Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au quotidien

 | 
Laurent Godmer
, 
Guillaume Marrel

Chapitre II

La maîtrise du temps politique : la fabrique de l’outil de planification du travail de l’élue

Texte intégral

« Il ne peut pas y avoir de crise la semaine prochaine, mon agenda est déjà plein. » Propos attribués à Henry Kissinger

1L’agenda d’une femme politique est un instrument de travail issu d’un processus collectif de planification, dont l’examen doit précéder l’analyse du travail politique en tant que tel. En effet, la gestion de l’agenda peut être considérée comme le cœur du travail politique car elle se situe au croisement du travail individuel – qu’elle planifie – du professionnel de la politique, et de la dimension collective du travail politique : le planning est fabriqué par quelques acteurs, mais prend en compte les agendas et le travail d’une multitude d’autres agents. L’agenda s’impose comme un instrument crucial de la présentation de soi de l’élue, en articulant trois impératifs : l’optimisation du temps, la fabrication de la « disponibilité-proximité » et la prise en compte de la technologisation du métier politique.

  • 1  L. Godmer et G. Marrel, « La production de l’agenda. Comment se fabrique l’emploi du temps d’une v (...)

2Première étape de notre enquête, cette étude de l’agenda-making interroge donc le travail quotidien d’une élue et ses modes d’organisation concrets1. Comment le logiciel de planification des tâches anticipe-t-il l’emploi du temps de l’élue ? Comment la « micro-entreprise politique » produit-elle l’occupation quotidienne de son capital-temps ? Comment sont arrêtées et planifiées les tâches successives qui occupent la longue journée de l’élue ? Cette production résulte des interactions entre des sollicitations externes (institutions, élus, associations, citoyens…), des sollicitations internes (celles de l’élue) et des réponses apportées par une équipe, celle que forme l’élue et ses collaborateurs. La fabrique de l’agenda s’apparente ainsi à un travail rationnel en ce sens qu’il est pensé, organisé, structuré, routinisé, stabilisé dans des dispositifs informatiques et parce que ses objectifs sont assez clairement définis par les acteurs concernés. Il s’agit également d’un travail collectif normé, mobilisant ceux que l’on pourrait nommer les « agendeurs » dans une démarche continue d’optimisation de la disponibilité limitée de l’élue pour ses missions, ses obligations et son territoire. Quotidien, diffus et permanent, le travail d’organisation du capital-temps de l’élue est partagé entre plusieurs acteurs. Il obéit à un certain rythme, nécessite un outillage important et renouvelé et se déploie en une série d’étapes dont on propose une « séquentialisation ». Situé à la base ou au cœur même du travail politique, ce processus continu et systématique de production du temps de l’élue en éclaire également l’une des principales dimensions : l’impératif d’une distribution spatio-temporelle optimale de la personne du représentant.

L’agenda-making : collectivisation, omniprésence et invisibilité du processus

  • 2  J.-P. Boutinet, Vers une société des agendas, ouvr. cité.
  • 3  Les prénoms ont été modifiés.

3En Suisse romande, « agender » signifie fixer une date2. L’agenda est le produit d’un acte collectif, une fabrication élaborée par une équipe qui « agende ». L’équipe qui fabrique l’agenda est composée de quatre agents qui peuvent être nommées « agendeuses », c’est-à-dire des agents participant collectivement à la fabrication de l’agenda, comme ressource de communication interne et externe et comme moyen de normalisation. En sus de l’élue, les trois agendeuses « administratives » sont ainsi hiérarchisées :
– Catherine3, la première agendeuse : chargée de mission dans l’Hôtel de Région, elle traite des affaires régionales ;
– Pascale, la deuxième agendeuse : également dotée du statut de chargée de mission, installée dans le chef-lieu du département de l’élue, elle s’occupe des affaires territoriales ;
– Sofia, la troisième agendeuse : secrétaire de la délégation, elle assure des tâches de gestion davantage administratives à l’Hôtel de Région.

  • 4  Entretien semi-directif no 2 (désormais : ESD 2) avec Sofia, Hôtel de Région, 25 mai 2011.
  • 5  ESD 2 avec Catherine, Hôtel de Région, 25 mai 2011.
  • 6  ESD 2 avec Sofia, cité.

4L’acteur collectif qui gère et fabrique l’agenda partagé est chargé d’une mission qui demeure largement invisible dans le champ du travail politique. Cette équipe est composée de trois auxiliaires, uniquement des femmes ; deux occupent des fonctions de chargées de mission, appartiennent à la catégorie A et sont expérimentées, tandis que la troisième, plus jeune, occupe une position moins élevée dans la hiérarchie bureaucratique régionale. Ce caractère collectif du travail de gestion de l’agenda implique une forte division du travail entre l’élue et ses trois auxiliaires, mais aussi entre les auxiliaires elles-mêmes. Il leur est difficile d’expliciter le processus de fabrication de l’agenda comme opération séparée de leurs responsabilités fonctionnelles territorialisées, ce qui atteste une faible formalisation d’une activité pourtant centrale. La répartition s’opère comme suit : « Avec Catherine on est plus dans la délégation », explique Sofia, « dans le traitement de tout ce que ce que Monsieur le Président a transmis à l’élue, l’eau, etc. […] Et après, Pascale, ça tournera plus autour du territoire [départemental] […], pour la représentation du président »4. Cette division du travail à distance suppose une intensification de la communication : « On est vraiment dans la co-construction », souligne Catherine5. « Il y a beaucoup de communication avec Catherine. On s’écrit quand on demande des éléments à des services, à des organismes extérieurs. […] Ou je mets en copie pour info. […] Oui, on marche beaucoup par copie de mails », ajoute Sofia6.

  • 7  ESD 2 avec Pascale, Antenne régionale, 4 mars 2011.

5Les relations entre les quatre intervenantes chargées de l’agenda n’ont jamais été précisément clarifiées. « Il n’y a pas vraiment de mode opératoire. On va dire que ça marche. C’est “à la première” qui inscrit sur l’agenda. On fait souvent le point avec Catherine : “Est-ce que tu as ça ?” Y a tout un questionnement, une organisation […] oui, ce qu’on fait, on essaie de s’envoyer des mails et de faire le point […], mais bon ça marche bien » témoigne Sofia (ibid.). Cette activité collective d’ajustement en temps réel semble s’être calée depuis l’installation définitive de l’équipe de la délégation de la vice-présidente entre mai et septembre 2010. Elle n’a cependant procédé d’aucune démarche volontariste de rationalisation. Le processus de rationalisation s’est en fait stabilisé de manière pratique, s’incarnant dans des usages relevant d’une sous-utilisation des fonctionnalités des outils partagés et d’adaptations pragmatiques. Pascale explique7 :

Oui, ce qu’on avait fait, donc, par exemple, avec Sofia, au départ, on avait dit, moi, bon, je prends une couleur. En général, tout ce qui est beige, c’est Sofia qui le rentre. Moi je suis restée sur la couleur de base. Et maintenant, [l’élue] a la couleur de base aussi, mais comme elle ne met pas d’espace quand elle écrit, on sait que c’est [elle] qui l’a rajouté.

  • 8  ESD 2 avec Sofia, cité.

6Le volume du temps consacré par l’ensemble de l’équipe à la production de l’agenda en tant que tel est difficile à mesurer, tant cette fonction est diffuse, collective, permanente, voire obsédante : « Je suis toujours sur l’agenda », ajoute Pascale. « Dès que j’ai un message, hop, je vais voir ce qui se passe, et j’essaie de répondre tout de suite, pour ne pas oublier ou laisser le truc qui court : lui il vient à 14 heures 30 alors que nous on l’attend à 14 heures 15, etc. » (ibid.) « C’est quand même prise de tête les agendas. […] Si je ne fais que ça, parfois je me dis que je vais partir en dépression »8, se plaint Sofia, sans pour autant réussir à fournir une indication même vague de la part de son travail quotidien consacrée à l’agenda : « 20 %, 33 % peut-être... ». Catherine ajoute :

  • 9  ESD 2 avec Catherine, cité.

Je ne suis pas sûre que c’est dans ma fiche de poste, mais de toute façon, c’est inhérent à la fonction. […] C’est clair que l’agenda en termes de temps, c’est clair que c’est assez chronophage ! […] Je veux dire, c’est sans arrêt. Ça va du point agenda qu’on peut faire avec [l’élue] […], aux échanges de mails en permanence avec les services, des sollicitations, des attentes, des prévisions. Donc c’est très difficile à quantifier, mais c’est clair que ça occupe beaucoup.9

  • 10  ESD 2 avec Sofia, cité.
  • 11  ESD 2 avec Pascale, cité.
  • 12  E. C. Hughes, « Social role and the division of labor », The Midwest Sociologist, vol. XVII, 1956, (...)

7On constate ainsi une spécialisation et un développement de l’importance de la production du temps de l’élue : c’est un travail collectif, sophistiqué, technique et lourd qui, dans le cas d’espèce, correspond à environ deux « équivalents temps plein »10. Ce temps semble pourtant généralement sous-estimé dans les entretiens menés avec les agendeuses. L’enregistrement, la gestion et la validation des rendez-vous demeure une activité invisible et transversale à toutes les tâches de l’entourage. Alors qu’il mobilise l’esprit et le temps, l’agenda-making apparaît comme un ajustement automatique « qui se fait tout seul ». « Mais est-ce que je sais comment je fais ? » s’interroge Pascale11. L’automatisation et la collectivisation du processus n’expliquent pas cette sous-estimation. Alors qu’elle est ou devient une priorité de l’entreprise politique de l’élue, alors qu’il s’agit d’organiser l’accès à l’élue, la production de l’agenda demeure dans le registre du dirty work politique12. Dévoilant la « cuisine interne » du métier, cette activité de bureau très contrôlée, proche de la logistique, reste étrangère aux registres de la vertu, de l’engagement, du charisme ou de la tactique politique habituellement utilisés pour décrire le travail politique. La production de l’agenda a pour objet de disparaître devant et après l’événement qui est sa finalité. Mais il s’agit là d’un travail plus noble qu’il n’y paraît. L’observation permet de saisir le rythme et l’articulation dynamique et ajustée des différentes interventions des « agendeuses » dans le processus de stabilisation de l’agenda, et par là, quelques structures sous-jacentes du travail politique.

Une division spatiale, sectorielle et temporelle de la production de l’agenda

8L’analyse rétrospective sur soixante-dix jours du rythme auquel se remplit l’agenda d’une « semaine-test » (S) montre que le planning se constitue assez tardivement et par paliers. Au début de l’observation (S-9), l’emploi du temps de la semaine ne compte pas plus de cinq réservations horaires. Trois d’entre elles sont itératives et, de fait, stabilisées depuis le début de l’année civile : la réunion du bureau du groupe politique du lundi, qui renvoie à un calendrier institutionnel fixe, et les deux plages horaires consacrées par défaut à l’activité professionnelle de l’élue, universitaire à qui a été accordée une décharge d’un tiers de service : les mardis de 8 heures à 12 heures et les mercredis de 8 heures à 18 heures sont ainsi réservés depuis la rentrée universitaire. Deux rendez-vous sont prévus pour le jeudi. Le nombre de ces rendez-vous reste stable durant trois semaines. À partir de la sixième semaine avant la période-test (S-6), on assiste à une première et lente accélération, avec deux à trois nouveaux créneaux bloqués chaque semaine. Mais l’agenda ne se remplit vraiment qu’à partir de la semaine S -3, où quatre nouveaux rendez-vous sont enregistrés, et surtout en S -2 avec onze nouveaux événements puis encore deux autres validés à une semaine et moins du début de la période observée.

  • 13  ESD 2 avec Pascale, cité. ; ESD 2 avec Sofia, cité.
  • 14  ESD 2 avec Sofia, cité.

9La continuité du processus a tendance à cacher aux acteurs eux-mêmes sa dynamique propre. Les entretiens confirment cependant cette norme de trois semaines à un mois environ pour fixer un rendez-vous d’importance « moyenne »13. Le calage de l’agenda définitif est donc tardif. Cela procède d’ailleurs d’un apprentissage de la part des acteurs engagés dans le processus de fabrication de l’agenda : comme l’indique Sofia, « [a]vec Pascale, quand on a mis des réunions trop à l’avance, on a vu que ça allait être annulé »14. Le processus est longtemps attentiste avant de s’emballer durant les quinze derniers jours. En termes de temps théoriquement disponible – par hypothèse, nous évaluons à 84 heures (12 heures par jour) le temps théorique hebdomadaire maximal accordé par l’élue à son métier politique –, cela signifie que l’élue conserve encore, à moins de trois semaines, plus de 60 % de temps libre (38 % d’occupation enregistrée) et que son taux d’occupation grimpe soudainement jusqu’à 70 % dans les quinze derniers jours.

Figure 1. Courbe rétrospective de réservation de l’agenda sur dix semaines

Figure 1. Courbe rétrospective de réservation de l’agenda sur dix semaines

Tableau 1. Rétrospectif de réservation de l’agenda sur dix semaines

Tableau 1. Rétrospectif de réservation de l’agenda sur dix semaines

10Si, in fine, les archives de l’agenda partagé ne retiennent que 43 rendez-vous validés et vraisemblablement honorés, ce sont en tout quelques 51 événements qui furent enregistrés de manière plus ou moins définitive et gérés pour préparer la dix-neuvième semaine de l’année. Cela correspond à 15 % de « perte » sur dix semaines et des ajustements, annulations, remplacements ou reports qui se jouent essentiellement encore dans les trois dernières semaines. La répartition en volume et dans le temps de ces 51 « écritures » entre les quatre agendeuses montre d’abord une hiérarchisation des agents du processus en fonction des volumes horaires manipulés puis bloqués, et en lien avec leur secteur de spécialisation. Ainsi Pascale, chargée de mission à l’antenne régionale locale, gère plus de 46 % des événements, juste avant l’élue elle-même qui en gère 23 %, puis plus loin derrière, la secrétaire de la délégation, Sofia (18 %) et enfin la chargée de mission de la délégation à la Région, Catherine (12 %).

11L’étude montre ensuite que leur spécialisation relative les conduit à intervenir à des moments différents. Les plages horaires réservées selon des calendriers annuels par Sofia, la secrétaire, sont bloquées plusieurs mois à l’avance, avant même le début de notre période d’observation. L’élue et la chargée de mission, Catherine, « nourrissent » lentement le planning durant les semaines S-7 à S-5. Entre ensuite en scène la chargée de mission de l’antenne, Pascale, et ses nombreuses demandes de rendez-vous et de sollicitations individuelles en circonscription, qui se calent en semaines S-3 et S‑2. En S-1, la réservation des chauffeurs et l’enregistrement des plages horaires de déplacements occupent à la fois la chargée de mission de l’antenne et la secrétaire à la Région. L’élue remplit elle-même les trous de son emploi du temps en acceptant, au dernier moment, les demandes « urgentes » qui lui sont directement adressées.

Figure 2. Répartition du remplissage de l’agenda entre les « agendeuses » sur dix semaines

Figure 2. Répartition du remplissage de l’agenda entre les « agendeuses » sur dix semaines

Tableau 2. Répartition chronologique du remplissage de l’agenda

Tableau 2. Répartition chronologique du remplissage de l’agenda

12Le choix de la semaine-test a indubitablement induit des biais dans l’analyse. Le mois de mai ne compte pas de session plénière. La semaine 19 ne compte ni conseil de délégation, ni réunion de commission, de groupe ou d’organismes publics et parapublics que préside l’élue. L’extrême diversité des interactions dans lesquelles l’élue est engagée suppose d’élargir la période d’observation pour un examen approfondi de son réseau spatio-temporel. Toujours est-il qu’en enregistrant une division spatiale, sectorielle et temporelle du travail, l’outil agenda disséqué donne ici à voir le discret processus collectif de production quotidienne de la figure politique de l’élue.

Une « séquentialisation » de la fabrication de l’agenda

13Pour l’organisation d’une réunion, d’un rendez-vous ou d’un déplacement par exemple, les séquences de production de l’agenda peuvent être résumées en 21 micro-opérations sophistiquées, qui peuvent se superposer et se combiner sur une durée moyenne de trois semaines. Cette complexité de la production de l’agenda de l’élue traduit le poids des contraintes spécifiques liées au besoin de maîtriser au mieux l’emploi du temps. L’organisation de cette chaîne de production de l’agenda traduit la multiplicité des arbitrages et l’existence d’espaces-temps dévolus au contrôle de l'imprévisibilité (consultations, préparations, confirmations, délégations, anticipations, prévoyance, planification fine, régulations temporelles strictes, etc.). Elle confirme le caractère central de la gestion de l’agenda dans le travail politique contemporain.

Tableau 3. « L’agenda 21 » : les étapes de la gestion de l’agenda

1. Réception et répartition des sollicitations2. Planification des demandes internes routinières3. Premier tri par les auxiliaires4. Constitution d’un dossier et inscription à l’agenda partagé5. Première consultation de l’élue6. Arbitrage et validation de l’élue7. Deuxième consultation de l’élue pour précision des créneaux horaires8. Banalisation de plages horaires par l’élue9. Validation de l’inscription sur l’agenda partagé10. Copie à l’agenda papier11. Modifications éventuelles12. Mobilisation des services sur les dossiers13. Demande de confirmation14. Identification du lieu15. Mobilisation des chauffeurs16. Préparation de l’interaction par une fiche navette17. Préparation matérielle du déplacement (chemises)18. Préparation de l’interaction par l’élue (travail de bureau)19. Briefing de dernière minute 20. Déroulement de l’interaction21. Suites ou classement

141. Les sollicitations. Les requêtes qui conduisent à la mise en agenda de l’activité de l’élue sont de trois ordres : les demandes internes de la Région (réunions, préparations des « CP » – commissions permanentes – et des « AP » – assemblées plénières –, séminaires de majorité, réunions de groupes, établissements publics régionaux), externes (élus, associations, acteurs locaux) et celles émanant de l’élue elle-même. Mais cette typologie recouvre une double complexité : la diversité des types de sollicitations, d’une part, et la variété des modes d’arrivée de ces sollicitations, d’autre part. Pascale décrit ainsi une partie de cet afflux :

  • 15  ESD 2 avec Pascale, cité.

D’accord, la gestion de l’agenda, c’est surtout une gestion au coup par coup, parce que les informations arrivent de partout. Y a des informations qui vont arriver par courrier, par lettre, euh…, beaucoup de choses se font par mails, c’est-à-dire que [l’élue] ou moi on reçoit des mails, elle, elle me répond, elle me dit « à mettre dans l’agenda », donc il y en a beaucoup par mail, et après y en a aussi beaucoup par téléphone, voilà, y a des choses qui arrivent euh…, en gros on va dire qu’y a des choses qui arrivent de l’extérieur comme les courriers, les mails, et il y a des choses qui sont gérées à l’interne, qui vont arriver par les services de la région ou encore par le cabinet du président, parce que le président par exemple va recevoir des invitations auxquelles il ne pourra pas répondre favorablement donc il va demander à un élu de le représenter. Voilà, [l’élue] en tant que VP elle est très souvent sollicitée, et puis comme c’est une élue quand même de terrain, elle est très souvent sollicitée pour représenter le président lors de manifestations diverses et variées. […] C’est-à-dire que les demandes surgissent et puis bon maintenant il y a beaucoup de gens qui envoient directement des mails à [l’élue]. Donc, bon, elle les retranscrit et elle les envoie soit à Sofia soit à moi, soit à Catherine, du secteur, donc elle dit : « à mettre dans mon agenda ».15

15Une des sources les plus fécondes de ces sollicitations, les moins visibles, consiste ainsi dans des « représentations » du président que doit assurer l’élue en tant que vice-présidente :

  • 16  ESD 1 avec l’élue, Hôtel de Région, 25 mai 2011.

Sachant qu’après les sollicitations de la Région, elles sont fortes, sur des réunions comme ça en interne dues à mon champ de compétences, mais elles sont fortes aussi sur des représentations. Le président ne peut pas aller à tel endroit. Est-ce que vous pouvez aller à la remise des prix ? […]16

16Les sollicitations les plus fréquentes sont traitées à l’antenne régionale à partir de la fiche papier suivante :

Figure 3. Fiche « message »

Figure 3. Fiche « message »

172. La répartition du traitement par une division du travail entre agendeuses. Les agendeuses ont stabilisé un système de transfert des sollicitations en fonctions de leur spécialisation (territoires, délégation) et en fonction du lieu concerné. Elles procèdent également à la planification des demandes internes routinières. Une partie importante des sollicitations est préparée de plus en plus en amont et planifiée à l’avance, ce qui permet une mise à l’agenda rapide.

183. Le pré-tri par les auxiliaires. Les agendeuses ont une petite marge de liberté s’agissant des sollicitations, comme le résume Catherine. À notre question « c’est vous qui faites le tri ? », elle répond :

  • 17  ESD 2 avec Catherine, cité.

[…] Plus ou moins. Mais pour la plupart, […] je connais un peu les habitudes de [l’élue], […] je sais plus ou moins ce qu’elle va dire […], donc je le mets plus ou moins sur l’agenda […]. Mais souvent, si je vois que, bon, ça va moins l’intéresser, je lui mets une accolade dessus avec écrit “excuser ?”, et ou elle me dit OK ou elle me dit autre chose […].17

194. La constitution d’un dossier « demande d’entretien » ou proposition de manifestation. Toute sollicitation comportant des documents spécifiques fait l’objet d’une mise en dossier, en particulier par Pascale, la deuxième chargée de mission, installée dans l’antenne régionale locale, afin que l’élue puisse juger sur pièce de l’opportunité d’un accès direct ou non à sa personne.

205. La première consultation de l’élue par Internet et par transmission de dossiers papier. Courriels et documents sont transmis en général très rapidement à l’élue par les trois agendeuses ou auxiliaires.

216. L’analyse et l’« arbitrage ». L’élue décide, après examen minutieux, de recevoir, de surseoir ou de présenter ses excuses pour une sollicitation. Elle procède à la transmission de l’acceptation le cas échéant, ce qui vaut validation permettant la mise à l’agenda.

227. La consultation pour les créneaux horaires. Les auxiliaires sont en quête de la ressource rare qu’est le capital-temps de l’élue et transmettent les sollicitations en demandant à l’élue des créneaux :

  • 18  ESD 2 avec Pascale, cité.

Pour les rendez-vous, c’est elle qui va me dire. En fait, moi je vais noter les demandes de rendez-vous quand elles arrivent, soit par courrier, soit par téléphone. Je lui fais des petits messages et je lui mets dans une pochette « demande de rendez-vous ». Donc, s’il y a des choses qu’elle estime urgentes, ou qu’elle peut fixer rapidement, eh bien, elle le fait, mais en général, on fait un genre de permanence, soit le mardi après-midi, soit le jeudi. En ce moment, c’est plus une demi-journée que deux demi-journées par semaine. Et elle me dit : « Ben, là vous pouvez m’en fixer quatre. » Donc voilà je regarde un peu ce qui est le plus urgent ou elle m’indique : « Faites-moi passer ça. » Mais c’est elle qui me donne les créneaux.18

  • 19  ESD 1 avec l’élue, cité.

238. La « banalisation » d’espaces-temps par l’élue pour répondre aux sollicitations. En réponse à ces demandes, quand l’élue constate un vide, une annulation, parfois loin dans le temps, elle « banalise » un espace-temps et en informe ses auxiliaires en temps réel : « [M]oi, je n’inscris pas. Mais je banalise une journée. Bon, j’ai vu que la semaine prochaine, j’ai rien le mardi, donc on va dire que mardi on va mettre des rendez-vous : “Faites-moi des propositions” ! »19.

249. L’inscription dans l’agenda partagé sous Outlook par les auxiliaires essentiellement.

  • 20  ESD 2 avec Pascale, cité.

Il y a…, non…, moi ce que j’essaie de faire c’est que dès que j’ai l’information, je mets dans Outlook. Quand [l’élue] vient par exemple, je lui ai fait une pochette Agenda. Elle vient l’après-midi au bureau, elle reçoit les personnes, entre deux rendez-vous, elle va regarder, épurer un peu tout ce qu’elle a reçu. Le soir, elle me rend sa chemise : « agenda », « à noter dans l’agenda », « excuser ». Alors là, c’est vrai que j’essaie de faire, dès qu’elle est passée, j’essaie de rentrer tout ce qu’elle m’a donné.20

25Cette inscription se fait selon différents codes. Si l’élue n’introduit pas d’espaces entre les mots, Sofia, la plus jeune et la plus à l’aise avec l’outil informatique, agit comme suit :

  • 21  ESD 2 avec Sofia, cité.

Oui. Moi, je mets une couleur quand c’est un déplacement. Si c’est hors de la région, je mets en bleu, c’est souvent à Lyon ou à Paris, ou… […] Mais quand c’est dans la région, c’est mis en vert, vert kaki. […] Je mets du rouge pour les plénières. Je mets du bleu pour les CP.21

2610. Inscription dans un agenda papier pour mémoire. Cette pratique disparaît, mais est encore utilisée pour mémoire par Pascale, non pour dédoubler l’agenda Outlook, mais comme pense-bête personnel pour elle (et non pour l’élue) pour certains éléments très empiriques de la gestion de l’agenda (commande de chauffeurs, grands déplacements).

2711. La modification par les quatre agendeuses. Les interférences, conflits d’agenda, demandes diverses conduisent à de nombreuses modifications, ce que Catherine nomme d’elle-même une « rationalisation » :

  • 22  ESD 2 avec Catherine, cité.

Bon, et après, on essaie de rationaliser les rendez-vous et les déplacements. On essaie de concentrer en une journée à [la Région] un maximum de rendez-vous et de réunions, pour éviter qu’il y ait trop d’allers et venues pour rien. Enfin, pour rien. C’est une sorte de rationalisation mais ce n’est pas évident parce qu’on est aussi subordonné aux agendas des autres […]. Avec des élus qui sont soumis à la même pression ou à la même lourdeur d’agendas, ça devient très compliqué. […] Dès qu’on rentre dans la transversalité, c’est un peu compliqué, mais bon, on y arrive.22

2812. Les demandes de documents préparatoires aux services de la Région par les agendeuses. Pour préparer tout événement, notamment une réunion ou une « représentation », les auxiliaires harcèlent les services techniques de la Région en quête de notes, discours et dossiers.

2913. Les demandes de confirmation. Des modifications à la suite de demandes externes et de changements d’agenda peuvent en effet avoir lieu. L’agenda est soumis à des variations nombreuses, ce qui explique que les dates ne sont paradoxalement pas bloquées très en amont. Les secrétaires produisent donc une « stabilisation de l’agenda ». Les auxiliaires veillent à ce que les solliciteurs confirment et à réduire les désistements, les déplacements, les reports, en un mot les buggs, à presque rien.

3014. L’identification éventuelle du lieu de la « manifestation ». Beaucoup de déplacements inscrits à l’agenda nécessitent une identification de détails qui enrichissent l’agenda. Les auxiliaires documentent généralement tout ce qui relève des coordonnées et de la nature de la manifestation en utilisant les espaces prévus à cet effet par leur logiciel.

3115. L’inscription par télécopie au service de gestion centralisé de l’agenda des chauffeurs. Pascale, notamment, se doit de coupler l’agenda de l’élue avec celui des chauffeurs, opération qui se fait toujours par fax à partir de la fiche navette suivante :

  • 23  ESD 2 avec Pascale, cité.

Après, il y a aussi les chauffeurs par exemple. Bon, c’est sûr que c’est pas grand-chose, mais c’est prévoir qu’elle ait bien un chauffeur, à quelle heure il part, à quelle heure il revient, s’il ne l’amène pas directement sur la ville de circonscription, si elle a une autre manifestation, voilà. Bon, ça, c’est des gestions courantes, mais qui prennent quand même du temps.23

Figure 4. Fiche-navette à destination des chauffeurs

Figure 4. Fiche-navette à destination des chauffeurs

3216. La préparation de l’entretien ou de la réunion par l’établissement d’une « fiche de liaison » : Une fois dûment organisé, un entretien est présenté rapidement dans une fiche récapitulative, résumant notamment l’objectif de l’entretien et les fonctions des interlocuteurs.

3317. La préparation du rendez-vous par les auxiliaires. Des « chemises » issues des investigations des trois auxiliaires auprès des interlocuteurs et des services de la Région rassemblent le cas échéant les données relatives à l’événement inscrit à l’agenda.

3418. La préparation du rendez-vous ou de la réunion par l’élue. L’agenda officialise l’existence d’une séquence finalement assez courte de préparation et de « travail de bureau ».

3519. Les mini-briefings de dernière minute (discussions, post-it, notes). Les auxiliaires utilisent parfois les interstices de l’agenda pour expliciter au dernier instant ce qui y est inscrit. Ces discussions ou actes écrits davantage silencieux ne sont pas systématiques.

3620. Le déroulement effectif du déplacement, de la réunion ou du rendez-vous. L’événement programmé se déroule dans des conditions plus ou moins fidèles au planning.

3721. Le classement ou les suites. L’événement donne lieu soit à un classement et à un archivage plus ou moins documenté, soit à la gestion d’un dossier de suites pouvant entraîner d’autres réservations horaires à venir.

38En résumé, une partie importante des sollicitations est ainsi préparée de plus en plus en amont et planifiée à l’avance à partir des calendriers institutionnels. Toute sollicitation comportant des documents spécifiques fait l’objet, on l’a vu, d’une mise en dossier afin que l’élue puisse juger sur pièce de l’opportunité d’un accès direct ou non à sa personne. L’élue est consultée, arbitre entre les propositions négociables de ses auxiliaires et confirme la disponibilité de ses plages horaires. Elle peut banaliser des journées disponibles pour que la deuxième agendeuse y cale les rendez-vous. Les dates et horaires sont alors retenus dans l’agenda partagé et une auxiliaire double l’information dans un agenda papier. Commence alors la phase de « rationalisation » par des confirmations, des modifications, des décalages et des regroupements et déplacements des rendez-vous. Une fois stabilisées, les interactions prévues sont préparées matériellement par l’entourage (identification des lieux, planification des déplacements, mobilisation des chauffeurs, sollicitation des services pour la récupération des dossiers techniques), puis directement par l’élue elle-même et, si besoin est, par sa chargée de mission. Après l’interaction, le dossier est soit classé, soit réintégré dans la poursuite du travail.

39Les séquences de la production collective du temps de l’élue montrent une tendance à la codification « douce » du processus : nulle organisation planifiée de la production de l’agenda et des modalités des arbitrages, mais un calage par routinisation entre des agents expérimentés issus des services de la Région. Omniprésent, l’agenda n’est donc pas justifiable d’une rationalisation mécanique. Néanmoins, tout revient à s’occuper de lui. Si le dispositif d’agendisation n’est pas explicitement piloté, son instrumentation croissante tend à consolider l’organisation professionnelle et collective de la micro-entreprise politique de la vice-présidente du conseil régional.

L’instrumentation de la construction du temps politique

  • 24  F. Bachy, L’énigme Hollande, ouvr. cité, p. 103.
  • 25  P. Roger, « Le député, ses revenus, ses frais, coupes et médailles incluses », Le Monde.fr, 23 jui (...)

40Cette « fabrique de l’agenda » comporte une dimension fortement matérielle, qui articule ici les nombreux instruments du travail politique. D’abord, les espaces de travail : quatre bureaux différents pour l’élue (Région, antenne territoriale, université, domicile), deux autres pour ses auxiliaires, à la Région et à l’antenne, et les automobiles de la Région avec chauffeur, qui font office de bureaux provisoires ou de « cinquième bureau » (à l’instar du député François Hollande, qui utilisait sa « voiture-bureau habituellement transformée en cabine téléphonique »)24. Cette importance de la voiture automobile est avérée pour de nombreux élus qui doivent parcourir de longues distances, par exemple les députés de zones rurales25.

41Ensuite, en dehors des agendas en tant que tels, la programmation requiert l’utilisation du papier sous diverses formes, relié ou non : trieurs, parapheurs, dossiers, chemises, post-it, impressions, notes, journaux, documents et le courrier papier par voie interne, par voie postale ou par porteur. Sont également utilisées pour la fabrication de l’agenda des téléphones fixes et portables : l’élue possède son propre téléphone et la Région met à sa disposition, depuis le 1er janvier 2011, un smartphone de marque Blackberry avec abonnement. Dès 2011, également, les trois auxiliaires disposent chacune d’un smartphone privé de type iPhone. L’équipe utilise également des ordinateurs (fixes pour les trois auxiliaires et portable pour l’élue). Ces machines sont entretenues, administrées et verrouillées par le service informatique de la Région. Elles permettent notamment l’accès à des messageries : papier, fax, SMS et surtout e-mail.

  • 26  É. Treille, « L’écriture parlementaire au quotidien. Le travail des assistants de députés socialis (...)

42Les outils des xxe et xxie siècles relient ainsi les acteurs de la gestion de l’agenda et permettent au travail collectif de s’effectuer au quotidien. Ils sont utilisés dans le cadre d’une entreprise permanente de rationalisation de l’emploi du temps de l’élue. Le travail collectif de fabrication de l’agenda procède de nombreux rites, organisés autour de cette multitude d’actants dans une multitude de lieux hybrides (bureaux, voitures, couloirs…), comme le travail de dépouillement du courrier26, par exemple, ou encore le traitement des appels, des demandes de rendez-vous, etc. Les agendas papier demeurent un outil utile, mais l’« agenda » aujourd’hui se décline plutôt comme un agenda-machine, c’est-à-dire comme un dispositif rassemblant une pluralité d’objets techniques (agendas électroniques, agenda en réseau accessible par toute l’équipe, fonction agenda du smartphone et de l’ordinateur portable actualisé en temps réel par les producteurs de l’agenda, agenda officiel, etc.) dont la fonction est d’organiser au maximum le temps de l’élue.

43L’agenda est donc produit collectivement. La planification du temps de l’élue occupe une grande partie du travail des auxiliaires. Elle est faite en continu de multiples ajustements et d’innombrables micro-communications. Cette fabrique de l’agenda, même si elle demeure en partie artisanale, apparaît néanmoins au cœur du travail politique, en particulier parce que cet outil de travail qu’est l’agenda peut être appréhendé comme une ressource, voire un véritable instrument de gouvernement du territoire, mais aussi de l’entreprise politique que dirige l’élue. Instrumentée et progressivement codifiée, la fabrique collective de l’emploi du temps livre un produit que l’on peut considérer comme particulièrement soigné.

Un agenda bien tenu

44L’analyse de contenu de l’agenda électronique récupéré auprès des collaboratrices de l’élue commence par confirmer une certaine rigueur dans la gestion du temps. Sur les deux années complètes d’observation, le nombre d’entrées brutes importées s’élève à 2 953. La lecture des données parfois très disparates oblige immédiatement à un premier travail de classement des entrées ou des saisies disponibles, visant à mettre de côté les informations ne renvoyant à aucune activité effective. Les entrées sont donc triées selon leur validité, afin de ne retenir pour les mesures que celles planifiant effectivement un événement précis dans l’emploi du temps de l’élue, en évacuant les doublons, les entrées vierges ou illisibles, les informations portant sur toute une journée, les rappels, les erreurs, etc. Cette première catégorisation permet donc de valider la part fiable et exploitable de l’agenda, dont l’importance est en tant que telle une information sur le mode de gestion de l’entreprise politique observée.

45Ce tout premier nettoyage réduit le nombre de saisies valides. Sur les 731 jours que compte le calendrier de la période étudiée (mai 2010-mai 2012), l’outil agenda a ainsi enregistré et conservé 2 932 actions de planification ou d’information dignes d’intérêt. Mais, signe d’une gestion rigoureuse par l’équipe de l’élue, l’agenda observé ne garde que peu de traces des rendez-vous « manqués ». Certains événements « annulés » dans l’emploi du temps restent néanmoins présents dans la base malgré les mises à jour opérées par les « agendeuses ». Cependant, au nombre de trois sur toute la période étudiée, ces annulations résiduelles témoignent apparemment de l’application de l’élue à honorer tous ses engagements. L’agenda sert également à l’enregistrement des rendez-vous, cérémonies ou réunions dont le déroulement ou les dates peuvent rester incertains, ou auxquels, malgré leur importance, l’élue prévoit de ne pas assister et de se faire excuser. Dans l’agenda en question, les activités auxquelles l’élue s’est fait excuser sont rares et peu signifiantes : cinq réunions de natures différentes et un spectacle. Soit l’agenda est régulièrement nettoyé des annulations et des excuses, soit l’équipe tient l’agenda avec minutie, n’enregistrant que les événements auxquels l’élue est certaine de pouvoir participer. Restent 47 entrées où la mention « à confirmer » demeure dans l’archivage, sans que nous n’ayons aucune information fiable sur la réalité de leur déroulement passé. En fin de compte, ce sont quelques 56 entrées qui peuvent être mises de côté, donnant un volume de 2 876 saisies à reconsidérer pour l’analyse de l’emploi du temps.

Tableau 4. Répartition par types des entrées de l’agenda (26 mai 2010 - 25 mai 2012)

Tableau 4. Répartition par types des entrées de l’agenda (26 mai 2010 - 25 mai 2012)

46L’agenda électronique relève de multiples usages. Il peut servir à communiquer et à rappeler une information à l’élue sans que cette information corresponde nécessairement à la réservation d’une parcelle de son temps. Plus que bimensuelles avec 76 occurrences sur les deux ans observés, ces entrées sont saisies en mode « journée entière » ou bien complétées de la mention « pour info ». Aucune indication horaire n’est alors disponible. Elles concernent principalement des réunions, des événements ou des cérémonies : on y trouve pêle-mêle le rappel de la date d’anniversaire de la mère de l’élue, celle de la fête des pères, une commission de l’Association des régions de France (ARF) au Sénat, les deux tours de scrutin des primaires socialistes à l’automne 2011 et de l’élection présidentielle du printemps 2012, la date d’ouverture du dépôt des candidatures aux législatives de la même année, etc. L’information ne se traduit pas nécessairement par une action digne d’être enregistrée dans l’agenda. Lorsqu’elles donnent lieu à un événement planifié auquel l’élue assiste physiquement, cette information est doublée et complétée dans le planning du détail horaire, du lieu et des interlocuteurs éventuels. Pour éviter les doublons, ces « informations » sont donc également écartées du corpus des « événements réels » de l’emploi du temps à objectiver, qui se réduit alors à 2 800 entrées validées.

47Ces dernières concernent pour l’essentiel des actions effectives de nature politique et professionnelle, plus rarement personnelle répartie sur les 731 journées de la période étudiée. Mais l’agenda électronique mentionne parfois également des informations de nature particulière sur les congés. L’outil n’est de fait pas utilisé de manière systématique et totalement rationnelle. La plupart du temps, les périodes de repos, les week-ends, les vacances apparaissent « en creux » dans l’agenda, comme des journées ou des semaines vierges de tout engagement. Mais parmi les 593 journées effectivement renseignées, on recense néanmoins 27 indications journalières de « congés », qui concernent les fêtes, quelques jours fériés, des « journées offertes » du conseil régional ou les quelques « journées buissonnières » que l’élue s’accorde à l’écart de toute activité politique ou professionnelle. Ne rappelant aucun événement précis de l’emploi du temps de l’élue, ces 27 indications de congés peuvent également être déduites des 2 800 entrées validées jusqu’ici et agrégées aux 138 journées chômées, sans autre indication dans l’agenda sur les 731 de la période étudiée.

48Une fois mises de côté les entrées incertaines, les informations diverses et les rares mentions des congés, la base de données de l’agenda électronique observée, réduite à 2 773 saisies valides, permet de distinguer quatre grands types d’entrées : les événements personnels (0,5 %), les plages de travail et événements professionnels (7 %), les événements politiques liés à l’activité de représentation (74,2 %), auxquels doivent s’ajouter les déplacements qui constituent une part non négligeable du temps planifié de l’élue (17,4 %). Mis en place pour l’organisation du travail de la vice-présidente, l’agenda est ainsi essentiellement – et assez logiquement – consacré à la planification de l’activité politique et aux ajustements induits par le maintien d’une activité professionnelle. L’on constate que les traces de cette planification laissées dans l’agenda attestent une rigoureuse gestion collective du temps de l’élue.

L’agenda d’un profil politique : l’emploi du temps d’une élue « exemplaire »

49Dans la vie « professionnelle » d’une vice-présidente de région contemporaine, le travail politique quotidien apparaît fortement normé, codifié et surtout organisé. Cette organisation implique par exemple que l’élue ne peut pas se permettre d’être en retard, de ne pas respecter son agenda, ses rendez-vous, son organisation, sous peine de « mal » travailler, c’est-à-dire, d’une part, de se rendre moins disponible et moins proche des agents avec lesquels elle est en interaction sur le plan « professionnel », et d’autre part de moins bien suivre, maîtriser, instrumentaliser, modifier, personnaliser les dossiers dont elle est chargée.

  • 27  ESD 2 avec Catherine, cité.

50L’un des principaux objectifs du travail collectif de l’agenda-making est de gérer l’impératif de présence qui s’impose à la vice-présidente. Toutes les demandes qui lui sont adressées par des acteurs politiques, associatifs ou économiques locaux se doivent d’être toujours traitées, en sorte que les retards, absences, impossibilités de dernière minute ou refus doivent être notifiés et accompagnés de mots d’excuses en vertu de cet impératif de présence ou de disponibilité. La micro-entreprise politique observée assume ainsi une dynamique de rationalisation et de « procéduralisation » de l’agenda-making, à laquelle participe la technicisation de l’outil et de sa gestion. Cette rationalisation de la production du temps et de la disponibilité de l’élue doit être saisie comme la constitution d’une ressource politique. Contrairement aux représentations spontanées, l’élue n’est pas forcément « en retard ». Elle ne se contente pas d’une gestion artisanale de l’agenda. Elle « tient » son agenda : « En général, l’agenda il est tenu à… oui, à 99 % », témoigne une de ses collaboratrices27. Les « accidents d’agenda » sont par conséquent extrêmement rares. La régularité des réunions et la stabilisation des agendas institutionnels constituent un contexte qui pèse sur les modes d’investissement dans le mandat. En effet, l’élue ne dit jamais « non » et cherche à répondre à un maximum de sollicitations. Ce principe d’action s’explique en particulier par la dimension fortement territoriale du mandat régional :

  • 28  ESD 1avec l’élue, cité.

Comme moi je suis identifiée comme l’élu régional du territoire de [la ville préfecture], […] ils me sollicitent aussi en direct, donc c’est des sollicitations qui arrivent directement à l’antenne du conseil régional et puis du coup, bah… là aussi, a priori si c’est des jours où c’est possible, la réponse elle est quasiment toujours positive. […] Parce que moi j’ai toujours été une élue qui a toujours reçu les gens. […] Non pour moi ça fait partie de la fonction, mais pour le coup ça phagocyte beaucoup, ça prend du temps, […] bon après c’est le revers de la médaille aussi, parce que, quand tu donnes l’image d’un élu proche… et puis moi j’ai toujours fait des rendez-vous, après c’est impossible de pas recevoir les gens […].28

51La professionnalisation de la fabrication de l’agenda a donc partie liée avec les modalités de l’investissement territorial de l’élue dans son mandat. Cette fabrication de l’agenda est contrainte par la structure du temps propre de l’élue observée. La trajectoire de l’élue est déterminante, celle-ci participant au renouvellement du personnel politique local, de par son genre mais aussi sa spécialisation et sa compétence technique. Cette image de l’élue professionnelle ne doit cependant pas affaiblir les ressources de notabilité accumulées dans la perspective de futures échéances électorales. Le fait de consacrer du temps au « territoire » oblige à une procéduralisation douce de l’agenda en soutien au dédoublement de l’investissement de l’élue technicienne sur ses dossiers régionaux comme sur sa circonscription. L’agenda est donc la traduction des principes pratiques d’action de l’élue. Il est la marque de sa déontologie, à tel point qu’on pourrait parler d’une « éthique de l’agenda » forgée par l’élue, ainsi que le suggère indirectement Pascale :

  • 29  ESD 2 avec Pascale, cité.

[Elle] est quand même quelqu’un d’assez, de très, comment dire, très à cheval sur la politesse, les bonnes manières, et ça, ça se ressent dans son travail de tous les jours, et dans sa tenue, dans son respect de l’agenda, quoi ; s’il y’a quelqu’un, une demande, elle y va ou alors elle se fait excuser.29

  • 30  C. Le Bart et R. Lefebvre éd., La proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes (...)
  • 31  P. Veitl, « Une technique de gestion d’un espace-temps local. Maurice Pic, élu de la Drôme », art. (...)

52Une fabrication efficiente de l’agenda traduit le professionnalisme et la disponibilité de l’élue, deux types de compétences associées notamment aux « élus de proximité »30. L’agenda est le nom et le signe de la professionnalité et de la proximité de l’élue. L’agenda-making est ainsi au centre d’un « dispositif servant à contrôler son territoire politique »31. La gestion de l’agenda devient l’axe central d’une activité politique collective et professionnalisée. L’importance prise par l’agenda dans le travail politique trouve son origine dans la rationalisation des activités de l’élue et dans le développement des dimensions locales puis communicationnelles de celles-ci. Tout se passe comme si des règles du jeu politique sans cesse renouvelées n’autorisaient pas à tous les élus une gestion brouillonne, interpersonnelle et pour tout dire « notabiliaire » de l’agenda. Le témoignage de Catherine, qui a travaillé auparavant pour un autre vice-président du même conseil régional, lui permet d’observer que cette rigueur et ce professionnalisme ne sont pas nécessairement généralisés, les usages de l’agenda demeurant nettement différenciés :

  • 32  ESD 2 avec Catherine, cité.

[Il] utilisait… autre chose, mais ça marchait très mal. En plus, lui, il travaillait avec un agenda papier, donc c’était une catastrophe. […] C’est un élu à l’ancienne. Donc, nous on avait avec les autres collaborateurs l’agenda partagé, je sais plus ce que c’était, Gmail ou je ne sais pas quoi, mais lui il ne le regardait pas, il avait un autre agenda à lui, là. C’était comme ça, ça buggait beaucoup plus !32

  • 33  C. Haroche, « Se gouverner, gouverner les autres », Communications, vol. 56, no 1, 1993, p. 51-68.

53Le « bon gouvernement » de l’agenda est un indicateur du « gouvernement de soi » caractéristique du leadership des sociétés modernes33. Il apparaît comme une véritable ressource dans la compétition politique, notamment pour des élus en situation de non-leadership régional et de non-cumul des mandats. En effet, paradoxalement, l’élue non-cumulante étudiée ici gère au plus près son agenda, justement comme une ressource. Tout se passe donc comme si la gestion plus ou moins « rationalisée » mais en tout cas rigoureuse de l’agenda était une ressource centrale, notamment pour des élus au profil « technicien », pour lesquels la production ou l’entretien du statut de notable politique local passe spécifiquement par une remarquable capacité de réaction et une grande accessibilité permise par la « bonne gestion » de l’agenda : « Montre-moi ton agenda, je te dirai quel type d’élu tu es… »

54Cette première étape de l’enquête consacrée à la fabrique de l’emploi du temps montre une réelle entreprise d’optimisation du temps de représentation et d’action publique, pouvant elle-même être considérée comme le signe d’une singulière professionnalisation politique partagée entre le pilotage de la délégation à l’aménagement du territoire et le contrôle du territoire électoral, entre l’intérêt général régional et les ambitions politiques personnelles de l’élue.

Notes

1  L. Godmer et G. Marrel, « La production de l’agenda. Comment se fabrique l’emploi du temps d’une vice-présidente de conseil régional », dans D. Demazière et P. Le Lidec éd., Les mondes du travail politique. Les élus et leurs entourages, ouvr. cité, p. 37-52.

2  J.-P. Boutinet, Vers une société des agendas, ouvr. cité.

3  Les prénoms ont été modifiés.

4  Entretien semi-directif no 2 (désormais : ESD 2) avec Sofia, Hôtel de Région, 25 mai 2011.

5  ESD 2 avec Catherine, Hôtel de Région, 25 mai 2011.

6  ESD 2 avec Sofia, cité.

7  ESD 2 avec Pascale, Antenne régionale, 4 mars 2011.

8  ESD 2 avec Sofia, cité.

9  ESD 2 avec Catherine, cité.

10  ESD 2 avec Sofia, cité.

11  ESD 2 avec Pascale, cité.

12  E. C. Hughes, « Social role and the division of labor », The Midwest Sociologist, vol. XVII, 1956, p. 3-7 ; A.-M. Arborio, « Quand le “sale boulot” fait le métier. Les aides-soignantes dans le monde professionnalisé de l’hôpital », Sciences sociales et santé, vol. XIII, no 3, 1995, p. 93-126.

13  ESD 2 avec Pascale, cité. ; ESD 2 avec Sofia, cité.

14  ESD 2 avec Sofia, cité.

15  ESD 2 avec Pascale, cité.

16  ESD 1 avec l’élue, Hôtel de Région, 25 mai 2011.

17  ESD 2 avec Catherine, cité.

18  ESD 2 avec Pascale, cité.

19  ESD 1 avec l’élue, cité.

20  ESD 2 avec Pascale, cité.

21  ESD 2 avec Sofia, cité.

22  ESD 2 avec Catherine, cité.

23  ESD 2 avec Pascale, cité.

24  F. Bachy, L’énigme Hollande, ouvr. cité, p. 103.

25  P. Roger, « Le député, ses revenus, ses frais, coupes et médailles incluses », Le Monde.fr, 23 juin 2010.

26  É. Treille, « L’écriture parlementaire au quotidien. Le travail des assistants de députés socialistes », ouvr. cité.

27  ESD 2 avec Catherine, cité.

28  ESD 1avec l’élue, cité.

29  ESD 2 avec Pascale, cité.

30  C. Le Bart et R. Lefebvre éd., La proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

31  P. Veitl, « Une technique de gestion d’un espace-temps local. Maurice Pic, élu de la Drôme », art. cité, p. 58.

32  ESD 2 avec Catherine, cité.

33  C. Haroche, « Se gouverner, gouverner les autres », Communications, vol. 56, no 1, 1993, p. 51-68.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Courbe rétrospective de réservation de l’agenda sur dix semaines
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau 1. Rétrospectif de réservation de l’agenda sur dix semaines
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6994/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Figure 2. Répartition du remplissage de l’agenda entre les « agendeuses » sur dix semaines
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6994/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Tableau 2. Répartition chronologique du remplissage de l’agenda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6994/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 3. Fiche « message »
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6994/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1015k
Titre Figure 4. Fiche-navette à destination des chauffeurs
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6994/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 875k
Titre Tableau 4. Répartition par types des entrées de l’agenda (26 mai 2010 - 25 mai 2012)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6994/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540