Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Condillac, philosophe du langage ?

 | 
Aliènor Bertrand

Langage et action

Le proto-langage : de quoi les hominidés parlaient-ils ?

Jean-Louis Dessalles

Texte intégral

Introduction : naturaliser le langage

  • 1 Le travail ayant permis la rédaction de ce chapitre a été conduit dans le cadre du projet OHLL-MEL (...)

1La question de l’origine du langage présente la particularité d’avoir eu du mal à exister comme question scientifique1. L’un des grands mérites que l’on doit reconnaître à Condillac est d’avoir posé cette question, à une époque où la réponse évidente de l’origine divine obscurcissait le champ de l’investigation scientifique. Condillac a été l’un des premiers à naturaliser la question de l’origine du langage. D’une évidence, il a fait une question, et cette question continue de nous hanter. L’enjeu, derrière la question de l’origine du langage, est de comprendre l’origine d’un ensemble de facultés mentales par lesquelles nous aimons à nous distinguer des autres animaux. De tous nos prédécesseurs, à travers les quelque trois cent mille générations qui nous séparent de nos ancêtres simiesques, lequel a émis la première phrase, le premier mot, le premier geste référentiel ? Pourquoi est-ce arrivé dans notre lignée, et seulement dans notre lignée ? Comment et pourquoi cette innovation s’est-elle amplifiée jusqu’à produire le langage tel qu’il est pratiqué actuellement par tous les êtres humains en bonne santé de la planète ?

  • 2 N. Chomsky, Reflections on Language, New York, Pantheon Books, 1975 ; M. Piattelli-Palmarini, « Ev (...)

2Ces questions, après Condillac, ont continué à se heurter à de fausses évidences, la plus célèbre étant que le langage est « bon » pour la conservation de l’espèce. Nous savons maintenant que ce genre d’argument ne tient pas : la sélection naturelle agit à l’intérieur des espèces, en retenant les caractéristiques qui ont permis aux individus de laisser plus de descendants que leurs contemporains. L’intuition selon laquelle le langage serait bon ou mauvais pour l’espèce dans son ensemble ne nous dit rien sur les raisons qui ont présidé à son apparition. Un autre obstacle ayant empêché la réflexion rationnelle à propos de l’origine du langage est l’idée que cette origine est inconnaissable, car entièrement due à un accident fortuit de l’évolution2. Il s’agit là encore d’une conception erronée des mécanismes de l’évolution. Certes les changements sont dus au hasard, mais ils ne sont pas quelconques. Les changements importants sont toujours localement adaptés à une fonction biologique. Nous devons nous interroger sur la fonction du langage pour en comprendre l’origine. C’est ce que nous nous proposons de faire dans ce chapitre.

  • 3 Les recherches actuelles sur l’origine du langage en France constituent une entreprise collective, (...)

3La meilleure compréhension des mécanismes de l’évolution par sélection naturelle a permis à la question longtemps occultée de l’origine du langage humain de connaître, depuis une vingtaine d’années, un regain d’intérêt considérable. Des groupes de recherche interdisciplinaires se sont formés avec des linguistes spécialistes de phonologie, de morphosyntaxe, de sémantique, des paléoanthropologues, des primatologues, des neurophysiologistes, des biologistes spécialistes des changements génétiques et des modélisateurs utilisant la simulation informatique pour reproduire les conditions d’émergence des différents aspects du langage3.

4Pour la plupart des scientifiques engagés dans cette recherche des origines, ce fut une surprise de découvrir qu’un abbé s’était posé les mêmes questions plusieurs siècles auparavant. Condillac avait compris l’importance du langage pour la caractérisation de l’humain par rapport aux autres animaux. En même temps, il n’hésitait pas à établir un pont entre le langage et la communication animale, malgré les réticences que cela a dû provoquer en son temps. En cela, Condillac est certainement un précurseur pour tous les scientifiques qui étudient l’origine de la communication humaine. Certes, les conclusions que l’on est capable de tirer des connaissances actuelles en ce qui concerne la naissance du langage s’écartent significativement de celles de Condillac. Perchés sur l’édifice des savoirs développés en plusieurs siècles par des individus de son étoffe, nous pouvons nous permettre de remettre en question bon nombre de ses intuitions. Ce n’est pas manquer de respect à sa mémoire. Au contraire, en poursuivant sa quête, sans crainte comme lui d’aller à l’encontre des idées reçues, nous avons le sentiment de lui rendre hommage.

5Dans ce chapitre, nous commençons par rappeler en quoi il est légitime de s’interroger sur l’origine biologique du langage : comme Condillac l’avait compris, les êtres humains possèdent certaines prédispositions pour parler, qui leur viennent de leurs ancêtres. Condillac concevait l’histoire du langage comme un progrès graduel. Nous irons contre cette conception, en montrant en quoi le comportement langagier doit être considéré comme une curiosité de la nature, différant radicalement par certains aspects fondamentaux de la communication animale. Nous expliquerons ensuite pourquoi l’évolution du langage, loin de consister en une gradation régulière, a dû connaître des stades bien séparés. Nous reprendrons alors l’hypothèse dite du proto-langage pour caractériser ce qu’a pu être l’un de ces stades. Nous nous risquerons à essayer de reconstituer l’usage que les hominidés pouvaient faire du proto-langage, tout en restant conscient du danger épistémologique qui menace ce type de reconstruction. Ce faisant, nous retrouverons une certaine connivence avec l’abbé de Condillac qui, à son époque, a fait preuve d’une audace bien supérieure.

Pourquoi parler d’origine ?

6Pour percevoir la question de l’origine du langage dans toute son acuité et avec tous ses enjeux, il faut se défaire d’une série d’idées reçues qui, acceptées davantage pour le confort intellectuel qu’elles procurent que pour leurs fondements scientifiques, ont pour effet d’éliminer le problème avant même qu’il soit abordé. L’une de ces idées présente le langage comme une invention culturelle.

  • 4 G. W. Hewes, « History of glottogonic theories », dans Language Origin : a Multidisciplinary Appro (...)

7Frappés par la diversité des langues, les linguistes les ont longtemps considérées comme autant de créations indépendantes. Par la suite, repérant des ressemblances lexicales, ils ont conçu l’idée d’une filiation historique entre les langues. Le débat des origines opposait alors les tenants d’un don linguistique donné aux humains par un créateur divin, à ceux qui voyaient dans la diversité des langues les avatars contemporains d’une invention culturelle ancienne4. Pour les premiers, la question scientifique de l’origine du langage n’avait pas lieu d’être. Pour les seconds, la complexité des langues était le résultat d’une accumulation, un peu comme celle du droit pénal auquel chaque génération ajoute son lot de raffinements.

8Il a fallu attendre le milieu du xxe siècle pour que soit prise en compte, derrière la belle structure des langues, la complexité cognitive des dispositifs qui permettent aux humains de les manier. Dans la perspective matérialiste qui est adoptée dans les sciences, la production du langage par des individus humains suppose la mise en œuvre de mécanismes cognitifs. Si l’on s’interdit, comme il se doit, d’invoquer l’intervention d’une âme ou d’une sorte d’élan de langage inconnaissable, il ne reste qu’une seule possibilité : que nos processus cérébraux effectuent un certain nombre de « calculs » : notre cerveau calcule l’agencement des sons, celui des mots, celui des significations, celui des arguments. Comment avons-nous appris à effectuer ces calculs ?

  • 5 G. Hickok, U. Bellugi et E. S. Klima, « The neural organization of language : evidence from sign l (...)

9Comparons un instant le langage à une invention purement culturelle, comme le violon ou le jeu d’échecs. Une toute petite partie de l’humanité joue du violon ou aux échecs. L’expertise, en ces matières, s’acquiert au prix de longs efforts et ne s’atteint pas avant l’âge adulte. Seuls les individus persévérants atteignent un niveau acceptable. Le langage se situe, sur tous ces points, à l’opposé. Tout individu en bonne santé sur la planète parle. Il acquiert cette expertise sans efforts, dès les premières années de sa vie, et les performances des différents locuteurs, dans une micro-culture donnée, sont comparables. Nous n’avons pas d’organes spécifiques pour le violon ou les échecs. Nous en avons pour le langage : un pharynx anormalement bas, situé au niveau de la sixième vertèbre, qui nous expose au risque de fausse route lors de la déglutition. C’est le prix à payer pour avoir une cavité résonante de bonne taille. Certaines zones de notre cerveau sont spécialisées dans les calculs linguistiques : les porteurs de lésions dans l’aire de Broca ont une intelligence intacte, mais ils ne parviennent plus à ordonnancer les signes linguistiques. Ces mêmes zones sont également à l’œuvre chez les individus qui pratiquent la langue des signes, et des lésions dans ces zones provoquent des troubles comparables5. On ne connaît pas de trouble qui affecterait aussi spécifiquement la pratique du violon ou des échecs, sans affecter significativement le reste du fonctionnement cognitif.

10Pourtant, la complexité des calculs linguistiques n’a rien à envier aux stratégies mises en œuvre dans l’art du violon ou des échecs. Les règles de la phonologie sont suffisamment obscures pour qu’un adulte apprenant une langue seconde ne puisse jamais les maîtriser et soit toujours trahi par son mauvais accent. Les mécanismes syntaxiques qui nous permettent d’agencer les mots dans la phrase résistent à l’analyse des ordinateurs programmés par des chercheurs aidés des linguistes les mieux informés. Le calcul du sens, quant à lui, inclut non seulement des aspects symboliques (comme lorsque l’on comprend que, du fait que Simon a acheté un tableau, il le possède), mais également des aspects graduels et analogiques (comme lorsqu’il faut imaginer le plan d’un appartement d’après sa description) qui sont encore bien mal compris. Enfin, la manière dont nous argumentons, dont nous recherchons, au cours du dialogue, les causes d’un état de fait indésirable pour tenter de les nier, suppose un calcul logique sur la causalité. Comment avons-nous appris à effectuer tous ces calculs ?

11Une manière peu vaillante de gérer la question consiste à l’ignorer. En passant à côté de la dimension cognitive du langage, on évite de se demander ce qui le rend possible. On se contentera alors de collectionner les faits de langue en s’émerveillant, à juste raison, de leur diversité, et en refusant de voir la mécanique qui a été capable de l’engendrer. Pour ceux qui font ce choix, la question des origines ne sera, au mieux, qu’historique. Elle concernera seulement les langues et non le langage. Cette attitude a longtemps été majoritaire dans les sciences du langage.

  • 6 N. Chomsky, Some Concepts and Consequences of the Theory of Government and Binding, Cambridge (Mas (...)
  • 7 J. L. McClelland et D. E. Rumelhart, Parallel Distributed Processing, vol. 2, Cambridge (Mass.), M (...)
  • 8 T. J. Sejnowski et C. R. Rosenberg, « Parallel networks that learn to pronounce English text », Co (...)

12Certains chercheurs se sont attachés à expliquer le langage proprement dit, mais en se plaçant dans un cadre résolument empiriste, ce qui revient à faire du langage un simple produit de la culture, créé par l’exercice de facultés cognitives humaines générales. Par la force de l’habitude, les humains auraient appris à manier la parole pour communiquer. Pour que le langage entre dans un tel schéma, il faut que sa complexité cognitive soit remise en question. Celle-ci ne serait qu’apparente, et ne constituerait qu’un artefact de modélisation : ce que les théoriciens de la syntaxe décrivent comme des relations de liage, des traces invisibles ou des mouvements cachés6 ne serait que le résultat faussement complexe d’un calcul simple, un calcul statistique, opérant sur des formes abstraites. Pour le montrer, les défenseurs de l’empirisme moderne ont programmé des réseaux de neurones artificiels capables de reproduire certaines des performances linguistiques humaines7. Un programme comme NETtalk8, par exemple, peut apprendre à prononcer les mots anglais écrits. Pourtant, NETtalk est dépourvu des règles explicites du type de celles que les linguistes emploient pour décrire les phénomènes de prononciation. Loin d’effectuer un calcul subtil, l’ordinateur se contente d’extraire les régularités à partir des exemples qui lui sont fournis. S’il en était de même pour tous les compartiments de la compétence linguistique, on pourrait légitimement se satisfaire de l’idée que le langage est né un jour, dans une culture, puis s’est propagé à toute l’humanité par simple contagion culturelle.

  • 9 M. Coltheart, « Connectionist modeling of human language processing : the case of reading », Psyco (...)

13Cette manière de voir est, cependant, largement incompatible avec ce que nous révèle l’analyse du fonctionnement du langage. Certes, les programmes du type de NETtalk parviennent à prononcer les mots, mais bien qu’entraînés de manière très répétitive sur une masse importante d’exemples, ils continuent de commettre un grand nombre d’erreurs, nettement supérieur à la performance des humains dans leur dialecte maternel. Leur capacité de généraliser la prononciation aux non-mots est également très décevante9, ce qui laisse supposer que, contrairement à ce que prévoit la théorie empiriste et à ce que modélisent les réseaux de neurones artificiels, les humains ne fonctionnent pas sur un mode purement statistique. La compétence langagière ne semble pas pouvoir se réduire à une habitude, acquise par un mécanisme général d’extraction de régularités.

  • 10 J. Durand, Generative and Non-Linear Phonology, Londres, Longman, 1990, p. 223.
  • 11 La règle s’applique de manière identique aux couples du type « lait/laiterie » et « peureux/peureu (...)

14À tous les niveaux du langage, les individus semblent manier des règles qui sont bien davantage que des habitudes culturelles. Au niveau phonologique, par exemple, les habitants du Sud de la France ouvrent systématiquement les voyelles moyennes qui ne sont pas terminales dans la syllabe10 (ou le pied). Ainsi, fermer le son o dans « grosse » constitue, dans certaines régions, une erreur, de même qu’ouvrir le o dans « sottise ». L’alternance fermé/ouvert dans les couples « gros/grosse » et « sot/sotte » vient de ce que dans le premier membre de ces couples, le son o est terminal dans la syllabe, alors qu’il ne l’est pas dans le deuxième membre11. Le fait remarquable est que, pour les locuteurs de bon nombre de régions, cette règle ne souffre aucune exception. Ces locuteurs prononceront des mots inconnus de la même façon, indépendamment de la graphie, en appliquant inconsciemment la règle simple de l’ouverture systématique des voyelles moyennes non terminales. Cette règle n’est pas formée comme un cas limite d’une habitude tenace. Les enfants « captent » instantanément la règle et ne commettent jamais d’erreur.

  • 12 N. Chomsky, Some Concepts and Consequences of the Theory of Government and Binding, ouvr. cité.
  • 13 S. Crain, « Language acquisition in the absence of experience », Behavioral and Brain Sciences, no(...)

15Au niveau syntaxique, on observe bien des phénomènes tranchés de ce type. Par exemple, dans une phrase comme « Il dit que le cousin de son frère a pris le livre de Jean », nous savons intuitivement que « il » ne fait pas référence à « Jean », alors que « il » et « son » peuvent faire référence à la même personne. Cette connaissance n’est pas le résultat d’un conditionnement culturel obtenu par la répétition. Il s’agit d’une règle universelle12, que les très jeunes enfants semblent déjà connaître13. Pourtant, la règle n’est pas simple, et repose entièrement sur la reconnaissance préalable de la structure syntaxique de la phrase, et non de son sens.

  • 14 Pour sauver la phrase, il faut que la situation décrite (boire un verre de vin) sorte du registre (...)
  • 15 L. Ghadakpour, Le système conceptuel, à l’interface entre le langage, le raisonnement et l’espace (...)

16Au niveau sémantique, nous possédons de nombreux savoirs que l’environnement culturel seul n’a pas pu nous donner. Ainsi, la période de temps indiquée par le syntagme « son séjour en Iran » n’a pas une durée et une position quelconque. La phrase « Il a bu un verre de vin avant son séjour en Iran » semblera bizarre14. De même, on sera surpris d’entendre « Il a acheté un livre de cuisine trois secondes après son séjour en Iran ». Il semble exister une contrainte qui nous pousse à accorder les durées, celle qui couvre l’événement, celle qui couvre le point de référence et celle qui les sépare15. Est-ce la culture qui, par la force de l’habitude imposée aux enfants, parvient à imposer de telles contraintes à notre esprit, ou n’est-ce pas plutôt notre esprit qui, de par sa nature, possède des contraintes spécifiques qui facilitent son apprentissage de la pratique du langage ?

  • 16 J.-L. Dessalles, « La fonction shannonienne du langage : un indice de son évolution », Langages, n(...)

17Au niveau de la pertinence, bien des règles qui guident notre comportement conversationnel ont également peu de chances de résulter de l’habitude. Par exemple, nous savons qu’une histoire insolite, le fait d’avoir vu un homme en soutane au bord d’une piscine, fait bien meilleur effet dans la conversation si elle s’est produite il y a une heure que si elle s’est produite il y a un mois16. De la même manière, on parlera plus volontiers d’un petit incendie qui s’est produit dans le voisinage que d’un incendie analogue qui s’est produit à six cents kilomètres. Quelle sorte d’habitude imposée par l’environnement serait de nature à nous inculquer de telles règles ?

  • 17 Ceci n’empêche pas, bien sûr, que des structures émergentes puissent apparaître au niveau collecti (...)

18Nous parlons ici de l’ensemble des propriétés du langage qui doivent être représentées dans le cerveau des locuteurs. Un accent régional est une propriété émergente liée à une communauté linguistique. Cependant, l’accent n’existe que parce que le cerveau des locuteurs de la région héberge les structures capables de l’engendrer. L’ouverture des voyelles moyennes, que nous mentionnions plus haut, n’est pas seulement une propriété linguistique régionale. Elle peut être considérée comme une capacité cognitive des individus qui ont grandi dans le Sud de la France, et cette capacité est intégralement représentée dans leur cerveau17.

  • 18 Voir le débat entre J. Piaget, N. Chomsky et M. Piatelli-Palmarini, Théories du langage  Théories (...)

19Nous devons conclure des arguments qui précèdent que notre équipement cognitif inclut certaines règles spécifiques qui structurent l’ensemble des aspects de notre communication, ainsi que des métarègles qui nous permettent de systématiser sous forme de règles les régularités offertes par notre environnement linguistique. Ainsi, notre capacité à adopter des règles phonologiques strictes, à respecter des dépendances syntaxiques structurelles, à tenir compte de contraintes sémantiques systématiques et à utiliser les mécanismes de la pertinence, constitue une authentique faculté : la faculté de langage. C’est parce que cette faculté spécifique existe que la culture peut en moduler l’expression. Aucun mécanisme d’apprentissage connu, à commencer par le simple effet de l’habitude, ne peut expliquer comment la culture seule pourrait façonner une sorte d’intelligence générale capable de produire une compétence langagière aussi efficace que celle des humains18. La compétence langagière repose sur des structures cognitives spécifiques. Or, l’habitude n’a aucun moyen de créer des structures, elle ne peut que les sélectionner. Une culture sélectionne, chez ses enfants, certaines des structures que le cerveau de ces enfants est en mesure de produire.

20Une fois reconnue l’existence d’une faculté de langage spécifique, on s’étonnera moins du fait que le langage soit un comportement présentant bien des aspects universels. On parle dans toutes les cultures du monde. Partout, on utilise des mots formés en combinant un inventaire très restreint de phonèmes. Partout, on forme des phrases à partir de ces mots, selon des règles strictes dont les locuteurs n’ont pas conscience. Partout, ces phrases sont utilisées pour évoquer des situations que l’on place dans le temps et dans l’espace par rapport à d’autres situations connues des interlocuteurs. Et partout, les individus utilisent ces évocations pour obtenir un effet informationnel ou pour argumenter. Si ces conduites sont héritées du passé commun des êtres humains qui vivent actuellement, l’héritage ne peut être simplement historique. Il est biologique. L’histoire est impuissante à nous doter de nouvelles facultés cognitives. C’est au niveau du passé de notre espèce, celui de la phylogenèse, qu’il nous faut considérer la question de l’origine du langage.

Une curiosité de la nature

21Comme le fit Condillac, il nous faut considérer un avant et un après. Avant le langage, les hominidés devaient communiquer à la manière des autres primates, en poussant des cris d’alarme innés, en manifestant certaines émotions immédiates comme la colère, des attitudes comme l’agression ou la soumission, l’état sexuel, etc. Pour quelle raison certains hominidés ont-ils modifié leur mode de communication ?

  • 19 C. Darwin, Expression of the Emotions in Man and Animals (1872).
  • 20 La récursivité est la propriété selon laquelle une procédure appelle une copie d’elle-même au cour (...)
  • 21 M. D. Hauser, N. Chomsky et W. Tecumseh Fitch, « The faculty of language : what is it, who has it, (...)

22Certains auteurs s’attachent à nier la spécificité du langage humain. C’était le cas de Darwin, pour qui le langage ne différait pas en nature, mais seulement en degré, de la communication animale19. De fait, on trouve l’équivalent de la phonologie dans le chant des oiseaux ou des baleines. On y trouve même une forme de syntaxe, même si ces syntaxes animales ne possèdent apparemment pas la propriété de récursivité centrale20 que l’on trouve dans toutes les langues humaines21. Pourtant, un peu d’éthologie comparée permet de révéler bien des différences qualitatives. Mentionnons-en deux qui sont particulièrement importantes pour la compréhension de la phylogenèse du langage.

  • 22 M. Carpenter, K. Nagell et M. Tomasello, « Social cognition, joint attention, and communicative co (...)
  • 23 J. Call, B. Hare et M. Tomasello, « Chimpanzee gaze following in an object choice task », Animal C (...)

23Un fait remarquable à propos du langage humain est qu’il est utilisé pour communiquer des événements. Ce comportement apparaît très tôt chez l’enfant humain, dès la première année de vie22, alors qu’il semble absent chez les autres espèces, à commencer par notre espèce sœur, les chimpanzés23. Ceux-ci sont extrêmement curieux de toute nouveauté, mais ils ne communiquent pas cette curiosité. Les êtres humains ont cette étonnante particularité de transformer les événements inattendus en actes de communication. Prenons des exemples de la vie quotidienne. Qu’une souris s’aventure dans la salle de conférence, ceux qui la voient ne peuvent s’empêcher d’attirer l’attention de leur voisin, quel que soit l’intérêt du discours tenu à la chaire. Qu’un club de football amateur arrive en finale de la coupe de France, et la moitié du pays en parle le lundi matin. Le point commun entre ces deux situations est leur caractère inattendu. Si l’un ou l’autre de ces deux événements était fréquent, il aurait bien moins de chances d’être signalé ou commenté.

  • 24 J.-L. Dessalles, « La fonction shannonienne du langage : un indice de son évolution », Langages, n(...)
  • 25 Voir en ligne : [www.simplicitytheory.org]
  • 26 D. Tannen, Talking voices  Repetition, Dialogue, and Imagery in Conversational Discourse, Cambrid (...)

24La communication événementielle obéit à des lois strictes24, qui s’expriment dans le calcul des probabilités ou de la simplicité25. Ces lois nous dictent, par exemple, quels sont les détails cruciaux lorsque nous rapportons un événement. Dans l’extrait suivant, rapporté par Deborah Tannen, un touriste américain raconte son expérience d’un bain public au Japon où leur guide avait emmené son groupe26 :

On faisait le tour, en quelque sorte, et on a vu le bain. On a compris de quoi il s’agissait, on est descendu dans le bain et on est resté assis. Et là cet homme de 74 ans qui faisait partie de notre groupe, un Autrichien, a plongé par dessus nos têtes dans un bain d’un mètre de fond, il a éclaboussé tout autour et a commencé à nager le dos dans le bassin. C’est là que le professeur revient et fait : « Oyogenai de kudasai. » « Ne nagez pas ! »

  • 27 On notera que la « théorie de la pertinence » de Dan Sperber et Deirdre Wilson, portant sur l’ense (...)

25Ce passage suit une narration illustrant les coutumes inattendues du bain japonais (injonctions de se déshabiller, les kimonos que l’on doit enfiler, etc.) Deborah Tannen souligne l’importance des détails qui sont délivrés au moment central de la narration : l’âge de la personne, sa provenance, les aspects concrets de la description (jumped over our heads, splashed all over the place), la profondeur du bain, la précision du type de nage. Ces détails, selon Tannen, permettent à l’auditeur de se créer une image précise de la scène principale de l’histoire. Or, ce ne saurait être leur seule fonction. Il est facile de constater que certains de ces détails contribuent directement à l’intérêt de l’histoire. Celle-ci serait moins intéressante si l’homme avait été jeune, s’il n’avait pas plongé, s’il avait fait un plongeon discret, s’il n’avait pas nagé ou s’il s’était agi d’une piscine standard et non d’un bain peu profond. Chacun de ces paramètres joue sur le caractère inattendu de l’aventure, en augmentant le contraste entre l’événement tel qu’il s’est produit et le caractère austère du bain japonais tel qu’il venait d’être décrit. D’une manière générale, les paramètres d’une histoire sont toujours soulignés, voire exagérés, dans le sens qui augmente soit le caractère inattendu de l’événement, soit son caractère émotionnel. Ces deux facteurs, l’inattendu et le pouvoir émotionnel, se combinent dans la notion étendue d’information. Techniquement, l’intérêt d’un événement rapporté dans la conversation varie comme le logarithme de son improbabilité et de son pouvoir émotionnel. Cette modélisation permet d’expliquer la sélection des nouvelles délivrées en première page des journaux. Elle prédit, en particulier, la fameuse loi dite du « mort-kilomètre », bien connue des journalistes, qui stipule que plus le lieu où se produit une catastrophe est éloigné, plus le nombre de morts doit être important pour que l’événement conserve un intérêt pour les lecteurs. Ce fonctionnement de la communication événementielle est une caractéristique fondamentale du mode de communication humain27.

  • 28 Du grec ἐπιθυμέω-ῶ, qui signifie relatif à ce qui vient du cœur, autrement dit les souhaits, posit (...)

26Une deuxième caractéristique de notre comportement langagier, qui nous oppose également aux autres animaux, est l’argumentation. Nous utilisons le langage pour signaler ou pour tenter de résoudre ce qui nous apparaît comme des problèmes. Qu’est-ce qu’un problème ? Formellement, il s’agit d’une incompatibilité constatée impliquant des situations observées, des croyances et des désirs. Lorsque le problème concerne seulement des observations et des croyances, on parle de problème épistémique. Par exemple, je peux être en situation de problème épistémique si je m’étonne de ce que les luthiers soient incapables de fabriquer des violons de la qualité de ceux qu’Antonio Stradivarius a réalisés il y a trois siècles, malgré l’existence de machines perfectionnées et les progrès de la chimie des vernis. Lorsque l’incompatibilité inclut des désirs, on parle de problème épithymique28. Si ma voiture tombe en panne, cet état de fait se heurte logiquement à certains de mes désirs qui sont de vouloir disposer d’une voiture fonctionnelle, de ne pas payer des réparations ou de ne pas perdre de temps à aller au garage. Les êtres humains ont cette tendance consistant à repérer des incompatibilités au sein de ce qu’ils croient et de ce qu’ils veulent, et de transformer ces incompatibilités en actes de communication. La suite du processus argumentatif consiste à rechercher, ensemble avec les interlocuteurs, une issue logique au problème (par exemple le fait que Stradivarius avait un coup de main inimitable, ou la suggestion de se faire prêter une voiture de remplacement par le garage).

  • 29 R. I. M. Dunbar, Grooming, Gossip, and the Evolution of Language, Cambridge (Mass.), Harvard Unive (...)
  • 30 J.-L. Dessalles, Modèle cognitif de la communication spontanée, appliqué à l’apprentissage des con (...)

27Le langage humain a de nombreuses fonctions, qui incluent la poésie, l’insulte, la chanson ou le jeu de mots. Pourtant, de toutes ces fonctions, celles qui sont de très loin les plus pratiquées sont bien la communication événementielle et l’argumentation. Les conversations, auxquelles nous consacrons un cinquième de notre temps éveillé29, sont constituées, pour l’essentiel, de ces deux comportements30. Or, il s’agit de deux comportements proprement humains. Il n’est donc pas absurde de rechercher dans ceux-ci la raison d’être phylogénétique du langage.

  • 31 P. Lieberman, The Biology and Evolution of Language, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, (...)
  • 32 T. Matsuzawa, « Field experiments on use of stone tools by chimpanzees in the wild », dans Chimpan (...)
  • 33 J. Pelegrin, « Les savoir-faire : une très longue histoire », Terrain, Revue du patrimoine ethnolo (...)

28Ce projet peut surprendre. Lorsque les auteurs imaginent les balbutiements du langage chez nos ancêtres hominidés, ils décrivent plus volontiers les premiers mots comme des injonctions, des alertes ou des enseignements sur l’art et la manière de tailler des pierres31. Condillac, lui, fait reposer les premiers actes de communication de type humain sur des demandes d’aide. Or, le répertoire des signaux animaux suffit amplement à produire des injonctions, des alertes ou des demandes d’aide. Le langage d’action imaginé par Condillac est à la portée de nombreuses espèces animales. Il est, de fait, facile d’observer le chimpanzé qui quémande sa nourriture, ou qui va chercher un congénère plus âgé pour obtenir son aide. Contrairement à ce que prédit Condillac, le langage humain ne naît pas du langage d’action. La force de l’habitude ne conduit pas les chimpanzés à exprimer, au-delà de leurs gestes de requête, des concepts et des mots. L’autre idée, selon laquelle le langage aurait une origine pédagogique, permettant par exemple de transmettre des préceptes relatifs à la taille de la pierre, ne résiste pas non plus aux données. L’observation des cultures animales32 et les expériences sur l’acquisition des gestes de taille33 montrent que les savoir-faire se transmettent essentiellement par la mise en situation, et que le langage n’y joue au mieux qu’un rôle marginal.

  • 34 R. I. M. Dunbar, Grooming, Gossip, and the Evolution of Language, ouvr. cité.
  • 35 J.-L. Dessalles, Aux origines du langage : une histoire naturelle de la parole, Paris, Hermès-scie (...)

29Ces différentes utilisations du langage que sont les appels au secours, les ordres ou autres signaux d’alarme le sous-déterminent. Pourquoi le langage aurait-il la forme que nous lui connaissons s’il devait son existence à des fonctions aussi élémentaires ? On peut alors se tourner vers une autre idée, nettement plus séduisante, selon laquelle le langage aurait pour fonction essentielle d’établir et de maintenir des liens « d’amitié » entre individus au sein du groupe. Chez les autres primates, il semble que ce soit la fonction principale du comportement d’épouillage. Le langage aurait ainsi remplacé l’épouillage dans l’établissement des relations d’entraide34. Bien que cette hypothèse présente un attrait considérable35, le constat reste insuffisant. Il faut encore expliquer en quoi des combinaisons systématiques de phonèmes, en quoi une syntaxe récursive complexe, en quoi même une sémantique sont nécessaires et même utiles à l’établissement de liens d’amitié.

30Le comportement communicationnel humain est suffisamment inhabituel pour que l’on puisse le considérer comme une curiosité de la nature. Chaque espèce vivante présente des particularités. Certaines possèdent des trompes, d’autres possèdent le savoir-faire leur permettant de construire des barrages sur les cours d’eau. Or, si les éthologues se sont, depuis longtemps, attachés à replacer les curiosités de la nature dans une histoire évolutive plausible, le langage humain a, pour diverses raisons, longtemps échappé à toute naturalisation visant à le replacer dans le cadre classique des sciences du vivant. Essayons, avec les moyens conceptuels de notre siècle, de suivre la voie tracée par Condillac, en essayant de comprendre la raison d’être de ce mode de communication si inhabituel.

Une histoire longue et saccadée

  • 36 R. Jackendoff, « Possible stages in the evolution of the language capacity », Trends in Cognitive (...)

31La modélisation cognitive se donne pour objectif d’analyser le comportement pour remonter aux mécanismes qui l’engendrent. Dans le cas du langage, le travail du modélisateur conduit à postuler plusieurs mécanismes complémentaires. Le modélisateur syntacticien imaginera par exemple deux mécanismes fondamentaux permettant, l’un comme l’autre, de repérer les dépendances au sein de la phrase36 : un mécanisme de marquage des entités linguistiques, par exemple à l’aide de cas comme en latin, et un mécanisme de positionnement relatif, comme celui qui prescrit de placer le sujet avant le verbe en français. Ces deux mécanismes se retrouveraient, dans des parts variables, chez les locuteurs de toutes les langues du monde, l’un donnant par exemple les systèmes de cas ou de classes, l’autre spécifiant par exemple un ordre strict entre les éléments d’un syntagme. À partir du moment où l’on reconnaît l’existence de plusieurs mécanismes et que l’on suspecte qu’il s’agit de mécanismes fondamentaux, qui ne sont pas simplement dérivés d’autres mécanismes par apprentissage, la question se pose de savoir dans quel ordre ces mécanismes sont apparus dans l’histoire de notre espèce.

32Ce type de démarche s’apparente à celle de l’anatomiste qui, observant les organes internes d’une espèce, sait que tous ces organes ne se sont pas mis en place simultanément. La nature, à la différence des ingénieurs, est incapable de créer une entité fonctionnelle en assemblant des éléments qui, eux, ne sont pas fonctionnels avant leur intégration. Elle est astreinte à créer du fonctionnel à partir de fonctionnel. Lorsque l’anatomiste découvre plusieurs organes inédits chez un insecte rare, il sait que certains de ces organes ont nécessairement précédé les autres dans la phylogenèse de cette espèce d’insecte. Il n’en va pas autrement pour le langage. Il est donc possible, à partir d’une analyse cognitive du langage, d’émettre des conjectures rationnelles sur son histoire évolutive. Mais selon quel critère ? Lorsqu’il s’agit de décider de l’ordre d’apparition de cinq éléments différents, il y a mathématiquement 120 possibilités. Comment choisir ? La réponse la plus naturelle consiste à respecter les dépendances fonctionnelles. Les éléments qui ne dépendent pas des autres sont apparus les premiers. La méthode n’évite pas les conjectures, mais elle constitue indéniablement un progrès en limitant le champ des possibles.

33On pourrait opposer à un tel programme l’idée que les mécanismes cognitifs qui sous-tendent le langage ont pu apparaître tout de même simultanément parce que leur élaboration fut graduelle. Chaque mécanisme se serait perfectionné en même temps que les autres. Le résultat serait un système fonctionnel fortement intégré dans lequel toutes les parties seraient tellement interdépendantes que l’on ne pourrait plus parler d’antériorité évolutive de l’une par rapport à l’autre.

  • 37 S. J. Gould, Full House  The Spread of Excellence from Plato to Darwin, New York, Three Rivers Pr (...)
  • 38 S. J. Gould et N. Eldredge, « Punctuated equilibria : the tempo and mode of evolution reconsidered (...)
  • 39 J.-L. Dessalles, L’ordinateur génétique, Paris, Hermès, 1996.

34La nature ne fonctionne pas ainsi. L’idée d’une évolution lente qui perfectionne sans cesse, petit à petit, les organismes, est une idée ancienne, dont nous connaissons maintenant le caractère erroné. De nombreux auteurs adeptes de cette idée de progressivité y voient le seul moyen d’expliquer que l’évolution n’ait pas été instantanée. La vision du changement biologique comme une accumulation régulière de petits progrès permet de présenter l’évolution comme une saga dans laquelle les acteurs se dirigent quoi qu’il arrive vers leur inexorable destin. Condillac nous présente ainsi l’histoire de la faculté de langage sous une forme déterministe, dans laquelle le point d’arrivée est nécessaire. Cette manière de concevoir l’évolution comme globalement dirigée et orientée est une erreur, car il n’existe aucun mécanisme assurant cette directionnalité37. La compréhension moderne de l’évolution, telle qu’elle ressort de la paléontologie38 et de la simulation informatique39, présente l’évolution comme un phénomène qui ne peut être orienté que localement. Globalement, l’impression d’une direction n’est due qu’au fait que nous connaissons le résultat de l’évolution, et que nous ignorons le gigantesque ensemble des alternatives.

35Le caractère non graduel de l’évolution n’est pas seulement dû à l’absence d’orientation. Il vient du fait que l’évolution est un processus rapide ! Toute nouvelle fonction est rapidement perfectionnée jusqu’à atteindre un optimum local. Cet optimum peut perdurer longtemps, jusqu’à ce qu’un improbable changement génétique permette à des mutants de s’en écarter significativement tout en ayant des performances au moins aussi bonnes que leurs parents. Ces mutants et leurs descendants évoluent alors rapidement vers un nouvel optimum local, qui constitue un nouveau stade pour la faculté considérée. Il résulte de ce processus une évolution saccadée, caractérisée par une succession d’états d’équilibre. Ces stades se différencient les uns des autres par des changements qualitatifs, qui ne doivent leur occurrence et leur succession qu’au hasard.

36Ce constat est d’une importance primordiale pour la compréhension de la phylogenèse du langage. L’évolution de la compétence langagière a dû passer par des stades bien définis, peut-être deux ou trois étapes qui, chacune, possédaient leur raison d’être et leur stabilité. Il serait absurde d’imaginer que des espèces hominidées ont pu parler avec une ébauche à moitié fonctionnelle de langage, avec une syntaxe hésitante et la moitié des concepts que nous pouvons former. L’idée que ces individus aient pu s’exprimer à l’aide d’un brouillon de langage mal agencé est aussi inacceptable que l’idée de proto-oiseaux volant avec leurs ailes à moitié déployées. Si nos ancêtres possédaient un mode de communication, ce ne pouvait être qu’un mode de communication pleinement fonctionnel, localement optimal pour sa fonction. Cela signifie qu’aucun changement de faible amplitude dans cette faculté pré-langagière ne pouvait améliorer son efficacité. En raison de la rapidité des mécanismes de sélection naturelle, le changement de mode de communication n’a pu être qu’un basculement soudain (à l’échelle des temps géologiques), certainement pas un progrès graduel.

  • 40 S. J. Gould, Full House  The Spread of Excellence from Plato to Darwin, ouvr. cité.

37L’idée selon laquelle la faculté de langage se serait développée graduellement vient d’une confusion entre phylogenèse et ontogenèse, entre l’histoire de l’espèce et le développement des individus au cours de l’enfance. Cette idée, qui a servi d’inspiration à Condillac, doit être abandonnée. Nos ancêtres hominidés ne ressemblaient pas à nos propres enfants. L’apprentissage des enfants est dirigé, ils ont accès au modèle à atteindre. L’évolution, elle, est globalement aveugle40. Les principes de la sélection naturelle nous enseignent que les modes de communication des hominidés étaient localement adaptés à la maximisation de leur descendance, si bien que leurs espèces vivaient en équilibre. L’évolution de la faculté de langage a connu des stades qui ont pu perdurer sans changement pendant des centaines de milliers d’années, car les mutants qui communiquaient différemment avaient toutes les chances de laisser moins de descendants que leurs congénères « conservateurs ». Ces stades n’étaient toutefois pas éternels, mais les transitions n’ont pu se produire qu’à la faveur de changements qualitatifs improbables qui, chaque fois, ont bouleversé les conditions de sélection.

38La forme que prend l’histoire du langage est donc une succession d’épisodes bien distincts. La durée de chacun de ces épisodes nous est, pour l’instant, inconnue. En revanche, nous pouvons avoir quelques idées concernant la nature et l’ordonnancement des stades par lesquels la faculté de langage est passée pour se trouver dans l’état que nous connaissons dans notre espèce. Certes, le langage ne laisse pas de fossiles, à proprement parler. S’il est envisageable de pouvoir déduire les capacités de planification des hominidés de la manière dont ils ont taillé les outils lithiques qu’ils nous ont laissés, on voit mal sur quelle base fonder une reconstitution de leur manière de parler. Pourtant, la méthodologie existe. Elle ne consiste pas à fouiller la terre à la recherche de fossiles matériels, mais à scruter notre propre faculté de langage, à la recherche de quelque fossile comportemental.

À la recherche du proto-langage

  • 41 D. Bickerton, Language and Species, Chicago, University of Chicago Press, 1990.
  • 42 D. Bickerton, Language and Human Behavior, Londres, UCL Press, 1995.

39L’idée du fossile comportemental est due à Derek Bickerton41. L’observation des humains actuels en situation de multilinguisme forcé révèle un comportement qui peut nous éclairer sur la manière de communiquer de nos ancêtres. Lorsque des adultes se retrouvent avec d’autres adultes ne parlant pas la même langue, ils développent un pidgin. Cela s’est produit dans les régions qui ont pratiqué l’esclavage, ou plus récemment, comme à Hawaï où travaille Bickerton, lorsque les conditions économiques favorables attirent en peu de temps de nombreux travailleurs de cultures et de langues différentes. Un pidgin est une pseudo-langue, avec un lexique, mais sans grammaire. Les mots grammaticaux en sont absents, ainsi que les opérations comme les accords ou l’enchâssement. Les énoncés qui suivent sont tirés du taï boï, un pidgin franco-vietnamien42 : « Moi faim » ; « Moi tasse » ; « Lui aver permission repos » ; « Demain moi retour campagne » ; « Vous pas argent moi stop travail » ; « Monsieur content aller danser ». Si l’on immerge chacun de nous dans une culture inconnue avec la tâche d’y survivre, nous développerons en quelques semaines notre propre pidgin, qui ne sera pas sans rappeler la forme de communication attribuée au personnage de Tarzan.

40L’idée de Derek Bickerton est que le pidgin, qui se développe dans des conditions anormales de vie, est révélateur de la manière dont s’exprimaient nos ancêtres. Selon lui, homo erectus ne disposait pas de syntaxe, il s’exprimait en proto-langage, à l’aide de proto-phrases de deux ou trois mots dont la seule structure était donnée par les liens sémantiques entre les mots. La distance entre deux mots sémantiquement liés, par exemple le verbe et son sujet dans une phrase comme celle que le lecteur est en train de lire, est de vingt-six mots et pourrait être arbitrairement grande. Ce n’est pas possible en pidgin. Fait remarquable, les nombreux pidgins qui sont nés dans l’histoire récente se ressemblent par cette pauvreté caractéristique de la structure. Pour Bickerton, la raison en est que notre cerveau possède deux modes de fonctionnement linguistique, dont l’un, inusité dans notre espèce, ne se révèle que dans des circonstances exceptionnelles. Nous aurions donc affaire à un véritable fossile comportemental, une sorte de fenêtre ouverte sur notre passé phylogénétique.

41Un phénomène remarquable, qu’il nous est donné d’observer de nos jours, est l’utilisation du proto-langage dans les moteurs de recherche sur Internet. Les nombreux utilisateurs de ces moteurs se mettent spontanément à s’exprimer en proto-langage, en concaténant quelques mots retenus pour leur valeur sémantique, alors que les moteurs peuvent répondre à des requêtes beaucoup plus complexes comprenant des connecteurs booléens.

42Deux critiques viennent immédiatement à l’esprit de la théorie du proto-langage. La première consiste à remarquer que ce sont des humains, non des hominidés, qui produisent le pidgin. Ces individus sont censés posséder la faculté de langage caractéristique de leur espèce, et il n’est pas étonnant que, dans des conditions difficiles, on observe une version atténuée de cette faculté. L’argument de Derek Bickerton est plus fort que ce que sous-entend cette critique. Il consiste à dire que le pidgin est un comportement caractéristique. Il ne s’agit pas d’une langue dont la moitié seulement des attributs manqueraient. Certes, dans certaines contrées, on observe après plusieurs décennies des pidgins stabilisés qui comportent des éléments de syntaxe. Mais le pidgin pur, celui des nouveaux arrivants, est qualitativement différent d’une langue. Il s’agit d’un autre mode de communication. La transition par laquelle un pidgin devient une authentique langue est d’ailleurs, dans certains cas, spectaculaire. Elle n’est pas le fait des adultes, mais des enfants. Dès que la structure sociale permet à un nombre suffisant d’enfants de grandir ensemble, il y a formation d’un créole. Un créole possède toutes les caractéristiques des langues humaines : mots grammaticaux, enchâssement, sensibilité à la structure, marquage, etc. Le contraste entre pidgin pur et créole est suffisamment remarquable pour justifier une différence qualitative, révélatrice de la phylogenèse de notre faculté linguistique.

  • 43 J. Kegl, A. Senghas et M. Coppola, « Creation through contact : sign language emergence and sign l (...)

43Une illustration spectaculaire de l’opposition pidgin-créole nous a été donnée par l’émergence récente de la langue des signes du Nicaragua. Dans les années quatre-vingt, après la révolution, les enfants sourds du Nicaragua ont été scolarisés ensemble. Les plus âgés, adolescents à l’époque, ont développé spontanément un pidgin à base de signes, alors que la communauté des plus jeunes, âgés de moins de sept ans, a créé une authentique langue des signes, et ceci sans professeur et seulement en quelques années, le temps pour ces enfants de grandir43. Leur langue possède les enchâssements, les signes grammaticaux et les marques d’accord qui font défaut au système de communication de leurs aînés. Depuis, ces derniers ont, bien entendu, appris la langue de leurs cadets, mais ils ne la maîtrisent pas aussi bien, un peu comme s’il s’agissait pour eux d’une langue seconde.

44La leçon que tire Derek Bickerton de l’étude des pidgins et des créoles est que les adultes conservent toute leur vie cette faculté atavique d’établir, en quelques jours, un mode de communication sans syntaxe, alors que, dans notre espèce, seuls les enfants en communauté peuvent faire éclore une langue de novo. La faculté de proto-langage, qui s’exprime chez nous dans le pidgin, serait une faculté ancienne, plus robuste que la faculté de langage qui, elle, nécessite une exposition pendant une période déterminée de la vie.

45La seconde critique que l’on pourrait adresser à l’hypothèse de Derek Bickerton est que, bien qu’il constitue un comportement qualitativement différent du comportement langagier, le proto-langage ressemble à un brouillon de langage, une sorte de cote mal taillée, alors que la théorie de l’évolution ne prévoit que des stades définis et fonctionnels pour le passé de notre compétence langagière. La réponse que nous allons donner à cette critique va nous ouvrir des horizons nouveaux sur la compréhension de nos origines.

Les conversations hominidées

  • 44 J.-L. Dessalles, Aux origines du langage : une histoire naturelle de la parole, ouvr. cité ; J.-L. (...)
  • 45 La communication événementielle a peu de rapport avec les vocalisations figées, comprises comme de (...)

46L’hypothèse que nous avons formulée à partir de la modélisation de l’usage du langage consiste à dire que nos ancêtres pratiquaient exclusivement la communication événementielle, et que le proto-langage était un moyen localement adapté pour cette fonction44. Autrement dit, les hominidés, contrairement aux animaux45, se signalaient mutuellement les événements insolites ou générateurs d’émotion, mais contrairement à nous, n’argumentaient pas. Voyons comment le puzzle s’articule.

  • 46 J.-L. Dessalles, Aux origines du langage : une histoire naturelle de la parole, ouvr. cité.

47Selon cette hypothèse, une organisation sociale particulière a créé les conditions dans lesquelles les individus ont eu un intérêt reproductif à montrer qu’ils savaient avant les autres46. Ce nouveau comportement a pu débuter très simplement : un simple geste suffit pour attirer l’attention des congénères sur la nouveauté. Malgré sa simplicité, ce comportement diffère du langage d’action dont Condillac nous décrit la genèse, non dans sa forme, mais par son objet : le geste orienté vers la nouveauté constitue une communication sans caractère utilitaire. Les autres primates montrent l’équivalent du langage d’action, mais ils n’ont pas ce comportement d’indiquer systématiquement la nouveauté à l’adresse de leurs congénères. Cela se comprend, dans le cadre de la sélection naturelle, car dans les conditions sociales qui sont les leurs, fournir une information potentiellement utile aux autres membres du groupe ne confère aucun avantage direct ou indirect. Chez les humains, nous l’avons vu, l’enfant âgé d’un an a déjà le réflexe de montrer la nouveauté à ses parents. Première hypothèse, donc, tout a pu commencer par le geste démonstratif orienté vers la nouveauté.

  • 47 R. Jackendoff, « Possible stages in the evolution of the language capacity », art. cité.

48Le problème de l’ostension gestuelle est qu’elle limite la communication aux événements qui peuvent être immédiatement perçus et discernés. On peut donc raisonnablement penser que l’ostension s’est tout de suite prolongée par l’émission de mots isolés, formant ce que certains ont appelé le pré-langage47. En prononçant un mot différent associé à chaque classe de stimulus digne d’intérêt, le locuteur facilite l’identification de l’événement qu’il cherche à signaler. Le stade du pré-langage a pu persister un temps indéfini, car il était parfaitement adapté à sa fonction.

  • 48 S. M. Kosslyn, Image and Brain, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1994.

49Notre deuxième hypothèse a pour but d’expliquer l’avènement du proto-langage. L’innovation du proto-langage est d’associer au moins deux mots dans le même énoncé. En soi, l’exploit semble maigre. Ne nous méprenons pas : il s’agit certainement d’une des grandes innovations de notre phylogenèse. Car le proto-langage suppose une proto-sémantique, autrement dit la capacité d’accorder un sens combiné à la juxtaposition des mots. À la proto-phrase « arbre-feu », nous sommes capables d’associer quelques significations : nous pouvons comprendre qu’un arbre est en feu, ou que l’on désigne le foyer qui est près de l’arbre, ou encore que l’on désigne un arbre au feuillage flamboyant. C’est au contexte de lever l’indétermination. Cette capacité d’associer une scène concrète par combinaison d’éléments perceptifs nous est tellement naturelle que nous oublions qu’il s’agit d’une faculté remarquable. Nous sommes même capables de former des scènes inédites, comme lorsque l’on nous demande d’imaginer Charlie Chaplin sur un zèbre48. Cette faculté de synthèse de scènes est la proto-sémantique qui correspond, dans notre scénario, au proto-langage de Derek Bickerton.

50Le stade des proto-phrases et de la proto-sémantique correspond d’une certaine manière au stade des noms imaginé par Condillac, avec la différence qu’il s’agit d’un stade stable, sans qu’aucune nécessité ne le prédestine à évoluer vers la forme de langage que nous connaissons. La force de l’hypothèse de la proto-sémantique est qu’elle justifie le fait que le proto-langage ait été parfaitement adapté à cette nouvelle fonction : signaler des événements se situant hors du champ perceptif. Pour amener mes congénères à se déplacer pour venir voir un événement qui excitera leur intérêt, je dois pouvoir leur permettre d’anticiper la teneur de l’événement. Cet effet est obtenu par la combinaison de deux ou trois mots renvoyant à deux ou trois éléments de la scène. En combinant les éléments scéniques correspondants, ils peuvent prévoir le contenu de cette scène. La proto-communication était donc strictement événementielle, et le proto-langage était un outil parfaitement fonctionnel pour lui servir de vecteur.

51L’intelligence des hominidés qui pratiquaient le proto-langage était suffisante pour se remémorer des scènes absentes, les analyser et les communiquer en juxtaposant quelques mots. Le système est efficace. On imagine facilement l’événement signalé au moyen d’une proto-phrase comme « monstre-vallée-peur » (pour reprendre un exemple cher à Condillac). Cette phase de communication concrète, supportée par le proto-langage, a pu perdurer un temps indéterminé.

52Quel est l’élément qui a bousculé cet équilibre, entraînant l’avènement du langage tel que nous le pratiquons, doté de ses enchâssements, de ses mots grammaticaux, de ses marques et de ses accords ? Notre hypothèse est que cette transition du proto-langage au langage est associée à une nouvelle fonction. Cette nouvelle fonction, à laquelle le proto-langage est mal adapté, est l’argumentation. Tout aurait commencé avec une nouvelle faculté sémantique, la négation.

53Imaginons deux hominidés, l’un en train de rapporter une scène particulièrement intéressante, tandis que l’autre, qui a vu la scène réelle, sait que le premier se trompe, ment ou exagère. En réalité, nos proto-ancêtres n’avaient pas d’idée d’erreur ni de mensonge. Ils vérifiaient ce qu’on leur annonçait, et finissaient par ôter leur confiance envers les annonceurs de nouvelles qui ne s’avéraient pas. Détecter un mensonge est plus difficile. Il faut contraster ce que l’on a vu avec ce qui est dit, puis rendre le contraste explicite. Une telle capacité de contraste permet de nier le message de l’autre, et ainsi de démasquer le menteur. C’est en cela que réside, dans notre scénario, l’innovation cruciale qui a mené au langage de type humain. Celui qui peut nier le témoignage du menteur en offrant un argument convaincant reçoit tout le bénéfice. La communication événementielle permet de montrer qu’on est capable de savoir avant les autres. L’argumentation, lorsqu’elle est utilisée à bon escient, permet d’ôter ce mérite aux menteurs pour se l’octroyer.

  • 49 J.-L. Dessalles et L. Ghadakpour, Proceedings of the International Conference on the Evolution of (...)
  • 50 Nous expliquons comment la récursivité a pu apparaître en exploitant les prédicats pour réaliser l (...)

54Notre troisième hypothèse se résume donc à l’apparition d’une nouvelle capacité, celle de contraster les scènes. Dès lors, nos ancêtres humains ont formé les premiers prédicats49, les premières négations et les premières argumentations. La syntaxe est alors apparue comme un moyen de relier les prédicats à leurs arguments50. Nous vivons encore dans cette phase du langage, sans pouvoir prédire s’il y en aura d’autres. Comme il se doit dans un scénario évolutif, le langage, de même que le pré-langage et le proto-langage qui l’ont précédé, n’a qu’une nécessité locale, celle d’être adapté à sa fonction. Certes, le langage, sélectionné comme moyen d’argumenter, est devenu un fantastique outil de narration, bien supérieur au proto-langage dans la communication événementielle. Le lecteur qui a été attentif à notre exposé aura néanmoins compris pourquoi le stade du proto-langage, bien que stable, a finalement été dépassé. Comme toutes les adaptations de la nature, celle du proto-langage fut locale. L’arrivée du langage, sélectionné pour d’autres raisons que la communication événementielle, a bouleversé la donne, reléguant le proto-langage au rang de fossile comportemental.

55En ouvrant la possibilité de lutte contre le mensonge par la négation et l’argumentation, le langage et sa sémantique prédicative ont élargi le champ de la communication. Le pré-langage était cantonné au « ici et maintenant ». Le proto-langage permettait de communiquer des événements vérifiables, « presque ici et presque maintenant ». Il servait à attirer l’attention sur des situations absentes, de manière à encourager les auditeurs à venir les constater par eux-mêmes. Avec l’avènement de la négation et de la protection contre le mensonge, les humains ont pu parler de tous les événements, même de ceux qui, parce qu’ils s’étaient produits trop loin dans l’espace ou dans le temps, ne pouvaient en aucun cas être vérifiés. D’une communication fondée sur la vérification, nos ancêtres sont passés à une communication fondée sur la cohérence logique. Dans un procès de justice, les protagonistes ne restent pas sourds aux événements invérifiables. Au contraire, ce sont ces événements qui les passionnent. Simplement, ils s’acharnent à tester la cohérence logique de ce qui est dit, jusqu’à faire confiance à la version la plus cohérente. Il n’en va pas autrement dans les conversations de tous les jours, lorsque les individus argumentent pour savoir ce qui s’est réellement passé.

  • 51 J.-L. Dessalles, « Pensée privée et communication sociale », Du collectif au social – Actes des jo (...)

56L’augmentation du champ de la communication ne s’est pas limitée à l’élargissement du cercle des événements rapportables. Une fois mis en place, l’appareil argumentatif a dépassé sa fonction première de test du témoignage d’autrui. En appliquant sa faculté critique à sa propre perception, l’individu humain s’est mis à argumenter en mettant en doute ce que la nature elle-même livrait à ses sens. Ainsi sont nés les dialogues épistémiques. Dans cette situation, la présence de l’autre devenait facultative : l’individu pouvait argumenter avec lui-même, autrement dit penser de manière délibérative51. Toujours avec le même appareil par lequel il pouvait contraster les situations, il s’est mis à tester la cohérence, non seulement des faits et des témoignages, mais aussi de ses propres désirs, ce qui a produit les dialogues épithymiques et la planification. Ainsi, une bonne partie de l’intelligence par laquelle nous nous distinguons volontiers des animaux est née en même temps que le langage, à la faveur d’une nouvelle capacité cognitive, celle de contraster les situations vécues et les situations mémorisées.

Origines et mythes rationnels

57Le développement qui précède nous a conduits à considérer, derrière la diversité des langues, la faculté qui sous-tend le langage. En recherchant l’origine de cette faculté dans le cadre des sciences de la nature, nous en sommes venus à considérer que son évolution avait connu des stades bien distincts. L’hypothèse du proto-langage, formulée par Derek Bickerton, peut constituer un intermédiaire plausible, à condition que la compétence proto-langagière puisse apparaître comme pleinement fonctionnelle. Défini au départ, de manière négative, comme un agencement d’éléments lexicaux dépourvu de syntaxe, le proto-langage a été présenté ici comme un moyen de communication adapté à la communication événementielle. En raisonnant sur la transition, apparue récemment en même temps que notre espèce, entre le proto-langage et le langage, nous sommes arrivés à l’hypothèse selon laquelle le langage devrait son existence à la capacité argumentative.

58On pourrait reprocher aux reconstitutions de la phylogenèse d’être invérifiables. On ne pourra jamais se transporter dans le passé pour voir à quoi ressemblait la conversation d’homo ergaster ou d’homo erectus, ou seulement par la magie de l’imagination. Nous serions surpris, dans doute, de rencontrer des êtres formant des phrases très courtes, se signalant toute nouveauté, à commencer par notre présence. Bien plus humains que les autres animaux, ces êtres nous sembleraient néanmoins stupides au regard de nos critères d’intelligence. Limités à la compréhension et à la communication des situations concrètes quasi immédiates, incapables de comprendre la moindre argumentation, ces proto-humains nous rendraient perplexes : contrairement aux animaux, ils seraient sensibles à notre communication événementielle, mais ils nous décevraient immanquablement en étant non réceptifs au moindre raisonnement. Mais tout cela ne ressemble-t-il pas plus à de la science-fiction qu’à de la science ?

59Condillac faisait-il de la science-fiction en imaginant la naissance de la faculté de langage ? Ou fabriquait-il un mythe censé remplacer l’idée selon laquelle le langage était tout « simplement » un don divin ? La discussion que nous venons d’avoir à propos des origines du langage est-elle elle-même autre chose qu’un mythe se cachant sous des apparences scientifiques ?

60La pensée de Condillac, sur des matières que la science a depuis éclairées, ne doit pas être jugée à ses résultats, qui apparaissent souvent trop simples au regard des connaissances actuelles, mais à la méthode. La force du propos de Condillac est qu’il ne s’appuie pas sur des arguments d’autorité, mais sur des arguments rationnels. Lorsque l’on s’intéresse aux origines du genre humain, on se heurte facilement à ces autorités qui assoient leur légitimité par un discours fondateur prenant ses sources dans un passé mythique inconnaissable. Condillac a eu l’immense audace de prendre un point de vue rationnel et de produire un scénario argumenté de la naissance du langage qu’il livrait à la critique de ses contemporains.

61La caractéristique du discours rationnel n’est pas d’être astreint à ne traiter que de faits tangibles. Le discours scientifique ne se limite pas aux situations vérifiables. Il serait bien pauvre sinon. Personne n’a jamais vu de quark, et pourtant le discours sur les quarks et la nature intime de la matière est un discours scientifique. Les scénarios sur l’origine du langage ne sont pas directement vérifiables. Ils peuvent toutefois faire l’objet d’une argumentation. Nous pouvons nous faire une opinion sur ce qui s’est passé il y a deux cent ou cinq cent mille ans. Contrairement au mythe fondateur qui est reçu sans discussion, un scénario scientifique sur les origines est soumis à la critique rationnelle. Il doit respecter des contraintes de cohérence logique.

62Condillac nous a montré la voie. L’exercice de la reconstitution rationnelle du passé est beaucoup plus contraint de nos jours, par les connaissances que nous avons acquises sur la structure du langage et sur les lois de l’évolution par sélection naturelle. Paradoxalement, cela rend l’exercice plus facile, car le souci constant de respecter les contraintes guide la réflexion. Condillac a dû imaginer une histoire plausible à partir de rien. Nous nous contentons d’essayer d’assembler de manière plausible les pièces d’un puzzle que la connaissance scientifique accumulée met à notre disposition. Il en résulte des scénarios sur l’origine de ce qui fait notre humanité. Leur légitimité vient de ce qu’ils s’offrent à la critique rationnelle. Condillac apprécierait sans doute cet effort, sans cesse renouvelé, d’améliorer la compréhension de ce que nous sommes par la reconstitution des événements qui ont conduit à notre existence.

Notes

1 Le travail ayant permis la rédaction de ce chapitre a été conduit dans le cadre du projet OHLL-MEL du CNRS.

2 N. Chomsky, Reflections on Language, New York, Pantheon Books, 1975 ; M. Piattelli-Palmarini, « Evolution, selection and cognition : from “learning” to parameter setting in biology and in the study of language », Cognition, no 31, 1989, p. 1-44 ; D. Lightfoot, « The spandrels of the linguistic genotype », dans The Evolutionary Emergence of Language : Social Function and the Origins of Linguistic Norm, C. Knight, M. Studdert-Kennedy et J. R. Hurford éd., Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 231-247.

3 Les recherches actuelles sur l’origine du langage en France constituent une entreprise collective, soutenue au niveau institutionnel en particulier par le programme « Origine de l’homme, du langage et des langues » du CNRS.

4 G. W. Hewes, « History of glottogonic theories », dans Language Origin : a Multidisciplinary Approach, J. Wind, B. Chiarelli, B. Bichakjian et A. Nocentini éd., Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 1992, p. 3-20.

5 G. Hickok, U. Bellugi et E. S. Klima, « The neural organization of language : evidence from sign language aphasia », Trends in Cognitive Sciences, no 4, vol. 2, 1998, p. 465-468.

6 N. Chomsky, Some Concepts and Consequences of the Theory of Government and Binding, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1982.

7 J. L. McClelland et D. E. Rumelhart, Parallel Distributed Processing, vol. 2, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1986.

8 T. J. Sejnowski et C. R. Rosenberg, « Parallel networks that learn to pronounce English text », Complex Systems, no 1, 1987, p. 145-168.

9 M. Coltheart, « Connectionist modeling of human language processing : the case of reading », Psycoloquy, no 9 (#2 Reading (2)), 1991. En ligne : [https://web.archive.org/web/20071014213122/http://psycprints.ecs.soton.ac.uk/archive/00000221/].

10 J. Durand, Generative and Non-Linear Phonology, Londres, Longman, 1990, p. 223.

11 La règle s’applique de manière identique aux couples du type « lait/laiterie » et « peureux/peureuse ». Ces parlers régionaux ne peuvent tolérer une voyelle ouverte terminale (comme dans le mot « lait » prononcé à Paris) ou une voyelle fermée non terminale (comme le deuxième eu dans le mot « peureuse », tel qu’il est prononcé dans maints parlers régionaux du Nord de la France).

12 N. Chomsky, Some Concepts and Consequences of the Theory of Government and Binding, ouvr. cité.

13 S. Crain, « Language acquisition in the absence of experience », Behavioral and Brain Sciences, no 4, vol. 14, 1991, p. 597-650.

14 Pour sauver la phrase, il faut que la situation décrite (boire un verre de vin) sorte du registre temporel pour acquérir une dimension logique, par exemple si en violant un interdit, la situation est la négation d’une situation normalement attendue.

15 L. Ghadakpour, Le système conceptuel, à l’interface entre le langage, le raisonnement et l’espace qualitatif : vers un modèle de représentations éphémères, Paris, Thèse de doctorat, École polytechnique, 2003.

16 J.-L. Dessalles, « La fonction shannonienne du langage : un indice de son évolution », Langages, no 146, 2002, p. 101-111.

17 Ceci n’empêche pas, bien sûr, que des structures émergentes puissent apparaître au niveau collectif. Les oscillations du brouhaha créé dans un cocktail sont des propriétés émergentes du langage, sans être représentées dans le cerveau de ceux qui les produisent.

18 Voir le débat entre J. Piaget, N. Chomsky et M. Piatelli-Palmarini, Théories du langage  Théories de l’apprentissage, Paris, Seuil, 1979. La thèse de Piaget revient à présenter les acquisitions de l’enfant au cours de son développement comme autant de découvertes de bonnes formes. Or, le langage ne ressemble en rien, et à aucun de ses niveaux d’analyse, à une bonne forme (J.-L. Dessalles, « Limits of isotropic bias in natural and artificial models of learning », dans Apprentissage : des principes naturels aux méthodes artificielles, G. Ritschard, A. Berchtold, F. Duc et D. A. Zighed éd., Paris, Hermès, 1998, p. 307-319).

19 C. Darwin, Expression of the Emotions in Man and Animals (1872).

20 La récursivité est la propriété selon laquelle une procédure appelle une copie d’elle-même au cours de son exécution. Ainsi, le traitement du syntagme nominal « acoustique du concert auquel j’ai assisté hier » passe par le traitement du syntagme nominal inclus « concert auquel j’ai assisté hier ». Tout porte à croire que les deux traitements sont assurés par la même procédure, bien que l’un commence avant que l’autre soit terminé. D’un point de vue technique, le fait remarquable est que la récursivité à l’œuvre dans le langage humain est une récursivité centrale, c’est-à-dire une récursivité qu’il est impossible de ramener à une simple itération répétitive.

21 M. D. Hauser, N. Chomsky et W. Tecumseh Fitch, « The faculty of language : what is it, who has it, and how did it evolve ? », Science, vol. 298, 2002, p. 1569-1579.

22 M. Carpenter, K. Nagell et M. Tomasello, « Social cognition, joint attention, and communicative competence from 9 to 15 months of age », Monographs of the Society for Research in Child Development, vol. 63, no 4, 1998, p. 1-143.

23 J. Call, B. Hare et M. Tomasello, « Chimpanzee gaze following in an object choice task », Animal Cognition, vol. 1, 1998, p. 89-99.

24 J.-L. Dessalles, « La fonction shannonienne du langage : un indice de son évolution », Langages, no 146, 2002, p. 101-111.

25 Voir en ligne : [www.simplicitytheory.org]

26 D. Tannen, Talking voices  Repetition, Dialogue, and Imagery in Conversational Discourse, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

27 On notera que la « théorie de la pertinence » de Dan Sperber et Deirdre Wilson, portant sur l’ensemble de la communication humaine, ignore totalement la communication événementielle et les paramètres qui la contrôlent. En mesurant la qualité des interventions d’après les inférences qu’elles permettent à l’interlocuteur d’effectuer, la théorie de la pertinence ne tient pas compte du caractère inattendu des événements (D. Sperber et D. Wilson, La pertinence, Paris, Minuit, 1989). C’est bien l’inattendu, mesuré comme une baisse de complexité (voir www.simplicitytheory.org), qui permet de prédire l’acceptabilité des interventions sur le mode événementiel, non leur pouvoir inférentiel, voir J.-L. Dessalles, « La fonction shannonienne du langage : un indice de son évolution », art. cité.

28 Du grec ἐπιθυμέω-ῶ, qui signifie relatif à ce qui vient du cœur, autrement dit les souhaits, positifs ou négatifs, que l’on est capable d’exprimer.

29 R. I. M. Dunbar, Grooming, Gossip, and the Evolution of Language, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1996.

30 J.-L. Dessalles, Modèle cognitif de la communication spontanée, appliqué à l’apprentissage des concepts, Thèse de doctorat, Paris, ENST-93E022, 1993.

31 P. Lieberman, The Biology and Evolution of Language, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1984.

32 T. Matsuzawa, « Field experiments on use of stone tools by chimpanzees in the wild », dans Chimpanzee Cultures, R. W. Wrangham, W. C. McGrew, F. B. M. de Waal et P. G. Heltne éd., Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1994, p. 351-370.

33 J. Pelegrin, « Les savoir-faire : une très longue histoire », Terrain, Revue du patrimoine ethnologique, no 16, 1991.

34 R. I. M. Dunbar, Grooming, Gossip, and the Evolution of Language, ouvr. cité.

35 J.-L. Dessalles, Aux origines du langage : une histoire naturelle de la parole, Paris, Hermès-science, 2000.

36 R. Jackendoff, « Possible stages in the evolution of the language capacity », Trends in Cognitive Sciences, no 7, vol. 3, 1999, p. 272-279.

37 S. J. Gould, Full House  The Spread of Excellence from Plato to Darwin, New York, Three Rivers Press, 1996.

38 S. J. Gould et N. Eldredge, « Punctuated equilibria : the tempo and mode of evolution reconsidered », Paleobiology, no 3, 1977, p. 115-151.

39 J.-L. Dessalles, L’ordinateur génétique, Paris, Hermès, 1996.

40 S. J. Gould, Full House  The Spread of Excellence from Plato to Darwin, ouvr. cité.

41 D. Bickerton, Language and Species, Chicago, University of Chicago Press, 1990.

42 D. Bickerton, Language and Human Behavior, Londres, UCL Press, 1995.

43 J. Kegl, A. Senghas et M. Coppola, « Creation through contact : sign language emergence and sign language change in Nicaragua », dans Language Creation and Language Change, M. DeGraff éd., Cambridge (Mass.), MIT Press, 1999, p. 179-237.

44 J.-L. Dessalles, Aux origines du langage : une histoire naturelle de la parole, ouvr. cité ; J.-L. Dessalles, Évolution et cognition  Actes de la journée scientifique de l’Association pour la recherche cognitive, Paris, ENST, 2000.

45 La communication événementielle a peu de rapport avec les vocalisations figées, comprises comme des cris d’alarme, que l’on observe dans de nombreuses espèces animales sociales.

46 J.-L. Dessalles, Aux origines du langage : une histoire naturelle de la parole, ouvr. cité.

47 R. Jackendoff, « Possible stages in the evolution of the language capacity », art. cité.

48 S. M. Kosslyn, Image and Brain, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1994.

49 J.-L. Dessalles et L. Ghadakpour, Proceedings of the International Conference on the Evolution of Language, Paris, ENST, 2000.

50 Nous expliquons comment la récursivité a pu apparaître en exploitant les prédicats pour réaliser la détermination dans J.-L. Dessalles, Aux origines du langage : une histoire naturelle de la parole, ouvr. cité.

51 J.-L. Dessalles, « Pensée privée et communication sociale », Du collectif au social – Actes des journées de Rochebrune, J. Stewart, J.-L. Dessalles et T. Fuhs éd., Paris, ENST, 1996, p. 49-59.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540