Version classiqueVersion mobile

Sociétés civiles d’Asie du Sud-Est continentale

 | 
Bernard Formoso

Deuxième partie – Sociétés civiles sous contrôle de formations politiques hégémoniques

Chapitre III

La société civile cambodgienne : ruptures, incertitudes et ingérences étrangères

Bernard Formoso et Emiko Stock

Texte intégral

Introduction : dans le giron des puissants

  • 1 Superposition dans le cas du système éducatif, comme l’a montré Pe (...)
  • 2 D’après les données fournies par le Council for the Development of (...)
  • 3 En termes de pourcentage du revenu national brut, l’aide que reçoi (...)
  • 4 Selon un article du New York Times du 19 juin 2013. En ligne : (...)
  • 5 Chiffre que nous a fourni un responsable du Comité pour le dévelop (...)
  • 6 Un bon indice de l’aide internationale comme moyen de pression sur (...)

1Dégager les propriétés actuelles de la société civile cambodgienne et questionner son devenir implique de prendre en compte les changements politiques successifs que le pays a connus depuis la seconde moitié du xixe siècle. À un degré sans équivalent en Asie du Sud-Est la population cambodgienne a subi brutalement l’importation de modes de gouvernement et d’administration extérieurs qui lui furent imposés par le colonisateur français, puis par des nationalistes pro-américains ou communistes de diverses obédiences. Ces bouleversements successifs sanctionnent un déficit de souveraineté avec lequel le pays compose depuis une période ancienne. En effet dès le xve siècle et l’effondrement de la royauté angkorienne le Cambodge fut confronté à la domination politique et culturelle des Siamois, puis des Viets à partir du xviie siècle (Chandler 1993, p. 96-132). Les souverains khmers et les princes qui cherchaient à les renverser s’allièrent pendant deux siècles à l’un ou l’autre de leurs puissants voisins au gré des rapports de force régionaux. Ces stratégies opportunistes assujetties aux ambitions personnelles de l’élite aboutirent à un affaiblissement durable de l’État, miné qu’il était par les crises dynastiques, tout en étant menacé sur le plan extérieur par les tentatives de mise sous tutelle siamoises, voire d’annexion du pays de la part des Vietnamiens. Si le protectorat français instauré à la demande du roi Norodom sauva en 1863 le pays de la disparition, il pérennisa l’ingérence étrangère dans les affaires intérieures et la fit pénétrer au cœur de l’appareil d’État. Se mit progressivement en place un système administratif qui opéra par substitution ou superposition1 et qui entrava la modernisation du pays par le constant télescopage de régimes de gouvernance fortement contrastés. Certes, au lendemain de l’indépendance, Sihanouk restaura la souveraineté du pays, mais sa politique de non-alignement ne résista pas à la Seconde Guerre d’Indochine et à la situation de faible développement des infrastructures que la colonisation française lui avait léguée. À l’ingérence multiséculaire des pays voisins se surimposa la logique bipolaire de l’affrontement des blocs dans le contexte de la guerre froide. Les rivalités de clans au sein ou autour du palais s’adossèrent alors aux clivages idéologiques planétaires pour ressurgir en force du passé précolonial, avec pour effet une aggravation de l’instabilité politique du pays et l’effondrement de son économie. Puis la politique que l’angkar khmer rouge mit en œuvre durant les quatre ans de son règne transposa de manière encore plus radicale et violente qu’en Chine les recettes maoïstes du Grand Bond en avant et de la Révolution culturelle, avec des effets dévastateurs amplifiés sur le plan humain et économique. Bien que l’invasion vietnamienne de 1979 ait sauvé le pays de la destruction totale, elle fit ressurgir du passé le spectre de l’annexion et transposa sur place le modèle collectiviste soviétique, provoquant un nouvel électrochoc économique pour la population essentiellement rurale dans un contexte généralisé de suspicion et de guerre civile (Slocomb 2003, p. 263). Les accords de paix de Paris d’octobre 1991 et les élections législatives de 1993 initièrent enfin une ingérence étrangère d’un nouveau genre : l’assistance mondialisée portée à la fois par des États dans le cadre de l’aide officielle au développement2, les grands organismes internationaux (ONU, Banque mondiale…) et une multitude d’ONG. Malgré une croissance économique moyenne de 8 % par an au cours des années 2000, le pays a perçu durant cette décennie une aide internationale qui représentait plus de 8 % de son revenu intérieur brut, ce qui en fait l’un des plus aidés parmi les quarante-huit pays les moins développés de la planète3. Le Cambodge est aussi le pays du monde qui compte en proportion du nombre d’habitants le plus d’organisations non gouvernementales4. Or les quatre cent cinquante ONG internationales qui œuvraient sur place en 20135 et les ONG locales qu’elles ont souvent initiées sont les agents actifs d’un développement et d’une agora politique à l’occidentale. Sous couvert de « délivrance de services », l’ingérence prend alors une forme essentiellement idéologique. Les « experts » des organismes internationaux et des ONG étrangères s’érigent en sentinelles d’une conception qu’ils pensent universelle de la démocratie et sont prompts à dénoncer dans les médias anglophones et auprès des bailleurs de fonds toute atteinte portée aux droits de l’homme. Beaucoup d’ONG étrangères œuvrant au Cambodge, de même que leurs avatars locaux, placent en tête de leur mission une impérieuse fonction de plaidoyer (advocacy) en faveur de plus de justice sociale, d’égalité et de respect des droits fondamentaux de la personne humaine. Ce faisant elles exercent une pression soutenue sur un gouvernement qui dénonce les atteintes portées à l’indépendance du pays, mais intègre comme paramètres de ses prises de décision les réactions qu’elles peuvent susciter de la part des ONG et surtout des grands bailleurs de fonds internationaux, tant le régime actuel reste tributaire de l’assistance technique et économique étrangère6. Récemment, le gouvernement a lui-même érigé cette dépendance envers l’extérieur en stratégie de développement accéléré. Afin de relancer une croissance économique qui avait fléchi au début des années 2010 il incite les entreprises étrangères, notamment celles de la région (vietnamiennes, thaïlandaises, japonaises, coréennes, chinoises), à investir dans le pays par le biais d’une législation très avantageuse et notamment l’octroi de concessions foncières à long terme. Cette politique a entraîné l’éviction de milliers de familles d’agriculteurs pauvres des terres qu’elles exploitaient, dans un contexte de raréfaction des surfaces arables. L’un des thèmes récurrents de l’opposition, mis en avant lors des différentes campagnes électorales tient au fait que le gouvernement brade les terres du pays aux étrangers et en particulier aux ennemis multiséculaires vietnamiens.

2Quels enseignements tirer de cette analyse de l’histoire moderne et contemporaine du Cambodge ? Victime sacrificielle de la géopolitique régionale, le pays a subi depuis le xve siècle un enchaînement quasi ininterrompu d’interventions étrangères dans ses affaires intérieures. Certaines lui ont permis d’échapper à l’annexion ou de se soustraire au fanatisme meurtrier des Khmers rouges. La dernière en date a enclenché un processus de paix civile encore très fragile et permis au pays d’éviter un désastre économique et humanitaire. Elles ont cependant, par l’incohérence des politiques successives mises en œuvre, contribué à maintenir le Cambodge dans un état de sous-développement des services publics. Quant à l’aide internationale, dispersée en une multitude de microprojets, elle apparaît trop limitée et désordonnée pour répondre de manière satisfaisante à l’ampleur des besoins et infléchir le développement structurel du pays. De plus ses fondamentaux idéologiques la placent en porte-à-faux par rapport aux logiques d’action de la classe politique locale structurée par des rapports de clientèle. Le second enseignement à tirer de cette évocation historique tient depuis 1993 à la présence massive d’ONG étrangères qui promeuvent sur place une conception très libérale du développement et de la démocratie, en connexion étroite avec les donneurs d’ordre que sont les grandes institutions internationales (ONU, FMI, OIT notamment).

3Il convient de s’interroger sur l’influence que cette société civile externe opérant à la périphérie sur le mode du « plaidoyer » peut avoir sur la société nationale cambodgienne. En amont, il s’agit d’identifier les forces constituées ou émergentes qui, au sein même d’une société nationale en pleine mutation, sont susceptibles de former un quatrième secteur en interaction avec l’État, les forces du marché et les intervenants extérieurs. Nous analyserons aussi la spécificité du cas cambodgien au regard de l’hypothèse centrale de l’ouvrage, à savoir l’articulation et/ou la confrontation dans le cas des pays d’Asie du Sud-Est de deux types de sociétés civiles : l’une opérant par le haut et l’autre par le bas, voire aussi dans le cas présent par l’entremise d’agents externes. Nous verrons que dans le cas cambodgien, ce pilotage d’État opère indirectement par le biais du Parti du peuple cambodgien (PPC), au pouvoir de manière plus ou moins hégémonique depuis 1979 et qui a développé une structure pyramidale clientéliste d’envergure nationale.

La matrice cambodgienne du social

4Quelles que soient les forces agissant au sein de la société cambodgienne (gouvernement, autorités des différents échelons de l’administration provinciale, milieux d’affaires, partis politiques, syndicats, ONG locales), toutes conduisent leur lutte pour l’hégémonie sur la base d’un même schème relationnel de base. Comme dans les autres sociétés à État d’Asie du Sud-Est le vocabulaire et la codification des rapports de parenté fournissent au Cambodge l’idiome linguistique et la grammaire fondamentale de la construction du lien social. Les termes d’adresse qu’utilisent dans le discours courant les personnes qui entendent établir ou maintenir entre elles une relation durable et loyale sont sans équivoque. Les partenaires dans ce genre de relations se disent bang/b’on, qui signifie littéralement « [frère/sœur] aîné(e)/[frère/sœur] cadet(te) », et plus généralement « parents ». C’est dans ces termes que s’exprimaient notamment les orateurs des différents partis politiques haranguant leurs supporters lors de la campagne électorale de juillet 2013. L’expression présente un caractère à la fois intégrateur et hiérarchique. Intégrateur car son usage vise à placer la relation sous le signe de la familiarité, de la solidarité, de la confiance mutuelle et de l’affection qui siéent d’ordinaire aux relations entre parents et enfants ou bien entre frères et sœurs. Les bang/b’on sont en effet liés par un régime d’obligations réciproques. Hiérarchique ensuite car l’aîné est statutairement supérieur au cadet et les devoirs mutuels au principe de leur interdépendance expriment très clairement cette inégalité. D’un côté le cadet doit afficher envers l’aîné du respect (korob), mêlé d’admiration (kaud), mais aussi patiné de crainte (klach) (Öjendal et Sedara 2006). Plus fondamentalement, il doit faire preuve d’obéissance (kasdap bangkoap) et de loyauté (phiep smaohtrang), gages de gratitude (katanyu) envers le supérieur. Il doit aussi contribuer à la promotion statutaire et au pouvoir du patron en versant au profit de ce dernier une partie des prébendes obtenues par son entremise. De l’autre, l’aîné/patron doit protéger (kapie) physiquement ou judiciairement et promouvoir (chumruny) statutairement, mais aussi économiquement son cadet. La relation hiérarchique ainsi définie tire en effet une grande partie de son efficacité sociale du fait qu’elle mobilise toutes les ressources symboliques et psychoaffectives de l’économie du don et du régime d’obligations associées (donner-recevoir-rendre) (Mauss 1950). Par des actes de générosité réciproques placés sous le sceau apparent de l’absence de calcul, l’aîné/patron et le cadet/client cultivent le sentiment, gage d’amitié ou à tout le moins de respect, qu’ils se donnent l’un à l’autre, dans le cadre d’une relation toujours en devenir et dans l’idéal prometteuse. C’est la dynamique du don/contre-don qui construit la relation de patronage et c’est là l’absence de réciprocité qui a le pouvoir de la détruire.

5Clé de voûte de la primo-socialisation et schème régulateur des rapports au sein de l’unité domestique, le code relationnel aîné/cadet acquiert la force d’un habitus d’autant plus fortement intériorisé et générateur de pratiques que l’individu vit en permanence au contact de personnes plus âgées ou plus jeunes que lui et qu’il est constamment placé en position d’aîné ou de cadet. Non réductible à une institution mais les structurant toutes sur le plan relationnel, le schème aîné/cadet va bien au-delà du fait social total au sens maussien d’une prestation qui impliquerait à des degrés variables l’ensemble des membres de la société et dirait quelque chose de leur être culturel. Il devrait plus justement être qualifié de mécanisme social total dans la mesure où il fournit le principe transactionnel de base de toutes les institutions de la société considérée. Sur le plan du rapport au monde du sujet il aboutit à la conviction largement partagée que sans « ficelle » ou « lien » (khsae) on n’est rien et l’on ne peut réussir quoi que ce soit. Le PPC a parfaitement intégré cette « nécessité » dans son mode de gouvernance, ainsi que l’a montré Caroline Hughes (2003).

6Néanmoins, d’une configuration relationnelle à l’autre ce mécanisme fondamental se décline variablement dans sa tonalité affective et le régime d’obligations qui le structurent. Au Cambodge, comme dans les autres sociétés à État d’Asie du Sud-Est, les droits et devoirs mutuels des parents ou des patrons et clients se modulent en fonction de la distance sociale et de l’écart économique qui les démarquent. Plus l’écart statutaire est important moins les relations personnalisées jouent et plus le respect, l’admiration ou la crainte du pouvoir du patron tendent à être grands de la part de ses clients. En retour moins la relation est soudée par des liens affectifs et plus volatiles sont les loyautés individuelles ou collectives. On confère trop souvent dans la littérature un caractère univoque à la relation de clientèle, aboutissant à l’idée falsificatrice que le client serait entièrement tributaire de son patron. Or loyauté et fidélité exclusive vont rarement de pair, même lorsque le patron placé au sommet de la pyramide sociopolitique incarne la figure omnipotente et donc menaçante du bang thom (« grand frère ») ou du neak thom (« grande personne ») (Hughes 2007, p. 470 ; Jacobsen et Stuart-Fox 2013, p. 9). Dans bien des cas les Cambodgiens tirent plusieurs « ficelles » à la fois pour se garantir des sources de revenus multiples, réduire les aléas de l’existence et prévenir les risques de tyrannie. Ils sont plus marionnettistes que marionnettes, même si leur marge de manœuvre dépend de leur entregent et des alternatives offertes de la sorte, de leur niveau d’instruction et de leur assise économique (plus celle-ci est précaire, plus ils sont exposés au régime de la dette et moins leur marge est grande).

  • 7 Cette stratégie est à l’œuvre depuis des siècles au sein de l’élit (...)

7Dès lors, pour acquérir pouvoir et prestige dans un contexte de forte compétition, les patrons développent deux stratégies. La première consiste à construire sa clientèle autour d’un noyau de parents hérités par la filiation ou gagnés par l’alliance, les uns et les autres étant privilégiés en termes d’emplois et de promotion dans les entreprises que monte le patron. Les personnes relevant de ces deux registres de la parenté sont supposées être tenues par des obligations réciproques plus fortes que les clients ordinaires. Un exemple édifiant dans le contexte cambodgien contemporain est celui des alliances qu’ont contractées au cours de la dernière décennie les familles des plus hauts dignitaires du PPC afin de contrôler de la manière la plus cohésive possible les principaux leviers de l’État7.

8Le Premier ministre Hun Sen est ainsi marié depuis 1976 à Bun Rany, qu’il a imposée comme présidente de la Croix rouge nationale en 1998. Le couple a eu cinq enfants. Le premier d’entre eux, Hun Manet (trente-cinq ans en 2013), est diplômé de West Point et a été nommé par son père chef de l’unité antiterroriste. Hun Manit, le second fils, âgé de trente et un ans est lui aussi diplômé de West Point et a été de son côté nommé chef adjoint du service d’espionnage cambodgien, en plus d’autres fonctions telles celles de secrétaire général adjoint de l’Autorité nationale de résolution des conflits fonciers ou encore de chef des jeunes volontaires du PPC. Il est marié à Hok Chendavy, fille de Hok Lundy qui de 1994 à 2008, année de sa disparition dans un accident d’hélicoptère, était le tout-puissant et redouté chef de la police nationale. Le lien entre les familles ne s’arrête pas là, puisque Hun Mana, fille de Hun Sen et directrice du média Bayon TV, a épousé en secondes noces Dy Vichea, directeur de la compagnie d’hélicoptères Sokha et fils de Hok Lundy. Hun Mani, troisième fils de Hun Sen (trente ans en 2013) est pour sa part marié à Yimchai Lin, fille du secrétaire d’État au Développement rural, Yim Chayli. Enfin Hun Mali (vingt-huit ans en 2013) a épousé Sok Puthyvuth, ministre du Conseil des ministres et fils de Sok An, le vice-Premier ministre. L’épouse de ce dernier est vice-présidente de la Croix rouge cambodgienne. Le couple a eu un autre fils, Sok Sokhan, candidat à la députation en 2013 et marié à Cham Krasna, fille du ministre du Commerce Cham Prasid. Le frère cadet de Sok An, Sok Pneng est secrétaire d’État à la Santé. Son fils, Sok Khavan, âgé seulement d’une vingtaine d’années est conseiller juridique auprès du Conseil des ministres. Il est aussi vice-secrétaire général du Barreau cambodgien et il a été nommé en juillet 2013 directeur général de la Cambodian National Petroleum Authority. De son côté Heng Samrin, chef de l’État de 1979 à 1991 et actuel président de l’Assemblée nationale, a une fille, Heng Sam Han mariée à Pen Kosal qui est le bras droit du ministre de l’Intérieur, Sar Kheng. Ce dernier est marié à la sœur de Chea Sim, président du Sénat et du PPC. Il a un fils, Sar Sokha qui a épousé Ke Sunsophy, fille de Ke Kim Yan, commandant en chef de l’armée. Ajoutons enfin que Hun Neng, le frère aîné du Premier ministre Hun Sen était jusqu’en mai 2013 gouverneur de la province de Kompong Cham. Sa fille, Hun Kimleng a épousé Neth Savoeun, directeur de la police nationale. Il a aussi un fils, Hun Seang Heng, qui a épousé Sok Sopheak, fille du directeur adjoint de la police nationale Sok Phal.

  • 8 Entretien du 16 juillet 2013 avec M. Soeung Saroeun, directeur exé (...)

9Cette stratégie de concentration des pouvoirs par l’alliance n’est pas l’apanage des élites au pouvoir. Elle prévaut aussi dans les formations politiques ou les syndicats d’opposition. Lorsqu’en 2004 Chea Vichea, le président du Syndicat libre des travailleurs du royaume du Cambodge (SLTRC), fut assassiné pour raisons politiques, son frère Chea Mony reprit la direction du SLTRC. Il était professeur de chimie et ne faisait donc pas partie des presque cent mille employés du textile adhérents de ce syndicat, dont près de 90 % sont de jeunes femmes célibataires. À la demande de son frère, il avait rallié en 1997 le SLTRC, fondé l’année précédente par le leader de l’opposition Sam Rainsy, afin d’assurer la formation juridique des adhérents. Le népotisme est aussi la règle au sein des ONG locales, au point que lorsque nous avons interviewé le directeur du Comité de coopération pour le Cambodge (CCC), l’une des grandes fédérations d’ONG du pays, forte de cent soixante-douze membres en juillet 2013, celui-ci fustigeait ce qu’il appelait les MFONGO (les « My Family NGOs »), qui proliféraient selon lui dans le pays8.

  • 9 Gérer l’économie domestique est là encore une fonction dévolue aux (...)

10Hormis la propension à construire les noyaux durs des réseaux clientélistes sur la base de relations de parenté, l’autre stratégie, plus tributaire de la concurrence et donc très agonistique dans ses possibles effets, consiste à capter à son profit un maximum de pouvoir politique et de richesses pour consolider les allégeances déjà acquises et éventuellement en gagner de nouvelles sous forme de libéralités distributives et de potentiel de protection. Très significativement la notion de chef est rendue en langue khmère par le terme qui à l’origine désigne la « mère » ou l’ancêtre féminin. Au Cambodge le chef, quels que soient les échelons du pouvoir considérés (du village au sommet de l’État), doit d’abord son statut à une fonction nourricière très maternelle et aux aptitudes qu’il démontre dans la gestion des affaires domestiques de la « famille » plus ou moins grande qu’il patronne9. Certes la fonction guerrière et protectrice qui fait du militaire le chef politique par excellence vaut dans ce pays comme en Thaïlande, au Laos ou en Birmanie. Le Premier ministre Hun Sen, auto-promu général cinq étoiles en 2009, s’est ainsi façonné une image de héros libérateur de la nation face au péril khmer rouge. Cependant, dans la représentation courante, le chef est avant tout celui qui pourvoit au bien-être matériel et à la promotion sociale de ses clients.

  • 10 Selon l’article de Khy Sovuthy, « More military promotions stars f (...)

11Multiples sont les conséquences de cet impératif de libéralité, qui est la condition sine qua non du maintien des liens de patronage. Dans l’administration civile et militaire les tenants du pouvoir se livrent à une surenchère pour satisfaire selon une hiérarchie complexe de titres et de grades un maximum de clients. Suite aux élections de 2003, le gouvernement cambodgien comptait un premier ministre assisté de sept vice-premiers ministres, de quinze ministres d’État, de vingt-huit ministres ordinaires, de cent trente-cinq secrétaires d’État et de cent quarante-six sous-secrétaires d’État (Heritage Foundation 2005). De même, en juillet 2013 l’armée cambodgienne comptait plus de deux mille généraux de différents rangs pour un effectif global de soixante-quinze mille hommes10. Les ministres et secrétaires d’État disposent d’une grande latitude pour attribuer des postes d’adjoints et de conseillers à des protégés qui s’entourent à leur tour de parents ou de relations dont ils veulent capter les compétences ou tout simplement s’assurer la loyauté ; et ainsi de suite aux différents échelons de la bureaucratie. Les ministères prennent de la sorte la forme de cliques emboîtées les unes dans les autres qui servent prioritairement l’ambition personnelle de patrons directs ou plus haut placés.

12L’objectif du patron étant de capter le plus de pouvoir possible, les membres du gouvernement et leurs subordonnés empiètent volontiers sur les prérogatives officiellement reconnues à leurs collègues. L’une des finalités des nombreux intermariages au sommet de l’État consiste à contrebalancer par l’alliance ces rivalités dont l’atténuation implique aussi un constant travail d’arbitrage de la part de celui qui incarne le patronage suprême. Ce dernier doit pour ce faire déployer des efforts considérables en matière d’accumulation de capital symbolique pour que soit admise unanimement l’essence supérieure, quasi divine de son autorité, seul moyen de se maintenir au-dessus de la mêlée (Hughes 2007a, p. 470).

  • 11 Selon les informations fournies par Hul Reaksney et Simon Lewis da (...)

13C’est bien sûr au moment des grandes échéances électorales que se donne le plus clairement à voir la logique clientéliste fondée sur la réciprocité des gratifications matérielles du patron et des marques de gratitude attendues en retour de la part des clients. Caroline Hughes (2007, p. 470-472) l’a très justement remarqué, le parti au pouvoir depuis 1979 instrumentalise à son avantage la figure du saborashon, le bienfaiteur pétri de l’idéologie des mérites bouddhiques et qui en conséquence fait des dons généreux en faveur des pagodes et aussi des communautés locales les moins bien pourvues en matière d’infrastructures. Lors de la campagne électorale de 2003, Hun Sen inaugura de la sorte vingt et un programmes de développement dont ceux concernant cinq pagodes. Il profita aussi de ces cérémonies inaugurales pour engager de nouveaux projets à hauteur de cent soixante-dix mille dollars US, dont les fonds provenaient officiellement de sa cassette personnelle (Hughes, 2007, p. 472-473). En 2013, la même stratégie de conquête des votes était à l’œuvre. Ainsi Sar Kheng, le premier vice-Premier ministre créa à la veille des élections législatives de juillet une fondation charitable, financée par un don personnel de deux cent mille dollars US, en faveur des personnes les plus démunies de la province de Prey Veng, son fief électoral ; l’objectif étant de juguler la poussée locale de l’opposition. Cette fondation devait fournir au lendemain des élections une aide de cinquante à cent vingt-cinq dollars US aux malades les plus pauvres, de vingt-cinq dollars aux femmes enceintes et de cinquante dollars aux familles des personnes récemment décédées afin de contribuer à leurs frais d’obsèques11. Néanmoins cette manœuvre n’eut pas les effets escomptés puisque la province bascula dans le camp de l’opposition lors des élections du 28 juillet 2013 (six sièges sur onze). Il y a fort à penser que du fait de ces résultats la fondation est soit mort-née, soit a orienté son aide vers les circonscriptions qui avaient « bien voté ». On touche sur ce point à un aspect important du clientélisme électoraliste et de l’économie politique cultivés par le régime : le don y est imposé par les caciques du pouvoir dans le contexte d’un encadrement étroit de la population puisque 97 % des conseils de commune sont contrôlés par le PPC depuis les élections de juin 2012. Ceux à qui le don électoral est adressé doivent le recevoir – la tradition est devenue en ce sens inflexible comme le démontre Caroline Hughes à partir de l’analyse de l’élection législative de 2003 (2007a, p. 470-471). En retour les récipiendaires doivent, au nom de la gratitude bouddhique manipulée par le PPC, voter massivement pour le parti. Toute forme de résistance ouvertement affichée sous forme de refus du don ou de résultat électoral contraire conduit à des menaces d’exclusion ou de punition ouvertement exprimées et mises en œuvre sans scrupule. Dans un discours électoral daté du 6 mars 2013 le Premier ministre Hun Sen affichait ainsi très clairement sa conception du saborashon :

Le PPC développe aujourd’hui des centaines de milliers de projets, grands et petits, pour lesquels les fonds ne proviennent pas du budget national. Ils proviennent des membres du PPC […] qui injectent des ressources dans ces projets pour aider le peuple. Quand l’élection vient, si les gens ne votent pas pour nous, nous serons écœurés et nous cesserons de donner. Tous les projets seront stoppés !

  • 12 Extrait du verbatim de l’article du Cambodia Daily du (...)

14Il ajouta dans une formule censée parler directement aux agriculteurs, mais qui pourrait très bien être interprétée à son désavantage : « L’opposition n’a jamais pompé l’eau [que l’on pourrait métaphoriquement comprendre comme la richesse du pays, surtout dans le contexte sud-est asiatique où l’eau est un élément vital pour la riziculture et la vie]. Le PPC fait cela en ce moment. »12

  • 13 Extrait de l’article de Roeun Van et Kevin Dayle du Cambodia Daily du 15 juillet 2013 intitulé (...)

15Bien sûr, pour les exclus d’entre les exclus (notamment les minorités ethniques du Nord-Est) une quelconque manifestation d’intérêt de la part des puissants, ne serait-ce que sous la forme d’un don ponctuel et symbolique, est reçue comme une grâce rare qui appelle un contre-don de vote inconditionnel. De manière emblématique, un membre de la minorité kachak de la province de Ratanakiri qui avait pourtant perdu ses terres au profit d’une compagnie vietnamienne soutenue par le régime, renouvelait à la veille de l’élection de juillet 2013 sa confiance au PPC selon l’argument que « quand nous avons besoin de nourriture, lorsqu’il y a des inondations, la Croix rouge vient pour nous aider. Le PPC et la Croix rouge sont la même chose, car ils sont mari et femme » (allusion ici au fait que Bun Rany, l’épouse de Hun Sen est présidente de la Croix rouge)13. Toutefois, malgré ces manifestations d’allégeance spécifiques, de plus en plus de paysans, d’ouvriers ou d’autres catégories de population du pays se jouent des menaces en acceptant les dons, mais en votant dans le secret des urnes pour le changement (bdo). Ces résistants de l’ombre ne remettent pas en cause les relations de patronage. Ils jugent seulement que la protection que leur doivent les patrons encartés au PPC n’est pas à la hauteur de leurs espérances. Loin d’être figé, le schème patron-client peut selon les circonstances être le moteur du changement politique. Le parti d’opposition PSNC (Parti de la sauvegarde nationale du Cambodge) ne s’y est pas trompé en ralliant à sa cause une bonne partie des jeunes citadins et ruraux au son du slogan de sa campagne 2013 : « Bdo, bdo, bdo !!! »

  • 14 À propos du Laos voir Christian Taillard (1977) ; à propos de la T (...)
  • 15 Selon les observations de Joachim Öjendal et Kim Sedara (2006, p.  (...)

16Si la construction de rapports de patronage à partir de la matrice fournie par la parenté ne distingue pas fondamentalement le Cambodge de la Thaïlande ou du Laos, les réseaux clientélistes y jouent néanmoins un rôle plus important et y sont (à l’instar du discours d’Hun Sen) plus ouvertement affichés que dans ces pays pour plusieurs raisons. La première tient au fait qu’au Cambodge les rapports hiérarchiques ne sont que très faiblement contrebalancés par des solidarités horizontales opérant au niveau du village. Au Laos et en Thaïlande les mu ban (villages) sont organisés de longue date selon des principes égalitaires qui confèrent à chaque maisonnée des droits et devoirs équivalents dans le cadre d’une unité d’habitat assimilée sur le plan symbolique à un corps social et sur le plan religieux à une grande famille descendant d’un ancêtre commun figuré par le génie tutélaire ou phi ban (génie tutélaire du village)14. Au Cambodge, en revanche, le village est une juridiction administrative récente, créée au moment de la colonisation française (Delvert 1961, Edwards 2007). Au moins jusqu’en 2001 et la mise en place de la loi de décentralisation15, cette unité d’habitat se signalait par des rapports sociaux lâches entre les maisonnées, ainsi que de nombreux auteurs l’ont noté (Ebihara 1968, p. 92 ; Vickery 1984 ; Ledgerwood 1992 ; Nepote 1992, p. 101-107 ; Thion 1993, p. 98 ; Trankell, Ovesen et Öjendal 1996, p. 65). La seconde raison à l’extension généralisée des réseaux clientélistes au Cambodge est d’ordre politico-économique. La société évolue de plus en plus vers un renforcement des écarts de richesse, de statut et de pouvoir. Elle se signale aussi par un cruel déficit de garanties personnelles découlant d’une mise en application impartiale des lois relatives à la sécurité des personnes, à leurs droits fonciers ou à leurs conditions de travail, avec pour effet un sentiment de précarité et d’arbitraire fortement ressenti au sein de la population. Enfin, c’est un pays où les unités de parenté et les communautés villageoises ne peuvent assurer la promotion et la sécurité des individus en raison de la pauvreté des zones rurales et du faible niveau de cohésion sociale des villages. Or toutes ces conditions sont propices au développement de structures clientélistes, ainsi que l’ont soutenu sur un plan plus général James Scott et Benedict J. Kerkvliet (1973, p. 501-540).

Le PPC, une hégémonie politique patiemment construite

  • 16 Fondé en 1951 à partir de la scission du Parti communiste indochin (...)
  • 17 L’ONU dénombra en 1993 plus de cent assassinats politiques qui vis (...)

17Au pouvoir depuis 1979, le PPC, qui avait au départ endossé le nom du plus ancien parti communiste du pays, le Parti révolutionnaire du peuple du Kampuchea (PRPK)16, est un groupe d’anciens Khmers rouges menacés de purge et amenés au pouvoir par l’intervention vietnamienne. Si ses débuts furent difficiles car dans les premières années de son administration il comptait peu de représentants dans les provinces, il renforça son emprise sur le pays lorsque Hun Sen prit les rênes du pouvoir à la faveur du cinquième congrès du parti. Collectivisation et endoctrinement accéléré de la population furent alors les maîtres-mots de la nouvelle politique. À cette fin des centaines de villages modèles furent créés entre 1984 et 1985. À partir de 1986 le système éducatif fut également standardisé avec un accent particulier mis sur la « conscience politique » et la « moralité révolutionnaire » (Slocomb 2003, p. 110, 166). Des organisations, créées auparavant selon le modèle stalinien, connurent alors un rapide essor afin de contrôler, encadrer et endoctriner la population. Parmi celles-ci l’Association des femmes révolutionnaires du Kampuchea, l’Union des jeunesses révolutionnaires du peuple du Kampuchea qui recrutait des jeunes âgés de quinze à vingt-six ans, l’Association de la jeunesse révolutionnaire du Kampuchea regroupant les jeunes de six à quatorze ans ou encore la Fédération syndicale du Kampuchea (FSK) qui regroupait les travailleurs du pays en un syndicat gouvernemental unique. Même le clergé bouddhique, timidement réinstauré en 1979, fut soumis à un étroit contrôle idéologique dans ses recrutements et sa pratique. Lorsqu’en 1991 le PRPK se mua en PPC dans le cadre du processus de paix et de réconciliation nationale supervisé par l’ONU il renonça à la voie socialiste, mais il utilisa le vivier d’éléments loyaux que ses organisations avaient produit pour étendre son implantation sur tout le territoire national. Bien que la mission officielle de Yasushi Akashi, le haut représentant des Nations unies sur place, était de remplacer le gouvernement d’Hun Sen par l’administration onusienne (UNTAC) afin de créer les conditions constitutionnelles et politiques d’une démocratie multipartite, le PPC contrôlait déjà les quatre cinquièmes du pays et 80 % de la population lors de l’intervention de l’UNTAC et Akashi n’avait pas la poigne nécessaire ni les moyens humains pour assumer la fonction d’autorité transitoire (Kamm 1998, p. 208 ; Brinkley 2011, p. 73). De leur côté les membres les plus influents du PPC furent prompts à se convertir en d’opportunistes capitalistes, s’appropriant des biens jadis collectivisés et captant à leur profit une part de la manne étrangère via toutes sortes de trafics lucratifs avec les membres de l’UNTAC. Bien que les élections législatives de 1993 supervisées par l’ONU aient mis en exergue la mainmise du PPC sur tous les leviers de l’État et sur les médias ; malgré aussi les manœuvres d’intimidation et les meurtres qui marquèrent cette campagne17, les résultats de la consultation furent une déconvenue pour le parti au pouvoir. Il fut en effet devancé par le Funcinpec que dirigeait l’un des fils de Sihanouk, le prince Norodom Ranaridh. Hun Sen prit alors conscience que l’encadrement étroit de la population par l’usage brut ou symbolique de la violence ne suffirait pas à lui assurer durablement l’hégémonie politique et qu’il souffrait d’un manque de légitimité.

18De 1993 à 2013, tout en s’alliant avec le Funcinpec selon des rapports de force qui tournèrent rapidement à son avantage, Hun Sen se construisit l’image d’un leader politique doté d’un omnaich et d’un komlang incomparables. Ces notions expriment deux facettes différentes du pouvoir : omnaich définit dans l’absolu l’autorité ou l’influence qu’une personnalité exerce sur les autres – elle est de l’ordre de l’indicible – tandis que komlang désigne le pouvoir au sens de force, mesurable – brute – qui impose l’obéissance (Jacobsen et Stuart-Fox 2013, p. 8). L’un des signes de l’omnaich est la richesse acquise, mais cette forme de pouvoir s’apprécie aussi par « la condition de haut rang » (saktapulpheap) que l’on obtient sous forme de titres honorifiques prestigieux attribués par la monarchie.

  • 18 Jusqu’en 1970, la monarchie n’attribuait ce titre qu’à trois héros (...)
  • 19 À l’image de la biographie rédigée en langue anglaise par Harish e (...)

19Dès 1993, Hun Sen, Heng Samrin et Chea Sim, les trois leaders historiques du PRPK/PPC, furent gratifiés du titre de samdech (« de grande noblesse ») pour leur rôle dans la restauration de la monarchie constitutionnelle18. Fin 2007, Hun Sen obtint même du roi Norodom Sihamony, qui avait succédé à son père en 2004, le droit de se faire appeler officiellement samdech akka moha sena padei techo Hun Sen (« le noble, suprême, grand et tout-puissant commandant en chef »). Dans l’intervalle en effet il était parvenu à siphonner à son profit l’essentiel du capital symbolique de la royauté à grand renfort de propagande. Se présentant comme un admirateur de Sihanouk à ses débuts, car ayant selon ses dires rallié les Khmers rouges à l’appel du prince déposé en 1970 par le général Lon Nol, Hun Sen reprit à son compte les recettes du pouvoir autocratique que Sihanouk avait mis en place entre 1955 et 1970 sous couvert d’une voie socialiste originale, dans le cadre du Sangkum Reastr Niyum (« Communauté socialiste populaire »). Comme lui, il cultiva l’image du héros national. Sihanouk est unanimement perçu comme le père de l’indépendance. Hun Sen, de son côté, n’a de cesse de se présenter, directement ou par l’entremise d’hagiographes complaisants19, comme un grand guerrier qui fut toujours en première ligne et fut cinq fois blessé au combat afin de défendre la patrie contre les périls externes et contre la clique de Pol Pot. Y compris lorsqu’en 1997 il fit assassiner, à la faveur d’un coup d’État, près de cinquante hauts responsables du Funcipec pourtant légitimés par les urnes, au prétexte qu’ils s’apprêtaient à pactiser avec les Khmers rouges. Il reprit aussi à son compte la ligne de conduite de Sihanouk, inspirée du modèle indo-bouddhique du monarque cakkravartin (le régulateur socio-cosmique universel) qui consiste à présenter le patron global de la société (dès lors qu’il maîtrise durablement les vicissitudes de l’histoire) comme un personnage de statut divin doté de bunn (mérites bouddhiques) et de baramei (pouvoir d’effectuation), sans commune mesure avec le reste des humains et donc « naturellement » voué aux fonctions politiques suprêmes. Comme l’expliquent Trude Jacobsen et Martin Stuart-Fox (2013, p. 13-14), cette manière de concevoir et de présenter l’essence du pouvoir qu’Hun Sen cultive à son avantage, mais qui est largement partagée par la classe politique cambodgienne, a plusieurs effets sur la culture politique locale. Elle conduit les élus à penser qu’ils ne doivent en rien leur mandat au vote des électeurs, mais aux bunn qui les érigent en personnes dotées d’un karma exceptionnel. Dans le prolongement, et c’est aujourd’hui applicable aux membres du PPC qui détiennent des postes de responsabilité, ils présentent le pouvoir comme un dû non négociable, sans lien avec les institutions, qui fait partie de « la nature des choses ». Le remettre en cause est dangereux pour l’ordre cosmique. Enfin, l’un des attributs du cakkravartin qu’Hun Sen revendique et dont profitent largement ses clients plus ou moins directs, consiste à énoncer la loi, mais aussi à se placer systématiquement au-dessus de celle-ci et donc à la bafouer comme gage d’un omnaich-komlang-baramei supra-humain. Le pouvoir discrétionnaire du prince est alors ouvertement revendiqué. La grâce qu’il accorde aux condamnés est assimilable à une intervention divine.

20Il existe toutefois une différence majeure entre Sihanouk et Hun Sen. Elle a conduit Hun Sen à agir à front renversé par rapport au premier en matière de quête de légitimité. Sihanouk était de lignage royal et à l’époque du Sangkum Reastr Niyum sa tactique consistait à se faire passer pour proche du peuple. Inversement, Hun Sen réaffirme par la rhétorique et les références autobiographiques de ses discours qu’il est issu du peuple des campagnes. Dès lors sa quête de puissance revêt un relief particulier au regard des critères cambodgiens du pouvoir : il est le paysan qui a réussi à se placer au-dessus du monarque en raison de bunn, d’un baramei, d’un omnaich et d’un komlang qui ne trouvent pas d’autres équivalents dans l’histoire du pays. Compte tenu de la trajectoire personnelle qu’il cultive ostensiblement, il est logique qu’il recrute l’essentiel de ses supporters au sein de la population rurale. Certains de ses panneaux publicitaires, largement placardés dans tout le pays lors de la campagne électorale de 2013, expriment très clairement le message adressé au peuple : Hun Sen, les pieds plantés dans la rizière du fait de ses racines personnelles est celui qui vous fera cheminer vers les voies de la prospérité du fait de sa vision éclairée de l’ordre des choses (photo 1). Pour autant la symbolique de ces panneaux fait écho à la propagande de Sihanouk. À l’époque du Sangkum Reastr Niyum des albums entiers flattaient les grandes constructions modernistes du parti et des photos montraient le prince dans la boue aux côtés des soldats ou des paysans.

Photo 1. Affiche électorale en faveur du PPC, juillet 2013

Photo 1. Affiche électorale en faveur du PPC, juillet                         2013

Slogans : (au-dessus de la ville) « Notre espoir » ;
(bandeau bleu au bord de la route) « Mon village, mon pays, mon futur » ;
(dans la rizière) « Je respecte, j’aime, je suis satisfait(e) et je fais confiance à mon
Samdech techo Hun Sen » ; (bandeau blanc du bas) numéro, logo et nom du PPC.

© Bernard Formoso

21Dans le même temps, par l’entremise des médias en langue khmère que contrôle largement le PPC, Hun Sen n’a de cesse d’apparaître comme le souverain effectif du Cambodge : les statues et autres icônes des héros nationaux produites depuis le milieu des années 2000 rappellent son image ; toutes les écoles du pays inaugurées depuis deux décennies sont à son nom ou à celui de son épouse (Hughes 2007b, p. 838) ; arracher les posters électoraux le figurant lors de la dernière campagne électorale fut assimilé à un crime de lèse-majesté, passible de peines de prison ; le décès de son père, Hun Neang, fit l’objet de funérailles à caractère national fin juillet 2013 avec pour effet un gel de toutes les manifestations de l’opposition dans un rayon de deux kilomètres autour du lieu du deuil. Ajoutons que dans le même temps le retour d’exil de Sam Rainsy, le chef de l’opposition, n’avait droit à aucune couverture des médias officiels, quand bien même auparavant ces médias avaient fait passer la grâce royale accordée au dit leader de l’opposition comme une faveur particulière d’Hun Sen.

22Parallèlement au captage à son profit du capital symbolique de la monarchie, Hun Sen a aussi avec constance resserré à partir de 1993 le contrôle du PPC sur tous les leviers de l’État. Selon un processus bien décrit par Caroline Hughes sur l’ensemble de son ouvrage (2003) et plus récemment par Trude Jacobsen et Martin Stuart-Fox (2013, p. 5-7), le PPC utilisa dès cette date les fonds publics pour récompenser ses partisans dans les villages ruraux où vit 80 % de la population. Rapidement les électeurs, raisonnant en termes clientélistes, prirent conscience qu’il était dans leur intérêt de voter pour le PPC plutôt que pour le Funcinpec. Les hommes d’affaires qui finançaient auparavant ce dernier parti firent eux aussi le même calcul. Le PPC renversa ainsi les rapports de force électoraux à son profit, d’abord d’une courte tête en 1998 (64 députés pour 122 sièges), puis selon des écarts de plus en plus importants (73 députés PPC en 2003, 90 en 2008). Dès 2002 il contrôla 99 % des conseils de commune. Or, comme ceux-ci font office de grands électeurs pour désigner les membres du Sénat (hors les membres désignés par le roi et l’Assemblée nationale), le PPC détenait, aux dernières élections locales de 2012, 46 des 57 sièges de la chambre haute. Il contrôle aussi totalement la police, l’armée, l’appareil judiciaire, la plupart des médias, la hiérarchie du clergé bouddhique, celle de l’appareil éducatif et aussi les milieux entrepreneuriaux.

  • 20 Voir sur le sujet Duong Sokha, « Le prix à payer pour entrer dans (...)
  • 21 D’après le décompte effectué par Sophal Ear (2013, p. 53). Le titr (...)

23Afin d’obtenir des contrats, d’avoir les coudées franches pour exploiter les ressources naturelles du pays (forêts, mines), de développer à grande échelle des cultures commerciales, d’acquérir les terres nécessaires à l’implantation de sites industriels ; afin aussi d’avoir la paix dans leurs entreprises, les hommes d’affaires doivent pactiser avec le parti au pouvoir pour y trouver d’indispensables « appuis » (khnorng). L’obtention de ces appuis implique que les entrepreneurs soutiennent financièrement le PPC, notamment lors des élections, et montent des partenariats avec ses membres les plus en vue. Le pacte d’alliance les intégrant dans la sphère du pouvoir est scellé par le titre honorifique oknha dont un sous-décret de 1994 élargit l’attribution afin de distinguer tous ceux qui se sont illustrés dans la reconstruction du pays20 et qui permet aux hommes d’affaires d’être statutairement consacrés comme des personnes dotées d’omnaich. En contrepartie, ils sont tenus d’intégrer dans les conseils d’administration de leurs entreprises des ministres, secrétaires d’État et généraux qui leur servent de « conseillers » (tripeuksa) moyennant rétribution. Pour recevoir le titre d’oknha il faut faire un don à « l’État » d’au moins cent mille dollars US. Il y aurait actuellement deux cent vingt titulaires de cette distinction21. Les donateurs les plus généreux qui sont aussi les plus grands magnats du pays sont plus étroitement intégrés dans les hautes sphères du pouvoir : ils sont sénateurs PPC et occupent la fonction de conseillers du Premier ministre, à l’instar de Kith Meng, de Ly Yong Phat, de Mong Reththy et de Kok An dont je vais ici brièvement retracer le parcours. La grande majorité d’entre eux sont sino-khmers.

24Kith Meng, citoyen cambodgien et australien est président, entre autres, du Cambodia Television Network (CTN), de la compagnie de téléphonie mobile Cam GSM Co. et de la banque ANZ Royal en partenariat avec la banque australienne ANZ. Il possède aussi plusieurs entreprises de jeu (Camlot Lottery Co., Cambo Six European Soccer Betting Co.), des hôtels de luxe et des compagnies d’assurance. Il est l’actuel président de la Chambre de commerce du Cambodge. De son côté Ly Yong Phat a la double nationalité cambodgienne et thaïlandaise. Il a fait fortune dans le trafic de cigarettes, les casinos et les infrastructures touristiques. Il possède une vaste plantation de canne à sucre et une raffinerie sucrière dans la province de Koh Kong. La troisième personnalité, Mong Reththy, est un ami d’enfance d’Hun Sen (ils ont logé dans le même monastère alors qu’ils faisaient leurs études secondaires dans le même collège). Il a fait fortune dans le commerce de caoutchouc et a étendu ses affaires en direction d’autres secteurs de l’agrobusiness (huile de palme, bétail). Il a une entreprise de travaux publics qui a obtenu d’Hun Sen l’exclusivité des chantiers d’infrastructure que le Premier ministre engage au nom de ses œuvres charitables. Il a obtenu du pouvoir une concession de terres dont la superficie est dix fois supérieure au maximum autorisé par la loi de 2001. Toujours grâce à ses appuis politiques il a pu échapper à des poursuites judiciaires lorsqu’en 1997 il a été inquiété pour trafic de marijuana. Il possède un port privé près de Sihanoukville. En 2008 il a monté avec le magnat thaïlandais Charoen Sirivadhanabhakdi une joint venture pour construire une importante raffinerie sucrière. Il est l’un des vice-présidents de la Chambre de commerce du Cambodge. Pour sa part Kok An a initialement bâti sa fortune en faisant du commerce de denrées alimentaires entre la Thaïlande, le Vietnam et le Cambodge dans les années 1980, à une époque où le gouvernement était soumis à l’embargo international. Par la suite il a élargi ses activités aux secteurs de la pêche et de la distribution de cigarettes. Il possède le Crown Resort Casino de Poipet. Comme autres grands entrepreneurs sino-khmers alliés au PPC, mentionnons Sy Kong Triv, le président de KT Pacific Group, qui produit la gamme la plus étendue de produits manufacturiers et de services du pays. Il possède la majorité des parts de l’aéroport international de Phnom Penh, ainsi que le Mondial Center, le plus grand centre d’affaires et de mariages (pour la haute société) de la capitale. Il est engagé dans le commerce de cigarettes comme dans les aciéries. C’est l’un des vice-présidents de la Chambre de commerce. Il faut aussi mentionner le couple Yeay Phu et Lao Meng Khin qui possède Pheapimex Fuchan Co. Ltd, la plus importante compagnie de forestage du pays qui jouit d’une concession d’une superficie trois fois supérieure au maximum autorisé par la loi. Le couple est aussi engagé dans l’extraction du sel et du minerai de fer. Lao Meng Khin est l’un des vice-présidents de la Chambre de commerce, sénateur PPC et conseiller de Hun Sen. Son épouse, Yeay Phu, est associée en affaires avec Bun Rany, l’épouse de Hun Sen, avec Tep Bopha Prasidh, l’épouse du ministre du Commerce et avec Ngyn Sim Sopheap, l’épouse du directeur du Bureau des douanes. Il ne faut pas oublier non plus Lim Chliv Ho, la femme d’affaires la plus importante du pays. Elle dirige Attwood Import-Export Ltd, qui a le monopole de la distribution nationale des alcools les plus prestigieux (Hennessy, Johnnie Walker, Heineken, etc.). Elle possède des hôtels de luxe, des groupes immobiliers. Elle a obtenu du gouvernement des concessions pour développer des zones économiques spéciales à Sihanoukville, Bavet et près de Phnom Penh. Elle est associée à l’épouse du ministre du Commerce qui possède 10 % des parts d’Attwood. Elle est vice-présidente de la Chambre de commerce. Un autre tycoon qui mérite d’être signalé est Pung Kheav Se. Il a fait fortune en spéculant sur l’or au Canada avant de revenir au pays pour y développer le secteur bancaire. Il est le président de Canadia Bank, la plus importante banque du Cambodge, qui gère un quart des dépôts privés du pays. Il est aussi le président de la Cambodia’s Foreign Trade Bank et possède des infrastructures touristiques à Sihanoukville, ainsi que le Sorya Shopping Center de Phnom Penh. Il est conseiller d’Hun Sen et de la Chambre de commerce du Cambodge. Enfin, last but not least, Sok Kong. Ce dernier a bâti sa fortune dans le commerce puis la production de caoutchouc. Il est le principal équipementier de l’armée cambodgienne (hors armes). Sa société, la Socimex est le premier distributeur de produits pétroliers du pays. Il est aussi engagé dans le tourisme et a obtenu en 1991 la billetterie du site d’Angkor dont, dit-on, il détournerait à son profit et à celui du PPC une bonne partie des recettes22.

Des organisations officiellement indépendantes, mais pilotées par le parti

25Lors d’entretiens conduits avec des représentants de la société civile cambodgienne (responsables d’ONG, de mouvements citoyens, de syndicats, ou simples opposants), tous assimilaient spontanément l’État cambodgien au Parti du peuple cambodgien. Cet amalgame tient au contrôle étroit qu’exerce le parti au pouvoir depuis plus de trente ans sur l’appareil d’État. Toutefois, le PPC est bien plus que cela. Il étend ses tentacules dans l’espace public intermédiaire entre l’État et la sphère privée en étroite collusion avec les principaux capitalistes locaux qui font partie de ses réseaux.

  • 23 Les chaînes de télévision de plus forte audience contrôlées par le (...)
  • 24 Les quotidiens sont le Mahas Srok (« Le sol (...)
  • 25 Le Cambodia Daily est dirigé depuis 1993 par (...)

26Il règne presque sans partage sur le paysage médiatique national. Les douze chaînes de télévision du pays sont détenues soit par des membres du PPC, soit par des entrepreneurs qui lui sont totalement acquis23. Sur la centaine de stations de radio autorisées en 2013 la quasi-totalité est assujettie au régime en place et répercute sans critique sa propagande officielle. L’une des rares stations à faire preuve d’indépendance est Beehive Radio, mais entre 2003 et 2012 son propriétaire, le journaliste franco-khmer Mam Sonando, a été incarcéré et jugé trois fois. Il n’échappa à de longues peines de prison que grâce au soutien de l’opinion publique internationale. La radio étant le média le plus populaire dans le pays, des millions de Cambodgiens en quête d’informations alternatives écoutent les programmes en langue khmère de Voice of America, Radio Free Asia ou RFI. Conscient de cette large audience, le gouvernement avait interdit fin juin 2013 la diffusion de tels programmes durant le dernier mois de la campagne électorale. Il dut faire marche arrière sous la pression internationale. Quant aux vingt quotidiens nationaux en langue khmère, ils sont eux aussi tenus par des membres du PPC ou des proches du régime, à l’exception de deux journaux et un magazine de l’opposition dont les rédacteurs en chef sont régulièrement poursuivis et incarcérés pour diffamation ou d’autres motifs24. Seuls les deux quotidiens locaux d’expression anglaise, le Cambodia Daily et le Phnom Penh Post jouissent d’une certaine liberté d’expression dans la mesure où ils sont détenus par des étrangers25, mais leur diffusion ne touche que quelques milliers de coopérants occidentaux et de Cambodgiens anglophones.

  • 26 Voir Caroline Hughes (2007b, p. 843-846). Celle-ci remarque que, d (...)
  • 27 Données issues d’un entretien avec Ath Thorn, le président de CLC- (...)

27Le PPC a aussi encouragé la création de syndicats à sa solde dès 1996 pour contrer la fondation la même année du SLTRC par le leader de l’opposition, Sam Rainsy. Ces syndicats pro-PPC devinrent particulièrement actifs lorsqu’en 1999 l’administration Clinton passa des accords de commerce avec le Cambodge pour la production de vêtements et de chaussures à bas coût. Ces accords, moyennant le respect de normes internationales de travail (qui ne furent jamais respectées malgré les tournées d’inspection des inspecteurs de l’OIT), donnaient au pays la possibilité d’exporter des quotas importants de vêtements vers les États-Unis sans avoir à payer de taxes, ceci jusqu’en 2004 (Merk 2012). Des entreprises de sous-traitance étrangères (de Taïwan, Hong Kong, Macao, la Chine, Singapour et la Malaisie) profitèrent de l’opportunité pour ouvrir localement près de trois cents usines, générant trois cent vingt-six mille emplois (Ear 2013, p. 58-59). Face aux pots-de-vin demandés par les autorités des différents échelons administratifs et aux revendications des employés (salaires, conditions de travail), les patrons étrangers s’organisèrent rapidement en une association sectorielle, la Garment Manufacturers Association of Cambodia (GMAC). Celle-ci, dans un contexte de très forte compétition internationale et de grande fluctuation de la demande, négocia à un taux fixe réduit le montant des commissions versées aux agents du gouvernement. En retour, ce dernier aida le patronat sectoriel à réprimer toute forme de revendications en plaçant à son service les forces de police et l’appareil judiciaire, mais aussi en stimulant la création de syndicats pro-PPC dans les usines. Des cadres de l’ancien syndicat gouvernemental FSK des années 1979-1989, qui avaient entre-temps été promus à des postes élevés dans l’administration, se portèrent volontaires pour fonder des syndicats « contre-feu », partout où émergeaient des revendications de hausse des salaires ou d’amélioration des conditions de travail (Nuon et Serrano 2010, p. 24). La structure de ces organisations est ouvertement clientéliste. Leurs instigateurs font valoir leur omnaich et leur komlang en référence à leur statut de fonctionnaire et à leur entregent auprès du parti pour promettre la paix sociale aux entrepreneurs en retour de pots-de-vin et « garantir » aux employés sécurité de l’emploi et promotion au sein de l’entreprise, dans un contexte où 90 % des ouvriers ont des contrats à durée déterminée de moins de six mois (Merk 2012, p. 23 ; Ear 2013, p. 64). Du fait de leurs connections avec l’État et du refus des fédérations d’opposition de siéger dans le Comité consultatif du travail (CCT) ‒ plateforme de négociation tripartite entre le gouvernement, le patronat et les syndicats ‒ les organisations pro-PPC parviennent à minorer l’impact des revendications ouvrières dans les entreprises. Jugées « plus réalistes » par l’État, le patronat, mais aussi l’Organisation internationale du travail qui n’a eu de cesse de promouvoir ces dernières années une conception managériale, technocratique et finalement très libérale des conflits sociaux au sein des entreprises26, elles occupent une position dominante dans le paysage syndical, par ailleurs émietté en plus de mille organisations locales (Nuon et Serrano 2010, p. 70). Regroupant officiellement plus de la moitié des syndicats et des syndiqués du pays, les deux confédérations pro-gouvernementales, la Confédération intersyndicale du Cambodge (CIC) et la Chambre des alliances syndicales nationales du Cambodge (CASNC) sont virtuellement maîtres du jeu. La réalité sociopolitique est néanmoins plus complexe. Les employés syndiqués, qui représentent 60 % du secteur de l’habillement, tirent généralement parti de coûts de cotisation très modiques pour adhérer à plusieurs organisations (pro-gouvernementales, indépendantes ou de l’opposition) (Ear 2013, p. 65). De la sorte, ils s’inscrivent d’emblée, mais en toute discrétion, dans des réseaux clientélistes concurrents afin de maximiser leurs chances d’obtenir un résultat tangible dans un contexte d’extrême précarité. Très significativement, lorsqu’en septembre 2010 la confédération syndicale indépendante CLC-C.CAWDU, rapidement ralliée par les confédérations classées dans l’opposition, paralysa le secteur manufacturier pendant trois jours, les syndicats pro-gouvernementaux furent incapables de juguler le mouvement. Amené à la table des négociations, le gouvernement dut réévaluer à la hausse le salaire de base qui passa de cinquante à soixante et onze dollars US par mois, toutes prises en charge intégrées27.

28Hormis les médias et le secteur industriel en plein essor, un troisième secteur dans lequel le PPC s’investit particulièrement en matière d’action « non gouvernementale » est celui de l’aide humanitaire. Le Cambodge étant l’un des pays les plus pauvres de la planète, l’enjeu est de taille. Certes depuis 1993 un grand nombre d’ONG internationales et des ONG auxiliaires locales œuvrent en matière d’assistance portée aux plus démunis. Cependant, aucune n’agit sur un plan global. À la différence de la Thaïlande voisine, il n’existe pas au Cambodge de mécénat d’entreprise ou de fondation philanthropique chinoise capable d’apporter une aide généraliste d’envergure nationale aux plus pauvres ou aux victimes de grandes catastrophes (inondations, incendies…). Certes, des personnalités du PPC, soucieuses de faire preuve de saborashon et d’augmenter leurs bunn et leur baramei, s’investissent ostensiblement dans des activités caritatives, mais leur intervention est alors hautement personnalisée et opère au cas par cas, à la discrétion totale du neak thom. De plus, cette activité est surtout concentrée dans le temps, autour des échéances électorales, et conduite à des fins politiciennes.

  • 28 Selon les données fournies par son directeur de la communication i (...)
  • 29 Tels que le secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étra (...)
  • 30 Données fournies dans l’article de Cheang Sokha, « Cambodian Red C (...)

29Sans échapper totalement à cette logique, l’action de la Croix rouge cambodgienne (CRC), la plus ancienne et la plus importante organisation humanitaire du pays, revêt dès lors un relief particulier. L’organisation dispose d’une branche dans chaque province. Elle comptait en 2013 deux cent trente-quatre mille membres donateurs, dix-huit mille volontaires et vingt-huit mille cinq cent quatre-vingt-trois jeunes volontaires, recrutés dans les lycées et les universités. Elle employait de surcroît quatre cents salariés28. Or la structure décisionnelle et le dispositif de redistribution des ressources de la CRC reflètent très ouvertement la hiérarchie des pouvoirs caractéristique de la société politique cambodgienne actuelle. Bien que la Croix rouge nationale agisse sous le haut patronage du roi Norodom Sihamony, qui verse chaque mois une obole de plusieurs milliers de dollars en sa faveur, et bien que sa présidente honoraire soit la reine mère, Monineath Sihanouk, la famille royale est exclue de son administration effective, du fait de son actuelle subordination politique. Depuis 1998, la CRC est dirigée par l’épouse du Premier ministre, lok chumteav (« son Excellence ») Bun Rany, flanquée en qualité de vice-présidente de lok chumteav Sok Annie, l’épouse de Sok An, le principal vice-Premier ministre. La trésorière de la CRC n’est autre que lok chumteav Ouk Maly, l’épouse de Phung Keav Se, le principal banquier du pays et allié indéfectible d’Hun Sen. Quant au comité central de la Croix rouge, il comprend des hauts dignitaires PPC29, mais aussi les principaux tycoons-oknha inféodés au régime tels Kith Meng, Ly Yong Phat, Mong Reththy, Kok An, lok chumteav Yeay Phu ou encore lok chumteav Lim Chivh Ho, autant de personnages dont nous avons déjà relaté la trajectoire. Tous sont gratifiés de cette fonction honorifique du fait de leur capacité éprouvée à donner d’importantes sommes à l’organisation (chiffrables en centaines de milliers de dollars US par an). En retour, ils consolident leur statut de « grands hommes » (neak thom) et surtout ils s’achètent à bon compte une image de sobarashon, de « généreux bienfaiteurs ». Cette image drape du voile de la vertu des fortunes bâties à la va-vite par des moyens brutaux et illicites, ainsi que par l’exploitation sans scrupule du vice d’autrui (casinos, trafic de cigarettes et de drogues, réseaux de prostitution), auxquels s’ajoutent le vol des terres des plus pauvres, la surexploitation de la main-d’œuvre et le pillage méthodique des ressources du pays. Malgré les dons de l’élite PPC qui lui permettent de capter, selon une hiérarchie protocolaire bien huilée et largement médiatisée, une large part des profits symboliques de l’aide humanitaire, la structure des ressources que la direction de la Croix rouge nationale mobilise pour régler ses importants frais d’apparat et faire face aux désastres ou conduire des campagnes sanitaires reflète parfaitement la situation économique du pays et sa dépendance envers l’aide internationale. La Croix rouge cambodgienne dispose certes aujourd’hui d’un quartier général imposant sur le plan architectural (financé pour plus de la moitié par les Croix rouges danoise et australienne), mais elle n’administre aucun hôpital ou dispensaire dans le pays. Elle dispose sur le papier de seulement deux ambulances, données par la France mais jalousement gérées par l’antenne locale de la Croix rouge française, implantée à l’hôpital Calmette de Phnom Penh. Toutes les campagnes sanitaires qu’elle a conduites à titre préventif furent jusqu’à présent impulsées par l’aide internationale opérant via des Croix rouges partenaires et ont cessé avec l’arrêt des financements étrangers (à l’instar de la campagne de prévention des accidents de la circulation financée par la Croix rouge danoise de 2004 à 2009). En 2005, le budget de la CRC était de trois millions neuf cent mille dollars, dont deux millions apportés par l’aide étrangère30. Très symptomatique de son statut tel qu’il est perçu par les ONG spécialisées dans l’aide médicale et humanitaire mais aussi de la priorité qu’elle établit en matière de gestion de ses fonds, lors de l’entretien que nous avons eu avec le directeur exécutif de Medicam, la fédération qui coiffe la plupart des ONG intervenant localement dans le secteur de la santé, celui-ci affirma tout d’abord que la CRC était un organe gouvernemental qui, à ce titre, ne pouvait être membre de sa fédération puis, après consultation de son trésorier, il se ravisa en indiquant que la CRC était bien un membre formel du réseau, mais que sa cotisation annuelle, pourtant modique de cinquante-cinq dollars, était acquittée dans les faits par la Croix rouge danoise !

Des forces contestataires opérant par le bas grâce au parrainage occidental

  • 31 Dont il faut préciser qu’il intègre plusieurs factions et n’est pa (...)

30Compte tenu de l’emprise du PPC31 sur tous les leviers de l’État, ainsi que sur les principaux acteurs du marché et sur nombre d’institutions, certes formellement indépendantes mais qui lui sont effectivement inféodées, le régime conserve en héritage du passé khmer rouge de ses leaders certaines caractéristiques du totalitarisme tel que défini par Claude Lefort (2001, p. 68-69). Non seulement le PPC pénètre tous les domaines de l’activité nationale où il diffuse ses consignes (le juridique, l’économique, le scientifique, le pédagogique), mais par ses structures d’encadrement et de contrôle il s’efforce aussi de rendre toute chose publique. De plus, il s’auto-légitime, comme nous l’avons vu, par référence à une loi absolue qui ne doit rien à l’interprétation des hommes : celle des « grands chefs » dotés de pouvoirs miraculeux et qui font l’histoire. Il tend également à concevoir le peuple comme assujetti à des tâches « d’intérêt général » (dont participe l’expropriation foncière au nom du développement national). Enfin, il confère un pouvoir particulier au discours des dirigeants et lui donne volontiers des accents révolutionnaires, même si ceux-ci sont purement rhétoriques, tant le pouvoir en place semble avoir soldé dans la pratique son passé communiste.

31Compte tenu de l’hégémonisme à velléité totalitaire qui caractérise le régime PPC, on peut légitimement questionner la possibilité d’une alternative. Existe-t-il au Cambodge aujourd’hui des voix discordantes, expressions d’une forme de résistance au pouvoir en place et qui puissent laisser augurer d’une meilleure prise en compte des besoins de base de la population, tout en portant un débat public sur le devenir de la société nationale en concertation ou contre l’État ? Par quel biais et grâce à quels soutiens peuvent-elles s’exprimer ?

  • 32 C’est notamment la thèse, solidement argumentée, de Sophal Ear (20 (...)
  • 33 Les USA ont, par exemple, menacé le gouvernement cambodgien de réd (...)

32L’assistance étrangère paraît décisive sur ce point. On lui reproche d’opérer selon un saupoudrage humanitaire sans réelle incidence sur le développement du pays et surtout d’avoir permis au PPC de renforcer son emprise politique, puisque ce dernier siphonne depuis le début des années 1990 une part non négligeable de la manne financière étrangère pour irriguer et consolider ses réseaux clientélistes32. L’accusation est fondée, mais la mise en place de l’UNTAC, suite aux accords de Paris de 1991, a eu certains effets tangibles dont il ne faut pas sous-estimer les implications. Elle a ramené la paix civile et restauré le multipartisme. Depuis, les puissances occidentales ont utilisé tous les leviers de pression économique possibles pour imposer le maintien d’échéances électorales dont le caractère démocratique est soumis au contrôle d’observateurs indépendants, même si les irrégularités restent nombreuses33. Certes le PPC a modifié les termes de la Constitution lorsqu’il disposait en 2003 d’un nombre suffisant de parlementaires pour ce faire. Il lui suffit désormais de la moitié des parlementaires plus une voix pour gouverner alors qu’auparavant il lui fallait la majorité des deux tiers. Après coup, cette réforme s’est avérée décisive pour le maintien de son hégémonie puisque aux élections de juillet 2013 il n’a obtenu que 48,5 % des voix (68 sièges) contre 44,4 % pour l’opposition (55 sièges). Les multiples pressions qu’il exerce sur l’électorat pour induire ses choix, qu’elles relèvent de la violence brute ou symbolique ou de l’endoctrinement à grand renfort de propagande, ne suffisent donc plus à lui garantir sa reconduction au pouvoir.

  • 34 En 2010 l’aide internationale contribue encore à 47,9 % au budget (...)

33D’autre part, le gouvernement cambodgien, du fait qu’il a depuis trois décennies largement profité de l’aide occidentale, perçoit celle-ci comme une donnée incontournable de son hégémonie politique et de sa prospérité clientéliste. En 2011 l’aide au développement étrangère représentait un milliard deux cents millions de dollars, soit 9,4 % du PIB du pays (CDC 2011, p. iv). Plus fondamentalement, et c’est l’héritage de cinq siècles d’histoire, l’ingérence étrangère dans les affaires internes est devenue une norme enracinée dans la culture politique cambodgienne. Par conséquent le PPC reste très réceptif aux pressions exercées par les bailleurs de fonds états-uniens ou européens, d’autant que les États-Unis et l’Union européenne apportent les deux tiers des débouchés à l’exportation du pays (CDRI 2013, p. 3). Bien sûr, le gouvernement cherche à contrebalancer sa dépendance envers l’Occident en s’appuyant sur l’aide bilatérale au développement qu’offre la Chine, une puissance régionale peu regardante en matière de mode de gouvernance. La Chine est devenue à partir de 2008 le premier pays donateur. Toutefois elle n’apporte en 2011 que 29 % d’une aide directe au développement qui reste vitale pour le budget de la nation34 et notamment pour certains postes-clés tels la santé, l’agriculture, le développement rural et les transports. De plus la Chine est presque totalement absente de l’aide fournie par les ONG internationales qui représentait cent dix-sept millions de dollars US en 2011 (CDC 2011).

34Dans ces conditions, la diplomatie occidentale, les grands bailleurs de fonds tels la Banque mondiale et les ONG actives dans la défense des droits de l’homme exercent un réel contre-pouvoir face aux velléités totalitaires d’un régime dont l’appareil répressif agirait sinon sans frein. Ce contre-pouvoir réagit en fonction des signaux d’alarme que lui adresse un réseau élargi de sentinelles constitué pour partie par les coopérants étrangers travaillant dans le pays et pour partie par les Khmers de la diaspora. L’ingérence étrangère en matière de défense des droits de l’homme ou de la liberté d’expression n’offre en rien une garantie d’impunité et de sécurité pour ceux qui osent s’opposer aux intérêts du régime ou exprimer une opinion discordante. Elle agit toujours à contretemps en réaction aux délits d’injustice dont le régime est coutumier et dans le meilleur des cas elle n’obtient des concessions de sa part qu’au terme de tractations longues et compliquées. D’autre part, sa démarche élitaire et légaliste tend à brider la contestation populaire (Hughes 2009). Pourtant, elle donne confiance aux protestataires qui, selon une opinion unanimement exprimée lors de nos entretiens, ont le sentiment d’être entendus, compris et soutenus au-delà des frontières. Beaucoup d’entre eux, compte tenu des risques très prégnants encourus pour leur vie ou leur position dans la société, n’oseraient pas franchir le pas de la libre expression s’ils ne bénéficiaient de ce soutien.

  • 35 Le PPC a ainsi largement médiatisé le ralliement à son profit du f (...)

35Dans le climat politique du Cambodge contemporain, l’ensemble des acteurs de la société civile luttant contre l’ordre du PPC mettent en œuvre les mêmes tactiques pour faire entendre leur voix au moindre risque. La première de ces tactiques tient à l’union autour d’objectifs convergents. Face à un pouvoir qui ne tient compte que des rapports de force et qui est prompt à tirer parti de tous les signes de division des forces adverses, la seule attitude possible est celle du front uni. Les partis politiques de l’opposition qui avaient payé au prix fort les rivalités personnelles de leurs leaders lors des élections de 2008 l’ont bien compris. En se coalisant sous le drapeau fédérateur du Parti de la sauvegarde nationale du Cambodge et en résistant à toutes les basses manœuvres du PPC pour simuler des désunions35, les deux principaux partis de l’opposition, le parti de Sam Rainsy et le Parti des droits de l’homme ont ainsi plus que doublé leur nombre d’élus lors des dernières législatives de juillet 2013. De même, c’est en faisant front uni contre le gouvernement, le patronat du secteur privé et les syndicats pro-PPC que les fédérations de syndicats indépendants alliées aux fédérations syndicales de l’opposition ont pu obtenir en 2010 et au début de 2013 des concessions significatives du gouvernement sur la question des salaires. Quant aux ONG internationales ou locales, elles se sont dès les années 1980-1990 insérées dans des structures « ombrelles » afin d’agir de concert et le plus efficacement possible sur le gouvernement en matière de planification et d’énoncé des lois. Parmi ces Civil Society Organizations (CSO), mentionnons Medicam, qui regroupait cent quinze ONG en 2013 et agit dans le domaine de la santé, le NGO-NEP (cent dix-neuf ONG membres) qui agit dans le domaine de l’éducation, ou encore le Comité de coopération pour le Cambodge (CCC), fort de cent soixante-douze organisations membres et qui est actif en matière de développement, de protection de l’environnement, de droits fonciers et de promotion des droits de l’homme, en concurrence avec le NGO-Forum (quatre-vingt-dix membres en 2013).

36L’autre stratégie mise en œuvre par les forces de la société civile cambodgienne en lutte pour le respect des droits civiques tient en deux expressions-clés : mise en réseau et médiatisation. La mise en réseau permet d’intégrer dès le départ ou très rapidement comme principe de l’action le soutien logistique et financier d’ONG actives localement dans la défense des droits pour lesquels la lutte est menée, ces ONG permettant ensuite par leurs propres connexions d’obtenir le soutien de puissantes organisations dont la voie porte sur le plan international. La médiatisation consiste pour sa part à tourner des vidéos des événements créés et à les poster via divers supports sur Internet (Facebook, YouTube, et autres réseaux sociaux). Ces vidéos servent d’éléments d’information à l’intention de l’opinion publique internationale, mais aussi de preuve en cas de répression policière brutale et permettent de contourner l’embargo des médias officiels à l’adresse d’une frange en expansion de l’opinion publique interne, composée de jeunes utilisateurs de smartphones. Cette double stratégie a été employée avec un relatif succès par des groupes communautaires menacés d’expulsion, à l’instar des femmes du collectif du lac Boeung Kak, ou par le moine activiste Luon Sovath, même si les uns et les autres restent victimes de la répression policière et judiciaire de l’État-PPC. La manière dont les « indignées » du lac Boeung Kak conduisent leur combat offre une parfaite illustration des stratégies des opposants et de l’éventail des méthodes qu’emploie le régime pour museler l’opposition.

37Le bras de fer entre les habitants de ce quartier de Phnom Penh et les autorités prend sa source en 2006. Boeung Kak était une commune urbaine de la capitale créée dès 1979, qui comptait en 2008 4 250 familles occupant une zone de 133 hectares en bordure du lac Boeung Kak. En 2006 la municipalité de Phnom Penh demanda aux habitants de la commune de faciliter le travail des agents du cadastrage dans le but officiel de leur attribuer des titres de propriété. Mais en 2007, une fois le cadastrage achevé, l’ensemble de la zone fut autoritairement alloué pour une concession de quatre-vingt-dix-neuf ans à un consortium nommé Shukaku qui réunit en une joint venture l’entrepreneur Lao Meng Khin, sénateur PPC proche du Premier ministre Hun Sen, et un groupe d’entreprises chinoises (la Erdos Hongjun Investment Corp., la Guangdong New Golden Foundation). Le consortium souhaitait convertir la zone en un quartier résidentiel doté d’un centre commercial. Les habitants du quartier n’apprirent que fortuitement qu’ils allaient à brève échéance tomber sous le coup d’une mesure d’expulsion. 2008 étant une année électorale, les représentants locaux du PPC cherchèrent à temporiser en garantissant aux habitants que rien ne se ferait sans leur accord. Cependant, une fois les élections passées des bulldozers remblayèrent les abords du lac, provoquant l’inondation du quartier lors de la saison des pluies suivante. Les habitants de la commune réagirent en s’organisant en un collectif de femmes et commencèrent à protester en divers lieux stratégiques de la capitale.

38Mme T.V., l’actuelle leader du collectif, qui est âgée de trente-six ans en 2013 et tenait une boutique au moment des événements, nous expliquait lors d’un entretien que les femmes prirent en main la résistance pour plusieurs raisons. Beaucoup de chefs de famille du quartier étant fonctionnaires, ils risquaient d’être inquiétés s’ils se mettaient en avant. Ainsi le mari de T.V. est militaire. Il a d’abord subi des pressions de la part de sa hiérarchie pour empêcher sa femme de protester et comme il refusait d’obéir, il dut se placer en congé sans solde. D’autre part, le mouvement de protestation se voulait pacifique et le fait qu’il soit conduit par des femmes limitait les risques de violences policières. Enfin, pour l’image du collectif cette tactique s’avéra après coup payante. En effet les ONG, les organismes internationaux et les journalistes prirent d’autant plus facilement fait et cause pour lui, qu’il était l’un des rares à être dirigé par des femmes et que celles-ci furent victimes d’une grande brutalité de la part des forces anti-émeute, aboutissant au tabassage sous l’objectif des caméras de personnes âgées et de femmes enceintes qui firent des fausses couches. Dès le départ, les femmes de Boeung Kak cherchèrent un appui auprès des médias étrangers (RFI, Voice of America…), mais aussi auprès des ONG spécialisées dans le conseil juridique ou la défense des droits de l’homme. Ces ONG découvrirent que le bureau local de la Banque mondiale, le World Bank Cambodia Land Management and Administration Project (WBCLMAP), avait donné un avis favorable à l’expropriation des habitants du quartier. Elles firent part de leur indignation au quartier général de la Banque mondiale et obtinrent un audit qui conclut à une mauvaise gestion du dossier de la part du WBCLMAP. Celui-ci changea alors d’attitude et menaça le gouvernement cambodgien de conditionner tout prêt ultérieur à l’arrêt des expulsions et à l’octroi de titres de propriété aux familles restées sur place.

39Entre-temps les autorités avaient fait deux propositions aux familles de Boeung Kak : soit leur donner huit mille cinq cents dollars US pour qu’elles aillent reconstruire leurs maisons sur des terrains vagues proches de l’aéroport ; soit les installer dans des compartiments chinois nouvellement construits à vingt-cinq kilomètres du centre-ville. Elles assortirent ces propositions de menaces : ceux qui n’accepteraient pas l’un des deux choix seraient chassés par la force et ne recevraient pas d’indemnités. Confrontés au harcèlement policier, une majorité de foyers cédèrent progressivement au chantage et en 2010 il ne restait plus à Boeung Kak qu’un noyau d’irréductibles, néanmoins fort de sept cents familles. Les habitants qui s’étaient désolidarisés du mouvement le regrettèrent rapidement. Ceux qui avaient construit des maisons de fortune proches de l’aéroport furent de nouveau expulsés lors de l’extension des pistes de celui-ci. Ceux qui avaient choisi les compartiments chinois déchantèrent aussi. Les constructions étaient de mauvaise qualité. Elles étaient trop loin de Phnom Penh où travaillaient la plupart des adultes ; beaucoup finirent par perdre leur emploi et se retrouvèrent dans une situation de grande pauvreté.

  • 36 Informations recueillies lors d’un entretien avec T.V. le 17 juill (...)

40En 2011, cédant aux pressions conjuguées de la Banque mondiale, des ONG et des manifestants le Premier ministre rétrocéda par décret onze hectares aux familles qui étaient restées à Boeung Kak, mais cette superficie ne permit de reloger que six cents familles et une centaine restait sans parcelle. Le collectif décida alors de poursuivre la lutte au travers de manifestations quasi quotidiennes. Le harcèlement de la police politique se fit dès lors plus pressant. Au motif fallacieux que des habitants de Boeung Kak auraient squatté des maisons vides du voisinage treize leaders du collectif furent arrêtées. Les manifestations redoublèrent. Les détenues furent ensuite libérées, mais comme Yorm Bopha, la porte-parole du groupe, avait invectivé le ministre des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse, elle fut de nouveau arrêtée quelque temps après et écopa en appel d’une peine de deux ans de prison. La police chercha aussi à diviser le mouvement en subornant des membres de l’entourage de T.V. afin qu’ils accusent de détournement de fonds celle qui avait succédé à Yorm Bopha comme figure emblématique du collectif. Malgré ces manœuvres de dénigrement le groupe resta soudé. D’autant qu’entre-temps T.V. avait acquis une importante notoriété auprès des grandes ONG internationales défendant les droits de l’homme. En 2013 elle a ainsi reçu de l’ONG Vital Voices qui soutient des femmes remarquables dans le monde un Leadership in Public Life Award et la même année le film de Christine Chansou et Vincent Trintignant, Even a Bird needs a Nest, qui raconte l’histoire du mouvement de Boeung Kak et dont elle est l’héroïne principale reçut le Human Rights Golden Award au festival Movies that Matter de La Haye, aux Pays-Bas. Ces distinctions et la couverture des événements par des grands médias comme la BBC, The Economist ou le Washington Post ont permis au groupe des protestataires d’obtenir un soutien financier de la part de la diaspora cambodgienne et des ONG étrangères pour poursuivre leur lutte jusqu’à aujourd’hui, leur but immédiat étant la libération de Yorm Bopha et l’octroi des quelques hectares supplémentaires pour y loger les familles sans parcelles. Approchée par Sam Rainsy pour se présenter aux élections parlementaires de 2013 sous la bannière du PSNC, T.V. s’y est refusée, voulant échapper à toute tentative de récupération politique et craignant une fracture au sein du collectif. Elle est par contre très heureuse que la lutte des femmes de Boeung Kak soit très bien perçue par l’opinion publique nationale, qui les gratifie de marques de soutien et d’encouragement. Si auparavant, explique-t-elle, elle ne trouvait guère de sens à sa vie de petite commerçante, ce combat pour la justice lui en a donné un parmi les plus nobles36.

41Le combat mené de son côté par le moine Luon Sovath concerne également les atteintes du gouvernement aux droits fonciers élémentaires de la population tout en dénotant de l’implication directe d’une frange encore très minoritaire du clergé bouddhique dans les affaires de la cité. Âgé en 2013 d’une quarantaine d’années, Luon Sovath fut ordonné moine trente ans auparavant dans un village du district de Chi Kreng, province de Siem Reap. Ses parents voulaient ainsi le soustraire à l’embrigadement forcé dans des milices agissant pour le compte des belligérants d’alors (forces provietnamiennes, Khmers rouges, Funcinpec). Deux de leurs fils avaient en effet péri et un troisième avait été amputé des deux jambes à cause du conflit. Dans les années 1990, il poursuivit ses études bouddhiques sous la direction de Sam Bunthoeun, un moine influent qui dirigeait un centre de méditation à Udong. Il fut très choqué lorsqu’en 2003 Sam Bunthoeun fut assassiné, semble-t-il pour avoir incité les moines à s’inscrire sur les listes électorales, malgré l’interdit du patriarche du clergé khmer (Marston 2009, p. 241-242). L’engagement politique de Luon Sovath remonte à 2009, lorsque cent soixante-quinze familles de sa commune furent chassées de leurs terres suite à l’octroi d’une concession à des hommes d’affaires liés au gouverneur PPC de Siem Reap. Les évictions entraînèrent des manifestations réprimées dans la violence. Son père et l’un de ses frères furent blessés. Les leaders du mouvement furent arrêtés et écopèrent de peines de prison. Il décida alors d’utiliser son statut de moine pour défendre les droits des gens de son village, mais aussi tous les expropriés du pays, selon l’argument que les bonzes sont dans la société khmère des symboles de paix, de non-violence et de justice très respectés et qu’ils peuvent par leur autorité morale accroître la popularité d’une juste cause. Lors de notre entretien il cita le proverbe khmer : « Il ne faut toucher ni à une fille ni à un bonze. » Il expliqua aussi qu’un bonze « valant mille personnes », chaque fois que le gouvernement l’arrête il perd un peu plus de crédit.

42Depuis il sillonne le pays pour soutenir par ses prêches tous les habitants dépossédés de leurs terres ou de leur maison par le régime. Adepte passionné des techniques audiovisuelles, il filme tous les événements dans lesquels il est impliqué et est même équipé de lunettes lui permettant de filmer en toute discrétion les scènes de violence auxquelles il assiste ou dont il a été victime. Il les publie ensuite sur YouTube, d’où le fait qu’on l’ait baptisé « le bonze multimédias ». Lors d’un entretien avec des chercheurs du Berkley Center de l’université Georgetown daté du 20 novembre 2011, il expliquait que sa caméra avait été importante pour faire connaître la cause des expropriés cambodgiens dans le monde entier37. Lors de notre rencontre il ajouta qu’il utilisait abondamment Facebook, car c’est une formidable tribune d’échange qui lui permet de recevoir le soutien de moines qui ne peuvent être physiquement à ses côtés du fait des lourdes sanctions auxquelles ils s’exposent de la part de la hiérarchie cléricale contrôlée par le PPC. Luon Sovath a lui-même subi de fortes pressions pour défroquer. N’ayant commis aucune faute à l’encontre des règles monastiques et jouissant de soutiens de la part des moines khmers dans son pays comme à l’étranger (Thaïlande, Vietnam, pays occidentaux), il s’y est refusé. Cependant, le patriarche suprême du clergé cambodgien a émis un décret lui interdisant l’accès à tous les monastères du royaume. Depuis il va de lieux d’hébergement laïcs à d’autres et ses activités sont étroitement surveillées par la police politique du régime. Il a été arrêté à plusieurs reprises lors de manifestations, mais à chaque fois relâché faute de charges suffisantes.

43Questionné sur sa condition de moine banni du clergé, il cite Bouddha qui vivait sur un mode ascétique dans les montagnes et la forêt, sans attache envers un quelconque monastère. Comme lui il éduque les gens et les aide à résoudre leurs problèmes. Là où régnaient la violence et la souffrance Bouddha agissait et Luon Sovath déclare s’inspirer de son exemple. Selon lui, 90 % des moines du pays adhèrent à son combat sans pouvoir l’affirmer publiquement. Ils le soutiennent financièrement par l’intermédiaire de leurs familles. Aujourd’hui sa communauté vertueuse est celle composée par l’ensemble des Cambodgiens qui risquent quotidiennement leur vie pour défendre les droits de l’homme et dans laquelle il est pleinement intégré. Lui et son village d’origine sont aidés matériellement par l’association de défense des droits de l’homme LICADHO et par l’ONG Caritas. Il a, d’autre part, reçu en 2012 le prix Martin Ennals décerné de concert par dix grandes ONG internationales et qui consacre un grand défenseur de la cause des droits de l’homme. Il est présenté sur le site officiel du PSNC, le parti d’opposition, comme l’un des grands hommes de l’histoire contemporaine du Cambodge.

44Les deux exemples de luttes que nous venons de développer sont très instructifs car ils montrent qu’aujourd’hui, au Cambodge, des mouvements de contestation, formés dans un premier temps autour d’enjeux strictement locaux par de simples villageois dotés d’un faible capital scolaire, sans lien antérieur avec les ONG locales et les membres de la classe moyenne cambodgienne qui les animent, peuvent engendrer en leur sein des figures suffisamment déterminées et charismatiques pour faire atteindre à ces mouvements une dimension nationale et internationale. Face au sentiment d’injustice que causent les manœuvres d’intimidation ou la violence brute du gouvernement, ces gens ordinaires que rien ne prédestinait à devenir des activistes des droits civiques se radicalisent et en viennent à s’ériger en champions de la justice sociale. Malgré les risques individuels, très prégnants, qu’entraîne leur bras de fer avec un pouvoir politique qui agit au-dessus de la loi ou la manipule à son profit et qui est prêt à tout pour imposer son ordre, ils agissent au-delà de leur strict intérêt personnel et apportent leur soutien à d’autres causes analogues dans le pays. Les activistes de Boeung Kak prêtent main-forte à des communautés rurales, elles aussi placées sous le coup d’une menace d’expulsion. Elles leur apportent leurs savoir-faire en matière de lutte citoyenne, mais elles les font aussi profiter de leurs réseaux dans les médias et auprès des ONG. Le moine Luon Sovath est venu apporter son soutien au collectif de Boeung Kak et en retour des représentants de ce mouvement prennent part à ses combats, tout comme à ceux des ouvrières de l’industrie de l’habillement en lutte pour des conditions de travail décentes et de meilleures rémunérations. Tous ces citoyens en colère s’investissent par ailleurs dans l’organisation d’élections libres. Lors de notre visite à Boeung Kak à la veille des législatives de 2013, plusieurs jeunes femmes du quartier portaient des tee-shirts d’observatrices bénévoles agissant pour le compte du Comité cambodgien pour des élections libres et justes (CCELJ).

  • 38 Côté cambodgien près d’une vingtaine de mouvements communautaires (...)

45Se sont ainsi créés depuis 2007 des réseaux nationaux interconnectant des foyers locaux de résistance à l’ordre du PPC qui auraient été autrement dispersés et qui mutualisent leurs revendications lors de manifestations publiques. Des structures fédératives souples, car horizontales, sans statut institutionnel et protéiformes sont apparues pour capter l’attention des médias internationaux lors des grands événements nationaux, à l’instar de l’Action populaire pour le changement (APC) formée en 2011. Cette dernière se présente comme un « mécanisme » de mobilisation reliant plusieurs activistes difficilement identifiables car utilisant des pseudos sur Facebook ou d’autres supports. Par ce stratagème elle échappe largement au contrôle de la police politique. Lors du sommet de l’ASEAN + trois de novembre 2012 qu’organisait le Cambodge elle n’en est pas moins parvenue à réunir plusieurs milliers de représentants de mouvements revendicatifs cambodgiens38 ou d’autres pays d’Asie du Sud-Est regroupés en un front unitaire, l’ASEAN Grassroots Peoples Assembly (AGPA), qui défendit une plateforme commune pour plus de droits civiques. De même, à l’approche des échéances électorales de 2013, l’APC organisa des manifestations en province réunissant plusieurs milliers de personnes (à Sihanoukville, Siem Reap, Kompong Chhnang) qui ont contraint les candidats des différents partis en lice à signer une déclaration officielle visant à la défense des droits fonciers des paysans, à la protection de l’environnement et d’autres grandes causes nationales.

  • 39 Selon les informations que nous a fournies l’organisation des droi (...)
  • 40 Entretien réalisé le 9 juillet 2013.
  • 41 We Are Social 2012, Social, Digital and Mobile in Cambodia, Singap (...)

46Malgré la mainmise du pouvoir sur les médias officiels, ces mouvements de revendication informels rencontrent une large audience auprès de l’opinion publique cambodgienne et donc de l’électorat national pour plusieurs raisons. La première, rarement évoquée dans les travaux scientifiques mais qui est pourtant essentielle, tient au fait qu’une large proportion de titulaires d’un poste de fonctionnaire et qui sont de facto encartés au PPC pour préserver leur emploi, doivent aussi mener de concert une ou plusieurs activités rémunératrices dans le secteur privé et notamment dans des ONG pour pouvoir nourrir leur famille. De ce fait, ils se positionnent à l’interface des réseaux clientélistes du pouvoir et de ceux qui en souffrent au profit d’une élite très restreinte de privilégiés. Pour peu qu’ils soient victimes, faute de « ficelles » suffisantes, d’une mesure discriminatoire de la part du régime en place, ils sont prompts à adhérer alternativement et en toute discrétion à l’un des partis de l’opposition. Ajoutons qu’entre 2003 et 2013, plus de deux millions d’hectares ont été attribués à des concessions commerciales, gérées par des entrepreneurs proches du pouvoir. Près de quatre cent mille agriculteurs furent de ce fait chassés de leurs terres39. Beaucoup de fonctionnaires liés par des liens de parenté aux victimes de ces injustices et conscients des prévarications qui sont à leur principe sont en quête de réseaux de redistribution plus justes qui assureraient une meilleure répartition des fruits de la croissance et qui respecteraient les intérêts de la paysannerie dont ils proviennent directement. À cela s’ajoute le fait que plus de 60 % de la population cambodgienne est âgée de moins de trente ans et qu’une proportion croissante de celle-ci a accès à l’internet et à des réseaux d’information ou d’échange qui lui offrent des alternatives à la propagande officielle. Ainsi l’ensemble des acteurs de la société civile que nous avons interviewés en juillet 2013 étaient unanimes pour relever une effervescence particulière dans l’usage des réseaux sociaux sur l’internet à l’approche des échéances électorales. Ils relevaient aussi, en cette circonstance particulière, une expression plus libre des opinions politiques des internautes. Même si cette expression évite de contester directement la légitimité politique du pouvoir en place elle n’en discute pas moins, sous couvert de problèmes de société, les dérives du régime, telle la corruption au quotidien. Pour ne prendre qu’un exemple, K.K., l’une des plus fameuses internautes du pays, très mobile du fait de son métier de journaliste, questionne directement dans l’un de ses blogs le pourquoi du coût excessif et variable des visas40. Si l’internet n’intéresse aujourd’hui que 18 % de la population, le nombre d’utilisateurs a augmenté de 60 % en un an. Quoique l’utilisation des réseaux sociaux soit surtout le fait de jeunes urbains, les smartphones permettent en l’état actuel d’accroître le nombre d’abonnés à Facebook d’une personne toutes les deux minutes, jusque dans les campagnes41. La participation des réseaux sociaux au débat électoral a fortement impacté les élections de 2013. Bien qu’il en ait pris conscience, le gouvernement semble là encore dans une situation de l’entre-deux, remettant régulièrement en chantier un projet de loi sur le contrôle d’Internet, mais sans pouvoir (ou vouloir ?) véritablement aboutir.

L’aide internationale en question

47Si les ONG spécialisées dans les droits de l’homme, les droits fonciers, les droits du travail et la protection des ressources naturelles ont apporté ces dernières années un précieux soutien logistique aux Cambodgiens ayant eu le courage de se dresser contre le régime et si elles les ont aidés à faire reconnaître leur cause sur le plan international, elles évitent toutefois d’entrer en confrontation directe avec le gouvernement et se placent toujours à l’arrière-plan de la contestation. Leur aide, personnalisée, reste cantonnée à des préoccupations humanitaires immédiates. Au nom des droits de l’homme elles soutiennent nominalement les personnes dont la vie ou la liberté est menacée, mais en aucun cas elles ne veulent apparaître comme un ferment institutionnel de révolte, impulsant l’action d’un collectif. Caroline Hugues (2003, 2007b) l’a montré, de crainte que leur action soit taxée de « politique » les ONG locales et internationales restreignent leurs missions à de l’ingénierie sociale et à la promotion moralisatrice d’une « bonne gouvernance » définie selon les critères des démocraties libérales occidentales. Dans le jargon onusien leurs mots-clés sont democratic governance, government effectiveness, advocacy on human rights et capacity building. Elles raisonnent aussi dans les termes d’une péréquation simpliste entre élections et démocratie (Ear 2013, p. 42). En amont elles s’emploient à mettre en place des structures de concertation, à infléchir le contenu des lois ou encore à prodiguer des conseils en matière de planification étatique. En aval, elles forment et informent les citoyens de base sur leurs droits tels que définis par la loi et leur apportent éventuellement une aide juridique.

  • 42 Entretien du 22 juillet 2013.

48Si ces missions peuvent avoir leur utilité, celle-ci est marginale. De plus, elles ont eu ces dernières décennies des effets inverses à ceux qu’imaginaient les instances internationales. Elles sont d’une portée limitée car dans un pays où la culture politique pose pour principe qu’instrumentaliser la loi à son profit sans jamais s’y soumettre est la quintessence du pouvoir dans ses aspects omnaich et komlang la législation en vigueur, si progressiste soit-elle, perd tout crédit car elle est appliquée selon le bon vouloir du prince ou de celui qui jouit des appuis nécessaires pour se considérer comme tel. Le législateur cambodgien a ainsi produit au cours de la dernière décennie un droit du travail, largement inspiré du modèle français, qui est l’un des plus progressistes d’Asie du Sud-Est, selon un responsable du Centre d’éducation juridique en faveur des communautés (CEJC), la principale ONG locale impliquée dans la formation juridique des syndicalistes42. Cependant cette législation est systématiquement bafouée par les employeurs insérés dans les réseaux clientélistes du régime et le système judiciaire n’en tient aucun compte dans ses jugements, car il agit sous la pression du Premier ministre ou de ses inféodés, en vertu d’une conception multiséculaire de l’autorité qui aboutit à une justice rendue « à la tête du client » ou plutôt en fonction des « ficelles » que l’on est à même de tirer.

  • 43 Un article du Cambodia Daily daté du 4 juillet 2013 indique que, s (...)

49De même, un membre de l’ONU travaillant sur la question des libertés fondamentales nous expliquait que son service avait réussi à modifier selon les critères onusiens le contenu de la loi sur les manifestations pacifiques promulguée en 2010, mais que celle-ci était largement ignorée par la bureaucratie des provinces et des districts qui s’en remet à une ordonnance antérieure et très restrictive émanant du ministère de l’Intérieur. Dans ces conditions, la formation que les ONG offrent aux citoyens n’est en rien décisive pour faire valoir leurs droits. Tout au contraire, par son incapacité récurrente à obtenir un jugement qui soit favorable aux « faibles » ayant l’outrecuidance de s’opposer aux « puissants » elle ne fait que mettre en relief le primat des logiques clientélistes. Le CCLEJ et NICFEC, les deux ONG locales veillant au respect de la loi électorale multiplient certes les campagnes pour informer en amont les électeurs de base de leurs droits ou former des observateurs bénévoles en charge de contrôler la régularité du processus électoral. Elles utilisent pour ce faire certains ressorts de la culture traditionnelle tels que les spectacles de théâtre comique (cas de NICFEC) ou bien se servent des radios libres pour instaurer un débat démocratique à l’instar du CCLEJ qui anime tous les matins une émission-débat sur Beehive Radio. Néanmoins, elles furent les premières à déplorer en juillet 2013 une multitude d’irrégularités, dont notamment l’implication directe d’agents de l’État (militaires, policiers, enseignants) dans la campagne parlementaire du PPC, des pressions directes sur les villageois leur expliquant comment « bien voter » ou encore l’exclusion du vote de près de 9 % du corps électoral43.

50De plus, la philosophie de l’action et les modes opératoires des ONG comme des donateurs institutionnels qui les financent ont un effet pervers. En privilégiant la stabilité politique du pays par la mise en place de structures de concertation avec le gouvernement et en cherchant systématiquement le compromis en cas de conflit au détriment d’un soutien franc et massif des manifestations populaires, l’ingérence étrangère ne fait qu’enraciner depuis 1991 le pouvoir du PPC et l’ordre pyramidal qu’il a patiemment construit dans les coulisses de l’aide au développement (Hughes, 2003). Le calcul néo-impérial et globalisateur selon lequel un travail de fond en matière d’éducation civique ou de « bonne gouvernance », conjugué au développement du pays et à la montée en puissance progressive d’une classe moyenne suffiront à améliorer l’environnement politique local est erroné. D’abord parce que la croissance du pays est très inégalement répartie et que le fossé ne cesse de croître entre la population rurale et une petite élite urbaine de quelques dizaines de milliers de nantis étroitement liés au régime en place. L’élite redistribue certes des bribes de la croissance, mais selon un saupoudrage clientéliste qui est la condition même de son pouvoir. La classe moyenne qui émerge dans ce contexte est non seulement freinée dans son expansion, mais en plus elle ne peut se construire qu’en tirant parti sur un mode opportuniste des rapports de patronage qui saturent l’espace socio-politico-économique local. Sa pratique sociale se définit selon les lignes de force de la sécurité offerte par le respect des hiérarchies à défaut de l’être en référence aux idéaux de liberté et d’égalité. Le dogme occidental actuel qui veut que le libéralisme soit la forme de rationalité la plus achevée vers laquelle tend « naturellement » l’individu réfléchissant et agissant pour le compte de ses propres intérêts ignore complètement les structures sociopolitiques profondes du pays.

51L’aspiration au bdo (« changement »), clairement énoncée par des hordes de jeunes sillonnant en cyclomoteurs les rues des grandes villes du pays lors de la dernière campagne électorale ne visait en rien la relation « aîné/cadet », matrice essentielle du lien social pour les Cambodgiens mais aussi soubassement de l’ordre hiérarchique. Les jeunes manifestants aspiraient à plus de justice sociale, à la fin de la corruption orchestrée à partir du sommet de l’État, à une meilleure répartition des richesses, ou encore à une meilleure protection des droits fonciers des citoyens. Dans le fond ils reprochaient au régime PPC d’être une clique de mauvais patrons qui tiraient parti de leur komlang excessif pour mépriser et maltraiter la population ; ils leur reprochaient aussi d’être de mauvais patriotes, prêts à faire le lit d’entrepreneurs vietnamiens et chinois peu scrupuleux en bradant les terres et la main-d’œuvre du royaume pour étancher leur soif illimitée de richesse. In fine ils leur reprochaient d’être devenus des individualistes, profondément matérialistes mais qui avaient surtout perverti les termes multiséculaires du contrat liant le patron à ses clients.

  • 44 « Aid policies, and growth », Policy Research Working Paper no 177 (...)

52Sophal Ear (2013, p. 16) le remarque sur la base des analyses de Craig Burnside et David Dollar44, une relation linéaire existe entre la qualité du mode de gouvernement et les profits à attendre de l’aide au développement en matière de répartition des fruits de la croissance. Plus la gestion gouvernementale de l’économie du pays est déficiente, plus la corruption se présente à un niveau élevé et moins l’aide au développement n’a d’impact. Le Cambodge de l’époque post-UNTAC s’inscrit pleinement dans ce cercle vicieux. En adoptant depuis deux décennies une attitude conciliante envers le régime PPC au nom du retour à la paix civile, les grands organismes internationaux et les ONG agissant sur le plan local ont dépensé des milliards de dollars sans extraire pour autant la majorité de la population de la pauvreté et sans résorber le sentiment de peur que des décennies de guerre avaient profondément ancré en elle.

  • 45 Sophal Ear (2013, p. 45-46, 87-108) mentionne plusieurs cas de dét (...)

53Plus fondamentalement, on peut contester avec Sophal Ear le bien-fondé d’une aide au développement laxiste dans ses attendus et prolongée sur des décennies dont tout indique qu’elle tend à encourager ou à susciter la mauvaise gouvernance. Sur la base de plusieurs études aux conclusions convergentes et à partir du cas cambodgien, Sophal Ear montre que l’aide étrangère a eu plusieurs effets négatifs. Elle a affaibli la capacité institutionnelle du pays ; elle a dissuadé les rares talents ayant émergé depuis 1991 de s’investir dans l’administration. De plus, en encourageant la recherche de rentes de situation et la corruption chez les agents de l’État45, elle les a déresponsabilisés tout en suscitant des conflits pour le contrôle de l’aide étrangère. Elle a enfin réduit la pression pour conduire des réformes nécessaires, en matière notamment de fiscalité (2013, p. 17-18, 37).

  • 46 Rappelons ici que le terme vient à l’origine du grec monos (« seul (...)

54Le gouvernement cambodgien est bien sûr largement coresponsable de cette situation. Produit d’une culture politique qui a toujours assujetti l’intérêt du peuple à celui d’une petite élite de puissants, il est aujourd’hui comme hier polarisé autour du pouvoir supérieur d’un seul (incarné depuis les années 1980 par Hun Sen) et de ce fait il présente étymologiquement le caractère d’une monarchie46. En l’occurrence cette monarchie est parvenue à subordonner la figure jadis apicale du roi et à capter à son profit les symboles de la royauté que vénère toujours le peuple. Cet état de fait la rend d’autant plus dangereuse qu’elle agit selon une philosophie de l’action totalitaire, sans contre-pouvoir réel, si ce n’est celui d’ordre plus financier que politique des bailleurs de fonds internationaux et des grandes puissances occidentales. Le PPC a depuis 1991 cultivé un partenariat très juteux avec ces instances. Dans son optique, ils agissent indéniablement en neak thom (« patron »), car depuis le xve siècle la culture politique du pays a intégré comme une incontournable nécessité l’ingérence étrangère définie selon les critères du patronage. Cependant, pour le PPC les partenaires occidentaux sont des patrons atypiques dont on peut facilement tirer les ficelles à son propre avantage. Ils font certes preuve, selon la grille de lecture cambodgienne, d’un grand sobarashon (« capacité à donner » au sens bouddhique) et même d’omnaich, de par leur influence très prégnante sur le budget de l’État, mais ils manifestent un komlang (« pouvoir d’intervention ») particulièrement faible dont on peut d’autant plus facilement se jouer qu’ils sont nombreux (aide multilatérale) et qu’ils agissent rarement de concert. Ils prodiguent leur aide, comme tout bon patron doit le faire, mais ils n’exigent en retour ni l’obéissance, ni la loyauté, ni même le respect que tout client doit d’ordinaire à son patron. Tout juste agitent-ils le bâton de la menace lorsque l’on tire trop avantage de la situation, mais moyennant quelques reculades de circonstance, la relation de patronage ne rompt pas. Reste à savoir si le renoncement à la souveraineté politique du pays, au nom des calculs opportunistes de l’élite qui prévaut depuis des siècles mais qui semble avoir atteint son plein paroxysme ces dernières années, et le mariage de la carpe et du lapin auquel on assiste depuis plusieurs décennies entre les puissances occidentales et l’État-PPC restera à court et à moyen terme supporté par un peuple cambodgien qui aspire de plus en plus au changement. Reste aussi à savoir si en cas d’alternance politique sortie des urnes, la nouvelle majorité parlementaire serait vigoureusement soutenue par la communauté internationale pour s’assurer une passation de pouvoir en douceur et si elle aurait la capacité de modifier la culture politique du pays dans le sens d’une répartition plus juste des produits de la croissance et d’un retour à terme à la souveraineté nationale.

Bibliographie

Brinkley Joel, 2011, Cambodia’s Curse. The Modern History of a Troubled Land, New York, Public Affairs.

Cambodia Development Research Institute (CDRI), 2013, Annual Report 2011-2012, Phnom Penh, CDRI.

Cooperation Committee for Cambodia (CCC), 2013, CSO Contributions to the Development of Cambodia 2012, Phnom Penh, CCC.

Council for the Development of Cambodia (CDC), 2011, The Cambodia Aid Effectiveness Report 2010, Phnom Penh, The Cambodian Rehabilitation and Development Board of the Council for the Development of Cambodia.

Chandler David, 1993, A History of Cambodia, Boulder, Westview Press Inc.

Delvert Jean, 1961, Le paysan cambodgien, Paris, Mouton & Co.

Dumézil Georges, 1968, L’idéologie des trois fonctions dans les épopées des peuples indo-européens, Paris, Gallimard.

Ear Sophal, 2013, Aid. How Foreign Assistance Undermines Democracy in Cambodia, New York, Columbia University Press.

Ebihara May, 1968, Svay, a Khmer Village in Cambodia, New Haven, Columbia University, Thèse de doctorat.

Edwards Penny, 2007, Cambodge. The Cultivation of a Nation, 1860-1945, Honolulu, University of Hawai’i Press.

Ek Chanboreth et Sok Hach, 2008, Aid effectiveness in Cambodia, Brookings, Wolfensohn Center for Development, Working Paper no 7.

Formoso Bernard, 1987, « Du corps humain à l’espace humanisé. Système de référence et représentation de l’espace dans deux villages du Nord-Est thaïlandais », Études rurales, no 107-108, p. 137-170.

Heritage Foundation, 2005, Index Economic Freedom, Washington DC, Heritage Foundation.

Hughes Caroline, 2009, Dependent Communities : Aids and Politics in Cambodia and East Timor, Ithaca, Cornell Southeast Asia Program.

Hughes Caroline, 2007a, « The politics of gifts : tradition and regimentation in contemporary Cambodia », Journal of Southeast Asian Studies, no 37(3), p. 469-489.

Hughes Caroline, 2007b, « Transnational networks. Organizations and political participation in Cambodia. Human rights, labour rights, and common rights », Democratization, no 14(5), p. 834-852.

Hughes Caroline, 2003, The Political Economy of Cambodia’s Transition, 1991-2001, Londres, Routledge.

Jacobsen Trude et Stuart-Fox Martin, 2013, Power and Political Culture in Cambodia, Singapour, Asia Research Institute Paper Series no 200.

Kamm Henry, 1998, Cambodia, Report from a Stricken Land, New York, Arcade.

Kaufman Howard K., 1976, Bangkhuad, A Community Study in Thailand, Rutland, Charles E. Tuttle Co.

Kingshill Konrad, 1976, Ku Daeng, the Red Tomb. A village Study in Northern Thailand [1960], Bangkok, Suryaban Publishers.

Ledgerwood Judy, 1992, « Analysis of the situation of women in Cambodia. Research on women in Khmer society », Phnom Penh, UNICEF (document miméographié).

Lefort Claude, 2001, Essais sur le politique, Paris, Seuil.

Marston John, 2009, « Cambodian religion since 1989 », Beyond Democracy in Cambodia. Political Reconstruction in a Post-Conflict Society, J. Öjendal et M. Lilja éd., Copenhague, NIAS Press, p. 224-249.

Mauss Marcel, 1950, Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF.

Mehta Harish et Julie B., 1999, Hun Sen, Strongman of Cambodia, Singapour, Graham Brash.

Merk Jeroen, 2012, Ten Years of the Better Factories Cambodian Project, A Critical Evaluation, Phnom Penh, Community Legal Education Centre et Clean Clothes Campaign.

Muller Gregor, 2006, Colonial Cambodia’s « Bad Frenchmen ». The Rise of the French Rule and the Life of Thomas Caraman, 1840-87, Londres, Routledge.

Népote Jacques, 1992, Parenté et organisation sociale dans le Cambodge moderne et contemporain, Genève, Olizane.

Nuon Veasna et Serrano Melissa, 2010, Building Unions in Cambodia. History, Challenges, Strategies, Singapour, Friedrich Ebert / Stiftung Office for Regional Cooperation in Asia.

Öjendal Joachim et Sedara Kim, 2006, « Korob, kaud, klach : in search of agency in rural Cambodia », Journal of Southeast Asian Studies, no 37(3), p. 507-526.

Scott James et Kerkvliet Benedict J., 1973, « How traditional rural patrons lose legitimacy », Cultures et Développement, no 5(3), p. 510-540.

Slocomb Margaret, 2003, The People’s Republic of Kampuchea 1979-1989, Chiang Mai, Silkworm Books.

Taillard Christian, 1977, « Le village lao de la région de Vientiane. Un pouvoir local face au pouvoir étatique », L’Homme, no 17(2-3), p. 71-100.

Ovesen Jan, Trankell Ing-Britt et Öjendal Joachim, 1996, When Every Household is an Island. Social Organization and Power Structure in Rural Cambodia, Uppsala, Uppsala Research Reports in Cultural Anthropology.

Thion Serge, 1993, Watching Cambodia, Bangkok, White Lotus.

Vickery Michael, 1984, Cambodia, 1975-1982, Chiangmai, Silkworm Books.

Notes

1 Superposition dans le cas du système éducatif, comme l’a montré Penny Edwards (2007, p. 166-182) ; substitution dans le cas notamment du système judiciaire, ainsi que Gregor Muller (2006, p. 108-109) l’a mis en évidence.

2 D’après les données fournies par le Council for the Development of Cambodia (2011, p. v), les principaux pays donateurs au titre de l’Official Development Aid (ODA) sont en 2011 la Chine (29 %), le Japon (16 %), l’Australie (10 %) et les États-Unis (7 %). L’Union européenne y contribue à hauteur de 26 %.

3 En termes de pourcentage du revenu national brut, l’aide que reçoit le Cambodge le place en tête des pays asiatiques de la liste, loin devant le Bangladesh, le Népal et la RDP Lao (Ek et Sok 2008, p. 7).

4 Selon un article du New York Times du 19 juin 2013. En ligne : [http://www.nytimes.com/2013/06/19/world/asia/19iht-educside17.html?pagewanted=all&r=0] (consulté le 28 février 2016).

5 Chiffre que nous a fourni un responsable du Comité pour le développement du Cambodge (CDC), l’organisme gouvernemental en charge du suivi des ONG locales et internationales. À noter que sur l’ensemble des ONG locales enregistrées auprès de son service un quart seulement seraient vraiment actives. Les statistiques sont sensiblement les mêmes dans les rapports du Comité de coopération du Cambodge, un organe indépendant qui coordonne de nombreuses ONG locales et internationales (CCC 2013).

6 Un bon indice de l’aide internationale comme moyen de pression sur le gouvernement cambodgien a été offert récemment par les États-Unis. Sur la base d’informations recueillies sur le terrain par deux ONG locales spécialisées dans la surveillance des processus électoraux nationaux, CCELJ et NICTEC, largement financées par l’USAID et agissant en étroite liaison avec l’ONG états-unienne National Democratic Institute, le US Congressional Research Service a émis de sérieux doutes sur l’organisation impartiale des élections législatives cambodgiennes du 28 juillet 2013. Il s’en est ensuivi une résolution du Sénat américain affirmant que l’aide américaine annuelle de soixante-seize millions de dollars au gouvernement cambodgien serait réduite significativement si des fraudes entachaient le scrutin (article de Peter Zsombor, Cambodia Daily du 9 juillet 2013, p. 1)

7 Cette stratégie est à l’œuvre depuis des siècles au sein de l’élite khmère. Elle fut un instrument de pouvoir largement utilisé par Norodom Sihanouk à l’époque du Sangkum Reastr Niyum. Elle fut même maintenue sous le règne des Khmers rouges qui pourtant avaient cherché à tout prix à renverser les rapports de pouvoir traditionnels. Trude Jacobsen et Martin Stuart-Fox (2013, p. 16) en font la remarque : « Pol Pot et Ieng Sary, frères en idéologie étaient mariés à des sœurs. »

8 Entretien du 16 juillet 2013 avec M. Soeung Saroeun, directeur exécutif du CCC.

9 Gérer l’économie domestique est là encore une fonction dévolue aux mères de famille selon la construction khmère des genres, ainsi que le rappellent Ing-Britt Trankell et Jan Ovesen (1996, p. 60, 62) à la suite d’autres auteurs.

10 Selon l’article de Khy Sovuthy, « More military promotions stars for Hun Sen’s sons », Cambodia Daily, 24 juillet 2013.

11 Selon les informations fournies par Hul Reaksney et Simon Lewis dans un article publié par le Cambodia Daily intitulé « Criticism of Sar Kheng’s “charity” ahead of vote », en date du 24 juillet 2013.

12 Extrait du verbatim de l’article du Cambodia Daily du 7 mars 2013 signé par Neou Vannarni et consultable en ligne : [http://www.cambodiadaily.com/elections/hun-sen-says-cpp-largess-will-end-if-election-is-lost-12645] (consulté le 28 février 2016).

13 Extrait de l’article de Roeun Van et Kevin Dayle du Cambodia Daily du 15 juillet 2013 intitulé « Despite land loss, minorities back status quo », p. 19.

14 À propos du Laos voir Christian Taillard (1977) ; à propos de la Thaïlande se référer aux travaux sur le sujet de Howard Kaufman (1976), Konrad Kingshill (1976) et Bernard Formoso (1987).

15 Selon les observations de Joachim Öjendal et Kim Sedara (2006, p. 507-526), la loi de décentralisation aurait favorisé dans certains villages les coopérations collectives autour de projets locaux financés sur le budget alloué annuellement à chaque chef de village. Cette évolution tranche avec les témoignages recueillis en 1993 auprès de chefs de villages par Jan Ovesen, Ing-Britt Trankell et Joachim Öjendal (1996, p. 65). Ceux-ci se plaignaient de n’avoir pratiquement aucune autorité sur leurs concitoyens.

16 Fondé en 1951 à partir de la scission du Parti communiste indochinois.

17 L’ONU dénombra en 1993 plus de cent assassinats politiques qui visaient essentiellement des adhérents du Funcinpec (Brinkley 2011, p. 75).

18 Jusqu’en 1970, la monarchie n’attribuait ce titre qu’à trois héros vivants qui s’étaient illustrés au service de la patrie dans l’un des trois registres du pouvoir définis par Georges Dumézil (1968) à propos des peuples indo-européens : les pouvoirs politique, religieux et économique. Or, selon des propos que nous avons recueillis auprès de Son Soubert, fils de l’ancien Premier ministre Son Sann (1967-1969) qui fut aussi le chef du Front de libération nationale du peuple khmer (1980-1991), cette attribution a été largement dévoyée par le PPC qui se livre à grand renfort de chantage politique à une surenchère dans l’octroi du titre. Son Soubert fut nommé par Sihanouk, alors roi, au Conseil constitutionnel où il siégea de 1998 à 2010. Il est actuellement membre du conseil privé du roi Sihamony.

19 À l’image de la biographie rédigée en langue anglaise par Harish et Julie B. Mehta (1999).

20 Voir sur le sujet Duong Sokha, « Le prix à payer pour entrer dans la caste des oknha », écrit le 14 avril 2008. En ligne : [http://khmer-network.com/forum/viewthread.php?tid=6449] (consulté le 15 mars 2016).

21 D’après le décompte effectué par Sophal Ear (2013, p. 53). Le titre de lok chumteav est pour sa part réservé aux femmes des très hauts fonctionnaires ou directement à des femmes qui occupent une très haute fonction. Il a une valeur honorifique supérieure au titre de okhna.

22 Source en ligne : [http://editorials.cambodia.org/2011/07/cambodias-top-ten-tycoons-wikileaks.html] (consulté le 29 février 2016).

23 Les chaînes de télévision de plus forte audience contrôlées par le PPC ou ses proches sont TVK, Phnom Penh TV, Channel 5, Apsara TV, CTV et Bayon Media (dont la directrice est Hun Mana, l’une des filles d’Hun Sen).

24 Les quotidiens sont le Mahas Srok (« Le sol appartient aux Khmers ») et le Moneaksekar khmer (« Conscience khmère »). Le magazine est Sereiphiep Thmey (« Nouvelle Liberté »).

25 Le Cambodia Daily est dirigé depuis 1993 par le journaliste américain Bernard Fischer ; le Phnom Penh Post par les entrepreneurs australiens Bill Cough et Ross Dunkley. Ces deux quotidiens publient aussi des pages en langue khmère qui sont cependant moins populaires que leurs pages en anglais.

26 Voir Caroline Hughes (2007b, p. 843-846). Celle-ci remarque que, dans le cadre de son programme « Better Factories Cambodia », l’OIT chercha à imposer un mode opératoire qui remplaçait les mouvements de protestation publique par des structures de négociation plus techniques que politiques, avec pour effet un renforcement de la structure clientéliste des syndicats alliés au PPC et au patronat.

27 Données issues d’un entretien avec Ath Thorn, le président de CLC-C.CAWDU, réalisé le 23 juillet 2013.

28 Selon les données fournies par son directeur de la communication interviewé le 10 juillet 2013.

29 Tels que le secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères, Kao Kim Huon, le vice-gouverneur de Phnom Penh, Pa Socheat Vong, ou encore Kem Gunawadh, directeur de la chaîne de télévision gouvernementale TVK.

30 Données fournies dans l’article de Cheang Sokha, « Cambodian Red Cross turns 50 », publié dans le Phnom Penh Post du 25 février 2005. En ligne : [http://www.phnompenhpost.com/national/cambodian-red-cross-turns-50] (consulté le 29 février 2016).

31 Dont il faut préciser qu’il intègre plusieurs factions et n’est pas aussi monolithique qu’il n’y paraît de l’extérieur.

32 C’est notamment la thèse, solidement argumentée, de Sophal Ear (2013).

33 Les USA ont, par exemple, menacé le gouvernement cambodgien de réduire drastiquement leur aide si celui-ci ne garantissait pas une consultation électorale ouverte et transparente en juillet 2013. Ils ont notamment obtenu du gouvernement l’amnistie et le retour au pays du leader de l’opposition, Sam Rainsy, une dizaine de jours avant le vote. Deux ONG locales, CCELJ et NICFEC, financées par les USA et l’Union européenne, ont surveillé la conduite des élections et dénoncé les irrégularités constatées en prenant l’opinion internationale pour témoin.

34 En 2010 l’aide internationale contribue encore à 47,9 % au budget de l’État (CDC 2011).

35 Le PPC a ainsi largement médiatisé le ralliement à son profit du frère de Kem Sokha, l’un des leaders de l’opposition. Il a aussi mis en scène le supposé renversement d’allégeance de plusieurs centaines de supporters de l’opposition lors des élections parlementaires de 2013. Voir sur le sujet l’article du Cambodia Daily du 10 juillet 2013 par Khy Sovuthy et Colin Meyn intitulé « CPP presents Kem Sokha’s brother to discredit opposition », p. 18 ; ainsi que l’article du même journal daté du 15 juillet 2013, coécrit par Hul Reaksmey et Simon Henderson, « Alleging sabotage, CNRP candidate boycott election debate », p. 18.

36 Informations recueillies lors d’un entretien avec T.V. le 17 juillet 2013, complété par l’article de Laura Rena Murray, « Target Cambodia », paru dans le World Policy Journal du 6 juin 2012. En ligne : [http://www.theinvestigativefund.org/investigations/international/1650/target_cambodia] (consulté le 29 février 2016).

37 En ligne sur le site : [http://berkleycenter.georgetown.edu/interviews/a-discussion-with-venerable-loun-sovath] (consulté le 29 février 2016).

38 Côté cambodgien près d’une vingtaine de mouvements communautaires de base se mobilisèrent pour l’occasion, dont le collectif de Boeung Kak, mais aussi la Coalition des communautés paysannes du Cambodge, l’Association des fonctionnaires Cambodgiens, ou encore des groupes d’activistes pour la défense des droits fonciers des provinces de Kompong Speu, Kompong Chhnang, Pursat, ou Koh Kong, le tout réuni en un réseau nommé Réseau intersectoriel cambodgien.

39 Selon les informations que nous a fournies l’organisation des droits de l’homme Licadho en juillet 2013.

40 Entretien réalisé le 9 juillet 2013.

41 We Are Social 2012, Social, Digital and Mobile in Cambodia, Singapour, We Are Social. En ligne: [http://www.wearesocial.sg] (consulté le 29 février 2016).

42 Entretien du 22 juillet 2013.

43 Un article du Cambodia Daily daté du 4 juillet 2013 indique que, selon une enquête conduite par le National Democratic Institute de Washington DC, plus de 9 % des électeurs de 2008 auraient été arbitrairement rayés des listes électorales en 2013. Voir aussi l’article de Narim Khuon Narim et Peter Zsombor, « Voters complain over CPP’s “pratice” ballot » du Cambodia Daily daté du 10 juillet 2013, ou encore l’article de Lauren Crothers publié dans le Cambodia Daily du 24 juillet 2013 et intitulé « Human Rights Watch says military and police top brass campaigned for CPP ».

44 « Aid policies, and growth », Policy Research Working Paper no 1777, Washington DC, World Bank, 1997. En ligne : [http://documents.worldbank.org/curated/en/1997/06/438824/aid-policies-growth] (consulté le 29 février 2016).

45 Sophal Ear (2013, p. 45-46, 87-108) mentionne plusieurs cas de détournements de fonds de l’aide étrangère de la part du régime de Hun Sen qui une fois découverts n’ont été restitués totalement ou partiellement aux donneurs étrangers que sous la menace d’un arrêt complet de l’aide.

46 Rappelons ici que le terme vient à l’origine du grec monos (« seul ») et arkhein (« commander »), c’est-à-dire littéralement « gouvernement d’un seul ».

Table des illustrations

Titre Photo 1. Affiche électorale en faveur du PPC, juillet 2013
Légende Slogans : (au-dessus de la ville) « Notre espoir » ;(bandeau bleu au bord de la route) « Mon village, mon pays, mon futur » ;(dans la rizière) « Je respecte, j’aime, je suis satisfait(e) et je fais confiance à monSamdech techo Hun Sen » ; (bandeau blanc du bas) numéro, logo et nom du PPC.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6939/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k

Auteurs

Doctorante en anthropologie, Cornell University, États-Unis

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search