Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au quotidien

 | 
Laurent Godmer
, 
Guillaume Marrel

Chapitre IV

Le travail politique invisible. Saturation et démultiplication des temps de travail politique

Texte intégral

« Alors je jongle avec tout cela, cours d’un point à l’autre, saute d’un téléphone à l’autre, passe en coup de vent, reste rarement plus d’une heure au même endroit, ce qui me laisse souvent un profond sentiment de frustration. »
(François-Michel Gonnot, député de l’Oise, Au cœur de la vie, Creil, Dumerchez, 1996, p. 121.)

1Vice-présidente d’une région est bien plus qu’un métier à temps plein et la comparaison avec des « horaires de bureau » ne résiste pas au caractère intrusif et quasi permanent du travail politique dans la vie des professionnels de la représentation démocratique. Le fait d’être membre d’exécutif régional implique un surinvestissement dans le mandat, qui se matérialise par la distorsion entre l’agenda électronique et l’agenda réel. Aussi rigoureusement tenu soit-il, l’agenda partagé est loin de programmer l’ensemble des actions réalisées quotidiennement par l’élue dans le cadre de son mandat. Difficile à objectiver et évolutive, cette distorsion entre le « planifié » et le « réalisé » n’en demeure pas moins elle aussi révélatrice de la professionnalisation : le travail politique déborde largement l’entreprise gestionnaire de sa planification et renvoie également à une part considérable d’informel et d’improvisation.

2Pour appréhender l’importance du temps de travail politique non planifié, il est nécessaire d’en passer par des analyses rétrospectives ou ethnographiques. Une première expérience consiste à retracer ce qu’est une semaine vécue et à reconstruire ainsi l’image plus précise d’une réalisation concrète de l’emploi du temps sur sept jours. Mais, malgré sa précision, une telle analyse de la semaine de travail politique manque encore de nombreuses informations relatives à l’emploi du temps véritable de l’élue. S’impose alors l’idée d’une expérience de micro-observation ethnographique d’une journée chronométrée « minute par minute », afin de répertorier l’ensemble des activités « réelles » et la succession des dizaines de séquences constituées d’interactions dans lesquelles l’élue est engagée quotidiennement dans le cadre de son travail politique. Ce travail d’inventaire de la semaine et de la journée ordinaire de travail politique vise à détecter ce qui constitue le « hors agenda », c’est-à-dire l’ensemble des activités que l’outil ne peut ni prévoir ni enregistrer. Il permet en outre de préciser encore l’emploi du temps politique et certaines dimensions jusqu’ici invisibles du travail comme les régularités de l’activité politique, la saturation des temps, une tendance à la localisation des interactions, la bi-activité ou la multi-activité permanente, l’impératif d’expertise sur les dossiers et l’impératif managérial de gestion des équipes locales et régionales.

Une semaine politique ordinaire : la densité de l’emploi du temps

  • 1  Voir L. Godmer et G. Marrel, « Que font vraiment les professionnels de la politique ? L’agenda él (...)

3Sous les grandes lignes d’horizon que constituent les échéances électorales personnelles ou propres à la vie politique locale et nationale, et en deçà du rythme imposé par les calendriers institutionnels fixant longtemps à l’avance les comités, les commissions et autres séances plénières, la vie politique de l’élue semble scandée par une certaine routine hebdomadaire. L’étude de l’intégralité d’une semaine de travail politique de la vice-présidente du conseil régional permet de percevoir les régularités de l’activité politique et d’affiner les logiques de structuration de l’emploi du temps d’une femme politique de rang « intermédiaire ». Certes, comme on l’a vu précédemment, il n’y a pas de semaine type dans l’univers politique. C’est d’ailleurs une réflexion omniprésente dans les restitutions de leur travail que font les acteurs politiques et les collaborateurs lors des entretiens. Néanmoins, il a été possible de sélectionner une semaine « banale » ou « ordinaire » : la semaine no 2 de 2012, du 9 au 15 janvier. Celle-ci a été reconstituée jour par jour, heure par heure, par le croisement du contenu de l’agenda électronique de l’élue avec le récit de l’intéressée elle-même et de ses collaboratrices lors d’entretiens semi-directifs réalisés dans un délai très court autorisant la meilleure mobilisation possible de la mémoire. La « semaine ordinaire » de l’élue est une semaine sans déplacement spécifique en dehors de la région, sans la « grand-messe » de l’assemblée plénière et de la commission permanente bimestrielle du vendredi. Une semaine que l’on pourrait qualifier de « routinière » et qui est une illustration, plus fine que celle tirée de la base de données de l’agenda, des logiques de structuration du temps du professionnel de la politique1.

L’emploi du temps reconstitué : 72 heures d’activité hebdomadaire que l’agenda ne planifie pas

4La comparaison précise des données disponibles dans la base agenda avec la reconstitution de l’emploi du temps sur la base des témoignages des acteurs montre tout d’abord d’importants écarts. Dans l’agenda, la semaine du 9 au 15 janvier 2012 compte 30 entrées d’une nature événementielle distincte. Ces entrées sont pour l’essentiel réparties sur quatre des cinq jours ouvrables, le mercredi ne comportant qu’un seul rendez-vous en matinée. Quatre événements sont enregistrés pour le samedi et deux autres le dimanche. Cette semaine ne comporte pas de plage de travail professionnelle, alors que la maître de conférences bloque généralement son mardi matin et son mercredi pour l’exercice de son activité professionnelle. L’analyse statistique issue de la base de données montre d’ailleurs que cette semaine no 2 est, avec plus de onze heures d’activité générale, en dessous de la moyenne des 24 mois étudiés, précisément parce que l’agenda ne prévoit pas de temps de travail professionnel, mais aussi parce qu’aucune activité de nature personnelle n’y est enregistrée. Sensiblement décalée sur les aspects personnels et professionnels de l’emploi du temps, cette semaine laisse néanmoins apparaître dans l’agenda un volume horaire de travail politique standard avec 32 heures 45, soit 45 minutes de plus que la moyenne calculée sur les 24 mois de l’enquête portant sur l’agenda électronique. La répartition de ces activités politiques planifiées diffère sensiblement, avec un transfert d’engagements politiques du jeudi et du vendredi, vers le mardi et le week-end.

5La reconstitution des volumes horaires observés montre en revanche de très importants décalages entre l’agenda et l’emploi du temps de l’élue. Avec 109 heures 55 d’activité reportées contre 37 heures 45 enregistrées dans l’agenda, l’on observe un volume d’activité réel trois fois supérieur à la planification. Les mesures doivent ainsi être établies sur une base de 24 heures ouvrables par jour et 140 heures hebdomadaires, contre 12 heures et 84 heures dans l’agenda en moyenne et sur cette semaine no 2 de 2012. Cet élargissement de l’amplitude des journées n’empêche pas une réduction du temps libre ou de repos hors sommeil de plus de 16 heures. Ceci s’explique notamment parce que l’observation précise, du lever au coucher, permet d’identifier assez logiquement plus de 21 heures de temps personnel dans la semaine alors que l’agenda ne planifiait rien dans ce domaine. On y recense des petits déjeuners et dîners solitaires, des moments de détente ou de pause dans la journée, ou encore des plages personnelles le week-end. En additionnant repos et temps libre ou personnel, la semaine observée (41 heures 30) compte encore cinq heures de moins que la semaine planifiée (46 heures 15).

6Tous les autres types d’activités explosent en volume. Invisible dans l’agenda, le temps de travail professionnel passe d’une heure à neuf heures, soit encore près de trois heures de moins que la moyenne annuelle, en cette période qui correspond à la fin du premier semestre universitaire. Contrairement à ce que laisse supposer l’agenda, ce temps de travail professionnel est pris comme d’habitude sur la journée du mercredi. Mais l’élue déclare également avoir consacré 2 heures 45 de son dimanche à la préparation de ses activités académiques et pédagogiques.

Figure 14. Empilement des activités hebdomadaires : volume horaire de l’agenda sur la semaine no 2 2012

Figure 14. Empilement des activités hebdomadaires : volume horaire de l’agenda sur la semaine no 2 2012

Figure 15. Empilement des activités hebdomadaires : volume horaire reconstitué sur la semaine no 2 2012

Figure 15. Empilement des activités hebdomadaires : volume horaire reconstitué sur la semaine no 2 2012

Tableau 9. La semaine n° 2 de 2012

Tableau 9. La semaine n° 2 de 2012

Tableau 10. Différences de mesure des volumes horaires de chaque grand type d’activité entre l’agenda et l’emploi du temps reconstitué

Tableau 10. Différences de mesure des volumes horaires de chaque grand type d’activité entre l’agenda et l’emploi du temps reconstitué
  • 2  Au-delà de cette sous-estimation spécifique à cette semaine test, il semble, comme nous l’avons d (...)

7Avec plus de seize heures, le temps de déplacement hebdomadaire réel est quatre fois supérieur à ce que l’agenda prévoit sur cette semaine no 2, comme du reste en moyenne sur les 104 semaines du corpus. Limitée aux trajets avec chauffeur ou aux déplacements importants, la planification laisse de côté plus de douze heures de temps de transport dans la semaine2. Le travail politique quant à lui est deux fois plus important dans la reconstitution de la semaine de l’élue (62 heures 54) que dans son agenda électronique (32 heures 45). L’élue et ses collaborateurs déclarent pas moins de trente heures de travail de nature politique en plus. La planification la moins sous-estimée concerne le lundi et le mercredi (+ 3 heures 30 en moyenne). Le dimanche, le temps de travail politique prévu est de 45 minutes supérieur à ce qui sera finalement réalisé. Les mardi, vendredi et samedi, l’élue ajoute plus de cinq heures de travail à son agenda. Le jeudi, ce sont 7 heures 40 supplémentaires qui allongent la journée de l’agenda… En fin de compte, l’agenda électronique n’enregistre qu’environ la moitié de l’activité politique hebdomadaire « réelle » de l’élue.

8L’étude du travail politique dans sa quotidienneté ne peut donc se limiter aux mesures tirées des données enregistrées dans l’agenda électronique. Produit de l’institution, l’agenda passe sous silence la part considérable de l’emploi du temps non explicitement planifiée. Si son exploration permet l’identification des structures de l’emploi du temps de l’élue et l’objectivation statistique des régularités, des partages entre grandes catégories d’activité, de la répartition annuelle ou hebdomadaire des types d’engagement politique, de la diversité des interlocuteurs, des formes de légitimité et des rôles, elle ne rend pas précisément compte de la saturation du temps du politique.

Sept journées emblématiques d’un agenda intense

9La « semaine type » est décrite ci-dessous par le biais de sept doubles tableaux reprenant chacun l’une des journées de la semaine en question à partir des entrées de l’agenda, d’une part, puis sur la base des observations de terrain, avec le plus de précision possible sur le contenu de l’emploi du temps, d’autre part. La journée no 1 du lundi compte quinze séquences reconstituées et seize heures de temps d’activité contre seulement cinq événements et huit heures de travail et de déplacements planifiés. C’est une « journée vice-présidence » qui se déroule entièrement à la capitale de région et qui comprend un conseil de délégation le matin et une réunion du bureau exécutif l’après-midi. Le déjeuner est prévu dans l’agenda, mais trois interactions importantes non programmées d’une durée totale de 45 minutes vont s’intercaler entre les réunions. Le travail de bureau (parapheurs) et de communication avec l’équipe non planifié occupe trente minutes du début d’après-midi. Les trois petites heures de trajets dans la voiture conduite par le chauffeur sont l’occasion de multiples activités de lecture et de communication. La journée se termine par une plage de travail à domicile, une réunion téléphonique avec une militante et un dîner solitaire autorisant le travail de « veille médiatique ». Autant d’activités qui ne laissent aucune trace dans l’agenda.

10En tâches réalisées, la journée no 2 du mardi reste la plus chargée, avec 14 heures 15 de travail politique, 3 heures 35 de transport et 1 heure 10 de temps personnel, soit 19 heures au total, contre les 17 heures 15 planifiées par l’agenda. Elle montre l’importance de la surévaluation de certaines plages horaires. Il s’agit encore d’une journée « en déplacement » à la capitale de région, pour un conseil d’administration d’un Groupement d’intérêt public constitué pour un événement d’ampleur internationale concernant les ressources environnementales prévu au printemps. La vice-présidente y représente le conseil régional. L’agenda prévoit pour ce « CA » une plage horaire théorique d’une « journée » de 8 heures 30 à 17 heures, mais il planifie en outre séparément le point presse de l’événement en surévaluant sa durée de 12 heures 30 à 17 heures. L’outil, par cette double erreur, décuple alors le temps de travail. L’élue n’est restée en réalité à la capitale de région que 7 heures 15 au lieu des 13 heures enregistrées dans l’agenda. Comme indiqué par l’instrument, elle quitte la réunion à 15 heures pour reprendre la route vers sa ville, où elle assiste avec le préfet à la cérémonie de la galette des rois d’une association d’insertion des jeunes des quartiers. À 18 heures, elle rejoint son bureau à l’antenne régionale, travaille sur ses dossiers durant une heure, puis anime comme prévu une réunion du groupe de mobilisation qu’elle a fondé en vue des élections municipales de 2014. Après un dîner non planifié avec les militants de ce groupe, elle rentre à son domicile à 23 heures 30, s’accorde une demi-heure de détente et travaille jusqu’à 1 heure et demie du matin à sa communication personnelle sur Facebook et sur son blog.

Tableau 11. Journée no 1 : lundi 9 janvier 2012

Tableau 11. Journée no 1 : lundi 9 janvier 2012

Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue

Tableau 12. Journée no 2 : mardi 10 janvier 2012

Tableau 12. Journée no 2 : mardi 10 janvier 2012

Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue

Tableau 13. Journée no 3 : mercredi 11 janvier 2012

Tableau 13. Journée no 3 : mercredi 11 janvier 2012

Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue

11La journée du mercredi illustre l’« aveuglement » de l’agenda sur l’activité professionnelle, lié ici aussi probablement à une erreur de saisie. L’agenda prévoyait en effet un mercredi très « léger », avec un seul rendez-vous d’une heure dans une banque pour le compte d’une association de formation professionnelle, dont l’élue est membre du conseil d’administration. Régulièrement planifié le mercredi à l’université, le temps de travail professionnel n’est pas indiqué sur l’agenda cette semaine. Or, après deux rendez-vous dans des établissements bancaires, l’élue rejoint son bureau à l’université à 10 heures 30. Elle travaille à l’université, y déjeune en compagnie d’une ancienne doctorante (un pique-nique, en fait, préparé à l’aube), puis file assurer un cours de 14 heures à 17 heures. Elle quitte son travail à 18 heures, après 7 heures 30 de présence à l’université totalement passés inaperçus dans l’agenda. La journée se termine encore une fois à 23 heures par une soirée solitaire de veille informationnelle et de communication politique, elle aussi « invisible ».

12La journée du jeudi consacrée à la circonscription montre une importante sous-estimation des volumes horaires réalisés. L’agenda du quatrième jour mentionne de fait une information générale et huit événements distincts de nature exclusivement politique, pour un total de neuf heures de travail. L’emploi du temps reconstitué contient finalement vingt-deux séquences et seize heures d’activités. L’information « journée » rappelle que se tient à la capitale de région une commission de programme pour un comité de bassin. Mais l’élue s’y fait excuser. Le jeudi est en effet habituellement consacré au territoire de la circonscription et elle enchaîne donc cinq rendez-vous dès neuf heures à son bureau de l’antenne régionale, une conférence de presse, un repas de travail en ville et la cérémonie des vœux du président de l’union patronale locale. La planification est finalement très proche de la journée réalisée, mais les volumes horaires sont sous-estimés. L’emploi du temps incorpore en outre des temps de déplacement locaux à pied ou en véhicule personnel, les moments de débriefing des rendez-vous et la soirée encore consacrée à la communication politique personnelle en ligne. De la conférence de presse organisée pour l’inauguration d’un dispositif de prévention régionale contre les nuisances sonores, l’élue « tire » en effet un article pour son blog. Le vendredi 13 janvier 2012 n’est en principe pas très chargé : l’agenda n’indique que deux repas de travail et trois rendez-vous pour 5 heures 15 d’activité en tout dans la ville circonscription et dans une commune du département. Le déroulement de la journée s’effectue en réalité sur 15 heures 25 tout au long desquelles s’ajoutent à l’agenda près de 3 heures de déplacements non planifiés, deux heures invisibles de travail de bureau et encore 3 heures 15 de temps de préparation et de restauration personnelle ou de communication politique de fin de journée.

Tableau 14. Journée no 4 : jeudi 12 janvier 2012

Tableau 14. Journée no 4 : jeudi 12 janvier 2012

Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue

Tableau 15. Journée no 5 : vendredi 13 janvier 2012

Tableau 15. Journée no 5 : vendredi 13 janvier 2012

Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue

13La journée du samedi est à peine moins chargée que celle du vendredi. L’agenda prévoit une matinée de travail avec un rendez-vous, une cérémonie et une manifestation publique de nature professionnelle. Une autre manifestation est planifiée en soirée, soit une durée totale, pour la journée, de cinq heures. L’emploi du temps reconstitué indique dans les faits 14 heures 30 d’activité et vingt séquences, où s’ajoutent encore une fois 2 heures 45 de temps de déplacements urbains et une série de moments personnels et politiques. Les frontières entre les sphères d’activité personnelles, professionnelles et politiques sont de fait plus poreuses le week-end. La manifestation publique identifiée comme professionnelle dans l’agenda (journée portes ouvertes de l’université) est en réalité un événement politique puisque l’élue y représente le président du conseil régional. Elle n’y reste d’ailleurs que vingt-cinq minutes au lieu de l’heure prévue à l’agenda. Lors de la cérémonie des vœux du maire d’une ville voisine de l’agglomération, elle rencontre un militant et des amis avec lesquels elle improvise un déjeuner « amical et politique » de discussion sur les municipales de 2014. Vierge dans son planning, le samedi après-midi est, outre un moment de repos, l’occasion d’opérations personnelles et politiques (pressing et esthéticienne en l’occurrence). La soirée sur invitation se déroule dans un club semi-privé. C’est encore l’occasion d’interactions indistinctement personnelles et politiques, privées et publiques. Elle ne s’y attarde que jusqu’à 22 heures, privilégiant une « bonne nuit de repos ».

14Le dimanche midi puis après-midi, deux manifestations publiques sont prévues : un buffet aux incontournables halles du centre-ville entre 11 heures et 14 heures et le loto d’une association d’insertion à 16 heures. La journée réelle s’étire sur 14 heures 30 après un lever exceptionnellement tardif à 9 heures. La présence de l’élue au marché couvert en fin de matinée est présentée comme stratégique. Tous les notables politiques y passent, dont le député-maire. C’est l’occasion de déguster comme prévu la brouillade aux truffes d’une association « épicurienne » en partenariat avec une association de rugbymen. Mais c’est également le moment de rencontres personnelles et le temps d’un café en terrasse parce qu’il « fait beau temps », « avec des amis », mais aussi en présence de la collaboratrice de l’élue à la région. Le loto associatif de 16 heures 30 est plus explicitement lié au métier de représentant. La fin d’après-midi en visite familiale privée est davantage personnelle. Le début de soirée est consacré à la préparation des cours pour l’université. Mais, après le dîner, la soirée se termine sur le clavier de l’ordinateur à répondre aux mails du week-end et à nourrir le blog.

Tableau 16. Journée no 6 : samedi 14 janvier 2012

Tableau 16. Journée no 6 : samedi 14 janvier 2012

Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue

Tableau 17. Journée no 7 : dimanche 15 janvier 2012

Tableau 17. Journée no 7 : dimanche 15 janvier 2012

Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue

15Au-delà d’une certaine remise en cause de l’agenda électronique comme outil d’objectivation, l’analyse permet d’identifier la nature de ce que l’instrument laisse de côté, ce qui, dans l’emploi du temps, ne peut entrer dans – ou doit rester en dehors de – l’agenda. Elle confirme et nuance les observations tirées des mesures effectuées plus haut sur les 104 semaines de la période étudiée, le mois de mars 2011 et la semaine « record » no 50 de 2011.

Le travail politique régional localisé, dense et intrusif

16L’ensemble des entretiens menés pour reconstruire cette séquence ordinaire conduit les collaborateurs, son entourage et l’élue elle-même à considérer a priori ce type de semaine comme particulièrement peu intense, du seul fait de la réduction du nombre de déplacements entre la ville circonscription et la capitale de région, de trois en moyenne à deux cette semaine-là. Allongées par deux à trois heures de voiture, les journées « région » sont perçues comme un facteur d’intensification. Le passage des circonscriptions de périphérie au centre politique régional nécessite une planification plus institutionnelle et une intendance significative. Elles donnent lieu à des interactions plus techniques liées à la vice-présidence et à des échanges sur des enjeux politiques régionaux ou nationaux. Pourtant, l’observation de l’emploi du temps reconstitué souligne le caractère très chronophage de l’activité politique en « temps ordinaire ». Si les journées à la capitale de région sont plus longues, elles ne sont pas nécessairement plus denses que les journées « en circonscription ». De fait, on observe sur cette semaine, et d’une manière générale, une « localisation » de l’agenda, c’est-à-dire « l’enracinement » territorial de l’emploi du temps de l’élue qui se doit de répondre aux multiples sollicitations locales qu’elle doit « caser » dans son timing. Le poids des enjeux politiques locaux domine les cinq derniers jours de la semaine et contribue à l’intensification du travail politique de la vice-présidente.

17Cette intensité se manifeste par la densité de l’emploi du temps de l’élue, la limitation des pauses, l’enchaînement des tâches et des obligations, la rationalisation et la rentabilisation des temps de transports, etc. Elle se vérifie également à la durée moyenne de la journée d’activité entre 13 heures et 19 heures : l’élue se lève entre 6 heures 30 et 7 heures et se couche autour de minuit. La reconstruction de l’emploi du temps permet, d’une manière générale, de remplir les trous d’un agenda électronique utilisé pour planifier les principaux engagements essentiellement diurnes de l’élue. Mais le métier politique s’exerce parfois vingt heures par jour et sept jours sur sept. La journée de travail est généralement saturée par de multiples interactions de nature politique pour la plupart non anticipées. La planification par l’outil intègre d’ailleurs de manière plus ou moins systématique ces respirations, ces moments de pause qui ont vocation à être utilisés par l’élue au dernier moment.

18La reconstruction de l’emploi du temps montre également que l’agenda, comme outil fonctionnel, néglige une grande partie de l’intendance ordinaire du politique, pourtant très chronophage. L’observation montre ainsi l’importance des temps de déplacement non planifiés pour le service des chauffeurs de la région. Autrement dit, les dizaines de micro-trajets effectués à pied ou en voiture personnelle sur le territoire de la circonscription départementale et dans l’espace urbain de proximité le plus souvent, pour rejoindre une réunion au conseil général, déjeuner « en ville », assister à une cérémonie à la préfecture, passer à l’université, recevoir au bureau de l’antenne locale du conseil régional, retrouver un militant dans un café, etc. Le temps de déplacement est au total quatre fois supérieur à celui enregistré dans l’agenda.

  • 3  G. Balandier, Le pouvoir sur scènes, Paris, Fayard, 2006.

19L’emploi du temps reconstitué du lever au coucher intègre par ailleurs l’ensemble des moments personnels et privés à l’analyse du temps politique. Il confirme le postulat d’un envahissement de la vie privée de l’élue par ses rôles publics et les obligations professionnelles y afférant. Cette fusion et cette confusion des temps publics et privés renforcent l’intensité d’un emploi du temps efficace, vécu comme un continuum, un espace-temps homogène dédié à la réussite politique, sans réelle rupture, où les sas de décompression semblent intégrés au projet politique. L’agenda sous-estime en effet le temps à la fois privé et politique, souvent matinal, nécessaire à l’entretien de la personne du représentant, à sa préparation esthétique, aux soins exigés en coulisses par la mise en scène quotidienne du pouvoir3. Comme pour beaucoup d’autres acteurs sociaux, ce moment de préparation personnelle et du petit déjeuner est d’ailleurs aussi un temps d’information radiophonique, de relecture des dossiers, de communications par SMS. Après un dîner de travail en ville ou en solitaire devant une chaîne d’information continue, les fins de soirées sont de même consacrées à la très chronophage activité de communication politique « en ligne » qui consiste à répondre aux derniers mails reçus et non traités durant la journée, à gérer sa page Facebook et à alimenter le blog. De la même manière, les week-ends sont la plupart du temps occupés par des rendez-vous ou des cérémonies de nature explicitement politique ou d’une certaine manière « politisés » par l’usage qu’en fait l’élue dans son activité de représentation. À ces événements planifiés dans l’agenda s’ajoutent les temps invisibles du travail dominical personnel sur les dossiers, mais aussi les sorties et déambulations pédestres en ville, où, sous couvert d’intendance (traverser le centre-ville piéton pour un rendez-vous, faire ses courses dans les commerces du centre-ville...), il s’agit aussi de « se montrer », d’attester une expérience physique du territoire partagée, comme habitant, avec les concitoyens d’une ville moyenne de province, qui sont aussi des électeurs.

  • 4  La gestion de ce dernier dispositif demeure d’ailleurs « artisanale » : elle est assurée par l’élu (...)

20Le travail politique est donc intrusif. Il remplit l’existence de l’élue. La maison qu’habite l’élue semble peu occupée, tant elle semble consacrer le plus clair de son temps à son métier d’universitaire et de femme politique. La famille proche de cette fille unique engagée en politique dès l’adolescence est présente dans l’agenda, sans toutefois occuper une place trop importante dans son emploi du temps. L’observation tend à montrer que ses réseaux de sociabilité familiaux, amicaux, professionnels et politiques se sont largement confondus au fil des ans. Si bien que l’élue se trouve « en représentation » et « en mobilisation » pratiquement en permanence, y compris seule à son domicile, le soir lorsqu’elle écrit pour son blog4. Ayant adopté un mode de vie solitaire qui la rend particulièrement disponible, l’élue en question consacre effectivement l’essentiel de son temps éveillé à la politique.

  • 5  Sur les ressorts psychologisants et sociologisants du portrait politique, voir J.‑B. Legavre, « “L (...)

21Cette semaine ordinaire de 2012 confirme l’hypothèse d’un travail politique particulièrement chronophage et intense. Lacunaire par définition, l’agenda électronique tenu avec méthode structure un emploi du temps saturé, dont les interactions interstitielles et jusqu’ici invisibles attestent une certaine rationalisation du métier. La méthode de reconstitution de cette semaine de travail à partir des déclarations des acteurs et en réponse à nos sollicitations peut avoir conduit à surévaluer cette maximisation du capital-temps, personne parmi nos interlocuteurs n’ayant finalement intérêt à laisser apparaître un moment de flottement, un espace non affecté. Mais de fait, dans l’emploi du temps aussi « serré » et dense de cette élue solitaire, vouée à la politique, on observe surtout l’absence de vide5.

Une journée de l’emploi du temps : le travail politique démultiplié

  • 6  Voir F. Nabli et L. Ricroch, L’enquête Emploi du temps 2009-2010, Paris, INSEE, 2011.

22Chacun le perçoit intuitivement, la densité des tâches quotidiennement effectuées dans le cadre de n’importe quelle activité professionnelle dépasse ce que les reconstructions analytiques de l’emploi du temps laissent paraître6. Après l’analyse objectiviste et générale des données de l’agenda électronique, après la reconstitution a posteriori d’une semaine d’emploi du temps et l’étude des écarts avec les données issues de l’outil agenda, il s ’agit ici d’observer une journée planifiée en train de se faire. Minute par minute, les activités distinctes d’une seule journée sont tellement nombreuses que l’élue elle-même ne peut procéder à leur recensement en auto-observation. Un seul point de vue d’observation n’est même sans doute pas suffisant. Le dispositif d’enquête en « suivi d’élue renforcé » a donc mobilisé les deux « embedded observers » sur les talons de l’élue, de la porte de son domicile à l’aube, jusqu’à son retour à la nuit.

« Embedded Political Scientists » : la construction d’une observation inédite

  • 7  A.-M. Arborio et P. Fournier, L’observation directe, Paris, Armand Colin, 2010.

23Un rapide examen des conditions de possibilité de cette observation in extenso permet de saisir les biais inhérents à toute démarche ethnographique et monographique, mais également de mesurer à quel point l’observation de l’emploi du temps des acteurs spécialisés est complexe. Cette journée a été « négociée » une année auparavant exactement, à l’occasion d’un des entretiens semi-directifs menés avec l’élue observée, le 25 mai 2011. La sélection de la journée observée a résulté d’un compromis entre nos attentes scientifiques et la disponibilité de l’élue, contrainte, dans le cours d’une « réelle journée de travail », de s’entourer exceptionnellement de deux observateurs. Ce type d’observation est complexe et délicat à mettre en œuvre, tant il nécessite une accoutumance de l’enquêtée aux observateurs, une complicité minimale de celle qui se doit de « jouer le jeu » de l’intérêt que peut représenter son travail pour la science politique. Il faut également une paradoxale banalisation de la séquence par les observateurs et par l’observée, qui doivent justement veiller à ne pas considérer la journée d’observation comme exceptionnelle du simple fait qu’elle est observée7.

24À rebours des études scientifiques déjà publiées et des analyses journalistiques parfois réductionnistes, l’objectif de cette expérience était d’étudier une journée « particulièrement ordinaire », de chronométrer une journée de travail « comme les autres », en dehors de tout événement exceptionnel, hors campagne électorale et à distance de tout contexte politique de haute intensité. Prévue initialement début 2012, cette journée d’observation a été repoussée plusieurs fois du fait de problèmes de disponibilité de part et d’autre, mais aussi à cause des fortes perturbations liées à l’investissement important de l’élue dans la campagne présidentielle du candidat socialiste, François Hollande. Il a été décidé d’un commun accord d’attendre le retour à une certaine « normalité » du travail politique régional juste après cette date. Il fallait également que cette journée se déroulât bien avant les précampagnes de fin 2013 pour les élections municipales de 2014. Il importait encore d’éviter certaines périodes de l’année où l’agenda témoignait de fortes perturbations (les multiples cérémonies des vœux du mois de janvier) ou de variation d’intensité importantes à la baisse (juillet et août) ou à la hausse (septembre), ainsi que certaines semaines marquées par des événements exceptionnels (assemblée plénière du conseil régional, déplacements hors région, etc.).

25Fin avril 2012, les auteurs ont laissé à la chargée de mission de l’antenne le soin de proposer deux dates identifiées avec l’élue : le lundi 21 mai et le vendredi 25 mai 2012, deux dates présentant l’une et l’autre l’intérêt d’un déplacement à l’Hôtel de Région. Malgré la proximité des élections législatives des 10 et 17 juin, le 25 mai a finalement été retenu pour des raisons pratiques, mais aussi parce que ce dernier vendredi du mois de mai 2012 permettait de baliser la fin de la période des deux années d’observation pour l’enquête quantitative dans l’agenda électronique commencée le 26 mai 2010. La journée ne présentait pas de surcharge exceptionnelle de travail. L’observation s’est donc déroulée dans le cadre d’un planning que l’on pourrait qualifier de « normal », voire de banal. Les ultimes détails de l’organisation pratique de ce type d’observation (information du chauffeur, des services de la Région, des services de sécurité, des différents collaborateurs, stabilisation des derniers éléments composant le « contrat d’observation », c’est-à-dire les « droits et devoirs » des observateurs vis-à-vis de l’enquêtée et réciproquement) ont été fixés de manière assez informelle, par échanges de courriels tout au long de la semaine.

26L’expérience montre que le recensement « minute par minute » de l’activité d’une personne au travail ne peut être effectuée efficacement que par deux observateurs, étant donné le nombre de données à enregistrer et ce malgré l’accroissement de l’effet de perturbation engendré par la démultiplication des observateurs. Un temps envisagé, l’usage d’un enregistrement vidéo a été écarté au profit d’une observation directe plus discrète et plus souple. La double observation chronométrée de cette journée de travail a ainsi donné lieu au renseignement de deux carnets de terrain ad hoc. Ces notes de terrain ont été fusionnées et comparées puis retranscrites. Les « actions et interactions » de l’élue ont été précisément situées dans le temps grâce à la consultation permanente de l’heure donnée par les deux téléphones portables des observateurs. Les données ont été « traitées à chaud » et relues par les deux enquêteurs, la saisie informatique des notes manuscrites de terrain supposant nombre d’interprétations, de précisions et de catégorisations.

Le vendredi 25 mai 2012 « minute par minute » : 199 séquences

27L’agenda est un dispositif minimaliste de rationalisation de l’usage du temps. Il est central en ce que l’emploi du temps est structuré par lui, mais il en diffère largement de par la multiplicité des activités qui se surajoutent à celles qui sont planifiées dans l’agenda. Cette observation ethnographique permet de mesurer une fois encore la distance entre l’agenda officiel et l’emploi du temps effectif d’une journée ordinaire. L’agenda tel que transmis par le secrétariat de l’élue, une semaine auparavant, le vendredi 18 mai 2012, était ainsi relativement peu rempli. On y relève une « information journée » et huit événements distincts. L’information en question est pour ainsi dire « rétroactive », puisqu’il s’agit de rappeler à l’élue que cette journée fait partie des deux qui nous avaient été proposées par l’équipe pour l’observation, preuve s’il en fallait que le suivi ethnographique produit inévitablement d’importantes perturbations dans le dispositif social observé. L’agenda prévoit par ailleurs 9 heures 15 d’activité plus ou moins continue entre le départ de la voiture avec chauffeur du domicile de l’élue, à 8 heures 30, et la fin du dîner, prévue pour 22 heures 30.

Tableau 18. Le vendredi 25 mai 2012 dans l’agenda électronique de l’élue

Tableau 18. Le vendredi 25 mai 2012 dans l’agenda électronique de l’élue

Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue

28Les déplacements programmés se limitent à l’aller-retour entre le domicile et l’hôtel de Région. Une activité classée parmi les événements de nature personnelle – « passer chez le cordonnier » – est programmée pour la fin d’après-midi. Cinq interactions politiques s’enchaînent sur le reste de la journée : trois à l’hôtel de Région – une réunion de la commission permanente, un conseil de délégation et un comité de pilotage EAU ; deux autres en soirée, dans la ville circonscription – un apéritif de mobilisation pour les élections législatives et un dîner de travail –, soit un total de huit heures de travail politique sur la journée. Les tableaux présentés ci-après décrivent ce qui se cache pour ainsi dire derrière la concision « froide », « mathématique » et gestionnaire de l’agenda. Y sont résumées l’ensemble des observations effectuées, avec indication de l’heure de début et de la durée de chacune des activités décomposées. La journée de travail est découpée en dix séquences qui reprennent dans leurs grandes lignes les activités identifiées et codifiées dans l’agenda et correspondent à des « blocs » de temps utilisés par l’élue. Elles sont séparables par leur différenciation dans l’agenda et/ou par leur différenciation géographique.

Tableau 19. Les dix séquences de la journée de travail observée

1. La préparation et le travail lors du trajet domicile-conseil régional
2. Le passage par le bureau du conseil régional
3. La commission permanente
4. Le conseil de délégation
5. Le déjeuner
6. Le comité de pilotage de l’eau au conseil régional
7. Le travail durant le trajet de retour
8. La traversée de la ville circonscription à pied
9. Un apéritif militant
10. Un dîner politique et les derniers messages

29Ces séquences ont une certaine cohérence interne que l’observation ethnographique a confirmée. Au total, elles regroupent les 199 unités temporelles d’action de base qui composent une journée de travail politique de l’élue d’une durée de 17 heures 25, soit pratiquement le double de ce qu’indiquait l’agenda.

301. La préparation et le travail lors du trajet domicile-conseil régional constituent une première unité de temps de plus de 3 heures, subdivisée en 32 séquences. Après un réveil matinal à 6 heures 30, le moment du petit déjeuner et de la préparation personnelle au domicile est déjà un temps de travail, d’information radiophonique et en ligne, de consultation des messages. Le temps de trajet de 68 minutes avec le chauffeur est deux fois plus long que la durée désormais purement indicative repérée dans l’agenda (30 minutes). Mais, pour un itinéraire strictement identique, il est près de vingt minutes plus court qu’en début de période, le chauffeur ayant vraisemblablement obtenu à la longue, auprès de l’élue, le consentement au moins tacite à une conduite « efficace ». Ce moment est révélateur de la manière dont le travail politique se révèle être fondé sur la pluriactivité simultanée. En une heure, l’élue effectue trente actions distinctes d’une durée moyenne de deux minutes et vingt secondes. Dans cette voiture-bureau, elle lit deux journaux de la presse quotidienne régionale, reçoit trois appels téléphoniques, écoute plusieurs fois sa messagerie vocale et prépare deux réunions à partir de ses dossiers, tout en consultant et en rédigeant nombre de SMS et de mails.

Tableau 20. Décryptage de la séquence 1 (6 h 30 - 9 h 34)

Tableau 20. Décryptage de la séquence 1 (6 h 30 - 9 h 34)

312. L’arrivée au Conseil régional et le passage par le bureau du conseil régional dure 25 minutes et se décompose en 15 séquences d’une durée moyenne d’une minute et quarante secondes. Les couloirs et l’ascenseur sont le lieu des salutations matinales, un œil rivé sur les SMS qui continuent d’arriver. L’élue passe les vingt minutes qui précèdent la première réunion dans le bureau double de sa vice-présidence, où circule une petite demi-douzaine de personnes presque exclusivement féminines. Elle salue son équipe et les élus délégués, discute avec sa plus proche collaboratrice qui lui remet deux piles de dossiers classés et lui présente les parapheurs, au moment où elle répond à un coup de téléphone tout en consultant ses mails sur la tablette qu’elle vient de sortir de son sac. Elle s’enquiert auprès de son secrétariat de la réservation d’une chambre d’hôtel pour un prochain déplacement, demande des documents relatifs à la campagne des législatives, tout en buvant une tasse de thé. Elle s’isole un instant de cette joyeuse effervescence pour un dernier briefing avec sa « collab » avant la commission permanente imminente et le conseil de délégation qu’elle va présider dans la foulée.

Tableau 21. Décryptage de la séquence 2 (9 h 35 - 9 h 59)

Tableau 21. Décryptage de la séquence 2 (9 h 35 - 9 h 59)

323. Espace-temps stratégique fermé à l’observation ethnographique, la commission permanente (CP) est une cérémonie qui rassemble les soixante élus les plus impliqués dans l’institution et leurs collaborateurs. Ses marges sont l’occasion d’innombrables et rapides interactions amicales et/ou politiques, elles aussi difficilement accessibles aux observateurs, entre pairs et avec le cabinet et la DGS (directrice générale des services). L’événement prend 58 minutes exactement entre le départ et le retour au bureau de l’élue, mais la CP ne dure effectivement que 36 minutes.

Tableau 22. Décryptage de la séquence 3 (10 h 00 - 10 h 58)

Tableau 22. Décryptage de la séquence 3 (10 h 00 - 10 h 58)

334. Le conseil de délégation est un moment important, car l’élue est la personne clé de cet espace-temps. La vice-présidente est chargée de piloter « sa délégation » qui rassemble les élus délégués et les administrateurs des services concernés par les dossiers (une vingtaine de personnes) pour préparer le vote de délibérations spécifiques lors de la prochaine assemblée plénière. Cet espace-temps est donc particulièrement dense en ce qu’il revêt une dimension politique autant que technique. Cette phase riche d’une durée de 2 heures 25 est découpée en 48 séquences de 3 minutes en moyenne. La vice-présidente dirige les échanges de manière très efficace dans une ambiance professionnelle. Elle fait preuve d’une parfaite maîtrise technique des dossiers discutés, notamment lors de ses prises de parole, de loin les plus longues de la séance. Assise à côté d’elle, sa collaboratrice lui transmet les chemises cartonnées les unes après les autres. Les nombreuses « messes basses » avec l’élue montrent qu’elle participe directement au contrôle énergique du temps. Sa tablette et ses deux téléphones posés devant elle en mode « silencieux », la vice-présidente reste pour sa part surtout connectée en permanence et communique par SMS et mails à de nombreuses reprises avec l’extérieur.

Tableau 23. Décryptage de la séquence 4 (10 h 59 - 13 h 23)

Tableau 23. Décryptage de la séquence 4 (10 h 59 - 13 h 23)

345. Le déjeuner est expédié en une heure. L’élue et sa collaboratrice sortent afin de déjeuner dans un café proche de la Région, accompagnées des deux observateurs. La situation d’enquête se transforme alors sensiblement, compte tenu de la familiarité progressivement établie entre elles et nous, de notre impossible invisibilité dans la situation présente, de la disponibilité de l’élue qui nous interroge directement sur l’enquête en cours et divers autres sujets, etc. Tout porte à croire néanmoins que sans notre présence, le déjeuner aurait eu lieu dans le même espace-temps. Les interactions auraient probablement été semblables, l’élue et sa collaboratrice profitant de ces déjeuners non planifiés pour se ménager des tête-à-tête où se mélangent considérations personnelles et amicales et gestion des dossiers politiques et techniques. « L’observation participante » du repas montre que cet espace-temps ne rompt pas avec l’institution : l’élue y est connue, reconnue, saluée et interpellée à la fois par le personnel, mais aussi par les habitués du conseil régional tout proche qui y déjeunent également.

Tableau 24. Décryptage de la séquence 5 (13 h 24 - 14 h 28)

Tableau 24. Décryptage de la séquence 5 (13 h 24 - 14 h 28)

356. Le comité de pilotage de l’eau du début d’après-midi est la sixième séquence de la journée. D’une durée de 2 heures 15, il compte 52 séquences pour l’élue observée et témoigne d’une des autres fonctions importantes de la vice-présidente, à savoir la participation à des réunions techniques. Ce « Copil » consacré à la gestion de la ressource aquatique rassemble entre neuf et quatorze personnes durant la séance, dont quelques élus, mais principalement des responsables des services et pratiquement que des femmes. Il fait partie des attributions de sa délégation et l’élue en assure la présidence. Flanquée de sa collaboratrice, elle écoute, consulte et intervient sur les trois dossiers au programme, qu’elle connaît parfaitement, tout en continuant son intense activité de veille et de communication électronique.

Tableau 25. Décryptage de la séquence 6 (14 h 29 - 16 h 43)

Tableau 25. Décryptage de la séquence 6 (14 h 29 - 16 h 43)

367. La journée à la Région se termine avec un quart d’heure de retard sur le planning de l’agenda. Après un rapide retour au bureau pour récupérer des dossiers et saluer « tout le monde », l’élue dévale les escaliers vers le parking souterrain et « saute » dans la voiture qui l’attend. Assise à la droite du chauffeur, comme d’habitude, elle profite de l’heure et quart du trajet du retour vers sa ville circonscription pour de nouveau réaliser sur ses genoux un véritable « travail de bureau ». La conduite « sportive » du chauffeur ne la dérange plus. Elle va ainsi consacrer un gros quart d’heure à la lecture transversale de trois imposants dossiers préparés par son secrétariat. Mais deux appels téléphoniques la mobilisent plus d’une demi-heure : un premier avec l’un de ses proches au sein de la section locale du Parti socialiste, à propos des risques et des effets de l’évocation des conflits internes dans la presse du matin ; un second plus rituel avec la collaboratrice qu’elle vient de laisser à la Région, pour un débriefing « discret » d’une dizaine de minutes sur l’ensemble de la journée et des problèmes politiques internes à l’institution. Le reste du temps est encore consacré aux SMS et aux mails.

Tableau 26. Décryptage de la séquence 7 (16 h 44 - 18 h 00)

Tableau 26. Décryptage de la séquence 7 (16 h 44 - 18 h 00)

378. Le véhicule arrêté en double file à proximité de l’antenne régionale, l’équipage sort précipitamment. Commence alors une traversée de la ville circonscription à pied. L’agenda prévoit en effet un passage chez le cordonnier, dont la boutique se trouve dans les rues piétonnes du centre-ville. L’antenne étant située à l’opposé du domicile, cet événement de nature personnelle donne lieu à une déambulation très politique de l’élue, de plus d’une demi-heure, dans les ruelles commerçantes du vieux centre. Elle y croise de nombreuses connaissances, salue les personnes de loin et accorde quelques mots à chacun de ceux qui l’accostent. Le rythme s’est ralenti par rapport au timing serré et technique de la première partie de journée à la Région. Le retour en circonscription atteste un changement de rôle, du pilotage de l’action publique par la vice-présidente à la mobilisation du territoire par l’élue locale en quête d’un prochain mandat. Celle-ci étant de nouveau en prise directe avec le territoire, la veille de messagerie cesse. Il s’agit maintenant d’être disponible pour les administrés, les futurs électeurs et les réseaux politiques locaux. L’entrée « chaussures » dans l’agenda est ainsi bien plus qu’un événement personnel égaré dans un planning très professionnel. L’échange complice avec le cordonnier montre que celui-ci est explicitement un relais politique dans le milieu des petits commerçants locaux. Une pause devant la devanture d’une salle d’exposition d’une association artistique atteste un véritable « travail du territoire municipal » par l’élue régionale. À son domicile, l’élue s’accorde une petite demi-heure de pause. Elle échange dix minutes avec les observateurs sur la campagne présidentielle qui vient de s’achever, un verre de lait à la main, avant de s’isoler à l’étage pour préparer quelques instants la fin de sa journée.

Tableau 27. Décryptage de la séquence 8 (18 h 01 - 18 h 59)

Tableau 27. Décryptage de la séquence 8 (18 h 01 - 18 h 59)

389. Comme prévu dans l’agenda, la fin d’après-midi et la soirée sont occupées par deux autres événements politiques : un apéritif militant et un dîner de travail pré-électoral, auxquels s’ajoute la gestion nocturne et non planifiée des derniers messages. Après un rapide trajet urbain dans sa voiture personnelle, et l’appel téléphonique d’un militant sur le parking, l’élue assiste d’abord à une rencontre conviviale au local électoral provisoire de la candidate socialiste aux élections législatives, dans un quartier populaire de la ville. Cet apéritif de mobilisation pré-électorale rassemble pour sa troisième édition une vingtaine de personnes, des militants de la section et quelques électeurs des quartiers voisins sympathisants ou invités à le devenir, un verre à la main. Mais la candidate n’est pas présente. L’élue régionale n’est pas non plus très assidue à ces rencontres, mais elle vient ici, comme ancienne députée, afficher une certaine cohérence et donner l’illusion d’une forte « continuité partisane », tout en apaisant indirectement les tensions qui l’opposent depuis plusieurs années à la candidate investie dans la circonscription, par ailleurs conseillère municipale d’opposition. Sans boire une goutte d’alcool, elle fait le tour de ses connaissances et s’attarde trente-sept minutes dans le local, sans toucher à ses téléphones. Nous échangeons quelques impressions pendant le rapide trajet du retour. L’observation à proprement parler s’arrête alors, à 19 heures 55, lorsqu’elle nous dépose devant son domicile, avant de se rendre à son tout dernier rendez-vous.

Tableau 28. Décryptage de la séquence 9 (19 h 00 - 19 h 55)

Tableau 28. Décryptage de la séquence 9 (19 h 00 - 19 h 55)

3910. La fin de soirée est en effet reconstituée à partir des témoignages oraux et écrits de l’élue recueillis le lendemain. Le dîner politique auquel elle assiste dans un restaurant du centre-ville est un tête-à-tête inaccessible à l’observateur extérieur, avec un ancien élu centriste du conseil municipal dirigeant d’une importante société immobilière locale. Il est l’occasion d’une nouvelle discussion sur les élections municipales prochaines. Comme pour les autres réunions qu’elle a présidées, l’élue précise que ses appareils téléphoniques sont alors « mis en silencieux pour ne pas être dérangée ». Après 2 heures 35 d’échanges et de restauration, elle rejoint son domicile et consacre encore trois quarts d’heure à la version iPad du journal Le Monde, à sa messagerie privée Gmail qu’elle dit ne pas consulter la journée et surtout à son compte Facebook. La journée se termine à 23 heures 55, après 16 heures 29 d’activités réelles, alors que 9 heures 15 seulement étaient planifiées dans l’agenda.

Tableau 29. Décryptage de la séquence 10 (19 h 56 - 23 h 55)

Tableau 29. Décryptage de la séquence 10 (19 h 56 - 23 h 55)

40Les données empiriques recueillies permettent d’illustrer ce qu’est l’emploi du temps de manière plus précise que l’agenda, et surtout, de préciser ce que l’agenda masque ou résume derrière ses contenus laconiques. L’observation microscopique directe du travail politique en train de se faire est nécessaire pour éclairer ces « zones d’ombre » de l’agenda qui reste un dispositif minimaliste de description de l’activité des hommes politiques. Mais elle est nécessaire surtout pour comprendre les modalités concrètes de la mise en œuvre de l’agenda, un instrument sophistiqué, rationalisé et rationalisant, mais qui ne peut prévoir l’ensemble des activités de l’élue, ni par définition l’occupation des nombreuses petites anfractuosités que son existence engendre (pauses, intermèdes, transitions, déplacements, vides, espaces de latence, aubes, soirées, nuits, etc.). Les données sont également riches d’enseignement, en ce sens qu’elles témoignent des manières de travailler des professionnels de la politique, c’est-à-dire de la façon dont ils gèrent leurs rôles multiples dans des emplois du temps contraints et saturés.

Saturation et bi-activité : les usages ordinaires du temps de travail politique

41« Faire de la politique », être un élu, même un élu « moderne », utilisant les nouvelles technologies, une élue ayant des responsabilités locales, assistée par des collaboratrices et des chargées de mission, des chauffeurs, etc., cela prend du temps, beaucoup de temps. Cette chronophagie du travail des professionnels de la politique repose sur le fait que leur activité est à la fois sur-codifiée et sous-codifiée, ce qui a des conséquences majeures sur leur agenda. En effet, ce dernier est tissé de nombreuses obligations objectives auxquelles l’élue doit se consacrer, qui sont précises, souvent institutionnelles, régulières et codifiées, et qui constituent l’agenda formel. Mais l’emploi du temps incorpore de surcroît une multitude de micro-activités sous-codifiées, en ce sens qu’elles dépendent de l’élue, de sa stratégie, de son territoire, de sa carrière, de sa personnalité et de maintes variables locales ou partisanes, qui densifient considérablement son « temps de travail ». Ces activités sont de différents ordres : contacts avec les élus et les militants, innombrables discussions informelles avec des collaborateurs ou des connaissances, réunions et/ou entretiens avec de nombreux acteurs locaux et régionaux en tous genres, avec un travail de suivi de l’information, de lectures, de digestion des dossiers, de préparation, et également de gestion de l’agenda lui-même, etc., qui contribuent très nettement au caractère chronophage du travail politique.

42Le minutage des occupations de la journée souligne l’absence de pause réelle. Les temps de déplacement ne sont pas particulièrement des moments de « décompression ». Le rythme soutenu de la fourmilière de l’assemblée régionale n’est pas propice à une réflexion posée : les échanges d’informations plus ou moins stratégiques y sont incessants, innombrables et rapides, le pilotage de l’action publique y demande une grande vigilance. Le repas n’est l’occasion d’aucun relâchement. Si le tempo ralentit au retour dans la circonscription, les interactions restent nombreuses et tout aussi « politiques » et électoralement stratégiques. L’élue n’a finalement rien fait d’autre de ses 16 heures 30 éveillée que travailler indissociablement à l’administration de sa délégation et à la mobilisation de ses soutiens politiques locaux. Cette saturation de l’emploi du temps se mesure également au nombre approximatif d’interlocuteurs fréquentés dans la journée : au cours de ce vendredi ordinaire « en région et en circo », du lever au coucher et sans compter les deux observateurs, la vice-présidente aura engagé un échange interpersonnel d’au moins quelques mots avec environ 125 interlocuteurs différents.

43Ces neufs phases confirment le caractère organisé et dense de la journée de l’élue qui doit jongler entre plusieurs « agendas ». L’emploi du temps ainsi décrit est donc le produit de la superposition de l’agenda stricto sensu et des « sur-agendas » multiples : local, partisan, personnel, intellectuel, électoral, etc. À tous égards, l’emploi du temps apparaît comme la partie immergée de « l’iceberg agenda ». En effet, l’élue est sans cesse rappelée à des agendas officieux, son « hors agenda », auxquels elle ne peut se soustraire. En conséquence, la règle pour une journée ordinaire est la superposition d’agendas qui ne peut éventuellement être partiellement limitée que lors de déplacements hors du territoire d’élection.

44Cette observation minutieuse montre l’importance de la gestion du temps et de l’agenda comme instrument du travail politique contemporain ordinaire des élus intermédiaires. L’entrepreneur politique qui fait l’objet de cette étude gère au mieux son temps et contrôle très largement cette superposition en menant souvent plusieurs activités en même temps. La pluriactivité apparaît de fait comme la condition de possibilité de l’effectuation du travail politique. Le nombre de dossiers, de lectures, d’interactions, d’interventions, de réunions, de messages qu’une élue doit « gérer » dans une journée est très élevé. Par conséquent, la seule possibilité d’effectuer correctement son « travail » est d’utiliser deux principes d’action. Premièrement, il convient pour l’élue d’utiliser au maximum l’amplitude horaire d’une journée. Deuxièmement, ce nombre d’heures étant insuffisant, il faut être quasiment en permanence dans la pluriactivité. Les moments ou l’élue par exemple ne fait qu’écouter une intervention lors d’une réunion sont très rares : en général elle consulte simultanément des dossiers, s’entretient avec d’autres élus ou des collaborateurs, prend des notes, rédige des courriels, des SMS, signe des documents, etc. On peut considérer qu’un des rares moments où l’élue ne mène qu’une seule activité (à l’exception d’interactions ou de conversations téléphoniques plus importantes que les autres) est le moment où elle-même intervient, notamment comme présidente de séance, pour s’exprimer dans le cadre des réunions diverses au conseil régional. Une gestion rigoureuse du temps est une condition de ce dédoublement. L’agenda maîtrisé est ce qui permet à l’élue de se dédoubler. L’intensification de l’utilisation du temps permet les démultiplications de lactivité politique (travail classique de représentation, travail technique, veille partisane active, travail de candidate potentielle, travail de veille médiatique permanente).

La technologie numérique, condition de la pluriactivité

  • 8  Voir notamment P. Norton, « Four models of political representation. British MPs and the use of IC (...)

45Cette domination quasi systématique de la pluriactivité est en partie liée à la profonde mutation des pratiques de communication qu’implique la généralisation des smartphones, qui a succédé à la généralisation de l’utilisation des personal digital assistants (PDA), d’Internet et des téléphones portables comme instruments de transformation du travail politique. Tout se passe comme si ces différents dispositifs avaient modifié spécifiquement le travail politique en tant qu’il se donne à voir comme fortement appuyé sur la communication, l’interaction et l’information8. L’élue peut utiliser les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour développer des stratégies fondées sur l’ubiquité, le dédoublement ou plus prosaïquement sur la « pluriactivité ». Autrement dit, si l’agenda tel qu’il apparaît aux acteurs est un instrument qui rend visible l’activité principale (activité « de type 1 ») d’un ou d’une élue dans un « créneau » temporel donné, il ne peut rendre compte de ce que fait l’élue dans ce même espace-temps dans la mesure où, notamment par le biais de ces nouvelles technologies, l’élue mène une activité secondaire (activité « de type 2 ») de manière très fréquente et quasi institutionnalisée pendant qu’elle assure l’action principale de type 1 évoquée dans l’agenda électronique sous ses différentes formes.

46Durant cette journée, la vice-présidente n’aura reçu ou donné en tout qu’une dizaine de coups de téléphone, selon notre observation directe, pour une durée totale de communication de soixante-dix minutes. L’essentiel de la communication directe passe donc aujourd’hui par les messages courts rédigés. S’il est difficile de connaître le nombre exact de messages (SMS et e-mails) reçus et envoyés, le relevé des activités de la journée permet d’estimer à une quarantaine le nombre de fois où l’élue saisit l’un de ses téléphones ou sa tablette pour lire ou écrire un message durant les 10 heures 30 d’observation directe effective (à compter de 8 heures 30, hors commission permanente et soirée après 20 heures), soit une durée totale d’1 heure 30 passée à réceptionner ou envoyer une information. À cela s’ajoute environ une heure de messagerie répartie entre la préparation matutinale et la toute fin de soirée.

47L’importance de la connexion aux réseaux de communication dans la pluriactivité politique est particulièrement évidente durant les temps de déplacement. L’analyse de l’utilisation du temps de transport révèle le rapport de l’élue à son activité. Elle met en lumière plusieurs phénomènes. Premièrement, la maximisation du temps de l’élue semble une priorité : sur une durée de deux heures et vingt minutes dans la journée – si l’on totalise les deux déplacements entre les deux villes principales avec chauffeur –, seules quelques rares minutes furent consacrées à autre chose qu’à des conversations téléphoniques, à la rédaction de SMS ou de courriels, ou bien entendu à la lecture de dossiers ou de journaux. Le temps est précieux et le temps de trajet est véritablement un temps de travail pour l’élue. Deuxièmement, le temps de trajet entre la ville circonscription et la capitale de région se doit d’être le plus réduit possible, d’où la conduite « dynamique » des chauffeurs de l’administration régionale pour ces quelque deux cents kilomètres aller-retour. Troisièmement, le temps de trajet est visiblement un temps qui permet un certain nombre d’activités qui ne peuvent être effectuées à d’autres moments et surtout en d’autres lieux, notamment de nombreuses conversations téléphoniques à portée politique. Il est à ce sujet significatif que l’élue s’entretient également par téléphone avec une collaboratrice qu’elle a pu voir moins d’une demi-heure auparavant, mais de manière à l’évidence plus confidentielle. C’est en particulier le cas pour ce qui relève d’affaires partisanes et/ou locales. Enfin, quatrièmement, le temps de trajet est celui où l’élue peut le plus s’adonner à la pluriactivité (téléphone, lectures, e-mails, SMS, journaux, etc.) étant donné que c’est un des rares moments de la journée où l’élue est quasiment « seule », si l’on fait abstraction du chauffeur du conseil régional soumis à un strict devoir de réserve et particulièrement taciturne.

48Porter le regard sur la richesse du « hors agenda » d’une élue permet ainsi d’éclairer complètement ce qui constitue son emploi du temps réel que l’agenda sert à réguler, organiser, mais qu’il ne résume pas totalement tant l’activité politique observée de près apparaît multiple et chronophage. Cet examen témoigne à la fois de la densité de l’emploi du temps de l’élue, du caractère intrusif du travail politique et des pratiques de gestion de la saturation des emplois du temps des dirigeants politiques locaux, en particulier par la pluriactivité que facilitent les technologies numériques. Entourée, consciencieuse, professionnelle, la vice-présidente montre dans l’observation ethnographique de son emploi du temps une application particulière à maîtriser cette ressource rare, à remplir et optimiser au maximum son agenda mais aussi la part inévitablement importante du hors agenda interstitiel.

49Les logiques de l’investissement, les formes du travail et les enjeux de l’action politique de l’élue sont pluriels. L’immersion dans la variété des agendas montre que l’espace-temps du travail politique de la vice-présidente entremêle les charges du pilotage de l’action publique régionale et les obligations du contrôle politique du territoire électoral. Le travail politique est en quelque sorte dédoublé, entre la gestion professionnelle de la délégation et la préparation des prochaines échéances électorales. Le retour à un examen affiné des événements politiques de la base agenda autorise en effet deux lectures complémentaires des tensions qui pèsent sur les logiques de production de l’emploi du temps de la vice-présidente : d’un côté, une tension entre exemplarité de l’investissement dans la délégation et travail notabiliaire de la circonscription, de l’autre, une tension entre gestion publique régionale immédiate et anticipation d’échéances électorales locales plus ou moins lointaines.

Notes

1  Voir L. Godmer et G. Marrel, « Que font vraiment les professionnels de la politique ? L’agenda électronique et l’emploi du temps d’une élue régionale », art. cité

2  Au-delà de cette sous-estimation spécifique à cette semaine test, il semble, comme nous l’avons déjà souligné, que le temps de transport soit largement sous-estimé dans l’agenda, y compris et surtout pour les trajets planifiés avec chauffeur, très fréquents entre la ville du domicile et la capitale de région. Le travail de mise à l’agenda a progressivement réduit leur durée d’une heure et demie à trente minutes, soit bien d’avantage que l’effet de l’accélération réelle et effective de la vitesse à laquelle les chauffeurs ont eu l’autorisation de rouler une fois l’appréhension du risque par l’élue effacée par l’habitude et la nécessité.

3  G. Balandier, Le pouvoir sur scènes, Paris, Fayard, 2006.

4  La gestion de ce dernier dispositif demeure d’ailleurs « artisanale » : elle est assurée par l’élue elle-même, qui rédige alors l’intégralité des textes. Elle est seulement assistée par un jeune webmaster, militant socialiste, étudiant en droit, qui effectue les mises en ligne et s’assure du bon fonctionnement du dispositif.

5  Sur les ressorts psychologisants et sociologisants du portrait politique, voir J.‑B. Legavre, « “La queue du paon” ou les logiques de production du portrait politique dans Libération », Sociétés & Représentations, vol. XIII, no 1, mars 2002, p. 333-361.

6  Voir F. Nabli et L. Ricroch, L’enquête Emploi du temps 2009-2010, Paris, INSEE, 2011.

7  A.-M. Arborio et P. Fournier, L’observation directe, Paris, Armand Colin, 2010.

8  Voir notamment P. Norton, « Four models of political representation. British MPs and the use of ICT », Journal of Legislative Studies, vol. XIII, no 3, septembre 2007, p. 354-369 ; F. Greffet éd., Continuerlalutte.com, Paris, Presses de Sciences Po, 2012.

Table des illustrations

Titre Figure 14. Empilement des activités hebdomadaires : volume horaire de l’agenda sur la semaine no 2 2012
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Figure 15. Empilement des activités hebdomadaires : volume horaire reconstitué sur la semaine no 2 2012
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau 9. La semaine n° 2 de 2012
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 10. Différences de mesure des volumes horaires de chaque grand type d’activité entre l’agenda et l’emploi du temps reconstitué
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Tableau 11. Journée no 1 : lundi 9 janvier 2012
Légende Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau 12. Journée no 2 : mardi 10 janvier 2012
Légende Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1014k
Titre Tableau 13. Journée no 3 : mercredi 11 janvier 2012
Légende Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
Titre Tableau 14. Journée no 4 : jeudi 12 janvier 2012
Légende Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Tableau 15. Journée no 5 : vendredi 13 janvier 2012
Légende Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau 16. Journée no 6 : samedi 14 janvier 2012
Légende Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Titre Tableau 17. Journée no 7 : dimanche 15 janvier 2012
Légende Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 741k
Titre Tableau 18. Le vendredi 25 mai 2012 dans l’agenda électronique de l’élue
Légende Extrait de la base de données constituée à partir du fichier d’archive Microsoft Outlook de l’élue
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Tableau 20. Décryptage de la séquence 1 (6 h 30 - 9 h 34)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Tableau 21. Décryptage de la séquence 2 (9 h 35 - 9 h 59)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre Tableau 22. Décryptage de la séquence 3 (10 h 00 - 10 h 58)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Tableau 23. Décryptage de la séquence 4 (10 h 59 - 13 h 23)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Tableau 24. Décryptage de la séquence 5 (13 h 24 - 14 h 28)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Tableau 25. Décryptage de la séquence 6 (14 h 29 - 16 h 43)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Tableau 26. Décryptage de la séquence 7 (16 h 44 - 18 h 00)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau 27. Décryptage de la séquence 8 (18 h 01 - 18 h 59)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Tableau 28. Décryptage de la séquence 9 (19 h 00 - 19 h 55)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Tableau 29. Décryptage de la séquence 10 (19 h 56 - 23 h 55)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6996/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 379k

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540