Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

« Lettres sur l’égalité des sexes et la condition féminine » Letters on the Equality of the Sexes and the Condition of Woman, 1838

Lettre XIV. Les femmes et le ministère

Texte intégral

Brookline, septembre 1837

Ma chère sœur,

1Selon le principe que j’ai posé, que l’homme et la femme furent créés égaux, dotés par leur généreux Créateur des mêmes facultés intellectuelles et des mêmes responsabilités morales, et que donc tout ce qu’il est moralement bon de faire pour un homme l’est aussi pour une femme, il s’ensuit nécessairement comme corollaire que si le devoir de l’homme est de prêcher les richesses insondables du Christ, c’est également le devoir de la femme.

2Je suis consciente qu’il me faut combattre, parmi les personnes des deux sexes, les idées reçues de l’éducation et des usages, mais aussi « les traditions des hommes » enseignées comme étant les commandements de Dieu. Je pense n’avoir à avancer les vues d’aucune secte, car même si chez les quakers, les méthodistes et les chrétiens, les femmes ont le droit d’annoncer la bonne nouvelle de salut et de paix, je ne connais pourtant aucun groupe religieux qui admette la doctrine biblique d’une parfaite égalité de l’homme et de la femme, ce qui est le principe fondamental de mon argumentation en faveur du ministère des femmes.

3[…] Je crois que le secret de l’exclusion des femmes du ministère vient de ce que ce service s’est transformé en fonction qui rapporte rémunération, honneur et pouvoir. Tout observateur attentif ne peut manquer de voir qu’autant qu’il est possible, toutes ces fonctions sont réservées par des hommes à eux-mêmes.

4L’erreur courante qui consiste à voir dans les ministres chrétiens les successeurs des prêtres est fondée sur une méprise. […] On peut se demander si les prêtres n’avaient pas pour tâche d’instruire le peuple. Tout ce que j’ai pu découvrir dans la Bible, c’est qu’ils avaient simplement l’ordre de lire la loi au peuple. […] Quand Dieu énumère les moyens utilisés pour exhorter son peuple au repentir, jamais, autant que je sache, il ne parle d’envoyer des prêtres pour le conseiller […]. Une distinction entre prêtres et prophètes s’impose à l’évidence puisqu’il en est fait mention comme de deux catégories différentes. […]

  • 1 Miriam, ou Marie (Exode, 2, 4-10), sœur de Moïse, mène le chœur des femmes dans leur traversée de (...)

5Il est, je crois, universellement admis que des femmes ont vocation à prophétiser. Miriam, Deborah et Hulda étaient des prophétesses1. […] Et si les ministres du culte sont, comme je crois le comprendre, les successeurs des prophètes et non des prêtres, alors bien sûr, des femmes ont vocation à remplir cet office autant que les hommes, parce que nulle part Dieu ne leur a retiré le privilège de faire ce qui est la grande tâche des prédicateurs, c’est-à-dire de guider le pécheur repentant vers le Sauveur. […]

6On me demande souvent d’un air triomphant pourquoi, si les hommes et les femmes sont sur un pied d’égalité, les femmes ne sont pas aussi visibles que les hommes dans la Bible. Je n’ai pas l’intention de donner une raison à cela, mais je pense qu’on en trouve une toute prête dans le fait que, depuis Ève jusqu’à nos jours, le but de l’homme a été d’écraser la femme. Cela, il l’a accompli de diverses manières. Parfois par la force physique, parfois en l’assujettissant aux pires de ses passions, ou encore en la traitant comme une poupée, en chassant de son esprit la lumière de la connaissance pendant qu’il couvre son corps de colifichets et de frivolités qu’il mépriserait pour lui-même, s’évertuant ainsi à faire d’elle un sépulcre peinturluré.

7Il est vraiment merveilleux qu’une femme arrive à surmonter la pesanteur des circonstances qui contribuent à l’écraser. Rien, sauf un signe de Jéhovah lui-même, ne peut lui donner la force de le faire et de se mettre à prêcher la vertu. Et lorsque la voix de Dieu pénètre jusqu’au tréfonds de son cœur, et lui ordonne d’aller et de crier pour se faire entendre du peuple, elle a envie de s’écrier : « Ah ! Seigneur Dieu, vois, je ne peux pas parler, car je suis une femme. » J’ai connu des femmes dans différents groupes religieux, qui se sentaient prophètes. […] Mais elles n’ont pas osé ouvrir la bouche, et ont enduré l’intense souffrance de leur désobéissance à Dieu, plutôt que de braver les méchancetés du ridicule et les soupçons blessants. […]

8Que les dons de l’Esprit saint aient été donnés à la femme, il n’y a là vraiment rien d’étonnant ni de nouveau : rien d’étonnant parce que Dieu n’accorde pas d’importance aux personnes physiques ; l’âme de la femme est à sa vue comme celle de l’homme, et les deux sont pareillement capables de recevoir l’influence du Saint-Esprit. Rien de nouveau, car, nous l’avons montré, on trouve dans les archives sacrées des exemples de femmes qui, comme des hommes, exercent le don de prophétie.

9Nous donnons au mot de prophétie le seul sens de prédiction des événements futurs, or cela est certainement une erreur ; car l’apôtre Paul la définit comme étant « une prise de parole en vue d’édifier, d’exhorter et de réconforter ». Et il semble n’y avoir aucune raison possible pour que les femmes ne puissent faire cela aussi bien que les hommes. À l’époque où la Bible fut traduite en anglais, le mot prophétiser voulait dire apporter un message de Dieu, que ce fût prédire des événements à venir, ou prévenir le peuple des conséquences du péché. […]

  • 2 John Newton (1725-1807), écrivain et ministre du culte. Ses œuvres complètes furent publiées par R (...)

10John Newton2 a justement dit qu’aucune puissance, sauf celle qui a créé le monde, ne peut faire quelqu’un ministre de l’Évangile, et l’homme peut bien déployer toute son ingéniosité à tenter de prouver que ce pouvoir ne s’exerce pas sur les femmes tout autant que sur les hommes. Il ne le peut pas sans avoir d’abord renié cette vérité simple mais absolue selon laquelle « dans le Christ Jésus il n’y a ni mâle, ni femelle » [Galates, 3, 28]. […]

Bien à toi, en solidarité féminine,

Sarah M. Grimké

Notes

1 Miriam, ou Marie (Exode, 2, 4-10), sœur de Moïse, mène le chœur des femmes dans leur traversée de la mer Rouge (Exode, 15, 20-21) ; Deborah, prophétesse et juge d’Israël, est appelée la « mère d’Israël » (Juges, 4, 5) ; Hulda, la prophétesse auprès de qui le roi Josias envoya son grand prêtre demander conseil, fit la prophétie que Jérusalem serait détruite, mais Josias épargné (2 Chroniques, 34, 22).

2 John Newton (1725-1807), écrivain et ministre du culte. Ses œuvres complètes furent publiées par Richard Cecil en 1816.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540