Version classiqueVersion mobile

Connexion et indexation

 | 
Laure Sarda
, 
Denis Vigier
, 
Bernard Combettes

Partie 2. Référence, anaphores, indexicaux

Les référents évolutifs, objets et objets du discours

Guy Achard-Bayle

Texte intégral

Mon double vœu : que l’événement devienne écrit. Et que l’écrit soit événement.
(Michel Leiris, Journal, 4 novembre 1979)

1. Introduction aux référents évolutifs : histoire et géolinguistique d’une notion

  • 1 Voir, sur le double plan de la recherche fondamentale et appliquée, le colloque d’avril 2015 sur l (...)
  • 2 Il me semble qu’on ne s’est jamais interrogé sur le pluriel de la désignation ; j’y reviendrai plu (...)

1J’emprunte la notion de géolinguistique à Marie-Anne Paveau et Georges-Élia Sarfati (2003) ; je l’ai utilisée moi-même, seul (Achard-Bayle 2010), ou aux côtés de Jean-Michel Adam et Bernard Combettes (Achard-Bayle éd. 2010), pour analyser le développement de la linguistique textuelle en France dans les années 1970 ; dans ce développement, de ce qu’on pourrait appeler autrement une « linguistique textuelle néo-pragoise à la française », Michel Charolles n’a pas joué un rôle mineur1. Mais c’est ici un autre domaine de recherche que je voudrais rappeler et ré-analyser, où Michel Charolles a joué un rôle pionnier : les référents évolutifs2.

  • 3 Outre les contributions déjà citées d’Adam et de Combettes sur cette tradition (Achard-Bayle éd. 2 (...)

2Dans les années 1990, le CNRS lance une série de programmes interdisciplinaires de recherches en sciences cognitives (PIR Cognisciences) ; en même temps, il crée des réseaux régionaux rassemblant équipes et chercheurs. Ainsi voit le jour « L’anaphore et son traitement », qui se rattache à la tradition de sémantique textuelle développée dans le « Grand Est »3 ; Michel Charolles, alors professeur à Nancy, est chargé de sa coordination scientifique (1992).

  • 4 Un rôle également attracteur : je parle notamment pour moi, qui ai intégré l’équipe comme doctoran (...)
  • 5 Notamment : Charolles et Schnedecker (1993), Schnedecker et Charolles (1993) et Kleiber et al. éd. (...)

3Michel Charolles jouera effectivement un rôle initiateur et fédérateur4 : on verra ainsi que les publications dont je rendrai compte par la suite résultent pour la plupart de travaux d’équipe, articles à quatre mains ou recueil d’études de membres du PIR5.

  • 6 Les deux volumes, parus dans la même collection (Recherches linguistiques), se suivent et montrent (...)

4Ce PIR comprendra deux volets, l’un sur les anaphores associatives, l’autre sur les référents évolutifs : le premier volet fera, assez vite, l’objet d’une publication (Schnedecker et al. éd. 1994) ; l’autre volet paraîtra un peu plus tard (Kleiber et al. éd. 1997)6. La première publication laisse attendre, par son sous-titre, un traitement pluridisciplinaire : Aspects linguistiques, psycholinguistiques et automatiques ; la seconde, intitulée La continuité référentielle, est également pluridisciplinaire mais se recentre sur l’interaction entre linguistique (textuelle) et philosophie (du langage) ; ce que confirme le titre de l’ouvrage suivant : Les référents évolutifs entre linguistique et philosophie (De Mulder et Schnedecker éd. 2001).

5Ainsi, ne serait-ce que par rapport à l’autre volet du PIR, cette bipolarité ou cette articulation semble bien être le propre des recherches sur les référents évolutifs, et par conséquent du ou, plus exactement, des traitements qu’ils impliquent ; on peut le voir par la citation suivante :

Le comportement des expressions anaphoriques dans les textes rapportant les transformations matérielles subies par un référent est intéressant à observer car il permet de mesurer jusqu’à quel point certaines formes de reprise sont sensibles au changement. (Charolles 1997a, p. 71, début de l’article)

  • 7 Je ne peux qu’y faire allusion. La critique de l’approche ontologique et du traitement philosophiq (...)

6C’est pourquoi j’ai associé dans mon titre les référents évolutifs à deux autres notions, car ils suscitent ou nécessitent une réflexion et une analyse portant à la fois sur des objets et des objets du discours – sachant que dans l’affaire, la linguistique textuelle mais aussi la sémantique référentielle, comme on aura l’occasion de le voir et revoir, ne sont pas en reste. Ainsi, dans la citation précédente, je mets en gras ce qui relève de problématiques philosophiques, en italiques ce qui ressortit à l’analyse linguistique des textes ; les prédicats méta (« observer », « mesurer ») restent eux à cheval, c’est-à-dire opèrent sur les deux domaines : par sa nouveauté, ce traitement mixte ou hybride, suivant le point de vue, soulèvera, vite, de vifs débats7.

  • 8 Cela a été confirmé par Michel Charolles (1997a). Georges Kleiber le rappellera de son côté au mom (...)

7En fait, au départ8, c’est-à-dire dans un article de Michel Charolles et Catherine Schnedecker (1993), le problème de la référence évolutive se pose comme un problème de référence textuelle, apparu dix à quinze ans auparavant chez Gillian Brown et George Yule (1998 [1983]) et Michael A. K. Halliday et Ruqaiya Hasan (1976) ; nous allons donc commencer par rappeler ces origines.

  • 9 La notion de chaîne vient de Zeno Vendler (1967, qui parle de manière suggestive de chaîne d’ident (...)
  • 10 C’est également l’exemple princeps de Charolles (1997a, p. 72-73). Mais seulement l’exemple (2) de (...)

8Dans la section qu’ils consacrent à la « cohésion », les auteurs de Discourse Analysis, Brown et Yule (1998, p. 191), mettent ainsi au jour la problématique de la référence évolutive – sans pour autant la nommer – en partant de ces anaphores qui, tout en formant une chaîne de désignations coréférentielles9, ont un antécédent dont le référent, pour ainsi dire, ne « correspond » plus, conceptuellement ou sémantiquement, à ce que les anaphores sont censées représenter (en intension) ; c’est à ce propos que Brown et Yule (ibid.) eux-mêmes citent l’exemple10 et analysent la démonstration de Halliday et Hasan :

[(1)] Wash and core six cooking apples. Put them into a fireproof dish.
  It is clear that them in the second sentence refers back to (is ANAPHORIC to) the six cooking apples in the first sentence. This ANAPHORIC function of them gives the cohesion to the two sentences, so that we interpret them as a whole; the two sentences together constitute a text. (Halliday et Hasan 1976, p. 2 ; majuscules dans l’original)

9En fait, la préoccupation de Halliday et Hasan est proprement textuelle ; fidèles au programme qu’ils se fixent dans Cohesion in English, ils cherchent à définir la texture : « A text has a texture and this is what distinguishes it from something which is not a text. […] The texture is provided by the cohesive relation » (ibid.).

10La question ontologique n’est donc pas énoncée comme telle par Halliday et Hasan, même si le prédicat refers dans leur première citation pose aussi le problème en termes philosophiques : si le pronom them « réfère », c’est qu’il représente un référent, en même temps qu’il renvoie à, reprend ou rappelle (back to) un syntagme nominal antécédent.

11Pour autant, la relation mots-monde, mais aussi, sur le plan méta, l’interaction, comme nous disions plus haut, entre linguistique et philosophie ne sont pas envisagées, ou pour mieux dire « déroulées » comme telles, dans leur double polarité : l’emploi du verbe référer, on vient de le voir, en témoigne, en ce qu’il est employé indifféremment pour le renvoi au co-texte et au contexte.

  • 11 Notamment Charolles (1997a), mais aussi, et en tout premier lieu, Charolles et Schnedecker (1993).
  • 12 Je cite de nouveau, pour boucler ce rappel des antécédents, De Mulder et Schnedecker éd. (2001). I (...)

12À l’inverse, l’intervention de Charolles dans le domaine11 se caractérise par le souci de prendre la problématique par les deux bouts ; ou si l’on préfère, par l’équilibre à maintenir – et maintenu – entre les deux approches et les deux traitements de la question : « entre linguistique et philosophie »12… Nous allons le voir, à partir du « mentalisme » de Brown et Yule.

2. Développements et traitements de la problématique des référents évolutifs

  • 13 J’ai développé pour ma part (Achard-Bayle 2001) cette notion de contexte évolutif pour rendre comp (...)

13La conception « substitutive » de Halliday et Hasan explique la manière dont Brown et Yule (1998) reconsidèrent l’exemple des pommes, devenu emblématique de la recherche sur les référents évolutifs ; Brown et Yule présentent, dans leur section « Substitution », ce qui sera au sein du PIR la conception « mentaliste » des anaphores et, partant, des référents évolutifs ; mentaliste, en ce que l’accent est alors mis sur les processus ou les calculs mentaux ou cognitifs mis en œuvre pour résoudre la question de la recherche ou de l’attribution d’un antécédent à une anaphore qui, dans et par le texte, représente un référent en contexte évolutif13 :

They [Halliday and Hasan] assume a simple substitution view where an expression may simply be replaced by another in the text. […] If we are interested in how readers proceed through such a text […] it is relevant to note, and for the reader to understand, that [the six cooking apples] have undergone a change of state. […] Their description has changed. (Brown et Yule 1998, p. 210 ; les auteurs soulignent)

14On voit ainsi comment se préfigure l’intersection ou l’entrecroisement des domaines ontologique et sémantique : avec leur description, Brown et Yule orientent la réflexion vers le contenu intensionnel, et en l’occurrence changeant, du référent. D’où le second exemple emblématique que Brown et Yule (p. 202) introduisent, celui du poulet :

  • 14 Voir l’article-bilan de Kleiber (2001, p. 5) : « Ce point de départ [des recherches en France sur (...)
Consider a more violent14, constructed example :
([2]) Kill an active, plump chicken. Prepare it for the oven, cut it into four pieces and roast it with thyme for 1 hour.
  Presumably the identity of the chicken is preserved, at least until it is dismembered, but its description has certainly changed. (Ibid., p. 202 ; les auteurs soulignent)

15L’orientation vers la sémantique référentielle prend dès lors, avec la question de l’identité, une tournure plus franchement philosophique, ou ontologique. Et c’est ainsi qu’émergent en France les recherches sur les référents évolutifs :

Il arrive que, dans un texte, une expression désigne un individu (au sens large) qui change d’état référentiel (atteinte à son intégrité physique, changement d’univers de discours, évolution dans le temps) avec le développement du discours. (Charolles 1992, p. 14)

16Dans cette citation, le lien avec l’ouvrage de Brown et Yule (1998) est clair ; il est même explicite, par le fort ancrage du projet dans la linguistique textuelle-discursive, et par la distinction faite entre texte (mise en forme, produit) et discours (production, actualisation).

  • 15 Voir ce qu’en dit Charolles (1997b) au début de son chapitre 1 (et notes 5 à 7) : « La notion d’un (...)

17Mais, également, le vocabulaire, le cadre philosophique s’affirment ou s’affinent : « individu (au sens large) […] état référentiel (atteinte à son intégrité physique, […] évolution dans le temps) », tout en se combinant avec une notion fondamentale de logique naturelle empruntée en l’occurrence à Robert Martin : l’univers de discours, soit « l’ensemble des circonstances […] dans lesquelles la proposition peut être dite vraie » (Martin 1983, p. 37, et Charolles 1997b, p. 5)15.

  • 16 Je m’y suis intéressé dans un de mes travaux (Achard-Bayle 2008) : j’appelle réalités conceptuelle (...)

18On peut donc dire que, par cette énumération et ses imbrications : « atteinte à [l’]intégrité physique, changement d’univers de discours, évolution dans le temps », la problématique se dessine bien au carrefour des sciences et de la philosophie du langage, et même, pour les premières, au creuset d’une linguistique discursive et textuelle qui ne saura plus se passer des sciences de la cognition, qu’il s’agisse de psycholinguistique (cognition interne) ou de sémantique cognitive (cognition culturelle)16.

19On voit donc combien ce nouveau champ de recherches, tel qu’il aura été parcouru, exploré et exploité, contient, rassemble ou préfigure les diverses, les multiples aires ou disciplines des sciences du langage qui caractérisent les travaux de Michel Charolles.

 

20Les référents évolutifs seront définis, peu après, comme des « objets “victimes” de processus transformateurs [qui] pourront affecter ces objets de différents points de vue : forme, matière, caractère massif ou comptable, etc. » (Charolles et Schnedecker 1993, p. 107). On voit bien ici comment se précise la problématique, dans ses cadres disciplinaires : « objets » et « processus » renvoient à une ontologie, et donc à l’arrière-plan philosophique ; lequel est revendiqué comme tel :

Depuis l’Antiquité, les problèmes d’identité ont suscité une abondante littérature philosophique et logique. Chacun connaît l’histoire du bateau de Thésée [voir Ferret 1996] dont on remplace continûment, et une à une, toutes les pièces de bois. Le paradoxe du bateau de Thésée tient en une simple question : est-ce qu’à la fin on a affaire au même navire ou à un autre ? (Ibid.)

  • 17 Wiggins (1980), Engel et Nef (1988), Engel (1989), Quine (1993).
  • 18 Kleiber et al. éd. (1997), De Mulder et Schnedecker éd. (2001).

21En fait de « simple question », il s’agit bel et bien pour nos auteurs d’une énigme, ou d’un « puzzle » pour reprendre le vocabulaire de la philosophie analytique qui les inspire ici17 ; et cette énigme alimentera la réflexion qui sera menée dans le cadre du PIR, et conduira notamment aux publications collectives recensées plus haut18. Pour autant l’énigme qui arrêtera davantage les acteurs du PIR, et les auteurs auxquels nous nous référons ici pour dessiner le cadre d’où émerge la problématique des référents évolutifs, sera bien linguistique, textuel et discursif :

La plupart [des philosophes ou des logiciens qui] ont cherché à élaborer le contenu conceptuel de la notion d’identité et surtout à contrôler son usage en logique […] ne se sont cependant pas directement préoccupés de savoir quelles expressions, dans une langue donnée, permettaient de maintenir (jusqu’à quel point, pourquoi et comment) la référence à une expression donnée, quand bien même celle-ci change d’état au fil du discours. (Ibid.)

  • 19 J’utilise ici « topique » pour me conformer à la notion de discourse topic que présentent Brown et (...)

22Dans cette citation, l’usage de « référence » est nettement centré sur la question des « expressions », qui font chaîne entre elles ; pour autant il est aussi question de « maintien », et là resurgit l’énigme dans sa double complexité : l’énigme en soi, qui est (de déterminer) le point de rupture d’une chaîne référentielle ; sa double complexité, qui vient de ce que le traitement que l’on peut proposer tient à la fois de l’ontologie (changement d’identité ou d’individu) et de la mise en texte (changement de topique19 du discours).

  • 20 Voici au moins le résumé des arguments d’Apothéloz et Reichler-Béguelin (1995 ; leurs italiques) : (...)

23J’ai fait allusion plus haut aux débats qu’ont suscités l’approche et le traitement mixtes ou hybrides des référents évolutifs. Je n’ai pu m’y attarder, car il faudrait restituer les démonstrations, pour et contre – ou contre et pour – dans leur détail20 ; je ferai néanmoins deux commentaires.

  • 21 Kleiber (dès l’article qu’il consacre aux pronoms en contextes évolutifs, 1997b) rend hommage à ce (...)

24Dans un premier temps, je dirai brièvement que ces débats sur les référents évolutifs ont permis, à la fin des années 1990 et au début des années 2000, d’orienter la sémantique référentielle, défendue au-delà du PIR par Charolles (2002) ou Kleiber (1997c, 1999), vers la revendication d’un réalisme « modéré » (si l’on suit Kleiber21) ; c’est-à-dire partagé entre le monde en tant que tel et nos points de vue, personnels ou, surtout, collectifs, sur le monde.

  • 22 La linguistique cognitive « californienne » défend un même principe, une même mixité objectiviste- (...)

25En même temps que cette réorientation vers une forme de réalisme mi-objectif, mi-subjectif22, les débats en question ont permis de reconsidérer la question du matériel linguistique dédié aux « modes de donation » des référents, suivant l’expression de Gottlob Frege ; ce qui permettra notamment à Michel Charolles (2002, p. 50) d’avancer la notion d’indétachabilité et par là de souligner : « Pour Frege et les philosophes comme J. Searle qui s’inspirent de ses idées, les référents sont indétachables de leur mode de présentation. »

26Rétrospectivement, on imagine aisément que l’avant-dernière citation sur la nécessité d’une approche linguistique et pas seulement philosophique ou logique de la référence (voir supra Charolles et Schnedecker 1993, p. 107) annonce cet ouvrage de Charolles (2002) consacré aux expressions référentielles en français ; j’ajouterai que l’ouvrage permet aujourd’hui aux linguistes, sémanticiens du texte, de distinguer dans le détail divers prédicats : exister, identifier, référer, qui sont autant d’opérations dont la prise en compte, distincte et contiguë, est nécessaire à la saisie (exophorique) comme au calcul (endophorique) de la référence, donc du sens.

27Dans cet esprit, j’avancerai, dans le second temps annoncé, et pour finir, une proposition de traitement mixte ou « à cheval », entre objet et objet du discours, en appliquant notamment la notion de thème-titre aux contextes évolutifs.

3. L’objet, l’objet du discours et le thème-titre

28Comme je l’ai dit, la complexité du traitement des cas et des contextes évolutifs est venue de ce que l’on a pu proposer des solutions qui tiennent tient à la fois de l’ontologie (quand il s’agit de considérer un changement d’identité ou d’individu) et de la mise en texte (s’il s’agit de changement de topique discursif et/ou de point de vue narratif). Mon propos pour finir est donc d’essayer d’unifier les traitements, à partir et au-delà des travaux cités jusqu’ici.

  • 23 Je modalise, car les auteurs eux-mêmes concluent prudemment que le point de vue « ne clôt pas l’en (...)

29Au départ, il est révélateur de voir comment les chercheurs du PIR se sont répartis la tâche ou les observables : textes-contextes factuels d’un côté (recettes de cuisine notamment), textes-contextes fictionnels de l’autre (récits de métamorphose). Les deux premiers articles publiés par les membres du PIR en témoignent : du côté factuel, celui de Charolles et Schnedecker (1993) ; du côté fictionnel, celui de Schnedecker et Charolles (1993). Et si dans les deux cas, c’est le comportement du pronom qui est testé en contexte évolutif, dans le premier, ce sont des critères ontologiques ou « naturels » qui permettent d’expliquer son « maintien » – autrement dit, la chaîne de référence est rompue dès lors que ne sont plus remplies « les conditions de persistance qu’un objet ne peut pas ne pas exemplifier à tout moment de son histoire sous peine de cesser d’être cet objet » (Charolles et Schnedecker 1993, p. 120) ; dans le second cas, l’identité du référent évolutif à un moment ou à un autre de son histoire est telle qu’elle est perçue et rendue en termes de vision et de voix dans ou par le dispositif narratif – autrement dit, le changement d’identité est aussi et peut-être23 surtout en « contextes narratifs focalisés » (Schnedecker et Charolles 1993, p. 206) une question de point de vue.

30Pour être complet, il faut signaler toutefois que les deux traitements ne sont pas imperméables, car la question (cognitive) du point de vue se retrouve (en termes de phénoménologie ou de mémoire) dans celle de la saillance ; ainsi, au début de leur étude des contextes évolutifs fictionnels, lorsqu’ils rappellent les conclusions de leur article précédent sur les référents et les contextes évolutifs factuels, Schnedecker et Charolles (1993, p. 203) précisent : « […] l’intégrité ontologique de l’objet évolutif [pommes, poulet] se définit en termes de saillance de la contrepartie massique, qui résulte des processus transformateurs appliqués à l’objet. »

  • 24 Voir mon intervention dans le colloque « L’effet de fiction » (mars 2001). En ligne : [http://www. (...)
  • 25 D’où sans doute, j’y reviens, le pluriel à « référents évolutifs »…

31Ceci dit, lorsque j’ai rédigé de mon côté une Petite grammaire de la métamorphose (2001, p. 255-268), je n’ai pu que faire état du morcellement des traitements : pragmasémantique des désignations, ontologie des objets, accessibilité des référents, mémoires, variations dans les dispositifs narratifs, effets de fiction24 ; or, ces propositions sont non seulement concurrentes, appartenant à des paradigmes parfois éloignés, voire incompatibles, mais inexploitables sur un corpus diversifié, c’est-à-dire dès lors qu’on tente de les transposer d’un genre de texte à un autre : par exemple d’une recette de cuisine à un récit de métamorphose, ou vice versa25

  • 26 Sur les prédicats transformateurs, voir Charolles et François (1998).

32Il m’est alors apparu qu’un traitement unifié peut être envisagé à partir de l’hétérogénéité constitutive des textes : ainsi, une recette peut être prise et traitée comme une suite, une séquence de prédications transformatrices factuelles26. La notion de mémoire, ou de mémoires au pluriel comme je l’ai mentionné plus haut, permet aussi d’unifier le traitement, entre linguistique textuelle et sémantique cognitive (des espaces mentaux et des univers de croyance) : on a besoin et de la mémoire de travail pour l’interprétation séquentielle, endophorique et rétroactive du texte, donc du côté de la cognition interne ; et de la mémoire collective ou partagée, du côté de la cognition externe (Paveau 2006), pour l’interprétation exophorique et anticipatrice ; la question est alors de savoir, non pas comment chaque mémoire fonctionne « pour soi », mais comment elles le font ensemble.

33Pour autant, je conserve des travaux pionniers sur les référents évolutifs la notion de seuil ou de point de rupture, au-delà desquels il y a changement ontologique, avec ou sans trace linguistique – ce qui fait que « l’énigme des référents évolutifs » est, comme on l’a dit, dédoublée… Mais, à partir de là, je tente de mettre ou remettre en avant la texture ; pour cela il me faut envisager dans un même traitement processus transformateur et séquence textuelle : ainsi l’interaction sémantique, logique et actancielle entre objet(s) et procès prend place dans un cadre de continuité et de dynamique référentielles – référentielles également comme chez Halliday, c’est-à-dire informationnelles ; partant, il n’est plus question de dissocier du texte ou du discours l’objet – même si je ne fais pas de l’objet du discours un objet-de-discours dans le sens signalé plus haut : la construction textuelle a à voir avec le référent et son évolution, quelle que soit par ailleurs la réalité de l’un et l’autre hors texte…

34On peut ainsi voir se défaire, mais aussi se reconstituer, un objet-thème, au nom des deux principes, ontologique pour le maintien (versus la perte) de l’identité (en l’occurrence numérique), et textuel pour l’installation d’un thème-titre ou d’un hyperthème, ensuite pour son aspectualisation dans et par la mise en texte : j’entends par aspectualisation (voir Combettes 1983, p. 97) la procédure de composition textuelle qui consiste en une dérivation du référent thème-titre ; de ce point de vue, donc, la comparaison entre un texte descriptif-informatif comme (3) et un autre évolutif-injonctif comme (4) ou (5) est révélatrice de la proximité voire de l’intime mélange qui existe entre la représentation d’une manière ou d’un dire de faire dans le monde, qui consiste à découper ou mettre en morceaux un ingrédient, et la procédure de la représentation dans et par le texte d’un référent thème-titre qui sera aspectualisé :

(3) Le lapin, c’est bien
  Quand on l’achète entier, un bon lapin doit avoir le râble rebondi, la chair rose et les rognons recouverts de graisse. On le découpe généralement en 6 morceaux : les deux pattes de devant, les deux cuisses et le râble partagé en deux. Le « derrière » (râble et cuisses) du lapin est particulièrement apprécié des amateurs. Le lapin se trouve à la découpe dans les grandes surfaces. Un demi-lapin avec son foie, ou entier, ou découpé, prêt à cuire (50 F le kilo environ). Ou seulement une cuisse (environ 75 F le kilo). Qualité garantie par le label Lapin de France. Le lapin est une des viandes les mieux pourvues en protéines (20 g aux 100 g) et en vitamines E et B. (Cuisine et vins de France, no 20, 1995, p. 8)
(4) Lapin aux oignons
  Ingrédients : 1 lapin coupé en morceaux + 1 râble [etc.]
  Dans une cocotte, faites chauffer 2 cuillerées d’huile et la moitié du beurre. Faites revenir les morceaux de lapin sur toutes leurs faces. Ajoutez le miel, 10 cl d’eau, du sel, du poivre, couvrez à demi et laissez mijoter 30 min.
  Pelez les oignons en laissant environ 10 cm de tiges, coupez-les en deux dans le sens de la longueur et faites-les revenir dans une casserole, à feu doux dans le reste d’huile et de beurre. Après 10 min de cuisson, ajoutez les herbes grossièrement ciselées, poursuivez la cuisson 5 min, salez, poivrez et servez avec le lapin. (Cuisine et vins de France, en ligne)27
(5) Pommes confites au miel d’oranger
  Ingrédients : 4 pommes Melrose [etc.]
  Préchauffez le four th. 6 (210°). Pelez les pommes (pour une meilleure tenue, vous pouvez ne pas les peler), épépinez-les, puis émincez-les horizontalement. Disposez-les dans un plat allant au four en les reconstituant. Arrosez-les de jus de citron et enfournez pour 10 min. Faites chauffer le miel dans une petite casserole pour le rendre liquide. Sortez le plat du four et arrosez les pommes de miel. Remettez 10 min au four.
  Lavez les framboises, réservez-en quelques-unes pour la décoration, mixez les autres avec un peu d’aspartame pour obtenir un coulis.
  Pour servir, nappez le centre de 4 assiettes avec le coulis de framboises, disposez dessus les pommes reconstituées tièdes ou froides. Décorez de feuilles de menthe et de framboises. (Ibid.)

35Dans ce cadre textuel, il reste un point à traiter, en guise de perspective : dans la paire que forment référent et évolution, on a vu (première et deuxième sections) que l’accent a été mis sur la référence (identité référentielle), autrement dit, d’un point de vue textuel , sur la continuité thématique ; or il me semble qu’il l’a moins été sur l’évolution processuelle, soit encore textuellement, sur la progression ou l’avancée rhématique.

  • 28 J’ai retrouvé cette idée chez Laure Sarda et Shirley Carter-Thomas (2012, p. 25) : « […] le SP en (...)

36Je voudrais donc conclure sur le genre emblématique des référents et contextes évolutifs qu’est la recette, mais aussi revenir sur l’exemple (3) pour dire que l’aspectualisation, qui va de pair avec l’hyperthématisation, peut être mise en parallèle avec une hyperrhématisation28 : étant donné que le référent-thème-titre d’une recette combine intimement l’objet et son évolution, et cela dès l’abord ; ainsi, si l’image mentale du référent est « fixée » d’entrée, elle doit se plier à un cadre processuel évolutif à la fois prévisible et ouvert ; et même si les procès transformateurs disparaissent des titres de recette, où il ne reste que la mention du référent thème-titre, ils n’y sont pas moins présents et accessibles, inférentiellement parlant, entre savoirs prédiscursifs (Paveau 2007) et cadrage ou intertextualité générique (Canvat 2007).

37Je peux ainsi clore en faisant le lien entre sémantique textuelle et sémantique cognitive : dès lors que je parle de cadrage générique, le genre textuel de la recette qui voit et fait évoluer le référent thème-titre peut être conçu comme un espace intégrateur des procès dont la contrepartie est l’espace générique – ici au sens des generic spaces de Fauconnier et Turner (2001) – qui peut être défini en amont par le genre textuel, et, plus précisément ou décisivement encore, par le titre, qui fixe le type de recette auquel, en aval, on va avoir affaire, ou mieux, auquel il faut s’attendre.

Envoi

38On aura compris par ce qui précède ce que je dois aux référents évolutifs, et à Michel Charolles, qui guida mes travaux, de la thèse à l’habilitation à diriger les recherches… et au-delà.

Bibliographie

Achard-Bayle Guy, 2001, Grammaire des métamorphoses. Référence, identité, changement, fiction, Bruxelles, Duculot - De Boeck.

— 2008, Les réalités conceptuelles, Metz, Université Paul Verlaine (Recherches textuelles, 8).

— 2010, « Du cercle linguistique de Prague à une linguistique de texte “à la française” », L’analisi linguistica e letteraria, vol. 18, no 2, p. 431-436. En ligne : [http://www.educatt.it/libri/all/ALLPDF/201002BayleC.pdf] (consulté le 7 décembre 2015).

Achard-Bayle Guy éd., 2010, Présentation de Linguistique textuelle : états de lieux, vol. 32 de Verbum, no 2, p. 183-192.

Achard-Bayle Guy et Paveau Marie-Anne éd., 2007, « Cognition, discours, contextes », Corela, hors-série no 6. En ligne : [http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1550] (consulté le 7 décembre 2015).

Achard-Bayle Guy et Theissen Anne, 1998, « SN anaphoriques définis et (vs) démonstratifs en contextes évolutifs », Revue de sémantique et pragmatique, no 4, p. 85-108.

Adam Jean-Michel, 2010, « L’émergence de la linguistique textuelle en France (1975-2010). Parcours bibliographique en 100 titres », Verbum, vol. 32, no 2, p. 237-262.

Apothéloz Denis et Reichler-Béguelin Marie-José, 1995, « Construction de la référence et stratégies de désignation », TRANEL, no 23, p. 227-271. En ligne : [https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00869154/document] (consulté le 7 décembre 2015).

Arrivé Michel, Gadet Françoise et Galmiche Michel, 1986, La grammaire aujourd’hui, Paris, Flammarion.

Brown Gillian et Yule George, 1998, Discourse Analysis [1983], Cambridge, Cambridge University Press.

Canvat Karl, 2007, « Pragmatique de la lecture : le cadrage générique. Atelier de théorie littéraire : Genres et pragmatique de la lecture », atelier de la revue Fabula. En ligne : [http://www.fabula.org/atelier.php?Genres_et_pragmatique_de_la_lecture] (consulté le 7 décembre 2015).

Charolles Michel, 1992, « L’anaphore et son traitement », document interne au PIR (Programme interdisciplinaire de recherche) Cognisciences.

— 1997a, « Identité, changement et référence pronominale », La continuité référentielle, G. Kleiber, C. Schnedecker et J.-E. Tyvaert éd., Paris-Metz, Klincksieck - Université de Metz (Recherches linguistiques, 20), p. 71-95.

— 1997b, « L’encadrement du discours : univers, champs, domaines et espaces », Cahiers de recherche linguistique, no 6, p. 1-73. En ligne : [http://www.lattice.cnrs.fr/IMG/pdf/cadresdisc.pdf] (consulté le 4 décembre 2015).

— 2001, « Référents évolutifs et évolution de la référence », Les référents évolutifs entre linguistique et philosophie, W. De Mulder et C. Schnedecker éd., Paris-Metz, Klincksieck - Université de Metz (Recherches linguistiques, 24), p. 39-97.

— 2002, La référence et les expressions référentielles en français, Paris, Ophrys.

Charolles Michel et François Jacques, 1998, Les prédicats transformateurs et leurs patients : fondements d’une ontologie naturelle, no 11 des Cahiers de recherche linguistique.

Charolles Michel et Schnedecker Catherine, 1993, « Coréférence et identité. Le problème des référents évolutifs », Langages, no 112, p. 106-126.

Charolles Michel et Schnedecker Catherine, 1998, « Devenir N, devenir un N, devenir ce/le N », Prédication, assertion, information, M. Forsgren, K. Jonasson et H. Kronning éd., Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, p. 105-120.

Chastain Charles, 1975, « Reference and context », Language, Mind and Knowledge, K. Gunderson éd., Minneapolis, University of Minnesota Press, p. 194-269.

Combettes Bernard, 1983, Pour une grammaire textuelle. La progression thématique, Bruxelles, De Boeck - Duculot.

— 2010, « Émergence de la linguistique du texte en France et didactique », Verbum, vol. 32, no 2, p. 219-236.

Corblin Francis, 1985, « Remarques sur l’anaphore », Revue québécoise de linguistique, vol. 15, no 1, p. 173-195. En ligne : [http://id.erudit.org/iderudit/602553ar] (consulté le 7 décembre 2015).

De Mulder Walter et Schnedecker Catherine éd., 2001, Les référents évolutifs entre linguistique et philosophie, Paris-Metz, Klincksieck - Université de Metz (Recherches linguistiques, 24).

Engel Pascal, 1989, La norme du vrai, Paris, Gallimard.

Engel Pascal et Nef Frédéric, 1988, « Identité, vague et essences », Les Études philosophiques, no 4, p. 475-495.

Fauconnier Gilles et Sweetser Eve éd., 1996, Spaces, Words and Grammar, Chicago, The University of Chicago Press.

Fauconnier Gilles et Turner Mark, 2001, « Conceptual integration networks » [1998], Cognitive Science, vol. 22, no 2, p. 133-187. En ligne : [http://ssrn.com/abstract=1292966] (consulté le 7 décembre 2015).

Ferret Stéphane, 1996, Le bateau de Thésée. Le problème de l’identité à travers le temps, Paris, Minuit.

Frege Gottlob, 1994, Écrits logiques et philosophiques [1882], Paris, Seuil (Points).

Halliday Michael A. K. et Hasan Ruqaiya, 1976, Cohesion in English, Londres, Longman.

Kleiber Georges, 1997a, « Anaphore pronominale et référents évolutifs ou comment faire recette avec un pronom », Relations anaphoriques et (in)cohérence, W. De Mulder, L. Tasmowski De Ryck et C. Vetters éd., Amsterdam, Rodopi, p. 1-29.

— 1997b, « Référents évolutifs et pronoms : une suite », La continuité référentielle, G. Kleiber, C. Schnedecker et J.-E. Tyvaert éd., Paris-Metz, Klincksieck - Université de Metz (Recherches linguistiques, 20), p. 115-148.

— 1997c, « Sens, référence et existence », Langages, no 127, p. 9-37.

— 1999, Problèmes de sémantique. La polysémie en questions, Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion.

— 2001, « Les référents évolutifs : au large et à l’étroit », Les référents évolutifs entre linguistique et philosophie, W. De Mulder et C. Schnedecker éd., Paris-Metz, Klincksieck - Université de Metz (Recherches linguistiques, 24), p. 3-37.

Kleiber Georges, Schnedecker Catherine et Tyvaert Jean-Emmanuel éd., 1997, La continuité référentielle, Paris-Metz, Klincksieck - Université de Metz (Recherches linguistiques, 20).

Lakoff George et Johnson Mark, 1987, Women, Fire, and Dangerous Things, Chicago, The University of Chicago Press.

Larsson Björn, 1997, Le bon sens commun. Remarques sur le rôle de la (re-)cognition intersubjective dans l’épistémologie et l’ontologie du sens, Lund, University Press.

Martin Robert, 1983, Pour une logique du sens, Paris, PUF.

Mondada Lorenza et Dubois Danièle, 1995, « Construction des objets de discours et catégorisation : une approche des processus de référenciation », TRANEL, no 23, p. 273‑302.

Paveau Marie-Anne, 2006, Les prédiscours : sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

— 2007, « Discours et cognition : les prédiscours entre cadres internes et environnement extérieur », Cognition, discours, contextes, G. Achard-Bayle et M.-A. Paveau éd., Corela, hors-série no 6. En ligne : [http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1550] (consulté le 7 décembre 2015).

Paveau Marie-Anne et Sarfati Georges-Élia, 2003, Les grandes théories de la linguistique, Paris, Armand Colin.

Quine Willard van Orman, 1993, La poursuite de la vérité [1990], Paris, Seuil.

Riegel Martin, Pellat Jean-Christophe et Rioul René, 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

Sarda Laure et Carter-Thomas Shirley, 2012, « L’impact de la position phrastique sur les fonctions et valeurs des SP adverbiaux : l’exemple de sur et dans », Travaux de linguistique, vol. 64, no 1, p. 21-54.

Schnedecker Catherine, 1997, Noms propres et chaînes de référence, Paris-Metz, Klincksieck - Université de Metz (Recherches linguistiques, 21).

Schnedecker Catherine et Charolles Michel, 1993, « Les référents évolutifs : points de vue ontologique et phénoménologique », Cahiers de linguistique française, no 14, p. 197-227.

Schnedecker Catherine, Charolles Michel, Kleiber Georges et David Jean éd., 1994, L’anaphore associative. Aspects linguistiques, psycholinguistiques et automatiques, Paris-Metz, Klincksieck - Université de Metz (Recherches linguistiques, 19).

Vendler Zeno, 1967, Linguistics in Philosophy, Ithaca, NY, Cornell University Press.

Vet Co, 1985, « Univers de discours et univers d’énonciation : les temps du passé et du futur », Langue française, no 87, p. 38-58.

Wiggins Daniel, 1980, Sameness and Substance, Oxford, Blackwell.

Notes

1 Voir, sur le double plan de la recherche fondamentale et appliquée, le colloque d’avril 2015 sur la revue Pratiques de Metz. En ligne : [http://40anspratiques.event.univ-lorraine.fr/crempra_appel.php] (consulté le 22 décembre 2015).

2 Il me semble qu’on ne s’est jamais interrogé sur le pluriel de la désignation ; j’y reviendrai plus bas.

3 Outre les contributions déjà citées d’Adam et de Combettes sur cette tradition (Achard-Bayle éd. 2010), voir la présentation sur le réseau universitaire « Grand Est ». En ligne : [http://www.loria.fr/projets/cogniest/] (consulté le 22 décembre 2015).

4 Un rôle également attracteur : je parle notamment pour moi, qui ai intégré l’équipe comme doctorant de Michel Charolles.

5 Notamment : Charolles et Schnedecker (1993), Schnedecker et Charolles (1993) et Kleiber et al. éd. (1997).

6 Les deux volumes, parus dans la même collection (Recherches linguistiques), se suivent et montrent la cohésion du projet, fût-il en deux volets.

7 Je ne peux qu’y faire allusion. La critique de l’approche ontologique et du traitement philosophique d’une notion définie, parallèlement ou partiellement, comme linguistique, vient principalement des deux articles de la section « Stratégies de désignation » du numéro de la revue TRANEL (Travaux neuchâtelois de linguistique) intitulé Du syntagme nominal aux objets-de-discours : Apothéloz et Reichler-Béguelin (1995), et Mondada et Dubois (1995). Les auteurs, suivant des positions constructivistes, considèrent que tout référent saisi en discours évolue par là même, en tant qu’« objet-de-discours ». On trouvera des réponses à ces critiques dans deux contributions : Charolles (2001) et Kleiber (2001).

8 Cela a été confirmé par Michel Charolles (1997a). Georges Kleiber le rappellera de son côté au moment d’un premier bilan (2001, p. 5, section 1.1.2. intitulée « Au départ, une histoire de poulets et de pronoms substituts »).

9 La notion de chaîne vient de Zeno Vendler (1967, qui parle de manière suggestive de chaîne d’identification) et Charles Chastain (1975) ; elle a été reprise par Francis Corblin (1985) puis Catherine Schnedecker (1997).

10 C’est également l’exemple princeps de Charolles (1997a, p. 72-73). Mais seulement l’exemple (2) de Charolles et Schnedecker (1993) qui introduisent en (1) un exemple narratif : voir infra ma troisième section.

11 Notamment Charolles (1997a), mais aussi, et en tout premier lieu, Charolles et Schnedecker (1993).

12 Je cite de nouveau, pour boucler ce rappel des antécédents, De Mulder et Schnedecker éd. (2001). Il me faut préciser que cet ouvrage, où Kleiber avait publié un premier article « bilan », clôt lui-même la série, que j’évoquais plus haut, des travaux collectifs, effectués et publiés dans le cadre du PIR. À vrai dire, hors de ce cadre, je n’en connais pas d’ultérieurs.

13 J’ai développé pour ma part (Achard-Bayle 2001) cette notion de contexte évolutif pour rendre compte de l’impact des genres textuels (et fictionnels) sur la saisie des référents évolutifs ; j’y reviens infra, troisième section.

14 Voir l’article-bilan de Kleiber (2001, p. 5) : « Ce point de départ [des recherches en France sur les référents évolutifs], tout le monde est d’accord pour le situer dans l’exemple devenu célèbre du poulet… » Il en oublie donc les pommes tant celui du poulet est effectivement « violent » !

15 Voir ce qu’en dit Charolles (1997b) au début de son chapitre 1 (et notes 5 à 7) : « La notion d’univers de discours n’est pas répertoriée dans le dictionnaire encyclopédique de M. Arrivé [et. al.] (1986), ni dans l’index de la grammaire de M. Riegel [et. al.] (1994). » « En intelligence artificielle, la notion d’univers de discours renvoie à l’ensemble limité et donné d’avance des “objets” peuplant un “monde” dans lequel une machine pilotée par un programme va devoir effectuer un certain nombre d’opérations. » « Co Vet (1985), à la suite de R. Martin définit les univers de discours comme le “monde dont le locuteur assume l’existence au moment où il parle” (p. 49). »

16 Je m’y suis intéressé dans un de mes travaux (Achard-Bayle 2008) : j’appelle réalités conceptuelles cette sorte de référents matériels et particulièrement géographiques ou spatiaux (à la base ou au départ) qui à la fois évoluent dans le temps long (selon la notion de Braudel) et dans les mentalités collectives que l’on peut redéfinir comme les espaces mentaux partagés de cultures-civilisations (selon la grammaire des civilisations du même auteur).

17 Wiggins (1980), Engel et Nef (1988), Engel (1989), Quine (1993).

18 Kleiber et al. éd. (1997), De Mulder et Schnedecker éd. (2001).

19 J’utilise ici « topique » pour me conformer à la notion de discourse topic que présentent Brown et Yule au chapitre 3 de leur ouvrage : « what is being written (or talked) about in a text […] what the text is “about” » (1998, p. 73). Par ailleurs, ces auteurs avancent (p. 72) que le topique peut se réduire à (trouver) un titre ; c’est certes contestable (on peut trouver plusieurs titres à un texte), mais ce rapprochement nous sera très utile lorsque nous aborderons la question du thème-titre.

20 Voici au moins le résumé des arguments d’Apothéloz et Reichler-Béguelin (1995 ; leurs italiques) : « Les études récentes consacrées aux référents dits évolutifs se proposent d’analyser les contraintes qu’exercent, sur les anaphores pronominales, les transformations ou métamorphoses subies “ontologiquement” par les référents du discours. Critiquant les prérequis méthodologiques et épistémologiques sous-jacents à cette lignée de travaux, le présent article illustrera une conception concurrente, résolument non réaliste, de la référence linguistique. Dans un premier temps, on expliquera pourquoi il est préférable de renoncer à concevoir les référents du discours comme des “choses”, et on argumentera en faveur d’une conception représentationnelle et constructiviste de la référence ; ceci conduit à concevoir les référents comme des objet-de-discours, modélisables sous la forme d’un ensemble – par définition évolutif – d’informations incluses dans le savoir partagé par les interlocuteurs. Dans un second temps, on soulignera que le conditionnement contextuel des désignateurs linguistiques dépend d’abord de facteurs socio-culturels et pragmatiques, et non prioritairement de facteurs référentiels au sens extensionnel et chosiste du terme. Enfin, on resituera la problématique des référents évolutifs dans le cadre plus large de ce que nous appelons l’évolution de la référence, en proposant une typologie des principales opérations discursives auxquelles donnent lieu les expressions anaphoriques. Qu’elles soient pronominales ou lexicales, celles-ci permettent au locuteur non seulement d’entériner les transformations subies par l’objet-de-discours désigné, mais aussi de les ignorer délibérément, ou encore, tout simplement, de les réaliser, en opérant une recatégorisation explicite ou implicite de l’objet, ou même un mouvement de la référence. » Voir la (longue) réponse de Charolles (2001).

21 Kleiber (dès l’article qu’il consacre aux pronoms en contextes évolutifs, 1997b) rend hommage à celui qui a été son élève et a produit sur l’intersubjectivité et le bon sens commun (partagé) un ouvrage majeur : Björn Larsson (1997).

22 La linguistique cognitive « californienne » défend un même principe, une même mixité objectiviste-subjectiviste (par exemple, Lakoff et Johnson 1987, Fauconnier et Sweetser 1996).

23 Je modalise, car les auteurs eux-mêmes concluent prudemment que le point de vue « ne clôt pas l’enquête » (Schnedecker et Charolles 1993, p. 220) ; ils visent surtout par là le comportement propre aux différents types de déterminants dans les expressions référentielles : zéro, défini, démonstratif (voir de la sorte et par la suite Kleiber 1997a et b ; Achard-Bayle et Theissen 1998 ; Charolles et Schnedecker 1998).

24 Voir mon intervention dans le colloque « L’effet de fiction » (mars 2001). En ligne : [http://www.fabula.org/effet] (consulté le 22 décembre 2015).

25 D’où sans doute, j’y reviens, le pluriel à « référents évolutifs »…

26 Sur les prédicats transformateurs, voir Charolles et François (1998).

27 Site Internet : [http://www.cuisineetvinsdefrance.com].

28 J’ai retrouvé cette idée chez Laure Sarda et Shirley Carter-Thomas (2012, p. 25) : « […] le SP en position rhématique s’apparente à un hyper-rhème qui peut déclencher une relation d’élaboration (i.e. une description des sous-événements qui le composent) » – voir aussi leur traitement de l’exemple (46).

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search