Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Condillac, philosophe du langage ?

 | 
Aliènor Bertrand

Langage et action

Condillac et le proto-langage, entre autres précurseurs

Jérôme Dokic

Note de l’auteur

En rédigeant cet essai, nous avons grandement bénéficié de la lecture d’un texte inédit de J. Proust sur Condillac (« L’action comme langage »), ainsi que de l’étude du recueil d’essais dirigé par A. Bertrand, Condillac. L’origine du langage, Paris, PUF, 2002. La présente étude recoupe l’article suivant, qui contient un développement plus important de certaines des thèses exposées ici : J. Dokic, « L’interprétation ordinaire, entre simulation et méta-représentation », Philosophiques, no 1, vol. 32, 2005, p. 19-37.

Texte intégral

Le proto-langage

  • 1 Essai sur l’origine des connaissances humaines (1746), I, 2, chap. 4, § 38, Paris, Vrin, 2014.

1La thèse fondamentale de Condillac sur l’origine du langage est que les tout premiers signes produits par l’être humain sont des signes naturels, dont le caractère est de « faire connaître par eux-mêmes, et indépendamment du choix que nous en avons fait, l’impression que nous éprouvons, en occasionnant quelque chose de semblable chez les autres »1. Les signes naturels sont donc des réactions émotionnelles spontanées – cris, gestes et autres attitudes corporelles – à des situations particulières. Les signes naturels forment le premier langage de l’homme : un proto-langage, ou ce que Condillac appelle le langage d’action.

2Condillac précise que la fonction des signes naturels est de faire connaître une impression non pas en tant qu’état mental interne, indépendant du contexte, mais comme lien étroit à un objet ou à un fait dans le monde :

Or on ne pouvait, avec le langage d’action, faire connaître l’état de son âme, qu’en montrant l’objet auquel il se rapportait. Les mouvements qui exprimaient un besoin, n’étaient entendus qu’autant qu’on avait indiqué, par quelque geste, ce qui était propre à le soulager. (Ibid., II, 1, chap. 9, § 84 ; mes italiques)

3En vue d’illustrer ce qu’il entend par un langage d’action, Condillac envisage un scénario canonique dans lequel un homme exprime son désir d’atteindre quelque objet par des cris et des gestes, poussant ainsi un autre homme à venir à son secours :

Ainsi, par le seul instinct, ces hommes se demandaient et se prêtaient des secours. Je dis par le seul instinct, car la réflexion n’y pouvait encore avoir part. L’un ne disait pas : « Il faut m’agiter de telle manière, pour lui faire connaître ce qui m’est nécessaire et pour l’engager à me secourir » ; ni l’autre : « Je vois à ses mouvements qu’il veut telle chose, je vais lui en donner la jouissance » : mais tous deux agissaient en conséquence du besoin qui les pressait davantage. (Ibid., II, 1, chap. 1, § 2)

4En termes contemporains, des pensées du type « Il faut faire telle chose pour faire connaître telle autre chose à autrui » et « Je vois qu’il veut telle chose » sont des méta-représentations, c’est-à-dire des représentations qui portent explicitement sur d’autres représentations (en l’occurrence, sur des états de connaissance et des intentions), et donc qui mobilisent quelque concept ou idée de représentation. La capacité de former des méta-représentations en ce sens constitue ce que Condillac appelle « la réflexion ». Il suggère donc que le langage tel que nous le connaissons a son origine dans un commerce primitif entre les hommes qui précède la réflexion, ne faisant intervenir que des représentations de premier ordre, c’est-à-dire des représentations qui portent en principe sur tout sauf d’autres représentations.

5Le proto-langage a pour Condillac un lien privilégié avec la perception et l’action. On peut ainsi considérer que le scénario qui vient d’être décrit implique une forme d’extension de l’action : un homme obtient ce qu’il désire par l’intermédiaire de l’un de ses semblables. Il y a ici un transfert naturel de désir : l’homme interpellé en vient à désirer l’action même désirée par l’interpellant, par exemple lui procurer l’objet dont il a besoin.

6Ce scénario s’accompagne d’un autre scénario canonique également décrit par Condillac, qui implique une forme d’extension de la perception. Un homme crie ou gesticule en réaction naturelle à quelque événement (positif ou négatif) et un second homme, entendant les cris ou voyant les gestes du premier, réagit à son tour comme s’il faisait lui-même l’expérience directe de cet événement. Par exemple, le premier homme pousse un cri d’effroi à la vue d’un lion et le second homme, ne voyant pas lui-même le fauve mais entendant les cris de son compagnon, s’enfuit prestement. Il y a ici un transfert naturel de croyance : le second homme en vient à former une croyance sur un état de choses non perçu également cru, cette fois sur la base de la perception, par le premier homme.

7Ces scénarios canoniques sont plausibles, et trouvent leur équivalent (au moins dans une version purement causale, qui n’implique pas l’intention de communiquer) chez de nombreuses espèces non humaines (telles que l’abeille, certains oiseaux et les singes vervets). La question est de savoir si l’écart entre un proto-langage de ce genre (même lorsqu’il implique quelque intention de communiquer) et le langage humain n’est pas trop important pour que le premier puisse faire partie de l’histoire naturelle du second. En quel sens le proto-langage ou langage d’action peut-il être considéré comme étant à la source du langage tel que nous le connaissons ?

  • 2 On sait que Condillac renoncera à cette thèse par la suite. Dans le Traité des sensations, il crit (...)

8Il faut distinguer ici plusieurs thèses défendues par Condillac. Une première thèse concerne l’existence d’une continuité historique et conceptuelle entre la communication non linguistique et la communication linguistique, qui implique la syntaxe caractéristique du langage ordinaire. Une autre thèse concerne l’indépendance ou la relative autonomie de la communication en général par rapport à la réflexion. Enfin, cette thèse est elle-même la conséquence d’une troisième thèse, plus générale, sur l’origine même de la réflexion. Dans l’Essai, Condillac considère que la réflexion s’acquiert par l’usage du langage, même s’il anticipe sans tarder l’objection de ses contemporains à une thèse si moderne2 :

Il semble qu’on ne saurait se servir des signes d’institution, si l’on n’était pas déjà capable d’assez de réflexion pour les choisir et pour y attacher des idées : comment donc, m’objectera-t-on peut-être, l’exercice de la réflexion ne s’acquerrait-il que par l’usage de ces signes ? (Ibid., I, 2, chap. 4, § 49)

  • 3 Voir N. Chomsky, Aspects of the Theory of Syntax, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1965.

9La première thèse, qui concerne la continuité entre la communication non linguistique et la communication linguistique, est relativement peu controversée, même si Noam Chomsky s’y est courageusement opposé3. En revanche, les deux dernières thèses sont actuellement au cœur d’un débat important dans les sciences cognitives.

  • 4 P. Carruthers et P. K. Smith éd., Theories of Theories of Mind, Cambridge, Cambridge University Pr (...)
  • 5 H. Wimmer et J. Perner, « Beliefs about beliefs : Representation and constraining function of wron (...)

10Ce débat concerne les relations entre le langage et la théorie de l’esprit. Par « théorie de l’esprit », j’entends la capacité ordinaire de mentalisation qui nous permet d’attribuer à autrui et à nous-mêmes des propriétés psychologiques plus ou moins sophistiquées4. La théorie de l’esprit est méta-représentationnelle lorsqu’elle autorise en particulier l’attribution d’attitudes propositionnelles dont la croyance et le désir sont les paradigmes. Par exemple, un sujet ne peut pas attribuer une croyance fausse à autrui s’il ne dispose pas d’un concept de représentation qui ne correspond pas toujours à l’état du monde réel tel qu’il le conçoit5.

11Plusieurs options se présentent alors. Le langage peut dépendre unilatéralement d’une théorie de l’esprit, ou vice-versa. Le langage et la théorie de l’esprit peuvent aussi être en relation de dépendance mutuelle. Par ailleurs, la notion de dépendance en question peut être interprétée dans un sens purement conceptuel, ou au contraire dans un sens empirique, par exemple phylogénétique.

  • 6 D. Davidson, Enquêtes sur la vérité et l’interprétation, traduction française de P. Engel, Nîmes, (...)
  • 7 D. Dennett, La conscience expliquée, traduction française de P. Engel, Paris, Odile Jacob, 1993.
  • 8 J. de Villiers et J. E. Pyers, « Complements to cognition : a longitudinal study of the relationsh (...)

12Donald Davidson6 a soutenu, sur le plan conceptuel, que la maîtrise d’une théorie de l’esprit est indissociable de la faculté de langage. Daniel Dennett7 en a tiré les conséquences phylogénétiques, en arguant que l’évolution du langage ne saurait dépendre du développement préalable d’une théorie de l’esprit. Plus récemment, certains psychologues du développement ont émis l’hypothèse plus spécifique selon laquelle la maîtrise de la syntaxe des comptes rendus d’attitudes propositionnelles (de la forme « Pierre croit que Marie le trompe ») est une condition nécessaire préalable pour donner un sens à la notion de croyance fausse8.

  • 9 P. Grice, Studies in the Way of Words, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1989.
  • 10 D. Sperber et D. Wilson, Relevance : Communication and Cognition, Oxford, Blackwell, 1986 ; La per (...)
  • 11 G. Origgi et D. Sperber, « Evolution, communication and the proper function of language », dans P. (...)
  • 12 R. W. Byrne et A. Whiten éd., Machiavellian Intelligence, Cambridge, Cambridge University Press, 1 (...)

13À l’opposé, une tradition qui remonte au moins aux travaux de Paul Grice9 a mis en évidence les capacités de mentalisation qui sous-tendent la communication, qu’elle soit linguistique ou non. La thèse selon laquelle la communication repose sur une théorie de l’esprit est un thème central de la théorie de la pertinence développée par Dan Sperber et Deirdre Wilson10 (1986). Selon les théoriciens de la pertinence, la communication repose, du point de vue du récepteur, sur l’attribution à l’émetteur d’intentions plus ou moins complexes, en particulier l’intention méta-représentationnelle de rendre mutuellement manifeste à tous les protagonistes de l’acte de communication le fait que l’émetteur a une intention informative spécifique. Dans cette perspective, on peut admettre que le langage et la théorie de l’esprit ont subi une évolution commune11 mais sur le plan conceptuel, l’avènement du premier dépend unilatéralement de l’existence de la seconde, qui a évolué à la suite d’autres pressions subies au cours de l’évolution (par exemple, le développement de l’intelligence sociale ou « machiavélique »)12.

14La place de Condillac dans ce débat est relativement claire. Selon lui, le langage a pu se développer sans l’aide préalable de la réflexion, et donc indépendamment d’une théorie méta-représentationnelle de l’esprit. Il ne s’arrête pas là, et suggère (du moins dans l’Essai) que l’exercice de la réflexion ne s’acquiert que par l’usage des signes. Compte tenu du fait que notre théorie ordinaire de l’esprit est au moins en partie méta-représentationnelle, la position générale de Condillac sur les relations entre le langage et la capacité de mentalisation reste ouverte et controversée. À nos yeux, Condillac peut en outre apporter quelques éléments au débat contemporain, en indiquant des pistes qu’il n’a pas lui-même suivies jusqu’au bout, mais qu’il vaut la peine d’explorer.

Le langage et la théorie de l’esprit

15Dan Sperber considère que la position qui accorde la priorité au langage sur la théorie de l’esprit, dans l’ordre de l’explication conceptuelle, conduit à une impasse :

  • 13 D. Sperber, « Metarepresentations in an evolutionary perspective », dans Metarepresentations : A M (...)

Ou bien la communication linguistique ancestrale, quoiqu’elle fût à de nombreux égards plus simple, était fondée sur le même type de mécanisme communicationnel que la communication linguistique moderne. Dans ce cas, elle présupposait la capacité de méta-représentation, et ne pouvait donc pas la précéder. Ou bien la communication ancestrale linguistique était strictement une affaire de codage/décodage, et alors il n’y a aucune raison de supposer que nos ancêtres avaient les ressources nécessaires pour prendre conscience du caractère représentationnel de leurs signaux, pas plus que les abeilles ou les singes vervets.13

16L’objection de Dan Sperber comporte plusieurs éléments distincts, mais son thème général est assez clair. Selon lui, il y a une discontinuité entre les scénarios canoniques et la communication (linguistique ou non) telle que nous la connaissons. Les protagonistes des scénarios canoniques ne se considèrent l’un l’autre que comme des intermédiaires causaux. Or il semble qu’une condition nécessaire de la communication est que l’émetteur et le récepteur considèrent certains événements comme des signes ; dans les termes de Sperber, ils doivent prendre conscience de leur « caractère représentationnel ». Une telle prise de conscience requiert une théorie de l’esprit, seule habilitée à donner un sens à l’idée que les protagonistes d’un acte de communication utilisent sciemment un système symbolique.

17Selon Dan Sperber, dès lors que la communication repose sur une théorie méta-représentationnelle de l’esprit, elle prend une forme radicalement différente de celle des transferts de croyances et de désirs dans les scénarios canoniques. Dans la théorie de la pertinence, le message n’est pas directement perçu mais inféré à partir des intentions communicationnelles du locuteur, elles-mêmes dérivées de prémisses concernant les signes utilisés et le contexte. Les interactions proto-linguistiques des scénarios canoniques – qui étendent les capacités perceptives et agentives des sujets – ne survivent pas au développement de la communication proprement dite, ou alors seulement en tant que vestiges. Le véritable précurseur de la communication n’est pas un proto-langage fondé sur des signes naturels, mais la théorie de l’esprit. Or il n’y a aucun lien privilégié entre le proto-langage et la théorie de l’esprit qui pourrait expliquer de manière plausible l’évolution ou le développement du premier à la seconde.

La perception des signes naturels

18Une part cruciale de l’objection de Dan Sperber concerne la transparence des signes naturels utilisés dans les scénarios canoniques. Dans tout acte de communication digne de ce nom, les signes utilisés ne sauraient être purement transparents ; au contraire, ils doivent être compris comme tels, c’est-à-dire comme des signes, par les protagonistes. Une telle compréhension est psychologique, et fait donc intervenir quelque théorie de l’esprit.

  • 14 On suppose couramment que la notion de représentation est théorique plutôt qu’observationnelle. On (...)

19Cette objection peut être levée s’il est possible de donner un sens à l’opacité des signes tout en restant sur le terrain de la perception. En supposant que les représentations perceptives soient toujours des représentations de premier ordre14, la théorie de l’esprit éventuellement mobilisée à ce niveau est préréflexive.

  • 15 A. Whiten éd., Natural Theories of Mind : Evolution, Development and Simulation of Everyday Mindre (...)
  • 16 L. Wittgenstein, Carnets 1914-1916, Paris, Gallimard, 1971, p. 171.

20Les recherches psychologiques sur l’évolution et le développement de la théorie de l’esprit ont identifié plusieurs « précurseurs » de la capacité méta-représentationnelle de mentalisation. L’attention partagée, les comportements de pointage proto-impératif et proto-déclaratif, la compréhension des intentions en action, l’imitation et le comportement empathique précèdent apparemment la réflexion telle qu’elle s’exerce dans l’attribution d’attitudes propositionnelles comme la croyance et le désir15. Alors que les attitudes propositionnelles constituent ou impliquent essentiellement des représentations capables d’être vraies et capables d’être fausses (c’est-à-dire des représentations « bipolaires », dans la terminologie du jeune Wittgenstein16), d’autres états mentaux, épistémiques et volitifs, constituent plutôt des relations directes à l’environnement réel du sujet. La nature relationnelle de ces états mentaux a plusieurs conséquences pertinentes.

  • 17 J. Gómez, « Some thoughts on the evolution of LADS, with special reference to TOM and SAM », dans (...)
  • 18 D. I. Perrett, « A cellular basis for reading minds from faces and actions », dans Neural Mechanis (...)

21Premièrement, il est en principe possible pour un organisme de former des représentations de premier ordre de ces états mentaux, donc d’une manière qui ne mobilise aucune capacité de méta-représentation. En second lieu, au moins certains de ces états se traduisent directement dans le comportement. Ils ont une « physiognomie » qui les rend observables par ceux dotés de la disposition perceptive appropriée17. Par exemple, la capacité de détecter visuellement les postures et les attitudes corporelles d’autrui (qui semble avoir son fondement causal dans le cortex temporal) constitue une « fenêtre ouverte sur l’esprit d’autrui »18.

  • 19 T. Allison, A. Puce et G. McCarthy, « Social perception from visual cues : role of the STS region  (...)

22Cette capacité de « perception sociale »19 modifie le contenu de la perception du récepteur impliqué dans un acte de communication proto-déclaratif. Dans les versions purement causales des scénarios canoniques, le contenu de la perception du récepteur à qui l’on apprend que p est principalement « p ». Autrement dit, le contenu de la perception du récepteur s’apparente à celui d’une perception directe du fait que p. La médiation de l’émetteur dans la transmission de l’information est totalement transparente. Par contre, le récepteur qui dispose de la capacité de perception sociale peut faire l’expérience d’une situation plus complexe : le contenu de sa perception a à peu près la forme suivante :

  • 20 J. McDowell, « Knowledge by hearsay », dans Knowing from Words : Western and Indian Philosophical (...)

L’émetteur sait et me fait savoir que p. Le récepteur ne perçoit pas seulement le fait que p ; il perçoit le fait qu’un émetteur cherche à lui révéler le fait que p.20

23On peut ainsi espérer rendre compte de la phénoménologie de la compréhension, qui est à la fois perceptive et psychologiquement prégnante. Certes, la « théorie de l’esprit » mobilisée au niveau perceptif est assez rudimentaire. Elle permet de repérer des situations psychologiques relationnelles, qui impliquent des objets intentionnels concrets, mais elle est incapable de rendre compte des cas de « méreprésentation », où le sujet n’est précisément pas en relation cognitive avec un objet réel ou avec un fait. A fortiori, elle est loin de pouvoir fonder la conception d’une croyance fausse, qui a partie liée avec une théorie méta-représentationnelle de l’esprit.

La genèse des signes d’institution

24La possibilité d’un niveau de communication purement perceptif soulève plusieurs questions. Par exemple, il reste à démontrer que la compréhension perceptive ne repose pas aussi sur une évaluation globale des croyances et des désirs de l’émetteur, étant donné certaines contraintes de rationalité. Une autre question, plus urgente, concerne la nature des signes impliqués dans la communication perceptive : sont-ils nécessairement des signes naturels, ou peuvent-ils être des signes d’institution ? C’est que les signes naturels ne sont pas des signes à proprement parler. L’une des caractéristiques centrales des signes utilisés pour communiquer est qu’ils peuvent être convoqués librement, indépendamment du contexte présent. Condillac écrit :

  • 21 Essai sur l’origine des connaissances humaines (1746), ouvr. cité, I, 2, chap. 4, § 38.

Quant aux cris naturels, cet homme les formera aussitôt qu’il éprouvera les sentiments auxquels ils sont affectés. Mais ils ne seront pas, dès la première fois, des signes à son égard, puisqu’au lieu de lui réveiller des perceptions, ils n’en seront que des suites. Lorsqu’il aura souvent éprouvé le même sentiment, et qu’il aura, tout aussi souvent, poussé le cri qui doit naturellement l’accompagner ; l’un et l’autre se trouveront si vivement liés dans son imagination, qu’il n’entendra plus le cri qu’il n’éprouve le sentiment en quelque manière. C’est alors que ce cri sera un signe. Mais il ne donnera de l’exercice à l’imagination de cet homme que quand le hasard le lui fera entendre. Cet exercice ne sera donc pas plus à sa disposition que dans le cas précédent.
Il ne faudrait pas m’opposer qu’il pourrait, à la longue, se servir de ces cris, pour se retracer à son gré les sentiments qu’ils expriment. Je répondrais qu’alors ils cesseraient d’être des signes naturels, dont le caractère est de faire connaître par eux-mêmes, et indépendamment du choix que nous en avons fait, l’impression que nous éprouvons, en occasionnant quelque chose de semblable chez les autres.21

25Lorsque les signes peuvent être manipulés intentionnellement, ils cessent d’être des signes naturels pour devenir des signes d’institution. Condillac donne la description suivante de la transition des signes naturels aux signes d’institution :

Plus ils se familiarisèrent avec ces signes, plus ils furent en état de se les rappeler à leur gré. Leur mémoire commença à avoir quelque exercice ; ils purent disposer eux-mêmes de leur imagination, et ils parvinrent insensiblement à faire avec réflexion ce qu’ils n’avoient fait que par instinct. D’abord tous deux se firent une habitude de connaître, à ces signes, les sentiments que l’autre éprouvait dans le moment ; ensuite ils s’en servirent pour se communiquer les sentiments qu’ils avoient éprouvés. Celui, par exemple, qui voyait un lieu où il avait été effrayé, imitait les cris et les mouvements qui étaient les signes de la frayeur, pour avertir l’autre de ne pas s’exposer au danger qu’il avait couru. (Ibid., II, 1, chap. 1, § 3)

  • 22 A. Goldman, « In defense of the simulation theory », Mind and Language, no 7, 1992, p. 104-119 ; A (...)

26L’imitation ou la simulation est ici invoquée comme un mécanisme cognitif permettant un premier découplage du signe par rapport au contexte présent. Nous sommes capables d’imiter une action relationnelle – dans l’exemple de Condillac, l’homme fait semblant d’avoir peur de quelque chose – en l’absence de son relatum (par exemple, un prédateur rencontré dans le passé à l’endroit où se trouvent les protagonistes de l’acte de communication). La simulation d’une action ou d’une réponse spontanée implique des mécanismes cognitifs également mobilisés dans l’action ou la réponse originale. L’homme qui fait semblant d’avoir peur d’un prédateur se trouve dans un état mental analogue (quoique non identique) à celui dans lequel il se trouvait au moment de la rencontre réelle avec le prédateur22. On peut faire ici deux remarques à propos de la suggestion de Condillac.

  • 23 D. Sperber, « Metarepresentations in an evolutionary perspective », art. cité, p. 117-137.

27Premièrement, elle met en évidence la continuité entre les signes naturels et les signes d’institution. L’imitation n’a pas seulement la propriété importante de n’admettre aucune explication plausible en dehors du fait que l’imitateur cherche à communiquer quelque chose (comme le note Dan Sperber23). Elle permet surtout d’exploiter des réponses spontanées en l’absence des objets et des événements qui produisent naturellement ces réponses.

28Insistons un peu sur ce point. L’action imitée cesse d’être un signe naturel de la présence du prédateur (surtout si celui-ci est absent) mais reste, dans la portée de la simulation, une réponse naturelle à une sollicitation de l’environnement. Lorsque l’homme imite une rencontre avec un prédateur, il réactive des mécanismes cognitifs mobilisés lors de la rencontre passée. Il n’imite pas sa réponse à un fait indépendamment identifié, mais la reproduit. En définitive, seul le fait est explicitement représenté dans la simulation, dont le processus n’implique nullement la capacité de méta-représentation.

29En second lieu, la suggestion de Condillac est compatible avec le modèle perceptif de la communication. On pourrait objecter que ce modèle vaut au mieux pour les signes naturels, mais qu’il est obsolète pour les signes d’institution. Si les signes peuvent être utilisés librement, c’est qu’ils cessent d’être des réponses naturelles à des faits, et donc ne peuvent plus en être les révélateurs.

30Cette objection peut être levée de la manière suivante. Supposons que le message transmis par l’émetteur dans la situation envisagée par Condillac corresponde à peu près à « Il y avait ici un prédateur ». On peut distinguer deux représentations dans le message : « Il y avait ici un prédateur » et « Il y a ici un prédateur ». La première représentation correspond à l’information communiquée, alors que la seconde représentation n’est utilisée que dans la portée de la simulation. Si celle-ci résulte d’une utilisation libre des signes impliqués, celle-là reste une réponse naturelle à un fait, à savoir qu’il y avait là un prédateur. Par exemple, le récepteur réagit naturellement devant l’émetteur comme s’il y avait un lion. Il met en oeuvre les mécanismes cognitifs, quels qu’ils soient, qui seraient activés s’il constatait lui-même la présence passée d’un lion, par exemple s’il percevait sur le sol des traces fraîches du félin.

31La thèse selon laquelle la communication repose normalement sur des réponses naturelles ou spontanées est donc compatible avec le fait qu’elle implique des signes d’institution en continuité avec les signes naturels. Lorsqu’un émetteur annonce qu’il pleut, l’occurrence des mots « Il pleut » signifie naturellement la pluie locale (à supposer que l’émetteur soit fiable), mais les mêmes mots peuvent également être utilisés en l’absence de la pluie, par exemple, dans l’énoncé « S’il pleut, je prendrai mon parapluie ».

Un proto-langage opératoire

32Un thème central de la philosophie condillacienne du langage est que l’usage des signes augmente les capacités cognitives, qui à leur tour perfectionnent le langage :

  • 24 Essai sur l’origine des connaissances humaines (1746), ouvr. cité, II, 1, chap. 1, § 3-4.

L’usage [des] signes [d’institution] étendit peu à peu l’exercice des opérations de l’âme ; et, à leur tour, celles-ci ayant plus d’exercice perfectionnèrent les signes, et en rendirent l’usage plus familier. Notre expérience prouve que ces deux choses s’aident mutuellement.24

33On peut essayer d’illustrer l’évolution commune et le progrès réciproque du langage et des capacités cognitives à partir de l’exemple qui vient d’être donné. Le niveau de communication réalisé dans l’exemple de Condillac implique un langage dont la syntaxe élémentaire peut être représentée dans les termes de la logique temporelle propositionnelle. Par exemple, le message « Il y avait ici un prédateur » peut être analysé comme impliquant un opérateur temporel intensionnel, « dans le passé » ou « il était le cas que », qui s’ajoute à la représentation plus simple « Il y a ici un prédateur ». Selon Arthur Prior, c’est précisément la façon dont nous comprenons en fait les énoncés au passé :

  • 25 A. Prior, Past, Present and Future, Oxford, Clarendon Press, 1967.

Une expression qui permet de construire une phrase à partir d’une autre phrase est un adverbe ou une expression adverbiale, comme « ne… pas » ou « Ce n’est pas le cas que », ou « prétendument » ou « Il est prétendu que », ou « Il est possible que ». […] Je voudrais émettre l’hypothèse selon laquelle mettre un verbe au temps passé ou futur revient exactement au même qu’à ajouter un adverbe à la phrase. « J’étais en train de déjeuner » est lié à « Je suis en train de déjeuner » de la même manière que « Je suis prétendument en train de déjeuner » lui est lié. C’est un accident historique que nous formons le temps passé en modifiant le temps présent, par exemple en substituant « étais » à « suis », plutôt qu’en lui accrochant un adverbe. Dans un langage rationalisé qui comporte des constructions uniformes pour des fonctions similaires, nous formerions le temps passé en préfixant à une phrase l’expression « Il était le cas que » […] et le temps futur en préfixant « Il sera le cas que ».25

  • 26 Voir par exemple B. Partee, « Some structural analogies between tenses and pronouns in English », (...)

34Les linguistes contemporains n’ont pas globalement suivi la suggestion d’Arthur Prior, et se sont éloignés d’une conception opératoire des temps grammaticaux au profit d’une représentation syntaxique impliquant des variables temporelles26. Toutefois, la suggestion de Prior pourrait être valable pour le proto-langage. On peut en tout cas imaginer un système symbolique dans lequel un opérateur du type « dans le passé » ou « Il était le cas que » est naturellement interprété comme une invitation à la simulation, c’est-à-dire une invitation à rendre présente, par l’imagination et le souvenir, une situation passée. On peut alors faire la spéculation selon laquelle l’évolution de la capacité de simulation est étroitement liée à la capacité proto-syntaxique d’utiliser un langage opératoire, sans préjuger de la question de savoir quelle capacité est prioritaire sur l’autre dans l’ordre de l’explication.

La compréhension et l’inférence

  • 27 Notons tout de même que la proto-syntaxe peut manifester une forme de récursivité, puisque les opé (...)

35La notion de simulation nous permet de comprendre comment un proto-langage constitué de signes institutionnels a pu évoluer à partir de signes naturels utilisés et perçus comme tels. Il reste à combler le fossé qui sépare ce proto-langage du langage que nous connaissons. Premièrement, comme nous venons de le voir, la syntaxe du proto-langage ne saurait rivaliser avec celle, infiniment plus complexe, des langues ordinaires27. En second lieu, la communication linguistique repose sur une théorie de l’esprit particulièrement élaborée, qui ne semble pas requise pour l’utilisation du proto-langage. Comme le rappellent Gloria Origgi et Dan Sperber, un problème majeur de la théorie de la communication est d’expliquer comment les bénéfices de la communication peuvent excéder le coût d’éventuelles fraudes, mensonges ou manipulations :

  • 28 G. Origgi et D. Sperber, « Evolution, communication and the proper function of language », art. ci (...)

Dans le cas de la communication humaine, l’explication de la manière dont le coût d’une possible tromperie [deception] est maîtrisé implique le fait que la compréhension et l’adhésion [acceptance] sont deux étapes distinctes dans le processus global.28

  • 29 Nous pensons ici aux différentes formes de holisme qui pèsent sur l’attribution des croyances et d (...)

36On peut admettre avec les gricéens et leurs descendants que la communication ordinaire implique au moins la capacité d’attribuer des attitudes propositionnelles plusieurs fois enchâssées les unes dans les autres, et donc qu’elle est fortement méta-représentationnelle. Or il est vrai que cette capacité ne peut être fondée seulement sur des bases simulationnistes. D’un mot, la capacité de simulation reste tributaire d’une conception relationnelle des états mentaux. Elle ne peut pas fonder notre conception naïve d’une croyance comme impliquant une représentation de la réalité, capable d’être vraie mais aussi d’être fausse. La maîtrise du concept de croyance suppose au minimum l’identification d’une représentation déterminée à travers deux mondes (ou deux ensembles de mondes) possibles : un monde dans lequel elle est vraie et un monde dans lequel elle est fausse. La capacité de méta-représentation rend ainsi possible une théorie de l’esprit essentiellement différente de celle qui est disponible aux niveaux perceptif et simulationniste. Elle permet l’attribution d’attitudes propositionnelles comme la croyance et le désir, et avec elle l’apparition de contraintes de rationalité plus complexes29.

37Toutefois, il n’est pas évident que ces nouvelles possibilités de mentalisation rendent entièrement caduc le système informationnel sur lequel repose la communication proto-linguistique. En particulier, elles ne nous obligent pas à considérer la compréhension et l’adhésion comme deux étapes distinctes du processus de compréhension.

  • 30 Ici, la nature inclut notre « seconde nature », au sens de J. McDowell, dans Subject, Thought and (...)

38Certes, seule la capacité de méta-représentation permet d’identifier une représentation comme telle, en la posant comme une entité relativement indépendante de ce qui la rend vraie ou fausse. Mais l’identification n’est pas la compréhension : on peut identifier une représentation sans la comprendre. L’intuition des philosophes « naturalistes » comme Condillac, Thomas Reid et plus tard Ludwig Wittgenstein, est que la compréhension a essentiellement son origine dans l’expression. C’est parce que nous avons la disposition naturelle de répondre à des faits que nous sommes capables de les représenter30. Lorsque la capacité de simulation est en place, ces réponses peuvent être différées, mais elles restent des réactions spontanées à une sollicitation réelle ou imaginée de l’environnement. De manière générale, la compréhension d’une représentation propositionnelle repose sur la simulation d’un fait. Comprendre une représentation, c’est faire comme si elle était vraie.

39C’est par son lien avec la simulation que la compréhension est liée à l’adhésion spontanée. Si le développement de la capacité de méta-représentation permet de réinterpréter les transactions du système informationnel comme impliquant des attitudes propositionnelles soumises à des exigences de rationalité, il ne supplante pas le système informationnel lui-même, sur lequel repose toujours notre compréhension des représentations propositionnelles élémentaires. Lorsque nous avons des raisons de croire que notre interlocuteur nous trompe, nous n’adhérons pas à ce qu’il tente de nous faire croire, mais lorsque nous n’avons aucune raison de ce genre, l’adhésion l’emporte naturellement.

  • 31 J. McDowell, « Meaning, communication, and knowledge », dans Philosophical Subjects : Essays Prese (...)

40Bien sûr, comme toute forme de perception, la communication dépend d’une théorie d’arrière-plan. Il ne s’ensuit pas que la valeur épistémique du jugement de perception dérive d’un argument théorique dont les prémisses portent sur la fiabilité du système informationnel lui-même. Dans un contexte normal, cette valeur épistémique est une valeur de connaissance, et l’émetteur fait savoir, et non pas seulement croire, quelque chose au récepteur31.

Conclusions

41En conclusion, nous pouvons affirmer qu’une philosophie du langage d’inspiration condillacienne repose sur les postulats suivants :

1. Il y a une continuité historique et conceptuelle entre les signes naturels et les signes d’institution, et donc entre le langage d’action et le langage ordinaire (dans une certaine mesure, qui tient compte des différences syntaxiques essentielles qui les séparent).

2. La représentation propositionnelle prend racine dans l’expression, c’est-à-dire dans les réponses naturelles d’un organisme aux sollicitations de son environnement (plus précisément à des faits).

3. Le développement d’une capacité de méta-représentation ne modifie pas la nature essentielle du système informationnel sur lequel repose à la fois la communication proto-linguistique et la communication ordinaire.

4. Le progrès réciproque du langage et des capacités cognitives comporte trois étapes majeures : le stade perceptif, le stade de la simulation et le stade de la méta-représentation, qui correspondent respectivement aux signes naturels, aux signes d’institution d’un langage opératoire et aux signes d’institution d’un langage syntaxiquement plus riche qui permet la construction de compléments propositionnels.

5. Les considérations avancées dans le présent essai laissent ouverte la possibilité que la capacité de méta-représentation se développe essentiellement à partir de la maîtrise linguistique de certaines constructions syntaxiques. (Il va de soi que cette possibilité pourrait être exclue par d’autres considérations.)

Notes

1 Essai sur l’origine des connaissances humaines (1746), I, 2, chap. 4, § 38, Paris, Vrin, 2014.

2 On sait que Condillac renoncera à cette thèse par la suite. Dans le Traité des sensations, il critique en effet le point de vue selon lequel le langage seul suffit à acquérir les notions psychologiques essentielles à la théorie de l’esprit, notamment celles de croyance et de désir. Sur ce point et d’autres, voir l’essai d’A. Bertrand, infra.

3 Voir N. Chomsky, Aspects of the Theory of Syntax, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1965.

4 P. Carruthers et P. K. Smith éd., Theories of Theories of Mind, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 ; M. Davies, et T. Stone éd., Folk Psychology, Oxford, Blackwell, 1995 ; M. Davies et T. Stone éd., Mental Simulation, Oxford, Blackwell, 1995 ; S. Baron-Cohen, H. Tager-Flusberg et D. J. Cohen éd., Understanding Other Minds : Perspectives from Autism, Oxford, Oxford University Press, 1993 ; S. Baron-Cohen, H. Tager-Flusberg et D. J. Cohen éd., Understanding Other Minds : Perspectives from Developmental Cognitive Neuroscience, Oxford, Oxford University Press, 2000. Nous laissons de côté, dans le cadre de cet essai, les questions de savoir si la théorie de l’esprit est innée ou acquise et, ce qui ne revient pas au même, dans quelle mesure elle est modulaire.

5 H. Wimmer et J. Perner, « Beliefs about beliefs : Representation and constraining function of wrong beliefs in young children’s understanding of deception », Cognition, no 13, 1983, p. 103-128.

6 D. Davidson, Enquêtes sur la vérité et l’interprétation, traduction française de P. Engel, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1993.

7 D. Dennett, La conscience expliquée, traduction française de P. Engel, Paris, Odile Jacob, 1993.

8 J. de Villiers et J. E. Pyers, « Complements to cognition : a longitudinal study of the relationship between complex syntax and false-belief-understanding », Cognitive Development, no 17, 2002, p. 1037-1060.

9 P. Grice, Studies in the Way of Words, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1989.

10 D. Sperber et D. Wilson, Relevance : Communication and Cognition, Oxford, Blackwell, 1986 ; La pertinence, Paris, Minuit, 1989.

11 G. Origgi et D. Sperber, « Evolution, communication and the proper function of language », dans P. Carruthers et A. Chamberlain éd., Evolution and the Human Mind : Language, Modularity and Social Cognition, Cambridge University Press, 2000, p. 140-169.

12 R. W. Byrne et A. Whiten éd., Machiavellian Intelligence, Cambridge, Cambridge University Press, 1988 ; A. Whiten et R. W. Byrne éd., Machiavellian Intelligence II, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

13 D. Sperber, « Metarepresentations in an evolutionary perspective », dans Metarepresentations : A Multidisciplinary Perspective, D. Sperber éd., Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 122.

14 On suppose couramment que la notion de représentation est théorique plutôt qu’observationnelle. On ne perçoit pas des représentations en tant que telles ; on les attribue sur la base de l’observation d’autres données psychologiques (notamment les émotions, les attitudes corporelles et le comportement intentionnel).

15 A. Whiten éd., Natural Theories of Mind : Evolution, Development and Simulation of Everyday Mindreading, Oxford, Blackwell, 1991 ; J. Gómez, E. Sarriá et J. Tamarit, « The comparative study of early communication and theories of mind : ontogeny, phylogeny, and pathology », dans Understanding Other Minds : Perspectives from Autism, S. Baron-Cohen et al. éd., ouvr. cité, p. 397-426 ; J. Perner, Understanding the Representational Mind, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1991 ; B. Scholl et A. Leslie, « Modularity, development and “theory of mind” », Mind and Language, no 14, 1999, p. 131-153 ; K. Bartsch et H. M. Wellman, Children Talk About the Mind, Oxford, Oxford University Press, 1995 ; I. Brinck, « Attention and the evolution of intentional communication », Pragmatics & Cognition, no 2, vol. 9, 2001, p. 259-277.

16 L. Wittgenstein, Carnets 1914-1916, Paris, Gallimard, 1971, p. 171.

17 J. Gómez, « Some thoughts on the evolution of LADS, with special reference to TOM and SAM », dans Language and Thought. Interdisciplinary Themes, P. Carruthers et J. Boucher éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 85.

18 D. I. Perrett, « A cellular basis for reading minds from faces and actions », dans Neural Mechanisms of Communication, M. Hauser et M. Konishi éd., Cambridge (Mass.), MIT Press, 2003.

19 T. Allison, A. Puce et G. McCarthy, « Social perception from visual cues : role of the STS region », Trends in Cognitive Science, no 7, vol. 4, 2000, p. 267-278.

20 J. McDowell, « Knowledge by hearsay », dans Knowing from Words : Western and Indian Philosophical Analysis of Understanding and Testimony, B. Matilal et A. Chakrabarti éd., Dordrecht, Kluwer, 1993, p. 433.

21 Essai sur l’origine des connaissances humaines (1746), ouvr. cité, I, 2, chap. 4, § 38.

22 A. Goldman, « In defense of the simulation theory », Mind and Language, no 7, 1992, p. 104-119 ; A. Goldman, « Interpretation psychologized », dans Folk Psychology, M. Davies et T. Stone éd., Oxford, Blackwell, 1995 ; A. Goldman, « Simulation and mental concepts », dans Simulation and Knowledge of Action, J. Dokic et J. Proust éd., Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 2002.

23 D. Sperber, « Metarepresentations in an evolutionary perspective », art. cité, p. 117-137.

24 Essai sur l’origine des connaissances humaines (1746), ouvr. cité, II, 1, chap. 1, § 3-4.

25 A. Prior, Past, Present and Future, Oxford, Clarendon Press, 1967.

26 Voir par exemple B. Partee, « Some structural analogies between tenses and pronouns in English », Journal of Philosophy, no 70, 1973, p. 601-609.

27 Notons tout de même que la proto-syntaxe peut manifester une forme de récursivité, puisque les opérateurs en question peuvent être réitérés dans les limites des capacités cognitives des proto-locuteurs.

28 G. Origgi et D. Sperber, « Evolution, communication and the proper function of language », art. cité, p. 140-169, plus spécifiquement p. 161-162 ; M. Hauser, The Evolution of Communication, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1996.

29 Nous pensons ici aux différentes formes de holisme qui pèsent sur l’attribution des croyances et des désirs, et qui ne concernent pas les états mentaux relationnels directement observables dans le comportement.

30 Ici, la nature inclut notre « seconde nature », au sens de J. McDowell, dans Subject, Thought and Context, P. Pettit et J. McDowell éd., Oxford, Clarendon Press, 1986.

Ce que l’on veut dire par là est, entre autres, que si les réponses spontanées des protagonistes des scénarios canoniques restent effectivement liées à l’action, celles d’un sujet conceptuel peuvent donner lieu à des états épistémiques détachés du contexte pragmatique actuel.

31 J. McDowell, « Meaning, communication, and knowledge », dans Philosophical Subjects : Essays Presented to P. F. Strawson, Z. van Straaten éd., Oxford, Clarendon Press, 1980 ; J. McDowell, « Knowledge by hearsay », art. cité.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540