Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Connexion et indexation

 | 
Laure Sarda
, 
Denis Vigier
, 
Bernard Combettes

Partie 1. Saisir/interroger le « texte » dans sa complexité

De la grammaire de texte à la cohérence discursive : un parcours exemplaire

Jean-Michel Adam

Texte intégral

1Ce volume autour des travaux de Michel Charolles est l’occasion de souligner son rôle dans le développement, en France, de la linguistique du texte et du discours. Dans un article de Verbum (Adam 2010) où je retraçais l’émergence de la linguistique textuelle en France entre 1975 et 2010, j’ai insisté sur le rôle de Denis Slakta et des travaux menés au sein de la revue Pratiques par Bernard Combettes, Michel Charolles et moi. Nous nous sommes tous trois, avec Lita Lundquist (1980, 1999), attachés à faire exister scientifiquement et institutionnellement un domaine de la linguistique qui a fini par s’imposer, même si des hésitations terminologiques entre linguistique textuelle et linguistique du discours créent encore des ambiguïtés.

1. De Petöfi à van Dijk : sortir de la grammaire de texte

2Michel Charolles a joué un rôle, à la fois, de diffusion et de réflexion critique sur les grammaires de texte, en particulier sur les travaux de Janos S. Petöfi et de Teun A. van Dijk. Soucieux, par ailleurs, de tout ce qui touchait à la didactique, il a suggéré à Jean-Paul Colin, son collègue à Besançon à l’époque, de traduire Textlinguistik und Französischunterricht d’Heribert Rück (1978). Sous le titre Linguistique textuelle et enseignement du français, ce petit livre paru dans la collection LAL (Hatier-Credif, 1980) fut un des premiers ouvrages de linguistique textuelle publiés en langue française, après la traduction de Tempus d’Harald Weinrich, en 1973, et avec la publication de la thèse de Lita Lundquist sur La cohérence textuelle, en 1980.

3Michel Charolles, qui avait suivi, à Urbino, l’enseignement de Janos S. Petöfi (alors en poste à Bielefeld), a participé, avec C. Dubois, à la traduction de Texte, connexité, cohésion, cohérence de Hatakeyama Katsuhiko, Janos S. Petöfi et Emel Sözer (1984). Ce document de travail d’une cinquantaine de pages portait sur des questions théoriques qui ont toujours été au centre des travaux de Michel Charolles, comme en témoigne son vaste et précieux bilan des études portant sur la cohérence, la cohésion et la connexité textuelles depuis les années 1960 (Charolles 1988b) et les très nombreux articles qu’il a écrits sur cette question, depuis « Introduction aux problèmes de la cohérence verbale » (1978) jusqu’au plus récent « Cohérence et cohésion du discours » (2011), en passant par Études sur la cohérence et l’interprétation des discours, sa thèse de doctorat d’État, soutenue à Besançon, en 1982.

4En 1976, on ne comptait guère que deux chapitres de livres abordant la question de ce qu’on appelait alors la « grammaire de texte » : l’un dans Initiation aux méthodes de l’analyse du discours (Maingueneau 1976) et le second dans Linguistique et discours littéraire (Adam et Goldenstein 1976, chapitre 4). Michel Charolles a été le premier à identifier l’intérêt de « Parallélismes et déviations en poésie », contribution de Nicolas Ruwet (1975) qui prenait appui sur un article d’Irina Bellert, paru dans Semiotica : « On a condition of the coherence of texts » (1970). La « Note sur la cohérence des textes : compte-rendu de N. Ruwet, “Parallélismes et déviations en poésie” », que Michel Charolles publie dans Pratiques (1976a), a ouvert la voie à une interrogation qui complétait les travaux sur la dynamique communicationnelle (thème-rhème) et les progressions thématiques que Bernard Combettes et moi mettions en avant, à la suite de « L’ordre du texte » de Denis Slakta (1975), dans Études de linguistique appliquée.

5Discutant les propositions de Zellig S. Harris (1952a et b) et l’ouverture sémantique et pragmatique de l’article d’Irina Bellert, Nicolas Ruwet partait du fait que « Harris ne propose pas, à proprement parler, une théorie du discours (qui spécifierait, notamment, la notion de “texte suivi possible dans une langue L” » (Ruwet 1975, p. 308). C’est précisément là que la linguistique textuelle devenait nécessaire et Ruwet l’avait manifestement compris dans ce volume d’hommage à Émile Benveniste dans lequel on pouvait lire également des articles importants de Jenny Simonin-Grumbach (1975) et de Tzvetan Todorov (1975). La première développait sous la forme de proposition de « typologie des discours » les thèses d’Émile Benveniste et Antoine Culioli sur les temps verbaux et l’énonciation tandis que le second défendait la nécessité d’une linguistique du discours (initiée par Benveniste) et d’une prise en compte des genres de discours :

[…] À la place de la seule littérature apparaissent maintenant de nombreux types de discours qui méritent au même titre notre attention. Si le choix de notre objet de connaissance n’est pas dicté par de pures raisons idéologiques (qu’il faudrait alors expliciter), nous n’avons plus le droit de nous occuper des seules sous-espèces littéraires, même si notre lieu de travail s’appelle « département de littérature » (française, anglaise ou russe). Un champ d’études cohérent, pour l’instant partagé impitoyablement entre sémanticiens et littéraires, socio- et ethnolinguistes, philosophes du langage et psychologues, demande impérieusement à être reconnu. (Todorov 1975, p. 364)

6Le contexte de ce qui allait devenir le champ de la linguistique du discours était ainsi ouvert, dans la perspective d’un héritage d’Émile Benveniste que nous considérons, Michel Charolles et moi, comme déterminant (Adam 2011b, p. 24-30).

7Michel Charolles a aidé à la diffusion et à la compréhension des premiers travaux de Teun A. van Dijk. La grammaire de texte du début des années 1960 s’inscrivait explicitement dans le prolongement du courant dominant de la grammaire générative et transformationnelle. Significativement, les articles en français de van Dijk : « Aspects d’une théorie générative du texte poétique » (1972) et « Grammaires textuelles et structures narratives » (1973a) sont parus dans deux volumes consacrés à la sémiotique de la poésie et à celle du récit. Un troisième article de lui porte un titre significatif : « Modèles génératifs en théorie littéraire » (1973b). Ce qui confirme le fait qu’en France, au début des années 1970, seules la narratologie, la poétique et les sémiotiques étaient sensibles aux travaux portant sur la théorie du texte.

8Michel Charolles a présenté et critiqué le modèle à trois niveaux de Teun A. van Dijk. Pour passer du niveau microstructural (niveau 1) des propositions au niveau macrostructural de leur regroupement en macro-propositions (niveau 2), des macro-règles de transformation avaient pour fonction de permettre de dériver une macro-proposition à partir d’un ensemble n de micro-propositions, par généralisation (MR1), effacement (MR2), intégration (MR3) ou construction (MR4). L’idée étant qu’il ne suffit pas de remplacer le nœud P de la grammaire générative des années 1960 par un nœud T pour obtenir un modèle de distribution permettant de définir T comme un ensemble ordonné de phrases. Dans un modèle de grammaire générative de texte, les dérivations ne se terminaient pas sur des phrases simples ou complexes, mais sur des ensembles ordonnés de phrases ; ce que van Dijk appelait des séquences : « The difference with sentential grammars, however, is that derivations do not terminate as simple or complex sentences, but as ordered n-tuples of sentences (n1), that is as sequences » (1973c, p. 19). Entre le niveau micro-structurel (niveau 1) et le niveau superstructural des genres et types de textes (niveau 3), van Dijk postulait donc l’existence d’un niveau intermédiaire de structuration textuelle (niveau 2). Les MR représentent des séquences de traitement au cours desquelles des regroupements de phrases ou propositions aboutissent à la construction d’unités de plus haut rang de complexité.

9En 1976, dans son compte-rendu de l’article de Nicolas Ruwet, Michel Charolles était encore proche de Teun A. van Dijk et il reprochait à Nicolas Ruwet et à Irina Bellert de n’envisager les problèmes de cohérence textuelle qu’au niveau de séquences textuelles réduites au paragraphe :

Lorsqu’on essaie de s’interroger sur les phénomènes linguistiques qui font qu’un texte plus développé (disons un roman ou un poème) a ou n’a pas un caractère suivi, on est bien obligé, comme l’a bien démontré Teun A. van Dijk, de tenir compte de contraintes globales pesant, non plus sur l’articulation des phrases, mais sur l’articulation des séquences de phrases. D’où la nécessité de prévoir une théorie du texte susceptible de rendre compte, à la fois, de la cohérence séquentielle (ou micro-structurelle) et de la cohérence textuelle proprement dite (ou macro-structurelle). Un certain nombre d’arguments empiriques militent, d’ailleurs, en faveur d’une telle hypothèse. (Charolles 1976a, p. 110)

10Michel Charolles prend l’exemple d’une suite de phrases « jugée cohérente parce que conforme à ce qu’il est convenu d’appeler “une logique de récit” » (ibid. ; voir également 1976b). Sa conclusion était claire à l’époque : « Quoi qu’il en soit de ces questions encore très incertaines, il nous semble qu’une théorie du texte ne peut, pour le moins, faire l’économie d’une réflexion sur les macro-structures. En rester au niveau des contraintes séquentielles revient à omettre toute une dimension du texte, littéraire ou non » (1976a, p. 111). C’est à certains des « n-tuples de phrases », ordonnées séquentiellement (super-structurellement dans la terminologie de van Dijk) et prototypés, que j’ai consacré une partie de mes travaux (Adam 2011b, 1994 ; Adam et Petitjean 1989), en me dégageant toutefois du modèle à trois étages de van Dijk et de ses macro-règles trop liées à une idée de la « grammaire » et des « règles » inappropriée à ce niveau de complexité. Les dérivations de macro-propositions (au sens de regroupements de propositions) sont en effet régies par des impératifs plus cognitifs (limites de la mémoire de travail et recours à des connaissances stockées en mémoire à long terme) que linguistiques au sens étroit du terme. Des scénarios génériques, des scripts, des connaissances prototypées de suites narratives, argumentatives, etc., induisent une certaine structuration hiérarchique des contenus, mais ces connaissances n’ont en rien la nature de règles grammaticalisables dans un modèle de grammaire de texte. Michel Charolles a engagé très clairement cette critique de fond des grammaires de texte :

[…] il devient évident qu’une grammaire de texte fondée sur l’idée naïve qu’il existe un critère de bonne formation textuelle comparable à celui de grammaticalité pour la phrase est condamnée à formuler des règles qui seront mises en défaut à la moindre occasion.

Ce constat rend plus ou moins obsolète tout projet de grammaire de texte. Il n’interdit pas cependant que l’on essaie de rendre compte des opérations mises en œuvre par les sujets pour calculer la cohérence d’une séquence d’énoncés, puisque cohérence il doit (par principe) y avoir. D’où l’évolution des grammaires de texte vers des modèles dits procéduraux censés décrire les calculs effectués par les interprétants pour résoudre la cohérence d’une séquence. (Charolles 2005, p. 42)

2. L’ouverture psycho-cognitive comme dépassement de la grammaire de texte

11Les travaux de Michel Charolles ont alors croisé la psychologie cognitive et la question de la lecture sur laquelle nous avons beaucoup travaillé dans le cadre de la revue Pratiques, car la demande des enseignants était alors très forte et le développement des théories de la réception exigeait un approfondissement de ces questions sur le plan linguistique. Cette orientation de la recherche avait été ouverte par Roman Jakobson qui reconnaissait, d’une part, la nécessité de l’analyse du discours, dans sa postface de l’édition française de Questions de poétique :

D’autres préjugés dus […] à la méconnaissance de la linguistique contemporaine et de ses visées amènent les critiques à de graves bévues. Ainsi l’idée que l’étude linguistique est enfermée dans les limites étroites de la phrase […] se trouve contredite par l’analyse du discours comme l’une des tâches mises de nos jours au premier plan dans la science linguistique. (Jakobson 1973, p. 485-486)

12Et, d’autre part, l’importance des recherches de psychologie du langage et de psychologie cognitive, dans ses dialogues avec Krystyna Pomorska :

Tel est le procès qui réunit en ensembles toujours plus larges les éléments qui, échappés à la perception immédiate, appartiennent déjà à la mémoire immédiate – les sons en mots, les mots en phrases et les phrases en énoncés entiers.

Le rôle de la mémoire à court terme et à long terme constitue l’un des problèmes centraux, dirais-je, de la linguistique générale et de la psychologie du langage – dans ce domaine aussi, beaucoup de questions sont à revoir et à réexaminer avec plus de précision […]. (Jakobson 1980, p. 72)

13Ce virage psycho-cognitif des études sur la compréhension de textes avait été amorcé par Walter Kintsch (1981, 1982) et Teun A. van Dijk (1981, 1982, 1984), en particulier dans un article commun de Langages : « Comment on se rappelle et on résume des histoires » (1975). Cet article a eu une grande influence sur les réflexions menées par Michel Charolles sur la lecture et par moi sur les récits (Adam 1994). Il a été à l’initiative de la création d’un groupe informel de recherche qui réunira, au tournant des années 1980-1990, autour de la question du texte des spécialistes de psychologie du langage (Bronckart), de psychologie cognitive (Fayol, Denhière, Piolat, Denis, Espéret, Gaonac’h et Passerault), de linguistique (Charolles, Moeschler, moi-même). Cette prise en compte des représentations mentales et des arrière-plans de connaissances du monde plus ou moins partagées tentait de combler le fossé séparant les psycholinguistes empiristes et les linguistes du texte et du discours. Un intérêt réciproque pour les travaux de linguistique et de psychologie cognitive nous a permis de travailler un temps, sur le modèle de collaboration de Kintsch et van Dijk. C’est dans cet esprit que j’ai coordonné avec Michel Fayol le numéro 81 de Langue française consacré à « Structurations de textes : connecteurs et démarcations graphiques » (1989), du point de vue de la production et de la compréhension des textes. C’est toute la sémantique, la pragmatique et la théorie du discours qui bougeaient, et la recherche s’ouvrait dans la direction de cette « sorte de fonctionnalisme teinté de cognitivisme » dont parle Michel Charolles dans son dernier livre et dans un article écrit avec Bernard Combettes :

On objectera que ces contraintes mémorielles, si elles sont essentielles pour les psychologues, ne concernent pas les linguistes. Rien n’est moins sûr. L’existence de telles contraintes – spécifiques au traitement du discours – invite à se demander quels moyens les différentes langues offrent aux sujets parlants pour gérer ce genre de problème. De tels moyens (codés, grammaticalisés) sont bien évidemment attestés ; les langues, dans leur diversité, mettent même à la disposition des sujets une large palette de dispositifs destinés à hiérarchiser les informations et à signaler qu’elles sont ou doivent être à l’avant-plan ou à l’arrière-plan dans la représentation des états de choses dénotés par le discours à tel ou tel point de son développement (ces moyens vont, entre autres, des temps verbaux aux expressions désignatives). (Charolles et Combettes 1999, p. 12)

14On comprend que son approche de la référence et de l’anaphore « consiste à supposer que les langues mettent à disposition des sujets parlants des expressions qui codent des indications conceptuelles et des instructions de traitement très spécifiques dont l’interprétation, dans le contexte où elles sont employées, est conçue pour conduire au référent intentionné par le locuteur » (Charolles 2002, p. 5).

15Dans un premier temps, Michel Charolles, associé à Bernard Combettes dans cette entreprise, a mis en évidence le fait que les solidarités syntaxiques entre unités de la langue n’ont qu’une portée très limitée et que, dès que l’on dépasse le syntagme et le noyau de la phrase de base pour entrer dans les domaines de la phrase périodique et du transphrastique, d’autres systèmes de connexion apparaissent, qui ne reposent pas sur des critères morphosyntaxiques mais sur des marques et des instructions relationnelles de portée plus ou moins lointaine. Ces connexions textuelles possèdent deux propriétés essentielles :

– elles « reposent sur l’occurrence de marques instructionnelles ayant pour fonction conventionnelle de signaler au destinataire que telle ou telle unité doit être comprise comme entretenant telle relation avec telle ou telle autre » (Charolles 1993, p. 311) ;

– elles « sont capables de fonctionner à longue distance et elles n’entrent pas dans des schémas préétablis, ce qui fait que le discours, à la différence de la phrase, est une entité structuralement ouverte » (ibid.).

16Le programme de travail de la linguistique textuelle était alors clairement fixé : il s’agissait de définir les grandes catégories de marques qui permettent d’établir ces connexions qui ouvrent ou ferment des segments textuels plus ou moins longs. Ces marques ne recoupent que partiellement les catégories morphosyntaxiques définies dans le cadre de la linguistique de la langue. Comme le dit Bernard Combettes, les concepts utilisés en grammaire phrastique :

[…] possèdent leur propre utilité, dans leur ordre, mais ne peuvent être « réutilisés » tels quels, dans une problématique qui s’attache à un autre domaine que le leur. […]. Même si des relations, des interactions, peuvent être observées entre les deux domaines (phrase et texte), des catégories fondées sur des caractéristiques purement grammaticales ne peuvent être considérées comme des notions fondamentales pertinentes en ce qui concerne la cohérence du texte. (Combettes 1992, p. 113-114)

17La cohésion et la cohérence du texte n’étant pas les résultantes de faits de grammaticalité (ibid., p. 113), les domaines textuel et morphosyntaxique sont différents et assez largement indépendants. Cette « distorsion », ce décalage a depuis été discuté par Michel Charolles qui, à la suite de l’« approche textuelle de la grammaire » de Talmy Givón et des nouvelles approches fonctionnalistes, parle plutôt aujourd’hui d’un continuum entre la phrase et le texte/discours. Selon Talmy Givón, rappelle Michel Charolles dans « De la phrase au discours : quelles relations ? » (2001) : « Si l’on veut comprendre quoi que ce soit à la grammaire, il faut l’envisager comme un dispositif destiné à guider la compréhension des échanges communicationnels qui sont de nature discursive » – voir également à ce propos la « grammaire philosophique » ou « grammaire des concepts » de Michele Prandi (2007). Pour Talmy Givón :

La grammaire est un instrument de codage commun aux informations relevant de la sémantique propositionnelle (phrases simples) et de la cohérence pragmatique discursive (discours). […] Le gros du codage grammatical se déploie dans le domaine de la pragmatique discursive, signalant ainsi la cohérence de l’information véhiculée dans son contexte situationnel, inter-phrastique et culturel. (Givón 1998, p. 269)

18Dans son article de 2001, Michel Charolles finit par reconnaître qu’il est tout à fait normal que les schémas de textes (pour moi les séquences) et autres types de discours (pour moi les genres) guident l’élaboration de structures plus complexes que les schémas phrastiques.

19Le déploiement de la recherche s’est fait dans plusieurs directions. C’est d’une grammaire transphrastique que relèvent la plupart des travaux sur l’anaphore et la coréférence ainsi que sur les connecteurs (de Georges Kleiber à Oswald Ducrot). En revanche, les deux premiers livres de Bernard Combettes se sont surtout concentrés sur la perspective fonctionnelle de la phrase pragoise avec Pour une grammaire textuelle. La progression thématique (1983) et sur l’approche textuelle des temps verbaux et des variations entre avant-plan et arrière-plan dans L’organisation du texte (1992). À l’époque nous abordions par ailleurs tous deux une question qui intéressait les spécialistes anglo-saxons (Werlich 1975, Beaugrande et Dressler 1981), mais dont ne se souciait pas du tout Michel Charolles : celle des typologies de texte. Bernard Combettes et Roberte Tomassone ont travaillé sur le Texte informatif (1988), tandis que je faisais la synthèse des approches du Texte narratif (Adam 1994) et, avec André Petitjean, du Texte descriptif (Adam et Petitjean 1989) ; domaines abandonnés par la linguistique à la poétique et à la sémiotique. Michel Charolles ajoutait, dès 1980, la question du texte argumentatif en coordonnant le numéro 28 de la revue Pratiques, où il travaille une grande variété de formes génériques de l’argumentation. Je me suis distancié radicalement des typologies de texte et des grammaires de texte, dans un ouvrage (Adam 2011a [1992]) où je distingue une approche des simples regroupements périodiques de propositions (articulation des niveaux micro-textuel et meso-textuel) et une approche des regroupements séquentiels prototypiques de propositions et de macro-propositions (descriptif, narratif, argumentatif, explicatif et dialogal), niveau meso-textuel différent du niveau macro-textuel des plans de texte. Les travaux de Michel Charolles délaissaient cette question au profit de ce qui me paraît être sa contribution majeure à la pensée du texte.

3. La théorie des plans d’organisation micro-textuelle

20Dans un article paru en 1988 dans Pratiques, Michel Charolles proposait de distinguer quatre « plans d’organisation textuelle » : 1) l’organisation périodique des énoncés (les périodes), 2) la problématique des chaînes, 3) la portée des unités textuelles et 4) les faits de segmentation qu’il appelait séquences (Charolles 1988a). Il a prolongé cette réflexion et l’a modifiée partiellement dans « Les plans d’organisation du discours et leurs interactions » (1993) où il parle cette fois 1) de connecteurs, 2) d’anaphores et chaînes de référence, 3) de domaines ou espaces de discours et 4) d’organisateurs. Par la suite, « L’encadrement du discours : univers, champs, domaines et espaces » (1997) affinera le troisième plan et son livre La référence et les expressions référentielles en français (2002), le deuxième plan, celui des chaînes. Ses articles, qu’il les écrive seul ou en collaboration, développeront la question de la portée des unités qui ouvrent et ferment des segments de discours (1990), offrant des analyses de « en effet » (Charolles et Fagard 2012), de « simplement, seulement, malheureusement, heureusement » (Charolles et Lamiroy 2004), de « pour » (Charolles et Lamiroy 2002) et plus largement des cadratifs.

21Ces quatre plans ne constituent pas des niveaux de structuration, car « les unités qu’ils supportent ne s’intègrent pas les unes dans les autres pour former, par emboîtement hiérarchique, une unité de rang supérieur » (Charolles 1988a, p. 6). En revanche, ces unités remplissent une même fonction procédurale et cognitive : « elles guident le lecteur dans le traitement des informations que le discours apporte au fur et à mesure qu’il avance » (Charolles 1997, p. 39).

22Plan 1. Je n’insiste pas sur les anaphores et chaînes de référence constituées par les phénomènes de reprise-répétition qui assurent la continuité locale de toute séquence linguistique. La répétition apparaît comme une condition nécessaire – mais non suffisante – pour qu’une séquence devienne cohérente (Bellert 1970, p. 336). La reprise-répétition est rendue possible par des propriétés de la langue comme la pronominalisation, la définitivisation, la référentialisation déictique cotextuelle, les substitutions lexicales, auxquelles on peut ajouter également, et plus largement, les recouvrements présuppositionnels et autres reprises d’inférences. C’est, du moins, la position que défendait à la même époque Marie-José Reichler-Béguelin, qui définissait l’anaphore ainsi :

[…] un phénomène de rappel informationnel relativement complexe où sont susceptibles d’intervenir : 1) le savoir construit linguistiquement par le texte lui-même ; 2) les contenus inférentiels qu’il est possible de calculer à partir des contenus linguistiques pris pour prémisses, et cela grâce aux connaissances lexicales, aux prérequis encyclopédiques et culturels, aux lieux communs argumentatifs ambiants dans une société donnée. (Reichler-Béguelin 1988, p. 18)

23La coréférence, selon un accord aujourd’hui bien établi, peut être sémantiquement définie comme une relation symétrique d’identité référentielle entre des termes interprétables indépendamment l’un de l’autre et, en même temps, comme une prédication implicite ; la renomination étant un facteur de cohésion-cohérence textuelle (reprise) et un apport d’information (progression).

24Plan 2. De la période (1988a) aux connecteurs (1993) : avec le plan périodique d’organisation textuelle, Michel Charolles considérait un premier mode d’empaquetage des propositions dont il empruntait la terminologie à la rhétorique et aux travaux de linguistique de l’oral développés à Aix-en-Provence autour de Claire Blanche-Benveniste et à Fribourg et Neuchâtel autour d’Alain Berrendonner et Marie-José Béguelin. Dans sa première esquisse, il définissait ainsi la période : « La période est une unité d’énonciation dont les membres ou composants (phrastiques) entretiennent des rapports de dépendance » (Charolles 1988a, p. 6) et il soulignait qu’elle recoupe, en grammaire, les phénomènes de subordination, coordination, juxtaposition et segmentation. Resserrant par la suite son objet, Michel Charolles a réduit ce plan d’organisation aux connecteurs, c’est-à-dire ces coordonnants qui « indiquent une relation de sens entre les unités qu’ils unissent » (1993, p. 306) et qui correspondent à des frontières de phrases graphiques. Il ajoute les « subordonnants intraphrastiques signalant qu’il y a enchâssement d’un constituant propositionnel sous une principale » (ibid.) :

Les connecteurs ont […] un pouvoir relationnel spécifié sémantiquement qui ne met pas en cause des phrases. Les instructions relationnelles que supportent les connecteurs ne jouent pas au niveau structural mais au niveau énonciatif. Les solidarités fonctionnelles que supportent les connecteurs concernent des énoncés ou plus exactement tout élément faisant l’objet d’une énonciation. La plupart du temps les énoncés correspondent à des propositions (« p », « q », etc.) lesquelles correspondent elles-mêmes à des phrases. Mais les connecteurs peuvent fort bien enchaîner sur des unités de format infra-propositionnel (et donc infra-phrastique), voire sur des contenus implicites ou des valeurs illocutionnaires. (Charolles 1993, p. 306)

25Plan 3. Michel Charolles regroupe dans ce qu’il appelle d’abord les portées (1988a), puis les expressions introductrices de domaines ou d’espaces de discours (1993, p. 309), les expressions qui « ouvrent à l’intérieur du discours des cadres qui peuvent être de nature diverse mais dont certains pèsent sur l’interprétation véridictionnelle des unités qui en font partie » (ibid.). À côté des adverbiaux cadratifs pesant sur la topique du discours, comme quant à…, à propos de…, pour ce qui est de…, Michel Charolles a beaucoup travaillé sur les marques qui indexent une portion ultérieure de texte et favorisent le regroupement d’informations à venir : formules attribuant des propos à quelqu’un, comme selon (1987) et pour, marqueurs d’univers de discours comme « En France… au début de ce siècle… », « à Washington ». Ses recherches sur les adverbiaux cadratifs antéposés ont permis de mesurer leur rôle dans le groupement et le dégroupement des informations textuelles.

26Plan 4. Michel Charolles appelle séquences (1988a) puis organisateurs (1993) les « marques configurationnelles qui […] fournissent au destinataire des repères pour la segmentation du discours » (1993, p. 310) en blocs textuels (vi-lisibles) résultant « du découpage du matériau discursif » (1988a, p. 9). Il cite le découpage en paragraphes ainsi que le cas du titre qui « constitue à lui seul une séquence détachée qui indexe l’ensemble du texte » (1988a, p. 10). De façon plus large et plus vague, il fait aussi allusion aux marqueurs « corrélatifs » de type d’une part / d’autre part, d’un côté / de l’autre, aux conclusifs comme aussi, c’est-à-dire, en fait, aux marqueurs d’intégration linéaire et plus largement d’énumération. Le rôle de ces marques est très clair :

Les marques de séquentialité sont l’indice d’une activité métadiscursive chez celui qui les utilise. Elles dénotent un travail explicite d’organisation de l’énonciation visant en particulier à faciliter la tâche de l’interprétation. (Charolles 1988a, p. 9)

27J’ai utilisé et discuté ces quatre « plans d’organisation textuelle » dans mes Éléments de linguistique textuelle (1990) et dans les différents états successifs de La linguistique textuelle (Adam 2011b [2005, 2008]). J’ai proposé de remplacer la notion de séquence par celle de segment afin de réserver le concept de séquence à des structures hiérarchiques complexes et prototypées : les organisations meso-textuelles narratives, descriptives, argumentatives, explicatives et dialogales. En proposant d’appeler segment toute unité vi-lisible chargée de souligner un plan de texte, j’ai mis l’accent sur une organisation macro-textuelle plus ample que le plan d’organisation des séquences et des périodes. Je partage la distinction entre connecteurs (plan 2) et organisateurs (plan 4) que je travaille dans plusieurs chapitres de mes Éléments de linguistique textuelle (1990, p. 141-254) et de La linguistique textuelle (2011b, p. 140-160). Je pense, comme Michel Charolles, qu’« une des énigmes les plus intéressantes qui se posent dans ce domaine […] consiste à chercher à comprendre comment les marques relevant des différents plans d’organisation du discours peuvent interagir » (1993, p. 314). C’est, selon moi, l’objet de la linguistique textuelle.

Conclusion : une analyse de discours réduite au transphrastique ?

28Je n’ai fait qu’indiquer brièvement quelques apports, à mes yeux déterminants, de Michel Charolles à la théorie générale de l’organisation textuelle des discours. À partir de sa mise en cause des limites des grammaires de texte et des typologies de texte, il n’a plus situé ses travaux dans le champ de la linguistique textuelle mais dans celui de l’analyse du discours (Charolles et Combettes 1999), ou plutôt, d’une pragmatique du discours attentive à la théorie de la pertinence issue des maximes de Grice, car ses travaux n’ont rien à voir avec les différents courants de l’analyse de discours française. Ce choix terminologique n’empêche pas que l’on puisse considérer ses travaux comme relevant plus généralement du domaine de la linguistique transphrastique qui est une composante de la linguistique textuelle. Les derniers livres de Bernard Combettes sur Les constructions détachées en français (1998) et de Michel Charolles sur La référence et les expressions référentielles en français (2002) n’ambitionnent pas d’analyser des textes dans la complexité globale de leur co-texte, de leur contexte et « des classes de textes et de genres comme le récit, le rapport, l’histoire drôle, l’ode, le drame, la nouvelle » (Coseriu 2007, p. 321-322) qu’ils actualisent. Telle est, en revanche, l’ambition de la linguistique textuelle et de ce que j’ai proposé d’appeler l’analyse textuelle des discours.

Bibliographie

Adam Jean-Michel, 1990, Éléments de linguistique textuelle, Bruxelles, Mardaga.

— 1994, Le texte narratif [1985], Paris, Nathan.

— 2010, « L’émergence de la linguistique textuelle en France (1975-2010). Parcours bibliographique en 100 titres », Verbum, vol. 32, no 2, p. 237-261.

— 2011a, Les textes : types et prototypes [1992], Paris, Armand Colin.

— 2011b, La linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours [2005, 2008], Paris, Armand Colin.

Adam Jean-Michel et Goldenstein Jean-Pierre (1976), « Vers une grammaire de texte », Linguistique et discours littéraire, Paris, Larousse, p. 185-250.

Adam Jean-Michel et Fayol Michel éd., 1989, Structurations de textes : connecteurs et démarcations graphiques, no 81 de Langue française.

Adam Jean-Michel et Petitjean André, 1989, Le texte descriptif, Paris, Nathan.

Beaugrande Robert de et Dressler Wolfgang U., 1981, Introduction to Text Linguistic, Londres - New York, Longman.

Bellert Irina, 1970, « On a condition of the coherence of texts », Semiotica, vol. 2, no 4, p. 335‑363.

Charolles Michel, 1976a, « Note sur la cohérence des textes : compte-rendu de N. Ruwet, “Parallélismes et déviations en poésie” », Pratiques, no 10, p. 105-111.

— 1976b, « Grammaire de texte, théorie du discours, narrativité », Pratiques, no 11-12, p. 133‑154.

— 1978, « Introduction aux problèmes de la cohérence verbale », Langue française, no 38, p. 7‑42.

— 1980, « Les formes directes et indirectes de l’argumentation », Pratiques, no 28, p. 7-43.

— 1982, Études sur la cohérence et l’interprétation des discours, thèse de doctorat, Université de Franche-Comté.

— 1983, « Coherence as a principle in the interpretation of discourse », Text, vol. 3, no 1, p. 71‑99.

— 1987, « Spécificité et portée des prises en charge en “selon A” », Revue européenne des sciences sociales, vol. 25, no 77, p. 243-269.

— 1988a, « Les plans d’organisation textuelle : périodes, chaînes, portées et séquences », Pratiques, no 57, p. 3-13.

— 1988b, « Les études sur la cohérence, la cohésion et la connexité textuelles depuis la fin des années 1960 », Modèles linguistiques, vol. 10, no 2, p. 45-66.

— 1990, « Connecteurs et portée : l’exemple de “se figurer que” », Le discours. Représentations et interprétations, M. Charolles, S. Fisher et J. Jayez éd., Nancy, Presses universitaires de Nancy, p. 147-166.

— 1993, « Les plans d’organisation du discours et leurs interactions », Parcours linguistiques de discours spécialisés, S. Moirand et al. éd., Berne, Peter Lang, p. 301-314.

— 1997, « L’encadrement du discours : univers, champs, domaines et espaces », Cahiers de recherche linguistique, no 6, p. 1-73.

— 2001, « De la phrase au discours : quelles relations ? », La sémantique des relations, A. Rousseau éd., Villeneuve-d’Ascq, Université Charles de Gaulle - Lille 3, p. 237-260.

— 2002, La référence et les expressions référentielles en français, Paris, Ophrys.

— 2003, « De la topicalité des adverbiaux détachés en tête de phrase », Adverbiaux et topiques, M. Charolles et S. Prévost éd., vol. 47 des Travaux de linguistique, no 2, p. 11-49.

— 2005, « Analyse de discours, grammaire de texte et approche grammaticale des faits de textualité », Le français aujourd’hui, no 148, p. 33-45.

— 2011, « Cohérence et cohésion du discours », Dimensionen der Analyse von Texten und Diskursivent - Dimensioni dell’analisi di testi e discoursi, K. Hölker et C. Marello éd., Berlin, Lit Verlag, p. 153-173.

Charolles Michel et Combettes Bernard, 1999, « Contribution pour une histoire récente de l’analyse du discours », Langue française, no 121, p. 76-116.

Charolles Michel et Fagard Benjamin, 2012, « En effet en français contemporain : de la confirmation à la justification/explication », Le français moderne, vol. 80, no 2, p. 171-197.

Charolles Michel et Lamiroy Béatrice, 2002, « Syntaxe phrastique et transphrastique : du but au résultat », Macro-syntaxe et macro-sémantique, H. L. Andersen et H. Nølke éd., Berne, Peter Lang, p. 383-419.

Charolles Michel et Lamiroy Béatrice, 2004, « Des adverbes aux connecteurs : simplement, seulement, malheureusement, heureusement », Travaux de linguistique, vol. 49, no 2, p. 57‑79.

Combettes Bernard, 1983, « Questions de méthode et de contenu en linguistique du texte », Études de linguistique appliquée, no 87, p. 107-116.

— 1992, L’organisation du texte, Metz, Centre d’analyse syntaxique de l’Université de Metz.

— 1993, « Grammaire de phrase, grammaire de texte : le cas des progressions thématiques », Pratiques, no 77, p. 43-57.

— 1998, Les constructions détachées en français, Paris, Ophrys.

Combettes Bernard et Tomassone Roberte, 1988, Le texte informatif, aspects linguistiques, Bruxelles, De Boeck.

Coseriu Eugenio, 2007, Lingüística del texto. Introducción a la hermenéutica del sentido, édition et annotation d’Oscar Loureda Lamas, Madrid, Arco-Libros.

Givón Talmy, 1998, « L’approche fonctionnelle de la grammaire », Verbum, vol. 20, no 3, p. 257-288.

— 2001, Syntax. An Introduction, vol. I, Philadelphie-Amsterdam, John Benjamins.

Kintsch Walter, 1981-1982, « Aspects de la compréhension de textes », Bulletin de psychologie, vol. 35, no 356, p. 777-787.

— 1982, « Text representation », Reading Expository Material, W. Otto et S. White éd., New York, Academic Press.

Kintsch Walter et van Dijk Teun A., 1975, « Comment on se rappelle et on résume des histoires », Langages, no 40, p. 98-116.

Harris Zellig S., 1952a, « Discourse analysis », Language, vol. 28, no 1, p. 1-30 ; « Analyse du discours », Langages, no 13, 1969, p. 8-45.

— 1952b, « Discourse analysis : a sample text », Language, vol. 28, no 4, 1952, p. 474-494.

Jakobson Roman, 1973, Questions de poétique, Paris, Seuil.

— 1980, Dialogue, avec Krystyna Pomorska, Paris, Flammarion.

Katsuhiko Hatakeyama, Petöfi Janos S., Sözer Emel, 1984, Texte, connexité, cohésion, cohérence, Urbino, Centro internazionale di semiotica e di linguistica (Documents de travail et prépublications, 132-133-134).

Lundquist Lita, 1980, La cohérence textuelle : syntaxe, sémantique, pragmatique, Copenhague, Nyt Nordisk Forlag Arnold Busck.

— 1999, « Le Factum Textus : fait de grammaire, fait de linguistique ou fait de cognition ? », Langue française, no 121, p. 56-75.

Maingueneau Dominique, 1976, « À propos de la grammaire de texte », Initiation aux méthodes de l’analyse du discours, Paris, Hachette, p. 151-182.

Prandi Michele, 2007, « Un tournant philosophique en linguistique : l’idée de grammaire philosophique », Sciences du langage et sciences de l’homme, F. Neveu et S. Pétillon éd., Limoges, Lambert-Lucas, p. 83-96.

Reichler-Béguelin Marie-José, 1988, « Anaphore, cataphore et mémoire discursive », Pratiques, no 57, p. 15-43.

Rück Heribert, 1978, Textlinguistik und Französischunterricht, Dortmund, Lensing ; Linguistique textuelle et enseignement du français, Paris, Hatier-Credif (LAL), 1980.

Ruwet Nicolas, 1975, « Parallélismes et déviations en poésie », Langue, discours, société. Pour Émile Benveniste, J. Kristeva, J.-C. Milner et N. Ruwet éd., Paris, Seuil, p. 307-351.

Simonin-Grumbach Jenny, 1975, « Pour une typologie des discours », Langue, discours, société. Pour Émile Benveniste, J. Kristeva, J.-C. Milner et N. Ruwet éd., Paris, Seuil, p. 85‑121.

Slakta Denis, 1975, « L’ordre du texte », Études de linguistique appliquée, no 19, p. 30-42.

Todorov Tzvetan, 1975, « La notion de littérature », Langue, discours, société. Pour Émile Benveniste, J. Kristeva, J.-C. Milner, N. Ruwet éd., Paris, Seuil, p. 352-364.

van Dijk Teun A., 1972, « Aspects d’une théorie générative du texte poétique », Essais de sémiotique poétique, A. J. Greimas et al., Paris, Larousse, p. 180-206.

— 1973a, « Grammaires textuelles et structures narratives », Sémiotique narrative et textuelle, C. Chabrol éd., Paris, Larousse, p. 177-207.

— 1973b, « Modèles génératifs en théorie littéraire », Essais de la théorie du texte, C. Bouazis et al., Paris, Galilée, p. 79-99.

— 1973c, « Text grammar and text logic », Studies in Text Grammar, J. S. Petöfi et H. Reiser éd., Dordrecht, Reidel.

— 1981a, « Études du discours et enseignement », Linguistique et enseignement des langues, T. A. van Dijk et al. éd., Lyon, Presses universitaires de Lyon (Linguistique et sémiologie), p. 11-81.

— 1981b, « Le texte : structures et fonctions. Introduction élémentaire à la science du texte », Théorie de la littérature, A. Kibédi Varga éd., Paris, Picard, p. 63-93.

— 1981-1982, « Attitudes et compréhension de textes », Bulletin de psychologie, vol. 35, no 356, p. 557-569.

— 1984, « Texte », Dictionnaire des littératures de langue française, J.-P. de Beaumarchais, D. Couty et A. Rey éd., Paris, Bordas, p. 2281-2289.

Weinrich Harald, 1994, Tempus [1964], Stuttgart, Kohlhammer ; Le temps, Paris, Seuil, 1973.

Werlich Egon, 1975, Typologie der Texte, Heidelberg, Quelle-Meyer.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540