Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Connexion et indexation

 | 
Laure Sarda
, 
Denis Vigier
, 
Bernard Combettes

Partie 2. Référence, anaphores, indexicaux

Quand la référence se fait évanescente : ne pas en démordre, gros comme ça et autres locutions à pointeurs démotivés

Marie-José Béguelin

Volltext

  • 1 Le terme d’indice clitique est privilégié ici en vue d’éviter les inconvénients du terme tradition (...)
  • 2 La plupart des indices étudiés ici se présentent en surface comme des compléments régis (seule exc (...)
  • 3 Voir Béguelin (2014a et b). Cette utilisation particulière du terme aphorisme est inspirée de l’ar (...)

1C’est autour de l’anaphore et du fonctionnement des expressions référentielles, dont il est un spécialiste éminent, que j’ai eu le privilège de nouer des liens d’amitié avec Michel Charolles et d’établir avec lui un dialogue scientifique discontinu, mais de longue haleine. Dans cette brève étude rédigée en son honneur, il sera question une fois encore de la référence, pronominale et nominale ; cependant le thème sera abordé, si je puis dire, à contre-courant. En effet il sera question ici d’indices clitiques1 et de démonstratifs qui ne réfèrent pas, ou qui réfèrent de manière floue, au sein de locutions utilisées de manière « autarcique » (Damourette et Pichon 1911-1946, t. VI, § 2393) : par exemple en finir, s’en tirer, y passer, s’y retrouver, la trouver saumâtre, les mettre (au sens de « partir, s’enfuir »), remettre ça (au sens de recommencer), etc.2 J’ai désigné ailleurs du nom d’« aphorismes lexicalisés » ces locutions verbales à « proformes postiches » (Duval 2012), dont l’interprétation n’exige pas la récupération d’un référent distinct, univoque, clairement validé par le contexte verbal ou situationnel3.

2Les locutions en question passent en général pour des « gallicismes », des figements à caractère idiomatique. Elles n’ont guère retenu l’attention des spécialistes de l’anaphore pronominale ou démonstrative qui, à peu d’exceptions près, ont mis l’accent sur les situations où le processus référentiel aboutit à l’identification d’un référent précis, bien identifié, et qui très souvent ont cherché à poser des règles de « bonne formation » textuelle, de nature à garantir une identification aboutie – qu’il s’agisse de contraintes sur la constitution de la chaîne syntagmatique (Kleiber 1994, p. 22 et 34) ou de contraintes relatives à l’« accessibilité » cognitive du référent (à la suite d’Ariel 1988, 1990).

  • 4 Béguelin dir. (2000, p. 298). Voir dans le même sens, les travaux de Denis Apothéloz et de Laure A (...)

3Les aphorismes lexicalisés posent pourtant, au regard des recherches sur l’anaphore, un problème de fond. Il semble en effet que les locutions concernées (s’y connaître, en avoir plein le dos, se la jouer, etc.) ne puissent cristalliser autre chose qu’un fait de référence floue et/ou allusive : cela sera illustré dans la suite de cette étude. L’existence même de nos locutions invite donc à examiner, à l’écart de tout préjugé normatif, le rôle de l’approximation référentielle dans les échanges langagiers4, et les stratégies adaptatives qu’elle génère. Autre observation qui invite à s’intéresser à la sous-spécification référentielle : linguistes et chercheurs en traitement automatique des langues (TAL) ont récemment entrepris d’annoter les expressions référentielles dans de vastes corpus écrits (voir Landragin 2014, Charolles 2014). Ce processus prend la forme d’un repérage des « chaînes de coréférence » dans le texte, sous la forme de « maillons » successifs, telles les chaînes antécédent-pronom dans la figure ci-dessous, empruntée à Frédéric Landragin :

Figure 1 – Chaîne par relations successives ou par regroupement (Landragin 2014, p. 3).

Figure 1 – Chaîne par relations successives ou par regroupement (Landragin 2014, p. 3).

4Les séquences à indice clitique potentiellement démotivé, du type s’en sortir, y croire, peuvent être ici source de difficultés : en effet, le clitique y est souvent (mais pas forcément) dépourvu d’antécédent explicite. Quel principe d’annotation convient-il de mettre en œuvre en pareil cas ? Pour parvenir à des solutions satisfaisantes, il est nécessaire de documenter le phénomène, de remettre à jour les inventaires d’aphorismes lexicalisés, partiels et plus ou moins datés, dont nous disposons (Damourette et Pichon 1911-1946, t. VI ; Sandfeld 1970 [1928] ; Brunot et Bruneau 1949 ; Le Bidois et Le Bidois 1967 ; Pinchon 1972 ; Grevisse et Goosse 2011, § 664) ; il convient aussi d’examiner nos aphorismes (qu’ils soient connus et confirmés ou in statu nascendi) dans leur contexte « écologique » de production, plutôt que de les traiter dans une perspective lexicographique décontextualisée. L’enjeu est en effet de mieux comprendre les conditions dans lesquelles intervient la lexicalisation, d’identifier les paramètres qui l’influencent.

5La présente étude, consacrée à quelques cas exemplaires, sera structurée de la manière suivante. D’abord, je présenterai un échantillon d’aphorismes lexicalisés de structure superficielle (indice clitique objet + V), saisis en contexte, extraits d’un corpus glané à partir de l’automne 2010 dans le cadre d’une recherche de longue haleine. Puis j’examinerai de plus près le statut de l’indice clitique en inclus dans la séquence (ne pas) en démordre, laquelle connaît à la fois des emplois anaphoriques et des emplois aphoriques, avec une articulation que l’on peut mettre en lumière entre les deux types emplois. Après avoir esquissé l’histoire de ce cas de figement, je passerai aux lexies, moins nombreuses mais tout aussi intrigantes, qui contiennent un ça ou un SN démonstratif démotivés : remettre ça, pas plus que ça, gros comme ça, se soucier de quelque chose comme de ça, etc. Enfin, j’envisagerai l’expression à SN démonstratif ne pas l’entendre de cette oreille, utilisée en français d’aujourd’hui au sens d’« être d’un autre avis », par exemple :

  • 5 La lettre f signale les exemples tirés de la banque de données Frantext ; les caractères italiques (...)
(1) (a) Florent tenta – ainsi qu’il disait – la « rabiboche », la « rabobeline » avec Delphine. Delphine ne l’entendit pas de cette oreille et se refusa à me voir. (Pascal Quignard, 1986 < f)5
  (b) […], tout en parlant à l’oreille de mon jardin pour le rassurer, lui dire que je suis enfin revenue après ce long hiver. Mais le ciel ne l’entend pas de cette oreille : une giboulée nous chasse bientôt du jardin […]. (Benoîte Groult, 2008 < f)

6Dans l’espoir d’éclairer le devenir de cette locution et le statut du ce + N qu’il contient, je ferai le point sur les données fournies par la base Frantext, avant de formuler, en guise de conclusion générale, quelques hypothèses sur les circonstances de ces lexicalisations.

1. Aphorismes lexicalisés avec indice clitique

7En français comme dans d’autres langues (voir l’article de Marc Duval, 2012), il existe un nombre élevé de lexies verbales incluant un indice clitique régi (en, y, le, la, les), lequel indice est, sinon dépourvu de toute fonction référentielle, du moins utilisé de manière relativement indépendante par rapport au contexte verbal et situationnel environnant, c’est-à-dire sans contrainte sur la coprésence, dans le contexte ou dans le co-texte, d’un quelconque « antécédent » ou « déclencheur d’antécédent » – au sens que donne à ce terme Francis Cornish (1986). En voici quelques exemples représentatifs :

(2) « Les Anglo-Saxonnes sont intimidées, estime Mireille Guiliano, à qui ses collègues américaines ne cessaient de demander des conseils. Notre façon de blaguer, de flirter, d’être coquette sans en rajouter… Elles nous envient. » Désormais, les éditeurs lui réclament un sixième volet sur l’amour et le sexe à la française. Mais l’auteure n’en démord pas : « Trop personnel, c’est le livre que je n’écrirai jamais ! » (M le magazine du Monde, 16 janvier 2014, p. 16)
(3) Et comme on en a dans le ciboulot, au service des études de TF1, ce sont quatre chanteurs couvrant plusieurs générations de ménagères qui s’y collent. (Libération, 18-19 janvier 2014, p. 51)
(4) Au moins Thérèse, ne la ramène pas, ne la joue pas héroïque, ne fait pas comme ceux qui, en 44, se retrouvaient résistants. (Martine Storti, 2008 < f)
(5) Quand Iris Chasles, une Parisienne de 32 ans, a appris sa grossesse, elle s’est d’abord inscrite à la maternité d’un grand hôpital. « Dès le premier rendez-vous, je me suis dit, ça ne va pas le faire, se souvient-elle. […]. » (Le Monde, 1er mars 2013)
(6) Quelle race dégoûtante ! Tous, becs-salés et cossards ! Ils se les roulent toute la journée à l’arrière, et ils ne sont pas fichus de monter à l’heure. (Henri Barbusse, Le Feu, 1916 < f)
  • 6 Par mémoire discursive ou M, il faut entendre l’ensemble des connaissances publiquement partagées (...)

8Dans les extraits (2-6), les verbes assortis de leur indice clitique se laissent interpréter de manière autonome, sans que l’indice en question requière (ou du moins requière forcément) la récupération, dans la mémoire discursive6, d’un référent précis, distinct, individué. En ce sens, les lexies concernées tendent à adopter la même distribution que les verbes à sens plus ou moins équivalent, auxquels ils servent aisément de parasynonymes expressifs :

(2) en rajouter : « exagérer »
  ne pas en démordre : « persister dans son avis, s’obstiner »
(3) en avoir dans le ciboulot : « être futé, intelligent »
  s’y coller : « se mettre au travail, se dévouer »
(4) la ramener : « intervenir en protestant, faire l’important » (TLFi)
  la jouer : « adopter un certain comportement »
(5) ça le fait, ça ne le fait pas : « ça convient, ça ne convient pas »
(6) se les rouler : « paresser, fainéanter »

9Même quand ils se présentent sous une forme fléchie en genre et nombre, les indices clitiques accompagnant les verbes concernés sont interprétables sans recherche d’un « antécédent » au sens classique du terme. À l’encontre de ce qu’affirment les descriptions couramment admises de la référence pronominale (par exemple, Kleiber 1994, Ariel 1990, Charolles 2002, Riegel et al. 2009), les indices le, la, les de (4-6) ne pointent pas un objet-de-discours qui aurait été au préalable validé, dénommé ou classifié, et dont le statut serait hautement activé ou topical. Cette émancipation par rapport au contexte transparaît également dans l’extrait suivant :

(7) Ils ont une hypothèque sur l’État, les jeunes, les femmes, l’argent qu’on disperse pour le musée du Luxembourg, les aventures africaines, les débats du tsar avec le mikado, bref, rien ne leur échappe. Les malheureux ! Nous, on peut filer à l’anglaise. On est peinards. On n’a pas voix au chapitre. On est des salingues qui n’ont pas donné leurs os, on peut se les croiser, se les rouler, se les mettre quelque part… Tout ça est très joli. Une situation privilégiée. (Louis Aragon, 1947 < f)
  • 7 Rappelons que le SN à déterminant possessif leurs os équivaut à * les os d’eux, et présuppose donc (...)
  • 8 Les lexicographes expliquent les mettre par rapport à mettre les bouts, mettre les adjas (les jamb (...)

10Dans (7), il est improbable que les trois les successifs anaphorisent les os, sous-jacent au possessif leurs os qui précède, bien qu’un effet de syllepse (double sens) ne soit pas à exclure par principe7 ; toutefois, se les croiser est souvent utilisé en bloc avec le sens d’« être oisif » ; de même, se les rouler se laisse gloser par « ne rien faire » ou par « vivre dans le confort » ; quant à (se) les mettre, il s’agit – du moins si l’on se fie aux dictionnaires – d’une expression d’origine argotique signifiant « partir, s’enfuir ». Dans les trois séquences en jeu, la quête d’un référent n’a rien d’impératif : et si elle a lieu, c’est par une sorte de retour métalinguistique, en vue de remotiver la locution, d’en retrouver l’étymologie (voir Béguelin 1993). En pareil cas, la marge interprétative est souvent large et, partant, source d’incertitude. Ainsi, se les rouler a beau être expliqué, dans les dictionnaires, par analogie avec l’expression se tourner les pouces, une explication concurrente, tout aussi plausible, évoque l’argotique se rouler les pelotes (attesté avec un sens sexuel, voir TLFi s. v. rouler). On voit mal, au demeurant, ce qui interdirait d’inférer, quand le contexte s’y prête, d’autres rotondités du corps humain, par exemple dans ces deux vers de Jehan Rictus relatant une noce : « Ma colombe, selon l’usage, / Se les roulait dans la blancheur » (Rictus, 1897 < f). Par ailleurs, pour qui ignorerait l’argotique (se) les mettre au sens de « partir »8, se les mettre quelque part pourrait de même être reçu dans (7), et sans grave invraisemblance, comme planquer ses sous ou ses abattis quelque part… Le même type de sous-spécification référentielle se retrouve dans le cas de se les croiser – absent du TLFi, hapax dans Frantext – qui peut être une réduction allusive soit de se croiser les bras, soit de se croiser les jambes (ou autres parasynonymes), deux expressions qui semblent en concurrence pour évoquer le loisir ou l’inaction :

(7’) Je n’ai pas le goût du travail. Dès que toutes mes affaires seront en ordre, je me croiserai les bras, je dormirai 12 heures sur 24 et je fumerai 50 cigarettes par jour. (George Sand, 1836 < f)
(7’’) « Ce jeune homme est doué ! » disait Phellion en le voyant se croiser les jambes et ne savoir à quoi employer le reste de son temps après avoir fait son ouvrage. (Honoré de Balzac, 1844 < f)
  • 9 Voir, dans la même veine, le cas des ils collectifs, dépourvus d’antécédent (Kleiber 1990, 1994 ; (...)

11Il s’ensuit que nos séquences aphoriques ne sont pas (ou du moins pas clairement) proportionnelles avec des formulations à lexique plein, au sens de la syntaxe du GARS (Groupe aixois de recherches en syntaxe ; Blanche-Benveniste et al. 1984) : ainsi, le faire de (5), dont le clitique est masculin, ne saurait passer pour la pronominalisation, par exemple, de faire l’affaire ; et dans ses emplois du type (2), en rajouter au sens d’« exagérer » semble affranchi de la forme développée rajouter du + N. De la même manière, bien que l’on connaisse avoir du / ne pas avoir de plomb dans la tête / la cervelle, il serait risqué d’affirmer que du plomb est pronominalisé dans en avoir dans le ciboulot : ici comme dans le cas d’en rajouter, il semble que le référent de en, non pré-catégorisé, soit délibérément maintenu dans le vague, de façon à laisser libre cours à l’activité inférentielle de l’interprète9.

12Dans certains cas cependant, la situation est moins tranchée. Ainsi, l’expression ne pas en démordre (exemple 2 supra) est utilisée aujourd’hui au sens de s’obstiner, mais elle connaît en parallèle des emplois non figés :

(8) (a) Il démordait pas de sa marotte… (Louis-Ferdinand Céline, 1936 < f)
  (b) Voilà ses deux idées fixes ; il n’en démord pas. (Roger Martin Du Gard, 1936 < f)
  • 10 Le verbe est attesté dès le xvie siècle, avec au départ le sens de « lâcher ce qu’on mord » (TLFi) (...)

13L’existence de la version à lexique plein (8a) peut inviter – fût-ce de manière optionnelle – à interpréter le en de l’exemple (8b) comme rappelant les idées fixes dont il vient d’être question. De fait, il semble que le lecteur d’aujourd’hui puisse lire la séquence de deux façons : soit comme réalisant une anaphore pronominale (« il ne démord pas de ses deux idées »), soit comme contenant une locution aphorique, interprétée de manière non compositionnelle (« il campe sur ses positions »), voir (11) ci-dessous. À cet égard, on peut se demander de quelle manière se répartissent les divers emplois de démordre10, et s’il est possible de mettre en évidence des changements distributionnels au cours du temps. Pour tenter de répondre à ces questions, j’ai analysé dans la base Frantext tous les emplois du verbe démordre dans deux périodes d’un demi-siècle nettement disjointes, 1600-1649 d’une part et 1950-1999 d’autre part. Pour les besoins de la confrontation, j’ai été conduite à distinguer les emplois suivants :

– emploi absolu (démordre tout court, au sens de « renoncer, abandonner ») ;

– emploi transitif (archaïque) démordre quelque chose, voir note a du tableau 1 ;

– démordre de + SN, comme dans (8a) ;

  • 11 « Elle démordait pas, la môme, d’avoir entendu des pas » (Albert Simonin, 1953 < f).

– démordre de + Vinf11 ;

– démordre de là ;

– en démordre avec en potentiellement anaphorique direct, comme dans (8b) ;

– en démordre avec en potentiellement anaphorique inférentiel ou indirect (Erkü et Gundel 1987, Cornish et al. 2005), voir (9a-b) infra ;

– en démordre avec en cataphorique indirect, voir (9c) ;

– enfin, en démordre locutionnel, dépourvu de tout appui contextuel, voir (11).

 

14Examinons comment se répartissent ces différents emplois au sein de chacune des périodes envisagées :

Tableau 1 – Construction du V démordre d’après Frantext (années 1600-1650 et 1950-2000).

Type d’emploi
Période
V le Va V de SN V de Vinf V de là en V anaph. direct en V anaph. indirect en V cataph. indirect en V sans appui contextuel Totaux
1. 1600-1649 9
=
33,3 %
1
=
3,7 %
13
=
48,1 %
0 0 2
=
7,4 %
2
=
7,4 %
27

100 %
2. 1950-1999 5

5,4 %
0 18
=
19,5 %b
1

1 %
1

1 %
14
=
15,2 %
32
=
34,7 %
18
=
19,5 %
3
=
3,2 %
92

100 %

Cet emploi transitif, courant au xvie siècle (par exemple : « le desmordre et rejetter », Blaise de Vigenère, 1577 < f), est tombé en désuétude au cours du xviie siècle.
b La structure démordre de + SN semble, au xxe siècle, propre à certains écrivains, ainsi Marguerite Duras ou Françoise Chandernagor.

15Le tableau 1 indique, à trois cent cinquante ans de distance, une répartition modifiée des emplois, selon les tendances suivantes :

– l’emploi absolu ne pas démordre est en perte de vitesse, au profit, dans l’usage moderne, de la forme à clitique ne pas en démordre qui en reprend le sens de « ne pas abandonner, ne pas renoncer » ;

– les emplois avec complément lexical ne pas démordre de + SN décroissent eux aussi, passant en gros d’une occurrence sur deux durant la période 1 à une occurrence sur cinq durant la période 2 ;

– les usages ana- ou cataphoriques indirects, où le pronom (à condition d’en forcer l’interprétation, voir plus bas) assume sémantiquement le rôle d’un résomptif vague ou inférentiel, prennent en revanche leur envol ;

– l’emploi univoquement locutionnel, absent de la période 1, est attesté dans la 2.

 

16Notons que la typologie retenue impose, autant que possible, une interprétation référentielle de l’indice en, ce qui favorise mécaniquement les catégories « emplois ana- et cataphoriques », indirects notamment, au détriment de la catégorie « emploi locutionnel ». En regardant de plus près les exemples, on s’aperçoit toutefois bien vite du fait que les emplois ana- et cataphoriques indirects jouent un rôle précurseur dans le phénomène de lexicalisation en cause. Les exemples (9a-c), où le clitique renvoie, de manière plurivoque, à de l’information inférable à partir du contexte, sont particulièrement instructifs à cet égard :

(9) (a) Il se remit à rire pour raconter l’histoire d’un sergent qui, l’ayant vu se promener sur le parapet au plus fort de la fusillade, s’était traité de salaud et de manche, avait sauté hors de la tranchée en jurant qu’il resterait là jusqu’au jour. Ç’avait été toute une histoire pour l’amener à redescendre : il ne voulait pas en démordre. (Maurice Genevoix, 1950 < f)
  • 12 Lexie à sens métaphorique (note 10), ne pas en démordre s’applique en effet parfois à un lieu. Ain (...)

17Difficile ici de savoir s’il faut interpréter en démordre par « il ne voulait pas démordre de l’endroit où il avait sauté »12, « il ne voulait pas démordre de son serment, de son idée fixe », ou plus généralement « il ne voulait pas se laisser convaincre, renoncer ». Il en va de même dans (9b) :

(9) (b) Qu’est-ce que j’aurais pu leur faire comprendre, les gauchistes cassent des vitrines, ils n’en démordront pas. (Annie Ernaux, 1977 < f)

18On peut comprendre tout aussi bien ici, sans grand risque de contresens : « ils ne démordront pas de l’idée que les gauchistes cassent les vitrines, ils ne changeront pas de discours, d’avis, de conviction politique », ou tout bonnement « ils s’entêteront ». Dans (9c), l’empan interprétatif est tout aussi large :

(9) (c) Après le feulement – je n’en démords pas, c’en était un – j’ai eu droit à un regard à me pétrifier sur le trottoir de la rue Émile-Richard. (Remo Forlani, 1989 < f)

19Je n’en démords pas peut vouloir dire « je ne démords pas de mon diagnostic, de mon opinion, de mon choix lexical », ou signifier plus généralement « je persévère ». Dans ces trois exemples, on peut penser qu’une interprétation générique de l’indice personnel (« démordre de ce à quoi l’on tient » en général, plutôt que « démordre de + SN », où SN serait récupéré anaphoriquement) est une solution de secours commode pour le lecteur qui peut ainsi, sans risque d’erreur interprétative, renoncer à l’identification précise et univoque du référent. L’extrait suivant en fournit un autre exemple :

(10) Tout le monde s’y est mis pour avertir l’Annette. Il était pas dissimulé d’ailleurs : « Je suis un voyou. » C’était, comme qui dirait, écrit sur sa figure. Il suffisait de le regarder. Annette était la seule qui voyait rien. Elle a jamais voulu en démordre. Même quand il lui a avoué qu’il avait déjà femme et enfants à Dijon. (Michel Tournier, 1989 < f)

20Le sens visé est-il ici : « elle n’a jamais voulu démordre de la bonne opinion qu’elle avait de lui », « elle n’a jamais voulu démordre de son aveuglement », ou plus concrètement « elle n’a jamais voulu démordre de lui » au sens de « se détacher de lui » ? L’acception « changer d’avis, renoncer » évite d’avoir à se poser la question, et subsume les conjectures envisageables. L’acte référentiel approximatif a ainsi pour corollaire, du côté de l’interlocuteur, une interprétation référentielle a minima, privilégiant un sens compatible avec les divers cas de figure. Les conditions sont alors pleinement réunies pour une réanalyse de la séquence (ne pas) en démordre en tant que locution autarcique.

21Une telle lexicalisation peut être favorisée, en même temps que révélée, par certains contextes où la séquence en cause apparaît dans une « liste » ou un piétinement paradigmatique (Blanche-Benveniste et Jeanjean 1987), qu’il s’agisse de retouches successives ou d’une liste à visée énumérative. Cela transparaît dans l’extrait (11), où n’en démordre – utilisé sans antécédent explicite – semble redonder ou surenchérir par rapport à renâcler, avant d’être lui-même glosé par recommencer :

(11) Renâcler. N’en démordre. Recommencer. (Georges Perec, 1994 < f)

22C’est ainsi que l’énumération réalisée sur l’axe syntagmatique entérine, en quelque sorte, l’intégration de n’en (pas) démordre dans une série paradigmatique constituée de verbes simples (voir plus haut le commentaire des exemples 2-6).

  • 13 Voir quelques considérations préliminaires à ce sujet dans mes études de 2014.
  • 14 La notion de métanalyse a été introduite par Otto Jespersen (1976 [1922], p. 168) et théorisée par (...)

23Bien des séquences contenant les pronoms dits « adverbiaux » en et y se comportent de la même manière ; tel est notamment le cas d’en rajouter, s’y coller dans les exemples (2) et (3) supra. L’approximation référentielle est un fait plus répandu qu’on ne le croit d’ordinaire, et qui plus est, il ne demeure pas sans effet sur l’évolution linguistique elle-même. Jacqueline Pinchon (1972) n’a-t-elle pas identifié, dans les locutions verbales avec en et y, un véritable processus morphologique, permettant de créer de nouveaux verbes français ? Pour prendre la pleine mesure du phénomène et de ses modalités, il conviendra de mettre sous la loupe les destinées individuelles des diverses locutions (s’y connaître, s’y mettre, en finir, s’en sortir, et, avec indice fléchi, l’emporter, la fermer, etc.13), en vue de repérer, comme cela a été fait plus haut à propos de (9-10), les contextes métanalytiques ; il s’agira d’identifier à chaque fois les facteurs favorisant une réanalyse, puis de dégager les généralisations possibles. Par « contexte métanalytique », j’entends les situations où une séquence donnée, sans incidences sémantiques et pragmatiques notables, est analysable de deux ou plusieurs manières14 : ainsi, dans (9) et (10), en peut être interprété, on l’a vu, soit comme anaphorique indirect, soit comme formant un tout avec démordre ; il s’agit là d’exemples-pivots, où se joue la réinterprétation locutionnelle.

2. Aphorismes lexicalisés avec ça (hors sujet impersonnel)

24Les locutions verbales contenant un démonstratif sont plus rares que celles contenant un indice clitique, mais tout aussi intéressantes. On peut signaler les cas de faire ça, aimer ça, ne penser qu’à ça, qui s’expliquent aisément par un euphémisme allusif (Béguelin 1997). Le cas de remettre ça, au sens de « faire à nouveau, recommencer », comme dans (12) ci-dessous, relève toutefois d’une autre explication, hormis bien sûr les contextes où il est question de sexualité :

(12) (a) Ils s’étaient mis au moins six pour le pousser [l’engin] depuis le Pont Bineau. On a rempli les réservoirs. Le gicleur a bavé partout. Le volant avait des renvois… Y a eu des explosions horribles. On a remis ça à la volée, à la courroie… On s’attelait dessus à trois ou six… (Louis-Ferdinand Céline, 1936 < f)
  (b) Tout paraissait pourtant apaisé entre Ayrault et Montebourg depuis leur déjeuner « tout à fait cordial » du 14 décembre à Matignon. Mais, quatre jours plus tard, le ministre du Redressement productif remettait donc ça en dégainant son interview. (Le Canard enchaîné, 26 décembre 2012, p. 2)

25Très courante dans la presse actuelle, cette formule toute faite, signalée comme populaire dans les dictionnaires, s’apparente au remettre ça que l’on utilise dans un bar ou un restaurant avec le sens d’« apporter ça une nouvelle fois, rapporter la même chose, rapporter une autre tournée ». Utilisé in medias res, le ça fonctionne comme un banal déictique situationnel :

(13) Tous trinquèrent.
  Remets-nous ça, fit le Capitaine. (Francis Carco, 1925 < f ; ça : le type de boisson que les partenaires de l’interlocution sont en train de consommer)

26La rubrique historique du TLFi fait remonter à la même année 1913 les deux emplois suivants, dont le second montre déjà des signes de figement :

(14) (a) remettre ça « servir de nouveau la même consommation, dans un débit de boisson » (Matin, 2 août […] : Remettez-nous ça !). (TLFi, s. v. remettre)
  (b) remettre ça « recommencer (une bagarre) » (Matin, 13 août, p. 2 […] : Est-ce qu’on « remet » ça, tous les deux ?). (Ibid.)

27Appliqué à des situations diverses, consommations au bar ou au restaurant (13, 14a), mais aussi action sur un moteur (12a), rixe (12b, 14b), remettre ça en vient ainsi à signifier de manière générique « faire à nouveau ce qu’on a déjà fait » (ibid.), « revenir à la charge » :

(15) (a) C’est le cor de chasse !… Et ça venait de la plaine… Ça venait de pas loin ! Je me dis : « Mais c’est lui !… Ah la sale brute ! » Je reconnaissais tous les couacs ! Il rempile ! Il va nous remettre ça !… (Louis-Ferdinand Céline, 1936 < f)
  (b) Assez des parades et des batailles. Assez de parler et d’écrire en public. Nous « remettrons ça » dans quelque temps. (Jean Guéhenno, 1938 < f).

28Dans (15a), le ça de remettre ça peut être interprété de deux manières, soit comme anaphorique indirect (« il va nous remettre le même air de cor »), soit en tant que parasynonyme non compositionnel de rempiler qui précède ; la situation recoupe en gros ce que nous avons vu plus haut à propos d’en démordre (exemples 9-10). La dé-référentialisation du pointeur est favorisée dans le cas présent par les contextes où remettre ça est utilisé « en mention » (15b), par un acte de « dédoublement opacifiant du dire » (Authier-Revuz 1995), sans qu’il soit possible, comme dans (13), de récupérer les circonstances d’une énonciation première où le ça fonctionnerait comme un déictique. La seule issue est alors d’interpréter ça comme désignant un objet générique (« refaire quelque action que ce soit »), ce qui ouvre à une réanalyse de remettre ça en tant que locution.

29Si les lexies verbales de type V + ça sont peu courantes, on voit en revanche apparaître des ça démotivés en contexte comparatif :

(16) (a) Guiloineau rappelle que la IVe ne s’est pourtant pas si mal débrouillée que ça au sortir de la guerre, qu’elle a réussi à reconstruire un pays ruiné, […]. (Le Canard enchaîné, 4 avril 2012, p. 5)
  (b) Le gilet à champignons, on l’a connu pas plus grand que ça, dans la Parenthèse inattendue sur France 2, moulant les épaules de Frédéric Lopez […]. (Libération, 18-19 janvier 2014, p. 51)
(17) Des journées entières à effeuiller les marguerites : « Je t’aime, plus du tout, plus beaucoup, pas tellement, pas tant que ça, moins qu’hier, plus que demain. » (Frédéric Beigbeder, 2000 < f)
(18) Cependant, durant les entr’actes, Petit-Pouce n’était pas tellement que ça un homme heureux. Parce qu’il était marié, très légitimement. Et il avait des remords. (Raymond Queneau, 1942 < f)

30Dans (16a), il n’est pas exclu que ça désigne un référent déductible du contexte (pas si mal débrouillée qu’on le dit). La récupération d’un comparant semble toutefois plus aléatoire dans (16b), (17) et (18) : on a plutôt le sentiment que pas plus grand que ça, pas tant que ça, pas tellement que ça y sont des synonymes expressifs, de petit d’une part, de pas tellement de l’autre. Ces exemples, à l’évidence, mériteraient une analyse plus fouillée. Les contextes comparatifs concernés sont négatifs dans (16-18), mais ce n’est pas le cas général :

(19) (a) Cet homme est un bloc où tout part d’un cœur « gros comme ça » – cœur au sens archaïque de courage, de thumos, fontaine d’indignation généreuse – une force de la nature qui étouffe dans les ruelles de la politique […]. (Maurice Barrès, 1881 < f)
  (b) Brassens, un libertaire au cœur gros comme ça. (Internet)
  (c) Cœur. Toujours gros comme ça (à peu près).
  Cohue. Toujours indescriptible. Ça tombe bien.
  Colis. Toujours suspect. Ça tombe mal. (Gérard Genette, 2006 < f)

31Peu courant dans Frantext, très fréquent au contraire sur la Toile, gros comme ça forme des stéréotypes hyperboliques orientés principalement vers la grande dimension (19a-c), mais aussi vers la petite, notamment dans la construction gros comme ça de N où il figure en position de déterminant quantifiant :

(19) (d) Comme la vieille fille les avait entraînées dans sa querelle contre la belle Normande, à propos de la limande de dix sous, elles s’étaient du coup remises toutes deux avec la belle Lisa. Maintenant la poissonnière ne valait pas gros comme ça de beurre. Et elles tapaient sur les Méhudin, des filles de rien qui n’en voulaient qu’à l’argent des hommes. (Émile Zola, 1873 < f)

32La lexicalisation a pour effet que même à l’oral, l’expression gros comme ça n’appelle plus forcément d’indication gestuelle concomitante, ni d’ailleurs de didascalies telles qu’en contiennent les extraits suivants :

(19) (e) ils en rapportent [de l’or] gros comme ça (l’ongle du pouce mesure l’extrémité de l’auriculaire). (Jacques Perret, 1936 < f)
  (f) — Il faut que tu boulottes des biftecks gros comme ça ! dit Élie en écartant les mains. (Robert Sabatier, 1985 < f)
  • 15 Par exemple dans : « Un idiot, un enfant haut comme ça les aurait relevés » (Ahmadou Kourouma, 196 (...)

33Dans la même veine, il y a aussi haut comme ça, qui veut dire tantôt « très haut », tantôt au contraire « tout petit, haut comme trois pommes »15. L’argotique comac « d’une taille exceptionnelle, énorme », qui vient semble-t-il du méridional comme aco, aco étant un équivalent provençal de ça (Colin et al. 1990, s. v.), montre une évolution analogue, également liée à la dé-référentialisation d’un déictique ; la forme est devenue en français un adjectif de dimension, que l’on rencontre postposé mais aussi à l’occasion préposé au substantif : « Il ouvre le coffre du combiné radio-électrophone, un meuble comac, rutilant, près du lit » (Albert Simonin, 1963 < f) ; « j’ai un sale et comac bouton sur le nose » (René Fallet, 1992 < f). Enfin, les exemples suivants témoignent d’un autre emploi démotivé de comme ça, utilisé comme une sorte de connecteur avec le sens d’« ainsi, ainsi donc » :

(20) (a) Quatre-vingt mille francs ! Monsieur. Vous ne vous embêtez pas. Et vous avez fait comme ça une centaine de lieues pour venir me les demander, à moi ? (Léon Bloy, 1894 < f)
  (b) « Ah ! Alors ? qu’il me fait comme ça… Ah ! Tiens ! Si je me retenais pas !… […] » (Louis-Ferdinand Céline, 1936 < f)
  (c) Marina a tenu à emporter Kacha, sa poupée, dont la tête dépasse du sac. Comme ça, vous jouez à la poupée ? lance le type au regard de batracien dans le rétroviseur. (Dominique Perrut, 2009 < f)

34L’exemple (20b) fournit peut-être un contexte métanalytique où comme ça est interprétable soit comme un complément de manière, avec un comme de comparaison suivi d’un ça référentiel (renvoyant par exemple à une manifestation gestuelle), soit comme une sorte de ponctuant discursif démotivé, signalant une approximation ou une liaison vague avec ce qui précède. Voir les exemples réunis par Yves Bertrand (2008) et, pour une analyse qui repose également sur un corpus oral, l’étude de Gilles Corminboeuf (à paraître).

35Les démonstratifs sont décrits, on le sait, comme des pointeurs sui-référentiels, déictiques au sens fort, qui identifient leur référent « par proximité », dans le contexte énonciatif immédiat. Si, en tant que démonstratif, ça désigne un référent « supposé accessible… à partir de l’événement de son énonciation » (Charolles 2002, p. 107, caractères gras dans l’original), comment en vient-il, dans les cas présentés supra, à se démotiver ? L’observation des extraits suivants fournit quelques pistes explicatives :

(21) (a) J’ai moi aussi une mission sociale, et du mépris des sots et des hypocrites, je me soucie comme de ça ! (Valéry Larbaud, 1913 < f)
  (b) … ce marquis ! Crois-tu donc que son titre me jette de la poudre aux yeux ? […] Je me moque de la noblesse comme de ça ! (Émile Augier et Jules Sandeau, 1854 < f et TLFi s. v. cela, ça)
(22)   — Bien dormi ? dit mon père. — Comme ça, répondis-je. J’ai trop bu de whisky hier soir. (Françoise Sagan, 1954 < TLFi s. v. cela, ça)
  • 16 Linguiste avant l’heure, George Sand s’est avisée du fait et elle écrit plaisamment dans sa corres (...)

36Dans (21a-b), les occurrences de comme (de) ça interviennent dans des discours directs ; ça est censé y renvoyer à une mimique du locuteur, geste évoquant le rejet d’une miette ou d’une poussière (21a-b), ou geste d’approximation : (22), voir aussi (19d). Le médium écrit comme le genre fictionnel dont relèvent ces extraits ont pour effet que ce geste doit être restitué par l’interprète, auquel il revient en outre de situer la valeur de ça sur une échelle quantitative (du côté du peu, du moyen ou du beaucoup)16. Peu convenu, l’exemple suivant est d’un intérêt particulier :

(23) Trois coups droits complètement ratés ont fait état du degré de frustration d’un Roger Federer « à ça » de virer en tête. (20minutes, 6 novembre 2013, p. 39 ; rubrique sportive, narration d’une compétition de tennis)
  • 17 Frantext fournit 16 attestations de la suite comme de cela/ça. De manière peu surprenante, les pre (...)

37En l’occurrence, le lecteur semble invité à restituer une situation de parole in praesentia, où le parleur appuierait son dire par un geste suggérant un intervalle très petit, pour indiquer que « Federer a été tout près de virer en tête », qu’« il s’en est fallu d’un iota ». Quant aux guillemets qui entourent l’expression à ça – voir aussi (15b), (19a) –, ils indiquent un dédoublement énonciatif, un recours à cette forme de « déjà-dit stéréotypique » dont Jacqueline Authier-Revuz (1995, I, p. 131) signale à juste titre l’affinité avec les phénomènes de figement. On peut supposer que la réitération d’exemples citationnels, au sens large, favorise un raccourci interprétatif de même nature que celui qui affecte comme ça, comme de ça dans les exemples commentés plus haut. Dans le cas de (21), le raccourci consiste à économiser la restitution du geste et à interpréter d’emblée le comme de ça par « comme d’une poussière, comme d’un fétu de paille, comme de rien du tout »17. Quant au comme ça de (22), donné en réponse à une question visant à situer un fait sur une échelle qualitative, il se stabilise avec le sens de « à peu près, pas trop bien » (TLFi s. v. cela, ça ; cf. comme ci comme ça), en contraste avec les interprétations hyperboliques de haut ou de bas degré cristallisées dans gros comme ça (19), haut comme ça (note 15).

3. Ne pas l’entendre de cette oreille

38Les aphorismes lexicalisés contenant un SN démonstratif sont rares. Ceux que j’ai repérés ont un caractère métaphorique : ne pas manger de ce pain-là, ne pas se chauffer de ce bois-là. Dans ce qui suit, j’approfondirai uniquement le cas de ne pas l’entendre de cette oreille, au sens de « refuser de faire ce qui est demandé, en raison d’une volonté contraire » (TLFi) :

(24) Les médecins disaient qu’ils n’avaient jamais vu un cas pareil, c’était un vrai record, mais lui ne l’entendait pas de cette oreille, il voulait vivre. (Émile Carles, 1978 < f ; cf. exemples 1a-b, ci-dessus)

39Jetons tout d’abord un coup d’œil à l’histoire de cette locution, ou plus exactement, à l’histoire de ses attestations littéraires d’après Frantext. La séquence entendre… de cette oreille n’apparaît qu’à partir de 1844, ce qui n’est probablement qu’un hasard dû aux lacunes de la documentation. Pendant environ cent vingt ans, notre locution est sujette à des variations formelles : présence ou absence de l’indice l’, présence ou absence d’une particule locative -là après le nom. À partir de 1965 toutefois, elle se stabilise sous la forme qu’elle présente dans (1a-b) et (24), et n’apparaît qu’à la troisième personne (ce qui peut également résulter d’un hasard).

40Le tableau 2 résume l’évolution au cours du temps des variantes de ne pas ø/l’entendre de cette oreille ø/-là, au sens visé ici de « résister, ne pas se laisser convaincre » (55 exemples pertinents dans Frantext) :

Tableau 2 – Construction de entendre de cette oreille dans les données Frantext.

Propriétés
Périodes
A. Personne du V B. Présence de le C. Présence de -là Nombre d’occurrences
1. 1844-1850 1re + 3
2. 1851-1914 1re et 3e
3e

+
2 + / 8 –
+
10
1a
3. 1920-1963 1re et 3e
3e
+
2 + / 7 –
-
9
2b
4. 1965-2011 3e + - 30
Total 55

Théophile Gautier, 1863 < f ; voir plus bas note 18.
Marcel Proust, 1920, et Georges Lefebvre, 1963 < f.

41Pour faciliter le commentaire, j’ai distingué dans le tableau 2 quatre périodes de durées inégales, mais à l’intérieur desquelles les attestations présentent une certaine homogénéité, à quelques exceptions près. Ainsi, les trois attestations de la période 1 sont toutes à la première personne, dépourvus de l’ mais assorties de la particule -, ce qui donne :

(25) (a) Il disait que puisqu’il était destiné à vivre en ouvrier de campagne, il serait plus sage d’élever sa fille en vue de sa condition, d’en faire une brave villageoise, de lui apprendre à lire, à coudre, à filer, à tenir un ménage ; mais du diantre si j’entendis de cette oreille-là ! (George Sand, 1845 < f ; seul exemple non négatif)
  (b) « […] Car elle est bonne, ma femme ! Si on l’écoutait, le commerce ne serait pas possible. C’est pour cela que moi qui n’entends pas de cette oreille-là, vous comprenez… » (Honoré de Balzac, 1850 < f)

42Qu’il s’agisse de récit à la première personne ou de discours rapporté direct, le SN démonstratif cette oreille-là peut être compris ici comme un déictique situationnel, tout comme les ça de (13), (14a), (21) et (22) examinés plus haut. Dans (25a-25b), le lecteur est invité à restituer un contexte d’écoute, où la (demi-)surdité feinte par le locuteur (« degré perçu » de la métaphore) est d’emblée réinterprétée comme une fin de non-recevoir à l’égard des propositions de l’interlocuteur (« degré conçu » de la métaphore selon Jean-Marie Klinkenberg, 2001 ; cf. dans un sens analogue être sourd à…).

43La période 2 voit l’apparition d’exemples à la troisième personne, avec tendance forte, mais non absolue, à laisser tomber la particule -là.

(26) (a) Vainement Laure l’entretenait du prochain retour d’Henri V, de l’honneur d’être reçu, en attendant, chez les duchesses du faubourg Saint-Germain : M. Levrault n’entendait pas de cette oreille. Il ne se souciait guère des salons du noble faubourg. (Jules Sandeau, 1851 < f)
  (b) J’accepte tout ce qui se présente. Mais mon oncle n’entend pas de cette oreille-là. (Henry Becque, 1885 < f)

44L’extrait (26a) commence par un discours narrativisé (Laure l’entretenait…) ; aussi la locution ne pas entendre de cette oreille qui survient dans la foulée peut-elle facilement être comprise comme reflétant le dire de l’interlocuteur de Laure, M. Levrault. Cette interprétation par un discours indirect libre permet, si l’on peut dire, de « sauver » une interprétation déictique de cette oreille par restitution du contexte de l’énonciation citée. Cependant, le passage concerné peut également passer pour diégétique, c’est-à-dire pris en charge par le narrateur. En ce cas, le SN cette oreille n’est plus rapportable au contexte énonciatif, le « degré perçu » de la métaphore n’est plus accessible comme il l’était dans (25), ce qui favorise une interprétation non compositionnelle de la séquence : ne pas l’entendre de cette oreille équivaut à « faire la sourde oreille ». L’exemple (26b) présente une ambiguïté analogue, probablement déterminante pour expliquer la démotivation de ce + N. Retenons donc, comme lieu de genèse possible d’une telle locution, les contextes d’indistinction entre focalisation interne et focalisation externe du récit, au sens genettien du terme.

  • 18 L’exemple de Théophile Gautier évoqué à la note a du tableau 2, avec l’ et -là, est-il un précurse (...)

45Prélude à la période moderne, la période 3 se caractérise quant à elle par l’apparition dans les exemples de l’indice clitique l’, qui va de pair avec une partielle remotivation de la locution. Cet emploi apparaît pour la première fois (et sans -18) en 1920, dans un texte savant, à caractère historique :

(27) Bref, il dirait sans doute le mot décisif. Vincent ne l’entendait pas de cette oreille.
  (Henri Bremond, 1920 < f)

46L’introduction de l’indice clitique est attribuée par le TLFi à l’influence de l’expression concurrente l’entendre ainsi, où entendre a plutôt son acception de « comprendre ». L’indice peut y passer pour un le neutre, assumant une fonction anaphorique directe, indirecte ou résomptive. Le -là continue à apparaître de temps à autre, quoique de façon récessive. Durant cette période, seuls deux exemples se présentent encore sans l’, comme dans (25)-(26). L’un des deux est dû à Marcel Proust ; il apparaît dans un discours direct prêté à M. de Charlus, où celui-ci évoque ironiquement le mari de sa tante Villeparisis, qui a ajouté une particule à son patronyme :

(28) « […] j’ai pensé qu’il voulait modestement signifier par là qu’il était un monsieur de Villeparisis, petite localité près de Paris, qu’il avait une étude d’avoué ou une boutique de coiffeur à Villeparisis. Mais ma tante n’entendait pas de cette oreille-là – elle arrive d’ailleurs à l’âge où l’on n’entend plus d’aucune. […]. » (Marcel Proust, 1920 < f)

47À l’évidence, la version « xixe » de la locution se prête, mieux que ne le ferait la variante avec indice clitique, à la syllepse consistant comme ici à enchaîner, en la prenant au sens propre, sur la locution dont le sens usuel est métaphorique. Finalement donc, entre les périodes 1 et 4, on voit le SN cette oreille(-là) perdre sa valeur référentielle par le biais de contextes métanalytiques qui peuvent passer soit pour du discours narrativisé, soit comme de la diégèse. Ceci confirme, s’il en était besoin, l’importance reconnue aux contextes de mention comme initiateurs de lexicalisation (Authier-Revuz 1995, I, p. 131).

Conclusion provisoire

48Récemment, une série d’expériences psycholinguistiques, dont Michel Charolles (2014) et Laure Anne Johnsen (2014) se sont faits l’écho, ont suggéré que certaines expressions référentielles demeurent plus ou moins ininterprétées par l’interlocuteur, qui peut dans certains cas se contenter d’un traitement approximatif, « juste suffisant » au regard des enjeux communicationnels du moment (par exemple, Ferreira et al. 2002, Filik et al. 2008, Gerrig et al. 2011). Les faits examinés ci-dessus apportent sur ce phénomène un éclairage complémentaire. Au terme de la présente étude – qui bien sûr demanderait à être approfondie sur bien des points – il est d’ores et déjà possible, à partir des exemples présentés plus haut, de formuler quelques hypothèses explicatives dont certaines au moins pourraient être candidates à une vérification expérimentale :

1. Cas de se les rouler et de (ne pas) en démordre. Les phénomènes de pointage pronominal allusif ou inférentiel peuvent entraîner, de la part de l’interlocuteur, une inhibition relative de l’interprétation référentielle, préparant le terrain à un retraitement de la séquence [indice clitique + V] en tant qu’entité lexicale autonome.
2. Cas de remettre ça, gros comme ça. Coupée de son contexte énonciatif, notamment à l’écrit, et/ou en contexte citationnel, une séquence contenant un ça déictique peut tendre à être interprétée de manière générique (comme dans remettre ça), ou, en contexte comparatif, à être interprétée directement par rapport à la quantité visée, en s’économisant le détour par le contexte énonciatif (gros comme ça, haut comme ça).
3. Cas de ne pas (l’)entendre de cette oreille(-là). Quand ils s’appliquent à certains énoncés stéréotypés incluant un SN démonstratif, les phénomènes de mention ou de discours narrativisé favorisent, par éclipse des conditions de l’énonciation citée, une démotivation du démonstratif qu’ils contiennent, entraînant une réinterprétation locutionnelle desdits énoncés.
  • 19 Je remercie Alain Berrendonner, Gilles Corminboeuf ainsi que les éditeurs du présent volume pour l (...)

49Il reste cependant beaucoup de travail à faire pour décrire les conditions dans lesquelles émergent les aphorismes lexicalisés. L’identification des séquences pertinentes passe en partie par une recherche manuelle et par le dépouillement de textes ou de transcriptions d’oral ; il s’agit d’une étape nécessaire avant de tenter des recherches automatisées, dont les résultats ne seront d’ailleurs pas forcément exempts de « bruit ». Par exemple, si l’on s’intéresse aux emplois locutionnels d’y croire au sens d’« avoir confiance, être sûr de soi », la recherche automatique livrera de nombreux résultats parasites, qui à leur tour devront être triés manuellement. Dans tous les cas, l’objectif sera de repérer les séquences [indice clitique objet + V] qui sont métanalytiques, c’est-à-dire qui se prêtent soit à une interprétation anaphorique, soit à une interprétation aphorique, prélude indispensable à l’émergence d’emplois univoquement locutionnels19.

Literaturverzeichnis

Apothéloz Denis, 2010, « L’opacité référentielle : paramètres et statuts discursifs », La question polyphonique ou dialogique en sciences du langage, M. Colas-Blaise, M. Kara, L. Perrin et A. Petitjean éd., Metz, Université Paul Verlaine (Recherches linguistiques, 31), p. 135‑155. En ligne : [http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00868564] (consulté le 26 décembre 2013).

Ariel Mira, 1988, « Referring and accessibility », Journal of Linguistics, no 24, p. 65-87.

— 1990, Accessing Noun Phrase Antecedents, Londres - New York, Routledge.

Authier-Revuz Jacqueline, 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidence du dire, Paris, Larousse, 2 tomes.

[Reichler-]Béguelin Marie-José, 1993, « Motivation et remotivation des signes linguistiques », Étymologie diachronique et étymologie synchronique en Grèce ancienne, A. Christol, C. de Lamberterie et J.-L. Perpillou éd., vol. 65 de la Revue de philologie, no 1, p. 9-30.

Béguelin Marie-José, 1997, « Stratégies référentielles et variation », Langue française, no 115, p. 101-110.

— 2014a, « Ce nous enseignent les “aphorismes” lexicalisés », Nouvelles perspectives sur l’anaphore : points de vue linguistique, psycholinguistique et acquisitionnel, M. Fossard et M.-J. Béguelin éd., Berne, Peter Lang (Sciences pour la communication), p. 149-180.

— 2014b, « Lexies verbales à pronom vague : le cas d’en rajouter », « Toujours langue varie… » Mélanges de linguistique historique du français et de dialectologie galloromane offerts à M. le Professeur Andres Kristol par ses collègues et anciens élèves, F. Diémoz, D. Aquino-Weber, L. Grüner et A. Reusser-Elzingre éd., Genève, Droz, p. 19-36.

Béguelin Marie-José dir., 2000, De la phrase aux énoncés : grammaire scolaire et descriptions linguistiques, Bruxelles, De Boeck - Duculot.

Bernet Charles et Rézeau Pierre, 2008, On va le dire comme ça. Dictionnaire des expressions quotidiennes, Paris, Balland.

Bernet Charles et Rézeau Pierre, 2010, C’est comme les cheveux d’Éléonore. Expressions du français quotidien, Paris, Balland.

Bertrand Yves, 2008, « Ah ça ! », Nouveaux cahiers d’allemand, vol. 26, no 1, p. 57-90.

Blanche-Benveniste Claire, Deulofeu José, Stefanini Jean et Van den Eynde Karel, 1984, Pronom et syntaxe. L’approche pronominale et son application au français, Paris, SELAF.

Blanche-Benveniste Claire et Jeanjean Colette, 1987, Le français parlé. Édition et transcription, Paris, Didier-Érudition.

Blinkenberg Andreas, 1950, Le problème de l’accord en français moderne. Essai d'une typologie, Copenhague, E. Munksgaard.

Brunot Ferdinand, 1905-1938, Histoire de la langue française, des origines à 1900, Paris, Armand Colin, 11 tomes.

Brunot Ferdinand et Bruneau Charles, 1949, Précis de grammaire historique de la langue française, Paris, Masson, 3e édition.

Charolles Michel, 2002, La référence et les expressions référentielles en français, Paris, Ophrys.

— 2014, « Annotation des expressions référentielles et profondeur de traitement », Nouvelles perspectives sur l’anaphore : points de vue linguistique, psycholinguistique et acquisitionnel, M. Fossard et M.-J. Béguelin éd., Berne, Peter Lang (Sciences pour la communication), p. 63-107.

Colin Jean-Paul, Mével Jean-Pierre et Leclère Christian, 1990, Dictionnaire de l’argot, Paris, Larousse.

Corminboeuf Gilles, à paraître, « Comme ça, marqueur d’approximation », À l’articulation du lexique, de la grammaire et du discours : marqueurs grammaticaux et marqueurs discursifs, F. Lefeuvre et G. Dostie éd., Paris, Presses universitaires de Paris Sorbonne.

Cornish Francis, 1986, Anaphoric Relations in English and French. A Discourse Perspective, Londres, Croom Helm.

— 1999, Anaphora, Discourse and Understanding. Evidence from English and French, Oxford, Clarendon Press.

Cornish Francis, Garnham Alan, Cowles H. Wind, Fossard Marion et André Virginie, 2005, « Indirect anaphora in English and French : a cross-linguistic study of pronoun resolution », Journal of Memory and Language, no 52, p. 363-376.

Damourette Jacques et Pichon Édouard, 1911-1946, Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française, Paris, Éditions d’Artrey, 7 tomes.

Duneton Claude, 1990, Le bouquet des expressions imagées. Encyclopédie thématique des locutions figurées de la langue française, avec la collaboration de Sylvie Claval, Paris, Seuil.

— 1998, Le guide du français familier, Paris, Seuil.

Duval Marc, 2012, « Sur des proformes à fonction anaphorique marginale : proformes postiches et redondantes », Anaphore et anaphoriques : variété des langues, variété des emplois, C. Denizot et E. Dupraz éd., Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, p. 209-230.

Erkü Feride et Gundel Jeanette K., 1987, « The pragmatics of indirect anaphors », The Pragmatic Perspective. Selected Papers from the 1985 International Pragmatics Conference, J. Verschueren et M. Bertuccelli-Papi éd., Amsterdam, John Benjamins, p. 533-545.

Ferreira Fernanda, Bailey Karl G. D. et Ferraro Vittorio, 2002, « Good-enough representations in language comprehension », Current Directions in Psychological Science, vol. 11, no 1, p. 11-15.

Filik Ruth, Sanford Anthony J. et Leuthold Hartmut, 2008, « Processing pronouns without antecedents : evidence from event-related brain potentials », Journal of Cognitive Neuroscience, vol. 20, no 7, p. 1315-1326.

Fossard Marion et Béguelin Marie-José éd., 2014, Nouvelles perspectives sur l’anaphore : points de vue linguistique, psycholinguistique et acquisitionnel, Berne, Peter Lang (Sciences pour la communication).

Gerrig Richard J., Horton William S. et Stent Amanda, 2011, « Production and comprehension of unheralded pronouns : a corpus analysis », Discourse Processes, vol. 48, no 3, p. 161-182.

Grevisse Maurice et Goosse André, 2011, Le bon usage, Bruxelles, Duculot, 15e édition.

Groupe de Fribourg, 2012, Grammaire de la période, Berne, Peter Lang.

Gundel Jeanette K., Hedberg Nancy et Zacharski Ron, 2000, « Statut cognitif et formes des anaphoriques indirects », Verbum, vol. 22, no 1, p. 79-102.

Jespersen Otto, 1976 [1922], Nature, évolution et origines du langage, Paris, Payot.

Johnsen Laure Anne, 2011, « Un éclairage sur le fonctionnement de tout ça en fin de liste », Du système linguistique aux actions langagières. Mélanges en l’honneur d’Alain Berrendonner, G. Corminboeuf et M.-J. Béguelin éd., Bruxelles, De Boeck - Duculot, p. 487-505.

— 2011, « Who are they ? On the reference of collective ils (they) in French », Conference Proceedings of The 8th Discourse Anaphora and Anaphor Resolution Colloquium, I. Hendrix, A. Branco, S. L. Devi et R. Mitkov éd., Lisbonne, Edições Colibri, p. 23-38.

— 2013, « Anaphore pronominale indirecte en micro- et macro-syntaxe », Énonciation, texte, grammaire. De la linguistique à la didactique, M. Barbazan éd., Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 65-84.

— 2014, « L’emploi du clitique ils à valeur indéterminée en français : entre interprétation anaphorique et interprétation existentielle », Nouvelles perspectives sur l’anaphore : points de vue linguistique, psycholinguistique et acquisitionnel, M. Fossard et M.-J. Béguelin éd., Berne, Peter Lang (Sciences pour la communication), p. 109-148.

— en cours, L’approximation référentielle. Procédés de pointage et représentation des objets-de-discours, thèse de doctorat, Université de Neuchâtel.

Kleiber Georges, 1990, « Quand il n’a pas d’antécédent », Langages, no 97, p. 24-50.

— 1994, Anaphores et pronoms, Bruxelles, Duculot.

Klinkenberg Jean-Marie, 2001, « L’argumentation dans la figure », Cahiers de praxématique no 35, p. 59-86.

Landragin Frédéric, 2014, « Anaphores et coréférences : analyse assistée par ordinateur », Nouvelles perspectives sur l’anaphore : points de vue linguistique, psycholinguistique et acquisitionnel, M. Fossard et M.-J. Béguelin éd., Berne, Peter Lang (Sciences pour la communication), p. 1-27.

Langacker Ronald, 1977, « Syntactic reanalysis », Mechanisms of Syntactic Change, C. Li éd., Austin, University of Texas Press, p. 57-139.

Le Bidois Georges et Le Bidois Robert, 1967, Syntaxe du français moderne. Ses fondements historiques et psychologiques, Paris, Auguste Picard, 2e édition, 2 tomes.

Le Goffic Pierre, 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette Éducation.

Maillard Michel, 1974, « Essai de typologie des substituts diaphoriques », Langue française, no 21, p. 55-71.

Pinchon Jacqueline, 1972, Les pronoms adverbiaux en et y. Problèmes généraux de la représentation pronominale, Genève, Droz.

Rey Alain éd., 1992, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2 tomes.

Riegel Martin, Pellat Jean-Christophe et Rioul René, 2009, Nouvelle grammaire méthodique du français, Paris, PUF, 4e édition.

Sandfeld Kristian, 1970, Syntaxe du français contemporain, vol. 1, Les pronoms [1928], Paris, Champion.

Wagner Robert-Léon et Pinchon Jacqueline, 1960, Grammaire du français classique et moderne, Paris, Hachette, 2e édition.

Wilmet Marc, 2010, Grammaire critique du français [1997], Bruxelles, De Boeck, 1re édition.

Outils en ligne :

Banque de données Frantext (INALF-ATILF)

TLFi : Trésor de la langue française informatisé

Anmerkungen

1 Le terme d’indice clitique est privilégié ici en vue d’éviter les inconvénients du terme traditionnel de pronom, lequel induit une vision substitutive inappropriée du fonctionnement des membres de la catégorie.

2 La plupart des indices étudiés ici se présentent en surface comme des compléments régis (seule exception : les ça des structures comparatives présentées plus bas, dans la section 2, « Aphorismes lexicalisés avec ça »). Bien qu’il ne soit pas sans rapport, je laisserai provisoirement de côté le cas des impersonnels il et ça en position sujet.

3 Voir Béguelin (2014a et b). Cette utilisation particulière du terme aphorisme est inspirée de l’article de Michel Maillard (1974).

4 Béguelin dir. (2000, p. 298). Voir dans le même sens, les travaux de Denis Apothéloz et de Laure Anne Johnsen cités dans la bibliographie, et, dans une perspective psycholinguistique, le courant de travaux évoqué en conclusion de cette contribution.

5 La lettre f signale les exemples tirés de la banque de données Frantext ; les caractères italiques qui signalent les locutions étudiées sont de mon fait.

6 Par mémoire discursive ou M, il faut entendre l’ensemble des connaissances publiquement partagées par les interlocuteurs à un point donné du discours, connaissances alimentées notamment, mais non seulement, par les contenus verbaux de l’interaction en cours. Pour plus de précisions, voir Groupe de Fribourg (2012, chapitre 2).

7 Rappelons que le SN à déterminant possessif leurs os équivaut à * les os d’eux, et présuppose donc un SN défini : les + N.

8 Les lexicographes expliquent les mettre par rapport à mettre les bouts, mettre les adjas (les jambes ; TLFi, s. v. mettre).

9 Voir, dans la même veine, le cas des ils collectifs, dépourvus d’antécédent (Kleiber 1990, 1994 ; Béguelin dir. 2000, p. 293-294 ; Filik et al. 2008 ; Johnsen 2011).

10 Le verbe est attesté dès le xvie siècle, avec au départ le sens de « lâcher ce qu’on mord » (TLFi). Il reflète, dans son emploi moderne, une métaphore cynégétique, tout comme son équivalent lâcher prise.

11 « Elle démordait pas, la môme, d’avoir entendu des pas » (Albert Simonin, 1953 < f).

12 Lexie à sens métaphorique (note 10), ne pas en démordre s’applique en effet parfois à un lieu. Ainsi dans « elle se colla à sa roue et n’en démordit pas » (à propos de deux cyclistes, André Dhôtel, 1943 < f).

13 Voir quelques considérations préliminaires à ce sujet dans mes études de 2014.

14 La notion de métanalyse a été introduite par Otto Jespersen (1976 [1922], p. 168) et théorisée par Andreas Blinkenberg (1950, p. 43) ; elle recouvre le phénomène qu’à la suite de Ronald Langacker (1977) on appelle aussi réanalyse.

15 Par exemple dans : « Un idiot, un enfant haut comme ça les aurait relevés » (Ahmadou Kourouma, 1968 < f). Voir en outre, dans une isotopie différente, l’usage qui est fait de comme ça chez Marcel Proust pour désigner euphémiquement l’homosexualité : « Il paraît que le petit Saint-Loup est “comme ça” et le petit Cambremer aussi. Pauvres épouses ! » (Proust, 1922 < f).

16 Linguiste avant l’heure, George Sand s’est avisée du fait et elle écrit plaisamment dans sa correspondance : « Beaucoup de gens se servent de cette locution, je m’en soucie comme de cela. Dans le discours c’est fort bien, parce qu’on désigne de la main ou du regard quelque chose qui sert de point de comparaison. En écrivant la phrase n’a pas de sens si vous ne mettez quelque chose au bout. Ainsi retenez ceci quand vous vous servirez de cette expression, ne manquez point de dessiner une lettre, un chiffre, un oiseau, une fleur, un petit homme, la moindre chose enfin. Ce que je vous dis là est le fruit des plus savantes recherches et des plus profondes méditations. Je ne suis point égoïste et je fais part à mes amis des trésors de science que j’ai amassés » (Lettre de George Sand à Émile Regnault, 1831 < f).

17 Frantext fournit 16 attestations de la suite comme de cela/ça. De manière peu surprenante, les premiers exemples apparaissent au théâtre, à partir de 1695. On les trouve ensuite dans la correspondance de George Sand (voir la note précédente), puis dans les discours directs de roman, les exemples attestés étant tous à la première personne.

18 L’exemple de Théophile Gautier évoqué à la note a du tableau 2, avec l’ et -là, est-il un précurseur ? Voici l’extrait concerné : « Isabelle […] fixait sur lui ses yeux bleus pleins de caresses et de supplications muettes pour arracher le serment désiré ; mais le baron ne l’entendait pas de cette oreille-là » (Gautier, Le Capitaine Fracasse, 1863, p. 253 < f et TLFi). On ne peut en être certain, compte tenu des diverses interprétations possibles de l’indice clitique l’ (qu’est-ce qui est visé exactement ? Isabelle ? le serment ? la situation ?). Notons encore que Claude Duneton (1990) relève la plus ancienne attestation de notre locution chez Eugène-François Vidocq, 1828.

19 Je remercie Alain Berrendonner, Gilles Corminboeuf ainsi que les éditeurs du présent volume pour leurs observations très utiles et pour les améliorations qu’ils m’ont permis d’apporter à une version préliminaire de ce texte. La présente étude a été réalisée dans le cadre des projets FNS 100012-126745 et 100012-146773.

Abbildungsverzeichnis

Titel Figure 1 – Chaîne par relations successives ou par regroupement (Landragin 2014, p. 3).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6878/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 159k

Autor

Université de Neuchâtel, Suisse

© ENS Éditions, 2016

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540