Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Connexion et indexation

 | 
Laure Sarda
, 
Denis Vigier
, 
Bernard Combettes

Partie 3. Adverbes, adverbiaux, grammaticalisation et connecteurs

Les marqueurs de discours en effet, en fait, de fait, en réalité et leurs équivalents en néerlandais : indices de grammaticalisation

Béatrice Lamiroy et Gudrun Vanderbauwhede

Texte intégral

  • 1 On parle selon le cas de particules discursives, de marqueurs pragmatiques ou discursifs (Dostie 2 (...)
  • 2 C’est ce que Lidija Iordanskaja et Igor Mel’čuk (1999) appellent la valeur « non descriptive » des (...)

1Cette contribution, que nous dédions d’autant plus volontiers à Michel Charolles qu’elle est le résultat d’une longue collaboration ainsi que le signe de notre estime et de notre amitié, porte sur un sujet qui lui tient à cœur, les marqueurs de discours en effet, en fait, de fait et en réalité (Charolles 2011, Charolles et Fagard 2012, Charolles et Lamiroy 2013, Charolles et Pietrandrea 2012, D’Hondt 2014). Comme le terme et la notion de marqueur de discours font l’objet de multiples discussions au sein de la communauté linguistique depuis l’ouvrage pionnier de Deborah Schiffrin (1987)1, nous adopterons ici la définition de Bruce Fraser (2006, p. 189) qui caractérise la classe des marqueurs de discours en termes de prototypie. Un membre de la classe est un morphème libre qui se trouve typiquement en position initiale de la phrase et dont la fonction essentielle est de signaler un message spécifique2 ; il ne s’analyse pas en termes syntaxiques mais en fonction de sa valeur sémantico-pragmatique.

  • 3 Le Dutch Parallel Corpus (www.kuleuven-kulak.be/DPC) est un corpus parallèle pour les paires de la (...)
  • 4 Pour une discussion sur les avantages et les inconvénients des corpus comparables (comparaison de (...)

2Plusieurs linguistes se sont attachés à décrire en effet, en fait, de fait et en réalité en français (voir Danjou-Flaux 1980, Rossari 1992, Blumenthal 1996, Iordanskaja et Mel’čuk 1999, Charolles 2011). Par rapport à ces travaux, notre petite étude se veut doublement originale. D’une part, nous examinerons les indices de grammaticalisation que ces marqueurs présentent, et d’autre part, nous les soumettrons à une étude contrastive qui les confrontera à leurs équivalents en néerlandais. Pour ce faire, nous étudierons un échantillon du Dutch Parallel Corpus3. Bien que l’étude contrastive des marqueurs de discours ait suscité récemment l’intérêt de plusieurs linguistes (voir Iordanskaja et Mel’čuk 1999, Fleischmann et Yaguello 2004, Aijmer et al. 2006, Lewis 2006, Rodríguez Somolinos éd. 2011, Zufferey et Cartoni 2012), très peu d’analyses ont été réalisées qui comparent le français et le néerlandais (Lamiroy 1994, Mortier et Degand 2009). Notre étude devrait pallier cette lacune. Mais d’après nous, elle peut également contribuer à l’analyse du français : en effet, comme nous le verrons, une perspective contrastive, en particulier lorsqu’elle est basée sur des corpus de traduction4, constitue une double heuristique, permettant non seulement de mettre en exergue les différences et ressemblances entre les deux systèmes langagiers, mais aussi de mieux saisir les différents usages des marqueurs de discours qui coexistent souvent à l’intérieur d’une seule langue (Lamiroy 1994, Lewis 2006, Zufferey et Cartoni 2012). En effet, comme la plupart des marqueurs de discours sont polyfonctionnels, ils correspondent le plus souvent non pas à un seul connecteur dans l’autre langue, mais à un éventail de marqueurs qui varient selon le cas et selon le contexte : ce recoupement partiel d’une langue à l’autre, mis en évidence par la traduction, est révélateur parce qu’il permet souvent d’identifier quelle est la valeur spécifique adoptée par le marqueur en fonction du contexte.

3Dans ce qui suit, nous étudierons d’abord la distribution des traductions néerlandaises des marqueurs français en effet, en fait, de fait et en réalité. Après cette partie descriptive, nous examinerons nos marqueurs du point de vue de la grammaticalisation : nous montrerons, d’une part, que les marqueurs français sont en général davantage grammaticalisés que leurs équivalents néerlandais, et d’autre part, que les quatre connecteurs français n’ont pas tous atteint le même degré de grammaticalisation.

1. Description des données

4L’échantillon que nous avons étudié dans le Dutch Parallel Corpus comprend 100 occurrences de chacun des trois marqueurs en effet, en fait et en réalité. Quant à de fait, il s’est avéré moins fréquent dans ce corpus : nous n’en avons trouvé que 65 cas.

5Les tableaux 1, 2, 3 et 4 donnent un aperçu détaillé des différentes traductions en néerlandais des quatre marqueurs. Le signe ø signifie que le marqueur français n’a simplement pas été traduit.

Tableau 1 – Les traductions en néerlandais du marqueur en effet.

en effet : traductions
Ø 34
immers 31
inderdaad 14
namelijk 11
omdat 3
aangezien 1
niet alleen maar 1
niettemin 1
trouwens 1
uiteraard 1
want 1
wel 1
TOTAL 100

Tableau 2 – Les traductions en néerlandais du marqueur en fait.

en fait : traductions
eigenlijk 25
in feite 23
Ø 20
en + verbe 17
namelijk 5
feitelijk 2
immers 2
beter nog 1
daar 1
in die werkelijkheid 1
inderdaad 1
maar 1
waar het op neerkomt 1
TOTAL 100

Tableau 3 – Les traductions en néerlandais du marqueur de fait.

de fait : traductions
Ø 17
feitelijk huishouden 4
in feite 4
feitelijk samenwonenden 3
derhalve 2
feitelijk gezin 2
feitelijke toestand 2
inderdaad 2
bovendien 1
daaraan 1
daardoor 1
dan ook 1
dat klopt 1
de fait 1
deze situatie 1
doorgaans 1
dus 1
duurzaam gescheiden 1
eigenlijk 1
feitelijke aansturing 1
feitelijke associatie 1
feitelijke biologische afstamming 1
feitelijke elementen 1
feitelijke hoofdstad 1
feitelijke opvolger 1
feitelijke situatie 1
feitelijke situaties 1
feitelijke staat 1
feitelijke vererving 1
feitelijkheid 1
feiten 1
feitenkwestie 1
immers 1
in de praktijk 1
in wezen 1
want 1
zo 1
TOTAL 65

Tableau 4 – Les traductions en néerlandais du marqueur en réalité.

en réalité : traductions
in feite 25
Ø 23
in werkelijkheid 22
eigenlijk 11
echter 3
in de realiteit 2
in realiteit 2
anderzijds 1
bij wijze van spreken 1
de realiteit is 1
echt 1
feitelijk 1
het klopt 1
in de praktijk 1
in levende lijve 1
maar 1
maar in werkelijkheid 1
of liever gezegd 1
vaak 1
TOTAL 100
  • 5 Cela vaut sans doute plus pour les connecteurs adverbiaux du type étudié ici que pour les conjonct (...)

6Une première observation à faire, flagrante, est que dans un quart des cas, les marqueurs ne sont pas traduits du tout en néerlandais, ce qui suggère que les deux langues ne font pas le même usage des connecteurs5. Cette constatation relève d’une différence typologique entre les langues : toutes ne font pas appel aux mêmes stratégies rhétoriques (Lamiroy 1994, Iordanskaja et Mel’čuk 1999, Lewis 2006). Dans le cas de en effet, l’absence de traduction, illustrée sous (1), équivaut même à plus d’un tiers des cas (34 %). Les marqueurs de fait (2), en réalité (3) et en fait (4) n’ont pas été traduits dans 26,15 %, 23 %, et 20 % des cas respectivement :

(1) La Belgique est en effet un pays moderne, un pays dynamique d’esprits créatifs, d’entrepreneurs et d’inventeurs.
  België is een modern land, een dynamisch land, een land van ondernemers, van creatievelingen, van ontdekkers.
(2) Avec l’Empereur, les relations de Charles furent plus variées, mais même en Allemagne, en 1477, il s’était fait une quantité d’ennemis. En fait, Frédéric eut le plaisir de ridiculiser Charles aux yeux de toute l’Europe.
  Zijn betrekkingen met de keizer lagen anders, maar zelfs in Duitsland was hij er tegen 1477 in geslaagd een golf van vijandelijke gevoelens op te wekken. Frederik was tot zijn genoegen in zijn opzet geslaagd om Karel voor heel Europa voor schut te zetten.
(3) Aux yeux de Philippe Busquin, ancien président des socialistes francophones, c’est l’un des rares hommes politiques flamands qui n’ait jamais insulté les socialistes. De fait, Willy De Clercq n’a pas utilisé cette arme déplorable.
  In de ogen van Philippe Busquin, de gewezen voorzitter van de Franstalige socialisten, is De Clercq een van de weinige Vlaamse politici die nooit een onvertogen woord sprak over de socialisten. De Clercq bediende zich nooit van deze betreurenswaardige tactiek.
(4) Il ressort de la réglementation que le mot beurre couvre en réalité plusieurs sortes de graisse, utilisées notamment pour fabriquer des bougies et pour graisser le fil de laine.
  Uit de regle mentering blijkt dat met het woord boter verschillende vetten worden aangeduid, die onder andere gebruikt worden om kaarsen te vervaardigen en om de woldraad te vetten.

7Une deuxième observation est que conformément à l’hypothèse énoncée plus haut, la comparaison permet de corroborer les différentes valeurs sémantiques des marqueurs. Étant donné l’espace limité qui nous est imparti, nous nous limiterons ici à illustrer notre propos à partir de la traduction de en effet. Ainsi, en effet est couramment traduit par trois marqueurs différents en néerlandais, à savoir, immers (31 occurrences), inderdaad (14 occurrences) et namelijk (11 occurrences), qui correspondent aux trois grands types d’usage identifiés par Michel Charolles et Benjamin Fagard (2012) pour le français. Ainsi, dans (5), en effet confirme un énoncé précédent (l’aspirine est le médicament du pauvre), ce qui est exactement le sens de inderdaad : ce marqueur instaure, tout comme en effet dans certains cas, un dialogue implicite entre l’auteur et le lecteur pour confirmer la véracité de l’énoncé qui précède. Dans (6), en effet confirme plutôt un fait attendu qu’il rend plus explicite, ce qui est bien la valeur de namelijk qui littéralement nomme une chose. Comme le remarquent Charolles et Fagard (2012), en effet implique à la fois une relation anaphorique et cataphorique : ils confirment non seulement l’énoncé qui suit (aucun événement ne s’est produit en 979…), mais également l’énoncé qui précède (la ville de Bruxelles aurait pu faire l’économie de la fête qui s’est tenue en 1979). Ceci vaut aussi pour le marqueur namelijk en néerlandais. Et enfin, dans (7), en effet sert à justifier un énoncé précédent : le fait que le joueur de football Waterreus veuille se produire aux New York Red Bulls en 2007 explique et justifie à la fois pourquoi il participera à six matchs. L’adverbe conjonctif néerlandais immers reproduit exactement cette valeur causale (justificative).

(5) Le Professeur Verheugt est notamment l’auteur de l’article « Aspirin : the poor man’s statin » (Lancet 1998, 351 : 227-228). Ce titre audacieux est explicite, en effet, puisque l’aspirine est un médicament non seulement peu coûteux mais également très efficace dans la prévention des maladies cardiovasculaires.
  Professor Verheugt is ondermeer de auteur van het artikel « Aspirin : the poor man’s statin » (Lancet 1998, 351 : 227-228). Inderdaad, deze gedurfde uitspraak dekt volledig de lading : aspirine is niet alleen een goedkoop maar ook een zeer doeltreffend geneesmiddel voor de preventie van cardiovasculaire aandoeningen.
(6) Il est difficile de préciser en quelle année cet événement se situe. Il y a 25 ans, en 1979, la ville de Bruxelles a fêté son millénaire en grande pompe. D’un point de vue historique, elle aurait pu en faire l’économie. En effet, aucun événement ne s’est produit en 979 dans le hameau de Broekzele qui puisse valoir comme une rupture entre un passé agricole et un avenir urbain.
  Over het jaar waarin dat moet zijn gebeurd, heerst veel onduidelijkheid. 25 jaar geleden, in 1979, vierde de stad Brussel met veel luister haar duizendjarig bestaan. Historisch gezien had ze zich die moeite evenwel kunnen besparen. In 979 is er in het gehucht Broekzele namelijk niets gebeurd dat achteraf als een breekpunt kan gelden tussen een landelijk verleden en een stedelijke toekomst.
(7) « Perdre des points en championnat et en Coupe UEFA pourrait être fatal à nos ambitions. » La mission de Waterreus se limite donc à six joutes. Le portier considère ce dépannage comme la préparation idéale à la concrétisation de son rêve américain. En 2007, Waterreus, sans club depuis l’été passé, veut en effet se produire en Major League Soccer, aux New York Red Bulls plus précisément.
  « Puntenverlies in de komende fase van het kampioenschap en de UEFA Cup kan fataal zijn ». Het betreft dus een tijdelijke opdracht (zes duels) voor ‘de reus’, die als uitzendkracht aan de slag gaat en dit uitstapje gebruikt als ideale voorbereiding op de verwezenlijking van zijn Amerikaanse droom. In 2007 wil Waterreus, die sinds afgelopen zomer zonder club zat, immers voetballen in de Major League Soccer, de Amerikaanse profcompetitie, bij de New York Red Bulls.

2. Marqueurs de discours et grammaticalisation

2.1. Comparaison français-néerlandais

  • 6 Mortier et Degand (2009) arrivent à une conclusion similaire après une étude de corpus de traducti (...)

8Les tableaux 1 à 4 sont révélateurs pour une autre raison encore : ils montrent une variation lexicale importante du côté des traductions en néerlandais. Ainsi, en effet, en fait et en réalité sont respectivement traduits de 11, 12 et 18 manières différentes, de fait étant même rendu par 23 traductions différentes. Si la plupart des traductions correspondent à des adverbiaux et des conjonctions – ce qui est normal pour des marqueurs de discours –, certaines sont de simples paraphrases, ou font appel à d’autres catégories lexicales. Ainsi, on trouve des relatives (en fait traduit par une relative sans antécédent, waar het op neerkomt « ce qui compte »), des syntagmes verbaux (en réalité traduit par het klopt dat « il est vrai que »), des adjectifs (sur 65 occurrences, de fait est traduit 24 fois par l’adjectif feitelijk « factuel » suivi d’un nom), etc. Même si les variantes sont évidemment dues en partie aux choix stylistiques du traducteur, on constate, en ne prenant en compte que les équivalents de type adverbial ou conjonctif, qu’ils présentent une plus grande variation lexicale et morpho-syntaxique en néerlandais qu’en français. Comme le montrent les exemples ci-dessous, en réalité est ainsi traduit (2 occurrences) en néerlandais comme in realiteit (8), qui en serait le pendant littéral, mais aussi par in de realiteit (9) « dans la réalité » avec article défini (2 occurrences), in werkelijkheid (10) « en vérité/réalité » (22 occurrences), et in de praktijk (11) « dans la pratique » (1 occurrence). De même, en fait est traduit pratiquement autant de fois par un adverbe eigenlijk (25 occurrences) signifiant « à proprement parler » (12) que par l’équivalent strict in feite (23 occurrences) (13)6.

(8) L’activité indépendante étant caractérisée par l’absence de lien d’autorité, il est question de faux indépendant dans le cas d’un travailleur s’affiliant au régime des travailleurs indépendants alors qu’en réalité il existe un lien d’autorité entre lui (= faux indépendant) et son cocontractant.
  Een zelfstandige wordt gekenmerkt door een afwezigheid van deze band van ondergeschiktheid in het uitoefenen van zijn beroepsactiviteit. Er is sprake van schijnzelfstandigen wanneer zij zich het statuut van zelfstandige aanmeten, terwijl in realiteit er eigenlijk sprake is van een band van ondergeschiktheid tussen de schijnzelfstandige en zijn mede-contractant.
(9) Les avantages des bêta-bloquants dans l’insuffisance cardiaque ont été clairement documentés, mais les patients insuffisants cardiaques évalués dans ces études étaient relativement jeunes (< 70 ans) et présentaient une dysfonction systolique (FEVG < 40 %), alors qu’en réalité, la plupart des patients insuffisants cardiaques sont âgés de plus de 70 ans et présentent surtout une dysfonction diastolique (FEVG > 40 %).
  De voordelen van bèta-blokkers bij hartfalen zijn duidelijk gedocumenteerd maar de onderzochte patiënten met hartfalen in deze studies waren eerder jong (< 70 jaar) en vertoonden vooral systolische disfunctie (LVEF < 40 %), terwijl in de realiteit de meeste patiënten met harfalen ouder dan 70 jaar zijn en vooral diastolisch hartfalen vertonen (LVEF > 40 %).
(10) Dans leur discours officiel, ils flirtent encore avec les idéaux des croisés. En réalité, ils constituent le premier ordre de mérite au sens moderne du terme, regroupé autour d’une maison princière.
  In hun officieel discours flirten zij nog met de kruisvaartgedachte, maar in werkelijkheid vormen zij de eerste moderne orde van verdienste, geschaard rond een vorstenhuis.
(11) En réalité, cette donnée est fixée contractuellement entre l’employeur et la société de leasing, ainsi que, dans certains cas, entre l’employé et l’employeur, si ce dernier se décide à répercuter cette limitation dans la car policy.
  In de praktijk wordt dit punt contractueel geregeld tussen de werkgever en de leasemaatschappij. Sommige bedrijven maken hierover ook afspraken met hun medewerkers en vermelden het toegestane aantal kilometers in de car policy.
(12) Weekend Le Vif/L’Express : En 2003 vous avez sorti un parfum, mais, en fait, vous vouliez d’abord lancer une ligne de soins pour la peau ?
  U bracht in 2003 een parfum uit, maar wilde eigenlijk eerst een huidverzorgingslijn lanceren ?
(13) RIO-Europe est en fait la version européenne de l’étude RIO-NORTH America, dont les résultats ont été communiqués lors du congrès de l’AHA en 2004.
  RIO-Europe is in feite de Europese tegenhanger van de RIO-NORTH America studie waarvan de resultaten op het AHA 2004 werden bekendgemaakt.

9Le même phénomène s’observe de manière plus nette encore pour de fait. Rappelons qu’il n’est le plus souvent pas traduit (3). Lorsqu’il est traduit par un marqueur de discours, il n’existe pas de traduction univoque : on trouve eigenlijk ou in feite « en fait » (14), dus ou derhalve « donc » (15), mais aussi les adverbes inderdaad ou immers « en effet », bovendien « de plus », zo « ainsi », doorgaans « le plus souvent », dan « alors », la conjonction want « car », la particule modale dan ook « donc » et les adverbes pronominaux daaraan « à cela » et daardoor « à cause de cela ». Dans le domaine juridique, la construction de fait est souvent combinée avec un substantif et traduite par l’adjectif feitelijke en néerlandais (16). De fait ne fonctionne dans ce cas pas comme un marqueur de discours.

(14) De fait, si le CPAS doit rassembler ou communiquer des données concernant une personne via le réseau afin de répondre à ses missions légales, alors le CPAS devra intégrer cette personne.
  In feite, indien het OCMW gegevens betreffende een persoon via het netwerk moet inzamelen of mededelen om zijn wettelijke opdrachten te vervullen, dan zal het OCMW deze persoon moeten integreren.
(15) De fait, que ce soit au niveau national ou international, le SPC est appelé à devenir le centre névralgique d’une politique globale intégrant l’intervention judiciaire et les éléments se situant en amont et aval, tout en veillant à la coordination avec la politique de prévention et la politique de l’exécution des mesures et peines.
  Derhalve moet de DSB, zowel op nationaal als op internationaal vlak, het zenuwcentrum worden van een algemeen beleid dat het gerechtelijk optreden, de voorbereiding en de follow-up ervan omvat, waarbij aandacht moet uitgaan naar de coördinatie met het preventiebeleid en het beleid inzake de uitvoering van straffen en maatregelen.
(16) Souvent, il est préférable de joindre aux éléments légaux – factures, tickets de parking, etc. – des éléments de fait – le badge d’un conférencier, par exemple.
  Vaak is het een goed idee om de wettelijk vereiste documenten (facturen, parkeertickets,…) nog aan te vullen met feitelijke elementen, bijvoorbeeld de badge die u droeg tijdens een seminarie.
  • 7 Une objection majeure qu’on pourrait formuler ici est que pour bien faire, on devrait examiner les (...)

10Cette variation lexicale, comme le fait que certains des connecteurs néerlandais correspondent à des syntagmes adverbiaux non figés (ce que suggère notamment l’insertion possible de l’article défini dans in de realiteit par exemple), porte à croire que les marqueurs néerlandais sont moins grammaticalisés que leurs pendants français, parce qu’ils sont moins paradigmatisés (Lehmann 2002). Quoique cette hypothèse demande évidemment à être étoffée par de plus amples recherches empiriques7, d’autres études contrastives français-néerlandais ont émis la même hypothèse, notamment dans le domaine des déterminants démonstratifs (Vanderbauwhede 2012) et des préfixes (Van Goethem 2010).

11Un autre facteur qui suggère que les marqueurs de discours en effet, en fait, de fait et en réalité sont davantage grammaticalisés que leurs équivalents néerlandais concerne la position dans la phrase. Le tableau 5 montre que les quatre marqueurs se trouvent plus souvent en position initiale en français qu’en néerlandais, position dont nous avons vu au début de cet article qu’elle est la position prototypique des marqueurs de discours. Bien que les marqueurs de discours adverbiaux, contrairement aux conjonctions d’ailleurs, n’occupent pas nécessairement la position initiale, il est indispensable qu’ils puissent l’occuper pour se grammaticaliser en tant que connecteur (Lamiroy et Charolles 2005, Charolles et Lamiroy 2007). De ce fait, il est révélateur que les marqueurs français étudiés ici occupent plus souvent la position initiale, typiquement connective, alors que les pendants néerlandais se mettent au milieu de la phrase, ce qui est un comportement typiquement adverbial.

Tableau 5 – La position dans la phrase.

Position initiale dans la phrase FR % NL %
en effet 42 9
en fait 32 21
de fait 38,46 21,54
en réalité 43 31
(17) En effet, aucun événement ne s’est produit en 979 dans le hameau de Broekzele qui puisse valoir comme une rupture entre un passé agricole et un avenir urbain.
  In 979 is er in het gehucht Broekzele namelijk niets gebeurd dat achteraf als een breekpunt kan gelden tussen een landelijk verleden en een stedelijke toekomst.
(18) En fait, le risque résiduel reste très élevé.
  Het residuele risico blijft in feite zeer hoog.
(19) De fait, encore en 1580, elles essayèrent de se libérer de la domination calviniste régnant en Hollande et même en Zélande, et de se rallier au parti catholique.
  In 1580 probeerden ze in feite zelfs nog los te komen van het overwegend calvinistische Holland en Zeeland en terug te keren naar het katholieke kamp.
(20) En réalité, vous voulez évidemment dire « bien ».
  Natuurlijk bedoelt u eigenlijk « goed ».

2.2. Grammaticalisation des marqueurs de discours en français

12La perspective contrastive permet non seulement de montrer que les quatre marqueurs de discours ne se trouvent pas au même niveau de grammaticalisation en français et en néerlandais, mais elle fournit également des indices suggérant qu’ils n’ont pas tous atteint le même niveau de grammaticalisation en français. Ceci vaut particulièrement pour les connecteurs en réalité et en fait. En effet, comme le montre le tableau 6, ils sont souvent interchangeables. Ce n’est donc pas un hasard qu’ils soient souvent traduits par les mêmes marqueurs (21 à 24).

Tableau 6 – L’interchangeabilité de en réalité et en fait.

Interchangeabilité FR %
en réalité avec en fait 53
en fait avec en réalité 46
(21) En réalité, il existe deux types de bokashi.
  Er zijn eigenlijk twee soorten bokashi.
(22) Mourir, en fait, c’est un peu comme s’endormir.
  Doodgaan kan je eigenlijk vergelijken met gaan slapen.
(23) En réalité, ces trois références visent toutes la même chose, à savoir la première communauté de femmes religieuses à Bruxelles.
  In feite wordt hier drie keer op een andere manier over hetzelfde gesproken, namelijk het eerste vrouwenklooster in Brussel.
(24) La microalbuminurie est un bon paramètre de la maladie évolutive et reflète en fait ce qui se passe dans l’ensemble du lit microvasculaire, notamment de la circulation coronarienne.
  Microalbuminurie is een goede parameter van de evoluerende ziekte en reflecteert in feite wat er gebeurt in het ganse microvasculaire bed, waaronder de coronaire circulatie.

13Mais cela n’est pas toujours le cas. Comme le montrent les exemples (25) et (26), en réalité connaît un emploi purement adverbial que en fait n’a pas et que la traduction met clairement en évidence. Une traduction comme in levende lijve « en chair et en os » dans (26) suggère en effet que la désémantisation est seulement partielle pour la locution en réalité alors qu’elle est, par contre, quasi totale pour en fait.

(25) a. La parcelle est trop étroite pour la haute façade qu’il veut construire, mais en ébéniste, il maîtrise l’art d’utiliser des courbes concaves pour donner à ses réalisations un aspect plus large qu’en réalité.
  b. […] * qu’en fait.
  Het bouwperceel is te smal voor de hoge gevel die erop moet komen, maar een schrijnwerker kan door het gebruik van holronde bogen de indruk geven dat een meubel breder is dan in werkelijkheid… en met een huis kan dat ook.
(26) a. Chèvres, poules, moutons, cochons et chevaux : la plupart des enfants les voient plus souvent sur le petit écran qu’en réalité.
  b. […] * qu’en fait.
  Geiten, kippen, schapen, varkens en paarden: je ziet ze al haast meer op TV dan in levende lijve.

14On observe par ailleurs que en réalité est plus souvent combiné avec un autre connecteur dans notre corpus que en fait (tableaux 7 et 8). Ainsi, on trouve notamment mais (27), alors que (28), car (29) et donc (30). Bien que tous les connecteurs adverbiaux – c’est une fois de plus ce qui les distingue des conjonctions à part entière – puissent en principe se faire précéder d’une conjonction, l’absence de conjonction devant le marqueur peut être interprétée comme un indice de grammaticalisation : plus un marqueur se rapproche du statut de conjonction, moins il sera en effet compatible avec une (autre) conjonction.

Tableau 7 – Connecteur + en réalité.

Connecteur + en réalité FR %
Mais 9
alors que 5
Car 1
Donc 1

Tableau 8 – Connecteur + en fait.

Connecteur + en fait FR %
Mais 2
Car 1
donc 1
(27) Elle se comporte en princesse souveraine, mais en réalité la politique se joue de nouveau à Madrid.
(28) « Cette inscription est gratuite : on donne ainsi l’impression que le bar n’est pas accessible à tout le monde, alors qu’en réalité ce n’est pas le cas. »
(29) En apparence, car en réalité, les deux parties y perdent puisque personne n’arrive à ses fins.
(30) Pierre La Crotte est donc en réalité le premier grand propagandiste d’une morale bourgeoise qui dominera pendant quatre siècles la culture européenne.

Conclusions

15Comme l’impitoyable passage du temps amène à écrire ce genre particulier d’ouvrage que sont les Mélanges, nous avons consacré ce petit article dédié à Michel Charolles aux marqueurs de discours en fait, en effet, en réalité et de fait. Bien que d’envergure limitée, l’étude d’un corpus de traduction français-néerlandais a montré tout l’intérêt des analyses contrastives dans le domaine des connecteurs. Non seulement nous avons constaté que le néerlandais et le français n’exploitent pas les mêmes stratégies rhétoriques, puisque souvent les connecteurs français ne sont simplement pas traduits en néerlandais, mais nous avons aussi observé que les connecteurs français semblent en général plus grammaticalisés que leurs pendants néerlandais. Et enfin du point de vue méthodologique, nous espérons avoir illustré la valeur heuristique de la comparaison, en montrant que les différentes traductions néerlandaises correspondant à en effet corroborent très exactement les diverses fonctions de ce marqueur que Charolles et Fagard (2012) avaient mises au jour.

Bibliographie

Aijmer Karin et Altenberg Bengt, 1996, « Introduction », Languages in Contrast. Text-Based Cross-Linguistic Studies, K. Aijmer et S. Johansson éd., Lund, Lunds Universitets Publikationer, p. 11-16.

Aijmer Karin, Foolen Ad et Simon-Vandenbergen Anne-Marie, 2006, « Pragmatic markers in translation : a methodological approach », Approaches to Discourse Particles, K. Fischer éd., Amsterdam, Elsevier, p. 101-114.

Blumenthal Peter, 1996, « Le connecteur en fait », Dépendance et intégration syntaxique, C. Muller éd., Tübingen, Max Niemeyer Verlag, p. 257-270.

Charolles Michel, 2011, « Les emplois justificatifs de en effet », Au commencement était le verbe. Syntaxe, sémantique et cognition, F. Neveu, P. Blumenthal et N. Le Querler éd., Berne, Peter Lang, p. 29-52.

Charolles Michel et Fagard Benjamin, 2012, « En effet en français contemporain : de la confirmation à la justification/explication », Le français moderne, vol. 80, no 2, p. 171‑197.

Charolles Michel et Lamiroy Béatrice, 2007, « Du lexique à la grammaire : seulement, simplement, uniquement », Cahiers de lexicologie, vol. 90, no 1, p. 93-117.

Charolles Michel et Lamiroy Béatrice, 2013, « Des événements aux faits : quelles différences ? Apport des études sur la grammaticalisation », Dire l’événement. Langage, mémoire, société, S. Moirand, S. Reboul-Touré, D. Londei et L. Reggiani éd., Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 297-308.

Charolles Michel et Pietrandrea Paola, 2012, « En réalité : de la modalisation à l’organisation du discours », Travaux de linguistique, vol. 64, n1, p. 111-142.

Danjou-Flaux Nelly, 1980, « À propos de de fait, en fait, en effet et effectivement », Le français moderne, vol. 48, no 2, p. 110-139.

D’Hondt Ulrique, 2014, « Au fait, de fait et en fait : analyse de trois parcours de grammaticalisation », Revue romane, vol. 49, no 2, p. 235-263.

Dostie Gaétane, 2004, Pragmaticalisation et marqueurs discursifs, Bruxelles, De Boeck - Duculot.

Fischer Kerstin éd., 2006, Approaches to Discourse Particles, Amsterdam, Elsevier.

Fleischmann Suzanne et Yaguello Marina, 2004, « Discourse markers across languages ? Evidence from English and French », Discourse Across Languages and Cultures, C. L. Moder et A. Martinovic-Zic éd., Amsterdam, John Benjamins, p. 129-147.

Fraser Bruce, 2006, « Towards a theory of discourse markers », Approaches to Discourse Particles, K. Fischer éd., Amsterdam, Elsevier, p. 189-204.

Iordanskaja Lidija et Mel’čuk Igor, 1999, « Textual connectors across languages : French en effet vs. Russian samom dele », E Pluribus Una. Festschrift Anna Wierzbicka, J. Mey éd., no 9-10 de RASK, p. 305-347.

Johansson Stig, 2007, Seeing through Multilingual Corpora. On the Use of Corpora in Contrastive Studies, Amsterdam-Philadelphie, John Benjamins.

Lamiroy Béatrice, 1994, « Pragmatic connectives and L2 acquisition. The case of French and Dutch », Journal of Pragmatics, vol. 4, no 2, p. 183-201.

Lamiroy Béatrice et Charolles Michel, 2005, « Utilisation d’un corpus pour l’évaluation d’hypothèses linguistiques », Sémantique et corpus, A. Condamines éd., Paris, L’Harmattan, p. 171-191.

Lehmann Christian, 2002, Thoughts on Grammaticalization, Erfurt, Seminar für Sprachwissenschaft der Universität. En ligne : [http://www.christianlehmann.eu/publ/ASSidUE09.pdf] (consulté le 11 décembre 2015).

Lewis Diana, 2006, « Contrastive analysis of adversative relational markers, using comparable corpora », Pragmatic Markers in Contrast, K. Aijmer et A.-M. Simon-Vandenbergen éd., Amsterdam, Elsevier, p. 139-153.

Mortier Liesbeth et Degand Liesbeth, 2009, « Adversative discourse markers in contrast. The need for a combined corpus approach », International Journal of Corpus Linguistics, vol. 14, no 3, p. 338-366.

Paulussen Hans, Macken Lieve, Trushkina Julia, Desmet Piet et Vandeweghe Willy, 2006, « Dutch parallel corpus : a multifunctional and multilingual corpus », Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, vol. 32, no 1, 2, 3 et 4, p. 269-285.

Rodríguez Somolinos Amalia éd., 2011, Les marqueurs du discours : approches contrastives, no 148 de Langages.

Rossari Corinne, 1992, « De fait, en fait, en réalité : trois marqueurs aux emplois inclusifs », Verbum, no 3, p. 139-161.

Schiffrin Deborah, 1987, Discourse Markers, Cambridge, Cambridge University Press.

Vanderbauwhede Gudrun, 2012, « Les emplois référentiels du SN démonstratif en français et en néerlandais : pas du pareil au même », Journal of French Language Studies, no 22, p. 273‑294.

Van Goethem Kristel, 2010, « L’emploi préverbal des prépositions en français. Typologie et grammaticalisation », Bruxelles, De Boeck - Duculot.

Zufferey Sandrine et Cartoni Bruno, 2012, « English and French causal connectives in contrast », Languages in Contrast, vol. 12, no 2, p. 232‑250.

Notes

1 On parle selon le cas de particules discursives, de marqueurs pragmatiques ou discursifs (Dostie 2004), de connecteurs, de marqueurs relationnels, etc. : pour un aperçu voir Fischer (2006).

2 C’est ce que Lidija Iordanskaja et Igor Mel’čuk (1999) appellent la valeur « non descriptive » des connecteurs.

3 Le Dutch Parallel Corpus (www.kuleuven-kulak.be/DPC) est un corpus parallèle pour les paires de langues néerlandais-anglais et néerlandais-français (Paulussen et al. 2006). Ce corpus électronique est bidirectionnel et peut par conséquent être utilisé comme corpus monolingue, comme corpus de traduction et comme corpus comparable. Il contient des textes littéraires, journalistiques, administratifs et commerciaux.

4 Pour une discussion sur les avantages et les inconvénients des corpus comparables (comparaison de langues sources) vs corpus de traduction (comparaison de langue source et de langue cible), voir Aijmer et Altenberg (1996), Lewis (2006) et Johansson (2007).

5 Cela vaut sans doute plus pour les connecteurs adverbiaux du type étudié ici que pour les conjonctions de subordination. Ainsi Sandrine Zufferey et Bruno Cartoni (2012) observent que les conjonctions causales en français et en anglais ne se recoupent que partiellement, mais ne font guère mention d’une absence de traduction. Dans son étude contrastive de au contraire versus on the contrary, Diana Lewis (2006) en revanche note que le marqueur français est nettement plus fréquent que son pendant anglais.

6 Mortier et Degand (2009) arrivent à une conclusion similaire après une étude de corpus de traduction : en fait est traduit dans 29,2 % des cas par eigenlijk et dans 30,8 % par in feite.

7 Une objection majeure qu’on pourrait formuler ici est que pour bien faire, on devrait examiner les traductions dans les deux sens, ce qui n’a pas été possible ici pour des raisons d’espace.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540