Version classiqueVersion mobile

Spinoza-Deleuze : lectures croisées

 | 
Anne Sauvagnargues
, 
Pascal Sévérac

II. Deleuze lecteur

Chapitre VI

Deleuze lecteur de Spinoza – La tentation de l’impératif

Charles Ramond

Texte intégral

  • 1 Une première version de ce texte, prononcée d’abord au Colloque Spinoza-Deleuze, GRS / CERPHI / CI (...)
  • 2 Voir notamment C. Ramond, Qualité et quantité dans la philosophie de Spinoza (PUF, 1995), traducti (...)

1Chacun1 sait la place que Deleuze fait à Spinoza, particulièrement les lecteurs et interprètes de Spinoza, qui ont tous lu et médité avec passion aussi bien le Spinoza et le problème de l’expression de 1968 (désormais SPE) que le Spinoza. Philosophie pratique de 1991 (désormais SPP). C’est par exemple à partir d’options de lectures très proches au départ de celles développées par Deleuze dans le premier de ces ouvrages, notamment l’attention portée d’abord sur tout ce qui relève du quantitatif et du qualitatif dans la philosophie de Spinoza, que j’ai pu développer depuis une vingtaine d’années une lecture finalement divergente, privilégiant, pour le dire d’un mot, une vision extensive plutôt qu’intensive du spinozisme2. Mon propos ne sera pas ici de revenir directement sur le fond de la lecture deleuzienne de Spinoza, mais de tenter une lecture de la façon assez particulière dont Deleuze écrit sur Spinoza, en laissant pour d’autres travaux ou d’autres occasions la question de savoir si ces observations et ces analyses pourraient ou non être généralisées à la façon dont Deleuze écrit sur les autres philosophes ou sur l’histoire de la philosophie – intuitivement, et en l’attente de vérifications poussées, je donnerais d’ailleurs une réponse plutôt positive à une telle question, tant Deleuze est lui-même dès qu’il s’agit de Spinoza.

  • 3 « Le livre V se présente comme un accéléré ou un précipité de démonstrations. […] Les démonstratio (...)

2Pour Deleuze, la philosophie est une affaire de « vitesses » – tout particulièrement celle de Spinoza, et surtout dans l’Éthique3. L’écriture de Deleuze, à son tour, entraîne souvent le lecteur dans une philosophie à grande vitesse, dans une sorte d’ivresse du flux. Pour tenter d’apercevoir le style de Deleuze lorsqu’il écrit sur Spinoza, un puissant effort de freinage s’est donc avéré nécessaire. Il a fallu arrêter le regard sur ce qui pouvait sembler des détails stylistiques (formes rhétoriques, emploi des majuscules, des guillemets, des italiques, voire des crochets droits), sachant que l’attention extrême portée par Deleuze à la question du « style » interdisait a priori toute hiérarchisation entre « fond » et « forme », et légitimait au contraire la prise en compte de tous ces éléments de style à titre de dimension constitutive de la création philosophique. L’examen attentif, à ras du texte, des traces deleuziennes sur celles de Spinoza, pouvait ainsi conduire – tels du moins furent le pari et l’ambition de la présente étude – à former une image assez précise du « personnage conceptuel » que fut et reste Gilles Deleuze. On trouvera dans les pages qui suivent l’essai de cette reconstitution.

Injonctions, Interdictions

3La première chose qui frappe, dans la façon dont Deleuze écrit sur Spinoza, est la présence constante de formules injonctives ou interdictives, dans des exposés qui pourtant sembleraient appeler un autre type de formulations. On reconnaît assez facilement un passage de Deleuze à la présence de telles formules, qui de ce fait peuvent être considérées (en première approximation) comme des marqueurs de l’écriture deleuzienne. Toutes ces formules ont en commun d’exprimer des devoirs ou des interdictions en matière d’histoire de la philosophie ou d’interprétation des textes.

4Selon une progression du plus neutre au plus caractéristiquement « deleuzien », on trouve d’abord des formules en « il faut / il ne faut pas » (je souligne dans tous les cas, sauf indications contraires) :

(1) « Il faut prendre à la lettre une métaphore de Spinoza qui montre que le monde produit n’ajoute rien à l’essence de Dieu. » (SPE, p. 87)

(2) « C’est chacun de ces points qu’il faut analyser. » (SPE, p. 114)

(3) « Le philosophe peut habiter divers États, hanter divers lieux, à la manière d’un ermite, d’une ombre, voyageur, locataire de pensions meublées. C’est pourquoi il ne faut pas imaginer Spinoza rompant avec un milieu juif supposé clos. » (SPP, p. 11)

(4) « Il faut comprendre en un tout la méthode géométrique, la profession de polir des lunettes et la vie de Spinoza. » (SPP, p. 23)

(5) « Pour saisir […] il ne suffit pas de […] ; il faut plutôt […]. » (SPP, p. 27)

 

5On trouve ensuite des formulations, bien plus nombreuses,  en « nous devons / nous ne devons pas » (parfois « on doit / on ne doit pas ») :

(6) « De toutes façons, il ne suffit pas de dire que le vrai est présent dans l’idée. Nous devons demander encore : qu’est-ce qui est présent dans l’idée vraie ? » (SPE, p. 11)

(7) « Nous devons demander comment Spinoza s’insère dans la tradition expressionniste, dans quelle mesure il en est tributaire, et comment il la renouvelle. » (SPE, p. 13)

(8) « L’expression se présente comme une triade. Nous devons distinguer la substance, les attributs, l’essence. » (SPE, p. 21)

(9) « Parmi les nombreux sens du mot “formel”, nous devons tenir compte de celui par lequel il s’oppose à “éminent” ou à “analogue”. Jamais la substance ne doit être pensée comme comprenant éminemment ses attributs. » (SPE, p. 50)

(10) « Nous avons une idée de Dieu : nous devons donc affirmer une puissance infinie de penser comme correspondant à cette idée ; or la puissance de penser n’est pas plus grande que la puissance d’exister et d’agir ; nous devons donc affirmer une puissance infinie d’exister comme correspondant à la nature de Dieu. » (SPE, p. 76)

(11) « On ne doit donc pas s’étonner que la preuve a posteriori […]. » (SPE, p. 77)

(12) « Surtout l’on ne doit pas se hâter de considérer l’ordre et la connexion […] comme strictement synonymes. » (SPE, p. 95)

(13) « C’est pourquoi nous devons attacher de l’importance aux termes “mode” et “modification”. » (SPE, p. 98)

(14) « D’une part nous devons attribuer à Dieu une puissance d’exister et d’agir identique à son essence formelle ou correspondant à sa nature. Mais d’autre part, nous devons également lui attribuer une puissance de penser, identique à son essence objective ou correspondant à son idée. » (SPE, p. 103)

(15) « Reste que nous devons distinguer deux points de vue. » (SPE, p. 108)

(16) « Là comme ailleurs, nous ne devons pas confondre absolument ce qui s’exprime et l’exprimé. » (SPE, p. 127 – derniers mots soulignés par Deleuze)

(17) « Quelles sont les conséquences de cette théorie spinoziste de la vérité ? Nous devons d’abord en chercher la contre-épreuve dans la conception de l’idée inadéquate. » (SPE, p. 130)

(18) « Nous devons distinguer deux aspects dans l’idée inadéquate. » (SPE, p. 135)

(19) « Nous devons donc demander. » (SPE, p. 177)

(20) « Une essence de mode s’exprime éternellement dans un rapport, mais nous ne devons pas confondre l’essence et le rapport dans lequel elle s’exprime. » (SPE, p. 191)

(21) « C’est pourquoi nous ne devons surtout pas confondre les essences et les rapports, ni la loi de production des essences et la loi de composition des rapports. » (SPE, p. 193)

(22) « Nous devons encore demander. » (SPE, p. 287)

(23) « Comment opéra la lente conversion philosophique qui le fit rompre avec la communauté juive, avec les affaires, et le conduisit à l’excommunication de 1656 ? Nous ne devons pas imaginer homogène la communauté d’Amsterdam. » (SPP, p. 11)

(24) « Quand Spinoza parle de la nocivité des révolutions, on ne doit pas oublier que la révolution est conçue en fonction des déceptions que celle de Cromwell inspira. » (SPP, p. 17)

(25) « Le conatusne doit surtout pas être compris comme une tendance à passer à l’existence. » (SPP, p. 135)

 

6Enfin, toujours dans le même sens, les formulations les plus caractéristiques de l’écriture de Deleuze (telle qu’on peut l’analyser dans ses deux ouvrages sur Spinoza) consistent en l’usage fréquent du futur de l’indicatif, à entendre comme un impératif, le plus souvent sous forme négative : « On ne confondra pas / on ne dira pas / on ne s’étonnera pas / on ne croira pas / on évitera de », etc. :

(26) « Spinoza dit que les attributs sont “conçus comme réellement distincts”. Dans cette formule on ne verra pas un usage affaibli de la distinction réelle. […] Pas davantage on ne croira que Spinoza fasse de la distinction réelle un usage seulement hypothétique ou polémique. » (SPE, p. 28)

(27) « On ne confondra pas l’existence de l’essence avec l’existence de son corrélat. » (SPE, p. 35)

(28) « Dès lors on ne pourra pas penser que Dieu contienne la réalité ou perfection d’un effet sous une forme meilleure que celle dont dépend l’effet. » (SPE, p. 59)

(29) « On ne s’étonnera pas qu’il y ait des points communs fondamentaux dans la réaction anticartésienne de la fin du xviie siècle. » (SPE, p. 63)

(30) « Dès lors, on ne pourra pas dire que Dieu produise le monde, l’univers ou la nature naturée, pour s’exprimer. » (SPE, p. 87 [« pour » souligné par Deleuze])

(31) « On ne se hâtera pas de dénoncer les incohérences du spinozisme. Car on ne trouve d’incohérence qu’à force de confondre, chez Spinoza, deux principes d’égalité très différents. » (SPE, p. 106)

(32) « Tel est le premier privilège de l’attribut pensée […]. On ne confondra pas ce premier privilège avec un autre, qui en découle. » (SPE, p. 109)

(33) « À cet égard, on ne verra nulle différence entre l’Éthique et le Traité de la Réforme de l’Entendement. » (SPE, p. 115)

(34) « Spinoza reconnaît que […]. On n’y verra pas une insuffisance de la méthode, mais une exigence de la méthode spinoziste. » (SPE, p. 122)

(35) « En quel sens l’idée de Dieu est-elle “vraie” ? On ne dira pas d’elle qu’elle exprime sa propre cause : formée absolument, c’est-à-dire sans l’aide d’autres idées, elle exprime l’infini. » (SPE, p. 126 [« exprime l’infini » souligné par Deleuze])

(36) « On ne s’étonnera donc pas qu’il arrive à Spinoza de dire que […]. » (SPE, p. 129)

(37) « On ne croira pas qu’en réduisant ainsi les créatures à des modifications ou à des modes, Spinoza leur retire toute essence propre ou toute puissance. » (SPE, p. 150)

(38) « On évitera de croire que l’extension soit un privilège de l’étendue. […] On ne s’étonnera donc pas que, outre l’infini qualitatif des attributs qui se rapportent à la substance, Spinoza fasse allusion à deux infinitifs quantitatifs proprement modaux. » (SPE, p. 174)

(39) « On ne confondra pas la théorie spinoziste [sur les essences] avec une théorie cartésienne en apparence analogue. » (SPE, p. 176)

(40) « On évitera de donner des essences particulières spinozistes une interprétation leibnizienne. » (SPE, p. 181)

(41) « On ne confondra pas “infinité de façons” et “très grand nombre de façons”. » (SPE, p. 198)

(42) « On évitera de prêter à Spinoza des thèses intellectualistes qui ne furent jamais les siennes. » (SPE, p. 200)

(43) « On ne dira donc pas que les notions plus universelles expriment Dieu mieux que les notions moins universelles. On ne dira surtout pas que l’idée de Dieu soit elle-même une notion commune, la plus universelle de toutes : en vérité, chaque notion nous y conduit, chaque notion l’exprime, les moins universelles comme les plus universelles. » (SPE, p. 278)

(44) « On ne croira pas que dans sa période quasi professorale Spinoza fût [sic] jamais cartésien. » (SPP, p. 16)

(45) « Quoi qu’il y ait dans toute rencontre des rapports qui se composent, et que tous les rapports se composent à l’infini dans le mode infini médiat, on évitera de dire que tout est bon, que tout est bien. » (SPP, p. 76)

(46) « Une chose finie existante renvoie à une autre chose finie comme cause. Mais on évitera de dire qu’une chose finie est soumise à une double causalité, l’une horizontale constituée par la série indéfinie des autres choses, l’autre verticale constituée par Dieu. » (SPP, p. 78)

(47) « On ne confondra pas les privilèges réels de l’attribut pensée […] avec les ruptures apparentes […]. » (SPP, p. 97)

(48) « On ne confondra pas [les deux puissances d’exister et de penser] avec les deux attributs infinis que nous connaissons. » (SPP, p. 135)

(49) « On ne les identifiera donc pas aux attributs et modes infinis. Ce serait à la fois trop large et trop étroit. » (SPP, p. 162, n. 17)

7Les listes ci-dessus recensent la totalité des formules présentes dans les deux livres consacrés par Deleuze à Spinoza. Les tournures remarquables y apparaissent avec une grande régularité, sauf dans les chapitres xv (« Les trois ordres et le problème du mal »), et xvi (« Vision éthique du monde ») de Spinoza et le problème de l’expression, où Deleuze semble soudain écrire dans une sorte d’enthousiasme positif (qui le conduit, à la fin du chapitre xvi, à copier des passages de plus en plus longs de Spinoza, dans une sorte d’osmose avec lui), et où, toute dimension négative ayant presque disparu, on cesse aussi de rencontrer ces injonctions qui rythmaient les autres chapitres. Mais en général le retour très régulier de ces injonctions, positives ou négatives, installe chez Deleuze une certaine ambiance d’écriture que je voudrais maintenant essayer de caractériser.

L’impératif : forclusion et persistance

8On sera peut-être étonné, d’abord, de lire de l’histoire de la philosophie à l’impératif. Un certain nombre d’explications ou d’atténuations viendront donc, sans doute, à l’esprit. L’histoire de la philosophie, pensera-t-on, restitue la logique des thèses et des positions, cherche à établir ou à rétablir des liens logiques (c’est-à-dire nécessaires) entre les arguments esquissés ou développés par les auteurs. Or, tout particulièrement lorsqu’il s’agit d’une philosophie démontrée more geometrico comme l’est celle de Spinoza, le vocabulaire de la nécessité logique est parfois impossible à distinguer de celui de l’impératif. Ne trouve-t-on pas, à la fin de chaque démonstration de l’Éthique, la formule Quod erat demonstrandum, « Ce qu’il fallait démontrer », sans voir là la moindre trace d’un « devoir » ? En ce sens, les formules relevées, y compris dans l’utilisation du verbe « devoir », rapprocheraient le style d’historien de Deleuze du style géométrique de Spinoza, ce qui serait au fond assez logique et naturel. Par exemple, la citation (14) :

(14) « D’une part nous devons attribuer à Dieu une puissance d’exister et d’agir identique à son essence formelle ou correspondant à sa nature. Mais d’autre part, nous devons également lui attribuer une puissance de penser, identique à son essence objective ou correspondant à son idée. » (SPE, p. 103)

9peut et doit se comprendre d’un point de vue logique : « Nous devons attribuer à Dieu » signifie ici « il est nécessaire logiquement d’attribuer à Dieu », etc. De même, bon nombre des tournures en « on ne s’étonnera pas » consistent à souligner le caractère logique et nécessaire de la liaison entre deux thèmes ou deux arguments. De ce fait, exactement comme chez Spinoza, le travail philosophique consistera à dépasser l’étonnement initial de celui qui n’a pas compris la nécessité de l’ordre des choses. C’est manifestement le sens des citations (11), (29), (36) et (38). Dans la citation (11), par exemple, (« On ne doit donc pas s’étonner que la preuve a posteriori […] », SPE, p. 77), l’expression « on ne doit donc pas s’étonner que » est équivalente à « il n’est donc pas surprenant que », ou, plus simple et plus net, à « par conséquent ». On pourrait assez facilement multiplier les exemples, et soutenir que cette façon de s’exprimer « à l’impératif » est en réalité une façon « seulement rhétorique », pour Deleuze, d’exprimer la nécessité logique, ou encore, faire l’hypothèse qu’il s’agirait là d’un simple « tic » d’écriture chez Deleuze, si brillant et maître de ses énoncés soit-il en général.

  • 4 En SPE, p. 149, n. 20, Deleuze relève une inversion dans une citation de Spinoza faite par P. Lach (...)

10Mais quand bien même on accorderait tout cela, aurait-on vraiment progressé ? Sommes-nous vraiment autorisés ici à distinguer entre un « sens véritable » des énoncés, et leur « mise en forme » qui serait « seulement rhétorique » ? Une telle distinction, naïve en général, serait tout particulièrement inappropriée chez un auteur comme Deleuze, théoricien du « plan d’immanence » et du « style » comme démarche philosophique à part entière. Et pour ce qui serait des « tics » d’écriture, en bonne analyse, un « tic » ne constitue pas, mais au contraire demande, une explication4. Sans doute la nécessité logique peut-elle se dire à l’impératif. Mais elle peut aussi s’exprimer autrement. La question revient donc toujours : pourquoi Deleuze choisit-il, ou adopte-t-il, de façon constante et régulière, cette façon d’écrire plutôt qu’une autre ?

11De façon très frappante, cette question de la différence entre un discours descriptif, logique, neutre moralement, et un discours injonctif, et moral en son fond, est si peu ignorée par Deleuze qu’il y revient souvent avec une insistance toute particulière, comme l’un des points décisifs soulevés par Spinoza. Bien loin en effet de se satisfaire du fait que, souvent, la distinction entre la description et l’injonction est impossible ou indécidable, comme par exemple lorsqu’on écrit :

(28) « Dès lors on ne pourra pas penser que Dieu contienne la réalité ou perfection d’un effet sous une forme meilleure que celle dont dépend l’effet. » (SPE, p. 59),

  • 5 « […] Dieu révèle à Adam que le fruit l’empoisonnera parce qu’il agira sur son corps en en décompo (...)

12– bien loin, donc, de souligner l’intérêt de, d’insister sur, ou de se tenir délibérément en ce lieu rhétoriquement indécis, Deleuze revient à plusieurs reprises sur la distinction conceptuelle profonde, voire infranchissable, introduite à ses yeux par le passage du descriptif au prescriptif, distinction dont le mérite sinon la gloire devraient selon lui être attribués à Spinoza. Il s’agit d’Adam. Selon l’interprétation que propose Spinoza, Dieu aurait révélé à Adam que le fruit défendu était mauvais pour lui (que, lit Deleuze, ce fruit était pour Adam une « mauvaise rencontre », qu’il « empoisonnerait » Adam5). Dieu a donc révélé à Adam une loi naturelle, il lui a révélé ce qui était, il a fait à Adam une description partielle de l’ordre des choses. Or Adam a mal compris, il a cru que cette description était un ordre, un commandement. Il a pris pour une interdiction, pour un impératif négatif (« tu ne mangeras pas de ce fruit ») ce qui n’était qu’un énoncé nécessaire (« ce fruit est mauvais pour toi »). Deleuze ne cesse de revenir sur cet exemple et sur cette distinction, auxquels il attache la plus grande importance en soi et pour la compréhension de Spinoza. Surtout, Deleuze dévalorise constamment et avec vigueur, dans sa lecture de Spinoza, la confusion par laquelle on perçoit ou exprime sous la forme d’un « impératif » ce qui relève de la raison, de la logique, ou des lois de la nature. Il découvre en effet avec bonheur chez Spinoza une forme de production sans commandement parce que sans volonté :

(50) « Dieu ne produit pas parce qu’il veut, mais parce qu’il est. » (SPE, p. 92)

13L’impératif est alors mis du côté des confusions et des illusions de la moralité :

(51) « L’impératif n’est pas une expression, mais une impression confuse qui nous fait croire que les vraies expressions de Dieu, les lois de la nature, sont autant de commandements. » (SPE, p. 165)

  • 6 Spinoza renvoie, dans les lignes qui suivent, à l’exemple de la « quatrième proportionnelle », que (...)

(52) « Il suffit de ne pas comprendre pour moraliser. Il est clair qu’une loi, dès que nous ne la comprenons pas, nous apparaît sous l’espèce morale d’un “il faut”. » (SPE, p. 36)6

14Deleuze dénonce donc, à travers et avec Spinoza, les superpositions du descriptif et du prescriptif, au moment même où il pratique régulièrement lui-même, dans ses textes sur Spinoza, de telles superpositions. Comment, dès lors, ne pas voir dans l’écriture de Deleuze le retour de ce que les thèses de Deleuze refoulent ou censurent par ailleurs vigoureusement ? La tentation de l’impératif… Pourquoi sinon, en effet, l’irruption de ce vocabulaire du « devoir » ou plutôt du « ne pas devoir » ou du « devoir ne pas », au moment où l’on discute de la vérité d’une doctrine, de son ordre, de sa logique, de ce qu’elle est ?

15Si Deleuze recourt au type de formulations que nous avons relevées, au moment même où par ailleurs il dénonce les confusions qu’elles enveloppent, c’est en effet, très vraisemblablement, parce que ces formulations sont les mieux adaptées, voire les seules qui puissent convenir, à une certaine position ou posture existentielle de philosophe et d’historien de la philosophie, qui est la sienne et que nous essayons de cerner ici. Tous ces énoncés ont en commun, d’abord, d’être orientés vers le futur. Sans doute, là encore, il s’agit parfois d’un futur « rhétorique », comme lorsque Deleuze écrit « on pensera peut-être que » (SPE, p. 117), ou « on objectera que » (SPE, p. 119-120). Mais dans tous les cas, il est au moins certain que ce type de formulations ne vise pas un passé précis, ayant existé. Deleuze évoque des objections que l’on pourrait soulever, ou être tenté de soulever. Il évoque des erreurs qu’il faudrait éviter de commettre (« on ne confondra pas », « on ne s’étonnera pas », « on évitera de », « on ne dira pas que », etc.). Mais, sauf exception rarissime, Deleuze ne dénonce, ne relève, ou ne rectifie jamais d’erreurs ayant été effectivement commises, c’est-à-dire commises au passé, figurant dans des livres effectivement publiés, chez des éditeurs ayant effectivement existé, par des auteurs ayant effectivement rédigé tel texte plutôt que tel autre, à telle page et à telle ligne plutôt qu’à telle autre. Toutes les erreurs, comme tous les livres, appartiennent au passé. Mais Deleuze, il l’a souvent répété, n’est pas intéressé par les « discussions ». On comprend donc que son temps d’historien de la philosophie, paradoxalement, soit le futur, qu’il s’agisse d’un futur temporel ou d’un futur logique (c’est-à-dire de ce qui est seulement virtuel, ou potentiel). De ce point de vue, et malgré les rapprochements que nous avons pu être amené à faire supra, il y a une grande différence entre les formulations deleuziennes relevées au début du présent texte, et les formules par lesquelles Spinoza, ou tout autre géomètre, conclut ses démonstrations. Lorsqu’on écrit, en effet, Quod erat demonstrandum, « Ce qu’il fallait démontrer », à la fin (après, à l’issue) d’une démonstration, on vise, malgré l’emploi du verbe « falloir », le passé, et non pas le futur (en latin comme en français, ces sentences sont à l’imparfait). On désigne ce que l’on vient de faire, la démonstration effectivement écrite, offerte de ce fait à la lecture et à la discussion. C’est tout autre chose que de dire « on ne croira pas que », « on ne s’étonnera pas que », « on ne se hâtera pas de », sans viser aucune « croyance », aucun « étonnement », aucune « hâte » effectifs, assignés précisément et explicitement à tel ou tel auteur dans tel ou tel texte qui existe, c’est-à-dire qui appartienne à la fois au présent et au passé.

16Le refus de discuter, enveloppé dans le futur de l’indicatif, est également présent à sa façon dans la dimension impérative (au sens d’impérieuse), jamais tout à fait absente, des formules deleuziennes. Les formules à l’impératif négatif appartiennent traditionnellement au genre des « commandements » : « Tu ne tueras point », « Tes père et mère honoreras », etc. Cette dimension, sans doute, n’est pas la seule dans les formules deleuziennes, elle n’est même pas toujours dominante, nous l’avons reconnu. Cependant, elle est assez souvent présente, par exemple dans « on ne doit pas se hâter » (12), « nous devons encore demander » (22), « on évitera de » (38), (40), (42). Cette note quelque peu impérieuse n’est pas toujours facile à entendre, car elle est le plus souvent mêlée à, voire recouverte par d’autres. Mais elle s’accorde avec suffisamment de dimensions de l’écriture de l’histoire deleuzienne de la philosophie pour nous permettre ici d’essayer de la dégager et de la rendre perceptible.

Les prophètes et les guides

  • 7 Les « prophètes », selon Deleuze, pourraient avoir dans une certaine mesure superposé heureusement (...)

17Le discours du commandement à l’impératif négatif, sans être nécessairement celui du prophète7, est celui du « guide », au sens large. Il s’agit d’amener les gens en un certain endroit, et de leur éviter, pour cela, certaines difficultés ou certains « dangers » :

(53) « Comment arrivons-nous à notre puissance d’agir ? Tant que nous en restons à un point de vue spéculatif, ce problème reste insoluble. Deux erreurs d’interprétation nous semblent dangereuses dans la théorie des notions communes : négliger leur sens biologique au profit de leur sens mathématique ; mais surtout négliger leur fonction pratique au profit de leur contenu spéculatif. » (SPE, p. 260, souligné C.R.)

  • 8 J’ai toujours été frappé de la proximité des thèses de Deleuze sur l’histoire de la philosophie, n (...)

18De quel « danger » peut-il ici être question ? Un guide de haute montagne doit éviter à ses clients les « dangers » des crevasses et du mauvais temps : dangers pour leur vie. Mais de quels « dangers » un historien de la philosophie doit-il protéger, ou prémunir, ses lecteurs ? Question assez mystérieuse. Bien sûr, on pensera que le « danger » ici est celui de « se tromper ». Et pourquoi en effet ne pas considérer « se tromper » comme une activité « dangereuse », fût-ce en un sens assez large ? Pour autant, est-ce le rôle d’un historien de la philosophie que de protéger ses lecteurs (voire l’auteur qu’il commente) contre d’éventuelles erreurs ? Quoi qu’il en soit, c’est la posture adoptée par Deleuze, jusque dans le choix de ses modes et de ses temps, et c’est certainement une posture possible en histoire de la philosophie, puisque c’est également celle de Martial Gueroult8 et d’Alexandre Matheron (pour citer deux éminents interprètes de Spinoza qui publient exactement à la même période que Deleuze) – et à ce titre elle mérite qu’on s’y attarde un peu.

 

19Dans ses ouvrages sur Spinoza, Deleuze, sans aucune exception, déploie donc toute son intelligence et tous ses efforts intellectuels pour « protéger », non pas seulement les lecteurs de Spinoza des erreurs d’interprétation qu’ils pourraient commettre, mais, de façon plus inattendue, la doctrine même de Spinoza contre toutes les erreurs d’interprétation dont elle pourrait être victime. Le résultat général de cette inlassable activité de protection se résume facilement : la philosophie de Spinoza ne peut jamais être prise en défaut, ses interprètes, toujours. On peut difficilement être plus protecteur.

20Le schéma est invariable. Une difficulté semble surgir à la lecture de Spinoza. Mais un examen plus attentif des textes révèle que la difficulté, ou la contradiction, etc., étaient illusoires. Il n’y a donc ni difficultés ni contradictions chez Spinoza. La réponse de Spinoza aux objections de Tschirnhaus « risque[rait] »-t-elle « de décevoir » le lecteur ? En réalité, « nous ne sommes déçus que parce que nous confondons des problèmes très divers soulevés par la méthode » (SPE, p. 16). Ce sujet collectif (« nous confondons ») n’est pas désigné : le « nous », comme auparavant le « on » des impératifs négatifs (« on ne se hâtera pas de », etc.) désignent un lecteur ou un objecteur éventuels, virtuels – personne en particulier. L’hypothèse selon laquelle certains lecteurs pourraient ne pas se tromper n’est pas évoquée : à la différence de l’auteur, tout lecteur est susceptible de se tromper. La « confusion » revient à l’objecteur, la doctrine en est indemne. Le Court Traité pourrait-il être vu comme un texte hétérogène, imparfait, hésitant ? « Il ne semble pas qu’il en soit ainsi », répond aussitôt Deleuze : « Les textes du Court Traité ne seront pas dépassés par l’Éthique, mais plutôt transformés » (SPE, p. 33). Donc même les œuvres de jeunesse, même les œuvres inachevées de Spinoza, ne peuvent être critiquées, sont « indépassables ». À propos des premières démonstrations de l’existence de Dieu dans l’Éthique, on pourrait croire un instant être « en droit de s’étonner » de voir Spinoza procéder apparemment « par l’infiniment parfait » ; le lecteur pourrait même se croire « en droit de réclamer une démonstration plus profonde et préalable » (SPE, p. 64). Deleuze ne conteste pas ce « droit » à son lecteur, mais le rassure tout de suite : « Ce que le lecteur est en droit de demander, Spinoza l’a précisément fait » (ibid.). La réclamation n’était donc pas recevable. Suivent alors, dans le texte de Deleuze, huit lignes entièrement en italiques, qui correspondent typographiquement à une insistance toute particulière, comparable au fait de crier ou d’élever nettement la voix. Comme si le lecteur était fermement invité à ne pas abuser à l’avenir de ce « droit » à « réclamer », et à bien retenir, une fois pour toutes, ce qu’il en est de la façon de lire correctement Spinoza. Sommes-nous « déconcertés » par le début de la seconde partie de l’Éthique (SPE, p. 99) ? Risqu[eri]ons-nous à cet égard de « confondre » certains points de la doctrine (SPE, p. 103) ? La réponse (voire la réplique) ne tarde pas à arriver : « On ne se hâtera pas de dénoncer les incohérences du spinozisme. Car on ne trouve d’incohérence qu’à force de confondre, chez Spinoza, deux principes d’égalité très différents » (SPE, p. 106) ; et finalement « Il n’y a là, semble-t-il, aucune contradiction, mais plutôt un fait ultime » (SPE, p. 107 – souligné par Deleuze). Il n’y a donc « aucune contradiction » dans le spinozisme (SPE, p. 112 : « Les pseudo-contradictions du parallélisme s’évanouissent si l’on distingue », etc.), et la conclusion est donnée une fois de plus, p. 107 sous la forme d’un résumé de quatre lignes entièrement en italiques d’insistance – procédé qui revient d’ailleurs assez fréquemment dans Spinoza et le problème de l’expression. Spinoza lui-même « reconnaît »-il, dans le Traité de la réforme de l’entendement, « qu’il ne peut pas immédiatement exposer “les vérités de la nature” dans l’ordre dû » (SPE, p. 122) ? Il peut parfaitement le reconnaître, sans la moindre crainte : « On n’y verra pas une insuffisance de la méthode, mais une exigence de la méthode spinoziste » (ibid.). Il ne peut pas y avoir « d’insuffisance » de la méthode spinoziste.

  • 9 SPP, p. 152, n. 4, souligné par Deleuze ; thèses reprises dans le texte « Spinoza et nous » dans SP (...)

21Il arrive à Deleuze, à propos des « vitesses » dans l’Éthique, de sembler faire un imperceptible reproche au « livre V », c’est-à-dire à la « Cinquième Partie » de l’Éthique. « Le livre V », écrit en effet Deleuze, « se présente comme un accéléré ou un précipité de démonstrations. On croirait même parfois que le livre V n’est qu’une ébauche. » Il est difficile de savoir si ce « on » (« on croirait même parfois ») désigne seulement Deleuze, ou d’autres commentateurs – car l’idée d’un inachèvement de la Cinquième Partie de l’Éthique est un thème assez connu chez les lecteurs de Spinoza. Quoi qu’il en soit, le recul intervient immédiatement : « Mais plutôt, c’est que les démonstrations n’y ont pas le même rythme que dans les livres précédents, et comportent des raccourcis, des éclairs. En effet, il s’agit alors du troisième genre de connaissance, comme une fulguration. Il ne s’agit même plus ici de la plus grande vitesse relative, comme au début de l’Éthique, mais d’une vitesse absolue qui correspond au troisième genre »9.

  • 10  On trouve un mouvement quasiment semblable en SPP, p. 156-157 : l’introduction de la théorie des « (...)

22Ce qui pourrait sembler une faiblesse du texte (il ne serait qu’une « ébauche ») est immédiatement non seulement défendu, mais survalorisé en « éclairs », « fulgurations », « vitesse absolue ». On perçoit ici une sorte d’effroi devant la tentation d’avoir critiqué le Texte (qui semble se mettre à jeter des éclairs menaçants), suivi d’une profession de foi renouvelée, ostensible, exagérée, exaltée…, pour effacer jusqu’au souvenir, jusqu’à la possibilité, de cette tentation10.

23Cette infaillibilité des auteurs ne s’arrête pas à Spinoza. Deleuze l’étend, dans Spinoza et le problème de l’expression, à Descartes, en négligeant le fait que Descartes est l’objet de critiques profondes et violentes dans toute l’œuvre de Spinoza. Parlant des « Secondes Réponses » de Descartes, Deleuze écrit en effet :

(54) « Ce texte, qui n’existe que dans la traduction française de Clerselier, suscite de graves difficultés : F. Alquié les souligne dans son édition de Descartes (Garnier, t. II, p. 582). Nous demandons toutefois, dans les pages suivantes, si le texte ne peut pas être interprété à la lettre. » (SPE, p. 141, n. 1 [je souligne dans tous les cas])

  • 11 L’objection faite par Kant à Spinoza dans la Critique de la faculté de juger (§ 73) « ne semble pa (...)

24On voit ici les conséquences poussées à l’extrême de l’attitude de Deleuze selon laquelle il ne saurait y avoir de véritables « difficultés » chez un auteur, et selon laquelle l’histoire de la philosophie est une activité fondamentalement protectrice, sinon réparatrice. Contrairement en effet à ce que déclare ici Deleuze, il existe bel et bien, pour ce passage, un texte latin de Descartes. La traduction de Clerselier est seulement un peu plus développée que le latin, entraînant ainsi une certaine confusion non seulement dans le français, mais aussi lorsqu’on compare le français et le latin. Tel est du moins le point de vue de Ferdinand Alquié. Dans la note évoquée par Deleuze (« Garnier, t. II, p. 582 »), Alquié exprime en effet quelque embarras, essayant, dans une ébauche de Cartésiodicée, d’imputer les difficultés du passage à des défauts de la traduction de Clerselier, sans pour autant oser en exempter totalement Descartes, puisque ce dernier est censé avoir relu, et donc authentifié, ladite traduction. Or, très significativement, Deleuze poursuit et amplifie ce mouvement, si contradictoire soit-il, en choisissant de penser que la traduction de Clerselier, puisqu’elle a été revue par Descartes, ne peut pas comporter de difficultés de fond, quand bien même elle semblerait dire autre chose que ce que dit le texte latin original. Et Deleuze consacre alors plusieurs pages de subtiles analyses à établir ce point. Ainsi se comprend rétrospectivement sa proposition étonnante, du point de vue d’un historien de la philosophie, d’interpréter ce passage « à la lettre », c’est-à-dire justement de ne pas l’interpréter, comme si le texte d’un « philosophe » avait quelque chose de sacré, d’intouchable, de toujours fiable, quand bien même les deux versions (latine et française) dont on en disposerait ne s’accorderaient pas entièrement. Dans Qu’est-ce que la philosophie ?, p. 35, Deleuze mettra des guillemets au mot « critique » lorsqu’il écrira (deux fois dans la page, deux fois avec des guillemets) : « Kant “critique” Descartes. » Le mot « critique », même à propos de Kant, ne peut pas être vraiment prononcé, repris, sans précautions. Il y faut la barrière prophylactique des guillemets. Personne ne peut « critiquer » Descartes, puisque Kant lui-même ne le peut pas, ne peut que le « “critiquer” » entre guillemets11. Il n’y a pas de philosophie critique…

Les auteurs et les interprètes

  • 12  De là peut-être cette pratique assez fréquente de décatégorisation / recatégorisation, qui permet (...)
  • 13  Cette discussion sera reprise dans SPP, p. 151 et note 3, p. 152 et note 5. Deleuze écrit, dans le (...)

25On peut facilement imaginer, sur de telles bases, le sort que Deleuze réserve aux « interprètes » de Spinoza. Deleuze est généralement défavorable, voire hostile, à tout ce qui peut se présenter comme « interprétation » d’un texte. Il n’y a pas à discuter les auteurs, parce qu’ils ont toujours raison, et il n’y a pas à discuter les interprètes, parce qu’ils ont toujours tort12. Dans les deux ouvrages sur Spinoza, la très importante et très riche littérature secondaire, ou critique, sur Spinoza, est traitée avec un dédain ostensible. Dans les premières pages de Spinoza et le problème de l’expression, Deleuze fait une allusion aux « meilleurs commentateurs » de Spinoza qui, pourtant, n’auraient pas tenu compte de « l’importance » de la notion d’expression (SPE, p. 13). Mais si quelques rares noms de commentateurs sont alors cités (par exemple Émile Lasbax, censé faire partie en 1968 des « interprètes récents » avec sa thèse de 1919 ; un peu plus loin André Darbon, Pierre Lachièze-Rey – SPE, p. 28), aucun passage particulier d’un commentaire n’est cité ou discuté. Un peu plus loin (SPE, p. 122 et n. 24), Deleuze évoque l’hypothèse d’une « lacune » qui serait supposée dans le Traité de la réforme de l’entendement par, écrit-il, « la plupart » des traducteurs (dont seul le nom d’Alexandre Koyré est cité)13. Deleuze contre-attaque aussitôt : « Il ne nous semble pas qu’il y ait la moindre lacune ; […] et loin que l’Éthique corrige ce point, elle le maintient rigoureusement. » Nous avons déjà rencontré ce schéma. Tout le passage cité figure non seulement en note, mais entre crochets dans la note : pratique d’écriture rare et remarquable, puisqu’écrire en notes est déjà une manière d’écrire entre crochets. Deleuze relègue ici les interprètes dans un statut deux fois subalterne, comme si le texte du philosophe devait être protégé par une double barrière (notes, et crochets dans la note) de l’éventuelle contamination de toute discussion interprétative. Le même phénomène se produit dans la note suivante (note 25), à propos de « beaucoup de traducteurs » dont aucun n’est cité. Évoquant plus loin certaines difficultés du Traité de la réforme de l’entendement (SPE, p. 122), Deleuze écrit :

(55) « Il arrive que les interprètes déforment ces textes. Il arrive aussi qu’on les explique comme s’ils se rapportaient à un moment imparfait dans la pensée de Spinoza. Il n’en est pas ainsi. »

  • 14  Voir aussi SPE, p. 187, n. 10 : « Nous ne voyons pas pourquoi A. Rivaud, dans son étude sur la phy (...)
  • 15  Deleuze, bien qu’il ait été les deux au plus haut point, oppose souvent le « penseur » et le « pro (...)

26Il ne peut pas y avoir de « moment imparfait » chez Spinoza, et « les interprètes » (sans plus de précisions), comme « les traducteurs » plus haut, « déforment » les « textes »14. Dans l’article « Esprit et corps (parallélisme) » de son « Index des principaux concepts de l’Éthique », (SPP, p. 92 et suiv.), Deleuze déclare que « le mot “âme” n’est pas employé dans l’Éthique, sauf dans de rares occasions polémiques », et que « Spinoza y substitue le mot mens – esprit ». C’est négliger délibérément les nombreuses et riches discussions sur ce point, et pour commencer celles de Martial Gueroult, que Deleuze pouvait difficilement ignorer, puisqu’il a fait le compte rendu du livre de Gueroult dans la Revue de métaphysique et de morale – livre dont le deuxième tome s’appellera Spinoza, 2. L’âme (et non pas « L’esprit »). Ce dédain hostile affiché à l’égard des textes des commentateurs15 n’est que l’envers de la confiance dans l’intégrité de la doctrine, jusqu’à l’intégrité presque sacrée de son texte, pour un seul et unique geste de protection et de défense.

 

27Replacées dans un contexte plus général, les formules que nous avons relevées chez Deleuze au début de la présente étude (« on ne confondra pas », « on évitera de croire », « on ne se hâtera pas de », « on ne s’étonnera pas », etc.), tout comme certaines pratiques typographiques (italiques, guillemets, crochets droits) s’avèrent ainsi particulièrement adaptées à la posture un peu particulière d’historien de la philosophie, adoptée par Deleuze dans ses ouvrages sur Spinoza. L’histoire de la philosophie y est pratiquée autant comme un moyen de protéger les textes philosophiques que comme un moyen de les comprendre. Certains historiens de la philosophie (on peut penser, à propos de Spinoza, à Ferdinand Alquié) cherchent à mettre en évidence les fragilités ou les difficultés des philosophies dont ils traitent, en estimant, à la suite d’une longue tradition d’histoire philosophique de la philosophie, que l’histoire de la philosophie n’est féconde que dans la mesure où elle peut déceler les impasses des systèmes, et en rendre raison. Ce serait plutôt ma propre position, et ma propre pratique. Mais chez Deleuze, l’histoire de la philosophie est conçue comme une défense, et non pas une critique, des textes étudiés. Or, se placer en position de protecteur ou de défenseur, c’est se chercher autant des alliés que des raisons. C’est choisir un camp. C’est faire preuve, si nécessaire, de l’autorité, voire de l’agressivité d’un chef, comme on le voit très clairement dans un passage du dernier ouvrage de Deleuze et GuattariQu’est-ce que la philosophie ?, dans lequel les auteurs s’en prennent avec violence aux « critiques » ou à tous ceux qui cherchent seulement à « discuter » (p. 32-33) :

(56) « Ceux qui critiquent sans créer, ceux qui se contentent de défendre l’évanoui sans savoir lui donner les forces de revenir à la vie, ceux-là sont la plaie de la philosophie. Ils sont animés par le ressentiment, tous ces discuteurs, ces communicateurs. Ils ne parlent que d’eux-mêmes en faisant s’affronter des généralités creuses. »

  • 16 Voir par exemple, entre mille autres : « L’idée inadéquate, c’est l’idée inexpressive et non expli (...)
  • 17 Voir par exemple SPP, p. 87-88, « Index des principaux concepts de l’Éthique », article « Éminence (...)

28Il y aurait eu bien d’autres choses à dire encore, dans cette approche « par l’écriture » des livres de Deleuze sur Spinoza : le brio de tant de passages, de tant de formules16, le sourire, voire le rire aux éclats, d’un humour ciselé17, qui appartiennent autant au « style » qu’au personnage et au créateur que fut Deleuze. Si nous n’avons pas insisté sur ces traits, c’est parce qu’ils sont tout de même bien connus, qu’ils vont de soi – tandis que l’analyse des formules prescriptives si régulièrement présentes dans Spinoza et le problème de l’expression comme dans Spinoza. Philosophie pratique, ainsi que de quelques traits stylistiques plus discrets encore, nous a permis, du moins nous l’espérons, de dégager cette « tentation de l’impératif » et cette position de guide protecteur, moins apparentes, mais bien présentes dans la pratique, sinon dans la conception, de l’histoire de la philosophie écrite par Deleuze sur Spinoza.

Notes

1 Une première version de ce texte, prononcée d’abord au Colloque Spinoza-Deleuze, GRS / CERPHI / CIEPFC, Paris, 29-30 avril 2011, a été publiée sous le titre « Deleuze et Spinoza – La tentation de l’impératif », A. Jdey éd., Les Styles de Deleuze – suivi de cinq lettres inédites de Gilles Deleuze, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles (Réflexions Faites), 2011, p. 49-72. Substantiellement modifiée et améliorée, une deuxième version de ce texte a été publiée dans notre Spinoza contemporain (Paris, L’Harmattan, 2016, p. 135-153). Elle est reprise ici avec l’aimable autorisation de l'éditeur.

2 Voir notamment C. Ramond, Qualité et quantité dans la philosophie de Spinoza (PUF, 1995), traduction du Traité Politique (PUF, 2005), et Dictionnaire Spinoza (Ellipses, 2007).

3 « Le livre V se présente comme un accéléré ou un précipité de démonstrations. […] Les démonstrations n’y ont pas le même rythme que dans les livres précédents, et comportent des raccourcis, des éclairs. En effet, il s’agit alors du troisième genre de connaissance, comme une fulguration. Il ne s’agit même plus ici de la plus grande vitesse relative, comme au début de l’Éthique, mais d’une vitesse absolue qui correspond au troisième genre » (Spinoza. Philosophie pratique, p. 152, n. 4 [souligné par Deleuze]) ; formules reprises dans le texte « Spinoza et nous », SPP, p. 170. Voir aussi le célèbre passage de Spinoza. Philosophie pratique, p. 42-43 : « L’Éthique est un livre simultané écrit deux fois : une fois dans le flot continu des définitions, propositions, démonstrations et corollaires, qui développent les grands thèmes spéculatifs avec toutes les rigueurs de la tête ; une autre fois dans la chaîne brisée des scolies, ligne volcanique, discontinue, deuxième version sous la première, qui exprime toutes les colères du cœur et pose les thèses pratiques de dénonciation et de libération. »

4 En SPE, p. 149, n. 20, Deleuze relève une inversion dans une citation de Spinoza faite par P. Lachièze-Rey, et pense qu’elle doit recevoir une explication plus solide que celle d’un « simple lapsus ».

5 « […] Dieu révèle à Adam que le fruit l’empoisonnera parce qu’il agira sur son corps en en décomposant le rapport ; mais, parce que Adam a l’entendement faible, il interprète l’effet comme une sanction, et la cause comme une loi morale, c’est-à-dire comme une cause finale procédant par commandement et interdit (lettre 19 à Blyenbergh). Adam croit que Dieu lui fait signe. C’est ainsi que la morale compromet toute notre conception de la loi, ou plutôt que la loi morale défigure la droite conception des causes et vérités éternelles (ordre de composition et de décomposition des rapports) » (SPP, p. 144).

6 Spinoza renvoie, dans les lignes qui suivent, à l’exemple de la « quatrième proportionnelle », que les ignorants peuvent trouver en appliquant une règle qu’ils ne comprennent pas et qu’ils perçoivent donc comme un impératif, et à l’erreur de compréhension et de formulation d’Adam concernant le fruit qu’il ne fallait (devait) pas manger. Voir également SPE, p. 48 où, à propos du Traité théologico-politique, Deleuze distingue la Parole divine qui relève du « commandement » ou de « l’impératif », de celle qui relève de « l’expression » et qui concerne l’« essence » : « En vérité, l’Écriture est bien Parole de Dieu, mais parole de commandement : impérative, elle n’exprime rien [souligné C.R.], parce qu’elle ne fait connaître aucun attribut divin. » Dans tous les cas, « l’impératif » est critiqué. Et aussi SPE, p. 49 : « Il suffit de mal comprendre une loi naturelle pour la saisir comme un impératif ou un commandement. »

7 Les « prophètes », selon Deleuze, pourraient avoir dans une certaine mesure superposé heureusement le prescriptif et le descriptif : « D’abord nous avons vu que l’état civil tenait lieu de raison, préparait la raison et l’imitait. Cela serait impossible si les lois morales et les signes impératifs, malgré le contresens qu’ils impliquent, ne coïncidaient d’une certaine manière avec l’ordre véritable et positif de la nature. Ainsi ce sont bien les lois de la Nature que les prophètes saisissent et transmettent, bien qu’ils les comprennent inadéquatement » (SPE, p. 273).

8 J’ai toujours été frappé de la proximité des thèses de Deleuze sur l’histoire de la philosophie, notamment sur l’impossibilité de discussions utiles en cette matière, avec les thèses développées par M. Gueroult dans sa Philosophie de l’histoire de la philosophie (Paris, Aubier, 1979), où Gueroult soutient que, en dépit d’un espoir très ancien, aucune discussion philosophique ne peut espérer être tranchée par référence au monde, parce qu’il n’existe pas de monde avant la philosophie, parce que de ce fait il n’y a pas de monde commun, tant et si bien que les diverses philosophies sont comme des mondes distincts, séparés, sans référent commun possible.

9 SPP, p. 152, n. 4, souligné par Deleuze ; thèses reprises dans le texte « Spinoza et nous » dans SPP, p. 170.

10  On trouve un mouvement quasiment semblable en SPP, p. 156-157 : l’introduction de la théorie des « notions communes », dans l’Éthique, est jugée par Deleuze comme un « progrès » par rapport aux ouvrages précédents de Spinoza, ce qui implique nécessairement la possibilité d’une critique, même légère, de ces derniers, dans lesquels subsisteraient encore des « ambiguïtés » concernant les « êtres géométriques ». La critique n’est tout de même pas dévastatrice… Mais c’est encore trop, et le mouvement de recul intervient immédiatement : « Mais une fois que Spinoza a inventé le statut des notions communes », écrit Deleuze, « ces ambigüités s’expliquent […] ; si bien qu’en dégageant la notion commune on libère du même coup la méthode géométrique des limitations qui l’affectaient et qui la forçaient à passer par des abstractions » : comme s’il y avait une sorte d’effet rétroactif des « notions communes » sur les ouvrages où elles n’apparaissaient pas encore.

11 L’objection faite par Kant à Spinoza dans la Critique de la faculté de juger (§ 73) « ne semble pas légitime » à Deleuze (SPE, p. 113). Sur cette question, voir C. Ramond, « Idéalisme et panthéisme. La lecture kantienne de Spinoza dans la Critique de la faculté de juger », Dieu et la Nature – La question du panthéisme dans l’idéalisme allemand, C. Bouton éd., Hildesheim / Zürich / New York, Olms (Europaea Memoria – Studien und Texte zur Geschichte der europäischen Ideen), 2005, p. 55-74.

12  De là peut-être cette pratique assez fréquente de décatégorisation / recatégorisation, qui permet à Deleuze de décrire (ou de récrire) Spinoza, non pas en discutant les interprétations de tel ou tel commentateur précisément situé, mais en reprenant à d’autres philosophes des catégories d’abord décontextualisées. Par exemple, à Kant (SPE, p. 27) : « Il n’y a pas plusieurs substances de même attribut [souligné par Deleuze]. D’où l’on conclut, du point de vue de la relation, qu’une substance n’est pas produite par une autre ; du point de vue de la modalité, qu’il appartient à la nature de la substance d’exister ; du point de vue de la qualité, que toute substance est nécessairement infinie » (souligné C.R.) ; le point de vue de la quantité sera discuté par la suite (voir également SPE, p. 46 : « Les propres [chez Spinoza] ne sont ni négatifs ni affirmatifs ; en style kantien, on dirait qu’ils sont indéfinis » (souligné C.R.). Ou encore à Hegel (SPE, p. 21) : « La triade [de l’expression chez Spinoza] est telle que chacun de ses termes, en trois syllogismes, est apte à servir de moyen par rapport aux deux autres » (souligné C.R.). Ou encore à Husserl (SPE, p. 83 : « Toute essence [chez Spinoza] est essence de quelque chose. »). Les catégories de Kant seront appliquées de la même façon à Descartes (SPE, p. 151) : « Dans la philosophie de Descartes, certains axiomes reviennent constamment. Le principal est que le néant n’a pas de propriétés. Il en découle, du point de vue de la quantité, que toute propriété est propriété d’un être : donc tout est être ou propriété, substance ou mode. Et aussi, du point de vue de la qualité, toute réalité est perfection. Du point de vue de la causalité [sic, pour « relation », sans doute], il doit y avoir au moins autant de réalité dans la cause que dans l’effet ; sinon quelque chose serait produit par le néant. Enfin, du point de vue de la modalité, il ne peut y avoir d’accident à proprement parler, l’accident étant une propriété qui n’impliquerait pas nécessairement l’être auquel on le rapporte » (souligné C.R. dans tous les cas). Et les catégories spinozistes sont à leur tour utilisées pour décrire, hors contexte, la philosophie de Leibniz (SPE, p. 67) : « [Chez Leibniz, chaque forme] est simple et irréductible, conçue par soi, index sui. » Sans doute Deleuze justifie-t-il en SPE cette pratique de décatégorisation / recatégorisation (SPE, p. 96 : Leibniz crée le mot « parallélisme », « mais, pour son compte, il l’invoque de manière très générale et peu adéquate […]. Inversement, Spinoza n’emploie pas le mot “parallélisme” ; mais ce mot convient à son système, parce que », etc.), qui relève par ailleurs de sa théorie du « concept » dans Qu’est-ce que la philosophie ?. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit là d’autant de façons de ne pas prendre en compte les commentateurs, de rester entre philosophes.

13  Cette discussion sera reprise dans SPP, p. 151 et note 3, p. 152 et note 5. Deleuze écrit, dans le texte, qu’« on a pris tellement l’habitude de croire que Spinoza devait commencer par Dieu que les meilleurs commentateurs conjecturent des lacunes dans le texte du Traité, et des inconséquences dans la pensée de Spinoza » (souligné C.R.). La note ne cite que A. Koyré (Lagneau sera cité précisément un peu plus loin, p. 158, n. 12), et, tout en déclarant une phrase du Traité de la réforme de l’entendement « généralement déformée par les traducteurs » (souligné C.R.), ne cite pas d’autre traduction que celle de Koyré.

14  Voir aussi SPE, p. 187, n. 10 : « Nous ne voyons pas pourquoi A. Rivaud, dans son étude sur la physique de Spinoza, voyait ici une contradiction », etc. Il n’y a pas de contradictions chez Spinoza. Thèse reprise dans le corps du texte, p. 188 et suiv.

15  Deleuze, bien qu’il ait été les deux au plus haut point, oppose souvent le « penseur » et le « professeur ». Voir SPP, p. 15 : « Avec les Principes se termine l’œuvre “professorale” de Spinoza. Peu de penseurs échappent à la brève tentation d’être professeurs de leurs propres découvertes, tentation séminaire d’un enseignement spirituel privé » ; SPP, p. 20 : « Spinoza fait partie de cette lignée de “penseurs privés” qui renversent les valeurs et font de la philosophie à coups de marteau, et non pas des “professeurs publics” (ceux qui, suivant l’éloge de Leibniz, ne touchent pas aux sentiments établis, à l’ordre de la Morale et de la Police) » ; SPP, p. 23 : « La méthode géométrique cesse d’être une méthode d’exposition intellectuelle ; il ne s’agit plus d’un exposé professoral, mais d’une méthode d’invention » (souligné par Deleuze).

16 Voir par exemple, entre mille autres : « L’idée inadéquate, c’est l’idée inexpressive et non expliquée : l’impression qui n’est pas encore expression, l’indication qui n’est pas encore explication » (SPE, p. 136).

17 Voir par exemple SPP, p. 87-88, « Index des principaux concepts de l’Éthique », article « Éminence » : « On prête à Dieu des traits empruntés à la conscience humaine […] ; et, pour ménager l’essence de Dieu, on se contente de les élever à l’infini, ou de dire que Dieu les possède sous une forme infiniment parfaite que nous ne comprenons pas. Ainsi nous prêtons à Dieu une justice et une charité infinies ; un entendement législateur et une volonté créatrice infinis ; ou même une voix, des mains et des pieds infinis » (!!! Je souligne). Deleuze atteint là à un sens de l’absurde très spinoziste (« mouches infinies », « tables qui parlent », « hommes vivant pendus au gibet », etc.) – mais on doit préciser que « voix », « mains », et surtout « pieds infinis » sont des créations de Deleuze (tout est dans l’enchaînement vers le plus absurde), et ne se trouvent pas chez Spinoza, quoiqu’ils l’illustrent admirablement.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search