Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Connexion et indexation

 | 
Laure Sarda
, 
Denis Vigier
, 
Bernard Combettes

Partie 1. Saisir/interroger le « texte » dans sa complexité

« Y a-t-il une syntaxe au-delà de la phrase ? » – retour sur une question lancinante

Pierre Le Goffic

Texte intégral

1Revenons au tout début de notre siècle : en 2002 paraissaient dans un numéro double de Verbum (vol. 24, no 1-2) les actes du colloque que nous avions organisé à Paris 3 en 2000 sur « Y a-t-il une syntaxe au-delà de la phrase ? » – nous, c’est-à-dire Michel Charolles, Mary-Annick Morel, et moi. Mais de ce trio, Michel fut sans conteste le plus impliqué dans ce colloque, et le plus actif à tous les stades.

2La question proposée comme thème suscita beaucoup d’intérêt et notre colloque réunit un grand nombre de chercheurs, et non des moindres. Les échanges furent animés, très riches, comme portés par un souffle de renouveau et un élan de refondation. Depuis lors, le temps et beaucoup d’autres colloques ont passé sous les ponts. Que sont ces élans devenus ? Il n’est peut-être pas mauvais de tenter de faire le point. Ce sera aussi une manière de participer ouvertement au débat, puisque, en tant qu’organisateurs, nous nous étions tenus à une stricte attitude de réserve.

3De fait, la question posée, « Y a-t-il une syntaxe au-delà de la phrase ? », fut un très efficace déclencheur de réactions, et fit sur beaucoup d’intervenants l’effet d’un chiffon rouge. Comme le formule Claire Blanche-Benveniste (dont je salue la mémoire) :

La question qui nous est posée « Y a-t-il une syntaxe au-delà de la phrase ? » découpe implicitement deux domaines, le domaine de la phrase, où, par définition, vivrait la syntaxe, et le domaine de l’au-delà, où la syntaxe s’éteindrait au moins en partie, pour laisser place à d’autres types de relations, non syntaxiques. (Blanche-Benveniste 2002, p. 8)

4Et Claire Blanche-Benveniste s’empresse d’ajouter :

Le point de vue que j’exposerai est opposé à cette présentation. […] Ce qui paraît discutable, c’est l’idée même que la phrase puisse être une bonne unité de calcul en grammaire, surtout pour le traitement des données de langue parlée, pour lesquelles cette notion s’applique mal. (Ibid.)

5Quoi qu’il faille entendre exactement par « unité de calcul en grammaire », c’est de toute façon d’une remise en question radicale de la phrase qu’il s’agit (alors que les notions de texte et de syntaxe restent à l’abri de ces turbulences). Le même angle d’attaque se retrouve dans les contributions d’Alain Berrendonner, Marie-José Béguelin, Eddy Roulet, pour ne citer qu’eux. La phrase en devient le verrou qu’il faut faire sauter, comme condition impérative de toute avancée. Et chacun alors de faire valoir, sur les ruines encore chaudes de la phrase, ses propositions de nouvelles unités, construites sur des bases autres que strictement syntaxiques, qui à partir des structures intonatives, qui à partir d’une analyse en actes… (suscitant des analyses critiques comme celle de Kleiber 2003). Pourtant des travaux comme ceux de Michel Charolles (notamment Charolles et Combettes 1999) avaient déjà montré que les progrès dans l’approche du texte ne passaient pas nécessairement par un rejet de la phrase.

6Par-delà la polémique et les postures qu’elle engendre, la question centrale sous-tendant toute cette ébullition théorique est bien celle des rapports entre la langue (la grammaire) et le texte, et plus précisément celle des unités fondamentales de l’une et de l’autre : peut-on rendre compte à l’aide des mêmes unités à la fois de la grammaire et des textes (tous les types de textes, y compris oraux) ? La conjoncture me semble pouvoir être décrite de la façon suivante : on constate une difficulté (sinon une impossibilité) à retrouver dans les textes l’unité installée comme fondement de la grammaire, à savoir la phrase ; que faire alors ? la tentation est forte de rejeter ladite unité et de vouloir la remplacer par une autre, censée couvrir plus adéquatement le double champ de la grammaire et des textes. Toutefois les efforts de justification et de démonstration du bien-fondé de ces nouvelles unités portent essentiellement (sinon exclusivement) sur leur adéquation aux textes, et consistent à vouloir montrer qu’elles sont de meilleurs instruments d’analyse textuelle ; la question de leur pertinence au regard de la grammaire (en langue) est laissée dans l’ombre. Reste que la phrase, boutée hors du texte, est en grand danger d’être également récusée comme unité de la grammaire (même chez la très prudente Claire Blanche Benveniste, comme le montre la citation ci-dessus), et, pour solde de tout compte, déclarée impossible à définir, réduite à une illusion sans fondement, qui n’aurait dû sa fortune qu’à une insuffisance de lucidité et d’exigence.

7L’affaire mérite qu’on s’y arrête. Je me propose, pour essayer d’y voir clair, de prendre un peu de recul et de l’aborder sous l’angle de l’histoire, en essayant de voir comment, à différentes époques, on a pensé le rapport entre la langue et les textes, et, par suite, l’articulation de leurs unités, perçues ou non comme relevant de deux ordres distincts, et comme identiques ou différentes. Si la question des unités de la langue est ancienne (depuis les premières réflexions sur le langage), celle des unités du texte est récente. On ne la pose guère, me semble-t-il, que depuis un siècle au maximum (depuis le Cours de Saussure, et sa distinction entre la langue et la parole) : ni les classiques ni les grammairiens du xixe siècle ne la posaient dans ces termes, le rapport entre langue et textes allant de soi à leurs yeux, ou, en tout cas, ne constituant pas un enjeu théorique. Et la pression grandissante de nos jours en direction de la recherche précise d’unités du texte est sans doute la conséquence d’un fait technologique récent : le traitement automatisé des textes, écrits d’abord, oraux ensuite, qui nécessite, comme première étape, la délimitation d’unités textuelles, du moins en droit.

1. Langue, texte écrit, texte oral

8Avant de faire une petite plongée dans l’histoire, je voudrais encore faire quelques remarques sur les rapports entre langue et texte, et sur la différence entre texte écrit et texte oral, toujours évoquée dans ce cadre. Concernant la notion de texte en général, aucun commentaire particulier ne s’impose : un texte, c’est le résultat observable, la donnée empirique, d’une production de langage, longue ou brève, orale ou écrite, répondant seulement à une exigence de cohérence interne (comme Michel Charolles a si bien su le montrer). Mais le rapport des textes à la langue n’est pas simple : non seulement il ne se pose pas de la même façon pour un texte écrit et pour un texte oral, mais de plus dans les deux cas ce rapport des textes à la langue est biaisé.

9Au départ, le constat d’une évidence, à savoir la nature orale par essence du langage, tel que nous le pratiquons depuis au moins cent mille ans : toutes les langues se sont parlées ou se parlent (de fait, et par définition), certaines seulement se sont écrites ou s’écrivent ; nous parlons toute la journée, nous écrivons occasionnellement. Et l’oral, chacun le sait et en a l’expérience, est d’essence fugitive, volatile, transitoire, les paroles s’envolent, messagères d’un contenu immatériel. Peut-on arrêter ce flux, fixer les formes matérielles de cette transmission, comment le faire, pourquoi, et avec quelles conséquences ?

10L’humanité s’est dotée d’un premier moyen en ce sens, à date récente (il y a à peine cinq mille ans, après quatre-vingt-quinze mille ans d’usage purement oral du langage) : il s’agit de la grande invention de l’écriture. Mais cette découverte géniale (prise ici comme unique, sous ses modalités historiques diverses) n’a jamais été utilisée de façon prépondérante comme une simple sténographie de l’oral, comme une simple transcription mécanique : elle a toujours été mise en pratique en vue de la lecture par un destinataire, lecture en considération de laquelle le scripteur adapte son message, souvent de façon très élaborée. Un texte écrit n’est donc pas représentatif d’un usage qu’on peut appeler « naturel » du langage. (Par parenthèse, et à titre de précaution : il n’y a pas ici de déclaration de guerre au corpus, très largement littéraire, sur lequel repose ce qu’on appelle souvent la « grammaire de l’écrit », qui livre assurément quantité d’éléments sur la grammaire de la langue, et des plus dignes d’étude, mais simplement la reconnaissance du fait qu’il n’a aucun titre à passer pour le représentant authentique de la langue.)

11Pour ce qui est de l’oral, on s’est longtemps contenté de faire semblant de le fixer, de « jouer » l’oral à l’écrit en l’attribuant à des locuteurs (dans le discours rapporté, ou dans le théâtre), ou en cultivant peu ou prou une façon d’« écrire comme on parle » (lettre intime, échange sur le web, prose enfantine, parti pris littéraire…), de même qu’à l’inverse on peut « parler comme on écrit ». Tout au plus en réalité pouvait-on en cueillir au vol quelques bribes d’expression naturelle (comme ont fait de tout temps les remarqueurs, et comme fit naguère le docteur Pichon dans sa salle d’attente),… jusqu’au jour (il y a grosso modo un siècle) où il devint physiquement possible de fixer l’oral sur un support, à partir duquel il fut aisé de le convertir en écrit (le transcrire). Cette seconde « fixation » du langage, après l’invention de l’écriture, est d’un principe radicalement différent, purement technologique et non linguistique : alors que l’écriture est le fait d’un humain (sauf technologies informatisées de pointe), dans un acte volontaire où l’auteur du contenu et le scripteur sont communément une seule et même personne (en dehors du cas d’un scribe écrivant une lettre sous la dictée), l’enregistrement, réalisé par une machine, est totalement distinct et indépendant de la production de parole (même dans le cas de l’auto-enregistrement, où les deux rôles sont simplement réunis dans la même personne). La diffusion du magnétophone, à partir des années 1950, a achevé de banaliser cette fixation indiscrète, qui permet d’enregistrer la parole spontanée et d’en faire ensuite une transcription (ou translittération) écrite sans nécessiter aucune coopération de la part de l’émetteur, et même éventuellement à son insu.

12Mais quel est au juste le statut de cette fixation ? Image fidèle et irrécusable de l’expression, certes, mais avec quelle valeur et quelle place dans la chaîne des manifestations langagières ? Ce texte sur le papier, conversion en lettres de l’onde sonore, est-il en lui-même le message adressé par l’émetteur à son destinataire, ou simplement le moyen qu’il a utilisé pour véhiculer son message ? est-il le contenu, ou participe-t-il aussi de l’enveloppe, des procédés d’expédition auxquels on est contraint d’avoir recours ? Est-il l’image fidèle de l’« intenté » du locuteur, et/ou de l’« interprété » du récepteur ? On conviendra que c’est plutôt un moyen terme, le point de passage entre les deux, élaboration de l’instant qui porte la marque des difficultés de l’entreprise : on sait que, une fois la parole spontanée transcrite, on découvrit avec effarement la réalité de la communication ordinaire, avec ses ratés, ses redites, ses stratégies de réparation,… La communauté des linguistes apprit peu à peu à regarder sans préjugés et avec intérêt tous ces « dysfonctionnements », mais elle en oublia ce qu’était vraiment le texte oral et voulut retrouver dans le transcrit de l’oral la réalité du message et même de la langue, alors que ce n’en est qu’un brouillon. Si je peux risquer une analogie grotesque, je dirai qu’un texte oral transcrit fait penser au plat servi par un cuisinier qui y aurait laissé ce qui lui a servi à le confectionner ; le client dirait : « Oui, c’est bon, mais de grâce, retirez donc toutes ces épluchures ! » La cuisine du langage s’accommode très bien de la livraison avec quelques scories, formes mal épluchées, traces de gestes esquissés dans une mauvaise direction, l’oral étant inéluctablement produit dans le temps, par un effort d’élaboration complexe. Les structures de la langue sont ce que le locuteur veut produire pour faire passer son message, mais il n’y réussit pas toujours idéalement, ni du premier coup. Peut-on alors demander à une transcription d’oral de nous livrer ces structures ?

13Je résume : d’une part, un texte écrit n’est pas représentatif de la langue dans son usage naturel (c’est une sorte de produit artificiellement travaillé) ; d’autre part, un texte oral transcrit n’est pas non plus représentatif de ce qu’est la langue, dans la mesure où il n’en est qu’une sorte de brouillon, artificiellement fixé dans une photo instantanée. Le texte écrit et le texte oral (qui ne peuvent d’ailleurs être rangés dans la même catégorie « textes » qu’en un sens extrêmement faible du mot) sont l’un et l’autre entachés d’artifice : du côté de la production pour l’écrit, et en tant que figement (illégitime ?) d’une expression encore non stabilisée et avalisée, pour l’oral.

14Mais alors, où trouver la langue et ses structures, si aucun type de texte n’en fournit de manifestation qui ne soit sujette à caution ? Et où en sommes-nous par rapport à notre question initiale, la recherche des unités du texte, qui semble devenir une cause désespérée ? Et pourtant, dira-t-on, le récepteur découpe bel et bien, analyse et structure ce qu’il entend (et ce qu’il lit). Certes, mais s’agit-il d’un découpage uniquement linéaire, unité après unité ? Un texte, et particulièrement, un texte oral transcrit, est-il découpable en unités linéairement disposées ? En fin de compte, la recherche d’un dénominateur qui serait commun (une unité unique) à la grammaire de la langue, à un texte écrit, et à un texte d’oral transcrit n’est-elle pas un objectif qui peut inspirer des doutes non seulement sur sa faisabilité, mais sur la légitimité ?

2. La proposition classique, unité de pensée et de langue

15Nous voici de fait ramenés au problème de l’articulation de la langue et du discours (en tant qu’activité conduisant aux textes), passage obligé pour essayer de voir clair dans le rapport que peuvent entretenir leurs unités. J’en viens donc comme promis à un point de vue historique.

16L’histoire des unités de langue, et de leur rapport aux unités du discours ou du texte, peut à mes yeux se résumer en trois grandes étapes : grammaire classique, grammaire moderne, grammaire contemporaine. La grammaire classique, centrée sur la proposition, naît avec Aristote et prévaut jusqu’au xviiie siècle ; la grammaire (ou linguistique) moderne, où apparaît et s’impose le concept de phrase, se développe à partir du xixe ; la grammaire contemporaine, cherchant de nouvelles unités à partir de la critique de la phrase, est en train de s’élaborer depuis quelques décennies. Il va sans dire que ce découpage énergique demanderait mille précautions et raffinements, dans lesquels je ne me propose pas d’entrer. Il est par exemple évident qu’on ne saurait dire de façon péremptoire quelle est la grammaire d’aujourd’hui, si tant est que l’expression ait un sens. Je prends le risque d’avancer ma division en trois étapes, pour la raison qu’elle me paraît donner une perspective lisible de l’évolution. Je pousserai même la schématisation et la simplification jusqu’à proposer la périodisation suivante : la grammaire classique a régné deux mille ans, la grammaire moderne a dominé pendant deux cents ans, la grammaire contemporaine bouillonne depuis vingt ans. L’histoire va s’accélérant…

17La doctrine classique est centrée sur la notion de proposition, venue tout droit d’Aristote : la proposition est l’union d’un sujet et d’un prédicat (ou attribut, les deux termes étant interchangeables), union porteuse, dans sa réalisation fondamentale, d’une « affirmation » (que nous appellerions « assertion »). La proposition est l’unité du logos, c’est-à-dire unité autant de la pensée que du langage, indissociablement ; elle fournit un cadre à la fois au logicien et au grammairien, le langage n’étant que l’expression de la pensée, et la structure de la proposition exprimée ne faisant que refléter la structure du jugement. Le xviie siècle nous en offre une illustration emblématique avec le couple que constituent la Grammaire et la Logique, l’une et l’autre de Port-Royal (Arnauld et Lancelot 1969 [1660] ; Arnauld et Nicole 1993 [1662]), qui s’articulent expressément, conformément aux principes posés par Aristote, et hautement revendiqués.

18Du côté de la langue, le résultat est une grammaire de dimension réduite, dans laquelle la syntaxe est consciemment limitée ; les inventions grammairiennes d’Antoine Arnauld et Claude Lancelot, qui sont du plus haut intérêt, sont en quelque sorte annexes par rapport au plan d’ensemble, qui se fonde sur la simplicité et la robustesse de la prédication et de l’assertion, et se situe dans le cadre limitatif de la proposition. La proposition est vue comme une unité de droit, puisqu’elle est la forme même du jugement (la proposition sur le versant logique), dont l’expression (la proposition sur le versant linguistique) reflète exactement la structure. Dans les cas où le sujet et l’attribut ne sont pas immédiatement perceptibles, les auteurs invoquent sans broncher une analyse « profonde » sous-jacente (en : S est attribut), les déviances de la surface étant au compte du manque de constance des hommes.

19Dès qu’il y a plus d’une proposition simple, on sort du champ de la grammaire, qui n’est pas concernée par ce que nous appelons la phrase, ou, a fortiori, la phrase complexe (à une réserve importante près, concernant les relatives, en raison de leur intégration dans des expressions nominales complexes équivalant à des termes logiquement simples). C’est le logicien qui prend le relais (suivant là encore la tradition des Grecs) pour traiter des énoncés du type si p, alors q (notre « subordination ») ou p et q (notre « coordination »), avant de pousser jusqu’au syllogisme et autres formes de raisonnement complexe. L’attitude vis-à-vis du texte est donc une attitude de logicien ou de sémanticien : il s’agit d’en extraire les propositions. La Logique de Port-Royal, dans sa seconde partie « contenant les réflexions que les hommes ont faites sur leurs jugements », contient un exposé sur l’extraction d’information, avec une série de recettes pour aider à retrouver, isoler, et analyser les différentes propositions dont un texte est fait : quels sont les différents types de composition des propositions, comment débusquer les propositions cachées (par exemple les présuppositions), comment retrouver la « proposition principale », par rapport à laquelle une autre ne sera qu’« incidente ». On est ici à l’origine de cette notion de proposition principale, dont on sait la fortune ultérieure, mais qui est utilisée par Port-Royal d’un point de vue sémantique et pour sa valeur littérale de « proposition (sémantiquement) la plus importante », d’où des analyses satisfaisantes pour le sens commun, mais totalement contraires à nos (mauvaises) habitudes grammaticales. Ainsi (Arnauld et Nicole 1993, p. 129), dans je soutiens que la terre est ronde, c’est, conformément au sens commun, la terre est ronde qui est la proposition principale, je soutiens n’étant qu’une proposition incidente qui vient renforcer l’affirmation. Dans Tous les philosophes nous assurent que les choses pesantes tombent d’elles-mêmes en bas, il y a ambiguïté : il faut prendre en considération le dessein de celui qui parle, pour savoir si le cas est le même que dans l’exemple précédent, ou bien si la première partie est la proposition principale, la dernière étant seulement une partie de l’attribut, un bon moyen de trancher étant généralement de considérer la suite du discours.

20Au total, pour les logiciens-grammairiens de l’époque classique, le texte est l’expression d’une pensée, sa surface, peu digne d’intérêt en elle-même, n’étant là que pour traduire la pensée et y ramener. Mais la recherche des propositions dont le texte est fait montre combien il est difficile d’isoler les propositions et de les organiser, la notion même de proposition s’avérant souvent difficile à cerner.

21Toutefois le texte n’intéresse pas que la logique : il intéresse aussi la rhétorique, dans un courant d’étude qui revendique sa continuité avec les Anciens. Le concept clé est ici celui de période, unité du texte ressentie plutôt que définie, pour ses qualités esthétiques allant de pair avec son efficacité persuasive, et où se combinent l’organisation logique, la cohérence sémantique et le découpage rythmique (voir par exemple Seguin 1999) – aux antipodes de la recherche d’unités minimales que mènent la logique et la grammaire.

3. La phrase moderne, entre langue et texte

22Autant l’unité de l’époque classique est manifeste, autant l’époque moderne pourrait être caractérisée par sa diversité : je fais néanmoins le choix d’en donner une lecture unifiante, en me fondant sur l’émergence et l’installation du concept de phrase.

23L’analyse classique de la proposition s’en tenait à la bipartition sujet - prédicat, et professait que tous les prédicats se ramènent à être + attribut. On conçoit aisément, avec le recul historique, que cette analyse, malgré la solidité de ses fondements, ait fini par paraître insuffisante et même suspecte au regard de la diversité des structures : l’histoire a été faite – par Jean-Claude Chevalier (1968), André Chervel (1977) et bien d’autres – de la mise en place progressive d’une syntaxe reposant sur les concepts novateurs de fonction syntaxique et de complément (complément d’objet, puis complément circonstanciel…), à partir du xviiie siècle, pour arriver à un édifice à peu près stabilisé et quasi complet à la fin du xixe siècle. On est passé ainsi d’une relation fondamentale unique d’essence logique (sujet - prédicat) à un catalogue proprement grammatical (ou linguistique) de structures de phrase, catalogue des diverses réalisations possibles de la formule fondamentale sujet - verbe - compléments, incluant une gamme très large de ces compléments. La grammaire, bientôt relayée par un nouveau domaine du savoir, la linguistique, se dégage de l’emprise de la logique et affirme son autonomie : les principes de la grammaire doivent se trouver en elle-même, et non être importés d’un autre champ. Certains vont même, par un retour de balancier, jusqu’à vouloir mettre le langage à la source de la conscience voire de l’inconscient (qui serait « structuré comme un langage »). L’emblème de la nouvelle discipline est la phrase, au sens moderne, dont le modèle s’affirme : ensemble de constituants hiérarchisés, en relation immédiate ou médiate avec un verbe lui-même hors de toute relation de dépendance. La proposition, telle que l’entendaient les classiques, conserve d’un côté sa place au titre de proposition indépendante (devenue un type de phrase parmi d’autres), mais devient essentiellement une simple unité grammaticale : ensemble de mots rattachés à un verbe à mode personnel, en dehors de toute considération logique (liée à l’assertion), et exerçant une fonction syntaxique comme n’importe quel constituant (une proposition peut être objet, complément circonstanciel, épithète, etc.). Ainsi se développe le concept nouveau de subordination, débouchant sur la phrase complexe, également enrichie par la coordination (reprise à la logique). L’édifice de la phrase, unité syntaxique autonome, simple ou complexe, loin de la proposition des classiques, est ainsi complété.

24Certes, cette construction théorique ne s’est faite ni en un jour ni dans l’unanimisme : il n’est pas nécessaire d’évoquer les controverses permanentes, les innombrables théories concurrentes, les diverses révolutions (saussurienne, chomskyenne,…) qui se sont succédé, à un rythme en accélération constante (les historiens à venir de la linguistique auront fort à faire !). Il ne faudrait pas non plus exagérer la convergence entre les différentes écoles (au demeurant plus soucieuses de marquer leurs différences que leurs points communs), et refuser de voir ce qui les oppose ; il peut paraître incongru ou inconvenant de mettre dans le même sac la grammaire traditionnelle, la linguistique distributionnelle, la grammaire générative,… Néanmoins, je pense que les grandes orientations, très générales, qui viennent d’être rappelées ci-dessus ont été ou sont massivement acceptées et mises en œuvre dans tous ces courants de pensée, et qu’elles constituent le fondement de ce qu’on peut appeler la « grammaire moderne », par contraste avec la période classique qui l’a précédée.

25Il n’est d’ailleurs pas sans intérêt de noter comment les protagonistes de ce renouvellement ont considéré leur distance par rapport à leurs devanciers : on trouverait aisément une gamme complète de réactions à l’égard de la théorie classique de la proposition, et spécialement de la notion de prédicat, tantôt clairement conservée et revendiquée (Benveniste 1966, 1974, par exemple), souvent regardée avec défiance ou ignorée, parfois même dénoncée comme l’illustration typique d’une démarche préscientifique en grammaire (voir par exemple Tesnière 1969). Sur d’autres points, on est surpris de constater qu’un certain héritage classique perdure sous des formes perverties, sans que les contradictions internes y fassent obstacle : c’est le cas pour la notion persistante de proposition principale, détournée de son acception sémantique originelle (que j’ai évoquée ci-dessus en parlant des classiques) vers un sens formel (inconsistant), parfaitement incompatible avec un schéma hiérarchique d’emboîtement des constituants.

26Le succès de la phrase, son enracinement dans la pensée commune, à une place, sentie comme naturelle et inexpugnable, au centre de tout le dispositif du langage, s’explique aussi sans nul doute par le fait que cette nouvelle unité est en adéquation avec des besoins obscurs mais puissants. La phrase cristallise et rassemble tout ce que nous demandons à l’unité de base du langage : d’être tout à la fois l’expression d’un sens, d’une idée complète, une forme grammaticale normée, garante de l’intelligibilité (« mais faites donc des phrases ! »), et, tout naturellement, le maillon constitutif d’un texte (souligné par la ponctuation). En somme, l’unité du logos, qui résidait pour les classiques dans la proposition, est maintenant logée dans la phrase. La pensée critique a beau jeu de dénoncer et de démonter, point par point, cette croyance, d’en montrer le caractère illusoire (qu’est-ce qu’une idée complète ? etc.). Il n’empêche. La pensée commune, en chacun de nous, ne renonce pas facilement à l’idée de l’unité du logos, qu’une unité comme la phrase incarne idéalement, recouvrant à la fois la pensée, les règles du langage, et les unités du texte. Il n’est pas rare que les plus circonspects à l’égard de la phrase lui concèdent un certain statut, mal défini, de « savoir pratique » (ainsi Claire Blanche Benveniste elle-même, 2002, p. 8).

27Mais bien entendu la réflexion théorique des grammairiens et linguistes ne s’est pas fait faute de s’interroger sur la question du statut théorique de la phrase, et de son inscription dans les textes. La question s’est d’abord posée en référence à la distinction langue/parole de Saussure ou ses réélaborations langue/discours, compétence/performance. Où se situe la phrase ? L’accord est général sur le fait que la phrase est en tout état de cause une unité frontière entre les deux, une limite, un point de passage, mais la discussion sur les modalités de ce passage est loin d’être toujours claire. Oserai-je dire que la position d’Émile Benveniste, généralement citée au titre de la coupure entre l’ordre (sémiotique) de la langue et l’ordre (sémantique) du discours (Benveniste ne parle pas de texte), me paraît peu satisfaisante, sinon entachée de contradiction, quand il affirme, d’une part, que la phrase est l’unité qui ne peut intégrer aucune unité plus haute (1966, p. 125) – clôturant à ce titre l’ordre du sémiotique, celui de langue comme système de signes –, et d’autre part, qu’elle fait entrer dans le domaine sémantique, dont l’expression est le discours, et qu’elle est même l’unité du discours, par définition même, un « segment de discours » (ibid., p. 130), l’expression sémantique par excellence (1974, p. 224). Ma critique est la suivante : si la phrase fait entrer dans le discours, mais ne peut entrer dans des unités supérieures à elle-même, alors est-on fondé à dire (comme fait Benveniste) qu’elle est l’unité d’un ensemble dans lequel elle ne peut s’intégrer ? Unité très particulière en vérité, qui n’entre pas dans la composition de son tout ! On se demande plutôt quelles sont alors les véritables unités du discours, celles qui peuvent entrer dans son tissu ; elles seront nécessairement autres que la phrase.

28On peut voir une solution dans le recours à la notion d’énoncé, entendu comme une structure de phrase comportant les marques de sa prise en charge énonciative, et/ou une réalisation concrète de cette structure, véhiculant une référence, présentant éventuellement des déformations ou altérations par rapport au schéma canonique. La contradiction benvenistienne s’estompe (il est d’ailleurs curieux de constater que Benveniste lui-même, qui est certes le dernier auquel on pourrait reprocher de méconnaître l’énonciation, ne s’est pas engagé dans cette voie), mais cette solution présente l’inconvénient de sa trop grande commodité : le terme d’énoncé est très généralement utilisé pour sa facilité d’emploi dénuée de contrainte (tout ce qui a été énoncé est, de ce seul fait, un énoncé), alors qu’il appellerait une élaboration théorique considérable pour être pleinement opérant. La tentative d’Antoine Culioli en ce sens, pour importante qu’elle soit, n’a pas abouti à clarifier la situation. En définitive, la formulation chomskyenne faisant de la phrase l’axiome de la grammaire (développé sous forme de règles), dans la « compétence » des sujets parlants (par opposition à la « performance »), a le mérite de la netteté ; elle laisse ouverte la question des unités réalisées du texte, qui ne sauraient en tout état de cause s’identifier aux abstractions de la grammaire. Dans toutes les approches, la difficulté est bien la même : rendre compte du passage du virtuel à l’actuel, de la puissance à l’acte.

29Rien finalement ne se dégage de façon consensuelle concernant les unités et la structuration des textes. Certains, qui refusent la coupure benvenistienne sans vouloir pour autant jeter la phrase aux orties (c’est le cas de Michel Charolles), préparent l’émergence d’un nouveau modèle. Mais dans le flou théorique dominant s’enracine l’idée, séduisante mais (trop) commode, de la phrase comme réalité écrite commençant par une majuscule et se terminant par un point. L’ennui est que cette idée ne résiste ni à l’examen théorique ni à la mise en pratique : demander à un public, quel qu’il soit, de compter les phrases d’une page de texte écrit donne toujours des résultats pittoresques, et se termine invariablement dans la dispute, sur fond de « Mais c’est une question de définition ! » ; certes, mais on était parti de l’idée que la ponctuation en fournissait une. De fait, il n’y a aucune définition linguistique de ce qui se trouve entre une majuscule et un point : segment qui peut avoir une bonne correspondance avec la phrase dans certains cas, mais qui peut aussi bien la déborder (on parle alors, sans se démonter, de plusieurs phrases, ou propositions, juxtaposées ou coordonnées, formant néanmoins une phrase) ou n’en livrer qu’une partie (par exemple dans le cas des ajouts après le point). Mais qu’importe, chacun continue en pratique à parler de phrase entre deux points, en suspendant ses exigences théoriques, faute d’alternative. Quant à l’oral, sans ponctuation, sans repère intonatif suffisamment sécurisant, avec tous ses ratés et balbutiements, la phrase y est déclarée inexistante, et ses unités restent introuvables.

4. Un modèle contemporain dynamique de la phrase

30J’en viens maintenant à la troisième étape historique que je distingue, celle des recherches contemporaines menées depuis quelques décennies. Ici encore, nul besoin de souligner qu’une présentation ne peut être que schématique, et procéder des choix de son auteur. J’en prends à nouveau le risque, toujours pour essayer de donner un sens à l’évolution.

31Si l’on essaie de caractériser ces nouvelles recherches (largement tributaires des travaux de Claire Blanche-Benveniste ; voir ceux de 1990 et 1997, entre autres) dans leur ensemble, on est conduit au constat suivant : elles dépassent le modèle de la phrase (modèle passé de « moderne » à « traditionnel ») dans deux directions complémentaires, en y intégrant d’une part la linéarité, et d’autre part la dimension énonciative du message. Les deux sont liés : la prise en compte de la linéarité a amené (et réciproquement) la reconnaissance de positions extérieures au centre prédicatif, qui sont précisément celles où se placent les constituants en rapport avec l’énonciation plutôt qu’avec le centre prédicatif lui-même. Il en est ainsi par exemple dans un bref énoncé comme Citoyens, pour ma part, le drapeau rouge, je ne l’adopterai jamais (proclamation de Lamartine), où l’on trouve d’abord un terme d’adresse aux destinataires du message (Citoyens), puis un constituant soulignant la prise en charge de l’énonciateur (pour ma part), puis un terme nominal (nominativus pendens) énonçant le « topique » de l’énonciation (le drapeau rouge), avant que le contenu du message proprement dit ne soit énoncé sous une forme propositionnelle canonique, avec un ordre des mots très contraint, et une reprise anaphorique du topique préalablement annoncé (je ne l’adopterai jamais). Le tout illustre bien la progression de l’énonciation dans le temps, avec la mise en place de la relation de discours préalablement à la délivrance du message en lui-même, et il permet d’opposer clairement les éléments « périphériques », ici tous « préfixés » (dans d’autres cas, ils pourraient être « suffixés » ou même « infixés »), et le « noyau » propositionnel, organisé à partir d’une relation prédicative centrale. Le noyau se décrit, comme faisceau de relations syntaxiques, dans le cadre de la syntaxe de la phrase traditionnelle ; les périphériques intègrent des éléments plus ou moins marginaux que la grammaire avait déjà identifiés mais qui ne trouvaient pas une place satisfaisante dans le cadre de la proposition (ou de la phrase) reposant sur une prédication. Bien entendu, cette présentation cavalière est une simplification : il est faux que les marques de l’énonciation soient confinées aux marges de l’énoncé (l’énonciateur peut aisément s’attribuer le premier plan prédicatif dans le noyau en disant je crois que…), et le noyau peut projeter certains de ses éléments à la périphérie, avec ou sans anaphore. Mais il n’en reste pas moins que le principe de la distinction noyau-périphériques réside dans la complémentarité entre un noyau d’expression très contraint, orienté vers la formulation d’une relation prédicative (ressemblant fort à la proposition classique), et des éléments rattachés d’une façon plus lâche, gravitant en général aux abords du noyau, et le surplombant en quelque sorte, participant de la mise en place du discours. Ce modèle, dont on voit immédiatement les affinités avec les données de l’oral, s’incorpore sans difficulté toute l’étendue et les ressources de la phrase complexe, et rien ne le rend incompatible avec aucune espèce de texte écrit.

32Quel est alors le statut de ce nouveau modèle ? dans quelle relation est-il par rapport au modèle de grammaire précédent, celui de la phrase ? dans quelle relation est-il au texte ?

33Sur la question de la relation à la phrase (traditionnelle), les auteurs sont presque tous enclins à parler de rupture, à mettre l’accent sur tout ce qui les en sépare, et le rejet plus ou moins véhément de la phrase est de mise (voir notamment l’emblématique Grammaire de la période du Groupe de Fribourg, 2012). On peut pourtant sans difficulté adopter une vision plus continuiste de l’évolution. Je ferai toutefois une distinction entre les deux apports nouveaux (l’intégration des éléments énonciatifs et l’intégration de la linéarité).

34En ce qui concerne la prise en compte des constituants marqués comme énonciatifs : il est clair qu’il s’agit d’un enrichissement du modèle précédent, et nullement de sa destruction ou de son remplacement. La structure de dépendances hiérarchisées, à partir d’une relation prédicative centrale, est conservée, et elle est complétée par intégration d’éléments déjà identifiés mais jusque-là peu ou mal reliés, en raison de leur rapport trop lâche au centre prédicatif, tels que les dits « compléments de phrase », les « dislocations », les prédications secondes, les termes d’adresse, etc. La grammaire est ainsi plus complète, et progresse dans la voie de l’intrication de la prédication et de l’énonciation, dans une direction que Benveniste ou Culioli, entre autres, avaient développée (sans oublier l’apport des siècles passés : le rôle des vocatifs, par exemple, était connu et répertorié depuis les origines de la grammaire et la mise au jour des déclinaisons par les grammairiens grecs). Le concept de dépendance se raffine : la phrase met en jeu plusieurs modes de dépendance ou de rection, ce qui ne remet pas en question le principe de son organisation hiérarchique à partir d’un centre prédicatif. Je propose en somme de représenter l’évolution du modèle grammatical au fil de l’histoire de la manière suivante :

modèle classique (la proposition) : sujet - prédicat
modèle moderne (la phrase) : sujet - verbe - compléments
modèle contemporain (phrase étendue) : noyau propositionnel - éléments énonciatifs

35Chaque étape fait éclater et déborde le cadre de la précédente, sans l’annuler : la notion de prédicat, relation fondatrice du logos signifiant (proposition), n’a jamais perdu sa pertinence, elle s’est diversifiée en une série de structures et fonctions dans la phrase traditionnelle, et remise ensuite en perspective par rapport aux autres composants du logos. La visée est toujours la même, celle de cette unité autonome et complète qu’incarne le mot de phrase. Pourquoi faudrait-il l’abandonner ?

36En ce qui concerne la prise en compte de la place des éléments (négligée ou marginalisée dans les modèles précédents), l’observation des énoncés met en évidence tantôt des régularités absolues (par exemple sur la place et l’ordre des clitiques auprès du verbe), tantôt des préférences statistiques nettes (sur la place du sujet), tantôt des situations plus floues (sur l’ordre des compléments derrière le verbe ou sur l’ordre des éléments préfixés au noyau). Comment les décrire, comment se représenter les principes de la projection de dépendances non linéaires sur l’axe du temps ? La recherche est amenée à construire, de proche en proche, une « grammaire topologique », dont le concept organisateur est le concept de position, entendu comme « place étiquetée », c’est-à-dire définie à la fois par un ordre (par rapport aux constituants qui peuvent précéder ou suivre) et un rôle fonctionnel ou énonciatif ; ainsi une simple indication de place comme « début de phrase » n’est pas interprétable en termes de position : il peut s’agir d’un préfixe (de tel ou tel type de préfixe), ou du premier élément du noyau (avec, là encore, différentes possibilités : sujet nominal, ou sujet clitique, notamment, correspondant à des positions différentes, car ils n’ont pas les mêmes compatibilités). Le noyau se décrit donc de façon interne comme une suite de positions (autour de la position repère de la tête prédicative) et ses limites externes laissent la place aux préfixes et suffixes, dont l’analyse détaillée est menée selon les mêmes principes. L’entreprise, quelles que soient ses difficultés (comment rendre un compte unifié de phénomènes disparates, comment formuler un système de règles autorisant des marges de choix individuel ?), tire sa légitimité du fait qu’on ne saurait douter qu’un tel système soit à l’œuvre quand nous produisons des énoncés. Un tel système doit faire partie de notre compétence de sujet parlant, il appartient à la grammaire de la langue : le modèle de compétence (qui était statique et hors temps en tant que représentation de dépendances) s’infléchit dans un sens dynamique, s’oriente vers le passage à l’acte, vers la performance.

37Un point sensible est l’articulation (et les risques de divergence) entre le statut hiérarchique et le statut énonciatif des éléments, d’où par exemple les discussions sur le degré d’intégration hiérarchique des topiques préfixés (notamment quand ils sont précédés d’une préposition), et les perplexités quand des éléments nécessairement régis (comme des adjectifs ou des relatives attachés à un nom) se trouvent détachés aux marges de la phrase (parfois même derrière un point, en « hyperbate »). Inversement, un problème se pose quand un élément clairement extérieur au contenu propositionnel (comme donc ou d’ailleurs) s’intègre et se loge au cœur du noyau, souvent même entre auxiliaire et participe (nous sommes donc arrivés à…, on a d’ailleurs remarqué que…). Les deux plans (la structure syntaxique hiérarchisée et la structure énonciative – linéaire) semblent alors diverger, au risque de remettre en question l’unicité du modèle et d’obliger à le dédoubler. Cette discordance culmine dans les énoncés du type Treize ans, elle avait, où ce qui ressemble à un fragment de noyau (sujet - verbe) se trouve en position périphérique. Il faut alors soit inventer de nouvelles structures ad hoc, soit (ce qui est sans doute préférable) traiter l’exemple comme un cas extrême de déformation énonciative du schéma hiérarchique : le noyau, réduit à l’élément informatif clé, est suivi du rappel non pas d’un topique (comme il est courant), mais d’un fragment central du prédicat, sécurisant la reconstruction hiérarchique de l’ensemble.

38De quelle façon ce modèle étendu et dynamique de la phrase se retrouve-t-il dans les textes ? L’examen rapide d’un exemple, tiré de Céline, le montre clairement :

Moi d’abord la campagne, faut que je le dise tout de suite, j’ai jamais pu la sentir, je l’ai toujours trouvée triste, avec ses bourbiers qui n’en finissent pas, ses maisons où les gens n’y sont jamais et ses chemins qui ne vont nulle part. (Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit)

39Le passage, ou énoncé, est entre deux points (on se laisserait facilement aller à parler sans malice de phrase) ; il commence par des préfixes très typiques (installation de l’énonciateur, planification du discours ; annonce du topique : la campagne), puis se continue par faut que je le dise tout de suite (que je laisse de côté un instant), avant que n’arrive le noyau attendu, exprimant un contenu propositionnel relatif au topique annoncé. Ce noyau est suivi d’un second noyau, parallèle au premier, et l’énoncé se clôt par une triade de constituants en avec, que leur volume et la ponctuation poussent à interpréter comme des constituants détachés (suffixés). Au total, cet énoncé permet des constatations cruciales. Il illustre que les éléments périphériques peuvent avoir une portée qui dépasse un seul noyau, ainsi qu’il est manifeste pour les préfixes initiaux (et plus que probable pour la triade suffixée) ; la même chose peut se dire en notant que deux noyaux (ou plus) peuvent se trouver en correspondance avec les mêmes périphériques. À ce compte, est-il possible de dire qu’on a affaire à une structure de phrase unique (supposant une prédication superordonnée unique) ? Non, en raison des deux prédications nucléaires indépendantes. Est-on alors en présence de deux phrases distinctes ? Impossible également, puisque les mêmes périphériques se relient aux mêmes noyaux. La conclusion, qu’on peut trouver déroutante, s’impose pour un énoncé de ce genre, de la structure :

Préfixes Noyau 1 Noyau 2 Suffixes

40Il présente une intrication de schémas de phrase telle qu’il n’est pas segmentable en phrases distinctes : on ne peut pas y délimiter linéairement des phrases complètes successives, et les compter. La question « Ce segment contient-il une ou plusieurs phrases ? » ne peut pas recevoir de réponse. Affecter les préfixes et les suffixes à leur noyau de rattachement le plus proche (phrase d’accueil) est une facilité de découpage, peut-être (sinon probablement) mise en œuvre par le lecteur en temps réel, mais à titre transitoire, et ne livrant qu’une représentation provisoire, incomplète et déséquilibrée.

41De plus le fragment faut que je le dise tout de suite (sur lequel je reviens) conduit à des conclusions dans le même sens : il est, contradictoirement, à la fois totalement autonome (prédication non subordonnée, la cataphore qu’il contient n’étant pas un lien de subordination formelle) et néanmoins, inséré comme il l’est entre les préfixes et leur noyau, utilisé avec valeur (ou en fonction) de préfixe énonciatif. Statut ambivalent, nouveau motif rendant toute segmentation en phrases, tout décompte, logiquement impossible. Cette perte d’autonomie relative de la phrase (qui doit s’interpréter à la fois comme autonome et comme constituant dans une structure superordonnée, n’en déplaise à Benveniste !) est monnaie courante, dans les cas de mention (notamment en discours rapporté), ou dans le vaste domaine de la parataxe (on est venu en France j’avais trois ans ; vous m’auriez prévenu, je serais venu tout de suite), jusqu’à produire des structures ayant passé le cap de la grammaticalisation (il est parti il y a cinq minutes).

42On touche ici à ce qu’on pourrait appeler le paradoxe de la phrase : la phrase permet de construire des textes, mais ne s’y retrouve pas, un texte est construit « à coup de phrases », mais n’est pas segmentable en phrases. Vouloir créer de nouvelles unités textuelles pour échapper à cette aporie n’est qu’une fuite en avant. On ne peut mettre en évidence aucun phénomène qu’on puisse appeler syntaxique (même en un sens large) dont le domaine de validité ne serait pas la phrase, en dépit des efforts d’Alain Berrendonner en ce sens (qui a cherché à montrer que des procédés distincts d’anaphore permettaient de tracer une frontière entre différents niveaux d’unités textuelles). La structuration communicative elle-même couvre la phrase et le texte.

Conclusion

43Il est temps d’essayer de répondre à la question de départ. Je répondrai en trois points, centrés chacun sur un concept clé.

441. Phrase. La phrase est un concept nécessaire, en tant qu’axiome de la grammaire, dans la compétence de sujets parlants : c’est le cadre incontournable, défini par son autonomie autour d’une prédication, dans lequel s’exerce la signifiance du langage. Les efforts des grammairiens et des linguistes, depuis des siècles, nous en donnent une formulation de plus en plus riche et dynamique, d’abord comme simple proposition (notion qui reste au cœur de bon nombre, sinon de la totalité, des modèles psycholinguistiques d’extraction et de traitement de l’information), puis comme phrase structurée hiérarchiquement, puis comme phrase étendue en direction des phénomènes énonciatifs et de l’ordre linéaire. L’effort est à poursuivre, mais l’acquis cumulé ne doit pas être rejeté. Ce modèle est un modèle abstrait, que les locuteurs mettent en œuvre, de façon adaptée au mode de communication (orale, écrite,…) ; si l’on veut, c’est le « format », au sens informatique du mot, de l’échange linguistique, une « structure relationnelle préformatée », disaient Michel Charolles et Bernard Combettes (1999).

452. Texte. Par suite, la phrase, unité abstraite, ne peut par définition pas se retrouver en elle-même dans un texte, suite d’énoncés réalisés. En ce sens, les critiques selon lesquelles « on ne retrouve pas la phrase dans les textes » sont fondées, mais elles risquent (on l’a vu) de se retourner indûment contre la phrase : même si la phrase ne se retrouve pas dans les textes, elle n’en est pas moins l’instrument de fabrication des textes, ce sans quoi ils ne seraient pas possibles. Pourquoi cette distance entre le modèle et ses mises en œuvre ? Elle tient non seulement à l’irréductible distance entre le virtuel et l’actualisé, mais aussi au fait que la phrase est à la fois une ressource et une contrainte, un modèle dont nous sommes à la fois les maîtres et les serviteurs. Nous en sommes tributaires, puisque c’est la condition de la bonne formation et de l’intelligibilité du discours : nous nous battons avec lui pour nous y conformer, en temps réel, dans la production de l’oral spontané, et il arrive que nous ne parvenions pas à nous y conformer entièrement (d’où les déformations involontaires, reprises,…). Mais nous sommes aussi les maîtres d’utiliser ce modèle à notre guise : nous pouvons le déformer volontairement (en pariant sur les aptitudes interprétatives du récepteur), nous pouvons en contrôler cognitivement le flux, par exemple en interrompant le cours d’une phrase pour passer à une autre, avant de revenir à la première (voir Céline).

46Est-il alors envisageable de définir une « unité textuelle minimale » ? Force est sans doute de répondre par la négative. Ce qu’on peut faire est de repérer dans un texte les séquences identifiables comme des fragments organisés en vue de la construction d’une phrase, que cette construction soit menée à bien sans perturbation, ou non. J’ai tenté (Le Goffic 2011) de le faire en détail sur un texte oral transcrit (en esquissant, dans la continuité du traitement, ce que pourrait être l’intégration de ces séquences au niveau textuel) ; les textes écrits ne nécessitent aucune méthodologie différente.

473. Syntaxe. Y a-t-il dans un texte une syntaxe autre que celle de la phrase ? Non, il n’y en a qu’une, et c’est celle qui est déjà à l’œuvre dans la phrase (le passage de Céline l’a montré). La phrase (telle que la recherche contemporaine l’entend) est déjà une structure de texte, et il n’y a aucune espèce de coupure, entre la phrase et le texte. La phrase est déjà un modèle textuel, « macro-syntaxique », prévoyant son propre dépassement, et la phrase réalisée est déjà un texte. Réduire la syntaxe au seul périmètre de la rection « micro-syntaxique », c’est revenir en arrière, annuler toute la réflexion des grammairiens depuis l’époque classique.

48Michel Charolles avait raison d’écrire dès 1999 :

[…] les relations de constituance que l’on observe à l’intérieur de la phrase ne sont pas d’une autre nature que celles que l’on va restituer lorsque l’on va interpréter une séquence correspondante formée de plusieurs phrases indépendantes. La phrase n’est qu’une structure relationnelle préformatée. Les connexions structurales apparaissant entre les groupes qui la composent codent des relations qui ne sont pas d’une nature différente de celles qui interviennent au-delà. Le lecteur qui découvre un texte ne fait pas autre chose en traitant des phrases et des séquences de phrases. (Charolles et Combettes 1999, p. 107-108)

49Ses travaux ultérieurs, par exemple sur les adverbiaux cadratifs (Charolles et Péry-Woodley éd. 2005), en sont l’illustration : ils concernent aussi bien la phrase que le texte.

Bibliographie

Arnauld Antoine et Lancelot Claude, 1969, Grammaire générale et raisonnée [1660], Paris, Republications Paulet.

Arnauld Antoine et Nicole Pierre, 1993, La Logique ou l’Art de penser [1662], Paris, Vrin.

Benveniste Émile, 1966, Problèmes de linguistique générale, t. 1, Paris, Gallimard, chap. 10, « Les niveaux de l’analyse linguistique », p. 119-131.

— 1974, Problèmes de linguistique générale, t. 2, Paris, Gallimard, chap. 15, « La forme et le sens dans le langage », p. 215-238.

Berrendonner Alain, 2002, « Les deux syntaxes », Verbum, vol. 24, no 1-2, p. 23-36.

Blanche-Benveniste Claire, 1997, Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys.

— 2002, « Phrase et construction verbale », Verbum, vol. 24, no 1-2, p. 7-22.

Blanche-Benveniste Claire et al., 1990, Le français parlé : études grammaticales, Paris, CNRS Éditions.

Charolles Michel et Combettes Bernard, 1999, « Contribution pour une histoire récente de l’analyse du discours », Langue française, no 121, p. 76-116.

Charolles Michel, Le Goffic Pierre et Morel Mary-Annick éd., 2002, Y a-t-il une syntaxe au-delà de la phrase ? vol. 24 de Verbum, no 1-2.

Charolles Michel et Péry-Woodley Marie-Paule éd., 2005, Les adverbiaux cadratifs, no 148 de Langue française.

Chervel André, 1977, Histoire de la grammaire scolaire, Paris, Petite Bibliothèque Payot.

Chevalier Jean-Claude, 1968, Histoire de la syntaxe. Naissance de la notion de complément dans la grammaire française (1530-1750), Paris, Droz.

Groupe de Fribourg [Alain Berrendonner et al.], 2012, Grammaire de la période, Berne, Peter Lang.

Kleiber Georges, 2003, « Faut-il dire adieu à la phrase ? », L’Information grammaticale, no 98, p. 17-22.

Le Goffic Pierre, 2011, « Phrase et intégration textuelle », Langue française, no 170, p. 11-28.

Roulet Eddy, 2002, « Le problème de la définition des unités à la frontière entre le syntaxique et le textuel », Verbum, vol. 24, no 1-2, p. 161-178.

Seguin Jean-Pierre, 1999, « Le libre découpage des phrases dans Le Traité sur la tolérance », Phrases : syntaxe, rythme, cohésion du texte, F. Neveu éd., Paris, SEDES, p. 169-182.

Tesnière Lucien, 1969, Éléments de syntaxe structurale, Paris, Klincksieck.

Auteur

LaTTiCe, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540