Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catherine Deneuve femme maison

 | 
Jérémie Kessler

Chapitre II

Intérieurs

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La femme maison, selon Louise Bourgeois, est prisonnière. « Elle est toute nue et ne sait pas qu’elle est nue » explique l’artiste dans un documentaire de Camille Guichard (Louise Bourgeois, 2008). « […] Cette femme, regardez ses jambes, cette femme est inconsciente d’elle-même, c’est évidemment quelqu’un de très érotique, qui ne sait pas qu’il est érotique, ça va mal, et alors qui dit “Venez, venez me chercher et venez me rescaper de l’éroticisme” ».

Une part de l’ambiguïté des figures de Femmes maisons tient à cette « inconscience » de soi. Tout en offrant sa nudité aux regards, en déployant un potentiel de sensualité, la femme maison vit sa carapace comme une prison. La visibilité du sexe, le caractère suggestif de la silhouette mettent en évidence un « éroticisme » que simultanément ils dénoncent par l’incongruité de la figure et l’étrangeté de sa position. Ce double mouvement de présentation frontale d’un érotisme qui pourrait se montrer ravageur et de réticence à revendiquer la...

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540