Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Correspondance privée

Lettre d’Angelina à Theodore D. Weld et John G. Whittier, 20 août 1837

Texte intégral

Chers frères dans l’amour du Seigneur,

1Comme vos lettres sont arrivées en même temps et que toutes deux sont consacrées principalement au même sujet, nous avons décidé de répondre aux deux ensemble et conjointement. Vous semblez très inquiets à l’idée que nous prenions le parti des droits de la femme. […]

  • 1 Frances Wright, appelée Fanny Wright : voir supra chapitre 3 « New York à l’ère des réformes », no (...)

2Mais ne voyez-vous donc pas que les femmes pourraient faire et feraient cent fois plus pour l’esclave si elles n’avaient pas d’entraves ? Alors, on nous reproche sévèrement de sortir de notre sphère même lorsque nous ne faisons que faire circuler des pétitions ; de sortir de la sphère qui « convient » lorsque nous nous adressons à un auditoire uniquement féminin, et aussi quand nous chantons dans les églises. Notre domaine c’est le silence, notre devoir, l’obéissance. Si, en plus, nous n’avons pas de raison à donner quant à l’espoir qui nous habite, à savoir que nous avons des droits égaux à ceux de nos frères, comment penser pouvoir continuer à exercer ces droits encore longtemps ? Oh, si seulement vous étiez ici que nous puissions discuter longuement, très longuement sur toutes ces questions, je pourrais peut-être m’expliquer beaucoup mieux. Et je pense que nous pourrions vous convaincre que nous ne pouvons pas faire avancer l’abolitionnisme de toutes nos forces tant que nous n’aurons pas ôté cet obstacle qui nous barre la route. […] Si nous osons relever la tête et faire le devoir que nous dicte notre propre conscience, alors nous sommes comparées à Fanny Wright1, etc. […] Très bientôt nous serons obligées de battre en retraite, car nous n’aurons plus de terrain d’action. Si nous nous laissons priver du droit de parler en public cette année, nous devrons renoncer au droit de faire des pétitions l’année prochaine et au droit d’écrire l’année suivante, et ainsi de suite. Alors, qu’est-ce que la femme peut faire pour l’esclave quand elle-même est foulée aux pieds par l’homme qui la force au silence en lui faisant honte ? Voilà pourquoi nous vous supplions de repenser toute la question en toute impartialité, ainsi nous serons sûres que vous verrez qu’il ne s’agit pas plus de notre part d’un délaissement de nos premières amours que lorsque les hommes de la cause antiesclavagiste essaient d’établir le droit à la liberté de débattre.

3En ce qui concerne son « extrémisme » au sujet du mariage, frère Weld a complètement tort de s’imaginer qu’il a plusieurs longueurs d’avance sur nous sur le plan de la réforme des droits humains. Nous ne jugeons pas son idée scandaleuse du tout : elle est tout à fait juste. Simplement, je crains d’être trop orgueilleuse pour jamais pouvoir exercer ce droit. Le fait est que nous vivons dans une société tellement artificielle qu’il y a des choses dont nous n’osons pas parler, ou que nous n’osons faire le plus naturellement du monde selon notre cœur. […]

4Les hommes du mouvement antiesclavagiste essaient de toutes leurs forces de séparer ce que Dieu a uni. J’ai l’entière conviction que, plus ils s’efforcent de maintenir les différentes réformes morales entièrement distinctes les unes des autres, moins leurs tentatives ont de chance de succès. Elles sont liées entre elles et forment un cercle comme les sciences ; elles se mélangent les unes aux autres comme les couleurs de l’arc-en-ciel ; elles ne sont que les parties de cet ensemble magnifique qui est le nôtre et cet ensemble est la chrétienté, pure et simple. […]

Notes

1 Frances Wright, appelée Fanny Wright : voir supra chapitre 3 « New York à l’ère des réformes », note 12.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540