Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Connexion et indexation

 | 
Laure Sarda
, 
Denis Vigier
, 
Bernard Combettes

Partie 2. Référence, anaphores, indexicaux

Une anaphore temporelle énigmatique : Arrive alors le temps de l’éméritat

Catherine Fuchs

Texte intégral

1L’inversion du sujet nominal en français a donné lieu, on le sait, à de nombreuses études (pour une synthèse récente, voir Lahousse 2011). Du point de vue de l’organisation de surface des énoncés, deux grands types de structures comportant l’ordre VS sont à distinguer : l’inversion dite « absolue » et l’inversion dite « complète » (voir Le Bidois 1950).

2Dans l’inversion absolue (ainsi appelée pour signifier l’absence d’un constituant initial susceptible d’entraîner l’inversion du sujet), le verbe se trouve à l’initiale : Arrive le général.

3Dans l’inversion complète, un élément est placé avant le verbe : attribut du sujet (Grande fut ma surprise), complément indirect (À la joie se mêlait une certaine nostalgie) ou constituant adverbial (adverbe ou groupe prépositionnel). Ce dernier peut être un localisateur spatial (Sur la cheminée trônent deux chandeliers : on parle alors d’inversion « locative »), ou un constituant à valeur notionnelle (Ainsi parlait Zarathoustra), ou encore un localisateur temporel référentiellement autonome (comme une date ou un intervalle de temps) ou bien anaphorique (comme alors). Ce dernier cas, que l’on pourrait appeler inversion complète « temporelle », peut être illustré par l’exemple-type :

(1) Alors arrive le général.

4ou par une phrase comme :

(2) Alors arrive le temps de l’éméritat.

5Or, à côté de (1) et de (2), il existe une structure apparemment très proche (et que l’on pourrait, à première vue, tenir pour une simple variante), qui comporte le verbe à l’initiale et alors intercalé entre le verbe et le sujet :

(3) Arrive alors le général.
(4) Arrive alors le temps de l’éméritat.

6Mon propos sera de montrer que les inversions complètes temporelles du type (1) (2) et les inversions absolues avec alors postverbal du type (3) (4) ne sont pas équivalentes : loin d’être indifférente, la place de alors est corrélée au mode de fonctionnement de l’anaphore temporelle opérée par cet adverbe. C’est donc à dessein que j’ai choisi Arrive alors le temps de l’éméritat comme titre de cet amical hommage à Michel Charolles ; les raisons de ce choix s’éclaireront dans la suite.

1. Deux structures équivalentes ?

7Si les deux types de structures illustrées par (1) (2), d’un côté, et (3) (4), de l’autre, semblent si proches, c’est tout d’abord parce que les mêmes types de verbes s’y rencontrent : verbes généralement « inaccusatifs », intransitifs ou réfléchis à valeur de surgissement (apparaître, commencer, entrer, éclater,…) ou d’existence (demeurer, être observable,…) ; il semblerait donc que les mêmes types de situations puissent être décrits à l’aide de l’une ou l’autre structure sans aucune différence quant à la référence.

8À regarder de près, on observe toutefois certaines différences dans le mode de construction des valeurs référentielles, qui conduisent à interroger l’apparente équivalence. Je m’appuierai ici sur l’observation d’un corpus d’exemples tirés de diverses sources écrites (articles de journaux, articles scientifiques, Toile, publicités, œuvres littéraires).

9L’inversion complète Alors V S admet une grande diversité de tiroirs verbaux : temps simples (présent, imparfait, passé simple, conditionnel) et temps composés (passé composé, plus que parfait). L’inversion absolue V alors S, en revanche, est utilisée avec des temps simples à valeur ponctuelle et, très majoritairement, avec le présent ; la valeur de ce présent est celle d’un présent dit « historique » ou d’un présent « de reportage ». L’inversion complète se prête donc à une multiplicité de repérages temporels, alors que l’inversion absolue est plus spécifiquement centrée sur une mise en situation particulière.

10Dans l’inversion complète Alors V S, les sujets sont quasi exclusivement définis ; ils ont le statut d’éléments connus, ou présentés comme tels. Mais, du fait de leur placement à droite du verbe, ils ne sont pas traités comme des thèmes ; la place initiale (qui permet, selon le cas, de thématiser ou de focaliser un élément) est en effet occupée par alors : ce qui confère à l’adverbe la valeur d’un élément focalisable (« C’est alors que V S »). C’est pourquoi il n’est pas étonnant de rencontrer l’adverbe accompagné du marqueur « paradigmatisant » seulement, qui construit une valeur de restriction équivalant à « Ce n’est qu’alors que V S » :

(5) On doit mourir à la mort ; alors seulement naît l’innocence, alors seulement le neuf intemporel entre en existence. (Krishnamurti, Internet)

11Dans l’inversion absolue V alors S, sujets définis et sujets indéfinis sont attestés – avec toutefois une légère prédominance de ces derniers. Il s’agit en fait de présenter le sujet comme une entité nouvelle (qu’elle soit, par ailleurs, connue ou non), qui vérifie le prédicat dans une situation particulière ; Arrive alors le général pourrait se gloser ainsi : « Il arrive alors quelqu’un : c’est (ou : à savoir) le général. » Autrement dit, le prédicat permet de localiser le sujet dans le temps et/ou dans l’espace, comme le montre l’exemple suivant qui décrit, à la manière d’un travelling cinématographique, le parcours des VIP arrivant à Roland Garros :

(6) Avant de pénétrer dans le « saint des saints », ces élus, qui ont une entrée réservée dans l’enceinte de Roland Garros, foulent un tapis rouge et passent sous le fronton du temple où est gravé le sigle de la Fédération française de tennis (FFT). S’ouvre alors un espace de réception où un cocktail permanent leur est servi. Sur les murs s’affiche la liste des vainqueurs du tournoi depuis sa création. (Le Monde, 8-9 juin 2008, p. 24)

2. Fonctionnement de alors dans les deux types de structures

12Comme on va le voir, le fonctionnement de l’adverbe alors n’est pas le même dans les deux types de structures.

2.1. Fonctionnement syntaxique de alors

13Pour décrire le fonctionnement syntaxique de alors, je me placerai dans la perspective macro-syntaxique d’analyse de la phrase en « noyau » et « périphériques » (voir Blanche-Benveniste 1997), telle que la met en œuvre Pierre Le Goffic dans sa contribution de 2008, et m’appuierai sur la distinction entre « place » (sur la chaîne) et « position » (entendue comme place fonctionnellement étiquetée).

14Dans l’inversion complète Alors V S, le alors placé à l’initiale occupe la première position du noyau (d’où l’inversion du sujet). Son fonctionnement est celui d’un élément intraprédicatif, et non celui d’un périphérique « cadratif » (au sens de Charolles 2003), comme on peut le voir dans l’exemple suivant :

(7) Ce qui fait fondamentalement l’unité de l’Algérie, en effet, c’est son islamité. Là demeure l’identité profonde de son peuple. L’existence de chrétiens européens, même naturalisés algériens, ne représentait pas une menace contre cette unité et cette identité. Il n’en va plus de même quand des Algériens issus de familles musulmanes deviennent chrétiens. Car alors reviennent aux mémoires les atteintes à la culture et aux institutions musulmanes qu’ont perpétrées les conquérants coloniaux. Alors retrouvent vie les souvenirs des tentatives de détournement de l’islam qui ont été exercées au XIXe siècle sur certains groupes de la population. (Le Monde, 4 juin 2008, p. 21)

15Cet exemple comporte deux phrases successives (à sujet inversé) commençant par alors. Le fait que l’adverbe soit répété dans chacune des deux phrases indique que sa portée ne dépasse pas la phrase : ce n’est donc pas un périphérique « cadratif » ; à cet égard, l’inversion complète temporelle fonctionne bien comme l’inversion complète locative (voir Fuchs et Fournier 2003) : à l’instar des adverbiaux spatiaux figurant à l’initiale d’une inversion locative, alors occupe la première position du noyau.

16On notera par ailleurs que, dans cet exemple, la première des deux phrases à sujet inversé est précédée de car, marqueur argumentatif placé à l’initiale, tout en étant un périphérique extérieur au noyau. L’insertion de ce marqueur à l’initiale serait plus difficile dans le cas d’une inversion absolue (avec le alors postposé au verbe) : ?? Car arrive alors le général. Seuls les marqueurs argumentatifs à sémantisme oppositif semblent compatibles avec l’inversion absolue : Mais arrive alors le général.

17Dans l’inversion absolue V alors S, l’adverbe alors situé après le verbe n’est plus dans la même position. Il fonctionne, au sein du noyau, comme un complément intraprédicatif accessoire rattaché au verbe. Le verbe, quant à lui, bien que placé à l’initiale de la phrase, n’occupe pas pour autant la première position du noyau ; la position qui lui est propre est en effet la seconde au sein du noyau (voir Fuchs et Le Goffic 2007). Qu’en est-il, alors, de la première position, qui semble rester vide ? Elle peut être instanciée par un il impersonnel, qui fonctionne comme support vide de la prédication et représente une sorte d’« image » de la situation (selon les termes de Culioli) : « Il arrive alors quelqu’un : c’est le général. » À défaut de ce support, je reprendrai ici l’hypothèse selon laquelle cette position serait occupée par un constituant « zéro » (voir Fuchs 2013). Bien qu’absent en surface (c’est-à-dire lexicalement non instancié), ce constituant est fonctionnellement pertinent, comme on le verra plus loin.

2.2. Fonctionnement sémantique de alors

18Sur le plan sémantique, le fonctionnement de alors est également différent dans les deux types de structures. Cet adverbe, qui a déjà fait l’objet de nombreuses descriptions (voir notamment Franckel 1987, Gerecht 1987, Reyle 1998), est un anaphorique dont la valeur première est celle de simultanéité temporelle (équivalant à à ce moment-là). Comme il a été remarqué à propos des structures à sujet non inversé (voir Hybertie 1996, Le Draoulec et Bras 2007), lorsque alors est placé à l’initiale, il fonctionne comme un connecteur discursif entretenant un lien fort avec le co-texte antérieur : le procès de la phrase précédente est présenté comme une sorte de condition de réalisation du procès introduit par alors (ce qui explique le fréquent glissement sémantique de la temporalité à la conséquence). Au contraire, quand alors est placé après le verbe, c’est la valeur temporelle qui prime. Cette différence se retrouve dans le cas des structures à sujet inversé.

19Dans l’inversion complète, où alors est à l’initiale, l’adverbe fonctionne effectivement comme un connecteur discursif au sens fort. Il ancre sa référence sur celle du co-texte antérieur : il y a co-indexation avec la situation précédente et la valeur temporelle de alors se calcule directement par rapport au moment de cette situation. En l’absence d’un repère temporel explicite (comme une date) dans la phrase antérieure, la relation temporelle entre les deux procès est, non pas la stricte concomitance, mais la quasi-simultanéité : dès que le premier procès a lieu (inchoation), le second se produit. Le repérage du second procès est en quelque sorte « décroché » par rapport à celui du premier ; d’où une séquence de procès « temporellement ordonnés selon l’ordre des choses » (Hybertie 1996, p. 26). Le alors initial pourrait se paraphraser par dès ce moment-là, dès lors, qu’il porte sur un procès unique en situation ou sur un procès réitéré.

20Ainsi, dans l’exemple suivant, la relation anaphorique équivaut à « dès réception et lecture de la dépêche » :

(8) Angèle eut à sortir.
  – Regardant par hasard l’agenda j’y vis l’indication de la visite aux pauvres, je m’élançai vers le bureau de poste et télégraphiai : « Oh ! Hubert ! – et les pauvres ! »
  Puis rentré j’attendis la réponse en relisant le Petit Carême.
  – À deux heures je reçus la dépêche. – On lisait : « Merde, lettre suit. »
  Alors m’envahit plus complètement la tristesse.
  – Car, si Hubert s’en va, gémis-je – qui viendra me voir à six heures ? Paludes terminé, Dieu sait ce que je m’en vais pouvoir faire. (André Gide, Paludes, Paris, Gallimard, 1926 ; Livre de Poche, 1968, p. 133)

21Et, dans celui-ci, elle équivaut à « dès le moment de l’endormissement » :

(9) — Puis la nuit venait. Le jet d’eau de la place redescendait. On entendait le contrôleur, avant de clore sa maison, siffler son chien avec la clef de la porte. Nous nous couchions dans des lits à deux draps, nous nous endormions au cri des grenouilles et des grillons, qui essayaient en vain de forger un nom propre à leur marais ou à leur champ. Alors commençaient nos rêves, car vous rêviez beaucoup, mais je ne peux vous renseigner sur eux, sinon vous dire que vous voyiez souvent une colline à pic d’où descendaient en luges des jeunes filles et des tigres… C’était la fin… Les grillons s’étaient tus… C’était le néant… (Jean Giraudoux, Siegfried et le Limousin, Paris, Grasset, 1922, chap. 6 ; Livre de Poche, 1962, p. 192)

22Dans l’inversion absolue, le fonctionnement du alors situé après le verbe n’est plus, comme dans l’inversion complète, celui d’un connecteur discursif fort. Sa valeur temporelle ne se calcule plus directement par rapport au moment de la situation antérieure. Il n’y a pas co-indexation avec celui-ci, comme en témoigne l’exemple suivant :

(10) L’ouverture du feu est décidée tardivement, autour du 20 janvier. Quelques attaques surviennent dans la nuit du 29 au 30, sans que les Américains s’en alarment. Vient alors l’assaut généralisé contre une centaine de localités du Sud, dans la nuit du 30 au 31. Cette première vague offensive dure jusqu’en mars. (Le Monde 2, 31 mai 2008, p. 54)

23Les diverses datations indiquent bien ici que alors ne saurait anaphoriser le « moment des quelques attaques dont les Américains ne s’alarment pas » : celles-ci ont lieu « dans la nuit du 29 au 30 », or la venue de « l’assaut » (à laquelle alors se trouve lié) se produit « dans la nuit du 30 au 31 ». Le moment de la situation indexée par alors est donc ultérieur à celui de la situation précédente.

24Si la co-indexation ne se fait pas directement par rapport à la situation précédente, c’est que l’adverbe réfère à un acquis de situation, c’est-à-dire au dépassement de la situation précédente – dépassement qui reste généralement implicite, comme en témoigne l’exemple suivant :

(11) Tout d’abord, votre artisan boulanger mène un pétrissage lent de la farine Croquise, de l’eau, du sel et très peu de levure (ou levain). Ce pétrissage lent favorise le développement des arômes et assure une couleur crème de la mie.
  Vient alors une longue fermentation de la pâte, gage d’une baguette Croquise de qualité aux arômes prononcés. (La Croquise, baguette de tradition française, descriptif sur l’emballage)

25On voit que alors n’anaphorise pas le « moment du pétrissage », mais le « moment où, le pétrissage étant accompli et révolu, les arômes se sont développés et la mie a acquis une couleur crème » ; alors pourrait être reformulé par ensuite (ou par un puis initial), en écho au tout d’abord qui renvoie au « moment du pétrissage ».

26L’hypothèse d’une co-indexation du alors post-verbal avec un acquis de situation est corroborée par l’existence de cas où, devant l’inversion absolue, se trouve antéposée une expression fonctionnant comme périphérique détaché et marquant explicitement un tel acquis de situation, à l’instar des « ablatifs absolus » du latin :

(12) Les directives imposent aux États membres de prendre « les mesures nécessaires […] afin que, dès lors qu’une personne s’estime lésée par le non-respect à son égard du principe de l’égalité de traitement et établit […] des faits qui permettent de présumer l’existence d’une discrimination directe ou indirecte, il incombe à la partie défenderesse de prouver qu’il n’y a pas eu violation du principe de l’égalité de traitement ». Le requérant doit donc présenter des éléments de preuve […]. Une fois ces indices établis, pèsera alors une présomption simple de discrimination à l’encontre du défendeur (employeur, propriétaire, etc.), que celui-ci pourra combattre par la preuve contraire d’absence de différence de traitement ou de justification objective et raisonnable. (Corpus Chambers - Le Baron d’articles de recherche en français, LA-DF-EB-XX-02-02)

27Comme l’a montré Claire Blanche-Benveniste dans son article de 1998, cet emploi de une fois va de pair avec l’aspect accompli : le procès au participe passé est révolu au moment du procès principal, d’où une relation temporelle de consécutivité discontinue entre le procès et celui du contexte antérieur. Spécifique à l’inversion absolue, une telle configuration serait impossible avec l’inversion temporelle : * Une fois le repas fini, alors arrive le général

28La transition discursive avec le contexte antérieur n’est donc pas celle d’un enchaînement (comme dans l’inversion complète), mais celle d’une rupture abrupte ; on pourrait parler métaphoriquement d’une « remise à zéro » du compteur référentiel : sur la base d’un acquis de situation généralement implicite (correspondant à Sur ce, Là-dessus, Sur ces entrefaites), est décrit le surgissement d’une situation nouvelle (« Voilà que V S »). D’où les effets bien connus associés à l’inversion absolue : effets de surprise, de surgissement inopiné, et d’investissement de l’énonciateur dans la situation nouvelle (à l’instar d’un reportage). Cette observation permet de préciser le statut du constituant « zéro » occupant la première position du noyau dans cette structure : il s’agit d’une sorte d’image en creux de l’acquis de situation auquel est co-indexé alors.

29On comprend, dès lors, les affinités signalées dans la section 1. L’inversion complète, où alors anaphorise le moment (quel qu’il soit) du procès de la phrase précédente, est compatible avec tous les tiroirs verbaux et privilégie les sujets définis. L’inversion absolue, qui instaure une rupture avec la situation précédente pour introduire une situation nouvelle, en quelque sorte décrite de l’intérieur par un énonciateur témoin, privilégie le présent historique ou de reportage et est compatible avec les sujets indéfinis comme avec les sujets définis.

3. Enchaînements discursifs

30Le fonctionnement différent de alors au sein de chacune des deux structures éclaire les types d’enchaînements discursifs auxquels se prêtent ces structures.

3.1. Enchaînements temporels

31Dans les deux types de constructions, il y a enchaînement avec la phrase précédente. On a vu que, par rapport à la situation antérieure, l’adverbe alors est soit co-indexé (quasi-simultanéité), soit en rupture (dépassement par acquis de situation). Dans les deux cas, cela conduit donc à l’instauration d’une successivité temporelle : le procès de la phrase à sujet inversé est immédiatement consécutif ou ultérieur à celui de la phrase précédente. C’est pourquoi l’on pourrait penser que l’adverbe (en particulier le alors postverbal de l’inversion absolue, qui privilégie la valeur temporelle) s’inscrit dans le cadre de la deuxième étape de la série temporelle prototypique : 1) d’abord ; 2) puis, ensuite (= alors) ; 3) enfin.

32Du strict point de vue de l’enchaînement temporel avec le co-texte antérieur, on constate que c’est effectivement le cas. Comme il a été dit plus haut, le alors postverbal de l’exemple (11) admet pour synonymes puis (toujours initial) ou ensuite (postverbal ou initial) :

(11) Tout d’abord, votre artisan boulanger mène un pétrissage lent de la farine Croquise, de l’eau, du sel et très peu de levure (ou levain). Ce pétrissage lent favorise le développement des arômes et assure une couleur crème de la mie.
  Vient alors une longue fermentation de la pâte, gage d’une baguette Croquise de qualité aux arômes prononcés.
(11’) […]
  Puis vient une longue fermentation de la pâte / Vient ensuite une longue fermentation de la pâte / Ensuite vient une longue fermentation de la pâte, gage d’une baguette Croquise de qualité aux arômes prononcés.

33Mais avec puis ou ensuite, il s’agit d’une pure succession temporelle entre deux procès par ailleurs indépendants l’un de l’autre (voir Hybertie 1996, Le Draoulec et Bras 2006), tandis qu’avec alors (même postverbal) s’introduit facilement une nuance consécutive : la « longue fermentation de la pâte » vient certes après le « pétrissage lent de la farine, de l’eau, du sel et de la levure », mais elle n’en est pas totalement indépendante. Plus fort est le lien de dépendance que l’on tend à construire entre les deux procès, plus difficile devient la substitution de puis ou ensuite à alors :

(13) [résumé de film] Bientôt l’univers entropique de Wall.E est bouleversé par l’arrivée d’un autre robot, EVE, venu inspecter la Terre à la recherche d’une trace de vie. Se noue alors une idylle digne des grandes amours au temps du cinéma muet. Entre l’enveloppe lisse et ultramoderne de la robote qui ne touche jamais le sol et la rouille de l’éboueur terrien monté sur chenilles, le jeu des contrastes produit un flirt poussé. (Le Monde, 30 juillet 2008, p. 16)
(13’) […]. ?? Puis se noue / Se noue ensuite / Ensuite se noue une idylle digne des grandes amours au temps du cinéma muet.

34Par ailleurs, puis et ensuite s’inscrivent au sein d’une série susceptible d’être prolongée par une étape ultérieure, tandis que le alors postverbal présente la série comme suspendue à l’étape considérée : la narration en reste à la situation nouvelle créée par le dépassement de la précédente. C’est pourquoi, si puis et ensuite peuvent se substituer au alors postverbal (modulo les réserves qui viennent d’être évoquées), l’inverse n’est pas nécessairement vrai. Il suffit, pour bloquer l’équivalence, que le co-texte qui suit décrive une étape ultérieure correspondant à une situation différente. Considérons l’exemple suivant :

(14) Parti pour la capitale en 1950, avec pour pécule de quoi tenir deux ou trois semaines, Solal connaît une existence de désillusions et de coups de chance. […]
  Puis sa carrière décolle avec un engagement au Club Saint-Germain, qui durera une douzaine d’années, avec quelques escapades dans l’autre grand club de Paris, le Ringside, qui deviendra plus tard le Blue Note. Arrive ensuite une invitation inespérée aux États-Unis : le producteur George Wein le convie à se produire, avec la rythmique de Bill Evans, au Festival de Newport, ainsi que dans un club new-yorkais. (Le Monde, 12 octobre 2007, p. 15)

35Sans autre co-texte ultérieur, on accepterait facilement :

(14’) […] Puis sa carrière décolle avec un engagement au Club Saint-Germain, qui durera une douzaine d’années, avec quelques escapades dans l’autre grand club de Paris, le Ringside, qui deviendra plus tard le Blue Note. Arrive alors une invitation inespérée aux États-Unis : […].
  (= « Une fois passée cette douzaine d’années au Club Saint-Germain, voilà qu’arrive une invitation inespérée aux États-Unis. »)

36Mais le texte original comporte le co-texte ultérieur suivant, qui, en instaurant une nouvelle situation, rend difficile cette substitution :

(14) […] Puis sa carrière décolle avec un engagement au Club Saint-Germain, […]. Arrive ensuite une invitation inespérée aux États-Unis : […]. Pourtant, alors qu’une carrière sur la terre natale du jazz s’ouvre à lui, Martial revient.

37On pourrait imaginer, en revanche, un co-texte ultérieur qui, en maintenant la validité de la situation correspondant à la deuxième étape de la série temporelle, continuerait à permettre la substitution :

(14’’) […] Puis sa carrière décolle avec un engagement au Club Saint-Germain, […]. Arrive alors une invitation inespérée aux États-Unis : […]. Puisqu’une carrière sur le sol natal du jazz s’ouvre à lui, Martial décide de rester.

3.2. Enchaînements argumentatifs

38Les deux types de structures à sujet inversé avec alors peuvent figurer dans des séquences argumentatives où une valeur consécutive est surimposée à la valeur temporelle de l’adverbe.

[Les] données [temporelles] peuvent être transposées sur le plan logique : selon le contexte, deux procès, reliés par alors, sont vus dans leurs relations logiques plutôt que dans leur relation temporelle de simultanéité, et la successivité de fait est interprétée comme une relation de conséquence. (TLFi, s. v. alors)

39C’est évidemment dans l’inversion complète où alors est placé à l’initiale que ce phénomène est le plus massif comme il a été dit plus haut. Se trouve ainsi instaurée une « relation de cause à conséquence entre des énonciations » (Hybertie 1996, p. 31), assez proche du si P1, alors P2 de la logique : l’énonciation de P1 pose les conditions qui rendent P2 énonçable. L’adverbe est paraphrasable par dans ces circonstances, dans ces conditions. Exemple :

(15) En vérité, il serait préférable, ou du moins complémentaire, de permettre à l’individu-victime de faire valoir lui-même ses griefs devant un organe international indépendant, chaque fois que sont violés ses droits définis par le droit international. Alors serait véritablement consacré l’individu comme sujet direct du droit des Gens. (Corpus Chambers - Le Baron d’articles de recherche en français, LA-DF-GC-XX-01-01)

40Mais une valeur consécutive peut également être associée au alors postverbal de l’inversion absolue. Dans ce cas, c’est une « relation de cause à conséquence entre des faits » qui est posée (Hybertie 1996, p. 30). La situation précédente étant acquise, dès lors que les deux procès ne sont pas perçus comme indépendants, le nouvel état de choses découle naturellement de cet acquis de situation ; alors peut se paraphraser par il s’ensuit que, de ce fait, en conséquence, si bien que. Exemple :

(16) Fruits d’une rencontre entre une envie, un matériau et un fabricant, les objets décoratifs de Sandra Clodion nous font voyager. Après une première carrière dans le social, Sandra Clodion décide de se reconvertir et devient tapissière d’ameublement en 2001. C’est au détour d’un salon professionnel que Sandra a un véritable coup de cœur pour le kamihimo, un ruban de fil de papier japonais tissé, présenté en rouleau et décliné en de multiples couleurs. Commence alors un partenariat avec le fabricant japonais de ce papier, M. Takayasu Ueda, qui, séduit par ses créations, décide de les sponsoriser. Aujourd’hui, dans son atelier, elle tresse, enroule et déroule ses kamihimo en tissages maîtrisés sur des sièges, des tables, des abat-jour ou des suspensions. (Art et Décoration, no 475, janvier 2012, p. 27)

41C’est bien du fait du « coup de cœur de Sandra pour ce type de ruban » que commence le « partenariat » : un fait en entraîne un autre. Cette valeur consécutive est présentée comme contingente : c’est le concours de circonstances. Dans certains co-textes, alors pourrait être paraphrasé par donc, qui, du même coup, transformerait la contingence en nécessité :

(17) Interné au camp de Pithiviers (Loiret), Roger Perelman réussit à s’évader en août 1941. Commence alors pour lui une vie nomade faite de plusieurs changements d’identité et de domicile. Cette semi-clandestinité durera deux ans. (Le Monde, 2 septembre 2008, p. 15)
(17’) Interné au camp de Pithiviers (Loiret), Roger Perelman réussit à s’évader en août 1941. Commence donc pour lui une vie nomade faite de plusieurs changements d’identité et de domicile.

42Dans ce dernier exemple, la substitution de donc à alors marquerait le caractère nécessaire de la consécution : dans le cas d’un prisonnier évadé, la « vie nomade » avec « changements d’identité et de domicile » est en effet une nécessité.

En guise de conclusion

43Alors arrive le temps de l’éméritat est un énoncé qui, selon les intéressés, peut s’interpréter avec soulagement (« À cette date et dans ces circonstances arrive enfin le moment tant attendu ») ou être reçu comme un couperet (« Dès lors et dans ces conditions, arrive hélas le moment tant redouté »). Pour ma part, je préfère dédier à Michel Charolles Arrive alors le temps de l’éméritat (« Une fois cette belle carrière accomplie, voilà que s’ensuit le moment bien mérité ») : rupture avec ce que la situation antérieure pouvait comporter de charges pesantes, et surgissement d’une situation nouvelle pleine de promesses.

Bibliographie

Blanche-Benveniste Claire, 1997, Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys.

— 1998, « Une fois dans la grammaire », Travaux de linguistique, no 36, p. 85-101.

Charolles Michel, 2003, « De la topicalité des adverbiaux détachés en tête de phrase », Travaux de linguistique, vol. 47, no 2, p. 11-49.

Franckel Jean-Jacques, 1987, « Alors - alors que », BULAG, no 13, p. 17-49.

Fuchs Catherine, 2013, « L’inversion absolue en français : deux types d’absence à l’initiale », L’absence au niveau syntagmatique. Fallstudien zum Französischen, L. Fesenmeier, A. Grutschus et C. Patzelt éd., Francfort, Klosterman (Analecta Romanica, 80), p. 201‑217.

Fuchs Catherine et Le Goffic Pierre, 2007, « Le français moderne, entre V2 et SVO », Discours, diachronie, stylistique du français. Mélanges en l’honneur de Bernard Combettes, O. Bertrand et al. éd., Berne, Peter Lang, p. 17-35.

Fuchs Catherine et Fournier Nathalie, 2003, « Du rôle cadratif des compléments localisants initiaux selon la position du sujet nominal », Travaux de linguistique, vol. 47, no 2, p. 79‑110.

Gerecht Marie-Jeanne, 1987, « Alors : opérateur temporel, connecteur argumentatif et marqueur de discours », Cahiers de linguistique française, no 8, p. 69-79. 

Hybertie Charlotte, 1996, La conséquence en français, Gap-Paris, Ophrys.

Lahousse Karen, 2011, Quand passent les cigognes. Le sujet nominal postverbal en français moderne, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes.

Le Bidois Robert, 1950, L’inversion du sujet dans la prose contemporaine, Paris, d’Artrey.

Le Draoulec Anne et Bras Myriam, 2006, « Quelques candidats au statut de “connecteur temporel” », Cahiers de grammaire, no 30, p. 219-237.

Le Draoulec Anne et Bras Myriam, 2007, « Alors as a possible temporal connective in discourse », Cahiers Chronos, no 17, p. 81-94.

Le Goffic Pierre, 2008, « Phrase, séquence, période », Modèles syntaxiques : la syntaxe à l’aube du XXIe siècle, D. Van Raemdonck éd., Berne, Peter Lang, p. 329-356.

Reyle Uwe, 1998, « A note on enumerations and the semantics of puis and alors », Cahiers de grammaire, no 23, p. 67-79.

TLFi, 2004, Trésor de la langue française informatisé, cédérom, Paris, CNRS Éditions.

Auteur

LaTTiCe

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540