Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Connexion et indexation

 | 
Laure Sarda
, 
Denis Vigier
, 
Bernard Combettes

Partie 2. Référence, anaphores, indexicaux

De la comparaison à la quantification : le cas de plusieurs

Bernard Combettes

Texte intégral

1Parmi les expressions linguistiques qui peuvent traduire l’approximation, une place à part peut être réservée aux formes que la tradition classe dans la catégorie des indéfinis. Qu’il s’agisse de la classe des déterminants ou de celle des pronoms, les indéfinis quantitatifs, comme plusieurs, quelques, certains, divers, etc. ont pour caractéristique de renvoyer à un ensemble indéterminé d’éléments, la quantité à laquelle ils font référence étant évaluée d’une façon qui s’oppose à la précision de la quantité dénombrée par les numéraux. On remarquera d’ailleurs que certaines descriptions intègrent ces derniers, sur la base des propriétés distributionnelles et sémantiques, dans la classe des indéfinis (voir par exemple Riegel et al. 2009, p. 297). L’approximation quantitative est le point commun aux formes de pluriel, d’autres traits permettant de distinguer les diverses expressions. Il en est ainsi de l’opposition qu’il est possible d’établir entre plusieurs et quelques ; contrairement à ce que signalent parfois les ouvrages lexicographiques, qui font de cette différence une question de quantification « objective » (quantité faible pour quelques, quantité plus importante pour plusieurs), les valeurs de ces expressions relèvent de l’orientation par rapport au vecteur qui conduit de l’unité à la pluralité, quelques opérant une saisie à partir de l’ensemble vers l’unité, alors que plusieurs renvoie à un parcours inverse. Comme l’écrit Pierre Gondret :

Quand plusieurs et quelques peuvent permuter […], le choix de l’un ou de l’autre correspond au choix d’une présentation. Quelques présente une petite quantité par rapport à un plus possible (restriction), plusieurs la fait envisager par rapport à la possibilité d’un moins composé d’un ou deux éléments (aspect augmentatif). (Gondret 1976, p. 148)

2La présence, pour chacune de ces expressions, des deux traits correspondant à l’approximation et à l’orientation offre un intérêt indéniable pour l’approche diachronique. Il est en effet pertinent de se demander si ces caractéristiques d’ordre différent ont toujours coexisté, si elles ont toujours eu le même rôle, ou si l’une est venue s’ajouter à l’autre. La valeur d’approximation est-elle première, précède-t-elle le trait d’orientation ? Peut-on également considérer que l’approximation subit elle-même une évolution ? Il est facile de constater que les autres indéfinis quantitatifs ne soulèvent pas ce type de question ; ils peuvent en effet renvoyer à la grande quantité (moult, maint, beaucoup de) ou ne pas y renvoyer (certains, divers), mais ne comportent pas un trait qui correspondrait à une orientation. Nous sommes donc en présence, avec plusieurs et quelques, d’un type particulier d’approximation, approximation moins « vague », pourrait-on dire, que celle qui caractérise les autres indéfinis. Comment cette sous-catégorie prend-elle naissance ?

3Avant d’aborder le problème de la formation de plusieurs, on rappellera que la catégorie des indéfinis est loin de présenter l’homogénéité des autres classes de déterminants et de pronoms, en particulier des démonstratifs et des possessifs. La distribution des formes des indéfinis n’offre pas la régularité de séries comme cet-/cel- ou mon/mien par exemple. Si certains indéfinis illustrent le même modèle (quelques/quelques-uns ; chaque/chacun), d’autres apparaissent comme indifférenciés (plusieurs, certains, aucun), rappelant en cela le système du latin, qui n’oppose pas, dans la morphologie, déterminants et pronoms. Cette hétérogénéité provient, pour une grande part, de l’origine des formes. Il faut en effet souligner que la famille des indéfinis du français n’est pas dans la continuité directe du latin. Dans la quasi-totalité des cas – il conviendrait d’excepter aucun, que l’on s’accorde à reconnaître comme un composé de aliquis et de unus, ou moult, qui continue multi – il y a création, à partir de formes latines qui n’ont pas une valeur d’indéfini, d’expressions qui ont été dotées des propriétés, sémantiques et syntaxiques, de cette catégorie. On peut considérer qu’il y a là des faits de grammaticalisation, dans la mesure où les changements sémantiques et syntaxiques s’opèrent en parallèle, dans un mouvement qui est habituellement interprété comme le passage du niveau lexical au niveau grammatical (dans le cas de certains ou de divers) ou du grammatical au « plus grammatical » (dans le cas de plusieurs et de quelques, par exemple). Ces particularités de la famille des indéfinis justifient, en quelque sorte, l’analyse diachronique ; la grammaticalisation peut en effet s’opérer en plusieurs étapes, les divers traits ne se créant que peu à peu dans des opérations de réanalyse successives. C’est un mouvement de ce type qui nous semble s’être produit pour plusieurs, comme nous allons essayer de le montrer.

1. L’origine latine

4La création d’une forme comme plusieurs ne doit pas être recherchée dans le domaine des indéfinis latins, mais dans celui des expressions comparatives, des marqueurs de degré. L’évolution, dans l’histoire du latin, de l’adverbe plus permet de comprendre les valeurs premières, du point de vue chronologique, de plusieurs. La forme plus est utilisée pour exprimer le degré dans le domaine quantitatif ; servant ainsi de comparatif à multum (« en grand nombre, nombreux »), elle peut être employée dans une fonction nominale, ou, en tant qu’adverbe, précéder un génitif (plus pecuniae « plus d’argent »). Dès l’époque classique, se manifeste un mouvement général qui prendra son plein développement avec la formation des langues romanes, le passage d’un système qualifié généralement de synthétique, qui va de pair avec la présence d’une déclinaison, à un système analytique, dans lequel les marques morphologiques cèdent le pas aux indices d’ordre syntaxique. L’évolution de l’adverbe plus, qui s’inscrit dans ce mouvement, est en fait double. La valeur de degré va permettre d’une part à plus de fonctionner devant un adjectif dans une construction comparative analytique : « Plus accompagnant un adjectif a tendu de bonne heure, comme magis, à remplacer le comparatif », écrivent Alfred Ernout et Antoine Meillet (1959, s. v. plus, p. 517), qui citent un exemple d’Ennius : plus miser sim. D’autre part, et ceci nous intéresse davantage ici, le pluriel à fonction nominale (plures) avait la possibilité, comme les autres formes de comparatif, d’exprimer la quantité « absolue », sans référence à une comparaison. Du point de vue sémantique, la valeur de ce type de comparatif est relativement étendue ; elle peut correspondre à la comparaison stricte, mais renvoyer également à l’adéquation plus ou moins grande à une norme et traduire ainsi le dépassement, l’excès. D’un plures signifiant « plus nombreux », on passe à un plures signifiant « assez/trop nombreux ». On remarquera que le contexte, restreint ou élargi, n’autorise pas toujours les levées d’ambiguïté ; sous l’entrée plures, le dictionnaire de Gaffiot (1934, s. v. plures) offre deux traductions pour un même extrait de Cicéron, et quidem pluribus locis : « et même sur passablement de points [ou] et même sur trop de points », la première renvoyant à la grande quantité, la seconde au dépassement d’une norme. Cette grammaticalisation du comparatif en intensif est bien attestée dans bon nombre de langues ; elle est rappelée par Alfred Ernout et François Thomas (1959, p. 167), qui notent que la forme en – ior « est proprement un intensif, en tout cas exprime une certaine force, d’importance du reste variable et non définie ». On comprend alors la formation de pluriores, comparatif de comparatif, si l’on peut dire. La forme simple plures ayant évolué vers l’expression de l’intensité, sans référence particulière à la quantité nombrable, il était nécessaire de disposer d’un nouveau comparatif, qui a été construit sur la modèle synthétique, avec le suffixe – ior. C’est ce que relève le dictionnaire étymologique d’Alfred Ernout et Antoine Meillet (loc. cit.) : « Quand le sens de comparatif eut ainsi disparu de plures, la langue tendit à lui bâtir un comparatif ; de là pluriora […] cf. le fr. plusieurs, qui suppose * plusiores. » C’est le résultat de cette évolution des formes latines qui nous paraît devoir être pris en compte dans l’explication de la valeur première de plusieurs.

2. Plusieurs et la comparaison

5La valeur comparative attachée à l’origine de plusieurs apparaît comme encore bien présente en ancien français. Dans certaines occurrences, peu nombreuses, il est vrai, mais significatives, l’adverbe entre dans une corrélation avec que, qui introduit un complément :

(1) El regne Deu, u alat il, par lui en vunt plusur que mil. (Saint Brendan, 1129)
  au royaume de Dieu, où il alla, grâce à lui vont plus que mille
(2) Franceis furent plusur que cil de Normandie (Wace, Roman de Rou, xiie siècle)
  ≈ les Français furent plus nombreux que ceux de Normandie

6Même en l’absence de la corrélation avec que, certains indices témoignent de cette valeur comparative. Ainsi, dans une variante du passage suivant :

(3) Malsfeiz veient millers plusurs var. : cent et plusurs (Saint Brendan, 1129)
  ils voient plusieurs milliers de diables   (cent et plus)  

7l’indéfini prend bien le sens de « et plus que mille ». On remarquera que ce type de contexte est des plus importants pour l’évolution de l’indéfini. La valeur qui va se développer, et qui est déjà plus ou moins présente dès les premiers textes, est celle d’une orientation à partir d’une unité, ce qui correspond à un aspect particulier du comparatif de supériorité. Le maintien de ce trait a sans doute été favorisé par la présence, jusqu’à la période du moyen français, de quelques formes synthétiques à suffixe ‑ieur, comme mendre « plus petit » ou graigneur « plus grand », fortement concurrencées par les formes analytiques, mais qui pouvaient encore être senties comme faisant partie d’une classe bien délimitée et homogène. Dans l’exemple suivant, de la fin du xive siècle, la coordination de graigneur et de plusieurs dans une construction comparative montre bien que ces tours n’ont pas tout à fait disparu, à une époque où les formes analytiques commencent à être fortement majoritaires :

(4) Ja m’avez fait honneurs greigneurs et plusieurs que je ne sui digne (Miracle, 1382)
  vous m’avez fait des honneurs plus grands et plus nombreux que je n’en suis digne

8Dans un fonctionnement identique à celui des quantitatifs maint et moult, la forme plusieurs peut s’utiliser devant un nom singulier. Cette caractéristique ne modifie pas fondamentalement l’expression du degré de comparaison. L’exemple suivant est en ce sens particulièrement intéressant :

(5) Pluisor maihnie trop possëons (multam nimis familiam possidemus) (Livre de Job, xiie siècle)
  nous possédons une famille trop nombreuse

9Dans ce contexte plusieurs se combine avec trop pour correspondre au latin multam nimis, syntagme qui renvoie à la grande quantité par le terme multam, mais également au dépassement d’une norme par l’adverbe nimis « trop », « plus qu’il ne faut ». Il y a bien, toujours présent, le renvoi à une gradation qui dépasse la simple indication quantitative.

10Dès l’ancien français, apparaissent des exemples dans lesquels une réanalyse semble s’opérer. Il est certes difficile de déterminer si plusieurs a déjà perdu, dans certains contextes, sa valeur de comparatif pour ne conserver qu’une valeur de quantificateur. Si dans un extrait comme :

(6) Parler savoit plusor langage (Rigomer)
  il savait parler plusieurs langues

11on peut encore percevoir une comparaison sous-jacente orientée à partir de l’unité (il savait parler plus d’une langue), en se fondant sur l’expérience de la situation « normale » qui fait qu’un individu connaît d’ordinaire une seule langue, qu’en est-il de :

(7) en la compaignie de pluisor gent (Saint Bernard, Sermons)
  en la compagnie de plusieurs personnes

12plusieurs pourrait renvoyer à un ensemble d’un grand nombre de personnes ? En effet, si plusieurs conserve toujours le trait d’orientation, il ne paraît pas limité, comme c’est le cas en français moderne, à la quantité faible. Un exemple comme :

(8) pluisor pont et mainte planche puis passai (Couronnement de Renard, xiiie siècle)
  je passai ensuite plusieurs ponts et maintes planches

13montre bien, par la symétrie avec mainte, que la notion de « plus d’un » peut tendre vers celle de « beaucoup ». Nous verrons plus loin que cette indétermination se maintient durant tout le moyen français.

14Il convient de signaler ici un développement sémantique, que l’on peut considérer comme parallèle au mouvement que nous sommes en train de décrire. Dans des contextes dont la particularité est liée à la nature du référent qualifié par plusieurs, la notion de diversité, de différence, va l’emporter sur celle de quantité :

(9) Fait sei porter en sa cambre ; plusurs culurs i ad peinz e escrites (Roland, 1080)
  il se fait porter dans sa chambre ; il y a plusieurs couleurs peintes et écrites
(10) tant robes de plusors façons, l’une a oiseax, l’autre a poissons, […] (Jean Renart, Le Roman de la rose, 1200)
  tant de vêtements de diverses sortes, l’un avec des oiseaux, l’autre avec des poissons

15De là le couplage fréquent, dans un binôme synonymique, avec divers :

(11) yceulx demandeurs avoient esté paiez par plusieurs et diverses annees (Charte, 1330)
  ces demandeurs avaient été payés pendant plusieurs et diverses années
(12) plusieurs rentes qu’ils avoient et prenoient sur plusieurs et divers lieux (Ibid.)
  plusieurs rentes qu’ils avaient et prenaient sur plusieurs et divers lieux
(13) comme a prester a usure en plusieurs et diverses manieres (Juvénal des Ursins, 1460)
  comme prêter à usure en plusieurs et diverses manières

16On remarquera au passage que l’évolution, à d’autres époques, de termes comme divers et différents s’est effectuée en sens inverse de celle-ci, conduisant de la notion de différence à la valeur quantitative et à l’approximation.

17L’orientation à partir de l’unité, issue de la valeur première de comparatif, se laisse toujours clairement percevoir dans deux grands types de contextes, qui caractérisent l’emploi de plusieurs durant toute l’histoire du français. Il s’agit d’abord des cas où le contraste entre plusieurs et l’unité est explicité, ce qui est exprimé n’étant pas tant une approximation sur une quantité (grande ou faible) que la différence entre les deux ensembles mis en parallèle. Ainsi dans les deux exemples suivants :

(14) et leur ordonnez ung seul beuvrage nourrissant soit vin ou autre, et non de plusieurs (Ménagier de Paris, 1391)
  et ordonnez-leur de prendre un seul breuvage nourrissant, soit du vin soit autre chose, et non plusieurs
(15) Deus lur rendist enfanz plusurs pur cel enfant qu’il li ourent dune. (Livre des Rois, 1150)
  Dieu leur rendit plusieurs enfants en échange de cet enfant qu’ils lui avaient donné

18le nombre de breuvages ou le nombre d’enfants importe-t-il moins que l’opposition qui est établie entre la pluralité et l’unité. Ce qui est mis en saillance dans ces exemples, c’est le fait de boire un seul type de breuvage, d’avoir donné un seul enfant. Il en va de même dans ces extraits :

(16) plusieurs testes congnoissent plus que une ou que deux, (Bueil, 1461)
  plusieurs têtes ont plus de connaissance qu’une ou deux
(17) par la mauvaistié de ung ou de deux, ne se doit laisser à faire plaisir à plusieurs. (Commynes, 1489)
  en raison de la méchanceté d’une ou deux personnes on ne doit pas manquer de faire plaisir à plusieurs

19On remarquera que ces types de contextes ne permettent guère de déterminer à quel type de quantité renvoie l’indéfini. Le contraste avec l’unité pourrait faire penser que plusieurs va être entraîné vers l’expression de la faible quantité (il suffit de dépasser un pour que plusieurs soit possible) et cela semble bien être le cas dans (17), mais, dans l’exemple (16), l’indéfini pourrait être interprété comme un équivalent de « beaucoup de », de « nombreux ».

20Il en va de même dans la deuxième configuration où plusieurs s’oppose à l’unité ; la différence avec le cas précédent réside dans le fait que les référents évoqués apparaissent normalement, de par leur nature même, sous l’aspect de l’unité. Dans l’exemple suivant :

(18) et que chascun arc ait plusieurs cordes et des flesches en grand et bon (Bueil, 1461)
  et que chaque arc ait plusieurs cordes et des flèches en grande quantité

21il est intéressant de noter l’opposition entre plusieurs (un arc n’a qu’une corde) et l’expression en grand appliquée aux flèches. Dans le passage :

(19) la dame i fist metre un lit grant et merveilleux, et i fist metre coutes pointes plusors (La Queste del Saint Graal, 1220)
  la dame y fit installer un très grand lit et y fit mettre plusieurs courtepointes

22le choix de plusieurs semble motivé par le fait qu’un lit ne comporte ordinairement qu’une courtepointe et que l’événement décrit se distingue des situations habituelles. Nous citerons encore l’exemple suivant, dans lequel l’indéfini s’oppose à l’unité de l’ensemble, caractéristique d’un individu, que constituent les deux mains, le personnage étant entraîné vers le ciel par plusieurs anges :

(20) Lors sent il plusors mains qui le prennent et l’emportent. (Ibid.)
  alors il sent plusieurs mains qui le prennent et l’emportent

3. La question de la quantité

23L’évolution de l’expression de la comparaison vers celle de la quantité indéterminée ne semble donc pas, dans un premier temps du moins, entraîner obligatoirement la notion de quantité faible, qui ne deviendra un trait pertinent qu’après le moyen français. Si, comme nous l’avons vu, la valeur de « plus que l’unité », inhérente à plusieurs, est parfois réservée à des référents peu nombreux, cela est loin d’être une règle générale. Les textes de moyen français fournissent de nombreux exemples qui montrent bien que plusieurs peut renvoyer à la grande quantité. Les contextes les plus clairs sont ceux dans lesquels l’indéfini est associé à d’autres expressions quantitatives qui signalent sans ambiguïté le grand nombre. C’est par exemple le cas de maint ; dans des passages comme :

(21) Et a touz sains et toutes saintes, dont il y a plusieurs et maintes (Miracle, 1369)
  et avec tous les saints et toutes les saintes, dont il y a plusieurs et beaucoup
(22) Mais ce meurdrier, qui a meurdrie plusieurs hommes et mainte femme (Régnier, 1432)
  mais ce meurtrier, qui a tué plusieurs hommes et maintes femmes
(23) Et de ceulx qui ont fait maintes cruaultez et plusieurs grans desloyautez (Pisan, 1400)
  et de ceux qui ont fait maintes actions cruelles et plusieurs grandes actions déloyales

24on ne voit guère de différence entre les valeurs des deux formes, qui semblent bien correspondre toutes deux à la grande quantité. La forme moult peut également être mise en parallèle avec plusieurs :

(24) Quant uns granz biens est mult oïz, dunc a primes est il fluriz, e quant loëz est de plusurs, dunc ad espandues ses flurs. (Marie de France, 1160)
  quand un grand bien est très entendu, d’abord c’est qu’il a fleuri ; et quand il est loué par plusieurs personnes, alors il a répandu ses fleurs

25La relation synonymique est du même ordre avec des expressions comme en grande quantité, en grand nombre, ou avec l’adverbe assez, qui a encore sa valeur intensive :

(25) et tenoit places et souldoyers assez et plusieurs (La Marche, 1470)
  et il possédait des places fortes et des soldats en grand nombre et plusieurs
(26) se tenoient és bois plusieurs pauvres gens, et en grant quantité (Ibid.)
  se tenaient dans les bois plusieurs pauvres gens, et en grande quantité
(27) la pluspart des officiers d’icelluy duc, comme son chancellier, son procureur general, le capitaine de sa garde et autres plusieurs en grant nombre (Roye, 1460)
  la plupart des officiers de ce duc, comme son chancelier, son procureur général, le capitaine de sa garde, et plusieurs autres en grand nombre

26Plusieurs peut même se rapprocher de l’expression de la totalité dans un contexte comme :

(28) Plusieurs et presques tous les gens de guerre ont retrait de mesnages (Juvénal des Ursins, 1460)
  plusieurs et presque tous les gens de guerre sont partis de chez eux

27Un autre contexte va dans le même sens ; il est constitué d’une énumération qui développe, explicite, un syntagme nominal collectif :

(29) et y sont venus a cause de ce plusieurs estrangiers, tant Escossois, Espaignolz, Lombars, Arragonnois, et gens de toutes nacions estranges (Ibid.)
  et y sont venus à cause de cela plusieurs étrangers, Écossais, Espagnols, Lombards, Aragonais, et gens de toutes les nations étrangères

28Dans la plupart des cas, c’est l’interprétation générale du passage, la prise en compte de la combinaison d’indices divers, qui permet de faire pencher l’interprétation vers l’expression de la grande quantité. Dans des exemples comme :

(30) comme cil qui a cele hore estoit preus et vistes, si le menoit tantost jusqu’a oltrance, et c’estoit la chose par coi plusor chevalier doutoient a entrer contre lui en champ, se ne fust aprés ore de midi. (La Mort Artu, 1230)
  comme celui qui était alors vaillant et habile, il le menait aussitôt à toute extrémité et c’était pour cela que plusieurs chevaliers craignaient d’entrer en lice contre lui, si ce n’était après l’heure de midi
(31) Oïl, car mult est proz. En plusurs gestes de lui sunt granz honurs (Roland, 1080)
  oui, car il est très vaillant. Dans plusieurs de ses exploits il y a de grands honneurs

29la vaillance du chevalier se mesure au nombre important d’adversaires qui craignent de se mesurer à lui ou d’actes de bravoure qu’il a accomplis. L’amplification épique s’accommoderait mal d’une interprétation qui restreindrait plusieurs à l’expression de la quantité faible. Dans un tout autre genre, celui de la littérature didactique, la formulation de sentences, de vérités générales, peut également orienter la lecture de l’indéfini vers la grande quantité. Cela nous semble être le cas dans l’extrait suivant, illustration d’un point de vue qui oppose le petit nombre des sages et la multitude des peu « habiles » :

(32) Plusieurs retiennent bien en memoire les paroles mais ilz n’ont pas l’entendement des paroles (Daudin, 1360)
  plusieurs conservent bien en mémoire les paroles, mais ils ne comprennent pas les paroles

30Il n’en reste pas moins que, dans bon nombre de cas, le type de quantité exprimé par l’indéfini demeure indéterminé ; l’approximation reste entière, seule se maintient l’orientation à partir de l’unité. Comment interpréter par exemple :

(33) et adonques dist uns parenz monseignor Yvain, si que plusor le porent oïr : « Sessoigne est apovriee de son meillor oir ! » (La Mort Artu, 1230)
  et alors un parent de Monseigneur Yvain dit, de sorte que plusieurs purent l’entendre : « Le pays des Saxons a perdu son meilleur descendant ! »

31Ou :

(34) Adont se fichent li sergent par les riches tentes notables, et plusieurs se sirent aux tables, qui de mengier mestier avoient, car viandes assez y voient (Pisan, 1400)
  alors les serviteurs s’installent dans les grandes tentes somptueuses, et plusieurs, qui avaient besoin de manger, s’assirent aux tables, car ils y voient beaucoup de nourriture

4. Vers la quantité faible

32On est ainsi en droit de se demander quels sont les facteurs qui ont conduit à ce qu’on peut considérer comme un changement dans le type d’approximation qui caractérise une forme comme plusieurs. Comme nous venons de le voir, le trait « orientation à partir de l’unité », dérivé de la valeur comparative initiale, semble toujours présent et constitue déjà, à lui seul, une propriété qui permet d’isoler plusieurs dans la famille des indéfinis, l’approximation que cette forme exprime étant, si l’on peut dire, moins large que celle qui est contenue dans certains ou dans divers, par exemple. Il y a bien là le résultat d’un processus de grammaticalisation : du point de vue syntaxique, plusieurs perd son statut d’adjoint pour prendre celui de déterminant nominal, alors que, sémantiquement, l’expression du degré qu’implique le comparatif se retrouve dans une présupposition d’orientation sur un vecteur. Une deuxième étape, dont l’accomplissement pourrait être situé à la fin du moyen français, concerne le type de quantité auquel renvoie plusieurs. La modification ne paraît pas comporter d’aspects syntaxiques, seul le sémantisme de l’expression se restreignant et ne couvrant plus l’ensemble des degrés qui vont de l’unité à la quasi-totalité d’un ensemble. Nous avons vu plus haut que certains contextes ou, tout simplement, le sens de certains substantifs, constituaient des facteurs favorables à cette évolution. Nous en ajouterons deux autres qui nous semblent aller dans la même direction.

33La valeur quantitative de l’indéfini conduit fréquemment, de façon assez naturelle, à la construction d’une séquence plusieurs de + N, qui permet d’expliciter l’ensemble dont plusieurs extrait une sous-partie. Comme on peut s’y attendre d’après ce que nous avons observé plus haut dans les textes d’ancien français, le contexte de la plupart des exemples ne permet pas de décider s’il y a une orientation vers la grande quantité. L’indéfini conserve, dans cet emploi partitif, la même valeur d’approximation. On peut certes parfois constater, dans certains énoncés, la présence d’un contexte général dans lequel des expressions intensives orientent vers la référence à la grande quantité. Dans le passage qui suit, c’est l’adverbe fortement qui constitue un indice favorisant une telle interprétation :

(35) Nostre Sire s’en desdeignad forment, si ocist plusurs del pople. (Livre des Rois, 1150)
  Notre Seigneur s’en irrita fortement, ainsi tua-t-il plusieurs du peuple

34Dans l’extrait suivant, les qualités du prédicateur, sa sainteté, ses vertus, sur lesquelles insiste tout le texte, ne peuvent s’accorder qu’avec une interprétation de plusieurs comme un synonyme de moult ou de maint :

(36) La par sa predicacion a voie de salvacion plusieurs du pais attraira (Miracle, 1367)
  là, par sa prédication, il en conduira plusieurs sur la voie du salut

35Ces indications contextuelles sont loin d’être toujours présentes, et on ne voit guère comment déterminer avec exactitude le type de quantification de plusieurs dans cette phrase :

(37) La nuit reposerent un poi, mes a plusors d’eus ne fu joi, car sempres les estut lever quant il virent l’aube crever. (Roman de Thèbes, 1150)
  ils se reposèrent un peu pendant la nuit, mais plusieurs d’entre eux n’éprouvèrent pas de joie, car il leur fallut se lever aussitôt qu’ils virent l’aube paraître

36Il faut en fait attendre le moyen français pour voir se multiplier les exemples dans lesquels une opposition s’établit entre la totalité – considérée comme numériquement importante – et le sous-ensemble déterminé par plusieurs, qui renvoie alors, par contraste, à la faible quantité. Cette mise en regard de l’ensemble et d’une sous-partie peut d’ailleurs se réaliser, d’une façon plus générale, en dehors de la construction syntaxique avec complément introduit par de, dans des enchaînements discursifs, des configurations de parataxe, par exemple. D’où des séquences comme : tous / moult / maints… plusieurs, qui conduisent à interpréter plusieurs comme un marqueur de quantité faible. On voit nettement dans ce passage :

(38) et à tout le moins leur fault il estre plus sur leur garde, car qui de plusieurs est hay, de tous se fault garder (Pisan, 1412)
  et à tout le moins il leur faut être davantage sur leur garde, car celui qui est haï de plusieurs doit se garder de tous
(39) Il appartient a mon euvre et estude lire moult de livres afin que de plusieurs je prende diverses fleurs, (Daudin, 1360)
  je dois lire beaucoup de livres afin que de plusieurs je tire un bénéfice

37La faible quantité, dans son opposition à la grande quantité, est ici mise en saillance. Ce qui est pertinent, c’est que l’on soit haï d’un petit nombre de personnes et non pas seulement d’un certain nombre indéterminé ; de même, dans le deuxième exemple, l’accent est-il mis sur le grand nombre de livres que l’on doit lire pour n’en trouver que quelques-uns qui soient profitables.

38On relève également, dès l’ancien français, un autre contexte très précis, qui peut être considéré comme une réalisation du type d’opposition que nous venons d’observer. Le contraste s’établit entre plusieurs et la forme précédée de l’article : li plusieurs, correspondant en quelque sorte à un superlatif, avec le sens de « la plupart », la plus « grande partie ». Ce syntagme, utilisé d’ordinaire en fonction de sujet, ce qui explique la forme li de l’article, a un fonctionnement pronominal, mais il peut aussi être adjoint, antéposé ou postposé, au nom ; l’indéfini tous vient parfois s’ajouter à ce groupe indéfini :

(40) Cil de la vile li plusor vont as creniaus monter por les Troïens esgarder (Énéas, 1150)
  la plupart de ceux de la ville montent aux créneaux pour regarder les Troyens
(41) et si escuier li pluisor voient l’enfant qui est a vendre (Gautier d’Arras, Éracle, 1180)
  et la plupart de ses écuyers voient l’enfant qui est à vendre
(42) Et parloient moult diversement li pluisseur Englois sus ceuls qui donné avoient ce consel (Froissart, 1395)
  et la plupart des Anglais parlaient de diverses façons de ceux qui avaient donné ce conseil
(43) La ot petit de dras de laine, tuit li plusor furent de soie (Béroul, Tristan, 1180)
  là il y avait peu de draps de laine, la plupart étaient de soie
(44) et li baron tuit li plusor venu li sont aidier, (Énéas, 1150)
  et la plupart des barons sont venus lui porter secours

39Dans l’exemple suivant, nous retrouvons un contraste identique à celui que nous avons examiné plus haut, l’opposition étant établie entre le petit nombre de personnes sages et la multitude des insensés :

(45) Si va cascune creature : pluisor en usent conme sage, et li pluisor a lor damage. (Gautier d’Arras, Éracle, 1180)
  ainsi va chaque créature : plusieurs agissent comme des sages, et la plupart à leur détriment

40La forme li plusieurs est relativement rare en moyen français et on peut estimer qu’elle ne survit que comme archaïsme. Ce type d’enchaînement est ainsi remplacé par des séquences contenant d’autres indéfinis, mais la relation sémantique entre les marqueurs reste toujours identique. Il nous semble possible de considérer que ce contexte de contraste – présent dès l’ancien français –a joué un rôle important dans l’évolution sémantique de plusieurs vers la quantité faible. Un effet de routine discursive a pu se créer, qui a contribué à associer l’indéfini à l’opposition plus ou moins explicite avec le grand nombre ou la notion de totalité. Comme c’est le cas dans les opérations de réanalyse et d’analogie, la forme se charge en quelque sorte des valeurs contextuelles, qui entrent finalement dans sa composition sémantique en langue. Si l’on retrouve là une des caractéristiques de la grammaticalisation, il resterait à définir les modalités de l’évolution syntaxique – le passage de la catégorie d’adjoint à celle de déterminant – et la façon dont elles s’articulent avec les changements sémantiques que nous venons de décrire.

 

41En conclusion, il nous paraît pertinent de comparer le cas de plusieurs et celui de quelque(s). Comme nous l’avons rappelé dans notre introduction, ces deux indéfinis se différencient par leur orientation par rapport à l’unité. La question se pose alors de savoir comment quelque(s) acquiert les deux traits – l’expression de la quantité faible et l’orientation – qui le caractérisent. L’origine de quelque(s) n’a aucun point commun avec celle de plusieurs. Le point de départ de l’expression est constitué de la structure corrélative quel N que (ce soit) / quelque (N) que (ce soit), qui exprime l’indéfini non spécifique : un N quel qu’il soit. Ceci conduit, de façon naturelle, à une valeur première qui est celle de la quantité faible. On notera d’ailleurs que le pluriel quelques ne se développe réellement qu’en moyen français. Il faut signaler que l’évolution sémantique de quelque est caractérisée d’autre part par un changement important, qui relève d’un autre domaine sémantique, qui conduit de l’indéterminé non spécifique à l’indéterminé spécifique, de « un, quel qu’il soit » à « un, que l’on ne peut identifier ». Si l’on ne prend pas en compte la question de la spécificité, question qui ne se pose pas pour plusieurs, il est possible de considérer que l’évolution sémantique de quelques suit un chemin inverse à celui de plusieurs ; ce qui est premier, dans le cas de quelque(s), c’est l’acquisition de la valeur de quantité faible, le trait orientation, de l’ensemble vers l’unité, venant s’ajouter dans une seconde étape, alors que plusieurs, nous l’avons vu, marque d’abord l’orientation, l’expression de la quantité faible ne se systématisant que par la suite. Il resterait à se demander si les différences morphosyntaxiques, la création de l’opposition quelques / quelques-uns n’ayant pas son équivalent du côté de plusieurs, sont en relation avec les évolutions sémantiques différentes.

Bibliographie

Bacha Jacqueline, 1997, « Entre le plus et le moins : l’ambivalence du déterminant plusieurs », Langue française, no 116, p. 49-60.

Buridant Claude, 2000, Grammaire nouvelle de l’ancien français, Paris, SEDES.

Combettes Bernard, 2004, « Quelque : aspects diachroniques », Scolia, no 18, p. 9-40.

— 2006, « Grammaticalisation et parties du discours : la différenciation des pronoms et des déterminants en français », À la quête du sens, C. Guillot, S. Heiden et S. Prévost éd., Lyon, ENS Éditions, p. 123-135.

Ernout Alfred et Meillet Antoine, 1959, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck.

Ernout Alfred et Thomas François, 1959, Syntaxe latine, Paris, Klincksieck.

Gaatone David, 1991, « Les déterminants de la quantité peu élevée en français. Remarques sur les emplois de quelques et plusieurs », Revue romane, no 26, p. 3-13.

Gaffiot Félix, 1934, Dictionnaire illustré Latin-Français, Paris, Hachette.

Gondret Pierre, 1976, « Quelques, certains, plusieurs, divers : étude sémantique », Le français moderne, no 44, p. 143-152.

Lehmann Christian, 2002, « The Latin nominal group in typological perspective », Theoretical Perspectives in Latin Linguistics, M. Bolkenstein et al. éd., Amsterdam, Benjamins, p. 203‑232.

Marchello-Nizia Christiane, 1995, L’évolution du français, Paris, Armand Colin.

— 2006, Grammaticalisation et changement linguistique, Bruxelles, De Boeck.

Martins Maria-Cristina, 2003, « Configurationalité et non-configurationalité en latin », Latin vulgaire, latin tardif, S. Herkki et al. éd., Hildesheim, Olms Weidmann, p. 555-567.

Riegel Martin, Pellat Jean-Christophe et Rioul René, 2009, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

Schnedecker Catherine, 2002, « Quelqu’un : la bonne à tout faire des pronoms dits indéfinis ? », Verbum, vol. 24, no 4, p. 375-398.

— 2003, « Quelques-uns “partitif” : approche sémantico-référentielle », Bulletin de la société linguistique de Paris, no 98, p. 197-227.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540