Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Correspondance privée

Lettre de John G. Whittier à Sarah et Angelina Grimké, 14 août 1837

Testo integrale

Mes chères sœurs,

1[…] Vous faites beaucoup pour défendre et revendiquer la noble cause des droits de la femme. Vos conférences devant des publics nombreux et mixtes sont à bien des égards, de fait, de puissantes déclarations du droit et du devoir de la femme de travailler, aux côtés de son frère, au bien-être et au salut du monde. Alors, permettez-moi de demander pourquoi vous éprouvez le besoin de vous ranger parmi les écrivains qui suscitent la controverse sur cette question. Est-ce que cela n’apparaît pas, chères sœurs, en quelque sorte comme un abandon de la cause du pauvre et malheureux esclave dont les soupirs dans la plantation de coton du Mississipi, les cris et les gémissements résonnent constamment à nos oreilles, au profit de discussions et d’argumentations à propos d’une légère oppression, politique ou sociale, dont nous-mêmes serions les victimes ? N’est-ce pas oublier les maux considérables et atroces subis par l’esclave, et lutter pour une cause égoïste au nom de nos griefs dérisoires ? Pardonnez-moi si je suis un peu vif dans ma manière de présenter les choses. Loin de moi l’idée de me mêler de choses qui relèvent d’un devoir de conscience, mais j’aimerais que vous pesiez le pour et le contre de cette question en toute impartialité, et que vous voyiez s’il ne s’agit pas là d’un délaissement de vos premières amours. Oh, essayons de ne surtout pas oublier notre devoir envers Dieu et notre prochain ; essayons de détrôner le principe d’égoïsme, et de tout faire pour gagner le cœur endurci de l’oppresseur avec des vérités dites avec bienveillance. […]

© ENS Éditions, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540