Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Connexion et indexation

 | 
Laure Sarda
, 
Denis Vigier
, 
Bernard Combettes

Partie 3. Adverbes, adverbiaux, grammaticalisation et connecteurs

Détachements focaux

Alain Berrendonner

Texte intégral

  • 1 Circonstant : complément intra-prédicatif non valenciel. À la suite de Claire Blanche-Benveniste ( (...)
  • 2 Riegel et al. (2009, p. 720) ; Le Goffic (1993, p. 463) ; Combettes (1983) ; Berthoud (1996) ; Sabi (...)
  • 3 Par exemple, Lambrecht (2001, p. 1052).

1Dans la plupart des grammaires du français et des études consacrées à l’analyse du discours, le détachement d’un circonstant1 en tête d’énoncé est décrit comme un procédé de thématisation2. Dans la syntaxe anglo-saxonne, cette construction a reçu le nom de topicalization, qui reflète la même analyse3. Cette conception standard, les travaux de Michel Charolles ont permis de la préciser et de la relativiser, en montrant notamment deux choses.

2D’une part, si certains circonstants détachés à gauche peuvent être qualifiés de thématiques, ce n’est pas en vertu d’une relation d’aboutness : ils ne servent pas à marquer un terme de la relation prédicative comme étant « ce à propos de quoi » celle-ci vise plus particulièrement à informer. Ces syntagmes propositionnels détachés remplissent en fait une fonction cadrative : leur rôle est d’instituer un objet-de-discours en tant que rubrique du savoir partagé, et de lui conférer le statut de domaine auquel sera restreinte la pertinence des propositions affirmées ensuite. Ils ne sont donc thématiques que si l’on entend par thème d’un énoncé la partie de son signifié qui fixe un cadre de validité pour le reste, c’est-à-dire pour le contenu propositionnel qu’il asserte (Charolles 2003, 2009).

  • 4 Ils partagent cette propriété avec certains associés, notamment les adverbiaux médiatifs (Selon lu (...)
  • 5 Bernard Combettes (1983, p. 128) note déjà que les détachements du type Doucement, tout doucement, (...)

3Par ailleurs, tous les circonstants détachés à gauche ne sont pas aptes à remplir cette fonction cadrative. Elle est surtout le fait des SP de temps et de lieu4. En revanche, les circonstants de manière, de cause ou de but, lorsqu’ils sont détachés à gauche, n’ouvrent pas un cadre de discours, mais servent simplement à spécifier un « aspect qualitatif des états-de-choses dénotés » (Charolles 1997, p. 26)5.

  • 6 Pour une approche plus globale du problème, voir Groupe de Fribourg (2012, p. 155 et suiv.).

4En témoignage de notre intérêt pour cette théorie des cadres, nous voudrions verser au dossier quelques réflexions complémentaires ‒ à vrai dire très accessoires, puisqu’elles concernent surtout des SP non cadratifs, et ne visent qu’un objectif micro-syntaxique : éclaircir l’analyse des constructions disloquées6.

1. Les faits

5Parmi les circonstants détachés en tête d’énoncé, il en est qui, loin d’avoir une fonction cadrative, apparaissent au contraire porteurs d’une information rhématique. Ce statut se manifeste à travers plusieurs sortes d’indices, éventuellement cumulés.

6Le plus net est la présence d’un adverbe paradigmatisant (seulement, surtout…), ou modal (peut-être, sans doute…) qui porte spécifiquement sur le SP détaché :

(1) (a) La conférence aurait lieu, et le tambour l’annonça, pour le dimanche suivant à trois heures. La veille seulement, ils pensèrent à leur costume. (Gustave Flaubert)
  (b) Un diamant en forme de cœur n’a pas beaucoup de lustre à présenter. C’est parce que, seulement dans les diamants formés ronds, les différents aspects peuvent être arrangés symétriquement, ce qui maximise l’éclat. Tout autre diamant formé sera sûrement moins brillant. (Web)
(2) Je ne condamne pas sans réserve cette pièce. Surtout dans la première partie, le dialogue a une certaine force, et il y a dans quelques passages un bon suspense dramatique. (Simone de Beauvoir < Frantext)
  • 7 Corpus électronique de référence du français, DELIC, Université de Provence.
(3) (a) La lecture de la séquence de certains de nos gènes annonce la survenue de telle ou telle maladie. Demain peut-être, demain sans doute, elle nous autorisera à connaître, dès la naissance, certaines des caractéristiques physiologiques ou psychologiques fondamentales des êtres humains. (Cerf7)
  (b) La mort est une idée que je ne peux pas manier ; elle me tue. À cinquante ans peut-être, je serai habitué. Mais à mon âge, je suis à vif devant la peine. (Benoîte Groult < Frantext)
  • 8 Entre autres, le fait que ces adverbes ne peuvent pas être incidents aux unités qui expriment de l’ (...)

7Selon Henning Nølke (1983, p. 46), les adverbes de ce type sont « des marqueurs du foyer ». Sauf à remettre en doute cette analyse, en faveur de laquelle il existe par ailleurs de solides arguments8, on doit donc considérer qu’en (1-3), le SP détaché exprime le focus informationnel étroit de l’énoncé.

8Certains SP temporels détachés contiennent en outre un quantifieur existentiel (indéfini non partitif) qui induit également une interprétation rhématique :

(4) (a) Nous n’avons pas eu l’honneur de la connaître. Une fois seulement, elle nous est apparue dans les coulisses de l’Odéon, pendant la représentation d’une de ses pièces. (Alphonse Daudet < Frantext)
  (b) Je t’accable de mépris et de haine, tu m’écoutes sans répondre. À un moment seulement, tu me parles du sourire affreux que tu as vu sur mon visage. (Emmanuel Carrère < Frantext)
  (c) [Mes frères ont été voir mes messages sur mon portable]. Ils l’ont déjà fait pour me tacquiner, mais je ne me suis jamais laisser faire. Une fois (pas deux) je leur ai rendu la pareille. Ils ne me l’ont plus jamais fait. (Web, sic)

9Parfois, c’est aussi le contexte informationnel qui montre qu’un circonstant préfixé a une valeur focale :

(5) — Mais comment cette amitié pour M. de Canolles vous a-t-elle prise si tard ?
  — Parce qu’à la mort de mon père seulement, j’ai su le lien qui nous unissait. (Alexandre Dumas, La Guerre des femmes)

10Ici, le SP détaché fait partie d’une réponse pertinente à la question posée, et il a donc une fonction clairement rhématique. Plus précisément, il exprime le focus étroit de la réponse, qui fait pendant à celui de la question (comment si tard ?). Mais le reste de la réponse est lui aussi informatif, et nécessaire pour assurer la pertinence de celle-ci (<Cette amitié m’a prise parce qu’à un certain moment j’ai su le lien qui nous unissait>).

11Étant donné que les SP de (1-5) sont des circonstants de temps ou de lieu, on s’attendrait à ce que le détachement à gauche leur confère une fonction cadrative. Or, paradoxalement, celui-ci produit un effet focalisateur, assez semblable à celui d’un clivage :

(5’) — Mais comment cette amitié pour M. de Canolles vous a-t-elle prise si tard ?
  — Parce que c’est à la mort de mon père seulement que j’ai su le lien qui nous unissait.

12La seule différence entre (5) et (5’) est que dans la construction clivée (5’), le substrat (partie non focale du contenu propositionnel) est clairement marqué comme de l’information présupposée, alors que dans la construction détachée, il est lui aussi asserté (posé). On a donc affaire à deux stratifications sémantiques isomorphes, mais qui diffèrent par la fonction communicative dévolue au substrat.

13Au demeurant, les SP de temps ou de lieu ne sont pas les seuls concernés. Dans l’écrit littéraire, on trouve détachées à gauche de nombreuses propositions enchâssées causales assorties d’un adverbe modal, donc focalisateur :

(6) (a) Elle était joyeusement partie en guerre contre « les barbares ». Peut-être parce qu’elle avait eu une enfance beaucoup moins heureuse que la mienne, elle se rebiffait plus hardiment que moi contre les servitudes qui pesaient sur nous. (Simone de Beauvoir < Frantext)
  (b) On percevait le silence terrible de ces guerriers. Peut-être parce que ces hommes montaient en ligne ‒ car ils marchaient vers l’Yser où l’Allemagne subissait ses premiers revers ‒ leurs visages tendus et comme affectés par le danger avaient revêtu l’impassibilité du masque. (Suzanne Lilar < Frantext)
(7) (a) Sans doute parce qu’il utilise le français, notre interlocuteur parle avec une grande liberté. (François Mauriac < Frantext)
  (b) Sans doute parce qu’il était recherché par la police, il avait les cheveux teints d’une couleur étrange. (Rolin)

2. Analyse

  • 9 Blanche-Benveniste (1996, p. 114 ; 1997, p. 114), Sabio (1992). Cette construction est aussi appel (...)
  • 10 En simplifiant : contour plat, registre mélodique bas, intensité réduite. Voir Mertens (1990, p. 1 (...)

14Une première hypothèse doit être écartée : celle que (1-7) ne seraient pas des détachements à gauche, mais à droite… Autrement dit, des occurrences du dispositif dit binarisant9. On appelle ainsi la construction formée d’un SN ou SP noyau à contenu rhématique, suivi d’un syntagme verbal détaché sous intonation d’appendice10 :

(8) (a) — Votre plombier, il s’appelle comment ?
    Tolstoï, il s’appelle. Léon Tolstoï. (Roland Dubillard)
  (b) L’été on partait en vacances. À Pornic, on campait. (François Bon)
  • 11 Tous nos exemples étant écrits, on ne peut évidemment qu’en conjecturer la structure prosodique. N (...)
  • 12 Voir les notions de « thème retardé » (Bally 1965, p. 63) ou d’antitopic (Lambrecht 1994).

15Étant donné que dans les énoncés (1-7), le premier membre est un SP focal, on pourrait imaginer qu’on a affaire à ce type de dispositif. La nature du second membre conduit cependant à écarter cette analyse : d’une part, il n’a pas le profil intonatif d’un appendice, mais celui d’un noyau d’énoncé assertif ordinaire11 ; d’autre part, il est porteur d’informations nouvelles et présentées comme telles, contrairement aux post-noyaux de (8), qui servent à rappeler ou à confirmer une information déjà communiquée, et sont de ce fait généralement considérés comme des constituants thématiques12.

16Autre hypothèse envisageable. On sait que certains adverbiaux préfixés à un énoncé servent à formuler un commentaire soit sur l’énonciation de celui-ci (9), soit sur le fait qu’il asserte (10) :

(9)   On m’a parlé d’un téléphone sans fil installé dans la voiture. Franchement, je n’y tiens pas. (Georges Duhamel < Frantext)
  (i) <je n’y tiens pas>
    (ii) <je vous dis cela franchement>
(10)   Il relisait les papiers qu’il avait retrouvés d’elle. Par malheur, elle avait presque tout brûlé. (Romain Rolland < Frantext)
  i) <elle avait presque tout brûlé>
    (ii) <cela est arrivé par malheur>
  • 13 A priori, on pourrait aussi analyser ces adverbiaux comme des clauses elliptiques autonomes, mises (...)

17Ces adverbiaux sont sémantiquement des co-prédicateurs : associés à une P, ils expriment une prédication seconde faite en marge de son contenu propositionnel, et qualifiant un référent impliqué par son énonciation. Ils ont par conséquent un statut rhématique. Les exemples (9-10) comportent deux rhèmes : celui, primaire, de l’énoncé noyau, et celui, secondaire, apporté par l’adverbial préfixé13.

18À première vue, les SP détachés en (1-7) pourraient être des co-prédicateurs ce type. Il ne semble en effet pas déraisonnable d’analyser le contenu de (1) en (1’) :

(1’) prédication primaire : <ils pensèrent à leur costume>
  prédication seconde : <cela eut lieu la veille seulement>

19Et les propositions causales de (6-7) pourraient, de même, être décrites comme des prédications secondes, attribuant une explication à l’état de choses dénoté par la proposition principale. Le fait qu’en (11) la causale ne tombe pas sous la portée de la négation de phrase est en accord avec cette hypothèse :

(11) [Mon père] Je l’aimais, je le respectais. Peut-être parce qu’il avait été tué quand j’étais encore un enfant, je ne me considérais pas comme son égal. (Jean d’Ormesson < Frantext)
  • 14 Pierre Le Goffic (1993, p. 460) semble s’orienter vers une analyse de ce genre, lorsqu’il considèr (...)

20Cette analyse conduirait à voir dans le placement d’un syntagme prépositionnel en position détachée le signe qu’il n’a pas la fonction syntaxique de circonstant, mais celle d’associé co-prédicateur14.

21On peut cependant lui adresser deux objections. D’une part, une prédication seconde étant extérieure au contenu propositionnel principal d’un énoncé, celui-ci reste normalement viable en l’absence de celle-là : si, en (9-10), on supprime les adverbiaux préfixés, cela n’altère ni l’interprétabilité des énoncés restants, ni leur pertinence en contexte. En un mot, les co-prédicateurs sont pragmatiquement facultatifs. Or, ce n’est pas le cas de certains de nos circonstants détachés. En (1b), (3b) ou (5) ci-dessus, leur suppression rendrait l’énoncé non pertinent, ce qui semble indiquer qu’ils font bel et bien partie de son contenu prédicatif primaire. D’autre part, sur les adverbiaux co-prédicateurs, on ne peut généralement pas faire porter un focus marker modal ou paradigmatisant (voir note 12). Or, la plupart des SP détachés focaux de (1-7), au contraire, en contiennent un, ce qui veut dire qu’ils font bien partie d’un rhème primaire.

22Reste donc le constat que les circonstants de temps et de lieu, lorsqu’ils sont détachés en tête d’énoncé, peuvent remplir deux fonctions informationnelles différentes, voire opposées. Ou bien une fonction cadrative, comme en (12) :

(12) Pendant quinze jours, un long cri d’enthousiasme secoua la France jusque dans ses couches les plus profondes. « Aux armes ! La patrie est en danger ! Mourir n’est rien, crie-t-on, il faut vaincre ! Aux armes ! »
  Du fond des hameaux les plus reculés où le tocsin a fait entendre l’appel de la patrie, les paysans accourent, la veste sur l’épaule. Ils ont laissé la faux dans les champs où les blés mûrs s’abattaient en andains serrés et se hâtent vers les casernes. […]
  À tous les carrefours et coins de routes, on rencontre des camarades. On s’aborde, on se groupe. Des étrangers s’embrassent aux cris de « Vive la patrie ! ». Dans les gares, les trains déversent des hommes et des hommes par milliers. Tous fraternisent dans le plus ardent patriotisme.
  (Mme Dès, Jean et Lucie. Histoire de deux réfugiés)

23Ou bien, comme en (1-7), la fonction de focus étroit, faisant partie du contenu propositionnel primaire de l’énoncé. La construction détachée à gauche, loin d’être toujours un procédé de thématisation, comme le veut la tradition, s’avère ainsi équivoque quant à sa structure informationnelle.

  • 15 La notion de stratification, due à Hans Kronning (1996, p. 46), a surtout servi à décrire des cont (...)

24Cela donne à penser que ses interprétations cadrative versus focale ne sont que des effets variables produits en contexte à partir d’une valeur de base fondamentalement neutre à cet égard. De fait, le seul trait sémantique qui soit invariablement lié au détachement à gauche, c’est une stratification particulière du contenu propositionnel, qui consiste à le diviser en deux parties complémentaires, mais toutes deux rhématiques15. La première, exprimée par le constituant détaché, prédique une relation, situative (inclusion dans un site spatial ou temporel), causale ou autre sur un fait f qui n’est pas spécifié. La seconde partie, exprimée par le noyau d’énoncé, prédique un état de choses à unifier avec f. En (3b), par exemple :

  • 16 S’il ne s’agit pas d’un prédicat situatif, seule est possible l’interprétation focale (exemples 6‑ (...)

25Le détachement à gauche, en somme, serait simplement un procédé de décondensation sémantique, qui consiste à fragmenter un complexe prédicationnel en isolant un sous-prédicat du reste. Selon le contexte discursif, ce dégroupage se prête à deux interprétations principales. D’une part, on peut y voir un moyen de mettre en vedette une partie du contenu rhématique revêtu d’un degré de pertinence plus élevé que le reste (d’où une interprétation focale). D’autre part, ce qu’isole le détachement à gauche, c’est un sous-prédicat insaturé, qui nécessite et laisse prévoir un complément d’information ; si ce sous-prédicat est une relation situative, on peut donc en inférer qu’il a pour but d’ouvrir un domaine spatial ou temporel en attente de faits qui viendront s’y ranger (interprétation cadrative)16.

En guise de conclusion

26Si notre analyse est juste, les statuts informationnels de cadre ou de focus ne doivent pas être considérés comme des valeurs codiques, constitutives du sens linguistique et marquées par des dispositifs syntaxiques spécifiques. Il faudrait plutôt y voir des inférences pragmatiques, faites à partir de contenus propositionnels fondamentalement neutres quant au marquage du dynamisme communicatif. En somme, il n’y aurait pas lieu d’attribuer aux énoncés du français une « structure informationnelle » : ce qu’on appelle ainsi n’est autre que les rendements en discours de leur structure prédicative. Reste, pour en rendre compte, à développer un modèle des prédicats linguistiques complexes.

Bibliographie

Bally Charles, 1965, Linguistique générale et linguistique française, Berne, Francke.

Berthoud Anne-Claude, 1996, Paroles à propos. Approche énonciative et interactive du topic, Paris, Ophrys.

Blanche-Benveniste Claire, 1981, « La complémentation verbale : valence, rection, associés », Recherches sur le français parlé, no 3, p. 57-98.

— 1996, « Trois remarques sur l’ordre des mots dans la langue parlée », Langue française, no 111, p. 109-117.

— 1997, Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys.

Charolles Michel,1997, « L’encadrement du discours : univers, champs, domaines et espaces », Cahiers de recherche linguistique, no 6, p. 1-73. En ligne : [http://www.lattice.cnrs.fr/IMG/pdf/cadresdisc.pdf] (consulté le 4 décembre 2015).

— 2003, « De la topicalité des adverbiaux détachés en tête de phrase », Travaux de linguistique, vol. 47, no 2, p. 11-49.

— 2009, « Les cadres de discours et leurs frontières », Frontières : du linguistique au sémiotique, D. Delomier et M.-A. Morel éd., Limoges, Lambert-Lucas, p. 143-162.

Combettes Bernard, 1983, Pour une grammaire textuelle. La progression thématique, Bruxelles, De Boeck - Duculot.

Cresti Emanuela, 2003, « Modalité et illocution dans le topic et le comment », Macro-syntaxe et pragmatique. L’analyse linguistique de l’oral, A. Scarano éd., Rome, Bulzoni, p. 133-182.

Grobet Anne, 2002, L’identification des topiques dans les dialogues, Bruxelles, Duculot.

Groupe de Fribourg, 2012, Grammaire de la période, Berne, Peter Lang.

Kronning Hans, 1996, Modalité, cognition et polysémie : sémantique du verbe modal « devoir », Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis.

Lambrecht Knud, 1994, Information Structure and Sentence Form. A Theory of Topic, Focus, and the Mental Representations of Discourse Referents, Cambridge, Cambridge University Press.

— 2001, « Dislocation », Language Typology and Language Universals. An International Handbook, vol. 2, M. Haspelmath, E. König, W. Oesterreicher et W. Raible éd., Berlin - New York, Walter de Gruyter, p. 1050-1078.

Le Goffic Pierre, 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette.

Mertens Piet, 1990, « Intonation », Le français parlé, études grammaticales, C. Blanche-Benveniste éd., Paris, CNRS Éditions.

Morel Mary-Annick, 2007, « Le postrhème dans le dialogue oral en français », L’Information grammaticale, no 113, p. 40-46.

Nølke Henning, 1983, Les adverbes paradigmatisants : fonction et analyse, no 23 de la Revue romane.

— 2001, Le regard du locuteur, vol. 2, Paris, Kimé.

Riegel Martin, Pellat Jean-Christophe et Rioul René, 2009, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF, 2e édition.

Sabio Frédéric, 1992, « Les compléments antéposés en français parlé : analyse de deux types syntaxiques et prosodiques », Recherches sur le français parlé, no 11, p. 31-56.

— 1996, Description prosodique et syntaxique du discours en français : données et hypothèses, thèse de doctorat, Université de Provence.

Notes

1 Circonstant : complément intra-prédicatif non valenciel. À la suite de Claire Blanche-Benveniste (1981), on distinguera les circonstants, qui font partie du syntagme verbal, et les associés, qui sont syntaxiquement des modifieurs de P (compléments de phrase).

2 Riegel et al. (2009, p. 720) ; Le Goffic (1993, p. 463) ; Combettes (1983) ; Berthoud (1996) ; Sabio (1996) ; Grobet (2002) ; Cresti (2003) ; et permulti alii.

3 Par exemple, Lambrecht (2001, p. 1052).

4 Ils partagent cette propriété avec certains associés, notamment les adverbiaux médiatifs (Selon lui / D’après lui, il va pleuvoir) ou de point de vue (Stylistiquement, c’est nul).

5 Bernard Combettes (1983, p. 128) note déjà que les détachements du type Doucement, tout doucement, Papa tourne le bouton de la porte… sont des « antépositions d’éléments non thématiques ».

6 Pour une approche plus globale du problème, voir Groupe de Fribourg (2012, p. 155 et suiv.).

7 Corpus électronique de référence du français, DELIC, Université de Provence.

8 Entre autres, le fait que ces adverbes ne peuvent pas être incidents aux unités qui expriment de l’information présupposée. Nølke (2001, p. 309) observe ainsi que les adverbes modaux ne peuvent guère entrer dans les subordonnées en quand (* Quand Pierre est peut-être venu, plus personne n’était là), ni dans les secondes parties des P clivées (? C’est Pierre qui fait peut-être la vaisselle), qui sont des constituants présupposants. En fait, il arrive que ces adverbes figurent dans la partie droite d’une P clivée, mais on les interprète alors, en dépit de leur placement, comme portant sur l’élément clivé : C’est le consommateur qui est surtout perdantC’est surtout le consommateur qui est perdant. C’est donc bien qu’ils impliquent par nature (et forcent) une portée sur le focus.

9 Blanche-Benveniste (1996, p. 114 ; 1997, p. 114), Sabio (1992). Cette construction est aussi appelée « dispositif d’antéposition », ou focus preposing (Lambrecht 2001).

10 En simplifiant : contour plat, registre mélodique bas, intensité réduite. Voir Mertens (1990, p. 166) ou Groupe de Fribourg (2012, p. 102). Cette intonation est aussi appelée de parenthèse finale, de postfixe ou de « postrhème ».

11 Tous nos exemples étant écrits, on ne peut évidemment qu’en conjecturer la structure prosodique. Néanmoins, une lecture de (1-7) avec intonation d’appendice sur le second membre serait franchement invraisemblable. De plus, celui-ci est le plus souvent d’une longueur qui excède la dimension ordinaire d’un postrhème (pas plus de huit syllabes, selon Morel 2007).

12 Voir les notions de « thème retardé » (Bally 1965, p. 63) ou d’antitopic (Lambrecht 1994).

13 A priori, on pourrait aussi analyser ces adverbiaux comme des clauses elliptiques autonomes, mises en énonciation indépendamment de la P adjacente (Groupe de Fribourg 2012, p. 58 et suiv.). Cela expliquerait ipso facto que leur contenu soit rhématique. Cependant, il est impossible de leur appliquer une négation ou un focus marker :

? Pas franchement, je n’y tiens pas.

?
Sans doute franchement, je n’y tiens pas.

?
Surtout par malheur, elle avait presque tout brûlé.

Ils ne se comportent donc pas comme des clauses propositionnelles indépendantes, dont le prédicat peut être affecté de telles modalités.

14 Pierre Le Goffic (1993, p. 460) semble s’orienter vers une analyse de ce genre, lorsqu’il considère que « les circonstants initiaux sont des circonstants de phrase, extra-prédicatifs » et que « le détachement intonatif (ou par la ponctuation) ne fait que souligner l’extériorité du constituant, présumée en tout état de cause ».

15 La notion de stratification, due à Hans Kronning (1996, p. 46), a surtout servi à décrire des contenus propositionnels articulés en rhème + substrat présupposé, comme celui des P clivées. Notre hypothèse est qu’il existe au moins un autre type de stratification, dont les strates sont toutes deux rhématiques.

16 S’il ne s’agit pas d’un prédicat situatif, seule est possible l’interprétation focale (exemples 6‑7).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

Auteur

Université de Fribourg, Suisse

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540