Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au quotidien

 | 
Laurent Godmer
, 
Guillaume Marrel

Chapitre V

L’emploi du temps politique d’une vice-présidente « exemplaire »

Texte intégral

« La vie cénobitique est surtout une scansion horaire intégrale de l’existence, où à chaque moment correspond un office – prière, lecture ou travail manuel. »
(Giorgio Agamben, De la très haute pauvreté. Règles et forme de vie, Paris, Payot & Rivages, 2011, p. 35.)

  • 1  Certains travaux sur les exécutifs régionaux distinguent trois figures de vice-président : le régu (...)
  • 2  L. Godmer, Des élus régionaux à l’image des électeurs ?, ouvr. cité.
  • 3  D. Demazière et P. Le Lidec éd., Les mondes du travail politique, ouvr. cité.
  • 4  L. Godmer, « Qui sont les élus régionaux ? Étude comparée Allemagne, Espagne, France. Impératif re (...)

1L’analyse du contenu de l’agenda électronique reflète d’abord l’image d’une vice-présidente exemplaire. La lettre de mission du 30 juillet 2010 signée par le président du conseil régional confie à cette dixième vice-présidente déléguée l’ensemble des compétences relatives à l’aménagement des territoires et aux politiques territoriales et contractuelles. Il s’agit d’une délégation « technique », très encadrée juridiquement, caractérisée par une forte continuité des politiques et où les marges d’initiative sont faibles ; une délégation destinée a priori à une figure de vice-présidente de type « régulateur »1. Les compétences de sa délégation conduisent l’élue à travailler avec la directrice générale adjointe (DGA) du pôle Développement soutenable et stratégies territoriales et ses quatre directeurs, ainsi qu’avec le DGA du pôle Patrimoine régional et éco-mobilité et ses quatre directeurs. L’image de la vice-présidente est très positive auprès des services de la Région et des partenaires, du fait de son expérience, de ses compétences et de son investissement humain et politique dans l’institution régionale. De fait, elle correspond presque exactement au profil idéal-typique des nouvelles élites régionales spécialisées. Ces élus régionaux et, parmi eux, les vice-présidents sont caractérisés par le rajeunissement, la féminisation et la diversification de leur recrutement ainsi que par un haut niveau de diplôme qui les apparente à des « experts » ou des « techniciens » fortement impliqués dans leur mandat2. Bien que toujours inachevée et instable3, leur professionnalisation passe notamment par cette spécialisation. De par leur profil et leur trajectoire, ils incarnent pour maints d’entre eux une certaine modernité politique4. À 41 ans au moment de sa réélection en 2010 à la région, cette jeune femme politique, géographe de formation, est une universitaire reconnue et spécialisée dans l’aménagement du territoire. Elle dispose donc d’une expertise technique au moins équivalente à celle de ses interlocuteurs. Ceux-ci l’ont connue en général lors de son premier mandat de conseillère régionale entre 2004 et 2010, à l’occasion duquel elle a présidé la commission Aménagement du territoire. Membre de la majorité, proche et fidèle du président qu’elle a fréquenté à l’Assemblée nationale, elle ne détient plus aucun autre mandat depuis 2008 et reconstruit toute sa légitimité autour de cette spécialité issue de sa socialisation professionnelle.

  • 5  Voir chap. 2 supra.

2Après l’exploration de sa structure5, la description statistique de l’image de l’emploi du temps fournie par l’agenda électronique personnel de l’élue peut être précisée pour l’ensemble des activités de nature politique. Cette exploration méthodique éclaire la nature du travail politique, le contenu et la part relative des activités qui le constituent, la pluralité des secteurs d’activité fréquentés dans les multiples interactions observées, la diversité des formes de légitimité mobilisées, la variété des interlocuteurs. Elle donne, en un mot, une première lecture de la composition des nombreux rôles endossés par l’élue dans son activité politique quotidienne. Elle objective, sur deux ans d’observation, les premières conclusions tirées du suivi ethnographique de l’élue. Cette observation affinée de l’agenda et de l’emploi du temps montre un effort de rationalisation du temps de travail, qui traduit une certaine professionnalisation de la gestion publique régionale.

Une catégorisation des événements politiques contenus dans l’agenda

3Une fois les saisies inexploitables de l’agenda mises de côté, l’ensemble des entrées triées et les activités personnelles et professionnelles traitées, reste dans la base de données de l’agenda électronique, l’immense majorité des « événements » très divers plus directement rattachés à l’activité politique de l’élue. Pour être lisibles, ceux-ci doivent être classés et catégorisés. Chaque saisie dans l’agenda relie la personne de l’élue à un interlocuteur individuel ou collectif par un type d’événement. L’objet, la date, l’heure et le lieu de cet événement sont normalement précisés, ainsi parfois que l’institution de rattachement de l’interlocuteur, son nom et ses fonctions. Les données disponibles permettent de construire un plan de lecture standard des entrées politiques dessinant les jeux de rôles quotidiens constitutifs du travail politique.

4Pour chacune des 2 081 entrées de l’agenda concernant l’activité politique de l’élue, il est d’abord possible de définir un type d’événement ou d’interaction : s’agit-il d’un rendez-vous, d’une réunion, d’une cérémonie, d’une action collective ? Les données disponibles conduisent ensuite à catégoriser les qualités de l’interlocuteur, le secteur d’activité dans lequel il intervient (le rendez-vous concerne-t-il l’aménagement du territoire, la cohésion sociale, la culture, ou encore la vie de l’assemblée régionale ?), sa nature institutionnelle (s’agit-il d’une association, d’une collectivité locale, d’un établissement public ou encore d’une entreprise ou d’un média ?) et les fonctions des personnes effectivement rencontrées (acteurs associatifs, élus locaux, journalistes, militants ou cadres du parti, etc.).

Figure 16. Schéma d’analyse des entrées politiques de l’agenda

Figure 16. Schéma d’analyse des entrées politiques de l’agenda

5Pour chaque événement, il est en outre possible de reconstituer l’identité de l’élue dans l’interaction. Autrement dit, l’institution au nom de laquelle elle intervient (la délégation régionale, le bureau exécutif de l’assemblée, l’Établissement public foncier régional, le parti...), ou encore la « casquette » et la fonction qu’elle occupe alors, ainsi que le cadre de compétences d’action publique (compétences de la délégation, de l’institution régionale, compétences extrarégionales...) qui légitiment sa présence, à ce moment précis, dans le cadre de cette interaction. Pour chacune de ces catégories, les précisions temporelles offrent la possibilité d’effectuer des répartitions de la fréquence et des volumes horaires globaux sur l’ensemble de la période, en valeur absolue ou en moyenne, à partir de découpages mensuels et hebdomadaires. L’identité plus ou moins précise des interlocuteurs et les coordonnées temporelles et spatiales de chacun des événements politiques autorisent encore des analyses plus pointues du réseau social et politique de l’élue, des logiques de couverture des territoires qu’elle administre, qu’elle représente ou qu’elle brigue dans la perspective d’autres élections, et enfin des dynamiques identifiables sur les deux premières années de ce mandat exécutif régional. Chaque événement peut in fine être associé à une typologie de l’ensemble des rôles qu’elle est susceptible de jouer sur les différentes scènes de son activité politique (administrer, plaider, représenter, mobiliser...).

Tableau 30. Schéma analytique général de l’agenda

Tableau 30. Schéma analytique général de l’agenda

6Ce travail de catégorisation passe par une interprétation des informations disponibles dans chacune des saisies des « agendeuses ». Nous avons fait le choix d’une catégorisation inductive, partant de l’immense diversité des interactions possibles d’une élue avec la réalité socio-économique et politique de son territoire. À la manière d’un entomologiste, chaque « événement » a été répertorié et classé, à partir des « libellés indigènes » et en connaissance des principes et des logiques de la production de l’agenda. Cette ambitieuse catégorisation de la vie quotidienne et des occupations qui rythment la journée de l’élue se heurte souvent à la difficulté d’identifier la nature réelle de l’événement, mais aussi de coder un événement sous une seule modalité. Pourtant, la plupart des actions politiques renvoient à plusieurs finalités, à une diversité de logiques et de contraintes, à une pluralité d’institutions et d’interlocuteurs et à une infinité de postures stratégiques fondées le plus souvent sur la dissimulation des intentions. Le manque d’information sur le rôle précis joué par l’élue dans les interactions planifiées complique fréquemment la catégorisation. L’interprétation du « sens » de la relation, la « direction » d’un rendez-vous (est-ce l’élue qui reçoit ou l’interlocuteur qui invite ?) constitue encore une autre difficulté. Nonobstant ces obstacles à une clarification objectiviste de l’activité, ces entrées catégorisées peuvent donner lieu à des comptages significatifs et à des croisements analytiques.

Le travail politique dominé par les réunions et les rendez-vous

  • 6  Mais les mesures qui suivent intègrent également les entrées « déplacements » de l’agenda qui reli (...)

7Sur la période observée, l’élue passe la moitié de son temps de travail politique en réunion et en rendez-vous. Onze grands types d’événements de nature politique ont en effet été recensés6. Sur les vingt-quatre mois étudiés, les trois quarts des saisies de l’agenda politique sont des réunions (24,5 %), des déplacements (19 %), des rendez-vous (19 %) ou des cérémonies (13,5 %). L’activité de l’élue se concentre pour l’essentiel sur ces quatre premiers types d’activités. Mais en volume horaire, les réunions arrivent largement en tête des occupations. Le métier d’élue consiste pour plus du tiers du temps à assister à ces rassemblements institutionnalisés et planifiés, très divers, regroupant un nombre très variable d’acteurs. L’élue consacre ainsi près de 38 % de son temps, soit 1 248 heures 30 en deux ans, à d’innombrables réunions aux libellés nuancés, en conseil d’administration, de délégation, inter-délégation, de perfectionnement ou fédéral, en assemblée générale ou plénière, en commission thématique aménagement du territoire, emploi, développement, femmes, risque inondation..., mixte, d’étude et de travail ou permanentes, en comité de pilotage, de suivi stratégique, de programmation, de bassin, de campagne, de ligne, des tutelles, territorial de concertation, d’agrément, local, départemental, directeur, financeur ou syndical, ou encore en réunion préparatoire, intersection, de crise, de travail ou d’information, du bureau exécutif ou fédéral et autres séminaires (interrégional, de recherche, etc.). La réunion est un événement long de deux heures en moyenne. Elle occupe une fois et demi plus de place dans l’emploi du temps que dans l’agenda électronique de l’élue.

Tableau 31. Fréquences et volumes horaires des types d’événements politiques

Tableau 31. Fréquences et volumes horaires des types d’événements politiques

Figure 17. Part des types d’événements dans l’emploi du temps (% du volume horaire)

Figure 17. Part des types d’événements dans l’emploi du temps (% du volume horaire)

8Moins longs en moyenne (56 minutes), les déplacements arrivent en deuxième position dans l’agenda de l’élue (19 %) comme dans l’emploi du temps, mais pour seulement 14 % du volume horaire. Leur importance est notamment due à l’éloignement géographique de la circonscription électorale de la vice-présidente avec l’Hôtel de Région (100 km).

  • 7  Sur l’importance de l’aspect extérieur des représentants, voir notamment F. Jannic-Cherbonnel, « J (...)

9En troisième place arrivent les « rendez-vous » qui occupent 19,2 % de l’agenda (493 heures sur vingt-quatre mois), mais seulement 11,9 % du temps, avec une durée moyenne de 47 minutes, soit 393 heures sur toute la période. Interaction de type classique, le rendez-vous apparaît le plus souvent tel quel dans l’agenda, mais peuvent y être associés les événements labellisés « café », « rencontres » ou « cadrage » et suivis du patronyme d’une ou plusieurs personnes. Les rendez-vous sont parfois préparatoires à un conseil ou un comité, à une délibération. Dans une minorité de vingt-deux cas, l’agenda précise le caractère téléphonique du rendez-vous. En ne restituant que les plus anticipées, le dispositif de planification de l’agenda sous-estime largement ces interactions à distance. En tous cas, la programmation des innombrables appels téléphoniques prévus plus ou moins longtemps à l’avance échappe le plus souvent à l’agenda. Les huit dixièmes des rendez-vous sont des face-à-face qui ont lieu dans le bureau de l’élue à l’annexe régionale de sa ville de résidence avec divers acteurs associatifs et politiques locaux ou encore quelques particuliers pour des sollicitations multiples. Une autre minorité de vingt-cinq rendez-vous qualifiés de « personnels » sont recensés parmi les « événements politiques » dans la mesure où ils sont mentionnés dans l’agenda de l’élue en représentation. Ils correspondent à l’activité d’entretien physique et esthétique (coiffeur, esthéticienne, contrôle médical de routine...)7.

10Les cérémonies constituent le quatrième bloc temporel de l’élue. Près de 14 % de l’agenda y sont consacrés, et 11,5 % du temps effectif de représentation. La cérémonie est définie ici comme une manifestation publique ou une réception comportant un caractère officiel et plus ou moins solennel ou festif. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une inauguration ou d’une clôture de manifestation, d’un dépôt de gerbe, de cérémonies des vœux, d’une remise de prix ou de diplômes, de soutenances, d’un apéritif, d’un anniversaire ou d’un meeting. Mais l’élue participe aussi régulièrement, à titre politique, à des signatures, des décorations, des intronisations, des défilés, des arbres de Noël et des galettes des rois, en encore des mariages et des obsèques. L’accueil d’une personnalité politique nationale ou la visite d’un ministre est de même l’occasion d’une cérémonie publique. Un vote en section dans le cadre partisan peut être associé à cette même catégorie d’action. Ces événements sont toujours l’occasion de paraître publiquement, de manifester un soutien par la présence physique plus ou moins active, de faire montre de l’activité de représentation. D’une durée moyenne de soixante-six minutes, les cérémonies accaparent moins de temps (382 heures) que dans l’agenda partagé.

11Le quart du temps politique de l’élue restant est partagé en huit autres types d’activités. Les repas de travail et les manifestations publiques constituent deux postes secondaires importants dans l’occupation de l’agenda et du temps. Les premiers, moins de 7 %, sont au nombre de 172 et occupent 253 heures 30 pendant les deux ans observés. D’une durée de 1 heure 28 en moyenne, ils consistent la plupart du temps en un déjeuner (83 %), plus rarement un dîner (12 %) ou, plus exceptionnellement encore, en un petit déjeuner ou un café (huit cas). Les manifestations publiques ne représentent que 4,6 % de l’agenda politique (119 cas) mais 6,3 % du temps (209 heures et 44 minutes). Elles se distinguent des cérémonies par leur durée et leur finalité : il s’agit moins de mises en scène démonstratives incluant explicitement des rituels de séparation entre représentants et représentés, que de rassemblements périodiques, promotionnels ou festifs, célébrant le plus souvent des rapports d’équivalence. Généralement, l’élue assiste à une soirée ou passe faire un tour à une journée festive, une fête de quartier, de voisins ou patronale, une opération, une initiative ou un forum associatif, la journée portes ouvertes de telle ou telle institution ou encore une journée de manifestations sportives. On retrouve ici également les marchés de Noël, les tables rondes, les dégustations aux halles du centre-ville et les autres manifestations gastronomiques locales, les lotos, kermesses et manifestions de jeunesse. Les soirées électorales du parti, les manifestions de mobilisation électorales sont de même classées dans cette catégorie.

12Le reste des activités plus secondaires ne dépasse pas 3 à 4 % du temps de l’élue. Cette dernière assiste ainsi plus rarement à des débats publics : 3,3 % et 109 heures de travail sur la période analysée. Ceux-ci consistent le plus souvent en des conférences-débats de nature politique ou des réunions publiques locales avec des usagers, mais aussi des cafés citoyens, des projections-débats, des forums. On retrouve également ici les quatorze colloques scientifiques et parascientifiques auxquels l’élue assiste en deux ans, et dont elle assure parfois l’ouverture ou la clôture, en tant que vice-présidente, à la frontière entre ses compétences professionnelles et ses responsabilités politiques. Les contacts avec les médias sont au nombre de 112 et correspondent à 97 heures et 3 % du temps de travail. Ils réunissent l’ensemble des interactions de l’élue avec la sphère médiatique, qu’il s’agisse des cinquante-cinq conférences de presse, des trente-deux interviews données, ou encore des séances de mise en scène médiatique de l’image de l’élue chez le photographe et de leur préparation et des rencontres avec divers journalistes planifiées dans l’agenda à l’occasion d’un café, d’un repas ou d’un coup de téléphone. L’élue consacre encore 2,5 % de son temps de travail planifié et 83 heures à des spectacles. À soixante-quatorze reprises, l’agenda précise l’horaire d’une représentation, le plus souvent d’arts vivants : théâtre, musique ou danse contemporaine (cinquante-cinq). Mais sont également recensées ici les rencontres sportives et autres « matchs événements » (treize), plus rarement des parades ou des shows aériens. Planifié dans l’agenda, le troisième débat télévisé des Primaires socialistes de l’automne 2011 est de même répertorié dans cette catégorie d’action. Le métier politique suppose encore de réaliser des visites de sites, d’établissements, de territoires ou d’expositions, sans que cela ne soit toutefois trop chronophage, comme l’attestent les 41 occurrences dans l’agenda de l’élue et les 53 heures 30 auxquelles celles-ci correspondent. De manière plus surprenante, la participation de l’élue à des actions collectives ne représente que 0,5 % de son temps de travail politique, avec sept manifestations de revendication, cinq opérations de tractage électoral et trois porte-à-porte planifiés dans le cadre des campagnes de mobilisation. Enfin, le travail de bureau semble ne pas être rigoureusement anticipé, tant il fait rarement l’objet d’une réservation horaire précise : cinq occurrences et seulement 0,2 % du temps. Il se déploie vraisemblablement dans les interstices de l’agenda, dans la « voiture-bureau » ou à l’occasion des moments de repos, le week-end ou en soirée. Sont classées ici les seules quatre plages horaires réservées dans l’agenda à la signature des parapheurs, témoignant de même de l’inutilité de la planification de cette tâche quasi permanente dont la réalisation peut occuper une part importante des temps morts.

  • 8  Sur l’année test complète de 2011, on observe que l’activité de réunion la plus chronophage (52 he (...)

13L’agenda trahit une répartition de ces activités politiques dans le temps et laisse entrevoir une certaine saisonnalité des types d’interactions à l’échelle de l’année et de la semaine8. La répartition hebdomadaire moyenne sur les vingt-quatre mois observés reflète le rythme de travail de la « semaine-type ». Elle montre que les réunions se déroulent surtout les lundis et vendredis et, dans une moindre mesure, les mardis et jeudis, quand la vice-présidente se déplace à l’Hôtel de Région, alors que les rendez-vous sont répartis plus équitablement sur les lundis, mardis, jeudis et vendredis, de la même manière que les repas de travail. Le poids des cérémonies s’intensifie les jeudis, vendredis et surtout les samedis et dimanches, lorsque l’élue est en circonscription, tout comme les manifestations publiques et les spectacles. Les débats publics se déroulent le plus souvent les jeudis ou vendredis. Les contacts avec les médias sont répartis sur les mardi, jeudi et vendredi.

Figure 18. Répartition journalière des types d’activités politiques : volumes horaires moyens sur 24 mois

Figure 18. Répartition journalière des types d’activités politiques : volumes horaires moyens sur 24 mois

14Les douze grands types d’interactions politiques repérés dans l’agenda de l’élue permettent une première description générale de la structure du temps. La nomenclature proposée ici pourrait être resserrée, les visites et les spectacles n’étant d’une certaine manière que des formes particulières de cérémonies, les repas de travail, des réunions particulières. En complétant ce premier découpage des temps de travail par type d’interaction avec les informations associées aux interlocuteurs rencontrés, l’analyse permet de préciser la structure de l’emploi du temps spécifiquement politique de l’élue.

Le poids du pilotage de la délégation dans l’emploi du temps

15La répartition des entrées politiques de l’agenda par « secteurs d’activité » est obtenue à partir de l’identification de l’interlocuteur de l’élue sur chaque événement. Elle repose sur une catégorisation inductive et un classement en douze grands champs d’activité, renvoyant eux-mêmes aux deux principaux champs de l’activité politique : l’espace de l’action et des politiques publiques (policies), d’une part, et l’espace de l’action politique, de la mobilisation électorale, de la vie partisane et du métier d’élue (politics), d’autre part.

16L’action publique et le pilotage des politiques publiques dominent largement l’agenda de la vice-présidente : elles représentent 75 % des entrées de son agenda et 72 % de son temps. La représentation et la mobilisation politique au sens large ne représenteraient que 25 % de l’agenda et près de 28 % du temps planifié. Les trois quarts de son temps, l’élue gère ainsi des dossiers individuels ou collectifs avant tout liés au secteur de l’aménagement du territoire (foncier, eau, énergie, risques, parcs naturels, transports, etc. : 30,6 %), mais aussi des dossiers rattachés aux secteurs plus transversaux de la cohésion sociale (action sociale, politique de la ville, emploi et insertion, enfance, délinquance, logement, santé, éducation populaire, etc. : 12,3 %), de la culture et des arts (spectacles vivants, arts plastiques, danse, cinéma, etc. : 11,3 %), du développement économique (industrie, artisanat, agroalimentaire, BTP, hôtellerie, restauration, tourisme, etc. : 8,9 %), de l’enseignement et de la formation (5,1 %), du sport (2,8 %) et de la défense de causes diverses (droits des femmes, droits des homosexuels, antiracisme, lutte contre le harcèlement, etc.).

Tableau 32. Fréquences et volumes horaires des types de secteurs politiques

Tableau 32. Fréquences et volumes horaires des types de secteurs politiques

Figure 19. Part des types de secteurs dans l’emploi du temps (%)

Figure 19. Part des types de secteurs dans l’emploi du temps (%)

17Le quart du temps de l’élue restant est consacré selon l’agenda aux multiples autres activités du mandat ne concernant pas directement un secteur d’activité de la société, mais davantage centrées sur les obligations du métier. La vie politique locale occupe d’abord l’élue à hauteur de 13 % autour des mobilisations électorales d’abord, de la vie du parti politique ensuite, et enfin autour des diverses relations avec les institutions territoriales. Près d’un dixième du temps est encore consacré à la vie de l’institution régionale, autrement dit aux activités des instances exécutives et législatives auxquelles l’élue appartient, en dehors de sa délégation à l’aménagement du territoire, mais aussi aux événements divers qui ponctuent et animent la vie collective de l’institution. Le troisième poste correspond pour 3 % à l’ensemble de ce que nous nommons ici des « actions de représentation », soit la production et l’entretien esthétique et médiatique de la propre image de l’élue ou la gestion de son équipe locale. Reste enfin l’ensemble des cérémonies liées au champ de la mémoire et des honneurs qui occupent 1,4 % du temps de l’élue en représentation (commémorations, décorations, remises de prix...) et les occupations associées plus ou moins étroitement à l’animation associative et syndicale du territoire (1,1 %).

  • 9  La ventilation mensuelle des contacts de l’élue avec les différents secteurs d’activité montre une (...)

18Si l’on étudie cet agenda au niveau de la semaine, on observe que si le secteur de la délégation à l’aménagement du territoire occupe généralement l’essentiel du temps de travail des lundis, jeudis et vendredis, les autres secteurs des politiques publiques de la cohésion sociale, de la culture et du développement économique dont s’occupe également l’élue, de manière plus marginale, sont bien répartis sur les six premiers jours de la semaine9. Il s’agit là moins de piloter et d’administrer dans le champ d’expertise de l’élue chargée d’une délégation particulière, que de consulter, recevoir, délibérer et débattre sur les compétences générales du conseil régional et plus largement sur l’ensemble des champs de l’action publique locale à laquelle participe toute élue locale, en tant que représentante des territoires et des groupes sociaux et professionnels qui y résident.

19De même, le temps consacré à la vie politique locale dans le cadre du métier est globalement équilibré sur toute la semaine, dimanche compris, avec une intensification le jeudi, alors que la vie de l’assemblée régionale ne mobilise l’élue que le lundi et le vendredi.

Figure 20. Répartition journalière des secteurs d’activité : volumes horaires moyens sur 24 mois

Figure 20. Répartition journalière des secteurs d’activité : volumes horaires moyens sur 24 mois

20Le croisement des types d’événements politiques et des deux grands espaces d’intervention montre une certaine spécialisation des interactions de l’élue entre les différents réseaux d’action publique territorialisés et le milieu politique local. Si certains événements sont presque exclusivement liés à un secteur d’action publique particulier, comme les spectacles avec la culture et les arts, ou encore les visites avec l’aménagement du territoire, l’enseignement ou le développement économique, d’autres interactions concernent plus spécifiquement les obligations du métier politique, comme l’action collective qui renvoie surtout à la vie politique locale. Les contacts avec les médias sont très équitablement partagés entre la communication sur le pilotage de l’action publique et celle qui porte sur l’entretien d’une certaine notoriété ou les mobilisations électorales. Les occupations les plus nombreuses et chronophages que sont les réunions, les rendez-vous et les cérémonies restent dominées de 70 à 80 % par l’action publique.

Figure 21. Répartition des types d’activités entre Action publique et Métier politique (% du volume horaire)

Figure 21. Répartition des types d’activités entre Action publique et Métier politique (% du volume horaire)

21Ces observations soulignent la fragilité de la distinction entre la gestion des politiques publiques et le travail de représentation et, partant, la difficulté de la catégorisation : le temps de l’agenda consacré aux spectacles est comptabilisé comme du temps d’interaction avec le milieu artistique du théâtre, de la musique et de la danse ou bien du sport pour les matchs et, à ce titre, confondu avec le pilotage ou l’administration des politiques territoriales. Mais lorsque l’élue accepte une invitation à une représentation théâtrale ou à une rencontre sportive le plus souvent en soirée, outre le divertissement qu’elle peut simplement apprécier à titre personnel, elle cherche surtout à s’afficher et apparaît aux yeux du milieu professionnel et associatif local ainsi qu’à ceux des publics qui la côtoient alors. L’événement « assister à un spectacle » est bien davantage de la représentation nécessaire au métier, l’entretien d’une image publique, qu’un acte de gestion ou de pilotage en direction du secteur.

22Néanmoins, l’étude souligne le poids du pilotage de la délégation et de la gestion publique en général dans le volume des activités planifiées par l’agenda de la vice-présidente. L’analyse des grands secteurs d’activité invite ensuite à rechercher les formes de légitimité dont l’élue dispose et qui justifient l’initiative de son intervention ou le fait qu’elle soit sollicitée.

Compétences institutionnelles et formes de légitimité : une élue généraliste

23L’agenda observé est celui d’un acteur social aux multiples profils socio-biographiques, professionnels, politiques, etc., mais dont l’identité principale – à l’origine de l’outil – demeure fondée sur le mandat de conseiller régional et sur sa fonction de vice-présidente chargée de l’aménagement des territoires. Cette fonction principale détermine de fait l’essentiel des interactions enregistrées dans son agenda. Elle dissimule d’ailleurs une variété de sous-fonctions adjacentes liées à son statut d’élue régionale, à sa participation au bureau de l’assemblée, etc. Mais bien qu’orienté par la fonction dominante de l’actrice à laquelle il est lié, l’agenda reste un outil compilateur, un instrument panoptique de contrôle personnel des temps multiples à harmoniser. Il juxtapose donc des interactions aux motivations distinctes et trahit les diverses formes de légitimité qui autorisent l’élue à recevoir, paraître, intervenir ou piloter.

24L’élue agit d’abord en fonction des compétences institutionnellement reconnues comme propres à la collectivité locale dont elle est l’une des représentantes. Un peu moins de 25 % du temps de l’élue consiste en la reproduction du métier politique et ne mobilise donc pour ainsi dire aucun secteur particulier de la société. En revanche, les trois quarts du volume horaire occupé par les 2 081 entrées politiques validées dans l’agenda font référence à une compétence d’action publique précise, qu’elle soit spécifiquement régionale ou réglementairement affectée à une autre collectivité. Pratiquement 25 % des volumes sont ainsi consacrés au champ strictement défini dans la région étudiée de la délégation à l’aménagement du territoire, aux politiques territoriales et contractuelles de cette vice-présidente.

Tableau 33. Répartition des compétences régionales dans la collectivité étudiée

Tableau 33. Répartition des compétences régionales dans la collectivité étudiée

Source : Édouard Balladur, « Il est temps de décider ». Rapport au Président de la République, Paris, Comité pour la réforme des collectivités locales, La Documentation française, 2009.

25La grande majorité du temps renvoie ensuite aux autres compétences régionales réparties dans d’autres délégations que celle de l’élue : 48,2 % du temps de travail politique. On y observe cependant des sous-secteurs de l’aménagement du territoire tels que définis au plan national, mais qui se retrouvent répartis en plusieurs délégations dans le territoire observé (massifs alpins, mer, pêche, littoral, agriculture et forêt, etc.), de même que l’ensemble des actions de l’élue engagée en direction des secteurs de compétences adjacents à l’aménagement (environnement, foncier, parcs, transport, etc.), pour un total de 9 %. Parmi les autres compétences régionales, les plus chronophages pour l’élue sont, dans l’agenda, la cohésion sociale (11 %), la culture (10 %) et le développement économique (8 %). L’enseignement secondaire ne compte que pour 5 %, le sport 3 % et la lutte contre les discriminations 1 %. Enfin, l’élue ne consacre que 2 % de sa disponibilité à d’autres champs de compétences extrarégionales comme l’action sociale locale, le handicap et la dépendance ou encore l’enseignement primaire.

Figure 22. Répartition des types de compétences par types d’activités (% du volume horaire)

Figure 22. Répartition des types de compétences par types d’activités (% du volume horaire)

26La répartition des activités par type de compétence montre que le temps consacré à la délégation de la vice-présidente est principalement occupé en réunions de pilotage, rendez-vous ou repas de travail. Les autres compétences régionales sont abordées de manière plus diversifiée, puisque, outre les réunions et les rendez-vous majoritaires, s’y ajoutent des cérémonies, manifestations publiques et autres spectacles. Les compétences extrarégionales donnent lieu, pour leur part, à une répartition moins diversifiée où dominent encore les réunions et les rendez-vous, mais aussi les cérémonies et les débats publics. En dehors des compétences de politiques publiques, le métier politique quant à lui consiste essentiellement en réunions ou repas de travail, en cérémonies et contacts avec les médias.

Figure 23. Répartition des types d’activités par types de compétences (% du volume horaire)

Figure 23. Répartition des types d’activités par types de compétences (% du volume horaire)

27Les compétences institutionnelles au nom desquelles l’élue remplit son agenda permettent de préciser encore les « casquettes » qui se succèdent sur la tête de la représentante et finalement la légitimité sur le fondement de laquelle elle intervient, que ce soit dans les divers domaines de l’action publique ou dans l’animation de la vie politique locale. On peut identifier en effet douze « casquettes » différentes qui fondent l’enregistrement d’un événement dans l’agenda de l’élue. Leur représentation en volume horaire montre que l’essentiel du temps de travail politique de l’élue (84 %) est étroitement lié à l’institution régionale. L’élue agit d’abord en sa qualité de conseillère régionale en consacrant plus de 36 % de son temps à intervenir de diverses manières dans le cadre de l’ensemble des compétences élargies de la région en dehors de sa délégation, mais parfois aussi à la frontière de celle-ci. Elle occupe ensuite son temps politique comme présidente de la délégation à l’aménagement du territoire (34 %) à administrer et piloter les divers dispositifs dont elle a la charge. Cinq autres sous-statuts liés à son mandat régional légitiment encore son agenda. La représentation officielle du président du conseil régional dans diverses cérémonies, comme membre du bureau de l’exécutif et le plus souvent sur son territoire politique occupe 4 % de son temps de travail. Ces événements peuvent concerner divers secteurs. Sa qualité de membre du bureau de l’assemblée et de membre de l’exécutif régional donne lieu à diverses interactions spécifiques avec ses homologues, le directeur général des services (DGS) et le cabinet (réunion, rendez-vous, cérémonies, etc.) pour 3 % de son emploi du temps et encore une fois sur divers dossiers, pour le pilotage global de la région, comme sur certains points précis de sa délégation ou de sa circonscription électorale. Elle intervient encore à hauteur de 3 % de son budget temps en sa qualité de présidente de l’EPFR (Établissement public foncier régional), par délégation du président de région, associé à la présidence de sa délégation, dans un domaine stratégique. Le fait d’appartenir à la majorité au sein de son hémicycle l’occupe pour 2,5 % de son temps politique en réunions de groupe et autres séminaires de la majorité. Enfin, le simple fait d’être membre de l’assemblée justifie 0,5 % de son temps de travail, en activités marginales de représentation non comptabilisées sous ses autres casquettes.

Figure 24. Les « casquettes » : la légitimité de l’élue dans l’interaction (% du volume horaire)

Figure 24. Les « casquettes » : la légitimité de l’élue dans l’interaction (% du volume horaire)
  • 10  F. Matonti, « Sur scène et en coulisses. Contribution à l’analyse du rôle du Premier ministre sous (...)

28À distance de l’assemblée régionale et de ses fonctions dans ce cadre et en son nom sur le territoire, l’élue dispose d’autres casquettes associées à ses multiples identités : elle est d’abord membre d’un parti et, à ce titre, occupe près de 10 % de son temps de travail politique en réunions et rendez-vous avec d’autres cadres du parti ou des militants, et en actions de mobilisation auprès des électeurs. Localement, son mandat régional l’autorise ensuite à intervenir, dans le cadre des compétences extrarégionales, départementales, communales ou intercommunales, pour 2 % de son temps. Trois « identités » plus marginales complètent enfin la tableau et l’agenda : son statut d’élue locale en représentation, que ce soit face aux médias, à l’attention de divers publics et lors de cérémonies mémorielles (2,2 %), son statut d’entrepreneur politique et le temps qu’elle consacre à la gestion des coulisses10 de ce travail de représentation (1,4 %), ses engagements militants enfin, et la part de son emploi du temps qu’elle accorde à l’affichage de son soutien à telle ou telle cause (1,1 %).

29La sous-représentation des identités politiques extrarégionales dans l’agenda et du temps que l’élue consacre à l’exercice de son unique mandat électif peut témoigner à la fois d’un usage très professionnel de cet instrument de planification assez strictement réduit à son métier de vice-présidente, mais aussi d’un exercice effectivement très consciencieux de l’emploi du temps et de sa mission au service de la région, à bonne distance des intrigues et des manœuvres notabiliaires et partisanes du pouvoir local. Comment ces usages du temps politique peuvent-ils être précisés par l’analyse plus précise des interlocuteurs de l’élue ?

Interlocuteurs institutionnels et réseau des contacts individuels de la vice-présidente

  • 11  On recense précisément six familles d’associations distinctes. Les associations culturelles arrive (...)

30La force de l’investissement de la vice-présidente dans l’administration de l’action publique régionale et de sa délégation en particulier se mesure encore par le biais de l’étude de l’identité des interlocuteurs institutionnels auxquels elle accorde le plus de temps. L’agenda permet d’identifier quatorze types d’interlocuteurs institutionnels différents qui partagent le temps de travail politique de l’élue. Deux types d’institutions dominent largement les interactions que l’élue planifie : les associations et sa délégation à l’aménagement du territoire. Si les associations arrivent en tête avec près de 32 % du temps utilisé11, l’ensemble des institutions et des dispositifs de la délégation à l’aménagement du territoire comptent ensuite pour le quart du volume horaire cumulé sur deux ans. Y figurent les institutions propres à la délégation (conseils de délégation, commission Aménagement du territoire, comités de pilotage, etc. : 3,7 %), mais aussi les réunions de management de l’équipe politique et administrative de la vice-présidente (0,5 %), et surtout d’ensemble des dispositifs mis en place à l’initiative de – et portés par – la délégation sur certains types de territoires ou en lien avec certains événements (8 %). Mais l’essentiel du temps est consacré ici aux dispositifs territoriaux d’aménagement auxquels la vice-présidente doit prendre part au nom des partenariats qui engagent la région (11,6 % : SRADDT, contrats d’axe, contrats de ligne, comités de bassin, syndicats mixtes, plans locaux, groupements d’intérêt public, etc.).

31Deux autres espaces institutionnels sont ensuite représentés à hauteur d’au moins 10 % du temps de l’élue. Le conseil régional comme assemblée et collectivité occupe en premier lieu 14 % du temps hors aménagement du territoire : DGS, cabinet, services, majorité, autres délégations, groupes, élus, Conseil économique, social et environnemental régional (CESER). Avec la délégation, l’ensemble de l’institution régionale est ainsi l’interlocuteur direct principal, du moins l’espace institutionnel d’interlocution, avec d’autres institutions liées au mandat, le plus important, puisqu’y sont consacrés plus de 38 % du temps de travail politique. Les multiples établissements publics directement mobilisés dans une interaction politique comptent ensuite pour près de 10 % (EPA d’enseignement, de formation et de recherche, chambres consulaires, EPFR, EPIC, CCAS, hôpitaux, CAF, etc.).

32Les dix autres institutions se partagent les 15 % du temps de travail restants. Près de 5 % sont consacrés aux dispositifs de mobilisation électoraux déployés à l’occasion des élections cantonales de mars 2011, des primaires socialistes de l’automne, et de la présidentielle de 2012. Pas moins de 4 % du temps sont encore réservés à l’entreprise politique que l’élue représente en elle-même, en actions de communication, de représentation et de gestion des coulisses du métier. Un peu plus de 3 % de l’emploi du temps planifié dans l’agenda sont occupés par le parti politique, et à peine 2 % du temps sont consacrés aux élus du territoire mobilisés en tant que tels dans un rendez-vous ou une réunion. On recense encore 1,8 % accordé aux collectivités locales et aux intercommunalités rencontrées pour elles-mêmes, en dehors des missions de la délégation, et seulement 1,8 % aux sociétés et entreprises à caractère économique du territoire. Les médias ne représentent que 1,4 % du temps de l’élue, les représentants locaux de l’État seulement 0,9 %, les particuliers avec leurs demandes singulières 0,6 % et les syndicats 0,4 %.

Figure 25. Les interlocuteurs institutionnels de la vice-présidente (% du volume horaire)

Figure 25. Les interlocuteurs institutionnels de la vice-présidente (% du volume horaire)

Tableau 34. Détail des types d’institutions fréquentées

Tableau 34. Détail des types d’institutions fréquentées

33La plupart des types d’interlocuteurs institutionnels privilégient un type d’interaction. La délégation, le conseil régional, le parti, les établissements publics et les collectivités locales sont le plus souvent fréquentés lors de réunions. Les élus du territoire et les entrepreneurs privilégient les repas de travail et secondairement les rendez-vous. L’élue entre en contact avec les représentants locaux de l’État et les associations le plus souvent lors de cérémonies ou de réunions. La conférence de presse ou l’interview est le principal mode de fréquentation des médias, mais l’élue les rencontre également lors de cérémonies ou à l’occasion de débats publics. Les particuliers sont reçus en rendez-vous ou en repas de travail. La participation à des actions collectives est le principal mode de contact avec les syndicats.

34L’identification des interlocuteurs non plus institutionnels mais individuels donne une image plus précise du réseau des contacts que l’élue entretient sur ses deux premières années de vice-présidence et qui gravitent pour l’essentiel autour de sa délégation. Douze types d’acteurs individuels ont été répertoriés. Les trois principaux occupent plus des trois quarts de son temps de travail politique : les fonctionnaires, les élus et ensuite les acteurs associatifs.

Figure 26. Types d’interlocuteurs de l’élue (% du volume horaire)

Figure 26. Types d’interlocuteurs de l’élue (% du volume horaire)

35L’élue consacre tout d’abord plus de 25 % de son agenda à des rencontres avec d’autres élus, des homologues de l’assemblée régionale prioritairement (19 %), mais aussi des élus municipaux et cantonaux (5,5 %) et plus rarement des personnalités politiques nationales (0,5 %). Les fonctionnaires des services des collectivités et des établissements publics représentent 22,5 % de son temps, mais il faut y ajouter 10,2 % du temps durant lequel des agents publics titulaires accompagnent les élus dans les rencontres avec la vice-présidente. Les acteurs associatifs représentent ensuite 24,5 % de son planning. La fréquentation des militants compte pour 9 % du volume horaire. Les 20 % restants sont partagés entre huit autres types d’acteurs : des publics anonymes pour 5 %, des entrepreneurs pour 4 %, des journalistes pour 3,2 %, les divers membres de son équipe pour 2,3 %, divers experts et universitaires pour 1,5 %, elle-même dans le cadre de l’entretien de l’image de son « entreprise politique » pour 1,1 % de son temps de travail, des électeurs directement pour 0,7 % et des particuliers pour 0,5 %.

Tableau 35. Détail des types d’interlocuteurs fréquentés

Tableau 35. Détail des types d’interlocuteurs fréquentés

36Les données de l’agenda permettent également de préciser le nombre d’interlocuteurs de l’élue pour chacune des interactions dans lesquelles elle est engagée. L’observation montre que le travail politique consiste avant tout à interagir avec un groupe d’individus ou à s’adresser à une foule. Cinq situations sont en effet identifiables :

1) L’élue est absolument seule « dans » l’événement qu’elle a planifié dans son agenda, mais cette situation est rare et ne représente qu’un centième du temps de travail, l’agenda servant par définition à l’organisation de « rencontres » ;

2) L’interaction est un « face-à-face » entre l’élue et une seule autre personne (12 %) ;

3) L’interaction rassemble de deux à cinq personnes en petit comité autour de l’élue (13 %) ;

4) L’élue interagit avec ou à l’intérieur d’un groupe de plus de cinq personnes identifiables (46 %) ;

5) L’élue se trouve face à ou au milieu d’une foule le plus souvent anonyme (28 %).

37Le recoupement de la qualité et du nombre des interlocuteurs montre que la vice-présidente gère les particuliers, les journalistes et les experts principalement en face-à-face. Elle fréquente les élus, les fonctionnaires et les militants en groupe. Les entrepreneurs, les électeurs et les publics anonymes sont rencontrés dans des interactions de foule. De même l’équipe, les fonctionnaires, les militants et les élus locaux sont croisés le plus souvent à l’occasion de réunions. Le public anonyme est fréquenté principalement lors de spectacles, alors que les électeurs sont logiquement la principale cible des actions collectives de mobilisation. Les entrepreneurs sont rencontrés essentiellement dans le cadre de manifestations publiques et les experts davantage lors de débats publics. Les associatifs rencontrent l’élue le plus souvent à l’occasion de cérémonies et les particuliers surtout en rendez-vous.

  • 12  Les noms des chauffeurs de la Région systématiquement indiqués n’ont pas été retenus pour cette me (...)
  • 13  L’agenda n’enregistre de fait pratiquement aucune des innombrables rencontres quotidiennes, routin (...)
  • 14  Le remplacement d’une collaboratrice en janvier 2011 atténue artificiellement la représentation de (...)

38Cependant, il convient de hiérarchiser entre les types d’interlocuteurs en fonction de la fréquence des entrevues répertoriées dans l’agenda. Ce dernier associe fréquemment des patronymes aux actions qu’il planifie pour l’élue, notamment dans le cas des rendez-vous, marquant ainsi le caractère officiel ou institutionnel d’une entrevue ou d’une rencontre. Certaines réunions sont également enregistrées avec une liste de participants, comme le permet le logiciel de saisie. L’analyse peut ainsi se poursuivre par une représentation du réseau des personnalités rencontrées et enregistrées dans l’agenda. En deux ans d’activité, l’agenda compte ainsi exactement 800 entrées « politiques » précisant au moins un patronyme, soit 38,4 %12. Cette représentation ne saurait suffire à rendre compte de la proximité de tel ou tel acteur, groupe social ou institutionnel avec l’élue13. Dans le cadre de ces 800 événements, on recense néanmoins 1 319 interlocuteurs, qui correspondent en réalité à 627 personnes physiques différentes. La fréquence des entrevues institutionnalisées par l’agenda varie de 1 à 39 selon les personnes. L’immense majorité (70 %) n’accède à l’élue qu’une seule fois sur la période. À peine plus d’un quart des personnes la rencontrent entre deux et cinq fois. Les 5 % restants figurent parmi les personnalités reçues ou consultées plus régulièrement. Cette régularité atteint ou dépasse la dizaine de rencontres pour treize personnes seulement. Les tout premiers sont les membres de l’équipe rapprochée de l’élue au sein de sa délégation : les deux collaboratrices directes qui se sont succédé auprès d’elle14 et la secrétaire de la délégation. La structure de l’agenda reflète ici les logiques de sa production : mentionnées comme « organisateurs » de certaines interactions ou comme « participants facultatifs » à un certain nombre de réunions, les membres de l’équipe peuvent être ici surreprésentés dans les actions de l’élue, alors même que les multiples interactions qui les relient quotidiennement à l’élue sont pratiquement absentes de l’agenda.

39Après l’équipe, la première interlocutrice de l’élue reste étroitement attachée à la délégation en la personne de la DGA chargée de la politique des territoires, qui se trouve en troisième position avec vingt-neuf entrevues enregistrées. L’administration de la délégation est encore présente en sixième et treizième position. L’exécutif régional est très bien placé également avec le DGS (quatrième, vingt-quatre rencontres), le membre du cabinet du président chargé de la délégation de la vice-présidente (cinquième, vingt-deux entrevues), le directeur de cabinet (septième, seize rencontres) et son successeur (douzième, neuf rencontres), le président en personne (dixième, douze rencontres) et surtout les quatre autres vice-présidents en neuvième, dixième, onzième et treizième positions. Les personnes les plus fréquemment rencontrées en rendez-vous sont ainsi les interlocuteurs stratégiques d’une vice-présidence pilotée et contrôlée de manière professionnelle. Cela confirme la dimension à la fois technique et politique du travail de ce type d’élu, ces rencontres étant très fréquentes et contrastant avec la masse des rendez-vous individuels isolés de la vice-présidente en circonscription (n = 434). Les acteurs de la circonscription électorale de l’élue sont de fait très minoritaires parmi les premiers cercles des interlocuteurs privilégiés de la vice-présidente. Le premier, un conseiller général, n’arrive qu’en huitième position, avant un député (douzième position) et un président d’office HLM (en treizième position ex-æquo).

Figure 27. Représentation de la fréquence des contacts nominatifs saisis dans l’agenda

Figure 27. Représentation de la fréquence des contacts nominatifs saisis dans l’agenda

Tableau 36. Classement décroissant des types d’interlocuteurs par fréquence des entrevues dans l’agenda

Tableau 36. Classement décroissant des types d’interlocuteurs par fréquence des entrevues dans l’agenda

40L’étude reflète ainsi le fait que si l’élue rencontre un nombre très élevé de personnes, elle concentre aussi ses interactions « principales » sur un nombre très limité d’acteurs qui sont majoritairement liés à la direction du conseil régional. On observe en outre que sur les treize premiers rangs, seuls trois interlocuteurs sont rencontrés en circonscription, tous les autres relevant de rendez-vous ou de réunions à l’Hôtel de Région, où l’élue semble concentrer son activité politique.

41Lorsqu’il est accessible au chercheur sans nettoyage préalable, l’agenda électronique de l’élue recèle ainsi une très grande variété de données relatives à l’activité quotidienne de représentation. Leur exploitation suppose un important travail de classement et de catégorisation. L’esquisse d’une étude quantitative de l’agenda présentée ici souligne le potentiel d’objectivation d’une microsociologie du métier attentive à la quotidienneté et à la variété des rôles, au poids relatif des types d’activités, à la diversité des groupes sociaux à représenter et à l’élasticité des relations entretenues avec eux. Cette mesure descriptive de l’activité de l’élue dresse le portrait d’une vice-présidente concentrée sur les secteurs d’intervention de sa délégation, qui passe la majeure partie de son temps en réunions de travail à administrer et piloter l’aménagement du territoire régional, ou à « plaider et voter » les politiques des institutions dans lesquelles elle siège.

42L’analyse de contenu de l’agenda d’une vice-présidente régionale confirme donc l’existence d’un processus de professionnalisation caractérisé par un fort investissement dans l’activité politique, le sérieux du travail de suivi des politiques publiques et une réelle maîtrise technique du champ d’intervention. Mais notre étude souligne également l’importance du « bon gouvernement » du temps de l’élue, ressource rare mais dont elle dispose avec une relative autonomie pratique et qui se traduit par l’évitement des retards et le respect de l’agenda érigé quasiment en déontologie personnelle. Ce que révèle cette bonne gestion est certes un intérêt évident pour la fonction de vice-présidente, mais aussi une éthique politique appliquée, une insertion réussie dans les réseaux politiques locaux et régionaux et une certaine proximité avec le président du conseil régional qui lui accorde sa confiance pour des actions de représentation. Le professionnalisme de cette élue « exemplaire » se traduit donc d’une certaine manière dans son agenda : c’est une élue généraliste, qui montre son intérêt pour les questions techniques dont elle a la charge mais qui ne néglige en rien la dimension symbolique, cérémonielle, représentationnelle du mandat régional, qui prend au sérieux son rôle de représentante, en qui l’on peut avoir confiance et qui, enfin, n’oublie pas l’assise très fortement territorialisée et locale d’un travail politique, comme toujours partiellement déterminée par la disponibilité à des opportunités politiques et électorales futures.

Notes

1  Certains travaux sur les exécutifs régionaux distinguent trois figures de vice-président : le régulateur, l’entrepreneur régional et le militant de cause. Voir S. Gardon, A. Healy et É. Verdier, « Variations dans le travail de vice-président régional », dans D. Demazière et P. Le Lidec éd., Les mondes du travail politique, ouvr. cité, p. 164.

2  L. Godmer, Des élus régionaux à l’image des électeurs ?, ouvr. cité.

3  D. Demazière et P. Le Lidec éd., Les mondes du travail politique, ouvr. cité.

4  L. Godmer, « Qui sont les élus régionaux ? Étude comparée Allemagne, Espagne, France. Impératif représentatif et impératif élitiste dans le recrutement des élites politiques régionales », art. cité.

5  Voir chap. 2 supra.

6  Mais les mesures qui suivent intègrent également les entrées « déplacements » de l’agenda qui relient quasi systématiquement deux moments « politiques » et servent presque toujours à des « activités secondaires » de nature elle aussi politique (télécommunications, lecture de la presse, préparation des dossiers). Soit douze types d’événements politiques distincts, où sont classés 2 081 activités enregistrées liées au métier d’élue et 482 déplacements, ou encore un ensemble de 2 563 saisies de l’agenda.

7  Sur l’importance de l’aspect extérieur des représentants, voir notamment F. Jannic-Cherbonnel, « Jean, jupe, cravate. Que doivent porter les politiques? », Slate.fr, 22 mai 2012 ; M. Abélès, Un ethnologue à l’Assemblée, Paris, Odile Jacob, 2001.

8  Sur l’année test complète de 2011, on observe que l’activité de réunion la plus chronophage (52 heures mensuelles en moyenne) est aussi la plus stable d’un mois sur l’autre, sauf au moment de la coupure estivale du mois d’août. À raison de 18 heures 30 mensuelles en moyenne, les rendez-vous varient davantage, à la baisse en avril, juin, juillet, août et octobre et à la hausse en janvier, mars et septembre. Le poids des cérémonies dans l’emploi du temps dépasse également fortement la moyenne des 17 heures mensuelles en mai et septembre, alors que les manifestions publiques semblent se multiplier en mai, juin et juillet.

9  La ventilation mensuelle des contacts de l’élue avec les différents secteurs d’activité montre une certaine régularité de l’investissement dans le pilotage des politiques d’aménagement. D’une manière générale, les relations aux acteurs et aux institutions de l’action publique s’intensifient en mai, septembre, mars et juin. L’investissement dans le vaste secteur de la cohésion sociale semble varier de manière inversement proportionnelle à celui réalisé dans le monde de la culture, plus intensif à l’époque estivale des festivals. Les variations saisonnières des relations avec l’univers du développement économique sont plus difficiles à interpréter. L’agenda permet également de repérer des variations mensuelles dans les différents secteurs de l’activité du métier politique. L’univers dominant de la « vie politique locale », des relations aux autres élus locaux, aux collectivités et aux organisations partisanes du territoire occupe l’élue toute l’année, avec une sensible intensification au mois de mars et sur les trois mois de septembre, octobre et novembre.

10  F. Matonti, « Sur scène et en coulisses. Contribution à l’analyse du rôle du Premier ministre sous la Ve République », dans S. Berstein, P. Milza et J.-F. Sirinelli éd., Michel Debré, Premier ministre 1959-1952, Paris, Presses universitaires de France, 2005, p. 151-166.

11  On recense précisément six familles d’associations distinctes. Les associations culturelles arrivent en tête (11 %) et sont principalement composées de compagnies ou de centres de spectacle vivant. Puis viennent les nombreuses associations « à mission sociale » (8,3 %) où se croisent associations d’éducation populaire, centres sociaux, missions locales, chantiers et associations d’insertion, planning familial, associations de quartier et les antennes locales des réseaux associatifs nationaux à vocation caritative ou militantes (UDAF, FRANCA, Clubs Léo Lagrange, FOL, Fondation Abbé-Pierre, Fondation de France, Secours populaire, etc.). Les associations de cause comptent pour 4,8 % du temps de travail, les associations d’intérêt économique pour 4,1 % (fédérations du BTP ou du patrimoine, confrérie viticole, associations professionnelles ou artisanales à l’origine de foires et autres salons, etc.), les associations sportives pour 2,7 % et les associations mémorielles pour 1 %.

12  Les noms des chauffeurs de la Région systématiquement indiqués n’ont pas été retenus pour cette mesure.

13  L’agenda n’enregistre de fait pratiquement aucune des innombrables rencontres quotidiennes, routinières, avec son équipe par exemple, ou des discussions imprévues dans les couloirs des institutions qu’elle fréquente, ni même la liste des nombreux participants de chacune des multiples réunions qui occupent l’essentiel de son temps.

14  Le remplacement d’une collaboratrice en janvier 2011 atténue artificiellement la représentation de cette fonction partagée entre deux personnes dans l’agenda. La fusion des occurrences des deux collaboratrices sur toute la période conduit la fonction à apparaître soixante-huit fois dans les interactions de l’élue, le plus souvent d’ailleurs en appui dans le binôme qu’elles forment en réunion, plutôt qu’en position d’interlocutrices. Il est intéressant de noter que la première collaboratrice est mentionnée à trente-neuf reprises pour une durée de huit mois, contre vingt-neuf occurrences sur seize mois pour la seconde. Cet écart est davantage lié à une utilisation moins rigoureuse de l’outil agenda par la seconde collaboratrice et à un effet de sous-représentation de sa présence aux côtés de l’élue, qu’à une réelle prise de distance à son égard.

Table des illustrations

Titre Figure 16. Schéma d’analyse des entrées politiques de l’agenda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Tableau 30. Schéma analytique général de l’agenda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Tableau 31. Fréquences et volumes horaires des types d’événements politiques
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Figure 17. Part des types d’événements dans l’emploi du temps (% du volume horaire)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 18. Répartition journalière des types d’activités politiques : volumes horaires moyens sur 24 mois
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Tableau 32. Fréquences et volumes horaires des types de secteurs politiques
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Figure 19. Part des types de secteurs dans l’emploi du temps (%)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 20. Répartition journalière des secteurs d’activité : volumes horaires moyens sur 24 mois
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Figure 21. Répartition des types d’activités entre Action publique et Métier politique (% du volume horaire)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 33. Répartition des compétences régionales dans la collectivité étudiée
Légende Source : Édouard Balladur, « Il est temps de décider ». Rapport au Président de la République, Paris, Comité pour la réforme des collectivités locales, La Documentation française, 2009.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Titre Figure 22. Répartition des types de compétences par types d’activités (% du volume horaire)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Figure 23. Répartition des types d’activités par types de compétences (% du volume horaire)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Figure 24. Les « casquettes » : la légitimité de l’élue dans l’interaction (% du volume horaire)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Figure 25. Les interlocuteurs institutionnels de la vice-présidente (% du volume horaire)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau 34. Détail des types d’institutions fréquentées
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Figure 26. Types d’interlocuteurs de l’élue (% du volume horaire)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Tableau 35. Détail des types d’interlocuteurs fréquentés
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Figure 27. Représentation de la fréquence des contacts nominatifs saisis dans l’agenda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 794k
Titre Tableau 36. Classement décroissant des types d’interlocuteurs par fréquence des entrevues dans l’agenda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6997/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 444k

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540