Version classiqueVersion mobile

La politique au quotidien

 | 
Laurent Godmer
, 
Guillaume Marrel

Chapitre III

Un travail politique à plein temps

Texte intégral

« Je suis un homme pressé. » (Noir Désir, Album 666.667 club, 1997)

1L’analyse du travail collectif de mise à l’agenda personnel de l’élue apporte une première série d’indices sur le type d’entreprise politique observé, les coulisses de l’organisation du travail de la représentante chargée d’une délégation exécutive, mais aussi sur l’image que l’élue construit et la nature de la relation à ses interlocuteurs politiques, administratifs, médiatiques, associatifs ou citoyens. La vice-présidente cherche de toute évidence à maîtriser le temps de son mandat et impulse une dynamique collective et professionnelle de gestion de sa délégation. L’analyse de contenu de cet agenda « bien tenu » livre maintenant d’autres éléments d’objectivation des formes de l’investissement de l’élue dans son travail politique. Une première exploration de la base de données permet de mesurer la répartition et les rythmes des temps de repos, des engagements personnels, du travail professionnel, des déplacements et enfin du travail politique au sens large, dans la vie de l’élue. Elle autorise ainsi un premier repérage des structures de son emploi du temps. Matérialisées dans l’agenda, celles-ci révèlent l’importance de l’investissement quotidien de la vice-présidente dans son métier d’élue.

Deux ans dans la vie d’une élue : catégorisation des temps et poids de la politique

2Pour saisir la masse d’informations contenues dans un agenda personnel, il importe de commencer la catégorisation des entrées enregistrées et considérées comme « valides », afin de dégager la structure générale de l’emploi du temps de l’élue. Ces entrées valides sont triées en cinq catégories : les plages horaires et événements relatifs au repos (vacances, jours fériés, « journées buissonnières », etc.), celles affectées à des actions d’ordre personnel, celles liées à l’activité professionnelle de l’élue, l’ensemble des entrées planifiant les moments de transport et de déplacement, et enfin les saisies les plus nombreuses qui renvoient aux diverses dimensions de l’activité politique. Cette première opération de classement permet de mesurer le temps de travail global de l’élue et sa ventilation entre activité professionnelle, déplacements et métier politique. Les données de l’agenda autorisent alors une lecture par catégorie d’entrée, à deux niveaux principalement : en fréquence des saisies et en volume horaire. Classiquement, l’importance d’un type d’activité peut varier en fonction de sa répétition ou de sa durée. Mais la mesure du temps de travail peut également passer par une troisième lecture, globale, en « journée occupée ». La période étudiée de deux ans compte ainsi 731 jours : 138 jours sont totalement vierges de toute planification dans l’agenda et correspondent à des journées de congé habituelles, auxquelles s’ajoutent les 27 congés mentionnés dans l’agenda, soit au total 567 jours planifiés d’au moins une activité effective dans l’agenda de l’élue.

Figure 5 Schéma d’analyse générale des données d'agenda

Figure 5 Schéma d’analyse générale des données d'agenda

3Pour cette période, si le nombre de journées de repos apparaît conforme à la « norme », le « travail politique » occupe la majorité des heures d’activité, la vie privée étant invisible et l’activité professionnelle réduite.

Un volume « normal » de journées de repos

4Les journées « inexistantes » dans l’agenda correspondent d’abord aux périodes de vacances, soit sept semaines, ou 49 jours sur deux ans, durant lesquelles l’élue interrompt totalement la planification de son emploi du temps par son équipe : les deux ou trois premières semaines d’août et la dernière semaine de décembre. Les 89 autres journées non travaillées, d’après l’agenda, correspondent pour 56 d’entre elles à des dimanches, 23 à des samedis et, pour les dix dernières, à des journées de semaine restées vierges dans l’agenda, en particulier au début de la période, lorsque la planification numérique était encore balbutiante.

  • 1 La durée annuelle effective de temps de travail peut être calculée comme suit : 365 jours, 52 jours (...)

5Au total, le nombre de journées de repos s’élève à 170 sur deux ans, soit 23,3 % du temps observé et 85 jours par an. 93 jours de repos moyens ont été observés toutes catégories d’acteurs confondues en France1. L’élue montre une certaine capacité à préserver les avantages de son statut professionnel initial d’enseignant-chercheur. Bien qu’elle occupe trois samedis sur quatre et un dimanche sur deux, l’activité politique n’interdit donc pas les congés. Du moins autorise-t-elle parfois l’interruption de la planification de l’agenda au profit d’activités alors insaisissables.

6L’investissement politique de l’élue tolère vraisemblablement un volume total de journées de repos qui reste « dans la norme ». C’est en tout cas ce que révèle l’examen de l’agenda des deux premières années de son mandat de vice-présidente. Celui-ci affiche ainsi 567 journées renseignées comme « travaillées », en tout cas occupées par au moins une activité digne d’être enregistrée dans l’agenda. Ceci représente 284 jours de travail annuel, contre 272 ouvrés en moyenne des activités salariées, soit 77,8 % de l’année occupée dans l’agenda. Cette banalité du volume d’activité planifiée peut être liée à la rigueur de la gestion du planning. Elle pourrait également résulter de l’acuité partielle de l’agenda pour rendre compte du travail réel. Il reste 567 jours documentés dans les deux années d’agenda observées, sur lesquelles les 2 773 entrées représentent un nombre théorique moyen de 4,8 « événements » quotidiens saisis dans le planning. La « vie privée » étant presque invisible, ces entrées se répartissent essentiellement entre l’activité professionnelle, les déplacements et, surtout, l’activité politique stricto sensu.

Invisibilité de la vie privée : la rareté des événements personnels dans l’agenda

7Le temps de repos est par hypothèse un temps dévolu à l’exercice d’activités personnelles et privées. L’élue est par définition une figure publique dont l’activité de représentation limite souvent l’intimité familiale et amicale. L’agenda peut être utilisé comme un instrument de délimitation et de cloisonnement entre différentes sphères. L’élue observée affirme n’utiliser qu’un seul agenda pour ses activités personnelles, professionnelles et son métier politique. Aucun carnet papier, aucun calendrier numérique parallèle n’a été observé, même sur les outils multimédias personnels de l’élue. Bien que l’agenda ne soit doublé d’aucun autre instrument personnel de gestion du temps, la vie privée de l’élue ne transparaît pratiquement pas dans le recensement des entrées validées de l’agenda électronique, ainsi qu’elle l’explique :

  • 2  ESD 2 avec l’élue, Antenne régionale, 25 avril 2013.

Pour mon agenda perso, il m’arrive d’indiquer dans l’agenda électronique mes rendez-vous chez le médecin, le coiffeur, l’esthéticienne… Par contre, quand ce sont des rendez-vous strictement perso, je les gère de mémoire… pour garder quand même un petit jardin secret !2

8Seuls 39 des 2 773 enregistrements y font explicitement référence, soit en principe 1,4 % des entrées validées. On y recense 37 rendez-vous et deux cérémonies. La moitié des rendez-vous privés enregistrés relèvent de « l’entretien » ou des « soins » nécessaires à l’activité de représentation : coiffeur, esthéticienne, cordonnier, teinturier… Peuvent y être également associés les rendez-vous médicaux de contrôle. Viennent ensuite les repas ou soirées privées en famille ou avec des amis et les rendez-vous liés à l’entretien matériel du foyer, du jardin et de la voiture. Les cérémonies privées identifiées sont des mariages. Ces événements privés se situent pour l’essentiel le mercredi et le jeudi. En outre, la part de ces occupations personnelles en volume horaire ne dépasse pas 55 heures dans l’emploi du temps de l’élue sur toute la période, soit 1,2 % des 4 445 heures d’activité recensées sur les deux années de l’agenda. Nul doute que l’agenda très professionnel de l’élue ne restitue ici, et de manière assez conventionnelle, qu’une infime partie de son activité privée.

Figure 6 Fréquences et volumes horaires comparésdes entrées de l’agenda

Figure 6 Fréquences et volumes horaires comparésdes entrées de l’agenda

9Le statut « personnel » de l’ensemble de ces événements peut en outre être relativisé, tant les frontières entre la vie privée et la vie publique et politique de l’élue semblent progressivement s’effacer. De fait, parmi ces rendez-vous personnels, vingt-quatre événements qui relèvent du soin apporté à sa propre image peuvent finalement être enregistrés comme des « événements politiques ». Ils se distinguent de l’espace relationnel privé de l’élue qui n’apparaît pratiquement pas dans l’agenda. Ils font partie des coulisses du travail de représentation politique, dont rendent très mal compte les catégories habituelles du « privé » et du « public », du « personnel » et du « professionnel ». L’activité étroitement personnelle dans l’agenda est ainsi réduite à 0,5 % des entrées et 0,6 % du temps occupé. Les frontières sont tout aussi floues pour le découpage entre « travail professionnel » et « travail politique ».

Un quart du temps de travail consacré à l’activité professionnelle ?

10Maître de conférences en géographie à l’université, l’élue a décidé, au moment de son élection comme vice-présidente de Région, de maintenir une partie de son activité professionnelle, comme du reste depuis son entrée en politique. Bénéficiant d’une décharge d’un tiers de son service statutaire, elle doit effectuer 128 heures « équivalent travaux dirigés » d’enseignement par an et, théoriquement, les deux tiers de ses engagements de recherche. Pour organiser ce travail, l’élue ne dispose encore une fois d’aucun autre agenda que l’outil partagé de la Région, qu’elle utilise en partie pour articuler ses activités professionnelles et politiques :

Pour mon agenda professionnel, a priori je gère de mémoire et je mets parfois quelques indications sur l’agenda de la Région, si j’ai autre chose que de la présence à la fac pour mes cours et du travail au bureau. Par exemple une réunion du groupe de recherche intersite auquel j’appartiens et qui se déroule généralement à […], là en principe, je l’intègre dans l’agenda électronique. (Ibid.)

11En principe, à la réalisation de son service universitaire et de sa recherche, l’élue a décidé de consacrer une journée et demi hebdomadaire, où elle est théoriquement présente sur le campus universitaire. L’agenda porte ainsi la trace de ces plages horaires réservées de manière itérative. Comme tous les calendriers électroniques, l’outil Outlook permet de planifier la réservation systématique et répétée d’un espace-temps sur plusieurs mois, voire plusieurs années. Les mardis de 8 heures à 12 heures et les mercredis de 8 heures à 18 heures sont ainsi normalement bloqués pour que l’élue puisse donner ses cours, recevoir les étudiants et participer à la vie scientifique et pédagogique de son établissement. Ces plages réservées apparaissent comme des « événements » monolithiques dans l’agenda, sans que le détail de l’activité académique ne soit précisé. On recense, sur deux ans, 139 plages réservées qui se répartissent sur 138 jours, soit 64 mardis et 74 mercredis. La longue durée de ces plages réservées conduit à une importante distorsion entre le poids relatif des saisies professionnelles dans l’agenda (7 %) et la durée à laquelle renvoient effectivement ces réservations : 25 % de l’emploi du temps. Cette lecture peut laisser croire que l’élue consacre un quart de son temps de travail planifié dans l’agenda à son activité professionnelle. Mais là encore, la frontière entre les espaces-temps professionnels et politiques n’est pas étanche. La planification itérative n’est pas systématique et les aménagements pragmatiques et plus ou moins improvisés au sein de l’équipe sont nombreux. Ces plages réservées sont de fait susceptibles d’être perturbées par quelques engagements politiques et inversement, l’activité universitaire peut parfois se disséminer dans le reste du temps normalement réservé à la politique. La nature de la délégation à l’Aménagement du territoire dont cette enseignante-chercheuse en géographie est responsable peut faciliter cette perméabilité entre le maintien dans son espace professionnel d’origine et la conduite de l’action publique, voire la construction d’une carrière politique.

12Les réservations ne couvrent d’ailleurs pas l’ensemble des 94 mardis et 94 mercredis occupés dans l’agenda : sur la période, 30 mardis et 20 mercredis sont ainsi exceptionnellement libérés des obligations universitaires pour l’action politique. Les vacances scolaires et la souplesse du calendrier universitaire autorisent cet allègement du temps de travail professionnel au profit de la politique. Ensuite, sur les plages de travail universitaire réservées plusieurs mois à l’avance viennent fréquemment se greffer des événements de nature politique : 29 des 64 mardis matin et 52 des 74 mercredis théoriquement bloqués sont en réalité « perturbés » par au moins un événement politique, soit près des trois cinquièmes des plages horaires professionnelles. En sens inverse, le travail universitaire déborde à 54 reprises des plages qui lui sont réservées, les lundis, mardis après-midi, jeudis et vendredis, mais aussi les samedis et les mardis matins et mercredis libérés. Il s’agit le plus souvent de cérémonies ou d’événements universitaires (soutenances, colloques, jurys…), de réunions ou de repas de travail (séminaire pédagogique ou de recherche, assemblée générale ou réunion de département ou de laboratoire…), plus rarement du déplacement d’un cours ou de l’aménagement d’un moment supplémentaire de travail académique dans la semaine. Le travail professionnel ne reprend pas pour autant le dessus sur une activité politique incontestablement prioritaire et vraisemblablement croissante.

Tableau 5. Types d’entrées exploitables dans l’agenda

Tableau 5. Types d’entrées exploitables dans l’agenda

13La souplesse du statut d’enseignant-chercheur autorise ces ajustements permanents au profit de l’activité politique. Les obligations de présence sur le lieu de travail, face aux étudiants ou avec les collègues de l’unité de formation et de recherche ou du laboratoire sont finalement assez rares. L’importance du travail personnel de préparation ou d’évaluation suppose également qu’une grande partie de celui-ci puisse être repoussée aux moments du repos, en soirée, les week-ends ou pendant les vacances, et échappe de ce fait très largement à l’agenda, et partant à notre mesure.

14Au total, l’agenda enregistre néanmoins 195 saisies et 1 109 heures de travail professionnel sur deux ans, soit 554 heures annuelles théoriquement consacrées aux deux tiers du service d’enseignant-chercheur que l’élue doit à son université. Ces 195 saisies et ces 1 109 heures sont réparties sur 176 jours sur deux ans, soit 1,1 événement et 6 heures et 18 minutes de travail par jour en principe, mais aussi théoriquement 88 jours annuels consacrés en tout ou partie au travail universitaire. S’il demeure important, le temps consacré à l’activité professionnelle ne représente donc pas la majorité des heures d’activité, étant donné l’importance de l’activité politique, qui est en outre la plupart du temps à l’origine de l’activité très chronophage des déplacements.

L’élue en mouvement : un cinquième du temps dans les déplacements

  • 3  Comme pour l’ensemble des cadres. Voir J. Talbot, « Les déplacements domicile-travail. De plus en (...)

15Du point de vue de l’analyse de contenu de l’agenda, un déplacement enregistré peut en tant que tel être considéré comme un « événement ». C’est en tout cas un temps d’activité réel. La représentation politique implique un important travail de rencontre, de visites, de parade et de courtage sur l’ensemble du territoire de la circonscription électorale et dans les espaces de délibération et de décision locaux, régionaux, nationaux, voire internationaux. Elle suppose donc une mobilité très importante. Comme pour nombre de professions très mobiles, le déplacement est en tant que tel du « temps de travail effectif », même si sa finalité reste fonctionnelle : se rendre à un rendez-vous, un conseil, un comité, etc. D’autant que l’état de relative passivité qu’il impose permet souvent de faire autre chose (téléphoner, envoyer des SMS, lire les journaux, signer un parapheur, revoir un dossier…)3, sans que cela soit d’ailleurs enregistré dans l’agenda. En effet, le statut de vice-présidente de la Région donne accès de manière presque illimitée au service des chauffeurs de l’institution régionale.

16L’outil permet de recenser 482 déplacements sur les 567 journées renseignées. L’immense majorité des déplacements concerne les trajets entre la ville-préfecture, lieu de résidence de l’élue, et les bureaux de l’Hôtel de Région dans la capitale régionale, dans une des voitures avec chauffeur. Ce volume correspond d’abord à la distance entre lieu de résidence et lieu de travail. Élue d’un département périphérique de la Région, la représentante doit comme vice-présidente se rendre très régulièrement dans les bureaux de la capitale, à un rythme théorique annoncé de trois allers-retours par semaine. Ces trajets spécifiques et majoritaires représentent dans les faits 434 voyages, soit théoriquement 217 allers-retours. À cela s’ajoutent 40 voyages en TGV, pour la plupart des allers-retours entre Paris et le territoire d’élection. Seuls quatre déplacements en avion sont mentionnés dans l’agenda, soit un aller-retour à Bruxelles et un autre à Marrakech pour la préparation du Forum mondial de l’eau. L’utilisation de la voiture personnelle n’est mentionnée qu’une seule fois, alors que l’élue l’utilise fréquemment en complément ou à la place des voitures de la Région, pour les petits déplacements dans son agglomération ou son département de résidence, la plupart du temps en soirée. Mais 100 % des déplacements planifiés sont en rapport avec l’activité politique de l’élue, si bien qu’ils peuvent être considérés comme des « événements politiques ».

17La planification des nombreux déplacements mobilise une grande partie de l’énergie collective nécessaire à la gestion prévisionnelle du temps de l’élue. Leur saisie occupe 17,4 % de l’agenda des événements physiques. Mais leur réalisation ne concerne que 456 heures, soit 10,3 % du volume horaire global maîtrisé par l’outil. Dans sa globalité, la durée moyenne d’un déplacement est de 56 minutes. Sur les 95 semaines effectivement travaillées pendant ces deux années d’enquête, les 217 allers-retours avec chauffeur entre la circonscription et la capitale régionale correspondent à une moyenne de 2,3 voyages hebdomadaires. Avec 365 heures 30 passées dans la voiture de la Région en deux ans, la durée moyenne de ces 434 jonctions s’élève à 50 minutes. Il importe de noter que, par routine peut-être, la saisie de la durée des déplacements dans l’agenda semble avoir progressivement évolué à la baisse sur l’ensemble de la période, conduisant à une sous-estimation manifeste sur la seconde année notamment, plusieurs hypothèses pouvant expliquer ce fait (meilleure connaissance du temps de transport, volonté de limiter les temps morts, autorisation accordée aux chauffeurs de rouler en excès de vitesse, saisie de plus en plus approximative de ces entrées régulières et informatives, facilité technique de saisie d’une durée standard proposée par Microsoft Outlook, raréfaction des déplacements à la capitale liée à l’investissement en circonscription). Cette importance des déplacements est une des conséquences les plus visibles de la domination du temps du travail politique dans l’agenda de la femme politique étudiée.

Le temps dominant du travail politique : 2 081 événements et 2 853 heures en deux ans

18Distingués des informations diverses, des déplacements et des entrées relatives à l’activité personnelle et professionnelle, les événements de nature politique demeurent sans surprise l’immense majorité des enregistrements de l’agenda de cette femme politique : 2 081 actions considérées comme des actions de représentation politique et d’action publique au sens large occupent 2 853 heures du temps de l’élue sur les deux années de l’enquête. Ces 2 081 événements qualifiés de « politiques » se répartissent de fait sur 563 journées, soit un nombre théorique moyen de 3,7 actions quotidiennes et un volume horaire moyen de travail politique quotidien de 5 heures. Le mandat occupe en d’autres termes 277 jours par an en moyenne et donne lieu à plus d’un millier d’actions de planification et près de 1 500 heures de travail annuel. Soit à lui seul l’équivalent d’un plein-temps à 35 heures (272 jours et 1 586 heures).

19Autrement dit, l’agenda de l’élue semble à première vue refléter une activité politique qui se maintient encore une fois dans la norme des engagements professionnels du plus grand nombre. Avec, si on en croit l’agenda, quatre rendez-vous ou réunions par jour et cinq heures d’activité quotidienne en moyenne, la fonction de vice-présidente régionale ne semble pas accaparer la personne de l’élue. La réalité de l’emploi du temps politique dépasse cependant ce volume, du fait de la cécité de l’agenda sur une grande partie de l’activité politique de l’élue.

Figure 7. Répartition moyenne des journées par types d’activités (2 ans, 732 jours)

Figure 7. Répartition moyenne des journées par types d’activités (2 ans, 732 jours)

20Ainsi, la répartition moyenne des 731 journées de la période par grand type d’activité montre l’importance considérable de la politique dans l’agenda de l’élue : alors que 23 % des journées sont réservées au repos, moins de 2 % sont exclusivement consacrées à l’activité professionnelle ; dans 22,2 % des cas s’entremêlent activités professionnelles et engagements politiques, et dans 52,8 %, la journée est entièrement réservée au mandat électoral dans l’agenda. En définitive, avec 563 des 567 jours d’activité effectifs recensés dans l’agenda, le mandat occupe d’une certaine manière plus de 99 % du temps de travail planifié de l’élue. Saisis dans un premier temps de manière monolithique, ces temps d’activité plus ou moins variés s’inscrivent dans un calendrier et dans une durée où alternent phases de surinvestissement et moments de creux, périodes de saturation et zones de vacances ; l’étude permet de restituer les rythmes du travail politique de l’élue.

Les rythmes du travail politique : répartitions annuelles et hebdomadaires des temps de repos, de travail et de représentation

21Les données générales mises en forme jusqu’ici permettent de modéliser les structures de l’emploi du temps type de l’élue sur différentes séquences temporelles : l’année, le mois, la semaine. L’agenda de l’élue restitue les rythmes de son activité sur l’année. L’échantillon de temps étudié du 26 mai 2010 au 25 mai 2012 permet d’observer et de retenir l’année civile complète de 2011, comme idéal-typique de la répartition des temps de repos et d’activité personnelle, de travail professionnel et de représentation politique. Après près de sept mois de travail à la tête de la délégation, la vice-présidente semble avoir rodé l’essentiel de sa nouvelle activité politique. L’absence d’échéance électorale importante permet de contrôler les effets a priori évidents de la mobilisation sur le volume d’activité politique. Par convention, on considère une base moyenne théorique de douze heures diurnes ouvrables par jour, soit 84 heures par semaine, 364 heures par mois et 4 368 heures par an.

Variations annuelles d’activité : une annualisation du temps de travail politique ?

22De manière générale, le volume horaire ouvrable de l’année type est partagé équitablement entre temps de repos ou d’activité personnelle et temps de travail. L’activité représente en effet 2 223 heures annuelles sur le volume théorique de 4 368 heures. La profession occupe moins de 13 % du temps diurne et l’ensemble des actions liées au mandat électif, plus de 37 %, déplacements compris.

23Ces masses ne se répartissent pas de manière homogène sur l’année. Les périodes de vacances, les rythmes institutionnels de l’activité professionnelle affectent l’organisation des temps de l’élue. La répartition mensuelle des grandes catégories d’activité permet de dessiner une courbe d’activité, qui suit globalement les rythmes de la société. Les mois de mars, mai et septembre donnent lieu à des pics d’activité de près de 240 heures, dépassant largement les 182 heures mensuelles moyennes. Le mois de juillet amorce une forte baisse d’activité à 132 heures et de manière assez classique, le mois d’août apparaît comme un mois de repos avec seulement 16 heures 45 d’activité enregistrées. De même, le mois de décembre affiche-t-il 163 heures, soit nettement moins que la moyenne. D’autant que le calcul de la moyenne mensuelle sur les dix mois d’activité réelle, hors juillet et août, s’élève à près de 204 heures.

Tableau 6. Répartition des types d’occupations par volume horaire (année 2011)

Tableau 6. Répartition des types d’occupations par volume horaire (année 2011)

Figure 8. Empilement des activités annuelles : périodicité mensuelle (volume horaire, 2011)

Figure 8. Empilement des activités annuelles : périodicité mensuelle (volume horaire, 2011)

24Avec une moyenne de 17 heures 35, les volumes de déplacement mensuels sont relativement réguliers, même si l’on observe une forte inflation en janvier (32 heures) et en février (25 heures) et de manière plus modérée en mai, septembre et décembre. L’activité professionnelle ne varie également que faiblement autour d’une moyenne de 55 heures mensuelles sur les dix mois de pleine activité universitaire. Le calendrier des semestres de cours donne lieu à une sensible augmentation entre mars et juin, ainsi qu’en octobre. En revanche, l’activité politique témoigne d’importantes fluctuations mensuelles par rapport à la moyenne des 119 heures : + 35 % en mai et septembre, + 23 % en mars. Si le mois d’août donne lieu à une baisse d’activité de ‑ 86 %, le mois de juillet reste intensif avec une diminution qui ne dépasse pas - 4,7 %. Décembre et janvier sont également moins pris, du fait des congés.

25Affinées à l’échelle de la semaine, ces variations permettent d’identifier plus précisément les articulations entre activité professionnelle et métier d’élue. Les moyennes hebdomadaires sont strictement équivalentes aux moyennes annuelles. L’élue consacre 41 heures et 13 minutes au repos et à des occupations personnelles (22 minutes) contre 42 heures et deux minutes à ses deux activités professionnelles. Elle passe en moyenne près de 11 heures à l’université et près de trois fois plus en représentation politique (31 heures 38 dont 4 heures dans les transports). Mais les trois semaines de totale inactivité des mois d’août (31 et 32) et décembre (52), ainsi que les deux semaines de très lente reprise d’activité dans l’agenda fin août (33 : 1 heure 30 et 34 : 4 heures) doivent être sorties des calculs pour obtenir une représentation plus fidèle de la moyenne hebdomadaire d’activité. À 47 semaines, l’élue passe en moyenne près de 56 % des 84 heures disponibles en activité, soit 46 heures 46, dont près de 12 heures à l’université et 35 heures sur le terrain politique (4 heures 30 planifiées dans la voiture ou le train). Le pic d’activité se situe en semaine 50, début décembre 2011. Le niveau d’occupation dépasse alors nettement la moyenne dans toutes les catégories : le taux d’activité atteint 90 % à 75 heures 34, soit 14 heures de travail universitaire, 52 heures 30 d’activité politique et plus de 9 heures de transport.

Tableau 7. Répartition hebdomadaire des types d’occupations par volume horaire (année 2011)

Tableau 7. Répartition hebdomadaire des types d’occupations par volume horaire (année 2011)

26La coordination des agendas politiques et professionnels n’est pas parfaite : une intensification momentanée des obligations universitaires ne se traduit pas mécaniquement par une diminution des engagements politiques, comme en semaine 14, où les premières (23 heures) équivalent pratiquement aux secondes (24 heures 15). Plus souvent, on assiste à des cumuls de contraintes comme en semaine 25 : 21 heures 30 à l’université et 38 heures 44 sur le terrain politique. De même, les variations du volume des déplacements ne sont pas toujours corrélées à une intensification du travail politique : en semaine 22, on constate un temps de transport planifié de 9 heures 25 pour seulement 14 heures 30 de réunions et de rendez-vous politiques dans la semaine. Inversement, en semaine 28, seule une heure et demie de transport suffit aux déplacements pour 19 engagements politiques et 26 heures 45 de travail programmés.

Figure 9. Courbes annuelles d’activité : périodicité hebdomadaire (volume horaire, 2011)

Figure 9. Courbes annuelles d’activité : périodicité hebdomadaire (volume horaire, 2011)

27Dans l’analyse des rythmes de travail, le mois n’est pas une unité pertinente, contrairement à l’année ou à la semaine au cours desquelles peuvent être repérés des cycles plus ou moins institutionnels qui contribuent à la structuration de l’agenda de l’élue. L’année est rythmée par les vacances scolaires, les rentrées universitaires, partisanes ou propres aux collectivités, la période des vœux, etc. Mais rien ne semble rythmer le mois de travail en tant que tel : l’élue n’utilise pas les vingt-huit, vingt-neuf, trente ou trente-et-une journées qui se succèdent chaque mois comme des repères temporels pertinents ; il n’y a pas de période dans le mois spécialement dédiée ou affectée à telle ou telle activité. En revanche, la semaine a son rythme propre, imposé par la pause du week-end, les plages horaires réservées à l’université, les jours de déplacement à l’Hôtel de Région et ceux réservés à l’antenne locale, etc.

Les variations hebdomadaires : la semaine comme unité de temps politique

  • 4  Soit 91 lundis, 95 mardis, 95 mercredis, 91 jeudis, 93 vendredis, 80 samedis et 47 dimanches.
  • 5  Soit 140 heures par semaine, 606 heures 40 par mois et 7 280 heures par an.
  • 6  Soit 58 jours : 8 lundis, 9 mardis, 9 mercredis, 9 jeudis, 9 vendredis, 8 samedis et 6 dimanches.

28La lecture de l’agenda hebdomadaire moyen, calculé sur la base de 592 jours documentés dans l’agenda4, donne des indications sur l’organisation de travail effective de l’élue. En moyenne, sur les 24 mois de l’enquête, la journée ouvrée doit être élevée à un maximum théorique de 20 heures5, certaines périodes donnant lieu à des pics d’activité dépassant le seuil des douze heures fixé précédemment. La moyenne d’activité quotidienne sur toute la période s’élève alors à 7 heures 30, dont 1 heure 52 de travail universitaire et 4 heures 49 d’activité politique et 46 minutes de trajets. Mais, plus proche de la réalité, la moyenne des journées des deux mois de mars de notre échantillon6 affiche un volume quotidien d’activité de 8 heures 48, articulant près de 2 heures 25 de travail professionnel et plus de 5 heures 35 d’engagements politiques, avec 50 minutes en voiture. Enfin, la moyenne sur les sept jours de la semaine record no 50 de décembre (la plus chargée de l’année 2011) donne lieu à plus de 10 heures 45 d’activité quotidienne dont 7 heures 30 en politique et 1 heure 17 de transport. Ces importantes variations ne tiennent pas compte des contrastes importants entre la semaine et le week-end et entre les jours de semaine.

Tableau 8. Répartition journalière des types d’occupations par volume horaire

Tableau 8. Répartition journalière des types d’occupations par volume horaire

29De fait, la journée type n’existe pas. Les activités sont réparties sur la semaine, qui constitue l’unité de temps de base, la périodicité du cycle du travail politique dans laquelle doivent être réparties les activités. La semaine est ainsi grossièrement découpée en quatre temps : un tout début de semaine, le lundi, consacré au travail politique régional dans la capitale de région le plus souvent ; un milieu de semaine, mardi et mercredi, partagé entre activité universitaire et travail politique local ; une fin de semaine, jeudi et vendredi, partagée entre engagements politiques locaux et gestion politique à la Région ; enfin, le week-end où domine le repos, mais où sont régulièrement planifiées des activités politiques. À cette échelle de la semaine, le partage du temps entre le bureau universitaire et le bureau politique est davantage clair. Les événements strictement professionnels programmés les lundis, jeudis et vendredis sont rares. Une demi-journée (trois heures) du mardi et pratiquement toute la journée du mercredi (7 heures 42) y sont consacrées. La politique occupe un peu plus de six heures des lundis, jeudis et vendredis, mais aussi plus de cinq heures du mardi normalement partagé avec l’université. La journée universitaire du mercredi n’interdit pas 2 heures 50 de rendez-vous ou de réunions politiques en moyenne. Les déplacements sont assez régulièrement répartis sur les quatre journées pleines de la semaine, avec un peu plus ou un peu moins d’une heure quotidiennement.

Figure 10. Empilement des activités hebdomadaires(volume horaire moyen, 24 mois)

Figure 10. Empilement des activités hebdomadaires(volume horaire moyen, 24 mois)

30Si, d’après l’agenda, le travail universitaire ne déborde pas officiellement sur le week-end, l’action politique y est en revanche importante : avec 2 heures 57 en moyenne, les événements politiques occupent davantage l’élue le samedi que le mercredi ; la politique s’invite plus rarement le dimanche avec, néanmoins, près d’1 heure 40 d’engagements en moyenne dans l’agenda. Recueillies en période de pleine activité, sans vacances ni jours fériés et sur une période importante dans l’année, les données des mois de mars 2011 et 2012 accentuent les volumes horaires travaillés, mais ne modifient pas les équilibres.

Figure 11. Empilement des activités hebdomadaires(volume horaire moyen, mars 2010 et 2011)

Figure 11. Empilement des activités hebdomadaires(volume horaire moyen, mars 2010 et 2011)

31Les engagements universitaires augmentent d’un quart les mardis et mercredis. Le lundi devient la plus grosse journée politique avec 8 heures 35 réservées dans l’agenda. Le temps politique augmente d’une heure les jeudis et vendredis. Les déplacements se concentrent davantage sur les lundis et vendredis. Près de quatre heures sont consacrées le samedi à l’exercice de la politique, mais le volume du dimanche ne progresse pas par rapport à la moyenne sur vingt-quatre mois. Sans plus bouleverser les équilibres, la semaine effective no 50 du 12 au 18 décembre 2011 montre les variations possibles dans la structure générale, lorsque s’accroît le volume d’activité à la limite de la saturation.

Figure 12. Empilement des activités hebdomadaires(volume horaire moyen, semaine no 50, 2011)

Figure 12. Empilement des activités hebdomadaires(volume horaire moyen, semaine no 50, 2011)

32Si les plages dévolues au travail universitaire restent stables, l’activité politique semble perturbée : le poids des engagements politiques quotidiens atteint dans l’agenda 11, 12 et 13 heures les lundi, mardi et vendredi. Le week-end est plus calme que d’habitude mais les déplacements sont plus lourds, y compris le dimanche.

33Le premier examen de la structure globale du contenu de l’agenda de l’élue confirme l’importance de l’investissement politique de cette nouvelle vice-présidente, dont la nomination atteste une réelle forme de professionnalisation que certifient l’organisation de travail et la maîtrise du temps. Avec plus de 52 heures de travail politique planifié dans l’agenda, cette cinquantième semaine de 2011, bien qu’exceptionnelle, correspond davantage à l’image du vice-président régional perçu comme le membre d’un gouvernement local, disposant, comme dans l’imagerie commune, d’un « agenda de ministre ». Toutefois, avant d’approfondir l’analyse de contenu de la base de données des événements de l’agenda, saisie ici comme une objectivation de l’emploi du temps, il convient d’examiner plus précisément le rapport de cette planification formelle du temps à la réalité.

Un risque d’artefact agendaire ? Visualisation et mesure de la semaine record no 50 de 2011

34Un examen plus précis du contenu de l’agenda montre que le pic d’activité hebdomadaire repéré en semaine 50 dans la période relativement stable de l’année 2011 est dû à des facteurs exceptionnels, mais aussi à la relative imprécision avec laquelle cette première objectivation quantitative de l’emploi du temps appréhende l’inévitable complexité de celui-ci. Deux déplacements exceptionnels ponctuent ce planning de fin d’année et expliquent pour partie l’augmentation du volume horaire des transports : un aller-retour à Bruxelles un lundi et un mardi et le départ pour un court séjour de nature politique à Marrakech, le dimanche suivant. Cette semaine est ensuite celle de la session de l’assemblée plénière et de la commission permanente du conseil régional, qui se déroulent le vendredi à raison d’une fois par mois environ, et donnent lieu à une intense journée de travail politique : une plage horaire de 10 heures est ainsi réservée le vendredi 16 décembre de 10 heures à 20 heures.

35L’examen des périodes réservées montre également l’importance des superpositions d’événements dans la programmation : 3 heures 30 le lundi, 4 heures le mardi et le mercredi, 1 heure le jeudi, 2 le vendredi, soit 16 heures 30 surnuméraires sur un total hebdomadaire de 75 heures 34, soit 21 %. De fait, l’agenda électronique autorise la planification d’événements simultanés. Il enregistre des plages horaires longues, qui matérialisent la durée d’un événement comme le forum qui se déroule de 9 heures 30 à 17 heures à l’Hôtel de Région le lundi, la journée de rendez-vous à Bruxelles le mardi, les plages universitaires du mardi et du mercredi et la journée de plénière du vendredi. Mais l’élue n’y est pas nécessairement assidue du début à la fin de la période. Au contraire, ces événements, ces cérémonies ou ces plages sont l’occasion de caler d’autres rendez-vous ou d’autres réunions. C’est le cas le lundi pendant le forum, lorsque l’élue assiste à une réunion de groupe et à une commission, ou encore le vendredi pendant la longue séance de plénière, lors de laquelle elle se rend en marge de l’hémicycle à une réunion puis à un comité de pilotage. Le cas du mardi est plus particulier puisqu’il ne s’agit pas de deux réservations simultanées sur un même lieu, ce qui reste matériellement possible par un passage physique de l’un à l’autre des rassemblements. Au contraire, les réservations sont très distantes géographiquement, l’élue en déplacement à Bruxelles ne pouvant pas physiquement se rendre à l’université dans sa ville de résidence, pour ses quatre heures de travail planifié, et encore moins à la commission du mardi après-midi dans un troisième lieu, la Région. L’agenda n’a pas été « nettoyé » de ces doubles engagements programmés, mais absolument incompatibles. Mais le maintien de la commission dans l’agenda, qui est un outil collectif, on l’a mentionné, peut signifier que la collaboratrice de l’élue l’a remplacée à cette réunion.

36Le mercredi, les dix heures de réservation professionnelles hebdomadaires sont, comme très souvent, interrompues pas plusieurs engagements politiques : une manifestation associative le matin et un conseil d’administration d’un établissement de formation l’après-midi. Le jeudi, deux rendez-vous étroitement liés au métier de représentation se superposent, non sans une certaine logique : l’élue rencontre un photographe de 12 heures 30 à 14 heures, mais elle est aussi attendue chez le coiffeur de 13 heures à 14 heures 45. Notre outil de mesure retient 3 heures 15 alors que l’élue n’a réellement été occupée que durant 2 heures 15.

37Le week-end témoigne encore d’autres formes de décalage entre ce qu’enregistre l’agenda et la réalité présumée de sa réalisation. Après un vernissage prévu le samedi près de son domicile, l’élue doit se retrouver à 20 heures pour un dîner, dans la capitale régionale, à cent kilomètres de là. Ce déplacement n’ayant vraisemblablement pas été réalisé en voiture avec chauffeur, et n’ayant donc fait l’objet d’aucune planification administrative, il n’apparaît pas dans l’agenda et devrait en toute rigueur être ajouté aux neuf heures de trajets de la semaine. Par ailleurs, l’élue, qui s’est envolée pour un forum international à Marrakech le dimanche à 15 heures 30 n’a à l’évidence pas pu assister au vernissage d’une exposition de peinture prévu dans sa ville à 18 heures 30, qui est pourtant maintenu, peut-être pour mémoire, dans son agenda.

Figure 13. Reconstitution de l’agenda de la semaine no 50 de l’année 2011

Figure 13. Reconstitution de l’agenda de la semaine no 50 de l’année 2011

38Outil de gestion pratique, l’agenda planifie à plus ou moins longue échéance des événements qui peuvent se recouper ou être parfaitement simultanés. La saisie de longues plages correspondant à des « informations journée » enregistrées dans la grille horaire par les agendeuses ou programmées de manière automatique, conduit très souvent à des cumuls d’activité, au fur et à mesure du remplissage de l’agenda. Le sens pratique des acteurs concernés par l’agenda s’accommode parfaitement de ces imprécisions, qui participent de la fonction informative générale de l’agenda, des aménagements continus auxquels ils donnent lieu et qui reposent sur un savoir partagé, des implicites à court terme et une complicité au sein de l’équipe de travail. Mais avec la transformation de cet agenda en outil scientifique d’objectivation, ces approximations s’apparentent à des « erreurs » dans la rigueur objective des mesures statistiques. Il est en effet pratiquement impossible de décompter automatiquement, sur l’ensemble du corpus de la base de données, les heures cumulées en deux voire trois événements distincts. Il est de même irréalisable de vérifier la faisabilité effective des situations de quasi-ubiquité que l’agenda programme et que l’élue parvient parfois à satisfaire lorsqu’elle assiste au début d’une réunion avant de s’éclipser pour suivre la fin d’une autre. L’analyse de contenu est ainsi contrainte de faire avec la grande part de flou que laisse l’outil agenda quand il sert à étudier l’effectivité de l’emploi du temps.

39Cette première immersion dans l’emploi du temps de l’élue à partir de son agenda électronique permet d’identifier les structures générales, la répartition annuelle et hebdomadaire de quatre grandes catégories d’occupation : les temps de repos, les temps d’activités personnelles, les temps de travail professionnel et les temps de représentation politique, ainsi que les temps de transport et de déplacement et leur ventilation moyenne. Même à temps partiel, le maintien de l’activité professionnelle conduit à une surcharge de l’agenda, d’autant que le système de réservation itérative de trois demi-journées fixes par semaine surévalue vraisemblablement ce temps de travail. Les deux premières années de mandat de la vice-présidente sont denses, mais le temps de travail politique est assez irrégulier, quasi saisonnier à l’échelle de l’année. Sur la semaine, l’agenda montre une organisation régulière du partage entre les principales occupations. La visualisation précise de la cinquantième semaine de 2011 laisse présager des formes d’organisation plus précises à l’intérieur des activités politiques.

40Elle montre également les limites d’une mesure réduite aux comptages des activités et des volumes enregistrés dans l’agenda. La transformation de l’instrument de gestion en base de données ne doit pas faire oublier la fragilité de l’objectivation agendaire du temps de travail, la fréquence des « doublons », le poids des inscriptions formelles, le nombre des non-réalisations d’événements, et surtout ce qu’on peut appeler le « hors agenda ». Si certains rendez-vous sensibles, les rencontres de couloir parfois déterminantes, ou encore la plupart des appels téléphoniques n’y figurent pas, le matériau de recherche « agenda » recueilli dans de bonnes conditions constitue un point de départ pertinent pour la mesure et l’analyse de l’emploi du temps politique quotidien de l’élue. Y sont en effet saisies de manière quasi systématique les interactions institutionnalisées qui occupent l’essentiel du temps de travail du politique. L’agenda électronique peut donc être appréhendé comme une « image » satisfaisante de celui-ci. Mais il importe d’affiner les observations quantitatives et de les comparer à des observations plus qualitatives pour montrer que l’emploi du temps réel d’une professionnelle de la politique est en réalité beaucoup plus lourd et complexe que ce que l’agenda laisse paraître.

41Pouvant représenter jusqu’au tiers de l’emploi du temps réel, le « hors agenda » doit être ajouté à l’agenda théorique afin d’appréhender toute l’épaisseur et la variété des interactions constitutives du temps réel de l’élue, notamment toute une partie du travail politique peu visible et difficile à objectiver comme le travail « de bureau », la veille médiatique, les interactions qui ne sont ni des réunions ni des rendez-vous, etc. Seules des études ethnographiques croisées permettent de percevoir ce « hors agenda » essentiel pour arriver à une vision complète de l’emploi du temps.

Notes

1 La durée annuelle effective de temps de travail peut être calculée comme suit : 365 jours, 52 jours de repos, 30 jours de congés, 11 jours fériés, soit 272 jours ouvrables, 45,33 semaines de 6 jours et 1 586,5 heures annuelles à 35 heures la semaine.

2  ESD 2 avec l’élue, Antenne régionale, 25 avril 2013.

3  Comme pour l’ensemble des cadres. Voir J. Talbot, « Les déplacements domicile-travail. De plus en plus d’actifs travaillent loin de chez eux », INSEE Première, no 767, avril 2001, p. 14.

4  Soit 91 lundis, 95 mardis, 95 mercredis, 91 jeudis, 93 vendredis, 80 samedis et 47 dimanches.

5  Soit 140 heures par semaine, 606 heures 40 par mois et 7 280 heures par an.

6  Soit 58 jours : 8 lundis, 9 mardis, 9 mercredis, 9 jeudis, 9 vendredis, 8 samedis et 6 dimanches.

Table des illustrations

Titre Figure 5 Schéma d’analyse générale des données d'agenda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre Figure 6 Fréquences et volumes horaires comparésdes entrées de l’agenda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6995/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Tableau 5. Types d’entrées exploitables dans l’agenda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6995/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Figure 7. Répartition moyenne des journées par types d’activités (2 ans, 732 jours)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6995/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau 6. Répartition des types d’occupations par volume horaire (année 2011)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6995/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Figure 8. Empilement des activités annuelles : périodicité mensuelle (volume horaire, 2011)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6995/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 7. Répartition hebdomadaire des types d’occupations par volume horaire (année 2011)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6995/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Figure 9. Courbes annuelles d’activité : périodicité hebdomadaire (volume horaire, 2011)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6995/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Tableau 8. Répartition journalière des types d’occupations par volume horaire
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6995/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Figure 10. Empilement des activités hebdomadaires(volume horaire moyen, 24 mois)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6995/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 11. Empilement des activités hebdomadaires(volume horaire moyen, mars 2010 et 2011)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6995/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Figure 12. Empilement des activités hebdomadaires(volume horaire moyen, semaine no 50, 2011)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6995/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 13. Reconstitution de l’agenda de la semaine no 50 de l’année 2011
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6995/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 505k

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search