Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au quotidien

 | 
Laurent Godmer
, 
Guillaume Marrel

Chapitre VI

L’emploi du temps d’une notabilisation ou l’instrument de construction d’un leadership politique

Texte intégral

« Wer nicht kommt zur rechten Zeit, der muss nehmen, was übrig bleibt. » (« Qui n’arrive pas à temps doit se contenter de ce qui reste. ») Proverbe allemand

1Le rapport au temps des élus est déterminé par les rythmes électoraux qui fixent précisément l’expiration de leurs fonctions. Quelle que soit la force de son engagement, la valeur de ses convictions, l’élue fixe sans cesse le même horizon et anticipe en permanence les repositionnements et les reconversions auxquels son statut la soumet à échéances régulières. Si elle est avant tout élue pour mener une politique, appliquer un programme dans l’intérêt sinon du bien commun, au moins de ses électeurs, elle se doit aussi de ménager son intérêt personnel et de préparer son avenir. Sa popularité et son expérience la prédisposant le plus souvent à « rester en politique », une partie du mandat est presque mécaniquement consacrée à la conquête du suivant, dans la perspective d’une réélection, ou de manière anticipée en briguant un autre mandat, à un autre niveau de l’appareil politico-administratif. Dans l’incertitude qui caractérise le métier, comment le travail politique intègre-t-il cet ensemble de contraintes ? Comment le travail politique du territoire électoral s’articule-t-il avec le travail de pilotage des politiques publiques ? En l’occurrence, comment la vice-présidente chargée de l’aménagement du territoire régional partage-t-elle son temps de travail entre l’administration de sa délégation à la Région et la préparation de son avenir politique dans sa circonscription ? L’étude de l’emploi du temps et de l’agenda montre que la mission d’action publique laisse progressivement la place au complexe travail de contrôle politique du territoire électoral.

  • 1  W. Genieys, « Le leadership vu du territoire. Pour une sociologie de l’action politique des élus l (...)

2L’agenda est un processus, une dynamique collective de production du temps de l’élue, un dispositif dont la fonction première est d’organiser en interne un planning d’événements, une gestion optimale du temps de travail de la vice-présidente. Il ne reflète pas seulement l’image d’un profil politique qui se veut exemplaire, d’une stratégie de légitimation par l’exemplarité, d’une élue locale modèle, rigoureuse et professionnelle, présente et disponible. Cet outil est également le reflet d’une configuration et le vecteur d’un projet de conquête du pouvoir local. Ses usages peuvent être davantage dirigés vers l’extérieur, quand l’agenda devient un instrument de production du leadership territorial1, mais aussi l’objet d’une communication externe à destination du public. Il s’agit alors d’explorer les usages « secondaires » et les fonctions latentes de l’agenda, en montrant comment celui-ci peut être lu comme une image instantanée de l’entreprise politique qui le produit, et en soulignant que ce dispositif n’est pas que le reflet passif de l’identité de son usager, mais participe directement et de manière dynamique de la publicisation de la figure légitime du représentant et de ses stratégies à long terme de repositionnement dans l’espace politique local.

Un usage politique de l’emploi du temps : communiquer l’agenda aux médias

3L’agenda est un instrument de communication politique à destination de ce qui est construit et labellisé par les acteurs de l’institution régionale comme le « territoire » de l’élue. Tous les vendredis soir ou au plus tard les lundis matin, Pascale, la collaboratrice de l’élue à l’antenne régionale, prépare une sélection du prévisionnel hebdomadaire et l’envoie par mail à la presse et aux médias locaux, afin d’annoncer « les temps forts » de l’emploi du temps à venir de l’élue et en préparer ainsi la couverture médiatique. Le courrier électronique est standardisé, comme en témoigne la reproduction ci-dessous de celui expédié le lundi 14 février 2011 à 9 heures 18. Il est adressé à vingt-deux destinataires dont l’Agence France Presse (AFP), à plusieurs interlocuteurs dans trois journaux papier et un journal électronique à diffusion départementale ainsi que dans quatre journaux papier à diffusion régionale, aux antennes locales de Radio France et d’Europe 2, à une autre radio locale d’origine universitaire et enfin à deux journalistes indépendants. Routinier, le message sibyllin de ce mail hebdomadaire évoque le « calendrier des manifestations auxquelles participera l’élue cette semaine ». Il précède un tableau indiquant trois événements seulement. Le premier concerne la commission Aménagement qui doit se tenir le mercredi 16 février à 14 heures à Paris, dans le cadre du congrès annuel de l’Association des régions de France (ARF). Le deuxième fait référence à la participation de l’élue à une réunion de campagne du candidat de la gauche unie aux élections cantonales, le jeudi 17 février à 18 heures (et non le vendredi, comme le mail le mentionne par erreur). Le troisième événement notable est la réunion de l’assemblée plénière et de la commission permanente du conseil régional, qui est prévue de longue date le vendredi 18 février à partir de 9 heures 30.

Figure 28. Mail adressé à la presse reproduisant l’agenda de la semaine du 14 au 18 février 2011

Figure 28. Mail adressé à la presse reproduisant l’agenda de la semaine du 14 au 18 février 2011

4Ce résumé n’a évidemment pas grand-chose à voir avec l’emploi du temps tel qu’il est enregistré dans l’agenda de l’élue. Celui-ci prévoit en effet une semaine relativement chargée de trente-et-un événements planifiés pour 61 heures théoriques de travail et de déplacements répartis sur six jours. Le communiqué ne dit rien de la journée du lundi consacrée, à la Région, à la gestion d’un dossier au sein de la délégation et une commission Aménagement des territoires ainsi qu’à une visite de lycée en circonscription. Il reste de même logiquement discret sur la journée de travail universitaire du mardi dans sa ville circonscription, l’élue n’ayant pas participé à la commission Emploi néanmoins planifiée. Le planning des rendez-vous du jeudi après-midi est également effacé, alors que la plénière et la commission permanente résument la très dense journée de réunions du vendredi à la Région. Le travail du territoire auquel donne lieu le samedi ne fait pas non plus partie des éléments à communiquer aux médias.

Tableau 37. Détail de l’emploi du temps de la semaine du 14 au 20 février 2011 (61 heures 00)

Tableau 37. Détail de l’emploi du temps de la semaine du 14 au 20 février 2011 (61 heures 00)

5L’agenda communiqué est une représentation politique du travail politique et donc une image très déformée, simplifiée, sélective et valorisée de l’emploi du temps réel. Cet acte de communication en direction des médias locaux vise indirectement le grand public. Il est une invite à la presse à considérer et à relayer le travail politique de la vice-présidente déployé en l’occurrence ici dans trois dimensions complémentaires : 1) l’engagement militant d’une élue régionale en responsabilité au sein de l’association de défense de l’échelon politico-administratif qu’elle occupe, à savoir la Région au sein de l’ARF ; 2) le travail politique du territoire à l’occasion d’une réunion de campagne pour les élections cantonales de mars 2011 ; 3) le travail à la fois délibératif et gouvernemental auquel donne lieu pour cette élue membre du bureau la réunion de la commission permanente et de l’assemblée plénière de la Région.

6En publiant son agenda, l’élue rend explicitement des comptes. Elle donne à voir son travail et le sérieux de son activité de représentation. Elle justifie le mandat qu’elle tient des électeurs. Elle montre à la fois l’intensité de son activité au service de la collectivité, l’action publique qu’elle pilote comme vice-présidente et surtout le lien qu’elle entretient avec les électeurs de son territoire. Le cas étudié atteste un usage assez classique de l’agenda comme support de communication politique à travers un filtre médiatique professionnel. Il en existe de plus directs à destination des électeurs et sur le réseau Internet. Une représentation de l’agenda est en effet parfois affichée sur les blogs personnels des élus. La vice-présidente dispose d’un blog depuis la mi-avril 2011. Elle n’y propose pas de rubrique « agenda » complète. Celle-ci nécessite une actualisation quotidienne et comporte des risques. Mais à la fin de la période d’observation apparaît sur le bandeau droit du blog un espace intitulé « J’y serai... » qui indique un seul événement sélectionné dans l’agenda des prochains jours, où l’élue donne d’une certaine façon rendez-vous à ses weblecteurs. Cette démarche participe du travail politique de publicisation de l’action politique (« faire-savoir ») mais aussi de l’organisation de l’accessibilité de l’élue de proximité et, partant, d’une autre forme d’exemplarité.

  • 2  A.-C. Douillet et C. Robert, « Les élus dans la fabrique de l’action publique locale », Sciences d (...)

7Les effets de la « gestion de carrière » sur la « gestion de l’agenda » et sur les activités de l’élue en général sont à rechercher dans le difficile découplage théorique entre politics et policies2. Autrement dit, le membre d’exécutif régional tend mécaniquement à entretenir des formes de confusion entre des activités proprement politiques à visée électorale et des activités revêtant une dimension plus « technique » liée au pilotage des politiques publiques régionales. Pour un entrepreneur politique, le travail politique, y compris dans l’exécutif territorial, reste toujours à court, moyen ou long terme du travail de mobilisation de soutiens à venir. Sans généraliser outre mesure à partir d’une monographie, il est possible d’en déduire que l’agenda de travail d’une élue locale, fût-elle membre d’un exécutif régional, est toujours en quelque sorte un « agenda électoral ».

Administrer, paraître et recevoir : la confusion des rôles dans l’agenda

  • 3  Voir chap. 4 supra. Les périodes choisies pour les « plongées » qualitatives renforcent sans doute (...)

8Le changement d’échelle d’observation des mesures de l’agenda électronique à l’observation fine d’une semaine et d’une journée vécue avait déjà fourni les indices d’une certaine confusion des rôles dans l’emploi du temps entre le pilotage administratif de la délégation et le travail de contrôle du territoire politique et de mobilisation des soutiens électoraux3. Un retour à l’emploi du temps tiré de l’agenda montre que sur les deux années d’observation, la structure du planning de l’élue identifiée précédemment se transforme rapidement : ce que l’on peut appeler « le travail électoral du territoire » n’attend pas la veille des élections.

9Les saisies de l’agenda liées à l’activité politique peuvent être classées en fonction du rôle que l’élue est censée y jouer. Douze rôles ont ainsi été recensés, renvoyant à des registres d’action distincts, tous constitutifs du métier de représentant politique. Dans le cas d’espèce, ce travail de représentation de la vice-présidente revêt une double dimension législative et exécutive au sein de l’assemblée régionale. Mais l’observation des jeux de rôles souligne l’importance finalement relative de l’administration et du pilotage de la délégation et des autres politiques de la Région, au profit de l’ensemble des actions de représentation et de mobilisation, de parade et de communication qui sont caractéristiques du métier d’élu local.

10En dehors de l’activité d’« intendance » des déplacements – pourtant chronophage (14 % de l’emploi du temps) et investie comme du temps de travail politique –, l’essentiel du travail quotidien est partagé entre cinq rôles principaux. Conformément aux compétences exécutives de sa fonction, l’élue consacre d’abord plus du quart de son temps à l’administration et au pilotage (26 %). Avec 17 % du temps, le deuxième rôle au cœur de la mission de représentation correspond à l’action de paraître, en général associée à une action de soutien ou d’association de la figure de l’élue à un groupe, un mouvement, une cause ou un espace social. La représentante consacre ensuite plus de 13 % de son temps à recevoir et consulter, lors de rendez-vous, divers acteurs des territoires fréquentés. Les rôles « d’assemblée » (plaider et voter) occupent enfin près de 8 % du temps, avant les missions d’information, de débat et de conviction (6 %).

Figure 29. Jeux de rôles (% du volume horaire)

Figure 29. Jeux de rôles (% du volume horaire)

11Viennent ensuite les rôles qui, pour être moins chronophages, n’en sont pas moins importants : la mobilisation en période électorale (3,6 %), la représentation officielle du président du conseil régional (3,5 %), la communication (3,2 %), le contrôle de l’appareil partisan au niveau local (2,9 %), l’information et le soin que l’élue applique à l’entretien de son image (1,8 %), et enfin le management de ses équipes et collaborateurs divers (1 %).

12La répartition mensuelle sur l’année 2011 montre que, si « administrer et piloter » demeure une fonction très stable sur les onze mois réellement travaillés, les autres rôles varient nettement. L’activité  « paraître, soutenir et s’associer » s’intensifie en période printanière et estivale, au moment même où les consultations semblent diminuer. « Plaider et voter » correspondent à un rôle plus développé en février, avril, mai et septembre, en préparation ou à l’occasion des séances plénières. Les actions d’information et de participation à des débats publics se renforcent en mai, juillet, novembre et décembre. La représentation du président du conseil régional suit les périodes marquées par les cérémonies honorifiques, les remises de diplômes et les fêtes nationales. La mobilisation des électeurs précède logiquement les rendez-vous électoraux des cantonales et des primaires de l’année 2011. Plus régulière, la communication semble néanmoins baisser en intensité pendant l’hiver. Le contrôle de l’appareil partisan est plus prenant en mars, juillet et octobre. Le management de l’équipe se renforce en août et septembre, qui se répartit entre moments de détente et préparation de la rentrée, ainsi que sur les premiers mois de l’année civile.

13Sur une semaine moyenne reconstituée à partir de l’ensemble des vingt-quatre mois d’observation, la succession des rôles obéit à un cycle plus court. Presque exclusivement réservés aux jours ouvrables, l’administration et le pilotage occupent plus particulièrement les lundis, mardis et vendredis. Le week-end est en revanche essentiellement consacré au « paraître ». « Recevoir » et « consulter » s’intensifient les mardis et jeudis, où sont positionnés la plupart des rendez-vous en circonscription. Plaider et voter sont des actions relatives à un rôle correspondant au vendredi, où sont planifiées les assemblées plénières et les commissions permanentes ainsi que nombre de commissions. « Informer et débattre » est plus fréquent le jeudi et le dimanche, en circonscription, comme « mobiliser », le mardi et le samedi ; « représenter le président », les vendredis et samedis ; « Contrôler l’appareil », les mercredis, jeudis et dimanches. La communication, l’information et le management sont davantage répartis sur les cinq premiers jours de la semaine.

Figure 30. Répartition journalière des types de rôles politiques : volumes horaires moyens sur 24 mois

Figure 30. Répartition journalière des types de rôles politiques : volumes horaires moyens sur 24 mois

14La répartition des rôles que l’élue est tenue d’endosser varie encore selon les secteurs et selon les interlocuteurs. L’administration et le pilotage dominent largement les secteurs de l’Aménagement du territoire et de l’Enseignement et la formation. Dans les secteurs de la Mémoire et des honneurs, de la Culture et des arts, du Sport et dans une moindre mesure du Développement économique, l’élue est davantage « dans » la représentation et le « paraître ». Si elle reçoit dans pratiquement tous les secteurs, l’élue consacre l’essentiel de ses relations à la vie associative et syndicale et à la cohésion sociale. La majeure partie du temps consacré à la vie de l’assemblée régionale consiste à plaider et voter. Le domaine de la représentation consiste surtout en une activité de communication et d’information. L’intervention dans la vie politique locale se traduit principalement par des actions de mobilisation et de contrôle de l’appareil partisan.

15Face aux différents interlocuteurs, on observe de même une évidente spécialisation des rôles : 100 % du temps consacré aux particuliers consiste pour l’élue à recevoir et consulter ; 96 % des volumes horaires concédés aux journalistes vise à communiquer ; 82 % du temps accordé à elle-même est de l’information et du soin ; 79 % du temps au contact des électeurs est de la mobilisation ; 68 % de l’agenda réservé au public et 53 % du temps accordé aux entrepreneurs consiste à paraître, soutenir et s’associer ; 66 % du temps passé avec ses équipes consiste en la préparation des actions de mobilisation ; avec les fonctionnaires, 65 % du temps s’apparente à de l’administration et du pilotage. Les rôles sont en revanche plus diversifiés face aux élus – avec lesquels il s’agit tout de même d’administrer et piloter (46 %), de plaider et voter (22 %) ; face aux acteurs associatifs, où paraître domine néanmoins (36 %) et qu’il s’agit de recevoir pour 27 % du temps ; face aux militants, avec lesquels il s’agit surtout de contrôler l’appareil (34 %), mais qu’il importe également de mobiliser (22 %) ; et enfin face aux experts que l’élue reçoit et consulte (32 %), mais aussi aux côtés desquels elle informe le public (30 %) et avec lesquels elle communique (28 %).

16Le jeu de rôles est enfin variablement spatialisé. L’élue investit chaque espace avec plus ou moins de « masques » dans son sac. Les scènes locales de la circonscription sont davantage propices à la diversification des rôles : si la priorité dans sa ville est de paraître et s’associer (26 %), il importe également de recevoir (21 %), administrer (15 %), mobiliser (7 %), informer et représenter le président (6 %). À l’Hôtel de Région, la vice-présidente administre et pilote avant tout (56 %). Elle plaide et vote également (20 %), reçoit et consulte aussi (10 %). Si l’administration reste nettement majoritaire partout ailleurs, on observe que dans les communes de la région, comme dans celles du département, l’élue s’applique à paraître, mais aussi à informer et convaincre, que ce soit dans le cadre de sa délégation à l’aménagement du territoire ou dans la dynamique de la vie politique locale. Les observations qualitatives de la semaine et de la journée de travail illustrent de même cette importante confusion des rôles au profit du travail politique de la circonscription.

L’observation microscopique : distinction et indifférenciation des rôles

17Le membre de l’exécutif étudié est ainsi pris dans des logiques de construction d’une légitimité localisée qui influe sur son agenda. Sur la durée de la deuxième semaine reconstituée de 2012, les tâches consacrées à la gestion de la délégation régionale de la vice-présidente ne représentent que 14 heures 10 et 13 % des 101 heures de travail hebdomadaire recensées, concentrées sur les deux journées de déplacement à l’Hôtel de Région (conseil de délégation, rendez-vous ou déjeuner de travail avec les services ou un élu, réunion de l’exécutif, représentation du président à une inauguration...). Près de vingt heures et 18 % du temps sont occupés à des activités mixtes entre action publique et mobilisation du territoire : lectures et communications lors des trajets entre le domicile et la Région, gestion en circonscription d’un dossier lié à un centre de formation dont l’élue est membre du conseil d’administration (CA), rendez-vous avec les responsables du Plan local d’insertion par l’emploi (PLIE) en présence d’un délégué du service emploi de la région, rencontre avec des élus locaux à propos d’un contrat d’axe ou au titre de sa présidence de l’Établissement public foncier régional (EPFR)… Plus de 45 heures et 41 % du temps sont exclusivement destinés au travail du territoire politique (rendez-vous en face-à-face ou téléphoniques avec des membres du parti ou des militants, participation à une galette des rois d’une association d’insertion, dîner de travail avec un groupe de militants en vue des élections municipales de 2014, entrevue avec un salarié du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), participation aux vœux de l’Union patronale départementale, veille médiatique et documentation du blog personnel, etc.).

Figure 31. Action publique et travail du territoire électoral dans la semaine no 2 de 2012

Figure 31. Action publique et travail du territoire électoral dans la semaine no 2 de 2012

18Si l’on opère sur cette semaine (Sem’) un partage équitable du « temps mixte » afin de marquer plus clairement encore, quoique artificiellement, la partition entre les deux registres d’activité, le travail d’administration de l’aménagement du territoire et des missions de l’élue régionale ne représente pas le quart du temps d’activité (24 heures et 22 %) alors que l’entretien du leadership local correspond à la moitié du temps de travail effectif (55 heures et 50 %). Cette semaine est sans doute inhabituellement peu chargée à la région, où l’élue ne se déplace que deux jours, contrairement à une moyenne annuelle proche de trois. La période du tout début d’année et l’approche des rendez-vous électoraux nationaux du printemps 2012 conduisent peut-être à un surinvestissement dans le travail du territoire. L’observation de la journée confirme néanmoins cette tendance.

19Nonobstant l’indifférenciation intrinsèque au métier politique entre action publique et mobilisation électorale, l’observation minutée des activités de l’élue le 25 mai 2012 autorise une objectivation des préférences ou des priorités dans l’orientation des différentes formes du travail politique. Elle permet un classement de chacune des 199 séquences identifiées selon les quatre catégories utilisées précédemment. L’examen précis de cette journée « en région » montre alors un investissement plus prononcé dans l’action publique (5 heures 11 minutes et 30 % des 17 heures 25 minutes d’activité recensées). Mais les tâches consacrées au contrôle de l’espace politique local restent majoritaires (7 heures 50 minutes et 45 %).

Figure 32. Répartition des types d’activités politiques (vendredi 25 mai 2012)

Figure 32. Répartition des types d’activités politiques (vendredi 25 mai 2012)

20La visualisation de la répartition horaire des types d’activités montre en outre une forte « géolocalisation temporelle » des types de travail. Le déplacement à la capitale de région opère comme un cloisonnement. Le contrôle politique local est effectué en tout début de matinée et dans la voiture-bureau, puis de retour en circonscription jusqu’à la nuit.

Figure 33. Répartition minutée des types d’activités politiques (vendredi 25 mai 2012)

Figure 33. Répartition minutée des types d’activités politiques (vendredi 25 mai 2012)

21Plus l’élue s’éloigne de son territoire, plus ses tâches semblent se rapporter à l’administration régionale. À la Région, rares sont en effet les moments explicitement consacrés à gérer les affaires politiques locales. Toutefois, les phases d’action publique presque continues (commission permanente, conseil de délégation, Copil Eau) sont sans cesse « polluées » par de micro-séquences de travail mixte, où pour l’essentiel il s’agit de courtes discussions, de consultations et d’émissions de messages SMS ou mails. Au bureau à la Région, l’élue s’autorise des appels téléphoniques et des échanges explicitement consacrés à son environnement politique local.

  • 4  M. J. Edelman, The Symbolic Uses of Politics, Urbana, University of Illinois Press, 1985.

22Ces observations particulièrement fortes sur la fin de la période observée traduisent une dynamique de conversion de la figure de la vice-présidente exemplaire déterritorialisée à l’Hôtel de Région, à celle de l’entrepreneur politique de terrain. Le travail politique de mobilisation et de contrôle du territoire électoral semble donc prendre le pas sur l’administration et le pilotage des politiques publiques, y compris pour cette élue détentrice d’un mandat exécutif régional. La distinction objectivée de ces deux registres du travail politique reste artificielle. Si certaines actions sont explicitement identifiables à l’un ou l’autre des deux champs d’action de l’élue, la plupart des interactions et des tâches réalisées tout au long de la semaine et de la journée restent ambiguës. D’abord, parce que l’observation la plus précise et la plus proche de l’emploi du temps ne permet pas toujours d’identifier la nature de tous les échanges, qu’ils soient planifiés dans l’agenda sous la forme d’un rendez-vous, ou pas comme pour les innombrables discussions de couloir plus ou moins improvisées. L’ambiguïté tient également à la dualité de la majeure partie des événements de l’emploi du temps de l’élue : tel échange avec des élus locaux de la circonscription sert à la fois à défendre un projet d’aménagement du territoire et à entretenir un réseau d’appuis politiques locaux, telle réunion de délégation sur le pilotage de tel dispositif destiné au territoire électoral peut également entrer dans la catégorie des « opérations de mobilisation » du territoire à plus long terme. L’ambiguïté réside enfin dans la logique difficile à déceler suivant laquelle l’élue elle-même interprète et donne du sens à l’ensemble des tâches qu’elle effectue. Contrainte par la « précarité » de son mandat, elle tend presque mécaniquement à homogénéiser l’ensemble des engagements disparates de son emploi du temps et à les mettre en cohérence autour d’un objectif politique à la fois personnel et collectif : la conquête d’un autre trophée politique4. Cette indifférenciation des finalités du travail politique est particulièrement importante à la fin de la période étudiée. Mais celle-ci est plus ancienne, comme en témoigne le déplacement « en zoom arrière » de la focale d’observation vers une plus longue durée, à partir des données enregistrées dans l’agenda électronique sur les deux années de mandat observées.

Accélération et intensification du travail de mobilisation

23L’observation comparée des deux années de mandat confirme l’hypothèse d’une orientation précoce du travail politique de la vice-présidence vers des enjeux électoraux locaux, esquissée dans l’analyse synchronique et microscopique de la semaine et de la journée de travail. Incontestablement, l’activité de l’élue s’accélère sur les vingt-quatre mois de mandat étudiés et cette intensification s’effectue au profit d’une meilleure couverture du territoire électoral. La comparaison entre elles des deux premières années d’exercice du mandat montre d’abord une sensible inflation de l’usage de l’outil agenda : toutes catégories confondues, les saisies augmentent de 14 % la seconde année. Le temps avançant, l’élue et son équipe semblent davantage « charger » l’emploi du temps. Cette progression est relativement régulière sur les quatre trimestres, avec cependant une nette accélération de l’activité pendant l’hiver 2011-2012. Pourtant, cette intensification de la planification du temps ne se traduit pas par une réelle augmentation des volumes d’activité qui ne progressent que de 0,5 % sur la même période.

Tableau 37. Progression trimestrielle des entrées d’agenda et des volumes horaires entre l’année 1 et l’année 2

Tableau 37. Progression trimestrielle des entrées d’agenda et des volumes horaires entre l’année 1 et l’année 2
  • 5  La diminution de 30 % du volume horaire des déplacements durant la deuxième année est, comme cela (...)

24L’emploi du temps semble ainsi « rempli » ou saturé dès la première année de la vice-présidence. En réalité, si le volume planifié dans l’agenda reste globalement stable, c’est que l’activité personnelle et professionnelle laisse davantage de place à « la politique ». Alors que leur fréquence double dans l’agenda, la durée moyenne des rendez-vous personnels diminue de 42 %. Plus significative en masse, l’activité professionnelle n’augmente en fréquence dans l’agenda que de 3 %, alors que son volume global diminue de 10 % dans l’emploi du temps et la durée moyenne de chaque événement professionnel est réduite de 13 %. Enfin, les déplacements restent stables d’une année sur l’autre mais leur volume et leur durée moyenne sont amputés de 30 %5.

Figure 34. Progression mensuelle du volume horaire d’activité de l’élue sur 2 ans

Figure 34. Progression mensuelle du volume horaire d’activité de l’élue sur 2 ans

25À l’inverse, l’activité politique progresse plus nettement que la moyenne. D’une année sur l’autre, l’élue répond à davantage de sollicitations politiques, passant de 950 à 1 131 saisies (+ 19 %). En évoluant de 1 350 à 1 503 heures annuelles, la progression du volume horaire consacré aux différentes tâches du travail politique (+ 11 %) est plus forte que la moyenne. Ainsi, l’activité politique de l’élue se développe et s’accélère sur la deuxième année. La durée moyenne des événements de nature politique diminue d’ailleurs de 6,5 %, la routinisation de l’activité politique la deuxième année semblant autoriser d’y consacrer moins de temps afin de permettre de l’intensifier et de la diversifier.

Tableau 38. Fréquence, volume horaire et durée moyenne par type d’activité

Tableau 38. Fréquence, volume horaire et durée moyenne par type d’activité

26Tous les types d’événements politiques augmentent en volume global, mais la durée de certains d’entre eux est plus affectée. Le volume des actions politiques les plus fréquentes et chronophages ne progresse pas de manière très importante, mais sa durée moyenne diminue de 5 %, que ce soit pour les réunions, les rendez-vous ou les cérémonies. L’accélération n’affecte donc pas profondément le cœur très stable du travail politique. En revanche, la programmation des actions et des manifestations publiques, des contacts avec les médias, des repas de travail et des visites augmente plus que la moyenne. L’importante inflation des relations à la sphère journalistique (+ 66 %) se traduit par une diminution de la durée moyenne des rendez-vous (- 18 %). La stabilité de la fréquentation des spectacles donne en revanche lieu à une diminution de plus de 42 % du temps accordé. La planification finit par réduire leur durée à un volume horaire nettement inférieur à leur réalité, peut-être en anticipation d’une sortie prématurée de l’élue. Inversement, le temps accordé aux visites augmente de 10 %, alors même que leur fréquence s’intensifie (+ 28 %).

Tableau 39. Fréquence, volume horaire et durée moyenne par type d’activité politique

Tableau 39. Fréquence, volume horaire et durée moyenne par type d’activité politique

27Cette intensification de l’activité politique s’effectue encore une fois au profit de la mobilisation, de la représentation et du métier politique et au détriment de l’administration et du pilotage de l’action publique. Alors que toutes les actions de l’agenda relatives à la gestion des politiques publiques n’augmentent que de 15 % en fréquence et 5,5 % en volume de temps de la première à la deuxième année du mandat, l’ensemble des activités partisanes, électorales et de représentation progressent de 33 % en fréquence et 28 % en volume. L’élue diminue de même le temps moyen consacré à chaque événement de pilotage de 8 %, alors que la durée moyenne des actions relatives au métier ne diminue que de 4 %.

Tableau 40. Fréquence, volume horaire et durée moyenne des grands types de secteurs

Tableau 40. Fréquence, volume horaire et durée moyenne des grands types de secteurs

Figure 35. Progression des fréquences, volumes horaires et durées moyennes des types de secteurs entre l’année 1 et l’année 2

Figure 35. Progression des fréquences, volumes horaires et durées moyennes des types de secteurs entre l’année 1 et l’année 2

28La progression des différents rôles endossés par l’élue confirme cette orientation progressive de son action politique vers le parti, les élus et les électeurs du territoire. Les deux rôles qui diminuent à la fois en fréquence et en volume renvoient à la gestion publique et principalement à la délégation à l’aménagement du territoire : l’action d’administrer et piloter régresse dans de faibles proportions (- 0,8 % et - 4,2 %), mais celle de plaider et voter décline de manière plus importante (- 21,2 % et - 8,1 %). À l’inverse, les plus fortes progressions en termes de fréquence concernent la mobilisation des électeurs (+ 600 %), l’information et le soin que l’élue accorde à sa propre figure politique (+ 160 %), la communication (+ 60 %), la représentation du président (+ 30 %). Autant de rôles vraisemblablement délaissés la première année et qui prennent une certaine importance lors de la seconde, à l’approche des échéances électorales présidentielle et législatives de 2012. En volumes horaires, on retrouve la mobilisation, l’auto-information et la communication parmi les postes qui, comparativement, occupent davantage l’emploi du temps de l’élue. Mais s’y ajoutent également le management des équipes politiques (+ 34,5 %), le contrôle de l’appareil partisan (+ 22,2 %) et les actions d’information et de débat face aux publics (+ 19,2 %).

Tableau 41. Fréquence, volume horaire et durée moyenne par type de rôle

Tableau 41. Fréquence, volume horaire et durée moyenne par type de rôle

29En définitive, cette accélération et cette intensification de l’activité politique de l’élue durant les deux premières années de son mandat de vice-présidente semblent principalement dirigées vers des enjeux plus stratégiques, électoraux et territoriaux. La comparaison de la fréquentation des lieux de l’action politique d’une année sur l’autre confirme cette tendance.

Territoires du travail politique et travail politique du territoire

30L’occupation de l’emploi du temps reconstitué à partir des données de l’agenda permet d’inscrire les événements dans un espace géographique. La représentation cartographique la plus simple de l’agenda consiste à localiser les communes pour lesquelles les différentes activités de l’élue sont référencées et à projeter les types d’activités, la fréquence des événements par commune et le volume horaire passé en une période donnée dans chacune d’entre elles. On distingue et compare ici encore la fréquence des lieux identifiés dans les saisies de l’agenda et la durée correspondante. En deux ans de mandat, d’après l’agenda, l’élue fréquente, dans le cadre de son temps de travail politique, 64 des 978 communes que compte sa région, cinq villes de régions voisines, Paris, et deux grandes villes étrangères (Bruxelles et Marrakech). La majorité des événements politiques qui occupent l’élue ont lieu dans la ville préfecture de sa circonscription départementale.

31Avec respectivement 1 360 et 468 entrées, la préfecture de la circonscription départementale de l’élue, lieu de sa résidence, et la préfecture de région, siège de l’assemblée, arrivent très largement en tête des communes où l’élue déploie son activité. Le département d’élection de l’élue, et plus particulièrement la zone urbaine autour de la préfecture, rassemble l’essentiel des autres déplacements réalisés avec une certaine régularité. Les autres départements dans la région sont beaucoup moins investis et visités malgré la nature de la délégation à l’aménagement du territoire. La représentation des volumes horaires cumulés sur deux ans confirme ces observations, tout en rééquilibrant le partage entre le lieu de résidence (1 520 heures, soit 53,4 %) et la préfecture de région (813 heures et 28,6 %). Autrement dit, l’élue passe plus de la moitié de son temps de travail politique en rendez-vous, réunions et cérémonies diverses dans les murs de sa ville de résidence. Pour plus d’un quart de son emploi du temps, on la retrouve ensuite à la capitale de région, principalement dans l’enceinte de l’assemblée. Le reliquat des 18 % de son capital temps politique planifié sur deux ans est ventilé parmi soixante-dix autres communes.

Tableau 42. Les vingt communes les plus fréquentées dans le cadre de l’activité politique

Tableau 42. Les vingt communes les plus fréquentées dans le cadre de l’activité politique

32Les villes distantes concernées par des voyages liés à l’activité politique sont pour ainsi dire mécaniquement surreprésentées dans l’agenda qui enregistre toutes les activités de l’élue en déplacement. Paris est ainsi la troisième ville la plus fréquentée avec 61 heures et 2,1 % de son agenda. Une préfecture de région voisine arrive en cinquième position. Deux grandes villes étrangères visitées à l’occasion de congrès internationaux planifiés précisément dans l’agenda occupent la huitième et la dix-neuvième place. Le reste des vingt premières villes fréquentées est constitué de communes de l’agglomération de la préfecture ou du département-circonscription et secondairement de préfectures, sous-préfectures ou villes importantes des autres départements de la région.

Figure 36. Cartographie des déplacements de l’élue enregistrés dans l’agenda

Figure 36. Cartographie des déplacements de l’élue enregistrés dans l’agenda

33Les espaces de l’action politique se répartissent dans le cycle de la semaine de travail. En moyenne, sur vingt-quatre mois, l’élue se déplace dans la capitale de région principalement le lundi (57 %) et le vendredi (42 %), un peu moins le jeudi (20 %). Inversement, elle inscrit son action politique davantage dans sa préfecture de département au cœur de sa circonscription électorale les mardis (65 %), mercredis (64 %) et les jeudis (64 %). Son lieu de résidence est également le principal espace d’action pendant les week-ends. Les samedis et dimanches sont également souvent occupés à des visites de communes du département d’élection, alors que les autres communes de la région sont plus fréquemment visitées les jeudis, lundis et mardis, dans la foulée des déplacements à l’Hôtel de Région.

Figure 37. Répartition quotidienne des espaces d’action politique (% du volume horaire moyen sur 24 mois)

Figure 37. Répartition quotidienne des espaces d’action politique (% du volume horaire moyen sur 24 mois)

34La répartition des types d’événements politiques par type de commune visitée montre encore une spécialisation des espaces. La ville préfecture où se déploie l’essentiel de l’activité politique de l’élue apparaît comme l’espace le plus diversifié : si les réunions représentent encore plus du quart de l’action, les cérémonies et les rendez-vous y sont nombreux, tout comme les repas de travail et les manifestations publiques. Les autres communes du département présentent une moindre diversité avec un tiers de réunions et plus d’un quart du temps occupé en cérémonies. Second espace de travail politique, la capitale de région fait l’objet d’un usage beaucoup plus ciblé à l’occasion de réunions (68 %) et, dans une moindre mesure, pour des rendez-vous (13 %) et des repas de travail (9 %). Les autres communes de la région ne sont principalement visitées que pour des réunions et des manifestations publiques. Très minoritaires, le reste de la France et l’étranger ne sont fréquentés que pour des réunions, des rendez-vous, des cérémonies et des manifestations publiques.

35La répartition des secteurs d’activité investis politiquement sur l’ensemble des espaces fréquentés confirme cette spécialisation topographique de l’action de l’élue. La préfecture de département est le lieu où l’aménagement du territoire mobilise le moins l’énergie de l’élue, mais aussi la commune où elle s’occupe du plus grand nombre de secteurs et de manière équilibrée : cohésion sociale, culture et arts, vie politique locale, développement économique. Dans les autres communes du département, la gestion de la vie politique locale, des élus et des collectivités domine une relative diversification des dossiers suivis par l’élue. En revanche, dans la capitale de région, comme dans les autres communes, c’est la compétence principale de la vice-présidente chargée de l’aménagement des territoires qui occupe la majorité du temps de travail politique : 58 % à l’Hôtel de Région, juste avant la vie de l’assemblée (29 %), 78 % dans les communes de la région et de 57 à 100 % dans les villes visitées à l’occasion de déplacements politiques hors région.

36La répartition spatiale des types de compétences le confirme de manière plus évidente encore. Elle montre surtout que, même dans le cadre de l’Hôtel de Région et dans les autres communes régionales hors circonscription, la vice-présidente à l’aménagement du territoire administre bien d’autres compétences. Dans sa ville, elle consacre près de 70 % de son temps de travail politique à gérer des dossiers relevant d’autres compétences régionales que celles dont elle assure la vice-présidence. Cela confirme la forte territorialisation du travail politique au quotidien.

Figure 38. Répartition des types de compétences par types de communes (% du volume horaire moyen sur 24 mois)

Figure 38. Répartition des types de compétences par types de communes (% du volume horaire moyen sur 24 mois)
  • 6  La répartition spatiale des acteurs rencontrés montre encore un relatif équilibre dans la ville pr (...)

37On observe en outre que c’est dans les communes du département-circonscription (34 %), à l’Hôtel de Région (33 %), dans les communes françaises hors région (27 %) et enfin seulement dans la ville préfecture (26 %) que l’élue consacre le plus de temps à la gestion du métier et de ses réseaux politiques, des collègues élus, du parti et des élections6.

  • 7  L’agenda ne restitue pas l’important travail de management des équipes de travail à l’Hôtel de Rég (...)

38L’analyse minutieuse du contenu de l’agenda de la vice-présidente montre ainsi la forte localisation de l’emploi du temps, de même que l’importance de sa présence physique et la densité des systèmes d’interactions nombreux dans lesquels elle est intégrée. Le travail de l’élue s’y donne à voir comme un jeu de rôles territorial, technique, mais incluant de nombreuses relations directes avec divers acteurs. À côté du portrait de la vice-présidente exemplaire, l’agenda dessine le profil d’une élue « locale », qui entretient ses clientèles électorales, reçoit beaucoup en rendez-vous, sur l’ensemble des secteurs d’activités de sa circonscription, y compris les plus éloignés de sa délégation (culture et art, action sociale). C’est une élue qui entretient sa visibilité locale et son image en multipliant les apparitions publiques lors de diverses cérémonies et spectacles, dans des débats publics, lorsqu’elle représente le président de la Région, ainsi que dans des activités de mobilisation partisane et quand elle interagit avec les médias7.

39La cartographie dynamique des déplacements de la vice-présidente montre encore l’importance croissante de la préfecture de département où l’élue cherche à s’enraciner par rapport à la capitale régionale. Globalement, sur l’ensemble de la période, la topographie de l’action politique de l’élue privilégie à 53 % la préfecture de son département-circonscription, à 25,5 % la capitale de région et à 18,2 % l’ensemble des autres communes, y compris hors région et étranger. Mais cette répartition spatiale évolue dans le temps. La part du temps politique consacrée dans l’agenda à la capitale régionale passe de 475 heures (35 %) à 337 heures (22 %) la seconde année, alors même que la fréquentation des autres communes augmente de deux points, atteignant 19 % et 288 heures, et que la ville préfecture de la circonscription de l’élue voit sa fréquentation passer de 645 heures (48 %) à 875 heures (58 %). Ce déplacement de l’activité dans la ville cœur du territoire d’élection est quasi linéaire sur toute la période, comme le montre la progression trimestrielle du rapport précédent. Cette évolution conduit, au dernier trimestre de la période, à une répartition de la fréquentation atteignant 65 % à la préfecture, 21 % dans le reste des communes et seulement 14 % à la capitale de la région.

Figure 39. Progression comparée de la répartition géographique du volume horaire de l’activité politique

Figure 39. Progression comparée de la répartition géographique du volume horaire de l’activité politique

Figure 40. Progression trimestrielle comparée du volume horaire de l’activité politique dans les deux principales villes fréquentées (24 mois)

Figure 40. Progression trimestrielle comparée du volume horaire de l’activité politique dans les deux principales villes fréquentées (24 mois)

40Cette objectivation repose à cette échelle de vingt-quatre mois sur une catégorisation simplifiée et inévitablement assez grossière des multiples événements et interactions qui constituent l’emploi du temps. La distinction quotidienne entre les deux grands registres de l’action publique et de l’action politique est complexe et résiste à la clarification statistique. Reste que l’étude dynamique de l’emploi du temps montre combien le temps de travail de l’élue privilégie progressivement la mobilisation du territoire électoral au détriment du pilotage de l’action publique. L’administration de la délégation, ainsi que le suivi des dossiers, la défense et le portage des projets, ne sont pas pour autant négligés. Organisée, rationalisée, déléguée, collectivisée, la mission de la vice-présidente semble tout aussi efficace mais moins chronophage. Les objectifs de la politique publique régionale d’aménagement du territoire sont respectés. À l’aide d’un agenda rigoureusement tenu, l’élue s’est ménagé en deux ans un temps de travail électoral plus important, une disponibilité plus grande au territoire de sa circonscription et à ses projets électoraux. Mieux, la part des dossiers et des projets d’aménagement destinés au territoire électoral semble augmenter. Il n’y a plus de contradictions à gérer dans le même temps, lors d’événements et dans des interactions de plus en plus confondues, à la fois le suivi des dossiers d’aménagement et la mobilisation des futurs soutiens électoraux. Comme souvent, la politique publique régionale est subtilement passée « au service » de l’enracinement électoral personnel de son pilote. L’étude de l’emploi du temps montre que l’on a affaire ici à une entreprise politique particulièrement structurée et efficace, dans laquelle l’agenda est à la fois une image et un outil du perpétuel effort de production du leadership territorial qui s’impose à toute personnalité désireuse de durer et perdurer dans l’univers politique.

L’agenda d’une configuration et d’une trajectoire politiques : l’impact des échéances électorales

41Comment comprendre l’investissement de cette élue à ce moment de sa carrière dans une telle gestion de l’agenda, entre souplesse et rigueur ? L’agenda, outil de gouvernement, dispositif de publication de l’action, de la disponibilité et de la mise en scène et en œuvre de l’exemplarité de l’élue, trace le travail de fabrication et de reproduction du leadership territorial. Mais il reflète également la configuration politique dans laquelle l’entreprise politique de conquête et d’exercice du pouvoir local se trouve engagée. La fabrication de l’agenda dans le cadre d’un espace-temps donné renvoie à ces spécificités configurationnelles. Cette configuration complexe intègre à la fois la trajectoire personnelle de l’intéressée, l’histoire et l’environnement sociopolitique et économique du territoire, les forces partisanes en présence et leur héritage, les relations à l’intérieur et entre les réseaux notabiliaires des circonscriptions électorales emboîtées, etc., mais aussi la dynamique temporelle et le calendrier électoral dans lesquels se situe l’observation. L’imbrication des cycles électoraux législatifs, régionaux, cantonaux et municipaux pèse lourdement sur l’agenda personnel et les rythmes du travail des élites politiques locales. L’impact des élections se mesure ensuite aux effets des rendez-vous électoraux dans lesquels l’élue n’est pas directement engagée comme candidate. La période étudiée (mai 2010 - mai 2012) est marquée par deux rendez-vous électoraux majeurs : les élections cantonales des 20 et 27 mars 2011 et l’élection présidentielle des 22 avril et 6 mai 2012. La toute fin de la période a pu être de surcroît influencée par la préparation des élections législatives des 10 et 17 juin 2012. À ces périodes d’intensification des logiques de la mobilisation électorale des territoires s’est ajouté, les 9 et 16 octobre 2011, un scrutin de nature partisane non moins mobilisateur pour l’élue observée, les primaires socialistes.

Figure 41. Courbe de l’intensification du travail politique du territoire (24 mois)

Figure 41. Courbe de l’intensification du travail politique du territoire (24 mois)

42Ces trois rendez-vous électoraux de la période donnent lieu à une intensification du travail politique du territoire dans son ensemble et de la mobilisation des électeurs en particulier. Ralenties après la réélection du conseil régional du printemps 2010, l’ensemble des activités partisanes, militantes et électorales qui « font partie » du métier se stabilisent dans l’agenda autour d’une trentaine d’heures mensuelles, jusqu’au mois de mars 2011 qui donne lieu à un pic de 48 heures « autour » des élections cantonales, puis au mois de septembre suivant durant lequel se préparent les primaires socialistes (53 heures) et enfin en avril 2012, mois pendant lequel est organisé le premier tour de l’élection présidentielle (63 heures). Événement politique majeur dans le cadre du régime de la Cinquième République, l’élection présidentielle est le plus mobilisateur des scrutins « extérieurs » à la carrière de l’élue. Chacun de ces scrutins est l’occasion d’une intensification préalable des rendez-vous et des consultations.

43Mais au-delà de cette conjoncture politique courante, l’agenda porte également la trace du projet électoral personnel de l’élue. Son agenda est d’une certaine manière toujours un agenda électoral, qu’il soit marqué par l’échéance du mandat dont il structure le temps et ainsi par la problématique d’une réélection, ou bien par la programmation d’une bifurcation anticipée vers un autre mandat dont le renouvellement ne correspond pas à la fin du premier. La vice-présidente étudiée s’inscrit dans une trajectoire politique indéterminée, mais nourrie d’expériences qui participent à la construction de ses anticipations électorales. L’agenda de la professionnalisation du travail public régional est aussi celui d’une notabilisation municipale, qui témoigne d’une trajectoire assez classique d’enracinement par le militantisme et les différents mandats (responsabilités anciennes au PS, députée, conseillère municipale d’opposition, conseillère régionale). Confrontée en 2008 à une situation partisane complexe, l’élue s’était alors retrouvée en position inéligible sur une liste municipale dissidente et avait quitté le conseil municipal pour se consacrer entièrement à ses fonctions de présidente de la commission à l’aménagement du territoire à la Région. Cette réorientation se fit sans oublier la construction d’un ancrage local qui en faisait alors l’une des actrices majeures des municipales suivantes, plusieurs années avant qu’elles n’aient lieu.

44Le mandat de vice-présidente de région obtenu en 2010 apparaît ainsi à la fois comme un mandat de repli et comme un mandat de conquête. Il est clairement utilisé à des fins de consolidation d’un leadership territorialisé. Le surinvestissement dans le mandat observé jusqu’ici peut être relu comme le produit de la conjonction de deux phénomènes différents. D’une part, il est dans une large mesure la réponse aux multiples contraintes « professionnalisantes » qui pèsent sur son exercice, le technicisent et en norment les pratiques d’incarnation. D’autre part, l’implication forte de l’élue est aussi le produit d’une stratégie de construction d’un capital politique et d’accumulation de ressources nouvelles propres à entretenir sa légitimité politique et tout simplement son capital réputationnel de leader fiable, sérieuse, engagée, prometteuse, technicienne, en un mot « professionnelle ». L’implication que reflète l’agenda s’explique donc en partie par la nécessité de sécuriser l’avenir, c’est-à-dire de préparer au minimum trois scénarios :

  • 8  Les élections régionales suivant celles de 2010 devaient initialement être remplacées par des élec (...)

451) être rééligible lors des élections régionales prévues en 2014 dans le contexte d’une forte incertitude liée à la réforme de 20108 ;

462) retrouver un mandat législatif à l’occasion des élections prévues en 2012 ;

473) retourner siéger au conseil municipal de la ville dont elle fut députée et conseillère d’opposition, avec l’éventualité d’être élue maire à l’issue des élections de 2014.

48L’analyse très située des deux premières années du mandat de vice-présidente a donné à voir un surinvestissement dans le travail politique régional lié à des effets conjugués d’apprentissage et de loyauté. On y décèle néanmoins les signes d’un travail politique du territoire électoral susceptible de répondre à différents projets de mobilisation. Mais un scénario privilégié s’est nettement consolidé, avec le soutien du président du conseil régional. Dans les stratégies partisanes de reconquête des fiefs de la région de ce dernier, la jeune femme expérimentée et loyale qu’il nomme, au bureau politique de la Région qu’il dirige alors, occupe en effet une position clef. L’autorité et le pouvoir de la fonction de vice-présidente chargée de l’aménagement des territoires sont ainsi consensuellement mais discrètement mis au service d’une entreprise partisane de reconquête d’une circonscription et/ou d’une mairie. Les effets de ces logiques notabiliaires sur le travail politique du membre de l’exécutif régional se traduisent dans l’agenda par une confusion des rôles.

49En définitive, le projet de reconquête municipale apparaît comme le plus structurant pour comprendre ce que signifie l’emploi du temps de la vice-présidente et son travail, la possibilité de réélection à l’Assemblée nationale s’étant rapidement éloignée en raison d’une concurrence locale. La perspective d’être candidate à la mairie de la ville préfecture où elle réside et travaille a eu rétrospectivement des effets sur l’agenda. Le 21 novembre 2011, elle annonce qu’elle est candidate à l’investiture du PS pour être tête de liste lors des élections municipales de mars 2014. Dès lors, c’est moins la vice-présidente que l’élue locale, candidate au leadership municipal, qui communique sur son agenda. Cet événement ne bouleverse pas totalement le contenu de l’emploi du temps de la vice-présidente. Mais la part du travail de mobilisation du territoire augmente sensiblement – de 26 à 30 % – dans son planning officiel. Comme le soulignent les observations portant sur la seconde semaine de janvier 2012 et sur le 25 mai de cette même année, ce temps de travail préparatoire aux élections municipales ne cesse dans les faits d’augmenter, même si l’agenda n’en rend que partiellement compte. Le mandat régional devient un tremplin pour les municipales. L’agenda témoigne de la conversion de l’élue régionale à la candidature édilitaire, même si cet outil de l’institution régionale ne peut tout à fait devenir l’instrument d’une recomposition d’un rôle politique programmé à un autre échelon de l’appareil politico-administratif.

Notes

1  W. Genieys, « Le leadership vu du territoire. Pour une sociologie de l’action politique des élus locaux », ouvr. cité.

2  A.-C. Douillet et C. Robert, « Les élus dans la fabrique de l’action publique locale », Sciences de la société, no 71, 2007, p. 3-26.

3  Voir chap. 4 supra. Les périodes choisies pour les « plongées » qualitatives renforcent sans doute cette impression : situées à la fin de la séquence d’observation (janvier et mai 2012), elles sont également proches d’échéances électorales nationales importantes (élections présidentielle et législatives d’avril, mai et juin 2012), mais aussi, à plus long terme, de rendez-vous électoraux locaux sur lesquels l’élue s’est positionnée (élections municipales de mars 2014).

4  M. J. Edelman, The Symbolic Uses of Politics, Urbana, University of Illinois Press, 1985.

5  La diminution de 30 % du volume horaire des déplacements durant la deuxième année est, comme cela a déjà été expliqué, moins liée à l’accélération effective de la vitesse des voitures de la région qu’à une forme de « négligence » progressivement installée des « agendeuses » n’enregistrant plus la durée exacte planifiée des trajets dans l’agenda (1 heure 30), mais le volume horaire standard proposé par le logiciel par défaut, à savoir trente minutes ou une heure.

6  La répartition spatiale des acteurs rencontrés montre encore un relatif équilibre dans la ville préfecture comme dans les communes du département, entre élus, fonctionnaires, militants, publics et entrepreneurs, après les responsables associatifs dominants. Dans la capitale et dans les autres villes de la région, les élus restent les interlocuteurs principaux de la vice-présidente, juste avant les fonctionnaires. Ailleurs, ce sont principalement des agents administratifs avec lesquels différents déplacements conduisent l’élue à dialoguer dans le cadre des compétences de sa délégation.

7  L’agenda ne restitue pas l’important travail de management des équipes de travail à l’Hôtel de Région, comme à l’antenne régionale dans sa ville de résidence, ainsi que de ses fidèles partisans. La rareté relative dans l’agenda des actions de contrôle de l’appareil partisan, pourtant localement complexe et en proie à des conflits, souligne la dimension stratégique et l’indispensable secret qui entoure cet espace d’activité, d’ailleurs largement « géré » par téléphone.

8  Les élections régionales suivant celles de 2010 devaient initialement être remplacées par des élections « territoriales » et avoir lieu en 2014. L’abrogation de la réforme avait été promise en 2012 par le PS. Elle eut lieu en 2013 et les élections régionales furent reportées à 2015.

Table des illustrations

Titre Figure 28. Mail adressé à la presse reproduisant l’agenda de la semaine du 14 au 18 février 2011
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Tableau 37. Détail de l’emploi du temps de la semaine du 14 au 20 février 2011 (61 heures 00)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
Titre Figure 29. Jeux de rôles (% du volume horaire)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 30. Répartition journalière des types de rôles politiques : volumes horaires moyens sur 24 mois
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Figure 31. Action publique et travail du territoire électoral dans la semaine no 2 de 2012
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Figure 32. Répartition des types d’activités politiques (vendredi 25 mai 2012)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Figure 33. Répartition minutée des types d’activités politiques (vendredi 25 mai 2012)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Tableau 37. Progression trimestrielle des entrées d’agenda et des volumes horaires entre l’année 1 et l’année 2
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 34. Progression mensuelle du volume horaire d’activité de l’élue sur 2 ans
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Tableau 38. Fréquence, volume horaire et durée moyenne par type d’activité
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Tableau 39. Fréquence, volume horaire et durée moyenne par type d’activité politique
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Tableau 40. Fréquence, volume horaire et durée moyenne des grands types de secteurs
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Figure 35. Progression des fréquences, volumes horaires et durées moyennes des types de secteurs entre l’année 1 et l’année 2
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Tableau 41. Fréquence, volume horaire et durée moyenne par type de rôle
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Tableau 42. Les vingt communes les plus fréquentées dans le cadre de l’activité politique
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Figure 36. Cartographie des déplacements de l’élue enregistrés dans l’agenda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Figure 37. Répartition quotidienne des espaces d’action politique (% du volume horaire moyen sur 24 mois)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 38. Répartition des types de compétences par types de communes (% du volume horaire moyen sur 24 mois)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Figure 39. Progression comparée de la répartition géographique du volume horaire de l’activité politique
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Figure 41. Courbe de l’intensification du travail politique du territoire (24 mois)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6998/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540