Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Correspondance privée

Lettre de Theodore D. Weld à Sarah et Angelina Grimké, 15 août 1837

Texte intégral

Mes chères sœurs,

1[…] Les droits des femmes et les torts qu’elles subissent, il y a longtemps que je m’y intéresse. C’est même le tout premier sujet de discussion que j’aie jamais abordé. Dans un petit club de discussion lorsque j’étais enfant, j’ai soutenu que le sexe n’était pas un critère de qualification ou de disqualification pour ce qui est de l’exercice des fonctions mentales, morales ou spirituelles. […] Je suis allé plus loin et ai soutenu que la demande en mariage pourrait tout aussi bien être faite par la femme que par l’homme, et que ce qui est l’usage en ce domaine, le fait que la demande doive venir de l’homme et lui seul, que ce serait une faute de goût et pratiquement immoral de la part d’une femme de faire les premiers pas, équivaut à ne pas voir ou plutôt à dénaturer les fins sacrées de cette institution en la ravalant à un bourbier matériel, vulgairement sensuel, étouffant l’esprit sous la chair. Et comme je n’ai jamais trouvé ni homme, ni femme, ni enfant qui soit d’accord avec mon extrémisme quant aux droits des femmes, je considère que même vous, vous allez crier au scandale sur la question de savoir qui fait les avances. Cela ne fait rien. Ce que je soutenais dans ma jeunesse, je le soutiens encore aujourd’hui : la femme partage en tout point et à part égale avec l’homme les mêmes droits et responsabilités. […] Néanmoins, je regrette très profondément que vous vous soyez lancées dans cette série d’articles sur les droits de la femme dans les journaux. Voyons, mes chères sœurs, le meilleur plaidoyer que vous puissiez faire est précisément ce que vous faites jour après jour. Il y a des milliers de gens qui vous écoutent chaque semaine et qui, toute leur vie, ont soutenu qu’une femme ne doit pas parler en public. Le fait même que vous parliez apporte la réfutation de ce dogme et a déjà converti des foules. […] De plus, vous êtes des sudistes et avez possédé des esclaves ; vos meilleures amies participent de ce péché, de cette honte et de cette menace. Toutes ces choses vous facilitent un meilleur accueil dans l’esprit des nordistes, vous donnent de l’influence sur lui […] Eh bien, vous perdez cet avantage particulier dès lors que vous abordez un autre sujet. Vous perdez de la hauteur. N’importe quelle femme aussi douée que vous peut produire le même effet que vous sur le Nord en plaidant pour les droits des femmes libres (par opposition aux femmes esclaves, j’entends). […] Alors ne pouvez-vous pas laisser le travail de moindre importance à d’autres qui le feront mieux que vous, et vous consacrer totalement, corps, âme et esprit, à la plus grande tâche que vous êtes les seules à faire bien mieux, et beaucoup plus utilement que n’importe qui ? […] Ouvrons d’abord les yeux de la nation sur les millions d’esclaves à relever de la fange où ils gisent et à en faire des hommes et lorsque nous nous serons tous attelés à cette tâche, il sera ensuite facile de faire se tenir debout des millions de femmes agenouillées, en d’autres termes de transformer les enfants qu’elles sont en femmes.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540