Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Correspondance privée

Lettre d’Angelina Grimké à Theodore D. Weld, 12 août 1837

Texte intégral

Mon cher frère,

1Tu es maintenant certainement au courant de toutes ces histoires qui circulent par ici selon lesquelles, parce que nous sommes des femmes, nous choquons la décence en donnant des conférences devant des auditoires mixtes. Les gens qui viennent m’écouter restent parfois assis littéralement bouche bée, complètement éberlués, et je ne peux m’empêcher de sourire en plein milieu de mes élans rhétoriques en constatant leur total étonnement d’entendre une femme parler dans des églises. […] mais nous sommes tout d’un coup placées dans une situation très pénible, au premier rang d’une lutte entièrement nouvelle, la lutte pour les droits de la femme à être reconnue comme personne morale, intelligente et responsable. Je regrette un peu, bien sûr, que cela survienne avant que la question de l’antiesclavagisme soit réglée, car je crains de nuire à cette noble cause, mais d’un autre côté, je pense que le moment, et donc le meilleur moment, appartient au Seigneur, car tout cela s’est produit par un enchaînement de circonstances dont nous n’avions pas la maîtrise. La vérité c’est que cela touche aux intérêts de tous les pasteurs du pays et donc ils se croient obligés de former un front uni contre les droits des femmes […] ; cela concerne aussi tous les intérêts de l’homme à l’intérieur du foyer, les rapports les plus tendres de la vie ; cela va atteindre les profondeurs de son âme et provoquer de grandes remises en question. […] je dois avouer que c’est une insulte à la femme qui est en moi, que mon sens moral s’indigne à la pensée de ces choses, et je sais exactement ce que les gens de couleur libres ressentent envers les Blancs quand ceux-ci leur accordent une attention inhabituelle : non pas comme un droit, mais comme une récompense dans un sens qui sort un peu de l’ordinaire. Il n’y a pas un homme sur 500 qui comprenne vraiment le seul genre d’attention qu’une femme de haute valeur intellectuelle et morale trouve acceptable. […] Qu’une épouse n’ait pas à se soumettre à son mari davantage que lui à elle […] peut paraître une doctrine étrange et inquiétante, certes, mais comment pourrait-il en aller autrement sauf à céder sa responsabilité morale, ce qu’aucune femme n’a le droit de faire ?

2Je ne doute pas que la postérité considérera le fait que les femmes n’avaient pas le droit de prêcher l’Évangile avec autant d’étonnement et d’indignation que nous, lorsque nous voyons qu’aucun homme de couleur en Caroline du Nord n’a accès à ce droit sacré. Alors c’est au nom du droit moral que nous voulons que tu nous soutiennes, et pas au nom d’une quelconque particularité quaker. Nous devons aborder cette question tout de suite ; faisons-le en tant qu’êtres moraux, sans chercher à instrumentaliser au maximum une particularité sectaire au profit de l’abolitionnisme. Nous ne nous plaçons pas sur le terrain des quakers, mais sur celui de la Bible et du droit moral. Ce que nous réclamons pour nous-mêmes, nous le réclamons pour toutes les femmes que Dieu a appelées et à qui il a octroyé des dons et des grâces. Ne peux-tu pas, juste sur ce point, être à nos côtés ? […]

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540