Version classiqueVersion mobile

Sociétés civiles d’Asie du Sud-Est continentale

 | 
Bernard Formoso

Première partie – Entre junte militaire et multipartisme

Chapitre I

Thaïlande : de la bipolarisation politique au coup d’État

Bernard Formoso

Texte intégral

1Comparée aux sociétés civiles d’autres pays bouddhistes de la région, qui pourtant se sont élaborées sur la base de structures sociales analogues et d’un référentiel religieux commun (se reporter aux chapitres ii et iii), celle de Thaïlande présente un profil très particulier. Pour comprendre cette spécificité je propose de relater dans la première partie du chapitre l’histoire et l’évolution politico-économique du royaume entre la seconde moitié du xxe siècle et aujourd’hui, en mettant un accent particulier sur les vingt dernières années. Cet examen permettra de dégager dans une seconde partie les principales caractéristiques d’un processus de démocratisation brutalement interrompu en 2014 par l’intervention de l’armée. Il servira notamment à décrire le champ des forces politiques en présence, leurs idéologies, mais aussi l’impact qu’ont eu l’essor des médias privés et les réformes constitutionnelles de 1997, puis de 2007, sur la configuration actuelle de la société civile thaïlandaise. Dans cette seconde partie j’argumenterai la thèse selon laquelle le royaume est depuis une vingtaine d’années soumis à une tension qui va crescendo sur le plan politique entre d’un côté un désir d’émancipation démocratique et de l’autre une conception très élitiste du gouvernement dont les velléités conservatrices prennent pour enjeu symbolique la sauvegarde de la monarchie. Cette tension en recoupe une autre, sociale et économique, engendrée par des écarts de revenus croissants entre la bourgeoisie des grandes villes et la petite paysannerie qui reste la composante majoritaire de la population, mais souffre d’un sentiment d’abandon. Ce double registre de tensions s’est traduit au cours de la dernière décennie par une bipolarisation du champ politique en deux vastes réseaux d’influence concurrents. L’issue de leur lutte pour l’hégémonie est d’autant plus incertaine qu’au pouvoir des urnes s’oppose celui des armes, du fait du parti pris des militaires en faveur des élites conservatrices. Les forces en présence sont de surcroît l’une et l’autre prises dans les mailles de hiérarchies statutaires et de rapports de clientèle qui entrent en contradiction idéologique avec l’égalité et la plus grande liberté d’expression auxquelles aspire une partie de la population. D’où un processus de réformes qui tourne en rond, faute de parvenir à un compromis politique acceptable par tous et un sentiment fortement ressenti de marche vers l’inconnu.

Polarisations politiques

La montée en puissance du désir d’émancipation des années 1980

  • 1 Cette aide augmenta de manière spectaculaire dès 1954, lorsque la Thaïlande rallia la Southeast As (...)
  • 2 Voir à ce propos les données chiffrées fournies par James Ockey (2004, p. 156-157). Selon ces chif (...)

2Au cours des deux derniers siècles la Thaïlande, appelée Siam jusqu’en 1939, sut se préserver de la colonisation européenne, puis servit de base arrière aux forces armées américaines lors de la Seconde Guerre d’Indochine. Elle n’eut alors à subir que très marginalement le conflit sur son territoire et put même développer ses infrastructures grâce à un accroissement considérable de l’aide américaine1. Si les trois décennies allant de 1960 à 1990 furent pour le Cambodge et la Birmanie placées sous le signe de conflits meurtriers, elles furent à l’inverse pour la Thaïlande marquées par la paix aux frontières et une croissance économique rapide. Durant ces trente années le pays connut des changements économiques et sociaux qui aboutirent à une société plus urbanisée et stratifiée en classes sociales. Les capitaux étrangers affluèrent alors massivement dans le royaume dont l’économie traditionnellement tournée vers l’agriculture accomplit une mutation rapide en direction des activités industrielles et de service. Or, comme le résume en substance Kevin Hewison (1999, p. 239-240), dès lors que les secteurs secondaire et tertiaire se développèrent, une division du travail plus complexe en vint à requérir un éventail plus large de compétences, avec pour effet une société plus diversifiée, dans laquelle le pouvoir économique passa progressivement entre les mains d’un secteur privé urbanisé et de plus en plus internationalisé. Conséquence de ces mutations sur le plan social : la classe moyenne éduquée s’élargit considérablement entre 1970 et 19902. Elle devint aussi plus réceptive aux valeurs cosmopolites et plus sensible aux problèmes de corruption, sans pouvoir toutefois réduire ce phénomène qui, au contraire, se révéla un problème majeur de société. La croissance économique augmenta les revenus potentiels à tirer de la corruption tout en exacerbant la compétition pour le contrôle de ces revenus entre les protagonistes d’un jeu politique désormais élargi aux hommes d’affaires (Phongpaichit et Piriyarangsan 1994, p. 15-21). C’est dans les années 1980-1990 que les chao pho, les entrepreneurs de province ayant bâti leur fortune sur des activités illégales et qui font office de parrains occultes de la vie locale, en vinrent à peser directement sur la vie parlementaire et les coalitions au pouvoir.

  • 3 William Skinner (1957) décrit très bien la logique et l’architecture de ces alliances de raison da (...)
  • 4 D’où le fait que certains journalistes de l’époque l’aient qualifié de « cabinet buffet ». Voir su (...)

3Le champ des forces politiques évolua en conséquence, de même que les critères définissant la bonne gouvernance. Plusieurs auteurs ont souligné l’importance de ce tournant que constitua dans les années 1980 le relâchement des liens de patronage entre la hiérarchie militaire et les milieux d’affaires. En effet, les hauts gradés de l’armée et de la police perdirent rapidement leur position hégémonique en politique lorsque les grands magnats locaux de la finance et de l’industrie, désormais bien intégrés dans l’économie globalisée, eurent suffisamment confiance dans leurs propres forces pour juger moins nécessaire de partager leurs profits avec eux (Phongpaichit et Baker 1996, p. 173 ; Hewison 1999, p. 239). À l’époque des dictatures militaires et plus tard dans le cadre de la transition semi-démocratique (1977-1988), les entrepreneurs n’avaient d’autres choix pour promouvoir leurs entreprises que d’intégrer dans leurs conseils d’administration des hauts gradés de l’armée et de la police connus pour leur autorité et leur influence3. En vertu de ce pacte de protection, ils finançaient la reconversion des généraux lorsque ceux-ci décidaient d’entrer en politique, parés du prestige du chef militaire, tout en étant pourvus des connections (phueng) suffisantes. En revanche, dans les années 1980, l’argent « devenant dieu » (ngoen khoe phrachao), nombre d’hommes d’affaires investis de cette forme de puissance désormais sacralisée s’engagèrent directement dans l’arène politique, en partenariat ou en concurrence avec les militaires, et prirent rapidement l’ascendant sur ces derniers. Une phase importante dans ce processus fut le premier gouvernement civil dirigé par Chatichai Choonavan. Quoique connu pour son haut degré de corruption4, ce cabinet promut de 1988 à 1991 le système parlementaire et remit en cause les valeurs holistes d’ordre, de hiérarchie, de stabilité, d’unité et de subordination statutaire dont la royauté et les militaires s’étaient faits les garants. Le point de non-retour fut atteint en 1992, lorsqu’un an après la reprise du pouvoir par les militaires suite à un coup d’État, des manifestations de grande ampleur mobilisèrent dans les rues de la capitale des étudiants, des ouvriers, des activistes d’ONG, des petits commerçants et des hommes d’affaires, tous coalisés dans un rejet unanime du régime semi-démocratique que voulait réinstaurer le gouvernement non élu du major-général Suchinda Kraprayoon. Les slogans des manifestants revendiquaient plus d’intégrité morale, de compétence et d’honnêteté dans la gouvernance du pays (Laothamatas 1993, p. 99) ; autant de valeurs que Chamlong Srimuang, le leader du parti Phalang Tham et membre de l’organisation bouddhiste Santi Asoke, avait cherché à mettre en œuvre durant ses six ans à la tête de la municipalité de Bangkok (1985-1991).

Amorce de bipolarisation du champ politique dans les années 1990

  • 5 Composé en 2013 de dix-huit membres selon les termes de la Constitution de 2007, le Conseil privé (...)

4Duncan McCargo l’a pertinemment relevé (1997, p. 102-103), les accusations de collusion avec une « secte dangereuse » dont fit l’objet Chamlong Srimuang lors des événements de 1992 et qui l’amenèrent à se mettre un temps en retrait de la vie politique manifestaient la capacité de l’establishment bouddhiste à mobiliser une partie de l’opinion publique pour résister à tout schisme. Mais d’un autre côté l’émergence de mouvements religieux tels Santi Asoke illustrait l’essor de forces de la société civile capables de contester la domination des militaires et des milieux conservateurs. La crise de 1992 fut en effet le point de départ d’une bipolarisation du jeu politique qui s’est progressivement radicalisée jusqu’à aujourd’hui. Ces forces sont d’un côté les militaires, des membres influents de la haute fonction publique, certains intellectuels proches du palais, la hiérarchie bouddhique et le Conseil privé du roi (Khana ongkhamontri thai)5, mais aussi nombre de leaders d’ONG (Ungpakorn 2009, p. 233-327) ; de l’autre un assemblage hétéroclite d’hommes d’affaires engagés en politique, d’universitaires, de syndicalistes, de journalistes et d’activistes, dont certains sont issus des rangs de l’ancien Parti communiste thaïlandais.

5Les premiers, que leurs opposants réduisent volontiers et à tort au seul cercle des conseillers du roi, l’’ammat, font figure de force conservatrice. Ils défendent le modèle d’une société bouddhiste sous patronage royal, où chacun trouverait sa place selon son karma et une hiérarchie statutaire dont toute remise en cause serait facteur de désordre. L’accent est alors mis sur la paix sociale et l’unité du pays dont le roi et l’armée se posent en garants face aux défis économiques du monde contemporain et aux agressions extérieures. L’autre facteur de légitimité que revendique ce pôle du pouvoir concerne l’identité thaïe. Depuis la seconde moitié du xixe siècle l’idéologie nationaliste érige en effet le roi et le clergé bouddhique en icônes de l’identité spécifique du pays. En témoigne l’expression qui depuis Rama vi (1910-1925) désigne la nation thaïlandaise : chat sasana phra mahakasat (« peuple [au sens de groupe uni par des ancêtres communs] – religion [au sens de religion bouddhique] – roi [au sens de chef de guerre] »). Il revint aussi à Rama vi de définir les critères de la « thaïtude » (khwam pen thai), en lien étroit avec le concept de civilisation (siwilai) (Winichakul 2000, p. 528-549). Dans le prolongement de cette codification royale des marqueurs identitaires, l’une des principales tâches associées à la fonction de l’actuel souverain est de promouvoir la culture thaïe sur le plan international comme national, et notamment dans ce dernier cas auprès des minorités des marges du royaume. Les militaires se sont eux aussi faits dès 1932, avec le soutien d’idéologues tels Luang Wichit Wathakan (Barmé 1993), les artisans zélés et parfois agressifs de l’identité nationale telle qu’elle était et reste inculquée dans les écoles, les monastères et les casernes (Reynolds 2002, p. 24).

  • 6 Voir notamment Chai-Anan Samudavanija (1989) et Somchai Phatharathananunth (2006, p. 7).

6Pour leur part, les protagonistes du jeu politique qui forment le second pôle du pouvoir et que leurs adversaires réduisent là encore de manière simpliste à des politiciens affairistes sont les promoteurs d’un modèle de société opposé au premier. Le nationalisme est présenté dans leur optique comme « l’esprit du capitalisme ». Par conséquent inculquer à la population le lien consubstantiel des deux est pensé comme le meilleur moyen de construire une nation soudée et puissante, à l’instar du Japon, de la Corée du Sud ou de Singapour. En cohérence avec cette théorie, ils militent en faveur de la transposition des techniques managériales des entreprises mondialisées à la gestion de l’ensemble du pays (Phongpaichit et Baker 2004, p. 135, 140). Le volontarisme, équivalent en matière de gouvernance du dynamisme entrepreneurial, est posé en contrepoint positif du supposé immobilisme des forces conservatrices. À l’encontre du patronage de la vie politique par les élites statutaires, les tenants de « l’entreprise-nation » conçoivent la démocratie électorale comme un levier pour propulser au pouvoir des self-made men qui, après avoir démontré leurs capacités d’entrepreneur, sont prêts à placer leurs compétences au service de l’intérêt général. Cette doxa n’est pas contraire à la « société civile des élites » que certains intellectuels thaïlandais ont conceptualisée dans les années 1980 pour promouvoir un processus de démocratisation propre à la Thaïlande, dans le cadre duquel les organisations sociales œuvreraient en partenariat avec l’État sous le haut patronage du roi et de son conseil privé6. Elle donne tout simplement à cette doctrine un nouveau visage, jugé plus dynamique et adapté aux défis de la globalisation économique. Dans le droit fil de ce qui précède, les idéologues de la politique managériale du pays opposent au prédicat des hiérarchies préétablies le primat de la méritocratie comme levier essentiel de la mobilité sociale et meilleur moyen d’améliorer les performances de l’État et de la société dans son ensemble. Ce credo néolibéral est toutefois pondéré par une théorie du contrat social inspirée des thèses du moine thaïlandais Buddhadasa (1906-1993), concepteur dans les années 1960 d’un « socialisme dharmique » (Phongpaichit et Baker 2004, p. 136-137). Il s’agit là encore d’un point de friction entre les deux pôles antagonistes du pouvoir. En effet, à la philosophie du renoncement et de la rétribution différée des mérites que professe le clergé theravada et qui invite le fidèle à se satisfaire de son sort, la doctrine de Buddhadasa oppose un engagement du pieu bouddhiste dans l’amélioration de ses conditions de vie et de celles de ses contemporains. On l’imagine, cette position, qui rejoint la dévotion compassionnelle sur laquelle le bouddhisme mahayana met l’accent, était de nature à séduire les élites entrepreneuriales sino-thaïes.

Les années Thaksin (2001-2006)

  • 7 Littéralement « les Thaïs aiment les Thaïs », ce qui implicitement suggérait à l’électorat que les (...)
  • 8 D’abord sous le nom de Phak phalang prachachon (« Parti du pouvoir au peuple ») en 2007, puis sous (...)

7À partir de la fin des années 1990 le magnat des télécommunications, Thaksin Shinawatra, s’imposa comme la figure de proue de cette politique managériale et son plus charismatique idéologue. Parvenu aux plus hautes fonctions grâce à la plateforme promotionnelle que lui offrait son empire médiatique et à son immense fortune comme moyen de garantir l’allégeance d’un parti d’affidés, le Thai rak Thai (TRT)7, il utilisa très intelligemment les ressorts psychoaffectifs du clientélisme pour fidéliser un large pan de l’électorat sur le long terme. Tirant un bon parti tactique du changement du mode d’élection instauré par la Constitution de 1997, il se posa lors de la campagne électorale de 2001 en patron bienveillant des petites gens. Alors qu’auparavant chaque candidat à la députation prenait artisanalement appui sur les personnalités influentes de la vie locale érigées en « têtes de votes » (hua khanaen) pour acheter les électeurs ou leur promettre des aides en cas de succès, Thaksin reprit la démarche à son compte mais selon un rapport direct à l’ensemble de l’électorat. Il affirma que s’il devenait Premier ministre il mettrait en œuvre un moratoire sur les dettes rurales, instaurerait un minimum vieillesse, allouerait pour la mise en œuvre de projets locaux une somme d’un million de bahts (environ vingt-cinq mille euros) à chaque village du pays et qu’il garantirait l’accès de l’ensemble de la population au système de santé public sur la base d’un forfait modique (trente bahts, soit soixante-quinze centimes d’euro). En tenant ses engagements une fois aux affaires il déclencha à grande échelle le réflexe de gratitude qui cimente traditionnellement les rapports de clientèle au sein des sociétés bouddhistes d’Asie du Sud-Est. Cette gratitude, renforcée par le crédit qu’il acquit comme patron fiable car tenant ses promesses, se manifesta par une loyauté électorale durable de la part d’une majorité de petits exploitants agricoles du Nord et du Nord-Est. D’autant que ceux-ci avaient jusqu’alors été les grands laissés-pour-compte de la croissance et que l’attitude bienveillante de Thaksin tranchait avec le mépris dont ils font traditionnellement l’objet de la part des milieux éduqués de Bangkok au nom de leur supposée arriération. Nombre d’habitants de Ban Amphawan et Ban Han, les deux villages de la province de Khon Kaen dans lesquels j’ai effectué des enquêtes socio-économiques entre septembre et novembre 2014, exprimaient clairement cette gratitude en présentant Thaksin comme le seul nai mahasethi (« patron richard ») à avoir réussi à améliorer leur condition matérielle. Très significativement, l’enveloppe d’un million de bahts que le premier gouvernement Thaksin avait allouée à chaque village du royaume et qui sert depuis de fonds de roulement à un système de microcrédit géré au niveau communautaire est communément appelée kông thun Thaksin (« fonds Thaksin »), comme si cet argent avait été extrait de la cassette personnelle du magnat des télécommunications. La fidélité de l’électorat rural ainsi acquise explique en partie le fait que la formation politique de Thaksin, deux fois dissoute pour fraudes électorales et deux fois recréée sous un nouveau nom8, ait conservé la majorité parlementaire lors des élections législatives de 2005, 2006, 2007 et 2011, en dépit du fait que son leader ait été évincé en 2006 du pouvoir, vit depuis en exil et doit faire face à de lourdes charges de corruption et prévarication.

  • 9 Selon la formule employée par Michael Connors et Kevin Hewison (2008, p. 4).
  • 10 Voir à ce sujet Laëtitia Guilhot et Jean-Christophe Simon (2011, p. 290), ou Bruno Jetin (2011, p. (...)

8Une autre grande raison du succès de Thaksin tient au fait qu’il a su concilier ces mesures en direction de l’électorat populaire, et que celles-ci concrétisaient sur le plan symbolique son attachement au socialisme dharmique de Buddhadasa, avec le redressement du capitalisme national suite à la crise de 1997. Sa plateforme politique lors du scrutin de 2001 plaçait ce redressement au cœur de ses priorités. D’où le fait que le TRT ait pu être perçu comme un parti « attrape-tout », dont le manifeste électoral embrassait par pur opportunisme les aspirations divergentes des élites entrepreneuriales et de la petite paysannerie, en utilisant pour ce faire les techniques les plus en pointe du marketing politique (McCargo 2002, p. 253). Assimilable à bien des égards à un « comité exécutif de la bourgeoisie d’affaires »9, le gouvernement de Thaksin tint là encore ses promesses. En l’espace de deux ans seulement il remboursa l’emprunt que le pays avait contracté auprès du FMI suite à la crise de 1997. Il développa aussi le marché intérieur par un ensemble de mesures privilégiant le capitalisme domestique et l’entreprenariat rural via le programme « Un canton, un projet ». Finalement sa politique volontariste, qualifiée de « taksinomics » relança la croissance à un rythme modéré ; ce qui eut pour effet de réduire sensiblement la pauvreté, d’augmenter les revenus des ménages et de redynamiser le marché intérieur10.

  • 11 Voir Duncan McCargo et Ukrist Pathmanand (2005, p. 81). Selon un article du Bangkok Post (14 novem (...)

9En matière de mode de gouvernance les années Thaksin présentent toutefois un bilan très mitigé. D’emblée il apparut que loin d’agir en leader désintéressé il confondait allègrement son intérêt particulier et celui de l’État. D’autre part, la composition de son gouvernement donna l’impression qu’il restait ancré dans les calculs politiciens jusqu’alors de règle, au détriment du cabinet d’experts compétents qu’il avait promis. Ce gouvernement reflétait d’ailleurs assez fidèlement la composition d’un parti, le TRT, qui entendait renouveler la classe politique, mais dont nombre de nouvelles figures étaient patronnées par des politiciens « à l’ancienne » notoirement corrompus11. Surtout, son exercice du pouvoir s’avéra très rapidement autocratique et dans certains cas brutal. Plutôt que de privilégier le débat parlementaire il s’employa à museler l’opposition. Lorsque les mouvements populaires et les ONG en lutte pour l’abandon de projets hydro-électriques et de gazoduc dans le Nord-Est et le Sud refusèrent les indemnités qu’il leur proposait, il interrompit tout dialogue, fit détruire les campements de fortune des protestataires et chercha à les discréditer dans les médias en les accusant de ne servir à rien et de prospérer en parasites de l’aide étrangère. Comme le notent Pasuk Phongpaichit et Chris Baker (2004, p. 147), dans l’État géré par le TRT la société civile était explicitement présentée comme superflue puisque le parti revendiquait un lien direct avec « le peuple ». Cette dérive autoritaire trouva une autre illustration dans la censure des journalistes trop critiques et dans les nombreuses pressions exercées sur les médias indépendants. Si sa campagne musclée d’éradication du trafic de drogue conduite en 2003 recueillit un large soutien populaire tant la consommation d’héroïne et de méthamphétamines était devenue préoccupante au sein de la jeunesse, la lutte sans merci qu’il engagea à partir de 2004 contre les séparatistes musulmans du Sud ne fit qu’exacerber les violences interconfessionnelles, au risque de mettre en danger l’unité du royaume. Elle attisa aussi la traditionnelle rivalité entre la police et l’armée et, au sein de cette dernière, entre différentes promotions d’officiers. Pour toutes ces raisons elle suscita des critiques de la part de l’entourage du roi et notamment du général Prem, ancien ministre de la Défense (1979-1986) et Premier ministre (1980-1988) qui, lorsqu’il était à la tête du gouvernement, s’était efforcé de maintenir un état de paix civile précaire dans le Sud dont il est originaire en faisant jouer ses réseaux locaux.

Disgrâce de Thaksin, émergence des Chemises jaunes et coup d’État

  • 12 Il fut alors convaincu d’avoir transféré un total de deux milliards trois cent soixante-dix mille (...)

10On touche avec la gestion de la crise dans le Sud l’un des multiples points de dissension entre Thaksin et l’’ammat. Certes, au début de son ascension politique l’homme d’affaires se comporta en courtisan zélé. Il aurait aidé le Bureau des propriétés de la couronne à renflouer ses caisses au sortir de la crise de 1997 (Handley 2006, p. 424 ; Ouyyanont 2008, p. 167-173). À son arrivée au pouvoir il mit aussi en œuvre des programmes de développement qui allaient dans le sens de la philosophie royale de l’autosuffisance des communautés villageoises. Ce qui lui aurait valu d’être acquitté par la Cour suprême du délit de prise illégale d’intérêt que la Cour constitutionnelle avait pourtant mis en évidence12. Cependant, grisé par ses succès en tant qu’homme d’État et son haut niveau de popularité, il voulut rapidement s’arroger tous les pouvoirs et, ce faisant, réduire l’influence discrète mais considérable de la royauté et des militaires sur le fonctionnement des institutions. Il se rapprocha dangereusement du prince héritier dans l’espoir secret de le placer sous son contrôle, tint le palais à l’écart des grandes orientations de sa politique, chercha à s’accaparer tout le mérite de l’aide apportée aux nécessiteux et aux paysans quand bien même la famille royale développait de nombreux programmes en ce sens depuis les années 1950 et il entreprit de placer ses affidés à des postes stratégiques de la haute administration, de la police et de l’armée (McCargo et Pathmanand 2005, p. 228-233).

  • 13 Lorsque Thaksin arriva au pouvoir la banque gouvernementale Krung Thai réduisit les dettes de la c (...)
  • 14 Collège pour enfants de la haute société fondé en 1910 par Rama vi pour former alors les pages roy (...)
  • 15 Deux critiques extrêmes encore aujourd’hui placées en tête des accusations sans nuances dont Thaks (...)

11Face à ces manœuvres un front de défense de la royauté prit forme en novembre 2005. Les leaders de cette Alliance du peuple pour la démocratie (APD) étaient d’anciens proches de Thaksin. Ainsi, le principal inspirateur du mouvement, le patron de médias Sonthi Limthongkul, avait pu renflouer son groupe grâce à l’aide indirecte du Premier ministre13 ; l’influent politologue Chai-Anan Samudavanija, l’un des concepteurs de la Constitution de 1997 était certes proche de la famille royale comme en témoignaient à l’époque ses fonctions de président de l’Institut royal et de directeur du Collège Vajiravudh14, mais il avait aussi été nommé par Thaksin à la tête de Thai Airways International et de l’Electricity General Authority of Thailand (EGAT). Quant à Chamlong Srimuang, il avait été brièvement le secrétaire particulier du général Prem, le tout-puissant président du Conseil privé du roi, quand celui-ci était Premier ministre, mais également le mentor en politique de Thaksin au milieu des années 1990. Ces personnalités proéminentes de la société civile, mais aussi d’autres comme la figure charismatique du milieu des ONG, Phipop Thongchai, ou l’ancien leader syndicaliste, Somsak Kosaisuk, se liguèrent contre celui qu’ils affirmaient être devenu un « dictateur civil accompli » et même « un démagogue, émule d’Hitler »15. Bien que le mouvement affirmait défendre la royauté face à la mégalomanie de Thaksin, il profita aussi largement de la lutte interne aux élites entrepreneuriales. En effet l’APD reçut rapidement le soutien financier de certains des principaux capitalistes du pays, tels que Charoen Sirivadhanabhakdi (Thai Beverage, TCC), ou Phrachai Leophairatana (TPI) qui tous avaient souffert des manœuvres de Thaksin visant à bloquer leur redressement ou leur essor afin de mieux promouvoir ses propres entreprises (Connors 2005 ; Pye et Schaffar 2008, p. 38-61 ; Pathmanand 2008, p. 144).

12La contestation prit d’abord la forme de tribunes virulentes dans les journaux et sur la chaîne de télévision par câble dont Sonthi était propriétaire. Puis celui-ci et Chai-Anan prirent l’initiative de lancer une pétition adressée au roi, lui demandant de démettre le Premier ministre de ses fonctions. Le moment était idéalement choisi pour créer un mouvement de grande ampleur sur le thème de la défense de la monarchie. Le pays s’apprêtait à célébrer en juin 2006 le jubilé de diamant de Bhumibol, marquant ses soixante ans de règne et la ferveur populaire envers le roi était proche du paroxysme. Dans ce contexte l’APD élargit considérablement sa base en l’espace de trois mois, ralliant à son manifeste une frange importante des classes moyennes et supérieures de Bangkok, ainsi que des activistes de plus d’une quarantaine d’ONG, ces derniers réagissant aux vives attaques dont ils avaient jadis fait l’objet de la part de Thaksin. Fort de ce soutien, l’APD engagea en février 2006 une épreuve de force avec le gouvernement en organisant dans les rues de la capitale des manifestations de plus de cent mille personnes arborant des chemises ou des brassards jaunes en signe d’allégeance à la monarchie. La protestation prenait pour cible la loi que Thaksin avait fait voter et qui lui avait permis de vendre à des investisseurs singapouriens, moyennant un énorme profit défiscalisé, les parts de son groupe de télécommunications.

13Sous la pression de la rue le Premier ministre organisa alors des élections générales anticipées, convaincu que de nouveau légitimé par les urnes il ferait taire la contestation et infléchirait définitivement le rapport des forces en sa faveur. Le TRT remporta certes ces élections mais le résultat en était faussé par le fait que l’opposition avait boycotté la consultation. Le roi déclara alors le scrutin « non démocratique » et le Conseil constitutionnel l’invalida pour cause d’irrégularités dans l’organisation du vote. À l’issue d’une audience privée avec Bhumibol le jour suivant il apparut clairement que Thaksin était tombé en disgrâce et il annonça même « à chaud » son retrait de la vie politique, avant de se raviser et de revenir à la tête d’un gouvernement de transition censé assurer la continuité de l’État jusqu’à la tenue de nouvelles élections prévues pour octobre 2006. Dans l’intervalle il tenta en vain de remanier à son avantage le commandement de l’armée tout en tenant publiquement des propos équivoques sur le rôle du roi et de son entourage dans le fonctionnement des institutions.

  • 16 Ukrist Pathmanand (2008, p. 136) fournit le détail des catégories professionnelles auxquelles appa (...)
  • 17 La Cour constitutionnelle, la Commission électorale, celle de défense des droits de l’homme, ou en (...)

14Sentant la menace se préciser et jugeant irrespectueux le comportement de Thaksin envers Bhumibol, le Conseil privé du roi décida d’agir. Avec l’appui de militaires royalistes il renversa en septembre 2006 le gouvernement à la faveur d’un déplacement du Premier ministre à l’étranger. Le roi avalisa le coup d’État et un Conseil national de sécurité (CNS) dirigé par le général Sonthi Boonyaratklin fut instauré. Il nomma chef d’un gouvernement de transition le général Surayud Chulanont, membre du Conseil privé du roi. Si ce coup de force de l’’ammat fut accueilli avec soulagement par une majorité d’habitants de Bangkok et du Sud, ainsi que par les hommes d’affaires et les hauts fonctionnaires gravitant autour du palais, il suscita un élan de réprobation de la part des ruraux des autres régions du pays. Il consacrait le retour en force des élites bureaucratiques cooptées au détriment des élus du peuple et plus largement de la démocratie parlementaire. Très significativement, les idéologues de l’APD fustigeaient le parlementarisme, qualifié dans leurs slogans de système corrompu et dictatorial, de monétocratie (ngoentang thippatai) contrôlée par des partis politiques agissant en « Constitution-based companies », maîtres d’œuvre d’un « absolutisme capitaliste élu » (Nelson 2010, p. 121-122 ; Winichakul 2008, p. 21). Pour rompre définitivement avec la « thaksinisation » du pays, ils invitaient le roi à nommer le Premier ministre de son choix. Le souverain refusa de s’engager dans cette voie. Cependant le CNS prit très vite des mesures allant dans le sens d’un retour au régime semi-démocratique qui avait eu cours de 1977 à 1988, puis entre 1991 et 1992. Il instaura l’état d’urgence et bloqua les forums internet critiques à son encontre. Il forma un nouveau Parlement constitué de personnalités nommées, qui comptait une majorité d’anciens membres de cabinets ministériels, de fonctionnaires et de représentants des forces de l’ordre16. La Constitution de 1997 fut abrogée et remplacée par une autre, transitoire, qui permit à l’’ammat d’avoir la main haute sur la composition de l’assemblée constituante et au final sur le comité en charge de rédiger la nouvelle Constitution. Celle-ci fut soumise à référendum en août 2007 et obtint une majorité de 59,3 % sous la pression de l’armée qui menaçait de rester au pouvoir en cas de rejet. Si le CNS préserva dans la nouvelle mouture certains acquis du texte de 1997, tels que les agences de superintendance de la vie politique17, il réforma la loi électorale dans le but d’éviter qu’à l’avenir un parti devienne trop largement dominant, à l’instar du TRT. Or le risque de cette réforme est, comme le note Allen Hicken (2007, p. 145-153), le retour à la situation d’avant 1997. C’est-à-dire l’émiettement de l’échiquier parlementaire en cliques peu cohésives, soumises aux vicissitudes des alliances, sans autre ligne politique que le partage du pouvoir entre leurs leaders et incapables de porter un projet national d’envergure. Également dans le sens d’une déconcentration des pouvoirs, mais aussi d’un rééquilibrage en faveur de l’’ammat, la composition du Sénat renoue dans la nouvelle Constitution avec le régime bimodal d’avant 1997 puisque ses membres sont pour partie élus et pour partie nommés par les grands corps de l’État. Enfin cette nouvelle Constitution, largement défensive car conçue essentiellement contre Thaksin et son parti, limite l’exercice de la fonction de Premier ministre à deux mandats et réduit le seuil du nombre de députés à partir duquel l’opposition peut poser la question de confiance au gouvernement. Au final la seule concession du texte à la vox populi est la réduction importante du nombre de citoyens qui peuvent adresser une pétition au Parlement afin que celui-ci examine leurs doléances (le nombre passant de cinquante mille à dix mille).

Émeutes Chemises rouges – Chemises jaunes et le retour au pouvoir de Thaksin

  • 18 Parmi les groupes pro-Thaksin, mentionnons la « Caravane des pauvres » (Kharawan khon chon), l’« A (...)
  • 19 Tels Surachai Danwattananusorn, Weng Tojirakan ou Thida Thavornset.

15Face à ce coup de force de l’’ammat, qui brisait le difficile consensus auquel était parvenue la Constitution de 1997 concernant les conditions d’accès au pouvoir et l’exercice démocratique de celui-ci, une coalition se forma rapidement sous l’égide des animateurs de la « TV du peuple », la chaîne de télévision du TRT. Elle prit la forme d’un ensemble fragmentaire de groupuscules d’activistes tous unis pour dénoncer le caractère anti-démocratique du coup d’État, mais dont certains se démarquaient de Thaksin, tandis que d’autres réclamaient son retour aux affaires18. À partir de mars 2007 ces groupes, ensuite ralliés par d’autres, vont coordonner leurs efforts en organisant des manifestations sur le vaste terre-plein de Sanam luang. Les journalistes de la « TV du peuple », interdite par le CNS, jouèrent alors un rôle moteur dans l’essor progressif du mouvement dont les mots d’ordre étaient le rejet de la nouvelle Constitution, le retrait des militaires et la lutte contre le pouvoir souterrain de l’’ammat. Ils étaient soutenus sur le plan financier par d’anciens parlementaires du TRT et rallièrent à leur cause des militants associatifs et d’anciens leaders étudiants des années 1970 passés par les maquis communistes19. La contestation s’intensifia à l’approche du référendum sur la nouvelle Constitution et les diverses organisations formèrent alors l’Alliance démocratique anti-dictature qui se dota d’un logo et d’une couleur de reconnaissance : le rouge. À partir de ce moment la bipolarisation de la vie politique va trouver une expression populaire dans les rues de Bangkok, au travers de manifestations mobilisant alternativement des « Chemises jaunes » et des « Chemises rouges ». Concernant ces dernières, la première mobilisation de masse, organisée le 22 juillet 2007, fit le siège de la résidence du président du Conseil privé du roi, le général Prem. Elle fut violemment réprimée par la police et aboutit à l’arrestation des leaders du mouvement, qui alors changea de direction et de nom pour devenir le Front uni contre la dictature ou UDD.

  • 20 Selon une formule publiée dans Phutchakan (« Manager ») du 9 septembre 2008, le magazine de Sonthi (...)

16Lorsqu’aux élections de décembre 2007 la formation politique de Thaksin, renommée Phalang prachachon, l’emporta et forma un gouvernement de coalition dirigé par Samak Sundaravej la contestation changea de camp. À partir de mai 2008 l’APD organisa des manifestations rassemblant plusieurs dizaines de milliers de Chemises jaunes. La contestation prenait appui sur la gestion politique du différend frontalier avec le Cambodge concernant le site de Preah Vihear (Chachavalpongpun 2010, p. 83-119) pour dénoncer « le gouvernement fantoche du hooligan qui vendait le pays à l’étranger »20. Les manifestations se poursuivirent jusqu’au 2 décembre 2008, date de la dissolution du Phalang Prachachon par le Conseil constitutionnel pour fraudes électorales. Entre-temps les manifestants, mettant à profit la neutralité bienveillante de l’armée, avaient paralysé l’activité du pays pendant plusieurs semaines, bloquant les routes, occupant les gares et les aéroports, ainsi que le siège du gouvernement. Durant la crise, trois premiers ministres s’étaient succédé à la tête du gouvernement puisque Samak Sundaravej, démis de ses fonctions pour collusions d’intérêts, avait été remplacé par le beau-frère de Thaksin, Somchai Wongsawat, lui-même contraint à la démission par le Conseil constitutionnel sous le chef d’inculpation d’achats de votes.

17Suite à la dissolution du Phalang Prachachon, certains militaires influents firent pression sur une partie de ses députés pour qu’ils rallient le Parti démocrate pro-royaliste et forment un gouvernement de coalition dirigé par Abhisit Vijjajiva. Le mouvement pendulaire de la contestation repartit dès lors violemment dans l’autre sens. L’UDD, ne voulant pas être en reste, entreprit de renverser coûte que coûte ce gouvernement qui lui paraissait illégitime car non sorti des urnes. Le 10 avril 2009 les Chemises rouges affluèrent en masse à Pattaya pour empêcher la tenue du sommet de l’ASEAN + trois. Les jours suivants des affrontements avec la police au centre de Bangkok firent deux morts et cent treize blessés. Suite à ces événements, les leaders du mouvement décidèrent de se doter d’un programme et d’élaborer une nouvelle stratégie. Ils exclurent notamment de leur forum, rebaptisé « UDD-rouge sur toutes les terres » (No.Po.Cho. daeng tang phendin), les groupuscules appelant à la lutte armée. Malgré ces dispositions, lorsqu’entre mars et avril 2010 des milliers de Chemises rouges convergèrent de tout le pays pour occuper le centre-ville de Bangkok et demander la tenue d’élections anticipées, les manifestations dégénérèrent en combats de rue avec les forces de l’ordre, faisant au total quatre-vingt-onze morts et plus de deux mille blessés. Cet épisode, le plus meurtrier de l’histoire politique du pays depuis les événements sanglants d’octobre 1973, aboutit à l’arrestation de la plupart des dirigeants de l’UDD. Si le Premier ministre Abhisit formula des excuses pour les violences policières commises, il apparut à une partie importante de l’opinion publique que la police et l’armée agissaient de manière partisane en réprimant plus sévèrement les Chemises rouges que les Chemises jaunes. L’appareil judiciaire prêtait lui aussi aux mêmes soupçons d’iniquité. Le parti de Thaksin avait été dissous l’année précédente, or en avril 2010 le Parti démocrate fut convaincu de graves irrégularités et la commission électorale requit sa dissolution. Néanmoins cette requête ne fut pas avalisée par l’autorité judiciaire pour cause de vice de procédure !

18En juillet 2011 les électeurs thaïlandais sanctionnèrent ces manœuvres de l’’ammat en donnant la majorité absolue au parti Phak pheua Thai et en ramenant Thaksin aux affaires par l’entremise de sa sœur cadette, Yingluck Shinawatra. Le slogan de campagne « Thaksin pense, le Phak pheua Thai agit » avait le mérite d’être sans ambiguïté sur le détenteur réel du pouvoir. Les leaders des Chemises rouges furent pour l’occasion récompensés par l’homme d’affaires toujours exilé à l’étranger puisque dix-sept d’entre eux obtinrent un siège au Parlement (dont douze grâce au scrutin de liste). De 2011 à 2014, Yingluck chercha à sauver les apparences, même si ses compétences, son intégrité morale et l’autonomie de décision de son gouvernement étaient systématiquement contestées par l’opposition. Afin de manifester son soutien aux riziculteurs − base de son électorat −, Thaksin conçut un rice-pledging scheme dès 2011. Dans le cadre de ce plan, l’État achetait aux producteurs leur riz plus de 50 % au-dessus de sa valeur pour compenser le net fléchissement des cours mondiaux. Mais face à une concurrence rehaussée par le retour de l’Inde sur le marché international, le riz thaïlandais perdit sa compétitivité à l’exportation et le gouvernement se retrouva confronté à d’importants stocks qu’il ne pouvait écouler qu’à perte. Ce plan de soutien, désastreux sur le plan budgétaire, le fut aussi politiquement. Fin 2013, suite à la dissolution du Parlement, plus de huit cent mille exploitants ne purent être payés pour la récolte de l’année en cours et une vague massive de protestations gagna les fiefs électoraux du Phak pheua Thai. La frustration était d’autant plus grande que la mise en œuvre du rice-pledging scheme avait été émaillée de scandales de corruption impliquant des membres du gouvernement. En sa qualité de présidente du Comité du riz, Yingluck fut même inculpée le 8 mai 2014 pour avoir couvert des détournements de fonds, alors que la veille la Cour constitutionnelle l’avait destituée pour abus de pouvoir concernant une autre affaire. Dans les mois précédant cette destitution, le gouvernement avait commis une autre grossière erreur politique en s’entêtant à faire voter une loi d’amnistie générale qui aurait dépénalisé les crimes commis lors des manifestations des Chemises jaunes et rouges et aurait permis à Thaksin de rentrer au pays sans avoir à purger la peine de cinq ans d’emprisonnement à laquelle il avait été condamné. Cette loi d’amnistie qui faisait partie de la plateforme électorale du Phak pheua Thai et que Yingluck défendait au nom de la « réconciliation nationale », eut là encore l’effet inverse de celui escompté. Elle fut rejetée aussi bien par ses adversaires démocrates que par ses partisans de l’UDD. En effet, les parents des Chemises rouges tuées lors des événements de 2010 refusaient que ces crimes restent impunis. Comble de l’ironie, le sulfureux Suthep Thaugsuban, inquiété dans les années 1990 pour faits de corruption, mais aussi accusé d’avoir fait tirer en 2010 sur les Chemises rouges alors qu’il était vice-Premier ministre du gouvernement d’Abhisit, prit la tête d’une croisade pour « débarrasser à jamais le royaume du régime Thaksin ».

La campagne anti-Thaksin et le coup d’État militaire de 2014

19En novembre 2013, la croisade anti-Thaksin menée par Suthep Thaugsuban réussit à mobiliser sous sa bannière une partie des cols blancs et commerçants de Bangkok, ainsi que des partisans du Parti démocrate du Sud. Ceux-ci organisèrent de grands rassemblements dans le quartier d’affaires de Silom et autour du monument de la Démocratie. Surfant sur ce nouvel élan protestataire qui à son apogée réunissait près de cent cinquante mille manifestants, Suthep créa le 29 novembre 2013 un Comité de réforme démocratique populaire (CRDP), appuyé par le Parti démocrate, l’APD, l’Union syndicale des fonctionnaires, des activistes étudiants pro-monarchistes et des groupes pro-militaires. Le soutien du Parti démocrate au mouvement fut manifeste le 8 décembre lorsque ses cent cinquante députés démissionnèrent en bloc du Parlement, obligeant Yingluck à le dissoudre le lendemain et à organiser des élections générales anticipées pour le 2 février 2014. Entre les deux dates, le CRDP organisa quasi quotidiennement des manifestations à Bangkok et entreprit de paralyser l’activité du gouvernement intérimaire en bloquant l’accès à divers ministères et administrations. Le but de ces manœuvres était de convaincre l’opinion publique de l’illégitimité politique de Thaksin et de son gouvernement. Comme alternative le CRDP proposait la mise en place immédiate d’un Conseil sous patronage de la monarchie et des militaires qui aurait pour mission de réformer la Constitution, de changer les lois et d’émettre des décrets visant à éradiquer le « système Thaksin ». Dans l’esprit de Suthep ce Conseil serait composé de quatre cents membres, dont trois cents représentants des grandes catégories socioprofessionnelles de la nation (dont la procédure de sélection restait floue) et de cent membres choisis par le CRDP parmi les milieux universitaires et des membres respectés de la société civile. La stratégie du mouvement était claire : utiliser la pression partisane de la rue pour casser définitivement la logique bipolaire qui précarisait dangereusement le système politique, ceci en faveur du retour à un régime de patronage paternaliste des institutions sous l’égide d’une troïka formée des militaires, de la monarchie et des caciques du Parti démocrate. Fait intéressant dans le stratagème imaginé par les leaders du CRDP, la « société civile » (pracha sangkhom en thaï) était érigée en moteur essentiel de la réforme des institutions, à la nuance près que ceux censés l’incarner étaient choisis au sein de l’establishment conservateur inféodé à la monarchie et aux militaires. La version parodique et élitiste du concept ainsi proposée visait manifestement à court-circuiter toute procédure démocratique impliquant de près ou de loin les citoyens électeurs. La plupart des chroniqueurs de la vie politique locale qualifièrent l’initiative d’antidémocratique et la proposition fit même débat au sein du Parti démocrate. De son côté, le camp Thaksin se retranchait derrière la Constitution et l’argument de l’intérêt supérieur de la nation pour rester au pouvoir coûte que coûte dans cette phase intérimaire, conscient qu’il était que tout mouvement de retrait sonnerait comme un aveu de culpabilité et que la vacance du pouvoir ainsi créée profiterait à la faction adverse.

20Confrontée à la paralysie durable des institutions et à la menace imminente d’une guerre civile que préfiguraient des meurtres et attentats sporadiques imputés alternativement aux éléments les plus radicaux des deux camps, l’armée laissa pendant des mois pourrir la situation dans le but inavoué de mieux légitimer à terme une intervention qui paraissait inévitable. Cette stratégie de non-intervention, qui sonnait implicitement comme un désaveu du gouvernement en place, était aussi motivée par l’anticipation d’un autre facteur d’instabilité. Lors du discours royal marquant les célébrations de l’anniversaire de Rama ix, il apparut à tous ses sujets que le monarque n’avait plus la capacité physique d’assumer sa fonction d’arbitre suprême du jeu politique national. La légitimité et l’impartialité de l’’ammat étant ouvertement contestées par l’une des factions, seule l’armée disposait de l’autorité et de la capacité coercitive nécessaires pour relayer cette fonction d’arbitrage, dès lors qu’elle donnait des gages apparents de neutralité. C’est ce à quoi le haut état-major s’appliqua durant de longs mois au cours desquels il préféra aux démonstrations de force et aux menaces d’intervention musclée l’efficacité symbolique du paternalisme bienveillant traditionnellement endossé par le monarque constitutionnel. Une telle attitude trouvait également son principe dans la crise de succession qui s’annonce. Le prince héritier, Maha Vajiralongkorn, quoique âgé de plus de soixante ans, souffre en effet d’un fort déficit de popularité et son intronisation pourrait exacerber les tensions civiles existantes tout en menaçant le devenir de la monarchie. En prévision de tels problèmes l’armée se prépare soit à modifier la règle de succession en faveur de la très populaire princesse Maha Chakri Sirindhorn, soit à une gérance implicite du royaume en étroite liaison avec l’’ammat.

  • 21 Effectif du 24 mai au 13 juin.

21Le coup d’État militaire du 22 mai 2014 doit être interprété à la lumière de ces calculs politiques tout autant que par l’enchaînement des événements qui suivirent les élections tronquées du 2 février. La consultation électorale ayant été perturbée, voire empêchée par les manifestants du CRDP dans certaines juridictions, sans que les forces en présence ne s’entendent sur un calendrier qui permettrait d’en compléter les résultats, elle fut finalement annulée le 24 mars par la Cour constitutionnelle. Cet échec de la démocratie représentative fut amplifié par le limogeage de Yingluck et de neuf ministres de son gouvernement sous divers chefs d’inculpation. Bien qu’un nouveau gouvernement intérimaire ait été nommé immédiatement, l’absence de perspective de sortie de crise et les risques amplifiés de confrontation entre partisans des deux camps firent éclater au grand jour la faillite du régime des partis. Dans ces conditions une frange croissante de l’opinion publique, éreintée par des mois de conflit, en vint à admettre que seule une intervention de l’armée permettrait de ramener l’ordre, la paix et la stabilité dans le royaume. Très intelligemment, le haut commandement interarmées, avec à sa tête le général Prayuth Chan-Ocha, joua la carte de l’intervention par devoir et non par abus de pouvoir. En effet, par son scénario, le coup d’État du 22 mai innova sur plusieurs points par rapport aux très nombreuses interventions militaires ayant auparavant émaillé l’histoire contemporaine du royaume. Dans un premier temps, le 20 mai, les militaires réactivèrent une loi martiale promulguée un siècle plus tôt par Rama vi. L’application de cette loi d’exception leur permit d’interrompre par la force l’ensemble des manifestations et de convoquer sous peine de lourdes sanctions les leaders des deux camps. Dans un second temps qui dura du 20 au 22 mai, ceux-ci furent retenus au QG de l’armée et sommés d’apaiser leurs différends. Enfin, le 22 mai, prenant publiquement acte de l’impossibilité d’une telle conciliation, le général Prayuth prit le pouvoir au nom d’un Conseil national pour la paix et l’ordre (CNPO), composé des principaux chefs de l’armée et de la police. Très vite le CNPO prit des mesures destinées à juguler durablement toute forme de contestation : instauration d’un couvre-feu dans tout le royaume21, interdiction des rassemblements publics de cinq personnes ou plus, prise de contrôle des chaînes de télévision et de radio, censure de la presse, de l’internet, blocage temporaire de CNN et interpellation des leaders des deux factions qui furent libérés sous condition de ne pas contester l’action de la junte. Le CNPO procéda aussi à la dissolution du gouvernement et du Sénat, tout en suspendant la Constitution de 2007, que pourtant le commandement militaire avait en partie élaborée et imposée lors du précédent coup d’État. Le 23 juin le CNPO annonça qu’une Constitution provisoire serait promulguée pour remplacer la précédente et dans l’attente d’une refonte constitutionnelle opérée par une commission constituante composée de trente-cinq membres choisis par le CNPO.

  • 22 Au lendemain du coup d’État, Suthep déclara à des journalistes qu’avant d’instaurer la loi martial (...)

22L’intervention des forces interarmées fut approuvée par une grande partie de la population, le roi avalisa le coup d’État en nommant le général Prayuth pour diriger le pays. De plus, l’une des premières mesures du CNPO fut d’apaiser le mécontentement des agriculteurs en demandant au ministère des Finances et à la Banque de l’agriculture et des coopératives de verser quatre-vingt-douze milliards de bahts aux plus de huit cent mille exploitants qui n’avaient pas été payés pour leur riz dans le cadre du rice-pledging scheme. Cependant les déclarations d’intention du CNPO laissent augurer d’une mise entre parenthèses durable de la démocratie représentative et son remplacement par une dictature militaire musclée. À la différence des coups d’État militaires de 1992 et de 2006, le général Prayuth s’est bien gardé de déclarer qu’il remettrait à brève échéance le pouvoir à un gouvernement civil. Tout au contraire, suite à la mise en place d’un cabinet intérimaire interarmées, il entend conduire des réformes économiques, sociales et politiques de fond en utilisant pour ce faire les systèmes de commandement et de contrôle militaires. Il envisage certes de mettre en place très vite un Conseil de réformes de deux cent cinquante membres et une Assemblée nationale de deux cents membres, mais l’un et l’autre seront composés de personnalités nommées par le CNPO, dont une majorité de militaires et d’officiers des forces de police. Sans être formellement explicité, l’agenda politique de ces instances est facile à discerner. Il s’agira de mettre en œuvre sur un mode autoritaire et moins brouillon la plateforme revendicative de Suthep et du CRDP22 : réformer la Constitution pour réduire au maximum la portée du vote populaire ; supprimer la dualité des pouvoirs qui a caractérisé le champ politique thaïlandais au cours de la dernière décennie et dans cette optique éradiquer le « système Thaksin » ; enfin, réorganiser les institutions et la balance des pouvoirs dans le sens d’un régime semi-démocratique à la thaïlandaise, piloté par la monarchie et l’armée, à travers son nœud gordien qu’est l’’ammat. Dans cette perspective, les habitants du royaume seront soumis à un régime de droits civiques hybride : mi-citoyens, mi-sujets et l’on peut prédire à coup sûr que le crime de lèse-majesté sera utilisé encore davantage qu’aujourd’hui pour faire taire toute contestation du régime. Finalement, après avoir applaudi dans un premier temps l’intervention de l’armée, il est bien possible que la population et notamment la classe moyenne déchante très vite face à un net recul de la relative liberté d’expression dont elle a joui pendant plus d’une décennie, suite à la libéralisation des médias et à l’essor des réseaux sociaux sur l’internet.

Enjeux de pouvoir, enjeux de société (civile) et legs culturel

La Constitution de 1997 : facteur d’émancipation ou de blocages ?

  • 23 L’assemblée constituante de quatre-vingt-dix-neuf membres était composée de soixante-seize élus du (...)

23Au terme de cette rapide évocation des événements qui ont marqué la vie politique contemporaine du royaume plusieurs remarques de fond s’imposent. La première a trait à l’impact qu’a eu la promulgation de la Constitution de 1997 sur le fonctionnement ultérieur des institutions et sur la recomposition des forces politiques du pays. Si la Thaïlande a connu un nombre impressionnant de Constitutions entre 1932 et 2014 (dix-huit au total sans compter celle à venir, soit une tous les cinq ans en moyenne), celle de 1997 fit date, non seulement par sa longévité (dix ans), mais aussi parce qu’elle reposait en amont sur un travail de consultation de l’opinion publique via des questionnaires remplis dans les régions. Elle fut d’autre part élaborée par des représentants de la société civile et adoptée par une assemblée constituante composée aux quatre cinquièmes de représentants choisis par le peuple, ce qui reste à ce jour un fait unique dans l’histoire du royaume23. Enfin, elle prit forme dans un contexte de crise financière où le pays, durement affecté, cherchait un nouveau souffle. Les enquêtes préliminaires supervisées par le comité de rédaction de la Constitution révélaient l’exaspération de l’électorat envers un système politique jugé corrompu, inefficace et très instable, de surcroît dominé par des élites bureaucratiques insuffisamment à l’écoute des besoins du peuple. En s’inspirant du modèle fourni par de grandes démocraties occidentales, dont l’Allemagne, la Constitution de 1997, autoproclamée « pour le peuple et contre la corruption » (Laird 2000, p. 163-165), voulut apporter des solutions durables à ces problèmes. Elle créa en effet plusieurs organes de contrôle de la vie publique dont les membres, pour la plupart de hauts magistrats, étaient nommés par le roi sur proposition soit du Sénat, soit de commissions composées de parlementaires et de magistrats. Parmi ces organes mentionnons : la Commission électorale, initiée en 1992 mais dont l’autonomie et les pouvoirs furent renforcés en 1997 ; le Bureau des recours contre le gouvernement, qui traite des récriminations des citoyens à l’encontre de l’autorité publique ; la Commission des droits de l’homme ; la Cour des comptes et enfin la Commission nationale anti-corruption, en charge de conduire des enquêtes de probité sur tous les élus et fonctionnaires (ce qui n’empêcha pas ses neuf membres d’être démissionnés en bloc en 2004 pour détournement de fonds publics en leur faveur).

  • 24 La Constitution de 1997 avait fixé pour principe un mode plurinominal dans le cadre duquel les éle (...)

24En matière de gouvernance les résultats de la Constitution de 1997 furent spectaculaires. Elle offrit la possibilité d’un régime parlementaire fort, dominé par un parti doté de la majorité absolue dans les deux chambres (Parlement, Sénat) et capable de conduire une politique économique et sociale ambitieuse. En revanche, sur une autre question centrale qui était celle de la lutte contre la corruption elle se heurta d’emblée à une très forte résistance de la part des élus, tant l’enrichissement lié à l’exercice d’une fonction politique avait pour eux valeur de prédicat culturel. Certes les agences de contrôle créées par la nouvelle Constitution s’attaquèrent au cumul des charges électives et des emplois ou responsabilités dans le secteur privé, au nom de la lutte contre les conflits d’intérêts. Cependant, c’est en créant une synergie lucrative entre leurs connections dans l’appareil d’État et leurs entreprises que la majorité des parlementaires s’étaient bâti simultanément une fortune et un réseau d’influence suffisant pour briguer un mandat de parlementaire. Thaksin Shinawatra fait d’ailleurs figure de héros de cet art de la combinazione, puisqu’il avait construit son empire des télécommunications grâce aux puissants appuis ministériels dont il disposait dans le gouvernement de Chatichai Choonavan et qui le placèrent en position oligopolistique dans ce secteur (Phongpaichit et Baker 2004, p. 45). Ce faisant, l’ensemble de la classe politique restait convaincu qu’accroître sa richesse et faire carrière en politique étaient deux moyens indéfectiblement liés pour accumuler du pouvoir et promouvoir son statut. Renoncer, ne serait-ce que provisoirement, à l’un de ces moyens revenait selon eux à perdre rapidement l’autre au profit de la concurrence dès lors mieux placée pour drainer vers elle les soutiens. En résistant par toutes sortes de stratagèmes à l’injonction constitutionnelle les députés et ministres s’exposèrent massivement à la sanction de la loi, devenue de surcroît plus regardante sur la pratique répandue des achats de votes. Si la Constitution de 1997 est donc parvenue à reconfigurer le système des partis afin de le soustraire au régime instable des alliances entre micro-formations, elle a introduit en retour, comme effet pervers de ses intentions louables, un nouveau facteur d’instabilité de nature à perturber considérablement le fonctionnement des institutions. Il tient aux multiples actions pénales engagées par la Commission électorale, la Commission anti-corruption et le Conseil constitutionnel à l’endroit des députés et ministres, avec pour effet des remaniements ministériels à répétition, des démissions en cascade de premiers ministres et même la dissolution en bloc de partis pour fraude électorale. À cet égard la Constitution promulguée en 2007 ne fit qu’aggraver l’instabilité parlementaire et gouvernementale comme mal endémique de la Thaïlande. D’un côté, elle restait attachée au principe de la probité en politique et maintint à ce titre les agences de contrôle dont l’action a conduit ces dernières années à la mise à l’écart de deux premiers ministres pro-Thaksin, à la dissolution du TRT, puis du Phalang Prachachon, et même du Parti démocrate (sanction non validée dans son cas). De l’autre, elle restaura partiellement le système électoral qui avait cours avant 1997. En rétablissant, pour ce qui est du contingent par circonscription, le mode uninominal d’élection des députés24, elle incita les candidats à renouer avec la pratique de l’achat des votes qu’elle condamnait par ailleurs. Elle rendit aussi plus compliquée la constitution de majorités absolues au sein du Parlement, tout en bridant l’action gouvernementale par un Sénat en partie nommé et un déclenchement plus facile de votes de confiance.

Le rôle occulte de la monarchie, le « roi démocratique » et ses œuvres

25La bipolarisation de la vie politique qui a divisé la société civile en deux camps antagonistes entre 2006 et 2014 est, elle aussi, une conséquence indirecte de la Constitution de 1997. Pour comprendre son impact il faut procéder à un rapide retour en arrière sur la manière dont s’est progressivement structuré le champ politique en Thaïlande dans la seconde moitié du xxe siècle. En effet, à partir du gouvernement de Sarit Thannarat (1957-1963) le roi et les militaires se sont associés pour gouverner le pays. Certes, sous les régimes dictatoriaux de Sarit puis de Thanom Kittikachorn, Bhumibol évita de s’immiscer publiquement dans la politique intérieure du pays. Cependant, en phase avec les aspirations de la majorité de la population, il fit discrètement pression sur les militaires dès la fin des années 1960 pour rétablir le système parlementaire et il manifesta ouvertement sa sympathie à l’égard des étudiants, lorsque ceux-ci se révoltèrent contre la dictature en 1973 (Phongpaichit et Baker 2005, p. 186). Ce faisant, il créa le sentiment au sein de l’opinion qu’il endossait les habits du « roi démocratique », c’est-à-dire, selon Jacques Rancière, d’un souverain « habile à effectuer deux gestes en un, à marquer le trait de l’Un juste nécessaire pour apaiser les passions de la meute et préserver ainsi le démos comme séjour de la dualité [entre l’ordination, qui tient à l’assignation des rangs et des identités, et la puissance du multiple anonyme en sa capacité de défaire les partenariats, les collections et les ordinations] » (1998, p. 67, 72).

26Ainsi, à partir de cette décennie particulièrement troublée le roi commença à faire jouer publiquement sa fonction d’arbitre suprême et ainsi dénouer des situations de blocage autrement inextricables. Surtout, en contrepoint total de l’image donnée d’un roi d’inclination ochlocratique, car privilégiant la volonté des foules, il parvint à rallier la frange la plus progressiste de l’armée à sa vision d’une démocratie sous contrôle de l’élite. Le gouvernement du général Prem Tinsulanonda, de 1980 à 1988, expérimenta ce projet et marqua un tournant dans les relations entre le palais et les militaires puisque le roi fut alors systématiquement consulté sur tous les grands choix de politique générale. Cet étroit partenariat est à l’origine de la grande confiance dont le monarque crédite Prem. D’où le fait que ce dernier soit devenu président d’un Conseil privé érigé aujourd’hui en poste de pilotage du modèle de démocratie élitiste que le roi estime être le seul adapté à la spécificité socioculturelle du pays.

27Les rapports symbiotiques qui se consolidèrent au fil des décennies entre les militaires, longtemps détenteurs du pouvoir exécutif auparavant dévolu à la monarchie absolue mais souffrant d’un manque de légitimité, et un souverain qui se construisit dans l’intervalle l’image d’un grand roi charismatique et bienveillant, doté d’un karma exceptionnel à la mesure de la longévité de son règne, ont fait que Bhumibol a très discrètement regagné une part importante du pouvoir politique auquel Prajathipok (Rama vii) avait dû renoncer en 1932. Comme le résume parfaitement Thongchai Winichakul : à partir de 1973 « le roi devint la plus haute autorité, “au-dessus” de la politique normale. Mais être “au-dessus” de la politique n’a plus signifié être au-delà ou en dehors de celle-ci. Cela signifiait être “au sommet de” ou [autrement dit] superviser la politique normale » (2008, p. 20).

  • 25 La couronne possède un tiers des terres du Bangkok d’avant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que d (...)

28Au cours de ce long processus de restauration, le palais s’est progressivement imposé comme le faîte suprême d’un vaste réseau de patronage, fonctionnant par cercles de pouvoirs emboîtés à l’image du système des principautés (müang) de l’époque pré-moderne (Tambiah 1976). Ce réseau intègre en une commune structure pyramidale une part importante de la hiérarchie militaire, l’aristocratie, le haut clergé bouddhique, les grands commis de l’État, des universitaires de renom et un grand nombre d’hommes d’affaires soucieux de convertir une part de leur fortune en capital social et en prestige via l’acquisition de titres honorifiques et de décorations attribuées par le palais. D’autre part, grâce au Bureau des propriétés de la couronne (BPC), qui gère l’énorme patrimoine foncier de la royauté25, mais contrôle aussi le second conglomérat d’entreprises du pays (Siam Commercial Bank, Siam Cement), la famille royale s’est trouvée dotée à partir du boom des années 1980 de moyens considérables pour conduire, par l’entremise d’une nébuleuse d’ONG, des œuvres sociales, des projets de développement, de protection de l’environnement et de promotion du patrimoine qui contribuent à sa grande popularité. Ces ONG sont assimilables à des GONGO. En effet, sans être directement organisées par le gouvernement, elles n’en ont pas moins été créées à l’initiative d’une royauté qui personnifie au plus haut point l’État. D’autre part, les fonds qui permettent à ces ONG de fonctionner sont fournis par le BPC qui est une agence quasi gouvernementale, instituée en personne juridique en 1948 et présidée ex officio par le ministre des Finances, même si son comité exécutif est choisi par le roi.

29La plus importante des ONG royales est la fondation Chaipattana (« Victoire du développement »). Elle fut créée en 1986 à l’initiative du roi Bhumibol qui en reste le président d’honneur, la princesse Sirindhorn en étant la présidente exécutive. La fondation conduit des projets pilotes en matière de développement agricole, de qualité de l’environnement (notamment des sols et de l’eau) et de développement social et culturel. Elle apporte aussi un soutien financier et logistique aux victimes de catastrophes, comme ce fut le cas lors du tsunami de 2004. Chaipattana sert de laboratoire à l’expérimentation des idées personnelles du souverain en matière d’ingénierie du développement. Ces idées s’articulent en une « nouvelle théorie » tournée vers la sécurisation alimentaire, l’autogestion communautaire, la responsabilisation individuelle dans l’usage des ressources et enfin le développement moral et social dans le respect des valeurs bouddhiques. L’objectif ultime de cette « nouvelle théorie » est de substituer au cercle vicieux de la recherche individualiste du profit, de l’exploitation de l’homme par l’homme, de l’endettement et de la paupérisation, le cercle vertueux de l’entraide et de la réduction des inégalités au sein des communautés rurales, afin de renforcer leur capacité de résistance face aux velléités prédatrices du capitalisme sauvage. Très largement centrée au niveau de l’assistance technique sur une agriculture d’autosubsistance éco-responsable, la théorie royale peut paraître passéiste et utopique, au regard de l’évolution actuelle de la paysannerie thaïlandaise, une large proportion de celle-ci tirant désormais la majeure partie de ses revenus d’activités hors agriculture (Walker 2012 et constat de l’auteur à l’étude de deux villages du Nord-Est). Elle rejoint cependant l’idéologie du développement, centrée sur la culture et les valeurs communautaires que promeuvent la plupart des ONG thaïlandaises, à commencer par la plus importante d’entre elles, la Population and Community Development Association (PDA). D’où le soutien apporté par une majorité de responsables d’ONG locales aux Chemises jaunes (Ungpakorn 2009).

30Parmi les autres GONGO initiées par la famille royale, la plus ancienne est la Croix rouge thaïlandaise (CRT). Elle fut fondée en 1893 par le roi Chulalongkorn et est aujourd’hui présidée par la princesse Sirindhorn. Son incorporation en 1920 dans le mouvement de la Croix rouge internationale (CRI) fit débat, car elle dérogeait à la charte de la CRI qui veut que ses membres agissent indépendamment des instances politiques. Le fait que la CRT autofinance ses projets résolut le problème. La CRT est la plus puissante organisation humanitaire et médicale du pays. Sur le plan national elle est proéminente en matière de lutte contre le sida, de collecte de sang et de production de vaccins antivenimeux. La reine Sirikhit a aussi sa fondation, connue sous l’acronyme de SUPPORT (Foundation for the Promotion of Supplementary Occupation and Related Techniques). Créée en 1976, elle joue un rôle important en matière de patrimonialisation et de promotion de l’artisanat thaï (soie, joaillerie, vannerie…), via des projets pilotes qui visent à apporter des compléments de revenus à des foyers ruraux, ceux-ci jouissant d’un soutien financier et technique de la part de la fondation. Enfin, mentionnons la fondation Mae Fa Luang, créée en 1988 par la princesse Srinagarindra, mère de l’actuel souverain. Cette fondation conduit un projet de développement, le projet Doi Tung, qui intéresse onze mille montagnards du Nord répartis entre vingt-neuf villages. Ce programme se veut le modèle d’une intégration économique et politique réussie des minorités montagnardes en fournissant des formations, mais aussi des revenus agricoles et artisanaux qui puissent constituer une alternative viable et éco-responsable à la culture du pavot et à la pratique de l’agriculture sur brûlis. Pour valoriser économiquement ce projet une gamme de produits « Doi Tung » qui relèvent du commerce équitable est proposée dans un réseau étendu de points de vente.

31Outre les fondations qu’ils dirigent, les membres de la famille royale apportent un soutien à plusieurs dizaines d’ONG dont les œuvres sociales, les programmes en matière de développement ou les actions en faveur de la promotion de l’éducation et de la culture thaïes sont jugés utiles par le palais. Ces ONG sont dès lors officiellement placées sous patronage royal et reçoivent un soutien de la famille régnante qui est généralement d’ordre symbolique (participation d’un membre de la famille aux grands événements de l’association), mais qui peut aussi être matériel (don d’un terrain ou de locaux). S’est ainsi progressivement formée à partir des années 1960 une nébuleuse d’organisations qui comptent parmi les plus influentes de la société civile et qui gravitent dans l’orbite du palais. Dans le domaine du développement rural, la plus ancienne et la plus importante d’entre elles est le Thailand Rural Reconstruction Movement (TRRM). Cette ONG fut fondée en 1967 par Puey Ungpakorn, un économiste de renom, alors qu’il dirigeait la Banque centrale de Thaïlande. Une solide amitié et une convergence de vues concernant la démocratisation du pays liaient Puey au roi Bhumibol et lorsque le premier, alors recteur de l’université de Thammasat, se dressa contre les militaires lors du massacre des étudiants d’octobre 1976, il ne put quitter le pays sain et sauf que grâce à la protection personnelle du souverain. Le TRRM a exercé une grande influence sur les autres ONG thaïlandaises, initiant des méthodes de travail que celles-ci adopteront par la suite et formant une partie de leurs personnels (Shigetomi 2002, p. 126). Le National Council on Social Welfare of Thailand (NCSWT) est un autre exemple intéressant d’ONG sous patronage royal. Il fut fondé en 1960 grâce au don d’un terrain par le roi et le financement de la construction de ses locaux par la reine mère. Le NCSWT met en place des programmes d’aide aux pauvres (il gère une soupe populaire) et aux personnes souffrant de divers handicaps. Il finance également des programmes de prise en charge des jeunes toxicomanes. Par octroi royal, il tire une partie de ses revenus de la gestion du quota de billets de loterie nationale vendus par les aveugles dans les rues de Bangkok et d’autres grandes villes. Dernier exemple d’ONG sous patronage royal (en l’occurrence sous le haut patronage de la reine Sirikhit depuis 1961), le National Council of Women of Thailand dont la vocation première est de promouvoir la condition féminine sur le plan national, via l’organisation de différents événements largement médiatisés (ventes de charité, marathon féminin, etc.). Cette ONG est depuis sa création dirigée par des femmes de hauts fonctionnaires proches du palais et qui ont toutes le titre honorifique de khunying délivré par la monarchie.

32Sans surprise, les responsables de ces ONG apportèrent publiquement leur soutien à l’APD lors des événements de 2006 et plus tard, en 2013, au CRDP de Suthep Thaugsuban. Plus surprenant en revanche fut le ralliement à cette même cause des grands réseaux d’ONG indépendantes, pourtant censées agir en faveur de la démocratie et des franges les plus vulnérables de la population. Qu’il s’agisse du NGO-COD (une structure ombrelle fondée en 1981 et regroupant plus de deux cents ONG locales), du Thai Volunteer Service, de l’Ecology Movement, du Aids-Network, de Focus-Global South ou du Southern Fisher Folk Network, tous prirent parti contre la « thaksinisation du régime » et apportèrent un soutien massif aux coups d’État militaires de 2006 et de 2013. Selon le fils de Puey Ungpakorn, le sociologue et activiste Giles Ji Ungpakorn (2009), l’explication tient sur le plan idéologique au fait que les syndicalistes et les leaders de ces ONG souscrivent à une forme de conservatisme qui conçoit les communautés rurales comme étant le foyer essentiel de la culture thaïe et le seul lieu à même de réaliser une synthèse réussie entre cette culture et les leviers structurels du développement économique. À l’inverse, ils perçoivent le système parlementaire comme fondamentalement corrompu et par là corrupteur de la société dans son ensemble. À cela s’ajoute le fait que la plupart des ONG thaïlandaises ne captent plus de subsides de l’aide bilatérale ou internationale au développement depuis la fin des années 1980 (le pays étant considéré comme un pays développé dans le contexte asiatique). En résulte leur dépendance financière étroite pour l’octroi de subventions envers des organismes ministériels ou para-ministériels que dirigent des technocrates issus de l’establishment conservateur. Les dirigeants de ces ONG, explique Giles Ji Ungpakorn, se sont de longue date bureaucratisés et manquent de véritable ancrage populaire ; ce qui les rend incapables de comprendre les attentes de la frange rurale et pauvre de la population. Enfin, sur un plan personnel, leurs leaders aspirent pour la plupart à une carrière politique et ont pensé qu’en retour du soutien apporté au coup d’État de 2006, les militaires les choisiraient pour entrer au Sénat.

Le tournant des années 2000 : l’ordre monarchique contesté

33Sans avoir développé nécessairement une stratégie concertée en ce sens, le palais et les militaires royalistes tirèrent parti dans les années 1980-1990 d’un régime parlementaire corrompu et de coalitions gouvernementales instables. De telles faiblesses leur permettaient de rejeter en bloc la possibilité d’un système démocratique durablement viable qui soit ajusté aux spécificités culturelles du royaume. Elles justifiaient aussi et surtout leur emprise sur l’appareil d’État au nom de la continuité des institutions, mais aussi de l’unité et de l’identité nationales. Enfin, les vices associés à la classe politique permettaient a contrario de mieux construire auprès de l’opinion publique la stature d’homme d’État de Bhumibol. Il était intègre et menait un train de vie austère, à l’inverse des politiciens cupides et corrompus. Il agissait dans l’intérêt général là où les politiciens étaient notoirement connus pour « manger le pays » (kin müang). Enfin, son capital politique augmentant au fil des crises qu’il arbitrait et des éphémères premiers ministres qu’il côtoyait (vingt-cinq en l’état actuel de son règne, soit un tous les deux ans et demi en moyenne), il se posait en seul pilier stable des institutions face aux divisions créées par une classe politique inconsistante.

  • 26 Voir Porphant Ouyyanont (2008) à propos du BPC et Ukrist Pathmanand (2001, p. 27-28) à propos des (...)

34Or, la Constitution de 1997, mais aussi la crise financière qui va frapper le pays la même année vont cumuler leurs effets pour créer les conditions d’un changement radical de cette structuration du champ politique. L’une dans l’autre, elles vont permettre la formation d’un parti, le TRT, qui va servir, au moins au départ, de pôle d’attraction aux principaux groupes capitalistes du pays, tels Charoen Phokpand (CP) ou la Bangkok Bank (Pathmanand 2001, p. 38), tous mus par le désir de restaurer et d’accroître leur puissance par le rétablissement d’une coopération avantageuse entre le capital et le monde politique. La Constitution de 1997 va donner au TRT les moyens d’une majorité parlementaire et propulser au pouvoir une étoile montante de la vie politique et du capitalisme asiatique, qui était sortie pratiquement indemne de la crise, ainsi que l’ont montré Pasuk Phongpaichit et Chris Baker (2004, p. 59), contrairement aux conglomérats d’entreprises de la couronne et de l’armée alors en grande difficulté26.

  • 27 Jadis militaire et aujourd’hui de plus en plus économique.

35Thaksin mit ainsi rapidement en place un régime ploutocratique dont il était le principal bénéficiaire et qui lui permettait de faire fructifier ses affaires tout en étendant ses réseaux d’influence dans toutes les directions au sein de l’appareil d’État, du milieu des affaires et de la société civile. En faisant preuve d’un dynamisme hors du commun en ce sens, il put contester rapidement l’hégémonie de l’’ammat sur presque tous les registres du pouvoir, y compris dans le registre du capital symbolique à travers la popularité qu’il acquit par la mise en œuvre de ses programmes sociaux et de soutien économique aux villages ruraux. Dans ces conditions la vie politique commença à être marquée par une rivalité, d’abord feutrée, puis de plus en plus ouverte – au fur et à mesure que Thaksin renforçait ses réseaux – entre deux pôles du pouvoir : celui de la politique-business à la tête duquel l’homme d’affaires s’était hissé et celui qui continuait à lier le roi, son Conseil privé, la haute hiérarchie du clergé bouddhique et les éléments royalistes de l’armée. Ces deux pôles, il est important de le souligner, sont organisés selon les rapports hiérarchiques et les rapports de patronage qui caractérisent la fabrique du social dans les sociétés bouddhistes d’Asie du Sud-Est. Les loyautés qui cimentent de proche en proche ces structures pyramidales découlent d’une forte personnalisation du lien social. En effet l’extension des allégeances au profit d’une personnalité dépend directement de son aptitude à être reconnue et admirée pour sa puissance27 (kamlang), son autorité (‘amnat), l’influence qu’elle peut avoir sur le cours des choses et par la vertu bouddhique (barami) qu’elle incarne. Pour la grande majorité de ses sujets, le roi Bhumibol personnifie à un niveau suprême et donc incomparable ces qualités. Cependant Thaksin, parvenu au faîte de son ascension politico-économique, condensait ces attributs du pouvoir à un degré jugé menaçant pour l’’ammat et notamment pour la vieille garde des militaires-politiciens. D’autant que ceux-ci étaient sur la défensive suite à la crise de 1997, mais aussi du fait de leur retrait forcé du gouvernement depuis le début des années 1990. La lutte pour l’hégémonie que se livraient jusqu’à peu les deux pôles opposés du champ politique thaïlandais se cristallisait largement autour de la légitimité d’un homme fort – Thaksin – en position de défier le monarque dans le registre de ces attributs du pouvoir, liés au capital social et à la richesse, que sont la puissance, l’influence, l’autorité et la vertu.

Les ambiguïtés de la société civile thaïlandaise

36Enjeux politiques et sociétaux étant étroitement liés, la bipolarisation du champ des forces politiques a gagné par contagion la sphère publique dans son ensemble, au point que la société civile apparaît aujourd’hui non seulement clivée en deux camps, mais aussi pleinement intégrée aux structures pyramidales en conflit. Ce faisant, les capacités d’action et de revendication propres au large éventail de ses agents semblent subsumées par des stratégies d’hégémonie plus globales dont ils n’ont pas la maîtrise et qui procèdent de canaux de l’autorité opérant en cascade du haut vers le bas. Le fait que nombre de militants de diverses causes et de leaders d’opinion entrent dans des réseaux de patronage impliquant de proche en proche les principaux protagonistes du jeu politique hypothèque un peu plus leur autonomie d’action et leur aptitude à promouvoir des idées originales en matière de développement ou de modèle de société. Si tous les acteurs de la société civile ne se soumettent pas à cette logique des blocs, celle-ci paraît en l’état actuel particulièrement forte. Chamlong Srimuang offre un bon exemple du poids des allégeances sur le comportement des acteurs les plus en vue de la société civile. Il illustre aussi très bien le fait que beaucoup de ces acteurs se positionnent à l’interface du politique et de l’activisme citoyen et sont prompts à basculer d’un registre à l’autre, à l’instar de ces leaders des Chemises rouges gratifiés d’un poste de député ou de sénateur par la famille Thaksin lors des élections de 2011, ou bien en sens inverse de Suthep Thaugsuban qui démissionna en 2013 de sa fonction de parlementaire pour prendre la tête d’une coalition hétéroclite de forces de la société civile.

  • 28 Selon la formule employée par Duncan McCargo (1997, p. 76).

37Chamlong Srimuang fut d’abord un membre actif de l’’ammat. Major-général de l’armée, leader de la classe 7 des officiers « jeunes turcs » très influents à la fin des années 1970 (Chai-Anan Samudavanija 1982), il aida le général Prem à se hisser au pouvoir en 1980 et, sous le patronage de ce dernier, il occupa brièvement le poste de secrétaire général du Bureau du Premier ministre. Néanmoins, il était devenu entre-temps membre du mouvement bouddhiste « anti-establishment »28 Santi Asoke. Il adopta en conséquence un mode de vie ascétique et milita pour une moralisation de la vie politique tout en se faisant le champion d’une conception très intégriste de l’emprise du bouddhisme sur la société. À ce titre, il démissionna en 1981 du gouvernement de Prem pour prendre la tête d’un mouvement de protestation contre un projet de loi en faveur de l’avortement. Avec constance il mena depuis diverses actions en faveur d’une société strictement régie par les préceptes bouddhiques. L’une des dernières en date tient aux manifestations qu’il organisa en janvier 2006, en coordination avec cent soixante-douze ONG et au nom de la lutte contre l’alcoolisme pour empêcher la recapitalisation du groupe Thai Beverage sur la place boursière de Bangkok (Phatmanand 2008, p. 134). Pour autant, Chamlong Srimuang a toujours couplé étroitement engagement citoyen et leviers d’action politique. En 1981, puis en 1984, il fonda deux ONG dont la bourgeoisie de Bangkok constitue le socle social et qui font office de force de frappe civique tout autant que de clique clientéliste au service de ses convictions religieuses : la Fondation de l’armée du dharma et l’Association de l’armée des pratiquants du dharma (McCargo 1997, p. 85). Sur le versant politique, il entra au Sénat dès 1979, puis se fit élire en 1985 gouverneur de Bangkok en promettant l’avènement d’une politique propre, soucieuse de l’intérêt général et du bien-être public. Il sera réélu à cette fonction en 1990, mais en démissionnera l’année suivante pour protester contre le coup d’État militaire. Entre-temps, en 1988, il avait fondé le parti Phalang Tham (« Force morale ») pour promouvoir ses idées au Parlement. En 1992, il entama une grève de la faim très médiatisée qui rallia à son combat des dizaines d’ONG et d’autres forces de la société civile en lutte contre le putsch de l’armée. Les manifestations qui s’ensuivirent dégénérèrent en une confrontation meurtrière et précipitèrent la chute de la junte, dont le roi désavoua publiquement l’action. Enfin, à partir de 1995, son parti servit de tremplin politique à Thaksin Shinawatra dont Chamlong restera l’allié jusqu’en janvier 2006. Le basculement dans le camp adverse, le mois suivant, de cet homme de conviction et figure historique de la société civile en dit long sur la prévalence des logiques clientélistes. Son retour à ses premiers devoirs de gratitude envers l’’ammat fut interprété en référence à un appel téléphonique du général Prem qui aurait demandé, selon une formule caractéristique des rapports de patron à client, pourquoi son « fils » n’avait pas encore rejoint les Chemises jaunes. Suite à cette injonction, Chamlong s’agrégea sans conditions au mouvement des Chemises jaunes, à la tête de plusieurs milliers de ses partisans de la Fondation des forces du dharma.

38Les mécanismes de concaténation clientélistes opérant du sommet de la hiérarchie vers les niveaux intermédiaires de la société, dont le ralliement de Chamlong et de ses affidés offre l’expression, agissent bien sûr en cascade de ces échelons médians du pouvoir vers les paysans, les ouvriers et les employés du tertiaire. Les modes de mobilisation des Chemises jaunes et rouges sont édifiants à cet égard. Certes la plupart des militants impliqués dans ces mouvements de masse ont des convictions, des modes d’expression et des sensibilités qui leur sont propres ainsi que j’ai pu le constater au travers d’entretiens conduits en octobre 2013 auprès d’adhérents de la Force démocratique du peuple pour renverser le Thaksinisme (FDPRT), un clone des Chemises jaunes dont quelques milliers de membres campaient alors dans le parc de Lumphini, ou que James Buchanan (2013, p. 62-65) a pu le relever à propos des Chemises rouges lors des événements de 2010. Néanmoins, les slogans que les manifestants des deux bords scandent ou qu’ils écrivent sur leurs banderoles leur sont dictés par des leaders et habiles orateurs qui appartiennent tous à l’élite politico-médiatique. De plus, s’il paraît logique que les manifestants soient défrayés de leurs frais de séjour et de transport à Bangkok ou encore qu’ils reçoivent une compensation pour les jours non œuvrés consacrés à leur activité militante, les forfaits journaliers de l’ordre de trois cents à huit cents bahts qu’ils reçoivent les placent de facto dans une position de subordination envers des bailleurs de fonds qui sont dans les deux camps de riches entrepreneurs capitalistes, discrètement positionnés dans l’arrière-scène de la contestation et surtout motivés par le désir de promouvoir leurs propres intérêts.

  • 29 Le système sakdina (« pouvoir par les rizières ») était un système de patronage global de la popul (...)

39La manière dont ceux qui les reçoivent justifient leur cachet et le vocabulaire qu’ils utilisent sont d’ailleurs très dénotatifs des rapports patron-client qui se tissent ainsi. Ces cachets ne sont pour eux en aucun cas un salaire, contrairement à l’interprétation courante. Il s’agit de sin namcai, expression traditionnellement utilisée dans le cadre des rapports de clientèle pour désigner les petits cadeaux qui valent comme marques de gratitude réciproques (Phongpaichit et Piriyarangsan 1994, p. 135). Ces cadeaux sont le fait de nai ‒ terme désignant dans l’ancien système sakdina29 le patron ‒ qui soutiennent (sanap sanun) leur lutte. Selon la même logique clientéliste, les manifestants sont recrutés au niveau local par l’entremise des « têtes de vote » des partis politiques agissant pour le compte de l’un des deux pôles antagonistes du pouvoir. Dans ces conditions, les militants des Chemises rouges ont beau se proclamer phrai, terme lui aussi hérité de l’ancien système sakdina et qui désignait les « hommes libres » par opposition aux esclaves ou that, ils sont tout aussi systématiquement tenus que l’étaient les phrai par des liens de patronage qui entravent leur liberté d’expression et d’action.

  • 30 Extrait du Post Today du 13 septembre 2008, cité par Michael Nelson (2010, p. 121).

40Plus largement, la banalisation des manifestations de masse que l’on observe depuis 2005 ne peut être interprétée comme le signe de la vitalité d’une société civile en pleine effervescence. Tout au contraire, les manifestants des deux camps, pris dans des rapports de force brutaux, vociféraient avant que l’armée n’intervienne des condamnations sans appel et exigeaient la démission de gouvernements à défaut d’agir en groupe de proposition et de porter de nouveaux projets de société. Les mouvements des Chemises jaunes et rouges, qui recrutaient leurs membres au sein de toutes les classes sociales, agissaient à vrai dire en supplétifs de partis politiques dont les élus étaient muselés (cas de l’opposition) ou muets (cas du parti majoritaire). L’épreuve de force qui s’est jouée épisodiquement entre 2006 et 2014 dans des lieux stratégiques ou hautement symboliques de Bangkok est le symptôme d’un verrouillage des institutions démocratiquement élues. Plus profondément, si l’on remonte aux ressorts culturels de la pratique sociale, elle trouve son principe actif dans un habitus des rapports de pouvoir si puissamment intériorisé et essentialisé qu’il résiste à toute réforme constitutionnelle, rendant de ce fait très problématique au niveau du gouvernement et du Parlement l’instauration de débats d’opinion et la synthèse des points de vue contradictoires. Comme le remarquait, désabusé, le docteur Prawase Wasi, l’une des voix les plus respectées de la société civile et à ce titre l’un des pères de la Constitution de 1997 : « Le système parlementaire en Thaïlande n’est pas de type démocratique mais dictatorial, car dans un système parlementaire démocratique les députés doivent être indépendants, et non pas être subordonnés à un quelconque groupe de pouvoir. »30

« Petites gens » sans voix et médias clivants

41Face à cette instrumentalisation par les élites du champ politique et de la sphère publique, les mouvements sociaux qui émanent de la base de la société ne font guère le poids. Très significativement ces mouvements sont apparus chaque fois que s’esquissait un processus de démocratisation porteur d’espoir au sein de la société nationale et ils ont disparu chaque fois que la pression sociale et médiatique en ce sens s’atténuait, et que dans le même temps un pouvoir politique autoritaire reprenait les affaires en main. Le plus ancien de ces mouvements émergea dans le sillage de la révolte étudiante de 1973 qui aboutit à un bref intermède démocratique de trois ans. Dans ce contexte des étudiants activistes mobilisèrent des agriculteurs pour former la Confédération paysanne de Thaïlande (Sahaphan chao na chao rai haeng prathet thai). Celle-ci organisa plusieurs manifestations de masse aux côtés des ouvriers pour défendre les droits des nécessiteux. Toutefois, après la formation d’un gouvernement conservateur en 1975, le CPT fut accusé de collusion avec les communistes. Il fit l’objet d’une violente répression et ses dirigeants furent emprisonnés (Turton 1978, p. 124-129). Plus récemment, en décembre 1995, d’anciens étudiants activistes qui avaient rallié dans les années 1970 les maquis communistes ont tenté de lancer un mouvement analogue, susceptible de catalyser le mécontentement des petites gens face aux décisions autoritaires imposées d’en haut. Ce mouvement, dénommé l’Assemblée des pauvres (Samatcha khon chon), fédéra rapidement autour d’une plateforme revendicative commune plusieurs groupes protestataires structurés en sept réseaux d’envergure nationale (Baker 2000, Missingham 2003). Parmi eux certains étaient des agriculteurs luttant contre la perte imminente de leurs ressources au profit de grands projets d’infrastructure ; d’autres étaient de petits pêcheurs du Sud en lutte contre la surexploitation commerciale du patrimoine halieutique dans les golfes du Bengale ou du Siam ; d’autres encore des habitants de bidonvilles menacés d’expulsion. En 1996 et 1997 l’Assemblée des pauvres réussit à se hisser au-devant de la scène politico-médiatique nationale par les manifestations de grande envergure qu’elle organisa à Bangkok, face à des protagonistes – les gouvernements de Baharn Silapha-Acha (1995-1996), puis de Chaovalit Yongchaiyudh (1996-1997) – dont le caractère notoirement corrompu rendit son combat très populaire auprès de l’opinion publique. Ces gouvernements, en situation de faiblesse, prirent des engagements sur lesquels revinrent les cabinets ultérieurs, plus dirigistes, de Chuan Leekpai (1997-2001), puis de Thaksin Shinawatra (2001-2006). Au final, l’Assemblée des pauvres perdit le bras de fer qui l’opposait à l’État et plus largement au système des élites. Malgré sa grande créativité propagandiste au travers d’événements mêlant tradition et problèmes de société, elle ne put soutenir durablement l’intérêt des médias nationaux qui était la condition sine qua non de la prise en compte de ses revendications par le gouvernement (Chalermsripinyorat 2004). Tout au contraire, victime de campagnes de dénigrement orchestrées dans les médias par les gouvernements de Chuan Leekpai puis de Thaksin, elle se désagrégea finalement sous l’effet de rivalités intestines lorsque décéda en 2007 sa figure la plus charismatique, Vanida Tantiwittayapitak. Si à l’étude de l’Assemblée des pauvres, mais aussi des habitants menacés d’expulsion de différents quartiers de Bangkok (Bankhrua, Thep Prathan), James Ockey a pu écrire « qu’au moins parmi les pauvres, des structures démocratiques conduisaient à des valeurs démocratiques » (2004, p. 150), les solidarités horizontales auxquelles il fait allusion ne parviennent pas à durer et à faire tache d’huile au-delà des situations de crise dans le cadre desquelles elles s’imposent. L’expérience montre qu’en tant qu’« arme des faibles », selon l’expression employée par l’auteur, elles ne peuvent l’emporter dans le contexte thaïlandais de ce début de xxie siècle face au prédicat de l’argent, arme des puissants, qui irrigue les réseaux clientélistes remontant jusqu’aux tenants d’une conception autoritaire du pouvoir.

  • 31 Respectivement le Congrès des syndicats thaïlandais, le Congrès des travailleurs de Thaïlande et l (...)
  • 32 D’après les données publiées par l’OIT, en 2013 seulement 1 % des trente-huit millions de travaill (...)

42Si aujourd’hui des mouvements de protestation de la part de petits exploitants agricoles, de pêcheurs ou de différentes catégories professionnelles sont monnaie courante, ils se heurtent souvent à une fin de non-recevoir ou à des manœuvres de report sine die de la part du gouvernement tant qu’ils ne mobilisent pas des masses considérables de manifestants sur le temps long et n’obtiennent pas une certaine visibilité dans les médias par la multiplication de coups d’éclat. Par exemple, les trois principales confédérations syndicales du pays, le CST, le CTT et le CNTT31, se battent depuis 1992 pour faire ratifier par les gouvernements successifs les conventions 87 et 98 de l’Organisation internationale du travail (OIT). Ces conventions protègent les syndicalistes des licenciements ou des non-renouvellements de contrat dont ils sont presque systématiquement victimes de la part du patronat. Or depuis plus de vingt ans les gouvernements multiplient les études prospectives afin de différer sans fin l’octroi de cette protection essentielle pour les travailleurs. Dans ces conditions, le mouvement syndical est trop faible32 et trop divisé (y compris entre royalistes et pro-Thaksin) pour porter efficacement ses revendications. Autre exemple, celui des petits exploitants en hévéaculture du Sud qui ont multiplié en 2013 les manifestations pour que le gouvernement fixe le prix de référence du caoutchouc à cent bahts par kilogramme. Leurs confrontations violentes avec la police firent plusieurs dizaines de blessés et firent brièvement la Une des médias. Cependant, le Sud étant un bastion du Parti démocrate allié à l’’ammat, les planteurs de la région ne purent rallier à leur cause ceux du Nord et du Nord-Est majoritairement pro-Thaksin. Dès lors, pour donner une envergure nationale à leurs revendications ils n’eurent d’autre choix que de rallier les Chemises jaunes du FDPRT qui conduisaient à l’époque diverses actions à Bangkok pour tenter d’empêcher que ne soient introduits dans la Constitution plusieurs amendements favorables au camp de Thaksin.

43Le cas de ces planteurs d’hévéa montre que les mouvements revendicatifs qui émergent aujourd’hui de la base de la société ont de plus en plus de mal à se situer dans un espace civique médian, un tiers-espace citoyen. Le sens de leur lutte tend à être surinterprété par référence à la carte électorale ou d’autres indicateurs. La tentation est alors grande pour les ouvriers et les paysans d’entrer dans le jeu de ces assignations et de mêler leur voix à des plateformes politiques plus larges, auxquelles elles apportent des arguments concrets mais annexes. Dès lors, tout comme ceux qui les portent, les luttes trop localisées et donc électoralement peu payantes se retrouvent placées au dernier rang des priorités. Les journalistes participent activement à cette hiérarchisation et à l’incorporation des conflits sociaux dans la structuration bipolaire du champ politique qui a prévalu au cours de la dernière décennie. Derrière les enjeux catégoriels au principe des manifestations, ils furent en effet prompts à extrapoler des calculs politiques émanant d’une « main cachée » de couleur jaune ou rouge.

44Plus globalement, les médias ont été au cours des quinze dernières années l’un des vecteurs essentiels de la bipolarisation du champ politique, au côté de la Constitution de 1997 qui a redéfini en profondeur le rôle d’une proportion importante d’entre eux. Si depuis 1973 la presse écrite thaïlandaise a pu apparaître comme la plus libre d’Asie (Winichakul 2008, p. 17), en revanche jusqu’en 1997 les stations de radio et les chaînes de télévision servaient pour l’essentiel d’instruments de propagande à l’’ammat puisqu’elles étaient contrôlées par l’armée et le gouvernement. Or l’article 40 de la Constitution de 1997 changea la donne en plaçant l’ensemble des médias électroniques dans le domaine public. Des groupes multimédias vont alors se constituer, au premier rang desquels celui de Thaksin Shinawatra, alors appelé Shin Corporation (ITV). Thaksin utilisera amplement son groupe de médias comme plateforme promotionnelle lors des élections législatives de 2001 et de 2005, mais aussi pour promouvoir sa politique et contester le discours de l’’ammat, projetant dans le domaine de l’audiovisuel la rivalité pour le pouvoir qui était en train de prendre forme sur un plan plus général. Par la suite, lorsque l’affrontement entre les pro- et les anti-Thaksin gagna la rue, de part et d’autre de l’échiquier politique, des professionnels des médias se posèrent en leaders d’opinion et en publicistes de versions concurrentes de la « démocratie » à la thaïlandaise. Promoteurs d’audience, Sonthi Limthongkul (côté Chemises jaunes) et les animateurs de la chaîne électorale du TRT (côté Chemises rouges) vont se convertir en manipulateurs de foules. Dans ces conditions, aux débats de fond sur le devenir de la société dont le pays aurait pourtant cruellement besoin se sont substituées les recettes du marketing politique à grand renfort d’images caricaturales et de slogans chocs.

Perspectives

45Depuis la fin de la monarchie absolue en 1932, la longue marche vers la démocratie dans laquelle la Thaïlande est engagée a emprunté des voies particulièrement sinueuses. Aux brèves phases d’avancée en faveur de la liberté d’expression et du parlementarisme ont succédé des périodes de rétractation autoritaires orchestrées d’abord par l’armée qui agissait implicitement en légataire de l’absolutisme monarchique (de 1947 à 1973), puis ensuite par l’armée œuvrant en liaison de plus en plus étroite avec le palais dans le cadre d’un mouvement de rétrocession de l’autorité politique au roi amorcée en 1973. Anek Laothamatas (1996, p. 201) a décrit ce processus discontinu de démocratisation dans les termes d’une succession de cycles alternés. Mieux vaut sans doute le lire comme un mouvement hélicoïdal qui mêle étroitement circularité structurale et linéarité historique. L’autoritarisme des élites conservatrices reste aujourd’hui encore un puissant facteur de structuration du système politique national, dont dénote le dernier coup d’État en date. Pour autant l’establishment royaliste a pendant des décennies relâché la bride en tolérant une plus grande liberté d’expression et en confiant de 1988 à 2014 la gestion du pays à des civils élus. Si la métaphore du mouvement hélicoïdal est adaptée au processus de démocratisation thaïlandais c’est que celui-ci ne fait pas du surplace ; il a seulement tendance à tourner en rond faute de savoir précisément quel cap tenir. La politique hésitante des militaires et leurs volte-face répétées ont maintenu jusqu’à aujourd’hui le pays dans un état de démocratie balbutiante.

46D’un bricolage constitutionnel à l’autre, l’armée et l’ensemble des élites conservatrices n’ont en effet toujours pas trouvé cette épure de démocratie « à la thaïlandaise » qu’elles cherchent désespérément et qui dans leur optique devrait déboucher sur un régime parlementaire en pilotage assisté (par l’’ammat). Or les expérimentations en ce sens ont jusqu’à présent produit des effets inverses à ceux escomptés. Elles ont abouti à une contestation plus ou moins rapide du paternalisme de l’establishment conservateur, dès lors prompt à vouloir réinitialiser le système politique en sa faveur par le biais de coups d’État. Plus grave, au cours de la dernière expérience en date (1997-2006), le pays s’est rapidement découvert deux pilotes concurrents qui cherchaient à manœuvrer le même volant dans des directions contraires, au risque de provoquer une fracassante sortie de route. L’accident eut lieu avec pour effet une profonde fracture de la société civile en deux camps farouchement opposés.

47Symptomatique d’un mode de pensée anachronique qui fonctionne en boucle, le monitorage par l’’ammat du processus de démocratisation repose sur des arguments en tous points similaires à ceux que Rama v mettait en avant au début du xxe siècle pour refuser le passage à la monarchie constitutionnelle. Il affirmait que le pays manquait de personnalités compétentes pour former le Parlement et que celui-ci ne ferait que terrifier la population (Wilson 1962, p. 102). Or, un siècle plus tard, les intellectuels proches du palais réduisent les députés à une clique de laquais affairistes et corrompus, le parlementarisme ne servant à leurs yeux qu’à désunir le pays. Pour les partisans de la monarchie, face à ce péril supposé le roi se pose de manière immuable en conscience éclairée du pays, en gardien de son unité et même en « inspirateur de la démocratie » (phra phu song pokklao pracha thippathai) (Winichakul 2008, p. 23). Sa fonction de promoteur du patrimoine national renforce une telle conviction puisqu’elle fait de lui le dépositaire et même, par l’apparat raffiné de la cour, la quintessence de tout ce que la civilisation thaïe a produit de mieux au fil des siècles. Autrement dit, le roi incarne en condensé le génie créatif et singulier de tout un peuple, son intelligence multiséculaire. On touche sur ce point à un paradoxe majeur sur lequel butte le projet royaliste de démocratie élitiste et que la Constitution de 1997 a fait éclater au grand jour. Il est en effet contradictoire de vouloir rendre la parole au peuple via une refonte du système électoral tout en minorant cette parole au nom d’un patronage suprême qui érige le monarque en conscience éclairée du pays. Au malaise que génère cette conception aristocratique et condescendante d’un peuple immature, s’ajoute comme autre défi majeur au pilotage de la société civile par l’’ammat le fait que les courtisans promeuvent un idéal démocratique qui peut paraître en phase avec les attentes des milieux éduqués de Bangkok, mais qui est de plus en plus décalé par rapport aux aspirations du petit peuple des campagnes. La société thaïlandaise de ce début du xxie siècle est infiniment plus complexe que celle de l’époque de Rama v. Elle est traversée par des conflits de classe et par un fossé socio-économique, et même culturel, qui se creuse entre les agriculteurs et les cols blancs des villes, avec à la clé des attentes discordantes en matière de démocratie de la part de ces larges pans de la population. Anek Laothamatas (1996, p. 202) en fait pertinemment la remarque, pour les électeurs ruraux la démocratie est un moyen de capter de plus grands bénéfices et une plus grande attention de la part des pouvoirs publics. Plus précisément, notent Suchit Bunbongkarn (1996, p. 196) et Thongchai Winichakul (2008, p. 26), le vote dans les zones rizicoles n’est pas guidé par l’adhésion à un parti, des problèmes politiques ou ce qui peut être conçu comme l’intérêt national, autant de sujets perçus par les urbains comme le seul motif légitime de participation à un scrutin démocratique. Les candidats idéaux selon les électeurs ruraux sont ceux qui les visitent souvent, qui répondent efficacement à leurs problèmes et améliorent les infrastructures de leur communauté. Les candidats victorieux sont ceux qui entreprennent de construire un réseau du type patron-client efficace dans les villages, ou ceux qui répondent aux besoins financiers des villageois dans leur vie de tous les jours.

48Anek Laothamatas a raison d’affirmer que ce qui est en cause dans le processus de démocratisation de la Thaïlande aujourd’hui ce n’est pas le clientélisme en soi, tant les rapports hiérarchiques et le régime d’obligations réciproques qui les codifient sont ancrés au plus profond de la fabrique du lien social en Thaïlande comme dans bien d’autres pays de la région. Le fond du problème est la prétention d’élites socialement distantes à vouloir imposer un patronage sans retombées concrètes pour l’écrasante majorité des pauvres. Un tel paternalisme sans profits est, dans l’optique des agriculteurs, motif à rupture d’allégeance. L’avantage comparatif que représentait à leurs yeux le patronage tout aussi pyramidal et urbain du réseau Thaksin est qu’il a été, au moins à ses débuts, plus généreux et donc plus conforme à leurs espérances et aux principes d’entraide qui régissent les liens de clientèle. C’est sans doute le désir de renégocier dans des termes plus avantageux le contrat politique suspendant leur être socio-économique au patronage des élites bangkokiennes qui motive principalement le processus d’émancipation dans lequel se sont engagés les agriculteurs du Nord et du Nord-Est. C’est aussi cet objectif qui motive d’abord et avant tout leur aspiration à plus de démocratie, si l’on considère avec Jacques Rancière que la démocratie ‒ avant l’affirmation tout illusoire du droit à l’égalité ‒ recèle le « pouvoir de défaire les partenariats, les collections [les assignations identitaires] et les ordinations [la “naturalité” des ordres] » (1998, p. 235).

  • 33 Thongchai Winichakul (2008, p. 24, 28) mentionne plusieurs de ces promoteurs d’une politique propr (...)

49En voulant casser les liens multiséculaires de patronage au nom de la « purification » du système électoral et de la lutte contre la corruption, la Constitution de 1997 a révélé au grand jour le décrochage de ses concepteurs – « voix morales » de l’élite urbaine éduquée proche du palais et militants d’une politique propre33 – envers les logiques de fonctionnement et les attentes de la population rurale. Elle a aussi mis en exergue du même coup leur cosmopolitisme. Ils ont en effet réformé le système électoral en y introduisant certaines règles et instances régulatrices directement inspirées des grandes démocraties occidentales, mais sans vraiment se préoccuper de leur adaptabilité immédiate à la culture politique du pays. L’effet, amplifié par les « ajustements » de la Constitution de 2007, en fut un accroissement de l’instabilité des institutions politiques du pays. Ce point précis fait surgir un nouveau paradoxe. Les cercles intellectuels proches du palais font de longue date l’apologie d’une voie thaïlandaise originale vers la démocratie en mobilisant conjointement des arguments nationalistes (le pays a toujours maintenu sa souveraineté malgré la pression impérialiste des puissances européennes) et culturalistes (la civilisation thaïe est à nulle autre pareille). Or, obnubilés par le souci d’une initiative forte en matière de moralisation de la vie politique sous la pression conjointe du palais et de la classe moyenne, l’’ammat et les « sages » de la société civile qui gravitent dans son orbite ont dévié de cette voie pour improviser une nouvelle expérience, de l’ordre du croisement génétique de « démocraties » inconciliables avec pour effet une monstruosité constitutionnelle qui maintient le pays dans la précarité et l’incertitude.

50Finalement, la Thaïlande d’aujourd’hui se signale par un autoritarisme inconstant, presque honteux et à tout le moins mâtiné d’aspirations démocratiques irrésolues car incompatibles avec ses attendus cachés. De manière croissante depuis 1973 le cercle élargi des courtisans s’est retranché derrière la figure sacralisée d’un roi charismatique aujourd’hui au crépuscule de sa vie pour produire des ébauches successives de compromis démocratiques sans issues autres que l’accroissement des clivages et tensions internes à la société civile. Comparée à d’autres autoritarismes sud-est asiatiques (Singapour, Malaisie, Cambodge et Myanmar), la Thaïlande ne s’inscrit pas dans la longue durée de régimes séculiers hégémoniques, à même de définir des objectifs socio-économiques clairs et un dessein politique, si contestable soit-il. Elle reste soumise à l’indécision de ses élites et profondément ballottée entre des forces contradictoires en lutte pour l’hégémonie, sans que celles-ci ne se projettent sur le long terme.

Bibliographie

Baker Chris, 2000, « Thailand’s Assembly of the poor : background, drama, reaction », Southeast Asia Research, no 8, p. 5-23.

Barmé Scot, 1993, Luang Wichit Wathakan and the Creation of Thai Identity, Singapour, ISEAS.

Buchanan James, 2013, « Translating Thailand’s protests : an analysis of Red Shirts rhetoric », Austrian Journal of Southeast Asian Studies, no 6(1), p. 60-80.

Bunbongkarn Suchit, 1996, « Elections and democratization in Thailand », The Politics of Elections in Southeast Asia, R. H. Taylor éd., Cambridge, Cambridge University Press et Woodrow Wilson Center Press, p. 184-200.

Chalermsripinyorat Rungrawee, 2004, « Politics of representation. A case study of Thailand’s Assembly of the poor », Critical Asian Studies, no 36(4), p. 541-566.

Connors Michael K., 2005, « Thailand : the facts and f(r)ictions of ruling », Southeast Asian Affairs, p. 365-384.

Connors Michael K. et Hewison Kevin, 2008, « Introduction : Thailand and the good coup », Journal of Contemporary Asia, no 38(1), p. 1-10.

Guilhot Laëtitia et Simon Jean-Christophe, 2011, « Industrialisation rapide et intégration internationale renforcée », Thaïlande contemporaine, S. Dovert et J. Ivanoff éd., Paris/Bangkok, Les Indes savantes/IRASEC, p. 279-320.

Handley Paul M., 2006, The King Never Smiles. A Biography of Thailand’s Bhumibol Adulyadej, New Haven, Yale University Press.

Hewison Kevin, 1999, « Political space in Southeast Asia : “Asian-style” and other democracies », Democratization, no 6(1), p. 224-245.

Hicken Allen, 2007, « The 2007 Thai constitution : a return to politics past ! », Crossroads, no 19 (1), p. 128-160.

Jetin Bruno, 2011, « Le développement de la Thaïlande est-il socialement soutenable ? », Thaïlande contemporaine, S. Dovert et J. Ivanoff éd., Paris/Bangkok, Les Indes savantes/IRASEC, p. 321-357.

Laothamatas Anek, 1996, « A tale of two democracies : conflicting perceptions of elections and democracy in Thailand », The Politics of Elections in Southeast Asia, Cambridge, Cambridge University Press et Woodrow Wilson Center Press, p. 201-223.

Laothamatas Anek, 1993, « Sleeping giants awaken ? The middle-class in Thai politics », Southeast Asia, R. H. Taylor éd., Asian Review, no 7, p. 78-125.

Laird John, 2000, Money, Politics, Globalisation, and Crisis. The Case of Thailand, Singapour, Graham Brash Pte Ltd.

McCargo Duncan, 2002, « Thailand’s january 2001 general elections : vindicating reforms ? », Reforming Thai Politics, D. McCargo éd., Copenhague, NIAS Press, p. 247-259.

McCargo Duncan, 1997, Chamlong Srimuang and the New Thai Politics, Londres, Hurst & Co.

McCargo Duncan et Pathmanand Ukrist, 2005, The Thaksinization of Thailand, Copenhague, NIAS Press.

Mérieau Eugénie, 2013, Les Chemises rouges de Thaïlande, Bangkok, IRASEC, Carnet no 23.

Missingham Bruce, 2003, The Assembly of the Poor in Thailand, Chiang Mai, Silkworms Books.

Nelson Michael H., 2010, « People’s alliance for democracy. From “new politics” to a real political party ? », Legitimacy Crisis and Political Conflict in Thailand, M. Askew éd., Chiang Mai, Silkworm Books, p. 119-159.

Ockey James, 2004, Making Democracy. Leadership, Class, Gender, and Political Participation in Thailand, Honolulu, University of Hawai’i Press.

Ouyyanont Porphant, 2008, « The crown property bureau in Thailand and the crisis of 1997 », Journal of Contemporary Asia, no 38(1), p. 166-181.

Pathmanand Ukrist, 2008, « A different coup d’État », Journal of Contemporary Asia, no 38(1), p. 124-142.

Pathmanand Ukrist, 2001, « Globalization and democratic development in Thailand. The new path of the military, private sector, and civil society », Contemporary Southeast Asia, no 23(1), p. 24-42.

Phatharathananunth Somchai, 2006, Civil Society and Democratization. Social Movements in Northeast Thailand, Copenhague, NIAS Press.

Phongpaichit Pasuk et Baker Chris, 2005, A History of Thailand, Cambridge, Cambridge University Press.

Phongpaichit Pasuk et Baker Chris, 2004, Thaksin. The Business of Politics in Thailand, Chiang Mai, Silkworm Books.

Phongpaichit Pasuk et Baker Chris, 1996, Thailand’s Boom, St Leonards, Allen et Unwin.

Phongpaichit Pasuk et Baker Chris, 1995, Thailand. Economy and Politics, Kuala Lumpur, Oxford University Press.

Phongpaichit Pasuk et Piriyarangsan Sungsidh, 1994, Corruption and Democracy in Thailand, Chiang Mai, Silkworm Books.

Pye Oliver et Schaffar Wolfram, 2008, « The 2006 anti-Thaksin movement in Thailand : an analysis », Journal of Contemporary Asia, no 38(1), p. 38-61.

Rabibhadana Akin, 1975, « Clientship and class structure in the early Bangkok period, 1782-1873 », Change and Persistence in Thai Society, W. G. Skinner et T. Kirsch éd., Ithaca, Cornell University Press, p. 93-124.

Rancière Jacques, 1998, Aux bords du politique, Paris, Gallimard/Folio.

Reynolds Craig J., 2002, « Introduction : national identity and its defenders », National Identity and its Defenders [1991], C. J. Reynolds éd., Chiang Mai, Silkworms Books.

Samudavanija Chai-Anan, 1989, « Thailand : a stable semi-democracy », Democracy in Developing Countries, Vol. 3, Asia, L. Diamond, J. J. Linz et S. M. Lipset éd., Boulder, Lynne Rienner et Adamantine Press, p. 271-312.

Samudavanija Chai-Anan, 1982, The Thai Young Turks, Singapour, ISEAS.

Shigetomi Shinichi, 2002, « Thailand : a crossing of critical parallel relationships », The State and NGOs. Perspective from Asia, S. Shigetomi éd., Singapour, ISEAS, p. 125-144.

Skinner William, 1957, Chinese Society in Thailand : An Analytical History, Ithaca, Cornell University Press.

Tambiah Stanley J., 1976, World Conqueror and World Renouncer, A Study of Buddhism and Polity in Thailand. Against a Historical Background, Cambridge, Cambridge University Press.

Terwiel Barend J., 2005, Thailand’s Political History, Bangkok, River Books.

Turton Andrew, 1978, « The current situation in the Thai countryside », Thailand : Roots of Conflict, A. Turton, J. Fast et M. Caldwell éd., Nottingham, Spokesman, p. 104-142.

Ungpakorn Giles Ji, 2009, « Why have most Thai NGOs chosen to side with the conservative royalists against democracy and the poor », Interface, no 1(2), p. 233-237.

Walker Andrew, 2012, Thailand’s Political Peasants. Power in the Modern Rural Economy, Madison, The University of Wisconsin Press.

Wilson David, 1962, Politics in Thailand, New York/Ithaca, Cornell University Press.

Winichakul Thongchai, 2008, « Topling democracy », Journal of Contemporary Asia, no 38(1), p. 11-37.

Winichakul Thongchai, 2000, « The quest for “siwilai” : a geographical discourse of civilizational thinking in the late nineteenth and early twentieth century Siam », The Journal of Asian Studies, no 59(3), p. 528-549.

Notes

1 Cette aide augmenta de manière spectaculaire dès 1954, lorsque la Thaïlande rallia la Southeast Asia Treaty Organisation ou SEATO (Terwiel 2005, p. 282). De 1951 à 1972 le pays bénéficia d’une aide militaire de un milliard cent quarante millions de dollars US, auxquels il faut ajouter quatre-vingt-douze millions de dollars d’aide à la police et cinq cent trente autres millions apportés par l’USAID (Phongpaichit et Baker 1995, p. 277).

2 Voir à ce propos les données chiffrées fournies par James Ockey (2004, p. 156-157). Selon ces chiffres les cols blancs sont passés de 9,5 % à 20,2 % de la force de travail entre 1960 et 1990. Un autre indicateur utilisé par l’auteur est celui du nombre d’entrants à l’université qui passa de vingt-cinq mille en 1950 à six cent mille en 1990.

3 William Skinner (1957) décrit très bien la logique et l’architecture de ces alliances de raison dans le cas de la communauté chinoise de Bangkok des années 1950.

4 D’où le fait que certains journalistes de l’époque l’aient qualifié de « cabinet buffet ». Voir sur le sujet Michael Nelson (2010, p. 120).

5 Composé en 2013 de dix-huit membres selon les termes de la Constitution de 2007, le Conseil privé du roi, dont les membres sont nommés par le souverain, comptait à l’époque huit hauts gradés de l’armée. Trois d’entre eux furent d’anciens premiers ministres : l’actuel président du Conseil, Prem Tinsulanonda (au pouvoir de 1980 à 1988 après avoir été commandant en chef de l’armée de 1978 à 1981), Tainin Kraivixien (au pouvoir de 1976 à 1977) et Surayut Chulanont, Premier ministre de transition en 2007, suite au coup d’État qui renversa Thaksin Shinawatra en 2006. Nommé au Conseil privé du roi en 2003, le général Chulanont démissionna en 2007 pour ensuite être réintégré à celui-ci en 2008. Le Conseil compte également dans ses rangs quatre anciens présidents de la Cour suprême de justice, dont trois y furent nommés après le coup d’État de 2006 ; ainsi que cinq anciens ministres ou vice-ministres (de l’Agriculture, de l’Éducation, de la Justice, des Affaires étrangères et de l’Intérieur). Parmi ces anciens ministres l’un est issu des rangs de l’armée (Siddhi Savetsila) et un autre fut président de la Cour suprême (Chanchai Likijitta). Siègent également au Conseil privé, deux princes (Usni Pramoj et Thepkamol Devakula) et le directeur du Bureau de gestion des biens de la couronne, Chaovana na Silavanta.

6 Voir notamment Chai-Anan Samudavanija (1989) et Somchai Phatharathananunth (2006, p. 7).

7 Littéralement « les Thaïs aiment les Thaïs », ce qui implicitement suggérait à l’électorat que les autres partis en lice les instrumentalisaient tout en les méprisant.

8 D’abord sous le nom de Phak phalang prachachon (« Parti du pouvoir au peuple ») en 2007, puis sous celui de Phak pheua Thai (« Parti pour les Thaïs »), en 2008.

9 Selon la formule employée par Michael Connors et Kevin Hewison (2008, p. 4).

10 Voir à ce sujet Laëtitia Guilhot et Jean-Christophe Simon (2011, p. 290), ou Bruno Jetin (2011, p. 335).

11 Voir Duncan McCargo et Ukrist Pathmanand (2005, p. 81). Selon un article du Bangkok Post (14 novembre 2013, p. 2-3), qui rapporte les résultats d’une étude du King Prajadhipok Institute, la situation n’a guère changé depuis les dernières élections parlementaires de 2011 et l’avènement du parti Phak pheua Thai. Selon cette étude la Thaïlande détient le record mondial de députés qui ont hérité leur pouvoir politique de leur famille. Lors des élections de 2011, 42 % des députés élus remplaçaient en fait des parents auparavant en fonction, contre 40 % pour le Mexique, 37 % pour les Philippines, 33 % pour le Japon, 10 % pour l’Argentine et 6 % pour les États-Unis. Le parti Phak pheua Thai arrive en tête de ce palmarès du népotisme en politique puisque pas moins de dix-neuf familles ont dans son cas passé la fonction de parlementaire entre parents, contre dix-sept pour le Parti démocrate.

12 Il fut alors convaincu d’avoir transféré un total de deux milliards trois cent soixante-dix mille bahts à divers employés (chauffeur, femme de chambre, gardes du corps…) afin de dissimuler l’étendue de sa fortune et de se soustraire ainsi au régime de l’imposition.

13 Lorsque Thaksin arriva au pouvoir la banque gouvernementale Krung Thai réduisit les dettes de la compagnie de Sonthi, les faisant passer de un milliard huit cents millions de bahts à deux cents millions, selon un article publié dans The Nation du 30 novembre 2005.

14 Collège pour enfants de la haute société fondé en 1910 par Rama vi pour former alors les pages royaux.

15 Deux critiques extrêmes encore aujourd’hui placées en tête des accusations sans nuances dont Thaksin fait l’objet sur le site de l’APD : [http://www.antithaksin.com/SiteMap.php] (consulté le 26 février 2016).

16 Ukrist Pathmanand (2008, p. 136) fournit le détail des catégories professionnelles auxquelles appartenaient ces parlementaires. Ainsi 17,8 % étaient d’anciens membres du gouvernement, 14,5 % des officiers de l’armée, 2,9 % de la police, 7 % des secrétaires permanents de cabinets ministériels, 5 % des hauts fonctionnaires de l’appareil judiciaire et 3,3 % des hauts responsables d’entreprises d’État, soit un total de 50,5 % de parlementaires appartenant à l’appareil étatique.

17 La Cour constitutionnelle, la Commission électorale, celle de défense des droits de l’homme, ou encore celle en charge de la lutte contre la corruption.

18 Parmi les groupes pro-Thaksin, mentionnons la « Caravane des pauvres » (Kharawan khon chon), l’« Association de défense des chauffeurs de taxi » (Klum samakhom phithak phon prayot phu khap thaeksi), les « Radios communautaires des amis des taxis » (Wittayu chumchon khon rak thaaeksi) ou encore la « Fédération démocratique » (Samaphan prachathipatai). Parmi les associations peu favorables au retour au pouvoir de Thaksin, mentionnons les « Gens du samedi contre la dictature » (Khon wan sao mai ‘ao phadetkan), le « Réseau du 19 septembre contre le coup d’État » (Khrueakha 19 kanya totan phadetkan) ou encore « Révolution citoyenne » (Klum phonlamueangphiwat). Pour plus de détails voir Eugénie Mérieau (2013, p. 28-34).

19 Tels Surachai Danwattananusorn, Weng Tojirakan ou Thida Thavornset.

20 Selon une formule publiée dans Phutchakan (« Manager ») du 9 septembre 2008, le magazine de Sonthi Limthongkul.

21 Effectif du 24 mai au 13 juin.

22 Au lendemain du coup d’État, Suthep déclara à des journalistes qu’avant d’instaurer la loi martiale, le général Prayuth l’aurait contacté et lui aurait dit : « Khun Suthep, vous et vos masses de supporters êtes trop fatigués. Il est maintenant du devoir de l’armée d’accomplir la tâche. » Voir à ce sujet Charlie Campbell, « A Yellow Shirt leader says the Thai coup was planned in 2010 », Times du 23 juin 2014.

23 L’assemblée constituante de quatre-vingt-dix-neuf membres était composée de soixante-seize élus du peuple (un par province) et de vingt-trois experts constitutionnalistes, juristes et politologues désignés par le Parlement. Le principe même de la rédaction de cette nouvelle charte émanait d’initiatives de membres de la société civile, notamment l’universitaire Prawase Wasi et l’activiste Chalart Vorachat dont la grève de la faim en 1994 fut l’évènement déclencheur.

24 La Constitution de 1997 avait fixé pour principe un mode plurinominal dans le cadre duquel les électeurs pouvaient voter simultanément pour plusieurs candidats de leur circonscription.

25 La couronne possède un tiers des terres du Bangkok d’avant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que de vastes propriétés dans vingt-deux provinces. Le BPC tire des revenus important de la location de ces terres (Phongpaichit et Baker 1995, p. 282).

26 Voir Porphant Ouyyanont (2008) à propos du BPC et Ukrist Pathmanand (2001, p. 27-28) à propos des militaires. Ce dernier note que la Thai Military Bank perdit lors de la crise de 1997 pas moins de un milliard et demi de bahts. Cette situation de fait conduisit à une recapitalisation de la banque en 1998, qui eut pour effet de réduire la part des militaires dans l’entreprise, celle-ci passant de 43 à 25 %. D’autre part, l’armée contrôlait l’écrasante majorité des médias nationaux avant la réforme constitutionnelle de 1997, soit deux cent vingt et une chaînes de radio locales et les deux principales chaînes nationales de télévision. Or l’article 40 de cette Constitution plaça les médias électroniques dans le domaine public, abolissant de facto le monopole des militaires sur les médias (Pathmanand 2001, p. 27).

27 Jadis militaire et aujourd’hui de plus en plus économique.

28 Selon la formule employée par Duncan McCargo (1997, p. 76).

29 Le système sakdina (« pouvoir par les rizières ») était un système de patronage global de la population du royaume qui eut cours au Siam du milieu du xve siècle jusqu’à la fin du xixe siècle. En vertu de ce système, les princes, les nobles, les roturiers, les bonzes et même certains esclaves se voyaient conférer un grade par le ministère du palais, ce grade correspondant au nombre maximal d’unités de rizières qu’ils pouvaient exploiter. Les princes, selon leur rang et leur fonction, s’échelonnaient ainsi d’un grade 100 000 à 500. Les fonctionnaires civils et les militaires étaient dotés d’un grade allant de 10 000 à 100, les roturiers et les étrangers non asservis étaient hiérarchisés de 25 à 10, enfin les esclaves pour dettes engagés au service du roi avaient un grade 5. Même les bonzes entraient dans le système au travers d’un régime spécial. Le clergé mis à part, seuls les princes et les dignitaires d’un grade au moins égal à 400 recevaient directement leurs terres du roi. Leur nombre était d’à peine deux mille au xviie siècle sur une population totale d’environ deux millions. Les roturiers avaient quant à eux obligation de se placer sous l’autorité des premiers, définis comme nai (« patrons »), c’est d’eux qu’ils recevaient des lots de rizières correspondant à leur grade. Le système comportait plusieurs niveaux dans l’attribution des terres et présentait de ce fait un caractère pyramidal. Pour plus de détails se référer à l’étude d’Akin Rabhibadana (1975, p. 93-124).

30 Extrait du Post Today du 13 septembre 2008, cité par Michael Nelson (2010, p. 121).

31 Respectivement le Congrès des syndicats thaïlandais, le Congrès des travailleurs de Thaïlande et le Congrès national des travailleurs de Thaïlande.

32 D’après les données publiées par l’OIT, en 2013 seulement 1 % des trente-huit millions de travailleurs thaïlandais étaient syndiqués. Données publiées en ligne : [http://www.ilo.org/asia/info/public/newsitems/WCMS_215961/lang--en/index.htm] (consulté le 14 mars 2016).

33 Thongchai Winichakul (2008, p. 24, 28) mentionne plusieurs de ces promoteurs d’une politique propre, dont certains se proclament « conseillers de l’État-nation » (ratsadon a-wuso). Parmi eux les universitaires Saneh Chamarik et Chai-Anan Samudavanija, le docteur Prawase Wasi, mais aussi Sumet Tantiwichakul, président de la fondation Chayapatthana qui supervise les projets de développement du roi, sans oublier le général Prem, président de son conseil privé et lui-même à la tête d’une fondation agissant en faveur du développement dans le Sud, ou encore l’ancien Premier ministre Anand Panyarachun.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search