Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Correspondance privée

Lettre d’Angelina Grimké à Theodore D. Weld

Texte intégral

[Brookline, Mass.,] mercredi matin [29 avril 1838]

Mon tant aimé,

  • 1 Lewis Tappan et son frère Arthur, abolitionnistes militants, avaient créé l’American Anti-Slavery (...)

1[…] Tu me demandes ce que Lewis Tappan1 avait en tête lorsqu’il t’a dit qu’en m’épousant dans les circonstances actuelles, tu faisais preuve d’un grand courage moral. Comment, mais tu ne savais pas qu’aucun « autre » homme ne « voudrait de moi pour épouse », aucun, pas même un bon abolitionniste ? C’est exactement ce que A. Preston m’a dit : « Angelina, même si beaucoup vont t’écouter parler et ont une certaine admiration pour toi, il reste, et je continue à le croire, que tu es totalement au-delà de la catégorie des femmes ordinaires, et aucun homme ne voudrait d’une telle épouse. » Je l’ai bien pris et suis même reconnaissante d’être à l’abri de ce genre d’attention. En outre, nombreux sont ceux qui me méprisent et seraient ravis de m’insulter. Si je t’avais montré une lettre anonyme que j’ai reçue en même temps que ta dernière lettre, je pense que tu serais convaincu et que tu comprendrais un peu mieux ce que, toi, tu oses faire. Je suis parfaitement d’accord avec L. T., mais toi tu ne vois pas du tout le « danger » d’épouser une femme dont les sentiments et les actes sont fondés sur le principe de l’égalité des droits. […]

2Il faut que nous prenions le temps de discuter de tout ce qui concerne notre union pendant que nous sommes à Phila [sic] ; il va de notre devoir de comprendre nos opinions respectives le mieux possible afin d’éviter les éternels malentendus que nous observons entre mari et femme. Oh ! mon cœur a si souvent pleuré devant la misère du mariage que j’ai prié le Seigneur de m’en épargner et de m’éviter les responsabilités d’une famille jusqu’à ce qu’il m’ait préparée à y faire face dans la crainte de Dieu et pour sa gloire. Je crois qu’il a entendu mes prières, car bien que j’aie peur et me demande « qui est à la hauteur de ces choses », je peux lui faire confiance, oui je lui fais confiance, il m’aidera, il m’aidera sans relâche à remplir mes nouveaux devoirs.

3[…] Mon Bien-aimé, tu verras comme je serai heureuse dans notre petite maison et aussi dans la cuisine de la maison quand il faudra que j’y sois. Mais comme je n’ai jamais fait l’expérience, je ne peux me vanter de rien. Puisse le Seigneur Jésus me venir en aide pour ton bien, et pour le bien de la femme et prouver ainsi que des esprits équilibrés peuvent tout aussi aisément s’occuper de choses élevées ou de choses matérielles et trouver leur bonheur dans les deux. Oui, tu te lances dans une expérience dangereuse, que, je crois bien, aucun autre homme ne tenterait, parce que nul autre ne peut comprendre ni mes principes ni moi-même.

Notes

1 Lewis Tappan et son frère Arthur, abolitionnistes militants, avaient créé l’American Anti-Slavery Society avec William L. Garrison et Theodore D. Weld dont ils partageaient les opinions immédiatistes radicales. Très religieux (congrégationalistes), ils protestèrent contre les responsabilités données à des femmes dans le mouvement et se séparèrent de l’AAS pour créer l’American and Foreign Anti-Slavery Society en 1840.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site