Version classiqueVersion mobile

La politique au quotidien

 | 
Laurent Godmer
, 
Guillaume Marrel

Avertissement

Texte intégral

  • 1  A. Béliard et J.-S. Eideliman, « Au-delà de la déontologie. Anonymat et confidentialité dans le tr (...)

1Le présent ouvrage propose une plongée dans le quotidien de la politique. Il ne s’agit pas de documenter la « haute politique » nationale telle qu’elle se donne à voir dans les médias nationaux. Il est au contraire question ici de comprendre le travail politique concret qui s’incarne dans de multiples activités beaucoup plus banales, locales, pour la plupart non médiatisées et même non publiques. Cette approche monographique de la politique en train de se faire repose pour l’essentiel sur l’étude approfondie de l’agenda personnel d’une élue régionale. Pour préserver les acteurs et les lieux, conserver un maximum de neutralité analytique, mais aussi permettre la montée en généralité, il a été décidé d’anonymiser le propos, comme dans de nombreux travaux de sciences sociales1. Au-delà des enjeux de confidentialité, il est évident que la localisation des acteurs engendre le risque d’un regard particularisant qui tendrait à réduire leur activité à des traditions, à une identité singulière et incomparable ou à une « culture locale ». Nous pensons au contraire cette étude de cas comme représentative de la vie quotidienne d’un certain nombre d’élus de la France contemporaine.

2Néanmoins, l’épilogue révèle l’identité de l’élue et donc celle du territoire. Cette identification n’a pas été pensée dans le seul but de satisfaire la curiosité du lecteur, mais également pour des raisons scientifiques. En effet, une monographie doit apporter un maximum d’éléments de compréhension du phénomène étudié. Dans le cas d’espèce, étant donné le devenir politique de l’élue observée, la révélation finale de son identité vise à comprendre que les professionnels de la politique, si investis soient-ils dans l’exercice de leur mandat, sont enclins à prendre en compte dans leur emploi du temps des activités considérées comme nécessaires à leur réélection ou à l’obtention espérée d’un trophée politique plus important. En conséquence, si la fin de l’histoire ne modifie en rien le dévoilement du fonctionnement de la politique au quotidien tel qu’il est décrit dans cet ouvrage, sa connaissance peut en éclairer avantageusement certains aspects. C’est pour cette raison, que, si l’ensemble du corps de l’ouvrage respecte scrupuleusement l’anonymat des acteurs et des lieux, la conclusion lève un voile sur l’identité du principal d’entre eux, sans que l’étude monographique ne devienne pour autant une biographie.

Notes

1  A. Béliard et J.-S. Eideliman, « Au-delà de la déontologie. Anonymat et confidentialité dans le travail ethnographique », dans A. Béliard et J.-S. Eideliman éd., Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, Paris, La Découverte, 2008, p. 123-141.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search