Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Correspondance privée

Lettre de Sarah Grimké à Elizabeth Pease1

Texte intégral

  • 1 Elizabeth Pease (1807-1897), amie anglaise de Sarah, de famille quaker et abolitionniste, et milit (...)

Des extraits de cette lettre dont le manuscrit n’a pas été retrouvé sont cités par Catherine Birney dans son ouvrage The Grimké Sisters. Sarah and Angelina Grimké : the First American Women Advocates of Abolition and Woman’s Rights, Boston, Mass., Lee and Shephard, 1885.

*

Manlius, N. Y., le 20 [?] mai 1838

  • 2 Angelina Grimké sera exclue par la secte quaker qui n’autorisait pas les unions avec des adeptes d (...)

1[…] Il faut que je te fasse le récit du mariage de ma sœur, mariage dont tu as sans doute déjà entendu parler. Son cher mari est véritablement un homme de Dieu, il est membre de l’Église presbytérienne. Évidemment, par ce mariage, Angelina sera exclue2, comme je le serai aussi en y assistant. Nous n’en éprouvons aucun regret, persuadées qu’une punition qui nous prive de participation à une action strictement conforme à la volonté de Dieu, sanctifiée par Sa Parole comme l’est le mariage des justes, ne peut être qu’antichrétienne, et je saisis l’occasion qui m’est donnée de protester. Le mariage a été célébré chez notre sœur, Anna R. Frost, à Philadelphie, le 14 de ce mois. La loi de Pennsylvanie considère qu’un mariage est légal si douze personnes en sont les témoins. Ni la présence d’un homme d’Église ni celle d’un magistrat n’est requise. En toute conscience, Angelina ne pouvait accepter d’être mariée par un pasteur, et Theodore D. Weld a volontiers accepté de se rendre à ses raisons pour la célébration du mariage. Nous pensions tous que la présence d’un magistrat, un inconnu, nous serait désagréable à cette occasion, nous avons donc finalement décidé de n’inviter que des amis choisis, et de célébrer le mariage religieusement par une réunion qui serait religieuse et sociale. Ni Theodore ni Angelina n’avaient envie de s’unir par des formules préétablies, ils ont donc prononcé les paroles que Dieu leur a soufflées sur le moment. Theodore s’est adressé à Angelina de façon solennelle et tendre à la fois. Il a fait allusion au pouvoir abusif que les lois des États-Unis accordent au mari sur la personne et les biens de son épouse, et il a renoncé à toute autorité, tout pouvoir, mis à part l’influence que l’amour leur permettrait d’exercer l’un sur l’autre, en tant qu’êtres moraux et immortels. J’aimerais tant me rappeler ses paroles exactes mais je n’y arrive pas. Le discours d’Angelina fut bref mais complet, avec la promesse de le respecter, de le préférer à elle-même, de l’aimer avec ferveur d’un cœur pur. Immédiatement après, nous nous sommes agenouillés et Theodore a mis toute son âme à supplier Dieu de bénir leur union, que celle-ci puisse porter les fruits d’un service meilleur et d’une compassion plus profonde pour l’esclave. Angelina a enchaîné avec un appel émouvant à Notre Père aux cieux, pour qu’il lui accordât sa bénédiction, et pour que leur union fût tout à sa gloire, puis elle a demandé qu’il les guidât de toute la puissance de son amour pour le reste de leur pèlerinage. Ensuite ce fut un ministre presbytérien de couleur qui pria, suivi d’un ministre blanc, et puis ce fut comme si je ne pouvais pas retenir les louanges et les remerciements que j’adressai à Celui qui avait daigné être parmi nous à la fête du mariage et verser l’huile et le vin de la concorde et de la joie. Notre Seigneur Jésus fut le premier invité à se présenter, il voulut bien nous faire bénéficier de sa présence, bénir et sanctifier l’union ainsi accomplie. Ce fut William Lloyd Garrison qui lut le certificat de mariage, lequel fut signé par les présents. La soirée se passa à converser agréablement. Plusieurs personnes de couleur étaient présentes dont deux esclaves libérés qui avaient autrefois appartenu à notre père. Ma sœur Anna en avait hérité et les avait libérés. Ils furent nos invités, nous donnant ainsi l’occasion de répudier l’horrible préjugé qui prévaut à l’encontre des personnes de couleur et des pauvres […].

Sarah M. Grimké

Notes

1 Elizabeth Pease (1807-1897), amie anglaise de Sarah, de famille quaker et abolitionniste, et militante du mouvement abolitionniste britannique le plus radical.

2 Angelina Grimké sera exclue par la secte quaker qui n’autorisait pas les unions avec des adeptes d’autres religions ; Theodore Weld était presbytérien.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site