Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Connexion et indexation

 | 
Laure Sarda
, 
Denis Vigier
, 
Bernard Combettes

Partie 2. Référence, anaphores, indexicaux

La locution adverbiale en personne : un avatar des noms généraux d’humains

Catherine Schnedecker

Texte intégral

  • 1 Cela concerne les emplois au singulier, comme nous le montrons dans notre travail plus global (Sch (...)

1Cette étude participe d’un travail plus global portant sur les N généraux susceptibles de référer à la personne humaine, que sont personne, individu, homme versus femme. Dans ce groupe de noms, celui de personne ne paraît pas le meilleur candidat au titre d’hyperonyme. En effet, trois types d’emplois du N1 montrent que son référent ne s’assimile ou ne se confond pas d’office au référent humain, disons dans sa globalité. Parmi les emplois, on relèvera les constructions qui dissocient une « facette » ou un aspect du référent du référent lui-même :

– la modification de personne par un adjectif comme humaine, dont le caractère tautologique mis en avant par le Trésor de la langue française informatisé (TLFi) est loin d’être convaincant :

1) [Expr. tautologique qui insiste sur l’appartenance au genre humain] Individu de l’espèce humaine qui se distingue du simple individu biologique et a droit à la considération parce que doué d’une conscience morale. Synon. l’être humain. Épanouissement, exaltation, liberté, primauté, respect, unité de la personne humaine. […] Les prisonniers demandaient qu’on respectât en eux la personne humaine et qu’on les nourrît correctement, moyennant quoi ils consentaient à travailler sans trop de répugnance (ambrière, Gdes vac., 1946, p. 189).
2) […] faire le deuil d’un animal familier, même profondément aimé, est plus rapide et plus facile que pour une personne humaine proche. (Anny Duperey, Les Chats de hasard, 1999)
  • 2 Emplois qui dans le corpus constitué pour notre étude (2015) s’élèvent à 10,5 %.

– les emplois possessifs ma/ta/sa personne2 :

3) Un jour, dans un restaurant de Charlottenburg, je fis la connaissance d’un homme d’affaires, fort séduisant, bien mis de sa personne (Régine Robin, Cybermigrances : traversées fugitives, 2004)
4) Pétain, lui, n’a jamais eu un cri venant du cœur, il a cru avoir tout donné en faisant don de sa personne. (Jeanne Pouquet, Journal sous l’Occupation en Périgord, 1942-1945, 2006)
3a) * Un jour, dans un restaurant de Charlottenburg, je fis la connaissance d’un homme d’affaires, fort séduisant, bien mis de lui.
4a) ?? Pétain, lui, n’a jamais eu un cri venant du cœur, il a cru avoir tout donné en faisant don de lui.

– les constructions prépositionnelles en personne / en la personne de :

5) Ils m’expliquent : monsieur Leturdu, le grand patron du secteur production-transport, mon patron donc, a téléphoné, en personne, gentil, très, compatissant, attentif, encourageant. (Luc Lang, Les Indiens, 2001)
6) Je me souviens de Fachleitner, coureur cycliste des années cinquante, natif ou habitant de Manosque, qui dut à une intervention de Jean Giono en personne auprès de Jacques Goddet de participer au Tour de France en 1952. (Gérard Genette, Bardadrac, 2006)
7) Or, tout à coup, en place d’un Poujade simplement populiste, l’extrême droite se découvrit un leader charismatique et sulfureux en la personne de Jean-Marie Le Pen. (Simone Veil, Une vie, 2007)
  • 3 Voir Molinier (2003), Nøjgaard (1995, § 444 et 966).
  • 4 Pour une étude récente, voir Corteel et Van Peteghem (2012).

2C’est la locution adverbiale en personne qui va nous intéresser ici. Elle n’a, en effet, à notre connaissance, pas été étudiée, moins en tout cas que les synonymes que lui prêtent les dictionnaires, à savoir les adverbes personnellement3 ou en chair et en os (réputé familier) ainsi que le pronom complexe lui-même4 :

5a) Ils m’expliquent : monsieur Leturdu, le grand patron du secteur production-transport, mon patron donc, a téléphoné, personnellement, gentil, très, compatissant, attentif, encourageant.
5b) Ils m’expliquent : monsieur Leturdu, le grand patron du secteur production-transport, mon patron donc, a téléphoné, en chair et en os, gentil, très, compatissant, attentif, encourageant.
5c) Ils m’expliquent : monsieur Leturdu, le grand patron du secteur production-transport, mon patron donc, a téléphoné, lui-même, gentil, très, compatissant, attentif, encourageant.

3Par ailleurs, son rôle dans l’énoncé n’a rien d’évident. Compte tenu du fait que son absence (5d) ne semble guère préjudiciable à l’énoncé ni n’en modifie la valeur de vérité, on peut se demander ce qu’elle lui apporte véritablement et, surtout, ce qu’elle provoque référentiellement :

5d) Ils m’expliquent : monsieur Leturdu, le grand patron du secteur production-transport, mon patron donc, a téléphoné, gentil, très, compatissant, attentif, encourageant.

4C’est à cette question que nous allons essayer de répondre. Nous commencerons par interroger le statut polylexical de la locution, puis ses rôles en tant qu’élément adverbial. Ensuite, nous envisagerons les contraintes syntaxiques et sémantiques pesant sur son emploi, ce qui nous aidera à la distinguer de ses équivalents adverbiaux, d’une part, et à préciser son statut, d’autre part.

5Notre étude s’appuiera sur un corpus de 199 occurrences d’en personne (désormais EP), correspondant à la totalité de celles que nous avons collectées dans Frantext de 1980 à 2010. Nous en écartons les cas où EP suit un N abstrait comme laideur en (8) et se paraphrase par incarné ou personnifié :

8) Par exemple de Mère Marie Vianney dont les verres de lunettes sont si épais, je pense d’abord qu’elle est la laideur en personne, puis je l’entends chanter, et […] sa voix merveilleuse contredit complètement le manque de grâce de son visage […]. (Jocelyne François, Joue-nous « España », 1980)

1. En personne : une locution adverbiale

  • 5 « En personne est invariable : Ils y sont allés en personne (Ac.) » (Grevisse 1993, § 499, b).

6Les tests exploités ordinairement dans la littérature (voir Gross 1996, Lamiroy éd. 2009) pour démontrer le caractère figé d’une locution s’appliquent parfaitement à en personne qui est réfractaire à l’alternance paradigmatique, comme le montrent ci-dessous l’impossibilité d’en modifier le N (9), la préposition (10), de pratiquer l’insertion (11) ou l’adjonction (12), et enfin, l’irrégularité morphosyntaxique (13)5 (Lamiroy éd. 2009, p. 17 et suiv.) :

9a) Paul a téléphoné en personne
9b) * Paul a téléphoné {en individu / en homme}
10) * Paul est venu dans la personne
11) # Paul a téléphoné en bonne personne / en personne avisée
12) # Paul a téléphoné en personne qui a de la jugeote
13) Le vestibule, l’escalier, les décors d’armures, sont tout juste tels qu’ils étaient. Voici, en personne, les huissiers qui, naguère, faisaient le service. (Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, 1956)

7Ce comportement d’EP a été différent par le passé, à en juger certains énoncés émanant d’états plus anciens de la langue, qui montrent qu’EP était un constituant plus libre sur le plan syntaxique qu’actuellement :

14) Un jour il voulut visiter son pais de Picardie en personne royale, portant toutesfois sa privauté accoustumée. (Bonaventure Des Périers, Nouvelles récréations et joyeux devis, 1558)

2. En personne : un adverbe focalisateur (Molinier et Levrier 2000)

8Du point de vue de son statut d’adverbial, EP relèverait, d’après Christian Molinier et Françoise Levrier (2000, p. 273 et suiv.), au même titre que personnellement étudié par les auteurs, de la catégorie des adverbes focalisateurs qui vérifient selon eux les propriétés suivantes :

– ils sont inacceptables en position détachée à l’initiale d’une proposition négative :

15) En personne, Paul n’a pas téléphoné

– ils refusent l’extraction en c’est… que sauf si le SN qu’ils accompagnent fait partie du bloc extrait :

16) ? C’est en personne que Paul a téléphoné
17) C’est Paul en personne qui a téléphoné

9Trois autres propriétés (ibid., p. 287-290) singularisent personnellement focalisateur et, partant, en personne :

– ils accompagnent un GN humain en position d’actant (18-21) :

18) Le ministre a personnellement reçu Max. (Ibid., p. 287, exemple 1)
19) Le ministre en personne a reçu Max. (Exemple 4)
20) Max a rencontré le ministre en personne. (Exemple 5)
21) Max a remis la lettre au ministre en personne. (Exemple 6)

– ils figurent toujours à droite du SN concerné (22-27) :

22) Max personnellement a reçu Luc. (Ibid., p. 288, exemple 7)
23) Max a personnellement reçu Luc. (Exemple 8)
24) Max a reçu Luc personnellement. (Exemple 9)
25) Max en personne a reçu Luc.
26) Max a en personne reçu Luc.
27) Max a reçu Luc en personne.

– ils peuvent se déplacer à droite du verbe ou d’un SN objet (28-35) :

28) Max personnellement a étudié le dossier. (Exemple 10)
29) Max a personnellement étudié le dossier. (Exemple 11)
30) Max a étudié personnellement le dossier. (Exemple 12)
31) Max a étudié le dossier personnellement. (Exemple 13)
32) Max en personne a étudié le dossier.
33) Max a en personne étudié le dossier.
34) Max a étudié en personne le dossier.
35) Max a étudié le dossier en personne.

3. Précisions complémentaires

10Notre étude de corpus permet d’affiner le propos et de montrer notamment qu’EP connaît des emplois plus étendus sur le plan syntaxique et plus contraints sur le plan sémantique qu’il n’est suggéré.

3.1. Cas de détachement

11Le détachement, en effet, se manifeste, bien que très minoritairement, dans notre corpus, et plus généralement dans Frantext qui ne fait état que de 51 occurrences de la construction (i). Mais il n’en existe pas moins. Il serait même, semble-t-il, en augmentation au cours des xxe et xxie siècles où se concentre plus de la moitié des emplois relevés :

i) …, en personne,…
36) Mince ! Mince ! Professeur Ozias, en personne, dans l’encadrement de la fenêtre, le bras passé entre les barreaux […]. (Luc Lang, Les Indiens, 2001)
37) Il n’y a qu’une chose de sûre, c’est que Churchill, en personne, informé des soupçons qui pesaient sur un personnage peut-être aux ordres de Franz von Papen, exigea qu’on s’abstînt. (Jean d’Ormesson, Le Bonheur à San Miniato, 1987)

3.2. Cas de position initiale

12Quant à la position initiale, elle est encore plus rare que le détachement. Notre corpus n’en atteste qu’une occurrence (38) :

38) L’Empereur lui aussi a failli venir et puis le temps lui a manqué ; des années plus tard, c’est son petit-neveu qui a débarqué. En personne, il a tenu à décorer l’arrière-grand-mère de Monsieur. (Maurice Rheims, Les Greniers de Sienne, 1987)

13Cette caractéristique syntaxique distingue EP de personnellement employé comme « disjonctif de style » (Molinier et Levrier 2000, p. 72 et suiv.) ou « illocutoire restrictif » (Nøjgaard 1995, § 444) dans des énoncés qui excluent EP :

39) Personnellement, je ne me sens pas bien / j’aime les épinards / je trouve que tu exagères. (Nøjgaard 1995, § 444)
40) Personnellement, je suis inquiet. (Molinier et Levrier 2000, p. 72, exemple 1)
41) En personne, je ne me sens pas bien / j’aime regarder les JO à la TV / je trouve que tu exagères
42) En personne, je suis inquiet

3.3. EP : une préférence pour la fonction de sujet

14La répartition des fonctions syntaxiques des éléments auxquels s’adjoint EP aboutit au tableau suivant :

Tableau 1 – Répartition des fonctions syntaxiques de prédilection d’EP.

Fonctions Sujet Agent Attribut Apposition CO SP CDN
pourcentage 58 % 7 % 5 % 7 % 15 % 5 % 3 %

15La fonction sujet (43) domine massivement, dans 58 % des cas – 63 % si on y ajoute celle de complément d’agent (44) :

43) Quelques jours plus tard, Christian en personne m’attendait au même endroit. (François d’Eaubonne, L’Indicateur du réseau, 1980)
44) C’est inopinément que je fus convoqué, et par La Betterave en personne, « au bureau du proviseur ». (Maurice Genevoix, Trente mille jours, 1980)

16Très loin derrière, la fonction d’objet arrive en seconde position avec 15 % des cas (45), suivie de celles d’attribut (46) et d’apposition (12 % au total) (37, supra). Les compléments secondaires (5 %) et adnominaux (3 %) figurent en dernière position :

45) Je reconnus alors, déambulant sur le pont, le Keznadar en personne, le ministre des Finances du Dey d’Alger ! (Michel de Grèce, La Nuit du sérail, 1982)
46) Mon premier client fut le sous-directeur en personne. Test. Général qui, malgré sa grande fatigue et l’heure tardive, prend la peine de faire le tour du campement […]. (Jean-Luc Benoziglio, Cabinet-portrait, 1980)
47) Liselotte se retrouva à la table du maître de maison, avec monsieur Veerham en personne à sa droite, et John Harvey à sa gauche. (Laura Benjamin, L’Opéra du fond des mers, 1983)

17Cette préférence pour la fonction de sujet appelle deux commentaires. Premièrement, elle semble tellement prégnante que, même dans un cas comme (27) vu plus haut, où EP suit le N du second personnage, ce qui en fait théoriquement un attracteur possible pour la locution adverbiale, on interprète, toutes choses égales par ailleurs, que c’est bien Max qui a reçu Luc :

48) Max(i) a reçu Luc en personne(i)

18C’est ce qui explique aussi pourquoi (49) – et nous aurons l’occasion d’y revenir – peut prêter à ambiguïté ; en raison de la prépondérance de la fonction sujet d’EP, on peut comprendre que le locuteur se déplace en chair et en os chez Tzara, aussi bien que le locuteur se rend chez Tzara lui-même :

49) Avec quelques ‘collègues’ je rendis quelquefois visite à Tzara en personne ; petit homme vilain, très vilain à voir ; très sarcastique ; heureux de voir l’attraction que son personnage méphistophélique exerçait sur ces jeunes benêts […]. (Jacques Roubaud, Poésie, 2000)

3.4. Une préférence pour certains types de SN et de N

  • 6 Nous avons également trouvé ceci, hapax dans notre corpus : « Si jamais j’en avais douté, je devai (...)

19Parallèlement à ce que précisent Molinier et Levrier (p. 287) à propos de personnellement, EP est pareillement sélectionné par des noms d’humains (NH), mais notre corpus montre des cas où le N modifié par EP est un N d’entité non humaine (nom d’administration dans l’exemple 50) qui renvoie par métonymie aux humains6 :

50) Nous les attendons avec la curiosité que l’on devine ; il s’agit de Mrs. Tornbull (« l’Intelligence Service en personne », dit le colonel Leprêtre), une Anglaise arrêtée au Maroc […]. (Pierre Mendès-France, Œuvres complètes, t. 1, S’engager, 1922-1943, 1984)

20Cela étant, le trait [+ hum], s’il est une condition nécessaire, n’est pas pour autant suffisant comme le montrent (51), qui paraît difficilement interprétable, ou (52) qui n’est pas des plus heureux :

51) ? {Un homme / quelqu’un / un quidam} est venu lui ouvrir la porte en personne
52) * Le concierge en personne est venu lui ouvrir la porte

3.4.1. Une contrainte sur certains types de NH

21De fait, deux types de NH se manifestent principalement aux côtés d’EP dans notre corpus : des noms propres (voir infra pour les variantes), à 46,5 %, et des noms de fonctions dans 22 % des cas (57-58).

3.4.1.1. Les noms propres

22Pour les noms propres, les séquences représentées sont les suivantes (énumérées par ordre de fréquence décroissant) :

– (titre) + patronyme (14 %) :

53) « Le meilleur peintre de Florence n’est jamais allé à Florence », c’est Balzac en personne qui me souffle cette réponse. (Maurice Genevoix, Trente mille jours, 1980)
54) « […] insulte à la France et affront à nos alliés… » etc. On met en cause Roosevelt en personne. Télégramme Willy. (Pierre Mendès-France, Œuvres complètes, 1984)

– nom de fonction + patronyme (11 %) :

55) Un jour, l’amiral Guépratte est venu chez nous en personne, pour épingler la Légion d’honneur sur la poitrine du bon serviteur de la Patrie et de son Empire colonial. (Alain Robbe-Grillet, Le Miroir qui revient, 1984)
53) Après une réception à la Préfecture maritime et la présentation d’un audio-visuel idolâtre qui semblait gêner le vice-amiral de Bigault de Cazanove en personne, nous voici reconduits à Landivisiau. (Yves Navarre, Biographie, 1981)

– prénom seul (8,5 %) :

54) Mais bientôt un coup sec retentit, et Giuseppe en personne fit son apparition. (Laura Benjamin, L’Opéra du fond des mers, 1983)

– prénom + patronyme (7,5 %) :

55) Le commandant était Omar Sharif en personne, dont l’allure anglo-saxonne peut évidemment paraître assez discutable […]. (Alain Robbe-Grillet, Le Miroir qui revient, 1984)

– surnom (5,5 %) :

56) Le 25 août 44, le soir même de la libération de Paris, le Grand Charles en personne lui a dit : « Madame, vous êtes l’honneur de l’édition française »… (Daniel Pennac, La Petite Marchande de prose, 1989)

3.4.1.2. Les noms de rangs

23Quant aux noms de fonctions, ils renvoient principalement à ce que D. Alan Cruse (1986, p. 192) nomme des noms de rangs (rank terms). Il s’agit de N constitués par des unités lexicales en un ensemble fini, dont les « extrémités » sont en principe lexicalisées et obéissent à un principe d’ordre :

57) Directeur > directeur adjoint > sous-directeur

24De manière plus précise, les N régissant EP désignent généralement les référents situés au sommet de la hiérarchie :

58) C’est la directrice en personne qui la remet, avec un baiser. Faut voir ce qu’elles rayonnent, les filles. (Annie Ernaux, La Femme gelée, 1981)
59) Quelque chose me disait que mon plan avait peut-être une chance de réussir ; être entendu par le chef de cabinet équivalait en effet à l’être par le gouverneur en personne. (Amadou Hampâté Bâ, Oui, mon commandant ! 1991)

25Bref, si ce sont bien les NH qui attirent EP, il faut néanmoins préciser que ces NH renvoient à des référents « importants », dotés, le cas échéant, d’une relative saillance : qu’il s’agisse de référents dont la notoriété ou l’histoire sont telles qu’elles dispensent de les recontextualiser, ou bien de référents connus pour être situés au sommet d’une échelle sociale.

26C’est ce qui explique pourquoi, dans (49), on comprend que le personnage de Tzara, du fait d’un degré de notoriété supérieur à celui du locuteur, régit EP, et non pas le pronom désignant le locuteur.

3.4.2. Une contrainte de définitude

  • 7 Dans cet exemple de Céline, EP se laisse paraphraser par personnifié : « C’est moi qui supporte ! (...)

27À cette contrainte sur les types de N s’ajoute une contrainte qui porte sur le déterminant du SN dont la définitude est de mise, ce que suggérait (51) et que montre aussi le contraste entre (60) et (61)7 :

60) ?? Un préfet en personne est venu à la cérémonie
61) Le préfet en personne est venu à la cérémonie

28En fait c’est le présupposé d’unicité attaché au défini qui entre ici en compte et que catalyse en quelque sorte EP. Dans les contextes dénotés par les exemples (58-59) (voir Hawkins 1991), une seule personne est susceptible d’exercer la fonction de gradé dénotée. Et c’est précisément ce qui rend sa présence aussi cruciale.

3.5. Des contraintes du côté des verbes

3.5.1. Une contrainte proposée par Molinier et Levrier (2000)

29Outre les contraintes pesant sur le N-tête du SN, il en provient d’autres du côté des verbes, cette fois, comme le suggèrent les énoncés (62-64) :

62) * Paul a dormi en personne
63) * Le ministre (en personne lui-même) s’est promené dans le jardin
64) * Le ministre (en personne lui-même) a fumé une cigarette

30La raison évoquée par Molinier et Levrier pour expliquer cette contrainte tiendrait à l’emploi de personnellement – cela vaut mutatis mutandis pour EP :

[Il] présuppose la possibilité de mise en contraste du GN humain affecté par l’adverbe avec d’autres GN humains. En (<18>), l’usage de l’adverbe auprès du GN souligne qu’il s’agit du ministre et non de l’un de ses collaborateurs. Si la possibilité de contraste n’existe pas, par exemple pour une activité qui ne peut être déléguée, l’emploi de personnellement auprès du GN sujet est saugrenu. (Molinier et Levrier 2000, p. 287)

31Suivant la suggestion de Molinier et Levrier, il s’ensuit donc qu’EP exclut les verbes dénotant des actions (au sens large) ne pouvant être réalisées par délégation, par personne interposée, comme les verbes dits d’état (dans la typologie de Vendler) (65), donc les verbes de sentiments (66) ou les verbes renvoyant au sentiment ou à la cognition (67), autrement dit les verbes qui sont incompatibles avec l’expression par personne interposée ou pour lesquels il est difficile d’avoir des paraphrases du type quelqu’un a fait quelque chose à la place de Y (68) :

65) * Paul a été malade en personne
66) * Paul a aimé Marie en personne
  * Paul a aimé Marie par personne interposée
  * Quelqu’un a aimé Marie à la place de Paul
67) * Paul a su le chinois en personne
  * Paul a su le chinois par personne interposée
  * Quelqu’un a su le chinois à la place de Paul
68) * Pierre a {ri, couru} en personne
  * Paul a {ri, couru} par personne interposée
  * Quelqu’un a {ri, couru} à la place de Paul

32De fait, les rares exceptions de notre corpus (deux au total) ont une résonance étrange. En (69), l’énoncé laisse entendre précisément que la mère du locuteur a délégué son amour pour son fils à quelqu’un d’autre ; en (70), que la fréquentation des hippodromes permet à l’enthousiasme de vraiment s’exprimer :

69) Comment alors me faire aimer d’une mère qui ne m’aimait pas en personne, et me condamnait ainsi à n’être que le pâle reflet, l’autre d’un mort, un mort même ? (Louis Althusser, L’avenir dure longtemps, 1985)
70) […] accumulant des gains modiques, échafaudant de temps en temps le projet de se rendre un jour à Cagnes-sur-Mer, l’hippodrome voisin, pour pouvoir s’enthousiasmer en personne dans les tribunes. (Jean-Philippe Toussaint, Monsieur, 1986)

33On observera en passant que lui-même, un des concurrents présumés d’EP, ne génère pas ce type de contrainte :

71) Paul lui-même a été malade.
72) Paul lui-même a aimé Marie.

34Les verbes que l’on trouve souvent dans les SNEP dénotent la localisation ou le déplacement : en l’occurrence, il ne s’agit pas simplement d’un mouvement physique, mais d’un déplacement « officiel », qui vise, le cas échéant, une démarche particulière, qui revêt une signification particulière (voir infra 76) dont le but est « symbolique » (marquer un événement par la présence physique d’une personnalité) :

73) Une pianiste juive polonaise avait donné un concert à Grasse et le commandant italien de la Place y avait assisté en personne. (Boris Schreiber, Un silence d’environ une demi-heure, 1996)
74) L’avion craquait de toutes parts, ballotté par la foudre et la pluie. Le commandant de bord jugea nécessaire de venir en personne rassurer ses passagers. (Grégoire Bouillier, Rapport sur moi, 2002)
75) Paul en rentrant m’a appris que le capitaine Munier avait été en personne au Q.G. pour ma permission […]. (Jean-Paul Sartre, Lettres au Castor, 1940-1963)
76) En tout cas, le surveillant général s’était déplacé en personne, ça signifiait que ça chauffait. (Bayon, Le Lycéen, 1987)

3.5.2. Le verbe doit dénoter une action inhabituelle de l’agent

35En outre, les contraintes ne portent pas seulement sur le sémantisme du verbe. Elles sont plus nombreuses et plus strictes que ne le donne à entendre le propos de Molinier et Levrier. On en dégagera deux autres.

36Premièrement, le verbe doit dénoter une action qui n’entre pas dans le périmètre habituel des attributions du référent. Par exemple, dans les énoncés (77-79), les noms de fonctions ou de professions présupposent un certain nombre d’attributs que réalisent ordinairement ceux qui les exercent (ouvrir la porte pour un portier, distribuer le courrier pour un facteur, etc.). Or, ces actions attendues, habituelles, bloquent l’emploi d’EP :

77) * Le portier a ouvert la porte en personne
78) * Le boulanger a fabriqué le pain en personne
79) * Le facteur a distribué le courrier en personne

37Par ailleurs, ce sont nos connaissances du monde qui rendent les énoncés (80) et (81) douteux : on sait que, habituellement, un chef d’État (et non ses collaborateurs ou subalternes) est le plus susceptible d’accueillir ses homologues ou qu’il est du devoir d’une reine d’assister aux festivités organisées en son honneur. C’est pourquoi EP dans ces conditions passe difficilement :

80) ? Le chef d’État français a reçu en personne le chef d’État de la Russie
81) ? La reine Élisabeth a assisté en personne à son jubilé
  • 8 « Le connecteur mais représente un moyen d’identification possible (du stéréotype) en ce qu’il ne (...)

38En d’autres termes, pour qu’EP soit recevable, les actions réalisées par l’actant doivent être exceptionnelles, extra-ordinaires. Dans les énoncés (82-85), il n’entre pas dans les fonctions habituelles d’un chef d’État de faire un plan de table ou de choisir la couleur d’une nappe, pour un commandant de bord de servir les boissons, etc. C’est d’ailleurs ce que révèlent les tests (86-92) où la correction argumentative instruite par mais8 catalyse les connaissances stéréotypées associées à un N :

82) Le chef d’État français en personne a fait le plan de table du repas en l’honneur de son invité.
83) Le chef d’État français en personne a choisi la couleur de la nappe.
84) Le consul en personne est venu ouvrir le colloque.
85) Le commandant de bord en personne a servi des soft drinks aux passagers.
86) X est chef d’État, mais il a fait en personne le plan de table du repas en l’honneur de son invité.
87) X est chef d’État, mais il a choisi en personne la couleur de la nappe.
88) X est consul, mais il est venu en personne ouvrir le colloque.
89) X est commandant de bord, mais il a servi en personne des soft drinks aux passagers.
90) * X est portier mais il a ouvert la porte
91) * X est boulanger mais il fabrique le pain
92) * X est facteur mais il distribue le courrier

39C’est ce qui explique qu’EP cohabite difficilement avec d’autres adverbiaux indiquant l’habitude, avec lesquels il entretient une forme de contradiction (93), autant qu’avec les adverbiaux qui signalent l’exception, avec lesquels il paraît redondant (94) :

93) ?? Comme à l’accoutumée + comme d’habitude ? le consul en personne est venu ouvrir le colloque
94) ?? De manière extraordinaire + exceptionnellement ? le consul est venu en personne ouvrir le colloque

40Trois constructions servent, pour ainsi dire, d’antonymes à EP, les deux adverbiaux par personne interposée (dont il a été question au point 3.4.1.), par délégation, ou encore les constructions factitives ou du type déléguer quelqu’un / se faire représenter pour (97-98) :

95) Le consul a ouvert le colloque par personne interposée.
96) Le consul a ouvert le colloque par délégation.
97) Le chef d’État français a fait faire le plan de table du repas en l’honneur de son invité.
98) Le consul a fait ouvrir le colloque par un représentant du consulat / Le consul a délégué quelqu’un pour ouvrir le colloque / Le consul s’est fait représenter pour ouvrir le colloque.

4. Fonctions d’EP

41À la lumière des éléments qui précèdent, on peut se demander quel rôle sémantique joue EP.

4.1. EP et ses synonymes

42On commencera par souligner que, contrairement à ce que suggèrent les dictionnaires, ses synonymes lui-même et en chair et en os ne le sont pas réellement, puisqu’ils peuvent lui être cooccurrents, comme le montrent les exemples (99-114) :

– cooccurrence EP + en chair et en os, juxtaposés ou coordonnés

99) Comme il faisait très clair, Suzanne vit que M. Patureaud était, sans erreur possible, l’honorable Nicolas Lavoine, en personne, en chair et en os. (Georges Duhamel, Chronique des Pasquier, 1941)
100) C’est pourquoi nous disons que dans la perception la chose nous est donnée « en personne » ou « en chair et en os ». Avant autrui, la chose réalise ce miracle de l’expression. (Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, 1945)
101) Sa thèse se fonde sur un véritable clivage entre le réel et l’imaginaire, entre ce qui se donnerait à nous comme existant en personne, « en chair et en os », écrit-il, et l’inconsistance d’un imaginaire qui ne saurait que se donner des objets comme n’étant pas. (Jean-Bertrand Pontalis, Traversée des ombres, 2003)

– cooccurrence EP + lui-même juxtaposés ou coordonnés

102) Saint-Cyran érigeait donc sous main l’idéal de son évêque intérieur, du directeur en un mot, ce qu’il sera lui-même en personne dans un instant. (Henri Brémond, Histoire littéraire du sentiment religieux, 1920)
103) […] bouche pleine de blanquette, l’extra-terrestre de la BD de SF me demande si j’aime Robert E. Howard. « Le mec qui écrit les Conan ? – Lui-même, en personne ! » (Philippe Manœuvre, L’Enfant du rock, 1985)
104) C’est quelques semaines plus tard que j’ai été séduit par Aragon. Par lui-même, en personne, par le charme indiscutable de sa conversation, quelle qu’en fût parfois la préciosité un peu retorse. (Jorge Semprun, L’Écriture ou la vie, 1994)
105) Ce matin, j’ai reçu des propositions superbes de l’éditeur Charpentier, lequel est venu lui-même et en personne me faire une visite. (Gustave Flaubert, Correspondance : supplément (1873-1874), 1874)

4.2. Différences distributionnelles

4.2.1. EP versus lui-même

43De fait, lui-même et EP ne partagent pas les mêmes environnements : lui-même, à la différence d’EP, peut être régi par un N non humain (106), figurer en apposition (107) et aux côtés de verbes exclus pour EP (108a-b) :

106) L’annonce du pacte lui-même parvint très vite aux yeux de Lisa. (Corteel et Van Peteghem 2012, exemple 29)
107) Elle a épousé un banquier lui-même fils d’un amiral célèbre. (Ibid., exemple 30)
108a) Paul lui-même l’a dit. (Ibid., exemple 30)
108b) * Paul en personne l’a dit
  • 9 Cela correspond à la configuration discursive que Céline Corteel et Marleen Van Peteghem nomment e (...)

44Dans leurs contextes communs, ils n’induisent pas les mêmes effets d’interprétation. C’est ainsi que, dans l’énumération (109), lui-même marquerait une hiérarchie sémantique entre les unités de la liste, le notaire étant en l’occurrence signalé comme le plus important (Corteel et Van Peteghem 2012)9, ce que ne fait pas nécessairement EP, nous semble-t-il. La preuve en est que seul le SNEP peut figurer en tête de liste :

109a) Le directeur du collège, plusieurs professeurs, les parents de ses camarades, le notaire lui-même l’entouraient autant qu’ils pouvaient. (Ibid., exemple 34)
109b) Le directeur du collège, plusieurs professeurs, les parents de ses camarades, le notaire en personne l’entouraient autant qu’ils pouvaient.
109c) * Le notaire lui-même, le directeur du collège, plusieurs professeurs, les parents de ses camarades l’entouraient autant qu’ils pouvaient
109d) Le notaire en personne, le directeur du collège, plusieurs professeurs, les parents de ses camarades l’entouraient autant qu’ils pouvaient.

45Par ailleurs, EP apparaît dans des constructions clivées (voir Léard 1992), ce qui donne à entendre qu’il n’est pas seul responsable d’une mise en focus, sans quoi sa présence dans une telle construction serait ressentie comme redondante :

110) « Le meilleur peintre de Florence n’est jamais allé à Florence », c’est Balzac en personne qui me souffle cette réponse. (Maurice Genevoix, Trente mille jours, 1980)
111) Si ça se trouve, c’est Bob Dylan en personne qui l’a fait en écrivant « Blonde On Blonde ». (Philippe Manœuvre, L’Enfant du rock, 1985)
112) Le serveur est pas encore là. C’est la patronne en personne et plutôt en chair qui balaie le passage des habitués entre le bar et le comptoir. (Jean-Louis Degaudenzi, Zone, 1987)
113) La porte du bureau de Müller s’ouvre, et c’est le chef Müller en personne qui entre, épais, botté. (Boris Schreiber, Un silence d’environ une demi-heure, 1996)

4.2.2. EP versus en chair et en os

  • 10 Frantext en recense 251 occurrences, entre 1580 et 2009. En chair et en os semble apparaître plus (...)

46Par contraste avec EP, en chair et en os10 se révèle compatible avec des prédicats statifs (114-116) et des SN moins contraignants du point de vue de la tête lexicale et des déterminants (127) :

114) Un jour, un personnage qui, semble-t-il, existe bel et bien, en chair et en os, fait son entrée dans les lettres de mon père. Il s’agit d’une certaine Momoko-san. (Sylvie Weil, Chez les Weil, 2009)
115) la vieille, qui l’a suivi du regard et continuera de le suivre. C’est bien lui, il existe. En chair et en os. (Eugène Ionesco, Les Chaises, 1954)
116) Et Vincent souriait, en chair et en os, il était bien réel. (Simone de Beauvoir, Les Mandarins, 1954)
117) On n’était pas du tout comme les personnages du livre parce qu’on était des individus en chair et en os […]. (Georges Perec, Entretiens et conférences, 2003)
  • 11 Leurs caractéristiques sont à approfondir.

47Par ailleurs, en chair et en os ne semble pas présupposer de paradigme, contrairement à EP, mais s’inscrit souvent dans des contextes11 où s’opère un contraste entre deux états d’une même entité humaine, un état virtuel et un état réel, opposant ainsi un mort à ce qu’il était, vivant (118), une entité idéalisée à une autre concrète (119 et 120) :

118) […] cette façon d’accepter, de se contenter d’un quart d’heure près d’une tombe alors qu’ils avaient eu vingt ans avec Denis, un Denis en chair et en os, un Denis qu’ils avaient mis au monde et élevé. (Ariane Bois, Et le jour pour eux sera comme la nuit, 2009)
119) […] pour la première fois, je voyais à moins de deux mètres, en chair et en os, une personnalité, sur ses jambes, bougeant et parlant comme vous et moi et qui me parla même, à moi ! (Georges-Arthur Goldschmidt, Traversée des fleuves, 1999)
120) Le peuple l’aime. Aimait-il le peuple ? Oui, et l’humanité – en idée plus qu’en chair et en os et en masse plutôt qu’à l’unité. (Régis Debray, Loués soient nos seigneurs, 1996)

4.3. En + personne

48Pour mieux cerner le rôle sémantique d’EP, on se tournera vers la locution elle-même en personne.

4.3.1. Les paradoxes d’EP

49Bien que les études sur les constructions en + NH soient nombreuses (Fuchs 1999, Vigier 2008, Leeman 1995), aucune d’entre elles ne s’est intéressée à en personne. Les constructions étudiées mettent en jeu le plus souvent des noms de fonctions ou de professions comme l’illustrent les exemples ci-dessous :

121) Il parle en président.
122) Il travaille en maçon.

50Ces analyses mettent en évidence quatre points :

1. En aurait pour effet de « superposer » les deux référents que constituent le sujet de l’énoncé et le N subséquent à la préposition. On se rappellera le propos de Gustave Guillaume à propos de (123) :

123) Le livre est en feu.

Un livre qu’on jette dans le feu ne tarde pas à être en feu, […] l’on voit deux natures (livre et feu) d’abord externes l’une à l’autre, prendre position si intimement l’une dans l’autre qu’à partir d’un certain moment l’un est l’autre. (Guillaume 1919, p. 267)

2. L’identité entre les deux référents serait de nature temporaire et circonscrite à l’action exprimée.

3. Le résultat de cette action ferait l’objet d’une évaluation, paraphrasable ainsi :

124) Il a parlé comme il est normal qu’un président le fasse.
125) Il a parlé comme je pense qu’un président doit le faire.

4. Le référent sujet n’est pas forcément ou nécessairement président ou maçon.

51Qui plus est, ces constructions, lorsqu’elles instancient un NH général, appellent une modification du SNH (126 vs 127) :

126) * Il s’est comporté en personne
127) Il s’est comporté en personne avisée
128) ? Il s’est comporté en homme
129) Il s’est comporté en homme avisé

52Donc, en personne paraît, dans cette construction, paradoxal :

– le statut de « personne » ne semble pas relever d’une caractérisation extrinsèque, selon les termes de la littérature ;

– il n’est pas non plus temporaire ;

– dire que dans Paul est venu en personne, Paul et personne entretiennent une relation d’identité paraît relativement superfétatoire puisque celle-ci est présupposée.

4.3.2. Éléments de solution ?

53C’est la contrainte pesant sur les N régissant EP qui va permettre de résoudre ce paradoxe. On a vu plus haut que ces noms étaient soit des noms propres de référents notoires/notables, soit des noms de fonctions désignant des référents situés au sommet de la hiérarchie. De sorte que l’exemple suivant :

130) Le directeur est venu en personne

54donne à entendre que le directeur « est » une personne ; ce que l’on pourrait également paraphraser par « le X incarnant la fonction de directeur est venu ». Or, les noms propres ne permettent pas de catalyser cela.

55À y regarder de près, cela nous invite à comprendre i) qu’une fonction, celle de directeur en l’occurrence, s’est incarnée momentanément en une personne, ii) qu’un nom de fonction n’est pas un nom de personne ou que les noms de fonctions/professions ne désignent pas des personnes, ce que montre par ailleurs l’incongruité d’énoncés du type de :

131) * Un directeur est une personne
132) * J’ai vu un directeur
133) J’ai vu une personne

56Dans ces exemples directeur se soustrayant aux propriétés interactionnelles qui caractérisent les entités concrètes semble se ranger – encore faudrait-il approfondir ce point – du côté des entités plus abstraites.

Conclusion

57Nous avons essayé de montrer qu’EP, bien qu’il rejoigne par certains aspects personnellement considéré comme son synonyme, s’en écarte cependant nettement sur le double plan syntaxique et sémantique.

58Sur le plan syntaxique, en effet, il fait office d’adverbial assez fortement régi par son SN, ce qui réduit sa latitude de mouvement dans l’énoncé. Par ailleurs, il est rétif à la position initiale détachée, ce qui le soustrait d’office aux emplois d’adverbe d’énonciation. Par ailleurs, la position de sujet est une position de prédilection affirmée.

59Sur le plan sémantique, nous avons fait valoir un triple faisceau de contraintes, passées jusqu’à présent inaperçues, opérant aux niveaux de la tête lexicale du SN-recteur, du déterminant du SN ainsi qu’au niveau des verbes. Nous avons également suggéré un ensemble de différences entre EP et ses synonymes en chair et en os et lui-même.

60En guise de synthèse, nous faisons ressortir la valeur sémantique d’EP par l’ensemble des paraphrases suivantes :

Dans X VB en personne
i) VB dénote une action réalisable par délégation
ii) VB dénote une action qui n’entre pas dans les attributions de X
iii) quelqu’un d’autre que X fait habituellement VB
iv) d’où « il est inattendu / exceptionnel / extraordinaire que X fasse a »

Bibliographie

Corteel Céline et Van Peteghem Marleen, 2012, « Ipséité et focalisation : le cas de même postposé », communication à la journée d’étude « Identité, ressemblance, analogie », Arras, 25 mai 2012.

Cruse D. A., 1986, Lexical Semantics, Cambridge, Cambridge University Press.

Franckel Jean-Jacques et Lebaud Daniel, 1991, « Diversité des valeurs et invariance de fonctionnement de en préposition et pré-verbe », Langue française, no 91, p. 56-79.

Fuchs Catherine, 1999, « Les tours qualifiants en “comme N” : Jean travaille comme maçon », Les opérations de détermination : quantification/qualification, Actes de colloque, Paris, Ophrys, p. 63-82.

Grevisse Maurice, 1993, Le bon usage, Paris/Louvain-la-Neuve, Duculot.

Gross Gaston, 1996, Les expressions figées en français, Paris, Ophrys.

Guillaume Gustave, 1919, Le problème de l’article et sa solution dans la langue française, Paris, Champion.

Hermoso Adelaida, 2009, « Franchement et personnellement : deux attitudes énonciatives, deux moments de l’énonciation », Langue française, no 161, p. 23-38.

Kleiber Georges, 2001, L’anaphore associative, Paris, PUF.

Lamiroy Béatrice éd., 2009, Les expressions verbales figées de la francophonie, Paris, Ophrys.

Léard Jean-Marcel, 1992, Les gallicismes : étude syntaxique et sémantique, Paris/Louvain-la-Neuve, Duculot.

Leeman Danièle, 1995, « Pourquoi peut-on dire Max est en colère mais non * Max est en peur ? Hypothèses sur la construction être en N », Langue française, no 105, p. 55-69.

Molinier Christian, 2003, « Personnellement, un marqueur de singularité », Ordre et distinction dans la langue et le discours, B. Combettes, C. Schnedecker et A. Theissen éd., Paris, Champion, p. 357-371.

Molinier Christian et Levrier Françoise, 2000, Grammaire des adverbes. Description des formes en -ment, Genève, Droz.

Nøjgaard Morten, 1995, Les adverbes français. Essai de description fonctionnelle, Copenhague, Munksgaard.

Schnedecker, 2015, « Les (noms d’) humains sont-ils à part ? Des intérêts et perspectives linguistiques d’une sous-catégorie nominale encore marginale », W. Mihatsch et C. Schnedecker éd., Les noms d’humains : une catégorie à part ?, Stuttgart, Steiner (Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, Beihefte), p. 4-43.

Vigier Denis, 2008, « Contribution à une étude des constructions antéposées du type : “En homme intelligent et humain, il partagea tout de suite l’inquiétude de Marcel” », Discours, no 2. En ligne : [http://discours.revues.org/863] (consulté le 9 décembre 2015).

Notes

1 Cela concerne les emplois au singulier, comme nous le montrons dans notre travail plus global (Schnedecker 2015).

2 Emplois qui dans le corpus constitué pour notre étude (2015) s’élèvent à 10,5 %.

3 Voir Molinier (2003), Nøjgaard (1995, § 444 et 966).

4 Pour une étude récente, voir Corteel et Van Peteghem (2012).

5 « En personne est invariable : Ils y sont allés en personne (Ac.) » (Grevisse 1993, § 499, b).

6 Nous avons également trouvé ceci, hapax dans notre corpus : « Si jamais j’en avais douté, je devais l’apprendre d’une terrible réalité, celle de la politique en personne, mais d’abord dans la philosophie même » (Louis Althusser, L’avenir dure longtemps, 1985).

7 Dans cet exemple de Céline, EP se laisse paraphraser par personnifié : « C’est moi qui supporte ! Monsieur était “écrivain”… Je comprenais rien aux choses ! Il est “savant”, il est “apôtre” ! Il est je sais quoi ! Un vrai “jean-foutre” en personne !… » (Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit, 1936).

8 « Le connecteur mais représente un moyen d’identification possible (du stéréotype) en ce qu’il ne peut normalement se faire suivre d’une propriété nécessaire ou typique de X dans un enchaînement du type C’est un X mais Z. Pour que le trait Z s’accorde aux instructions délivrées par mais, il ne doit évidemment pas correspondre aux attentes que l’on peut se faire à propos de X » (Kleiber 2001, p. 100).

9 Cela correspond à la configuration discursive que Céline Corteel et Marleen Van Peteghem nomment en focus restreint.

10 Frantext en recense 251 occurrences, entre 1580 et 2009. En chair et en os semble apparaître plus tardivement qu’en personne, attesté dès 1529.

11 Leurs caractéristiques sont à approfondir.

Auteur

LiLPa, Université de Strasbourg

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540