Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

« Lettres sur l’égalité des sexes et la condition féminine » Letters on the Equality of the Sexes and the Condition of Woman, 1838

Lettre XV. L’homme et la femme également coupables dans la chute

Texte intégral

Uxbridge, le 20 octobre 1837

Ma chère sœur,

1Je suis de celles qui reconnaissent toujours, et dans toute son ampleur, l’accusation communément admise selon laquelle c’est la femme qui a introduit le péché dans le monde. J’y vois une bonne raison pour que la femme se sente obligée d’œuvrer avec un zèle redoublé, pour la régénération d’un monde à la ruine duquel elle a contribué.

2[…] Maintenant, le fait qu’Ève a été séduite et trompée prouve-t-il que sa faute est plus noire que celle d’Adam qui, lui, n’a pas été trompé mais qui avait pleinement conscience des conséquences de la faute à laquelle il s’associait ? Je laisse au lecteur impartial le soin d’en décider.

3Mon but ici est de montrer que, comme la femme a la responsabilité de tout le péché du monde, il y va de son devoir sacré d’œuvrer à son extinction ; et cela, elle ne peut pas le faire efficacement et de façon approfondie tant que son esprit n’est pas libéré de ces entraves qui lui ont été imposées par une opinion publique corrompue, et une interprétation pervertie des Saintes Écritures. […]

4Pour accomplir notre devoir, nous devons comprendre nos droits et responsabilités ; et c’est parce que nous ne comprenons pas que nous n’arrivons pas à nous acquitter de nos obligations. N’étant pas habituées à penser par nous-mêmes, à explorer le livre sacré pour voir dans quelle mesure nos vies sont à la hauteur du dessein de Dieu lorsqu’il nous a créées, nous nous sommes contentées de la sphère que l’homme nous a désignée comme la nôtre, sans jamais percevoir la fausseté du raisonnement qui interdit à la femme de faire usage de ses facultés les plus nobles, et qui appose le sceau de l’indécence sur les actes pour lesquels, autrefois, les femmes se voyaient gratifiées de dignités et de rangs élevés dans l’Église.

5Je ne devrais pas revenir là-dessus, si ce n’était pour indiquer à mes sœurs ce qui semble être la conclusion logique d’une interprétation littérale de saint Paul, sans référence au contexte, aux circonstances particulières et aux abus qui ont suscité les formules : « Que vos femmes se taisent dans les assemblées », « Il ne leur est pas permis de parler » [I Corinthiens, 14, 34]. Il est manifeste que si l’Apôtre voulait dire ce que ses mots, pris à la lettre, impliquent, alors les femmes n’ont aucun droit de faire l’école ou l’instruction religieuse, ni même d’ouvrir la bouche pour chanter dans les assemblées religieuses. Pourtant de jeunes femmes très convenables sont chargées de ces fonctions. On leur donne des instructions dans le but précis de se présenter en public et d’élever leur voix au maximum dans les chœurs de nos lieux de culte. Loin de moi l’idée de condamner mes sœurs qui font cela ; je veux juste qu’elles comprennent qu’en fait, elles transgressent un ordre prétendument divin en faisant l’école et l’instruction religieuse à leurs élèves et en chantant à l’église, tout autant que si elles se mettaient à prêcher les insondables richesses du Christ à un monde en perdition. Alors, pourquoi avons-nous l’autorisation d’enfreindre cette injonction sur certains points, et pourquoi, sur d’autres, sommes-nous si constamment mises en garde de ne pas outrepasser les limites que nous ont assignées nos frères ? Tout simplement, je crois, parce que dans un cas nous favorisons leurs façons de voir et leurs intérêts, et donc agissons comme leurs subalternes, alors que dans l’autre cas, nous nous heurtons à leurs intérêts, et prétendons être sur un même pied d’égalité pour la mission la plus haute et la plus importante jamais confiée à l’homme, à savoir, la charge du monde. Il est évident que si des femmes avaient le droit d’être ministres de l’Évangile, comme, c’est indéniable, elles le pouvaient dans les premiers temps de l’Église chrétienne, cela aurait une incidence matérielle sur le système actuel d’organisation du pouvoir spirituel et de l’autorité ecclésiastique, aujourd’hui entièrement entre les mains des hommes. Cela montrerait soit que tout l’attirail des séminaires de théologie, etc., etc. en vue de préparer les hommes à devenir des prédicateurs est totalement inutile, soit qu’il serait nécessaire de créer des séminaires analogues pour préparer les femmes à cette même fonction, et cela, ce serait une intrusion dans une formation dont nos chers frères, sans aucune générosité, se sont fait un monopole. […]

6Si les associations de couture, qui actuellement font don des bénéfices de leur travail pour subventionner l’éducation des jeunes gens qui se destinent au ministère, devaient retirer leurs contributions pour les donner là où il y a des besoins, c’est-à-dire afin de promouvoir un apprentissage utile pour celles de leur sexe, la génération à venir fournirait la preuve, s’il en faut, que la femme n’est pas inférieure à l’homme en intelligence et en capacité à maîtriser l’ensemble des sciences. Et les femmes intelligentes, au lieu d’être considérées, comme elles le sont maintenant, inutiles par nature, seraient tout aussi nombreuses que les hommes intelligents. […]

Les devoirs des femmes

7[…] Face aux grandes réformes morales de notre époque et la part que les femmes vont avoir à y prendre, plutôt que de se laisser tourmenter par la question, de fait inutile, de savoir jusqu’où elles peuvent aller en restant dans les limites de la décence, elles demanderont seulement : « Seigneur, que veux-tu que nous fassions ? » Elles seront capables de voir cette simple vérité que Dieu n’a fait aucune distinction entre les hommes et les femmes en tant qu’êtres moraux. […]

8Et là, je supplierais mes sœurs de ne pas obliger les ministres actuels à faire acte de présence dans les grandes réformes morales. L’usage qui consiste à faire des ministres des membres à vie, ou des dirigeants des sociétés de réforme, alors que leur cœur n’a pas été touché par une braise prise sur l’autel d’en haut et n’est pas mû par l’amour de la tâche que nous avons entreprise, leur est préjudiciable tout autant qu’à notre cause. C’est pour eux un moyen de satisfaire leur conscience, sans avoir à faire quoi que ce soit pour promouvoir la lutte contre l’esclavage ou contre l’alcoolisme, entre autres réformes. […] Traitons les ministres avec affection et respect, mais méfions-nous de la façon dont nous entretenons en eux l’idée qu’ils sont plus importants pour une cause que les autres hommes. […] Je sais que le ministère possède de vastes pouvoirs ; mais je me réjouis à l’idée que le charme qui faisait écran autour d’eux est rompu, et alors qu’il tenait du blasphème de dévoiler publiquement leurs erreurs et leurs péchés, nous commençons à comprendre que ce ne sont que des hommes et que leur statut ne devrait pas les mettre à l’abri de reproches mérités.

9J’ai rougi pour mon sexe quand j’ai entendu des femmes supplier un pasteur de venir aux réunions de leurs associations et de les ouvrir par une prière. L’idée est pour moi inconcevable que des femmes chrétiennes engagées dans l’œuvre de Dieu ne puissent pas lui demander de bénir leurs efforts, sauf par la bouche d’un homme. Une fois, elles ont écumé toute une ville pour trouver un ministre qui voulût bien inaugurer la séance d’une association féminine, et des refus qu’elles ont essuyés elles parlaient comme d’une catastrophe. Cela ne veut pas dire que je suis contente que les ministres se trompent ; mais je me réjouis que mes sœurs aient parfois été obligées d’agir toutes seules : c’est exactement ce dont elles ont besoin pour se fortifier et se préparer à agir de façon indépendante. Et franchement, il y a quelque chose de vraiment ridicule à voir un pasteur arriver à la réunion, faire la prière d’introduction, et puis s’en aller. […]

Conclusion

10Désormais, ma chère sœur, j’ai terminé ma série de lettres. Je me rends compte qu’elles contiennent des opinions inédites, mais que je crois fondées sur les vérités immuables de la Bible. […] En les rendant publiques, j’ai été motivée uniquement par la conviction que si elles sont suivies d’effet, elles rehausseront la réputation de notre sexe, et élargiront son champ d’action, tout en contribuant au bonheur et à la bonne conduite de l’autre sexe. […]

11Encore un mot. Je me sens obligée de demander aux femmes de sacrifier ce qui leur a tenu et leur tient toujours à cœur : l’adoration, la flatterie, les attentions des hommes qui aiment badiner. Je leur demande de repousser ces ennemis insidieux chaque fois qu’ils les abordent, de manifester par leur conduite que, bien qu’elles apprécient beaucoup la société d’hommes intelligents et pieux, elles n’ont pas de goût pour les conversations frivoles ni pour cet empressement stupide à pourvoir au bien-être de leur personne, souvent au prix d’un grand inconfort pour les messieurs qui les accompagnent. […] Ce genre d’attention encourage l’égoïsme chez la femme, ce n’est qu’une compensation en échange des droits dont nous sommes privées. […] Je désapprouve très fortement qu’une femme se laisse traiter en enfant gâtée, et que l’on sacrifie à sa vanité et à son égoïsme. À la place de ces attentions flatteuses mais préjudiciables qu’on lui accorde comme on le ferait à un inférieur, en marque de gentillesse et de courtoisie, je veux que les personnes de mon sexe n’attendent de leurs frères que ce que leurs frères sont en droit d’attendre d’elles, dans leurs relations de chrétiens. Je suis persuadée que la femme peut ainsi faire beaucoup pour relever sa réputation. […]

Bien à toi, en solidarité féminine,

Sarah M. Grimké

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site