Version classiqueVersion mobile

La théorie physique. Son objet, sa structure

 | 
Pierre Duhem

Physique de croyant

Texte intégral

1(Article publié précédemment dans les Annales de philosophie chrétienne, 77e année, 4e Série, t. I p. 44 et p. 133, octobre et novembre 1905.)

Note de l’éditrice
Tout autant que comme une réponse à l’article de Rey, « La philosophie scientifique de M. Duhem », Revue de métaphysique et de morale, 12, 1904, p. 699 et suiv., « Physique de croyant » peut être lu comme une réponse à l’article d’Eugène Vicaire, « De la valeur objective des hypothèses physiques : à propos d’un article de M. P. Duhem », Revue des questions scientifiques, 33, 1893, p. 451–510. Rey concluait que la philosophie de Duhem était la « philosophie scientifique d’un croyant » ; Vicaire remarquait perfidement : « En ayant peur ainsi de se compromettre avec la métaphysique et à force de fréquenter ses ennemis [les positivistes], on finit par trop souvent leur ressembler beaucoup dans la pratique. N’est-ce pas un peu l’histoire de M. Duhem ? » Après avoir résumé la critique de Rey (§ 1), Duhem va non seulement lui répondre en déclarant dans un premier temps (§ 2-5) que science et métaphysique sont indépendantes l’une de l’autre, mais aussi, en réponse à la critique de Vicaire, affirmer leur correspondance dans un second temps (§ 6–8). En d’autres termes, contre ceux qui pensent que la théorie physique suppose une métaphysique (c’est le cas des atomistes comme des néo-thomistes, même s’il s’agit de métaphysiques opposées), Duhem entend soutenir que la théorie physique est seulement représentative ; contre les philosophes des sciences pragmatistes ou conventionnalistes, il entend soutenir que la théorie physique tend également vers la classification naturelle et qu’il existe une analogie entre physique et métaphysique.

I – Introduction

  • 1 [Note de l’éditrice. Abel Rey (1873–1940), après avoir été professeur de philosophie en lycée, fut (...)

2La Revue de Métaphysique et de Morale publiait, il y a un peu plus d’un an, un article où se trouvaient exposées et discutées les opinions que j’ai émises, en diverses circonstances, au sujet des théories physiques. L’auteur de cet article, M. Abel Rey1, avait pris la peine de s’informer assidûment des moindres écrits où j’eusse exposé ma pensée ; de cette pensée, avec un grand souci d’exactitude, il avait suivi les démarches ; aussi en avait-il tracé à ses lecteurs une image dont la fidélité m’a vivement frappé ; et certes, je ne marchanderai pas à M. Rey les témoignages de ma reconnaissance en échange de la sympathie avec laquelle son intelligence s’est assimilé ce que j’avais publié.

3Et cependant (est-il un personnage qui ne trouve à redire à son propre portrait, si exact qu’ait été le peintre ?) il m’a semblé que M. Rey avait sollicité un peu plus que de juste les prémisses que j’avais posées, qu’il en avait tiré des conclusions qui ne s’y trouvaient pas contenues en totalité ; c’est à ces conclusions que je voudrais apporter quelques restrictions.

4M. Rey termine son article en ces termes :

Nous n’avons eu ici que l’intention d’examiner la philosophie scientifique de M. Duhem, et non l’œuvre scientifique elle-même. Pour trouver et préciser l’expression de cette philosophie…, il semble qu’on puisse proposer cette formule : Dans ses tendances vers une conception qualitative de l’Univers matériel, dans sa défiance vis-à-vis d’une explication complète de cet Univers par lui-même, telle que la rêve le Mécanisme, dans ses répugnances, plus affirmées que réelles, à l’égard d’un scepticisme scientifique intégral, elle est la philosophie scientifique d’un croyant.

5Certes, je crois de toute mon âme aux vérités que Dieu nous a révélées et qu’il nous enseigne par son Église ; je n’ai jamais dissimulé ma foi, et Celui de qui je la tiens me gardera, je l’espère du fond du cœur, d’en jamais rougir ; en ce sens, il est permis de dire que la Physique que je professe est la Physique d’un croyant. Mais ce n’est assurément pas en ce sens que M. Rey a entendu la formule par laquelle il a caractérisé cette Physique ; bien plutôt il a voulu dire que les croyances du chrétien avaient, plus ou moins consciemment, guidé la critique du physicien ; qu’elles avaient incliné sa raison à certaines conclusions ; que ces conclusions devaient donc sembler suspectes aux esprits soucieux de rigueur scientifique, mais étrangers à la philosophie spiritualiste ou au dogme catholique ; en un mot, que pour adopter dans sa plénitude, dans ses principes comme dans ses conséquences, la doctrine que j’ai tenté de formuler au sujet des théories physiques, et cela sans manquer de clairvoyance, il fallait être croyant.

6S’il en était ainsi, j’aurais singulièrement fait fausse route et manqué mon but. Constamment, en effet, je me suis proposé de prouver que la Physique procédait par une méthode autonome, absolument indépendante de toute opinion métaphysique ; j’ai minutieusement analysé cette méthode, afin de mettre en évidence, par cette analyse, les caractères propres et l’exacte portée des théories qui résument et classent ses découvertes ; à ces théories, j’ai refusé tout pouvoir de pénétrer au-delà des enseignements de l’expérience, toute capacité de deviner les réalités qui se cachent sous les données sensibles ; par là, j’ai dénié à ces théories le pouvoir de tracer le plan d’aucun système métaphysique, comme aux doctrines métaphysiques le droit de témoigner pour ou contre aucune théorie physique ; si tous ces efforts n’ont abouti qu’à une conception de la Physique où la foi religieuse se trouve implicitement et comme clandestinement postulée, c’est, il faut l’avouer, que je me suis singulièrement mépris sur le but où tendait mon œuvre.

7Avant d’avouer semblable méprise, qu’il me soit permis de jeter à nouveau, sur cette œuvre, un coup d’œil d’ensemble ; d’arrêter particulièrement mon regard sur les parties où l’on a cru apercevoir le sceau de la foi chrétienne ; de reconnaître si, contre mon intention, ce sceau s’y trouve en effet imprimé ; ou bien, au contraire, si une illusion, facile à dissiper, n’a pas fait prendre pour marque du croyant des caractères qui ne lui sont point propres. J’espère que cet examen, dissipant les confusions et les équivoques, mettra hors de doute cette conclusion : Ce que j’ai dit de la méthode par laquelle procède la Physique, de la nature et de la portée qu’il faut attribuer aux théories qu’elle construit, ne préjuge rien des doctrines métaphysiques ni des croyances religieuses de celui qui accepte mon dire. Au progrès de la science physique, telle que j’ai essayé de la définir, le croyant et l’incroyant peuvent travailler d’un commun accord.

II – Notre système physique est positif par ses origines

8Nous voudrions prouver que le système de Physique que nous proposons est, en toutes ses parties, soumis aux exigences les plus rigoureuses de la méthode positive ; que, positif par ses origines, il l’est encore par ses conclusions.

9Et d’abord, de quelles préoccupations la constitution de ce système est-elle le résultat ? Cette conception de la théorie physique est-elle l’œuvre d’un croyant qu’inquiète le disparate entre les enseignements de l’Église et les leçons de la raison ? Est-elle issue d’un effort que la foi aux choses divines aurait tenté pour se rattacher aux doctrines de la science humaine (fides quærens intellectum) ? Si oui, l’incroyant pourra concevoir, à l’égard d’un tel système, de légitimes soupçons ; il pourra craindre que quelque proposition orientée vers les croyances catholiques ne se soit glissée, à l’insu même de l’auteur, au travers des mailles serrées d’une critique rigoureuse ; si prompt est l’esprit humain à croire vrai ce qu’il souhaite ! Ces soupçons, au contraire, n’auront plus de raison d’être si le système scientifique qui nous occupe est né du sein même de l’expérience ; s’il s’est imposé à son auteur, en dehors de tout souci métaphysique ou théologique, et comme malgré lui, par la pratique quotidienne de la science et de l’enseignement.

10Nous voici donc amené à conter comment nous avons été conduit à professer, touchant l’objet et la structure de la théorie physique, une opinion qu’on dit neuve ; nous le ferons en toute sincérité, non pas que nous ayons la vanité de croire les démarches de notre pensée intéressantes par elles-mêmes, mais afin que la connaissance des origines de la doctrine en fasse apprécier plus exactement la valeur logique ; car c’est cette valeur qui est en question.

  • 2 J. Moutier, « Sur les attractions et les répulsions des corps électrisés au point de vue de la théo (...)

11Reportons-nous à quelque vingt-cinq ans en arrière, à l’époque où nous recevions, dans les classes de Mathématiques du Collège Stanislas, la première initiation du physicien ; celui qui nous donnait cette initiation, Jules Moutier, était un théoricien ingénieux ; son sens critique, très clairvoyant et perpétuellement en éveil, distinguait avec une grande sûreté le point faible de maint système, que d’autres acceptaient sans conteste ; de son esprit d’invention, les preuves ne manquent point, et la Mécanique chimique lui doit une de ses lois les plus importantes. C’est ce maître qui fit germer en nous l’admiration pour la théorie physique et le désir de contribuer à son progrès. Naturellement, il orienta nos premières tendances dans le sens même où ses propres préférences le portaient. Or, bien qu’il fît tour à tour appel, en ses recherches, aux méthodes les plus diverses, c’est aux tentatives d’explication mécanique que Moutier revenait le plus souvent avec une sorte de prédilection ; comme la plupart des théoriciens de son temps, il voyait dans une explication de l’Univers matériel, construite à la manière des Cartésiens et des Atomistes, l’idéal de la Physique ; en un de ses écrits2, il n’hésitait pas à faire sienne cette pensée de Huygens : « Omnium effectuum naturalium causæ concipiuntur per rationes mechanicas, nisi velimus omnem spem abjicere aliquid in physicis intelligendi. »

12Disciple de Moutier, c’est en partisan convaincu du Mécanisme que nous abordâmes les études de Physique qui se poursuivaient à l’École Normale. Là, nous eûmes à subir des influences bien différentes de celles que nous avions éprouvées jusqu’alors ; le scepticisme goguenard de Bertin avait beau jeu à dauber sur les tentatives toujours renaissantes, toujours avortées, des mécanistes. Sans aller jusqu’à l’agnosticisme et à l’empirisme de Bertin, la plupart de nos professeurs partageaient sa méfiance à l’égard des hypothèses sur la constitution intime de la matière ; passés maîtres dans le maniement de l’expérience, ils voyaient en elle la source unique de la vérité ; s’ils acceptaient la théorie physique, c’était sous condition qu’elle reposât tout entière sur des lois tirées de l’observation.

13Tandis que physiciens et chimistes nous vantaient à l’envi la méthode que Newton avait formulée à la fin du livre des Principes, ceux qui nous enseignaient les Mathématiques et surtout, parmi ceux-ci, M. Jules Tannery, s’appliquaient à développer et à aiguiser en nous le sens critique, à rendre notre raison infiniment difficile à satisfaire lorsqu’elle avait à juger de la rigueur d’une démonstration.

14Les tendances que l’enseignement des expérimentateurs avaient produites en notre esprit, celles que les leçons des mathématiciens y avaient déterminées concoururent à nous faire concevoir le type de la théorie physique tout autrement que nous ne l’avions imaginé jusque-là. Cette théorie idéale, but suprême de nos efforts, nous la voulions solidement assise sur les lois que l’expérience a vérifiées, pleinement exempte de ces hypothèses sur la structure de la matière que Newton avait condamnées en son immortel Scholium generale ; mais, en même temps, nous voulions qu’elle fût construite avec cette rigueur logique que les algébristes nous avaient appris à admirer. C’est au modèle d’une telle Physique que nous nous efforçâmes de conformer nos leçons, lorsqu’il nous fut donné d’aborder l’enseignement.

15Il nous fallut bientôt reconnaître la vanité de nos efforts. Nous avions le bonheur de professer, à la Faculté des Sciences de Lille, devant un auditoire d’élite ; parmi nos élèves, dont beaucoup sont aujourd’hui nos collègues, le sens critique ne s’endormait point ; les demandes d’éclaircissement, les objections embarrassantes, ne se lassaient point de nous signaler les paralogismes et les cercles vicieux qui, toujours, malgré nos soins, reparaissaient dans nos leçons ; cette rude, mais salutaire épreuve ne tarda pas à nous convaincre que la Physique ne pouvait être logiquement construite sur le plan que nous avions entrepris de suivre ; que la méthode inductive, telle que Newton l’a définie, ne pouvait être pratiquée ; que la nature propre, que le véritable objet de la théorie physique n’avaient point encore été mis en évidence avec une entière clarté ; qu’aucune doctrine physique ne pourrait être exposée d’une manière pleinement satisfaisante tant que cette nature et cet objet n’auraient pas été déterminés d’une manière exacte et détaillée.

16Cette nécessité de reprendre jusqu’en ses fondements l’analyse de la méthode par laquelle se peut développer la théorie physique, nous apparut, singulièrement nette, en une circonstance dont nous avons gardé le très vivant souvenir. Peu satisfaits de l’exposé des principes de la Thermodynamique qu’ils avaient rencontré « dans les livres et parmi les hommes », quelques-uns de nos élèves nous demandèrent de rédiger pour eux un petit traité sur les fondements de cette science. Tandis que nous nous efforcions de satisfaire à leur désir, l’impuissance radicale des méthodes, préconisées jusque-là, à construire une théorie logique s’affirmait à nous, plus incontestable chaque jour. Nous eûmes alors l’intuition des vérités que, depuis ce temps, nous n’avons cessé d’affirmer ; nous comprîmes que la théorie physique n’est ni une explication métaphysique, ni un ensemble de lois générales dont l’expérience et l’induction ont établi la vérité ; qu’elle est une construction artificielle, fabriquée au moyen de grandeurs mathématiques ; que la relation de ces grandeurs avec les notions abstraites jaillies de l’expérience est simplement celle que des signes ont avec les choses signifiées ; que cette théorie constitue une sorte de tableau synoptique, de schéma, apte à résumer et à classer les lois d’observation ; qu’elle peut être développée avec la même rigueur qu’une doctrine d’algèbre, car, à l’imitation de celle-ci, elle est construite en entier au moyen de combinaisons de grandeurs que nous avons agencées nous-même à notre guise ; mais que les exigences de la rigueur mathématique ne sont plus à leur place lorsqu’il s’agit de comparer la construction théorique avec les lois expérimentales qu’elle prétend représenter, et d’apprécier le degré de ressemblance entre l’image et l’objet, car cette comparaison, cette appréciation ne relèvent point de la faculté par laquelle nous pouvons dérouler une suite de syllogismes clairs et rigoureux ; que, pour apprécier cette ressemblance entre la théorie et les données de l’expérience, il n’est point possible de dissocier la construction théorique et de soumettre isolément chacune de ses parties à l’épreuve des faits, car la moindre vérification expérimentale met en jeu les chapitres les plus divers de la théorie ; que toute comparaison entre la Physique théorique et la Physique expérimentale consiste en un rapprochement de la théorie, prise dans son intégrité, avec l’enseignement total de l’expérience.

17C’est ainsi que les nécessités de l’enseignement, par leur pression urgente et incessante, nous ont amené à produire, de la théorie physique, une conception fort différente de celle qui avait cours jusque-là. Ces mêmes nécessités nous ont conduit, au cours des années, à développer nos premières pensées, à les préciser, à les expliquer, à les corriger. C’est par elles que notre système touchant la nature de la théorie physique s’est affermi dans notre conviction, grâce à l’aisance avec laquelle il nous a permis de relier, en une exposition cohérente, les chapitres les plus divers de la Science. Et qu’on nous pardonne d’insister ici, de signaler l’autorité toute spéciale que confère à nos principes cette épreuve à laquelle nous les avons soumis au cours de longues années ; nombreux, aujourd’hui, sont ceux qui écrivent au sujet des principes de la Mécanique et de la Physique ; mais si l’on venait à leur proposer de donner un cours entier de Physique qui, toujours et partout, s’accordât avec leur doctrine, combien en est-il qui accepteraient le défi ?

18Nos idées sur la nature de la théorie physique sont donc nées de la pratique de la recherche scientifique et des exigences de l’enseignement ; si profondément que nous poussions notre examen de conscience intellectuel, il nous est impossible de reconnaître une influence exercée, sur la genèse de ces idées, par une préoccupation religieuse quelconque. Et comment en eût-il été autrement ? Comment eussions-nous pu penser que notre foi catholique fût intéressée à l’évolution que subissaient nos opinions de physicien ? N’avions-nous pas connu des chrétiens, aussi sincères qu’éclairés, qui croyaient fermement aux explications mécaniques de l’Univers matériel ? N’en avions-nous pas connus qui se montraient chauds partisans de la méthode inductive de Newton ? N’éclatait-il pas à nos yeux, comme aux yeux de tout homme de bon sens, que l’objet et la nature de la théorie physique étaient choses étrangères aux doctrines religieuses et sans aucun contact avec elles ? Et d’ailleurs, comme pour mieux marquer à quel point notre manière de voir sur ces questions s’inspirait peu de nos croyances, les attaques les plus nombreuses et les plus vives contre cette manière de voir ne sont-elles pas venues de ceux qui professent la même foi religieuse que nous ?

19Notre interprétation de la théorie physique est donc essentiellement positive par ses origines ; rien, dans les circonstances qui nous ont suggéré cette interprétation, ne saurait justifier la méfiance de celui qui ne partagerait pas nos convictions métaphysiques ni nos croyances religieuses.

III – Notre système physique est positif par ses conclusions

20Nos méditations sur le sens et la portée des théories physiques ont été provoquées par des préoccupations où la métaphysique et la religion n’avaient aucune part ; elles ont abouti à des conclusions qui n’ont rien à faire avec les doctrines métaphysiques, rien avec les dogmes religieux.

  • 3 A. Rey, « La philosophie scientifique de M. Duhem », Revue de métaphysique et de morale, 12, 1904, (...)

21Certes, nous avons sans relâche combattu les théories physiques qui prétendent réduire l’étude du monde matériel à la Mécanique ; nous avons proclamé que le physicien devait admettre, en ses systèmes, des qualités premières. Or, il est des doctrines métaphysiques qui ont proclamé que tout, dans le monde matériel, se ramenait à la matière et au mouvement ; il en est qui ont proclamé que toute qualité était essentiellement complexe, qu’elle pouvait et devait toujours se résoudre en éléments quantitatifs. Il semble bien que nos conclusions se posent à l’encontre de ces doctrines ; qu’on ne puisse admettre notre manière de voir sans rejeter par le fait même ces systèmes métaphysiques ; et, donc, que notre Physique, sous ses apparences positives, soit, après tout, une Métaphysique. Et c’est ce que pense M. Rey : « Il semble bien, dit-il, que M. Duhem a succombé à la tentation commune : il a fait de la Métaphysique. Il a eu une idée de derrière la tête, une idée préconçue sur la valeur et la portée de la science, et sur la nature du connaissable »3.

22S’il en était ainsi, répétons-le bien haut, nous aurions pleinement échoué dans la tentative à laquelle nous avons donné tous nos efforts ; nous n’aurions pas réussi à définir une Physique théorique au progrès de laquelle positivistes et métaphysiciens, matérialistes et spiritualistes, incroyants et chrétiens pussent travailler d’un commun accord.

23Mais il n’en est pas ainsi.

24À l’aide de méthodes essentiellement positives, nous nous sommes efforcé de distinguer nettement le connu de l’inconnu ; nous n’avons jamais prétendu tracer une ligne de démarcation entre le connaissable et l’inconnaissable. Nous avons analysé les procédés par lesquels se construisaient les théories physiques et, de cette analyse, nous avons cherché à conclure le sens exact et la juste portée des propositions que formulent ces théories ; jamais notre enquête au sujet de la Physique ne nous a conduit soit à affirmer, soit à nier l’existence ni la légitimité des méthodes de recherches étrangères à cette science, et propres à atteindre des vérités qui passent ses moyens.

  • 4 Nous prions le lecteur de se reporter, en notre écrit sur l’Évolution de la Mécanique, Paris, 1902, (...)

25Ainsi, nous avons combattu le Mécanisme ; mais en quels termes ? Avons-nous, à la base d’un raisonnement, placé, à titre d’axiome, quelque proposition que n’ait point fourni la méthode du physicien. À partir de tels postulats, avons-nous déroulé une suite de déductions dont la conclusion fût de cette forme : Le Mécanisme est une impossibilité ; il est certain qu’on ne pourra jamais construire une représentation acceptable des phénomènes physiques au moyen de masses et de mouvements soumis aux seules lois de la Dynamique ? Nullement. Ce que nous avons fait4, c’est de soumettre à un minutieux examen les systèmes proposés par les diverses Écoles mécanistes et de constater qu’aucun de ces systèmes n’offrait les caractères d’une bonne et saine théorie physique, car aucun d’eux ne représentait, avec une approximation suffisante, un ensemble étendu de lois expérimentales.

26Quant à la légitimité ou à l’illégitimité du Mécanisme, considéré dans son principe même, voici comment nous nous sommes exprimé à son égard :

Pour le physicien, l’hypothèse que tous les phénomènes naturels peuvent s’expliquer mécaniquement n’est ni vraie ni fausse ; elle n’a pour lui aucun sens.

Expliquons cette proposition, qui pourrait sembler paradoxale.

Un seul critérium permet, en Physique, de rejeter comme faux un jugement qui n’implique pas contradiction logique ; c’est la constatation d’un désaccord flagrant entre ce jugement et les faits d’expérience. Lorsqu’un physicien affirme la vérité d’une proposition, il affirme que cette proposition a été comparée aux données de l’expérience ; que, parmi ces données, il s’en trouvait dont l’accord avec la proposition soumise à l’épreuve n’était pas nécessaire a priori ; que, cependant, entre ces données et cette proposition, les écarts sont demeurés inférieurs aux erreurs d’expérience.
En vertu de ces principes, on n’énonce pas une proposition que la Physique puisse tenir pour erronée, en avançant que tous les phénomènes du monde inorganique peuvent s’expliquer mécaniquement ; car l’expérience ne saurait nous faire connaître aucun phénomène qui soit sûrement irréductible aux lois de la Mécanique. Mais il n’est pas non plus légitime de dire que cette proposition est physiquement vraie ; car l’impossibilité de l’acculer à une contradiction, formelle et insoluble, avec les résultats de l’observation est une conséquence logique de l’indétermination absolue qu’on laisse aux masses invisibles et aux mouvements cachés.

Ainsi, pour qui s’en tient aux procédés de la méthode expérimentale, il est impossible de déclarer vraie cette proposition : Tous les phénomènes physiques s’expliquent mécaniquement. Il est également impossible de la déclarer fausse. Cette proposition est transcendante à la méthode physique.

27Affirmer, donc, que tous les phénomènes du monde inorganique sont réductibles à la matière et au mouvement, c’est faire de la Métaphysique ; nier que cette réduction soit possible, c’est encore faire de la Métaphysique ; mais de cette affirmation comme de cette négation, notre critique de la théorie physique s’est également gardée ; ce qu’elle a affirmé et prouvé, c’est qu’il n’existait actuellement aucune théorie physique acceptable qui fût conforme aux exigences du Mécanisme ; c’est qu’il était actuellement possible, en refusant de se soumettre à ces exigences, de construire une théorie satisfaisante ; mais en formulant ces affirmations, nous avons fait œuvre de physicien, et non de métaphysicien.

28Pour construire cette théorie physique, non réduite au Mécanisme, nous avons dû faire correspondre certaines grandeurs mathématiques à certaines qualités et, parmi ces qualités, il en est que nous n’avons pas décomposées en qualités plus simples, que nous avons traitées en qualités premières. Est-ce en vertu d’un critère métaphysique que nous avons regardé telle qualité comme une qualité première ? Avions-nous quelque moyen de reconnaître a priori si elle était ou non réductible en qualités plus simples ? Nullement. Tout ce que nous avons affirmé au sujet d’une telle qualité, c’est ce que les procédés propres à la Physique nous pouvaient enseigner ; nous avons affirmé que nous ne savions pas actuellement la décomposer, mais non qu’il fût absurde d’en chercher la résolution en éléments plus simples :

  • 5 L’Évolution de la Mécanique, 2e partie, Chapitre Ier : « La Physique de la Qualité ». – Cf. La Théo (...)

La Physique, avons-nous dit5, réduira la théorie des phénomènes que présente la nature inanimée à la considération d’un certain nombre de qualités ; mais ce nombre, elle cherchera à le rendre aussi petit que possible. Chaque fois qu’un effet nouveau se présentera, elle tentera de toutes manières de le ramener aux qualités déjà définies ; c’est seulement après avoir reconnu l’impossibilité de cette réduction qu’elle se résignera à mettre dans ses théories une qualité nouvelle, à introduire dans ses équations une nouvelle espèce de variables. Ainsi le chimiste qui découvre un corps nouveau s’efforce de le décomposer en quelques-uns des éléments déjà connus ; c’est seulement lorsqu’il a épuisé en vain tous les moyens d’analyse dont disposent les laboratoires, qu’il se décide à ajouter un nom à la liste des corps simples.

Le nom de simple n’est pas donné à une substance chimique en vertu d’un raisonnement métaphysique prouvant qu’elle est indécomposable par nature ; il lui est donné en vertu d’un fait, parce qu’elle a résisté à tous les essais de décomposition. Cette épithète est un aveu d’impuissance ; elle n’a rien de définitif ni d’irrévocable ; un corps, simple aujourd’hui, cessera de l’être demain si quelque chimiste, plus heureux que ses devanciers, parvient à le dissocier ; la potasse et la soude, corps simples pour Lavoisier, furent corps composés à partir des travaux de Davy. Ainsi en est-il des qualités premières que nous admettons en Physique. En les nommant premières, nous ne préjugeons pas qu’elles soient irréductibles par nature ; nous avouons simplement que nous ne savons pas les réduire à des qualités plus simples ; mais cette réduction, que nous ne pouvons effectuer aujourd’hui, sera peut-être demain un fait accompli.

29En rejetant donc les théories mécaniques, en proposant à leur place une théorie qualitative, nous n’avons nullement été guidé par « une idée préconçue sur la valeur et la portée de la Science et sur la nature du connaissable » ; nous n’avons fait aucun appel, conscient ou inconscient, à la méthode métaphysique ; nous avons fait un usage exclusif des procédés propres au physicien ; nous avons condamné les théories qui ne concordaient pas avec les lois d’observation ; nous avons préconisé celle qui donnait de ces lois une représentation satisfaisante ; en un mot, nous avons scrupuleusement respecté les règles de la Science positive.

IV – Notre système fait évanouir les objections prétendues de la science physique contre la métaphysique spiritualiste et contre la foi catholique

30Conduite par la méthode positive telle que la pratique le physicien, notre interprétation du sens et de la portée des théories n’a subi aucune influence ni des opinions métaphysiques ni des croyances religieuses ; en aucune manière, cette interprétation n’est la philosophie scientifique d’un croyant ; l’incroyant en peut admettre tous les termes.

31En résulte-t-il que le croyant n’ait aucun compte à tenir de cette critique de la science physique, que les résultats auxquels elle conduit soient, pour lui, sans aucun intérêt ?

32Il est de mode, depuis un certain temps, d’opposer les unes aux autres les grandes théories de la Physique et les doctrines fondamentales sur lesquelles reposent la philosophie spiritualiste et la foi catholique ; on espère bien voir ces doctrines s’écrouler sous les coups de bélier des systèmes scientifiques. Assurément ces luttes de la Science contre la Foi passionnent surtout ceux qui connaissent fort mal les enseignements de la Science et point du tout les dogmes de la Foi ; mais elles préoccupent et inquiètent parfois des hommes qui, par l’intelligence et la conscience, surpassent de beaucoup les docteurs de village et les physiciens d’estaminet.

33Or le système que nous avons exposé fait disparaître les prétendues objections que la théorie physique dresserait à l’encontre de la Métaphysique spiritualiste et du Dogme catholique ; il les fait disparaître aussi aisément que le vent balaye des fétus de paille ; car, selon ce système, ces objections ne sont et ne peuvent jamais être que des malentendus.

34Qu’est-ce qu’une proposition de Métaphysique, qu’un dogme religieux ? C’est un jugement qui porte sur une réalité objective, qui affirme ou nie que tel être réel possède ou ne possède pas tel attribut. Ces jugements : l’homme est libre, l’âme est immortelle, le pape est infaillible en matière de foi, sont des propositions de Métaphysique ou des dogmes religieux ; ils affirment tous que certaines réalités objectives possèdent certains attributs.

35Que faudra-t-il pour qu’il puisse y avoir accord ou désaccord entre un certain jugement, d’une part, et, d’autre part, une proposition de Métaphysique ou de Théologie ? De toute nécessité, il faudra que ce jugement ait pour objet certaines réalités objectives, qu’il affirme ou nie d’elles certains attributs. En effet, entre deux jugements qui n’ont pas les mêmes termes, qui ne portent pas sur les mêmes objets, il ne saurait y avoir ni accord ni désaccord.

36Les faits d’expérience – au sens courant des mots, et non au sens compliqué que ces mêmes mots prennent en Physique –, les lois expérimentales – j’entends les lois d’expérience vulgaire que le sens commun formule sans aucun recours aux théories scientifiques – sont autant d’affirmations qui portent sur des réalités objectives ; on peut donc, sans déraisonner, parler d’accord ou de désaccord entre un fait d’expérience ou une loi d’expérience, d’une part et, d’autre part, une proposition de Métaphysique ou de Théologie. Si, par exemple, on constatait un cas où un pape, placé dans les conditions prévues par le dogme de l’infaillibilité, a donné un enseignement contraire à la foi, on se trouverait en présence d’un fait qui contredirait à un dogme religieux. Si l’expérience conduisait à formuler cette loi : Les actes humains sont toujours déterminés, on aurait affaire à une loi expérimentale qui nierait une proposition de Métaphysique.

37Cela posé, un principe de Physique théorique peut-il être en accord ou en désaccord avec une proposition de Métaphysique ou de Théologie ? Un principe de Physique théorique est-il un jugement concernant quelque réalité objective ?

38Oui, pour le Cartésien, pour l’Atomiste, pour quiconque fait de la Physique théorique une dépendance, un corollaire de la Métaphysique, un principe de Physique théorique est un jugement qui porte sur une réalité. Lorsque le Cartésien affirme que l’essence de la matière est l’étendue en longueur, largeur et profondeur ; lorsque l’Atomiste déclare qu’un atome se meut d’un mouvement rectiligne et uniforme tant qu’il ne choque pas un autre atome, le Cartésien et l’Atomiste entendent bien affirmer que la matière est objectivement telle qu’ils le disent, qu’elle possède réellement les propriétés qu’ils lui attribuent, qu’elle est vraiment privée des qualités qu’ils lui refusent. Dès lors, il n’est pas insensé de se demander si tel principe de la Physique cartésienne ou de la Physique atomistique est ou non en désaccord avec telle proposition de la Métaphysique ou du Dogme ; on peut raisonnablement douter que la loi imposée par l’Atomisme au mouvement des atomes soit compatible avec l’action que l’âme exerce sur le corps ; on peut soutenir que l’essence de la matière cartésienne est inconciliable avec le dogme de la présence réelle du corps de Jésus-Christ sous les espèces eucharistiques.

39Oui encore, un principe de Physique théorique est un jugement concernant la réalité objective pour le Newtonien, pour celui qui voit dans un tel principe une loi expérimentale généralisée par l’induction. Celui-là, par exemple, verra, dans les équations fondamentales de la Dynamique, une règle universelle, dont l’expérience a révélé la vérité, et à laquelle sont soumis tous les mouvements des corps objectivement existants. Celui-là pourra, sans illogisme, parler du conflit entre les équations de la Dynamique et la possibilité du libre arbitre, et examiner si ce conflit est soluble ou insoluble.

40Ainsi les tenants des Écoles de Physique que nous avons combattues peuvent légitimement parler d’accord ou de désaccord entre les principes de la théorie physique et les doctrines de la Métaphysique ou de la Religion. Il n’en sera pas de même de ceux dont la raison aura accepté, de la théorie physique, l’interprétation que nous avons proposée ; ceux-là ne parleront jamais de conflit entre les principes de la théorie physique et les doctrines métaphysiques ou religieuses ; ils auront compris, en effet, que les doctrines métaphysiques et religieuses sont des jugements touchant la réalité objective, tandis que les principes de la théorie physique sont des propositions relatives à certains signes mathématiques dénués de toute existence objective ; n’ayant aucun terme commun, ces deux sortes de jugements ne peuvent ni s’accorder ni se contredire.

41Qu’est-ce, en effet, qu’un principe de Physique théorique ? C’est une forme mathématique propre à résumer et à classer des lois constatées par l’expérience. Par lui-même, ce principe n’est ni vrai ni faux ; il donne simplement une image plus ou moins satisfaisante des lois qu’il prétend représenter. Ces lois, elles, sont des affirmations touchant la réalité objective ; avec telle proposition de Métaphysique ou de Théologie, elles peuvent donc être d’accord ou se trouver en désaccord. Mais la classification systématique qu’en donne la théorie n’ajoute rien, ni ne retranche rien, à leur vérité, à leur certitude, à leur portée objective. L’intervention du principe théorique qui les résume et les ordonne ne peut ni détruire l’accord entre ces lois et les doctrines métaphysiques et religieuses si cet accord existait avant l’intervention de ce principe, ni rétablir cet accord s’il n’existait pas auparavant. De soi et par essence, tout principe de Physique théorique est sans usage dans les discussions métaphysiques ou théologiques.

42Appliquons ces considérations générales à un exemple :

43Le principe de la conservation de l’énergie est-il compatible avec le libre arbitre ? Voilà une question bien souvent débattue et résolue en des sens différents. Or, a-t-elle même une signification, en sorte qu’un homme conscient de l’exacte valeur des termes qu’il emploie puisse raisonnablement songer à y répondre soit par oui, soit par non ?

44Assurément, cette question a un sens pour ceux qui font du principe de la conservation de l’énergie un axiome applicable en toute rigueur à l’Univers réel, soit qu’ils tirent cet axiome d’une philosophie de la nature, soit qu’ils y parviennent à partir des données expérimentales, au moyen d’une large et puissante induction. Mais nous ne nous rangeons ni parmi ceux-ci ni parmi ceux-là. Pour nous, le principe de la conservation de l’énergie n’est, en aucune manière, une affirmation certaine et générale concernant des objets réellement existants. C’est une formule mathématique que pose un libre décret de notre entendement, afin que cette formule, combinée avec d’autres formules postulées d’une manière analogue, nous permette de déduire une série de conséquences, et que ces conséquences nous fournissent une représentation satisfaisante des lois constatées dans nos laboratoires. Ni cette formule de la conservation de l’énergie, ni les formules que nous lui associons ne peuvent, à proprement parler, être dites vraies ou fausses, puisqu’elles ne sont point des jugements portant sur des réalités ; tout ce qu’on peut dire, c’est que la théorie que compose leur ensemble est bonne si ses corollaires représentent, avec une suffisante approximation, les lois que nous nous proposons de classer, et que cette théorie est mauvaise dans le cas contraire. Il est déjà clair que cette question : « La loi de la conservation de l’énergie est-elle ou non compatible avec le libre arbitre ? » ne peut avoir pour nous aucun sens. Si elle en avait un, en effet, ce serait celui-ci : L’impossibilité objective d’actes libres est-elle ou non la conséquence du principe de la conservation de l’énergie ? Or le principe de la conservation de l’énergie n’a aucune conséquence objective.

45Et, d’ailleurs, insistons.

46Comment s’y prendrait-on pour tirer du principe de la conservation de l’énergie, des autres principes analogues, ce corollaire : Le libre arbitre est impossible ? On remarquerait que ces divers principes équivalent à un système d’équations différentielles réglant les changements d’état des corps qui y sont soumis ; on observerait que l’état et le mouvement de ces corps étant donnés à un certain instant, cet état et ce mouvement seraient ensuite déterminés sans ambiguïté pour tout le cours du temps ; et l’on en conclurait qu’aucun mouvement libre ne saurait se produire parmi ces corps, puisqu’un mouvement libre serait, par essence, un mouvement non déterminé par les états et les mouvements antérieurs.

47Or que vaut un tel raisonnement ?

48Nos équations différentielles ou, ce qui revient au même, les principes qu’elles traduisent, nous les avons choisis parce que nous voulions construire une représentation mathématique d’un ensemble de phénomènes ; en cherchant à représenter ces phénomènes au moyen d’un système d’équations différentielles, nous supposions, de prime abord, qu’ils étaient soumis à un déterminisme rigoureux ; nous savions bien, en effet, qu’un phénomène dont les moindres particularités ne résulteraient pas des données initiales serait rebelle à toute représentation par un tel système d’équations. Nous étions donc certain d’avance que, dans la classification que nous combinions, aucune place n’était réservée aux actes libres. Que si nous constatons, après cela, qu’un acte libre ne saurait être compris dans notre classification, nous serions fort naïf de nous en étonner et fort insensé d’en conclure que le libre arbitre est impossible.

49Imaginez qu’un collectionneur veuille ranger des coquilles ; il prend sept tiroirs qu’il marque des sept couleurs du spectre, et le voilà mettant les coquilles rouges dans le tiroir rouge, les coquilles jaunes dans le tiroir jaune, etc. Mais si une coquille blanche se présente, il n’en saura que faire, car il n’a pas de tiroir blanc. Vous auriez assurément grand pitié de sa raison, si vous l’entendiez conclure de son embarras à la non-existence de coquilles blanches dans le monde.

50II mérite la même pitié, ce physicien qui, de ses principes théoriques, croit pouvoir déduire l’impossibilité du libre arbitre. En fabriquant une classification pour tous les phénomènes qui se produisent en ce monde, il a oublié le tiroir aux actes libres !

V – Notre système dénie à la théorie physique toute portée métaphysique ou apologétique

  • 6 [Note de l’éditrice. Cette phrase est caractéristique de ce qu’entend faire Duhem dans ce chapitre  (...)

51Physique de croyant que cette Physique-là, dira-t-on, puisque, si radicalement, elle dénie toute valeur aux objections tirées de la théorie contre la Métaphysique spiritualiste et contre la Foi catholique ! Mais, tout aussi justement, Physique d’incroyant, car elle ne fait ni moins bonne ni moins rigoureuse justice des arguments qu’on s’essayerait à déduire de la théorie en faveur de la Métaphysique ou du Dogme. Il est absurde de prétendre qu’un principe de Physique théorique contredise à une proposition formulée par la philosophie spiritualiste ou par la doctrine catholique ; il est non moins absurde de prétendre qu’il confirme une telle proposition6. Il ne saurait y avoir ni désaccord ni accord entre une proposition qui est un jugement touchant une réalité objective et une autre proposition qui n’a aucune portée objective. Toutes les fois qu’on citera un principe de Physique théorique à l’appui d’une doctrine métaphysique ou d’un dogme religieux, on commettra une méprise ; on attribuera à ce principe un sens qui n’est pas le sien, une valeur qui ne lui appartient pas.

52Éclairons encore notre dire par un exemple.

53Au milieu du dernier siècle, Clausius, après avoir profondément transformé le principe de Carnot, en avait tiré ce corollaire célèbre : L’entropie de l’Univers tend vers un maximum. De ce théorème, maint philosophe avait prétendu conclure à l’impossibilité d’un monde où, éternellement, se produiraient des modifications physiques et chimiques ; à leur gré, ces modifications avaient eu un commencement, elles auraient une fin ; la création dans le temps, sinon de la matière, du moins de son aptitude au changement, l’établissement, dans un avenir plus ou moins éloigné, d’un état de repos absolu et de mort universelle, étaient, pour ces penseurs, des conséquences forcées des principes de la Thermodynamique.

54La déduction par laquelle on a voulu passer des prémisses à ces conclusions est, en maint endroit, brisée par l’illogisme. Tout d’abord, elle suppose implicitement l’assimilation de l’Univers à un ensemble limité de corps, isolé dans un espace absolument vide de matière ; et cette assimilation donne prise à bien des doutes. Cette assimilation admise, la Thermodynamique affirme, il est vrai, que l’entropie de l’Univers doit croître sans cesse ; mais elle n’impose à cette entropie aucune limite inférieure, aucune limite supérieure ; rien donc ne s’opposerait à ce que cette grandeur variât de – ∞ à + ∞, tandis que le temps varierait lui-même de – ∞ à + ∞ ; alors s’évanouiraient les impossibilités qu’on a cru démontrées à l’encontre d’une vie éternelle de l’Univers. Mais sur ces diverses critiques, passons condamnation ; elles prouvent que la démonstration prise pour exemple n’est pas concluante ; elles ne prouvent pas l’impossibilité radicale de construire une démonstration concluante qui tendrait à un but analogue. L’objection que nous allons lui opposer est d’une tout autre nature et d’une autre portée ; tirée de l’essence même de la théorie physique, elle va nous montrer qu’il est absurde de questionner cette théorie au sujet des événements qui ont pu se produire en un passé extrêmement reculé, absurde d’exiger d’elle des prédictions à très longue échéance.

55Qu’est-ce qu’une théorie physique ? Un ensemble de propositions mathématiques dont les conséquences doivent représenter les données de l’expérience ; la valeur d’une théorie se mesure au nombre des lois expérimentales qu’elle représente et au degré de précision avec lequel elle les représente ; si deux théories différentes représentent les mêmes faits avec la même approximation, la méthode physique les considère comme ayant absolument même valeur ; entre ces deux théories équivalentes, elle n’a pas le droit de dicter notre choix, elle est tenue de le laisser libre. Sans doute, entre ces deux théories logiquement équivalentes, le physicien choisira ; mais les motifs qui dicteront son choix seront des considérations d’élégance, de simplicité, de commodité, des raisons de convenance essentiellement subjectives, contingentes, variables avec les temps, les Écoles, les personnes ; si graves que ces motifs puissent être dans certains cas, jamais ils ne seront d’une nature telle que l’adhésion à l’une des théories, que le rejet de l’autre en résultent nécessairement ; seule, la découverte d’un fait que l’une des théories représenterait, et point l’autre, aurait pour conséquence une option forcée.

  • 7 C’est ce qu’ils ont fait, en réalité, le jour où par l’introduction du terme d’attraction moléculai (...)

56Ainsi la loi d’attraction en raison inverse du carré de la distance, proposée par Newton, représente avec une admirable précision tous les mouvements célestes que nous pouvons observer ; mais à l’inverse du carré de la distance on pourrait, et d’une infinité de manières, substituer quelque autre fonction de la distance, de telle sorte que la nouvelle Mécanique céleste représentât toutes nos observations astronomiques avec la même précision que l’ancienne ; les principes de la méthode expérimentale nous contraindraient d’attribuer à ces deux Mécaniques célestes différentes exactement la même valeur logique. Cela ne veut pas dire que les astronomes ne garderaient pas la loi newtonienne d’attraction de préférence à la loi nouvelle ; mais ils la garderaient à cause des propriétés mathématiques exceptionnelles que présente l’inverse du carré de la distance, en faveur de la simplicité et de l’élégance que ces propriétés introduisent dans leurs calculs. Ces motifs seraient assurément de ceux qu’il est bon de suivre ; toutefois, ils n’auraient rien de décisif ni de définitif ; ils seraient de nul poids le jour où l’on découvrirait un phénomène que la loi newtonienne d’attraction serait inapte à représenter et dont une autre Mécanique céleste donnerait une image satisfaisante ; ce jour-là, les astronomes seraient tenus de préférer la nouvelle théorie à l’ancienne7.

57Cela bien entendu, supposons que nous ayons deux Mécaniques célestes différentes au point de vue mathématique, mais représentant avec une égale approximation toutes les observations astronomiques faites jusqu’ici. Allons plus loin ; servons-nous de ces deux Mécaniques célestes pour calculer les mouvements des astres dans l’avenir ; supposons que les résultats de l’un des calculs soient tellement voisins de ceux de l’autre que l’écart entre les deux positions qu’ils assignent à un même astre soit inférieur aux erreurs d’expérience, même au bout de mille ans, même au bout de dix mille ans. Voilà deux Mécaniques célestes que nous sommes tenus de regarder comme logiquement équivalentes ; aucune raison n’existe qui nous contraigne de préférer l’une à l’autre ; et, qui plus est, dans mille ans, dans dix mille ans, les hommes devront encore les mettre en balance et tenir leur choix en suspens.

58II est clair que les prédictions de ces deux théories méritent une égale confiance ; il est clair que la logique ne nous donne aucun droit d’affirmer que les prédictions de la première seront conformes à la réalité et point celles de la seconde, ou inversement.

  • 8 Voir à cet égard, dans notre étude intitulée : La Théorie physique, son objet et sa structure, le C (...)
  • 9 Ainsi, les trajectoires des planètes sous l’action simultanée de l’attraction Newtonienne et de l’a (...)

59Ces prédictions, à la vérité, s’accordent parfaitement pour un laps de temps de mille ans, de dix mille ans ; mais les mathématiciens nous avertissent que nous serions bien téméraires d’en conclure que cet accord durera toujours ; et, par de palpables exemples, ils nous montrent à quelles erreurs cette extrapolation illégitime pourrait nous conduire8. Les prédictions de nos deux Mécaniques célestes pourraient être singulièrement discordantes si nous demandions à ces deux théories de nous décrire l’état du ciel dans dix millions d’années ; l’une d’elles pourrait nous affirmer que les planètes, à cette époque, décriront encore des orbites peu différentes de celles qu’elles décrivent actuellement ; l’autre, au contraire, pourrait fort bien prétendre que tous les corps du système solaire seront alors réunis en une masse unique, ou bien qu’ils se trouveront dispersés dans l’espace à des distances énormes les uns des autres9. De ces deux prophéties, dont l’une proclame la stabilité du système solaire et dont l’autre en affirme l’instabilité, laquelle croirons-nous ? Celle, sans doute, qui concordera le mieux à nos préoccupations et à nos préventions extra-scientifiques ; mais, assurément, la logique des sciences physiques ne nous fournira aucun argument pleinement convaincant pour défendre notre choix contre qui l’attaquerait et pour l’imposer à notre adversaire.

60Ainsi en est-il de toute prédiction à longue échéance. Nous possédons une Thermodynamique qui représente fort bien une foule de lois expérimentales, et qui nous affirme que l’entropie d’un système isolé croît éternellement. Nous pourrions sans peine construire une Thermodynamique nouvelle qui, tout aussi bien que la Thermodynamique ancienne, représenterait les lois expérimentales connues jusqu’ici ; dont, pendant dix mille ans, les prévisions marcheraient d’accord avec celles de la Thermodynamique ancienne ; et cependant, cette Thermodynamique nouvelle pourrait nous affirmer que l’entropie de l’Univers, après avoir crû pendant cent millions d’années, décroîtra pendant une nouvelle période de cent millions d’années, pour croître derechef par une alternance éternelle.

61Par son essence même, la science expérimentale est incapable de prédire la fin du monde, aussi bien que d’en affirmer la perpétuelle activité. Seule, une méprise grossière au sujet de sa portée avait pu réclamer d’elle la preuve d’un dogme qu’affirme notre foi.

VI – Le métaphysicien doit connaître la théorie physique afin de n’en point faire, en ses spéculations, un usage illégitime

  • 10 [Note de l’éditrice. Dans une lettre à sa mère, Duhem raconte quelle fut son intervention lors du T (...)

62Voilà donc une physique théorique qui n’est ni une théorie de croyant ni une théorie d’incroyant, mais, purement et simplement, une théorie de physicien ; admirablement propre à classer les lois que l’expérimentateur étudie, elle est incapable de s’opposer à une affirmation quelconque de la Métaphysique ou du Dogme religieux ; elle est également incapable de prêter un appui efficace à une semblable affirmation10. Lorsque le théoricien pénètre sur le territoire de la Métaphysique ou du Dogme, soit qu’il se propose de les attaquer, soit qu’il veuille les défendre, l’arme dont il usait victorieusement en son propre domaine demeure, entre ses mains, inutile et sans force ; la logique de la Science positive, qui a forgé cette arme, a marqué avec précision les frontières au-delà desquelles la trempe qu’elle lui a donnée s’amollirait, au-delà desquelles son tranchant s’émousserait.

63Mais de ce que la saine logique ne confère à la théorie physique aucun pouvoir pour confirmer ou pour infirmer une proposition métaphysique, en résulte-t-il que le métaphysicien soit en droit de faire fi des théories de la Physique ? En résulte-t-il qu’il puisse poursuivre la construction de son système cosmologique sans aucun souci de l’ensemble de formules mathématiques par lesquelles le physicien parvient à figurer et à classer l’ensemble des lois expérimentales ? Nous ne le croyons pas ; nous allons essayer de montrer qu’il y a un lien entre la théorie physique et la philosophie de la nature ; nous allons tenter de préciser en quoi consiste ce lien.

64Et d’abord, afin d’éviter tout malentendu, faisons une remarque. Cette question : « Le métaphysicien a-t-il ou n’a-t-il pas à tenir compte des dires du physicien » ne se pose absolument qu’au sujet des théories de la Physique. Au sujet des faits d’expérience, au sujet des lois expérimentales, la question n’a pas à être posée, car la réponse ne saurait être douteuse ; il est clair que le philosophe de la nature doit tenir compte de ces faits, de ces lois.

65Les propositions, en effet, qui énoncent ces faits, qui formulent ces lois, ont, ce que ne possèdent pas les propositions purement théoriques, une portée objective. Elles peuvent donc être en accord ou en désaccord avec les propositions qui composent un système cosmologique ; l’auteur de ce système n’a pas le droit d’être indifférent à cet accord qui apporte à ses intuitions une confirmation précieuse, à ce désaccord qui est, pour ses doctrines, une condamnation sans appel.

  • 11 Voir, à ce sujet, La Théorie physique, son objet et sa structure, 2e partie, chap. IV et V.

66L’appréciation de cet accord ou de ce désaccord est aisée, en général, lorsque les faits considérés sont des faits d’expérience vulgaire, lorsque les lois visées sont des lois de sens commun11 ; car il n’est pas nécessaire d’être physicien de profession pour saisir ce qu’il y a d’objectif dans un tel fait, dans une telle loi.

67Cette appréciation devient, au contraire, infiniment délicate et épineuse lorsqu’il s’agit d’un fait ou d’une loi scientifique. En effet la proposition qui formule ce fait ou cette loi est, en général, un mélange intime de constatation expérimentale, douée d’une portée objective, et d’interprétation théorique, simple symbole dénué de tout sens objectif. Il faudra que le métaphysicien dissocie ce mélange, afin d’obtenir, aussi pur que possible, le premier des deux éléments qui le composent ; en celui-là, en effet, et en celui-là seul, son système peut trouver une confirmation ou se heurter à une contradiction.

68Supposons, par exemple, qu’il s’agisse d’une expérience sur les phénomènes d’interférence optique. Le récit d’une telle expérience contient des affirmations qui portent assurément sur les caractères objectifs de la lumière ; telle par exemple, cette affirmation qu’un éclairement qui semble constant est, en réalité, la manifestation d’une propriété qui varie très rapidement d’un instant à l’autre, et cela d’une manière périodique. Mais ces affirmations sont, par le langage même qui sert à les formuler, intimement pénétrées des hypothèses qui portent la théorie optique ; pour les énoncer, le physicien parle des vibrations d’un éther élastique ou de la polarisation alternative d’un éther diélectrique ; or, pas plus aux vibrations de l’éther élastique qu’à la polarisation de l’éther diélectrique, il ne faut attribuer d’emblée une pleine et entière réalité objective ; ce sont, en effet, des constructions symboliques imaginées par la théorie pour résumer et classer les lois expérimentales de l’optique.

69Et voici déjà une première raison pour que le métaphysicien ne néglige point l’étude des théories physiques. Il faut qu’il connaisse la théorie physique afin qu’il puisse, dans le récit d’une expérience, distinguer ce qui provient de cette théorie et n’a que la valeur d’un moyen de représentation ou d’un signe, d’avec ce qui forme le contenu réel, la matière objective du fait d’expérience.

70N’allons pas nous imaginer, d’ailleurs, qu’une connaissance toute superficielle de la théorie suffirait à cet objet. Bien souvent, dans le récit d’une expérience de physique, la matière, réelle et objective, et la forme, purement théorique et symbolique, se compénètrent d’une manière si intime et si compliquée que l’esprit géométrique, avec ses procédés clairs, rigoureux, mais trop simples et trop peu souples pour être fort pénétrants, ne peut suffire à les séparer ; il y faut les démarches insinuantes et déliées de l’esprit de finesse ; lui seul, se glissant entre cette matière et cette forme, les peut distinguer ; lui seul peut deviner que ceci est construction artificielle, créée de toutes pièces par la théorie et sans usage pour le métaphysicien, tandis que cela, riche de vérité objective, est propre à renseigner le cosmologiste.

71Or l’esprit de finesse, ici comme partout ailleurs, s’aiguise par une longue pratique ; c’est par une étude profonde et minutieuse de la théorie qu’on obtiendra cette sorte de flair grâce auquel, dans une expérience de physique, on discernera ce qui est symbole théorique, grâce auquel on pourra séparer de cette forme, sans valeur philosophique, le véritable enseignement de l’expérience, celui dont le philosophe doit tenir compte.

72Ainsi faut-il que le métaphysicien ait une très exacte connaissance de la théorie physique afin de la reconnaître sans faute lorsqu’elle franchit les limites de son propre domaine et prétend pénétrer sur le territoire de la Cosmologie ; au nom de cette exacte connaissance, il sera en droit d’arrêter la théorie, de lui rappeler qu’il ne saurait tirer profit de son aide ni redouter ses objections. Le métaphysicien doit faire une étude approfondie de la théorie physique s’il veut être certain qu’elle n’exercera aucune influence illogique sur ses spéculations.

VII – La théorie physique a pour forme limite la classification naturelle

73Par d’autres raisons encore, et plus graves, les enseignements de la théorie physique s’imposent à l’attention du métaphysicien.

74Aucune méthode scientifique ne porte en soi-même sa pleine et entière justification ; elle ne saurait, par ses seuls principes, rendre compte de tous ces principes. On ne doit donc pas s’étonner que la physique théorique repose sur des postulats qui ne se peuvent autoriser que de raisons étrangères à la Physique.

75De ce nombre est le postulat suivant :

76La théorie physique doit s’efforcer de représenter tout l’ensemble des lois naturelles par un système unique dont toutes les parties soient logiquement compatibles entre elles.

  • 12 Voir, à ce sujet, La Théorie physique, son objet et sa structure, 1re partie, chap. IV, § X.

77Si l’on s’astreint à n’invoquer que des raisons de pure logique, de cette logique qui permet de fixer l’objet et la structure de la théorie physique, il est impossible de justifier ce postulat12 ; il est impossible de condamner un physicien qui prétendrait représenter par plusieurs théories, logiquement incompatibles, soit des ensembles divers de lois expérimentales, soit même un groupe unique de lois ; tout ce qu’on peut exiger de lui, c’est de ne pas mêler deux théories inconciliables, de ne pas combiner, en ses déductions, une majeure tirée de l’une de ces théories avec une mineure fournie par l’autre.

78C’est bien à cette conclusion, au droit qu’a le physicien de développer une théorie logiquement incohérente, qu’aboutissent ceux qui analysent la méthode physique sans recourir à aucun principe étranger à cette méthode. Pour eux, les représentations de la théorie ne sont que des résumés commodes, que des artifices destinés à faciliter le travail d’invention ; pourquoi interdirait-on au travailleur l’emploi successif d’instruments disparates, s’il trouve que chacun d’eux s’adapte bien à une certaine tâche et mal à un autre ouvrage ?

79Cette conclusion, cependant, scandalise fort bon nombre de ceux qui s’efforcent au progrès de la Physique ; il en est qui veulent voir, dans ce dédain de l’unité théorique, un préjugé de croyant, désireux d’exalter le Dogme aux dépens de la Science ; et, à l’appui de cette opinion, on observe que la brillante pléiade des philosophes chrétiens qui se groupent autour de M. Édouard Le Roy tient volontiers les théories physiques pour de simples recettes ; on oublie trop, en raisonnant ainsi, que M. Henri Poincaré a proclamé le premier et enseigné d’une manière formelle que le physicien pouvait user successivement de théories, incompatibles entre elles, en tel nombre qu’il jugerait bon ; et je ne sache pas que M. Henri Poincaré partage les croyances religieuses de M. Édouard Le Roy.

80Il est certain que M. Henri Poincaré, aussi bien que M. Édouard Le Roy, était pleinement autorisé par l’analyse logique de la méthode physique à prétendre ce qu’il a avancé ; il est non moins certain que cette doctrine d’allure sceptique scandalise la plupart de ceux qui travaillent au progrès de la Physique. Bien que l’étude purement logique des procédés qu’ils emploient ne leur fournisse aucun argument convaincant à l’appui de leur manière de voir, ils sentent que cette manière de voir est la bonne ; ils ont l’intuition que l’unité logique s’impose à la théorie physique comme un idéal auquel elle doit tendre sans cesse ; ils sentent que tout illogisme, toute incohérence est, en cette théorie, une tare ; que les progrès de la Science doivent, peu à peu, faire disparaître cette tare.

81Et cette conviction est, au fond du cœur, partagée par ceux-là mêmes qui affirment le droit de la théorie à l’incohérence logique. Est-il un seul d’entre eux qui hésite, même un instant, à préférer une théorie physique rigoureusement coordonnée à un ramassis de théories inconciliables ? qui, pour critiquer la doctrine d’un adversaire, ne s’efforce d’y découvrir des illogismes et des contradictions ? Ce n’est donc pas de leur plein gré qu’ils proclament le droit à l’incohérence logique ; comme tous les physiciens, ils regardent la théorie physique qui représenterait toutes les lois expérimentales au moyen d’un système unique, logiquement coordonné, comme la théorie idéale ; et s’ils tentent d’étouffer leurs aspirations vers cet idéal, c’est uniquement parce qu’ils le croient irréalisable, parce qu’ils désespèrent de l’atteindre.

82Or, est-il juste de regarder cet idéal comme une utopie ? C’est à l’histoire de la Physique de répondre à cette question ; c’est à elle de nous dire si les hommes, depuis que la Physique a pris la forme scientifique, se sont épuisés en vains efforts pour réunir en un système coordonné les lois innombrables que découvraient les expérimentateurs ; ou bien, au contraire, si ces efforts, par un progrès lent, mais continu, ont contribué à souder les uns aux autres les fragments de théorie qui se trouvaient d’abord isolés, afin de produire un système de plus en plus un, de plus en plus ample. C’est là, selon nous, le grand enseignement que nous devons obtenir, lorsque nous retraçons l’évolution des doctrines physiques, et M. Abel Rey a fort bien vu que c’était la principale leçon que nous demandions à l’étude des théories du passé.

83Ainsi interrogée, quelle réponse l’Histoire nous donne-t-elle ? Le sens de cette réponse n’est point douteux, et voici comment M. Rey l’interprète :

La Physique théorique ne nous présente nullement un ensemble d’hypothèses divergentes ou contradictoires. Elle offre, au contraire, à qui en suit attentivement les transformations, un développement continu, une véritable évolution. La théorie qui paraît suffisante à un moment donné de la Science ne tombe pas intégralement, dès que le champ de la Science s’est élargi. Bonne pour expliquer un certain nombre de faits, elle continue à rester valable pour ces faits. Seulement, elle ne l’est plus pour des faits nouveaux ; elle n’est pas ruinée ; elle est devenue insuffisante. Et pourquoi ? Parce que notre esprit ne peut saisir le complexe qu’après le simple, le plus général qu’après ce qui l’était moins. Aussi avait-il, pour ne pas se perdre dans les détails trop compliqués qui lui masquaient les relations exactes des choses, négligé certaines modalités, restreint les conditions de l’examen, réduit le champ de l’observation et de l’expérimentation. La découverte scientifique, si l’on sait bien la comprendre, ne fait qu’élargir à mesure ce champ, lever peu à peu certaines restrictions, réintégrer les considérations jugées d’abord négligeables.

84La diversité se fondant dans une unité toujours plus compréhensive, toujours plus parfaite, tel est le grand fait qui résume toute l’histoire des doctrines physiques. Pourquoi l’évolution dont cette histoire nous manifeste la loi s’arrêterait-elle brusquement ? Pourquoi les disparates que nous constatons aujourd’hui entre les divers chapitres de la théorie physique ne se fondraient-ils pas demain en un harmonieux accord ? Pourquoi nous y résigner comme à des vices irrémédiables ? Pourquoi renoncer à l’idéal d’une théorie pleinement une, parfaitement logique, alors que les systèmes réellement construits se sont, de siècle en siècle, rapprochés de plus en plus de cet idéal ?

85Le physicien trouve donc en lui-même une irrésistible aspiration vers une théorie physique qui représenterait toutes les lois expérimentales au moyen d’un système d’une parfaite unité logique ; et lorsqu’il demande à une exacte analyse de la méthode expérimentale quel est le rôle de la théorie physique, il n’y trouve pas de quoi justifier cette aspiration. L’histoire lui montre que cette aspiration est aussi ancienne que la science elle-même ; que les systèmes physiques qui se sont succédé ont donné à ce désir une satisfaction de jour en jour plus pleine ; et l’étude des procédés par lesquels progresse la science physique ne lui découvre pas l’entière raison d’être de cette évolution. Les tendances qui dirigent le développement de la théorie physique ne sont donc pas pleinement intelligibles au physicien, s’il veut n’être que physicien.

86S’il veut n’être que physicien, si, positiviste intransigeant, il tient pour inconnaissable tout ce qui ne peut être déterminé par la méthode propre aux sciences positives, il constatera cette tendance qui sollicite si puissamment ses propres recherches, après avoir orienté celles de tous les temps, mais il n’en cherchera point l’origine, que ne peut lui révéler le seul procédé de découverte auquel il se fie.

87Si, au contraire, il cède à la nature de l’esprit humain, qui répugne aux extrêmes exigences du positivisme, il voudra connaître la raison de ce qui l’entraîne ; il franchira la muraille devant laquelle s’arrêtent, impuissants, les procédés de la Physique ; il posera une affirmation que ces procédés ne justifient pas ; il fera de la Métaphysique.

88Quelle est-elle, cette proposition métaphysique que le physicien affirmera, en dépit de la réserve imposée à la méthode dont il a coutume d’user, et comme par force ? Il affirmera que, sous les données sensibles, seules accessibles à ses procédés d’étude, se cachent des réalités dont l’essence est insaisissable à ces mêmes procédés ; que ces réalités se rangent dans un certain ordre dont la science physique ne saurait avoir la contemplation directe : mais que la théorie physique, par ses perfectionnements successifs, tend à ranger les lois expérimentales en un ordre de plus en plus analogue à l’ordre transcendant, selon lequel se classent les réalités ; que, par là, la théorie physique s’achemine graduellement vers sa forme limite qui est celle d’une classification naturelle ; enfin que l’unité logique est un caractère hors duquel la théorie physique ne saurait prétendre à ce rang de classification naturelle.

89Le physicien est donc conduit à excéder les pouvoirs que lui confère l’analyse logique de la Science expérimentale et à justifier la tendance de la théorie vers l’unité logique par cette affirmation métaphysique : La forme idéale de la théorie physique est une classification naturelle des lois expérimentales. Cette affirmation, des considérations d’une autre nature le pressent également de la formuler.

90Bien souvent, d’une théorie physique, on peut déduire un énoncé qui ne représente pas une loi observée, mais une loi observable. Si l’on compare cet énoncé aux résultats de l’expérience, quelle chance a-t-on de trouver ceux-ci d’accord avec celui-là ?

91Si la théorie physique n’est rien autre que ce que nous révèle l’analyse des procédés mis en œuvre par le physicien, il n’y a aucune espèce de chance pour que la loi prédite par la théorie concorde avec les faits ; l’énoncé déduit des principes de la théorie sera, aux yeux du physicien soucieux de ne rien hasarder qui ne soit prouvé par sa méthode accoutumée, exactement comme s’il avait été formulé au hasard ; ce physicien s’attendra aussi bien à trouver cette prévision contredite par l’observation qu’à la voir confirmée par elle ; toute idée préconçue au sujet de l’épreuve expérimentale à laquelle cet énoncé doit être soumis, toute confiance anticipée au succès de cette épreuve, seraient formellement désavouées par la stricte logique. Pour la logique en effet, la théorie physique n’est qu’un système créé par un libre décret de notre entendement, afin de classer les lois expérimentales déjà connues ; lorsqu’en ce système, nous rencontrons une case vide, en pouvons-nous conclure l’existence objective d’une loi expérimentale conformée tout exprès pour remplir cette case ? Nous avons ri du collectionneur qui, n’ayant pas préparé de tiroir pour les coquilles blanches, en déduisait qu’il n’y a pas au monde de coquilles blanches ; serait-il moins risible s’il s’autorisait de la présence, en son cabinet de conchyliologiste, d’un tiroir consacré à la couleur bleue, mais vide encore, pour affirmer que la nature possède les coquilles bleues destinées à le remplir ?

92Or cette indifférence parfaite au sujet du résultat de l’épreuve, cette absence de toute prévision sur le sens de ce résultat, en quel physicien la rencontre-t-on, alors qu’il s’agit de comparer aux faits une loi que la théorie a prédite ? Le physicien sait fort bien que la rigoureuse logique ne lui permet absolument que cette indifférence, qu’elle n’autorise aucun espoir d’accord entre la prophétie théorique et les faits ; et cependant cet accord, il l’attend, il y compte, il le regarde comme plus probable que le démenti ; la probabilité qu’il lui attribue est d’autant plus grande que la théorie soumise à l’épreuve est plus parfaite ; et lorsqu’il appuie sa confiance à une théorie où de nombreuses lois expérimentales ont trouvé une représentation satisfaisante, cette probabilité lui paraît confiner à la certitude.

93Aucune des règles qui président au maniement de la méthode expérimentale ne justifie cette confiance en la prescience de la théorie ; et, cependant, cette confiance ne nous semble pas ridicule. Si, d’ailleurs, nous avions quelque velléité d’en blâmer la présomption, l’histoire de la Physique ne tarderait guère à nous contraindre de réformer notre jugement ; elle nous citerait en effet, d’innombrables circonstances où l’expérience a confirmé, jusque dans les moindres détails, les plus surprenantes prévisions de la théorie.

94Pourquoi donc le physicien peut-il, sans prêter à rire, affirmer que l’expérience découvrira une certaine loi parce que sa théorie réclame la réalité de cette loi, tandis que le conchyliologiste serait ridicule si la seule présence d’une case vide dans ses tiroirs, consacrés aux diverses couleurs du spectre, le menait à conclure qu’il y a des coquilles bleues dans l’Océan ? C’est que visiblement, la classification de ce collectionneur est un système purement arbitraire, qui ne tient aucun compte des affinités réelles entre les divers groupes de mollusques ; tandis qu’en la théorie du physicien, transparaît comme le reflet d’un ordre ontologique.

95Tout, donc, presse le physicien de poser cette affirmation : Au fur et à mesure qu’elle progresse, la théorie physique devient plus semblable à une classification naturelle, qui est son idéal et sa fin. Cette affirmation, la méthode physique est impuissante à prouver qu’elle est fondée ; mais si elle ne l’était pas, la tendance qui dirige tout le développement de la Physique demeurerait incompréhensible. Ainsi, pour trouver les titres qui établissent sa légitimité, la théorie physique les doit réclamer de la Métaphysique.

VIII – Entre la cosmologie et la théorie physique, il y a analogie

96Esclave de la méthode positive, le physicien est semblable au prisonnier de la caverne ; les moyens de connaître dont il dispose ne lui laissent rien voir, si ce n’est une suite d’ombres qui se profilent sur la paroi opposée à son regard ; mais il devine que cette théorie de silhouettes, dont les contours s’estompent devant ses yeux, n’est que le simulacre d’une suite de figures solides ; et, de ces figures invisibles, il affirme l’existence par-delà le mur qu’il ne peut franchir.

97Ainsi, le physicien affirme que l’ordre dans lequel il range les symboles mathématiques pour constituer la théorie physique est un reflet, de plus en plus net, d’un ordre ontologique suivant lequel se classent les choses inanimées. Quelle est la nature de cet ordre dont il affirme l’existence ? Par quelle sorte d’affinité les essences des objets qui tombent sous ses sens se rapprochent-elles les unes des autres ? Ce sont questions auxquelles il ne lui est point permis de répondre. Déjà, en affirmant que la théorie physique tend vers une classification naturelle, conforme à l’ordre dans lequel se rangent les réalités du monde physique, il a excédé les limites du domaine où sa méthode peut légitimement s’exercer ; à plus forte raison cette méthode ne peut-elle découvrir la nature de cet ordre, ni dire quel il est. Préciser la nature de cet ordre, c’est définir la Cosmologie ; le dérouler à nos yeux, c’est exposer un système cosmologique ; essentiellement, dans les deux cas, ce n’est plus faire œuvre de physicien, mais de métaphysicien.

98Les procédés par lesquels le physicien développe ses théories sont sans force lorsqu’il s’agit de prouver que telle proposition de Cosmologie est vraie ou fausse ; les propositions de la Cosmologie, d’une part, les théorèmes de la Physique théorique, d’autre part, sont des jugements qui ne portent jamais sur les mêmes termes ; ils sont radicalement hétérogènes entre eux ; ils ne peuvent ni s’accorder, ni se contredire.

99En résulte-t-il que la connaissance de la théorie physique soit sans usage à celui qui travaille au progrès de la Cosmologie ? C’est la question que nous voudrions maintenant examiner.

100Et d’abord, précisons très exactement le sens de cette question.

101Nous ne demandons pas si le cosmologiste peut, sans inconvénient, ignorer la Physique ; la réponse à cette question-là serait trop évidente ; il est trop clair qu’un système cosmologique ne saurait être raisonnablement constitué en dehors de toute connaissance de la Physique.

102Les méditations du cosmologiste et du physicien ont un point de départ commun ; ce commun point de départ, ce sont les lois expérimentales que découvre l’observation appliquée aux phénomènes du monde inanimé. Seule, l’orientation qu’elles suivent à partir de ce point distingue les recherches du physicien des recherches du cosmologiste ; le premier veut, des lois qu’il a découvertes, acquérir une connaissance de plus en plus précise, de plus en plus détaillée ; le second analyse ces mêmes lois afin de mettre à nu, s’il est possible, les rapports essentiels qu’elles manifestent à notre raison.

103Si, par exemple, le physicien et le cosmologiste étudient, en même temps, les lois de la combinaison chimique, le physicien voudra connaître très exactement quelle proportion ont entre elles les masses des corps qui entrent en combinaison, dans quelles conditions de température et de pression la réaction peut se produire, quelle quantité de chaleur elle met en jeu. Tout autre sera la préoccupation du cosmologiste ; l’observation lui montre que certains corps, les éléments de la combinaison, ont, au moins en apparence, cessé d’être ; qu’un corps nouveau, le composé chimique, est apparu ; le philosophe s’efforcera de concevoir en quoi consiste réellement ce changement de mode d’existence ; les éléments subsistent-ils actuellement dans le mixte ? n’y persistent-ils qu’en puissance ? telles sont les questions auxquelles il souhaitera de donner une réponse.

104Les détails que le physicien aura fixés par ses expériences nombreuses et précises seront-ils tous utiles au philosophe ? Non, sans doute ; découverts pour donner satisfaction à un désir de minutieuse précision, bon nombre d’entre eux demeureront sans usage en une recherche que sollicitent d’autres besoins. Mais ces détails seront-ils tous oiseux pour le cosmologiste ? Il serait étrange qu’il en fût ainsi, et que certains faits, observés par le physicien, ne servissent point à suggérer une réponse à quelqu’un des problèmes qui préoccupent le philosophe. Lorsque celui-ci, par exemple, tente de percer le mystère qui lui cache le véritable état des éléments au sein d’une combinaison chimique, ne doit-il tenir aucun compte, en ses essais de solution, de certaines précisions acquises par le travail des laboratoires ? Les analyses des laboratoires, en prouvant qu’on peut toujours tirer d’une combinaison les éléments qui ont servi à la former, et cela sans la moindre perte comme sans le moindre gain de matière, ne donnent-elles pas une base précieuse par sa rigueur, par sa solidité, à la doctrine que le cosmologiste essaie de constituer ?

105Il n’est donc pas douteux que la connaissance de la Physique peut être utile, voire indispensable au cosmologiste. Mais la science physique est constituée par l’intime mélange de deux sortes d’éléments ; l’un de ces éléments est un ensemble de jugements qui ont pour objets des réalités objectives ; l’autre est un système de signes qui servent à transformer ces jugements en propositions mathématiques ; le premier élément représente l’apport de l’observation, le second l’apport de la théorie. Or, si le premier de ces deux éléments est manifestement utile au cosmologiste, il semble bien que le second ne lui puisse être d’aucun usage ; qu’il le lui faille seulement connaître, ainsi que nous l’avons dit au § VI, afin de ne le point confondre avec le premier et de n’en jamais escompter le secours.

106Cette conclusion serait certainement exacte si la théorie physique n’était qu’un système de symboles arbitrairement créés afin de ranger nos connaissances suivant un ordre tout artificiel ; si la classification qu’elle établit entre les lois expérimentales n’avait rien de commun avec les affinités qui unissent entre elles les réalités du monde inanimé.

107Il en est tout autrement si la théorie physique a pour forme limite une classification naturelle des lois expérimentales ; entre cette classification naturelle, que serait la théorie physique parvenue à son plus haut degré de perfection, et l’ordre dans lequel une Cosmologie achevée rangerait les réalités du monde de la matière, il y aurait une très exacte correspondance ; partant, plus la théorie physique, d’une part, et le système de la Cosmologie, d’autre part, s’approchent respectivement de leur forme parfaite, plus claire et plus détaillée doit être l’analogie de ces deux doctrines.

108Ainsi la théorie physique ne peut jamais ni démontrer ni contredire une affirmation de la Cosmologie, car les propositions qui constituent l’une de ces doctrines ne portent jamais sur les mêmes termes que les propositions dont l’autre se compose, et entre deux propositions qui ne portent pas sur les mêmes termes, il ne peut y avoir ni accord ni contradiction ; mais entre deux propositions qui portent sur des termes de nature différente, il se peut cependant qu’il y ait analogie ; et c’est une telle analogie qui doit relier la Cosmologie à la Physique théorique.

109C’est grâce à cette analogie que les systèmes de la Physique théorique peuvent venir en aide aux progrès de la Cosmologie ; cette analogie peut suggérer au philosophe tout un ensemble d’interprétations ; sa présence nette et saisissante, peut accroître la confiance du penseur en une certaine doctrine cosmologique ; son absence, le mettre en défiance contre une autre doctrine.

110Cet appel à l’analogie constitue, dans bien des cas, un moyen précieux d’investigation ou de contrôle ; mais il convient de n’en point exagérer la puissance ; si l’on prononce à cet endroit les mots de preuve par analogie, il convient d’en fixer exactement le sens et de ne point confondre une telle preuve avec une véritable démonstration logique. Une analogie se sent ; elle ne se conclut pas ; elle ne s’impose pas à l’esprit de tout le poids du principe de contradiction. Là où un penseur voit une analogie, un autre, plus vivement frappé par les contrastes des termes à comparer que par leurs ressemblances, peut fort bien voir une opposition ; pour amener celui-ci à changer sa négation en affirmation, celui-là ne saurait user de la force irrésistible du syllogisme ; tout ce qu’il peut faire, c’est, par ses discours, d’attirer l’attention de son adversaire sur les similitudes qu’il juge importantes, de la détourner des divergences qu’il croit négligeables ; il peut souhaiter de persuader celui avec qui il discute ; il ne saurait prétendre à le convaincre.

111Un autre ordre de considérations vient encore limiter, en Cosmologie, la portée des preuves qui se tirent de l’analogie avec la théorie physique.

112Il doit y avoir analogie avons-nous dit, entre l’explication métaphysique du monde inanimé et la théorie physique parfaite, parvenue à l’état de classification naturelle. Mais cette théorie parfaite, nous ne la possédons pas, l’humanité ne la possédera jamais ; ce que nous possédons, ce que l’humanité possédera toujours, c’est une théorie imparfaite et provisoire qui, par des tâtonnements, des hésitations, des repentirs sans nombre, s’achemine lentement vers cette forme idéale qui serait une classification naturelle. Ce n’est donc point la théorie physique actuelle qu’il faudrait comparer à la Cosmologie pour mettre en évidence l’analogie des deux doctrines, mais la théorie physique idéale. Or, à celui qui connaît seulement ce qui est, combien il est difficile de deviner ce qui doit être ! Combien ses affirmations sont douteuses et sujettes à caution lorsqu’il affirme que ceci, dans le système théorique, est définitivement établi, et demeurera inébranlable au cours des âges, tandis que cela, fragile et meuble, sera emporté par la prochaine crue de découvertes nouvelles ! Certes, en pareille matière, il ne faudra pas s’étonner d’entendre les physiciens émettre les avis les plus discordants ; et, pour choisir entre ces avis, il ne faudra pas exiger de raisons péremptoires, mais se contenter de pressentiments inanalysables que suggérera l’esprit de finesse, tandis que l’esprit géométrique se déclarera incapable de les justifier.

113Ces quelques remarques suffisent, croyons-nous, à recommander au cosmologiste d’user avec une prudence extrême de l’analogie entre la doctrine qu’il professe et la théorie physique ; il ne devra jamais oublier que l’analogie la plus claire à ses yeux peut s’obscurcir aux yeux d’autrui, au point de cesser d’être aperçue ; il devra craindre surtout que l’analogie invoquée en faveur de l’explication qu’il propose relie seulement cette explication à quelque échafaudage théorique provisoire et caduque, et non point à une partie inébranlable et définitive de la Physique ; il devra songer, enfin, que toute argumentation fondée sur une analogie aussi difficile à apprécier est une argumentation infiniment frêle et délicate, bien incapable de réfuter ce qu’une démonstration directe aurait prouvé.

114Voici donc deux points que nous pouvons prendre comme acquis : Le cosmologiste peut, au cours de ses raisonnements, invoquer l’analogie entre la théorie physique et la philosophie de la Nature. Il ne doit invoquer cette analogie qu’avec d’extrêmes précautions.

115La première des précautions que doive prendre le philosophe avant de faire état, en sa Cosmologie, de l’analogie qu’elle peut présenter avec la théorie physique, c’est de connaître très exactement, très minutieusement cette théorie. S’il n’a de la théorie qu’une connaissance vague et superficielle, il se laissera piper par des ressemblances de détail, par des rapprochements accidentels, voire par des assonances de mots, qu’il prendra pour marques d’une analogie réelle et profonde. Seule, une science capable de pénétrer la Physique théorique jusqu’en ses plus secrètes arcanes, d’en mettre à nu les fondations les plus intimes pourra le mettre en garde contre ces captieuses erreurs.

116Mais il ne suffit pas au cosmologiste de connaître, et très exactement, les doctrines actuelles de la Physique théorique ; il lui en faut connaître encore les doctrines passées. Ce n’est pas, en effet, à la théorie actuelle que la Cosmologie doit être analogue, mais à la théorie idéale vers laquelle la théorie actuelle tend par un progrès incessant. Il ne s’agit donc pas, pour le philosophe, de comparer à sa Cosmologie la Physique telle qu’elle est, en figeant, en quelque sorte, la Science à un instant précis de son évolution, mais d’apprécier la tendance de la théorie, de deviner le but vers lequel elle se dirige. Or, rien ne le peut sûrement guider en cette divination de la route que suivra la Physique, si ce n’est la connaissance du chemin qu’elle a déjà parcouru. Si, pendant la durée d’un clin d’œil, nous percevons une position isolée de la balle qu’a jetée le joueur de paume, nous ne pouvons deviner le but que ce joueur a visé ; mais si notre regard a suivi la balle depuis le moment où la main l’a lancée, notre imagination, prolongeant la trajectoire, marque d’avance le point qui sera frappé. Ainsi l’histoire de la Physique nous laisse soupçonner quelques traits de la théorie idéale à laquelle tend le progrès scientifique, de la classification naturelle qui sera comme une image de la Cosmologie.

117Celui, par exemple, qui prendrait la théorie physique telle qu’elle est présentée, en l’an de grâce 1905, par la plupart de ceux qui l’enseignent, celui qui prêterait l’oreille aux dires des cours et aux rumeurs des laboratoires, sans jeter un regard en arrière, sans se soucier de ce qu’on professait naguère ; celui-là entendrait les physiciens invoquer sans cesse, en leurs théories, les molécules, les atomes et les électrons, compter ces petits corps, déterminer leur grosseur, leur masse, leur charge électrique ; au consentement presque universel qui favorise ces doctrines, à l’enthousiasme qu’elles soulèvent, aux découvertes qu’elles provoquent ou qu’on leur attribue, il les traiterait, sans doute, comme les prophétiques avant-coureurs de la théorie destinée à triompher dans l’avenir ; il jugerait qu’elles nous manifestent, en une première ébauche, la forme idéale à laquelle la Physique ressemblera chaque jour davantage ; et comme l’analogie entre ces théories physiques et la Cosmologie des atomistes éclate avec évidence, il en tirerait, en faveur de cette Cosmologie, une présomption éminemment favorable.

118Combien son jugement sera différent s’il ne se contente pas de connaître la Physique par la rumeur du moment ; s’il en approfondit toutes les parties, aussi bien celles qui ont vogue, que celles qu’un injuste oubli délaisse ; si, surtout, l’étude de l’Histoire, en rappelant à sa mémoire les erreurs des siècles passés, le met en garde contre les engouements irraisonnés du temps présent !

119Alors, il verra que les tentatives d’explication fondées sur l’atomisme accompagnent, depuis les temps les plus reculés, la théorie physique ; tandis qu’il reconnaîtra en cette dernière l’œuvre produite par la puissance d’abstraire, ces tentatives se montreront à lui comme les efforts de l’esprit qui veut imaginer ce qui doit être seulement conçu ; il les verra sans cesse renaissantes, mais toujours condamnées à l’avortement ; chaque fois que l’heureuse audace d’un expérimentateur aura découvert un nouvel ensemble de lois expérimentales, il verra les atomistes s’emparer, avec une hâte fiévreuse, de ce domaine à peine exploré et construire un mécanisme qui représente à peu près ces premières trouvailles ; puis, au fur et à mesure que les découvertes de l’expérimentateur deviendront plus nombreuses et plus minutieuses, il verra les combinaisons de l’atomiste se compliquer, se troubler, se surcharger d’arbitraires complications, sans parvenir cependant ni à rendre un compte précis des lois nouvelles, ni à les relier solidement aux lois anciennes ; et pendant ce temps, il verra la théorie abstraite, accrue par un patient labeur, prendre possession des terres nouvelles que les expérimentateurs ont explorées, organiser ces conquêtes, les annexer à ses anciens domaines, et, de leur union, faire un empire parfaitement coordonné. Il lui apparaîtra clairement que Ia Physique de l’Atomisme, condamnée aux perpétuels recommencements, ne tend point, par un progrès continu, à la forme idéale de la théorie physique ; tandis qu’il devinera la réalisation de plus en plus complète de cet idéal, lorsqu’il contemplera le développement qu’a subi la théorie abstraite, de la Scolastique à Galilée et à Descartes ; de Huygens, de Leibniz, de Newton à d’Alembert, à Euler, à Laplace et à Lagrange ; de Sadi Carnot et de Clausius à Gibbs et à Helmholtz.

IX – De l’analogie entre la théorie physique et la cosmologie péripatéticienne

120Avant d’aller plus loin, résumons ce qui se trouve acquis par ce qui précède :

121Entre la forme idéale vers laquelle s’achemine lentement la théorie physique et la Cosmologie, il doit y avoir analogie ; cette affirmation n’est nullement une conséquence de la méthode positive ; bien qu’elle s’impose au physicien, elle est essentiellement une affirmation de Métaphysique.

122Le procédé intellectuel par lequel nous apprécions l’analogie plus ou moins grande qui existe entre une théorie physique et une doctrine cosmologique est tout à fait distinct de la méthode par laquelle se développent les démonstrations convaincantes ; les conclusions d’une telle appréciation se proposent ; elles ne s’imposent pas.

123Cette analogie doit relier la Philosophie naturelle non pas à l’état que présente actuellement la théorie physique, mais à l’état idéal vers lequel elle tend ; or cet état idéal n’est point donné d’une manière manifeste et incontestable ; il se soupçonne par une divination infiniment délicate et aléatoire, alors même qu’elle est guidée par une connaissance approfondie de la théorie et de son histoire.

124Les renseignements que le philosophe peut tirer de la théorie physique, soit en faveur, soit au préjudice d’une doctrine cosmologique, sont donc des indications à peine esquissées ; bien fou serait celui qui les prendrait pour démonstrations scientifiques assurées, qui s’étonnerait de les voir discutées et contestées !

125Après avoir ainsi affirmé avec netteté combien toute comparaison entre une théorie physique et une doctrine cosmologique diffère d’une démonstration proprement dite ; après avoir marqué quelle large place elle laisse à l’hésitation et au doute, il nous sera permis d’indiquer quelle est la forme actuelle de théorie physique qui nous paraît tendre vers la forme idéale, et quelle est la doctrine cosmologique qui nous semble avoir, avec cette théorie, la plus forte analogie. Cette indication, ce n’est pas au nom de la méthode positive propre aux sciences physiques que nous prétendons la donner ; après ce que nous avons dit, il est clair jusqu’à l’évidence qu’elle excède la portée de cette méthode, que cette méthode ne peut ni la confirmer, ni la contredire ; en la donnant, en pénétrant par là sur le domaine propre de la Métaphysique, nous savons que nous avons délaissé le domaine de la Physique ; nous savons qu’un physicien, après avoir, en notre compagnie, parcouru ce dernier domaine, peut fort bien, sans violer les règles que la logique impose, refuser de nous suivre sur le terrain de la Métaphysique.

126Parmi les diverses manières de traiter la théorie physique qui se partagent actuellement les faveurs des hommes de science, quelle est celle qui porte en elle les germes de la théorie idéale ? Quelle est celle qui nous présente déjà, par l’ordre dans lequel elle range les lois expérimentales, comme une ébauche de classification naturelle ? Cette théorie, nous l’avons dit bien souvent, c’est, à notre avis, celle qu’on nomme Thermodynamique générale.

127Ce jugement nous est dicté par la contemplation de l’état actuel de la Physique, de l’harmonieux ensemble que la Thermodynamique générale compose au moyen des lois que les expérimentateurs ont découvertes et précisées ; il nous est dicté, surtout, par l’histoire de l’évolution qui a conduit la théorie physique à son état actuel.

128Le mouvement par lequel la Physique a évolué peut, en effet, se décomposer en deux autres mouvements qui, sans cesse, se superposent l’un à l’autre. L’un des mouvements est une suite de perpétuelles alternatives ; une théorie s’élève, elle domine un instant la Science, puis elle s’écroule, et une autre théorie la remplace. L’autre mouvement est un continuel progrès ; par ce progrès, nous voyons se créer, au cours des âges, une représentation mathématique toujours plus ample et toujours plus précise du monde inanimé que l’expérience nous révèle.

129Or, ces triomphes éphémères, suivis de ruines soudaines, qui composent le premier de ces deux mouvements, ce sont les succès et les revers que subissent, à tour de rôle, les diverses physiques mécanistes, la physique newtonienne aussi bien que la physique cartésienne ou que la physique atomistique. Au contraire, le continuel progrès qui constitue le second mouvement a eu pour aboutissant la Thermodynamique générale ; en elle sont venues converger toutes les tendances légitimes et fécondes des théories antérieures ; visiblement, c’est de ce terme que doit partir, à l’époque où nous vivons, la marche en avant qui acheminera la théorie vers son but idéal.

130À cet idéal que nous entrevoyons au bout de la voie où la Thermodynamique générale engage la théorie physique, est-il une Cosmologie qui soit analogue ? Ce n’est pas, assurément, l’antique Cosmologie des Atomistes, non plus que la Philosophie naturelle créée par Descartes, ni que la doctrine de Boscowich, inspirée par les idées de Newton. En revanche, il est une Cosmologie avec laquelle la Thermodynamique générale présente une analogie non méconnaissable ; cette Cosmologie, c’est la Physique péripatéticienne ; et cette analogie est d’autant plus saisissante qu’elle est moins voulue, d’autant plus frappante que les créateurs de la Thermodynamique étaient plus étrangers à la philosophie d’Aristote.

131L’analogie entre la Thermodynamique générale et la Physique de l’École péripatéticienne se marque par maint caractère dont la saillie attire tout d’abord le regard.

132Parmi les attributs de la substance, la Physique péripatéticienne confère une égale importance à la catégorie de la quantité et à la catégorie de la qualité ; or, par ses symboles numériques, la Thermodynamique générale représente également les diverses grandeurs des quantités et les diverses intensités des qualités.

133Le mouvement local n’est, pour Aristote, qu’une des formes du mouvement général, tandis que les Cosmologies cartésienne, atomistique et newtonienne concordent en ceci que le seul mouvement possible est le changement de lieu dans l’espace. Et voici que la Thermodynamique générale traite, en ses formules, d’une foule de modifications telles que les variations de température, les changements d’état électrique ou d’aimantation, sans chercher le moins du monde à réduire ces variations au mouvement local.

134La Physique aristotélicienne connaît des transformations plus profondes encore que celles auxquelles elle réserve le nom de mouvements ; le mouvement n’atteint que les attributs ; ces transformations-là pénètrent jusqu’à la substance même, elles en sont la génération ou la corruption, créant une substance nouvelle en même temps qu’elles anéantissent une substance préexistante. De même, dans la Mécanique chimique, qui constitue un de ses chapitres les plus importants, la Thermodynamique générale représente les divers corps par des masses qu’une réaction chimique peut créer ou anéantir ; au sein de la masse du corps composé, les masses des composants ne subsistent plus qu’en puissance.

135Ces traits, et bien d’autres qu’il serait trop long d’énumérer, relient avec force la Thermodynamique générale aux doctrines essentielles de la Physique péripatéticienne.

136Nous disons : aux doctrines essentielles de la Physique péripatéticienne ; et c’est sur ce dernier point qu’il nous faut maintenant insister.

137Au moment où Aristote élevait le monument grandiose dont la Physique, le De generatione et corruptione, le De Cælo, les Météores nous ont conservé le plan ; à l’époque où les Alexandre d’Aphrodisias, les Thémistius, les Simplicius, les Averroès, les innombrables commentateurs de la Scolastique, s’efforçaient de ciseler et de polir jusqu’à la moindre parcelle de cet immense édifice, la science expérimentale était dans l’enfance. Les instruments qui accroissent en une si grande proportion l’étendue, la sûreté et la précision de nos moyens de connaître, n’étaient point inventés pour saisir la réalité matérielle ; l’homme n’avait que ses sens tout nus ; les données sensibles lui parvenaient ainsi telles qu’elles se présentent tout d’abord à notre perception ; aucune analyse n’en avait encore reconnu et débrouillé l’effrayante complication ; des faits qu’une Science plus avancée devait considérer comme les résultats d’une foule de phénomènes simultanés et enchevêtrés, une hâte naïve les prenait pour les données simples et élémentaires de la Philosophie naturelle. Tout ce qu’il y avait d’inachevé, de prématuré, de puéril en cette Science expérimentale, on en reconnaît nécessairement la marque dans la Cosmologie qui en est issue. Celui donc qui parcourt à la hâte les œuvres des Péripatéticiens, qui se borne à effleurer la surface des doctrines exposées en ces œuvres aperçoit, de tous côtés, des observations étranges, des explications sans portée, des discussions oiseuses et fastidieuses, en un mot un système vieilli, usé, délabré, dont les contrastes avec la Physique actuelle sautent aux yeux, bien loin qu’on y puisse reconnaître la moindre analogie avec nos théories modernes.

138Tout autre est l’impression ressentie par celui qui creuse davantage ; sous cette croûte superficielle où se conservent, mortes et fossilisées, les doctrines physiques des anciens âges, il découvre les pensées profondes qui sont au cœur même de la Cosmologie péripatéticienne ; débarrassées de l’écorce qui les cachait en même temps qu’elle les tenait captives, ces pensées reprennent vie et mouvement ; au fur et à mesure qu’elles s’animent, on voit s’effacer le masque de vétusté qui les dissimulait ; bientôt, entre leur aspect rajeuni et notre Thermodynamique se manifeste une saisissante ressemblance.

139Celui donc qui veut reconnaître l’analogie de la Cosmologie péripatéticienne avec la Physique théorique actuelle ne doit pas s’arrêter à la figure superficielle de cette Cosmologie ; il en doit pénétrer le sens profond.

140Qu’un exemple vienne éclairer et préciser notre pensée.

141Cet exemple, nous l’emprunterons à l’une des théories essentielles de la Cosmologie d’Aristote, à la théorie du lieu naturel des éléments ; et cette théorie, nous allons la considérer tout d’abord à la surface et comme du dehors.

142En tous les corps se rencontrent toujours, bien qu’à des degrés divers, quatre qualités : le chaud et le froid, le sec et l’humide ; chacune de ces qualités caractérise essentiellement un élément ; le feu est, éminemment, l’élément chaud ; l’air est l’élément froid, la terre l’élément sec et l’eau l’élément humide. Tous les corps qui nous entourent sont des mixtes ; dans la mesure où chacun des quatre éléments, le feu, l’air, la terre et l’eau entrent dans la composition d’un mixte, ce mixte est chaud ou froid, sec ou humide. En dehors des quatre éléments, susceptibles de se transformer les uns dans les autres par corruption et génération, il existe une cinquième essence, ingénérable et incorruptible ; cette essence forme les orbes célestes et les astres, portions condensées de ces orbes.

143Chacun des éléments a un lieu naturel ; il demeure en repos lorsqu’il se trouve en ce lieu ; lorsqu’il en a été écarté par violence, il y revient par mouvement naturel.

144Le feu est essentiellement léger ; son lieu naturel est la concavité de l’orbe de la Lune ; par mouvement naturel, donc, il monte jusqu’à ce qu’il soit arrêté par cette voûte solide. La terre est l’élément grave par excellence ; son mouvement naturel la porte au centre du monde, qui est son lieu naturel. L’air et l’eau sont graves ; mais l’air est moins grave que l’eau, qui est moins grave que la terre ; or, par mouvement naturel, le plus grave tend toujours à se placer au-dessous du moins grave ; les divers éléments seront donc en leurs lieux naturels lorsque trois surfaces sphériques, concentriques à l’Univers, sépareront l’eau de la terre, l’air de l’eau, le feu de l’air. Qu’est-ce qui maintient chaque élément en son lieu naturel, lorsqu’il s’y trouve placé ? Qu’est-ce qui le porte vers ce lieu, lorsqu’il en est écarté ? Sa forme substantielle. Pourquoi ? Parce que tout être tend à sa perfection et qu’en ce lieu naturel, la forme substantielle atteint sa perfection ; c’est là qu’elle résiste le mieux à tout ce qui pourrait la corrompre ; c’est là qu’elle ressent de la manière la plus favorable l’influence des mouvements célestes et des lumières astrales, sources de toute génération et de toute corruption au sein des corps sublunaires.

145Que toute cette théorie du grave et du léger nous semble puérile ! Comme on y reconnaît les premiers bégaiements de la raison humaine s’essayant à l’explication de la chute des corps ! Comment établir le moindre rapprochement entre ces balbutiements d’une Cosmologie en enfance et l’admirable développement d’une science parvenue à sa pleine vigueur, de la Mécanique céleste des Copernic et des Kepler, des Newton et des Laplace ?

146Certes, aucune analogie n’apparaît entre la Physique actuelle et la théorie du lieu naturel, si nous prenons cette théorie telle qu’elle apparaît de prime abord, avec tous les détails qui en composent la figure extérieure. Mais écartons maintenant ces détails ; brisons ce moule de science vieillie où la Cosmologie péripatéticienne ne pouvait pas ne pas être coulée ; allons jusqu’au fond de cette doctrine pour y saisir les idées métaphysiques qui en sont l’âme. Que trouvons-nous alors de véritablement essentiel en la théorie du lieu naturel des éléments ?

147Nous y trouvons l’affirmation qu’un état se peut concevoir, où l’ordre de l’Univers serait parfait ; que cet état serait, pour le monde, un état d’équilibre et qui plus est, un état d’équilibre stable ; écarté de cet état, le monde tend à y revenir, et tous les mouvements naturels, tous ceux qui se produisent parmi les corps sans aucune intervention d’un moteur animé sont produits par cette cause ; ils ont tous pour objet de conduire l’Univers à cet état d’équilibre idéal, en sorte que cette cause finale est, en même temps, leur cause efficiente.

148Or, en face de cette Métaphysique, la théorie physique se dresse, et voici ce qu’elle enseigne :

149Si l’on conçoit un ensemble de corps inanimés et qu’on le suppose soustrait à l’influence de tout corps étranger, chaque état de cet ensemble correspond à une certaine valeur de son entropie ; en un certain état, cette entropie de l’ensemble aurait une valeur plus grande qu’en tout autre ; cet état d’entropie maximum serait un état d’équilibre et d’équilibre stable ; tous les mouvements, tous les phénomènes qui se produisent au sein de ce système isolé en font croître l’entropie ; ils tendent donc tous à conduire ce système à son état d’équilibre.

150Et maintenant, entre la Cosmologie d’Aristote, réduite à ses affirmations essentielles, et les enseignements de la Thermodynamique, comment ne point reconnaître une saisissante analogie ?

151On pourrait multiplier les comparaisons de ce genre ; elles autoriseraient, croyons-nous, cette conclusion : Si l’on débarrassait la Physique d’Aristote et de la Scolastique du vêtement scientifique usé et démodé qui la recouvre, si l’on faisait apparaître, dans sa vigoureuse et harmonieuse nudité, la chair vive de cette Cosmologie, on serait saisi de la ressemblance qu’elle présente avec notre moderne théorie physique ; en ces deux doctrines, on reconnaîtrait deux images, distinctes parce qu’elles sont prises d’un point de vue différent, mais nullement discordantes, du même ordre ontologique.

152Physique de croyant, dira quelqu’un, qu’une Physique dont l’analogie avec la Cosmologie d’Aristote et de l’ÉcoIe se marque si clairement. Pourquoi ? Y a-t-il rien dans la Cosmologie d’Aristote, dans celle de la Scolastique, qui implique adhésion nécessaire au dogme catholique ? Un incroyant ne peut-il, tout aussi bien qu’un croyant, adopter cette doctrine ? Et, en fait, n’a-t-elle point été enseignée par des païens, par des musulmans, par des juifs, par des hérétiques, aussi bien que par de fidèles enfants de l’Église ? Où donc trouve-t-on ce caractère essentiellement catholique dont on la dit empreinte ? Est-ce dans le fait qu’un grand nombre de docteurs catholiques, et des plus éminents, ont travaillé à son progrès ? Dans le fait qu’un pape proclamait, naguère encore, et les services que la Philosophie de S. Thomas d’Aquin a rendus jadis à la Science, et ceux qu’elle lui peut rendre à l’avenir ? Résulte-t-il de ces faits que l’incroyant ne puisse, sans souscrire implicitement à une foi qui n’est pas la sienne, reconnaître l’accord de la Cosmologie scolastique avec la Physique moderne ? Assurément non. La seule conclusion que ces faits imposent, c’est que l’Église catholique a puissamment contribué, en maintes circonstances, qu’elle contribue encore énergiquement à maintenir la raison humaine dans la bonne voie, même lorsque cette raison s’efforce à la découverte des vérités d’ordre naturel. Or quel esprit impartial et éclairé, fût-il incroyant, oserait s’inscrire en faux contre cette affirmation ?

Notes

1 [Note de l’éditrice. Abel Rey (1873–1940), après avoir été professeur de philosophie en lycée, fut nommé professeur d’histoire et de philosophie des sciences à l’université de Dijon, puis à l’université de Paris, où il fonda l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques en 1932. En 1937, il contribua à l’effort qui fut fait collectivement pour que les volumes du Système du monde de Duhem encore inédits soient publiés.
Quoique l’article d’Abel Rey fut paru en 1904, donc l’année où la 1re édition de La théorie physique commençait à être publiée, il ne porte pas sur cet ouvrage, mais uniquement sur les articles que Duhem avait publiés auparavant. Rey répondit à « Physique de croyant » dans un chapitre de La théorie physique chez les physiciens contemporains (1907). Duhem répondit à ce chapitre dans « La valeur de la théorie physique », lui aussi ajouté à la 2e édition de La théorie physique.]

2 J. Moutier, « Sur les attractions et les répulsions des corps électrisés au point de vue de la théorie mécanique de l’électricité », Annales de chimie et de physique, 4e série, 16.

3 A. Rey, « La philosophie scientifique de M. Duhem », Revue de métaphysique et de morale, 12, 1904, p. 733.

4 Nous prions le lecteur de se reporter, en notre écrit sur l’Évolution de la Mécanique, Paris, 1902, à la première partie : Les explications mécaniques, et, particulièrement, au chapitre XV : « Considérations générales sur les explications mécaniques ».

5 L’Évolution de la Mécanique, 2e partie, Chapitre Ier : « La Physique de la Qualité ». – Cf. La Théorie physique, son objet et sa structure, 2e partie, Chapitre II : Les qualités premières.

6 [Note de l’éditrice. Cette phrase est caractéristique de ce qu’entend faire Duhem dans ce chapitre : prendre ses distances non seulement avec les positivistes, mais aussi avec les néo-thomistes.]

7 C’est ce qu’ils ont fait, en réalité, le jour où par l’introduction du terme d’attraction moléculaire, ils ont compliqué la formule de l’attraction Newtonienne afin de pouvoir représenter les lois de la capillarité.

8 Voir à cet égard, dans notre étude intitulée : La Théorie physique, son objet et sa structure, le Chapitre III de la seconde partie et, particulièrement, le § III de ce Chapitre.

9 Ainsi, les trajectoires des planètes sous l’action simultanée de l’attraction Newtonienne et de l’attraction capillaire pourraient fort bien, pendant dix mille ans, ne pas différer d’une manière appréciable des trajectoires des mêmes astres soumis à la seule attraction Newtonienne ; et cependant, on pourrait, sans absurdité, supposer que les effets de l’attraction capillaire, accumulés pendant cent millions d’années, dérangeassent sensiblement une planète du chemin que la seule attraction Newtonienne lui eût fait suivre.

10 [Note de l’éditrice. Dans une lettre à sa mère, Duhem raconte quelle fut son intervention lors du Troisième Congrès scientifique international des catholiques qui se tint à Bruxelles en septembre 1894 : « … j’ai dit à tous ces bons philosophes catholiques que, tant qu’ils s’obstineraient à parler de la science sans en savoir un traître mot, les libres penseurs se moqueraient d’eux, que pour parler des questions où la science et la philosophie catholique se touchent, il fallait avoir fait dix ou quinze ans de science pure, et que tant qu’ils n’auraient pas formé des hommes ayant des connaissances approfondies, il fallait garder le silence. » Mais si, comme les paragraphes précédents entendaient l’établir, métaphysique et physique ne portent pas sur les mêmes réalités, pourquoi le métaphysicien devrait-il tenir compte de la théorie physique ? La réponse que Duhem donne à cette question dans ce paragraphe est que le métaphysicien doit identifier les « constatations expérimentales » qui font partie de la théorie physique pour élaborer une cosmologie.]

11 Voir, à ce sujet, La Théorie physique, son objet et sa structure, 2e partie, chap. IV et V.

12 Voir, à ce sujet, La Théorie physique, son objet et sa structure, 1re partie, chap. IV, § X.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search