Version classiqueVersion mobile

Sociétés civiles d’Asie du Sud-Est continentale

 | 
Bernard Formoso

Troisième partie – Les e-médias sociaux comme nouvelle sphère publique ?

Chapitre VI

Internet, société civile et politique en Indonésie, en Malaisie et à Singapour

Delphine Alles

Texte intégral

Introduction

  • 1 Entretien mené à Singapour le 14 mars 2014.

1« La frontière entre l’expression sur l’internet et les actions dans le réel est encore plus importante ici que la distinction entre espace public et espace privé »1 expliquait en 2014 un blogueur singapourien. Interrogé sur l’apparente discordance entre son absence d’engagement concret dans la vie politique de son pays et la liberté de ton de ses billets, publiés à un rythme pluri-hebdomadaire pour critiquer l’intrusion des autorités dans le quotidien des citoyens de la cité-État, il récusait l’idée d’une incohérence, revendiquant au contraire la vie en ligne comme un univers parallèle, politisé mais surtout fortement codifié et sans lien nécessaire avec le monde physique. Corroborée par plusieurs entretiens menés entre 2011 et 2014 à Singapour, en Malaisie, mais aussi en Indonésie où le contexte politique est plus ouvert, cette analyse permet-elle d’aller jusqu’à considérer le cyberespace comme un espace public virtuel ? Des sociétés civiles à l’expression limitée dans l’espace physique ont-elles la capacité de s’organiser sur l’internet pour faire émerger leurs préoccupations ? Quels seraient alors les contours, la sociologie et les répertoires d’action des citoyens engagés dans cet espace d’expression parallèle ? Et quelles interactions peut-on identifier entre ces engagements virtuels et les contextes politiques concernés ?

  • 2 Sur le rôle joué par l’internet dans les transformations de la soc (...)

2Le débat sur le fait de savoir si des échanges virtuels peuvent être considérés comme partie intégrante d’espaces publics en construction, auxquels ils donneraient une dimension nouvelle, rejoint celui sur la possibilité même de l’existence d’une société civile en Asie du Sud-Est, en particulier dans le contexte d’États autoritaires2. Pour Jürgen Habermas (1997, p. 394) :

La société civile se compose de ces associations, organisations et mouvements qui à la fois accueillent, condensent et répercutent en les amplifiant dans l’espace public politique, la résonance que les problèmes sociaux trouvent dans les sphères de la vie privée. Le cœur de la société civile est donc constitué par un tissu associatif qui institutionnalise dans le cadre d’espaces publics organisés les discussions qui se proposent de résoudre les problèmes surgis concernant les sujets d’intérêt général.

3Intermédiaire entre l’espace privé et le système politique, elle repose notamment sur un noyau de relations qui constituent, toujours selon Habermas :

Le substrat organisationnel de ce public général, pour ainsi dire issu de la sphère privée, constitué de citoyens qui cherchent à donner des interprétations publiques à leurs expériences et à leurs intérêts sociaux et qui exercent une influence sur la formation institutionnalisée de l’opinion et de la volonté.

4La société civile requiert l’existence d’un espace public, condition nécessaire à la formation du débat et à l’usage de la raison. Elle exige en outre que soient remplies des conditions institutionnelles (cadre légal garantissant les libertés de conscience, d’expression et d’association), sociales (niveau éducatif, conflictualité maîtrisée dans les rapports sociaux) et contextuelles (accès à des lieux de délibération), qui s’avèrent inégalement réalisées en Asie du Sud-Est. En apparence exempt de certaines contraintes pesant sur l’espace public physique, l’internet semble pouvoir offrir un accès à l’information libéré des contrôles exercés sur les médias traditionnels, ainsi qu’un espace d’expression et de délibération plus flexible et moins encadré. Il serait néanmoins trop rapide de conclure que les expressions en ligne reflètent l’existence d’une société civile virtuelle.

  • 3 Si les restrictions imposées par la Chine et son « grand firewall » sont bien connues, plusieurs (...)

5La liberté des échanges sur l’internet ne va pas de soi3, et le fait de s’interroger sur le rôle joué par le cyberespace comme lieu de délibération et d’expression ajoute des dimensions technologiques et éducatives à la réflexion sur les conditions de réalisation d’une société civile. L’accès à l’information et la capacité d’échanger des idées en ligne requièrent en effet des moyens techniques et des compétences, inégalement réparties dans une région où les contextes politiques sont aussi hétérogènes que les niveaux de développement et d’éducation. La question se pose également de savoir si des échanges virtuels, caractérisés par leur fluidité et l’éventuel anonymat de leurs protagonistes, peuvent constituer de véritables délibérations citoyennes. Les débats au cœur de cet ouvrage, sur la pertinence du concept de société civile dans les États sud-est asiatiques, se déclinent donc de manière particulière s’agissant d’observer les expressions des citoyens de la région dans le cyberespace.

  • 4 Sur l’obsolescence de la notion de « cité », au fur et à mesure de (...)

6Ce chapitre propose d’aborder une telle question à travers la comparaison de trois États voisins mais caractérisés par des contextes sociopolitiques, des contraintes institutionnelles et des niveaux de développement différents : Singapour, la Malaisie et l’Indonésie. L’accès à l’information est relativement ouvert en Indonésie dans l’espace public physique comme dans le cyberespace, tandis que les médias papier et audiovisuels font l’objet d’un contrôle à Singapour et en Malaisie, où la liberté d’expression sur l’internet est soumise à des législations ambiguës. Mais alors que le taux de pénétration de l’internet est particulièrement élevé dans la cité-État, il varie considérablement en Malaisie et en Indonésie entre les zones urbaines et rurales ou à l’intérieur même des villes, entraînant d’importantes disparités entre centres et périphéries4.

7Pour comprendre la nature des interactions entre le développement des échanges virtuels et la vie politique dans ces contextes distincts, il convient en premier lieu d’établir un état de l’art sur cette question (première partie du chapitre), puis d’étudier l’évolution des conditions technologiques et leur lien étroit avec les contextes politiques et législatifs des trois États étudiés (deuxième partie). La troisième partie aborde enfin la sociologie des individus qui s’expriment en ligne et leurs centres d’intérêt privilégiés, pour analyser le rôle de l’internet comme relais d’opinion et sa capacité à transformer les contextes sociopolitiques étudiés.

L’internet et l’engagement politique à Singapour, en Malaisie et en Indonésie

  • 5 Ce texte adopte une définition extensive des blogs comme « pages i (...)

8De nombreuses publications sur les technologies de l’information à Singapour, en Malaisie et en Indonésie s’intéressent à la relation entre les activités en ligne et le contexte politique des trois États. Elles abordent les rendez-vous électoraux et les périodes de bouleversements politiques comme autant d’opportunités pour analyser les interactions entre les échanges virtuels et les débats menés dans l’espace public physique. La relation d’interdépendance entre les blogs5 ou les réseaux sociaux et les contextes politiques rend particulièrement difficile l’identification de variables dépendantes et indépendantes. Certains auteurs perçoivent ainsi l’internet comme une alternative au manque de liberté résultant du contrôle gouvernemental ou de la concentration monopolistique des médias traditionnels, grâce à la possibilité offerte aux utilisateurs d’être à la fois destinataires et producteurs de contenus. D’autres pointent au contraire les limites de cette analyse.

9Dans le cas de Singapour, les nouvelles technologies de l’information et de la communication ouvrent un espace potentiel de liberté où sont susceptibles de s’exprimer les mécontentements et critiques qui étaient auparavant murmurés dans des cercles privés. Les autorités et les médias traditionnels sont contraints de s’adapter à une nouvelle culture de l’expression politique. La question de l’effet de ces moyens d’expression et ses conséquences sur la vie politique du pays, en particulier sur la domination du People’s Action Party (PAP) dans la cité-État, doit néanmoins être abordée avec prudence (George 2012, p. 158-181). De nombreux travaux contestent en effet l’idée selon laquelle les nouvelles technologies favorisent automatiquement l’autonomisation (empowering) des citoyens en permettant l’interactivité et la libre association des individus en ligne (Hague et Loader 1999, Soon et Kluver 2007, Etling et al. 2010). Dès la fin des années 1990, la question du contrôle politique sur l’internet a d’ailleurs émergé comme une source de préoccupations pour les activistes mais aussi pour les chercheurs. Les travaux précurseurs de Gary Rodan ont souligné que, loin de permettre systématiquement d’échapper aux restrictions à la liberté d’expression et de servir de porte d’entrée vers la libéralisation politique, les nouvelles technologies peuvent être utilisées pour diffuser la propagande officielle et prolonger le contrôle exercé par un gouvernement autoritaire sur la presse écrite (Rodan 1998). L’auteur a étayé par la suite son argument en démontrant que le soutien aux médias électroniques pouvait s’accompagner à Singapour d’une suppression de la société civile (Rodan 2003). Cette analyse est approfondie par des travaux plus récents, insistant sur la « culture d’autocensure » propre à la cité-État, renforcée par la menace de poursuites judiciaires ou de suspensions de publications (Gomez 2005). Randolph Kluver (2004) s’oppose également aux analyses suivant lesquelles le développement de l’internet joue un rôle-clé dans la démocratisation du pays. Observant les élections législatives de 2001, il conclut que les conséquences des nouvelles technologies sur les pratiques politiques sont étroitement liées à la culture politique préexistante. Une autre double corrélation existe entre la censure perçue des médias traditionnels et la participation sur l’internet d’une part, et entre l’engagement en ligne et la participation politique d’autre part (Skorik et al. 2012a, 2012b). Cette observation confirme que les cadres réglementaires tendent à influencer les engagements dans l’espace public physique mais aussi les échanges dans le cyberespace, plutôt que l’inverse. Les observations de Cherian George sur les élections législatives de 2011 ont confirmé l’hypothèse d’une déconnection entre l’expression en ligne et les résultats dans la vie publique. Malgré un fort enthousiasme pour les nouveaux médias et leur utilisation sans précédent par les partis et mouvements d’opposition, tant pour critiquer les politiques du PAP que pour tenter de discréditer certains de ses candidats, les résultats de ces élections ont confirmé la domination du parti au pouvoir depuis l’indépendance de la cité-État (George 2012, p. 158-159).

10Des observations similaires s’appliquent au cas malaisien. De nombreux travaux se concentrent sur les conséquences politiques des technologies de l’information, notamment le rôle de la blogosphère dans les contextes électoraux, et sur les conditions générales de mise en œuvre de la liberté d’expression. S’il est globalement acquis que l’internet constitue un espace spécifique où l’expression d’idées politiques alternatives est possible voire majoritaire (George 2007, Sani 2011, Ahmad et al. 2011, Weiss 2012), ce média est aussi régulé pour des motifs affichés de sécurité ou de stabilité sociale (Sani 2011). L’expression par l’intermédiaire de blogs est généralement considérée comme plus libre que celle permise dans les médias traditionnels, mais le lien entre le foisonnement des oppositions en ligne et les évolutions de la réalité politique reste source de débats dont ressort un certain scepticisme (Ling 2003). Suite aux élections législatives de 2008, marquées par une corrélation entre la mobilisation de l’opposition en ligne et des résultats sans précédent pour la coalition des partis hostiles à la coalition gouvernementale dirigée par l’UMNO (United Malays National Organization), plusieurs auteurs ont conclu que cette mobilisation virtuelle avait joué un rôle majeur dans ce résultat (Rajaratnam 2009). À l’inverse, Sandra Smeltzer a montré que les attentes démocratiques liées aux nouvelles technologies devraient être modérées dans la mesure où l’influence réelle de l’internet est limitée par un environnement contraignant aux plans légal, politique, économique et social (Smeltzer 2008, Smeltzer et Keddy 2010). Pour Meredith Weiss (2012), la diffusion des blogs a eu des conséquences politiques limitées dans un contexte toujours dominé par les médias traditionnels et sujet à de considérables disparités d’accès aux technologies de l’information, notamment hors des milieux urbains où se situent les soutiens traditionnels de l’opposition. Elle souligne que l’émergence de nouveaux médias « augmente les chances de couverture médiatique de toutes sortes d’engagements » mais qu’elle est également susceptible de « déplacer le point de cadrage en dehors de l’État ». L’auteure affiche ainsi une certaine prudence quant au potentiel révolutionnaire des évolutions technologiques, considérant simplement que ce paramètre est susceptible d’alimenter la participation politique et d’en faire évoluer les formes et les objets, sans nécessairement transformer les priorités des responsables. La multiplication de mouvements sociaux appuyés par une forte mobilisation en ligne a néanmoins conduit les autorités malaisiennes à tenir compte de ce paramètre, bien que les conséquences politiques de cette prise de conscience restent sujettes à caution.

  • 6 Le terme warnet, contraction de warung internet, désigne un cy (...)
  • 7 Romain Bertrand (2001, p. 21). Cette « société incivile » était ab (...)
  • 8 Voir par exemple le cas du site [http://www.politikana.com] (Wayansari 2011).

11L’Indonésie s’inscrit dans un contexte politico-institutionnel et socio-historique différent. La libéralisation de l’archipel a suivi un calendrier parallèle à celui de sa pénétration par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Marquées par le crépuscule du régime de Suharto, les années 1990 ont vu se développer l’utilisation de l’internet comme média alternatif, hors du contrôle de l’État. L’émergence d’une véritable « culture des warnet » 6 donnait alors lieu à des travaux portant un regard optimiste sur la Toile et son potentiel démocratique (Hill et Sen 1997). Ce développement, pour reprendre l’expression de Merlyna Lim (2003a et b), a permis l’expression de la « résistance » de la société civile face à la domination étatique. La chute du général-président en 1998 a ouvert une transition politique accompagnée par la libéralisation de l’ensemble des médias (Thomas 2003, Romano et Seinor 2005). Un embryon de société civile s’est ainsi progressivement substitué à la « société incivile, hostile à l’État et animée de fantasmes suicidaires » que Romain Bertrand observait, en 2001, dans le contexte de la difficile passation de pouvoir entre les présidents Abdurrahman Wahid et Megawati Sukarnoputri7. La problématique des interactions entre l’internet et le jeu démocratique s’est donc développée dans le contexte de la Reformasi puis de la démocratie naissante, l’Indonésie se distinguant des États voisins par un jeu politique libéré mais aussi par des épisodes de violence que n’ont pas connus Singapour ni la Malaisie (Hill et Sen 2000, 2005 ; Lim 2003, 2004). Dans ce contexte, la croissance des expressions en ligne a donné lieu à des études sur l’instrumentalisation de l’internet dans le contexte de conflits comme celui qui a ensanglanté les Moluques au tournant des années 2000. Les idées relayées en ligne, loin d’être systématiquement le reflet d’une société civile unie dans la poursuite d’un idéal démocratique ou post-politique, peuvent en effet devenir le relais de clivages observables sur le terrain (Hill et Sen 2002, 2005, p. 117-118 ; Lim 2004, 2005, 2012 ; Triastuti et Rakhmani 2011 ; Bräuchler 2013). Cette perspective est également adoptée par des travaux récents, mettant en avant la dimension communautarisée des expressions en ligne ou encore l’usage des nouvelles technologies par des entrepreneurs de violence ou des organisations sectaires autant que par des ONG démocratiques (Lim 2012). On retrouve donc sur l’internet, comme dans le monde physique, la promotion d’idéaux inclusifs autant que celle de la violence. Quinze ans après le début de la Reformasi le contexte politico-institutionnel indonésien a largement évolué (Lim 2006). La popularisation des blogs et réseaux sociaux a fait l’objet de travaux soulignant l’émergence de nouveaux espaces d’expression et d’échanges sur les sujets politiques et sociaux, qui contribuent à promouvoir de nouvelles causes ou thématiques dans le paysage politique indonésien (Lim et Nugroho 2011, Argawal et al. 2012). L’internet a ainsi transformé certaines pratiques de la société civile en favorisant le développement de formes de démocratie participative (Nugroho 2008, Widodo 2011), à travers par exemple l’apparition de plateformes 2.0, qui constituent un embryon de sphère publique où peuvent s’échanger discours critiques et arguments rationnels8. Comme dans les cas précédemment discutés, plusieurs auteurs soulignent cependant que la corrélation entre la participation à ces arènes et l’engagement public est loin d’être automatique (Widodo 2011). Elle ne peut avoir lieu que si l’internet est utilisé de manière stratégique par les organisations de la société civile, ce qui requiert un certain savoir-faire (Nugroho 2008). La question de savoir si l’usage de l’internet caractérise une société civile désormais considérée comme florissante, ou lui offre une valeur ajoutée, reste donc ouverte. Merlyna Lim et Yanuar Nugroho le soulignent en mettant en garde contre l’idée de considérer l’internet comme un « agent causal » majeur dans le changement social, invitant à l’aborder plus raisonnablement comme un instrument technologique « à la fois constitué par la société et constituant la société » (2011, p. 1).

12L’ambivalence des outils numériques est donc amplement soulignée par les travaux publiés sur Singapour, la Malaisie et l’Indonésie. Une limite applicable aux trois cas repose précisément sur la survalorisation des capacités réformatrices de ce média qui peut conduire à exagérer les attentes citoyennes sans toutefois influencer concrètement les contextes sociopolitiques (Nugroho 2012). Lorsque les campagnes d’opinion en ligne s’avèrent mal orchestrées, elles peuvent provoquer des déceptions en peinant à transformer significativement les environnements légaux, politiques et institutionnels (Dibley 2012). Le survol de la littérature sur l’usage des technologies de l’information et de leurs conséquences sur les contextes singapourien, indonésien et malaisien laisse donc entrevoir une image nuancée. La question posée au début de ce chapitre quant à l’émergence sur l’internet d’engagements alternatifs, susceptibles de donner corps à l’idée d’une société civile virtuelle en mesure d’interagir avec la vie politique, reste donc ouverte. Afin d’approfondir l’analyse il est nécessaire de revenir sur des éléments plus précis concernant les contextes politiques et technologiques dans lesquels cette comparaison est menée.

Contextes technologiques et réglementaires

13Le cadre choisi pour cette analyse de l’internet comme mode d’expression de la société civile est celui de trois pays dont les spécificités en termes de construction étatique de l’espace public et politique, de réglementation de la liberté d’expression, et d’environnements technologiques, doivent être prises en considération.

Les liens entre développement technologique et environnement politique

14Les questions techniques ne peuvent être dissociées des contextes politiques (Chambat 2000, Benvegnu 2006). Loin d’être cantonnées au milieu académique, les problématiques développées en première partie sont au centre des préoccupations des gouvernements sud-est asiatiques et de la définition de leurs stratégies numériques, particulièrement à Singapour et en Malaisie dont les États lient le développement technologique et leurs politiques d’ingénierie sociale. En Indonésie, le rôle des autorités est plus en retrait tant en matière de développement technologique que de régulation du cyberespace. Les autorités s’efforcent de s’adapter au développement de la sphère numérique, d’en intégrer les codes et de renforcer leur contrôle, mais ne peuvent être considérées comme stratèges dans ce domaine qui reste plus largement dévolu au secteur privé que dans les États voisins.

15Alors que les modes d’expression en ligne sont considérés par les individus comme une manière de contourner les restrictions imposées à la liberté d’expression dans l’espace public physique, les internautes sont confrontés à des contraintes qui forgent leurs priorités et modes d’expression. Selon le dernier rapport sur les libertés dans le monde publié par l’ONG Freedom House (2014), l’Indonésie, la Malaisie et Singapour sont classées comme « partiellement libres » en termes de libertés politiques et personnelles. L’Indonésie, considérée comme « libre » jusqu’en 2013 dans ce classement en trois catégories, a vu son évaluation se dégrader en 2014 du fait des tentatives de contrôle de la société civile, bien que la liberté d’expression et le processus politique y restent mieux notés que dans les États voisins. Même dans les environnements les plus contraignants, l’internet est considéré comme un espace d’expression et d’information moins encadré que les médias traditionnels, mais cette liberté se heurte à des limites techniques autant que réglementaires ou même implicites. Il faut toutefois se garder d’en déduire trop rapidement que les sociétés les plus avancées en termes de développement des nouvelles technologies sont aussi les plus susceptibles de se transformer sous l’influence de ce facteur. Un faible taux de pénétration de l’internet peut en effet se traduire par un impact significatif des nouvelles technologies de l’information sur la société et la sphère politique. Ainsi, malgré un usage globalement moins répandu de l’internet en Malaisie qu’à Singapour, la première a développé des espaces de débat en ligne et la dissidence politique sur la Toile y est plus marquée que dans la cité-État (George 2007). Les blogs jouent en effet un rôle significatif sur la scène politique malaisienne tandis que leur influence, à Singapour, reste cantonnée à celle d’une variable intervenante qui contribue à faire émerger des problématiques ou à influencer les normes encadrant la liberté d’expression, sans les transformer véritablement (Wu 2009).

16Si les enjeux liés aux nouvelles technologies de l’information et de la communication sont d’abord apparus hors du champ politique, la question de la liberté dans le cyberespace a fait l’objet de discussions à Singapour et en Malaisie depuis l’émergence de l’internet dans les deux pays au cours des années 1990. En Indonésie, ce sujet est étroitement lié à celui du développement économique de l’archipel et de ses disparités territoriales.

La Malaisie, entre stratégie de développement et contrôle étatique

  • 9 Internet World Stats, « Malaysia : Internet usage stats and ma (...)
  • 10 L’ISA a été remplacé en 2012 par le Security Offences (Special (...)

17En Malaisie le gouvernement de Mahathir avait tenu à assurer qu’aucune restriction ne serait imposée au développement des échanges via l’internet, dont il percevait le caractère incontournable pour attirer des investissements étrangers. La fondation d’un « Multimedia supercorridor » en 1996 reflétait cette ambition de placer les nouvelles technologies au cœur de la stratégie de développement du pays. Le Multimedia Bill of Guarantees garantit officiellement l’absence de censure et offre aux fournisseurs d’accès des conditions d’installation et de licence relativement souples. Alimenté par ce contexte favorable, le taux de pénétration de l’internet a atteint 60,7 % en 2012 alors qu’il n’était que de 15 % en 20009. L’absence de restrictions visant spécifiquement les contenus en ligne, contrairement à la presse écrite qui est soumise à de nombreuses réglementations (Sani 2005, 2008 ; George 2007), n’a pourtant pas empêché les autorités de cibler des internautes. Le fournisseur d’accès Jaring a ainsi collaboré avec la police, en 1998, pour identifier des « colporteurs de rumeurs » (rumour mongers). Plusieurs blogueurs ont également été poursuivis pour leurs publications et sont tombés sous le coup de législations comme l’Internal Security Act (ISA), une réminiscence du système britannique qui permet aux autorités d’arrêter une personne et de la détenir sans procès pour une durée indéterminée, ou encore le Sedition Act qui criminalise les discours à « tendance séditieuse » contre les autorités ou les différents groupes ethno-religieux10.

  • 11 Voir l’article « Court orders Malaysiakini to file defence aga (...)

18Apparus dans les années 1990, les blogs ont acquis une dimension politique significative au moment de la crise politique de 1998. Celle-ci vit le vice-Premier ministre, Anwar Ibrahim, se faire limoger sur la base de désaccords avec Mahathir dans le contexte de la crise financière asiatique. Plus récemment, des blogueurs ont été détenus en vertu de l’ISA, parallèlement aux remous soulevés par le retour en politique d’Anwar, puis des élections législatives de 2008 qui ont permis à la coalition d’opposition de franchir pour la première fois le seuil symbolique du tiers des sièges au Parlement. Depuis ces événements, la liberté d’expression en ligne fait l’objet d’inquiétudes croissantes en Malaisie. Outre les fréquentes prises de position sur ce sujet, des internautes et responsables politiques d’opposition se sont coalisés, en août 2012, pour organiser une « journée sans l’internet » (Internet blackout day) afin de protester contre la proposition d’un amendement législatif mettant selon eux en péril la liberté d’expression sur la Toile. La réforme prévue aurait permis de rendre les internautes, mais aussi les fournisseurs d’accès, responsables des contenus « nuisibles » (harmful) ou « diffamatoires » envoyés par l’intermédiaire de leurs réseaux (AFP 2012). Face à la fronde organisée en ligne et dans la rue, le gouvernement a finalement retiré cet amendement. Le contrôle de la liberté d’expression en ligne s’est toutefois déplacé sur un autre terrain. Au printemps 2014, le Premier ministre Najib Razak et le vice-président de l’UMNO, Abdul Rauf Yusoh, ont ainsi lancé des poursuites judiciaires contre le site d’information Malaysiakini, accusé de diffamation pour avoir publié des commentaires critiques sur la crise politique dans l’État du Terengganu11. Cette méthode, consistant à brandir l’intimidation judiciaire pour espérer une autocensure sans passer par des lois écrites ouvertement restrictives, tend à se rapprocher des formes de contrôle privilégiées par le gouvernement singapourien.

À Singapour, l’ambivalence volontaire des autorités

  • 12 Sur ce critère, Singapour est classé au trentième rang mondial (...)

19L’approche de l’internet par les autorités singapouriennes est souvent qualifiée d’« ambivalente » (Lee et Kan 2009). Comme dans le cas malaisien, le gouvernement affirme ne pas contraindre les libertés en ligne. Cet affichage répond à deux préoccupations principales. Les autorités sont soucieuses de ne pas dissuader les investisseurs étrangers, mais elles sont également conscientes des dommages que peut entraîner un accès restreint à l’information sur la compétitivité des citoyens dans une économie mondialisée. Le manque de créativité et de capacité à raisonner de manière critique, dans un environnement marqué par un système éducatif particulièrement hiérarchisé et vertical, sont en effet perçus comme un obstacle pour la continuité du développement et le maintien de l’excellence de la cité-État (Young Singaporeans Conference 2008, Lim 2012). Singapour a développé son système parallèlement à la Malaisie, offrant dès 1994 un accès public à l’internet développé à travers plusieurs programmes gouvernementaux successifs. Le plan A vision of an intelligent island : IT 2000 s’est ainsi traduit par l’installation d’une infrastructure nationale pour l’accès aux technologies de l’information. Depuis 2006, le plan Intelligent Nation 2015 a contribué à accélérer le débit des connections et vise, entre autres objectifs, à assurer que tous les foyers abritant des enfants en âge d’être scolarisés posséderont leurs propres ordinateurs avec l’accès à l’internet. Singapour s’inscrit désormais parmi les États les plus connectés au monde, avec un taux de pénétration de l’internet de 77,2 %12.

20Comme l’ont observé Lee et Kan (2009), le développement des technologies de l’information ne participe pas simplement d’une volonté de croissance économique. Il s’est imposé comme composante de la stratégie de construction de l’identité nationale singapourienne, mise en œuvre depuis l’indépendance en 1965. Le programme Realizing the iN2015 Vision, qui reprend l’objectif de devenir une « nation intelligente » et promeut le développement des technologies pour enrichir la vie des Singapouriens (IDA 2010), illustre cet aspect de la construction de l’identité nationale. Il suggère que les contenus internet, au-delà de la seule infrastructure, constituent une préoccupation pour le gouvernement. Dans cette ligne, les autorités ont constamment répété que les limites applicables en société sont tout aussi pertinentes dans l’espace virtuel, bien que le Web soit généralement considéré par ses utilisateurs comme un espace d’expression plus libre que la presse écrite. Tous les fournisseurs d’accès doivent ainsi obtenir une licence et les pouvoirs publics sont autorisés à contrôler les coordonnées des comptes des utilisateurs. Des textes ou vidéos jugés « racistes », « insultants » pour l’un des groupes ethniques ou religieux reconnus par la cité-État ou « diffamatoires » contre le gouvernement peuvent ainsi être visés, tandis que sont officiellement interdits les contenus objectionnables ‒ c’est-à-dire pornographiques, homosexuels, raciaux, religieux ou liés au terrorisme. Comme la Malaisie, Singapour possède un Internal Security Act qui permet l’emprisonnement sans procès pour raisons de sécurité et qui peut être utilisé pour détenir des blogueurs. La mise à disposition des résidents et visiteurs d’un réseau wifi gratuit, accessible sur l’ensemble de l’île, facilite le contrôle des contenus diffusés et consultés par cet intermédiaire tout en augmentant la connectivité des Singapouriens. Les utilisateurs de ce réseau sont identifiés par un code personnel lié à leur numéro national d’identité ou à leur passeport, qui contribue à dissuader les dissidents les plus prudents. Les restrictions ne sont cependant pas systématiquement suivies d’effets, dans la mesure où il est particulièrement difficile de cibler les contenus internet en dépit de l’existence de législations susceptibles d’être mobilisées par les autorités. Plusieurs blogueurs ont été poursuivis pour avoir mis en ligne des articles ou commentaires enfreignant les tabous imposés à Singapour pour la presse écrite et la prise de parole publique. C’est par exemple le cas de Roy Ngerng, accusé en avril 2014 de diffamation pour avoir publié ses soupçons quant à l’usage de l’épargne versée par les citoyens au Central Provident Fund (CPF) (Salleh 2014), qu’il soupçonnait d’alimenter les fonds de pension gérés par la famille Lee (Edge 2011). Le cas du jeune Amos Yee, condamné à plusieurs semaines de prison et à une « réhabilitation » mentale pour avoir diffusé une vidéo insultant la religion chrétienne et la mémoire de Lee Kuan Yew dans la foulée du décès de ce dernier, a également attiré l’attention tout comme les condamnations de nombreuses organisations défendant la liberté d’expression (Palatino 2015). Les condamnations restent néanmoins relativement peu fréquentes rapportées au nombre de critiques publiées en ligne à l’encontre des autorités. Elles tiennent essentiellement lieu d’exemple pour inciter les internautes à l’autocensure, bien au-delà des régulations et punitions concrètes.

L’Indonésie, du retard technologique aux transformations politiques

21La situation indonésienne est plus complexe du fait des disparités qui caractérisent la diffusion des technologies dans les différentes provinces de l’archipel, mais aussi en raison des évolutions politiques qui ont marqué les deux dernières décennies. Si l’internet y est apparu par l’intermédiaire d’initiatives universitaires, le public s’est rapidement approprié cet outil. Alors que son taux de pénétration n’était que de 1 % en 2000, il atteignait environ 28 % de la population soit soixante et onze millions cent quatre-vingt-dix mille individus en 2013 (The Jakarta Post 2014), un chiffre vraisemblablement sous-évalué puisque de nombreux utilisateurs se connectent via leur téléphone ou des cybercafés. Le taux de pénétration de l’internet en Indonésie est en effet l’un des plus faibles d’Asie du Sud-Est, mais la proportion d’utilisateurs connectés via leur téléphone mobile y est la plus élevée (Rohman et Bohlin 2011). La population de blogueurs indonésiens était estimée en 2011 à trois millions deux cent mille et le nombre d’utilisateurs de Facebook atteignait soixante-cinq millions en 2014 (Russell 2014), faisant de l’Indonésie le quatrième pays le plus représenté sur ce réseau social (Lim et Nugroho 2011, p. 1). La fracture digitale reste néanmoins importante entre les zones urbaines et rurales, et entre catégories de population au sein même des villes, malgré la diffusion des technologies mobiles.

22Pour les autorités indonésiennes, la question de l’accès à l’internet rejoint celle du développement, en particulier dans les îles extérieures. Le ministère de la Communication et de l’Information s’efforce de promouvoir l’usage des technologies de l’information et de la communication dans ces régions à travers le programme « Indonésie connectée » et la mise en œuvre d’un réseau de fibre optique dans les zones périphériques, en particulier de Manado à la Papouasie occidentale (Citizen Lab 2014, p. 2). L’administration elle-même s’est adaptée avec plusieurs plans visant depuis le début des années 2000 à développer le e-gouvernement aux niveaux national et local, notamment le Sistem Informasi Nasional (Sisfonas). Les objectifs affichés sont de favoriser l’information publique, la transparence du système de gouvernance, ou encore la participation au processus décisionnel. L’internet joue ainsi un rôle symbolique dans le développement de l’autonomie régionale, les sites web des gouvernements locaux donnant au moins l’illusion d’une indépendance vis-à-vis de Jakarta et permettant aux investisseurs d’accéder directement aux autorités locales (Hill et Sen 2005, p. 91, 97).

  • 13 Notamment la loi no 39 de 1999 sur les droits de l’homme qui g (...)
  • 14 En particulier depuis l’adoption en 2008 d’une loi (...)

23Une autre préoccupation, dans un pays régulièrement en proie à des violences sociales ou politiques, est celle de la criminalité et de la diffusion de contenus potentiellement dommageables pour la cohésion nationale. Les poursuites, comme dans les pays voisins, portent essentiellement sur les contenus prohibés par des lois qui ne visent pas spécifiquement l’internet, tels que la diffusion d’images pornographiques ou blasphématoires mais aussi, occasionnellement, la diffamation de responsables politiques (Lukman 2014). C’est à partir de 2008, suite aux remous provoqués par l’affaire des caricatures du Prophète Mahomet dans le journal danois Jyllands Posten et la diffusion du film de Geert Wilders, Fitna, que les autorités indonésiennes ont tenté de mettre en œuvre une politique de fermeture sélective des contenus jugés offensants. Les régulations, dans le cyberespace comme dans l’espace public, s’étaient considérablement assouplies avec la Reformasi (Thomas 2003) et l’adoption de textes garantissant la liberté d’opinion et d’expression13. Sur l’internet, c’est à travers les fournisseurs d’accès que les autorités s’efforcent de filtrer les informations publiées14. Alors que la loi n’est censée s’appliquer qu’à la pornographie et aux jeux d’argent, on relève des blocages de sites religieux prosélytes, insultants à l’égard d’une religion, ou diffusant des contenus sur les questions de genre ou d’orientation sexuelle. Le gouvernement fait également pression sur les fournisseurs d’accès pour qu’ils bloquent les contenus jugés extrémistes ou incitant à la violence. Au printemps 2015 un débat a ressurgi sur ce sujet lorsque le ministère de l’Information et de la Communication a ordonné le blocage, sur proposition de l’Agence nationale contre le terrorisme, de plusieurs sites internet incitant au départ d’Indonésiens pour combattre aux côtés de l’État islamique en Irak et en Syrie (ISIS) (Rachman 2015). Les blocages mis en œuvre sur décision gouvernementale sont parfois jugés arbitraires et manquent de transparence. À l’inverse, les contrôles décentralisés sont critiqués pour leur caractère erratique car les fournisseurs d’accès, en raison du manque de précision des directives gouvernementales, appliquent des règles différentes selon leur interprétation des textes (Citizen Lab 2014, p. 20).

24Malgré l’autocensure relevée par Freedom House (2013) de la part des utilisateurs, suite à plusieurs condamnations de blogueurs ou d’utilisateurs des réseaux sociaux, force est par ailleurs de constater que de nombreux obstacles grèvent l’efficacité de ces tentatives : l’absence d’infrastructure centralisée, l’extrême fragmentation des contenus et des fournisseurs d’accès (il en existe plus de trois cents), le grand nombre d’utilisateurs et enfin la mobilisation de la société civile qui, à plusieurs reprises, a obtenu gain de cause contre les tentatives de restrictions étatiques à la liberté d’expression en ligne (Citizen Lab 2014, p. 17).

25Les spécificités des trois environnements politiques, technologiques et réglementaires étudiés incitent à se pencher sur la question de l’influence de ces contextes sur les priorités et modes d’expression en ligne des blogueurs indonésiens, malaisiens et singapouriens, pour mesurer leur influence sur leurs environnements politiques respectifs.

De l’expression des sans-tribunes à la professionnalisation, les usages multiformes de l’internet

26Les trois pays fournissent des cadres différents aux interactions entre les modes d’expression politique en ligne, la société civile réelle et les enjeux politiques. Dans les trois cas cependant, les premiers acteurs à s’être saisis du potentiel politique des échanges en ligne, de la blogosphère, puis des réseaux sociaux, relevaient de mouvements d’opposition qui disposaient jusqu’alors de peu d’occasions pour promouvoir leurs idées dans l’espace public. Cette origine a contribué à pérenniser le mythe d’un espace public virtuel jeune, démocrate et réformiste. Les autorités et acteurs politiques traditionnels se sont toutefois rapidement saisis des outils numériques, et la professionnalisation croissante de leur usage confère un avantage aux acteurs disposant d’un fort capital. Si ces observations incitent à la prudence, une conséquence intéressante de l’introduction de ces outils dans les contextes politiques étudiés repose sur le fait qu’ils contribuent à garantir la pérennité des avancées démocratiques en faisant évoluer la relation entre les citoyens et les autorités.

Sociologie des internautes et thèmes privilégiés : la part minoritaire des échanges politiques

  • 15 Selon Julian Hopkins (2010). Au même moment, le ministre de l’ (...)

27Si les blogs et échanges sur les réseaux sociaux qui nous intéressent le plus directement dans le cadre de cette étude sont ceux consacrés aux questions politiques, il convient de souligner que ces thématiques sont loin de constituer le premier sujet d’intérêt dans le cyberespace sud-est asiatique. Elles sont même très minoritaires au regard de la diversité des contenus publiés en ligne, qui rend difficile l’établissement d’une liste des blogs les plus pertinents. Entre cent cinquante mille et deux cent mille blogs étaient en effet publiés en Malaisie en 2010 selon l’estimation la plus conservatrice15, le pays figurant au quatorzième rang mondial du classement du nombre de blogs publiés par État (Sysomos Inc. 2010). En Indonésie, le nombre de blogs était estimé en 2010 à plus de trois millions deux cent mille (Siregar 2010), tandis que selon une enquête de la même année, un jeune Singapourien sur cinq tenait son propre blog (SMU 2010).

  • 16 Les outils de mesure et de comparaison proposés sur les sites (...)
  • 17 Voir Infographics.sg, « Social media usage statistics for Sing (...)

28Le croisement de listes recensant les blogs les plus visités16 permet de visualiser les thématiques dominantes et donne une image des centres d’intérêt du public qui prend part aux échanges sur l’internet. Les plus populaires des blogs des trois pays sont consacrés au « style de vie » (lifestyle – terme générique recouvrant une palette de sujets aussi divers que la décoration intérieure, les techniques de maquillage ou les relations humaines), à la gastronomie, aux technologies ou encore aux voyages ; les questions sociopolitiques arrivent loin derrière. Il ne fait guère de doute que les principales thématiques que nous venons d’évoquer peuvent avoir une dimension politique – des blogueurs technologiques peuvent par exemple se montrer soucieux de la liberté d’expression, comme leurs pairs spécialisés dans le « style de vie » publient occasionnellement des réflexions se rapportant aux relations hiérarchiques ou aux rapports de genre au travail ou en société. En donnant une certaine représentation des mœurs dominantes parmi les internautes, ces espaces d’expression peuvent également contribuer à forger l’image que les responsables politiques, comme le public, se font de l’évolution des pratiques sociales. Pour autant, l’observation de la faible proportion de blogs traitant directement de questions politiques ou visant explicitement à s’inscrire dans le débat public recoupe l’idée d’un usage de l’internet essentiellement récréatif, qui vient nuancer sa portée politique (Hill et Sen 2005, p. 72). Concernant les réseaux sociaux, les données sont essentiellement quantitatives : Facebook et Twitter, plébiscités en Asie du Sud-Est, ont largement supplanté les « Yahoo groups » des débuts de l’internet. Facebook revendiquait soixante-neuf millions d’utilisateurs en Indonésie en 2014 (Purnell 2014), quinze millions en Malaisie la même année (Palatino 2014) et trois millions deux cent mille à Singapour en 201317. Twitter comptait quant à lui deux millions cinq cent soixante mille utilisateurs singapouriens en 2013 (Infographics.sg 2013), trois millions et demi en Malaisie (ZocialInc. 2014) et vingt-neuf millions en Indonésie (Lukman 2013).

29Dans les trois cas, la sociologie des internautes correspond partiellement au stéréotype d’une population majoritairement jeune, urbaine et diplômée, mais aussi masculine. Hill et Sen observaient en 2004 que les trois quarts des utilisateurs indonésiens étaient des hommes jeunes et plus éduqués que la moyenne, comme dans le reste de la région (2005, p. 71). Ces biais sont renforcés par le profil des blogueurs, dans la mesure où l’expression en ligne requiert une maîtrise des technologies, la capacité de formuler un discours attractif mais aussi la conscience d’une légitimité à partager ses idées, dans des États où la séparation entre les sphères privée et publique reste fortement sous l’emprise des déterminismes de genre. Cette surreprésentation masculine semble atténuée à Singapour, mais elle revient si l’on se limite aux blogs strictement sociopolitiques. La plus forte proportion de blogueuses dans la cité-État correspond en effet à une plus grande représentation des thématiques dites féminines, en particulier la mode, les cosmétiques et le « style de vie ». Comme pour les pays voisins, le biais masculin est en revanche fortement marqué dans les domaines technologique et politique. Il convient toutefois de noter que ces statistiques sont difficiles à consolider s’agissant des blogs politiques dans la mesure où, à Singapour, les auteurs de blogs politiques masquent souvent leur identité. Dans les trois pays, les femmes sont en revanche très présentes sur les réseaux sociaux, particulièrement Facebook qu’elles se sont approprié avec des groupes de discussion spécifiques. Cette différenciation s’explique par le fait que l’expression sur les réseaux sociaux est a priori réservée à des cercles de proches et peut sembler davantage relever de l’intime que les blogs destinés à un public ouvert.

30Ces observations conduisent certains auteurs à estimer que l’internet a échoué à combler les inégalités sociales, voire leur a ajouté une nouvelle dimension due à l’omniprésence de la langue anglaise (Weiss 2014, p. 13), que ne maîtrisent pas les individus les moins éduqués. Les fractures mentionnées s’atténuent néanmoins lorsque l’on tient compte de l’évolution de la sociologie des blogueurs depuis l’introduction de l’internet dans les trois pays. Le développement des technologies mobiles a ouvert l’accès aux régions difficiles à relier par des lignes physiques. Il favorise aussi l’accès des femmes qui, en Indonésie notamment, hésitaient à se rendre dans les warnet associés à une pratique masculine du fait de leur orientation vers la pornographie et les jeux violents. Le biais générationnel s’atténue également dans la mesure où, particulièrement en Malaisie, de nombreux blogueurs actifs et populaires aujourd’hui sont issus de la génération d’activistes du mouvement politique de 1998 et ont largement dépassé la quarantaine – Raja Petra Kamaruddin, fondateur du blog MalaysiaToday, et né en 1950, se trouve au centre d’une nébuleuse de blogueurs de la première génération. On observe également la présence de cercles de blogueurs professionnels, notamment de juristes engagés pour les droits de l’homme ou d’universitaires, qui n’appartiennent plus à la génération étudiante. Dans les trois pays, le phénomène de professionnalisation des usages politiques et militants de l’internet a également contribué à atténuer l’effet générationnel que l’on pouvait observer à l’origine, au fil de l’investissement du cyberespace par des acteurs reflétant de plus en plus les caractéristiques de la scène politique physique.

  • 18 Par exemple les organisations internationales Asia Foundation, (...)
  • 19 Les transformations technologiques n’ont donc pas rendu obsolè (...)

31Parallèlement à la question sociologique, se pose celle de la transposition ou de la reconstitution de communautés dans le cyberespace. Dans les trois contextes étudiés, les rapprochements thématiques (autour de centres d’intérêt allant de la culture culinaire aux engagements politiques) se doublent fréquemment de l’expression d’appartenances, voire de clivages communautaires, existant dans la société et souvent façonnés par le politique. Loin de l’idée de cybercommunautés multiraciales et transversales, faisant fi des frontières physiques, Endah Triastuti et Inaya Rakhmani (2011) ont ainsi démontré combien l’usage de l’internet favorise en Indonésie une forme d’ethno-symbolisme où l’idéologie nationaliste se combine à des marqueurs ethniques, auxquels s’ajoute le sentiment d’appartenance territoriale. Singapour et la Malaisie, moins marqués par les dynamiques territoriales que par des différenciations ethniques construites par les pouvoirs publics, voient se reconstituer dans l’espace virtuel ces séparations objectivées par les choix linguistiques (malais, mandarin ou tamoul en particulier) ou les références religieuses. Si la majorité des blogs sont apolitiques, ils sont donc travaillés par des dynamiques communautaires (Tan et Zawawi 2008, p. 33-48). Cela est d’autant plus le cas lorsque les activités en ligne constituent la partie virtuelle de réseaux et communautés territorialement ancrés, soudés par l’appartenance à un même groupe régional, ethnique ou religieux et engagés dans l’action politique, culturelle ou sociale au niveau local (Triastuti et Rakhmani 2011, p. 10). Nuançant l’idée d’un internet naturellement inclusif, les communautés virtuelles peuvent donc elles aussi se penser sur le mode de l’exclusion. Les rapprochements internationaux sont à l’inverse plus rares, se limitant généralement à des thématiques intrinsèquement transnationales (discussions autour de l’ASEAN, compétitions sportives), des références partagées par des communautés très réduites dans chacun des pays de la région (passion pour un groupe musical de niche ou adhésion à une philosophie minoritaire) ou d’initiatives encouragées par des organisations déjà agencées sur un mode international18. Si des rencontres physiques peuvent occasionnellement être organisées, elles demeurent trop peu représentatives pour valider l’idée de communautés déconnectées des identités nationales construites par le politique19.

Un outil initialement privilégié par les causes minoritaires

32Le cyberespace politique semble avoir été d’abord investi par des acteurs et organisations à la marge des échiquiers politiques, qui ont saisi l’opportunité d’un nouveau média plus ouvert que la presse traditionnelle. Dans les années 1990 les trois États étudiés étaient dirigés par des gouvernements autoritaires (toujours en place à Singapour et en Malaisie), véhiculant leur vision de l’identité nationale par l’intermédiaire des médias nationaux et encadrant l’expression d’opinions dans l’espace public. En rompant le monopole de la presse contrôlée par l’État sur l’information et en étendant à l’infini les possibilités d’échanges, l’internet permettait de promouvoir des idées alternatives, offrant un potentiel politique évident. Tous les contenus diffusés ne valident pourtant pas le mythe d’un espace de délibération pacifié et uni par des valeurs démocratiques.

  • 20 Malaysiakini, principal média d’opposition en ligne, est le (...)
  • 21 Par exemple www.thenutgraph.com ; www.malaysiatoday.com ; (...)

33Comme cela a été mentionné plus haut, des activistes malaisiens se sont saisis du potentiel politique de l’internet dès la fin des années 1990, dans le contexte de la crise politique qui a entouré le limogeage du vice-Premier ministre Anwar Ibrahim. Parallèlement aux traditionnelles manifestations publiques, rapidement réprimées par les autorités, les nouveaux médias ont permis de pérenniser et d’articuler le soutien apporté à celui qui est devenu le chef de file de l’opposition. En l’espace d’un mois, quantité de nouveaux sites furent développés pour appuyer sa cause, certains se muant par la suite en tribunes alternatives à la presse contrôlée20. Suivant ce mouvement, d’autres médias et partis d’opposition ont commencé à diffuser leurs idées sur l’internet, comparativement peu coûteux et moins risqué que les canaux traditionnels (Weiss 2014, p. 99). Dès 2000 le parti islamiste PAS a ainsi mis en ligne son journal, Harakah Daily. Au même moment, une myriade de sites ou blogs hostiles à la politique de la coalition gouvernementale ont commencé à apparaître21. Comme le souligne Meredith Weiss (2014, p. 99-100), ces sites de « journalisme polémique » (contentious journalism) forment l’essentiel de l’activisme politique sur les nouveaux médias en Malaisie, où les activistes des droits de l’homme utilisent prioritairement l’internet non comme une fin en soi mais pour inciter les citoyens à participer à des manifestations publiques.

  • 22 Par exemple www.talkingcock.com ; www.theonlinecitizen.com ; w (...)

34À Singapour, les pionniers de l’activisme politique en ligne, souvent basés à l’étranger, avaient également pour objet initial de diffuser une vision alternative de la cité-État et de sa gouvernance. Un journalisme polémique s’est développé sur un modèle similaire à celui de la Malaisie, visant à diffuser des contenus inaccessibles via la presse traditionnelle pour « amener l’information dans la sphère publique » (Weiss 2014, p. 93). Tan Chong Kee, un étudiant singapourien à Stanford, fut l’un des premiers à se positionner sur ce créneau en lançant en 1994 le site Sintercom. En dépit de ses contenus très critiques, le site était présenté comme un organe civique et non politique. Sommé de s’enregistrer comme organisation politique et finalement fermé en 2001 en raison de l’impossibilité de fonctionner dans les conditions imposées (Tan 2007), le site été remplacé en 2002 par New Sintercom. Si son succès a progressivement décliné, il a néanmoins ouvert la voie à de nombreux autres espaces d’information et de discussion alternatifs22. Dans le champ politique, comme en Malaisie, les partis politiques d’opposition ont été les premiers à se déployer en ligne, à l’instar du Parti de la solidarité nationale (National Solidarity Party, NSP) présent sur l’internet dès 1992 et rapidement suivi par la branche jeunesse du PAP, puis le Parti des travailleurs (Workers Party).

35Un mouvement similaire a enfin pu être observé en Indonésie, où l’internet a d’abord été utilisé dans les années 1990 par des organisations et des activistes cherchant à échapper à la surveillance étatique (Weiss 2014, p. 93 ; Nugroho 2008). Cela fut notamment le cas du Forum on Indonesian Development (INFID) qui, profitant du retard de développement de l’archipel dans le domaine des nouvelles technologies, a établi son propre fournisseur d’accès à Internet pour permettre aux activistes d’échapper aux contrôles étatiques. Si les sites et blogs consacrés à l’information en ligne se sont développés moins rapidement que dans les États voisins en raison de fortes contraintes technologiques, les forums et listes de diffusion ont joué un rôle-clé dans l’évolution politique du pays. Dans le cadre des manifestations qui ont précédé la chute de Suharto, en 1998, ils ont notamment favorisé les contacts entre opposants politiques et l’organisation d’événements contestataires.

36Il importe cependant de répéter que l’opposition aux politiques étatiques, qui trouve avec l’internet un relais privilégié, ne sert pas seulement la promotion de l’ouverture et des libertés. Les nombreuses publications racistes, intégristes ou incitant à la violence, montrent que l’internet peut aussi contribuer à renforcer les conflits politiques (Hill et Sen 2005, p. 97). Le cas des Moluques, au début des années 2000 constitue le premier exemple de violences promues à large échelle sur les nouveaux médias. Profitant du vide politique laissé par la Reformasi et attisé par les frustrations créées par les politiques de transmigration favorisées par l’administration Suharto, le conflit a provoqué la mort d’environ sept mille personnes entre 1999 et 2003. Dans ce contexte, l’internet a servi de relais aux appels à la paix, mais a aussi contribué à diffuser des apologies de la violence et à promouvoir l’engagement de combattants (Noorhaidi 2006, p. 227 ; Bräuchler 2013). Plus largement, le cyberespace indonésien permet la publicisation à large échelle de discours islamistes radicaux, bien que sa spécificité en la matière se soit estompée à l’issue de la Reformasi dans la mesure où la libéralisation de la presse papier a aussi ouvert la voie à une multiplication de ce type de publications (Lim 2005). La possibilité de véhiculer de telles idées sur la Toile est cependant une source de préoccupations en Indonésie et plus largement dans la région, ces idées étant associées à des tentatives d’affaiblissement des États-nations. On trouve ainsi de nombreux travaux sur la radicalisation en ligne, qui s’interrogent sur la manière d’empêcher les organisations violentes de recruter sur les blogs, forums et réseaux sociaux (Lim 2005, Bergin et al. 2009).

37Il serait d’autant plus erroné de négliger ces discours qu’ils peuvent servir de fondement aux tentatives de contrôler la liberté d’expression en ligne. Le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono avait par exemple blâmé la « frénésie internet », qu’il accusait de renforcer la corruption, les mensonges et le déclin des valeurs, justifiant en 2008 le durcissement des lois anti-diffamation. Son ministre de l’Information et de la Communication Tifatul Sembiring, ancien président du PKS, suggérait quant à lui en 2011 de surveiller les médias sociaux pour éviter l’émergence de contestations similaires à celles qui ont bouleversé les régimes politiques en Tunisie et en Libye. Ces remarques ont suscité d’intenses protestations, comme celles précédemment mentionnées autour de l’initiative de bloquer en 2015 des sites internet incitant à la violence ou faisant l’apologie d’ISIL. Si la Malaisie et Singapour n’ont pas fait l’objet de violences similaires à celles qu’a connues l’Indonésie depuis la Reformasi, les expressions radicales en ligne sont également étroitement observées par les autorités, qui ont épisodiquement mobilisé l’argument de la lutte contre la diffamation et les contenus susceptibles de nuire à la paix sociale pour renforcer leur contrôle de l’expression politique dans l’espace virtuel.

Engagements virtuels et politique réelle : trois types de relations

38Les conséquences concrètes des engagements en ligne sur la société civile ou sur la vie politique font l’objet de débats, évoqués en première partie. Trois catégories de relations peuvent être distinguées entre ces deux sphères qui ne sont pas nécessairement exclusives. La première est celle d’une continuité, lorsque l’internet se fait le relais de problématiques jugées préoccupantes par une portion significative de la société civile, mais parfois peu relayées dans le cadre des échanges politiques traditionnels. Une seconde catégorie correspond à l’inverse à des engagements présents sur l’internet mais sans relais significatifs dans l’espace public physique, que cette situation soit subie ou consciemment entretenue. La troisième catégorie correspond à l’investissement du cyberespace par des acteurs politiques traditionnels. Elle va de pair avec la professionnalisation croissante de l’usage des outils numériques, qui tend à normaliser l’expression politique sur la Toile.

La continuité entre espace virtuel et espace physique

  • 23 Elle définit ces dernières comme les tactiques utilisant l (...)

39Pour Meredith L. Weiss, qui étudie la complémentarité entre cyberespace et espace public physique comme terrains de mobilisations, la séparation n’est jamais complète entre les deux sphères dans la mesure où l’internet ne peut constituer qu’une partie des activités participatives23. L’engagement en ligne trouve selon elle son efficacité maximale lorsque les mondes virtuel et physique interagissent, par exemple lorsque les réseaux sociaux sont utilisés pour renforcer la promotion d’une cause, mobiliser les électeurs ou appeler à manifester. Merlyna Lim s’accorde avec cette analyse pour considérer que les espaces digital et urbain sont devenus deux dimensions interdépendantes des mouvements sociaux. La spécificité du cyberespace, dans le cadre d’une telle continuité avec l’espace public physique, apparaît lorsque les blogs, sites ou réseaux sociaux servent de caisse de résonance à des problématiques négligées par les médias traditionnels. Cette continuité ne s’établit cependant jamais automatiquement. C’est en premier lieu lorsque des thématiques préalablement mobilisatrices pour la société civile sont amplifiées sur l’internet qu’elle peut s’établir et entraîner une réaction de la sphère politique traditionnelle voire une évolution des politiques publiques.

40Plusieurs exemples illustrent cette analyse. En Malaisie, les mobilisations populaires dans le cadre du mouvement HINDRAF (Hindu Rights Action Force) de 2007, les campagnes anti-ISA de 2008 ou la série de rassemblements Bersih de 2007, 2011 et 2012, ont été amplifiées et facilitées d’un point de vue logistique par la communication entre activistes et sympathisants sur les blogs et réseaux sociaux, donnant parfois l’impression de mouvements lancés dans le cyberespace. Le terreau contestataire existait néanmoins préalablement, notamment chez les jeunes urbains qui sont les principaux utilisateurs de l’internet. Concernant la mobilisation d’HINDRAF, Asha Rathina Pandi (2014, p. 86) souligne ainsi que si les nouveaux médias ont favorisé ce mouvement, qui est parvenu à rassembler trente mille manifestants à Kuala Lumpur le 25 novembre 2007, l’espace urbain reste l’arène la plus significative pour impulser un changement politique et social. De même, le mouvement Bersih 3.0 du 28 avril 2012 a été rendu possible par les informations envoyées via Twitter pour éviter les zones quadrillées par la police (Lim 2014, p. 66-67), mais c’est bien le déploiement concret de ce mouvement qui a mobilisé les autorités, entraînant une répression significative dans les rues de Kuala Lumpur.

  • 24 Par exemple en Malaisie, le Internet blackout day du 1 (...)

41À Singapour et en Indonésie plusieurs exemples de mouvements sociaux ou de scandales relayés sur l’internet illustrent également l’idée d’une continuité avec les préoccupations de franges significatives de la société civile. Cela fut récemment le cas à Singapour avec le scandale soulevé par le blogueur Roy Ngerng, précédemment mentionné, dont un billet sur l’usage des fonds du Central Provident Fund faisait écho aux préoccupations partagées par une proportion croissante de Singapouriens quant à la dégradation de leur niveau de vie et de leur pouvoir d’achat. En Indonésie, un scandale a été provoqué à partir de 2009 par un courriel initialement privé envoyé par Prita Mulyasari, une femme au foyer qui dénonçait un mauvais diagnostic rendu par l’hôpital Omni International. Son message devenu viral, puis sa condamnation pour diffamation et la cassation de cette décision par la Cour suprême, ont fait office de caisse de résonance pour les inquiétudes de la population quant à la qualité des soins médicaux et la liberté d’expression dans l’archipel (Wisnu et Wulandri 2009, Sahbani et Arkyasa 2012). Des mobilisations visant à défendre la liberté d’expression sur l’internet, matérialisées par des actions dans l’espace public physique, illustrent de la même manière dans les trois États un souci de donner corps aux revendications virtuelles pour parvenir à peser sur les agendas politiques, particulièrement lorsque est menacée la possibilité de continuer à jouir de la relative liberté d’expression offerte par la Toile24. La matérialisation des mobilisations en ligne et leur inscription dans le cadre de préoccupations répandues au sein de la société civile apparaissent donc nécessaires pour obtenir des retombées politiques. Plusieurs conditions doivent être réunies à cet effet : la présence de revendications, mais aussi une conscience collective et des formes organisationnelles permettant de les traduire en mouvements sociaux.

Des causes sans relais dans l’espace public réel

42À l’inverse des interactions précédemment mentionnées, une barrière s’érige parfois entre l’activisme en ligne et les engagements sociaux concrets, cantonnant certaines causes au cyberespace. Trois principaux facteurs peuvent expliquer cette imperméabilité. Le premier, particulièrement marqué à Singapour, est celui d’un espace public contraint qui incite les internautes engagés à rester dans l’anonymat, limitant leur capacité de mobilisation dans la mesure où ils estiment risqué de s’exposer en franchissant la limite de l’espace public physique. De nombreux blogueurs se contentent ainsi d’exposer leurs idées en ligne, sans faire le pas de l’engagement politique. Interrogé sur les billets dans lesquels il faisait part de sa réticence au service militaire obligatoire, un jeune singapourien expliquait ainsi utiliser l’internet pour :

  • 25 Entretien mené à Singapour le 10 mars 2014.

externaliser [sa] frustration sur un sujet super tabou. En parler comme cela est mal vu. Même si la majorité de mes amis partagent mes idées, je passerais au mieux pour un lâche ou au pire pour un militant… Sur l’internet je partage ça avec ceux qui me laissent des commentaires positifs et ça me suffit. […] D’ailleurs je n’ai pas l’intention de soulever une controverse militante, je me considère comme pacifiste mais Singapour a besoin de cette armée !25

43Pour un autre, rédacteur occasionnel dans un média d’information en ligne, la frontière à ne pas franchir est claire dans l’esprit des internautes :

  • 26 Entretien mené à Singapour le 12 mars 2014.

Il y a un accord tacite avec les autorités, chacun sa place et tout reste en ordre. Les responsables savent que nous avons besoin d’un espace d’expression et nous laissent en paix sur l’internet car cela évite les mouvements sociaux, comme une soupape. De notre côté, nous partons du principe que nous sommes un peu surveillés – c’est peut-être exagéré, mais tout le monde y pense – et nous savons que la limite est celle du virtuel, il y a souvent de la critique, mais il est clair que personne chez nous n’appellera à aller manifester sur Orchard Road.26

44Une seconde explication tient aux thématiques abordées en ligne. Lorsqu’une cause est non seulement minoritaire, mais trop controversée pour trouver des relais au-delà des cercles directement impliqués, l’engagement sur la Toile permet de connecter des activistes issus par exemple de différentes régions, mais pas d’alimenter un réseau suffisant pour espérer transformer le jeu politique ou la société. C’est le cas pour de nombreuses questions de société, notamment la défense des minorités sexuelles en Indonésie et en Malaisie. Les droits des personnes homosexuelles ou transgenres font l’objet de sites ou de blogs dans les deux pays, où les nouveaux médias leur donnent une visibilité qu’ils n’auraient pu acquérir à travers les médias traditionnels. Ces thématiques restent cependant trop minoritaires au sein de la société civile pour faire pendant aux organisations qui les condamnent, ou pour entraîner une évolution législative (Yee CS 2014). Un activiste indonésien soulignait que l’internet a le mérite de publiciser ces causes, mais renforce aussi la visibilité de leurs adversaires :

  • 27 Entretien mené à Jakarta le 9 octobre 2013.

Nous nous découvrons à la fois plus nombreux que lorsque l’on s’organisait en communautés de proximité, mais des ennemis qui ne nous atteignaient pas auparavant sont eux aussi en ligne […] ; à cause de cela, je ne saurais pas dire si Internet nous rend plus forts, même s’il rend visibles les attaques les plus inacceptables.27

45À Singapour, les relations homosexuelles sont également officiellement passibles de sanctions pénales, mais ces dernières ne sont plus appliquées en pratique. La situation des minorités sexuelles y est comparativement meilleure que dans les pays voisins et suffisamment acceptée pour faire l’objet de mobilisations publiques. Les parades annuelles à l’occasion de la Gay Pride rassemblent des milliers de participants mobilisés via les réseaux sociaux, en faveur notamment de l’abolition des lois anti-sodomie (Remedi-Brown 2014), sans que la Cour suprême ne se plie pour autant à leurs revendications.

 

  • 28 Le libertarianisme fait référence à une défense radicale d (...)

46Le troisième facteur limitant la possibilité de transposer dans l’espace public physique certaines thématiques promues en ligne tient moins à leur dimension controversée qu’à leur caractère confidentiel ou au choix délibéré de leurs auteurs de ne pas se plier aux compromis requis pour les promouvoir plus largement. C’est notamment le cas de thématiques très spécifiques ou théoriques, qui échouent d’autant plus à mobiliser que leurs défenseurs préfèrent se positionner sur le terrain de l’intellectualisation de leur cause. Ces derniers utilisent les nouveaux médias pour échanger avec des pairs et développer de manière extensive des arguments qu’ils n’auraient guère l’occasion de publiciser dans les médias traditionnels, sans chercher à recruter de nouveaux soutiens. Un blogueur malaisien, engagé en faveur du libertarianisme28, affichait ainsi sa conviction que ses arguments auraient peu de chances de convaincre les lecteurs ne partageant pas déjà ses idées. Interrogé sur les raisons qui le poussent à publier des billets réguliers pour un lectorat limité à quelques dizaines de personnes, il affirmait :

  • 29 Entretien mené à Singapour le 11 mars 2014.

Je blogue pour ma satisfaction personnelle, comme je remplissais des carnets avant de mettre mes idées en ligne. Cela ne m’oblige à aucun compromis, contrairement aux membres de partis ou organisations que je connais à KL [Kuala Lumpur], qui finissent tous par se raccrocher à l’idéologie dominante (mainstream). Publier permet d’échanger sans abdiquer mon libre arbitre. J’ai pu dialoguer de cette manière avec des pairs (like-minded) aux Philippines ou en Indonésie, mais l’idée n’est pas de former un groupe d’activistes.29

47La réticence à se plier aux compromis nécessaires pour intégrer une organisation à plus large échelle apparaît ici comme la source du cloisonnement entre activités en ligne et engagement politique ou social concret, sans que ces individus ressentent de contradiction dans la mesure où l’activisme en ligne constitue le pendant d’une apathie politique qu’ils revendiquent explicitement.

48Au-delà de ces facteurs, liés au contexte ou à la spécificité des engagements considérés, il faut aussi observer le fait que la revendication d’idées sur l’internet peut constituer le degré minimum de l’engagement politique. Déclarer sur Facebook que l’on « aime » (like) une cause ou un responsable politique ne signifie pas vouloir descendre dans la rue et peut simplement s’apparenter à un effet de mode. La multiplication des adhésions à des « groupes » sur les réseaux sociaux permet de se construire une identité, agglomérant sur un même plan les idées politiques et les préférences musicales, sans nécessairement se traduire par des engagements concrets.

L’investissement du cyberespace par les acteurs traditionnels : une normalisation de l’engagement sur l’internet ?

  • 30 La présence sur l’internet a également signifié pour ces p (...)

49Il faut enfin souligner que l’usage politique de l’internet ‒ initialement une niche investie par des acteurs politiques périphériques ‒ s’est progressivement généralisé. L’internet est ainsi devenu un outil pour les acteurs politiques classiques : institutions, gouvernements ou partis politiques dominants, initialement plus hermétiques à l’évolution des technologies du fait d’une inertie qui grevait leur adaptation. Ceux-ci ont fini par saisir l’importance des médias et réseaux sociaux. Les échanges virtuels se rapprochent ainsi progressivement de ceux qui se tiennent dans l’espace public physique. Hill et Sen (2005, p. 80) rappellent dans le cas de l’Indonésie qu’en 1999, seuls neuf partis politiques sur les quarante-huit en lice pour les élections législatives possédaient leur propre site web, tandis que neuf autres diffusaient une adresse de courrier électronique et six seulement affichaient les deux. Aucun des partis issus de l’Ordre nouveau (Golkar, PPP, PDI-P) ne faisait la promotion de sa présence en ligne, alimentant l’idée d’organes traditionnels relativement inertes face au changement technologique30. À l’inverse, le Partai Amanat Nasional (PAN, Parti du mandat national), nouveau parti musulman cherchant essentiellement à capter les suffrages de la classe moyenne urbaine, était parmi les premiers partis en ligne. Les usages ont toutefois rapidement évolué. Alors que 20 % seulement des députés se déclaraient à l’aise avec l’internet en 2002, l’usage du courrier électronique est désormais généralisé et les blogs ou sites personnels sont vastement répandus (Hill et Sen 2005, p. 81). Un mouvement similaire est observable en Malaisie et à Singapour, où les partis gouvernementaux ont rapidement emboîté le pas de l’opposition en se déployant sur la Toile. Le premier parti singapourien en ligne, le National Solidarity Party (NSP), a ainsi rapidement été suivi par la branche jeunesse du PAP puis par le Workers’ Party.

50La généralisation de l’usage de l’internet a également contribué à le rendre incontournable lors des campagnes électorales, bien que ses implications dans ce cadre soient incertaines. Un activiste indonésien, engagé en 2014 dans la campagne présidentielle du candidat du PDI-P, Joko Widodo, expliquait ainsi que l’internet :

  • 31 Entretien mené par téléphone le 20 juin 2014.

est devenu un instrument obligatoire ; […] il aide peut-être à politiser à nouveau les jeunes et à favoriser leur participation, mais l’effet sur le vote n’est pas clair puisque tout le monde utilise les réseaux sociaux, y compris pour diffuser des rumeurs et diffamer. […] Il est aussi difficile de choisir combien de moyens consacrer à la campagne sur l’internet, de faire la part des choses entre le temps et l’argent consacré aux activités en ligne et aux rassemblements ou rencontres directes avec les citoyens.31

  • 32 Par exemple l’entreprise de consultance Politicawave, diri (...)
  • 33 Le réseau JASMEV ou Jokowi Advanced Social Media Volunteer (...)
  • 34 Notamment le site www.kawalpemilu.org (Caragliano 2014).

51Si l’impact de l’internet dans la vie politique indonésienne avait précédemment été jugé limité en raison d’élections plus libres et équitables que dans les pays voisins (Weiss 2014, 102), les campagnes législative et surtout présidentielle de 2014 ont montré le rôle central qu’il joue désormais dans l’orchestration des jeux politiques. Les organismes spécialisés dans l’analyse de tendances sur les réseaux sociaux pour compléter les sondages traditionnels se sont multipliés, signe de la prise au sérieux de cet indicateur par les organisations politiques et les médias32. Les candidats ont eux-mêmes largement investi la Toile, en particulier les réseaux sociaux. L’équipe de campagne du candidat du parti Gerindra, Prabowo Subianto, malgré un retard initial qui s’explique par la sociologie de son électorat, a su mettre en place une équipe professionnelle, dédiée à l’alimentation et à la veille des contenus en ligne. Celle-ci était dirigée par Noudhy Valdryno, jeune diplômé de l’université de Melbourne. C’est à cette « machine de guerre » qu’a été attribuée, sans que cela puisse être démontré, la « campagne obscure » (dark campaign) propagée sur les réseaux sociaux à base de diffamations contre son concurrent, qui aurait contribué à réduire l’écart des intentions de vote entre les deux candidats. Le candidat du PDI-P, Joko Widodo, avait quant à lui une certaine avance en termes de popularité sur les réseaux sociaux, mais cet aspect de sa campagne a été confié à un réseau de bénévoles33 et géré de manière moins systématique. Négligeant dans un premier temps les rumeurs propagées sur le Web, son équipe de campagne a tardé à prendre la mesure de leurs conséquences sur la popularité réelle du candidat. Les nouveaux médias ont néanmoins été mobilisés de manière originale dans le cadre du processus électoral, étroitement surveillé pour limiter les possibilités de fraude anticipées par les deux candidats. Le jour même de l’élection, des sites participatifs ont permis aux activistes de mettre en ligne une photographie instantanée des « formulaires C1 » présentant le premier décompte des voix au niveau local, pour en conserver la trace et les comparer si nécessaire aux résultats attendus dans les semaines suivantes de la part de la Commission électorale générale (KPU)34. À moindre échelle, des initiatives similaires avaient vu le jour en Indonésie lors de scrutins précédents, avec par exemple le réseau UNFREL (University Network for Free and Fair Elections), qui avait lancé dès 1999 le slogan « Pemilu jujur di tangan kita » (« Une élection honnête est entre nos mains ») (Hill et Sen 2005, p. 86). Le développement de 2014 a donc illustré l’adhésion des Indonésiens à la légitimité du processus démocratique tout en soulignant leur défiance à l’égard des mécanismes institutionnels, jugés corrompus ou biaisés et nécessitant donc cette surveillance de la société civile rendue possible par les nouvelles technologies (Colarusso 2014).

52L’effet de l’internet sur les campagnes électorales a également évolué dans les pays voisins. S’il est resté relativement limité à Singapour jusqu’en 2006 (Gomez 2006), il est devenu particulièrement flagrant lors des élections législatives de 2011, à la faveur de la généralisation des réseaux sociaux qui ont contribué à propulser sur le devant de la scène des candidats ignorés des médias traditionnels (Portmann 2011). Le succès de Nicole Seah, jeune candidate du NSP qui s’est d’abord constitué un réseau de soutiens sur Facebook, a incité le PAP à réagir en développant ses propres stratégies sur l’internet, pour des résultats mitigés. L’ancien ministre des Affaires étrangères George Yeo a ainsi multiplié les interventions en ligne, sans succès puisqu’il a finalement perdu son siège dans la circonscription d’Aljunied. En réponse à la popularité de Nicole Seah, le PAP a également introduit la candidate Teo Pei Ling, tentant de capitaliser sur sa jeunesse et l’usage des outils numériques. Cette dernière a remporté le siège qu’elle convoitait et démontré la prise de conscience de son parti sur l’importance des nouvelles technologies dans la planification des stratégies de campagne, cependant, sa candidature jugée artificielle a été qualifiée d’« embarrassante » suite à plusieurs faux pas témoignant de son inexpérience politique. Les élections de 2011 ont ainsi illustré l’émergence sur l’internet d’échanges politiques parallèles à ceux qui se tiennent dans l’espace public physique, encore fortement verrouillé par le PAP et ses médias contrôlés. Si ce phénomène contribue à ouvrir le champ politique singapourien, l’élection de Teo Pei Ling a néanmoins montré que l’internet n’est pas la condition suffisante d’une transformation radicale du champ politique dès lors qu’il est aussi investi par les partis traditionnels.

53Une observation similaire peut être appliquée au cas malaisien où l’internet, on l’a vu plus haut, a été d’abord introduit comme outil contestataire par la société civile et les partis d’opposition. Une étude estime qu’une activité en ligne produit des dividendes politiques dans la mesure où un responsable politique d’opposition a huit fois plus de chances de se faire connaître et de remporter une élection que s’il se contentait des moyens de communication traditionnels (Weiss 2014, p. 100). Cette condition est cependant loin d’être suffisante. L’opposition a certes gagné du terrain en Malaisie depuis l’introduction de l’internet, parvenant en 2008 et en 2013 à remporter assez de sièges parlementaires pour empêcher la coalition majoritaire de modifier unilatéralement la Constitution. La majorité des citoyens malaisiens continuent pourtant de s’informer via les médias traditionnels, tout en critiquant de plus en plus leur fiabilité (Liow et Afif 2010, p. 46).

  • 35 Observation faite le 16 août 2014 sur les pages officielle (...)

54Comme à Singapour, l’internet malaisien est en outre largement investi par les acteurs traditionnels. Avec plus de deux millions six cent mille mentions « J’aime », le Premier ministre Najib Razak est par exemple deux fois plus plébiscité sur Facebook que le leader de l’opposition Anwar Ibrahim35. L’ouverture du blog politique Chedet.com par l’ancien Premier ministre Mahathir Mohamad, qui l’utilise pour diffuser ses réflexions sur la politique de ses successeurs ou les affaires internationales, constitue un autre exemple intéressant et parfois surprenant de cet investissement de l’internet par toutes les catégories d’acteurs. Après avoir lui-même brimé la liberté d’expression, puis fait la cible des premières campagnes menées sur les réseaux sociaux en soutien à Anwar Ibrahim, il a parfaitement perçu le potentiel contestataire et la liberté offerte par ce média, qui lui permet de critiquer ses successeurs alors que la presse le lui refuse. Il écrivait en 2008 (p. vi-vii) :

J’avais le sentiment d’être traité en ennemi par le gouvernement et le parti que j’avais auparavant dirigé. […] la presse, les médias mainstream, imprimés et électroniques, semblaient me censurer ou complètement ignorer tout ce que je disais. […] Des amis m’ont suggéré d’ouvrir mon propre blog […]. C’était le seul moyen de me faire entendre […]. Ce que je préfère concernant le blog, c’est le fait que personne ne le censure ou ne le modifie.

55La généralisation de l’accès aux outils numériques a donc pour conséquence de faire converger la scène politique et l’expression en ligne. Moins contraint que les médias traditionnels, l’internet peut donc se rapprocher de ce que serait l’espace public si celui-ci était libre, mais ne peut plus être considéré comme un lieu privilégié pour l’opposition dans la mesure où toutes les opinions y sont désormais présentes – le point de vue des autorités et des partis au pouvoir étant en outre défendu avec des moyens particulièrement importants.

Conclusion : mobilisations en ligne et vie politique, une interdépendance ambiguë

56Une analyse approfondie des interactions entre l’internet et la politique en Indonésie, en Malaisie et à Singapour, conforte l’argument selon lequel les effets des nouvelles technologies sont conditionnés par les formes préexistantes de la société civile. L’internet offre une tribune qui permet à des individus et groupes engagés de diffuser leurs arguments. Il permet d’instiller des changements progressifs, et se trouve souvent à l’avant-garde des évolutions sociales. Ses effets demeurent cependant limités en l’absence de relais dans l’espace public physique. Pour les trois terrains étudiés, en dépit de conditions politiques et technologiques variées, on observe une convergence entre les causes les plus populaires sur la Toile et les préoccupations de la société civile réelle. Une infinité d’individus possèdent désormais la capacité de s’exprimer en ligne, mais les compétences qui permettent de faire de l’internet un outil de mobilisation efficace sont inégalement répandus. L’action politique nécessite par ailleurs des relais sur le terrain et une professionnalisation qui empêchent de systématiquement considérer les nouvelles technologies comme un vecteur de transformations de la société civile.

57La professionnalisation croissante de l’activisme en ligne est la seconde observation importante et transversale de cette étude. Celle-ci soulève un point important : l’internet ouvre le champ de l’expression et de l’information à des entrepreneurs politiques contestataires, donnant l’illusion d’une démocratisation de la parole publique. Pour autant, le raffinement croissant de ses usages politiques réintroduit un biais. Il exige en effet des compétences et moyens accessibles en priorité aux individus et groupements les mieux organisés ou dotés, dans des contextes où les gouvernements, formations partisanes ou dynasties politiques concentrent des ressources sans commune mesure avec des activistes engagés individuellement ou relayant des causes plus marginales. Alors que les gouvernements et partis dominants se trouvaient initialement en retrait par rapport aux individus et groupes d’opposition, qui avaient plus rapidement saisi l’intérêt de cet espace de liberté d’expression, ils ont su combler leur retard et déployer des stratégies de communication dans lesquelles l’usage des nouvelles technologies joue un rôle central, se plaçant de ce point de vue sur le même terrain que leurs concurrents.

58Sans constituer une condition suffisante pour la transformation des priorités gouvernementales, l’introduction des nouvelles technologies dans l’espace public et politique sud-est asiatique a néanmoins entraîné des effets notables sur la relation entre les autorités et les sociétés, au fondement de la culture politique. Les conséquences de la diffusion de ces technologies exigent certes d’être considérées avec prudence, mais une évolution mérite d’être soulignée : leur usage massif confère aux acteurs engagés, à condition de maîtriser ces outils et de faire le lien avec les préoccupations de la population, l’assurance de ne plus être ignorés par les autorités. La prise de parole en ligne permet en outre d’internationaliser ces questions, en lien avec des ONG spécialisées comme Freedom House, Reporters sans frontières ou Human Rights Watch. Si cette évolution n’entraîne pas automatiquement des avancées démocratiques, elle permet d’en limiter les reculs. On peut en ce sens évoquer une forme d’effet-cliquet civil ou démocratique, favorisé par la mise en place sur l’internet de mécanismes de surveillance des institutions. Alors que la démocratie est devenue une norme revendiquée au moins symboliquement, y compris par les acteurs qui ne la pratiquent que de manière partielle ou purement déclaratoire, l’effet de témoignage permis par la diffusion d’informations en temps réel limite la possibilité pour les autorités, comptables devant les sociétés et leurs partenaires internationaux, de se rendre coupables de reculs trop manifestes.

Bibliographie

AFP, 2012, « Malaysian bloggers and politicians team up for “Internet blackout” », 14 août.

Agarwal Nitin, Lim Merlyna et Wigand Rolf, 2012, « Raising and rising voices : cyber-collective movements in the female Muslim blogosphere », Business & Information Systems Engineering Journal, Research Paper.

Ahmad Abdul L. et al., 2011, « Regulating blogs in Malaysia », The Public Sector Innovation Journal, no 16(3), article 12, p. 1-17.

Alles Delphine, 2012, L’émergence de revendications libertariennes en Asie du Sud-Est (Indonésie, Malaisie, Singapour et Philippines), Bangkok, IRASEC.

Anderson Benedict, 2002, L’imaginaire national, réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La découverte.

Benvegnu Nicolas, 2006, « Le débat public en ligne : comment s’équipe la démocratie dialogique ? », Politix, no 75(3), p. 103-124.

Bergin Anthony et al., 2009, « Countering Internet radicalisation in Southeast Asia », RSIS-ASPI Joint report, no 22.

Bertrand Romain, 2001, « Crise politique et société incivile en Indonésie », Critique Internationale, no 13(4), p. 42-51.

Bräuchler Brigit, 2013, Cyberidentities at War : the Moluccan Conflict on the Internet, Oxford, Berghahn Books.

Chambat Pierre, 2000, « La démocratie assistée par ordinateur », Cahiers politiques, no 4, p. 45-75.

Caragliano David, 2014, « Technology strenghtens citizens watchdog role in Indonesian elections », NDItech/Democracy Works, en ligne : [www.demworks.org] (8 août).

Citizen Lab éd., 2014, Islands of Control, Islands of Resistance : Monitoring the 2013 Indonesian IGF, Toronto, University of Toronto, Munk School of Global Affairs, Canada Centre for Global Security Studies, no 29.

Colarusso Laura, 2014, « To guard against fraud, Indonesians are now crowd-sourcing the vote count for their presidential election », en ligne : [www.globalpost.com] (18 juillet).

Dear Michaek et Flusty Steven, 2000, « The postmodern urban condition », Spaces of Culture. City, Nation, World, M. Featherstone et S. Lash éd., New York, Sage, p. 64-85.

Dibley Arjuna, 2012, « Facebooking for reform ? Social media campaigns highlight the need for criminal law reform in Indonesia », Inside Indonesia, no 110, en ligne : [http://www.insideindonesia.org/facebooking-for-reform-2].

Edge Marc, 2011, « Censorship vs. self-censorship : press control in Fiji and Singapore », article non publié présenté lors du Fiji Literary Festival, Nadi, 6 octobre 2011.

Etling Bruce, Faris Robert et Palfrey John Gorham, 2010, « Political change in the digital age : the fragility and promise of online organizing », SAIS Review, no 30(2), p. 37-49.

Freedom House, 2014, Freedom in the World 2014, Washington DC, Freedom House.

Freedom House, 2013, Freedom on the Net 2013 : A Global Assessment of Internet and Digital Media, Washington DC, Freedom House.

Garden Mary, 2012, « Defining blog : a fool’s errand or a necessary undertaking », Journalism, no 13(4), p. 483-499.

George Cherian, 2012, Freedom from the Press  Journalism and State Power in Singapore, Singapour, NUS Press.

George Cherian, 2007, « Media in Malaysia : zone of contention », Democratization, no 14(5), p. 893-910.

Gomez James, 2006, « Restricting free speech : the impact on opposition parties in Singapore », The Copenhagen Journal of Asian Studies, no 23, p. 105-131.

Gomez James, 2005, Freedom of Expression and the Media in Singapore, Londres, Article 19.

Habermas Jürgen, 1997, Droit et Démocratie, Paris, Gallimard.

Hague Barry N. et Loader Brian, 1999, Digital Democracy : Discourse and Decision Making in the Information Age, Londres, Routledge.

Herring Susan C. et al., 2004, « Bridging the gap : a genre analysis of weblogs », Honolulu, Proceedings of the 37th Hawaii International Conference on System Sciences.

Hill David T. et Sen Krishna, 2005, The Internet and Indonesia’s New Democracy, Londres, Routledge.

Hill David T. et Sen Krishna, 2002, « Netizens in combat : conflict on the Internet in Indonesia », Asian Studies Review, no 26, p. 165-187.

Hill David T. et Sen Krishna, 2000, Media, Culture and Politics in Indonesia, Oxford, Oxford University Press.

Hill David T. et Sen Krishna, 1997, « Wiring the warung to global gateways : the Internet in Indonesia », Indonesia, no 63, p. 67-89.

Ho K.C., Kluver Randolph et Yang Kenneth C.C. éd., 2003, Asia.com : Asia Encounterrs the Internet, Londres, Routledge.

Hopkins Julian, 2010, The Malaysian Lifestyle Blog : A National Blogging Genre ?, Présentation au WCU Webometrics Institute, YeungNam University, Corée du Sud, le 21 avril 2010.

IDA (Infocomm Development Authority of Singapore), 2010, Realizing the iN2015 Vision : Singapore : An Intelligent Nation, A Global City, Powered by Infocomm, Singapour, IDA.

Kluver Randolph, 2004, « Political culture and information technology in the 2001 Singapore general election », Political communication, no 21(4), p. 435-458.

Lee Terence, 2005a, « Gestural politics : civil society in “new” Singapore », Sojourn : Journal of SocialIssues in Southeast Asia, no 20(2), p. 132-154.

Lee Terence, 2005b, « Going online : journalism and civil society in Singapore », Journalism and Democracy in Asia, M. Bromley et A. Romano éd., Londres, Routledge, p. 15-29.

Lee Terence, 2005c, Online Media and Civil Society in the New Singapore, Perth, Murdoch University, Asia Research Centre, Working Paper no 123.

Lee Terence, 2002, « The politics of civil society in Singapore », Asian Studies Review, no 26(1), p. 97-117.

Lee Terence et Kan Cornelius, 2009, « Blogospheric pressures in Singapore : Internet discourses and the 2006 general election », Continuum : Journal of Media & Cultural Studies, no 23(6), p. 871-886.

Lemière Sophie éd., 2014, Malaisie contemporaine, Bangkok, IRASEC.

Lim Merlyna, 2014, « Seeing spatially : people, networks and movements in digital and urban spaces », International Development Planning Review, no 36(1), p. 51-72.

Lim Merlyna, 2012, « Life is local in the imagined global community : Islam and politics in the Indonesian blogosphere », Journal of Media and Religion, no 11(2), p. 127-140.

Lim Merlyna, 2006, « Lost in transition : the Internet and Reformasi in Indonesia », Reformatting Politics : Networked Communications and Global Civil Society, J. Dean, J. Anderson et G. Lovink éd., Londres, Routledge, p. 85-106.

Lim Merlyna, 2005, « Islamic radicalism and anti-americanism in Indonesia : the role of the Internet », Policy Studies, no 18, East West Center Washington, p. 1-84.

Lim Merlyna, 2004, « The polarization of identity through the Internet and the struggle for democracy in Indonesia », Electronic Journal of Communication, no 14(3-4), en ligne : [http://www.cios.org/EJCPUBLIC/014/3/01437.html].

Lim Merlyna, 2003a, « From war-net to net-war : the Internet and resistance identities in Indonesia », International Information and Library Review, no 35(2-4), p. 233-248.

Lim Merlyna, 2003b, « The Internet, social networks, and reform in Indonesia », Contesting Media Power : Alternative Media in a Networked World, N. Couldry et J. Curran éd., Lanham, Rowman and Littlefield, p. 273-288.

Lim Merlyna et Nugroho Yanuar, 2011, « Introduction to the special issue on social implications of the ICTs in the Indonesian context », Internetworking Indonesia Journal, no 3(2), p. 1-3.

Lim Rebecca, 2012, « Singapore wants creativity not cramming », BBC News, 22 mai.

Ling Sharon, 2003, « The alternative media in Malaysia : their potential and limitation », Contesting Media Power : Alternative Media in a Networked World, N. Couldry et J. Curran éd., Lanham, Rowman and Littlefield, p. 289-316.

Liow Joseph Chinyong et Afif Pasuni, 2010, « Debating the conduct and nature of malaysian politics : communalism and new media post-March 2008 », Journal of current Southeast Asian Affairs, no 29(4), p. 39-65.

Lukman Enricko, 2014, « Indonesian man convicted of libel on Twitter, protest surges over draconian Internet law », Tech In Asia, 5 février. En ligne : [http://www.techinasia.com/cyber-law-twitter-libel-indonesia-guilty/].

Lukman Enricko, 2013, « Indonesia is social : 2,4 % of world’s Twitter posts come from Jakarta », Tech In Asia, 13 mars. En ligne : [http://www.techinasia.com/indonesia-social-jakarta-infographic/].

Mahathir Mohamad, 2008, Chedet.com, Blogging to Unblock, Kuala Lumpur, Berita Publishing.

Morozov Evgeny, 2011, The Net Delusion : The Dark Side of Internet Freedom, New York, Public Affairs.

Noorhaidi Hasan, 2006, Laskar Jihad : Islam, Militancy, and the Quest for Identity in post-New Order Indonesia, Ithaca, Cornell Southeast Asia Program.

Nugroho Yanuar, 2012, « Clicktivism and the real world : social media tools are only effective if they can engage people off-line », Inside Indonesia, Vol. 110, en ligne : [http://www.insideindonesia.org/clicktivism-and-the-real-world-2].

Nugroho Yanuar, 2008, « Adopting technology, transforming society : the Internet and the reshaping of civil society activism in Indonesia », International Journal of Emerging Technologies and Society, no 6(2), p. 77-105.

Nunziato Dawn, 2009, Virtual Freedom : Net Neutrality and Free Speech in the Internet Age, Stanford, Stanford University Press.

Palatino Mong, 2015, « Southeast Asia’s unlikely young dissidents », The Diplomat, 10 juillet.

Palatino Mong, 2014, « Malaysia threatens to block Facebook », The Diplomat, 14 août.

Pandi Asha Rathina, 2014, « Insurgent space in Malaysia : Hindraf movement, new media and minority Indians », International Development Planning Review, no 36(1), p. 73-90.

Portmann Kai, 2011, A Buzz in Cyberspace, but No Net-Revolution : The Role of the Internet in Singapore’s 2011 Elections, Berlin, Friedrich Ebert Stiftung, Fesmedia Asia Series.

Purnell Newley, 2014, « Facebook users in Indonesia rise to 68 million », WSJ Digits Blog, 27 juin.

Rachman Anita, 2015, « Government revisits decision to block “radical” websites », WST Indonesia Realtime Blog, 1er avril.

Rajaratnam Usha Devi, 2009, « Role of traditional and online media in the 12th general election, Malaysia », SEARCH : The Journal of the Southeast Asia Research Centre for Communications and Humanities, no 1(1), p. 33-58.

Remedi-Brown Fern, 2014, « Singapore gays rally amidst anti-gay laws », Guardian Liberty Voice, 29 juin.

Rodan Gary, 2003, « Embracing electronic media but suppressing civil society : authoritarian consolidation in Singapore », The Pacific Review, no 16(3), p. 503-524.

Rodan Gary, 1998, « The Internet and political control in Singapore », Political Science Quarterly, no 113(1), p. 63-89.

Rohman Ibrahim Kholilul et Bohlin Erik, 2011, « An assessment of mobile broadband access in Indonesia : a demand or supply problem ? », Internetworking Indonesia Journal, no 3(2), p. 15-22.

Romano Angela et Seinor Blythe, 2005, « Between dictatorship and democracy : state-affiliated news media in Indonesia », Journalism and Democracy in Asia, M. Bromley et A. Romano éd., Londres, Routledge, p. 108-122.

Russell John, 2014, « Facebook opens an office in Indonesia, its fourth largest country with 65 m users », Thenextweb, 21 mars.

Sahbani Agus et Arkyasa Mahinda, 2012, « Supreme court declared Prita Mulyasari not guilty as charged », HukumOnline.com, 19 septembre.

Salleh Nur Asyiqin Mohamad, 2014, « Hearing to grant PM Lee summary judgement set before High Court judge », The Straits Times, 17 juillet.

Sani Mohd Azizuddin Mohd., 2011, « Free speech in Malaysia : from feudal and colonial periods to the present », TheRound Table : the Commonwealth Journal of International Affairs, no 100(416), p. 531-546.

Sani Mohd Azizuddin Mohd., 2008, « Freedom of speech and democracy in Malaysia », Asian Journal of PoliticalScience, no 16(1), p. 85-104.

Sani Mohd Azizuddin Mohd., 2005, « Media freedom in Malaysia », Journal of Contemporary Asia, no 35(3), p. 341-367.

Schuler Douglas et Day Peter, 2004, Shaping the Network Society  The New Role of Civil Society in Cyberspace, Boston, MIT Press.

Siregar Lisa, 2010, « Rise of Indonesia’s bloggers », The Jakarta Globe, 26 octobre.

Skorik Marko M., Pan Ji et Poor Nathaniel D., 2012a, « Social media and citizen engagement in a city-state : a study of Singapore », AAAI Technical Reports WS 12-04, p. 42-47.

Skorik Marko M. et al., 2012b, « Tweets and votes : a study of the 2011 Singapore general election », Honolulu, article présenté lors de la 45e Hawaii International Conference on System Sciences.

Smeltzer Sandra C., 2008, « Blogging in Malaysia : hope for a new democratic technology ? », Journal of International Communication, no 14(1), p. 28-45.

Smeltzer Sandra C. et Keddy Douglas, 2010, « Won’t you be my (political) friend ? The changing face(book) of socio-political contestation in Malaysia », Canadian Journal of Development Studies, no 30(3-4), p. 421-440.

SMU (Singapore Management University), 2011, « Digital media in Singapore », en ligne : [https://wiki.smu.edu.sg/digitalmediaasia/Digital_Media_in_Singapore].

Soon Carol et Kluver Randolph, 2007, « The Internet and online political communities in Singapore », Asian Journal of Communication, no 17(3), p. 246-265.

Steele Janet, 2009, « Professionalism online : how Malaysiakini challenges authoritarianism », The International Journal of Press/Politics, no 14(1), p. 91-111.

Sysomos Inc., 2010, « Inside blog demographics », En ligne : [http://www.sysomos.com/reports/bloggers/].

Tai Zixiue, 2014, The Internet in China : Cyberspace and Civil society, Londres, Routledge.

Tan Chong Kee, 2007, « The Canary and the crow : Sintercom and the state tolerability index », Renaissance Singapore ? Economy, Culture, and Politics, K.P. Tan éd., Singapour, NUS Press, p. 159-184.

Tan Jun-E et Zawawi Ibrahim, 2008, Blogging and Democratization in Malaysia : A New Civil Society in the Making, Petaling Jaya, SIRD.

The Jakarta Post, 2014, « Number of RI Internet users increases to 71.19 million in 2013 : APJII », The Jakarta Post, 15 janvier.

The Jakarta Post, 2011, « RI highly dependent on mobile Internet », The Jakarta Post, 12 juillet.

Thomas Amos Owen, 2003, « The media and Reformasi in Indonesia – public relations revisited », Toward the Common Good : Perspectives in International Public Relations, J.T. Donn et E.C. Alozie éd., Boston, Allyn and Bacon, p. 387-404.

Triastuti Endah et Rakhmani Inaya, 2011, « Cyber Taman Mini Indonesia Indah : ethnicity and imagi-nation in blogging culture », Internetworking Indonesia Journal, no 3(2), p. 5-13.

Wayansari Agustina, 2011, « The Internet and the public sphere in Indonesia’s new democracy : a study of Politikana.com », Internetworking Indonesia Journal, no 3(2), p. 23-33.

Weiss Meredith L., 2014, « New media, new activism : trends and trajectories in Malaysia, Singapore, and Indonesia », International Development Planning Review, no 36(1) p. 91-109.

Weiss Meredith L., 2012, « Politics in cyberspace : new media in Malaysia », Berlin, Friedrich Ebert Stiftung, Festmedia Asia series.

Weiss Meredith L., 2008, « Civil society and close approximations thereof », Southeast Asia in Political Science  Theory, Region, and Qualitative Analysis, E. Martinez-Kuhonta, D. Slater et T. Vu éd., Stanford, Stanford University Press, p. 144-170.

Widodo Yohanes, 2011, « The experience of NGOs in Indonesia to Develop Participatory Democracy by the Use of the Internet », Internetworking Indonesia Journal, no 3(2), p. 35-56.

Wisnu Andra et Wulandri Eny, 2009, « Blame game starts over misuse of law in Prita Mulyasari case », The Jakarta Post, 5 juin.

Wu Tang Hang, 2009, « The networked electorate : Internet and the quiet democratic revolution in Malaysia and Singapore », Journal of Information, Law & Technology, no 2009(2).

Yang Hui Jennifer, 2014, « Indonesian presidential election : will social media forecasts prove right ? », RSIS Commentaries, no 120.

Yee CS, Jackson, 2014, « Advancing LGBT rights in Malaysia », posté le 20 mai sur : [http://www.themalaysianinsider.com].

Young Singaporeans Conference, 2008, Cultivating a Singapore Creative Class, Singapour, Lee Kuan Yew School of Public Policy, Institute of Policy Studies.

ZocialInc., 2014, « Twitter users trend in Malaysia 2014 », posté le 25 mars. En ligne : [http://thothzocial.com/twitter-trend-malaysia-2014/].

Notes

1 Entretien mené à Singapour le 14 mars 2014.

2 Sur le rôle joué par l’internet dans les transformations de la société civile, voir Douglas Schuler et Peter Day (2004). Sur l’opérationnalité du concept de société civile dans le cadre d’États non-occidentaux et autoritaires, voir les développements présentés dans Zixiue Tai (2014, p. 47-80). Sur l’adaptation du concept de société civile en Asie du Sud-Est, voir Meredith Weiss (2008). Pour une étude du contexte malaisien voir Sophie Lemière (2014) et sur Singapour Terence Lee (2002, 2005a, 2005b, 2005c). Voir également les études de cas présentées dans K.C. Ho et al. (2003).

3 Si les restrictions imposées par la Chine et son « grand firewall » sont bien connues, plusieurs ouvrages ont abordé cette question dans le contexte d’États démocratiques, soulignant que les libertés d’expression et d’information sont conditionnées par des contraintes techniques mais aussi politiques ou légales. Voir sur le sujet Evgeny Morozov (2011) et Dawn Nunziato (2009).

4 Sur l’obsolescence de la notion de « cité », au fur et à mesure de la différenciation croissante entre populations de la « cybergeoisie » hyperconnectée et de la « cybérie » à l’écart des technologies, voir Michaek Dear et Steven Flusty (2000).

5 Ce texte adopte une définition extensive des blogs comme « pages internet fréquemment modifiées dans lesquelles les entrées datées sont rangées dans un ordre antéchronologique », proposée par Susan Herring et al. (2004). Sur les différentes définitions, voir Mary Garden (2012).

6 Le terme warnet, contraction de warung internet, désigne un cybercafé en Indonésie. Les warung, échoppes proposant principalement des produits alimentaires et de première nécessité en bordure des routes, sont une institution dans l’ensemble de l’archipel.

7 Romain Bertrand (2001, p. 21). Cette « société incivile » était abordée par l’auteur comme un « legs de l’Ordre nouveau » qui, malgré la démocratisation formelle des institutions, n’avait pas su laisser place à un « domaine autonome du politique échappant totalement à l’emprise des constructions étatiques de l’autochtonie ».

8 Voir par exemple le cas du site [http://www.politikana.com] (Wayansari 2011).

9 Internet World Stats, « Malaysia : Internet usage stats and marketing report », Internet World Stats  Usage and Population Statistics. En ligne : [http://www.internetworldstats.com/asia/my.htm] (consulté le 7 mars 2016).

10 L’ISA a été remplacé en 2012 par le Security Offences (Special Measures) Act. La révision du Sedition Act est débattue au moment de rédiger cet article, la question de la liberté d’expression sur l’internet étant au cœur des divergences. De nombreux exemples de médias ou d’activistes poursuivis pour des propos tenus en ligne existent néanmoins en Malaisie, parmi lesquels la perquisition dans les locaux du site Malaysiakini en 2003, le jugement de deux blogueurs pour diffamation en 2007 ou encore, à l’été 2014, les poursuites contre le député d’opposition Tian Chua pour avoir insulté les policiers qui tentaient de saisir son téléphone suite à un tweet dans lequel il faisait part de sa conviction que le peuple malaisien renverserait prochainement le Premier ministre.

11 Voir l’article « Court orders Malaysiakini to file defence against Najib’s suit » paru sur The Malaysian Insider le 18 juin 2014.

12 Sur ce critère, Singapour est classé au trentième rang mondial (ex-æquo avec la France), cependant, à l’exception de Brunei (vingt-cinquième avec 79,4 %), Sainte-Lucie (onzième, 88,5 %), et Antigua et Barbuda (vingt-deuxième, 80,8 %), tous les États mieux classés ont un taux d’alphabétisation égal ou supérieur à 99 % alors qu’il n’est que de 94,7 % à Singapour. « Internet World Stats, Top 50 countries with the highest Internet penetration rate », Internet World Stats  Usage and Population Statistics. En ligne : [http://www.internetworldstats.com/top25.htm] (consulté le 7 mars 2016).

13 Notamment la loi no 39 de 1999 sur les droits de l’homme qui garantit la liberté de chacun à exprimer son opinion en public.

14 En particulier depuis l’adoption en 2008 d’une loi anti-pornographie. RIM, fabricant des téléphones BlackBerry, a ainsi été contraint par les autorités de filtrer les contenus accessibles sur ses terminaux mobiles.

15 Selon Julian Hopkins (2010). Au même moment, le ministre de l’Information, de la Communication et de la Culture, Rais Yatim, se félicitait des « deux millions de blogueurs » démontrant la liberté d’expression dans le pays. Voir son article intitulé « Dewan Rakkyat : 2 millions bloggers proof of media freedom in the country » paru dans Bernama du 17 juin 2010.

16 Les outils de mesure et de comparaison proposés sur les sites www.alexa.com et www.technorati.com permettent de comparer le nombre de visites sur différents sites et leur popularité dans leurs pays respectifs. Les informations issues de plusieurs classements ont également été compilées pour obtenir une vision à plus long terme. Pour Singapour : The Influencer Media, « Top 50 Singapore bloggers revealed… in TIN style », mis en ligne le 27 mai 2014 : [http://theinfluencermedia.com/2014/05/27/latest-top-50-singapore-bloggers-revealed-in-tin-style/] ; Brian Choo, « Most popular bloggers in Singapore », mis en ligne le 13 août 2013: [http://www.thesmartlocal.com/read/most-popular-bloggers-in-singapore] ; SgBlogs, « Top Singapore blogs ranking », mise en ligne non datée : [http://sgblogs.com/sites]. Pour la Malaisie : Pendekar, « Senarai top 40 blogger Melayu Malaysia 2014 », mis en ligne le 18 avril 2014 : [http://www.pendekarberkuda.org/2014/04/senarai-top-40-blogger-melayu.html] ; Quasim Zaib, « Top 10 blogs and bloggers in Malaysia », mis en ligne le 17 septembre 2012 : [http://www.mybloggertricks.com/2012/09/top-10-blogs-malaysia.html ; Mr. Jericho, « Top 40 most popular blogs in Malaysia », mis en ligne le 3 novembre 2011 : [http://stewardjohn.com/technology/top-40-most-popular-blogs-in-malaysia] ; Adi Wong, « Top 100 Malaysian blogs », mis en ligne le 7 mai 2009 : [http://www.riceblogger.com/top-100-malaysian-blogs/] ; Gaman, « 50 most influential blogs in Malaysia », mis en ligne le 6 février 2007 : [http://www.sabahan.com/2007/02/06/50-most-influential-blogs-in-malaysia/]. Pour l’Indonésie : IndonesiaMatters, « Top 100 blogs », mise à jour en continu : [http://blogs.indonesiamatters.com/] ; Priyadi Iman, « Top 100 blog Indonesia (atau kira-kira seperti itu) », mis en ligne le 13 octobre 2005 : [http://priyadi.net/archives/2005/10/13/top-100-blog-indonesia-atau-kira-kira-seperti-itu/]. L’auteur tient à remercier XiaoXiao Ma, étudiante à la Rouen Business School, qui a contribué à ce travail durant l’année 2012-2013 en identifiant les caractéristiques de nombreux blogs singapouriens et malaisiens, notamment ceux publiés en mandarin.

17 Voir Infographics.sg, « Social media usage statistics for Singapore : digital static infographic », en ligne : [http://infographics.sg/?portfolio=social-media-usage-statistics-for-singapore-static-infographic] (consulté le 7 mars 2016).

18 Par exemple les organisations internationales Asia Foundation, Friedrich Ebert Stiftung ou Friedrich Neumann Stiftung, qui organisent ce type de rencontres associées à des formations sur la liberté d’expression.

19 Les transformations technologiques n’ont donc pas rendu obsolète l’idée de construction par l’État de « communautés imaginées », formulée par Benedict Anderson qui accordait une place importante au secteur de la presse et de l’édition (print capitalism) dans le processus d’intégration nationale (Anderson 2002, p. 19, 42).

20 Malaysiakini, principal média d’opposition en ligne, est le produit direct de cette époque. Ouvert en 1999, il reçoit en moyenne cent vingt mille visiteurs par jour, dont 80 % sont basés en Malaisie (Steele 2009). Voir aussi le chapitre 4 du présent ouvrage.

21 Par exemple www.thenutgraph.com ; www.malaysiatoday.com ; www.themalaysianinsider.com.

22 Par exemple www.talkingcock.com ; www.theonlinecitizen.com ; www.newasiarepublic.com.

23 Elle définit ces dernières comme les tactiques utilisant les médias comme composante à part entière des mobilisations sociales (Weiss 2014, p. 91-92).

24 Par exemple en Malaisie, le Internet blackout day du 14 août 2012 ; à Singapour, la fermeture de sites web organisée le 6 juin 2013 ; ou en Indonésie les manifestations régulièrement organisées depuis 2009 face aux tentatives de renforcer le contrôle de l’internet.

25 Entretien mené à Singapour le 10 mars 2014.

26 Entretien mené à Singapour le 12 mars 2014.

27 Entretien mené à Jakarta le 9 octobre 2013.

28 Le libertarianisme fait référence à une défense radicale des libertés économiques et sociales, doublée d’une opposition à l’État qui est considéré comme une entreprise de coercition. Sur les ramifications sud-est asiatiques du libertarianisme voir Delphine Alles (2012).

29 Entretien mené à Singapour le 11 mars 2014.

30 La présence sur l’internet a également signifié pour ces partis habitués au système autoritaire une transformation de leur rapport au public et la découverte de la nécessité d’accepter les critiques publiées en ligne (Hill et Sen 2005, p. 81).

31 Entretien mené par téléphone le 20 juin 2014.

32 Par exemple l’entreprise de consultance Politicawave, dirigée par Yose Rizal. Voir Jennifer Yang Hui (2014).

33 Le réseau JASMEV ou Jokowi Advanced Social Media Volunteers, transformation de l’acronyme Jokowi Ahok Social Media Volunteers qui avait été utilisé lors de la campagne menée en 2012 pour le gouvernorat de Jakarta par Joko Widodo et Basuki « Ahok » Tjahaja Purnama.

34 Notamment le site www.kawalpemilu.org (Caragliano 2014).

35 Observation faite le 16 août 2014 sur les pages officielles des deux responsables politiques.

Auteur

Professeure de science politique, Université Paris Est – Créteil

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search