • 53 Essai, I, 2, 4, § 40, OP, t. 1, p. 20.

Il ne faut pas s’imaginer qu’elles [les bêtes] ne puissent fuir qu’autant qu’elles auraient une idée précise du péril qui les menace, il suffit que les cris de celles de leur espèce réveillent en elles le sentiment d’une douleur quelconque.53

17La théorie de l’imagination est donc dans l’Essai au fondement d’une explication cohérente et judicieuse de l’action et de la communication primitives. Pourtant, en un certain sens, la difficulté de cette explication se trouve seulement reculée d’un cran, dans le rôle accordé à l’attention. Condillac n’affirme-t-il pas que les variations de l’attention qui sont à l’origine de l’imagination ne peuvent pas être décrites rigoureusement ? L’unique précision de l’Essai concernant ces variations d’attention est particulièrement vague :

  • 54 Essai, I, 2, 1, § 14, OP, t. 1, p.13.

Les choses attirent notre attention par le côté où elles ont le plus de rapport avec notre tempérament, nos passions et notre état.54

  • 55 Essai, I, 2, 4, § 36, OP, t. 1, p. 19.

18Se contenter d’affirmer que l’attention est déterminée par des lois psychophysiques revient en effet à avouer qu’elle échappe à la fois au champ de la métaphysique et à celui de la physique. Mais cet aveu est lourd de conséquences théoriques : la description de l’action et de la communication animale comporte une lacune majeure par rapport au projet de réduction de tout ce qui concerne l’entendement au principe de la liaison des signes. Certes, l’imagination est sans conteste une opération sémiotique ; elle repose malheureusement sur des opérations qui ne le sont pas : l’attention ne répond pas aux critères de définition d’une métaphysique scientifique. Condillac le concède d’ailleurs lui-même : les opérations qui précèdent la réminiscence ne peuvent être rappelées au principe de la liaison des signes55. Clarifions donc le rôle respectif des opérations sémiotiques et non sémiotiques dans l’analyse de l’action.

  • 56 Essai, I, 2, 1, § 18, OP, t. 1, p. 15.
  • 57 Diderot, Lettres sur les aveugles, Œuvres philosophiques, P. Vernière éd., Paris, Garnier, 1964, p (...)
  • 58 « Tout phénomène psychique contient en lui-même quelque chose comme objet même si chacun le contie (...)

19Condillac insiste longuement sur le fait que l’imagination rappelle à l’esprit la perception passée elle-même, par opposition à la mémoire, qui rappelle le nom ou le souvenir des circonstances et des idées ayant accompagné la perception56. Comment l’animal peut-il agir efficacement ici et maintenant grâce au rappel interne de perceptions passées ? Comment distingue-t-il les perceptions passées des perceptions présentes ? Le caractère idéaliste du principe de la liaison des signes, que Diderot a vivement reproché à Condillac dans une célèbre comparaison polémique avec Berkeley57, est ici en cause : la formation de liaisons de sémiotiques entre les perceptions ne suffit pas à expliquer la possibilité d’une action dans le monde. En d’autres termes, il faut expliquer l’« intentionnalité » de ces opérations, au sens où, selon Franz Brentano, les états mentaux portent sur des états de choses, qu’ils « représentent bien quelque chose »58. Se peut-il que Condillac ait complètement ignoré le problème ?

  • 59 Essai, I, 2, 1, § 15, OP, t. 1, p. 14.
  • 60 Essai, II, 1, 1, § 1-2, OP, t. 1, p. 60-61.

20L’hypothèse la plus probable est plutôt que la solution qu’il propose est si peu en accord avec son projet de métaphysique scientifique, qu’il s’est gardé de la développer. La différence des perceptions qui portent sur des états de choses passés et celles qui portent sur des états de choses présents repose en effet sur des variations de vivacité à l’esprit59. C’est donc à une modalité de conscience, celle de la réminiscence, que revient le principe de l’efficacité de l’action ; c’est elle qui écarte toute confusion entre une perception et une hallucination ; par le rappel de perceptions passées, c’est elle également qui distingue les émotions propres de celles qui sont induites par un tiers60.

  • 61 Essai, I, 2, 1, § 4, OP, t. 1, p. 11.
  • 62 Essai, I, 2, 1, § 15, OP, t. 1, p. 14.

21Contre toute attente, l’explication de l’« intentionnalité » de l’esprit requise en dernier ressort pour décrire la possibilité de l’action est une variation de conscience. Il est évidemment impossible de soutenir qu’une telle variation puisse valoir pour une règle sémiotique. Citons en effet la définition de la conscience donnée par Condillac dans la première partie de l’Essai : la conscience est « le sentiment qui nous donne connaissance de ce qui se passe en nous »61 ; quant à la réminiscence, elle est ce « sentiment qui nous avertit que nous avons déjà eu » telle ou telle perception62. La réminiscence signale par un sentiment les perceptions passées à l’esprit. L’existence de deux registres sentimentaux est donc bien l’explication ultime de l’efficacité des opérations mentales : grâce à elle, les rappels de perceptions opérés par l’imagination peuvent être transformés en principes d’action et de connaissance. On s’accordera à dire que ces différences de modalités de conscience, telles qu’elles sont décrites dans l’Essai, sont irréductibles au principe de la liaison des signes. Les conditions de possibilité des actions et des interactions reposent sur un principe phénoménologique autant que sur un principe sémiotique.

22Il faut bien admettre que cet aspect de la théorie de l’esprit de l’Essai est particulièrement sujet à critique. En dépit du projet métaphysique de réduction sémiotique, les principes généraux de l’action reposent en définitive sur des opérations non logiques, l’attention et la réminiscence. Il est peu conséquent de décrire le progrès des connaissances humaines par le principe de la liaison de signes et d’expliquer l’action animale et l’action humaine élémentaire par des modalités de conscience. L’abandon de la notion de réminiscence, et avec elle, du rôle des variations de vivacité, indique la façon dont Condillac a résolu la difficulté : le Traité des sensations, puis la Grammaire et la Logique systématisent l’explication sémiotique de façon à faire disparaître l’incohérence de l’Essai.

  • 63 Grammaire, I, 7, OP, t. 1, p. 443.

23La Grammaire et la Logique ne soutiennent donc qu’en apparence la même thèse que l’Essai, selon laquelle le langage d’action est la condition de la parole. Dans ces œuvres-là, les principes d’explication du langage d’action ne reposent ni sur la représentativité des sensations ni sur l’existence de modalités de conscience indéfinies. Condillac affirme que l’action met en œuvre une logique naturelle entièrement explicitable. Il montre que l’action décompose analytiquement la pensée63 et que l’esprit peut être connu par une analyse externe au moins aussi légitimement que par une saisie interne des perceptions (voir supra., les thèses méthodiques concernant l’esprit).

  • 64 La logique, objet de cet ouvrage, OP, t. 2, p. 371.

24Le début de la Logique indique d’ailleurs de façon ironique que la quête des « lois de l’art de la pensée où elles ne sont pas », a fini par indiquer « où elles pouvaient être »64. Au lieu de chercher « dans l’esprit » les opérations élémentaires de la pensée, il aurait fallu les chercher dans l’organisation physique. Dès lors, Condillac part du principe que nous sommes d’abord organisés pour le langage d’action :

  • 65 La logique, II, 1, OP, t. 2, p. 396.

En effet, il fallait que les éléments d’un langage quelconque, préparés d’avance, précédassent nos idées ; parce que, sans des signes de quelque espèce, il nous serait impossible d’analyser nos pensées, pour nous rendre compte de ce que nous pensons, c’est-à-dire, pour le voir d’une manière distincte.65

25La Logique défend l’idée selon laquelle l’activité de la pensée est destinée originairement à permettre l’action et à analyser les actions des autres :

  • 66 La logique, I, 6, OP, t. 2, p. 383.

Ce sont les actions de l’âme qui déterminent celles du corps ; et d’après celles-ci, qu’on voit, on juge de celles-là qu’on ne voit pas.66

  • 67 Dictionnaire des synonymes, article : note, OP, t. 3, p. 404-405. Notons ici la différence de cette (...)

26Dans la Grammaire, Condillac affirme seulement que l’action décompose la pensée. Dans la Logique, il établit une équivalence entre notre capacité d’analyse et notre capacité à utiliser le langage d’action. L’action est conditionnée par une fixation de marques telles qu’on croit « avantageux de s’en souvenir » : elle réalise un codage orienté. La « marque » n’a rien d’arbitraire ; elle est « un signe naturel à la chose », c’est-à-dire « une qualité sensible à laquelle on la reconnaît »67. Fixée par la mémoire qui retient ainsi des sensations un trait sensible qu’elle isole, la marque n’est pas un vague sentiment. Au contraire, la décomposition de la perception par laquelle se repèrent les signes naturels est une analyse de l’action en même temps qu’un usage du langage d’action.

  • 68 Essai, I, 2, 1, § 4, OP, t. 1, p. 11.
  • 69 Dictionnaire des synonymes, article : conscience, OP, t. 3, p. 143.

27La méthode suivie pour arriver à cette conclusion est opposée à celle de l’Essai : là où l’Essai commence par une description phénoménologique du rapport interne de l’esprit à lui-même, la Grammaire et la Logique trouvent leur point de départ dans une analyse externe de l’action. Le paradoxe est que cette nouvelle méthode permet une réévaluation du rôle de la conscience, et cela à plusieurs niveaux. La définition de la conscience donnée par Condillac est pourtant restée identique de l’Essai68 à la Logique : la conscience est un « sentiment intérieur »69 qui nous avertit de ce qui se passe en nous. Mais les œuvres tardives bouleversent le rôle joué par le sentiment dans la détermination des actions. Dans la Logique, les variations des modalités de conscience sont systématiquement liées à un principe sémiotique qui n’est jamais explicité dans l’Essai :

  • 70 La logique, I, 9, OP, t. 2, p. 388.

L’animal n’aurait que des mouvements incertains, si l’action des sens sur le cerveau, et du cerveau sur les membres, n’eût été accompagnée d’aucun sentiment. Mû sans éprouver ni peine ni plaisir, il n’eût pris aucun intérêt aux mouvements de son corps : il ne les eût donc pas observés, il n’eût donc pas appris à les régler lui-même.70

  • 71 Traité des sensations, I, 2, § 6, p. 225. Rappelons que la définition de la mémoire donnée dans le (...)
  • 72 Essai, I, 2, 1, § 15, p. 14.

28La Logique affirme que le plaisir et la peine permettent un « marquage » des perceptions qui régule les actions. Le bouleversement théorique s’est opéré dans le Traité des sensations, qui ne considère plus la conscience comme un pur sentiment intérieur par lequel l’esprit se saisit lui-même directement, mais comme une fonction qui se rapporte à l’ensemble de l’organisation physique. Enregistrant à un niveau global ce qui affecte l’organisme, la conscience commande la mémoire71, qui, contrairement à la réminiscence72, n’est pas le signal d’une modalité perceptive temporelle, mais une classification de manières d’être. La conscience joue donc un rôle sémiotique décisif : c’est elle qui opère le codage affectif interne qui permet d’extraire les représentations des perceptions et de les combiner.

  • 73 Traité des sensations, II, 5, OP, t. 1, p. 254-256 ; Traité des animaux, II, 1, OP, t. 1, p. 356-35 (...)
  • 74 Traité des sensations, II, 12, OP, t. 1, p. 273.
  • 75 Traité des sensations, III, 1 et 2, OP, t. 1, p. 275-277.

29Il existe cependant une nette différence dans l’étendue de la fonction dévolue au codage affectif interne entre le Traité des sensations d’une part, et la Grammaire et la Logique de l’autre. Dans le Traité des sensations et dans le Traité des animaux, Condillac soutient que la conscience qualitative marquée par le plaisir et la peine est la condition de la représentation de soi ; mais la formation de cette représentation de soi dépend elle-même de la connaissance que l’organisme peut avoir de son corps propre comme une unité distincte73. Le Traité des sensations met ainsi en évidence les propriétés qui permettent la capacité d’identifier son corps, et, particulièrement le mouvement des mains74 ; il montre de façon générale que toutes les représentations sont générées par l’expérience qui combine la mémoire affective des manières d’être avec les contraintes de la localisation75.

30En revanche, dans la Grammaire et la Logique, Condillac n’accorde aucune priorité particulière aux contraintes de la localisation pour décrire la genèse de la capacité d’analyse qui conditionne l’action. La formation de représentations combinables est subordonnée à la structure naturelle du langage d’action, qui devient ainsi la condition déterminante de toute activité analytique : le codage originaire des perceptions est directement dépendant de l’expression des sentiments. La Grammaire et la Logique détaillent donc les conditions physiques de la communication, dont la possession d’un répertoire d’expressions suffisamment étendu :

  • 76 Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 428.

Tous les sentiments de l’âme peuvent être exprimés par les attitudes du corps. […] Mais l’élégance de ce langage est dans les mouvements du visage et principalement dans ceux des yeux. Ces mouvements finissent un tableau que les attitudes n’ont fait que dégrossir ; et ils expriment les passions avec toutes les modifications dont elles sont susceptibles. Ce langage ne parle qu’aux yeux. Il serait souvent inutile si, par des cris, on n’appelait pas les regards de ceux à qui on veut faire connaître sa pensée.76

31En tant que méthode analytique décomposant la perception des actions et des émotions, le langage d’action suppose une conformation physique adaptée au discernement des signes naturels. Mais cette conformation n’est pas une simple flexibilité musculaire : une organisation appropriée au langage d’action lie les mouvements du corps aux variations des sentiments. De ce point de vue la conscience, ou le sentiment, possède une fonction essentielle : elle structure les organismes individuels en vue du langage. Elle permet le repérage affectif par lequel les actions d’autrui s’ouvrent à la signification en conditionnant la formation de signes naturels dans l’esprit. Par une forme remarquable de retournement, l’étude de la conscience se trouve donc dans une position épistémologique décisive en ce qui concerne l’analyse du langage et la description sémiotique de l’esprit. Cette position épistémologique ne valide pas pour autant la pertinence d’une introspection de type « phénoménologique » qui donnerait une place essentielle à la donation « pure » des perceptions. Elle promeut une thèse naturaliste qui fait des émotions une condition essentielle de la communication, et, par là, une condition essentielle du développement des facultés de l’esprit.

  • 77 Traité des animaux, II, 1, OP, t. 1, p. 356-357.

32En « naturalisant » la conscience, la seconde théorie de l’esprit de Condillac affirme en sous-main la continuité de l’esprit animal et de l’esprit humain. On pourra alors juger très excessive l’attribution à quelques animaux d’une conscience réflexive érigée en condition de l’action77. Mais Condillac n’a abandonné sa prudence initiale que parce que celle-ci l’avait conduit à donner un pouvoir exorbitant à des variations sentimentales indéfinies dans la régulation de l’action. Une telle position était contradictoire avec la description sémiotique de l’esprit.

33Si Condillac revient donc sur l’opposition de l’esprit des hommes et celui des bêtes en affirmant que les animaux disposent à la fois de la réflexion et d’un langage d’action, c’est qu’il a refusé de renoncer à sa thèse principale selon laquelle l’esprit humain peut être rappelé au principe de la liaison des signes. Il ne s’est rangé aux côtés des « amis des bêtes » les plus convaincus que pour donner une nouvelle cohérence à son explication de l’origine des connaissances humaines. Il faut lui accorder de n’avoir cédé ni à un anthropomorphisme naïf, ni au goût du paradoxe, peu en rapport avec ce que nous savons de sa méthode et de sa personnalité.

34En réalisant le projet de métaphysique scientifique annoncé dans l’Essai, la seconde théorie de l’esprit exposée dans les textes tardifs fait apparaître une relation organique réglée entre les variations du sentiment et le langage. La redéfinition du langage d’action apparaît alors comme l’effet d’une meilleure prise en compte des contraintes de la description sémiotique de l’esprit. Mais, étonnamment, la thèse logiciste qui la sous-tend donne à la conscience un rôle fonctionnel entièrement inédit.

Notes

1 Essai sur l’origine des connaissances humaines, dans Œuvres philosophiques de Condillac, G. Le Roy éd., Paris, PUF, 1948, II, 1, 1, § 2, t. 1, p. 61 : « Je dis par le seul instinct, car la réflexion n’y pouvait encore avoir part. L’un ne disait pas ; Il faut m’agiter de telle manière pour lui faire connaître ce qui m’est nécessaire, et pour m’engager à le secourir ; ni l’autre : Je vois à ses mouvements qu’il veut telle chose, je vais lui en donner la jouissance : mais tous deux agissaient en conséquence du besoin qui les pressait davantage. » Les références à l’édition Le Roy des Œuvres philosophiques de Condillac seront abrégées par les initiales OP, suivi du tome et de la pagination ; l’Essai sur l’origine des connaissances humaines sera abrégé en utilisant le terme Essai.

2 Grammaire I, 1, OP, t. 1, p. 428 : « Ce langage est naturel à tous les individus d’une même espèce, cependant tous ont besoin de l’apprendre. » ; La logique, II, 2, OP, t. 2, p. 397 : « Et le langage d’action deviendra une méthode analytique. »

3 Voir M. Pécharman, « Signification et langage dans l’Essai de Condillac », Revue de métaphysique et de morale, Condillac et l’Essai sur l’origine des connaissances humaines, no 1, 1999, et A. Bertrand, « Le langage naturel, condition logique de l’institution des langues », dans Condillac, l’origine du langage, A. Bertrand dir., Paris, PUF, 2002.

4 Essai, I, 1, 1, OP, t. 1, p. 60-62 ; II, 2, 1, OP, t. 1, p. 104-105 ; Traité des Animaux, II, 4, OP, t. 1, p. 361 ; Grammaire, I, 8, OP, t. 1, p. 445, I, 2, OP, t. 1, p. 432-433 ; La logique, I, 6, OP, t. 2, p. 383 ; II, 2, OP, t. 2, p. 396.

5 Essai, II, 1, 9, OP, t. 1, p. 83-86 ; Grammaire, I, 4, OP, t. 1, p. 437 ; I, 9, OP, t. 1, p. 447 ; II, 26, OP, t. 1, p. 500.

6 Essai, II, I, 9, § 81, OP, t. 1, p. 83 ; Grammaire, I, 2, OP, t. 1, p. 432 ; I, 5, OP, t. 1, p. 438 ; I, 7, OP, t. 1 p. 444 ; I, 9, OP, t. 1, p. 447 ; La logique, II, 2, OP, t. 2, p. 396.

7 Essai, II, 1, § 7, OP, t. 1, p. 61 ; Histoire ancienne, I, v, OP, t. 2, p. 15.

8 Essai, II, 1, 1, § 2, t. 1, p. 60 ; Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 428 ; La logique, II, 2, OP, t. 2, p. 397.

9 Essai, II, 1, 1, § 2, OP, t. 1, p. 60 ; Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 428.

10 Essai, II, 1, 2, § 13, OP, t. 1, p. 63 ; Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 431.

11 Essai, I, 2, 4, § 46, OP, t. 1, p. 21 ; II, 1, § 4, OP, t. 1, p. 61 ; II, 2, 4, § 49-54, OP, t. 1, p. 22-23 ; Grammaire, I, 2, OP, t. 1, p. 433-434.

12 Essai, Introduction, OP, t. 1, p. 4 ; I, 2, 4, p. 19-21 ; Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 429 ; La logique, II, 2, OP, t. 2, p. 397 ; II, 2, OP, t. 2, p. 398.

13 Essai, I, 2, 5, § 49-51, OP, t. 1, p. 22 ; Grammaire, I, 2, OP, t. 1, p. 433 ; I, 4, OP, t. 1, p. 437.

14 Essai, Introduction, OP, t. 1, p. 4 ; Grammaire, I, 1, p. 429 ; La logique, II, 2, OP, t. 2, p. 398.

15 Essai, I, 2, 1, OP, t. 1, p. 10-14 ; Grammaire, I, 3, OP, t. 1, p. 435.

16 Essai, I, 2, 4, § 40, OP, t. 1, p. 20 ; Traité des animaux, II, 1, OP, t. 1, p. 356-357 ; Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 428 ; La logique, I, 9, OP, t. 2, p. 388-389.

17 Essai, I, 2, 4, § 40-45, OP, t. 1, p. 20-21 ; Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 430 ; La logique, I, 9, OP, t. 2, p. 388-389.

18 Essai, I, 2, OP, t. 1, p. 10 ; Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 430-432 ; La logique, II, 1, OP, t. 2, p. 394, II, 1, OP, t. 2, p. 396.

19 Essai, I, I, 1, 1, § 1-2, OP, t. 1, p. 6 ; I, 2, 1, § 4, OP, t. 1, p. 11 ; Grammaire, I, 3, OP, t. 1, p. 436 ; La logique, II, 9, OP, t. 1, p. 411.

20 Essai, II, 1, 1, § 3, OP , t. 1, p. 6 ; Grammaire, I, 2, OP, t. 1, p. 431 ; La logique, I, 6, OP, p. 2, p. 383.

21 Essai, I, 1, 1, § 8, OP, t. 1, p. 7 ; Cours d’études, Précis des Leçons préliminaires, art. 4, OP, t. 2, p. 416 ; La logique, I, 9, OP, t. 2, p. 392.

22 Essai, I, 2, 4, § 46, OP, t. 1, p. 21.

23 Essai, I, 2, 4, § 40, OP, t. 1, p. 20.

24 Essai, I, 2, 4, § 40, OP, t. 1, p. 20.

25 Essai, II, 1, 1, § 2, OP, t. 1, p. 61.

26 Essai, I, 2, 5, § 46, OP, t. 1, p. 21 ; Traité des animaux, II, 4, OP, t. 1, p. 361.

27 Essai, I, 2, 4, § 35, et § 36, OP, t. 1, p. 19.

28 Essai, Introduction, OP, t. 1, p. 3.

29 Essai, I, 2, 5, § 49, OP, t. 1, p. 22.

30 Traité des animaux, II, 4, OP, t. 1, p. 361.

31 Traité des animaux, II, 2, OP, t. 1, p.341 ; II, 5, OP, t. 1, p. 347.

32 Essai, II, 1, 1, § 2, OP, t. 1, p. 60-61.

33 Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 430-431 ; I, 8, OP, t. 1, p.443 ; La logique, II, 2, OP, t. 2, p. 397.

34 Ibid.

35 Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 428 ; La logique, I, 6, OP, t. 2, p. 383.

36 Essai, II, 1, § 3, OP, t. 1, p. 61.

37 La logique, objet de cet ouvrage, OP, t. 2, p. 371.

38 Essai, I, 2, 4, § 41-43, OP, t. 1, p. 21-22.

39 Grammaire, I, 3, OP, t. 1, p. 435-436 ; La logique, I, 1, OP, t. 2, p. 372-373 ; I, 6, OP, t. 2, p. 383.

40 Essai, I, 2, 4, § 36-40, OP, t. 1, p. 19-20.

41 Grammaire, I, 7, OP, t. 1, p. 443 ; La logique, I, 1, OP, t. 2, p. 373.

42 Essai, I, 2, 5, § 49, OP, t. 1, p. 22.

43 Grammaire, I, 5, OP, t. 1, p. 439 ; La logique, I, 9, OP, t. 2, p. 388.

44 De la Grammaire à la Logique, l’affirmation de l’existence d’une logique naturelle prend une importance de plus en plus grande, jusqu’à devenir le postulat introductif de toute la philosophie de l’esprit de Condillac : « C’est ainsi que la nature nous force de commencer, lorsque, pour la première fois, nous faisons quelque usage des facultés de notre esprit. C’est elle qui les règle seule, comme elle a d’abord réglé seule toutes les facultés du corps », La logique, objet de cet ouvrage, OP, t. 2, p. 371.

45 Essai, I, 2, 2, § 17, OP, t. 1, p. 14.

46 Essai, I, 2, 4, § 35, OP, p. 19.

47 Essai, I, 1, 2, § 11, OP, t. 1, p. 9.

48 Essai, I, 1, 2, § 9, OP, t. 1, p. 8.

49 Essai, I, 3 § 16, OP, t. 1, p. 40.

50 Essai, I, 2, 2, § 21, OP, t. 1, p. 15.

51 Essai, I, 2, 4, § 41-46, OP, t. 1, p. 21.

52 Les sensations peuvent aussi être considérées comme la source de la connaissance objective du monde lorsqu’elles deviennent elles-mêmes l’objet d’opérations qui les visent, mais elles ne le sont pour ainsi dire qu’en second lieu, chez les êtres humains doués de langage articulé.

53 Essai, I, 2, 4, § 40, OP, t. 1, p. 20.

54 Essai, I, 2, 1, § 14, OP, t. 1, p.13.

55 Essai, I, 2, 4, § 36, OP, t. 1, p. 19.

56 Essai, I, 2, 1, § 18, OP, t. 1, p. 15.

57 Diderot, Lettres sur les aveugles, Œuvres philosophiques, P. Vernière éd., Paris, Garnier, 1964, p. 114-115.

58 « Tout phénomène psychique contient en lui-même quelque chose comme objet même si chacun le contient à sa façon. Dans la représentation, c’est quelque chose qui est représenté, dans le jugement quelque chose qui est admis ou rejeté, dans l’amour quelque chose qui est aimé, dans la haine quelque chose qui est haï, dans le désir quelque chose qui est désiré, et ainsi de suite. » Traduit de F. Brentano, Psychologie vom empirischen Standpunkt, seconde édition avec introduction et notes de O. Kraus, Leipzig, Duncker & Humblot, réimpression Meiner, Hamburg, 1974, § 88.

59 Essai, I, 2, 1, § 15, OP, t. 1, p. 14.

60 Essai, II, 1, 1, § 1-2, OP, t. 1, p. 60-61.

61 Essai, I, 2, 1, § 4, OP, t. 1, p. 11.

62 Essai, I, 2, 1, § 15, OP, t. 1, p. 14.

63 Grammaire, I, 7, OP, t. 1, p. 443.

64 La logique, objet de cet ouvrage, OP, t. 2, p. 371.

65 La logique, II, 1, OP, t. 2, p. 396.

66 La logique, I, 6, OP, t. 2, p. 383.

67 Dictionnaire des synonymes, article : note, OP, t. 3, p. 404-405. Notons ici la différence de cette définition du signe naturel avec celle de l’Essai.

68 Essai, I, 2, 1, § 4, OP, t. 1, p. 11.

69 Dictionnaire des synonymes, article : conscience, OP, t. 3, p. 143.

70 La logique, I, 9, OP, t. 2, p. 388.

71 Traité des sensations, I, 2, § 6, p. 225. Rappelons que la définition de la mémoire donnée dans le Traité des sensations est nettement différente de celle de l’Essai.

72 Essai, I, 2, 1, § 15, p. 14.

73 Traité des sensations, II, 5, OP, t. 1, p. 254-256 ; Traité des animaux, II, 1, OP, t. 1, p. 356-357.

74 Traité des sensations, II, 12, OP, t. 1, p. 273.

75 Traité des sensations, III, 1 et 2, OP, t. 1, p. 275-277.

76 Grammaire, I, 1, OP, t. 1, p. 428.

77 Traité des animaux, II, 1, OP, t. 1, p. 356-357.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540