Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Connexion et indexation

 | 
Laure Sarda
, 
Denis Vigier
, 
Bernard Combettes

Partie 3. Adverbes, adverbiaux, grammaticalisation et connecteurs

Justement ! Sans autre forme de procès

Jacques François

Texte intégral

L’analyse est différente selon que justement constitue à lui seul l’énoncé ou qu’il entre en rapport avec une proposition.Véronique Lenepveu (1998, p. 246)

1L’adverbe justement présente une variété d’emplois, parmi lesquels son usage dit connectif en holophrase, qui frappe par sa fréquence en conversation, et qui semble également se profiler en discours monologal comme marqueur d’un acte de discours autonome. L’étude vise à distinguer ces deux usages dialogal et dialogique et pour le premier deux fonctions argumentatives, celle d’inversion (≈  c’est bien le problème) et celle de renforcement (≈ raison de plus). Une procédure de calcul argumentatif plus détaillée que celle de Sylvie Bruxelles et al. (1982) est proposée.

1. Sans autre forme de procès ? – Justement !

Loc. (1609) Sans autre forme de procès : sans formalité, sans plus de façon. On l’a renvoyé sans autre forme de procès. (Petit Robert, CD 2011)

2L’expression idiomatique sans autre forme de procès est à prendre ici au pied de la lettre : un procès – au sens des linguistes – est exprimé par une prédication généralement verbale, occasionnellement averbale. Dans une prédication verbale, le prédicat verbal constitue le noyau de la « forme du procès ». Un énoncé1 tel que (1) se décompose en deux prédications, la première averbale : justement, la seconde verbale : je ne sais pas. (2) se décompose en trois prédications averbales : # ah # justement # Kim #, et (3) consiste en une seule prédication averbale : # justement ! #, « sans autre forme de procès ».

(1) Justement, je ne sais pas
(2) Ah, justement, Kim !
(3) Justement !
  • 2 On entendra par « emploi quasi holophrastique » une unité prosodique comportant justement et un ou (...)

3La base de données lexicales Lexique 3 fournit pour l’adverbe justement 728 occurrences de sous-titres de films. Chaque occurrence a la dimension d’un sous-titre, si bien que les emplois holophrastiques et quasi holophrastiques2 de justement sont aisés à distinguer. On compte 115 justement holophrastiques (15,8 %) et 62 justement quasi holophrastiques (sans accompagnement d’une prédication verbale, 8,5 %). La somme de ces deux listes donne 24,3 % d’occurrences (177), soit 1/4.

4Par comparaison certes (adverbe typiquement argumentatif), figurant dans 244 occurrences, est trois fois moins fréquent que justement. Les emplois proprement holophrastiques en représentent 19,3 % (47), les emplois quasi holophrastiques 17,6 % (43), la somme des deux listes atteignant 36,0 % (90), soit plus d’1/3.

5Quant à probablement (adverbe typiquement modal), il figure dans 1 000 occurrences (maximum de données fourni par Lexique 3). Dans 81 occurrences (8,1 %) il est en emploi holophrastique et dans 129 (12,9 %) en emploi quasi holophrastique, la somme des deux listes représentant 21,0 % (210 occurrences), voir tableau 1.

Tableau 1 – Proportion d’emplois (quasi) holophrastiques des adverbes justement, certes et probablement dans la base de sous-titres de films de Lexique 3.

  fréquence absolue emploi holophrastique emploi quasi holophrastique total
justement 728 115 15,8 % 62 8,5 % 177 24,3 %
certes 244 47 19,3 % 43 17,6 % 90 36,0 %
probablement * 1 000 * 81 8,1 % 129 12,9 % 210 21,0 %

6On peut donc en conclure qu’au total la proportion d’emplois (quasi) holophrastiques de l’adverbe (dans ce cas, argumentatif) justement s’apparente à celle des emplois correspondants de l’adverbe modal probablement (24,3 % vs 21,0 %), mais si l’on considère uniquement les emplois proprement holophrastiques, leur profil est différent, justement en présentant 65 %, alors que probablement n’en produit que 39 % (certes en présente de son côté 52 %). Cette différence drastique tient manifestement au statut argumentatif de justement qui favorise l’holophrase stricte. Au final, les emplois holophrastiques de justement ont deux propriétés distinctives par rapport à ceux de certes et probablement :

(i) L’emploi holophrastique de justement est associé à un changement de statut discursif (acquisition d’une fonction argumentative) alors que celui de certes et de probablement n’est associé à aucun changement de statut (certes est toujours argumentatif, probablement toujours modal.

(ii) Lorsque justement est employé comme une (quasi-)holophrase, c’est l’emploi proprement holophrastique qui l’emporte face à une proportion similaire pour certes et plus faible pour probablement.

2. Lexicographes et linguistes face à un adverbe « justement » autosuffisant

2.1. Trois dictionnaires plus ou moins justement sollicités

  • 3 Il n’y est pas précisé qu’il s’agit là d’emplois holophrastiques, mais cela ressort clairement de (...)

7À tout seigneur, tout honneur. Il appartient au Trésor de la langue française (TLF) d’ouvrir la danse. L’article « Justement » (voir tableau 2) est bâti hiérarchiquement en parallèle à l’article « Juste », sur la distinction entre A. Par référence à la justice versus B. Par référence à la justesse. La rubrique A donne lieu à deux sous-rubriques : A1. Conformément à la justice et A2. Légitimement, à juste titre, et la rubrique B à trois sous-rubriques : B1. Conformément à la justesse, B2. Précisément, juste<adv> et B3 consacrée à la tournure figée tout justement  ≈ seulement, à peine. À un troisième niveau hiérarchique, B1 comporte une spécification : Conformément à une norme esthétique et B2 deux spécifications : [En début de phrase] ◆ À ce moment précis, et ◆ Il se trouve précisément que3.

Tableau 2 – L’architecture de l’article « Justement » du TLF.

A. – [P. réf. à justice] B. [P. réf. à justesse]
1. [Correspond à juste I A 2 a] Conformément à la justice. Juger, châtier, récompenser, indemniser justement; agir justement envers qqn; droit justement acquis; punition justement infligée. 2. [Correspond à juste I A 2 b] Légitimement, à juste titre. Comparer, noter, observer, remarquer, répliquer justement; être justement admiré, apprécié, choisi, connu, écouté, estimé; être justement accusé; être justement célèbre, fameux, fier. 1. [Correspond à juste I B 1] Conformément à la réalité. Appeler, nommer, qualifier, traduire justement qqc.; parler 2. [Marque une coïncidence, une corrélation] Précisément. Synon. juste (v. ce mot II A 3). À quoi bon jeter feu et flamme justement aujourd'hui plutôt qu'hier? (Dumas père, Intrigue et amour, 1847, I, 1, p. 192). 3. [Avec une valeur restrictive] Tout justement. Synon. vieilli de tout juste (v. juste II A 4). Seulement, à peine.
    – En partic. Conformément à une norme esthétique. – [En début de phrase] • À ce moment précis. Filons, filons, disait Nana qui était habillée. Justement, Zoé rentrait, criant : Madame, je renonce à ouvrir il y a une queue dans l'escalier (Zola, Nana, 1880, p. 1143).  
      Il se trouve précisément  que. Ils étaient prêts à attester tout ce que l'on voudrait devant les juges. Justement, madame, interrompit Rouletabille, il ne s'agit point de juges et nous n'en voulons pas (G. Leroux, Parfum, 1908, p. 114)

8Le Larousse en ligne ne décompose son article « Justement » qu’en trois rubriques non numérotées. J’indique en marge la sous-rubrique correspondante du TLF.

(a) Avec justice, équité : Châtiment justement infligé. A1
(b) Avec raison, vérité, légitimement : Comme on l’a dit si justement. A2
(c) Précisément, exactement : On parlait justement de vous. B2

9Les sous-rubriques B1 et B3 ne sont donc pas prises en compte.

10Le Petit Robert (CD édition 2011) prévoit trois rubriques avec une spécification pour 1 et 3. J’indique également en marge les sous-rubriques correspondantes du TLF.

1. Rare Conformément à la justice. Ses efforts ont été justement récompensés. A1
◆ À bon droit, avec raison. Craindre justement pour son sort. A2
2. Avec justesse. On dira plus justement que… → Pertinemment. B1
3. Cour. Adv. de phrase (Pour marquer l’exacte concordance de deux faits, d’une idée et d’un fait). C’est justement ce qu’il ne fallait pas faire. → Exactement. Il va venir ; justement le voici. B2 (spéc. 1)
◆ Spécialt. (en tête de phrase) Précisément, à plus forte raison. Il sera peiné de l’apprendre. — Justement, ne lui dites rien ! B2 (spéc. 2)

11La microstructure de l’article du Petit Robert (PR) est donc largement semblable à celle de l’article du TLF à l’exception de la spécification esthétique de A2 et de la tournure figée traitée en B3. Un accord et une disparité méritent d’être pointés dans les microstructures en concurrence.

12En premier lieu la double mention « Adv. de phrase (Pour marquer l’exacte concordance de deux faits, d’une idée et d’un fait) » du PR pour la rubrique 2 correspond approximativement à la mention « marque une coïncidence, une corrélation » du TLF pour la rubrique B2. En second lieu la mention « en début de phrase » de la première spécification de B2 (TLF) correspond à « en tête de phrase » de la spécification Précisément, à plus forte raison de 3 (PR). L’exemple Il va venir ; justement le voici du PR n’est pas très heureux dans la mesure où justement y figure en tête de proposition. On voit toutefois que la position finale y est tout aussi acceptable : Il va venir ; le voici justement. Il n’en est pas de même avec l’exemple illustrant la spécification de cette rubrique : il est quasi impossible de faire suivre Il sera peiné de l’apprendre de Ne lui dites rien, justement ! C’est donc le TLF qui attribue faussement la propriété « en début de phrase » à la spécification À ce moment précis, comme le montre la permutation dans l’extrait de Zola : Zoé rentrait justement, criant, au lieu de l’attribuer à la seconde spécification Il se trouve précisément que où on aurait même pu préciser que justement y est fréquemment suivi d’une pause, acquérant ainsi un statut d’holophrase.

13Au final, l’article du Larousse en ligne se révèle très incomplet, excluant en particulier les emplois argumentatifs de l’adverbe. Quant à celui du PR, il a une couverture presque identique à celle de l’article du TLF (B3 étant une sous-rubrique facultative) et il est plus pertinent dans le détail des emplois en tête de phrase. L’intéressant, pour les emplois holophrastiques qui nous occupent ici, est que la notion de « concordance de deux faits, d’une idée et d’un fait » (PR) ou de « coïncidence, corrélation » (TLF) s’applique manifestement dans les emplois holophrastiques conversationnels à la concordance / coïncidence / corrélation entre deux « faits de discours », c’est-à-dire deux actes de langage (Searle 1969, Vanderveken 1988) ou deux modalités énonciatives (Charaudeau 1972). La question qui se pose dès lors est celle de la nature de cette correspondance, et c’est ce que les linguistes ont cherché à élucider à partir de la fin des années 1970.

2.2. Cinq études linguistiques justement recensées

14J’ai pu identifier cinq études marginalement ou essentiellement consacrées à l’adverbe justement, qui entrent dans trois cadres théoriques, celui de la grammaire générative (théorie dite « standard étendue », années 1970), celui du lexique-grammaire inspiré par la théorie transformationnelle de la syntaxe lexicale de Zellig S. Harris et Maurice Gross, et celui de la grammaire du discours et de l’énonciation inspirée des travaux d’Oswald Ducrot, de Henning Nølke et d’Antoine Culioli. Je les aborderai dans cet ordre, les analyses énonciatives étant les plus instructives.

2.2.1. Schlyter (1977) : l’approche générative (théorie standard étendue)

15Dans sa thèse, Suzanne Schlyter classe justement comme un adverbe polyvalent. L’emploi glosé chez les lexicographes par « conformément à la justesse / justice » appartient à la classe des adverbes « verbaux », exemple Ils ont jugé justement. L’emploi de « coïncidence », exemple Un rayon de soleil venait justement de la dorer, entre dans celle des adverbes de cadre (avec une valeur spécifiquement temporelle). À partir de critères distributionnels et transformationnels rigoureux, Schlyter introduit une classe d’adverbes restrictifs où justement fonctionne comme uniquement et seulement, exemple Pierre aime justement / uniquement / seulement sa femme. Toutefois il semble possible de regrouper cette classe avec la précédente autour de la notion opératoire de « coïncidence ». Enfin l’auteure distingue un quatrième type d’emploi (p. 121-124) qu’elle dénomme « adverbe relationnel de discours » et définit comme apte à « relier la phrase à une information extérieure à cette phrase : à la phrase précédente (ou suivante), au contexte, à la situation, ou au locuteur ». Véronique Lenepveu (1998) illustre ce type par Justement, faites-le ! pour rendre compte d’une propriété essentielle de ces adverbes, celle de pouvoir figurer en tête de n’importe quelle phrase : négative, interrogative ou impérative. Cet emploi correspond à la mention « adverbe de phrase » de la troisième rubrique du Petit Robert.

2.2.2. Molinier et Levrier (2000) : l’approche du lexique-grammaire

16Dans leur ouvrage consacré à la grammaire des adverbes en ‑ment dans le cadre lexico-grammatical, Christian Molinier et Françoise Levrier rattachent justement à trois classes en accord avec celles de Schlyter à l’exception de la classe des restrictifs (douteuse, comme on vient de le noter). Les critères distributionnels et transformationnels se recoupent partiellement. Les terminologies se correspondent comme suit :

Schlyter (1977) adv. verbal adv. de cadre adv. relationnel de discours
 
Molinier et Levrier (2000) adv. de manière verbal adv. de point de vue adv. conjonctif
Exemple (ibid., p. 479) (a) Il craint justement pour son sort. (b) Il note justement les copies d’examen. (c) Tu arrives ! On parlait justement de toi.

17Les exemples de Molinier et Levrier censés distinguer clairement les trois emplois dans le répertoire alphabétique de leurs tables présentent le défaut de ne pas être distinctifs : en effet l’exemple (b) de l’adverbe de point de vue peut aussi s’interpréter comme un adverbe de manière verbal (b ≈ Il note équitablement les copies d’examen) et vice versa (a ≈ Il craint précisément pour son sort). En outre (b) ne peut se comprendre qu’en relation avec la situation d’énonciation tout comme (c). La « coïncidence » commune aux deux emplois est simplement spécifiée comme un recouvrement pour (b) et une antériorité immédiate pour (c). Dans le premier cas (a ≠ b), il s’agit d’une ambiguïté, mais dans le second (b ≠ c), il s’agit clairement d’une variation mineure qui ne touche pas la vraie nature de justement comme adverbe « conjonctif » ou « relationnel de discours ».

2.2.3. Bruxelles et al. (1982), Lenepveu (1998), Gezundhajt (2000) : l’approche discursive et énonciative

  • 4 Exemple adapté de Jean-Paul Sartre, Les Chemins de la liberté.

18L’article de Sylvie Bruxelles et al. (1982) est consacré spécifiquement à justement avec un sous-titre explicite « l’inversion argumentative ». Leur premier exemple4 présente un justement holophrastique :

(4) [Ivich] : C’est infernal de faire si longtemps attendre les résultats.
  [Mathieu] : Est-ce que ce n’est pas pour demain ?
  [Ivich] : Justement.

19Les auteurs ont pour hypothèse que les emplois « où il constitue à lui seul, dans un dialogue, une réplique complète », c’est-à-dire ceux que j’appelle « holophrastiques », ont « toujours la fonction d’inverseur argumentatif » (p. 152-153). Symbolisant l’énoncé de l’interlocuteur I par X, ils posent que l’énoncé « Justement » du locuteur L signifie :

– que l’énoncé X donné par I s’inscrit dans une argumentation en faveur d’une conclusion r ;

– que L tire de ce même X un argument en faveur d’une conclusion non-r (p. 153).

20Deux cas de figure sont différenciés. Ou bien « I en disant X présente un argument p en faveur d’une conclusion r. Dans ce cas, c’est ce même argument p que L retourne contre la conclusion r de I, en l’utilisant en faveur de non-r » (p. 154) : c’est le cas présenté plus haut, Mathieu estimant qu’attendre jusqu’à demain ne représente pas un délai « infernal » et Ivich défendant le point de vue contraire. Ou bien c’est un aspect du discours de I qui sert de « point d’ancrage pour l’argumentation de L ». J’extrais de mon corpus de théâtre du xxe siècle une illustration de ce cas de figure : Lucien se défend d’avoir « rien fait » à Florence (argument p) et donc de mériter ses reproches (conclusion r), mais Florence retourne, « rêveuse », l’argument p dans son sens sexuel p’  ≈ Je ne t’ai jamais touchée et laisse entendre par son justement qu’elle aurait préféré que Lucien lui fasse quelque chose (conclusion non-r) !

(5) florence : […] Vous avez les poches pleines et le cœur vide… On ne peut pas tout avoir…
  lucien : Je te défends de me parler comme ça… Je ne t’ai rien fait…
  florence (rêveuse) : Justement…
  Tous deux s’écartent un peu… Venant du fond, Jenny les rejoint…
  (Jacques Prévert, Jenny, 1936, p. 58-60)

21Il ne peut être question ici d’entrer dans le détail de la distinction entre les deux degrés d’inversion argumentative évoqués par les auteurs. Leur analyse est fondée et la seule question qui nous occupera plus loin est celle de l’implication entre emploi holophrastique de justement et inversion argumentative. Lenepveu (1998, p. 247) montre que dans le dialogue forgé (6), justement « marque une coïncidence entre deux faits ou entre deux arguments dirigés vers des conclusions différentes mais non opposées ».

(6) X : Alexis veut te voir.
  Y : Justement, j’allais le voir.
  • 5 Il est à noter que dans sa section 11.5.3, p. 215-217, l’auteure confirme la spécificité de l’empl (...)

22Dans son chapitre 11, « Les adverbes de connexion », Henriette Gezundhajt5 consacre une dizaine de pages (p. 209-219) à l’emploi connectif de justement. Comme Véronique Lenepveu, elle insiste sur les cas où « justement permet à l’énonciateur d’ancrer sa contribution dans le dialogue, en présentant son argumentation comme co-orientée » (p. 213). La question pendante est de savoir si ce type d’emploi, où justement peut être paraphrasé par ça tombe bien, exclut l’holophrase.

3. Justement en holophrase théâtrale

23Faute de contexte, les occurrences de sous-titres de films délivrées par la base Lexique 3 ne permettent pas une analyse classificatoire. De son côté, la base Frantext intégrale fournit pour le xxe siècle un nombre limité d’occurrences de justement en emploi holophrastique dans le genre théâtral (52), cependant 2 occurrences seulement présentent un co-texte insuffisant pour attribuer un statut discursif à l’adverbe.

  • 6 La FrRel1 est la fréquence de justement holophrastique relative au nombre total d’occurrences de j (...)

24Je procéderai à une double analyse, d’abord au xxe siècle (415 occurrences dont 52 holophrases), puis au xviie siècle (250 occurrences dont 34 holophrases), afin de comparer la proportion des différents statuts discursifs de l’adverbe à trois siècles de distance (voir tableau 3)6.

Tableau 3 – Comparaison entre la fréquence relative de l’adverbe justement dans le théâtre du xviie et du xxe siècle (base Frantext intégrale).

  Théâtre justement total justement holophrastique
Frantext NbMotsOcc FrAbs FrRel (* 10–5) FrAbs FrRel1 FrRel2 (* 10–5)
xviie siècle 3 675 144 250 6,8 34 13,6 % 0,93
xxe siècle 537 774 415 77 52 12,5 % 9,7
Comp. xxe/xviie 14,6 %   11,3    92 % 10,4 

25On constate sur ce tableau que :

(i) le corpus théâtral du xviie siècle est 7 fois supérieur à celui du xxe siècle en raison des nombreuses pièces enregistrées du théâtre classique ;

(ii) la fréquence relative de justement (sans différenciation des emplois) est 11 fois supérieure au xxe siècle ;

(iii) la FrRel1 (voir note 6) est approximativement identique, c’est-à-dire que la proportion d’emplois holophrastiques ne varie pas notablement à trois siècles de distance ;

(iv) de ce fait la FrRel2 est approximativement identique à la FrRel de l’adverbe, tous emplois confondus.

26On peut en conclure que l’emploi argumentatif de l’adverbe justement en holophrase n’a guère varié depuis le xviie siècle. Afin de repérer l’émergence de ce type d’emploi, il faut sans doute exploiter la Base de français médiéval du CNRTL.

27Pour ce qui concerne les 50 occurrences classables du corpus du xxe siècle, on peut les sérier d’abord en emplois dialogiques (comme acte de parole autonome dans le discours d’un seul locuteur) et emplois dialogaux (comme acte de parole constituant un tour de parole à lui seul ou en compagnie d’une ou deux prédications averbales, voir Brès 2005).

3.1. Profil dialogique → ça tombe bien

Robert Flers et Gaston Armand de Caillavet, Monsieur Brotonneau, 1914, p. 22 Céleste, tendant une carte. Monsieur Fridel demande monsieur.
Brotonneau. Fridel… tiens…
justement … qu’il entre. Fridel. Monsieur Brotonneau… Brotonneau. Bonjour, monsieur… voulez-vous vous asseoir.
  • 7 Le symbole « ⇔ » note un nouveau tour de parole, le symbole « ⇒ » une inférence.

28Ce premier extrait de Robert Flers nous met en présence d’un personnage qui, à la lecture de la carte d’un visiteur, procède à un calcul argumentatif qui le conduit à estimer que recevoir ce visiteur est pertinent dans la situation où il se trouve actuellement, sans doute parce qu’il peut faire entrer ce visiteur dans un jeu de rôles sociaux. La scène se décompose en six phases qui débouchent sur la prise de contact entre les deux hommes, voir ci-dessous7. Justement est ici paraphrasable par ça tombe bien.

P<j–3> tendant une carte. Monsieur Fridel demande monsieur. Déclaration
Br P<⇔j–2> Fridel… Exclamation à l’audition de P<j–3>
P<j–1> tiens… Exclamation exprimant un calcul argumentatif à partir de P<j–2>
P<j> justement Résultat du calcul argumentatif ⇒ ça tombe bien
P<j+1> … qu’il entre. Injonction
Fr P<⇔j+2> Monsieur Brotonneau… Adresse

3.2. Un cas de profil intermédiaire dialogique-dialogal

Albert Camus, Les Possédés [adaptation], 1959, p. 932-934 Lipoutine : Non. Les femmes doivent rester à la maison et craindre Dieu.
Stépan : Mais n’êtes-vous pas athée ?
Lipoutine : Oui. Chut ! Ne le dites pas si fort.
Justement. Un mari athée doit enseigner à sa femme la crainte de Dieu. Ça le libère encore plus.

29Dans cet extrait d’Albert Camus la question de Stépan pointe une contradiction apparente dans le comportement de Lipoutine : bien que celui-ci soit athée, il estime que les femmes doivent craindre Dieu. Ce rappel indispose Lipoutine (« Chut ! Ne le dites pas si fort »). Le justement a apparemment une fonction dialogique puisqu’il n’intervient pas directement en réponse à la question de Stépan, mais plus sûrement une fonction dialogale, puisqu’il pointe à son tour la conviction (machiavélique !) de Lipoutine de ne pas être en contradiction avec lui-même. Dieu a simplement un pouvoir coercitif supérieur au sien propre dont il entend tirer parti, car « ça le libère encore plus ».

30Les emplois dialogaux se révèlent tous paraphrasables par précisément, à l’inverse des emplois dialogiques. On peut les classer en fonction de leur paraphrase possible à l’aide de {P} c’est bien là le problème et/ou {R} raison de plus / ça tombe bien.

3.3. Profil dialogal R → raison de plus

31Dans cet extrait de Jean Anouilh, Archibald compte sur sa femme Lucie pour obtenir un avantage d’un personnage X non désigné. Celle-ci est réticente en raison de la passion que lui voue ce dernier.

Jean Anouilh, Chers Zoiseaux, 1977, p. 75-76 archibald […]. Il faut que tu ailles le trouver Lucie, il t’aime beaucoup !
lucie, fermée. Un peu trop. Tu le sais.
archibald, le regard fuyant.
Justement. Il t’écoutera. Tu lui diras la vérité. Mon désarroi. Tu comprends, on se sent si seul !

32L’argumentation d’Archibald consiste à balayer la réticence de Lucie comme non pertinente au vu des avantages à obtenir. Il lui faut absolument tirer profit de la passion de X pour Lucie. Justement se paraphrase ici par raison de plus. La honte d’Archibald est signalée par la didascalie « le regard fuyant ».

Ar P<j–2> Il faut que tu ailles le trouver Lucie, il t’aime beaucoup ! Exhortation
Lu P<⇔j–1> fermée. Un peu trop. Tu le sais. Contre-argument à P<j–2>
Ar P⇔<j> le regard fuyant. Justement. Dévalorisation de P<j–1> renforçant P<j–2> ⇒ raison de plus
P<j+1…> Il t’écoutera. Tu lui diras la vérité. Mon désarroi. Tu comprends, on se sent si seul ! Justification de P<j> : s’il t’aime un peu trop, il t’écoutera d’autant plus volontiers

3.4. Profil dialogal P → c’est bien le problème, avec invitation à une inférence

Jean Anouilh, Chers Zoiseaux, 1977, p. 11-13 arthur […]. Il faut que tu tues encore une fois. Pour tes chers petits. Tu auras les circonstances atténuantes et on te graciera vu ton âge, comme le père Dominici.
le chef.
Justement. Je suis trop vieux.
arthur.Tu mens. Tu tiens toujours ton instrument d’une main ferme.
le chef. Et si je rate mon coup ?
arthur. Ne fais pas le coquet.

33Ici, nous sommes dans la configuration évoquée dans la section 2 par Bruxelles et al. (1982, voir exemple 5) où le locuteur retourne à son profit un aspect du discours de l’interlocuteur et pratique de ce fait une inversion argumentative. En l’occurrence il s’agit du complément de cause « vu ton âge ». Pour Arthur, c’est un argument en faveur du nouveau meurtre qu’il attend du chef, car il ne risque pas la peine de mort. Pour le chef, c’est un contre-argument (justementc’est bien le problème). Sa réplique « Je suis trop vieux » évoque le risque de « rater son coup », incertitude qu’Arthur balaie d’un revers de main : « Tu tiens toujours ton instrument d’une main ferme. » Le jeu des différents actes de discours (exhortation, justification de l’exhortation, contre-argument, réfutation, justification de la réfutation) est décomposé ci-dessous.

Ar P<j–3> Il faut que tu tues encore une fois. Exhortation
P<j–2> Pour tes chers petits. Justification de l’exhortation <Pj–3>
P<j–1> Tu auras les circonstances atténuantes et on te graciera vu ton âge, comme le père Dominici. Implication de P<i> « tu es âgé » → Élimination par anticipation du contre-argument « je serai condamné à mort »
Ch P<⇔j> Justement. Incidence ambiguë à une composante de P<j–1>
P<j+1> Je suis trop vieux. Élucidation de l’incidence de P<j> → à P<i> tu es âgé ⇒ c’est bien le problème
Ar P<⇔j+2> Tu mens. Réfutation de P<j+1>
P<j+3> Tu tiens toujours ton instrument d’une main ferme. Justification de la réfutation P<j+2>

3.5. Profil dialogal P et R → c’est bien le problème et raison de plus

Albert Camus,
Un cas intéressant [adaptation], 1955, p. 693-695
Le Malade : Non, non, je vous en prie. N’ouvrez pas !
Corte : Mal aux yeux ?
Le Malade : Non.
Corte : Vous verriez au moins un peu de verdure.
Le Malade :
Justement. Corte : Vous n’aimez pas la verdure ?
Le Malade : Je hais la verdure. J’exècre les arbres, j’abomine les fleurs. Cela vous semble étrange ?
Corte : Cela dépend.

34Dans cet extrait d’une adaptation théâtrale de Camus, les deux variantes interprétatives de justement paraissent se combiner : raison de plus et c’est bien le problème. En effet Corte essaie de persuader le Malade d’ouvrir la fenêtre pour profiter de la vue de la verdure. Par là, il ouvre un monde possible contrefactuel (la chambre est dans la pénombre). Le justement du Malade se comprend comme un rejet de cet argument paraphrasable par ce serait encore pire, formulation qui implique à la fois c’est bien le problème (le monde ouvert par Corte serait pire que le monde actuel) et raison de plus (puisqu’il serait pire, il faut rester dans le monde présent). Cependant ce rejet demande une justification, la vue de la verdure étant a priori considérée comme désirable. À la demande de Corte, le Malade élabore donc son rejet : « Je hais la verdure », etc.

Ma P<j–4> Non, non, je vous en prie. N’ouvrez pas ! Requête
Co P<⇔j–3> Mal aux yeux ? Offre d’explication de P<j–4>
Ma P<⇔j–2> Non. Réfutation de P<j–3>
Co P<⇔j–1> Nous verriez au moins un peu de verdure. Représentation d’un monde possible contrefactuel (Mpc)
Ma P<⇔j> Justement. Rejet de Mpc ⇒ raison de plus et c’est bien le problème
Co P<⇔j+1> Vous n’aimez pas la verdure ? Offre d’explication de P<j>
Ma P<⇔j+2> Je hais la verdure. J’exècre les arbres, j'abomine les fleurs. Élaboration exacerbée de P<j+1>

4. Un bilan justement tiré ?

35Au terme de cette brève étude, il importe donc de retenir les points suivants.

36– Les emplois holophrastiques de l’adverbe justement sont exclusivement pragmatiques ou argumentatifs, c’est-à-dire qu’ils ont valeur de proposition et représentent une prédication averbale. Aucun emploi holophrastique n’a été rencontré dans les deux corpus théâtraux du xviie et du xxe siècle avec le sens « conforme à la justesse / à la justice ». Et l’extrait (7), le seul avec ce sens figurant entre deux ponctuations, ne constitue pas un contre-exemple, car en dépit du vocatif « ô grands dieux », justement ne constitue pas une prédication averbale et se rattache à la prédication verbale « à vous il appartient ».

(7) à vostre alme justice
  L’honneur que j’ay conquis je rends en sacrifice.
  S’il est acquis par vous et si de vous il vient,
  Justement, ô grands dieux, à vous il appartient !
  (Nicolas de Montreux, La Sophonisbe, 1601, p. 58-59)

37– Ces emplois pragmatiques-argumentatifs se présentent en mode dialogal ou dialogique, selon la définition citée de Jacques Brès.
– Les emplois quasi holophrastiques se rencontrent seulement en mode dialogal et spécifient la fonction pragmatique de justement (exemples de sous-titres de films : oui / non / si, justement ; justement pas ; mais si, justement ; rien, justement ; et justement maintenant !)
– En mode dialogique, les emplois holophrastiques représentent une phase d’un mouvement de pensée et s’interprètent comme l’expression d’une coïncidence avec le contenu d’une proposition énoncée antérieurement. La paraphrase la plus neutre serait : Tiens ! expression d’une attention susceptible de se décliner en ça tombe bien, intéressant, étonnant, etc.
– En mode dialogal, ils constituent une réplique du second locuteur (Loc2) signalant la coïncidence avec l’un des derniers actes de discours du premier locuteur (Loc1).
– Trois types de fonctions de justement en mode dialogal ont été identifiées : une fonction de renforcement par Loc2 d’une proposition de Loc1 paraphrasable par à plus forte raison, une fonction de mise en évidence par Loc2 du caractère indésirable ou inopportun de la situation évoquée par Loc1 paraphrasable par c’est bien là le problème et occasionnellement une fonction combinant de la part de Loc2 renforcement et jugement d’indésirabilité. Dans ces trois cas, il s’agit pour Loc2 d’attirer l’attention de Loc1 sur un aspect remarquable de son discours, positivement (coïncidence favorable) ou négativement (coïncidence défavorable). À ce titre, justement en emploi dialogal exerce une fonction « métalinguistique » (voir Jakobson 1960) puisqu’il vise à attirer l’attention de l’interlocuteur sur son propre discours.

Bibliographie

Brès Jacques, 2005, Dialogisme et polyphonie : approches linguistiques, Bruxelles, De Boeck Supérieur, p. 47-49.

Bruxelles Sylvie, Dobrovie-Dorin Carmen, Ducrot Olivier, Fradin Bernard, Nguyen Tan-Bihn, Récanati François et Vicher Anne,1982, « Justement, l’inversion argumentative », Lexique, no 1, p. 151-164.

Charolles Michel et Vigier Denis, 2005, « Les adverbiaux en position préverbale : portée cadrative et organisation des discours », Langue française, no 148, p. 9-30.

Charaudeau Patick, 1972, Grammaire du sens et de l’expression, Paris, Hachette.

Gezundhajt Henriette, 2000, Adverbes en –ment et opérations énonciatives, Berne - Francfort-sur-le-Main, Peter Lang.

Jakobson Roman, 1960, « Closing statements : Linguistics and poetics », Style in Language, T. A. Sebeok éd., New York ; « Linguistique et poétique », Essais de linguistique générale, traduction de Nicolas Ruwet, Paris, Minuit, 1963.

Lenepveu Véronique, 1998, Éléments pour une étude du système adverbial du français contemporain, thèse de l’université de Caen, Atelier national de reproduction des thèses (Lille 3).

Molinier Christian et Levrier Françoise, 2000, Grammaire des adverbes : description des formes en –ment, Genève, Droz.

Searle John, 1969, Speech acts. An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Cambridge University Press.

Schlyter Suzanne, 1977, La place des adverbes en –ment en français, thèse manuscrite, Université de Constance (Allemagne).

Vanderveken Daniel, 1988, Les actes de discours, Bruxelles, Mardaga.

Notes

1 Sous-titre de film fourni par la base Lexique 3. En ligne : [http://www.lexique.org/].

2 On entendra par « emploi quasi holophrastique » une unité prosodique comportant justement et un ou deux constituants prédicatifs averbaux, comme en (2), contrairement à (1). Comme il est difficile de juger en transcription ce qui constitue une unité prosodique, on admettra qu’un sous-titre illustrant un plan cinématographique correspond à une telle unité. Les adverbes holophrastiques, par l’absence de mention d’un procès dans l’unité prosodique, ne sont pas des adverbes cadratifs (Charolles et Vigier 2005) mais des adverbes connectifs (ibid., section 2).

3 Il n’y est pas précisé qu’il s’agit là d’emplois holophrastiques, mais cela ressort clairement de l’exemple fourni.

4 Exemple adapté de Jean-Paul Sartre, Les Chemins de la liberté.

5 Il est à noter que dans sa section 11.5.3, p. 215-217, l’auteure confirme la spécificité de l’emploi « restrictif » de justement mentionné par Schlyter sous le titre « Justement intégré lié à un constituant de l’énoncé ».

6 La FrRel1 est la fréquence de justement holophrastique relative au nombre total d’occurrences de justement. La FrRel2 est la fréquence de justement holophrastique relative au nombre de mots-occurrences du corpus.

7 Le symbole « ⇔ » note un nouveau tour de parole, le symbole « ⇒ » une inférence.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540