Version classiqueVersion mobile

Sociétés civiles d’Asie du Sud-Est continentale

 | 
Bernard Formoso

Troisième partie – Les e-médias sociaux comme nouvelle sphère publique ?

Chapitre V

L’émergence des nouveaux médias en Thaïlande : une sphère publique ambivalente

Virginie André

Texte intégral

  • 1 Je souhaite ici remercier Jérémy Jammes pour l’attention qu’il a portée à ma recherche. Elle n’aur (...)

1Les e-médias ouvrent de nouveaux espaces de communication, de participation, de mobilisation politique et de changement social1. Le Printemps arabe a jeté un éclairage singulier sur la manière dont de nouvelles sphères publiques produites par les médias sociaux peuvent agir comme vecteurs de sociétés civiles et démocratiques en permettant à des individus, autrement marginalisés, de créer des opinions et d’agir. En Thaïlande, l’essor des médias sociaux a très certainement contribué à constituer et propager de nouveaux discours sur le sens à donner au processus de démocratisation, en questionnant la sphère publique dominante, pilotée par l’État. La Thaïlande étant l’un des plus jeunes marchés connectés au monde, avec une pénétration de l’internet en croissance rapide et une utilisation significative des médias électroniques, il est important de comprendre comment ceux-ci se développent et font progresser (ou non) la société civile et la démocratie au niveau local. Le rôle joué par ces nouveaux médias peut toutefois être ambivalent, dans la mesure où ils peuvent infléchir le changement social de manière positive ou négative. Le présent chapitre analyse précisément l’ambivalence de ce genre d’e-agora dans le cas de la Thaïlande à travers l’étude de deux communautés distinctes de l’internet : le mouvement social des Chemises rouges et le néo-djihadisme de Patani. L’un se pose en force pro-démocratique, alors que l’autre se positionne clairement contre toute évolution en ce sens.

Habermas et la sphère publique thaïlandaise

  • 2 ITV fut rachetée en 2004 par la famille de Thaksin Shinawatra, alors que celui-ci était Premier mi (...)

2Avec le retour des militaires dans leurs casernes suite à l’ample mouvement de contestation de 1992 (connu sous le nom de Mai noir), le futur démocratique de la Thaïlande paraissait prometteur. Les événements du Mai noir consacrèrent le retour des civils à la politique. Ils ouvrirent surtout la voie à de profondes réformes. Elles aboutirent à la promulgation en 1997 d’une Constitution reconnue comme la plus démocratique jamais produite par le pays. Elle voulait donner au peuple les moyens de s’affirmer en renforçant la société civile et la liberté d’expression (voir chapitre i pour plus de détails). La presse et les médias radiotélévisés traditionnels s’étant signalés par une couverture unilatérale des événements de 1992, les téléphones mobiles et les fax avaient alors pris le relais en permettant à la société civile de contourner la censure des médias (Forum Asia 2005, p. 42). Suite au Mai noir, le nouveau Premier ministre, Anand Panyarachun, impulsa une réforme des médias qui permit à ceux-ci de se développer rapidement. Plusieurs nouveaux journaux furent créés, de même qu’une première station de télévision privée, ITV2 (Télévision indépendante) (Lewis 2007, p. 73). Moins directement contrôlés par l’État, les médias purent plus facilement dénoncer les machinations politiques, tandis que les intellectuels thaïlandais utilisaient de manière croissante la télévision publique pour exposer leurs idées et participer à des débats sur les questions de société (Phongpaichit et Baker 1995, p. 370-371). Aujourd’hui, l’internet et le développement des médias sociaux tels que Facebook, Twitter, YouTube et Line offrent une nouvelle sphère publique qui rivalise avec l’ancienne concernant la participation civique et la contestation démocratique.

3Selon Jürgen Habermas (1991), l’émergence d’une sphère publique libérale découle du développement conjoint de l’économie de marché et de la bourgeoisie. En Thaïlande, l’essor de cette classe sociale fut étroitement lié à l’intégration croissante du pays dans l’économie mondiale à partir des années 1980 et beaucoup ont cru qu’une telle évolution conduirait au libéralisme politique (Piriyarangsan et Phongpaichit 1993). La classe moyenne progressant et l’armée se retirant peu à peu de la politique, « l’ouverture de ce [nouvel] espace [politique] apparut, au départ, comme une agora ouverte, qui pourrait contribuer à l’affirmation des masses et à l’expansion d’une société civile » (Siriyuvasak 2000, p. 2).

4Cependant l’influence forte de la publicité sur les médias déboucha sur une sphère publique ambiguë, caractérisée par « un essor fulgurant d’une société moins démocratique que consumériste », ainsi que par « plus d’expressions liées au monde de l’entreprise que d’expressions citoyennes » (Siriyuvasak 2000). Au milieu des années 1990, la presse thaïlandaise était décrite comme étant « [une presse] à sensation, commerciale, ignorante », qui servait surtout à propager « des peurs paniques, des cirques médiatiques et la propagande du gouvernement » (Lewis 2007, p. 87). De ce fait un pessimisme notable vint tempérer les aspirations démocratiques de la classe moyenne émergente et sa capacité à diffuser de telles aspirations aux ouvriers et à la paysannerie (Aewsriwong 1993). Selon Ubonrat Siriyuvasak (2000) :

Leurs revenus [ceux de la classe moyenne], leur sécurité professionnelle et la manière dont ils gèrent l’information sont tous interconnectés à l’économie des pays industrialisés occidentaux et asiatiques, au Japon en particulier. Dans un sens, ce sont des alliés fidèles de la classe capitaliste de l’économie mondiale […]. Ce sont ces personnes qui ont la capacité financière et le pouvoir de consommer qui constituent une part significative du nouveau marché des médias […]. Ce dernier n’est [donc] pas un espace public ou une sphère publique ouvrant des possibilités d’expression similaires aux riches et aux pauvres, aux Thaïlandais et aux peuples indigènes, aux populations rurales et urbaines, pas plus qu’il n’inclut les voix des enfants et des personnes défavorisées.

  • 3 Selon Duncan McCargo les liens décisionnels informels qui caractérisent le système politique thaïl (...)

5Le politologue Suchit Bunbongkarn (1996, p. 101) a pour sa part émis des doutes quant à l’engagement de cette classe moyenne urbaine envers les petits exploitants agricoles. Ces doutes sont partagés par le chercheur et activiste politique britannique Giles Ji Ungpakorn qui considérait dans les années 1990 que la société civile prônait plus la stabilisation du processus politique que le renforcement des droits civiques (Lewis 2007, p. 91). Cette inclination est liée au caractère très hiérarchique du système social, le rôle structurant qu’y jouent les rapports de patronage (voir chapitre i) et l’absence d’une tradition de participation publique aux décisions politiques3. Dans la sphère publique dont parle Habermas aucune prévalence statutaire n’entrave la liberté d’expression. Cette sphère est « ouverte à tous, quelle que soit la classe d’appartenance » et « le pouvoir du meilleur argument » gagne sur « le pouvoir de coercition » (Salter 2003, p. 121). Or, tel n’est pas le cas en Thaïlande où le statut social et le pouvoir de coercition continuent de prévaloir. De plus, Bangkok reste le centre de production de l’information et très souvent la couverture de l’actualité se doit d’adopter la ligne de l’État militaire ou civil tout en reflétant l’hégémonie culturelle de l’ethnie thaïe. Si donc les médias traditionnels offrent un espace de débat public à un segment privilégié de la société thaïlandaise, ils subissent toujours des interférences de la part des agences de l’État. Les médias radiotélévisés, majoritairement sous contrôle gouvernemental ou militaire, sont habitués à propager une version édulcorée de l’action des pouvoirs publics. En 1992, par exemple, les médias ne furent pas autorisés à rendre compte des atrocités commises par les forces armées contre les manifestants. Un tel biais de l’information a aussi caractérisé plus récemment la couverture du mouvement des Chemises rouges et l’insurrection à Patani. Glen Lewis (2007, p. 93-94) remarque que :

La traduction officielle de service public de radiotélévision est seu khong chart, autrement dit « le média national », justifiant ainsi souvent les restrictions sur l’information ou sur les droits culturels de la population. Les administrateurs de la radiotélévision thaïlandaise insistent souvent sur son rôle en faveur du développement économique et social, de l’unité nationale et de la supervision officielle directe, les programmes venant compléter les politiques gouvernementales.

6Dans Politics and the Press in Thailand, Duncan McCargo (2000, p. 3) montre comment la collecte d’informations est intimement liée au degré de proximité relationnelle établie entre les patrons des médias, les reporters et les politiciens. Ce filtrage opéré par le conglomérat politico-médiatique est tourné en dérision sur les réseaux sociaux. Il incite la population à recourir à d’autres canaux pour se tenir informée. Les promoteurs de médias alternatifs ont bien saisi la demande croissante en ce sens. Ismail Haji Wancik, directeur de l’agence de presse alternative Wartani Media basée dans le Sud, le dit clairement : son agence vise à « donner une voix aux populations locales », alors que « les médias traditionnels servent généralement les intérêts de la société majoritaire [Bangkok] et que de nombreuses informations et histoires [du Sud] sont largement ignorées »4.

7Ce point de vue recoupe le constat de Duncan McCargo quant à la manière dont les journalistes thaïlandais couvrent les informations locales :

Au-delà de Bangkok c’est la province, où rien de significatif ne risque d’arriver. Le service politique typique d’un journal thaïlandais a peut-être douze à quinze reporters, qui ne s’aventurent jamais à l’extérieur de Bangkok, sauf pour accompagner un homme politique [tel que le Premier ministre] en visite en province ou pour couvrir une élection. Le large spectre d’activités politiques qui se déroulent en dehors de Bangkok, qui va des rassemblements politiques aux manifestations d’agriculteurs, est traité dans les pages intérieures par des filets concis et méprisants. (2000, p. 4)

8Alors que les médias traditionnels sont privilégiés par une classe moyenne fortement urbaine et par des hauts fonctionnaires faiblement connectés à la population thaïlandaise, les médias sociaux offrent aux gens dépossédés du droit de parole une sphère publique alternative pour débattre des problèmes sociétaux qui les touchent directement et plus récemment pour faire campagne contre l’État. En Thaïlande, ces personnes sont exclues des processus de décision sans pour autant vivre isolées des évolutions économiques, sociales et politiques du pays. Charles Keyes (2014) affirme à juste titre qu’« ils ont [en fait] une compréhension approfondie du monde et de leur position dans le monde ». Le constat s’applique également à la population qui vit à la périphérie immédiate de Bangkok.

9Le blog politique et les médias sociaux sont souvent décrits comme des manifestations de la sphère publique d’Habermas. L’espace social des cafés européens des xviie et xviiie siècles chez Habermas se serait maintenant déplacé d’un espace physique vers un cyberespace qui donnerait corps autrement à l’idée d’un espace social accessible à tous les citoyens sans restrictions afin d’engager la discussion et le débat (Sparks 1998, p. 112 ; Haas 2004, p. 180). Opérant de la sorte, les médias sociaux fourniraient des outils et des plateformes pour former des discours et des récits d’opposition capables de remettre en cause les idées traditionnelles (El-Nawawy et Sahar 2013, p. 29). L’activiste thaïlandais Supinya Klangnarong explique que cette propriété des médias sociaux est particulièrement utile dans un pays comme la Thaïlande où selon lui les gens tolèrent peu les divergences d’opinion, les différences et la liberté d’expression. Son enthousiasme doit cependant être pondéré et l’on rejoint le blogueur thaïlandais Saksith Saiyasombut lorsqu’il affirmait en 2011 qu’une révolution Facebook, comparable à celle intervenue au Moyen-Orient, n’était pas prête de se produire en Thaïlande étant donné la structure du pouvoir et sa proximité avec les médias (McCargo 2000). Sur un plan plus global l’ethnologue Daniel Miller apporte un autre bémol lorsqu’il écrit que : « Facebook va tout simplement devenir un média de plus facilitant l’action politique, plutôt qu’un instrument pour une transformation révolutionnaire du système politique » (2011, p. 189). Le constat est en partie vrai et c’est pourquoi la notion de « citoyenneté activée » forgée par Francesco Cavatorta (2013) est importante, notamment dans le contexte de régimes autoritaires tel celui semi-démocratique de Thaïlande où l’on dit aux gens ce qu’ils doivent penser et comment ils doivent agir. Rappelons ici que selon cet auteur la citoyenneté activée vise à étendre l’espace sociétal sous des formes nouvelles ‒ en l’occurrence ici les réseaux sociaux ‒, afin de recouvrer la liberté d’expression et le droit de contestation confisqués par les régimes autoritaires. Comme le souligne Bert Hoffman (2013, p. 237), « une pré-condition pour que l’activisme de la société civile évolue est un certain degré de sphère publique qui lui permette de respirer ». Il a besoin « d’une agora où les voix peuvent s’élever et être entendues » ; une agora qui permette aux petites gens et à la bourgeoisie de développer de nouvelles formes de contestation. Autrement dit, la société civile ne peut exister sans sphère publique activant la citoyenneté et son épanouissement dépend du degré d’autonomie et d’ouverture de cette même sphère.

10Est-on en présence d’une société civile épanouie selon ces critères dans le cas d’un pays comme la Thaïlande où le champ d’expression et de contestation est restreint à coups de censure, de gaz lacrymogène, de menaces d’emprisonnement et même à coups de fusil ? La réponse à cette question est partiellement affirmative si l’on considère que l’espace dialogique ouvert par les médias sociaux a permis à l’ensemble des citoyens sans statut de s’affirmer. Dans cette sphère publique sur l’internet c’est en effet le pluralisme des voix que l’on observe, chaque individu exprimant une opinion qui peut ou non converger avec celle des autres (Salter 2003, p. 122). La sphère publique des médias sociaux vient donc étendre et vivifier le champ de la sphère publique classique par l’activation citoyenne dont elle est le théâtre. Ce qui ne peut être exprimé dans la seconde devient exprimable dans la première. Si les deux sphères développent des registres parallèles d’activisme citoyen sous leurs formes civiles et inciviles, ces registres peuvent entrer en synergie en certaines circonstances et se renforcer mutuellement, allant jusqu’à provoquer des bouleversements politiques de grande ampleur et faire ou non progresser la démocratie. Ajoutons qu’en Thaïlande, où le champ de la sphère publique traditionnelle est restreint, la sphère publique des médias sociaux permet à ceux qui y ont recours de passer d’une citoyenneté passive, soumise aux droits octroyés d’en haut par l’État, à une citoyenneté active, qui s’implique directement dans les affaires de la cité (Turner 1990).

11Quatre ans après les premières manifestations violentes de 2010, la révolution Facebook n’a peut-être pas totalement eu lieu en Thaïlande mais elle a certainement bénéficié aux citoyens de base et plus particulièrement aux « petites gens » qui jouissent de droits civiques au rabais. C’est aussi une sphère publique de plus en plus informée des récits d’activisme et de dissidence partout dans le monde, dans lesquels les citoyens peuvent puiser leur inspiration, leur engagement et des occasions de renouveler leurs propres récits alternatifs de résistance et d’activisme. L’adoption du salut à trois doigts (repris du livre et des films Hunger Games) en signe de protestation silencieuse contre le coup d’État militaire de mai 2014 est l’un de ces récits alternatifs adoptés et adaptés par le peuple. Sur Twitter, on pouvait lire : « Cher #HungerGames, nous avons repris votre signe à notre compte. Notre combat n’est pas une fiction. Merci ! » La junte fut prompte à réagir à cette sémiologie d’emprunt en procédant à l’arrestation de tout groupement de cinq personnes ou plus qui faisaient ce type de salut. Au final, l’expérience récente des réseaux sociaux a changé la vie des Thaïlandais en leur donnant l’opportunité de débattre de questions sociétales et d’exercer de façon inédite une pression populaire sur les élites au pouvoir. Bien que les habitants du royaume puissent parfois paraître silencieux et fatalistes, sur Facebook, ils ont beaucoup plus de facilité à dire des choses approfondies et réfléchies.

La sphère publique émergente des nouveaux médias en Thaïlande

12Si certains ont affirmé que les nouveaux médias favorisaient la démocratie, d’autres ont rétorqué qu’ils pouvaient aussi être un outil de répression (Khondker 2011, p. 676). En fait, ces points de vue ne sont pas mutuellement exclusifs. Les nouveaux médias comme les traditionnels sont des espaces contestés où les individus et les groupes peuvent faire valoir leur programme et faire progresser leur cause, quelle qu’elle soit.

13Avec l’évolution des technologies de communication et les changements de style de vie de la population les manières dont les Thaïlandais communiquent et consomment les médias ont considérablement changé, modifiant en profondeur la sphère publique d’Habermas. Selon le réseau publicitaire pour mobiles Inmobi, en 2012 les Thaïlandais passaient en moyenne plus de cent minutes par jour sur l’internet, plus de quatre-vingt-dix minutes à regarder la télévision et un peu moins de quarante minutes à écouter la radio et à lire des journaux ou magazines. Dans un sondage de 2013, plus de 60 % des sondés indiquaient avoir accès à l’information via les médias en ligne plutôt que par le biais de la télévision et des journaux. Alors que la télévision continue d’être un média de poids du fait de la grande popularité des séries qu’elle programme, la radio et la presse écrite sont menacées par l’utilisation croissante de l’internet et en particulier des médias sociaux. La répartition des dépenses publicitaires est à cet égard instructive. Entre 2012 et 2013, la publicité sur l’internet a progressé de 55,1 %, contre seulement 3,6 % pour la télévision, la presse écrite faisant pour sa part face à une diminution de 3,2 %.

14En janvier 2014, la pénétration de l’internet en Thaïlande était de 36 % et de 25 % pour les médias sociaux. Pour être très en retrait par rapport à la Corée du Sud, leader asiatique avec 83 %, ce taux de pénétration est néanmoins supérieur à la moyenne régionale qui avoisine les 29 %5. Sa relative faiblesse s’explique par une population qui vit à 66 % dans les campagnes. La Thaïlande connaît cependant une croissance rapide des médias sociaux, fortement corrélée à l’augmentation spectaculaire de l’usage des téléphones portables et des ordinateurs ou tablettes. La pénétration de la téléphonie mobile est de 125 % (même si les smartphones sont toujours à 49 %). Selon ZocialInc., les Thaïlandais passent près de quatre heures en moyenne par jour à surfer sur les médias sociaux6. La majorité des utilisateurs de l’internet habitent Bangkok et la région centrale où ils représentent respectivement 48,8 % et 29,8 % des personnes âgées de plus de six ans, suivis respectivement du Sud (29,1 %), du Nord (27,2 %) et du Nord-Est (23,2 %) (National Statistical Office, 2013, p. viii). Dans toutes les régions, le nombre d’utilisateurs de smartphones est beaucoup plus important que celui des utilisateurs d’ordinateurs, en rapport avec les prix de plus en plus abordables des téléphones portables.

15Entre 2009 et 2013, le pourcentage d’utilisateurs de l’internet a crû dans chaque groupe d’âge, mais plus particulièrement dans celui des 15-24 ans où il est passé de 47,3 % à 58,4 % (National Statistical Office 2013, p. viii). Les Thaïlandais surfent principalement sur les médias sociaux via leurs téléphones portables (ETDA 2013, p. 17). Ce constat est important car du fait de l’expansion rapide de la téléphonie smartphone, un nombre croissant de personnes sont en capacité de s’engager dans le processus de « citoyenneté activée » évoqué précédemment. Le réseau social le plus utilisé en Thaïlande est Facebook puisque 92,2 % des utilisateurs de l’internet y possèdent un compte (ETDA 2013, p. 14). Il est suivi par Google+ avec 63,7 % et Line avec 61,1 %. Cependant, Facebook est le seul réseau social que les abonnés utilisent régulièrement. Ainsi, 68 % d’entre eux se sont connectés à Facebook durant le mois de janvier 2014. L’utilisation de Google+, Twitter, Instagram et LinkedIn atteint respectivement 36 %, 32 %, 22 % et 7 % pour ce même mois7. Facebook a vu son utilisation progresser de 28 % entre le premier trimestre de 2012 et le premier trimestre de 20138. Les utilisateurs sont pour 49 % des hommes et pour 51 % des femmes. Le groupe d’âge le plus important est celui des 18-24 ans (32 %), suivi des 25-34 ans (30,5 %) et des 35-44 ans (12,1 %). Au final, la tranche d’âge des 16-44 ans représente 83,1 % des utilisateurs9.

16Instagram a vu progresser son utilisation de 163 % entre le premier trimestre de 2012 et le premier trimestre de 201310. Bangkok était en 2013 la deuxième ville la plus instragrammée au monde après New York11. L’utilisation de Twitter a augmenté de 54 % entre le premier trimestre de 2012 et le premier trimestre de 2013, atteignant un total de deux millions d’utilisateurs à la fin de 2013. Sur ce total, deux cent mille sont des utilisateurs quotidiens. Alors que 12 % des tweets provenant de Thaïlande contiennent des liens, ce qui pourrait indiquer que le réseau est peu utilisé pour diffuser du contenu, 38 % contiennent des citations, suggérant ainsi que les utilisateurs sont plus enclins à utiliser Twitter pour communiquer directement entre eux12. Pour sa part, l’utilisation de YouTube est difficile à mesurer à partir du nombre de détenteurs d’un compte, car ce réseau utilise Google+ pour permettre l’accès à la plateforme. Néanmoins, des signaux clairs indiquent des progrès constants de son usage : deux mille cinq cents vidéos sont téléchargées en moyenne par jour en Thaïlande.

Facebook et la politique de dissension

  • 13 Ibid.
  • 14 Cité par Janasera Fugal dans « Thai political crisis fuels social media boom », Bangkok Post du 25 (...)

17Jusqu’aux violents événements ayant secoué Bangkok en mars 2012 peu d’attention était portée aux opportunités politiques qu’offrent les e-médias. Les supports d’informations traditionnels étant sous la coupe de l’industrie publicitaire, l’intérêt porté aux e-médias se cantonnait aux habitudes de consommation et aux stratégies marketing du commerce en ligne. Pourtant des enquêtes conduites sur l’usage de Facebook montrent que les utilisateurs thaïlandais partagent abondamment leurs expériences et savoirs sur cette plateforme (85,7 %). Ils se tiennent aussi au courant des événements qui font l’actualité et des dernières tendances de la mode (64,6 %). Enfin, ils partagent des photos et des vidéos (60,2 %). L’achat de biens et de services via Facebook vient seulement en quatrième position avec 21,8 %. À partir de ces données, nous pouvons dire que Facebook est surtout en Thaïlande un nouvel espace social de discussion. Cette fonction s’est affirmée pendant les violentes manifestations de 2010. Selon Jonathan Russell, consultant spécialisé dans les médias, le socle des membres de Facebook a alors fortement augmenté, avec plus d’un million d’utilisateurs supplémentaires sur une période de cinq mois, soit cinq cent mille utilisateurs en six semaines13. Le journaliste thaïlandais Noppatjak Attanon, confirme que « [suite à la répression du gouvernement] beaucoup ont créé leur groupe sur Facebook pour exprimer leurs opinions politiques et les partager avec des personnes de même opinion »14.

18Une étude publiée par Media Research Nielsen Company suite aux manifestations de mars 2010 montre que « pour les consommateurs les sources d’actualité non traditionnelles comme les blogs en ligne et Twitter sont des canaux d’information importants [en complément des médias traditionnels]. Ce qui reflète peut-être un besoin d’engager le dialogue et d’interagir avec les autres »15. Twitter fut en effet une plateforme largement utilisée pour échanger des informations et des opinions durant les protestations. Le site web ThaiTrend qui produit des statistiques sur les tweets et hashtags en Thaïlande a noté qu’en mars 2010 les mots-clés les plus populaires sur Twitter faisaient référence aux protestations politiques violentes à Bangkok16.

  • 17 En ligne : [http://www.statisticbrain.com/twitter-statistics/] (consulté le 7 mars 2016).
  • 18 À un niveau très élémentaire, la couverture citoyenne de l’information peut être définie comme « l (...)
  • 19 Pour les besoins de cet article, la notion de « téléphone connecté » fait référence à un téléphone (...)

19Twitter, lancé à l’origine en 2006 comme plateforme web, mais aussi accessible grâce à un service de SMS sur téléphone portable, avait en mai 2014 cinq cents millions d’utilisateurs actifs enregistrés et émettait cinquante-huit millions de tweets par jour17. Certains ont jugé que cette plateforme spécifique profitait particulièrement aux citoyens-journalistes, du fait de sa capacité à créer un espace où les individus ordinaires peuvent rapporter des actualités et événements à chaud18. De plus, le fait que Twitter soit accessible à partir des téléphones les plus élémentaires19 en fait un outil à la portée des pays les moins développés, où l’infrastructure et la technologie ne sont pas en place pour l’utilisation de plateformes plus complexes telles que YouTube et Facebook (Murthy 2011, p. 779).

20Les attentats de Mumbaï en 2008 mirent pour la première fois en lumière la possibilité qu’offre Twitter de rapporter des informations et des événements avant la presse écrite. Quelques secondes seulement après la première déflagration, des individus proches de la scène purent fournir des témoignages directs et les mettre à jour en temps réel (Murthy 2011, p. 782-784). Un autre exemple du rôle-clé joué par les portables est l’attentat de Woolwich en 2013, au cours duquel un soldat britannique fut tué publiquement par deux islamistes. À la suite de cette attaque, une image fit le buzz, celle de l’un des assassins tenant son arme dans ses mains ensanglantées. Cette image et la vidéo dont elle est extraite ne furent pas le fait d’une équipe de tournage professionnelle, mais d’un simple piéton. Dans d’autres circonstances des individus rapportent des faits sans le savoir, comme cela fut le cas de l’utilisateur de Twitter @ReallyVirtual, Sohaib Ather de son vrai nom, lorsqu’il tweeta en direct le raid américain qui tua Osama bin Laden.

21Sans différence notable avec le Printemps arabe, les médias sociaux thaïlandais ont joué un grand rôle lors des manifestations de 2010, 2011 et 2013-2014. Twitter et Facebook n’ont pas seulement été utilisés pour rester en contact avec les proches mais également pour se tenir au courant des informations et communiquer les dernières évolutions de la situation alors que les événements continuaient de se dérouler. Avec l’application de l’état d’urgence en 2010 et à nouveau en 2014, qui a concrètement permis au gouvernement de censurer tout contenu jugé inadéquat, les organes de presse traditionnels prirent appui sur les mises à jour des tweets et de Facebook pour s’informer et rédiger leurs articles. Selon Jay Rosen (2012, p. 13-15), avec le changement de plateforme, s’opère le passage d’une audience qui était auparavant destinataire d’un système médiatique opérant du haut vers le bas vers un public qui est « plus réel, moins fictionnel, plus capable et moins prévisible ». Via les médias sociaux, les gens de la rue se posent en pourvoyeurs d’informations, mais aussi et surtout ils font preuve d’une plus grande autonomie citoyenne par rapport à l’État (Cavatorta 2013, p. 9).

22Le développement et l’impact de l’informatique portable, rendus possibles par la prolifération des smartphones ont joué un rôle important en ce sens. Auparavant, les individus avaient certes déjà accès à des outils de participation au journalisme ouvert, mais ils étaient enchaînés à un ordinateur de bureau ou à un ordinateur portable dont la connectivité mobile était parfois difficile à trouver. Aujourd’hui les individus ont en main des appareils électroniques qui peuvent réaliser des photos, des vidéos et des enregistrements audio, tout en étant constamment connectés à l’internet, avec à la clé la possibilité d’une diffusion immédiate. Cette mobilité, utilisée en lien avec certains des nouveaux réseaux sociaux, est d’un grand potentiel pour le journalisme participatif, l’expansion de la société civile et une participation plus active à la sphère publique. En réalité, l’impact des réseaux sociaux s’étend au-delà de la couverture de l’actualité. Il encourage aussi la participation politique des couches populaires et rejaillit en retour sur les acteurs politiques traditionnels (Burgess 2006, Lundby 2008, Couldry 2008, Hartley et McWilliam 2009, Poletti 2011). Les réseaux sociaux contribuent aussi considérablement à l’organisation des mouvements sociaux et des manifestations spontanées (Klotz 2007, Stein 2009, Levenshus 2010, Castells 2012), telles que celles observées lors du Printemps arabe. Dans le contexte thaïlandais les médias sociaux ont ainsi permis de rassembler les contestataires, de mobiliser du soutien et d’organiser des manifestations. Si les manifestants utilisèrent surtout Twitter en 2010, à partir de 2011, Facebook joua un rôle plus significatif pour rassembler du soutien et organiser les mouvements de contestation, qu’il s’agisse du Front uni pour la démocratie contre la dictature (UDD) ou de l’Alliance du peuple pour la démocratie (APD), plus connus sous les noms de Chemises rouges et de Chemises jaunes.

23Avec une pénétration de 125 % des téléphones portables en Thaïlande, il est peu surprenant que Twitter, Facebook et Line soient devenus des plateformes de mobilisation sociale et d’information lors des manifestations de 2010, 2011 et 2013, à tel point que lorsque la junte militaire a orchestré son coup d’État en 2014, elle a demandé à rencontrer les responsables locaux de Facebook, YouTube et Line afin de solliciter leur assistance pour surveiller concrètement, si ce n’est censurer, tout contenu qui serait jugé dangereux pour l’unité du pays. Ce que ces responsables ont refusé de faire. Plus vulnérables sont les sites d’information en ligne locaux. Ainsi, l’éditeur du site ThaiFreeNews, Soonthon Prueksapipat est régulièrement pris pour cible par la censure thaïlandaise depuis avril 2009. Pour Giles Ungpakorn (2010) :

Ce gouvernement a mis en place la pire censure qu’ait connue la Thaïlande. Il censure tout l’internet, les médias, de toutes les façons possibles et imaginables. Ils [les pouvoirs publics] attaquent même Facebook et tout le reste. Donc les deux choses qu’ils utilisent pour rester au pouvoir sont la censure et la brutalité. Et ils ne sont pas prêts à offrir concrètement la possibilité au peuple de prendre de réelles décisions sur qui doit gouverner le pays et de quelle façon.20

  • 21 Sombat a été arrêté le 6 juin 2014 par l’armée et attend maintenant son procès devant la Cour mart (...)

24Facebook et Twitter constituent un plus grand défi à relever pour le gouvernement thaïlandais que les blogs politiques, parce qu’ils sont plus difficiles à contrôler, bien que leur accès puisse être restreint ou bloqué. L’ancien ministre des Technologies de l’information et de la communication, Chuti Krairiksh, admet ouvertement que « Facebook est une nouvelle technologie et nous [le gouvernement] n’avons aucun moyen de la contrôler pour l’instant ». Au sujet des bénéfices de Facebook comme outil de contournement de la censure étatique et comme espace de liberté d’expression et de contestation, l’un des leaders des Chemises rouges, Sombat Boonngamanong21 ajoute :

En Thaïlande, l’explosion de Facebook est arrivée au moment idéal étant donné la situation politique, car il est vite devenu un outil pour éviter la censure. La population et particulièrement les membres des Chemises rouges ont pu exprimer leurs opinions librement sur Facebook. Les autres canaux de communication étaient bloqués par le gouvernement. […] Dans le passé, les petites voix de la population ordinaire étaient ignorées par les médias. Facebook est un espace ouvert pour cette population qui lui permet d’exprimer ses sentiments, ses pensées et également de lire ce que d’autres ont en tête. C’est un espace d’expression pour les « petites gens ».22

25Alors que la classe moyenne urbaine, muselée et démunie de droits civiques des deux côtés du spectre politique, a trouvé une nouvelle sphère publique sur les médias sociaux tels que Facebook et Twitter, grâce auxquels ses membres peuvent débattre de leurs points de vue politiques, critiquer le gouvernement et se lier avec d’autres voix dissidentes, les hommes politiques thaïlandais ont aussi profité des avantages que de telles plateformes présentent, surtout pour toucher un électorat potentiel. L’ancien Premier ministre démocrate Abhisit Vejjajiya compte un million six cent mille abonnés sur Facebook, tandis que Thaksin Shinawatra se sert de Twitter pour communiquer avec ses partisans. Lors de la campagne pour les élections nationales de 2011, l’ancien Premier ministre et gouverneur de Bangkok, Apirak Kosayodhin, expliquait comment l’internet a ouvert des opportunités pour que son parti politique puisse toucher un nouveau public plus rapidement et à moindre coût par rapport aux campagnes traditionnelles :

J’ai commencé à utiliser les médias sociaux comme outil de campagne, parce que j’ai vu tout leur potentiel de contact avec la communauté en ligne, en n’engageant presque aucune dépense. Je me suis concentré sur Hi523 (en 2010) à cause de sa popularité, mais je me suis aussi servi de Facebook pour toucher ses utilisateurs. Aujourd’hui, en Thaïlande, le média social le plus populaire a basculé de Hi5 à Facebook et Twitter, où se retrouvent plus de dix millions de Thaïlandais. Pour l’élection nationale actuelle, le Parti démocrate voit tout le potentiel des médias sociaux. Nous avons donc concentré notre campagne sur les médias sociaux comme Facebook et Twitter, qui sont devenus la porte d’entrée d’une communication à double sens entre nos parlementaires et la population thaïlandaise. Le Parti démocrate de Thaïlande voit en cela une opportunité de toucher la population et plus particulièrement les jeunes Thaïlandais, les primo votants [âgés de dix-huit à vingt-deux ans], et les citadins24. Sans les médias sociaux, le parti ne pourrait qu’utiliser des moyens longs et coûteux pour promouvoir son programme politique, comme des affiches ou des voitures publicitaires. En nous servant des médias sociaux, nous pouvons promouvoir notre programme pratiquement sans engager de dépenses, à part peut-être les frais liés à l’internet sur une période bien déterminée.25

26Bien qu’il ait tenté de restreindre la dissidence politique sur les médias sociaux, le Conseil national pour la paix et l’ordre, responsable du coup d’État militaire de 2014, a sa propre page Facebook avec, au moment de la rédaction de cet article, trois cent quarante-deux mille six cent quatre-vingt-dix mentions « J’aime ». En réalité, les réseaux sociaux ont été utilisés par divers régimes politiques thaïlandais au pouvoir depuis 2010 pour diffuser leur idéologie, identifier, surveiller et emprisonner des activistes en ligne et des utilisateurs ordinaires. En décembre 2010, le ministère de la Justice mit en place un programme volontaire de « veille cybernétique », qui impliquait des professeurs, étudiants, fonctionnaires d’État et le secteur privé « pour observer […] [en ligne] des comportements qui seraient une menace pour la sécurité nationale et pour défendre et protéger les institutions monarchiques ». Il avait également pour but « de promouvoir la morale et l’éthique, de garantir un comportement correct, permettre la réconciliation et la prise de conscience envers l’usage de l’information au regard de la morale et de la sécurité des individus dans la société »26.

  • 27 Pour plus d’informations sur les peines encourues, se référer à la loi relative aux crimes informa (...)
  • 28 L’exécution de la loi est bien illustrée par l’arrestation et l’emprisonnement sans sursis d’un ho (...)
  • 29 Rapport publié par Report Privacy International, organisation de promotion des droits de l’homme b (...)
  • 30 Voir : [http://opennet.net/research/profiles/thailand] (consulté le 7 mars 2016).

27L’utilisation des médias sociaux comme Facebook, Twitter et YouTube par des forces contestataires – la société civile ou des mouvements subversifs – est un phénomène relativement nouveau en Thaïlande, auquel le gouvernement fut confronté pour la première fois en 2007, après que des images diffamatoires du roi Bhumibol aient été postées sur une plateforme de partage de vidéos, en violation de la législation nationale relative aux crimes de lèse-majesté. Cette initiative provoqua l’une des campagnes les plus longues et les plus controversées de censure, pendant laquelle l’accès à YouTube fut bloqué pour tous les utilisateurs du royaume pendant cinq mois (du 4 avril au 31 août 2007), jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé entre le gouvernement thaïlandais et Google Inc. « La bataille de YouTube », ainsi nommée par les médias, conduisit le 15 juillet 2007 à l’adoption de la loi sur la cybercriminalité par le Parlement que l’armée avait mis en place27. Depuis lors, tout individu reconnu coupable de cybercriminalité encourt une peine allant de six mois à vingt ans d’emprisonnement et/ou une amende d’un maximum de trois cent mille bahts, selon la nature du crime commis28. Jusqu’à la promulgation de la loi sur la cybercriminalité, il n’y avait pas de cadre légal pour réglementer les communications sur l’internet. Depuis, les efforts de l’État se sont principalement concentrés sur la restriction des accès aux sites web dont le contenu est jugé indésirable ou dangereux, principalement des sites web à contenu pornographique ou constituant une « menace pour la sécurité nationale ». Sont ainsi bloqués du fait de leur « caractère subversif » les sites des Chemises rouges et des insurgés du Sud de la Thaïlande. Dès 1999 une première tentative de restriction des accès aux sites gérés par les insurgés de Patani avait été opérée par la police royale thaïlandaise (RTP). Elle avait alors contacté l’hébergeur web basé aux États-Unis pour lui demander la fermeture du site de l’Organisation unie de libération de Patani (PULO)29. Plus tard, le 26 octobre 2002, la RTP ordonna à un fournisseur de services internet thaïlandais (ISP) de bloquer l’accès au site du PULO et d’autres sites associés. Finalement, le 18 août 2005, le site de veille internet Haganah dénonça trois sites web faisant l’apologie de la violence djihadiste dans le Sud de la Thaïlande : le PULO et son « service d’informations », PataniNews.com ; le site officiel de l’Union générale des étudiants révolutionnaires de Patani, qui opérait depuis la Syrie (PataniStudents.com) ; et l’Organisation pour le Patani libre basée aux Pays-Bas (NetFirms.com). Bien que le site du PULO ait été fermé, comme ceux de nombreuses autres organisations terroristes, il a été transféré en 2006 vers un nouveau nom de domaine, PuloNet.info30. En 2010, l’accès à tous les sites officiels des organisations terroristes de Patani et des Chemises rouges a été bloqué à l’intérieur du pays.

28Malgré ces efforts des autorités pour limiter la diffusion des contenus « subversifs » des insurgés de Patani, l’effet YouTube a largement été négligé. Un jeune de Patani en fait la remarque : « L’accès aux sites internet militants a été bloqué, tel que celui du PULO. Donc, vous trouverez principalement vos informations sur YouTube » (André 2012). Si l’essentiel de la censure se concentre sur le concept de lèse-majesté et les vidéos pro-Thaksin de la plateforme, dont témoigne la longue liste de sites bloqués du MICT31, peu d’attention est en revanche portée à la propagande néo-djihadiste de Patani déjà disponible. Une observation plus fine de la liste révèle qu’aucune des vidéos intégrant du contenu des insurgés de Patani sur YouTube n’est bloquée. Ces failles dans le système de censure découlent en partie de l’instabilité politique actuelle en Thaïlande. L’internet et en particulier YouTube étant devenus pour Thaksin et ses partisans l’une des rares voies encore existantes pour communiquer avec les Thaïlandais, il n’est pas étonnant que le nombre de vidéos anti-gouvernementales bloquées soit si important. C’est un bon indicateur du combat engagé par les autorités pour isoler Thaksin Shinawatra de sa base politique. Néanmoins, alors que la guerre cybernétique est déclarée entre les forces pro-Thaksin et pro-monarchiques, une propagande néo-djihadiste plus virulente continue de se propager sur YouTube. Les insurgés ont maintenant ouvert un nouveau front dans la sphère publique des e-médias.

La démocratie rouge

  • 32 Afin de préserver l’anonymat et la sécurité des usagers Facebook, les pages de cette étude ne sero (...)

29Pour les besoins de l’étude, j’ai choisi quatorze pages Facebook affiliées aux Chemises rouges sur la base de leur popularité et de leur activité32. J’ai analysé les mises à jour et les commentaires de ces pages pour comprendre et identifier le type d’activités rapportées en 2010, fin 2013 et 2014. Ce travail a continué de structurer plus avant ma compréhension de Facebook comme sphère publique où les individus peuvent débattre et échanger leurs idées et opinions.

30Les données de 2010 indiquent que Facebook fut utilisé par les partisans des Chemises rouges pour exprimer leurs sentiments et opinions, faire des annonces, soulever des questions, donner des informations et communiquer sous la forme d’articles et de vidéos sur YouTube. Bien que Twitter fût privilégié parmi les médias sociaux en 2010 pour informer les manifestants de l’évolution des manifestations violentes à Bangkok, Facebook ouvrait déjà à l’époque un nouvel espace social pour un mouvement alors marginalisé par les récits de la société dominante. En devenant plus populaire à partir de cette date, Facebook permit aux débats sociaux de prendre place dans la sphère publique et d’organiser une communauté virtuelle en un mouvement social. Si l’on suit en effet Donatella Della Porta et Mario Diani (2006, p. 20), les mouvements sociaux sont « engagés dans des relations conflictuelles avec des adversaires clairement identifiés ; ils sont liés par des réseaux informels denses ; [et ils] partagent une identité collective distincte ». En facilitant l’identification réciproque d’individus de même opinion, Facebook fait émerger et se renforcer un sens d’identité collective qui a grandement facilité l’action collective dans le cas considéré. Si au début les utilisateurs thaïlandais se servaient de ce support pour exposer des griefs personnels à des amis et proches, après 2010 les récriminations prirent une tournure plus collective et appelaient à des réparations du même ordre. Les Chemises rouges n’employèrent alors plus seulement la plateforme pour diffuser des actualités, mais appelèrent par son intermédiaire à la coopération, au soutien collectif et à l’organisation de rassemblements. Les gens s’engagèrent et exprimèrent désormais leurs opinions directement et rapidement. Sur diverses pages Facebook des Chemises rouges, une image populaire circulait où l’on pouvait lire : « L’État perdra parce que Facebook partage le pouvoir. Il donne le pouvoir à tous, beaucoup plus que l’on n’aurait jamais osé l’imaginer. »

  • 33 Entretiens avec des activistes de médias sociaux réalisés en février et avril 2014 à Bangkok et Pa (...)

31Depuis 2010, et particulièrement en 2013 et 2014, les membres des Chemises rouges sont eux-mêmes devenus des reporters sur Facebook en prenant des photos, en tournant leurs propres vidéos, en actualisant eux-mêmes les informations, librement, sans passer par les organes de presse traditionnels. Ils sont devenus les journalistes, les diffuseurs, les producteurs et les destinataires des actualités et de l’information. Certes, l’information diffusée dans son immédiateté et sa fugacité manque parfois de fiabilité. Néanmoins, dans le cas des pages analysées, la plupart des informations rapportées étaient accompagnées d’images non retouchées et d’enregistrements vidéo bruts qui crédibilisaient le propos. De leur côté, les utilisateurs thaïlandais de Facebook et de Twitter conçoivent ces supports comme des instruments efficaces à la fois de pouvoir et de vérité car ils leur permettent de diffuser leurs propres histoires alternatives mais aussi de vérifier et nier des informations publiées par les médias dominants, qui présentent souvent les Chemises rouges comme des « terroristes »33.

32L’activiste et fervent militant de la liberté sur le Web, Poomjit Sirawongprasert, commente le pouvoir de Twitter dans les termes suivants :

Twitter est le seul endroit où l’on peut dire les choses librement. L’information n’est pas très bonne, mais grâce à la vitesse, il est possible de vérifier et contre-vérifier. Si vous mettez quelque chose qui n’est pas vrai, dans les trente minutes, la vérité va ressortir car les gens vont apporter des preuves, des photos et des vidéos.

  • 34 Line a ouvert au public le 23 juin 2011. Il a été développé à la suite du tremblement de terre qui (...)

33Line34 et Facebook remplissent une fonction similaire dans le Sud où ils sont d’un usage dominant. L’avantage considérable représenté par l’immédiateté était également souligné par l’un des leaders religieux musulmans interviewés. Selon lui :

  • 35 Entretien avec le leader religieux B, Patani, avril 2014.

Avec Facebook aujourd’hui, c’est assez précis. En cinq minutes, nous sommes informés de diverses situations. Si quelque chose arrive à Yala, nous recevons les informations dans la minute via Line. Nous le savons immédiatement. Je peux envoyer [n’importe quelle information à travers] Line à mes amis, qui sont dans le groupe, lorsque quelque chose se passe. Sur Facebook, ils nous tagueront quand ils posteront l’information […]. Quelquefois, il y a des images, mais nous sommes uniquement prévenus que quelque chose s’est passé, sans savoir si c’était une fusillade ou une bombe. Nous serons au courant sûrement dans les dix minutes qui suivent. Facebook est une bonne source de diffusion d’informations. La télévision et la radio [de l’autre côté] sont limitées par leurs horaires de diffusion.35

34Dans certaines circonstances, les informations ainsi transmises contredisent celles diffusées par les chaînes de télévision nationales, soit que ces dernières propagent des nouvelles fausses ou déformées, soit qu’elles ne traitent pas le sujet, faute de temps d’antenne ou parce que les rédactions ne le jugent pas assez conforme aux récits dominants. Cependant, face à l’afflux de vidéos postées en ligne par les protagonistes du conflit de 2010, le Centre pour la résolution des situations d’urgence (CRSU) qui contrôlait alors toutes les stations de télévision pour le compte du gouvernement démocrate, commença à intégrer dans les programmes d’information des chaînes de télévision des commentaires sur les vidéos postées par les manifestants. L’accent était mis sur les vidéos des Chemises rouges dont les scènes de violence étaient présentées sous des angles peu avantageux et exploitées à charge, alors que des images plus controversées étaient utilisées pour propager une certaine version de la « vérité ». Suite à la diffusion quotidienne de ces vidéos par le CRSU, « des débats firent irruption sur les sites des médias sociaux, associés à des liens vers des vidéos en ligne qui venaient d’être visionnées dans le cadre des débats télévisés » (Suriyawongkul 2011, p. 247).

35Le sentiment de frustration généré par la récupération tendancieuse des images postées sur l’internet par les médias officiels n’est pas propre aux Chemises rouges. Un leader religieux de Patani me confiait : « Je ne crois pas qu’une seule des chaînes d’actualité soit honnête. Elles sont toutes partiales. […] Pour faire simple, les journalistes ne sont pas résolus à dire la vérité. »

36L’intégration dans un réseau social peut agir comme force de transformation dans la vie des internautes (McCaughey et Ayers 2013, p. 16). Cela permet aux individus de se sentir actifs et de ne plus être de simples citoyens spectateurs apathiques vis-à-vis du monde politique thaïlandais. Dans le cas des Chemises rouges, Facebook, Twitter et YouTube sont devenus des moteurs dotés du potentiel nécessaire pour mener des actions politiques d’opposition, promouvoir la démocratie, renforcer la société civile, et dénoncer avec succès les actes ou propos scandaleux de personnalités de la sphère politico-médiatique. Ainsi, en 2014, la Miss Thaïlande d’alors, Weluree Ditsabayut, renonça à représenter son pays au concours de Miss Univers, suite aux vives réactions qu’avaient suscitées sur les réseaux sociaux, ses commentaires Facebook lors de la crise de novembre 2013, où elle traitait les Chemises rouges d’« horribles activistes » coupables à ses yeux de salir le sol du royaume et qui « devraient tous être exécutés »36.Sur un plan plus général, il faut toutefois reconnaître que le potentiel de transformation démocratique et d’engagement politique des médias sociaux, tout comme celui des médias classiques, n’est réalisable que s’il est associé à d’autres forces et est ancré dans la vie réelle. Les médias dans leur ensemble sont des systèmes d’influence. Si l’influence agit, le potentiel de transformation est réalisé, quel que soit le champ concerné de la sphère publique. La notion de vie « réelle » en ce qu’elle est opposée aux échanges « virtuels » de l’internet a juste pour but de rappeler que dans ce dernier contexte la rencontre des individus est déliée du poids des contraintes psychologiques et normatives (codification culturelle) qui pèsent sur les échanges interpersonnels directs et freinent puissamment la liberté d’expression dans le contexte thaïlandais.

Patani 2.0 : une nouvelle dimension dans le mouvement séparatiste du Sud

37Le mouvement séparatiste « Patani », au sud de la Thaïlande, est peu connu et sa présence contemporaine sur l’internet encore moins. La plus jeune génération néo-djihadiste de Patani a pleinement saisi le potentiel de la Toile. Les blogs, les liens sur les réseaux sociaux et la présence sur YouTube sont devenus partie intégrante de son arsenal propagandiste. Si auparavant les échanges avaient lieu entre individus de même opinion, dans le cadre de forums et de tchats protégés par des mots de passe, désormais les militants et leurs partisans, mais aussi le public au sens large peuvent échanger directement et les djihadistes propager leurs thèses à un public plus large, redessinant de la sorte les contours de la sphère d’influence de leur mouvement. Patani 2.0 leur a permis d’accéder à de nouveaux espaces concurrentiels et de créer leur propre communauté imaginée, à travers notamment la plateforme de partage vidéo YouTube. L’interaction sociale offerte par le réseau Patani 2.0 cimente la cohésion de certains acteurs et la formation d’une identité collective qui semble se cristalliser autour des notions de victimisation des musulmans et d’une guerre sainte défensive. Dans le même temps, cette interaction exacerbe la compétition entre groupes rivaux, mais aussi l’ostracisme que subissent leurs coreligionnaires. En effet, la propagande néo-djihadiste Patani sur YouTube est à double tranchant. Bien qu’elle cherche à radicaliser un segment spécifique des internautes Melayu, elle génère également une réponse antimusulmane virulente.

  • 37 Pour une histoire complète de Patani voir Andries Teeuw et David K. Wyatt (1970), Syukri Ibrahim ( (...)
  • 38 Le « néo-djihadisme » a été défini comme « un mouvement international religieux, politique, parami (...)

38Le mouvement séparatiste trouve ses racines dans le Traité anglo-siamois de 1909, qui annexa le sultanat de Patani au Siam37. Suite au traité le gouvernement siamois fut confronté à différentes vagues de résistance musulmane allant de l’activisme civique à la lutte armée. Fin 2001, après une période de près de vingt ans de paix relative, Patani connut une nouvelle vague de violence, touchant désormais les civils et atteignant un niveau de brutalité sans précédent dans ce conflit long d’un siècle. La manière dont une nouvelle génération de militants a inscrit son combat dans le courant de l’islamisme radical lui a permis de se sentir liée à un mouvement international plus large. D’une lutte traditionaliste ethno-nationale, l’insurrection du Sud de la Thaïlande s’est ainsi transformée en un djihad « glocalisée » (André 2009, 2010, 2012). Emblématique de la « Génération du millénaire » (MillGen) (Howe et Strauss 1991), cette nouvelle vague de combattants, enfants de la mondialisation, a porté la guerre néo-djihadiste sur la « scène virtuelle »38. C’est une génération principalement imprégnée des technologies de télécommunication. Les téléphones portables sont utilisés par les jeunes insurgés pour faire exploser des bombes ou filmer des décapitations de bouddhistes thaïlandais ensuite postées sur YouTube. L’internet et les sites de réseaux sociaux comme Facebook et YouTube sont maintenant devenus la source principale d’information pour la MillGen (Winograd et Hais 2008, p. 164).

39Les flux d’informations sur l’internet mettent à mal la souveraineté de l’État et les autorités religieuses traditionnelles (Beck 2000, Mandaville 2001, Bunt 2003, Roy 2004, p. 178). Ils ont ouvert une nouvelle « sphère publique musulmane » (Eickelman et Anderson 2003), devenue un espace privilégié pour la propagande néo-djihadiste et néo-fondamentaliste (Roy 2004, p. 180 ; Lentini 2008, p. 23 ; Ilardi 2009). La participation de l’insurrection Patani à cette nouvelle sphère publique a offert au mouvement l’opportunité d’entrer dans le domaine de ce qu’Olivier Roy (2004) appelle une « umma virtuelle ».

40L’usage de l’internet par le mouvement séparatiste n’est cependant pas un phénomène nouveau. En effet, les militants de Patani qui se sont battus activement de la fin des années 1960 à la fin des années 1980 ont continué à produire par la suite des déclarations et des communiqués de presse par le biais de sites internet (pas toujours actualisés). L’objectif de ces sites, plus particulièrement celui du PULO est clair : sensibiliser l’opinion publique internationale et rallier des partisans potentiels à la cause39. Malgré plusieurs fermetures et changements d’adresse résultant des mesures antiterroristes thaïlandaises, le site web du PULO reste prédominant au sein de la nébuleuse des djihadistes de Patani. Il fournissait jusqu’à très récemment du contenu globalement statique ; un élément commun à d’autres sites internet d’organisations terroristes. Pour s’ajuster à cette tendance, le site du PULO a subi entre 2010 et 2011 une opération cosmétique. Il propose à présent, de façon limitée, un contenu plus dynamique avec des liens vers du multimédia comme les vidéos des interviews du porte-parole des Affaires étrangères du PULO, Kasturi Makota40.

41Contrairement à ses aînés, la jeune génération néo-djihadiste de Patani a récemment pénétré d’autres sphères sur l’internet, prenant pleinement la mesure de leur potentiel. Les blogs, les réseaux sociaux et le postage de vidéos sur YouTube sont désormais incontournables au sein de l’arsenal néo-djihadiste dans le cadre du « djihad 2.0 » (Kirby et Zakem 2009, p. 27). L’utilisation de YouTube par les militants de Patani et leurs sympathisants leur permet d’échapper à l’écran radar vigilant de l’État thaïlandais, malgré l’expérience de ce dernier en matière de surveillance et de restriction des accès. Les téléphones portables saisis lors d’escarmouches avec les insurgés ont conduit les militaires à réaliser que les vidéos qu’ils contenaient pouvaient être gravées sur des CD ou diffusées sur l’internet. Jusqu’alors les forces de sécurité thaïlandaises s’intéressaient aux médias classiques tels que les livres, tracts, cassettes audio ou vidéo et plus récemment les VCD et DVD vendus sur les marchés locaux, à Bangkok et à Patani (André 2012, 2014). La plupart de ces supports furent analysés, confisqués et interdits de diffusion ou de possession sous menace d’emprisonnement et sont maintenant difficiles à obtenir. On comprend mieux dans ces conditions le récent basculement de la propagande séparatiste sur l’internet. Un jeune Melayu confirme : « Avant, il n’y avait pas beaucoup [de propagande] sur YouTube, mais maintenant, il y en a beaucoup. Dernièrement, il n’y a pas tant que ça de CD. Nous utilisons le Net et YouTube. C’est pratique, facile et la diffusion est plus large » (André 2012).

  • 41 « Thais monitor mobiles for militants », AFP, 20 avril 2005.
  • 42 D’après mon observation des téléchargements de contenus de propagande sur YouTube, la même vidéo d (...)
  • 43 Les téléphones mobiles sont faciles à glisser dans une poche durant les combats et aisément access (...)

42Les forces de sécurité ont réalisé qu’elles faisaient face à une génération bien mieux formée et informée que celle combattue entre 1960 et 1980 en découvrant des engins explosifs dont la détonation est actionnée par téléphones portables. En 2005, le Matichon rapportait que plus de cent vingt bombes déclenchées à l’aide de téléphones portables avaient explosé au cours des quinze derniers mois, y compris une explosion meurtrière à l’aéroport international de Hat Yai, le hub des affaires pour le Sud et porte d’entrée touristique pour cette région41. Cette radicalisation violente et les savoir-faire qu’elle mobilise se donnent aussi à voir dans des modalités inédites de propagande. Ainsi, via les nouveaux médias, les décapitations et d’autres types de violence brutale filmés sur téléphone portable sont maintenant régulièrement postés sur YouTube jusqu’à leur retrait. Une vidéo de ce type fut ainsi publiée par intermittence sur YouTube de 2007 à 2014, pour des durées variant d’une à deux semaines42 dans différentes langues (anglais, thaï et melayu) avec des titres variés (André 2012). Sur cette vidéo l’un des téléphones portables avec lequel l’annonce avait été enregistrée était clairement visible. De là, le pas de la diffusion est vite franchi, d’un téléphone portable à l’autre, ensuite sur YouTube, puis par lien sur des pages Facebook d’insurgés. Comme l’AK47, les téléphones portables sont aujourd’hui des armes indispensables dans l’arsenal des militants du Sud43.

  • 44 Bien que les supports physiques tels que les tracts des insurgés, distribués dans les trois provin (...)

43Dans le cadre du conflit du Sud de la Thaïlande, le téléchargement de contenu de propagande sur YouTube présente plusieurs avantages dont ne bénéficient pas les canaux plus traditionnels de propagande. Contrairement aux supports tels que les tracts et les VCD, YouTube ouvre une nouvelle sphère de diffusion et de radicalisation de la propagande, avec peu de possibilités de contrôle et de censure. Avec YouTube, la visibilité et la diffusion instantanée sont presque garanties, ne serait-ce que sur de brèves périodes, qui sont pourtant suffisantes pour une exposition efficace. Comme l’indique un jeune Melayu, une fois diffusée sur YouTube, une vidéo peut également être enregistrée sur un ordinateur avec une clé USB et être alors partagée et repostée en ligne sans limite. N’importe qui peut se connecter sur YouTube à n’importe quel moment depuis n’importe quel endroit dans le monde, charger et télécharger des vidéos en ligne et partager sa supposée « part de vérité » avec une partie de sa communauté locale, son pays, sa diaspora mais aussi le reste du monde44. Pour les mouvements insurgés et leurs partisans cette plateforme offre non seulement l’opportunité de promouvoir leur cause, mais également d’asseoir leur crédibilité auprès d’autres radicaux et attirer des sympathies de l’étranger envers cette lutte, comme l’illustrent de nombreux commentaires laissés par les spectateurs de YouTube. Elle peut aussi conduire à la radicalisation de certains jeunes. Le recours à ce médium a en effet aussi pour but d’aider les indécis à « se forger une opinion » et « se décider ». Notons que la « consommation » de YouTube dans le Sud, et notamment dans la région de Narathiwat-Yala-Patani, est limitée à une strate spécifique de la société locale : la jeunesse éduquée et radicalisée qui possède le savoir-faire technologique dont les anciennes générations sont dénuées (André 2012). Cependant les étudiants radicalisés résidant à l’étranger sont aussi actifs, comme le suggère une déclaration sur YouTube d’Abu Bakr Basheer, le leader spirituel de la Jemaah Islamiyah, dans laquelle il indique comment des étudiants « thaïlandais » vivant en Occident l’ont informé d’un incident spécifique s’étant déroulé à Patani.

44Au cours des vingt dernières années, le mouvement néo-djihadiste a discrètement concentré ses efforts sur l’endoctrinement et le recrutement de jeunes afin qu’ils rejoignent le djihad mené contre l’État thaïlandais. Bien qu’il n’y ait pas de preuve que la jeunesse locale ait été massivement influencée par les appels à la violence postés sur YouTube, de nombreux indices suggèrent que la plateforme a un potentiel réel de radicalisation de la jeunesse (André 2012, 2014). De plus, le nouveau contenu généré par les utilisateurs offre des avantages certains pour les militants actuels, car il leur permet de se démarquer du credo ethno-nationaliste de la vieille garde tout en préservant leur anonymat. Comme l’expliquent Andrew Hoskins et al. (2009, p. 47) :

L’émergence des médias participatifs Web 2.0 a réduit le contrôle des leaders djihadistes traditionnels sur « le message », puisqu’un collectif diffus de partisans autonomes – parmi lesquels des femmes – a véhiculé la culture médiatique djihadiste auprès de plus larges audiences, tout en altérant considérablement l’idéologie.

45Le phénomène d’altération 2.0 des discours idéologiques décrit par Hoskins et al. trouve un écho dans la propagande en ligne des néo-djihadistes. En effet, là où le site web du PULO ne fait que dénoncer les violations de droits de l’homme commises par le gouvernement thaïlandais, les jeunes ultra-radicaux instrumentalisent sur l’internet ces violations pour mieux promouvoir la notion de djihad défensif et justifier leur violence. Les mouvements séparatistes traditionnels tels que le PULO ont perdu le contrôle du message, avec pour effet une altération significative de l’idéologie qui anime aujourd’hui les nouveaux militants. Plutôt que de prôner la « libération de la République », ceux-ci se disent en « lutte pour libérer la terre islamique » et si la vieille génération de sécessionnistes musulmans était réticente à employer des concepts supranationaux comme celui d’umma afin de rester sur le terrain du combat ethno-nationaliste face à l’État thaïlandais, cet esprit de clocher disparaît sous l’impulsion des néo-djihadistes (André 2009, p. 169, 176).

46Qui plus est, le leadership séparatiste traditionnel est remis en cause dans sa légitimité et au sein de sa sphère d’influence par le phénomène du « djihad sans leader » (Sageman 2008). Avec la possibilité croissante offerte aux individus de créer et de diffuser leur propre message, l’espace de résistance n’appartient plus exclusivement à un seul leadership. Les groupes militants plus anciens, comme le PULO, doivent maintenant, pour préserver leur légitimité, se mesurer à une génération de militants plus informée, religieusement radicalisée, extrêmement violente et surtout sans visage. En effet, le « djihad 2.0 » permet aux insurgés de garder leur anonymat, ce qui explique en partie l’extrémisme plus poussé de leurs points de vue et la violence généralement associée au cyber-djihad. Les identités des participants étant rendues anonymes par l’usage de pseudonymes, une idéologie beaucoup plus radicale se propage sans réellement s’exposer au risque de représailles. Sans porte-parole reconnu et communiqué de presse officiel, les pires choses peuvent être et ont été dites, soulignant une volonté d’aller beaucoup plus loin que le PULO. Les anciennes organisations possèdent des membres avec de vrais noms, des porte-parole officiels connus, des personnes qui connaissent ceux qui se cachent derrière les persiennes. Toute parole déplacée exprimée dans ces organisations peut être invalidée par les autres. Dans le cybermonde, il n’y a pas de tabous du fait de la difficulté à identifier qui se cache réellement derrière un commentaire odieux.

47Les deux types de propagande – l’ancienne et la nouvelle – diffèrent également par le public qu’elles ciblent et la manière d’interagir avec lui. Alors que la propagande sur l’internet de la génération précédente vise à sensibiliser la communauté internationale à la lutte séparatiste de Patani, la campagne virtuelle contemporaine utilise des symboles culturels et linguistiques variés pour cibler un segment précis de son public sur le Web : les jeunes utilisateurs de descendance melayu (André 2010). De plus, les sites statiques sont limités dans leurs possibilités d’interaction sociale, alors qu’à l’inverse, les blogs, YouTube et plus récemment Facebook ont fourni à la nouvelle génération de militants un espace où ils peuvent interagir socialement avec leurs partisans ainsi qu’avec un public plus large. Les utilisateurs deviennent alors des acteurs participatifs. Des blogs populaires à Patani45, qui possèdent également des chaînes sur YouTube et des pages Facebook, offrent un bon exemple de la manière dont les nouveaux médias sont utilisés. Non seulement le contenu est dynamique mais il est également interactif. N’importe quel utilisateur peut commenter n’importe quel contenu partagé, déclenchant en retour une discussion interactive non seulement entre le propriétaire du contenu publié et ses commentateurs, mais également entre les commentateurs eux-mêmes, continuant de créer un lien social et un certain sens d’appartenance à une communauté. Avec la révolution 2.0, les internautes deviennent des acteurs cyberactifs. Les événements en Iran et plus récemment en Égypte, en Syrie, en Libye, à Bahrein ou en Jordanie démontrent bien la façon dont cette cyberactivité peut impacter le monde réel et provoquer un changement social et politique sans précédent.

  • 46 Fathoni est un autre nom utilisé par les militants pour désigner « l’État islamique de Patani ».

48Contrairement à YouTube, sur Facebook les « guerriers Fathoni »46 se sont clairement identifiés. Des réseaux d’individus de même opinion se créent à travers Facebook dans le cadre desquels ils peuvent partager et consolider une même histoire idéologique et construire une certaine vérité au sujet de la lutte mais aussi des abus de l’État thaïlandais tels qu’ils les perçoivent. Ils partagent aussi avec une grande fierté des images d’eux-mêmes à l’entraînement, au combat, ainsi que des photos en gros plan de bombes et d’armes. Les comptes sur Facebook sont plus rarement utilisés pour annoncer et coordonner des attaques. Plus souvent, des avis et des informations sur des personnes disparues sont postés.

49L’effet de la propagande des néo-djihadistes sur YouTube, bien qu’elle cherche avant tout à radicaliser un segment spécifique des internautes melayu, génère également une réponse antimusulmane, souvent virulente, de l’ennemi désigné du mouvement : le public bouddhiste thaïlandais. La propagande en ligne étant largement diffusée, elle atteint différents publics qui peuvent ne pas être visés (Weimann 2006, p. 61-64 ; Mozes et Weimann 2010, p. 211). C’est particulièrement vrai sur YouTube où les images ne nécessitent pas de sous-titres car « elles parlent d’elles-mêmes ». Ces images, associées aux commentaires de certains sympathisants de la lutte séparatiste, provoquent l’indignation chez les cyberacteurs bouddhistes, qui en retour se livrent à de violentes attaques verbales islamophobes, assorties parfois de menaces de mort. Ces insultes à l’islam et aux musulmans continuent d’aliéner et de potentiellement radicaliser les commentateurs melayu sur le Web. Elles servent aussi les intérêts des militants en accréditant la thèse de la xénophobie siamoise et en légitimant le djihad contre l’État thaïlandais et la majorité bouddhiste.

Conclusion

50L’e-agora thaïlandaise est aux antipodes de cet espace idéaliste et rationnel de consensus envisagé par Habermas. C’est une sphère publique chaotique avec des voix à la fois plurielles et individualistes, dans laquelle les divergences s’exacerbent mutuellement. Prenant en considération la notion de sphère publique de Habermas, le philosophe et sociologue Jean-Francois Lyotard (1984) avance que l’émancipation démocratique se nourrit d’anarchie, d’individualité, de désaccord et non de consensus. En d’autres mots, l’émancipation et la participation démocratique s’accomplissent par le chaos et le pluralisme – des caractéristiques que l’on retrouve dans la sphère publique internautique thaïlandaise. Son homologue classique est pour sa part proche de l’idéal habermassien puisque le consensus y est atteint au terme de débats au sein d’une partie privilégiée de la société, la bourgeoisie thaïlandaise, à l’exclusion des petites gens. Cette sphère publique œuvre en faveur d’une démocratie élitiste et d’une citoyenneté consumériste. Les médias sociaux ont questionné ce statu quo politique en permettant aux citoyens silencieux et aux laissés-pour-compte d’exprimer leurs opinions en tant qu’individus mais aussi en tant que membres d’une communauté. Les médias sociaux remettent en cause la notion de sphère publique d’Habermas en substituant au consensus et à l’universalisme la cacophonie émergeant du pluralisme et de l’individualisme.

51Dans le contexte thaïlandais, la sphère publique portée par les médias sociaux est une forme de citoyenneté activée, susceptible de produire des forces de changement positives et négatives dans un système politique, qui malgré les réformes démocratiques prometteuses des années 1990, reste de nature semi-autoritaire. La sphère publique émergente des nouveaux médias renforce la société civile, la participation politique et à terme peut contribuer à l’élargissement du débat démocratique au sein de la sphère habermassienne thaïlandaise non virtuelle. Côte à côte, ces sphères publiques sont utilisées pour imposer au régime thaïlandais plus de transparence et de responsabilité. L’étude de l’usage que font les Chemises rouges et les néo-djihadistes du Sud de Facebook et Twitter révèle toutefois la profonde ambivalence de la sphère publique internautique. Suivant son usage et l’idéologie qu’elle diffuse, elle peut faire progresser la société civile et la démocratie ou tout au contraire promouvoir un activisme politique incivique, l’extrémisme et la violence dans ses formes les plus brutales.

Notes

1 Je souhaite ici remercier Jérémy Jammes pour l’attention qu’il a portée à ma recherche. Elle n’aurait pas été possible non plus sans le soutien de l’IRASEC. Mes remerciements les plus chaleureux sont dédiés aux personnes que j’ai rencontrées et qui ont accepté d’être interviewées pour cette recherche, mais qui resteront anonymes. Je suis également reconnaissante à mes collègues Amelia Johns et Alessandro Marota d’avoir partagé avec moi leurs vues sur les notions de citoyenneté et de sphère publique. Mes remerciements vont aussi à Natawut Kalayanamit, Chompoonuch Kosapongsa, Muhammad Iqbal, Pete Dewell, et tout particulièrement à Claire Robert, pour leur assistance dans la préparation de ce chapitre.

2 ITV fut rachetée en 2004 par la famille de Thaksin Shinawatra, alors que celui-ci était Premier ministre.

3 Selon Duncan McCargo les liens décisionnels informels qui caractérisent le système politique thaïlandais se constituent en réseaux de pouvoir. De 1971 à 2001 la politique thaïlandaise gravita autour d’une monarchie de réseau, « une forme de gouvernement semi-monarchique, dans lequel le roi thaïlandais et ses alliés constituaient une forme moderne de monarchie, devenue institution para-politique » (McCargo 2005, p. 501). Avec l’arrivée au pouvoir de Thaksin Shinawatra, de 2001 à 2006, la monarchie de réseau fut menacée par une nouvelle forme de politique de réseau, cristallisée autour du personnage de Shinawatra (voir aussi Formoso dans le présent volume, chapitre i). La montée en puissance de ce nouveau réseau de pouvoir fut grandement facilitée par les pressions directes et indirectes que Thaksin exerça sur les médias locaux via l’empire des télécoms qu’il avait constitué (Suriyawongkul 2011, p. 245).

4 En ligne : [http://mediainsideout.net/local/2013/06/127] (consulté le 7 mars 2016).

5 En ligne : [http://wearesocial.sg/blog/2013/01/social-digital-mobile-china-jan-2013/we-are-social-internet-penetration-in-asia-2/] (consulté le 7 mars 2016).

6 En ligne : [http://www.nielsen.com/ph/en/insights/news/2014/asian-mobile-consumers.html] (consulté le 7 mars 2016).

7 En ligne : [http://blog.hootsuite.com/social-media-in-thailand/] (consulté le 7 mars 2016).

8 En ligne : [http://www.techinasia.com/thailand-18-million-social-media-users-in-2013/] (Lien non valide).

9 En ligne : [http://www.socialbakers.com/facebook-statistics/thailand] (consulté le 7 mars 2016).

10 En ligne : [http://www.techinasia.com/thailand-18-million-social-media-users-in-2013/] (consulté le 7 mars 2016).

11 En ligne : [http://blog.instagram.com/post/69877035043/top-locations-2013] (consulté le 7 mars 2016).

12 En ligne : [http://www.techinasia.com/thailand-18-million-social-media-users-in-2013/] (consulté le 7 mars 2016).

13 Ibid.

14 Cité par Janasera Fugal dans « Thai political crisis fuels social media boom », Bangkok Post du 25 octobre 2010.

15 En ligne : [http://asiancorrespondent.com/37166/thai-media-consumption-during-political-protests-2/] ; [http://www.nielsen.com/us/en/newswire/2010/following-political-unrest-most-thai-consumers-ready-to-return-to-normal.html] (consultés le 7 mars 2016).

16 Au premier rang de ces mots-clés venait « Chemises rouges », suivi en seconde position du nom du Premier ministre de l’époque « Abhisit » et en quatrième position de celui du Premier ministre évincé du pouvoir en 2006, « Thaksin ». Source : [http://www.lab.in.th/thaitrend] (consulté le 7 mars 2016).

17 En ligne : [http://www.statisticbrain.com/twitter-statistics/] (consulté le 7 mars 2016).

18 À un niveau très élémentaire, la couverture citoyenne de l’information peut être définie comme « la publication et la diffusion d’informations réalisées par des personnes non formées comme des professionnels et qui n’ont pas travaillé dans des médias établis » (Meyer 2010, p. 8).

19 Pour les besoins de cet article, la notion de « téléphone connecté » fait référence à un téléphone portable qui offre la possibilité d’accéder à l’internet mais qui n’a pas toutes les caractéristiques avancées d’un smartphone.

20 En ligne : [http://www.democracynow.org/2010/5/18/debating_the_crisis_in_thailand_is] (consulté le 7 mars 2016).

21 Sombat a été arrêté le 6 juin 2014 par l’armée et attend maintenant son procès devant la Cour martiale.

22 Voir l’article de Janesara Fugal en ligne : [http://www.thaivisa.com/forum/topic/409969-thai-political-crisis-fuels-social-media-boom/] (consulté le 7 mars 2016).

23 Fondé en 2004 par Ramu Yalamanchi (qui est basé en Californie), Hi5 est un autre site de réseau social populaire en Thaïlande qui n’a été surpassé par Facebook qu’en 2010.

24 La volonté de ce parti de cibler les citadins ne fait que démontrer plus fortement la dichotomie entre les citoyens vivant à la périphérie ou dans les zones rurales et ceux du centre.

25 23 En ligne : [http://asiancorrespondent.com/57865/democrat-mp-apirak-talks-social-media-and-elections-in-thailand/] (consulté le 7 mars 2016).

26 En ligne : [http://saiyasombut.wordpress.com/2010/12/18/become-a-cyber-scout-clean-up-thailands-internet/] (consulté le 7 mars 2016).

27 Pour plus d’informations sur les peines encourues, se référer à la loi relative aux crimes informatiques de 2007.

28 L’exécution de la loi est bien illustrée par l’arrestation et l’emprisonnement sans sursis d’un homme d’affaires thaïlandais, suite à des commentaires postés sur Facebook exprimant ses opinions politiques, en violation de la loi relative aux crimes de lèse-majesté.

29 Rapport publié par Report Privacy International, organisation de promotion des droits de l’homme basée à Londres, « Silenced–Thailand », 21 septembre 2003.

30 Voir : [http://opennet.net/research/profiles/thailand] (consulté le 7 mars 2016).

31 Voir : [http://facthai.wordpress.com/2008/12/20/2008-mict-secret-thai-blocklists-1303-new-websites-blocked/] (consulté le 7 mars 2016).

32 Afin de préserver l’anonymat et la sécurité des usagers Facebook, les pages de cette étude ne seront pas référencées.

33 Entretiens avec des activistes de médias sociaux réalisés en février et avril 2014 à Bangkok et Patani.

34 Line a ouvert au public le 23 juin 2011. Il a été développé à la suite du tremblement de terre qui a eu lieu dans les environs de la région de Tōhoku au Japon le 11 mars 2011. Ce tremblement de terre et les tsunamis qui en ont résulté ont mis à mal une grande partie du réseau téléphonique. Dans ce contexte, les ingénieurs de NHN Japon, une branche de NHN Corporation de Corée du Sud, ont décidé d’utiliser l’internet pour les communications à l’intérieur de l’entreprise. Le programme qu’ils ont développé sera plus tard présenté au grand public sous le nom de Line.

35 Entretien avec le leader religieux B, Patani, avril 2014.

36 En ligne : [http://www.abc.net.au/news/2014-06-10/an-thailand27s-miss-universe-candidate-steps-down-over-red-shi/5511796] (consulté le 7 mars 2016).

37 Pour une histoire complète de Patani voir Andries Teeuw et David K. Wyatt (1970), Syukri Ibrahim (1985), et Daniel Perret, Ammara Srisuchat et Sombun Thanasuk (2004).

38 Le « néo-djihadisme » a été défini comme « un mouvement international religieux, politique, paramilitaire et terroriste, une subculture, une contre-culture et une idéologie qui cherche à installer des États gouvernés par une législation issue des préceptes d’interprétation littérale et sélective du Coran et des traditions du Prophète Mohammed et exécutés par la violence » (Lentini 2008, p. 181).

39 L’appel au soutien de l’opinion publique internationale pour la création d’un État indépendant apparaît clairement sur les bannières du site internet du PULO, qui renvoient à des organisations internationales, comme par exemple l’Organisation islamique internationale, les Nations unies, l’UNHCR, Amnesty International ou la Croix rouge.

40 En ligne : [http://puloinfo.net/ViewMedia.asp?ID=4] (consulté en avril 2014).

41 « Thais monitor mobiles for militants », AFP, 20 avril 2005.

42 D’après mon observation des téléchargements de contenus de propagande sur YouTube, la même vidéo de décapitation a été postée quatre fois avant d’être supprimée.

43 Les téléphones mobiles sont faciles à glisser dans une poche durant les combats et aisément accessibles pour des enregistrements en pleine action.

44 Bien que les supports physiques tels que les tracts des insurgés, distribués dans les trois provinces frontalières du Sud sur une base quotidienne, restent les moyens les plus efficaces de communiquer avec la communauté locale, ce n’est pas le médium de propagande le plus sûr, tel que le démontre les arrestations de jeunes accusés de produire des cartoons subversifs.

45 Tels que [http://www.patanikini.wordpress.com/] ou [http://www.harampatah.blogspot.com] (consultés le 7 mars 2016).

46 Fathoni est un autre nom utilisé par les militants pour désigner « l’État islamique de Patani ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search