Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La politique au quotidien

 | 
Laurent Godmer
, 
Guillaume Marrel

Chapitre I

Une sociologie politique d’un agenda d’élue

Texto completo

« Un agenda, après inspection, avait été considéré comme sans intérêt. » (Donna Leon, Mort à la Fenice, Paris, Calmann-Lévy, 1997, p. 109.)

  • 1  J.-G. Padioleau, L’État au concret, Paris, Presses universitaires de France, 1982, p. 32.
  • 2  C. O. Jones, An Introduction to the Study of Public Policy, Belmont, Wadsworth Pub., 1970.
  • 3  S. Hilgartner et C. L. Bosk, « The rise and fall of social problems. A public arenas model », Amer (...)

1La notion d’agenda est familière en science politique. La construction des « agendas politiques » ou agenda-building renvoie spontanément à l’un des problèmes centraux de l’analyse politologique, à savoir « l’entrée d’un problème dans le système formel de décision politique »1, la fabrication d’un problème public. La « mise à l’agenda » correspond en effet à l’identification et à la formulation d’un problème de société par les pouvoirs publics et à sa programmation dans l’agenda public des réformes qu’un gouvernement se donne pour objectif de mener. Elle constitue une phase majeure de l’approche séquentielle des politiques publiques2. Cet agenda de gouvernement est en réalité pluriel, partagé entre les agendas de l’arène médiatique, ceux de l’arène d’expression collective des partis, des syndicats et des associations, les agendas institutionnels du gouvernement, ceux des assemblées parlementaires, l’ordre du jour du conseil des ministres, ou encore les agendas des différentes administrations ministérielles3.

2Tout autre est l’objet de cette étude exploratoire consacrée à l’agenda personnel des dirigeants, à l’instrument individualisé de gestion et de domestication du temps des entrepreneurs politiques : l’organizer. Dans une communication présentée en 1999, Philippe Veitl fut un des premiers politistes à explorer l’agenda personnel d’un élu, Maurice Pic, député-maire de Montélimar, par ailleurs président du conseil général de la Drôme. Il étudia son agenda sur une courte séquence d’un an, entre le 14 mars 1982 et le 13 mars 1983. Ce chercheur s’était vu confier par les descendants de l’élu cinq petits carnets trimestriels de poche lui ayant appartenu :

  • 4  P. Veitl, « Une technique de gestion d’un espace-temps local : Maurice Pic, élu de la Drôme », dan (...)

L’agenda est d’abord un objet que Maurice Pic emporte toujours sur lui. Il est de dimension très réduite et la plupart des informations sont inscrites au crayon à papier par Pic, ou plus rarement, par sa secrétaire de la mairie de Montélimar. À les lire, on observe qu’il passe l’essentiel de ses journées à faire de la politique. Tôt le matin, il s’occupe à son domicile de dossiers et de courriers ayant trait à la mairie et au conseil général. Il peut ainsi être, dès 7 h ou 8 h, à la mairie pour accueillir quasi quotidiennement ses concitoyens, une tâche à laquelle il attache une importance extrême parce qu’il sait que cette ‘‘transaction’’ électorale qui fait l’élu est un moment majeur. Le soir, il lit un ensemble de quotidiens et d’hebdomadaires nationaux et surtout locaux.4

  • 5  G. Marrel et R. Payre, « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles », art. cité.

3Philippe Veitl avait saisi ce corpus d’agendas personnels comme les traces d’un « sens pratique politique, une sorte de machine individuée vouée à l’action politique, spécifiée par les sites politiques qui les ont écologiquement et temporellement façonnés et où ils s’ancrent » (ibid.). Témoignage objectivé d’une orchestration du temps, des déplacements, des rencontres, l’agenda est ici surtout le reflet et la trace d’une cristallisation biographique située, d’une aptitude à gérer un espace-temps politique, à contrôler le sens pratique du métier d’élu et à investir durablement un territoire qui donne accès au leadership5. L’agenda personnel est un corpus de sources difficiles d’accès, et pourtant omniprésent dans l’action politique contemporaine comme dans les archives. C’est une image des emplois du temps des acteurs du politique, un dispositif de gestion des entreprises politiques, un instrument de planification d’un leadership spatio-temporel, un outil de communication numérique. Cet agenda personnel des dirigeants est aujourd’hui l’un des objets-sources les plus riches pour la recherche en sociologie politique. Il reste pourtant un objet historique rare, négligé ou sous-estimé, qui peut éclairer la spécificité des temporalités du monde politique et contribuer à une meilleure connaissance d’un travail politique tout aussi singulier. On en propose ici un dispositif original d’exploration.

L’agenda : un objet historique

4L’agenda est un instrument individuel ou collectif de gestion et de domestication du temps. C’est un dispositif historique. Il correspond d’abord à un terme évolutif, comme en témoigne la définition du Dictionnaire historique de la langue française où il renvoie d’abord à l’inscription dans un registre des affaires d’une église, puis par extension à celle des affaires du royaume.

  • 6  A. Rey, M. Tomi et T. Hordé, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 19 (...)

Agenda : n. m. est emprunté (1535) à une forme latine du verbe agere « agir », signifiant « ce qui doit être fait, chose à faire », d’où en latin médiéval « office », par expression agenda dei « (registre des) offices du jour ». Agenda, d’abord employé pour « livre de comptes municipal » (1535, 1719) a pris en français le sens de « livre sur lequel on note des choses à faire » (1640). La valeur plus large du « carnet de notes » reprend le sens du xviie siècle, mais lui donne une valeur plus concrète (acheter un agenda).6

  • 7  P. Madeline et J.-M. Moriceau, Un paysan et son univers. De la guerre au Marché commun, Paris, Be (...)
  • 8  G. Sand, L’agenda de l’année 1876, Lund, Almqvist & Wiksell International, 1993.
  • 9  É. Phélippeau, L’invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République, Paris, (...)
  • 10  F. Maiello, Histoire du calendrier. De la liturgie à l’agenda, Paris, Seuil, 1996, p. 242.
  • 11  V. Sarrazin-Cani, « Formes et usages du calendrier dans les almanachs parisiens au xviiie siècle » (...)
  • 12  R. Payre, Ordre politique et gouvernement urbain, HDR, Université Lumière Lyon 2, 2008, p. 149.
  • 13  D. Halévy, La fin des notables, Paris, Grasset, 1930.
  • 14  Voir par exemple les agendas de Paul Marchandeau pour l’année 1926, identifiés par R. Payre aux Ar (...)
  • 15  A. Butter et D. Pogue, Piloting Palm. The Inside Story of Palm, Handspring and the Birth of the Bi (...)
  • 16  Ce type d’outil est notamment utilisé par le cabinet du président de la République François Hollan (...)

5Le « souci de mieux maîtriser son activité » est au cœur du développement des agendas. Les « livres de raison » des bourgeois sont utilisés depuis la fin du Moyen-Âge jusqu’au xixe siècle pour conserver la mémoire des événements : les artisans y consignent des données pratiques telles que les commandes passées et des mesures7. À l’instar des « agendas » de George Sand8, des journaux personnels ou des carnets tenus par les notables9, le dispositif a encore un usage rétrospectif. C’est un mémorandum où l’on consigne ce que l’on a fait10. L’autre ancêtre direct des agendas, c’est l’almanach, un calendrier annonçant les fêtes mobiles avec des éléments pratiques météorologiques et astrologiques11. Au milieu du xixe siècle, l’agenda devient le régulateur de l’existence, l’instrument de la planification de l’avenir, un outil de prévision et d’organisation dans un monde beaucoup moins scandé par les calendriers agro-liturgiques de naguère12. Ce moment correspond aussi à une transformation des formes de communication, notamment des déplacements sur le territoire. En politique, il renvoie à l’ouverture des marchés électoraux et aux transformations de la conquête des mandats, à la « fin des notables »13. L’agenda se diffuse sous un format « semainier » ou « journalier » de papiers imprimés et reliés à partir des années dix en France. On passe de l’agenda comme « genre littéraire » à l’agenda comme outils de programmation dans une gestion bientôt téléphonique des rendez-vous, au jour le jour, et dans une temporalité de l’immédiateté. Il devient d’un usage courant parmi les acteurs économiques mais aussi politiques, comme en témoignent les traces des Agendas Hermès repérées dans les papiers archivés de personnalités publiques14. L’usage personnel du carnet de poche peut s’articuler à l’utilisation plus institutionnelle de l’agenda grand format du maire ou du député géré par un secrétariat. L’outil papier de rationalisation du travail politique se systématise à tous les niveaux, avec une gestion plus ou moins rigoureuse. Les progrès de l’informatique permettent en 1986 la commercialisation du tout premier agenda électronique : le Psion Organizer II. Inspirées par le Tricorder de la série de science-fiction Star Trek de 1966, les entreprises d’informatique rivalisent pour offrir un outil informatique portable et maniable de planification du travail. En 1992, le directeur général d’Apple évoque pour la première fois le Personal Digital Assistant (PDA) dans sa présentation de l’appareil Newton15. Rapidement, les avancées techniques permettent aux PDA de combiner les principales fonctions de la bureautique, du multimédia, de l’Internet et de la téléphonie, ainsi que les modalités de synchronisation, autorisant notamment, en politique comme ailleurs, une gestion partagée en temps réel du planning de travail, des réunions et des rendez-vous16. Cet agenda multiforme restitué dans son historicité peut alors aider à penser ensemble transformations du métier politique, innovations technologiques et gestion du temps, dans une meilleure compréhension de la construction des territoires politiques et des réseaux d’action publique ainsi que du rôle des entourages politiques.

6D’un point de vue sociologique, l’agenda personnel d’un acteur politique se définit à la fois comme un contenu et comme un contenant, un corpus et un objet, un « outil-agenda » et une image de l’emploi du temps. On parle d’abord de « l’agenda de l’élue » pour désigner en fait son emploi du temps. L’agenda est alors une image qui objective la succession des événements qui constituent le quotidien de son propriétaire. L’analyse de son contenu peut permettre de reconstituer le travail politique au concret, le métier dans son épaisseur factuelle. Mais l’agenda est aussi un contenant, une machine technique, un dispositif de papier ou un outil numérique organisateur et planificateur. L’agenda peut alors être saisi comme un instrument matériel de gestion et de pouvoir, dont la fabrique et le pilotage est en tant que tel un indicateur des logiques collectives du travail politique. Il peut être également appréhendé comme un dispositif de communication dont l’analyse renseigne sur les transformations numériques du « faire-savoir » des entreprises politiques, en réponse aux attentes supposées de transparence et de contrôle citoyen. L’agenda demeure pourtant un objet presque ignoré des sciences sociales et un corpus d’enquête largement sous-utilisé. L’emploi du temps de l’acteur politique reste une énigme.

L’énigme de l’emploi du temps des politiques

7Cet agenda personnel des dirigeants est un objet méconnu et un corpus sous-exploité dans l’ensemble des commentaires et analyses médiatiques de la vie politique, mais aussi dans les travaux plus académiques de sociologie ou de science politique. Masquée par l’objet macroscopique, collectif, dominant et légitime de la programmation des réformes gouvernementales (l’agenda public), l’organisation microscopique du temps de travail individuel renvoie à des préoccupations perçues comme trop « singularistes » et est paradoxalement rendue invisible par son omniprésence au sein des entourages politiques. L’agenda est souvent un dispositif invisible. Il est une machine considérée comme annexe et « parallèle » par les acteurs et les observateurs, peu valorisée, et surtout passée sous silence, maintenue secrète car éminemment stratégique.

8De fait, on connaît mal l’agenda-contenant ou les dispositifs techniques de planification du temps personnel des responsables politiques. Dans les biographies journalistiques de personnalités politiques, la fabrique de l’agenda reste le plus souvent invisible, considérée comme un dispositif de coulisse par les acteurs et les observateurs, une des ficelles du métier, un arrangement bricolé pas toujours rationnel et dissimulé parfois parce que trop artisanal ou trop tactique. Certains témoignages effleurent néanmoins le sujet, comme celui de l’écrivain Laurent Binet à propos du candidat François Hollande :

  • 17  L. Binet, Rien ne se passe comme prévu, Paris, Grasset, 2012, p. 212.

Quand je demande à Laurent Olléon (un énarque conseiller d’État chargé de synthétiser les fiches pour le candidat) qui est chargé de l’emploi du temps de Hollande, il me dit : « Mystère. […] Non, c’est personne en particulier. Il y a des secrétaires qui ont des tableaux et qui remplissent des cases avec des rendez-vous. Quand Hollande rencontre quelqu’un, en général, il lui promet qu’il va le recevoir. Ensuite, quand le mec appelle pour avoir son rendez-vous, les secrétaires ne peuvent pas l’envoyer balader donc on le case quelque part. Mais ça donne des trucs absurdes, alors qu’il faudrait qu’il se repose. »17

  • 18  G. Benhamou, Arnaud Montebourg. L’ambition à tout prix, Paris, Stock, 2004 ; P. Burel et N. Tatu, (...)
  • 19  A. Besson, Jean-Marc Ayrault. Une ambition nantaise..., Nantes, Coiffard, 2004, p. 11.
  • 20  M.-A. Montané, Leadership politique et territoire. Des leaders en campagnes, Paris, L’Harmattan, 2 (...)
  • 21  M. Peraldi et M. Samson, Gouverner Marseille. Enquête sur les mondes politiques marseillais, Paris (...)

9De même ne sait-on que peu de choses de l’agenda-contenu, ou du contenu ordinaire des emplois du temps des politiques. Académiques ou grand public, les récits biographiques livrent parfois quelques séquences singulières, parcellaires et romancées selon une démarche le plus souvent chronologique et à partir d’un suivi superficiel18. Ils n’envisagent que très rarement une étude de l’emploi du temps et de l’activité de l’homme politique19. On y apprend sans surprise que les élus se lèvent tôt, que les « parachutés » et les cumulants assument des allers-retours incessants entre la capitale et leurs circonscriptions20. On découvre que les élus font preuve d’une grande capacité de mémoire et vivent dans un temps spécifique, un avenir proche anticipé en permanence, planifié, davantage que dans le présent ou le passé21.

  • 22  J.-P. Huchon, Jours tranquilles à Matignon, Paris, Grasset, 1993 ; R. Monory, La volonté d’agir, (...)
  • 23  L. Wauquiez, Un huron à l’Assemblée nationale. Petit manuel à l’attention de ceux qui veulent s (...)

10Les autobiographies d’hommes politiques sont une autre source généralement trop partielle et partiale. Le biais subjectif y est encore plus net. Les professionnels de la politique eux-mêmes y exposent certains détails, mais ces tentatives sont généralement elles aussi parcellaires, voire romancées22. Les témoignages restent très incomplets. Par exemple, souhaitant décrire une de ses « journées types », Laurent Wauquiez, alors jeune député, choisit une séquence exceptionnellement remplie et frénétique, qui commence par un lever en Haute-Loire à 5 heures du matin et s’achève sans interruption à 1 heure le lendemain matin lors d’une séance de nuit au Palais-Bourbon alors qu’il est de permanence23. Aussi dispose-t-on en définitive de fort peu d’informations précises et scientifiquement validées sur ce que sont vraiment l’activité, l’agenda et les journées types objectivées des hommes politiques. Globalement, l’emploi du temps ordinaire du politique n’a pas d’intérêt pour le récit hagiographique ou la valorisation autobiographique. Les représentants passent sous silence cet emploi du temps considéré comme un objet par trop banal. Les personnalités politiques se représentent elles-mêmes et sont représentées dans l’histoire de l’art, dans les ouvrages de fiction, les mémoires et dans les imaginaires sociaux dominants, dans des situations extraordinaires, temps de guerre ou événements à haute intensité ou temps de joutes électorales dans une activité exceptionnelle qui semble pourtant synthétiser leur action.

  • 24  S. Moati, La prise de l’Élysée, MK2, 2008 ; J.-L. Comolli, Marseille contre Marseille, Doriane fi (...)
  • 25  E. Melon Martinez et M. Frydland, L’emploi du temps d’un conseiller général, Office de radiodiff (...)
  • 26  C. de Ponfilly, Les grandes batailles de monsieur le Maire, CNC, 1998.

11Plusieurs documentaires politiques se sont également penchés sur l’activité politique, mais ils traitent le plus souvent des campagnes électorales et de leurs rituels24. Ces films et les reportages télévisés se focalisent logiquement sur cet espace-temps extraordinaire, hormis quelques très rares exceptions qui s’attardent véritablement sur l’emploi du temps quotidien des élus hors campagne, comme par exemple le documentaire d’Enrique Melon Martinez et Maurice Frydland, L’emploi du temps d’un conseiller général, qui retrace le travail quotidien d’un « cantonnier » des Pyrénées-Atlantiques en 1970 (conseils municipaux, entretiens, visites, courriers, interventions)25, et celui de Christophe de Ponfilly, Les Grandes Batailles de monsieur le maire, qui montre le quotidien du maire d’une commune rurale beauceronne en 199826.

  • 27  L. Wauquiez, Un huron à l’Assemblée nationale, ouvr. cité, p. 147.
  • 28  F. Bachy, L’énigme Hollande, Paris, Plon, 2005, p. 103.
  • 29  D. Gaxie et L. Godmer, « Cultural capital and political selection. Educational backgrounds of parl (...)
  • 30  L. Godmer, « Qui sont les élus régionaux ? Étude comparée en Allemagne, Espagne, France : impérati (...)

12Au-delà de ces reportages confidentiels, l’emploi du temps de l’acteur politique reste un mystère. Mais l’ensemble de ces publications et productions souligne néanmoins plusieurs éléments. Certains ouvrages fournissent d’abord des informations sur les transformations de l’agenda des élus, dont les permanences font parfois office de « confessionnal de la république »27, ainsi que sur les instruments de travail au premier rang desquels figure « la voiture-bureau » bien décrite notamment par le premier biographe de François Hollande28. Ensuite, les politiques semblent soumis à une forme d’hyperactivité qui s’inscrit dans une tendance plus large à l’accélération et à la médiatisation des rapports sociaux : impératif d’ubiquité, importance croissante du travail communicationnel, impératif électoraliste de proximité, de visibilité. Les nouvelles technologies contribuent à ces phénomènes et permettent de les canaliser dans le cadre d’une gestion améliorée de l’emploi du temps. Cette hyperactivité politique en temps ordinaire est à l’origine d’une forme d’obsession de l’agenda pour les élus comme pour leurs auxiliaires. Enfin, elle renvoie également à la « complexité » du travail politique ordinaire, en particulier au niveau régional, à la fois cause et conséquence d’une élévation générale du niveau de formation des élus29. Cet « impératif élitiste »30 peut nourrir cette technicité, mais il est aussi une réalité liée aux luttes entre les différentes institutions et à la multiplicité concrète des « dossiers » dans le cadre des processus de décentralisation. L’emploi du temps des élus de la décentralisation incorpore-t-il des plages destinées à permettre un suivi plus approfondi des dossiers ? Planifie-t-il nombre de réunions à dimension technique ? Une sociologie politique des agendas d’élus devrait éclairer ces transformations contemporaines du métier politique.

  • 31  O. Nay, « Pour une sociologie des pratiques d’assemblée », art. cité.
  • 32  R. F. Fenno, Home style. House Members in their Districts, Boston, Little, Brown and Co., 1978 ; I (...)
  • 33  J. Lagroye, « Être du métier », Politix, vol. VII, no 28, 1994, p. 5-15 ; P. Garraud, « Le métier (...)
  • 34  M. Offerlé éd., La profession politique : xixe-xxe siècles, Paris, Belin, 1999 ; É. Phélippeau, L (...)

13Malgré l’essor d’une sociologie du métier politique, l’exercice du mandat politique et le travail politique quotidien restent encore peu étudiés par les sciences du politique31. L’agenda ordinaire des politiques demeure peu connu des scientifiques. Lorsqu’ils s’en saisissent, les travaux comme ceux du politiste Richard F. Fenno aux États-Unis, par exemple, se focalisent encore une fois principalement sur le temps électoral, moment d’une activité visible et intense où semblent se cristalliser et se révéler les caractéristiques du politique32. Dans les travaux sur le métier politique33 comme dans les études historiques sur la professionnalisation politique34, la dimension empirique est parfois limitée et l’agenda rarement évoqué. Il importe donc de rendre compte de la fécondité de la focale « agenda » dans l’analyse des entreprises politiques et des dispositifs d’action publique des temps ordinaires, en combinant démarches quantitative et ethnographique.

Un outil d’exploration des formes du travail politique

14En 1994, Philippe Garraud constatait

  • 35  P. Garraud, « Le métier d’élu local : les contraintes d’un rôle », art. cité, p. 53.

[qu’] en dépit de leurs apports, les études sur les élus locaux n’échappent pas toujours à certains travers. Les recherches quantitatives tout comme les approches monographiques ont leurs limites et la connaissance des élus demeure trop souvent fragmentée, ne concernant qu’un aspect particulier et isolé de leur activité, ce qui empêche de saisir les principes d’articulation et d’unité de leurs pratiques.35

  • 36  P. Garraud, Profession homme politique, ouvr. cité ; D. Gaxie, Les professionnels de la politique, (...)
  • 37  F. Haegel, Un maire à Paris. Mise en scène d’un nouveau rôle politique, Paris, Presses de la Fon (...)
  • 38  D. Demazière et P. Le Lidec, « La politique  : un objet pour la sociologie du travail. Introductio (...)
  • 39  M. Abélès, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, Odile (...)
  • 40  J.-L. Briquet, La tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin, 1997  (...)
  • 41  O. Nay et A. Smith éd., Le gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l’action po (...)
  • 42  P. Duran et J.-C. Thoenig, « L’État et la gestion publique territoriale », Revue française de scie (...)
  • 43  W. Genieys, « Le leadership vu du territoire. Pour une sociologie de l’action politique des élus l (...)
  • 44  A.-C. Douillet et C. Robert éd., « La production de l’action dans l’exercice du métier politique  (...)
  • 45  O. Borraz, Gouverner une ville. Besançon, 1959-1989, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 19 (...)

15Le même chercheur indiquait à la suite qu’une véritable « sociologie du travail politique » était nécessaire. L’étude participe de ce projet académique qui cherche depuis une vingtaine d’années à explorer précisément les conditions contemporaines d’exercice des responsabilités politiques, dans la tradition d’analyse d’une « professionnalisation politique » toujours controversée, partielle et inachevée, flottante et intermittente36, dans l’analyse du « métier » politique, des savoir-faire spécifiques et de l’appropriation des « rôles » singuliers qui caractérisent l’activité politique37, et dans l’examen plus récent de la catégorie d’analyse du « travail politique », plus attentif aux formes de la socialisation à des fonctions, à la diversité des activités et à la technicité des tâches38. La littérature propose généralement une lecture partielle et distincte de trois des principales dimensions du travail politique. L’activité des élus est d’abord saisie sous l’angle le plus évident du travail relationnel permanent en direction des électeurs, que ce soit aux moments de forte intensité des campagnes électorales où se succèdent réunions, meetings, visites, tournées, tractages et porte-à-porte39, ou bien dans la continuité des relations clientélaires40 et des dispositifs participatifs. Le travail d’intermédiation et de courtage opéré par les élus entre les multiples acteurs et institutions des territoires en décentralisation fait ensuite l’objet d’autres travaux41, soulignant l’importance des coalitions, de la négociation, de l’arbitrage et du compromis42, dans des systèmes d’interdépendance territorialisés au sein desquels les élus construisent leur position de leadership43. Le travail des élus est enfin saisi sous l’angle de la fabrication de l’action et des politiques publiques44, et des relations complexes d’interdépendance entre les élus et l’administration territoriale45.

  • 46  A. Garrigou, Les secrets de l’isoloir, Lormont, Le Bord de l’eau, 2012, p. 66.

16L’analyse de l’agenda présente l’intérêt d’une approche « panoptique » des multiples dimensions du travail politique qui s’entremêlent, se superposent ou se succèdent dans l’enchaînement des innombrables actions et interactions qui constituent le quotidien du travail de l’élue. Explorer précisément l’emploi du temps d’une vice-présidente de région sur une période donnée autorise ainsi à saisir les principes d’articulation et d’unité de ses pratiques de représentation et de gouvernement. En montrant en quelque sorte la politique « telle qu’elle se fait », une telle recherche micrographique éclaire également plusieurs dimensions du métier peu étudiées jusqu’ici : la collectivisation, la saturation et la localisation du travail, la partition entre administrer, paraître et recevoir, la systématisation de la multi-activité, etc. Elle souligne en particulier les conditions parfois singulières d’une importante « rationalisation du travail politique »46.

  • 47  R. A. Dahl, Qui gouverne?, Paris, Armand Colin, 1971.

17Il ne s’agit donc pas seulement de se demander ici, à l’instar de Robert Dahl, « qui gouverne ? »47, mais « que font ceux qui nous gouvernent ou nous représentent ? » Précisément, afin de véritablement comprendre dans leurs détails les transformations contemporaines de la politique, il convient de disséquer les modes de fabrication de l’emploi du temps de l’homme politique. Comment son agenda est-il « produit », par qui, selon quelle logique ? Une question qui interroge les modalités de la genèse par les professionnels de la politique de ce qu’est concrètement « la politique » ou la vie politique, c’est-à-dire l’activité politique telle qu’elle est délimitée mécaniquement par l’homme politique lorsqu’il a à décider de ce qui sera ou non à faire, de « ce qui doit être fait ». La question de l’agenda est donc au cœur des enjeux liés aux transformations de la politique et, de manière générale, au cœur du travail politique lui-même. De fait, la « gestion de l’agenda » semble une compétence clé dans le fonctionnement de l’activité politique en général et dans celui des carrières politiques en particulier, tant la gestion du temps paraît centrale dans l’exercice du métier politique. Cette démarche s’inscrit d’ailleurs dans une sociologie politique plus générale des temporalités singulières du politique.

Une fenêtre pour l’analyse des temporalités du politique

  • 48  G. Marrel et R. Payre, « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles », art. cité, p.  (...)
  • 49  J. Santiso, « À la recherche des temporalités de la démocratisation », Revue française de science (...)
  • 50  W. Nordhaus, « The political business cycle », Review of Economic Studies, no 42, 1975, p. 169-190 (...)
  • 51  P. Pierson, Politics in Time. History, Institutions, and Social Analysis, Princeton, Princeton Uni (...)

18Analyse de l’agenda gouvernemental et exploration des agendas personnels des dirigeants partagent une même attention aux logiques des temporalités du politique48. Souvent abordé de manière générale et indirecte, le temps du politique apparaît le plus souvent comme une donnée structurante, un cadre intangible qui s’impose à l’action ou une variable indépendante qui détermine les comportements. Il s’agit pour certains d’identifier la temporalité démocratique et de décrire l’horizon temporel du gouvernement représentatif49. Il est question pour d’autres des conditions du changement politique, des effets de l’incertitude et de l’instabilité électorale, de l’impact des cycles électoraux ou des crises et du degré d’ouverture des fenêtres d’opportunité50. D’autres encore s’intéressent à l’inertie, aux pesanteurs et aux résistances (path dependence) en partie liées aux logiques politiques des renouvellements électoraux51. Mais les approches restent surplombantes et « modélisantes », résumant les jeux d’acteurs à des processus, opposant ou articulant, de manière désincarnée, dynamiques de l’élection et dynamiques de l’action. Les temporalités politiques sont pourtant vécues. Mais

  • 52  G. Marrel et R. Payre, « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles », art. cité, p.  (...)

le rapport au temps reste un des points aveugles des études de la professionnalisation politique non seulement parce qu’il est particulièrement difficile à objectiver, mais probablement aussi parce qu’il est le plus souvent occulté par les acteurs politiques eux-mêmes. Pourtant, comme tout groupe social, les élus ont leur propre rapport au temps.52

19Sous les rapports mécaniques décrits ci-dessus interagissent donc des individus, élus et gouvernants, collaborateurs et fonctionnaires qui, pris dans des contraintes temporelles particulières, contribuent ensemble à la production des agendas politiques.

  • 53  N. Elias, Du temps, Paris, Pocket, 1999.
  • 54  G. Marrel et R. Payre, « “Throw the bums out !” La remise en cause de la rééligibilité parlementai (...)

20S’il existe une temporalité spécifique au régime représentatif, celle-ci ne se résume donc pas à l’accélération démocratique, à l’institutionnalisation de l’incertitude ou au rétrécissement de l’horizon temporel des gouvernants, ni même au risque fréquemment déploré du court-termisme ou à l’avènement célébré d’une dynamique raisonnable et consensuelle de changement incrémental. Cette spécificité, c’est avant tout une tension entre plusieurs temporalités concurrentes, non pas extérieures et prédéfinies, mais portées et vécues par des groupes d’acteurs aux intérêts divergents (parlementaires et élus locaux, entourages et collaborateurs, administrations d’État et administrations territoriales, acteurs médiatiques et citoyens), comme le montre une sociologie des rapports au temps du politique53. Mais l’essentiel se joue sans doute dans l’articulation étroite entre les deux temporalités du gouvernement : celle de l’acteur public et celle de l’entrepreneur politique. La première renvoie non seulement au temps présenté comme nécessaire à l’accomplissement du programme mais aussi à la hiérarchisation des tâches portant sur l’agenda, au temps long de la planification ou au temps court de l’efficacité managériale. La seconde, c’est d’abord l’indicible lutte contre le risque électoral, la quête occultée de la stabilité des professionnels de la représentation appropriée. Le rapport au temps des élus est avant tout un rapport d’insécurité. Envisagés comme un groupe social en quête d’autonomie partageant des intérêts, des valeurs et une vision du monde, les élus agissent dans un souci de sécurisation en « aménageant leur temps de travail », ainsi qu’en témoignent les enjeux de la codification temporelle des mandats, opération de sécurisation des carrières au niveau réglementaire. C’est une pratique où l’action politique tend en tout cas à contredire le principe de rotation et la doxa démocratique exigeant un contrôle régulier du public, des consultations électorales assez rapprochées et donc des mandats courts, voir une rééligibilité limitée54.

  • 55  G. Marrel et R. Payre, « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles », art. cité, p.  (...)

21Mais s’il n’est pas subi, le temps des élus n’est pas non plus entièrement voulu et déterminé par les élus eux-mêmes. Il faut l’envisager comme un temps configurationnel, partagé entre action politique et gouvernement. Au-delà des rares occasions de redéfinition réglementaire et institutionnelle des rythmes électoraux, c’est dans les configurations politiques localisées que les élus arrangent leur emploi du temps. Dans le jeu du pouvoir local, ils interviennent pour la définition et la mise en œuvre des politiques publiques avec cette contrainte particulière liée à leur précarité. C’est là qu’ils confrontent leur calendrier électoral à l’agenda décisionnel. Cette articulation renvoie alors à la capacité propre au leadership à modeler le temps à son profit, à définir l’agenda des priorités parmi les multiples intérêts à satisfaire. L’une des principales dimensions du métier politique, c’est donc bien cette articulation des contraintes et des opportunités temporelles électives et décisionnelles au profit d’une stabilité personnelle. L’agenda gouvernemental incorpore toujours l’agenda électoral. De ce point de vue, la démocratie instaure probablement moins une tyrannie du présentisme qu’elle n’engendre une mise en scène et une dramatisation de la précarité élective destinée justement à réduire le risque électoral et à assurer simultanément la continuité des politiques et des carrières55. Dans ce contexte, l’agenda sert d’instrument de rationalisation, le temps des professionnels de la politique étant par définition considéré comme « saturé ».

L’agenda d’un emploi du temps politique saturé

  • 56  P. Veitl, « Une technique de gestion d’un espace-temps local », art. cité.
  • 57  J. Ferret, Paroles d’élus. Le travail politique au quotidien, Ramonville Saint-Agne, Erès, 1996, p (...)
  • 58  J.-P. Boutinet, Vers une société des agendas. Une mutation de temporalités, Paris, Presses univ (...)

22Comme image de l’activité, reflet du travail, marqueur des occupations, l’agenda autorise davantage qu’une simple lecture de l’emploi du temps et de la composition des rôles endossés par l’élue. Sous sa forme électronique, dans le processus plus ou moins rationalisé de sa fabrication, dans sa gestion et dans ses usages transparaissent les modes d’investissement de l’élue dans son travail. L’élue observée ici à la loupe, minute par minute, se donne à voir de manière très différente de ce qu’étaient les élus étudiés à travers leurs agendas papier ou lorsqu’ils étaient observés « de loin ». L’étude menée par Philippe Veitl sur les agendas papier de Maurice Pic, dans les années soixante-dix et quatre-vingt, décrivait le monde des notables de la fin du xxe siècle, le temps des téléphones filaires et des trains de nuit, un univers « artisanal » où l’agenda était utilisé de manière variable56. Il semble aujourd’hui que, dans l’univers politique, il faille tenir l’agenda, qu’il faille répondre de la manière la plus efficace possible à l’ensemble des sollicitations. Il ne faudrait plus être en retard. Telles semblent être les règles du jeu s’agissant de la gestion de l’emploi du temps par les élus à l’ère des technologies de l’information et de la communication (TIC). L’emploi du temps est un révélateur de la rationalisation et de la professionnalisation politique, une des activités majeures des élus étant d’équilibrer leurs différents registres d’action57. « L’agenda est à la société postmoderne ce qu’est l’horloge à la société moderne et le calendrier à la société traditionnelle », explique l’anthropologue Jean-Pierre Boutinet dans Vers une société des agendas58. L’agenda marquerait ainsi une rupture historique et pratique :

L’agenda est l’expression d’une certaine mise en cause des sédentarités pour promouvoir de nouvelles formes de nomadisme : le calendrier des sociétés traditionnelles pour dire le temps, malgré son caractère peu encombrant, était fixé, placé une fois pour toutes dans un endroit bien visible de la maisonnée pour être consulté par l’ensemble de la domesticité. L’horloge caractéristique de nos sociétés industrielles a toujours eu la même fixité que le calendrier, du cadran solaire en passant par l’horloge astronomique, à l’horloge du beffroi jusqu’au gousset ou à la montre, l’un et l’autre bien arrimé à la veste ou au bras de son propriétaire. Calendrier et horloge sont attachés à un dispositif fixe, voire au corps avec le gousset et la montre. L’agenda, lui, est détaché, existant en lui-même et donnant sans doute la secrète illusion que son détenteur entretient avec ses temporalités le même détachement ! (Ibid., p. 152)

23Au contraire de l’agenda dei auquel se conformait le clerc, l’agenda est aujourd’hui en effet individualisé. Il représente une rupture symbolique et technique matérialisant le futur proche et l’engagement par acte de parole : « [l]’écrit agendaire ne fait que matérialiser, concrétiser une décision souvent d’abord verbalisée qui a valeur d’acte à portée illocutoire, engageant par le fait même de dire et d’écrire ; […] les bornes qui séparent le présent de l’avenir s’estompent encore plus » (ibid., p. 157 et 166). Ces transformations de l’agenda obligent les acteurs politiques à rationaliser le temps et, partant, leur activité, en un mot à les professionnaliser. La gestion des agendas tend même à devenir l’un des éléments centraux du quotidien de la politique tout court. Cette professionnalisation par l’agenda passe par une collectivisation du travail politique centré sur le travail de fabrication de l’agenda.

24Depuis l’horarium, la table des heures des Bénédictins, la régulation de l’activité se traduit par une constante rationalisation. Ce processus touche cependant de plus en plus de sphères de l’activité sociale, et en particulier le champ politique. Dans ce monde, les « donneurs de temps » (Zeitgeber) traditionnels comme l’alimentation et les cloches auraient été remplacés par les journaux et leurs multiples éditions puis, plus récemment, par l’information en ligne et sa temporalité propre fondée sur la quasi-immédiateté. Sous sa forme papier puis électronique, l’agenda s’impose comme l’instrument d’une activité devenue proactive :

  • 59  G. Rodach, Mieux gérer ses priorités et son temps, Paris, Éditions d’Organisation, 2010, p. 31.

Au sens large du mot, la proactivité est la liberté de manœuvre possible sur la gestion des tâches imposées. Plus précisément, c’est la capacité à organiser ses priorités et celles de son équipe dans le but de mieux travailler – ou de faire travailler – à court et à moyen terme.59

  • 60  L. Hermel, La gestion du temps, Saint-Denis, Afnor, 2005.
  • 61  S. de Royer et F. Dumoulin, Copé, l’homme pressé, Paris, L’Archipel, 2009.
  • 62  P. Morand, L’homme pressé, Paris, Gallimard, 1948.
  • 63  S. Kerckhove, La dictature de l’immédiateté. Sortir du présentialisme, Gap, Y. Michel, 2010.
  • 64  C. Studeny, L’invention de la vitesse. France, xviiie-xxe siècle, Paris, Gallimard, 1995.
  • 65  D. Halévy, Essai sur l’accélération de l’histoire, Paris, Self, 1948 ; P. Virilio, Le grand acce (...)

25C’est notamment vrai dans la profession politique, dont le « temps » est limité et par définition précaire en contexte démocratique. L’homme politique est parmi les agents qui se doivent le plus de limiter les effets de la rareté du temps et les ravages des « voleurs de temps », ces activités qui font « perdre du temps »60. Il est « l’homme pressé » structurellement débordé, engagé dans une carrière dont l’avancement repose sur un rythme nécessairement soutenu, comme le suggère le sous-titre de la biographie de l’ancien président de l’UMP, Jean-François Copé61, reprenant un titre de Paul Morand62. L’agenda des politiques témoigne de ce qui est parfois décrit comme « la dictature de l’immédiateté »63 liée à l’invention de la vitesse64 et à « l’accélération de l’histoire » et de la vie sociale65.

  • 66  V. Schneider, « Après le pouvoir », M, le magazine du Monde, supplément au no 21067 du Monde, 13 o (...)

26L’agenda se résume à l’ensemble des processus de « professionnalisation » de l’organisation et de la gestion des activités planifiées et minutées de certaines entreprises politiques, et les logiques de maximisation du temps dont elles disposent. Force est de constater en effet une certaine « densification » du travail politique et, partant, de l’emploi du temps et de l’agenda des élus, une densification associée à une certaine « localisation » du travail politique, à la multiplication des acteurs, la complexification technique des dossiers, le développement de nouveaux espaces de décision, conduisant les élus à territorialiser leurs pratiques et leurs agendas. Cette densification confine parfois à la saturation. À tel point que le caractère par définition « surbooké » des responsables politiques est devenu un lieu commun. Les agendas des politiques se donnent à voir véritablement comme des « agendas de ministre », au sens où cette expression populaire signifie le remplissage extrême et rationalisé de l’agenda d’un politique. Le travail politique se résume souvent à la multi-activité et à la suroccupation qui le caractérise, comme dans cette confession de l’ex-ministre Valérie Pécresse narrant sa vie « après » : « je ne supportais plus d’avoir perdu la maîtrise sur ma vie, sur mon agenda. […] [J]e n’ai pas pris de vacances en cinq ans66 ».

  • 67  F. Bachy, L’énigme Hollande, ouvr. cité, p. 9.
  • 68  J. Turner et M. Grieco, « Gender and time poverty. The neglected social political implications of (...)
  • 69  P. E. Atkinson, Achieving Results Through Time Management, Londres, Pitman, 1988.
  • 70  G. Gasparini, Tempi e ritmi nella società del Duemila, Milan, Franco Angeli, 2009, p. 35.

27Le temps de l’homme politique est en fait le futur potentiel ou anticipé ou plus concrètement, le futur proche, le court terme : « [l]e temps le plus convoité de la vie politique » est pour beaucoup le « futur possible »67, tant cette activité est tournée vers l’avenir immédiat ou vers le présent comme anticipation de celui-ci. L’agenda devient une machine visant à réduire l’incertitude et à contrôler les vicissitudes liées aux variations de densité des temps du politique. La raréfaction du temps du politique contemporain (time poverty)68 le contraint à une gestion du temps (time management)69 rationalisée par l’agenda en tant qu’instrument de planification individuelle. Le rapport à l’organisation du temps évolue notamment au gré des innovations technologiques, en tant que celles-ci sont perçues comme un moyen de mieux gérer cette relation particulière au temps. Les technologies informatiques participent aussi à une « agglutination » des temps70 par le biais de l’activité multitâches, le multitasking.

  • 71  É. Treille, « L’écriture parlementaire au quotidien », art. cité.
  • 72  B. Latour, « Will non-humans be saved ? An argument in ecotheology », Journal of the Royal Anthrop (...)

28L’agenda est donc un dispositif matériel dont les évolutions modifient le travail politique. La fabrication de l’agenda comme activité collective se construit autour de nombreux rites, comme le dépouillement du courrier71, par exemple, ou encore le traitement des appels, des demandes de rendez-vous, etc. Ainsi, la prolificité de l’homme politique en matière d’interactions est rendue possible par cet outillage, cet appareillage, cet archipel technique non humain72 qui met en système les différentes prothèses de l’homme politique et qui est la condition de possibilité de son ubiquité.

Le travail de gestion de l’agenda électronique de l’élue

  • 73  M. Kalika, C. N. Boukef et H. Isaac, « La théorie du millefeuille. De la non-substitution entre co (...)

29Les recherches menées en sciences de la gestion montrent que le temps consacré à l’utilisation des moyens de communication augmente considérablement. Cette transformation est essentiellement due à l’essor du courrier électronique au début du xxie siècle qui a transformé les modalités du travail dans l’entreprise. La complémentarité des différents modes de communication l’atteste, en particulier ceux qui sont issus des TIC. Ces nouveaux modes de communication ne se sont pas substitués aux dispositifs traditionnels (comme les réunions ou l’envoi de courriers papier) ; il existe désormais un « effet millefeuille »73 lié à la superposition des différents modes de travail. La gestion de la complexité engendrée par cette juxtaposition nécessite de fait de mettre en application un impératif d’ubiquité, pour le cadre d’entreprise comme pour l’homme politique.

  • 74  B. Van den Hoff, « Electronic coordination and collective action. Use and effects of electronic ca (...)
  • 75  D. Cardon et H. Delaunay-Téterel, « La production de soi comme technique relationnelle. Un essai d (...)
  • 76  F. Greffet, « Le web dans la recherche en science politique. Nouveaux terrains, nouveaux enjeux », (...)
  • 77  M. Billard, « L’agenda d’une députée », art. cité.

30Dans les différents espaces où il est amené à se déployer, le politicien comme le cadre ont semble-t-il été grandement aidés par la généralisation des agendas partagés (accessibles, consultables et modifiables par plusieurs personnes en temps réel et à distance), en particulier en ce qui concerne la planification et l’organisation des réunions74. Ce fut notamment le cas à partir du milieu de la décennie 2000. La possibilité d’avoir accès à l’agenda partagé à distance par le biais de liaisons Internet à haut débit et surtout grâce au smartphone a changé la donne. Ce dernier outil s’est en effet répandu très rapidement dans l’univers politique. Il a marqué un changement net dans la gestion du temps des élus à partir de la deuxième moitié et surtout de la fin de la décennie 2000. Il a progressivement remplacé les divers agendas papier, souvent de poche, liés au travail politique du xxe siècle. Ce travail se trouve donc transformé nettement et semble être devenu synonyme de management de l’agenda. Les contraintes médiatiques et techniques contribuent à une certaine accélération du temps politique et au rétrécissement de l’horizon temporel des gouvernants. Le blogging qui se développe dans l’univers politique, en particulier depuis 200575, le développement de la politique en ligne (webforums, sites Internet d’information et de mobilisation, blogs, réseaux sociaux), notamment en France depuis 2007, participent de cette accélération de la vie politique en général76. L’accélération de la diffusion de l’information semble contraindre en effet les acteurs politiques à une veille permanente. L’acteur politique « efficace » est celui qui parvient à bien gérer son temps, c’est-à-dire le temps très court (être réactif, au courant, connecté) et le temps long (préparer l’avenir). Si l’homme politique était déjà centré, sous la IIIe République, sur des interventions multiples (affectations, permissions, secours, appuis divers, demandes d’emplois) et devait répondre à nombre de sollicitations (distributions de prix et de médailles, comices, foires, fêtes, inaugurations, dîners de charité, vœux)77 selon des cérémoniaux qui n’ont pas été fortement modifiés, l’agenda est cependant chamboulé par un temps techno-médiatique qui s’est surajouté au temps politique, instaurant de fait un impératif d’ubiquité. C’est également une condition de possibilité du succès politique en tant que dispositif participant de la genèse et de l’entretien de la crédibilisation et de la professionnalisation : par exemple, les demandes se doivent d’être toujours traitées, les absences ou impossibilités ou refus sont accompagnées d’excuses, l’organisation générale du temps est très calibrée, suivant un impératif de présence, au sens de l’occupation d’un espace politique.

  • 78  C. Restier-Melleray, Que sont devenues nos campagnes électorales? L’éclairage par la succession (...)

31Bien contrôler son agenda, c’est donc, dans ce contexte général, tenter de rationaliser le management de ce temps « accéléré ». L’agenda est à la fois un dispositif de rationalisation de l’activité politique elle-même, codifiée, chronométrée, mesurée, quantifiée, objectivée par ces acteurs qui cherchent à se présenter comme à la fois accessibles et proches des représentés, mais aussi un dispositif de distanciation permettant de mettre à distance l’élue et de « ne pas lui faire perdre son temps ». La gestion de l’agenda est entendue ici comme l’ensemble des entreprises d’articulation des activités techniques de l’élue (ses fonctions de suivi et de traitement des dossiers), des activités représentatives (en assemblée, en commission, en public), des activités partisanes (suivi et action dans le cadre partisan) et des activités liées à la « veille » politique (suivi informationnel, entretien et activation de réseaux politiques). Le fonctionnement de ce type d’activités ordinaires du travail politique forme la matière de l’agenda régulier de l’élue et ce dernier fait tenir ensemble ces quatre activités. L’essentiel du « travail politique », en termes de temps, est donc consacré à ces activités ordinaires, le reste étant naturellement dévolu à l’activité extraordinaire, c’est-à-dire le travail électoral. Ce travail politique en temps extraordinaire relève de l’intensification des actions ordinaires, mais surtout d’une mise entre parenthèses de celles-ci pendant un temps défini relativement court. Si les campagnes électorales sont de plus en plus longues, le temps véritablement « suspendu » par les élus pour s’y consacrer ne l’est pas78. L’étude de l’agenda peut donc s’attarder sur la part ordinaire de l’agenda pour expliciter les régularités de l’emploi du temps des professionnels de la politique.

32Méconnu, l’emploi du temps des personnalités politiques est susceptible d’informer significativement l’analyse sociologique du travail politique, les formes concrètes de l’activité des dirigeants, le rapport singulier au temps qu’entretiennent les élus et leurs auxiliaires dans le cadre d’une activité vraisemblablement plus dense. Cette objectivation de l’emploi du temps passe par l’exploitation des données des agendas personnels. Mais la fabrication et les usages de ces outils d’une gestion professionnalisée du temps de travail politique informent également l’étude de l’imbrication, inévitable en démocratie, des temps électoraux et des temps de l’action publique. L’enquête a cherché à articuler ces différentes dimensions du métier d’élu à partir des diverses traces du travail politique que l’accès à un agenda électronique d’aujourd’hui pouvait donner aux chercheurs.

Les conditions d’accès aux données de l’agenda personnel d’une élue

33L’étude restitue ici le résultat d’une démarche de recherche expérimentale dont quatre moments parfois problématiques doivent être explicités d’un point de vue méthodologique : 1) le difficile accès aux données de l’agenda et de l’emploi du temps ; 2) le préalable sans doute nécessaire de la fabrique de l’objet agenda comme « contenant » ; 3) la construction d’une analyse de contenu de l’agenda-corpus compensant l’absence de données comparatives par l’articulation entre mesures macroscopiques et observations microscopiques ; 4) l’examen des usages politiques de l’agenda.

34Inspiré par le texte pionnier de Philippe Veitl, les auteurs étaient depuis 2007 à la recherche d’un terrain accessible pour l’observation de l’agenda de l’emploi du temps d’un élu. Ce « terrain » s’est imposé à la faveur d’un faisceau de contraintes et d’opportunités. L’accès du chercheur aux données sensibles de l’agenda personnel d’un acteur politique contemporain est en effet un préalable complexe. L’enquête présentée ici n’est pas facilement reproductible. Conduite suivant une démarche de type ethnographique, elle repose sur des conditions d’accès au terrain singulières que sont le hasard, la confiance, une certaine banalité de l’acteur-objet, un rapport particulier à la transparence et au secret. D’abord, l’élue dont l’emploi du temps est l’objet de l’étude se trouve être également une collègue de travail d’un des deux enseignants-chercheurs impliqués dans l’enquête. La prise de contact avec l’élue a eu lieu en novembre 2009, dans le cadre universitaire. À l’université, le domaine de compétence de la maître de conférences – la géographie – est par ailleurs « à bonne distance » de la sociologie politique, ni trop éloigné des paradigmes scientifiques des sciences humaines et sociales, ni trop proche des conditions singulières de l’observation en science politique. Cette « bonne distance » fut la condition d’une bienveillante attention à la démarche et d’une relation d’enquête globalement équilibrée. Ensuite, une relation de confiance a rapidement pu être instaurée, notamment sur la base de la proximité professionnelle et générationnelle, mais aussi de certaines « affinités idéologiques ». La contractualisation à l’origine de la relation d’enquête a également été facilitée par l’identité même de l’élue qui, jeune femme politique disposant d’un fort capital d’expertise et d’une expérience élective et partisane importante et peu conflictuelle, se présente comme un acteur politique exploitant le registre de la transparence et du professionnalisme, gérant son activité avec savoir-faire.

35D’une manière plus générale, un certain rapport à « l’exemplarité » – ou à la « banalité » dans l’univers singulier de la politique – est sans doute une condition générale d’accès à l’agenda de l’élue. Celui-ci n’est en d’autres termes accessible qu’à condition de ne rien renfermer de compromettant. Sa transmission ne peut en aucun cas menacer l’entrepreneur politique, de même que l’acceptation du contrat de recherche supposant une enquête et des publications ne peut être totalement déconnectée de l’ensemble des stratégies de communication de l’élue. Cette démarche scientifique est en quelque sorte « condamnée », pour l’époque contemporaine, à l’étude des personnalités n’ayant rien, ou peu de choses, à se reprocher, et c’est à notre connaissance le cas de l’élue observée ici. Sinon, la démarche ne peut, par hypothèse, que concerner des agendas « épurés » volontiers mis à disposition du chercheur par des acteurs en quête d’une certaine publicité, mais disposant d’un service de « nettoyage » systématique des traces problématiques de leur activité. Enfin, la relation de confiance avec une élue « modèle » ou une élue « normale » repose néanmoins sur un pacte de confidentialité préservant l’actrice politique des risques de dévoilement de certains aspects de son travail mis à jour par l’agenda, le secret des échanges les plus sensibles restant de toute façon inaccessible à l’enquêteur. La plus proche collaboratrice de l’élue a d’ailleurs eu parfois pour mission de maintenir l’enquêtée à bonne distance de notre curiosité.

  • 79  R. Payre, Ordre politique et gouvernement urbain, ouvr. cité.

36Le format électronique de l’agenda et la numérisation de l’emploi du temps sont également une des conditions pratiques de l’enquête. D’abord parce que calligraphié à la main, raturé, annoté, l’agenda-papier recelait bien davantage d’informations (numéros de téléphone, adresses, listes, patronymes indiscrets etc.) que son actualisation informatique formatée, quasi virtuelle, réduite à une série de champs paramétrés à documenter. L’agenda électronique rationalisé par les conditions programmées de la saisie des événements serait moins riche en textes et paratextes et a priori moins problématique à communiquer. Déjà partagé entre la vice-présidente, ses deux chargés de missions et sa secrétaire, le document présente une dimension utilitaire et technique semi-publique, d’où les informations les plus confidentielles ont déjà disparu. L’appauvrissement du contenu agendaire est donc une condition de sa communicabilité aux chercheurs. Ensuite, s’il est potentiellement moins riche en variété d’informations, l’agenda électronique partagé est possiblement plus précis (horaires, lieux, interlocuteurs) parce que sans doute davantage fonctionnel et destiné à une communication d’équipe. En outre, le contenu de l’agenda électronique peut être matériellement récupéré sous la forme d’un fichier de données au format texte, évitant le fastidieux travail de saisie auquel est condamné le politiste ou l’historien désireux d’étudier les agendas d’acteurs politiques du passé79.

L’enquête : de la fabrique de l’agenda aux contenus de l’emploi du temps

37La récupération des données de l’agenda s’est logiquement opérée à la fin de la période d’observation, en mai 2012. Entre-temps, le protocole de recherche s’est progressivement construit entre les enquêteurs et l’équipe politique. Une première version a été validée en septembre 2010. L’enquête ciblait quatre objets complémentaires : 1) l’objectivation de vingt-quatre mois de l’emploi du temps de l’élue extraits de l’agenda-base de données ; 2) l’analyse de la fabrique de cet agenda ; 3) l’étude précise du hors-agenda sur une semaine et sur une journée de travail ; 4) l’identification de divers usages de l’agenda et de l’emploi du temps dans la présentation de soi de l’élue. Ces quatre enquêtes se sont déployées dans des temporalités distinctes, en mobilisant des méthodes différentes. L’analyse objectiviste, quantitative et a posteriori des données enregistrées dans l’agenda a été précédée de l’observation indirecte par entretiens semi-directifs de la planification du temps et de la production de l’agenda. L’enquête a donc concrètement et facilement commencé par une dizaine d’entretiens d’approche et de familiarisation, réalisés fin 2010 et début 2011, sur l’organisation du travail et les trajectoires biographiques de l’élue et de ses entourages (équipes, collaborateurs, administrateurs, autres élus régionaux...). L’observation de la fabrique effective de l’agenda a été effectuée sur le premier semestre 2011, par un relevé hebdomadaire du remplissage de l’agenda d’une semaine test du 9 au 15 mai 2011 et par une nouvelle série d’entretiens avec chacune des quatre personnes autorisées à coproduire le planning.

  • 80  Y. Pourcher, Votez tous pour moi!, ouvr. cité ; R. Lefebvre, « “S’ouvrir les portes de la ville”. (...)
  • 81  G. Courty, « Introduction. À la découverte du travail de collaboration politique », ouvr. cité, p. (...)
  • 82  S. Beaud et F. Weber, Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiq (...)

38L’analyse de contenu proprement dite a aussi été accompagnée d’une démarche davantage ethnographique d’observation in situ du déroulement de l’emploi du temps. Dès le début de l’enquête, nous avons ainsi négocié une série de cinq journées de « suivis d’élu »80, où l’un des auteurs embedded (« embarqué ») a accompagné l’élue dans tous ses déplacements politiques et professionnels, du départ de son domicile le matin jusqu’à son retour dans la soirée (octobre 2010-janvier 2011). Cette ethnographie de l’agenda de l’homme politique par suivi d’élu autorise l’étude des « configurations de travail » dans lesquelles les représentants sont engagés, notamment la coulisse dont « [l]’observation […] est un puissant antidote à toute vision héroïque de la politique »81. Suivre l’élue, c’est se donner la possibilité d’observer la manière dont elle investit successivement plusieurs espaces physiques fixes (permanence locale, bureau, siège(s) du parti, couloirs de l’Assemblée, hémicycle, cantine, restaurants, cafés, rue, marchés...), ou mobiles à l’occasion de ses très nombreux déplacements sur le territoire. C’est observer les rencontres formelles et informelles, les variations du lien aux confrères, aux équipes de collaborateurs, aux administrateurs, aux secrétariats et bien sûr aux adhérents, aux militants, aux usagers et aux électeurs. C’est assister aux diverses « cérémonies » politiques82 (inaugurations, assemblées générales, réunions de travail, conférences de presse...), et mesurer les variations d’intensité de l’investissement, la répartition des temps, l’allocation des disponibilités au quotidien. Le type de suivi choisi a été réitéré à une dizaine de reprises en demi-journées ou lors de déplacements ponctuels (réunions, cérémonies) jusqu’en décembre 2012. Il s’agissait de constater la manière dont se déroulait réellement l’agenda dans l’emploi effectif du temps et de mesurer les éventuels écarts entre l’agenda planifié et l’agenda réalisé, en sorte que l’on pouvait saisir autrement dit le hors-agenda dans l’emploi du temps de l’élue. Une série d’entretiens « à chaud » a permis l’identification de la nature et de l’importance de ce hors-agenda dans l’emploi du temps de la semaine du 9 au 15 janvier 2012. L’observation s’est achevée par une journée d’observation systématique en « suivi d’élu », réalisée par les deux auteurs, le 25 mai 2012, et à l’occasion de laquelle l’ensemble des interactions de l’élue ont été précisément répertoriées et chronométrées. La constitution de statistiques comparatives par le biais de ces opérations ethnographiques permet de ne pas dépendre uniquement des données de l’agenda. Les observations directes menées à l’échelle de la semaine puis de la journée ciblaient deux unités de temps accessibles dans leur intégralité, permettant de saisir la contribution individuelle de l’élue au travail politique. Si ces configurations idéal-typiques ne peuvent suffire à épuiser totalement la réalité du « travail de l’élue », la méthode ethnographique appliquée à la journée type et à l’agenda hebdomadaire apparaît néanmoins nécessaire pour saisir le détail de ce qui constitue son travail propre, son déploiement physique sur le territoire et, partant, les modalités de sa professionnalisation.

39Enfin, l’analyse de contenu quantitative des vingt-quatre mois d’emploi du temps a porté sur la période du 26 mai 2010 au 25 mai 2012. La récupération des données a eu lieu en juin 2012 et le dépouillement, le décryptage et l’interprétation, la catégorisation et l’analyse de près de trois mille « événements politiques » se sont achevés en mai 2013. Si l’agenda est considéré a priori comme une anticipation organisée de l’emploi du temps, un outil de gestion d’abord professionnel, a posteriori il s’impose comme une mémoire, une image de l’emploi du temps réalisé, un corpus qui peut être utile à une sociologie du travail ou de l’activité personnelle. Il se présente aux chercheurs sous ce second aspect, comme une base de données personnelles d’une très grande richesse. Les innombrables données disponibles dans l’agenda électronique de l’élue peuvent ainsi faire l’objet d’une étude exploratoire. Comment saisir cet agenda personnel ? Comment tenir et exploiter méthodiquement l’immensité et la variété des informations qu’il contient, semaine après semaine, jour par jour, heure par heure, les différentes interactions planifiées, les réunions, les rendez-vous, les déplacements, les manifestations, mais aussi les lieux et l’identité des interlocuteurs ?

40Il s’agit d’abord de saisir l’agenda électronique comme une base de données homogène. Généralement générée sous des applications sécurisées de gestion de messagerie et de calendrier de type Microsoft Outlook, les bases d’informations « agenda » archivées sont aisément exportables vers un tableur, permettant de visualiser ligne par ligne l’ensemble des entrées et des événements saisis dans l’agenda pour une période donnée, puis de travailler manuellement à leur recodage. Nous avons récupéré l’intégralité des données enregistrées dans l’agenda pendant les deux premières années du mandat de l’élue, sous la forme d’un fichier d’archives. Le fichier contenait les dates, horaires, lieux, objets, institutions et personnes éventuellement précisés pour chacune des saisies réalisées par l’équipe dans l’organisation du planning de l’élue, pendant ces deux années de travail politique. Ces données textuelles et calendaires partiellement sérialisées ont été exploitées dans un tableur LibreOffice Calc 4.2.7.2, puis structurées de manière qualitative afin de pouvoir faire l’objet des comptages et des tris basiques explicités et interprétés dans les chapitres qui suivent. L’extraction des données de la base de l’agenda électronique donne à voir une représentation partielle de l’emploi du temps de l’élue. L’agenda numérique n’enregistre évidemment pas l’intégralité des « micro-événements » qui ponctuent la journée de la personne. Cette représentation partielle a cependant le mérite de l’objectivité et de l’homogénéité.

Du contenu de l’emploi du temps aux usages politiques de l’agenda

41Le dispositif d’enquête s’est adapté au terrain. La circonscription départementale de l’élue est voisine de celle de la préfecture de région, mais le chef-lieu de département, où elle réside et travaille, est distant d’une centaine de kilomètres de la capitale régionale. Comme vice-présidente, l’élue est prioritaire pour la réservation des voitures avec chauffeur et utilise ce service pour se rendre à l’Hôtel de Région en moyenne trois fois par semaine. Elle y dispose d’un bureau, d’un secrétariat et de la collaboration d’une chargée de mission rattachés à la délégation qu’elle préside. Dans sa ville de résidence, l’élue dispose par ailleurs d’un bureau et travaille avec une autre chargée de mission, dans les bâtiments des antennes régionales que l’institution met à disposition de ses élus dans les préfectures départementales. L’agenda électronique observé est partagé entre l’élue, ses deux collaboratrices et son secrétariat. L’emploi du temps se déploie sur l’ensemble du territoire régional et extra-régional, mais principalement dans les deux zones urbaines de sa ville de résidence et de la capitale de région, entre ses rendez-vous et permanences à l’antenne et ses réunions à l’Hôtel de Région. C’est dans cet espace que se déroule l’action de la vice-présidente, mais aussi l’enquête sur la fabrique, le contenu et les usages politiques de l’agenda.

  • 83  E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973, p. 118.

42L’agenda n’est pas un simple instrument neutre et fonctionnel, livrant un contenu objectif sur l’emploi du temps de l’élue. S’il participe manifestement de la rationalisation et de l’optimisation des usages d’un temps politique saturé, il fait également l’objet d’usages latents. L’enquête a permis d’en éprouver quelques-uns relevant notamment de la collectivisation et de la managérialisation du travail politique (articulation des agendas individuels et collectifs, agenda-reporting), du travail de maillage des territoires (agenda-réseau et agenda-géolocalisation), ou encore de la communication politique (agenda-présentation-de-soi communiqué à la presse ou mis en ligne sur les blogs personnels, ou encore conservé pour la rédaction des mémoires). De fait, l’étude présentée ici s’intéresse aussi à la forme et aux usages de l’agenda en le considérant comme un marqueur de pratiques, de profils et de stratégies politiques distinctes. La matérialité du dispositif compte. Les acteurs tendent eux-mêmes à distinguer entre des « élus modernes » utilisant des agendas électroniques totalement « partagés », des codes couleur, etc., et les élus qui font « tout eux-mêmes », gèrent encore leurs réservations « en amateur » et en format papier. L’agenda implique de fait des usages différenciés, de multiples manières de le produire, individuellement ou collectivement, selon des procédures plus ou moins formalisées. Le contrôle du processus est un enjeu central pour l’entreprise politique de l’élue. Bien maîtriser son agenda peut être une manière de maîtriser son équipe, la coordonner, l’unifier, voire la surveiller : comme le résume Erving Goffman, « il n’existe pas d’organisation dans laquelle ne se pose pas de problèmes liés au contrôle des coulisses »83. Une fois produite, cette représentation du temps du politique peut également devenir un outil de communication et de production d’une image à destination de divers publics. Marqueur du travail politique, l’agenda est aussi un témoin de la construction du leadership territorial. Loin d’être un simple outil technique et neutre d’organisation pour la représentation, l’agenda s’impose comme un instrument symbolique et pratique de la représentation.

43L’enquête à la fois qualitative et quantitative a porté sur la durée complète du mandat de vice-présidente à l’aménagement du territoire de l’élue locale, soit du moment de sa nomination en mai 2010, jusqu’au remaniement du bureau du conseil régional en décembre 2012, à l’occasion duquel elle s’est vu confier la délégation de la culture. La période d’observation a donc correspondu à l’installation de l’élue dans ses nouvelles fonctions exécutives, puis à la routinisation de son activité sur les deux premières années du mandat. Ce timing d’enquête a surtout permis d’observer le « travail du mandat », davantage que celui de la campagne électorale. Il s’agissait en effet de limiter ce qui pourrait être appelé l’« électoralisation de l’agenda », c’est-à-dire le brouillage du quotidien de l’élue par l’intensification des activités de mobilisation en phase préélectorale personnelle. L’objectif était de neutraliser l’« effet campagne » de sa propre réélection ou de conquête personnelle d’un nouveau mandat, afin de mesurer plus finement l’importance des préoccupations « ordinaires » ou « courantes » dans l’exécution de la mission et l’administration quotidienne de la délégation. Cette précaution n’a pas porté sur les élections locales ou nationales de la période ne concernant pas directement l’élue observée, comme les cantonales de 2011 et la présidentielle de 2012, qui ont pour ainsi dire « régulièrement » et « normalement » affecté le travail politique de cette élue.

44Cette étude de l’agenda personnel partagé d’une vice-présidente de conseil régional repose sur une enquête singulière et systématique inédite en science politique. Elle se saisit d’un objet peu étudié et d’un corpus encore peu exploité par les sciences sociales. Elle permet pour la première fois de décrire, catégoriser et mesurer les contenus précis des événements de l’emploi du temps d’une élue locale. À partir de l’examen d’une certaine professionnalisation de la production de l’agenda, l’étude compare l’observation quantitative des contenus de l’agenda, l’analyse davantage qualitative et ethnographique de séquences temporelles plus réduites et divers usages de l’agenda, pour souligner l’intensité du travail politique régional, la saturation des temps d’une vice-présidente consciencieuse et assidue dans le pilotage de sa délégation, mais aussi la croissante dualité d’une activité politique inévitablement orientée par les perspectives électorales et les contraintes notabiliaires.

Notas

1  J.-G. Padioleau, L’État au concret, Paris, Presses universitaires de France, 1982, p. 32.

2  C. O. Jones, An Introduction to the Study of Public Policy, Belmont, Wadsworth Pub., 1970.

3  S. Hilgartner et C. L. Bosk, « The rise and fall of social problems. A public arenas model », American Journal of Sociology, vol. XCIV, n°1, 1988, p. 53-76.

4  P. Veitl, « Une technique de gestion d’un espace-temps local : Maurice Pic, élu de la Drôme », dans J. Girault éd., L’implantation du socialisme en France au xxe siècle. Partis, réseaux, mobilisation, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 50.

5  G. Marrel et R. Payre, « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles », art. cité.

6  A. Rey, M. Tomi et T. Hordé, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1993, vol. II.

7  P. Madeline et J.-M. Moriceau, Un paysan et son univers. De la guerre au Marché commun, Paris, Belin, 2010, p. 17-18.

8  G. Sand, L’agenda de l’année 1876, Lund, Almqvist & Wiksell International, 1993.

9  É. Phélippeau, L’invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République, Paris, Belin, 2002, p. 5.

10  F. Maiello, Histoire du calendrier. De la liturgie à l’agenda, Paris, Seuil, 1996, p. 242.

11  V. Sarrazin-Cani, « Formes et usages du calendrier dans les almanachs parisiens au xviiie siècle », Bibliothèque de l’École des Chartes, vol. CLVII, no 2, 1999, p. 432-446.

12  R. Payre, Ordre politique et gouvernement urbain, HDR, Université Lumière Lyon 2, 2008, p. 149.

13  D. Halévy, La fin des notables, Paris, Grasset, 1930.

14  Voir par exemple les agendas de Paul Marchandeau pour l’année 1926, identifiés par R. Payre aux Archives départementales du Tarn à Albi et aux Archives municipales de Reims : R. Payre, Ordre politique et gouvernement urbain, ouvr. cité, p. 150.

15  A. Butter et D. Pogue, Piloting Palm. The Inside Story of Palm, Handspring and the Birth of the Billion-dollar Handheld Industry, New York, John Wiley & Sons, 2002.

16  Ce type d’outil est notamment utilisé par le cabinet du président de la République François Hollande, dont la gestion de l’agenda partagé a été érigée en problème politique et a conduit à un usage de plus en plus restreint. Voir D. Revault d’Allonnes, « L’Élysée dans l’œil des espions ? », Le Monde, 21 décembre 2014.

17  L. Binet, Rien ne se passe comme prévu, Paris, Grasset, 2012, p. 212.

18  G. Benhamou, Arnaud Montebourg. L’ambition à tout prix, Paris, Stock, 2004 ; P. Burel et N. Tatu, Martine Aubry. Enquête sur une énigme politique, Paris, Calmann-Lévy, 1997 ; L. Pfaadt, Bertrand Delanoë, d’ombre et de lumière, Saint-Victor-d’Épine, City, 2009.

19  A. Besson, Jean-Marc Ayrault. Une ambition nantaise..., Nantes, Coiffard, 2004, p. 11.

20  M.-A. Montané, Leadership politique et territoire. Des leaders en campagnes, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 167.

21  M. Peraldi et M. Samson, Gouverner Marseille. Enquête sur les mondes politiques marseillais, Paris, La Découverte, 2005.

22  J.-P. Huchon, Jours tranquilles à Matignon, Paris, Grasset, 1993 ; R. Monory, La volonté d’agir, Paris, Odile Jacob, 2004.

23  L. Wauquiez, Un huron à l’Assemblée nationale. Petit manuel à l’attention de ceux qui veulent secouer la politique, Paris, Privé, 2006, p. 101.

24  S. Moati, La prise de l’Élysée, MK2, 2008 ; J.-L. Comolli, Marseille contre Marseille, Doriane films, 2005 ; Y. Jeuland, Le président, France Télévisions, 2010.

25  E. Melon Martinez et M. Frydland, L’emploi du temps d’un conseiller général, Office de radiodiffusion-télévision française, Institut national de l’audiovisuel, 1970.

26  C. de Ponfilly, Les grandes batailles de monsieur le Maire, CNC, 1998.

27  L. Wauquiez, Un huron à l’Assemblée nationale, ouvr. cité, p. 147.

28  F. Bachy, L’énigme Hollande, Paris, Plon, 2005, p. 103.

29  D. Gaxie et L. Godmer, « Cultural capital and political selection. Educational backgrounds of parliamentarians », dans H. Best et M. Cotta éd., Democratic Representation in Europe. Diversity, Change and Convergence, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 106-135.

30  L. Godmer, « Qui sont les élus régionaux ? Étude comparée en Allemagne, Espagne, France : impératif représentatif et impératif élitiste dans le recrutement des élites politiques régionales », Pouvoirs locaux, no 88, mars 2011, p. 139-143.

31  O. Nay, « Pour une sociologie des pratiques d’assemblée », art. cité.

32  R. F. Fenno, Home style. House Members in their Districts, Boston, Little, Brown and Co., 1978 ; Idem, Senators on the Campaign Trail. The Politics of Representation, Norman, University of Oklahoma Press, 1996.

33  J. Lagroye, « Être du métier », Politix, vol. VII, no 28, 1994, p. 5-15 ; P. Garraud, « Le métier d’élu local. Les contraintes d’un rôle », dans J. Fontaine et C. Le Bart éd., Le métier d’élu local, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 29-54 ; É. Treille, « L’écriture parlementaire au quotidien. Le travail des assistants de députés socialistes », dans G. Courty éd., Le travail de collaboration avec les élus, Paris, Houdiard, 2005, p. 157-172 ; P. Garraud, Profession homme politique. La carrière politique des maires urbains, Paris, L’Harmattan, 1989.

34  M. Offerlé éd., La profession politique : xixe-xxe siècles, Paris, Belin, 1999 ; É. Phélippeau, L’invention de l’homme politique moderne, ouvr. cité.

35  P. Garraud, « Le métier d’élu local : les contraintes d’un rôle », art. cité, p. 53.

36  P. Garraud, Profession homme politique, ouvr. cité ; D. Gaxie, Les professionnels de la politique, Paris, Presses universitaires de France, 1973 ; M. Offerlé éd., La profession politique, ouvr. cité ; M. Weber, Le savant et le politique, Paris, La Découverte, 2003.

37  F. Haegel, Un maire à Paris. Mise en scène d’un nouveau rôle politique, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1994 ; J. Lagroye, « Être du métier », art. cité ; Rémi Lefebvre, « Être maire à Roubaix. La prise de rôle d’un héritier », Politix, vol. X, no 38, 1997, p. 63-87.

38  D. Demazière et P. Le Lidec, « La politique  : un objet pour la sociologie du travail. Introduction », Sociologie du Travail, vol. L, no 2, avril 2008, p. 137-146.

39  M. Abélès, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, Odile Jacob, 1988 ; J. Lagroye, P. Lehingue et F. Sawicki éd., Mobilisations électorales. Le cas des élections municipales de 2001, Paris, Presses universitaires de France, 2005 ; R. Lefebvre, « La difficile notabilisation de Martine Aubry à Lille. Entre prescriptions de rôles et contraintes d’identité », Politix, vol. XVII, no 65, 2004, p. 119-146 ; M. Paoletti, Cahiers de campagne, Latresne, Le Bord de l’eau, 2003 ; Y. Pourcher, Votez tous pour moi ! Les campagnes électorales de Jacques Blanc en Languedoc-Roussillon (1986-2004), Paris, Presses de Sciences Po, 2004.

40  J.-L. Briquet, La tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin, 1997 ; C. Mattina, « Mutations des ressources clientélaires et construction des notabilités politiques à Marseille (1970-1990) », Politix, vol. XVII, no 67, 2004, p. 129-155.

41  O. Nay et A. Smith éd., Le gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l’action politique, Paris, Economica, 2002.

42  P. Duran et J.-C. Thoenig, « L’État et la gestion publique territoriale », Revue française de science politique, vol. XLVI, no 4, 1996, p. 580-623 ; J.-P. Gaudin, Gouverner par contrat. L’action publique en question, Paris, Presses de Sciences Po, 1999.

43  W. Genieys, « Le leadership vu du territoire. Pour une sociologie de l’action politique des élus locaux », dans A. Smith et C. Sorbets éd., Le leadership politique et le territoire. Les cadres d’analyse en débat, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.

44  A.-C. Douillet et C. Robert éd., « La production de l’action dans l’exercice du métier politique », Sciences de la société, no 71, 2007 ; R. Pasquier, V. Simoulin, J. Weisbein et P. Le Galès éd., La gouvernance territoriale. Pratiques, discours et théories, Paris, LGDJ, 2013.

45  O. Borraz, Gouverner une ville. Besançon, 1959-1989, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998 ; F. Desage et D. Guéranger, La politique confisquée. Sociologie des réformes et des institutions intercommunales, Bellecombe-en-Bauges, Croquant, 2011 ; B. Dumons, G. Pollet et P.-Y. Saunier, Les élites municipales sous la IIIe République. Des villes du Sud-Est de la France, Paris, CNRS, 2002.

46  A. Garrigou, Les secrets de l’isoloir, Lormont, Le Bord de l’eau, 2012, p. 66.

47  R. A. Dahl, Qui gouverne?, Paris, Armand Colin, 1971.

48  G. Marrel et R. Payre, « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles », art. cité, p. 83.

49  J. Santiso, « À la recherche des temporalités de la démocratisation », Revue française de science politique, vol. XLIV, no 6, 1994, p. 1079-1085.

50  W. Nordhaus, « The political business cycle », Review of Economic Studies, no 42, 1975, p. 169-190 ; A. Blais, « Les élections affectent-elles les politiques gouvernementales ? Le cas des dépenses publiques », Revue française de science politique, vol. LIII, no 6, 2003, p. 929-940.

51  P. Pierson, Politics in Time. History, Institutions, and Social Analysis, Princeton, Princeton University Press, 2004.

52  G. Marrel et R. Payre, « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles », art. cité, p. 75.

53  N. Elias, Du temps, Paris, Pocket, 1999.

54  G. Marrel et R. Payre, « “Throw the bums out !” La remise en cause de la rééligibilité parlementaire aux États-Unis », Parlement[s], Revue d’histoire politique, vol. II, no 2, 2004, p. 97-115.

55  G. Marrel et R. Payre, « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles », art. cité, p. 84.

56  P. Veitl, « Une technique de gestion d’un espace-temps local », art. cité.

57  J. Ferret, Paroles d’élus. Le travail politique au quotidien, Ramonville Saint-Agne, Erès, 1996, p. 136.

58  J.-P. Boutinet, Vers une société des agendas. Une mutation de temporalités, Paris, Presses universitaires de France, 2004, p. 155.

59  G. Rodach, Mieux gérer ses priorités et son temps, Paris, Éditions d’Organisation, 2010, p. 31.

60  L. Hermel, La gestion du temps, Saint-Denis, Afnor, 2005.

61  S. de Royer et F. Dumoulin, Copé, l’homme pressé, Paris, L’Archipel, 2009.

62  P. Morand, L’homme pressé, Paris, Gallimard, 1948.

63  S. Kerckhove, La dictature de l’immédiateté. Sortir du présentialisme, Gap, Y. Michel, 2010.

64  C. Studeny, L’invention de la vitesse. France, xviiie-xxe siècle, Paris, Gallimard, 1995.

65  D. Halévy, Essai sur l’accélération de l’histoire, Paris, Self, 1948 ; P. Virilio, Le grand accélérateur, Paris, Galilée, 2010 ; H. Rosa, Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, La Découverte, 2014.

66  V. Schneider, « Après le pouvoir », M, le magazine du Monde, supplément au no 21067 du Monde, 13 octobre 2012.

67  F. Bachy, L’énigme Hollande, ouvr. cité, p. 9.

68  J. Turner et M. Grieco, « Gender and time poverty. The neglected social political implications of gendered time, transport and travel », Time & Society, vol. IX, no 1, mars 2000, p. 129-136.

69  P. E. Atkinson, Achieving Results Through Time Management, Londres, Pitman, 1988.

70  G. Gasparini, Tempi e ritmi nella società del Duemila, Milan, Franco Angeli, 2009, p. 35.

71  É. Treille, « L’écriture parlementaire au quotidien », art. cité.

72  B. Latour, « Will non-humans be saved ? An argument in ecotheology », Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. XV, no 3, 2009, p. 459-475.

73  M. Kalika, C. N. Boukef et H. Isaac, « La théorie du millefeuille. De la non-substitution entre communication électronique et face à face », Revue française de gestion, no 172, 2007, p. 117-130.

74  B. Van den Hoff, « Electronic coordination and collective action. Use and effects of electronic calendaring and scheduling », Information & Management, no 42, 2004, p. 103-114.

75  D. Cardon et H. Delaunay-Téterel, « La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics », Réseaux, no 138, 2006, p. 15-71.

76  F. Greffet, « Le web dans la recherche en science politique. Nouveaux terrains, nouveaux enjeux », Revue de la Bibliothèque nationale de France, no 40, 2012, p. 78-83.

77  M. Billard, « L’agenda d’une députée », art. cité.

78  C. Restier-Melleray, Que sont devenues nos campagnes électorales? L’éclairage par la succession de Jacques Chaban-Delmas en 1995, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2002.

79  R. Payre, Ordre politique et gouvernement urbain, ouvr. cité.

80  Y. Pourcher, Votez tous pour moi!, ouvr. cité ; R. Lefebvre, « “S’ouvrir les portes de la ville”. Ethnographie des porte-à-porte de Martine Aubry à Lille », dans J. Lagroye, P. Lehingue et F. Sawicki éd., Mobilisations électorales, ouvr. cité.

81  G. Courty, « Introduction. À la découverte du travail de collaboration politique », ouvr. cité, p. 21.

82  S. Beaud et F. Weber, Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte, 2010.

83  E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973, p. 118.

© ENS Éditions, 2016

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540