Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au quotidien

 | 
Laurent Godmer
, 
Guillaume Marrel

Épilogue

Texte intégral

« À chaque jour suffit sa peine. »Nouveau Testament, Mathieu, 6 : 34

1L’enquête réalisée autour de l’agenda d’une vice-présidente de conseil régional a été menée de mai 2010 à mai 2013. Le travail de vérification et d’analyse des données, puis les différentes phases de rédaction se sont déroulés tout au long des années 2013 et 2014. La publication en 2015 intervient donc deux ans après la fin de l’enquête et surtout après des échéances électorales dont l’anticipation a, comme nous l’avons montré, largement structuré l’agenda personnel de l’élue étudiée. Les résultats et la nature des élections législatives de juin 2012 et surtout ceux des municipales de mars 2014 éclairent cet épilogue. Au moment où nous avons achevé cet ouvrage, l’élue en question n’occupait plus ses fonctions de vice-présidente du conseil régional. Elle a en effet démissionné après avoir été élue maire de la ville préfecture départementale de sa circonscription, le 5 avril 2014. Cette élection a sanctionné positivement le progressif travail politique du territoire municipal décelé rapidement dans l’agenda de la vice-présidente, et que la déclaration publique de candidature à la mairie, effectuée dès le 21 novembre 2011, était venue confirmer. Mais rien, dans l’agenda, ne pouvait laisser présager cette victoire. Ce dénouement n’était pas repérable dans l’emploi du temps de la vice-présidente observé plus de deux ans avant l’échéance. Tout au plus s’agit-il de la réussite de l’un des scénarios politiques envisagés par l’élue. L’essentiel s’est joué dans la configuration politique locale qui s’est nouée de manière incertaine entre le début de l’année 2013 et l’entre-deux-tours, entre le 23 et le 30 mars 2014. La candidate profite alors, étape après étape, d’un contexte et d’une conjoncture favorables qui la conduisent, victorieuse, à la tête de la majorité municipale.

  • 1  R. Lefebvre, « Le sens flottant des élections municipales. Entre nationalisation et localisation » (...)

2Cet épilogue aurait pu s’en tenir à cette « heureuse » fin de l’histoire si l’élue locale, choisie dans cette étude pour la « modestie » de son profil et de sa trajectoire politique, ne s’était retrouvée à la une des médias nationaux du fait de la singularité de la configuration politique de cette élection municipale. Le phénomène désormais classique de nationalisation des enjeux politiques municipaux1 contraint ici les auteurs à revenir sur l’anonymisation du territoire, de l’élue et de ses entourages observés à partir de l’agenda. Dans le contexte particulier du printemps 2014, la victoire de la vice-présidente de la Région, candidate socialiste à la mairie de la ville préfecture, prend une signification particulière. Elle est ce que les médias en font : une des rares conquêtes municipales significatives du parti au pouvoir, au moment où l’opposition conquiert ou reconquiert de nombreuses mairies, notamment dans des villes moyennes, ainsi que – et surtout – une courte victoire au second tour face à une liste d’extrême droite, dans le cadre d’une des triangulaires « surveillées » de près par les observateurs de la vie politique nationale. Mais cette victoire électorale est également le résultat d’un discret travail politique de long terme dont notre enquête livre un certain nombre de clefs. Comment, dès lors, publier nos travaux sans révéler l’identité de l’élue observée ? Il convient donc ici de préciser que l’élue en question se nomme Cécile Helle, vice-présidente du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) pendant quatre ans (entre avril 2010 et avril 2014), tête de liste socialiste aux élections municipales de la ville d’Avignon, préfecture du département de Vaucluse, qui, arrivée en tête au second tour de scrutin le 30 mars 2014, a été élue maire de la Cité des papes le 5 avril suivant.

  • 2  J.-L. Parodi, « Dans la logique des élections intermédiaires », Revue politique et parlementaire, (...)
  • 3  Le projet d’un quatrième mandat de celle qu’on surnomme la « reine mère » dans les coulisses de l’ (...)
  • 4  B. Bonnefous, « Valls et Montebourg en tournée anti-FN dans le Vaucluse », Le Monde.fr, 18 janvier (...)

3Lancée très tôt, fin 2011, par cette élue, la bataille pour la mairie d’Avignon est longtemps restée confidentielle. Elle ne fut que discrètement relayée par les médias locaux. Une série de facteurs en ont pourtant fait un observatoire singulier des enjeux et des logiques du scrutin municipal français de 2014. Dans le climat de défiance à l’égard de la majorité gouvernementale et dans la logique des élections intermédiaires2, le sabotage de sa propre succession par la maire sortante, l’Union pour un mouvement populaire (UMP) Marie-Josée Roig, après dix-neuf ans de mandat3, fait d’abord d’Avignon l’une des rares villes moyennes « prenables » pour les socialistes sur tout le territoire national. Ensuite, les scores du Front national (FN) dans le Vaucluse et à Avignon, lors des scrutins présidentiel et législatifs de 2012, et le parachutage d’un nouveau candidat FN en font a priori un lieu d’observation privilégié par les rédactions nationales. Tout porte ainsi à s’intéresser à la candidate socialiste, dont on découvre alors rétrospectivement à la fois l’habileté dans l’entreprise d’unification des forces socialistes de son territoire et les chances de réussite, dans une conjoncture annonçant une triangulaire4. Les mesures d’intention de vote confirment progressivement ce scénario et achèvent de faire d’Avignon une « ville test » des deux grands « enjeux » nationaux des élections municipales : la « vague bleue » et le « risque bleu marine ».

4Il n’était plus possible, en tous les cas de conserver l’anonymat complet. La dissimulation de l’identité des acteurs étudiés avait été un choix rédactionnel lié à un contrat d’enquête implicite. Jamais explicitement réclamé par l’élue elle-même, il visait à protéger ses auxiliaires, nos sources, l’entreprise politique dans son ensemble, mais aussi à ménager nos conditions d’enquête dans un contexte préélectoral. Cependant, l’enquête n’ayant pas mis au jour de pratiques illégales ou politiquement douteuses, l’anonymat n’avait pas été très précisément organisé, comme pour certaines révélations sensibles où il s’agit de brouiller systématiquement les pistes. Non seulement la levée de l’anonymat ne menace objectivement personne, mais divers indices permettraient, s’il le fallait, de retrouver des lieux d’observation et des personnes. De plus, une fois l’objectif principal de l’équipe atteint, le récit situé ne semble plus pouvoir nuire d’une quelconque façon au projet de l’entreprise politique de la vice-présidente, devenue maire. Enfin, la médiatisation de son élection a fait de la vice-présidente une personnalité politique de renommée nationale, désormais connue du public auquel s’adresse cet ouvrage. Il était donc inutile d’entretenir plus longtemps le « mystère ».

5Si l’identité du terrain n’est révélée qu’à l’issue de ce récit et non à son commencement, c’est principalement pour éviter des lectures rétrospectives et préserver la dimension exploratoire de cette observation inédite d’un agenda politique. L’enquête a consisté en l’examen de l’emploi du temps d’une élue « ordinaire », une représentante des élites politiques intermédiaires, incarnant en tant que jeune femme surdiplômée un certain renouvellement de la classe politique locale. Mais notre objet a changé durant l’enquête et les temporalités du processus éditorial. En devenant maire d’une ville moyenne, la vice-présidente du conseil régional acquiert un statut de notable territorial. Il s’est donc agi de préserver, dans la lecture de son compte-rendu, les conditions initiales de l’observation monographique de l’agenda d’un membre d’un exécutif régional : quoique singulière, la trajectoire de l’élue, l’image exemplaire qu’elle s’appliquait à donner d’elle-même pouvaient être représentatifs d’un certain nombre d’acteurs politiques engagés dans les institutions régionales. Sans doute antérieur, mais discret, le projet municipal s’est précisé et révélé à nous après le début de l’enquête, lors des premiers mois d’observation, fin 2010. Trop tôt pour que le lourd protocole de suivi d’élu et d’analyse de contenu mis en place puisse suivre ce projet de reconversion jusqu’à son terme en 2014. Trop tard également, mais aussi fragile et incertain, pour qu’il modifie le projet d’observation. L’agenda étudié est bien celui d’une vice-présidente à la fois ordinaire et exemplaire. Il doit être saisi et lu comme celui d’une femme politique chargée d’une délégation de l’exécutif régional à l’image des hauts fonctionnaires territoriaux, des cadres supérieurs et des professions intellectuelles qu’elle fréquente quotidiennement dans son activité universitaire, comme dans la gestion tout aussi professionnelle de sa mission d’intérêt public, et non pas a priori comme l’agenda d’une « conquête » municipale ou d’une notabilisation. Il le devient progressivement à la faveur d’un projet qui se concrétise, mais dont les chances de réussite restent longtemps incertaines.

6Le 25 mai 2012, le dernier jour d’agenda électronique étudié, la vice-présidente vient de terminer sa participation à la campagne présidentielle de François Hollande, et elle s’engage dans la campagne des législatives. La base de données des événements de l’agenda permet en réalité d’identifier précisément cinq échéances électorales donnant lieu à un investissement de l’élue en termes de mobilisation. Si la première année du mandat est relativement calme, les campagnes et les scrutins s’enchaînent durant la deuxième. Le renouvellement cantonal est la première échéance de la période observée et justifie dix-sept actes de planification du 29 janvier au 21 juin 2011, pour en tout vingt-quatre heures de travail. Elle y apporte en particulier son soutien au candidat du Front de Gauche, André Castelli, dans le canton d’Avignon-Est. Ensuite, à l’occasion des primaires socialistes d’octobre 2011, l’élue régionale planifie 31 événements dans son agenda pour plus de 41 heures de travail, réparties entre le 4 avril et le 7 novembre 2011, en soutien à la candidature de François Hollande. Cette mobilisation localisée enchaîne rapidement sur la campagne pour l’élection présidentielle du printemps 2012. Cette élection centrale dans le système politique français correspond pour l’élue à l’investissement électoral le plus lourd, soit quarante-cinq événements et 64 heures 30, entre le 15 décembre 2011 et le 6 mai 2012. Elle s’achève à Avignon avec un score de 54,92 % pour le candidat de gauche, annonciateur de bouleversements électoraux à venir pour bon nombre d’analystes. Hors période d’observation, les élections législatives de juin 2012 apparaissent néanmoins dans l’agenda sur la période qui précède la fin de l’observation le 25 mai, pour onze événements et dix heures d’engagements programmés, répartis entre le 27 janvier et le 25 mai 2012.

7Ces mobilisations pour des tiers font partie du « métier », des services et des échanges constitutifs du travail politique et partisan de terrain. Elles sont toujours également des mobilisations pour soi et des occasions d’afficher son soutien, de rencontrer les électeurs et de baliser un territoire pour de prochaines échéances. Les élections municipales de mars 2014 sont désormais clairement en ligne de mire. Dix jours après sa déclaration de candidature pour les municipales, la vice-présidente a renoncé à la candidature législative dans la première circonscription de Vaucluse (Avignon-Le Pontet) et laissé les militants du Parti socialiste (PS) y investir sa « rivale », Michèle Fournier-Armand, le 1er décembre 2011, dans une stratégie anti-cumul explicite de partage des rôles entre l’Assemblée nationale et la mairie, par opposition à la figure de la députée-maire UMP sortante. Le travail de mobilisation municipale est déjà important. Dans l’agenda, il commence dès le 11 mars 2011 à 19 heures, soit trois ans avant le scrutin, par une réunion sobrement intitulée « Perspectives Avignon », dans un petit théâtre du centre-ville. Il s’agit alors d’un groupe de réflexion programmatique et de soutien encore confidentiel que l’élue a constitué avec des habitants et des personnalités d’Avignon. Ensuite, entre le 11 mars 2011 et la fin de l’enquête le 25 mai 2012, on recense au total vingt-quatre événements et 52 heures de travail de terrain pour une échéance programmée en mars 2014, soit deux à trois ans plus tard. Ces traces laissées dans l’agenda de la vice-présidente ne représentent qu’une partie du travail de « mise en campagne » de l’élue et de ses soutiens. L’agenda programme essentiellement des réunions, des repas de travail, quelques débats publics et une conférence de presse en fin de période, le 23 mars 2012. Les réunions concernent presque exclusivement le groupe nommé dans l’agenda « Perspectives Avignon », puis « Groupe Avignon », mais aussi « Groupe Action municipale » ou « Groupe Objectif Avignon ». Le lancement officiel du blog de la candidate le mercredi 12 avril 2011 nécessite deux repas de travail avec le webmaster et un conseiller politique. Le projet de construction d’une ligne de tramway étudiée depuis 2009 par la maire sortante mobilise immédiatement la vice-présidente spécialiste de l’aménagement du territoire qui porte alors à la Région une politique de rénovation ferroviaire autour de la réouverture de la ligne de train entre Carpentras et Avignon. Dès le 15 juin 2011, le groupe de travail se transforme ou se subdivise régulièrement en « Groupe Tram ». Réagissant à la consolidation de l’agenda très « électoraliste » du projet de la majorité sortante, la candidate consolide son opposition à partir de mars 2012. Le projet de tracé est dévoilé le 6 mai 2012.

Tableau 43. Les vingt-quatre entrées de l’agenda étudié relatives à la mobilisation municipale (mai 2010 - mai 2012)

Tableau 43. Les vingt-quatre entrées de l’agenda étudié relatives à la mobilisation municipale (mai 2010 - mai 2012)

8Ces événements ont tous lieu en semaine, sur le périmètre de la commune d’Avignon, le plus souvent en fin de journée, après le travail consacré au conseil régional. Ils sont hébergés dans diverses structures affichant leur soutien à la candidate (cafés, restaurants, centre de formation, chantier d’insertion), mais aussi dans les locaux de la mairie, le plus souvent dans la salle réservée à l’opposition municipale, où la conseillère régionale entretient un réseau d’appuis personnels et partisans. L’agenda ne trahit qu’une seule confusion des rôles politiques, lorsque le bureau de la vice-présidente accueille le « Groupe Avignon » le 10 janvier 2012 à l’antenne vauclusienne (et donc avignonnaise) de la Région. Jusqu’en mars 2012, le rythme des rendez-vous officiels de l’élue avec les soutiens à sa candidature municipale reste mensuel. Ces événements liés à une lointaine préparation à l’élection municipale semblent s’accélérer ensuite, tout en restant liés au tempo mesuré de la précampagne.

  • 5  « Cécile Helle devient vice-présidente à la Culture », citylocalnews.com/avignon, 20 novembre 2012

9Après le 25 mai 2012, sans la connaissance de l’agenda, le récit devient moins précis. La presse locale permet alors de reconstituer les principales étapes de la construction d’une démarche victorieuse. Première à se déclarer candidate à l’investiture municipale, la vice-présidente cherche à distancer ses camarades du PS, Michèle Fournier-Armand, désormais occupée à l’Assemblée nationale et Christine Lagrange, conseillère municipale et conseillère régionale, qui annonce à son tour sa candidature le 1er juillet 2012. Le 13 septembre 2012, la vice-présidente lance son « Atelier 2014 » qui est pensé comme un dispositif participatif de coconstruction du programme. En novembre, le président de la région PACA, Michel Vauzelle, recompose son bureau, après que plusieurs conseillers régionaux ont dû se conformer aux règles de non-cumul à la suite des élections législatives. L’Avignonnaise est déchargée de la délégation à l’Aménagement des territoires qu’elle administrait consciencieusement depuis 2010 et se voit confier celle de la Culture et du Patrimoine culturel. « Un beau challenge à quelques mois de Marseille 2013, capitale européenne de la culture », note l’intéressée avant d’ajouter : « Et peut-être un choix stratégique aussi… ». La politique culturelle est de fait essentielle pour la ville d’Avignon, où la Région soutient des projets structurants (Fabric’A, Collection Lambert, Festival), mais aussi « des acteurs qui permettent une offre culturelle de proximité »5, d’après la nouvelle vice-présidente. En février 2013, alors que la majorité municipale se divise, Cécile Helle installe sa permanence rue Carreterie. Le dossier du tramway cristallise l’essentiel des débats de cette précampagne : l’enquête publique commence en mai et les opposants se fédèrent en un collectif « Non au tram » auquel adhèrent Terra Nova, l’Union des artisans et commerçants de Vaucluse (UCAV 84), mais aussi l’Atelier 2014 et Altravi (Alternative au tramway à Avignon) où se rassemblent de nombreux soutiens à la vice-présidente. Celle-ci inaugure d’ailleurs en juin la pose du premier rail de son projet alternatif de réouverture de la ligne Carpentras-Avignon. Le 6 septembre 2013, les militants PS d’Avignon entérinent le ralliement de Michèle Fournier-Armand et de Christine Lagrange à la candidature de Cécile Helle, désormais tête de liste socialiste pour les municipales. En octobre, la maire sortante, Marie-Josée Roig, se retire de la liste UMP qu’elle conduisait avec Bernard Chaussegros, après la révélation d’un dépôt de plainte pour prise illégale d’intérêt, détournement de fonds publics et emploi fictif à l’encontre de Jean-Christophe Roig, son fils, embauché comme collaborateur entre novembre 2007 et août 2012. Au même moment, le conseiller général du Front de gauche André Castelli officialise sa propre candidature et le mois suivant, c’est le Front national qui « parachute » l’énarque parisien Philippe Lottiaux, ces différents événements attirant l’attention de la presse nationale. Les premiers sondages annonçant une victoire de la gauche dans le cadre d’une triangulaire avec le FN sont publiés le 22 janvier 2014.

  • 6  À savoir : 1) dynamisme et attractivité économique ; 2) sécurité, tranquillité publique ; 3) emplo (...)
  • 7  La liste UMP-UDI emmenée par Bernard Chaussegros et fragilisée par la défection de tous les proche (...)
  • 8  « Les médias nationaux et internationaux s’intéressent au cas Avignon », citylocalnews.com/avignon(...)
  • 9  « Avignon / Cécile Helle : “C’est une victoire collective” », citylocalnews.com/avignon, 31 mars 2 (...)
  • 10  « Grand Avignon / Le “3e” tour des municipales », citylocalnews.com/avignon, 2 avril 2014.

10Le 28 janvier 2014, l’accord de ralliement est signé avec Europe Écologie - Les Verts (EELV). Le 8 février, Cécile Helle présente les 53 candidats de sa liste d’union de la gauche : PS-Parti radical de gauche (PRG) - Mouvement républicain et citoyen (MRC) - EELV et Mouvement unitaire progressiste (MUP). Le 18 février, elle liste les dix priorités de son programme6. Elle affronte six autres listes au premier tour le 23 mars7. Avec 29,63 % des suffrages exprimés, la liste FN arrive en tête, suivie de très près par la liste de la vice-présidente (29,54 %). La liste de l’UMP et de l’Union des démocrates et indépendants (UDI), fragilisée, n’obtient que 20,9 %, celle du Front de gauche 12,46 %, celle du Mouvement démocrate (MoDem) 4,79 % et les deux dernières listes divers gauche et extrême gauche moins de 2 % chacune. Cécile Helle et André Castelli fusionnent leurs listes rapidement. Bernard Chaussegros maintient sa liste. Le débat de l’entre-deux-tours a lieu le 27 mars à l’université d’Avignon. Philippe Lottiaux montre à cette occasion une maîtrise très professionnelle des dossiers municipaux. Le monde intellectuel et culturel local et ses relais nationaux se mobilisent, sous le regard attentif des médias internationaux8. Le directeur du Festival d’Avignon, Olivier Py, annonce qu’il ne pourra pas travailler avec une mairie FN. Le dimanche suivant, 65,4 % des électeurs participent au vote ; la liste d’Union de la gauche obtient 47,47 % des suffrages exprimés. Mais les électeurs accordent également 35,02 % des suffrages au FN, qui améliore son score de plus de cinq points entre les deux tours, et quadruple pratiquement le nombre de voix obtenues par sa liste en 2008. Les électeurs n’accordent enfin que 17,5 % de leurs suffrages à l’UMP. Triomphante, Cécile Helle déclare : « [c]e soir, c’est l’aboutissement de vingt ans d’engagement dans cette ville. Rien n’était gagné d’avance, on le savait, surtout avec un contexte national compliqué »9. Elle emmène avec elle trente-neuf colistiers siéger au conseil municipal de la Cité des papes. Philippe Lottiaux entre à la mairie avec huit autres élus FN ; la droite républicaine n’est plus représentée que par quatre élus. L’élection du président du tout nouveau conseil communautaire de l’agglomération est immédiatement présentée comme le troisième tour de scrutin10. Le 5 avril suivant, Cécile Helle est élue maire d’Avignon. Mais le 9 avril, elle n’obtient pas, contrairement à son prédécesseur, la présidence de la communauté d’agglomération du Grand-Avignon, marquée par la « vague bleue » ; c’est le maire UMP de Villeneuve-lès-Avignon qui est élu. Privée du soutien de son quatrième adjoint membre du Front de gauche, la maire d’Avignon n’obtient que vingt voix contre quarante-trois au Gardois Jean-Marc Roubaud, dont onze provenant des élus du FN. C. Helle se contente du siège de première vice-présidente chargée du Développement économique et des finances, la deuxième vice-présidence revenant à son homologue FN du Pontet. L’euphorie du 30 mars et du 5 avril retombe ainsi rapidement dans une configuration peu favorable aux projets urbanistiques de l’édile. « En salle de réveil » selon l’ancienne première adjointe de Marie-Josée Roig, la droite doit encore affronter en juin 2014 la démission de B. Chaussegros.

11À la mairie, la nouvelle équipe se met au travail et gère en urgence le dossier des activités périscolaires puis le suivi d’un Festival d’Avignon menacé par le mouvement des intermittents. La nouvelle maire abandonne la vice-présidence régionale et sa délégation à la culture, au profit de Christine Mirauchaux, conseillère régionale, une élue des Alpes-Maritimes. Mais, bien que la loi sur la limitation du cumul des mandats ne l’y oblige pas, elle démissionne également de son mandat de conseillère régionale, assumant par un communiqué « un choix clair : celui de consacrer toute son énergie et tout son temps à la ville d’Avignon et à ses habitants et de respecter l’engagement qu’elle avait pris devant les Avignonnaises et Avignonnais lors de la campagne ». Le nouvel édile opère ce passage de l’institution régionale à l’institution municipale comme une rupture, « en solo », laissant à l’Hôtel de Région à Marseille et à l’antenne régionale d’Avignon les deux chargées de mission et le secrétariat de la délégation qui partageaient son agenda. Elle dispose de fait d’un nouvel agenda électronique et d’une nouvelle équipe et se plie désormais à un autre rythme de travail.

12Au terme de cette plongée au cœur de l’agenda de cette élue, on constate la richesse heuristique de cette source et ses nombreuses potentialités. L’étude de l’emploi du temps éclaire en effet très nettement les caractéristiques du métier politique. Son analyse met en évidence le fonctionnement concret et quotidien du travail politique, sa complexité, et elle permet de resituer le professionnel de la politique dans un ensemble de relations sociales enchevêtrées, à différentes échelles et dans différents univers de travail.

13La production et la bonne gestion de l’agenda se donnent à voir comme des opérations cruciales pour le professionnel de la politique : bien contrôler, bien donner, bien utiliser son temps sont autant d’impératifs au cœur du travail politique quotidien qui est véritablement un travail d’équipe, en particulier s’agissant de l’agenda. Ce management de l’agenda est l’un des dispositifs majeurs de construction du leadership territorial par l’élue étudiée. L’agenda peut même être vu comme le reflet visible, la dimension concrète de ce leadership. L’emploi du temps reconstitué de cette élue sur une période de trois années (2010-2013) permet de constater en effet à quel point le temps est une ressource rare, étant donné la chronophagie de l’activité politique, l’importance des temps de trajet, l’ubiquité nécessaire de l’élue, et du coup la banalisation de la réalisation simultanée de différentes actions.

14L’élue est véritablement un acteur social « pluriel ». La politique au quotidien est une activité qui se situe au cœur des interactions locales, ce qu’attestent le travail concret et l’emploi du temps de l’élue. L’étude de l’agenda montre que la question du pouvoir politique apparaît d’une grande complexité, on pourrait dire d’une grande finesse, dans la mesure où l’élue apparaît de plus en plus comme une intermédiaire, ce qui peut lui conférer davantage de « pouvoir » effectif que sa position ou les budgets qu’elle contrôle ne pourraient le faire accroire. Cette fonction d’intermédiation est au cœur des mutations observées dans cet ouvrage. Elle donne un sens très fort au travail de l’élue qui se situe au croisement de divers réseaux denses d’interrelations locales où son rôle d’intermédiation est indéniable, même s’il est parfois ardu d’en objectiver les effets. L’élue interagit avec des segments très différenciés du monde social, et avec de très nombreuses personnes. Elle est en contact, en général, avec plusieurs centaines de personnes en face-à-face par année, et au total plusieurs milliers sur la durée d’un mandat si l’on inclut les contacts « superficiels » lors de réunions, d’assemblées, de rencontres collectives, d’événements locaux, etc. L’agenda est ainsi l’instrument dont l’étude dévoile ce qu’est in concreto l’élue, en particulier sa localisation dans le monde social. Une telle étude de l’emploi du temps politique ordinaire peut donc être vue comme une des conditions scientifiques de possibilité d’émergence de nouvelles analyses de réseaux.

15L’agenda de l’élue étudiée est également révélateur des transformations générales du travail politique à l’œuvre. En dépassant la poussière événementielle et les fonctions manifestes de l’outil et en considérant l’agenda sans ses fonctions latentes, on parvient à montrer que l’agenda électronique est un indicateur d’une technicisation de l’activité et d’une rationalisation des usages de la ressource-temps par la mise en place et la routinisation de la planification collective et en temps réel de l’emploi du temps de l’élue. En outre, l’agenda fait de plus en plus l’objet lui-même d’une instrumentalisation dans le cadre du travail politique (usages secondaires de l’agenda : diffusion à la presse, lien au blog…) participant à de nouvelles mises en scène du travail de représentation politique. Cette dernière instrumentalisation est rendue possible par ce qu’ont montré trois années d’observation ethnographique : l’importance accrue – et croissante – de l’agenda pour les élus. Cette étude illustre de fait les profondes transformations du travail politique qui ont eu lieu. Autant qu’un métier, la politique, au prisme de l’agenda, apparaît comme un quotidien structuré.

16L’étude précise du travail et de l’emploi du temps d’une élue qui peut être considérée comme particulièrement « moderne » donne une idée des transformations à l’œuvre mais aussi des potentielles mutations « futures ». Les agendas étant de plus en plus dématérialisés, il semble que l’enjeu de la fabrication collective de l’agenda, de leur maîtrise, bref de leur rationalisation puisse devenir central. Des études futures de l’emploi du temps des politiques pourraient par exemple se pencher sur la question de la capacité des femmes et des hommes politiques, comme les membres d’autres « professions », à améliorer leur « compétitivité » et en tous cas à mieux répondre aux multiples sollicitations dont ils sont l’objet. Ce n’est pas la moindre des découvertes de cette enquête monographique que d’avoir mis au jour le fait que le travail de l’élue et la fonction concrète de son agenda conduisent à améliorer l’accès à l’élue, à construire sa disponibilité, à être au maximum – grâce à un agenda maîtrisé – au contact des représentés, et non à uniquement limiter les interactions et à établir une barrière entre le représentant et les représentés. En l’occurrence, on pourrait émettre l’hypothèse, peut-être contre-intuitive, d’un certain rapprochement avec la population par le biais des technologies de l’information et de la communication, en particulier grâce à l’« e-calendar ». L’organisation informatisée de l’agenda permettrait de tenter de mieux répondre aux importantes demandes sociales auxquelles sont soumis les élus et ainsi de contribuer à l’incarnation pratique de l’élu de proximité.

Notes

1  R. Lefebvre, « Le sens flottant des élections municipales. Entre nationalisation et localisation », journée d’études « Les élections locales sous la Ve République », Sénat, 30 janvier 2009.

2  J.-L. Parodi, « Dans la logique des élections intermédiaires », Revue politique et parlementaire, no 903, avril 1983, p. 42-70.

3  Le projet d’un quatrième mandat de celle qu’on surnomme la « reine mère » dans les coulisses de l’UMP locale est contesté au nom du renouvellement de la classe politique de droite. L’échec de l’alliance avec Thierry Mariani conduit Marie-Josée Roig à devoir accepter la candidature d’un « parachuté », Bernard Chaussegros. Celle-ci provoque une scission inédite de la droite avignonnaise, que la maire sortante exploite dans une tactique de la « terre brûlée », spéculant peut-être sur l’alternance pour préparer en 2020 le retour au pouvoir de ses fidèles.

4  B. Bonnefous, « Valls et Montebourg en tournée anti-FN dans le Vaucluse », Le Monde.fr, 18 janvier 2014.

5  « Cécile Helle devient vice-présidente à la Culture », citylocalnews.com/avignon, 20 novembre 2012.

6  À savoir : 1) dynamisme et attractivité économique ; 2) sécurité, tranquillité publique ; 3) emploi, formation, insertion ; 4) logement, habitat ; 5) cadre de vie, propreté ; 6) transports, déplacements ; 7) école, jeunesse ; 8) culture, sports, loisirs ; 9) solidarité, action sociale, vivre ensemble ; 10) démocratie locale et de proximité.

7  La liste UMP-UDI emmenée par Bernard Chaussegros et fragilisée par la défection de tous les proches de l’équipe sortante, celle du Front de Gauche d’André Castelli, dont le rapprochement avec l’Union de la gauche a échoué, la liste Front national de Philippe Lottiaux, une liste d’Union du centre dirigée par André Seignon, une liste Divers gauche menée par Kader Guettaf et une dernière liste d’extrême gauche portée par Stéphane Geslin.

8  « Les médias nationaux et internationaux s’intéressent au cas Avignon », citylocalnews.com/avignon, 30 mars 2014.

9  « Avignon / Cécile Helle : “C’est une victoire collective” », citylocalnews.com/avignon, 31 mars 2014.

10  « Grand Avignon / Le “3e” tour des municipales », citylocalnews.com/avignon, 2 avril 2014.

Table des illustrations

Titre Tableau 43. Les vingt-quatre entrées de l’agenda étudié relatives à la mobilisation municipale (mai 2010 - mai 2012)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6999/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 793k

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540